Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

IIIe partie. Le long siècle des ruptures (1350-1500)

Le long siècle des ruptures (1350-1500)

Texte intégral

1La longue période qui commence aux environs de 1350 marque, en ce qui concerne les résidences des prélats normands, une ère de turbulences. Toutes, maisons plates, maisons fortes et forteresses, vont être touchées. Dès le début de la guerre, des tendances lourdes s’installent : la fréquentation se raréfie, perturbée par l’insécurité ou par l’absentéisme des prélats. Certains manoirs et châteaux qui sont directement impliqués dans la défense de la province vont se trouver au centre des combats et leurs structures de défense sont complétées. Cet état de fait continue et se renforce pendant l’occupation anglaise et lors de ses épisodes ultimes, à partir de 1445. Après 1450, la remise en état commence tardivement et s’échelonne sur au moins soixante ans. Mais aux alentours de 1500, les choix de restauration ou de reconstruction ont été très variables

Le poids de la guerre (1350-1418)

2L’état matériel et financier des temporels épiscopaux, pendant cette période et jusqu’en 1450, est mal connu. Le travail d’évaluation n’a été effectué, et n’est sans doute possible, que pour les biens de l’archevêché de Rouen, à partir des riches comptes de chacun des domaines archiépiscopaux. Il est envisageable, jusqu’à un certain point, de s’appuyer sur les résultats rouennais pour appréhender la situation des autres évêchés ; des travaux plus généraux qui ne portent pas exclusivement sur les biens religieux apportent des compléments significatifs.

  • 1 G. Bois, La Crise du féodalisme : économie rurale et démographie en Normandie orientale du début d (...)
  • 2 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of (...)
  • 3 A. Sadourny, « L’occupation anglaise en Haute-Normandie d’après les comptes de l’archevêché de Rou (...)

3Entre 1315 et 1450, les revenus seigneuriaux ont connu une véritable débâcle. G. Bois estime que pendant cette période ils ont baissé de 70 à 75 %1. Les comptes de l’archevêché de Rouen confirment cette catastrophe. Entre 1400 et 1455, les revenus du temporel, dîmes exclues, ont baissé d’environ 50 %, avec une très forte disparité suivant les domaines2. A. Sadourny considère cependant que les recettes du temporel sont celles qui ont le plus souffert alors que les recettes du spirituel étaient un peu moins affectées3.

Désordres et troubles de possession

4À partir de 1346, la Normandie, jusque-là épargnée par les hostilités franco-navarro-anglaises, devient le théâtre de la guerre ; les résidences des prélats normands souffrent du passage des gens de guerre et des ravages infligés aux domaines dont la baisse des revenus freine l’entretien et la restauration du bâti ; à cela s’ajoute sans doute le manque d’intérêt, voire la négligence dont sont accusés certains prélats.

  • 4 Chronique anonyme de Cambridge, citée dans A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard II (...)
  • 5 C. Birette, L’Invasion de 1346 dans le Cotentin d’après plusieurs témoins oculaires, Cherbourg, Im (...)

5La chevauchée d’Édouard III en 1346 dévaste le Cotentin puis le Bessin, et étend ses ravages jusqu’à la Seine. Le 18 juillet, la résidence des évêques de Coutances, à Valognes, abrite le prince de Galles4, mais on ne sait rien des dégâts qui auraient pu y être provoqués par le pillage de la ville qui accompagna, le lendemain, le départ des troupes. Les manoirs de Saint-Lô et de Louviers ont certainement souffert des saccages et incendies qui ont suivi l’investissement des deux villes après un siège rapide en juillet et août5.

  • 6 BNF, ms. fr. 26002, 969.
  • 7 N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, H. de Formeville (éd.), Hist (...)
  • 8 BNF, ms. fr. 20882, 44.

6Certaines libéralités royales à l’égard des prélats normands évoquent, dans leurs attendus, les méfaits de la guerre. En mai 1360, l’archevêque de Rouen reçoit du régent 1000 deniers d’or au mouton pour les dépenses engagées pour ses châteaux et forteresses6. En août 1365, l’évêque de Lisieux, Adhémar Roberti, obtient du roi l’autorisation de continuer à percevoir, pendant un an, deux deniers sur douze des impositions qui avaient été instaurées pour la rançon du roi Jean, et qui avaient été accordées pour compenser les pertes que les évêques de Lisieux avaient subies du fait des guerres, à charge pour eux d’en employer le montant à la réparation des murs et des fortifications de leur ville épiscopale7. Un peu plus tard, l’évêque de Coutances, Sylvestre de la Cervelle (1371-1386), reçoit du roi 600 francs-or en considération de l’état déplorable de son évêché8.

7Quelques documents font état clairement des atteintes au patrimoine bâti. Dans la plupart des cas, il s’agit pour le prélat de réclamer une remise ou un report de paiement ou de déclaration. C’est ainsi qu’en 1379, l’évêque de Bayeux, Nicolas du Bosc, fait parvenir au pape par l’intermédiaire de l’archevêque de Rouen une description quasi apocalyptique de l’état de ses biens :

  • 9 Cité dans H. Denifle, La Désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerr (...)

... quod occasioneguerrarum que in regno Francie et maxime in partibus Normannie hactemus viguerunt, et etiam propter defectum, negligentiam sive culpam predecessorum suorum episcoporum baiocen. nonnulla castra, fortalicia, maneria, domus, habitationes et alia loca ad mensam episcopalem Baiocen spectantia pro majori parte destructa existunt9.

  • 10 Gallia Christiana, XI, col. 374.
  • 11 BNF, ms. fr. 20882, 55.
  • 12 N. Deshays, Mémoires..., p. 148.

8Il est vrai que depuis 1342, le Bessin, cadre de la mense épiscopale, avait particulièrement souffert. Le château de Neuilly a été attaqué à deux reprises : en 1343 par Geoffroy de Harcourt, et en 1359 par des petits sires locaux, inquiets des amitiés anglaises et navarraises des grands de la région. En 1356, le Bessin a été ravagé et Bayeux assiégée par des troupes anglo-navarraises. Les revenus bayeusains exsangues n’ont pas permis à l’évêque, Pierre de Vilaines (1349-1360), de payer ce qu’il devait à Rome, et en conséquence l’autorisation de l’inhumer dans la cathédrale n’a pas été accordée. Le corps de l’évêque, décédé à Neuilly, est inhumé sur place ; ce n’est qu’en 1440 que son successeur, Zanon de Castiglione, fait transférer les restes dans la nef de la cathédrale10. Entre 1387 et 1408, Louis d’Orléans se fait le porte-parole de l’évêque de Coutances, Louis de Crévecœur (1387-1408), qui ne peut faire son aveu et dénombrement « ... parceque la greigneur partie des chartes, lettres et autres escriptures anciennes appartenant a ladite eglise ont este perdues arses et detruites »11. Le diocèse de Lisieux n’a pas été épargné et c’est sous l’épiscopat de Guillaume d’Estouteville (1382-1414) que nous en appréhendons l’état. En 1356, la ville a été occupée par le duc de Lancastre. En 1385, l’évêque accepte que des rentes qui lui sont dues par le chapitre soient provisoirement diminuées, étant donné la ruine des biens-fonds sur lesquelles elles sont assignées. En 1387, le roi accorde un délai d’aveu parce que les archives de l’évêché ont été pillées lorsque la ville fut investie par le bâtard de Savoie et que ce qui en subsistait avait été saccagé par les héritiers d’un de ses prédécesseurs, Alphonse Chevrier (1368-1377)12.

  • 13 Ms de Dom Lenoir, 5, p. 103-104, cité dans R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417. Restauratio (...)

9L’état du délabrement issu du manque d’entretien, faute d’hommes et d’encadrement pour ordonner les travaux, peut être illustré par la situation dans la région de Neuilly en 1415 ; cette zone de marais fluvio-marins, où s’élève la forteresse des évêques de Bayeux, est particulièrement sensible au défaut d’entretien. À cette date, les quinze acres de prés du fief de Saint-Lambert, dépendant de l’évêché de Bayeux, « ... sont et ne seront jamais d’aucune valeur pour ce que la mer les couvres et les a gagnes »13. Il est difficile d’imputer cette situation à une hausse du niveau marin, mais la ruine des moulins et des digues et l’envasement des étangs n’ont pu qu’être accélérés par une gestion défaillante.

10Nous avons signalé dans un chapitre précédent que les années 1350-1400 avaient été marquées par un fort absentéisme des prélats, mais il n’est pas toujours légitime d’y voir un nécessaire abandon ; le temporel épiscopal et son entretien doivent pouvoir compter sur un personnel compétent et efficace que nous ne connaissons pas.

Les forteresses épiscopales dans la tourmente

La mise en défense à partir de 1360 : les hommes

11Six sites appartenant à des prélats normands ont été considérés, par l’administration royale, comme stratégiques, et ce dès les années 1350-1360 ; il s’agit des châteaux du Parc, de Courtonne-la-Meurdrac, Louviers, Neuilly, Gaillon et sans doute de Saint-Ébremond.

  • 14 É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Le (...)
  • 15 Dès le début des années 1370, la région entre Neuilly et Bayeux a fait l’objet de toute l’attentio (...)
  • 16 ADSM, G 1020, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 140-141.

12Cette valeur stratégique est clairement définie par Charles VI, en 1412, lorsqu’il rappelle que « ... le chastel de Nully qui est ung des plus fors chastiaulx du pais et que nos ennemis ont plus convoitté tousiours a avoir »14 ; le site de Neuilly en fait une base de défense au pied du Cotentin, au niveau du passage périlleux vers le Bessin15. Les sites de Gaillon et de Louviers s’échelonnent au sud de Rouen sur les voies de communication vers Paris ; en 1380, le roi Charles VI reconnaît le rôle déterminant du château de Gaillon lorsqu’il écrit : « ... ledit chastel de Gaillon est assis en frontière et a besoin de estre garni de vivres »16. Celui de Courtonne peut défendre la route vers Paris, au sortir de Lisieux à l’est. Quant aux sites de Saint-Ébremond et du Parc, au sud de Saint-Lô, vers l’Avranchin, ils complètent les défenses que sont déjà les forteresses de Gavray et de Hambye.

13Il faut noter que cette mise en défense a concerné des complexes qui possédaient déjà des structures fortes anciennes : châteaux de Neuilly, de Gaillon et peut-être de Saint-Ébremond, maisons fortes de Louviers et du Parc. La situation de Courtonne est mal connue. La prise en charge financière, matérielle et humaine de cette mise en défense a été partagée entre le roi et les prélats.

  • 17 P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge (1337-1494), Paris – La Haye, Mouton, (...)
  • 18 ADC, G 272.
  • 19 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se t (...)
  • 20 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande à la fin du Moyen Âge. Le Coutumier d’Hector de Chartres,(...)

14Les rois Charles V et Charles VI ont contribué à peupler les châteaux de défenseurs. Les services de guet, dus par les hommes des seigneuries, sont fermement rappelés au tournant des XIVe et XVe siècles. Il s’agit vraisemblablement de la réactivation d’un droit ancien dont les hommes s’étaient depuis longtemps déchargés en échange du paiement d’un cens17. En 1379, l’évêque de Lisieux, Nicole Oresme, se plaint au roi Charles V que les revenus du temporel ne lui permettent pas d’assurer financièrement le guet à son « fort » de Courtonne18 ; trois ans plus tard, son successeur, Guillaume d’Estouteville, obtient du roi que les habitants des paroisses voisines soient contraints d’y faire le guet19. En 1412, le devoir de guet, dû par tous les hommes de l’évêque de Bayeux, quelle que soit la seigneurie dont ils dépendent (Neuilly, Douvres, Cambremer, Saint-Vigor), est reconnu par le roi qui les exempte de ce service ailleurs. Quelques années plus tôt, le Coutumier d’Hector de Chartres avait signalé le devoir de guet à Neuilly dû par les habitants de Quinéville, dans le Cotentin20.

  • 21 BNF, ms. fr. 26271, 427.
  • 22 Compte de 1367-1368, ADSM, G 634 fo 11-12 ; T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 143-14 (...)
  • 23 ADSM, G 581 fo 16 et G 582 fo 17.

15Quant au choix et à la nomination du capitaine de la garnison, par l’évêque ou par le roi, il faut envisager des situations qui varieraient suivant les périodes et les contextes. Dès 1374, à Neuilly, la nomination semble ressortir de l’autorité royale. À cette date, l’évêque Louis Thésard, qui vient d’être nommé au siège de Reims, intercède auprès du roi pour que son neveu, Herbert Thésard, soit confirmé capitaine de Neuilly21. Cette intervention peut paraître précoce, mais le château de Neuilly a déjà été l’objet d’épisodes guerriers d’importance, en 1343 et 1359. Nous ignorons cependant à qui incombe l’entretien de ce capitaine. En revanche à Louviers, l’archevêque de Rouen qui entretient en linge, ustensiles, cidre et gages, un capitaine du « fort » depuis au moins 1368-1369, obtient du roi en 1382 que celui-ci soit également celui de la ville et ce malgré l’opposition des habitants22. En 1409-1410 et 1411-1412, deux arbalétriers de la garnison de Gaillon sont payés par le receveur de l’archevêque23 ; on peut penser que le reste de la garnison était à la charge du roi.

16La participation des grands vassaux des prélats à la défense des châteaux n’est pas documentée. Leur service féodal, connu par les enquêtes de 1133 et 1172, est-il toujours en vigueur ? Un seul indice permet d’affirmer la présence de certains d’entre eux. À Neuilly, au nombre des six défenseurs du château, en 1418, trois au moins sont des vassaux de l’évêque de Bayeux : le capitaine, Thomas de Creully, et deux écuyers, Guillaume de Vaulx et Symon Hamon.

La mise en défense : le bâti

  • 24 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France, de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997. (...)

17À l’instar de très nombreuses autres résidences seigneuriales24, cinq sites appartenant aux prélats normands ont été l’objet de travaux de mise en défense plus ou moins importants : Gaillon, Louviers, Courtonne, Le Parc et Neuilly. L’inégal partage du financement que l’on constate entre le roi et les prélats est sans doute imputable aux lacunes des sources qui imposent une vision simplifiée et les conclusions devront donc être prudentes.

  • 25 BNF, nouv. acq. fr. 12245, 55. Ce fragment de compte du vicomte de Coutances porte également témoi (...)
  • 26 ADSM, G 1020, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 140-141.

18C’est au Parc que l’intervention royale est la plus clairement attestée. En 1390, les travaux sont ordonnés et payés par le vicomte du Cotentin25. Elle est indirecte à Gaillon en 1380, lorsque Charles VI octroie droits et privilèges à l’archevêque de Rouen pour garnir le château de Gaillon « ... parceque ledit chastel de Gaillon est assis en frontiere et a besoin de estre garni de vivres »26. La donation, en 1360, de 1000 deniers d’or témoigne d’une prise en charge épiscopale très précoce ; prise en charge reconnue, voire demandée puis indemnisée après coup par l’administration royale.

  • 27 J.-M. Pesez, F. Piponnier, « Les traces matérielles de la guerre sur un site archéologique », in G (...)
  • 28 A. Plaisse, « Le moulin à marée de Cherbourg », Cahier des Annales de Normandie, 23, 1990, Recueil (...)
  • 29 BNF, Compte de Pierre de Gorremont, Coll. Bourgogne, vol. 104, fo 200 vo.

19Les équipements mis en place à Neuilly ne sont connus que de façon indirecte et sans détails. On soupçonne ainsi vers 1350-1360 de gigantesques travaux de détournement d’un bras de la Vire pour alimenter en eau deux moulins à marée nouvellement construits sur les fossés du château. Une telle entreprise cadre assez bien avec certains travaux d’importance entrepris par des garnisons pour faire face à un afflux de personnes, soldats ou réfugiés, voire pour soutenir un siège. C’est ainsi qu’est interprété le grand four à pain d’une maison du village sicilien de Brucato qui aurait été construit pendant l’occupation du village par l’armée angevine en 1338227. Le moulin de Neuilly peut être rapproché d’un exemple en tout point similaire, dans le temps, la forme et les conditions d’exécution : le moulin à marée du château de Cherbourg28. Ce moulin, aménagé sur les fossés du château, aurait été construit pendant l’occupation anglaise par le capitaine Guillaume le Scorp, entre 1386 et 1389, dont l’objectif n’était pas tant l’afflux de réfugiés dans le château que la nécessité d’assurer l’approvisionnement de la garnison en farine sans faire appel au moulin extérieur au château. Plus tard, en 1414-1419, l’évêque Jean Langret « garnit d’artillerie le chastel de Nuilly étant en son diocese afin quil ne pust etre pris par les Anglois »29, mais l’absence de sources supplémentaires ne permet pas d’évaluer si des travaux d’aménagement ont accompagné ces dépenses.

20Quant à Guillaume d’Estouteville, évêque de Lisieux, il prétend avec emphase dans son testament rédigé en 1414 avoir fait de sa résidence de Courtonne un chastel sive fortalicium.

  • 30 ADSM, G 634 fo 8-14.
  • 31 ADSM, G 969.

21Les trois sites de Courtonne, Louviers et Le Parc ont connu des aménagements majeurs qui ont profondément modifié les structures préexistantes, et cela suivant un schéma identique perceptible dans la mutation qui affecte le vocabulaire les désignant. À Louviers, on perçoit, entre 1346 et 1383, la transformation en deux étapes d’une « maison » en une « forteresse ». La « maison » saccagée en 1346 par une émeute urbaine et par le passage des troupes anglaises aurait reçu, dans un premier temps, un dispositif défensif partiel, le « fort », que les aménagements ultérieurs vont conserver. Le compte de 1367-1368 présente une forteresse (« chastel ») dotée de fossés, ponts-levis et dormants, tours et du « fort » doté de son propre fossé30. Un acte de Charles VI, en 1383, confirme cette évolution31. Le roi autorise l’archevêque, qui « avait fait d’un sien hostel ou hostels assiz en ladicte ville une forteresse », à reconstruire et renforcer cette forteresse qui est « decheue ».

22Au Parc, l’établissement primitif était vraisemblablement une maison forte régulièrement désignée par le terme manerium. En 1390, elle reçoit le qualificatif de « chastel » et le compte y mentionne un « danjon ». Cette mutation du vocabulaire incline à envisager des aménagements architecturaux qui auraient pu intervenir à partir du milieu du XIVe siècle. Malgré les lacunes des sources, on verrait bien cette entreprise mise en œuvre par l’évêque Robert Porte (1359-1379), alors que, fidèle de Charles le Mauvais, il avait été nommé gouverneur de Regnéville.

23À Courtonne, il est probable que les travaux ont consisté en des aménagements apportés à une structure déjà défendue et nommée le « fort » quelques années plus tôt. Les vestiges encore en place éclairés par les sources du XVIIIe siècle ne permettent pas véritablement d’éclairer ces travaux, mais il pourrait s’agir de la construction d’une tour forte, un « donjon » et de l’aménagement d’un circuit de fossés au moins autour d’une partie du complexe.

  • 32 En 1367-1368, on verse une indemnité aux tenanciers d’une maison détruite. Mais on pourrait égalem (...)
  • 33 ADSM, G 582 fo 18 vo.
  • 34 Dans les trois cas ce sont des charpentiers ou des « huchiers » qui sont payés pour ce travail. Le (...)

24Ces lourds dispositifs maçonnés sont complétés au Parc, à Louviers et Gaillon par le nettoyage des abords et par l’installation ou la réparation de structures légères et mobiles inutiles en temps de paix, mais indispensables pour faire face à un siège ou accueillir une garnison. Les abords de la forteresse sont dégagés de tout ce qui les encombre et qui pourrait favoriser la progression de l’ennemi. À Louviers, on a détruit des maisons près du « fort »32 et à Gaillon, en 1411-1412, après en avoir arraché les cerisiers, on laboure le jardin devant la porte et l’on y plante une haie33. Ailleurs, comme à Louviers, les fossés sont recreusés, élargis et réaménagés. On accroche des guérites de bois au Parc en 1390, à Louviers en 1367-1368 et à Gaillon à partir de 1409-141034. Dans le dernier cas, on sait qu’elles furent installées sur la porte et sur la grosse tour, et que la circulation des unes aux autres se faisait par des passerelles (« barbacanes ») ; ces aménagements ont nécessité l’obturation des fenêtres hautes de la porte.

25Les planches et les cordes des ponts (ponts-levis et ponts-dormants) sont remplacées ; le fonctionnement les herses est remis en état. À Gaillon toujours, en 1413-1414, on édifie un nouveau « pont levant » et « dormant ». Enfin, relevons à Gaillon la mise en place d’un dispositif qui relève plus de la défense symbolique que de l’efficacité matérielle : en 1405, on installe sur la porte du château une statue de saint Michel.

  • 35 Dans les autres forteresses normandes occupées par les Anglais, entre 1417 et 1450, on a constaté (...)

26La liste des travaux, qui fait très nettement apparaître une prédominance des travaux de charpente et de menuiserie, laisse à penser que les forteresses de Gaillon, de Louviers et peut-être du Parc étaient considérées comme suffisamment équipées en structures de défense passives, et parfaitement aptes à remplir leur office35.

  • 36 ADSM, G 583 fo 31.

27Ces travaux de mise en défense n’interrompent pas l’entretien des espaces proprement résidentiels. À Louviers, les travaux, autant que les lacunes des sources permettent de les appréhender, concernent surtout les logements des résidents permanents. On élève une cloison de plâtre dans la chambre du capitaine et un serrurier remet en état les portes ou les fenêtres des « aisements », de la « salle » et de plusieurs « chambres ». À Gaillon, entre 1409 et 1414, on répare la couverture de la « grande salle » et des étables ; un lit est installé dans le « retraict de la chambre » de l’archevêque ; les vitres ornées de bordures peintes de vignes (« vignettez ») des chambres de l’archevêque sont réparées36 ; les conduits de la fontaine sont régulièrement débouchés.

Les sièges et les redditions de 1418 et 1419

28Nous possédons les actes de reddition de trois des quatre forteresses épiscopales engagées dans les opérations militaires des années 1418 et 1419 : reddition de Courtonne le 6 mars 1418, de Neuilly le 15 mai 1418 et de Gaillon le 17 juillet 1419. En revanche, on ignore les événements qui ont conduit à la chute du castrum de la Motte, aux évêques de Coutances, à Saint-Ébremond-de-Bonfossé et du « chastel » du Parc aux évêques d’Avranches. Ces trois textes autorisent, malgré l’absence de détails, un certain nombre d’observations à propos des conditions du siège, du degré de résistance de la garnison et du traitement par le vainqueur.

29Les trois châteaux ont servi de refuge à des civils, en particulier à des « dames » et « damoiselles », filles, femmes ou veuves des défenseurs et des châtelains locaux.

  • 37 R.A. Newhall considère que la garnison de Courtonne ne comptait que douze hommes (The English Conq (...)

30Des hommes de la garnison, nous connaissons ceux qui sont impliqués dans les pourparlers de la reddition ou ceux qui sont retenus comme otages jusqu’à la bonne fin des opérations. À Courtonne, on compte au moins onze hommes : neuf « gentilzhommes », un chevalier et le capitaine, Jean de Bienfaite. À Neuilly, ce sont sept hommes : cinq « escuiers », un « chevalier » et le capitaine, Thomas de Creully. Il ne paraît pas raisonnable de considérer que ces chiffres représentent la totalité de la garnison37. On doit s’attendre à la présence de tout un personnel subalterne ou spécialisé, que les textes ne mentionnent pas. Les paysans assujettis au guet sont à compter, également, au nombre des défenseurs.

  • 38 Observations personnelles.

31Les actes de reddition, très réalistes, confirment que ces forteresses sont bien équipées en artillerie et « abillemens » pour la guerre, comme à Gaillon : « lances, arcs, arbalestres, fleches, viretous, poudres et canons ». Il est tentant de rapporter à ces épisodes les boulets de pierre de tailles variées mis au jour dans les deux forteresses de Neuilly et de Courtonne : projectiles pour catapultes, trébuchets ou pierriers, boulets de canon, de bombardes ou de couleuvrines38.

32Les chroniques laissent tout ignorer de l’intensité des combats et du degré de résistance des forteresses épiscopales face aux Anglais. Malgré tout, les conditions des redditions contiennent des informations qu’aucun récit n’a transmises.

33Ces trois textes qui n’ont rien de stéréotypé comportent nombre de points communs. Six otages sont retenus par les vainqueurs jusqu’à l’exécution des termes de l’accord. Les prisonniers anglais, gallois ou sujets du roi d’Angleterre doivent être libérés. Les armes et l’approvisionnement que contient le château y sont maintenus et conservés en bon état. Les vaincus vont pouvoir partir, munis de sauf-conduits, libres de prêter serment de fidélité au roi d’Angleterre ; dans ce cas, ils retrouveront leurs biens alors que dans le cas contraire, ceux-ci seront confisqués. La forteresse est transférée entre les mains du roi d’Angleterre, qui y nomme un capitaine. Cela étant, l’acte de reddition de Courtonne présente de notables différences avec ceux de Neuilly et de Gaillon.

  • 39 J. Glénisson, V. Deodato da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux XIVe et XVe sièc (...)

34Les hommes et les dames de Courtonne qui refusent de prêter serment sont autorisés à partir, mais doivent laisser sur place leurs biens meubles et leurs chevaux. Les dames et demoiselles n’auront droit qu’à leur « arrays pour leur corps et pour leurs tetes ». Ces conditions sont bien plus sévères que celles qui ont été infligées aux vaincus de Neuilly et de Gaillon. En effet, les hommes et les femmes de Neuilly sont autorisés à utiliser des chevaux, des charrettes ou des bateaux pour emporter leurs « biens meubles » ; quant à ceux de Gaillon ils partiront « francement et paisiblement ou bon leur semblera ovecques leurs chivaulx et hernoys et aultres biens quelconques ». Cette différence de traitement est à mettre en relation avec ce que l’acte laisse transparaître de la résistance du château de Courtonne. Une brève formule mise au compte du capitaine Jean de Bienfaite, « ...a cause de ce que nous avons rompues et enfraintes trieves faites et prises par entre le dit tres excellent Roy dune part et Monseigneur le duc de Bourgoigne daultre part... », laisse entendre que la garnison a enfreint les lois de la guerre et continué le combat alors que des trêves avaient été signées ; le prix à payer a donc été établi en considération de cette infraction39.

35Quant aux autres forteresses, il faut envisager, au vu des conditions très légères de la reddition, une résistance faible, voire symbolique. Une reddition à laquelle les assiégés ont dû se résoudre très vite, sans trop d’états d’âme, alors qu’ils savaient qu’aucune armée française n’était en mesure de les secourir.

36On peut s’interroger, pour terminer, sur la place et le rôle des prélats dans ces épisodes dramatiques. Alors qu’ils ont fortement contribué à la mise en défense de leurs châteaux, les sources disponibles conduisent à constater leur absence. Nous ignorons tout de l’activité de l’archevêque Louis de Harcourt, alors que nous savons qu’il va se prononcer contre l’occupation anglaise et refuser de prêter serment de fidélité au roi d’Angleterre. Quant aux évêques de Lisieux et de Bayeux, Pierre Fresnel et Jean Langret, en ce printemps 1418, ils sont à Paris, partisans du Dauphin ; le 12 juin, ils sont au nombre des victimes des massacres par les Bourguignons.

Le poids de la présence anglaise (1418-1450)

La fréquentation épiscopale se raréfie

Insécurité

37L’insécurité qui règne en Normandie pendant la période de l’occupation anglaise a été abondamment soulignée par les ouvrages spécialisés, mais certains détails concernant plus particulièrement les prélats normands valent d’être signalés en ce qu’ils illustrent les difficultés à rejoindre les résidences rurales, même les plus proches de la métropole, jusqu’à nous amener à conclure que celles-ci ont connu successivement des périodes de forte occupation de type refuge, suivies d’une désertion quasi totale. En outre, certaines sources, peu nombreuses il est vrai, laissent à penser que les manoirs ruraux ont été désertés par leurs occupants permanents, en particulier les responsables de l’administration seigneuriale.

  • 40 Cité dans J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, Rouen – Paris – Dieppe, Méteri (...)
  • 41 Arch, nat., K 64, no 12 (15), cité dans H. Sauvage, « Épisodes de la guerre de Cent Ans », RA, XXV (...)
  • 42 ADSM, G 1019.

38Il se pourrait que les vingt-quatre clercs logés au manoir d’Aliermont en 1425, et exemptés de fouage, y soient réfugiés40. En 1437, l’évêque d’Avranches, Jean de Saint Avit, qui réside à Rouen plus ou moins sous la contrainte, écrit qu’il ne peut se rendre à Saint-Philbert-sur-Risle pour établir le dénombrement de son temporel41. En 1432, le roi Henri VI autorise que les justices de Fresne et de Gaillon soient tenues à Pont-de-l’Arche. La raison en est clairement précisée dans l’acte qui met en avant les « ... peril et dangier des larrons et brigans nos ennemis adversairent qui souvent vont et passent par nosd pais qui est au grand grief prejudice et dommaige... »42. Sept ans plus tard, il autorise que la haute justice de Déville soit désormais rendue à Rouen ; en effet, les justiciables rouennais de la seigneurie n’osent plus se rendre à Déville. L’acte royal est particulièrement éclairant sur l’état d’insécurité qui règne aux portes de Rouen :

  • 43 ADSM, G 1051.

Pour lempeschement des guerres qui de present ont cours et des larrons brigans et autres nos ennemis et adversaires qui souvent repairent et vont et passent par ledit pais lesdits seneschal et vicomte ne peuvent ne osent aller audit lieu de Desville pour tenir et exercer ladicte juridiction ; ne mesme les hommes et habitants dudit lieu ny osent ne peuvent demourer, ja soit que icellui lieu de Desville ne soit distant que a une lieue de nostre dicte ville de Rouen, mais sont en la greigneur partie retrais et demourans oudit lieu de Rouen43.

  • 44 ADC, G Chapitre de Bayeux 205 fo 127.

39Cette atmosphère troublée n’empêche pas les travaux d’entretien, qui impliquent les déplacements des responsables de la gestion et des ouvriers. Pour l’année 1436, le seul compte que nous possédions du temporel de Bayeux mentionne à plusieurs reprises des sommes d’argent versées au receveur de Neuilly pour ses déplacements à Bayeux44. Le devis des travaux de réparation aux bâtiments de la mense épiscopale de Coutances mentionne en 1440 l’intendant (« mesnagier ») du manoir de Valognes mais nous ignorons si le receveur, le vicaire et les chapelains, dont nous connaissons les logis, sont résidents. À Saint-Lô, il y a un sénéchal mais aucune mention d’un intendant qui occuperait la « mesnagerie » ni d’un official, alors que le devis décrit assez précisément son logis (« chambre de l’official »). La même remarque s’impose à propos de l’intendant de Saint-Ébremond dont on ne connaît que le logis (« mesnagerie »).

40En revanche, nous savons qu’à Gaillon, les ouvriers chargés de la démolition de la forteresse à partir de 1425 sont protégés par des hommes d’armes. Cette notation peut être considérée comme un bon indice de l’insécurité qui règne non seulement dans la vallée de la Seine, mais aussi dans tout l’espace normand.

Les évêques absents

41La tendance lourde à l’absentéisme, constatée pendant la seconde moitié du XIVe siècle, continue et se confirme pendant la première moitié du XVe siècle. Les causes en ont été multiples, plus ou moins liées à la situation créée par la guerre.

  • 45 Jean de Boissey (1408-1412) et Zanon de Castiglione (1432-1459) de Bayeux, Philbert de Mont-jeu de (...)

42Certains prélats sont absents de leur diocèse pour cause de refus d’allégeance au roi d’Angleterre. Ce fut le cas de l’évêque d’Avranches, Jean de Saint-Avit (1391-1342), qui semble avoir été retenu contre son gré à Rouen à partir de 1418 ; quant à l’archevêque de Rouen, Louis de Harcourt (1409-1422), il ne fit son entrée solennelle qu’en 1415, puis refusa le serment de fidélité au roi d’Angleterre qui retint le temporel entre ses mains ; Robert de Sées (1422-1433) suivit le roi Charles VII dans ses expéditions. A contrario, les évêques de Coutances et de Lisieux, Gilles de Duremort (1439-1444) et Pierre Cauchon (1432-1442), ont élu résidence à Rouen. D’autres évêques ont activement fréquenté les conciles de Pise, de Bâle, de Constance et de Florence45. Certains ont aussi préféré tenir de hautes charges près des princes ou du pape : à Évreux, Paul Capranica (1420-1427) était secrétaire et camérier du pape, Martial Fournier (1427-1439) chancelier du duc de Bedford, et Pasquier des Vaux (1439-1443) conseiller du roi d’Angleterre et président de la Chambre des Comptes de Rouen. Le diocèse le plus touché par cet absentéisme fut incontestablement celui de Coutances, qui ne vit pratiquement pas ses évêques entre 1408 et 1453 ; il est suivi dans ce palmarès par le diocèse d’Évreux, dont les évêques ne résidèrent pas entre 1400 et 1443 ; puis vient celui de Lisieux, d’où les prélats sont absents entre 1420 et 1442.

  • 46 Reproduit dans É. Lepingard, « Un point de l’histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances », NM (...)
  • 47 P. Lardin, « L’hôtel archiépiscopal de Rouen à l’époque de Louis de Luxembourg (1437-143) », in Im (...)

43Cette constatation de l’abandon des diocèses doit cependant être nuancée. En effet, il existe des indices, certes infimes, du séjour de quelques prélats réputés pour n’avoir pas résidé. Des bribes de comptes de la baronnie de Saint-Lô, pour l’année 1445-1446, font état de travaux en vue de l’arrivée de l’évêque, Jean de Castiglione46. On fait rentrer du vin et du foin ; on fait venir de Coutances des tapis et des « tentes » de serge blanche, verte et rouge ; on fabrique en toute hâte des tables, des bancs, des « fourmes » et des lits ; on nettoie avec frénésie les étables et la chambre blanche de Monseigneur ; on embauche deux femmes pendant deux jours pour récurer la vaisselle de cuivre et d’étain, et ce seul détail peut être considéré comme l’indice d’une sérieuse négligence dans l’entretien de la résidence saint-loise. Nous connaissons aussi le séjour vraisemblable de l’archevêque de Rouen, Jean de la Roche Taillée, à Dieppe en 1426-1427, par les dépenses entreprises pour la mise en ordre de l’« hostel » et pour tendre la chambre de Monseigneur. L’année précédente, la dépense de toile peinte pour garnir trois fenêtres avait été engagée pour le séjour du Régent dans l’« hostel » archiépiscopal. Quant à l’archevêque Louis de Luxembourg (1437-1443), s’il fait réparer et remettre en état son « hostel » urbain et le manoir de Déville, il préfére séjourner dans deux manoirs rouennais : l’hôtel de Richebourg qu’il avait acheté, et le manoir de Joyeux Repos mis à sa disposition par le régent Bedford47.

Peu de travaux d’entretien

  • 48 ADSM, G 2127 fo 64.
  • 49 L’absence de tous travaux entre 1418 et 1422-1423 correspond à la période pendant laquelle le temp (...)

44Il faut envisager que les témoignages issus des comptes de l’archevêché de Rouen soient représentatifs d’une situation globale dont les détails nous échappent le plus souvent et que la plainte de l’évêque de Sées, Jean Chevalier (1434-3438), qui demande une réduction du past, éclaire sur son incapacité à entretenir les immeubles de son temporel :... quod dictu ecclesia sagiensis est pro presenti occasione guerrarum modici valons spoliata bonis, indigens magnis et sumptuosis reparacionibus...48. Entre 1418 et 1450, les comptes de chacune des seigneuries du temporel rouennais sont généralement imputés sur le compte de l’archevêché, et la formule « neant » figure le plus souvent au poste des dépenses pour travaux49. Nous nous appuyons donc essentiellement sur les comptes des années 1423-1440.

  • 50 En 1423-1424 à Déville et 1426-1427 à Saint-Nicolas (ADSM, G 26 fo 31 et G 412 fo 7).
  • 51 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et (...)

45Quelques points forts émergent de ces documents qui illustrent les difficultés de gestion et le délabrement financier nécessitant des partis pris assez clairement identifiables, dont des mesures d’économie qui impliquent des choix. Les dégâts provoqués par les Anglais à Saint-Nicolas-d’Aliermont et peut-être à Déville sont considérés comme irrémédiables et on y détruit des maisons dont les matériaux (bois, lattes, tuiles) sont récupérés50. Partout, on s’attache essentiellement à maintenir en état les clôtures internes à l’enclos, les bâtiments à usage agricole (granges et fenil, bergeries et étables, celliers et fournil) et en particulier leurs toitures de chaume ou de tuile. Certains bâtiments, qui ressortissent du pouvoir seigneurial, sont maintenus en état : les colombiers de Déville et Fresne et les prisons à Déville et Pontoise. Les travaux aux bâtiments du pôle noble sont rares, à l’exception de la réfection de l’« auvent du degré de la salle » d’Aliermont en 1427-1428, et de la restauration des portes de la « salle » de Déville en 1447-1448. L’exemple le plus probant de la dégradation de l’immobilier est fourni par le devis des travaux à effectuer aux bâtiments relevant de la mense épiscopale de Coutances en 1440. Le total des dépenses s’élève à 36000 Lt ; les réparations aux trois résidences « secondaires » (Saint-Ébremond, Saint-Lô, Valognes) en représentent à peu près la moitié51. Les réparations les plus importantes, aux toitures et aux huisseries et vitreries des portes et fenêtres, attestent d’une totale absence d’entretien ; l’état calamiteux des tours du château de Saint-Ébremond conduit les maçons à conseiller d’abattre le grand donjon.

Le contrôle anglais des forteresses

Maintien ou démantèlement

46Une fois entre les mains des Anglais, les forteresses et maisons fortes épiscopales bien équipées deviennent des points de concentration pour les troupes d’occupation et sont incorporées aux plans militaires officiels ; elles sont aussi destinées à assurer la docilité de la population. Cependant nous avons des preuves que la situation née au lendemain de la défaite ne reste pas figée. Le château de Gaillon est démantelé après un coup de main des Français en 1424. Quant au château de Saint-Ébremond, son état de délabrement en 1440 laisse à penser que l’occupant ne l’avait plus, à un certain moment, considéré comme nécessaire à la défense de la Normandie occidentale.

Les hommes et le financement

  • 52 A.E. Curry, « Le service féodal en Normandie pendant l’occupation anglaise (1417-1450) », in La Fr (...)

47Il ne s’agit pas ici de faire un panorama de l’occupation militaire des forteresses normandes par les troupes anglaises, mais de tenter de préciser en quoi cette occupation, par des garnisons anglaises, a revêtu, dans le cas des forteresses épiscopales, à côté de caractéristiques déjà étudiées52, des points qui paraissent déroger à certaines règles communément admises.

  • 53 P. Robert, « L’armée et les institutions militaires... », p. 184-185.
  • 54 Chronique du Mont-Saint-Michel..., I, p. 147-149 et 179.

48Immédiatement après leur reddition, devenues châteaux royaux, les forteresses du Parc, de Saint-Ébremond, de Neuilly, de Gaillon, de Louviers et de Courtonne ont été dotées de capitaines anglais, attestés sur le champ ou plus tard. John Aubin devient capitaine de Courtonne ; Johanni Steward est capitaine de Neuilly en 1418 et Walter Colford lui succède en 1420 ; Reginald West est nommé capitaine du château de la Motte, à Saint-Ébremond en 1419 ; en 1424, Robert Sallemerch est capitaine du Parc. Ces hommes tiennent les châteaux avec une garnison dont nous ne connaissons que le noyau dur, multiple d’une lance simple (un homme d’armes à cheval et trois archers) ou d’une retenue (un homme d’armes à cheval et plusieurs lances simples)53. En novembre 1423, la garnison du Parc compte treize hommes d’armes, neuf hommes à cheval, quatre à pied et trente-neuf archers ; en 1424, elle ne compte plus que huit hommes d’armes et vingt-sept archers à cheval ; la différence serait due au rattachement d’un certain nombre d’hommes de la garnison du Parc à la troupe chargée d’assiéger le Mont-Saint-Michel54. En 1418, le château de Neuilly a été doté d’une garnison de cinq hommes d’armes et de quinze archers.

  • 55 P. Robert, « L’armée et les institutions militaires... », p. 184-185.
  • 56 C.T. Allmand, « L’artillerie de l’armée anglaise... », p. 79.

49La simple addition de ces hommes, vingt à Neuilly, soixante-cinq puis trente-cinq au Parc, ne peut pas être considérée comme le chiffre total de la garnison. En effet, il faut ajouter à ces hommes les officiers spécialisés (contrôleur et trompette), un clerc (secrétaire, comptable et interprète)55, les pages, coutilliers et servants, et tout un personnel de professionnels et d’ouvriers spécialisés tels que des canonniers, armuriers, faiseurs d’arcs et d’arbalètes56.

  • 57 Ces deux hommes sont connus par les lettres de rémission qui leur sont accordées à la suite de con (...)

50Ces garnisons ont, semble-t-il, très vite vu se côtoyer des Anglais et des Français. L’exemple le plus frappant de cette cohabitation est fourni par la garnison de Courtonne, dont certains hommes sont d’origine normande. Pierre de Neuville en est capitaine de 1432 à 1448 ; Jean de Bienfaite, le vaincu de 1418, s’est rallié aux Anglais et fait partie de la garnison en 1427 ; en 1432, Henri du Buisson, gentilhomme de Tordouet, est employé à la garde du château57. La pauvreté des sources ne permet pas d’évaluer cette mixité ni d’en faire une règle générale, alors que la garnison de Neuilly ne semble compter que des soldats anglais en 1424.

  • 58 ADC, G Chapitre de Bayeux 205 fo 124 vo et 126.

51L’entretien financier, les gages, de ces garnisons sont, en partie, du ressort du trésor royal. Le cas est très net au Parc, lorsque Robert Sallemerch, en 1424, reçoit du trésorier et gouverneur général des finances, Hemon Belknapp, le paiement de ses gages pour lui et ses hommes. Mais à Neuilly, on constate un partage des responsabilités où l’engagement financier de l’évêque est clair. Il ne s’agit pas des gages, qui doivent être à la charge du trésor royal, mais des défraiements versés au capitaine, à ses serviteurs et à des Anglais, pour leurs déplacements de Neuilly à Bayeux ou à Rouen58. Nous ne disposons d’aucun indice supplémentaire pour préciser cet état de fait ni surtout pour envisager que c’était la règle dans les autres forteresses.

  • 59 P. Robert, « L’armée et les institutions militaires... ».
  • 60 A. Baume, Des aspects militaires..., p. 198.

52Le guet est toujours dû par les habitants des paroisses voisines des forteresses, mais l’ordonnance de 1428 les autorise à en racheter le service59 et les sommes ainsi récoltées seraient affectées au paiement des gages des garnisons60.

Des travaux mal connus

  • 61 Les forteresses épiscopales ne sont jamais mentionnées dans ces comptes (R. Jones, The State of Fo (...)

53Les sources manquent pour apprécier les travaux qu’ont pu entreprendre, entre 1418 et 1449, les garnisons anglaises stationnées dans les quatre forteresses épiscopales du Parc, de Neuilly, Saint-Ébremond et Courtonne. On peut sans doute leur appliquer les conclusions récentes issues du dépouillement, dans les archives britanniques et françaises, des comptes des travaux réalisés dans les forteresses tenues par les Anglais en Normandie61.

54R. Jones a établi, en ce qui concerne les forteresses normandes, une périodisation des travaux qui ont été en majorité réalisés entre 1417 et 1420, puis à partir de 1432-1433. Ils ont consisté en des réparations, surtout après 1417, et des améliorations. Il s’agissait surtout d’adapter les structures existantes aux pièces d’artillerie, comme cela a été constaté au château d’Alençon. Il semble, en outre, que nombre de ces entreprises aient essentiellement porté sur l’installation de structures de bois : guérites, ponts et hourds. Cependant, le délabrement des structures défensives du château de Saint-Ébremond en 1440 laisse à penser qu’il y eut un sérieux manque d’entretien de la part de la garnison anglaise.

Le retour dans le giron français

Les redditions de 1449

  • 62 Reddition de Neuilly le 2 octobre 1449 dans Arch, nat., JJ 185 fo 51. Reddition de Courtonne le 16 (...)

55Trois forteresses épiscopales sont parties prenantes dans les opérations de la reconquête de la Normandie par les troupes françaises en 1449 : Neuilly, Courtonne et Saint-Ébremond-de-Bonfossé ; nous ignorons ce qui a prévalu pour le château du Parc. Seules les opérations concernant les deux premières sont éclairées par les sources62 et la situation s’y présente de façon radicalement différente de ce qu'elle était en 1418.

56Dans les deux forteresses, il n’y a plus trace de garnison anglaise, dont on sait que les hommes ont été regroupés dans des sites stratégiques urbains d’importance (Caen, Bayeux, Lisieux, Rouen) ; en revanche, elles semblent bien fournies en artillerie, ainsi que l’atteste le texte de la reddition de Neuilly qui énumère : « ... canons, couleuvrines, arbalestres et autres habillemens de guerre... ».

57Quant aux défenseurs, le cas de Neuilly présente une garnison pour le moins hétéroclite, encadrée par des proches de l’évêque Zanon de Castiglione. Il s’agit d’un lieutenant non nommé, de trois dignitaires du chapitre de l’Église de Bayeux et de quatre autres chanoines. Tout cela laisse l’impression qu’en ce début du mois d’octobre 1449, il y eut, de la part des notables ecclésiastiques pro-anglais, une volonté de résister à la reconquête française. Au même moment, l’évêque doit hésiter quant à l’attitude à adopter. Nous savons qu’un mois plus tard, en novembre, il est aux côtés de Charles VII, à Rouen.

58Le récit que fait l’évêque de Lisieux, Thomas Basin, de la reddition de son château de Courtonne rejoint la situation observée à Neuilly. En effet, il a envisagé de résister en compagnie des chanoines de son chapitre, mais son projet n’a pas été mené jusqu’à son terme, alors qu’à Neuilly, il y eut un embryon de résistance, rapidement abandonné.

L’état des résidences aux environs de 1450

59Quelques sources, immédiatement contemporaines de la fin de la guerre, illustrent bien l’état de décrépitude des résidences et témoignent des dégâts causés par la guerre ou par le défaut d’entretien aussi bien en ce qui concerne le bâti que les archives qui étaient conservées au château.

  • 63 ADC, G 207 fo 53.
  • 64 BNF, ms. fr. 20879, 113.

60En 1450, dans son aveu et dénombrement, l’évêque de Bayeux, Zanon de Castiglione, annonce les difficultés qu’il rencontre pour établir le document : « ... par les fortunes des anciennes guerres plusieurs livres Chartres et autres ensaignements... furent ars en une des tours dudit chastel de Nully »63. L’évêque d’Avranches, Jean Bochard, se plaint dans son aveu de 1453 que les guerres ont ravagé les archives de l’évêché64. Le château de Courtonne, aux évêques de Lisieux, a été occupé par une garnison anglaise entre 1418 et 1449 et les archives de la seigneurie ont été emportées par les Anglais.

  • 65 ADSM, G 707 fo 5.

61Nous ne possédons aucune preuve que les héritiers de l’évêque de Coutances, Philbert de Montjeu, aient fait procéder aux réparations considérables qu’exigeait d’eux le devis de 1440. À cette date, la chambre du prélat à Valognes est localisée dans un bâtiment dévolu au personnel administratif et, en l’absence de l’évêque, elle est occupée par l’intendant. À Fresne, les espaces de plaisance ont été négligés ; en 1461 on signale un jardin en friches65.

Les programmes de la remise en état après 1450

62L’évaluation de la remise en état des résidences des prélats normands souffre des sérieuses lacunes de la documentation. En effet, nous ne disposons de sources directes et précises que pour les résidences des archevêques de Rouen. Pour les autres, il faut s’en remettre à des récits tardifs, ou à ce que nous pouvons déceler dans les inventaires et visites réalisés au XVIIIe siècle. On pourra aussi s’interroger sur la continuité des appellations et sur leur éventuelle évolution et mise en adéquation avec les transformations architecturales dont l’évaluation est possible.

Les mots pour désigner la résidence et leurs ambiguïtés : « manoir », « hostel », « chastel »

63À partir du milieu du XVe siècle, nous retrouvons, traduits en français, les termes déjà précédemment analysés pour désigner l’ensemble de la résidence : « chastel », « manoir » et « hostel ». Il convient donc de s’interroger, à nouveau, pour tenter d’y détecter soit une permanence, soit une évolution de leur signification. Les comptes de l’archevêché de Rouen fournissent un corpus étendu et la formule par laquelle commencent immanquablement les chapitres de dépenses pour les années 1450-1470, « Mises pour la reparacion du chasteau de gaillon et les manoirs et hostiaux appartenant a Mondit Seigneur », illustre d’emblée l’ambiguïté des termes.

« Manoir »

  • 66 Arch, nat., P 307 fo 81.
  • 67 Arch. nat., P 306 f o 190-192.

64Le terme manoir continue d’être régulièrement utilisé pour désigner le séjour rural ou urbain. Il est attribué sans ambiguïté aux résidences de Fleuré, Saint-Fulgent, Saint-Lô, Déville, Les Andelys, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont. La confusion avec le domaine n’est plus possible dans la mesure où « manoir » est désormais régulièrement accompagné, dans les aveux, d’une formule complémentaire, « demaines » ou « appartenances ». La situation est ainsi très claire, en 1400, dans l’aveu de l’évêque d’Évreux qui précise qu’à Vernon « ... il tient une place et jardin ou il est manoir avecques vignes et pres »66. L’aveu de l’évêque de Sées, en 1458, mentionne pour Fleuré et Saint-Fulgent-des-Ormes, le « chef manoir et demaines »67. Cet aveu introduit avec le terme « masures », employé à propos de la résidence de Laleu, une terminologie qualitative ; en effet, la formulation désignant la baronnie de Laleu, dont « le chief ou il na depuis que masures », se distingue des deux autres et laisse entendre qu’étant donné l’état dégradé de la résidence celle-ci ne mérite plus l’appellation manoir. À Saint-Lô, en 1411, 1444, 1460 et 1470, l’enclos est accosté de « maisons qui butent au manoir », il contient « les estables du manoir », « un terrain du manoir » et la « chapelle du manoir ».

  • 68 ADSM, G 42 fo 44 vo, G 469 fo 7 et G 472 fo 10, G 471 fo 30 vo et G 1057.
  • 69 ADSM, G 540 fo 4 v o, G 48 f o 18 et G 564 fo 27 v o.
  • 70 ADSM, G 411 fo 7, G 423 fo 20 vo et G 409 fo 6.

65Presque toutes les résidences des archevêques de Rouen sont toujours dénommées manoirs. À Déville, tout au long des comptes de travaux du XVe siècle, nous avons recensé le « colombier du manoir », la « grant porte par ou l’on entre au manoir », la « ferme du manoir », les « murs du manoir »68. La résidence des Andelys est plus rarement qualifiée de manoir ; mais nous avons malgré tout relevé les réparations au « manoir » en 1398-1399, la « neuve maison au manoir », en 1449-1450 et les travaux de 1478-1479, en « lostel et manoir archiépiscopal » ; dans cette occurrence le second terme désigne l’ensemble de la résidence69. À Saint-Nicolas, nous connaissons la « porte du manoir » en 1425-1426, la « salle » et la « salle neufve du manoir » en 1475-1476 et « les prisons du manoir » en 1497-149870. La dénomination manoir est absente de la documentation concernant les résidences de Pontoise et de Dieppe.

66En outre, il apparaît clairement qu’au XVe siècle, le terme « manoir », pour désigner l’ensemble de la résidence, est concurrencé par le terme « hostel », comme cela était déjà apparu dans la seconde moitié du XIVe siècle.

« Hostel »

67Le terme « hostel » a été attribué aux résidences de Saint-Lô, Valognes, Condé, Déville, Les Andelys, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pontoise et Dieppe. Nous venons de voir que le terme « manoir » leur avait été affecté, à l’exception des résidences de Condé, Pontoise et Dieppe, mais le défaut de sources est peut-être à l’origine de ces lacunes.

  • 71 É. Lepingard, « Un point de l’histoire ecclésiastique... », p. 95-102. L’aveu de 1377 désignait dé (...)
  • 72 BNF, ms. fr. 26085,7142.
  • 73 ADSM, G 316 fo 5 vo, G 333 fo 19 vo et G 340 fo 35.
  • 74 ADSM, G 53 fo 20, G 540 fo 27 vo, G 565 fo 27 vo, G 543 fo 14 et G 549 fo 27 vo.

68Le « manoir » de Saint-Lô est aussi l’« hostel » dans le compte de dépenses de 1445-1446, lorsqu’on apporte « du fain en lostel » et qu’on y fabrique des « bans, fourmes, tables, traictes et chalix pour lostel »71. En 1457, c’est à l’« hostel » de Condé que les sergents de la forêt de Breteuil ont livré le sanglier dû à l’évêque d’Évreux72. Cet exemple conduit à proposer que « hostel » est utilisé comme synonyme de domus ; en effet, ces deux termes ont été collectés dans le même contexte documentaire, à deux siècles et demi d’intervalle (1207-1457), à savoir les droits de l’évêque d’Évreux dans la forêt royale de Breteuil. À Pontoise, nous avons recensé les « treilles de lhostel » en 1429, les « écuries de lhostel » en 1472-1474 et le verre à vitres livré à « lhostel » en 148473. À Fresne, l’« hostel et terre » sont mis à bail en 1454-1456 ; on répare les « murs de Lhostel » en 1398-1399 et la « grange de Lhostel » en 1479-1480 ; les comptes de dépenses de 1409-1410 et 1456-1457 présentent les réparations à l’« hostel de Fresne »74.

69Il semble donc qu’on ne doive pas attribuer aux termes « manoir » et « hostel » de signification stricte et voir dans chacun la désignation précise d’un type particulier de résidence avec ses caractéristiques propres. Les « manoirs » et « hostels » des prélats normands sont des résidences rurales, semi-rurales ou urbaines et les deux termes servent à désigner aussi bien des maisons fortes que des maisons plates dans une parfaite continuité avec ce qui a été observé pour les siècles précédents.

  • 75 F. Robin, La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 19 (...)

70Cette observation concernant les résidences des prélats normands ne rejoint que partiellement celle qui est faite par F. Robin à propos des résidences des princes d’Anjou-Provence au XVe siècle75. Les « hostels » y sont des maisons de plaisance le plus souvent urbaines et les « maisons » et « manoirs » sont des établissements ruraux au centre de domaines campagnards. Les maisons correspondraient au type des maisons plates, alors que les manoirs peuvent être protégés par des fossés et des murs. Cette typologie que nous aimerions assez stricte est généralement considérée comme floue et les termes peuvent être interchangeables.

  • 76 ADSM, G 464 fo 4, G 564 fo 27 vo et G 707 fo 4 vo.

71Il faut enfin s’interroger sur la signification de la formule qui juxtapose les deux termes « manoir » et « hostel ». En 1473-1474, on travaille à réparer les couvertures de certains bâtiments en « lhostel et manoir » de Déville ; en 1478-1479, on fait des travaux en « lhostel et manoir d’Andely » ; en 1461, le terrier de Fresne commence la description de l’enclos par la formule : « Le manoir et hostel de fresnes »76. S’agitil d’une redondance traduisant la même réalité ou bien désigne-t-on de la sorte deux réalités différentes, l’ensemble du complexe distinct du logis ? Il semble difficile de vouloir à tout prix élucider la formule. En effet, chacun des deux termes peut désigner à la fois l’ensemble, comme nous venons de le voir, ou, de façon plus réductrice, le logis.

« Chastel »

72Le terme « chastel » est, sans doute, celui qui prête le moins à des interrogations. Il succède clairement à castrum pour désigner les châteaux de Gaillon, Neuilly, Courtonne et Louviers. Le château de Neuilly est un « chastel fort clos a murailles » dans l’aveu de 1460. L’aveu de 1501 pour le domaine de Louviers entérine, un siècle plus tard, les profondes modifications des structures intervenues dans la seconde moitié du XIVe siècle, en précisant : « le manoir de present le chastel ». Le château de Gaillon, malgré la destruction de ses structures fortes en 1424-1432, est toujours désigné comme « chastel ».

  • 77 A. Renoux, « Hiérarchie nobiliaire et hiérarchie castrale dans le Maine à la fin du Moyen Âge », i (...)

73Les deux sites de Courtonne et de Saint-Philbert-sur-Risle introduisent cependant des éléments de distorsion. On comprend mal pourquoi l’évêque d’Avranches, Jean Bochard, dans son aveu de 1453, qualifie sa résidence de Saint-Philbert de « chastel ». Au vu des sources écrites et des vestiges encore en place, nous avons démontré précédemment que le manoir (manerium) possédait des structures défensives plus symboliques qu’efficaces qui conduisaient à l’identifier comme ressortissant du type des maisons fortes ; il n’existe aucune preuve d’aménagements qui justifieraient la dénomination « chastel » et il paraît difficile, faute d’un corpus plus étoffé, d’élucider ce qui semble une incohérence. À moins de voir dans cette formulation la volonté délibérée de l’évêque de magnifier sa résidence, alors qu’en cette seconde moitié du XVe siècle, la terminologie devient plus floue. Ce procédé d’élévation sémiologique n’est pas rare et ne serait rien d’autre qu’une posture ostentatoire. A. Renoux signale ainsi que la petite maison forte de Juillé dans le Maine reçoit l’appellation « chastel » après le passage de Bertrand Du Guesclin77.

74Le château de Courtonne fournit deux occurrences contradictoires. Les deux accords sur le guet, établis pour les habitants des paroisses voisines de Courtonne, en 1453 et 1463, stipulent, l’un le « chastel et forteresse », et l’autre l’« hostel et place ». La confrontation, terme à terme, de ces deux formules, qui traduisent, en principe, la même réalité, laisse perplexe. Depuis les travaux entrepris par Guillaume d’Estouteville au début du XVe siècle, la maison forte (« fort ») de Courtonne est devenue d’après les textes un castrum sive fortalicium en 1417, un « chastel et donjon » en 1418, un « chateau très bien fortifié » en 1449. La formule « chastel et forteresse » traduit, sans les dénaturer, les termes castrum sive fortalicium et la répétition doit être mise sur le compte de l’emphase et de la volonté d’affirmer la puissance et le pouvoir. En revanche, on comprend moins bien la formule « hostel et place ». Il en ressort, à coup sûr, une notion de résidence forte contenue dans le terme « place » et que possède aussi le terme « hostel ». Mais la formulation de 1463 a perdu de 1 ampleur par rapport aux précédentes, abaissant le château de Courtonne au rang de maison forte. Cette évolution négative est difficilement compréhensible, à moins qu’il ne faille y voir la traduction, dans le vocabulaire, du démantèlement, non documenté, d’une partie des défenses du château.

Une remise en état tardive et respectueuse de l’espace antérieur

75La remise en état des résidences rurales, semi-rurales et urbaines, après la guerre de Cent Ans, ne peut être appréhendée qu’à partir d’un petit échantillon, documenté de façon très hétérogène.

76Nous ignorons tout ce qui se rapporte aux résidences de Valognes, Vernon, Brosville, Bernienville, Cambremer, Canapville, bouviers, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes. Pour d’autres sites, on ne peut s’appuyer que sur des critères d’ordre stylistique provenant de structures encore en place : c’est le cas à Neuilly, Douvres et Saint-Philbert-sur-Risle. Ailleurs, il faut tenter d’interpréter les complexes décrits par les sources du XVIIIe siècle pour y déceler ce qui pourrait relever d’initiatives architecturales propres à la seconde moitié du XVe siècle ou au début du XVIe siècle ; ce traitement peut être appliqué aux résidences de Saint-Lô, Fleuré, Les Loges, Le Parc et Saint-Ébremond-de-Bonfossé. Enfin, il faut compter sur les réputations de bâtisseurs et de restaurateurs des prélats normands, que transmettent fidèlement, mais sans détail, les auteurs du Gallia Christiana. Ces indications nous ont semblé partielles, voire partiales ; en effet, les mentions de travaux et de restaurations ne concernent que les logis et les sites encore fréquentés aux XVIIe et XVIIIe siècles, alors que sont passés sous silence les travaux aux communs et aux résidences que les prélats ont délaissées.

77Encore une fois, les comptes de l’archevêché de Rouen alimentent la majeure partie de ce chapitre, et constituent le fondement de notre argumentation.

  • 78 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 142.

78Malgré ces lacunes, la confrontation de nos estimations avec d’autres études permet de les valider avec précaution et de tenter une périodisation qui n’a été que rarement soulignée78.

Avant 1470-1780

79La collecte des indices en ce qui concerne les travaux entrepris dans les trente années qui ont suivi la fin des hostilités franco-anglaises laisse apparaître clairement que, pendant ces années de restauration du patrimoine, les grandes entreprises de prestige ont été peu nombreuses et très ponctuelles. Si les sources ne permettent pas d’évoquer avec précision les difficultés financières qui ont pu freiner la restauration architecturale, il existe des preuves que le marasme financier persiste longtemps après 1450.

  • 79 Vers 1400, le revenu du temporel s’établissait aux alentours de 9000 Lt (V.Tabbagh, « Le temporel (...)
  • 80 ADO, G 1, Compte de Richard Gallet, « prêtre receveur du temporel de l’évêque de Sées en ses baron (...)

80Ce n’est que dans les années 1475 que les revenus de l’archevêché de Rouen retrouvent, voire dépassent le niveau du début du XVe siècle79. Quant à l’évêché de Sées, nous ne pouvons qu’en évoquer la profonde misère, lorsque la recette des trois domaines de Fleuré, Saint-Fulgent et Laleu, pour les années 1461-1463, affiche seulement environ 525 Lt par an80.

  • 81 L’évêque d’Avranches, Jean Bochard (1453-1485), participa activement au conseil du roi entre 1467 (...)

81À cet état de fait, il faut ajouter la persistance de l’absentéisme des prélats, qui ne signifie pas cependant que rien n’est fait81. En effet, nous avons la preuve que des travaux importants ont été entrepris à Gaillon, malgré l’éloignement du prélat. Lorsque des structures de gestion efficaces ont pu être remises en place, on ne voit pas pourquoi celles-ci n’auraient pas initié les travaux indispensables à la remise en état du patrimoine bâti.

  • 82 Mgr Fuzet, « Le manoir archiépiscopal de Rouen », Mémoires de l’Académie de Rouen, 1908, p. 17.

82Si nous nous fions aux comptes de l’archevêché de Rouen, les trente années qui ont suivi la fin de la guerre ont été consacrées à trois grands chantiers d’importance : on construit une « neuve maison » aux Andelys, en 1448-1449 et à Gaillon, entre 1455 et 1466. Pendant le même temps, d’importants travaux de restructuration sont entrepris au palais urbain : il est agrandi et un nouvel « hostel » et une cuisine sont édifiés82. Dans les autres résidences, on se contente de consolider tant bien que mal les logis mais on restaure les bâtiments agricoles et les communs.

  • 83 E. de Laheudrie, Bayeux, capitale du Bessin, Bayeux, Colas, 1945, p. 65-66.
  • 84 BNF, ms. fr. 11935.

83Il se pourrait également que des travaux importants aient été entrepris dans certaines résidences des évêques de Bayeux. Quelques auteurs signalent que des restaurations au palais urbain auraient été ordonnées par Zanon de Castiglione (1432-1459), dès avant la fin des hostilités83. Mais le compte de 1464 n’y signale que des travaux d’entretien courant à la « viz », à la galerie et aux chapelles (chapelle et « chapelle de haut ») et la pose de lambris dans les chambres84.

Après 1470-1480

84À partir de 1470-1480, les indices indirects se multiplient et conduisent à envisager une accélération des travaux qui affectent, en particulier, les logis.

  • 85 Gallia Christiana, XI, col. 495-496.
  • 86 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Main (...)
  • 87 « Chastel » est le terme utilisé par l’évêque, Jean Bochard (1453-1485), dans l’aveu de son tempor (...)
  • 88 Gallia Christiana, XI, col. 897 et R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Cou (...)
  • 89 Gallia Christiana, XI, col. 608-609.
  • 90 A. Gosse-Kischinewski, Évreux. La légende des pierres, Évreux, Fromont-Glatigny, 1988, p. 53-59.
  • 91 Observations personnelles.
  • 92 N. Deshays, Mémoires..., p. 201-206.
  • 93 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 94 C. Lemaître, « Notes sur le palais épiscopal de Lisieux », Bulletin de la Société historique de Li (...)
  • 95 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517 (...)
  • 96 M. Maurey d’Orville, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Séez, Sées, (...)
  • 97 Gallia Christiana, XI, col. 702.

85L’évêque d’Avranches, Louis de Bourbon (1485-1510), est célébré pour avoir reconstruit la maison d’Avranches et le château du Parc :... episcopalem domum abrincensem ac arcem in Castro de Parco munificentissime a fundamentis erexit85. L’emphase du chroniqueur ne doit pas nous égarer ; en effet, l’étude des structures du XVIIIe siècle laisse à penser que Louis de Bourbon a conservé, au Parc comme à Avranches, des dispositifs antérieurs86. Quant au « chastel » de Saint-Philbert87, si la tradition le passe sous silence, l’observation des vestiges encore en place permet d’envisager qu’il y eut, malgré tout, des restaurations. La résidence de Douvres a, sans doute, connu des travaux, si on en croit le style de la porte d’entrée du manoir, qui présente de larges similitudes avec le nouvel encadrement des fenêtres de la façade orientale du palais urbain. L’évêque de Coutances, Geoffroy Herbert (1478-1510), est réputé pour avoir reconstruit les châteaux de Saint-Ébremond et de Saint - Lô88. Les évêques d’Évreux, Raoul du Fou (1480-1511) et Ambroise Le Veneur (1511-1531), ont œuvré au relèvement du manoir urbain de leur métropole et du château de Condé89. La résidence urbaine a été entièrement reconstruite dans l’enclos du vieux manoir médiéval. Il se présente encore aujourd’hui comme un logis compact, dont la façade sur la cour est dotée d’une tour d’escalier90 ; le nouvel édifice a, semble-t-il, réutilisé des structures antérieures (caves ?)91. Les évêques de Lisieux, Étienne Blosset de Carrouges (1482-1505) et Jean Le Veneur (1505-1543), font restaurer le palais urbain et le château des Loges92. Les deux résidences doivent être dans un piteux état ; en effet, au probable abandon pendant la guerre de Cent Ans, est venu s’ajouter le pillage par les soldats du roi, en 1466, après la disgrâce de Thomas Basin93. S’il ne paraît pas possible de préciser l’ampleur des travaux au palais urbain, il en existe des traces infimes : parmi les pavés de Pré d’Auge de la galerie des arcades, se trouve un pavé qui porte les armes de l’évêque Étienne Blosset94. Le même prélat avait fait sculpter ses armes au fronton du château des Loges. En 1517, un visiteur note que l’on construit une « nouvelle chapelle fort belle, dans le palais de l’évêque au-dehors de la ville »95. L’archevêque de Rouen, Robert de Croixmare (1482-1493), a continué, modestement, l’œuvre de restauration commencée par son prédécesseur, Guillaume d’Estouteville. Si nous n’avons pas trace de travaux importants au palais urbain, nous savons qu’il fit reconstruire l’« hostel » de Pontoise et que des travaux d’entretien furent régulièrement effectués aux autres résidences. Les évêques de Sées n’ont entrepris que tardivement la restauration de leur patrimoine architectural. Le palais urbain a été l’objet d’une reconstruction totale à la fin du XVe siècle96. Nous ne connaissons pas de travaux à la résidence de Fleuré avant l’épiscopat de Jacques de Silly (1512-1539)97.

  • 98 I. de Botton, M. Offredo-Sarrot, « Ruines et reconstruction agraires dans les commanderies du Gran (...)
  • 99 M. Arnoux, « L’industrie en Normandie au XVe siècle », in La Normandie au XVe siècle. Art et histo (...)

86Faute d’indices supplémentaires, nous considérerons que la remise en état, après la guerre de Cent Ans, s’est effectuée en deux étapes. Une première étape qui se poursuit jusque dans les années 1470-1480, privilégie l’entretien des communs et des bâtiments à usage agricole. À partir des années 1480, on s’attaque à la restauration des logis ruraux et semi-ruraux, parallèlement à la reconstruction plus ou moins totale des résidences urbaines. Mais le rythme en est variable suivant les diocèses ; si certaines résidences des archevêques de Rouen ont été rapidement et profondément restaurées, voire restructurées, il faut attendre le début du XVIe siècle pour voir la rénovation des résidences des évêques de Sées. Cette situation confirme celle qui a été mise en évidence dans des études récentes sur l’évolution de la remise en état des bâtiments des commanderies hospitalières du grand Prieuré de France, et plus particulièrement en Normandie98. Dans les années qui suivent la guerre, les communs sont privilégiés au détriment des logis et ce n’est qu’à partir des années 1490 que la restauration de ceux-ci est mise en œuvre. Nous notons la contemporanéité de ces entreprises avec le retour au dynamisme économique constaté, en ce qui concerne la Normandie, à partir de 1470-148099.

Remise en état partielle : les communs privilégiés au détriment des logis

87Une fois encore, c’est à partir des sources rouennaises que nous pouvons clairement évaluer certains choix de remise en état partielle des bâtiments des manoirs. Pour d’autres, il faut se fier à des témoignages tardifs.

88À Saint-Nicolas, Déville et Fresne, les comptes de travaux, après 1450, ne signalent aucune véritable construction d’importance. Quelques rares travaux d’envergure ont été, cependant, réalisés. À Saint-Nicolas, en 1475, on répare une « salle » qui avait brûlé lors du passage de troupes bourguignonnes ; à Fresne, en 1476-1477, on construit une « neuve maison » pour le fermier. On se contente de réparer les communs et les bâtiments du pôle noble. Aucune structure nouvelle n’est édifiée. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises, on répare à l’identique les « degres » et les « galeries » ou « appentis » qui les accompagnent ; le contexte documentaire permet, en effet, de considérer que ces « degres » sont toujours ces escaliers extérieurs qui mènent au premier étage, à l’étage purement résidentiel, « degres » qui n’ont jamais été remplacés par des « vis », des tours d’escalier hors œuvre. Il est remarquable de noter que l’essentiel des travaux entrepris concerne la réfection des toitures toujours couvertes en tuiles, en chaume ou en essentes ; l’adoption de l’ardoise aurait contraint à une redéfinition coûteuse de la charpente. À Douvres, il semble que les deux bâtiments restructurés vers 1350 n’ont pas connu de transformations majeures ; seule la porterie de l’entrée a été reconstruite. Les logis très modestes de Laleu et de Saint-Fulgent-des-Ormes ont également été laissés en l’état et il faut penser qu’il en a été de même pour celui de Brosville.

  • 100 ADSM, G 707 fo 5.

89Un indice de l’abandon définitif de la fonction résidentielle de certains manoirs pourrait se trouver dans la mutation qui affecte les lieux de plaisance, en particulier les jardins, transformés en espaces de production agricole comme à Fresne en 1461, où le jardin en friches n’est pas restauré mais mis en labour100.

Le renouveau du pôle noble

Les mots pour le dire : « hostel », « palais », « salles », « chambres », « maison »

  • 101 ADSM, G 45 fo 30 vo et G 549 fo 30.
  • 102 ADSM, G 330 fo 15.

90Si le terme « hostel » est régulièrement utilisé pour désigner l’ensemble du complexe résidentiel, le même vocable sert également à désigner une fraction du séjour, et plus particulièrement le logis. À Saint-Lô, en 1444, des bâtiments précis sont ainsi présentés : « ostel ou les greniers... sont... », « ostel ou Ion tient la juridiction ». Aux Andelys, en 1446-1447, le « grant hostel », qu’on couvre de tuiles, désigne le vieux logis ; en 1456-1457, le nouveau logis est qualifié d’« hostel neuf »101. À Pontoise, en 1469-1470, on étaye l’« hostel » sur le point de s’effondrer102.

  • 103 ADSM, G 26 fo 31 et G 468 fo 6 vo.
  • 104 ADSM, G 329 fo 16 vo. Le receveur de Pontoise rédige ses comptes en latin.
  • 105 ADSM, G 540 fo 7, G 542 fo 9, G 547 fo 5 et G 562 fo 27 Vo.

91Le terme « maison » recouvre une infinité de structures, des plus nobles aux plus communes. Lorsqu’elles sont citées sans autre précision ou qualificatif, on ne peut que s’interroger sur leur vocation. À Déville, en 1423-1424, on détruit trois « maisons » dont on récupère les matériaux ; en 1477-1478, on fait des réparations à la chapelle et aux « maisons archiépiscopales »103. À Pontoise, en 1468-1469, on démolit la toiture d’une maison (domus) ruinée près des murs de la ville104. À Fresne, en 1398-1399, on répare la toiture en chaume d’une « maison » ; en 1404-1405, on répare la « maison du fournil » ; en 1434-1435, c’est une maison nommée la « berguerie » qui est couverte en chaume ; en 1476-1477, on construit une « neufve maison » pour le fermier105. Les comptes de dépenses pour le manoir de Saint-Nicolas-d’Aliermont présentent le même échantillon de maisons non identifiées et seulement désignées par leur localisation par rapport à un élément remarquable : « maison de devers amont du manoir », « maison du fort », « maison de devers le gardin ».

  • 106 ADSM, G 47 fo 2 vo et G 340 fo 34.

92En revanche, certains contextes documentaires suffisamment précis permettent d’affirmer que la maison en question est le logis. Nous connaissons les exemples de la « neufve maison » des Andelys, construite en 1448-1449, qui est également désignée par le terme « ostel » ; en 1483-1484, commencent les travaux pour la « neuve maison » archiépiscopale de Pontoise106. La formule « grant maison », rencontrée à plusieurs reprises à Saint-Nicolas-d’Aliermont et à Déville, désigne sans doute le logis.

  • 107 ADSM, G 501 fo 32.

93Le compte de Dieppe, en 1425-1426, qui mentionne les réparations à la « maison nommée la chambre aux escuiers »107, introduit dans un domaine plus complexe. La chambre est indiscutablement le lieu de séjour et de repos contenu dans un bâtiment. Les chambres à coucher sont le plus souvent désignées soit par le nom de l’occupant habituel, permanent ou temporaire, soit par une caractéristique du décor ou de sa localisation. À Déville, aux Andelys, à Pontoise, à Gaillon et à Dieppe, nous connaissons la « chambre de Monseigneur » et la « chambre de parement » ou du « parmy » qui lui est accolée à Dieppe et à Gaillon. Nous avons aussi recensé les « chambres des escuiers » à Gaillon, celles des serviteurs aux Andelys, des chapelains et vicaires à Saint-Nicolas et aux Andelys, des neveux aux Andelys, celles du receveur, du portier et de la chambrière à Gaillon. À Saint-Lô, le compte de 1445-1446 mentionne les travaux à la « chambre blance ».

94Cette identification, somme toute traditionnelle, ne peut pas être toujours acceptée. L’exemple de Dieppe, cité plus haut, conduit à interpréter, dans certaines occurrences, le terme « chambre », non pas comme une pièce précise, mais bien plutôt comme un bâtiment indépendant dont la vocation principale est d’abriter un espace résidentiel. Deux critères permettent cette identification : la mention d’un escalier extérieur, un « degre », et d’une toiture. Les exemples les plus probants ont été rencontrés à Saint-Nicolas, Pontoise, Dieppe et Valognes.

  • 108 ADSM, G 329 fo 16 vo.
  • 109 Compte de 1425-1426, ADSM, G 501 fo 32.

95À Saint-Nicolas, sont ainsi notées, à plusieurs reprises, des réparations à la toiture et à « lapentis du degre de la chambre aux chapelains » ; ce bâtiment est accompagné d’un jardin qui lui est propre, le « jardin des clercs ». À Pontoise, on répare en 1468-1469 la couverture de tuiles de la chambre (camera) du promoteur108. À Dieppe, la « maison nommee la chambre des escuiers » est surmontée d’un grenier, et la chambre des secrétaires pourrait bien être un bâtiment à part, au vu de l’existence d’un « hault degre de dessus la chambre aux secretaires »109. À Valognes, en 1440, le bâtiment désigné comme étant les « chambres aux chapellains » est une maison basse divisée en trois chambres.

96Ces dispositifs peuvent être interprétés comme les héritiers, à la fois par le vocabulaire et par les dispositions architecturales, des camerae des siècles antérieurs. Si nous ignorons tout du rez-de-chaussée de ces bâtiments, il est indiscutable que le premier niveau est l’étage de résidence, accessible par un escalier extérieur. Si les preuves manquent pour évaluer la date de construction de ces « chambres », il est tout à fait vraisemblable d’en faire remonter l’édification aux XIVe ou XIIIe siècles. Mais il faut noter la dévalorisation que connaît le terme, camera/ « chambre », au XVe siècle ; en effet, s’il continue à désigner un certain type de bâtiment, le mot ne sert plus à nommer un des éléments propres du pôle noble, la camera, espace semi-public et privé réservé aux grands dans leurs résidences, mais une dépendance proche occupée par les résidents permanents ou non du manoir, à l’exclusion du prélat.

97Le manoir de Valognes présente une étrangeté. En 1440, le terme « chambre de parement » est utilisé pour désigner deux bâtiments indépendants qu’on peut interpréter comme ressortissant du pôle noble. Pour l’un d’entre eux il faut penser, étant donné ses caractéristiques morphologiques, qu’il s’agit d’une camera ancienne dont la nouvelle dénomination pérennise la fonction.

98Le mot « salle » qui émaillé abondamment les comptes de travaux des résidences rouennaises au XVe siècle présente la même complexité d’interprétation.

  • 110 ADSM, G 546 fo 9 vo, G 423 fo 21, G 409 fo 7 vo et G 707 fo 4 vo.

99Il est très rare que le terme « salle » soit utilisé sans autre précision qui permettrait une identification précise. On le rencontre cependant à Saint-Nicolas-d’Aliermont et à Fresne où, en 1428-1429,1474-1475 et 1497-1498, nous relevons la mention de travaux aux « salles ». Le terrier de Fresne, en 1461, décrit le « manoir et hostel... en lequel a grand salles et ediffices de pierre »110. À Saint-Nicolas-d’Aliermont, la « salle du fort » doit être une pièce de la maison du fort, à moins qu’il ne s’agisse de la maison elle-même.

100Le contexte documentaire des comptes de l’archevêché de Rouen, au XVe siècle, permet d’affirmer que le terme « salle » semble exclusivement utilisé pour désigner des pièces à usage public ou semi-public de l’espace résidentiel archiépiscopal. Les occurrences assez nombreuses permettent également de distinguer assez clairement la « salle » en rez-de-chaussée des logis neufs, de la « salle » plus complexe des structures largement antérieures.

  • 111 ADSM, G 540 fo 7, G 409 fo 8, G 424 fo 42, G 413 fo 7, G423 fo 21, G 577fo 20 et G 581 fo 16 vo.
  • 112 ADSM, G 9 fo 7 et G 438 fo 46.

101Le vocable « salle » désigne un bâtiment caractéristique du pôle noble. Nous le distinguons par des notations semblables à celles déjà relevées pour les « chambres », à savoir une toiture. Nous connaissons ainsi, à Fresne, « la maison dempres la salle » (1398-1399) ; à Saint-Nicolas-d’Aliermont la « chambre de la neuve salle » (1497-1498), la toiture de la « grant salle » (1477-1478), le « degre de la sale Monseigneur » (1427-1428) et la reconstruction partielle de la « grand salle » (1474-1475) ; à Gaillon, la toiture de la « grant salle » (1410-1411) ; à Dieppe, la toiture de la « grand salle » (1486-1487)111. Dans deux cas, ce bâtiment est très certainement celui que nous avons trouvé désigné par le terme « tinel », dans la formule « sale » ou « saule du tinel », à Gaillon et à Déville en 1388112.

  • 113 À la fin du XIVe siècle, on connaît la « grant salle dudit chastel [de Caen] appelée la salle du T (...)

102Le contexte documentaire, l’inventaire des meubles de la résidence, permet d’interpréter le terme « tinel » comme un bâtiment d’apparat et de prestige, contenant au moins une grande salle113. Il faut noter qu’au XVe siècle, le mot « tinel » n’apparaît plus dans les sources alors que la réalité matérielle qu’il désignait est toujours en place ; il est alors remplacé par l’expression « salle » ou « grand salle ».

  • 114 ADSM, G 327 fo 20, G 53 fo 59, G 454 fo 8, G 423 fo 21 et G 47 fo 23 vo.

103Le terme « salle » sert aussi à désigner la pièce qui occupe, dans la plupart des sites que nous considérons, le premier étage du bâtiment appelé aussi « salle ». À Pontoise, la « grand salle » est accessible par un escalier (1466) ; à Déville, on monte à la « grand salle » par un « degre » et l’on y pose des vitres aux armes de Monseigneur (1454-1456) ; à Aliermont, nous connaissons le « degre » couvert de la « salle de hault » et la cheminée de la « neuve salle » (1427-1428) ; aux Andelys, la grande salle du vieux logis est à l’étage (1448-1449)114.

104Dans les logis neufs des Andelys (1448-1450) et de Pontoise (1482-1485), le terme « salle » désigne, sans ambiguïté, la pièce d’apparat qui occupe une partie du rez-de-chaussée et qui sert de salle à manger ; l’ajout des qualificatifs « de bas », « d’en bas » ou « basse » ne doit pas conduire à envisager l’existence de salles d’apparat à l’étage ; en effet, toutes les autres pièces de ces deux logis neufs, à l’exception de la cuisine, sont des « chambres ».

  • 115 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects des manoirs gothiques bretons », Arts de l’Ouest, 1980, (...)

105Une remarque semblable a été faite à propos des manoirs laïcs bretons du XVe siècle, où le terme « salle » désigne toujours la pièce la plus vaste du logis, la salle d’apparat au rez-de-chaussée ou à l’étage115.

  • 116 Le terme palais est quelquefois utilisé, dans les comptes de l’archevêché de Rouen, pour désigner (...)
  • 117 Les documents qui contenaient ces informations ont disparu. Nous devons nous fier à l’inventaire d (...)
  • 118 M. de Boüard, Le Château de Caen, p. 64 et 68.
  • 119 I. de Botton, M. Offredo-Sarrot, « Ruines... », p. 87.

106Ce n’est qu’à partir du milieu du XVe siècle que nous avons rencontré le mot palais pour désigner le pôle noble d’une résidence épiscopale116. En 1446, les comptes de la baronnie de Saint-Lô citent le « grand palais » et le « petit palais » du « manoir » de Saint-Lô ; en 1492 et 1494, des ordinations se sont tenues dans la capella palatii117. Ce terme s’applique à un long bâtiment de plan rectangulaire, composé d’un étage sur rez-de-chaussée semi-enterré et qui présentait toutes les caractéristiques d’une aula, voire d’une aula et d’une camera juxtaposées sous un même toit. Il se pourrait que cette utilisation tardive du terme palais contienne, dans une certaine mesure, la reconnaissance du caractère ancien et prestigieux du bâtiment. On connaît, au XVe siècle, de telles formulations, dans lesquelles on peut penser que s’entremêlent la symbolique du pouvoir et un bâti ancien qui, malgré les ans et son caractère démodé, a conservé une place éminente dans l’espace. Au XVe siècle, dans le château de Caen, la vieille salle de l’Échiquier et ses annexes sont souvent désignées par les termes « palais » ou « vieux palais »118. Dans un registre plus modeste, le logis de la Boissière, membre de la commanderie hospitalière de Sours-en-Chartrain, est, en 1456, « ung petit palaiz ancien tout descouvert et sans comble »119. L’utilisation du terme palais pourrait bien être, dans ces occurrences, le résultat d’une volonté délibérée du rédacteur qui souhaite traduire, par le mot palais, le prestige ancien d’un bâtiment démodé et en mauvais état, mais encore empreint d’une forte charge symbolique.

  • 120 ADO, G 7 fo 121.
  • 121 ADSM, G 708, p. 9.

107Le vocabulaire du XVe siècle, pour désigner les bâtiments du pôle noble, présente à la fois continuité et rupture par rapport aux siècles précédents. Si la « salle » continue de désigner le bâtiment noble par excellence, appelé autrefois sala et plus souvent aula, il n’est appliqué qu’à des structures qui ont gardé leurs anciennes dispositions : rez-de-chaussée et salle noble à l’étage accessible par un escalier extérieur. Les logis neufs, compacts, sont des « hostels », où la pièce d’apparat, au rez-de-chaussée, est cependant la seule à être désignée par le terme « salle ». La charge prestigieuse que contient le terme « salle » perdure ; en effet, au XVIIIe siècle, c’est souvent le nom porté par le manoir. En 1704, l’inventaire de Laleu cite la « maison seigneurialle de la Salle »120 ; en 1776-1779, le terrier de Fresne présente ainsi le manoir : « ... le manoir seigneurial environné de murs, les jardins, masures et l’ancien hostel nommé les Salles... »121.

Reprise et remodelage des structures antérieures

  • 122 M. Whiteley, « Deux escaliers royaux du XIVe siècle : les “grands degrés” du palais de la Cité et (...)

108Pour nombre de résidences, il faut traquer dans les documents du XVIIIe siècle des indices des reprises et des restructurations et ces interprétations ne doivent être considérées que comme des hypothèses vraisemblables qui demandent à être vérifiées par des fouilles archéologiques. Il a fallu pour cela déterminer un certain nombre de critères architecturaux et des dispositifs dont la juxtaposition nous a paru relever de campagnes de travaux très éloignées dans le temps. La tour d’escalier en vis est un des critères qu’on peut mettre au nombre des dispositifs propres aux grands travaux entrepris après 1450. La critique de ce parti est aisée. En effet, l’adoption de ce mode de circulation verticale qui remplace les degrés d’apparat extérieurs est ancienne. La vogue en a été lancée au milieu du XIVe siècle par les architectes royaux, lors des aménagements du Louvre, sous Charles V122. Cependant nous avons la preuve, sur certains sites, de la pérennité des degrés extérieurs, jamais remplacés par des vis ; c’est le cas à Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fresne et Douvres. Aux Andelys, deux vis sont construites en 1448-1450 ; à Gaillon le nouveau logis édifié entre 1455 et 1466 est lui aussi doté d’une vis.

109Quant à la pérennité de structures médiévales antérieures au XVIe siècle, elle est décelable dans les inventaires du XVIIIe siècle lorsque se présente un bâtiment à deux niveaux, dont le rez-de-chaussée abrite des salles à usage domestique ou de communs (cuisine, cellier, cave), alors que les salles de l’étage ont une destination plus noble (chapelle, chambre). Ce parti pris s’appuie sur des exemples architecturaux précis, encore debout aujourd’hui, qui ont été présentés dans un chapitre précédent.

  • 123 J. Guillaume, « La galerie dans le château français : place et fonction », Revue de l'Art, 102, 19 (...)

110Les galeries, attestées dans de nombreuses résidences, ne doivent pas être systématiquement considérées comme des structures caractéristiques des grands travaux de rénovation de la seconde moitié du XVe siècle123. Nous avons démontré plus haut que ces dispositifs sont anciens et que les galeries des résidences des archevêques de Rouen à Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fresne et Pontoise étaient très antérieures au début du XVe siècle. Cependant nous avons des preuves que des galeries ont été construites à la fin du XVe siècle : aux Andelys, une « neuve galerie » donnant sur la rivière est mentionnée en 1493 ; la galerie du Parc pourrait, elle aussi, avoir été élevée entre 1485 et 1510. L’absence de documentation probante ne permet aucune certitude quant aux galeries de Fleuré et des Loges.

111Six résidences présentent, plus ou moins marqués, les critères énumérés ci-dessus : Saint-Ébremond aux évêques de Coutances, Neuilly aux évêques de Bayeux, Le Parc et Saint-Philbert-sur-Risle aux évêques d’Avranches, Les Loges aux évêques de Lisieux et Fleuré aux évêques de Sées. Les vieilles structures ont été conservées, mais les travaux en ont modifié l’allure générale et sans doute, aussi, l’affectation des pièces.

112À Saint-Ébremond, l’évêque Geoffroy Herbert (1478-1510) est réputé pour avoir reconstruit le château. Dans les bâtiments actuels de la ferme, quelques éléments sculptés (piédroits de fenêtres ou de portes), utilisés en réemploi, attestent de l’entreprise. Mais la restitution du logis témoigne d’une très large reprise des structures antérieures. Le logis adossé à la courtine, au droit du massif de la porte, comprend deux niveaux : le rez-de-chaussée est à usage servile (cuisine et logement des domestiques) ; l’étage comprend deux salles à usage public, les appartements privés et la chapelle sur le passage de la porte. La circulation verticale se fait par un escalier en vis, ménagé dans l’épaisseur du mur. La conception globale de l’ensemble peut être très antérieure à la fin du XVe siècle, et certains détails archaïques ont été conservés (vis dans le mur, bancs de pierre le long du mur de la salle synodale). Nous avons estimé que les travaux de Geoffroy Herbert avaient sans doute consisté en un redéploiement et un élargissement des ouvertures, mais surtout en la réalisation d’un riche décor sculpté et peint. Cette installation abandonne totalement les bâtiments résidentiels antérieurs qui se déployaient dans la haute-cour.

113En ce qui concerne Neuilly, les sources sont muettes, mais nous savons que le château a souffert de la guerre. Les vestiges encore en place permettent d’affirmer que le bâtiment qui contenait le logis a été abaissé d’un niveau et élargi ; de nouvelles fenêtres rectangulaires à meneaux ont été percées dans les façades du nouveau niveau résidentiel.

114Dans les résidences du Parc, de Fleuré et des Loges, on repère assez aisément quelques nouveaux dispositifs, accolés aux vieux logis et qui le complètent. Des tours d’escaliers en vis remplacent les escaliers extérieurs qui conduisaient au premier étage du vieux logis dont on a conservé les grandes lignes de l’élévation. Au Parc, une galerie à étage résidentiel sur arcades unit le vieux logis au rebord du fossé, donnant à la fois sur le jardin au sud et sur la cour au nord. Aux Loges, un « pavillon », avec fenêtres à meneaux, est construit pour unir deux bâtiments.

115Si nous en croyons ces maigres indices, les restructurations ont été de peu d’importance. Les travaux tant vantés ont consisté aussi en l’aménagement de nouvelles ouvertures plus grandes et sans doute en une reprise des toitures, probablement dotées de lucarnes ornées, suivant un parti qui a pu être constaté au palais urbain des évêques d’Avranches.

116Il n’est pas possible, étant donné la nature des sources, d’évaluer dans quelle mesure les travaux ont modifié la distribution interne, mais il se pourrait que les bouleversements n’y aient pas été notables. En outre, certains indices sont suffisamment probants pour affirmer qu’il y eut, dans de nombreux cas, un resserrement de l’espace résidentiel dans un bâtiment préexistant transformé en logis compact. Un certain nombre d’édifices, et non des moindres, n’ont pas été reconstruits telles que les chapelles de Fleuré, du Parc et de Saint-Ébremond, ainsi que la cuisine de Saint-Ébremond. On intègre désormais l’espace cultuel et domestique au nouveau logis.

Réalisation d’un nouveau logis

  • 124 ADSM, G 47 fo 23 vo, G 327 fo 19-20, G 328 fo 15 vo, G 329 fo 16 vo-17, G 330 fo 15, G 335 fo 24.

117Il n’existe que trois attestations certaines de la réalisation d’un nouveau logis : aux Andelys en 1448-1450, à Gaillon en 1455-1466 et à Pontoise en 1476-1484. Dans deux cas au moins, ces entreprises n’interviennent qu’après de lourdes, voire longues, tentatives de remise en état du logis ancien. Aux Andelys, en 1446-1447, on avait refait la couverture et un pignon ; à Pontoise, entre 1466 et 1476, les comptes ne sont qu’énumération de murs effondrés par le vent et la tempête, de maison ruinée, de poteaux pour étayer le cellier, la chapelle et l’« hostel » dont on obture les fenêtres et de l’auditoire « complètement rompu »124.

  • 125 ADSM, G 865. En l’absence d’indication concernant les circulations verticales, cet inventaire ne p (...)
  • 126 Ce n’est que dans le compte de 1456-1457 que sont mentionnés les travaux au « second estage » ; ma (...)

118Aux Andelys, les détails des dispositions du nouveau logis sont incertains, mais les informations fournies par le compte de 1448-1449 complétées par celles que contient l’inventaire de 1493125 permettent d’en appréhender les grandes lignes. Le vieux logis, avec sa grande salle de l’étage, est conservé et prolongé par le nouveau logis, la « neuve maison », disposé en retour d’équerre. Deux tours d’escalier (« vis ») sont édifiées, l’une au raccord du vieux logis et du logis neuf qui va permettre de monter « en la grande salle », et l’autre dans l’angle du nouveau logis ; il se pourrait également que la galerie ait fait partie de cette campagne de travaux. L’ensemble compte désormais dix-sept pièces, dont une galerie, une cave et une chapelle. Il paraît assuré qu’une partie du rez-de-chaussée est occupée par la cuisine et la salle à manger (« salle de bas ou Monseigneur prenoit sa reffection »). Quant à la chambre à coucher du prélat, nous ne pouvons déterminer si elle se trouve elle aussi au rez-dechaussée ou bien à l’étage ; l’inventaire ne mentionne pas de chambre de parement, mais signale la « salle joignant ladite chambre », qui peut être considérée comme telle. La chapelle semble installée à l’étage du logis et accessible par la galerie. À Gaillon, l’archevêque Guillaume d’Estouteville qui vient d’être nommé archevêque de Rouen ordonne, vraisemblablement en 1454, d’importants travaux de rénovation du logis126. Il faut cependant noter que la priorité avait été donnée, dans les années précédentes, à la remise en état des bâtiments à usage économique extérieurs au château, moulins, granges, pressoir et halles. Le complexe castrai doit être dans un piteux état. À partir de 1425, les structures fortes ont été démolies. En 1454, il ne doit plus rester que des vestiges au ras du sol des courtines et des tours, en particulier de celle qui abritait une chapelle. Dans ces conditions, les vieux logis adossés à la courtine ont été sérieusement ébranlés par la démolition. Le chantier, qui commence en 1454, dure jusqu’en 1465-1466 ; le coût total des travaux s’élève à 6810 Lt, imputées sur le compte général de l’archevêché, car les recettes très diminuées de la seigneurie de Gaillon ne pouvaient supporter de telles dépenses. La seigneurie a fourni nombre de matériaux ; on a récupéré les pierres de la démolition, restées sur place, pour le gros œuvre, mais, pour les marches et les entourages des portes et des fenêtres, on fait venir de la pierre de Saint-Leu ; le bois est fourni par les forêts de l’archevêque.

119Le nouveau logis, édifié à partir de 1455, réutilise les murs d’un logis antérieur et une tourelle d’escalier ponctue la façade. Si nous ne connaissons pas les dispositions intérieures, les comptes ne nous laissent pas ignorer le décor flamboyant déployé à l’extérieur : les fenêtres et les lucarnes décorées, les tourelles, les cheminées de brique, les hautes toitures d’ardoise et les girouettes peintes aux armes de l’archevêque.

120À Pontoise, étant donné l’état de délabrement du vieux logis on décide d’en reconstruire un neuf (« nouvel hostel ou neufve maison ») à partir de 1476. À l’inverse du processus constaté aux Andelys, on ne garde rien du vieux logis, le logis neuf est construit sur une cave ancienne ; en revanche, on conserve la chapelle, qui reste un bâtiment indépendant, et la galerie qui permet de joindre le logis à la chapelle. Les travaux vont durer longtemps, de 1476 à 1486. Le nouveau logis répond à tous les critères des bâtiments contemporains. C’est un édifice compact qui unit sur trois niveaux, par un escalier en vis aménagé sur la façade vers l’entrée, toutes les fonctions autrefois éclatées entre plusieurs bâtiments. Les pièces réservées à l’archevêque se superposent exactement, marquées sur la façade vers les jardins par le conduit des latrines. Au rez-de-chaussée, se situent la cuisine et la grande salle ou salle à manger. Les étages sont occupés par des chambres ; la « grant chambre » et la « chambre de parmy » sont au premier étage. Une « estude » occupe l’étage supérieur de la « vis ». Les deux tourelles d’angle fournissent, aux pièces du premier étage, des espaces annexes et l’une d’elles abrite sans doute un oratoire. L’organisation globale de l’espace intérieur du complexe, avec cour et jardins clos, n’a pas été modifiée.

Les hommes et le cadre matériel à la fin du XVe siècle

121Il semble que la fin du XVe siècle soit marquée par une reprise de la fréquentation de leurs manoirs ruraux et semi-ruraux par les prélats normands. Les travaux de restauration et de rénovation en sont certainement une preuve à défaut d’attestations plus probantes ; nous n’avons relevé que trois actes signés dans ces séjours. Il se pourrait qu’on assiste à une volonté, après des années d’absence, d’affirmer la présence épiscopale dans le diocèse. Les indices sont maigres pour confirmer une telle tendance, mais ils méritent d’être soulignés.

  • 127 Gallia Christiana, XI, col. 607.
  • 128 Cité par M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux (...)
  • 129 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, Valognes – Évreux, Impr. de G. Poussin, 1912, p. 215 ; (...)
  • 130 ADO, H 3376.

122En 1473, l’évêque d’Évreux, Pierre Turpin, serait mort à Condé127. En 1486, l’évêque de Bayeux, Charles de Neufchâtel, signe une charte à Neuilly128. L’évêque de Coutances, Richard Olivier de Longueil (1453-1470), procède à des ordinations à Valognes en 1460. Son successeur, Geoffroy Herbert (1478-1510), est à Valognes en 1482, pour des ordinations, à Saint-Lô en 1488 où il procède à la présentation d’un prêtre, et en 1492 et 1493 pour des ordinations ; il séjourne aussi tous les ans au château de Saint-Ébremond129. En 1495, l’évêque de Sées, Gilles de Laval, est à Fleuré où il approuve et confirme un acte de l’abbesse d’Almenèches130. À Déville, pendant ces mêmes années, les dépenses concernent presque exclusivement les arbres et arbustes des vergers et jardins et les animaux d’ornement, pigeons, paons, cygnes, hérons, égrets et canards ; on peut penser que le cadre plaisant des jardins est un but pour de brefs séjours depuis Rouen.

123Les absences de travaux ou de séjours doivent être prises pour des indices de la défaveur dans laquelle certains manoirs sont en train de tomber. À partir de la seconde moitié du XVe siècle, quelques résidences disparaissent des sources écrites. À l’exception de quelques-unes (Douvres, Saint-Philbert), l’absence de vestiges architecturaux et l’état dans lequel nous les redécouvrons au XVIIIe siècle laissent à penser que nous sommes en présence d’un délaissement de la part des prélats. Il s’agit de Cambremer aux évêques de Bayeux, Brosville, Bernienville et Vernon aux évêques d’Évreux, Courtonne et Canapville aux évêques de Lisieux, Pinterville et Louviers aux archevêques de Rouen, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes aux évêques de Sées. L’argument de la distance pourrait être invoqué pour expliquer cette défaveur dans laquelle seraient tombées les résidences de Cambremer, Canapville et Saint-Fulgent-des-Ormes. Mais il n’est pas valide pour nombre de résidences proches de la métropole épiscopale : Brosville, Bernienville, Courtonne, Pinterville, Louviers et Laleu.

124On ne peut qu’émettre des hypothèses sur les raisons de cette réduction du nombre des séjours fréquentés par les prélats à la fin du Moyen Âge, attitude qui tranche très nettement avec celle de leurs prédécesseurs des siècles antérieurs. En effet, l’absence de sources, en particulier de documents comptables, laisse planer des doutes sur le parti pris que nous adoptons. Cela étant, on ne peut s’empêcher de constater que les évêques ont choisi de concentrer les dépenses de restauration et de reconstruction sur certains sites. Dans tous les cas, la rénovation ou la reconstruction du palais urbain ont absorbé une bonne part des ressources encore mal assurées. L’exemple rouennais semble assez éclairant. Les archevêques ont privilégié, outre le palais urbain, les résidences de Gaillon, des Andelys et de Pontoise. Ailleurs, à Fresne, Déville, Louviers et Saint-Nicolas-d’Aliermont, on se contente de réparer sans grands bouleversements. À l’instar des archevêques de Rouen, les autres prélats normands ont vraisemblablement tenu compte d’impératifs financiers. Les évêques de Sées ont laissé à des fermiers les résidences de Laleu et de Saint-Fulgent dont les structures, extrêmement modestes, ne correspondaient plus aux exigences de prestige et de solennité exigées par un prélat de la fin du XVe siècle.

  • 131 P. Contamine, Guerre, État et société..., p. 55-64.

125Le prestige et la puissance ne s’évalueraient donc plus au nombre de résidences et aux possibilités d’y séjourner, mais plutôt à la splendeur de la seule résidence élue, dotée des structures à la mode : escaliers en vis, hautes toitures à lucarnes passantes, salles et chambres répondant aux nouveaux critères d’intimité (chambre de parement, chambre de retrait). Ce que nous mettons en avant avec précaution rejoint et illustre sans doute ce que R Contamine avance, à savoir qu’à la fin du Moyen Âge, le château n’est plus un élément indispensable à l’affirmation sociale et politique d’un noble qui privilégie désormais son passé et ses relations sociales131.

126Les sources ne fournissent que peu d’attestations des hommes qui séjournent en permanence dans les résidences à la fin du Moyen Âge. On peut néanmoins noter un certain nombre de caractéristiques. Si les chapelains ne sont jamais mentionnés, on doit sans doute envisager qu’ils soient toujours présents, mais rien n’est assuré. En effet, la seule mention du logis (« chambre ») des chapelains ou des vicaires à Valognes, Saint-Nicolas-d’Aliermont et aux Andelys ne permet pas de conclure à leur présence permanente ou simplement épisodique dans l’escorte de l’archevêque. À Saint-Nicolas-d’Aliermont, il n’y a plus de chapelain résidant en 1497-1498.

127Les attestations les plus nombreuses concernent le personnel domestique ou agricole. À Déville, les comptes rapportent les salaires versés à un valet et au responsable des soins apportés aux animaux d’ornement. À Fresne, on construit, en 1476-1477, une nouvelle maison pour le fermier. Le château de Saint-Ébremond compte au moins sept résidents permanents, si on se réfère au testament de Geoffroy Herbert en 1509 : un porcher, un muletier, le couple Ogier et leur fille, Marie, et deux valets. Aux Andelys, en 1461-1462, un nommé Aubez, logé gratuitement au manoir, fait office de gardien.

  • 132 ADO, G 1.

128Il faut s’interroger sur la présence des agents de l’administration seigneuriale, alors que le nombre en a été réduit. Les comptes des seigneuries des évêques de Sées ne sont plus tenus, en 1461-1463, que par un seul receveur132, alors que l’existence d’un receveur propre à la seigneurie de Laleu était attestée en 1404, dans le testament de l’évêque Grégoire Langlois.

  • 133 ADSM, G 551 fo 22 et G 552 fo 22.
  • 134 ADSM, G 556 fo 29 vo, G 557 fo 8 vo, G 558 fo 23 vo, G 560 fo 23, G 561 fo 22 vo.
  • 135 P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats à la fin du Moyen Âge », in Le Château médié (...)

129Un dernier point est à souligner, en ce qui concerne les occupants permanents en cette fin du XVe siècle. Certaines pièces des résidences sont louées à des individus étrangers à la seigneurie. À partir de 1460, la cuisine des Andelys est louée pour tenir les écoles133 ; entre 1468 et 1475, certaines salles du manoir sont louées pour loger des gens d’armes134. Cette location des pièces de la résidence seigneuriale n’est pas une pratique inconnue à la fin du XVe siècle. Elle a été constatée dans certains châteaux d’Auvergne, en particulier au château de Saint-Amand, près de Murol135.

Le cadre matériel et les décors

  • 136 Inventaire de l’hôtel rouennais de Pierre Sureau en 1435, Inventaire des biens meubles, écritures (...)

130Le long inventaire du mobilier aux Andelys en 1493 fournit un éclairage significatif sur le cadre de vie et les décors dans une résidence aristocratique, à la fin du Moyen Âge. Il ne s’agit pas ici d’en reprendre la description mais d’en enrichir les informations avec des données rencontrées ça et là dans les autres séjours épiscopaux (Saint-Lô, manoir de Sées, Saint-Ébremond) et dans des documents contemporains136.

131Le manoir des Andelys compte soixante-dix-sept meubles dans quinze pièces. Ce rapport est faible lorsqu’on le compare aux meubles inventoriés dans le logement rouennais de Pierre Sureau, receveur général de Normandie, en 1435, qui compte cent dix-sept meubles dans dix-sept pièces. Sur ces soixante-dix-sept meubles, vingt sont qualifiés de vieux ou d’usés et il s’agit surtout de lits et de sièges.

132Toutes les chambres sont meublées d’un ou de plusieurs lits garnis de leur literie (« traversain », couverture, « loudier ») et de leurs tentures (« ciels », « dossier » et « pendants ») ; seuls les murs des salles dévolues à l’archevêque sont nus et ces éléments de confort et de décor y étaient installés lors de la venue du prélat. Les salles nobles (salle à manger, chambre à coucher et deux chambres attenantes) sont abondamment pourvues de meubles de prestige (tables et chaises sur marchepied, dressoirs) dont certains sont lourdement sculptés (chaise à « dos ouvre », chaise à « petit dossier en cassillee », dressoir sculpté). Dans la cuisine, outre quelques meubles, on ne dénombre que des ustensiles encombrants et ordinaires (« poeles », cuves, pots, chaudrons et baquets, rôtissoires et mortier). Un certain nombre d’objets relevant également de l’aire domestique sont conservés dans une autre pièce, mal localisée par rapport à la cuisine (pots de toute contenance, brocs, plats, écuelles, « saussiers »).

133On garde également dans le manoir des pièces de literie (draps), de linge de table et de cuisine (« essuyeures », serviettes, « doubliers »).

134La comparaison de cet inventaire avec ceux qui ont été réalisés un siècle plus tôt à Déville et à Gaillon autorise des rapprochements. On y relève des différences ; nous avons noté le plus grand nombre de meubles et l’ameublement complet de toutes les chambres ; la cuisine est mieux fournie en linge et ustensiles. Deux pièces ont conservé leurs tentures murales de serge (« sallecte de haut » et chambre). Toutes les cheminées sont dotées de leurs landiers. Malgré cela, on note, comme dans les inventaires précédents, l’absence flagrante de certains objets. Les dressoirs sont vides de vaisselle de luxe (verres, aiguières) et les appareils d’éclairage sont quasiment absents à l’exception de huit chandeliers. Les pièces dévolues au séjour de l’archevêque ont été débarrassées des tentures murales et des draperies des lits. Les livres sont absents, même dans une pièce réservée à l’étude dotée d’un pupitre. On peut conclure qu’en l’absence de l’archevêque, le cadre de vie du manoir présentait une relative médiocrité et une modestie fort éloignée du cadre somptueux entretenu dans les riches « hostels » habités en permanence.

135Les sources ont été peu prolixes de renseignements en ce qui concerne les décors sculptés, les peintures murales ou les vitraux qui ornaient les salles nobles. Les seules mentions de chambres blanche, verte et rouge sont insuffisantes pour déterminer s’il s’agit de tentures murales ou de peinture sur enduits ou lambris. De la même façon, on restitue mal le décor de « signes » d’une chambre de Saint-Ébremond ; s’agit-il de motifs répétés ou bien de scènes incluant des cygnes ?

  • 137 C. de Mérindol, « Murs et plafonds peints à la fin de l’époque médiévale. État de la question », i (...)

136Les murs sont masqués de tentures extrêmement variées. Les salles d’apparat, grande salle, chambres de parement et chambres de retrait, sont dotées d’ensembles qualifiés de « chambre ». Il s’agit en général de plusieurs pièces (6 à 9) comptant un ciel, un dossier et trois pendants de lit ; pièces auxquelles il faut ajouter des tapis de lit et des coussins assortis pour les tabourets (« carreaux ») et les bancs (« banquets »). Le plus souvent ce sont des tentures unies et il arrive qu’on mélange plusieurs couleurs dans une même salle. Les exemples dont nous disposons sont bien représentatifs de la stratégie du choix des couleurs au Moyen Âge. Le rouge vient en tête dans la taxinomie et l’on mentionne des tentures vermeil à Rouen (ciel, dossier), Sées, Chailloué (3 pendants de lit) et Saint-Lô (chambre rouge). En deuxième position vient le vert aux Andelys, à Chailloué et à Sées où les 8 pièces des tentures de lit de la chambre de l’évêque sont vertes alors que les murs sont tendus de serge vermeille. On sait que ce mode de décor monochrome est peu en faveur au Moyen Âge137 et les sites que nous considérons attestent également du goût pour la polychromie par les thèmes décoratifs les plus variés : semis de fleurs (Sées) et fleurs de lys (Andelys), scènes « a imayges » et « a gens d’armes » (Sées), oiseaux (Chailloué), armoiries (Sées).

  • 138 Rinceaux en frise au sommet des murs de la camera du manoir de Bretteville-sur-Odon (Calvados), ob (...)
  • 139 C. de Mérindol, « Recueils d’armoiries et décors monumentaux peints et armoriés à la fin de l’époq (...)

137L’omniprésence des tapisseries et tentures dans les inventaires laisse à penser que les décors peints étaient peut-être rares dans les salles résidentielles des châteaux et manoirs de l’aristocratie normande. Les mentions, comme les vestiges, en sont exceptionnels138 et certains thèmes peuvent être croisés avec ceux des décors textiles muraux et des sols de pavés émaillés. L’utilisation massive des frises de blasons est une manifestation d’hommage aux princes d’Occident, aux parents et alliés, aux amis et bienfaiteurs selon une pratique courante en Normandie comme dans d’autres régions139.

Conclusion

138À partir de 1350 environ et pendant au moins un siècle, les résidences « secondaires » des prélats normands souffrent des événements militaires et politiques. Le cours paisible de la vie des résidences qui prévalait dans les siècles précédents cesse et nous avons constaté la superposition et l’enchevêtrement de rythmes variables suivant que l’on s’attache à l’observation de la mise en défense des forteresses, aux travaux d’entretien, à l’occupation anglaise ou à la fréquentation des résidences par les prélats.

139Entre 1350 et 1418-1419, on assiste à un lourd engagement des prélats normands dans la défense de la Normandie, dont le financement a été partagé entre les prélats et le roi qui a versé des indemnités ou pris directement en charge l’entreprise (Le Parc).

140Nous avons pu établir, en ce qui concerne les sites de Louviers, Courtonne et du Parc, qu’un glissement du vocabulaire de « manoir »/« maison » à « fort » ou « chastel » autorise à envisager de lourdes restructurations qui ont mis en place des œuvres de maçonneries que l’absence de sources écrites ou de vestiges ne permet pas d’appréhender ou de dater ; mais l’incertitude subsiste quant à certaines modalités de mise en œuvre dans un contexte politique pro ou anti-anglais mal défini (Le Parc). Les forteresses de Neuilly et de Gaillon étaient des complexes forts anciens et d’importance, qui ont sans doute été peu modifiés. Les travaux véritablement attestés ont consisté en l’installation de structures légères réalisée, pour l’essentiel, par des charpentiers (Le Parc, Gaillon) ; il s’agit de guérites, de ponts neufs. L’équipement en hommes est autant du ressort des prélats (vassaux, hommes du guet) qu’à la charge du roi qui nomme les capitaines et alimente en partie les garnisons.

141Pendant cette période, les habituelles et longues absences des prélats ont très sérieusement réduit la fréquentation des séjours ruraux ou semi-ruraux. Nous avons également noté, certes à partir d’indices peu nombreux (Déville, Les Andelys, Laleu), une vraisemblable désertion du personnel permanent de haut rang (receveur, juges). On peut y voir, comme à Déville et aux Andelys, une manifestation de panique devant les troubles qui agitent les campagnes, et ce aussi bien de la part des officiers que des hommes de la seigneurie. Un autre paramètre, trop mal documenté, est intervenu : la forte réduction des revenus a sans doute contraint les prélats à réduire le personnel en charge de la gestion des domaines.

142On ne doit pas pour autant conclure à un abandon total. Dans les manoirs rouennais, si on ne relève pas les édifices trop endommagés, on répare les bâtiments agricoles ; vers 1380, à Gaillon, le « tinel » est l’objet de lourdes restructurations dans lesquelles on soupçonne l’adoption de nouveaux codes architecturaux. Entre 1419 et 1450, l’occupation anglaise et l’insécurité qui en résulte de même que les choix politiques des prélats renforcent le mouvement. Les séjours ruraux et semi-ruraux sont délaissés et il semble qu’on n’y réalise que des travaux d’entretien courant affectant seulement les bâtiments des communs.

143Le retour de la paix après 1450 ne signifie pas la réapparition des prélats dans leurs diocèses. La tendance à l’absentéisme ne s’atténue que très lentement. Ce n’est qu’à partir des années 1470-1480 que la résidence redevient la règle, à l’exception de l’archevêché de Rouen dont les prélats ne séjournent qu’exceptionnellement dans le diocèse. La remise en état des résidences « secondaires » n’a été réalisée que tardivement avec le retour des prélats et la reprise des revenus fonciers. Elle s’est généralement effectuée conjointement à la restauration du séjour urbain. Les archevêques et évêques normands ont très clairement choisi de réduire le nombre de leurs séjours ruraux ou semi-ruraux et les critères en sont hétérogènes ; plus de la moitié des sites sont vraisemblablement laissés entre les mains de fermiers. Quant à la remise en état des séjours choisis, les partis pris ont été très variables. On continue de fréquenter les forteresses, où on conserve les ruines des éléments de défense alors que l’on se replie sur un logis compact fondé sur des structures antérieures réaménagées (Gaillon, Neuilly, Saint-Ébremond, Condé). Certains vieux logis ont été conservés, mais on leur adjoint une aile, des escaliers en vis qui remplacent les « degres », une galerie, une nouvelle toiture et des ouvertures plus largement ouvertes sur l’extérieur (Les Andelys, Le Parc, Saint-Philbert, Fleuré, Les Loges). En revanche, la reconstruction totale est rare (Pontoise).

144Cette nouvelle situation qui tranche si nettement avec l’état antérieur ne peut résulter que d’un faisceau de facteurs explicatifs. L’amenuisement des revenus est certainement à prendre en compte, mais il faut envisager une mutation des mentalités qui ne verraient plus dans la multiplication des séjours un des codes déterminants du mode de vie aristocratique.

Notes

1 G. Bois, La Crise du féodalisme : économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle, 2e éd., Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 230.

2 V. Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 6, 1980, p. 209. Les revenus de Fresne et de Louviers baissent d’environ 50 %, alors que ceux d’Aliermont-Douvrend baissent d’environ 80 %, ceux de Déville d’environ 15 %, ceux de Gaillon de 40 % ; à Dieppe, la restauration est bien entamée et le retard est infime.

3 A. Sadourny, « L’occupation anglaise en Haute-Normandie d’après les comptes de l’archevêché de Rouen », Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie, 53, 1969, p. 27-28.

4 Chronique anonyme de Cambridge, citée dans A. Plaisse, La Grande Chevauchée guerrière d’Édouard III en 1346, Cherbourg, Isoète, 1994, p. 95.

5 C. Birette, L’Invasion de 1346 dans le Cotentin d’après plusieurs témoins oculaires, Cherbourg, Impr. La Dépêche, 1936, p. 30-33. Pour Louviers, voir Froissart, cité par T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évreux, Hérissey, 1870-1874, II, p. 78-81.

6 BNF, ms. fr. 26002, 969.

7 N. Deshays, Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux, H. de Formeville (éd.), Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, II, p. 132.

8 BNF, ms. fr. 20882, 44.

9 Cité dans H. Denifle, La Désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Picard et fils, 1897,1, p. 756.

10 Gallia Christiana, XI, col. 374.

11 BNF, ms. fr. 20882, 55.

12 N. Deshays, Mémoires..., p. 148.

13 Ms de Dom Lenoir, 5, p. 103-104, cité dans R. Jouet, « Le Cotentin entre 1394 et 1417. Restauration économique ou marasme persistant ? », AN, 20, 1970, 4, p. 260.

14 É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Lettres, 1908-1911, II, p. 351-352.

15 Dès le début des années 1370, la région entre Neuilly et Bayeux a fait l’objet de toute l’attention de l’administration royale. Le château de Neuilly et l’« hostel » de Colombières sont au nombre des forteresses visitées par le bailli de Caen en 1371.

16 ADSM, G 1020, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 140-141.

17 P. Contamine, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge (1337-1494), Paris – La Haye, Mouton, 1972, p. 8.

18 ADC, G 272.

19 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se trouvent dans les archives du Calvados », MSAN, VIII, 1834, p. 21.

20 A. Roquelet, La Vie de la forêt normande à la fin du Moyen Âge. Le Coutumier d’Hector de Chartres, II, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1995, p. 126.

21 BNF, ms. fr. 26271, 427.

22 Compte de 1367-1368, ADSM, G 634 fo 11-12 ; T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 143-146 ; P. Contamine, « La ville dont le seigneur est un évêque. À propos de Louviers aux XIVe et XVe siècles », in Les Prélats, l’Église et la société (XIe-XVe siècles). Hommage à Bernard Guillemain, Bordeaux, CROCEMC, 1994, p. 259-267.

23 ADSM, G 581 fo 16 et G 582 fo 17.

24 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France, de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997. p. 140.

25 BNF, nouv. acq. fr. 12245, 55. Ce fragment de compte du vicomte de Coutances porte également témoignage du paiement de travaux au « chastel » de Saint-Pierre-Langers qui s’élevait à environ quinze kilomètres au nord d’Avranches. Le site actuel ne porte plus qu’un manoir récent et, dans un angle de l’enclos, les vestiges d’une motte entourée d’un fossé en eau (observations personnelles).

26 ADSM, G 1020, cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 140-141.

27 J.-M. Pesez, F. Piponnier, « Les traces matérielles de la guerre sur un site archéologique », in Guerre, fortification et habitat au Moyen Âge (Actes du colloque de Madrid, 1985), Madrid – Rome, Casa de Velâzquez – École française de Rome, 1987, p. 11-18. Les observations contenues dans cet article sont en grande partie fondées sur les fouilles du site de Brucato.

28 A. Plaisse, « Le moulin à marée de Cherbourg », Cahier des Annales de Normandie, 23, 1990, Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, p. 371-384.

29 BNF, Compte de Pierre de Gorremont, Coll. Bourgogne, vol. 104, fo 200 vo.

30 ADSM, G 634 fo 8-14.

31 ADSM, G 969.

32 En 1367-1368, on verse une indemnité aux tenanciers d’une maison détruite. Mais on pourrait également envisager que le terrain libéré ait servi à élever certains des nouveaux dispositifs de défense.

33 ADSM, G 582 fo 18 vo.

34 Dans les trois cas ce sont des charpentiers ou des « huchiers » qui sont payés pour ce travail. Les guérites sont des postes de tir ou des galeries de charpente accrochés au sommet du rempart où elles font office de mâchicoulis (M. de Boüard, Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 44).

35 Dans les autres forteresses normandes occupées par les Anglais, entre 1417 et 1450, on a constaté ce même parti pris ; à savoir une majorité de travaux de charpente, alors que les œuvres de maçonnerie sont plus rares et consacrées à des réparations et des renforcements et non à l’édification de structures nouvelles (R. Jones, « Conquête et défense : les fortifications en Normandie méridionale à la fin de la guerre de Cent Ans », in Autour du château médiéval (Actes des rencontres historiques et archéologiques de l’Orne, Alençon, 1997), B. Fajal (dir.), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne (Mémoires et documents), 1998, p. 77-86).

36 ADSM, G 583 fo 31.

37 R.A. Newhall considère que la garnison de Courtonne ne comptait que douze hommes (The English Conquest of Normandy (1416-1424) : a study in fifteenth century warfare, New Haven, Yale University Press, 1924, p. 218).

38 Observations personnelles.

39 J. Glénisson, V. Deodato da Silva, « La pratique et le rituel de la reddition aux XIVe et XVe siècles », in Jeanne d’Arc, une époque, un rayonnement (Actes du colloque d’histoire médiévale, Orléans, 1979), Paris, CNRS, 1982, p. 121.

40 Cité dans J.-E. Decorde, Histoire des cinq communes de l’Aliermont, Rouen – Paris – Dieppe, Méterie – Derache et Didron – Renaux, 1877, p. 105.

41 Arch, nat., K 64, no 12 (15), cité dans H. Sauvage, « Épisodes de la guerre de Cent Ans », RA, XXVII, 1934, p. 154-164 ; Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), publiée avec notes et pièces diverses relatives au Mont-Saint-Michel et à la défense nationale en Basse-Normandie pendant l’occupation anglaise, S. Luce (éd.), Paris, Firmin Didot et Cie, 1879-1883, II, p. 105.

42 ADSM, G 1019.

43 ADSM, G 1051.

44 ADC, G Chapitre de Bayeux 205 fo 127.

45 Jean de Boissey (1408-1412) et Zanon de Castiglione (1432-1459) de Bayeux, Philbert de Mont-jeu de Coutances (1424-1439), Guillaume de Cantiers (1400-1418) et Martial Fournier (1427-1439) d’Évreux.

46 Reproduit dans É. Lepingard, « Un point de l’histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances », NMD, 11, 1893, p. 95-102.

47 P. Lardin, « L’hôtel archiépiscopal de Rouen à l’époque de Louis de Luxembourg (1437-143) », in Images de la guerre de Cent Ans (Actes du colloque de Rouen, 2000), D. Couty, J. Maurice, M. Guéret-Laferté (dir.), Paris, PUF, 2002, p. 27-45 (p. 29) ; J. Stratford, « John, Duke of Bedford, as Patron in Lancastrian Rouen », in Medieval Art, Architecture and Archaeology at Rouen (The British Archaeology Association, Conference Transactions for the year 1986), J. Stratford (éd.), Leeds, W.S. Maney and son Limited, 1993, p. 98-108 (p. 101-102).

48 ADSM, G 2127 fo 64.

49 L’absence de tous travaux entre 1418 et 1422-1423 correspond à la période pendant laquelle le temporel de l’archevêché a été entre les mains du roi, alors que l’archevêque, Louis de Harcourt, refusait de prêter serment de fidélité au roi d’Angleterre ; les domaines n’étaient pas pour autant dépourvus de gestionnaires si l’on se réfère à la confirmation, en 1420, du receveur de Dieppe et d’Aliermont ; et ce dernier doit être un Anglais, Jehan Blanevaston (MSAN, XXIII, 1858, p. 219).

50 En 1423-1424 à Déville et 1426-1427 à Saint-Nicolas (ADSM, G 26 fo 31 et G 412 fo 7).

51 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998, p. 70.

52 A.E. Curry, « Le service féodal en Normandie pendant l’occupation anglaise (1417-1450) », in La France anglaise au Moyen Âge (colloque des historiens médiévistes français et britanniques, Actes du 111e congrès national des Sociétés savantes, section d’histoire médiévale et de philologie, Poitiers, 1986), Paris, CTHS, 1988, p. 233-257 ; P. Robert, « L’armée et les institutions militaires en Normandie sous la régence de Bedford », École des Chartes, Positions de thèses, 1939, p. 184-189 ; R. Newhall, The English Conquest of Normandy... ; H. Sauvage, « Épisodes de la guerre de Cent Ans », p. 153-164 ; C.T. Allmand, Lancastrian Normandy, 1415-1450. The history of a medieval occupation, Oxford, Clarendon Press, 1983 ; Id., « L’artillerie de l’armée anglaise et son organisation à l’époque de Jeanne d’Arc », in Jeanne d’Arc..., p. 73-81 ; L. Collet, « Le service de guet au XVe siècle, particulièrement au château de Bonneville-sur-Touques (Calvados) », BSAN, L, 1946-1948, p. 153-222 ; A. Baume, Des aspects militaires de l’occupation anglaise de la Normandie pendant la deuxième partie de la guerre de Cent Ans, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne – Paris IV, 1978 (dactyl.).

53 P. Robert, « L’armée et les institutions militaires... », p. 184-185.

54 Chronique du Mont-Saint-Michel..., I, p. 147-149 et 179.

55 P. Robert, « L’armée et les institutions militaires... », p. 184-185.

56 C.T. Allmand, « L’artillerie de l’armée anglaise... », p. 79.

57 Ces deux hommes sont connus par les lettres de rémission qui leur sont accordées à la suite de condamnations pour bagarre (P. Lecacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), Rouen – Paris, Lestringant – Picard fils et Cie, 1907-1908,1, p. 161 et II, p. 14 et 201).

58 ADC, G Chapitre de Bayeux 205 fo 124 vo et 126.

59 P. Robert, « L’armée et les institutions militaires... ».

60 A. Baume, Des aspects militaires..., p. 198.

61 Les forteresses épiscopales ne sont jamais mentionnées dans ces comptes (R. Jones, The State of Fortification in Lancastrian Normandy, 1417-1450, Thèse de doctorat, Oxford, 1994 ; Id., « Conquête et défense... », p. 77-86).

62 Reddition de Neuilly le 2 octobre 1449 dans Arch, nat., JJ 185 fo 51. Reddition de Courtonne le 16 août 1449 dans T. Basin, Histoire de Charles VII, C. de Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1933, II, p. 98.

63 ADC, G 207 fo 53.

64 BNF, ms. fr. 20879, 113.

65 ADSM, G 707 fo 5.

66 Arch, nat., P 307 fo 81.

67 Arch. nat., P 306 f o 190-192.

68 ADSM, G 42 fo 44 vo, G 469 fo 7 et G 472 fo 10, G 471 fo 30 vo et G 1057.

69 ADSM, G 540 fo 4 v o, G 48 f o 18 et G 564 fo 27 v o.

70 ADSM, G 411 fo 7, G 423 fo 20 vo et G 409 fo 6.

71 É. Lepingard, « Un point de l’histoire ecclésiastique... », p. 95-102. L’aveu de 1377 désignait déjà la résidence saint-loise par le terme « hostel ».

72 BNF, ms. fr. 26085,7142.

73 ADSM, G 316 fo 5 vo, G 333 fo 19 vo et G 340 fo 35.

74 ADSM, G 53 fo 20, G 540 fo 27 vo, G 565 fo 27 vo, G 543 fo 14 et G 549 fo 27 vo.

75 F. Robin, La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 1985, p. 99.

76 ADSM, G 464 fo 4, G 564 fo 27 vo et G 707 fo 4 vo.

77 A. Renoux, « Hiérarchie nobiliaire et hiérarchie castrale dans le Maine à la fin du Moyen Âge », in La Noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge (Actes du colloque d’Angers-Saumur, 1998), Rome, École française de Rome, 2000, p. 205-229 (p. 21).

78 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France..., p. 142.

79 Vers 1400, le revenu du temporel s’établissait aux alentours de 9000 Lt (V.Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen... », p. 209). En 1475-1476, le niveau atteint est de 11000 Lt (A. Sadourny, « L’occupation anglaise en Haute-Normandie... », p. 34).

80 ADO, G 1, Compte de Richard Gallet, « prêtre receveur du temporel de l’évêque de Sées en ses baronnies de Sées, Fleuré, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes avec leurs dépendances ».

81 L’évêque d’Avranches, Jean Bochard (1453-1485), participa activement au conseil du roi entre 1467 et 1473. Les évêques de Coutances, Richard-Olivier de Longueil (1453-1470), Benoît de Montferrand (1470-1476) et Julien de la Rovere (1476-1478), résidèrent le plus souvent à Rome, près du pape. Le siège d’Évreux ne vit pas ses évêques entre 1443 et 1477 ; une longue période de contestation (1443-1464) fut suivie de prélats le plus souvent absents, comme Jean Balue (1465-1467), qui ne prirent pas possession, tel Antoine Balue (1467-1471), ou qui ne prirent possession que très tard comme Jean Herberge (1473-1477). À Lisieux, Thomas Basin quitte le diocèse pour l’exil, jusqu’à sa mort en 1477. Quant à l’archevêque de Rouen, Guillaume d’Estouteville (1453-1483), il semble que, lui aussi, résida le plus souvent à Rome à partir de 1455.

82 Mgr Fuzet, « Le manoir archiépiscopal de Rouen », Mémoires de l’Académie de Rouen, 1908, p. 17.

83 E. de Laheudrie, Bayeux, capitale du Bessin, Bayeux, Colas, 1945, p. 65-66.

84 BNF, ms. fr. 11935.

85 Gallia Christiana, XI, col. 495-496.

86 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Maine, 1993 (dactyl.).

87 « Chastel » est le terme utilisé par l’évêque, Jean Bochard (1453-1485), dans l’aveu de son temporel, en 1453 (BNF, ms. fr. 20879, 113).

88 Gallia Christiana, XI, col. 897 et R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, Rouen, Métérie, 1874-1886, II, p. 337.

89 Gallia Christiana, XI, col. 608-609.

90 A. Gosse-Kischinewski, Évreux. La légende des pierres, Évreux, Fromont-Glatigny, 1988, p. 53-59.

91 Observations personnelles.

92 N. Deshays, Mémoires..., p. 201-206.

93 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 397.

94 C. Lemaître, « Notes sur le palais épiscopal de Lisieux », Bulletin de la Société historique de Lisieux, 31, 1990-1991, p. 31.

95 A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), traduit de l’italien par Mme Havard de la Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 167.

96 M. Maurey d’Orville, Recherches historiques sur la ville, les évêques et le diocèse de Séez, Sées, Brée, 1829.

97 Gallia Christiana, XI, col. 702.

98 I. de Botton, M. Offredo-Sarrot, « Ruines et reconstruction agraires dans les commanderies du Grand Prieuré de France », in La Reconstruction après la Guerre de Cent Ans (Actes du 104e congrès national des Sociétés savantes, section de philologie et d’histoire jusqu’à 1610, Bordeaux, 1980), Paris, Bibliothèque nationale, 1981, p. 97 ; M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995, p. 114.

99 M. Arnoux, « L’industrie en Normandie au XVe siècle », in La Normandie au XVe siècle. Art et histoire (Actes du colloque de Saint-Lô, 1998), Saint-Lô, Archives départementales, 1999, p. 65-70.

100 ADSM, G 707 fo 5.

101 ADSM, G 45 fo 30 vo et G 549 fo 30.

102 ADSM, G 330 fo 15.

103 ADSM, G 26 fo 31 et G 468 fo 6 vo.

104 ADSM, G 329 fo 16 vo. Le receveur de Pontoise rédige ses comptes en latin.

105 ADSM, G 540 fo 7, G 542 fo 9, G 547 fo 5 et G 562 fo 27 Vo.

106 ADSM, G 47 fo 2 vo et G 340 fo 34.

107 ADSM, G 501 fo 32.

108 ADSM, G 329 fo 16 vo.

109 Compte de 1425-1426, ADSM, G 501 fo 32.

110 ADSM, G 546 fo 9 vo, G 423 fo 21, G 409 fo 7 vo et G 707 fo 4 vo.

111 ADSM, G 540 fo 7, G 409 fo 8, G 424 fo 42, G 413 fo 7, G423 fo 21, G 577fo 20 et G 581 fo 16 vo.

112 ADSM, G 9 fo 7 et G 438 fo 46.

113 À la fin du XIVe siècle, on connaît la « grant salle dudit chastel [de Caen] appelée la salle du Tynel » (il s’agit de la salle dite aujourd’hui de l’Échiquier), la « grande salle du tinel du chastel de Falaize » et « la salle du tinel » du château de Bonneville-sur-Touques (M. de Boüard, Le Château de Caen, p. 68).

114 ADSM, G 327 fo 20, G 53 fo 59, G 454 fo 8, G 423 fo 21 et G 47 fo 23 vo.

115 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects des manoirs gothiques bretons », Arts de l’Ouest, 1980, p. 107.

116 Le terme palais est quelquefois utilisé, dans les comptes de l’archevêché de Rouen, pour désigner le logis dans l’enceinte du manoir : en 1391-1392 et en 1405-1406, on paie les travaux d’entretien in guteriis dicti manerii tam super palatii quam aliis locis, et « pour avoir soudé es goutieres du palais icelui manoir », cité par le chanoine L.-A. Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris, Picard et fils, 1908, p. XXIII et XXX.

117 Les documents qui contenaient ces informations ont disparu. Nous devons nous fier à l’inventaire de la série des archives de la Manche, et au témoignage transmis par le récit de Toustain de Billy.

118 M. de Boüard, Le Château de Caen, p. 64 et 68.

119 I. de Botton, M. Offredo-Sarrot, « Ruines... », p. 87.

120 ADO, G 7 fo 121.

121 ADSM, G 708, p. 9.

122 M. Whiteley, « Deux escaliers royaux du XIVe siècle : les “grands degrés” du palais de la Cité et la “grande viz” du Louvre », Bulletin monumental, 1989, p. 132-154 ; Id., « Royal and Ducal Palaces in France », in Architecture et vie sociale. L’organisation intérieure des grandes demeures à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance (Actes du colloque de Tours, 1988), Paris, Picard, 1994. p. 47-64.

123 J. Guillaume, « La galerie dans le château français : place et fonction », Revue de l'Art, 102, 1993, p. 32-42 ; Id., « Le château français du milieu du XVe au début du XVIe siècle », in La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée (Actes du colloque de Tours, 1983), B. Chevalier, P. Contamine (dir.) Paris, CNRS, 1985, p. 221-230.

124 ADSM, G 47 fo 23 vo, G 327 fo 19-20, G 328 fo 15 vo, G 329 fo 16 vo-17, G 330 fo 15, G 335 fo 24.

125 ADSM, G 865. En l’absence d’indication concernant les circulations verticales, cet inventaire ne permet pas de reconstituer, dans le détail, les dispositions précises du logis.

126 Ce n’est que dans le compte de 1456-1457 que sont mentionnés les travaux au « second estage » ; mais au vu de la livraison de matériaux pour faire les croisées l’année précédente, on peut penser que les travaux ont au moins commencé en 1455. La restauration du château de Gaillon a été étudiée par P. Lardin, « Les travaux d’aménagement, d’entretien et de reconstruction du château de Gaillon au XVe siècle d’après les sources écrites », AM, XXV, 1995, p. 115-131. Son analyse décrit très précisément les conditions du travail, le rythme et les hommes du chantier. Nous avons tenté d’aborder ce chantier avec une autre optique en confrontant le nouveau logis avec ce que nous pouvons savoir du précédent à partir des sources antérieures à 1400, en particulier l’inventaire de 1388 (ADSM, G 9 fo 7-8).

127 Gallia Christiana, XI, col. 607.

128 Cité par M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, Rouen, Lestringant, 1894-1896, II, p. 148.

129 J.-L. Adam, Étude sur la ville de Valognes, Valognes – Évreux, Impr. de G. Poussin, 1912, p. 215 ; R. Toustain de Billy, Mémoires sur l’histoire du Cotentin et de ses villes : villes de Saint-Lô et de Carentan, Saint-Lô, Impr. F. Le Tual, 1912, p. 67-68 ; F. Dubosc, Cartulaire de l’abbaye de la Luzerne, Saint-Lô, Jacqueline fils, 1878, p. 208.

130 ADO, H 3376.

131 P. Contamine, Guerre, État et société..., p. 55-64.

132 ADO, G 1.

133 ADSM, G 551 fo 22 et G 552 fo 22.

134 ADSM, G 556 fo 29 vo, G 557 fo 8 vo, G 558 fo 23 vo, G 560 fo 23, G 561 fo 22 vo.

135 P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats à la fin du Moyen Âge », in Le Château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècles). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes (Actes du colloque de Lyon, 1988), J.-M. Poisson (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française ; no 32), 1992, p. 31.

136 Inventaire de l’hôtel rouennais de Pierre Sureau en 1435, Inventaire des biens meubles, écritures et lettres trouvés en l’hôtel de Pierre Sureau receveur général de Normandie, trésorier du roi Henry VI d’Angleterre, J. Félix (éd.), Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1892. Inventaire après décès de l’évêque de Sées Guillaume Langlois en 1404, Arch, nat., M 191, 2. Inventaire du manoir de Chailloué (Orne) en 1416, après le décès de Blanche de Harcourt, veuve d’Yves de Vieuxpont mort à Azincourt en 1415, Inventaire du château de Chailloué (Orne) en 1416, C. de Beaurepaire (éd.), Rouen, Société des bibliophiles normands, 1866.

137 C. de Mérindol, « Murs et plafonds peints à la fin de l’époque médiévale. État de la question », in Château et société castrale au Moyen Âge (Actes du colloque de Rambures, 1997), J.-M. Pastré (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 1998, p. 79-80.

138 Rinceaux en frise au sommet des murs de la camera du manoir de Bretteville-sur-Odon (Calvados), observations lors d’une visite de la Société des antiquaires de Normandie. L’aula construite par Odon de Conteville, au milieu du XIe siècle, est signalée comme peinte par le poète Serlon, dans RHGF, XIX, p. xci. Sous les combles de factuel musée, un mur de refend porte un décor peint attribué au XIIIe siècle (faux appareil, quadrilobes sur fond rouge), communication orale de Vincent Juhel et observations personnelles. En 1961, R Villion a observé, avant leur rapide disparition, des fresques dans les embrasures et sur les allèges de trois fenêtres obturées du premier niveau (arcatures rayonnantes ajourées de quatre-feuilles et accotées de part et d’autre d’un oiseau et d’écussons) ; elles peuvent être datées du début du XIVe siècle et se surimposaient à un décor antérieur, BSAN, LVI, 1961-1962, p. 842-844. Frise de blasons courant au sommet des murs et sur les entrais de la charpente apparente, J.-P. Corbasson, « Le manoir de la Vigne au Mesnil-sous-Jumièges (Seine-Maritime). Étude des peintures », BSAN, LXII, 1994-1997, p. 141-174.

139 C. de Mérindol, « Recueils d’armoiries et décors monumentaux peints et armoriés à la fin de l’époque médiévale », in Les Armoriaux médiévaux (Actes du colloque de Paris, 1994), L. Holtz, M. Pastoureau, H. Loyau (dir.), Paris, Le Léopard d’or, 1998, p. 291-331.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search