Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Annexe : monographies de sites

Le manoir des archevêques de Rouen aux Andelys1

Texte intégral

  • 1 Eure, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

Fig. 4 – Localisation des résidences présentées en annexe

  • 2 J. Brossard de Ruville, Histoire de la ville des Andelis et de ses dépendances, Les Andelys, Delcr (...)
  • 3 Ibid., p. 181-183.
  • 4 Vers 1906, les vestiges d’un baptistère ont été mis au jour dans le sous-sol de la chapelle Sainte (...)
  • 5 Gallia Christiana, XI, col. 131.
  • 6 E. Ewig, « Descriptio Franciae », in Karl der Grosse, H. Beumann (dir.), Düsseldorf, Schwann, 1965 (...)

1La ville des Andelys est située à environ 32 kilomètres au sud-est de Rouen, sur la rive droite de la Seine, au pied de la falaise calcaire abrupte de la rive concave d’un méandre. Au Moyen Âge, elle est séparée de la rive du fleuve par une zone marécageuse, le Vivier, qui ne commence à se combler qu’à partir du XVe siècle2. À cet endroit, la Seine, plus étroite, est d’un franchissement relativement aisé en doublant la pointe de l’île des Trois Rois3. Les Andelys sont un ancien vicus gallo-romain installé non loin de la grande voie de Lutèce à Lillebonne et des axes vers Évreux et Lisieux. Clotilde, femme de Clovis, aurait fondé vers 500-525, aux Andelys, un monastère de femmes dédié à la Vierge et l’existence d’une chapelle Sainte-Clotilde dans l’église Notre-Dame4 plaide pour l’implantation de l’église collégiale après la destruction du monastère par les Normands vers la fin du IXe siècle, sur le site du monastère5. Enfin, le site des Andelys aurait accueilli un des palais mérovingiens de la basse Seine, qualifié de vieux palais (vetus palatium) au VIIe siècle6, mais aucune preuve archéologique ne permet de le localiser.

  • 7 Comptes de l’archevêché, ADSM, G 45, G 47, G 48, G 53, Comptes d’Andely et de Fresne, ADSM, G 540 (...)

2Le manoir épiscopal a disparu depuis longtemps du paysage andelaisien ; il a été vendu en 1573 à la fabrique de la collégiale pour servir d’hôtel de ville et abriter les écoles puis détruit en 1756. Les comptes des dépenses pour travaux au XVe siècle permettent de restituer l’essentiel des structures architecturales du manoir, les mutations et le décor dans la seconde moitié du XVe siècle7.

Les premiers temps de la résidence

Un des plus vieux domaines de l’archevêché ?

  • 8 Dom J.F. Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, Rouen, Maurry, 1667, p. 93.
  • 9 J. Brossard de Ruville, Histoire de la ville des Andelis..., p. 390.
  • 10 BM Rouen, Y 44, Cartulaire de la cathédrale, fo 32.
  • 11 Ibid., fo 32 vo-33 :... oppidum quod dicitur Andeleium cum villis silvis, pratis justiciis et libe (...)
  • 12 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, De Crapelet, 1840, p. 176-177 (...)
  • 13 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)
  • 14 Oppidum dans la bulle d’innocent II en 1130-1143. Castrum par Orderic Vital, Historia ecclesiastic (...)
  • 15 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers (...)
  • 16 Communication orale.

3La possession des Andelys par les archevêques de Rouen a donné lieu à des traditions qui tendent à en prouver l’ancienneté : l’archevêque Évode (c. 430) serait mort aux Andelys8, et l’archevêque Guillaume Bonne Âme (1079-1110) aurait fait édifier le manoir près de l’église collégiale nouvellement construite9. Le domaine des Andelys ne figure pas parmi les biens énumérés dans la charte cosignée en 1028-1035 par Robert, duc de Normandie, et son fils Robert, archevêque de Rouen (987/989-1037)10. La première mention des Andelys dans le temporel de l’Église de Rouen provient d’une bulle de confirmation de ces biens par le pape Innocent II en 1130-114311. Mais l’exemption du tonlieu des Andelys accordée aux moines de Saint-Père de Chartres par l’archevêque Mauger en 1037-105512 démontre que les archevêques possèdent aux Andelys des droits étendus sans doute bien antérieurs13. Au XIIe siècle, des sources de nature diverse qualifient Les Andelys d’oppidum, de castrum, de burgum optimum14. Les deux dénominations de bourg et d’oppidum ne seraient pas incompatibles et traduiraient une situation juridique ancienne remontant au VIIIe siècle dont L. Musset signale l’émergence à cette époque pour des agglomérations subordonnées à des cités ou à des monastères15. Dans ce cas, l’hypothèse par J. Le Maho d’une donation des Andelys par Charles le Chauve à l’Église de Rouen pour s’y mettre à l’abri des raids Vikings serait une réponse plausible à nos interrogations16.

  • 17 F.M. Powicke, The Loss of Normandy (1189-1204), Manchester, Manchester University Press, 1913, p.  (...)
  • 18 ADSM, G 7 fo 672 vo-673; Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 27-29.

4Tout au long du XIIe siècle, la ville des Andelys est l’enjeu des rivalités entre les rois de France et d’Angleterre. En 1196, la ville est désormais à la frontière de la Normandie et l’arbitrage du pape est nécessaire pour régler le conflit entre l’archevêque, Gautier de Coutances, et Richard Cœur de Lion qui commence des fortifications sur une île de la Seine17. En octobre 1197, l’accord accepté par les deux parties cède à Richard la ville des Andelys et une partie de ses dépendances alors que l’archevêque reçoit du roi Dieppe, Louviers, l’Aliermont, Bouteilles et des moulins à Rouen18. Alors que le texte ne le précise pas, l’archevêque conserve aux Andelys une résidence que ses successeurs vont continuer à fréquenter.

Interrogations sur la localisation du manoir primitif

  • 19 En 1168 et 1170, l’archevêque Rotrou (1165-1184) y signe deux actes de donation en faveur de l’abb (...)
  • 20 L. Coutil, « Le Château-Gaillard, 1197-1198 », Recueil des travaux de la Société libre d’agricultu (...)
  • 21 J. Brassard de Ruville cite, à l’appui de cette assertion, le registre de la Collégiale qui n’a pu (...)
  • 22 D. Spear, « On Stormy Seas: William Bona Amina, Archbishop of Rouen (1079-1110) », Anglo Norman An (...)
  • 23 P.A. Poggioli, From Politician to Prelate... L’auteur sous-entend, sans l’affirmer, que le manoir (...)

5Les premières attestations de séjours archiépiscopaux aux Andelys ne sont pas antérieures à la seconde moitié du XIIe siècle19. Mais la jouissance d’une résidence aux Andelys par les archevêques peut sans doute être considérée comme plus ancienne. Une tradition prétend que le manoir épiscopal primitif s’élevait sur une île de la Seine, celle que Richard Cœur de Lion entreprit de fortifier en 1197 et où il fit élever un logis royal20. Une autre version attribue à l’archevêque Guillaume Bonne Âme (1079-1110) la construction du manoir, près de la nouvelle église collégiale qu’il avait fait édifier au centre de l’agglomération21. L’activité de bâtisseur de cet archevêque a été amplement rapportée par le chroniqueur Orderic Vital. Il est réputé avoir orné la cathédrale, construit le cloître et rénové le palais de Rouen22. Il a pu entreprendre des travaux aux Andelys, mais nous sommes en droit de penser que, dans cette ancienne et riche possession de l’Église de Rouen, il existait peut-être, dès avant l’épiscopat de Guillaume Bonne Âme, une résidence, cœur d’un vaste domaine. Une troisième hypothèse situe, sans trop de précision, le manoir sur le plateau qui surplombe Les Andelys ; manoir qui serait accessible par un chemin étroit au milieu des rochers23. Les propos d’Orderic Vital et de Robert de Torigni ne permettent pas de conclure à l’existence d’un manoir fortifié indépendant de la ville des Andelys.

  • 24 En février 1267, l’archevêque Eudes Rigaud précise que son manoir est près de l’église, in manerio (...)

6Les sources disponibles, à partir du milieu du XIIIe siècle, donnent de sérieux indices pour le localiser au sud de l’église Notre-Dame, entre celle-ci et la rivière Gambon, sans qu’on puisse envisager un transfert, après 1197, depuis l’île ou depuis le plateau sur la terre ferme près de l’église Notre-Dame24. En revanche, les sources manquent pour évaluer la superficie de l’ensemble et sa liaison avec l’église contiguë. Il apparaît cependant que le manoir n’a jamais été pourvu d’éléments de défense de quelque nature que ce soit.

Le manoir d’Eudes Rigaud au XIIIe siècle

Les mots pour le dire : manerium, domus, aula, camera

  • 25 Réception d’un prêtre in domo nostra super gradum aule superiori ; nuit in domo nostra nova ; serm (...)
  • 26 Il n’est pas raisonnable d’aller plus loin et de privilégier l’hypothèse d’un seul bâtiment plutôt (...)

7C’est par les témoignages du seul Eudes Rigaud que nous découvrons le manoir épiscopal des Andelys, au XIIIe siècle. Il utilise indifféremment les deux termes manoir (manerium) et maison (domus) pour désigner la résidence dans son ensemble25. Mais des nuances sont perceptibles dans la formule in domo nostra nova, où l’on verrait bien l’allusion au seul logis rénové. Le pôle résidentiel possède une aula superiori et une camera superiori, deux salles à caractère public et solennel élevées au-dessus d’un rez-de-chaussée, mais l’aula se distingue de la camera par la présence d’une estrade (gradum)26.

La vie du manoir

8Eudes Rigaud apprécie peu la résidence des Andelys où ses séjours, en moyenne une visite par an, sont dictés par des raisons précises d’ordre religieux : ordinations ou messes solennelles. Cette désaffection se traduit aussi par le refus, délibéré semble-t-il, de passer la nuit aux Andelys. Entre 1252 et 1267, Eudes Rigaud, qui n’a passé que cinq nuits aux Andelys, va le plus souvent coucher à 6 kilomètres de là, dans son manoir de Fresne. Il faut peut-être trouver les raisons de cette désaffection pour Les Andelys dans le fait que le manoir a été dépossédé en 1197 non pas de la seigneurie tout entière mais de son chef-lieu, sans doute le noyau le plus antique.

  • 27 Cette interprétation peut sans doute être étendue au XIIIe siècle bien qu'elle ne soit véritableme (...)
  • 28 ADSM, G 2021.

9Mais le manoir n’en a pas été négligé pour autant, et l’on soupçonne des travaux entre 1252 et 1261, décelables dans la formule in dotno nostra nova, qui n’implique pas nécessairement une reconstruction de fond, mais sans doute des réparations importantes et des modifications dans la répartition et l’affectation des salles27. Pour les siècles suivants, seul un séjour de l’archevêque Guillaume de Vienne en 1406 est attesté28.

Le manoir du XVe siècle

Les mots pour le dire : « maison », « manoir », « hostel », « salles »

10Les comptes de travaux du XVe siècle fourmillent de mots pour désigner l’ensemble de la résidence, ou certaines de ses parties. La plupart des termes utilisés ont des sens multiples, chacun pouvant, suivant le contexte, désigner le tout ou une partie du tout.

  • 29 ADSM, G 48 fo 18 (2449-1450).
  • 30 ADSM, G 552 fo 22 (1461-1462).
  • 31 ADSM, G 564 fo 27 vo (1478-1479).

11Le mot « manoir » sert, sans équivoque, à désigner l’ensemble de la résidence dans la mention de la « neufve maison au manoir de monsr »29, lorsqu’un nommé Aubez est logé gratuitement au manoir30, et dans l’intitulé du compte en « lhostel et manoir »31.

  • 32 ADSM, G 552 fo 22 (1461-1462). Une ambiguïté subsiste cependant dans la formule qui précise que le (...)
  • 33 ADSM, G 554 fo 13 (1464-1465). Ici aussi il a été considéré que la grande porte était la porte d’e (...)
  • 34 ADSM, G 557 fo 8 vo, 558 fo 23 vo, 560 fo 23, 561 fo 22 vo.

12« Hostel » est synonyme de « manoir » et désigne le complexe lorsqu’une salle est cédée gratuitement au gardien de « lostel »32, pour les réparations à la « grant porte de lostel »33 et pour la location de « l’hostel » pour y loger des gens d’armes34.

  • 35 ADSM, G 45 fo 30 vo (1446-1447).
  • 36 ADSM, G 549 fo 29 vo-30 (1456-1457).
  • 37 ADSM, G 564 fo 27 vo (1478-1479).

13En revanche, à plusieurs reprises « hostel » ne désigne que le logis. C’est le cas du « grand hostel » dont on répare la couverture en tuiles35, de l’« hostel neuf » dont on étaye les cheminées36 ; dans la formule « en lhostel et manoir archiépiscopal »37, il faut sans doute comprendre dans « hostel » la partie consacrée au logement et ses dépendances directes, cuisine et cave ou cellier, alors que « manoir » désigne l’ensemble de la résidence, bâtiments des communs compris, à savoir les étables et le moulin.

  • 38 ADSM, G 47 fo 23 vo et G 48 fo 18.
  • 39 ADSM, G 865.
  • 40 En 1478-1479, on indemnise les propriétaires des maisons voisines en partie ruinées par la chute d (...)

14Le terme « maison » au singulier est une traduction de domus dans l’acception de logis que nous avons décelée plus haut et synonyme de « hostel » dans son sens le plus étroit. En 1448-1449, commencent les travaux de construction d’une « neufve maison » citée à plusieurs reprises dans les comptes des années suivantes38. En 1493, l’inventaire réalisé après le décès de l’archevêque Robert de Croixmare (1483-1493) ne passe en revue que les meubles et ustensiles trouvés en la « maison archiépiscopale », à savoir le logis, à l’exclusion de tout ce qui peut se trouver dans les étables et le moulin39. Notons que « maison » désigne aussi les habitations voisines de la résidence40.

  • 41 ADSM, G 47 fo 23 vo (1448-1449), G 552 fo 22 (1461-1462), G 865 (1493).
  • 42 ADSM, G 556 fo 29 vo, en 1468-1469, on ferme les « salles » pour que les hommes d’armes n’y pénètr (...)

15Les comptes citent enfin des « salles ». Le mot peut être utilisé au singulier ; la « grande salle » au premier étage et la « salle de bas »41 sont des espaces bien précis du logis. Utilisé au pluriel, le terme « salles » désigne indistinctement les pièces du logis42.

Entre cour et jardin

  • 43 ADSM, G 540 fo 6 (1398-1399) et 549 fo 30 (1456-1457).

16Les dispositifs qui prennent place dans l’enclos du manoir sont pour la plupart inconnus. Les sources du XVe siècle permettent seulement de connaître l’existence d’une « cour de devant » et d’un jardin, dans lesquels on plante, à plusieurs reprises, des pommiers et des poiriers43.

  • 44 ADSM, G 564 fo 28.

17Des communs très peu documentés nous connaissons plusieurs étables qui donnent sur la cour. L’une d’elles, en 1478-1479, est en partie effondrée, et l’on peut estimer, à partir des comptes de travaux, qu’elle était longue d’environ 33 mètres (« cent ou VIXX pies de long »)44.

Les mutations architecturales du vieux logis à partir du milieu du XVe siècle

  • 45 ADSM, G 540 fo 4 vo-6 vo.
  • 46 ADSM, G 47 fo 23 vo.

18En 1398-1399, d’importants travaux de maçonnerie et de couverture en essentes et en tuiles sont destinés à consolider et étayer la maison45. La série de comptes qui reprend après 1446 permet d’évoquer une des structures les plus anciennes du manoir : « la grande vielle maison »46. Il s’agit d’un bâtiment dont le pignon plonge dans la rivière et dont les fenêtres ouvrent d’un côté sur le jardin et de l’autre sur la cour. Il possède deux niveaux, une « salle basse » et une « haute salle » ou « grant salle » accessible par un « degre ». On est tenté d’identifier ce bâtiment avec l’un de ceux qu’évoquait l’archevêque Eudes Rigaud, en particulier ce bâtiment à usage résidentiel qui abritait l’aula superiori et la camera superiori.

  • 47 ADSM, G 48 fo 40.

19La cuisine est un bâtiment indépendant ainsi que l’attestent les travaux de maçonnerie et de charpente qui y sont effectués en 1455-145647.

  • 48 ADSM, G 47 fo 23 vo-24.

20À partir de 1448, les travaux de restauration débouchent sur une rénovation importante qui met le vieux manoir au goût du jour. Sous l’épiscopat de l’archevêque Raoul Roussel, la « vielle maison » est dotée d’une aile en équerre et le tout est accoté de deux escaliers en vis dont un, plus important (« notable ») dans l’angle, permet de passer de la « neufve maison » à la « grant salle » et à la « salle de haut »48. Ces travaux sont l’indice d’une bonne gestion du patrimoine bâti délaissé depuis une cinquantaine d’années. Il faut y voir aussi la volonté de l’archevêque de séjourner à nouveau dans sa résidence des Andelys. Notons ici que le manoir des Andelys est le premier des séjours archiépiscopaux à connaître de tels travaux de restauration, dans une ville qui vient de réintégrer le royaume de France. Mais les successeurs de Raoul Roussel, Guillaume d’Estouteville (1453-1483) et Robert de Croixmare (1483-1493), ne semblent pas avoir fréquenté leur séjour andelaisien.

21Cependant, l’inventaire des biens meubles et immeubles réalisé après le décès de Robert de Croixmare en 1493 ne donne pas l’image d’un manoir à l’abandon. Le prélat y a fait réaliser des travaux et le mobilier, en bon état, permet d’émettre l’hypothèse de quelques séjours archiépiscopaux.

  • 49 ADSM, G 865.

22Le document de 1493 qui inventorie 14 pièces, 3 garde-robes, une galerie et une cave49 ne permet pas de reconstituer la disposition des pièces et leurs liaisons. Mais on repère de nouvelles installations depuis les grands travaux de 1448-1450, dont une « neuve galerie » donnant sur la rivière. Les autres changements ont sans doute consisté en une nouvelle distribution des salles, voire en la mise en place de cloisons pour créer de nouveaux espaces. En effet, le vocabulaire de l’inventaire pour désigner les pièces du logis est extrêmement réduit ; toutes sont dénommées « chambres » alors que la salle à manger, au rez-de-chaussée, garde l’appellation salle (« salle de bas »).

La vie et les hommes du manoir à partir du milieu du XVe siècle

  • 50 ADSM, G 549 fo 29 vo.
  • 51 ADSM, G 551 fo 22 et G 552 fo 22.
  • 52 ADSM, G 552 fo 22.
  • 53 ADSM, G 557 fo 8 vo, G 558 fo 23 vo, G 560 fo 23, G 561 fo 22 vo. La location de certaines pièces, (...)
  • 54 ADSM, G 562 fo 30 vo (1476-1477).
  • 55 Ces « pilliers » et « postz », en maçonnerie, peuvent être interprétés comme des contreforts. Dans (...)
  • 56 ADSM, G 564 fo 28-29 (1478-1479).

23La vie du manoir archiépiscopal, à partir du milieu du XVe siècle, laisse l’impression d’un grand désordre et d’une désaffection qui se prolonge malgré les importants travaux de restauration entrepris au milieu du siècle. Le manoir abrite cependant en 1456-145750 le grand vicaire sans que nous puissions affirmer si son séjour est provisoire ou permanent. Entre 1460 et 1475, le manoir se peuple d’un monde d’occupants hétéroclites. En 1460-1462, la « cuisine de lhostel » est louée pour tenir les écoles51. Au même moment la « salle de bas » est occupée par un nommé Aubez qui fait office de gardien de « lostel »52. Entre 1469 et 1475, le manoir est loué pour loger les gens d’armes du connétable de France puis de Monseigneur de Saint-Just53. La présence de la soldatesque a provoqué des dégâts importants et les travaux qui suivent leur départ décrivent un manoir au bord de l’effondrement : il faut étayer la salle et les planchers54, boucher un trou au mur de la salle basse, élever deux contreforts (« pilliers », « postz »55) au pignon sur la rivière et reconstruire des étables en partie effondrées56.

24Il n’existe aucune attestation d’un séjour archiépiscopal aux Andelys tout au long du XVe siècle. Cependant l’abondance et la bonne qualité des meubles qui s’y trouvent, en 1493, sont peut-être l’indice d’une visite de l’archevêque après les travaux de 1478-1479.

Les meubles du logis à la fin du XVe siècle

25L’inventaire de 1493 donne une bonne image du logis qui pourrait avoir retrouvé les faveurs de l’archevêque Robert de Croixmare après de longues années d’abandon sous l’épiscopat de son prédécesseur, Guillaume d’Estouteville (1453-1483), qui résida le plus souvent à Rome et privilégia la restauration de son château de Gaillon.

  • 57 « Banc à perche » : banc à dossier (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration d (...)
  • 58 « Fourme » : la structure de ce meuble n’est pas très claire. Il est difficile de savoir si nous a (...)
  • 59 « Dressoir » : meuble sur pied dont la partie supérieure possède des étagères ou fait armoire et d (...)

26Les salles dévolues au séjour de l’archevêque sont clairement identifiables par les meubles de prestige lourdement ornés qu’on ne trouve pas dans les autres pièces. La « salle de bas », salle à manger (fo 1), est meublée de « bancs à perche »57, de « formes »58, d’une table et d’une chaise à dos, chacune sur une estrade (« marchepied ») et un dressoir59. La chambre de l’archevêque (fo 2 vo et 3) est pareillement dotée de meubles de luxe : un dressoir sculpté et une chaise à dos sculpté avec coffre sur marchepied.

  • 60 « Cassillee » ou « chassillee » doit désigner une structure haute et plate consistant en un châssi (...)

27La « sallecte » de haut et la chambre proche complètent l’espace dévolu à l’archevêque (fo 4 vo et 5). En effet, cette pièce comporte, outre un lit, des sièges dont certains à coffre (« arche à dossier en cassillee »60), une « chaise à dos en cassillee » et un pupitre neuf dont la présence désigne une salle d’étude.

  • 61 « Scabelle » : petit siège sans bras, léger et maniable (ibid.).

28La chapelle (fo 4), mal localisée dans l’ensemble, est presque dépourvue de meubles ; on y compte un autel étrangement plein de tentures murales, deux tabourets (« scabelles »61) et un bénitier de cuivre.

29Les autres pièces du logis sont toutes qualifiées de chambres avec leur garde-robe ; elles sont désignées souvent par le nom ou la fonction de ceux qui les occupaient : la chambre où couchait monseigneur le secrétaire Dambreville et les chapelains, la chambre où couchait Jehan de Seignerolles, la chambre où couchaient les « serviteurs », la chambre de monseigneur le maistre. Elles sont toutes abondamment meublées de lits, tables et sièges.

30La galerie le long de la rivière, bien plus qu’un simple couloir de circulation, est une pièce à vivre avec son banc à dossier (fo 4). Elle longe peut-être à l’étage la chambre de Monseigneur et les salles proches jusqu’à la chapelle.

  • 62 « Cramyly » : la signification de ce terme n’a pu être élucidée ; « bouquet » : pot à bouillir (ib (...)
  • 63 « cane » : pot ; « coulleresse » : pourrait venir de « couloir » : passoire ; « gredil » : gril, i (...)
  • 64 L’inventaire ne signalant pas qu’ils sont dans un meuble on peut penser qu’ils se trouvent par ter (...)

31La cuisine (fo 1 vo et 2) est peu meublée d’un banc et de deux tables. On y conserve des ustensiles lourds et encombrants : un « cramyly », trois « bouquets » et trois broches, un mortier, deux « baquets »62. Un coffre est plein de vaisselle de cuisine : poeles, « cane », chaudron, bassin de barbier, « coulleresse », « gredil », rôtissoires63. Des pièces sont conservées dans une autre chambre (fo 7)64 : deux « brocs d’airain », deux « gallons », deux « pots », deux « pintes » et deux « chopines », vingt plats, dix-sept « ecuelles » et dix « saussiers », huit « chandeliers » dont deux à « tourelles ».

  • 65 Le terme « couche » désigne généralement un lit ; le contexte documentaire ne semble pas autoriser (...)
  • 66 « Ciel » : dais (E. Viollet le Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français.
  • 67 « Loudier » : grosse couverture faite de deux étoffes piquées et garnie à l’intérieur de poils de (...)

32Cette liste des meubles appelle un certain nombre de remarques. Le logis des Andelys, en 1493, compte un nombre limité de types de meubles : sièges, tables toujours associées à un banc, lits, coffres et « arches », dressoirs, « couches »65. On y relève aucun meuble à la mode en cette fin du XVe siècle, ni « aumaires », ni petites tables à échecs ou à abattants. On recense dix-sept lits, dont trois grands et cinq petits ; on en trouve jusqu’à trois par chambre. Quatre de ces lits sont fournis d’un ensemble comprenant : un « ciel »66, un « dossier » et des « pendants » de serge, quelquefois qualifiés de vieux ou d’usés ; tous les lits possèdent couverture, « traversain » et pour certains un « loudier »67. Les deux lits de la chambre de l’archevêque sont fournis en « traversain », couverture et « loudier », mais dépourvus de ciel, dossier et pendants. Ces ornements devaient être mis en place lorsque l’archevêque venait résider.

33Le logis abrite onze tables dont l’inventaire mentionne toujours les tréteaux qui supportent la planche. Elles ont entre six et douze pieds de long. La salle à manger en compte trois dont une neuve sur estrade (« marchepied »). À chaque table est associé un banc de même longueur. Un seul banc n’est pas couplé avec une table, celui de la galerie ; c’est un banc à dossier. Celui de la chambre des chapelains est un banc clos sur une estrade.

  • 68 La dénomination « scelle » s’applique à un siège d’allure imprécise. Il ne s’agit pas dans tous le (...)

34Hormis les bancs, le logis compte un grand nombre de sièges : trente-trois « scasca-belles », « scelles »68, chaises et « fourmes ». Les quinze chaises sont d’une grande variété et l’on s’interroge sur la structure de celles pour lesquelles un dossier n’est pas mentionné. Trois chaises sont sur « marchepied », dans la salle à manger, la chambre à coucher et la chambre sur la cour. L’une d’entre elles, dans la chambre à coucher de l’archevêque, est munie d’un « coffre fermant à clef » et possède des caractères très ostentatoires avec son « dossier ouvre » et son « marchepied ». Le logis compte cinq autres chaises au dossier en « cassillee » dans la chambre près de la chapelle, dans la « sallecte de haut », dans la chambre proche et dans la chambre des chapelains. Dans cette nomenclature des sièges, il faut inclure les deux « fourmes » de la salle à manger et l’« arche a dossier en cassillee » de la chambre près de la sallecte.

  • 69 « Touaille » : désigne une pièce de tissu aux fonctions nombreuses (serviettes, nappes d’autel, li (...)

35À côté des chaises, bancs à coffre et « fourmes », il faut noter le petit nombre des meubles destinés à ranger. On compte cinq coffres, un dans la cuisine, un dans la garde-robe de la chambre de l’archevêque, un dans la garde-robe de la chambre près de la « sallecte » et deux dans une pièce de service. Enfin, le logis possède trois dressoirs dont un sculpté dans la chambre de l’archevêque, un dans la salle à manger et un dans la salle proche de la chambre. À quatre exceptions près, tous les meubles de rangement, coffres, dressoirs, « fourmes », chaises à coffre, sont vides. Outre le coffre de la cuisine et celui de la chapelle déjà signalés, le coffre de la garde-robe de la chambre à coucher ne renferme que trois oreillers. Le coffre de la garde-robe près de la « sallecte » est plein de linge de maison (fo 5 et 6) : trente-cinq « draps », neuf « essuyeures pour la vaisselle », quatre-vingt-dix serviettes de lin, deux « loudiers », dix-neuf « doubliers », une « touaille », un oreillier et trois « tayes », vingt-six grosses serviettes de cuisine, huit « drecheurs » de lin69.

36En l’absence de l’archevêque, le manoir est vide d’objets de luxe tels que verres, couverts, carafes, aiguières, livres et on ne conserve, dans la cuisine et ses dépendances, que des ustensiles encombrants et lourds et des pièces de vaisselle ordinaire.

  • 70 J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont, 1982 ; C. de Mérind (...)
  • 71 « Carreau » ou « quarrel » : tabouret recouvert d’une tapisserie aux motifs de fleurs, d’arbustes (...)

37L’inventaire permet à peine d’évoquer les décors muraux. Rien ne permet d’affirmer que le manoir des Andelys possédait des salles peintes ou lambrissées. Nous savons seulement que deux pièces étaient tendues de serge, la « sallecte de haut » et la chambre voisine qui font partie de l’espace privé où l’archevêque a aimé la couleur verte : vertes les couvertures de sa chambre, tenture de serge verte de la « sallecte de haut », verts le ciel, le dossier et les pendants du lit de la chambre voisine. Au XVe siècle, le vert est à la mode dans l’aristocratie où il est utilisé pour le vêtement, l’ameublement et les blasons ecclésiastiques (sinople). Cette couleur ambivalente qui signifie le diable, la jalousie et la ruine est aussi le symbole de la jeunesse, du renouveau et de la justice70. Deux éléments rompent cette monochromie : les deux carreaux de verdure71 de la chambre à coucher et la tenture de « tiretaine » à fleurs de lys conservée dans l’autel de la chapelle.

Conclusion

38Malgré les lacunes de la documentation (la chapelle n’a pas pu être localisée ; est-elle indépendante ou intégrée au logis ? Quelle a été l’incidence de la restructuration du manoir sur son implantation ? Les mêmes questions se posent à propos de la cuisine), nous pouvons, somme toute, appréhender le manoir des Andelys dans ses grandes lignes. Le vocabulaire utilise pour le désigner un registre réduit qui ne présente pas de mutations tout au long du Moyen Âge : dormis, manerium, « manoir », « hostel ». Entre le XIIIe et le XVe siècle, les salles nobles sont successivement qualifiées de aula superiori, camera superiori, puis de « hostel » ou « maison » pour le bâtiment qui abrite la salle noble et « grande salle » ou « salle haute » pour la pièce noble proprement dite. Nous sommes vraisemblablement en présence d’un complexe relativement simple composé jusqu’au milieu du XVe siècle d’un logis où le rez-de-chaussée à usage domestique est surmonté des salles à usage noble (aula, camera). La restructuration, au milieu du XVe siècle, l’amplifie en lui adjoignant une aile en équerre et deux tours d’escalier. Le logis ouvre à la fois sur les jardins et sur une cour d’entrée, dotée de communs peu nombreux.

39Les archevêques de Rouen ont, semble-t-il, peu prisé leur séjour des Andelys après la cession du domaine en 1197. Malgré cela, c’est la première de leurs résidences remise en état après la guerre de Cent Ans. Mais cette rénovation n’a pas freiné le déclin du séjour, dont les pièces sont régulièrement louées dans la seconde moitié du XVe siècle.

Notes

1 Eure, chef-lieu de canton (fig. 2, p. 38).

2 J. Brossard de Ruville, Histoire de la ville des Andelis et de ses dépendances, Les Andelys, Delcroix, 1863-1864, p. 174 et 205.

3 Ibid., p. 181-183.

4 Vers 1906, les vestiges d’un baptistère ont été mis au jour dans le sous-sol de la chapelle Sainte-Clotilde. Ces vestiges, masqués par des adjonctions élevées aux XIVe et XIXe siècles, étaient implantés au milieu d’inhumations, dont les plus anciennes remontent, au moins, à la fin du VIIe siècle (L. Coutil, « Le culte de sainte Clotilde aux Andelys (Eure) et en Normandie », Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et Belles-Lettres de l’Eure, 1908, p. 1-54). La majeure partie de l’église actuelle date de la première moitié du XIIIe siècle, d’après J. Richard-Rivoire, « La reconstruction de Notre-Dame des Andelys à l’époque flamboyante », in Actes du 81e congrès national des Sociétés savantes (Rouen-Caen, 1956, section d’archéologie), Paris, PUF, 1958, p. 82 ; l’auteur ne mentionne jamais l’existence de la résidence épiscopale attenante.

5 Gallia Christiana, XI, col. 131.

6 E. Ewig, « Descriptio Franciae », in Karl der Grosse, H. Beumann (dir.), Düsseldorf, Schwann, 1965, I, p. 143-177.

7 Comptes de l’archevêché, ADSM, G 45, G 47, G 48, G 53, Comptes d’Andely et de Fresne, ADSM, G 540 à G 564, Inventaire des biens meubles et immeubles (1493), ADSM, G 865.

8 Dom J.F. Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, Rouen, Maurry, 1667, p. 93.

9 J. Brossard de Ruville, Histoire de la ville des Andelis..., p. 390.

10 BM Rouen, Y 44, Cartulaire de la cathédrale, fo 32.

11 Ibid., fo 32 vo-33 :... oppidum quod dicitur Andeleium cum villis silvis, pratis justiciis et libertatibus cum portu et navium redditibus.

12 B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, De Crapelet, 1840, p. 176-177. La charte de Mauger ne semble pas être la confirmation d’une dispense accordée par ses prédécesseurs comme l’affirme J. Brossard de Ruville, Histoire de la ville des Andelis..., II, p. 6.

13 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6,1980, p. 201.

14 Oppidum dans la bulle d’innocent II en 1130-1143. Castrum par Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, IV, p. 340-341. M. Chibnall considère qu’Orderic Vital utilise indifféremment les termes castrum ou castellum pour désigner châteaux, villes fortifiées ou maisons fortes (« Orderic Vital on Castles », in Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, Woodbridge, The Boydell Press, 1989, p. 53). Burgum optimum par Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument - Métérie, 1872-1873,1, p. 366-367.

15 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 1966, p. 178-180.

16 Communication orale.

17 F.M. Powicke, The Loss of Normandy (1189-1204), Manchester, Manchester University Press, 1913, p. 169-174; P.A. Poggioli, From Politician to Prelate: the Carreer of Walter of Coutances, archbsihop of Rouen (1184-1207), Thèse de la John Hopkins University, Baltimore, 1984, p. 109-153.

18 ADSM, G 7 fo 672 vo-673; Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 27-29.

19 En 1168 et 1170, l’archevêque Rotrou (1165-1184) y signe deux actes de donation en faveur de l’abbaye de Mortemer (BNF, Cartulaire de Mortemer, ms. lat. 2735, p. 97-98).

20 L. Coutil, « Le Château-Gaillard, 1197-1198 », Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et Belles-Lettres de l’Eure, 1905, p. 53. L’auteur pose d’emblée, sans citer de sources, que l’archevêque avait fait réaliser des retranchements dans l’île où il localise le manoir épiscopal.

21 J. Brassard de Ruville cite, à l’appui de cette assertion, le registre de la Collégiale qui n’a pu être retrouvé (Histoire de la ville des Andelis..., p. 390). La documentation très précise et détaillée de cet ouvrage incline à considérer cette information comme fiable malgré l’impossibilité de toute vérification.

22 D. Spear, « On Stormy Seas: William Bona Amina, Archbishop of Rouen (1079-1110) », Anglo Norman Anonymous, mai 1987; Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), IV, 11, p. 300.

23 P.A. Poggioli, From Politician to Prelate... L’auteur sous-entend, sans l’affirmer, que le manoir épiscopal serait implanté là où Richard Cœur de Lion fit édifier le Château-Gaillard.

24 En février 1267, l’archevêque Eudes Rigaud précise que son manoir est près de l’église, in manerio nostro contiguo ecclesie (T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 568). En 1478-1479, on répare le pignon de la maison qui avait été endommagé par la rivière (ADSM, G 564 fo 28).

25 Réception d’un prêtre in domo nostra super gradum aule superiori ; nuit in domo nostra nova ; sermon in camera superiori in manerio nostro (T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 150, 389, 568).

26 Il n’est pas raisonnable d’aller plus loin et de privilégier l’hypothèse d’un seul bâtiment plutôt que deux.

27 Cette interprétation peut sans doute être étendue au XIIIe siècle bien qu'elle ne soit véritablement vérifiée qu’à partir du XVe siècle. F. Robin a démontré que la « tour neuve » du château de Saumur n’avait fait l’objet que de travaux de maçonnerie et de couverture et non d’une reconstruction totale, après 1450 (La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 1985, p. 102).

28 ADSM, G 2021.

29 ADSM, G 48 fo 18 (2449-1450).

30 ADSM, G 552 fo 22 (1461-1462).

31 ADSM, G 564 fo 27 vo (1478-1479).

32 ADSM, G 552 fo 22 (1461-1462). Une ambiguïté subsiste cependant dans la formule qui précise que le nommé Aubez est logé au « manoir » pour garder « lostel ».

33 ADSM, G 554 fo 13 (1464-1465). Ici aussi il a été considéré que la grande porte était la porte d’entrée sur la rue et non la porte du logis.

34 ADSM, G 557 fo 8 vo, 558 fo 23 vo, 560 fo 23, 561 fo 22 vo.

35 ADSM, G 45 fo 30 vo (1446-1447).

36 ADSM, G 549 fo 29 vo-30 (1456-1457).

37 ADSM, G 564 fo 27 vo (1478-1479).

38 ADSM, G 47 fo 23 vo et G 48 fo 18.

39 ADSM, G 865.

40 En 1478-1479, on indemnise les propriétaires des maisons voisines en partie ruinées par la chute d’une étable du manoir (ADSM, G 564 fo 27 vo-3o).

41 ADSM, G 47 fo 23 vo (1448-1449), G 552 fo 22 (1461-1462), G 865 (1493).

42 ADSM, G 556 fo 29 vo, en 1468-1469, on ferme les « salles » pour que les hommes d’armes n’y pénètrent pas.

43 ADSM, G 540 fo 6 (1398-1399) et 549 fo 30 (1456-1457).

44 ADSM, G 564 fo 28.

45 ADSM, G 540 fo 4 vo-6 vo.

46 ADSM, G 47 fo 23 vo.

47 ADSM, G 48 fo 40.

48 ADSM, G 47 fo 23 vo-24.

49 ADSM, G 865.

50 ADSM, G 549 fo 29 vo.

51 ADSM, G 551 fo 22 et G 552 fo 22.

52 ADSM, G 552 fo 22.

53 ADSM, G 557 fo 8 vo, G 558 fo 23 vo, G 560 fo 23, G 561 fo 22 vo. La location de certaines pièces, voire d’un château tout entier, est rarement mentionnée ; elle est attestée au XVe siècle, pour le château de Saint-Amand près de Murol en Auvergne (P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats à la fin du Moyen Âge », in Le Château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècles). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes (Actes du colloque de Lyon, 1988), J.-M. Poisson (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française ; no 32), 1992, p. 31).

54 ADSM, G 562 fo 30 vo (1476-1477).

55 Ces « pilliers » et « postz », en maçonnerie, peuvent être interprétés comme des contreforts. Dans son article sur l’église Notre-Dame de Saint-Lô, G. Thibout signale que le terme « pilier » désigne aussi bien les contreforts (« L’église Notre-Dame de Saint-Lô ; ses campagnes de construction », in Congrès archéologique de France (CXXIVe session, 1966, Cotentin et Avranchin), Paris, Société française d’archéologie, 1966, p. 287).

56 ADSM, G 564 fo 28-29 (1478-1479).

57 « Banc à perche » : banc à dossier (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, Paris, Quantin, 1887-1890, 4 vol. et F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, Paris, Vieweg - Bouillon, 1881-1902, 10 vol.).

58 « Fourme » : la structure de ce meuble n’est pas très claire. Il est difficile de savoir si nous avons à faire ici à un banc léger et mobile sans dossier ni accotoirs (F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française ; H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement...) ; ou à un banc divisé en stalles avec appuis, dossier et dais (E. Viollet le Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français de l’époque carlovingienne à la Renaissance, Paris, Gründ, 1858-1873).

59 « Dressoir » : meuble sur pied dont la partie supérieure possède des étagères ou fait armoire et destiné à l’exposition de la vaisselle de luxe.

60 « Cassillee » ou « chassillee » doit désigner une structure haute et plate consistant en un châssis de bois enserrant des motifs sculptés et ajourés. La distinction entre « dossier ouvré » et « dossier en cassillee » n’a pas pu être établie. « Arche » : coffre généralement à couvercle bombé (F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française ; H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement...).

61 « Scabelle » : petit siège sans bras, léger et maniable (ibid.).

62 « Cramyly » : la signification de ce terme n’a pu être élucidée ; « bouquet » : pot à bouillir (ibid.).

63 « cane » : pot ; « coulleresse » : pourrait venir de « couloir » : passoire ; « gredil » : gril, issu vraisemblablement du verbe « grediller » : grésiller, flamber (ibid.).

64 L’inventaire ne signalant pas qu’ils sont dans un meuble on peut penser qu’ils se trouvent par terre ou dans une armoire murale.

65 Le terme « couche » désigne généralement un lit ; le contexte documentaire ne semble pas autoriser cette acception ; on y verrait bien plutôt un siège.

66 « Ciel » : dais (E. Viollet le Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français.

67 « Loudier » : grosse couverture faite de deux étoffes piquées et garnie à l’intérieur de poils de divers animaux (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement...).

68 La dénomination « scelle » s’applique à un siège d’allure imprécise. Il ne s’agit pas dans tous les cas d’un tabouret mais d’un banc comme on l’entend aujourd’hui, à savoir une planche étroite sur pieds ; en effet, elles sont associées, comme les bancs, aux tables et de la même longueur. Ce sont des meubles ordinaires, sans décor. Dans l’inventaire, elles sont associées à la cuisine et à une pièce proche qui en dépend. Les « scabelles » sont des tabourets.

69 « Touaille » : désigne une pièce de tissu aux fonctions nombreuses (serviettes, nappes d’autel, linge de corps) ; « drecheur » : le terme désigne ici les tissus tendus sur les étagères des dressoirs.

70 J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont, 1982 ; C. de Mérindol, « Murs et plafonds peints à la fin de l’époque médiévale. État de la question », in Château et société castrale au Moyen Âge (Actes du colloque de Rambures, 1997), J.-M. Pastré (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1998, p. 85-86.

71 « Carreau » ou « quarrel » : tabouret recouvert d’une tapisserie aux motifs de fleurs, d’arbustes et d’animaux.

Table des illustrations

Légende Fig. 4 – Localisation des résidences présentées en annexe
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search