Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Conclusion générale

Texte intégral

1Si les interrogations posées au début de ce travail ont certes reçu des réponses, bon nombre d’entre elles sont partielles ou ne se présentent que sous forme d’hypothèses. Les incertitudes sont sans doute imputables aux lacunes de la documentation, mais très certainement aussi à notre gestion des informations. L’hétérogénéité des sources a nécessité l’accès à des disciplines qui nous étaient peu familières. Il faut enfin noter que l’appréhension du bâti à partir des seules sources écrites ne peut être considérée que comme une première tentative d’approche ; et l’on ne peut que « rêver » désormais à des fouilles archéologiques sur certains sites dont la valeur démonstrative a été établie. Malgré ses imperfections, ce travail ouvre la voie à des entreprises identiques dans deux domaines au moins, qui s’attacheraient à mettre au jour les maisons plates des grands de l’aristocratie et les résidences des ecclésiastiques, autres que les évêques (abbés et curés de paroisses). Cela étant, il semble qu’un certain nombre de certitudes ressortent de nos investigations.

2L’existence de résidences « secondaires » au Haut Moyen Âge n’a pu être évoquée de façon vraisemblable que dans quatre cas seulement réduits à l’archevêché de Rouen (Fresne, Les Andelys, Déville) et à l’évêché de Coutances (Saint-Lô).

3Si on s’en remet aux premiers actes signés dans les résidences « secondaires », les preuves incontestables de leur existence sont tardives. Le plus ancien ne remonte pas au-delà de la fin du XIe siècle (Saint-Fulgent) ; le manoir des Andelys n’est attesté qu’à partir de 1168. Pour la grande majorité des cas, la première attestation n’intervient qu’à partir du milieu du XIIIe siècle. Nous devons compter, toutes sources confondues, sur quelques attestations très tardives : Courtonne (1411), Laleu (1407), Cambremer (1313), Saint-Ébremond (fin XIVe siècle). Des témoignages indirects peuvent être recherchés dans les chroniques du XIIe siècle ou par le biais de traditions vraisemblables, encore vivaces au XVIIIe siècle ; leur dépouillement a permis d’envisager l’existence probable de résidences « secondaires » dès le XIe siècle (Neuilly, Saint-Philbert, Saint-Lô, Valognes, Déville, Fresne, Les Andelys). Enfin, la réputation de bâtisseurs des grands évêques du XIe siècle et de la première moitié du XIIe siècle autorise à envisager l’ancienneté de certaines d’entre elles (Fleuré, Condé, Brosville, Les Loges, Courtonne ?).

4En outre, il nous a semblé que, malgré les lacunes de la documentation et les incertitudes qui en résultent, on pouvait lier l’entrée ou le retour du domaine dans le temporel et la construction d’une résidence. Cette hypothèse a été clairement vérifiée dans quelques cas (Neuilly, Le Parc, Saint-Philbert, Valognes, Saint-Lô, Saint-Ébremond ?).

5Les sources ainsi croisées permettent d’avancer que c’est au XIe et dans la première moitié du XIIe siècle que les prélats normands ont édifié, dans des domaines nouvellement entrés dans leur temporel, des complexes dignes de leur rang et de leur puissance et on soupçonne que la seconde moitié du XIe siècle pourrait être la plus fertile en entreprises. Ce mouvement serait contemporain de la remise en état des résidences métropolitaines alors que les chantiers de reconstruction des cathédrales sont sur le point de s’achever.

6Les XIIe et XIIIe siècles ont vu se raréfier les donations ou les achats de terres qui vont porter ou portent déjà des résidences que les prélats vont adopter. Nous en avons relevé quatre au XIIe siècle (Laleu, Dieppe, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Louviers) et trois au XIIIe siècle (Pinterville, Gaillon, Pontoise). Ces entrées tardives sont, pour l’essentiel, le fait de l’archevêque Eudes Rigaud, qui accroît de façon notable le nombre des résidences archiépiscopales (Gaillon, Pinterville, Pontoise).

7Par ailleurs il est apparu patent que certains prélats ont choisi d’occuper la résidence édifiée par les tenants précédents (Gaillon, Pinterville, Laleu ? Dieppe ? Louviers ?).

8Nous n’avons relevé qu’un seul exemple de cession d’une résidence : le manoir de Saint-Mathieu, cédé au roi de France par l’archevêque de Rouen en 1261. La cession, sous la contrainte, du domaine des Andelys en 1197 n’a pas lésé l’archevêque de Rouen du manoir qu’il possédait, vraisemblablement dans la ville, et dont il a continué de jouir.

9Il est manifeste que, dans la plupart des cas, rien n’était laissé au hasard et que la possession de plusieurs résidences et leur implantation correspondaient à une volonté aux significations multiples d’où étaient absentes les contingences nées de la distance par rapport à la métropole épiscopale et à des conditions topographiques plus ou moins favorables.

10Les sites choisis ou repris de tenants antérieurs par les prélats normands sont conformes à ce qu’on sait des choix d’implantation de leurs manoirs par les tenanciers de seigneuries qui privilégient les sites aux fortes aptitudes économiques près de cours d’eau, de voies de communication et de forêts. Ceci explique sans doute certaines options étonnantes, éloignées de toute agglomération (Saint-Ébremond, Le Parc, Saint-Philbert) ou des conditions topographiques médiocres voire inhospitalières (Neuilly, Condé).

11Il s’agissait souvent d’affirmer la présence épiscopale dans des régions éloignées du cœur du diocèse et de magnifier et d’exalter le pouvoir des prélats (Valognes, Saint-Fulgent, Cambremer, Pontoise). Cette affirmation de la présence épiscopale est doublée par la volonté d’exprimer le pouvoir seigneurial sur la terre, pouvoir mal assuré ou récent et qui pourrait être contesté (Saint-Philbert, Les Loges, Saint Nicolas-d’Aliermont) ; en l’absence de pouvoir seigneurial élargi, la résidence peut matérialiser l’existence de droits particuliers (Vernon, Valognes, Les Andelys).

12Un quatrième paramètre serait la recherche d’un espace apte à mettre en œuvre des structures et des dispositifs d’envergure, propres à concrétiser le pouvoir et la puissance, tels que des vergers, parcs à gibier, viviers et étangs.

13Les prélats ont privilégié, dans beaucoup de cas, des zones dont la toponymie, les dédicaces paroissiales et les vestiges archéologiques attestent d’une occupation ancienne mais ténue et très lâche.

14Certains manoirs ont été implantés aux franges d’agglomérations déjà bien établies, que le prélat en soit le seigneur ou non (Valognes, Vernon, Condé, Canapville, Pinterville, Brosville). En revanche, de nombreux manoirs forment couple avec l’église paroissiale et l’implantation sur une face de l’enclos ecclésial est tout à fait remarquable (Fresne, Douvres, Fleuré, Saint-Fulgent, Cambremer, Courtonne). Dans ce dernier cas, nous avons considéré que l’implantation du manoir, largement postérieure à la création de la paroisse et à l’édification du lieu de culte primitif, avait favorisé le regroupement de l’habitat et ce parallèlement à la constitution d’écarts.

15La présence épiscopale a été à deux reprises le moteur de l’urbanisation et de la création d’une paroisse (Le Parc, Saint-Nicolas-d’Aliermont) ; à Saint-Lô, la grande paroisse primitive a été scindée en deux au XIe siècle, après le retour des évêques de Coutances dans leur diocèse.

16L’objectif principal de ce travail était de mettre au jour les types de résidences qu’ont possédés et fréquentés les prélats normands en posant la question de leur adéquation avec les codes architecturaux de l’aristocratie dont ils sont issus. Nos conclusions imposent un diagnostic très nuancé.

17Les résidences plus ou moins défendues ne représentent qu’un nombre très réduit de séjours. On compte trois forteresses construites ou voulues par les prélats (Neuilly, Saint-Ébremond, Gaillon). Les deux premières sont l’œuvre de deux grands prélats de la seconde moitié du XIe siècle, très liés au pouvoir ducal et leur valeur stratégique et militaire ne s’est véritablement imposée que pendant la guerre de Cent Ans.

18L’analyse de cinq sites à partir des vestiges en place, de la topographie et de l’iconographie ancienne permet d’en qualifier les séjours de maisons fortes (Condé, Le Parc, Saint-Philbert, Cambremer, Courtonne ?). Dans la plupart des cas, le vocabulaire qui les désigne au XIIIe siècle ne peut autoriser cette qualification (domus ou hostel de Condé, manerium du Parc et de Saint-Philbert) ; seules les appellations des résidences de Cambremer et de Courtonne au XIVe siècle sont un peu plus explicites : castellum et « mote du manoir » de Cambremer et « fort » de Courtonne. La période de la mise en œuvre de ces structures, entre la fin du XIe et le XIVe siècle, ne peut être précisément évaluée.

19L’exaltation du pouvoir et de la puissance qui se manifeste par un bâti plus ou moins fortifié est décuplée dans les sites que nous venons d’évoquer, à l’exception de ceux de Courtonne et de Cambremer, par une formidable entreprise d’aménagement du paysage. Celle-ci a consisté en la création, à partir des données préexistantes (rivières, bois), de parcs à gibier, de garennes, d'étangs et de viviers attenants à la résidence. Nous pensons avoir démontré que dans certains cas il y eut conception simultanée du parc et de la résidence dans la seconde moitié du XIe siècle (Le Parc, Saint-Ébremond) et cette observation peut sans doute être étendue aux sites pour lesquels la documentation fait défaut (Condé, Saint-Philbert).

20Les indices de fréquentation de ces complexes, fondés essentiellement sur les actes qui y ont été signés, sont très minces et n’apportent pas de preuves tangibles que les prélats ont privilégié ces séjours prestigieux. Les sources écrites laissent ignorer la fréquentation de certains sites (Cambremer, Saint-Ébremond) et n’en documentent d’autres que de façon très sommaire (Neuilly, Condé). Elles apportent cependant la preuve que les maisons fortes du Parc et de Saint-Philbert ont été souvent visitées aux XIIIe et XIVe siècles. Les vestiges architecturaux de caractère civil encore en place ou mis au jour sur certains sites contribuent à combler les lacunes de la documentation écrite et ces campagnes de travaux sont un signe de l’intérêt des prélats et de leur volonté de magnifier un séjour qu’ils aiment fréquenter.

21Une des conclusions assez forte de ce travail est d’avoir démontré que l’exaltation du pouvoir ne passait pas nécessairement par la possession de complexes défendus.

22Le type de résidence privilégié par les prélats normands, à l’exception des évêques d’Avranches, est celui des maisons plates, aussi bien dans un contexte rural qu’urbain. Nous pensons avoir établi que dix-huit des vingt-sept résidences étudiées ressortissaient de ce type de complexe : Douvres aux évêques de Bayeux ; Saint-Lô et Valognes aux évêques de Coutances ; Brosville, Bernienville et Vernon aux évêques d’Évreux ; Les Loges, Canapville et peut-être Courtonne dans son état primitif aux évêques de Lisieux ; Déville, Les Andelys, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pontoise, Pinterville, Dieppe et sans doute Louviers dans son premier état aux archevêques de Rouen ; Fleuré, Saint-Fulgent-des-Ormes et Laleu aux évêques de Sées.

23Elles se caractérisent par leur enclos distendu fractionné en espaces bâtis et non bâtis aux vocations domestiques et nobles assez clairement définies et désignées. Cet enclos est souvent prolongé par une vaste pièce de terre et des espaces en eau à vocation d’agrément ou agricole. Les maisons de ville (Les Andelys, Pontoise, Dieppe, Saint-Lô) présentent, mais atténués, les mêmes caractères que les maisons plates rurales ou périurbaines.

24Le vocabulaire utilisé, tout au long du Moyen Âge, pour désigner ces maisons plates fait preuve d’une belle constance : manerium, « manoir », domus, « maison », « hostel ». Ce vocable, identique à celui qui sert à désigner les maisons fortes, ne prend pas en compte le statut du séjour, chef-lieu ou non de seigneurie, pas plus que son implantation urbaine, périurbaine ou rurale. Il désigne un lieu de pouvoir laïc ou religieux, quelle que soit l’étendue de celui-ci.

25Ces maisons plates, édifiées sans doute à partir de la seconde moitié du XIe siècle, sont à la fois des centres de gestion agricole, des pôles administratifs religieux et de simples maisons de plaisance que les prélats ont amplement fréquentées et dotées de structures bâties ambitieuses. Elles ont certes beaucoup de points communs structuraux avec les manoirs ecclésiastiques, mais on en connaît entre les mains de magnats anglais et d’aristocrates de haut niveau en Île-de-France.

26L’élucidation des structures bâties par le croisement des sources comptables médiévales, des sources modernes (plans, inventaires) et des rares vestiges en place, est indiscutablement entachée d’une grande fragilité. L’adoption de nombre d’hypothèses s’est fondée sur des complexes de référence assez bien connus, principalement issus du monde anglo-normand. Cela étant, les propositions que nous faisons ne pourront qu’être soumises au verdict de fouilles archéologiques sur des sites dont nous pensons démontrer la valeur probante.

27En ce qui concerne les structures bâties du pôle noble, nous avons affaire à des schémas divers dont on ne peut que rarement apprécier la période de mise en œuvre et l’état que nous évaluons est donc extrêmement figé.

28La localisation des bâtiments du pôle noble (aula / « grande salle » / « tinel », camera, chapelle) obéit à une volonté de regroupement et de plus ou moins grand retrait par rapport aux autres structures du complexe, en particulier les communs et les bâtiments agricoles. C’est ainsi qu’ils se déploient dans la haute-cour des châteaux et maisons fortes de Saint-Ébremond, Gaillon, Neuilly et Saint-Philbert.

29En revanche, dans de nombreux sites, qu’il s’agisse de maisons fortes, de forteresses ou de maisons plates, la localisation non loin de la porte ou en relation directe avec l’entrée a été un parti pris assez clairement discernable.

30La disposition la plus fréquemment rencontrée consiste en des bâtiments élevés autour d’une cour d’entrée ou non, qu’ils soient adossés ou non à un mur de clôture, ou dont les murs de fond tiennent lieu de clôture. Cependant, l’exemple de Douvres fournit un schéma différent de bâtiments (camera, hall, chapelle) disposés sur des axes parallèles pour deux d’entre eux et de façon orthogonale pour la chapelle. Quels que soient les complexes, le pôle résidentiel est accolé à des espaces de plaisance (jardins clos, vergers).

31En ce qui concerne le ou les bâtiments proprement résidentiels (aula, camera, « salle », « tinel »), on observe des partis pris hétérogènes où se côtoient les complexes les plus imposants comme les plus modestes.

32Pendant la seconde moitié du XIVe siècle, les vieilles structures sont restructurées pour les adapter aux nouvelles modes d’habitat et aux récentes exigences d’intimité. La situation à Douvres apporte la preuve de la désaffection pour les grandes salles et du choix d’un logis plus compact, où il est loisible de multiplier les pièces. Le hall n’est pas reconstruit et la camera est prolongée d’un module à peu près identique. À Gaillon, vers 1380, l’étage du « tinel » est divisé en plusieurs salles : « salle du tinel », « chambre de parement » et « chambre de retrait ».

33Une des interrogations de notre travail concernait l’existence ou non, dans ces résidences ecclésiastiques, d’un pôle religieux aux caractéristiques propres qui le distinguerait de ce qui est généralement observé dans les résidences des grands laïcs.

34Malgré l’étroitesse de l’échantillon disponible, les chapelles indépendantes du logis forment la majorité des cas. Toutes les positions de localisation ont été relevées : attenante à une extrémité du logis (Saint-Lô), sur un axe parallèle (Les Loges, Saint-Philbert, Neuilly, Pontoise) ou sur un axe perpendiculaire (Douvres). On connaît l’existence de galeries ou de passages qui unissent la chapelle au logis (Les Loges, Pontoise, Saint-Philbert, Valognes). Dans deux cas, la chapelle est installée à l’étage du bâtiment indépendant (Saint-Philbert, Saint-Lô).

35À cinq reprises, des témoignages écrits probants et des vestiges architecturaux permettent une datation de la construction entre la fin du XIe siècle et la fin du XIIIe siècle. Certaines constructions sont largement postérieures à l’implantation du complexe et nous ignorons si elles remplacent un édifice antérieur plus modeste ou d’ampleur égale. Dans le cas contraire, on ne peut que s’étonner d’une démarche aussi tardive, à moins d’y voir, comme d’autres indices inclinent à l’envisager, une volonté de parfaire des aménagements incomplets alors que la fréquentation des résidences « secondaires » s’intensifie.

36Nous connaissons mal les bâtiments eux-mêmes, à l’exception de leurs dimensions à Douvres, Neuilly et aux Loges, qui dénotent des édifices d’une certaine ampleur. Les ouvertures ont été dotées d’un décor remarquable à remplage rayonnant aux Loges et de colonnettes à chapiteaux sculptés à Neuilly. Nous n’avons rencontré qu’une seule chapelle dotée d’un clocher, celle de Déville.

37L’installation des desservants de ces chapelles est intervenue assez tardivement, dans la première moitié du XIVe siècle, alors que les chapelles existent depuis un siècle au moins. Nous savons que dans certains manoirs, un logis propre aux desservants, avec étage résidentiel sur rez-de-chaussée à vocation servile, leur était attribué (Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Valognes).

  • 1 J. Gardelles, « Les chapelles castrales en France. Essai de synthèse », in L’Église et le château (...)

38La réponse à notre question initiale ne peut être que partielle. Cependant il semble bien que, dans des structures identiques (forteresses, maisons fortes), les prélats normands n’ont pas mis en place des structures ecclésiastiques fondamentalement différentes de celles de leurs pairs laïcs. On ne constate pas de variantes en ce qui concerne le nombre, l’ampleur et la localisation, aussi bien dans le complexe que par rapport au logis1. En revanche, en ce qui concerne les maisons plates, il existe de grandes similitudes avec les complexes ecclésiastiques que sont les manoirs templiers et hospitaliers. Mais une conclusion trop péremptoire n’est pas de mise ; en effet, les maisons plates des prélats normands se distinguent par l’existence d’un bâti résidentiel de plus grande ampleur, à la fois par les dimensions et par le nombre d’édifices à fonction de logement.

39L’analyse des bâtiments à vocation administrative laisse à penser qu’il y eut, entre le XIIe et le XVe siècle, un déplacement des bâtiments judiciaires. Alors qu’au XIIIe siècle, les prélats rendent la justice dans les aulae, au XVe siècle, des bâtiments spécifiques à l’exercice du pouvoir judiciaire ont été aménagés (« cohue », « mareschauscee », « plaidouer ») à l’écart des espaces résidentiels. Il est indiscutable que le nombre d’occurrences est trop faible pour conclure à la généralisation d’un tel processus. Mais celui-ci a été constaté, en particulier dans les résidences ducales en Normandie au XIIe siècle, où l’on assiste, semble-t-il, à une relative désaffection des halls dont l’entretien est délaissé au profit des camerae.

40La proposition d’évaluer le rythme de fréquentation des résidences « secondaires » par les prélats à partir du recensement des actes datés et signés de ces séjours a été enrichie de preuves directes ou indirectes de travaux de construction ou d’aménagements qui attestent d’un réel intérêt pour les séjours ruraux ou semi-ruraux et ont été considérées comme de bons indices de fréquentation. Ces sources croisées permettent d’avancer que la période de la plus intense fréquentation est celle des XIIIe et XIVe siècles et que l’éloignement par rapport à la métropole n’est pas un motif d’abandon ou de rareté des visites.

41Les raisons précises des visites aux manoirs sont mal perceptibles. On soupçonne des motifs annuels d’ordre religieux (ordinations, fêtes solennelles) ou administratif (serment des vassaux, justice) mais les preuves en sont infimes. Nous n’avons pas pu prouver que les prélats fréquentaient leurs séjours pour chasser dans les parcs à gibier ou les forêts dont nous avons noté la présence prégnante aux portes des manoirs et des châteaux. L’exemple d’Eudes Rigaud permet de suggérer que la fréquentation du séjour rural ou semi-rural est aussi un plaisir que les prélats aiment faire partager à leurs hôtes.

42En l’absence du prélat, la résidence secondaire abrite un personnel varié et hétérogène qui a laissé peu de traces dans les sources : agents de l’administration seigneuriale (receveur, sénéchal, prévôt), clercs, personnel subalterne (gardien, geôlier, fermier, domestiques).

43L’analyse des inventaires après décès révèle qu’en l’absence des prélats, on ne conserve dans les séjours que des meubles lourds et encombrants (lits, bancs à dossier, tables et tréteaux, chaises, dressoirs). En cas de visite, on fait fabriquer quelques meubles alors que les tentures, tapisseries, vaisselles de table et décorative, linge, petits meubles sont apportés de la résidence métropolitaine. L’état du mobilier qui reste à demeure nous a paru être un bon indice de la désaffection ou de l’intérêt pour le séjour.

44Les sources ont peu documenté les décors permanents. Nous avons relevé les lambris et les vitres décorées de vignes à Gaillon et le décor de cygnes d’une grande salle de Saint-Ébremond.

45Si les remarques générales qui viennent d’être faites peuvent être appliquées à tous les évêchés, la confrontation des sept évêchés fait apparaître un certain nombre de divergences et de particularismes le plus souvent mal expliqués ou alors par des facteurs très ponctuels liés le plus souvent, semble-t-il, aux conditions d’acquisition.

46Les évêques d’Avranches n’ont possédé que deux résidences « secondaires » dont nous avons démontré le caractère de maison forte. Ils ont aussi tenu le séjour le plus éloigné de la métropole (Saint-Philbert) ; mais cet état de fait est indiscutablement lié aux conditions de la donation et à la volonté d’affirmer la présence seigneuriale dans un domaine dont la possession avait été contestée par la famille du prélat donateur. On peut sans doute invoquer les petites dimensions du diocèse d’Avranches pour expliquer la seule résidence « secondaire » qui s’y élève (Le Parc). Cependant les études manquent pour évoquer la structure des domaines du temporel, leur localisation et leur dispersion.

47Les évêques de Sées n’ont tenu que des maisons plates dont deux s’illustrent par l’extrême modestie, voire la médiocrité, du bâti et de l’emprise (Laleu, Saint-Fulgent-des-Ormes).

48Seuls les évêques de Bayeux, Coutances, Évreux et Avranches, et à un degré beaucoup moindre les archevêques de Rouen, ont développé aux portes de certains séjours des aménagements de prestige (forêts, parcs à gibier, étangs) qu’autorisaient la configuration des sites ou des structures préexistantes (Neuilly, Saint-Ébremond, Brosville, Condé, Le Parc, Saint-Philbert). Certaines de ces entreprises bien documentées ont été mises en œuvre très rapidement après l’entrée du domaine dans le temporel, dans la seconde moitié du XIe siècle (Neuilly, Le Parc, Saint-Ébremond). En ce qui concerne les archevêques de Rouen et les évêques de Sées et de Lisieux, la manifestation arborée de la puissance du tenant a été aménagée à l’écart de l’enclos (Laleu, Saint-Nicolas-d’Aliermont) ou intégrée à l’enclos, où l’espace boisé ne dépasse pas 10 hectares (Fleuré, Les Loges).

49Les archevêques de Rouen, les évêques de Lisieux et de Sées s’illustrent par l’absence de complexes fortifiés jusqu’à une période assez tardive pour les deux premiers. L’acquisition de Gaillon, en 1262, relève sans doute d’une volonté de compensation de la perte du domaine des Andelys, alors que la construction des forteresses de Louviers et de Courtonne relève du contexte militaire de la guerre de Cent Ans.

50À partir du milieu du XIVe siècle et jusqu’au troisième quart du XVe siècle, de nombreux indices inclinent à conclure à une raréfaction des séjours qui confine à un effacement quasi total de la présence épiscopale. Des sources indirectes ont permis d’évoquer assez précisément les dangers liés à l’insécurité qui vident les manoirs de Déville et de Fresne de certains de leurs résidents permanents ou qui rendent l’accès au manoir quasi impossible. La baisse de la fréquentation doit être imputée également au très fort absentéisme des prélats pendant toute cette période. À la résidence dans leur diocèse, ils ont préféré tenir auprès des papes et des rois ou des princes de hautes charges administratives. Les évêchés les plus touchés par ce phénomène furent ceux de Coutances, Évreux et Rouen.

51Cette absence n’a pas signifié abandon total. Nous avons des preuves qu’entre 1350 et 1419, les prélats ont ordonné la mise en défense de leurs forteresses (Gaillon, Neuilly, Courtonne, Le Parc, Louviers, Saint-Ébremond ?). Quant aux mutations architecturales qui affectent les résidences du Parc et de Courtonne, elles se traduisent dans les nouvelles appellations qui leur sont affectées : castrum sive fortalicium de Courtonne, « chastel » du Parc. Nous avons noté un processus identique à propos de la « maison » de Louviers, transformée en « fort » puis « chastel ». Les comptes rouennais attestent de travaux d’entretien aux bâtiments à usage agricole (Déville, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont) et d’aménagements d’importance à Gaillon vers 1380 (lambris, toitures) ; mais ces quelques cas assez bien documentés ne peuvent pas être considérés comme représentatifs d’une situation générale.

52Les conséquences de la guerre sur les structures bâties se laissent mal appréhender. L’état dans lequel nous les retrouvons à partir du milieu du XVe siècle laisse entrevoir des structures sans doute peu différentes de ce qu’elles étaient dans la première moitié du XIVe siècle. Nous savons que le château de Neuilly a été incendié, celui de Courtonne pillé ; Gaillon a été démantelé et Saint-Ébremond est délabré.

53Cela étant, l’hypothèse de l’absence de travaux d’envergure aux logis, entre le milieu du XIVe siècle et le troisième quart du XVe siècle, doit être la situation la plus fréquente. Cette position est renforcée par ce que nous savons de certaines résidences métropolitaines dont l’état de délabrement a entraîné la reconstruction totale à la fin du XVe et au début du XVIe siècle (Évreux, Sées, Coutances).

54La fréquentation des résidences « secondaires » ne reprend pas avec la fin des hostilités en 1450 ; au contraire, nous avons noté un décalage de vingt à trente ans, avant que les prélats ne retrouvent le chemin de leurs séjours ruraux et semi-ruraux. En fait, la reprise de la fréquentation correspond, à l’exception des archevêques de Rouen, au retour des prélats et à leur présence plus assidue dans les diocèses.

55Dans presque tous les diocèses, il faut attendre les années 1470-1480 pour assister à une restauration du bâti autant rural qu’urbain alors que dans un premier temps, on a privilégié la remise en état des bâtiments agricoles. Les archevêques de Rouen sont les premiers à œuvrer à la remise en état de leurs résidences.

56À partir de 1450 / 1470, on assiste à un double processus quant au traitement des manoirs et des châteaux. Il est très clair que les prélats normands ont choisi de réduire le nombre de leurs résidences « secondaires ». Sur les vingt-sept séjours ruraux, semi-ruraux et urbains fréquentés au Moyen Âge nous en comptons au moins douze dans lesquels les prélats n’ont pas fait réaliser de travaux aux structures résidentielles. Dans ces complexes, les seules entreprises semblent avoir consisté en la remise en état des bâtiments à usage agricole et au logement des fermiers. Ces manoirs qui possédaient la double vocation de résidence et de centre de gestion domaniale se replient sur cette dernière activité.

57Les raisons qui ont présidé au choix et à la sélection sont diverses. Un premier argument est à rechercher dans la baisse des revenus des temporels ; ceux-ci ne retrouvent pas avant longtemps leur niveau du milieu, voire du début du XIVe siècle. En conséquence, priorité a été donnée à la reconstruction ou rénovation du palais urbain. Cela étant, on constate que l’éloignement n’a pas été un facteur déterminant ; si des manoirs éloignés de la métropole ont été délaissés (Cambremer, Valognes, Canapville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Saint-Fulgent-des-Ormes), ce fut aussi le sort de manoirs proches (Brosville, Bernienville, Courtonne, Déville, Fresne, Laleu, Pinterville). La notoriété et la valeur démonstrative du séjour sont vraisemblablement entrées en ligne de compte. Cet aspect a sans doute joué en ce qui concerne les complexes extrêmement modestes de Bernienville, Laleu, Saint-Fulgent-des-Ormes et Canapville ; mais on comprend moins bien le rejet de la forteresse de Courtonne et des manoirs de Pinterville, Brosville, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont. Le choix peut avoir pris en compte les aptitudes de l’environnement du manoir à alimenter les plaisirs de la chasse ; dans ce cas on comprend bien certaines options d’abandon (Laleu, Fresne, Saint-Fulgent, Bernienville, Canapville, Cambremer, Valognes, Courtonne) ; mais quelques-unes ne cadrent pas avec ce schéma lorsqu’on connaît les parcs à gibier ou les forêts qui jouxtent le manoir (Brosville, Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pinterville). À défaut de conclusion péremptoire, on peut admettre une interaction de ces facteurs, plus ou moins privilégiés suivant les sites.

58En dépit de certaines incertitudes, on peut envisager que douze châteaux ou manoirs aient conservé leur vocation de résidence « secondaire ». Les évêques de Sées, Lisieux et Évreux n’en ont conservé qu’un ; les évêques de Bayeux, Avranches et Coutances n’en fréquentent plus respectivement que deux ; les archevêques de Rouen ne jouissent plus que de quatre résidences. Les mêmes arguments que ceux énoncés ci-dessus peuvent être invoqués. La distance par rapport à la métropole épiscopale n’entre pas nécessairement en ligne de compte. Les évêques d’Évreux choisissent Condé, ceux de Bayeux Neuilly et ceux d’Avranches Le Parc et continuent, sans doute, à fréquenter Saint-Philbert. On semble avoir privilégié les manoirs et châteaux dotés de parcs à gihier et de forêts (Le Parc, Saint-Philbert, Condé, Neuilly, Saint-Ébremond). Les résidences des archevêques de Rouen s’échelonnent sur la route de Paris (Gaillon, Pontoise). Dans certains cas, la désaffection se traduit par la location de certaines pièces à des individus étrangers au monde ecclésiastique (Les Andelys).

59La restauration de ces résidences a conservé la structure globale du complexe (clôture, emprise, partition en cours et jardins), mais les partis pris de remise en état des logis ont été hétérogènes. À l’exception de la reconstruction totale du manoir de Pontoise, partout ailleurs les vieilles structures sont reprises et remodelées par des travaux d’ampleur variable (nouvelle aile, tour d’escalier, galerie, grandes fenêtres, hautes toitures). En ce qui concerne les forteresses nous avons noté, dans deux cas, l’absence de restauration des structures de défense (Neuilly, Saint-Ébremond) alors que les courtines et tours de Gaillon n’ont été relevées que lors de la deuxième grande campagne de travaux, à partir de 1504.

60Les vocables qui désignent les sites ne présentent pas de mutations profondes. Les appellations « hostel » et « manoir » succèdent à domus et manerium pour nommer toutes les résidences à l’exception des forteresses. Seuls les mots pour désigner le pôle noble laissent percevoir les conversions de l’espace résidentiel. L’aula et la camera n’ont plus d’équivalents dans l’espace noble. Le terme salle ne désigne plus que la salle à manger, aménagée au rez-de-chaussée des logis rénovés ou reconstruits. Le vocable « chambre » continue à désigner un logis ; ce n’est plus celui du prélat mais celui du personnel du manoir (chapelains, secrétaires, écuyers) ; les chambres des prélats sont clairement désignées par des qualificatifs : « de parement », « de retrait ».

61Une permanence notable est à souligner : du XIIe-XIIIe siècle à la fin du XVe siècle, les prélats fréquentent les mêmes types de résidences. Ils continuent d’affectionner les maisons plates (Les Loges, Douvres, Fleuré), mais les maisons fortes (Le Parc, Condé, Saint-Philbert) et les forteresses (Gaillon, Neuilly, Saint-Ébremond) représentent un pourcentage plus élevé à la fin du XVe siècle. Il est paradoxal de constater qu’à cette époque, l’affirmation du pouvoir épiscopal intègre, bien plus qu’aux siècles précédents, des éléments de fortification même médiocres ou en ruine. Mais le processus qui s’est engagé dans la deuxième moitié du XVe siècle va aller en s’accentuant pendant les siècles suivants. Au XVIe siècle, les archevêques de Rouen vendent les deux manoirs de Pinterville et des Andelys et les évêques de Coutances ceux de Saint-Lô et de Valognes. Au XVIIIe siècle, on abat les vieux logis sans les reconstruire (Saint-Ébremond) ou on élève un château neuf sur le même site (Fleuré, Les Loges) et dans des conditions topographiques plus plaisantes (Condé, Le Parc).

Notes

1 J. Gardelles, « Les chapelles castrales en France. Essai de synthèse », in L’Église et le château (Xe-XVIIIe siècle), A. Chastel (dir.), Bordeaux, Éditions Sud-Ouest (Les cahiers de Commarque), 1988, p. 132-148 ; J. Mesqui, « La chapelle », in Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’architecture, Paris, Picard, 1993, p. 112-117.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search