Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

IIe partie. Le beau temps des résidences rurales (xiie-fin du xive siècle)

Le beau temps des résidences rurales (xiie-fin du xive siècle)

Texte intégral

Des châteaux et des hommes

Les séjours épiscopaux

Les aléas du corpus documentaire

  • 1 Les séjours de l’archevêque Eudes Rigaud dans ses manoirs, nombreux et très précis, n’ont pas été i (...)

1L’évaluation des rythmes et des raisons des séjours des prélats dans leurs résidences rurales et semi-rurales se heurte à un obstacle de taille, la discrétion des sources à l’exception tout à fait remarquable des informations fournies par le journal de l’archevêque Eudes Rigaud au XIIIe siècle1. Il faut donc faire feu de tout bois, traquer les actes localisés, les témoignages indirects et accepter quelques informations tardives relevant de la tradition.

2Quatre résidences au moins n’auraient jamais été visitées entre le XIe et la fin du XIVe siècle : Saint-Ébremond, Bernienville, Cambremer et Laleu. Dieppe, Louviers et Saint-Nicolas-d’Aliermont n’auraient été fréquentées que par l’archevêque Eudes Rigaud qui y séjourna respectivement 15,31 et 150 fois. Six résidences n’auraient été visitées que deux fois ou moins en quatre siècles : Vernon, Fresne, Les Andelys, Saint-Fulgent-des-Ormes, Condé et Courtonne. Et seuls 80 séjours sont attestés toutes personnalités confondues : séjours épiscopaux ou hôtes de passage en compagnie ou non du prélat.

  • 2 Un à Neuilly en 1275, un à Douvres en 1300, six à Valognes en 1238,1263,1266,1283,1318 et 1355, sep (...)
  • 3 L’évêque de Lisieux, Guy du Merle, mort aux Loges en 1285 ; les archevêques de Rouen, Eudes Clément (...)

3Quarante-trois actes, tous postérieurs au début du XIIe siècle et antérieurs au XVe siècle, ont été signés et précisément datés d’une résidence2. Pour le reste, il subsiste de rares témoignages indirects, tels que des défraiements versés en 1376 à l’évêque d’Avranches, Robert Porte, pour les trajets qu’il effectue entre Saint-Philbert et Évreux où il participe aux séances de l’Échiquier convoquées par Charles de Navarre, ou lorsque les opérations liées à l’exécution testamentaire de l’archevêque Guillaume de Lestrange signalent qu’il est mort à Gaillon. Enfin, nous savons que cinq décès, au moins, sont survenus dans une résidence rurale avant la fin du XIV siècle3.

4Ce petit nombre de séjours attestés ne doit pas conduire à la conclusion que les évêques normands ont délaissé leurs résidences rurales. L’exemple de l’archevêque Eudes Rigaud, qui fréquente plusieurs fois par an presque tous ses séjours ruraux ou semi-ruraux, incline à penser qu’au contraire, ils étaient appréciés, quelles que soient les distances pour les rejoindre ou les difficultés du voyage. En outre, des preuves de travaux d’aménagements et d’embellissement prouvent, pendant cette période, l’intérêt des prélats pour ces séjours « secondaires ».

Le rythme des séjours

5Ces précautions et limites étant posées, on peut tenter une périodisation de la fréquentation par les évêques de leurs résidences rurales entre le XIe et la fin du XIV siècle.

  • 4 ADO, H 2158.

6Si l’on en croit les sources, et en particulier les actes précisément localisés de la résidence, celles-ci ont été quasiment désertées pendant les XIe et XIIe siècles. Pour le XIe siècle, il existe des indices de deux séjours probables qui ne sont pas le fait des évêques en titre : Jean d’Avranches, devenu archevêque de Rouen, serait mort en 1079 à Saint-Philbert-sur-Risle, le domaine qu’il avait donné à son Église d’Avranches ; Robert de Bellême est emprisonné à Neuilly par Odon de Conteville en 1088. En ce qui concerne l’installation des évêques de Coutances à Saint-Lô, pendant la première moitié du XIe siècle, il faut accepter une tradition vraisemblable. Au XIIe siècle, quatre visites seulement sont attestées. En 1154, à Saint-Philbert, l’évêque d’Avranches bénit Robert de Torigni, le nouvel abbé du Mont-Saint-Michel ; en 1091-1123 l’évêque de Sées, Serlon, signe un acte à Saint-Fulgent-des-Ormes4 ; deux actes de l’archevêque Rotrou sont datés des Andelys, en 1168 et 1170.

  • 5 Eudes Rigaud séjourna trois fois à Douvres en 1250, 1256 et 1266, une fois à Valognes en 1266, troi (...)
  • 6 Lisieux : 1 acte aux Loges et 3 à Canapville ; Coutances : 3 actes à Valognes ; Sées : 3 actes à Fl (...)

7Au XIIIe siècle, les attestations de séjour se multiplient ; on dénombre ainsi trente séjours épiscopaux dont deux décès et vingt séjours de personnalités dont dix-sept séjours de l’archevêque Eudes Rigaud dans les résidences de ses suffragants5. Il est délicat d’établir une conclusion à partir d’un recensement qui ne concerne que neuf sites. Tous les évêchés sont concernés, mais certains sont nettement sous représentés tels Bayeux avec un acte signé à Neuilly et Évreux avec deux actes signés à Brosville. Quant aux autres attestations pour les évêchés de Lisieux, Coutances, Sées et Rouen, elles ne sont pas pour autant probantes6.

  • 7 Deux séjours à Neuilly en 1356 et 1360, deux séjours à Valognes en 1318 et 1355, un séjour au Parc (...)
  • 8 Deux séjours à Neuilly, deux séjours au Parc et deux à Saint-Philbert, deux séjours aux Loges, un s (...)
  • 9 Sept séjours à Déville, quatre à Pinterville, quatre à Gaillon, un à Fresne.
  • 10 Diocèse d’Avranches : Robert Porte (1359-1379) devint chancelier du roi de Navarre qui le nomma gar (...)
  • 11 B. Jacqueline, « La grande pitié des diocèses de Coutances et d’Avranches pendant la guerre de Cent (...)

8Les preuves disponibles pour le XIVe siècle n’assurent que de vingt-cinq séjours épiscopaux dont trois décès et le séjour d’une personnalité7. Là encore tous les évêchés sont représentés et dix résidences ont été visitées. À quelques exceptions près ce sont les mêmes qu’au siècle précédent8, mais les attestations concernant les archevêques de Rouen sont surreprésentées9. Ces séjours sont assez régulièrement répartis tout au long du siècle et l’on pourrait conclure à la continuation, au XIVe siècle, du rythme de fréquentation constaté au siècle précédent. Cette régularité tout au long du siècle ne peut être acceptée sans nuances si l’on considère la carrière politique et administrative des prélats normands pendant la seconde moitié du XIVe siècle. En effet, il semble qu’à la présence dans leur diocèse, beaucoup ont préféré tenir des hautes fonctions près des princes ou des papes. Douze évêques sont ainsi réputés avoir peu résidé et parmi ceux-ci les évêques de Coutances et de Lisieux sont les plus notables10. En outre, l’insécurité qui s’installe dans la province à partir des années 1340 a sans doute freiné voire découragé les déplacements. Une illustration remarquable de cette situation se trouve dans le fait qu’il est nécessaire de produire trois sauf-conduits pour aller de Coutances à Valognes pendant la période de l’occupation anglo-navarraise de 1356 à 1365 au moins11.

  • 12 A. Renoux, « Les fondements architecturaux du pouvoir princier en France (fin IXe-début XIIIe siècl (...)
  • 13 Communication orale de François Comte, archéologue municipal d’Angers et É. Zadora-Rio, « Archéolog (...)
  • 14 Champeau, Issy, Touillon, Lucenay, Thoisy-la-Berchère et Saint-Denis-de-Vaux (« Compte de Pierre Be (...)
  • 15 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècles), Paris, Garnier, 1973, p. 279.
  • 16 Ardevon, Manche, canton de Pontorson. E. Impey, « Le prieuré du Mont-Saint-Michel à Ardevon », Les (...)
  • 17 B. Chevalier, « Un grand domaine agricole de Marmoutier : la grange de Meslay (IXe-XVIIIe siècle) » (...)
  • 18 D. Pichot, « Les cartulaires manceaux de l’abbaye de Savigny », RA, LIII, 1976, p. 132-133.
  • 19 Un séjour du duc Jean II à Bernon est attesté en août 1305 par les dépenses mentionnées dans le com (...)

9Sur la longue durée, il est donc tentant de considérer que la grande période de fréquentation des résidences rurales fut un long XIIIe siècle qui se prolongerait jusqu’au milieu du XIVe siècle. Cette conclusion rejoint ce qui a été avancé concernant de grands ecclésiastiques séculiers comme réguliers de la France du Nord. Pour la province ecclésiastique de Reims au XIIIe siècle, A. Renoux note que les évêques délaissent les résidences urbaines et préfèrent les résidences rurales12. Quant aux évêques d’Angers on a relevé qu’ils décèdent presque tous dans une résidence rurale à partir du XIIIe siècle13. Les évêques d’Autun, Barthélemy (1298-1308) et Pierre Bertrand (1325-1331), ne séjournent pratiquement pas dans leur métropole et affectionnent leurs châteaux et manoirs ruraux14. Les évêques de Chartres s’établissent le plus souvent à Josaphat puis Pontgouin15. Un tel mouvement affecte également les dignitaires du clergé régulier. Dans la première moitié du XIIIe siècle, le prieuré d’Ardevon a été vraisemblablement conçu et réaménagé pour servir de retraite à l’abbé du Mont-Saint-Michel16. Dans le premier quart du XIIIe siècle, l’abbé de Marmoutier, Hugues des Roches (1210-1227), fait construire une grange et un manoir (grangiam et manerium) à Meslay ; cet imposant centre de gestion agricole devient un lieu de retraite ou de repos pour les abbés et on sait qu’Étienne de Vertou y est mort en 126317. Ce parti pris ne peut pas être considéré comme une caractéristique du monde ecclésiastique, il affecte l’aristocratie laïque de tous niveaux. D. Pichot signale que les petits et moyens sires du nord du Maine semblent, au XIIIe siècle, délaisser leurs résidences villageoises au profit de leurs séjours proprement ruraux18. À partir du milieu du XIIIe siècle, les ducs de Bretagne apprécient leur nouvelle forteresse de Suscinio dans la presqu’île de Rhuys et les deux manoirs de Bernon et de Banaster qui s’élèvent au bord de la mer à la périphérie du parc19.

  • 20 D. Barthélemy, Les Deux Âges de la seigneurie banale, Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, Publications (...)
  • 21 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., p. 279.
  • 22 ... domos ad manendum cum capella à Gy-l’Évêque, dans Gesta pontificum Autissiodorensium, cité par (...)
  • 23 M.-C. Bertiaux, Les Résidences des évêques de Troyes dans leur diocèse à la fin du Moyen Âge, Thèse (...)
  • 24 Guiot de Provins, Bible (vers 1210), cité par J. Batany, « Le moraliste, les seigneurs et les cours (...)
  • 25 Garin le Loheren, J.E. Vallerie (éd.), Ann Arbor, Edwards, 1947, p. 185, vers 2965-2969 : « Costume (...)

10Il faut convenir que la maigreur du corpus documentaire, en ce qui concerne les prélats normands, rend nos affirmations relativement fragiles, en particulier concernant le terminus chronologique du XIIIe siècle alors que des indices assez forts inclinent à envisager que ce mouvement vers la campagne commence plus tôt. À la fin du XIIe siècle, les chevaliers de la seigneurie de Coucy sont de plus en plus souvent cités au village20. A. Chédeville souligne que dans le Chartrain, à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, les nouveaux châteaux construits à la campagne, mais à proximité des villes, fournissent un cadre de vie plus apprécié que la résidence urbaine et tous les niveaux de l’aristocratie sont touchés : les comtes de Dreux à Bû, Fermaincourt ou Sours et la modeste famille de Chartres à Ver21. Quelques grandes chroniques épiscopales extérieures à la Normandie confirment la faveur des séjours ruraux dès le XIIe siècle. Les évêques d’Auxerre, Alain (1152-1167) et Hugues de Noyers (1183-1206), et ceux du Mans, Hildebert de Lavardin (1096-1125) et Guillaume de Passavent (1145-1167), sont réputés pour avoir fait construire ou améliorer leurs résidences rurales. Certaines constructions, telles que des chapelles, des logis aux pièces chauffées et des celliers, tendraient à prouver une fréquentation accrue22. Des travaux récents confortent ce panorama : avant 1180, les évêques de Troyes construisent une résidence sur leur domaine de Saint-Lyé nouvellement acquis23. Enfin la littérature fournit des confirmations inattendues. Au début du XIIIe siècle, l’ex-poète et trouvère courtisan devenu moine clunisien, Guiot de Provins, vitupère la mode adoptée par les grands et les princes de résider à la campagne boisée (« bocage ») alors qu’à ses yeux, l’on ne peut dignement tenir une cour qu’à la ville24. Peu de temps auparavant, la chanson Garin le Loheren ne disait pas autre chose25.

  • 26 Au XIIIe siècle, les évêques de Chartres passent généralement la belle saison dans leur résidence d (...)

11Il n’a pas été possible d’établir le rythme annuel des séjours et de prouver que l’été ou l’automne étaient les saisons privilégiées pour les séjours ruraux ; cependant au vu de situations étrangères à la Normandie on doit soupçonner une fréquentation plus intense pendant la saison estivale26. En tout état de cause, l’exemple de l’archevêque Eudes Rigaud prouve amplement que les prélats n’hésitaient pas à se lancer sur les routes quelles que soient les conditions de voyage qu’ils devaient affronter.

12Le petit nombre de résidences visitées, aux XIIe-XIVe siècles, ne permet pas non plus d’affirmer qu’il y eut des séjours favorisés par rapport à d’autres. On pourrait cependant le déceler dans l’attitude de l’archevêque Eudes Rigaud qui paraît négliger la résidence des Andelys, au point de n’y presque jamais coucher et de préférer se rendre à Fresne après avoir passé la journée aux Andelys. De la même façon, ses quinze séjours à Dieppe ne se produisent que lors de tournées épiscopales dans le Pays de Caux.

Les raisons des séjours

  • 27 P. Fournier, Les Officialités au Moyen Âge, Paris, Plon, 1880, p. 1-6.

13Parmi les raisons qui, en priorité, pouvaient pousser les évêques vers leurs résidences rurales, il faut évoquer les cérémonies d’hommage des vassaux de la seigneurie. Quatre attestations en témoignent pour Déville en 1253 et 1255, Gaillon en 1262 et Pontoise en 1452. Ce petit nombre d’occurrences, réduites à l’archevêché de Rouen, n’est sans doute pas représentatif de la réalité et les châteaux, centres de seigneuries, ont régulièrement accueilli le seigneur-évêque pour ces cérémonies d’hommage. En tant que seigneur temporel il doit y tenir régulièrement sa cour de justice. En tant que juge ecclésiastique on doit également s’attendre à ses séjours, au moins jusqu’à l’installation d’un dignitaire suppléant, l’official, qui n’intervient pas avant la fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle27.

  • 28 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire..., II, p. 633-634.
  • 29 Ibid.

14Quelques témoignages démontrent que certains prélats ont tenu à célébrer dans leurs résidences rurales des cérémonies religieuses, quitte à en demander l’autorisation, lorsque ladite résidence dépendait d’un évêché qui n’était pas de leur ressort. Des conciles ont été réunis à Déville en 1308 et à Pinterville en 130628. Des ordinations ont été célébrées dans la chapelle des manoirs, et non dans l’église paroissiale, à Déville en 1380 et, avec l’autorisation des chanoines d’Évreux, à Pinterville à partir de 132829. Le manoir épiscopal abrite aussi ces réunions de prêtres convoquées lorsque l’évêque est de passage. Eudes Rigaud a ainsi réuni, en février 1248, les prêtres des doyennés de Longueville et d’Eu, dans le manoir d’Aliermont. On peut également s’interroger sur la coïncidence du séjour du prélat avec une fête religieuse particulière qu’il aurait tenu à présider dans la paroisse de son manoir rural. Eudes Rigaud a sans doute aimé célébrer lui-même, dans l’une ou l’autre des paroisses de l’Aliermont, Saint-Nicolas ou Sainte-Marie, les messes des fêtes mariales : Nativité, Conception, Annonciation ou Purification. Les quatre seuls exemples des années 1258, 1260, 1267 et 1268 ne peuvent pas être considérés comme suffisamment probants pour généraliser une telle attitude.

  • 30 Gallia Christiana, XI, col. 597 ; H. Denifle, La Désolation des églises, monastères et hôpitaux en (...)

15La résidence rurale sert indiscutablement de refuge lorsque des troubles affectent la métropole et nous en connaissons au moins trois cas. Les deux jours qu’Eudes Rigaud passe à Déville en juillet 1251 sont sans doute à mettre en relation avec une émeute populaire qui avait, en particulier, investi la cathédrale. En 1356, les chanoines et l’évêque d’Évreux, Robert de Brucourt, se transportent à Vernon suite à l’incendie du palais épiscopal et à la prise de la ville par les troupes françaises après le meurtre de Charles de la Cerda par Charles de Navarre30. La même année, l’évêque de Bayeux, Pierre de Vilaines, se réfugie au château de Neuilly alors que les bandes anglo-navarraises ravagent les faubourgs de Bayeux.

L’escorte des prélats

  • 31 Arch, nat., X 1^ 9807 fo 175 vo.
  • 32 Arch, nat., X 1^ 9807 fo 211.
  • 33 BNF, Fonds Moreau, 1161 fo 559-562 vo.

16Ce n’est que tardivement, par des sources issues du tournant des XIVe et XVe siècles, qu’il est envisageable d’appréhender, jusqu’à un certain point et le plus souvent par des sources indirectes, ceux qui accompagnaient les prélats dans leurs déplacements et donc, à coup sûr, dans leurs résidences rurales. Dans les deux inventaires après décès de Déville et Gaillon en 1388, les pièces désignées par un nom sont sans doute régulièrement attribuées à ceux qui accompagnent l’archevêque. Quant aux bénéficiaires des legs cités dans les testaments des évêques de Sées, Grégoire Langlois (1404)31 et Pierre Beaublé (1412)32, et de l’évêque de Bayeux, Jean de Boissey (1412)33, on peut légitimement penser que certains d’entre eux suivaient l’évêque dans ses déplacements. Faute de témoignages directs, il faut accepter avec précaution les informations issues de ces sources, et, s’il est impossible de chiffrer cette population qui investissait la résidence, on peut cependant évoquer les catégories d’individus qui composaient l’escorte.

17Les membres de la famille du prélat et en particulier les neveux tiennent une place importante ; les neveux de Guillaume de Lestrange ont une chambre qui leur est propre à Déville et à Gaillon ; ceux de Grégoire Langlois et de Jean de Boissey sont bénéficiaires de legs.

18Ceux que les sources, en particulier les testaments, qualifient de « familiers » sont sans doute suffisamment proches pour accompagner le prélat dans ses déplacements, tels ceux que mentionne sans plus de détails le testament de Pierre Beaublé, alors qu’un des sept familiers de Grégoire Langlois est son chancelier (sigillifero). Quant aux chambres de Gaillon et de Déville désignées, en 1388, par un nom (« chambre de labbe de valmont » à Gaillon, « chambre de maistre P de Pengny », « chambre de Monsgr de S Ouayn », « chambre Denisot » à Déville), le contexte documentaire tend à prouver qu’il ne s’agit pas de résidents permanents. En effet, à la date de l’inventaire, ces chambres sont dépourvues de lits et ne sont dotées que d’un mobilier misérable, à la fois par la qualité et le nombre ; c’est seulement lors des séjours qu’on devait y disposer le mobilier nécessaire.

19Les prélats sont accompagnés d’agents de l’administration seigneuriale ou de chapelains, tel celui qui paraît très proche de l’évêque de Bayeux, Jean de Boissey, et auquel le prélat lègue sa houppelande doublée de martre. L’évêque amène avec lui le personnel indispensable au train de vie de la résidence, et nous connaissons au moins le serviteur et le cuisinier de Grégoire Langlois, le barbier et le chambrier (cubicularius) de Jean de Boissey et une servante de Pierre Beaublé.

20L’escorte comporte des hommes d’armes, des écuyers issus de familles vassales. Ils sont attestés par leur chambre (« chambre des escuiers ») aussi bien à Déville qu’à Gaillon et sans doute par les legs de Jean de Boissey et de Grégoire Langlois à un armigero et à un « escuier ».

Les résidents permanents

Le corpus documentaire

  • 34 Neuilly, Douvres et Cambremer aux évêques de Bayeux ; Déville, Les Andelys, Gaillon, SaintNicolas-d (...)
  • 35 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et (...)

21Les sources permettent de connaître, jusqu’à un certain point, les résidents permanents de neuf résidences sur les vingt-sept considérées34. Il subsiste quelques mentions de résidents permanents civils et religieux, trois pour le XIIe siècle, trois pour le XIIIe siècle et sept pour le XIVe siècle. Ce corpus documentaire partiel et très incomplet, où ne sont représentés que les évêchés de Sées et de Bayeux et l’archevêché de Rouen, peut être étendu avec précaution aux résidences pour lesquelles la documentation fait défaut. Nous tiendrons compte également des informations fournies, en 1440, dans le devis des réparations à effectuer aux résidences des évêques de Coutances à Saint-Ébremond, Saint-Lô et Valognes ; en effet, malgré la date tardive du document nous pensons qu’il permet l’appréhension d’un état largement antérieur35.

Les officiers de l’administration seigneuriale et les clercs

  • 36 P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats à la fin du Moyen Âge », in Le Château médiév (...)
  • 37 À Déville, Eudes Rigaud mentionne plusieurs fois le coffre où sont conservées les lettres, « ... co (...)

22On peut considérer comme résidant au château quelques officiers de l’administration seigneuriale et, si les preuves écrites font défaut, il faut s’appuyer sur des témoignages tardifs étrangers au monde épiscopal et accepter des preuves indirectes. En Auvergne, à la fin du Moyen Âge, le personnel permanent des châteaux compte toujours un receveur36. Il existe des preuves indiscutables que les résidences de Neuilly, Courtonne et Déville abritaient les titres et papiers de la seigneurie37 ; il en est vraisemblablement de même à Valognes dans une salle nommée l’« escriptoire ». Cette fonction de dépôt d’archives ne peut être envisagée sans la présence permanente du personnel responsable de la gestion économique et judiciaire du domaine et d’un certain nombre de commis, en particulier de scribes. Nous connaissons ainsi le sénéchal de Cambremer en 1227 et celui de Neuilly (dapifer) attesté en 1150-1163. Pour ce dernier, on doit le distinguer du prévôt (bedel) rencontré quelques années plus tôt, en 1133.

  • 38 La cohabitation est clairement attestée à Louviers en 1346.
  • 39 Arch, nat., X 1^ 9807 fo 175 vo.

23Ces hauts responsables de la justice et du maintien de l’ordre devaient cohabiter dans le château avec le responsable de la gestion économique, le receveur38. Six sont attestés par les sources : celui de Gaillon dont la chambre est mentionnée en 1388, celui de Louviers en 1346 et celui de Laleu, bénéficiaire, en 1404, d’un legs de l’évêque de Sées, Grégoire Langlois39. Chacune des trois résidences des évêques de Coutances à Valognes, Saint-Lô et Saint-Ébremond possédait un logis propre à l’intendant (« mesnagerie »).

  • 40 En 1211, 1216, 1220-1223 et 1236 des donations de la part de laïcs dotent la chapelle de rentes et (...)

24La présence de chapelains n’est véritablement prouvée que dans neuf résidences, soit par l’acte de création de la chapellenie, à Neuilly et Douvres, soit par une source directe qui les cite nommément à Saint-Philbert entre 1182 et 1253, aux Andelys en 1170, à Louviers en 1346 et à Gaillon en 1433, soit par les mentions, certes tardives, des logis qui leur sont réservés à Déville en 1397, à Aliermont en 1497-1498 et à Valognes en 1440. La plus ancienne attestation d’un chapelain vient des Andelys, en 1170, où l’on peut penser qu’il figure parmi les témoins signataires d’une donation archiépiscopale faite en ce lieu ; beaucoup plus tard, en 1493, une chambre du logis est réservée aux chapelains. Il se pourrait que l’installation permanente d’un ou de plusieurs chapelains dans la résidence rurale ait été une démarche relativement tardive, alors qu’une chapelle existait déjà depuis longtemps. Quatre exemples seulement peuvent être avancés à l’appui de cette hypothèse. Les résidences de Neuilly et de Douvres qui possèdent des chapelles d’importance depuis au moins la fin du XIIe siècle n’ont reçu des chapelains permanents, dotés de confortables chapellenies, qu’en 1300 pour Neuilly et 1340 pour Douvres. L’organisation définitive de la prébende de Saint-Philbert date de l’épiscopat d’un évêque Guillaume entre 1182 et 1253. Enfin, on peut estimer que les nombreux dons reçus par la chapelle Saint-Paul du manoir de Brosville, dans la première moitié du XIIIe siècle, révèlent l’installation récente d’un chapelain en résidence permanente au manoir40.

  • 41 « chambre des chapellains » à Déville en 1397, à Valognes en 1440 et aux Andelys en 1493, « chambre (...)

25Le nombre de chapelains par résidence ne peut qu’être difficilement évalué. De sources sûres, il n’y en avait qu’un à Saint-Philbert, Neuilly, et Gaillon, et deux à Douvres. Les résidences de Valognes, de Déville, d’Aliermont, de Louviers et des Andelys devaient abriter plusieurs clercs, révélés seulement par les formules désignant leurs logements, tardives il est vrai41. Il n’a pas été possible de déterminer si les 34 clercs d’Aliermont exemptés du fouage en 1425 étaient des résidents permanents ou bien, étant donné le contexte d’insécurité, des réfugiés.

26Les cas de Pontoise, Valognes et Saint-Lô sont à considérer comme des exceptions ; en effet, la résidence abrite également les locaux de l’administration religieuse et les logis du personnel : l’archidiacre à Pontoise, les promoteurs de l’officialité à Valognes et Saint-Lô.

27Au vu de ces témoignages et de ces créations, bien postérieurs à l’existence de chapelles attestées par des vestiges en place (Neuilly, Douvres), une conclusion s’impose. Les manoirs des prélats normands pourraient n’avoir été dotés que tardivement, au XIIIe et au début du XIVe siècle, d’un personnel ecclésiastique résidant. Notons que ce mouvement est en grande partie contemporain des indices de fréquentation accrue des manoirs ruraux et semi-ruraux et cela renforce une conclusion qui n’était fondée que sur les seules sources diplomatiques. Quant au nombre des chapelains, on peut conclure, dans la plupart des cas, à la présence d’un seul chapelain. Toutefois, quelques manoirs archiépiscopaux semblent avoir accueilli un nombre plus important de clercs et ceux-ci y jouissaient de logis indépendants.

Les gens du commun : gardiens et geôliers

  • 42 À Neuilly en 1234, Aliermont en 1268, Douvres en 1298, Gaillon en 1388 et Dieppe en 1425-1426.

28Un résident permanent de rang inférieur a été régulièrement rencontré, le gardien42. Ce poste doit être généralement confié à des laïcs, mais il existe au moins un exemple de cette charge confiée à un clerc, le gardien d’Aliermont. Le seul témoignage de Neuilly est peut-être insuffisant pour affirmer que cette charge, lorsqu’elle est tenue par un laïc, est dans tous les cas héréditaire et possède des contreparties en nature, dont une tenure. Le rôle et les attributions du gardien ne sont jamais précisés, mais les exemples de Neuilly et de Gaillon permettent d’envisager qu’outre la garde proprement dite de la résidence, le gardien possède d’autres attributions ; à Neuilly il était également geôlier, alors qu’à Gaillon, Raolin Borgon était à la fois portier et « garennier ». Si les geôliers ne sont jamais directement attestés, l’existence de prisons dans les manoirs de Pontoise, Fresne, Saint-Lô, Valognes et Neuilly autorise à en conclure la présence. À Louviers cependant, il nous a paru assuré que la prison était implantée hors de la résidence.

  • 43 P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats... », p. 31.

29Les sources n’ont pas permis de peupler les châteaux des servantes et maîtres d’hôtel, chargés de l’entretien ; il faut déplorer également l’absence de témoignages concernant ceux, fermiers ou valets de ferme, qui étaient en charge de la gestion et de la vie quotidienne des bâtiments agricoles dont nous avons constaté la présence prégnante dans la plupart des résidences, en particulier dans ces maisons plates dont nous soulignerons le rôle de centre d’exploitation agricole. Les lacunes de la documentation étant admises, il faut sans doute considérer que, à l’instar de ce qui se passe dans d’autres châteaux, le personnel permanent des résidences épiscopales normandes est peu fourni43. Quant à l’existence d’un personnel religieux qui serait plus nombreux que dans les résidences des laïcs, sa présence ne peut être clairement prouvée, à l’exception des sites d’exercice de pouvoir religieux (officialités).

Les hommes de passage

La garde féodale

  • 44 J.-P. Poly, É. Bournazel, La Mutation féodale Xe-XIIe siècles, 2e éd. remise à jour, Paris, PUF, 19 (...)
  • 45 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, (...)

30Il est légitime de s’interroger sur la présence épisodique et régulière des hommes, grands vassaux et vavasseurs, qui doivent le service armé ou le guet. On connaît bien à Vendôme, à partir du début du XIe siècle, la répartition annuelle du temps (un mois) que chaque lignage doit passer au château alors que les mois restants, la garde est assurée par les gens du bourg44. Cette obligation a entraîné, dans le château de Vendôme, la construction de maisons destinées à abriter les chevaliers pendant leur service45.

  • 46 C.H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 8.

31Les sources des XIIe, XIIIe et XIVe siècles sont muettes en ce qui concerne les modalités matérielles de la garde féodale due par les grands vassaux des prélats normands. Nous savons que cette garde militaire existe ; elle est documentée par l’enquête ordonnée en 1171 par Henri II qui recense les ressources militaires dont disposait son prédécesseur Henri Ier46. L’évêque d’Avranches dispose de cinq chevaliers pour sa baronnie d’Avranches ainsi que pour celle de Saint-Philbert-sur-Risle ; ces derniers sont attestés depuis au moins le milieu du XIe siècle. L’évêque de Coutances en possède treize pour la baronnie de Saint-Lô ; quant à l’évêque de Bayeux, l’enquête en annonce cent vingt ; l’évêque de Lisieux en compte trente, augmentés de dix pour la garde de la cité. À propos de Lisieux, une enquête postérieure ordonnée par Philippe Auguste en 1207 ne mentionne plus que le service de vingt chevaliers, auquel s’ajoute le service de deux chevaliers et demi pour le fief de Courtonne ; cette singularité n’a jamais été élucidée ; il convient peut-être d’y voir, soit l’entrée du fief de Courtonne dans le temporel de Lisieux entre 1172 et 1207, soit une nouvelle répartition des services dont les modalités nous échappent.

32Le lieu du service proprement dit n’est pas nettement défini, et seules des sources tardives, les aveux du XVe siècle, en permettent une évaluation. Le cas des chevaliers de l’évêque de Bayeux semble le plus clair ; en effet, quelle que soit la baronnie à laquelle ils appartiennent, Douvres, Neuilly, Saint-Vigor ou Cambremer, le service est dû au château de Neuilly. Pour les vassaux d’Avranches, nous ignorons si le service est dû au Parc qui n’est pas chef-lieu de la baronnie ; en revanche, l’aveu de 1382 signale que le service des vassaux de la baronnie de Saint-Philbert est dû au château voisin de Montfort-sur-Risle. Les vassaux épiscopaux de la baronnie de Saint-Lô doivent le service au chef-lieu de la baronnie, Saint-Lô, et non au château de Saint-Ébremond.

  • 47 C.H. Haskins, Norman Institutions, p. 14.
  • 48 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se tr (...)

33Ces sources tardives ne peuvent être utilisées qu’avec d’extrêmes précautions et le contexte militaire dans lequel les aveux ont été émis peut fausser la vision d’une situation plus ancienne. En effet, il existe des indices que le service vassalique dans le château, considéré comme ayant été fixé très tôt dès la première moitié du XIe siècle, ait été assez vite abandonné, sans doute en échange du paiement d’une redevance47. Dans l’enquête de 1133, qui énumère les fiefs de l’évêque de Bayeux et leurs tenants, seul le service de guet au château, dû par les vavasseurs de Neuilly, est précisé, et encore subsiste-t-il un doute sur la lecture de la formule qui pourrait laisser penser que le service a été l’objet d’un rachat :... apud Nulleyum sunt plures vavassores qui debent custodire castrum et [aut ?] dare auxilium duodecim librarum ad custodiam...48.

  • 49 S.E. Gleason, An Ecclesiastical Barony of the Middle Ages. The bishopric of Bayeux (1066-1204), Cam (...)

34Si on peut envisager d’étendre aux autres résidences épiscopales la situation constatée à Neuilly, il faudrait conclure qu’à la fin du XIe et au XIIe siècle, la garde militaire reposait plutôt sur les vavasseurs que sur les chevaliers49.

  • 50 J.R. Strayer, Administration of Normandy under Saint Louis, Cambridge, The Medieval Academy of Amer (...)

35Au XIIIe siècle, quelques indices laissent à penser que le rachat du service de garde n’avait pas été généralisé. Une attestation ancienne pour Neuilly signale le règlement par l’Échiquier, en 1210,1216 et 1223, de la succession des trois fiefs de chevalier tenus par Henri du Port ; celui-ci précise que le service est dû au château de Neuilly, aux frais de l’évêque. Mais on ignore si ce service est permanent ou exigible seulement en temps de guerre. Au XIIIe siècle, les châteaux épiscopaux, cheflieu de seigneuries, se peupleraient encore régulièrement d’hommes de guerre. Ceci semble en contradiction avec la paix qui règne en Normandie et l’absence de guerres privées, et avec l’affirmation qu’aux alentours du milieu du XIIe siècle il paraît normal de remplacer le service par une somme d’argent (auxilium exercitum ou scutagium)50.

  • 51 Aveu de 1377, Arch. nat., P 304 fo 2 vo.
  • 52 ADC, G Chapitre de Bayeux 421 fo 19-20 et 41-42. Les fiefs des Fontaines, de Vouilly et de Rupalley (...)

36Le lieu explicite du service, dans le château, pourrait alors avoir été précisé, mais les modalités initiales restent inconnues, à moins de considérer que celles attestées dans les aveux, au XVe siècle, ont subi peu de modifications. Dans ce cas, on relève le service du tenant du fief de Gourfaleur qui consiste en la garde de la porte de la chambre de l’évêque de Coutances, à Saint-Lô51. Pour les services armés dus au château de Neuilly, le fief des Fontaines doit la garde de la porte du « chastel » pendant quarante-quatre jours, le fief de Rupalley doit un homme armé à la porte du « grand chastel » pendant neuf jours, le demi-fief de Vouilly doit un homme armé à la porte du « chastel » pendant neuf jours, l’« honneur » de Manerbe doit un demi-service de quarante jours, le demi-fief de Saint-Laurent-de-Monts doit un service de vingt jours ; tous ces services sont dus en temps de guerre et aux dépens des tenants52.

37Ces renseignements sont insuffisants pour établir une véritable grille d’occupation des châteaux épiscopaux et une évaluation de la densité de cette occupation, à savoir la composition de l’escorte et les conditions de l’hébergement dans le complexe castrai.

Les hôtes de marque

  • 53 É. Lalou, « Les voyages de Philippe IV le Bel en Normandie », Le Domfrontais médiéval, XV, 11, 1995 (...)

38Les résidences des prélats normands sont soumises, comme les autres résidences aristocratiques, à l’obligation d’héberger le roi lors de ses déplacements et il existe quelques attestations de séjours royaux. En 1203 ou 1204, le roi Jean Sans Terre fait étape au château de Neuilly après avoir débarqué à Barfleur. En 1255, 1257, 1264 et 1277, Eudes Rigaud reçoit Louis IX à Fresne, Déville et Gaillon ; en 1349, le Dauphin Jean signe un acte au château de Condé. En 1317, Philippe V s’arrête à trois reprises dans une résidence archiépiscopale : en juillet à Gaillon, en août à Fresne et en décembre à Pinterville53. Ces arrêts s’inscrivent dans les trajets vers la forêt de Lyons où les monarques disposent depuis 1293 d’un séjour (domus) qu’ils aiment fréquenter pour y chasser.

  • 54 En août et septembre 1258, les évêques d’Auxerre et de Beauvais ; en octobre 1260, l’évêque d’Évreu (...)
  • 55 En janvier 1264, le légat du pape ; en septembre 1266, les évêques d’Amiens et d’Auxerre ; en juill (...)

39La réception dans un séjour rural pourrait s’inscrire dans une démarche visant à honorer un hôte de marque et à manifester avec ostentation l’étendue du pouvoir. Les exemples les plus éloquents semblent bien être ces séjours répétés de l’archevêque Eudes Rigaud en compagnie d’hôtes illustres dans ce qui pourrait bien être ses manoirs favoris. Six des 164 séjours passés à Fresne le sont en compagnie de grands prélats54, alors que le château de Gaillon, malgré sa prestance, ne reçut que trois hôtes de marque en plus du roi déjà mentionné55.

40Ces exemples concernant Eudes Rigaud ne doivent pas occulter la quasi-absence d’autres occurrences qui permettraient d’affirmer de façon plus assurée que les résidences rurales étaient pour leurs tenants des moyens, à la fois d’honorer leurs hôtes, mais aussi de manifester avec ostentation leur pouvoir. En effet, nous ne pouvons avancer à l’appui de cette hypothèse que le séjour à Saint-Philbert de l’évêque d’Avranches Herbert, qui y bénit en 1154 l’abbé du Mont-Saint-Michel, Robert de Torigni.

Des manoirs

41L’analyse des formules qui désignent les résidences rurales, semi-rurales et urbaines des prélats normands impose de s’interroger sur ce terme quasi universel en Normandie qu’est le terme « manoir » (manerium). La présentation, dans un premier temps, de ses diverses acceptions et des interprétations, autant juridiques qu’architecturales, qui en ont été données sera suivie de l’analyse de ce que recouvre le terme manoir massivement utilisé dans le contexte régional que nous étudions.

  • 56 M. Reulos, « Châteaux et manoirs dans la Coutume de Normandie », in Châteaux et châtelains en Norma (...)

42Cet examen du terme « manoir » en Normandie, du XIIe au XIVe siècle, impose le recours à des sources hétérogènes : sources juridiques, chroniques et actes de l’administration seigneuriale. En effet, dans les sources écrites, plusieurs acceptions s’entrechoquent qui perturbent la compréhension du terme. Quelle grille de lecture faut-il adopter ? Comment distinguer le manoir-domaine du manoir-résidence ? Peut-on y déceler des structures propres au manoir-résidence (structures fossoyées, dispositifs défensifs, bâtiments constitutifs de la prééminence seigneuriale) ? Le terme manoir s’applique-t-il à la résidence d’un certain type de tenant ? Et doit-on la considérer comme établie ? Cette brève plongée dans des sources hétérogènes ne prétend pas bouleverser tout ce qui a déjà été dit sur les manoirs en Normandie56. Mais il semble que nombre de conclusions qui s’appuient sur les aveux des XVe et XVIe siècles présentent une image figée et péremptoire du manoir-résidence et de ses annexes, alors que les sources, entre le XIIe et le XIVe siècle, permettent d’en esquisser l’évolution, en particulier celle des bâtiments à forte charge seigneuriale, qui accompagnent le logis. Il faut aussi envisager, sans parti pris, le statut des tenants des manoirs. Enfin, il faut s’interroger sur l’adéquation ou non des manoirs en Normandie avec les maisons fortes (domus fortis) qu’on rencontre ailleurs, alors que le terme n’est jamais utilisé en Normandie, et considérer qu’il n’existe pas de terme concurrent à superposer ou à opposer à l’appellation manoir. En effet, il est rarissime de rencontrer des formules telles que hébergement (herbergamentum) ou maison forte (domus fortis).

Les ambiguïtés du vocable manerium / « manoir »

Les manoirs dans la Coutume de Normandie

  • 57 Cet arrêt est rapporté par Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument – Mété (...)

43Il ne semble pas que le terme manoir (manerium) ait été utilisé dans les actes de l’administration judiciaire normande avant le XIIIe siècle. On en trouve cependant les prémices, au XIIe siècle, dans un arrêt des Assises de l’Échiquier de Domfront où il fut décidé que les tenants en chef d’un fief pouvaient, s’ils le souhaitaient, convoquer pour le duel judiciaire à leur mansio capitalis57. Cette formule implique la demeure principale, l’habitat habituel. Elle introduit à ce qu’enseigne la Coutume ou Summa de Legibus, rédigée dans la première moitié du XIIIe siècle.

  • 58 J. Tardif, Coutumiers de Normandie, I, 1re partie, Le Très Ancien Coutumier de Normandie, 1881 (tex (...)
  • 59 Ibid., II, p. 81. Ce texte contient une des rares occurrences du terme herbergagium.

44Dans la Summa de Legibus58, la résidence seigneuriale, chef-lieu du fief, n’est évoquée que deux fois. Au chapitre XXIV, De portionibus, qui traite de la division successorale, il est prévu que c’est au frère aîné que revient le capitale herbergagium, avec les bâtiments qu’il contient et l’enclos avec les jardins : Capitale herbergagium primogenito remanebit, sicut edificia in eo constructa continebunt. Clausum vero, sive gardinum vel hortus, eidem remanebit59. Au chapitre XXXI, De custodia, qui traite de la garde en cas de minorité, la coutume énonce très précisément les structures dont le gardien devra maintenir l’intégrité :

  • 60 Ibid., p. 106.

Ex quo notandum est quod edificia, maneria, boscos, prata, gardina, stagna, molendina etpiscarias et hujusmodi, quorum fructurus debentpercipere, in statu debito et ante habito debent tenere, nec possunt boscos, domos, seu arbores vendere, vel evellere, seu transmovere60.

45À considérer ces trois textes, le mansio capitalis, le capitale herbergagium et le manerium doivent être considérés comme synonymes et ils désignent le chef-lieu de la seigneurie qui doit revenir, sans partage, au fils aîné.

46La définition du manoir issue de la coutume impose d’y voir un ensemble complexe et hétérogène qui comporte l’habitation du tenant du domaine et des éléments qui lui sont intimement liés dans l’espace : jardins, bois, prés, étangs, moulins et pêcheries. Cet espace aménagé contribue, certes, à l’approvisionnement matériel des hommes du manoir, mais il ressortit aussi d’une volonté d’appropriation symbolique du terroir.

47Ces textes ne permettent pas d’appréhender la nature et la disposition des bâtiments qui constituent le noyau de l’ensemble, et les mots qui les désignent sont très vagues (edificia, maneria, domos). Il faut sans doute y voir des bâtiments proches les uns des autres : le logis et ses dépendances à usages domestiques ou agricoles. Les sources écrites s’appliquent à mentionner les annexes bâties à forte charge seigneuriale tels que les moulins ; notons que n’y figurent pas encore le colombier et le four dont les mentions explicites sont plus tardives.

48Plus avant dans le temps, au XVIIIe siècle, le Dictionnaire de la Coutume de Normandie présente une définition du manoir qui pérennise ce qui s’impose au travers des sources des XIIe et XIIIe siècles :

  • 61 Maître Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la C (...)

Le manoir est l’habitation principale qui revient à l’aîné avec clos, cour, jardins et habitations secondaires et dépendances même lorsqu’il y a discontinuité provoquée par un chemin, une route ou un ruisseau61.

Le manoir en tant que domaine

  • 62 R. Carabie, La Propriété foncière dans le très ancien droit normand (XIe-XIIIe siècles), Caen, Bigo (...)
  • 63 ... villas quas a manendo manerias vulgo vocamus... Orderic Vital, The Ecclesiastical History, M. C (...)

49Il est indiscutable que de nombreuses occurrences du terme manoir signifient le grand domaine rattaché à un centre administratif, domaine auquel sont afférents des droits fiscaux, financiers et justiciers. Vers le milieu du XIIe siècle, le mot villa perd, de plus en plus souvent, sa signification de grand domaine alors que le terme manerium s’impose, accompagné des mêmes formules que celles qui étaient employées pour les villae62. À propos des deux cent quatre-vingts domaines anglais donnés à l’évêque Geoffroy de Montbray, M. Chibnall signale la quasi-impossibilité de donner une définition précise du terme manoir chez Orderic Vital ; mais son index laisse à penser qu’elle interprète le vocable comme désignant des grands domaines63.

50En ce qui concerne les résidences des prélats normands, le corpus documentaire présente de nombreux cas où l’identification du terme manoir avec le domaine est sans ambiguïté et la présence d’une résidence est, dans certains cas, indiscutable.

  • 64 Arch. Dio. Sées, Livre Rouge de Sées, fo 69.
  • 65 Un acte non daté de l’évêque de Sées, Serlon (1091-1122), est signé à Saint-Fulgent (ADO, H 2158).

51En 1131, Henri Ier confirme les biens de l’Église de Sées, au nombre desquels figurent les domaines de Fleuré (villam de Floreii cam omnibus suis appenditiis) et de Saint-Fulgent-des-Ormes (villam de Sancti Frogentii). Il donne également, par le même acte, le fief de Laleu (feodum Alodii... tam in terris quam in pratis et aquis et molendinis et silvis et hominibus et teloneis et consuetudinibus et omnibus omnino rebus)64. Dans ce texte, les termes villa et feodus sont en position de synonymes de manoir, en tant que grand domaine doté de droits étendus. Malgré les lacunes documentaires, nous avons considéré qu’à la date de la confirmation, on pouvait être assuré de l’existence d’une résidence à Saint-Fulgent65, alors que celle de Fleuré est plus incertaine. Quant au domaine de Laleu, il ne faut pas exclure que les tenants précédents y possédaient une résidence.

  • 66 ADSM, G 7 fo 672-673.
  • 67 Le domaine de Fresne dépendait, avant l’échange, du domaine des Andelys dont il a été dissocié.

52L’acte de l’échange des Andelys en 119766 fournit un échantillon assez riche où manerium le dispute à villa sans que l’on puisse y déceler aucune nuance. L’archevêque cède au roi le manoir des Andelys avec ses dépendances (manerium de Andeliaco... cum omnibus pertinenciis suis) mais il conserve le manoir de Fresne (manerium de Fraxinis cum pertinenciis suis... cum omnibus libertatibus et liberis consuetudinibus suis et cum omni integritate sua)67. En contrepartie, l’archevêque reçoit les domaines royaux de Dieppe et de Bouteilles (... villam de Deppa et villatn de Botellis cum omnibus pertinentiis et liberatibus et liberis consuetudinibus suis...) et le domaine de Louviers (... manerium de Loveris cum omnibus pertinenciis et libertatibus et liberis consuetudinibus suis).

  • 68 BM Rouen, cartulaire de la cathédrale, Y 44 fo 32 vo.
  • 69 En juin 1261, Eudes Rigaud cède au roi le manoir de Saint-Mathieu en échange du droit de haute just (...)
  • 70 ADSM, G 1091.

53Quelques années auparavant, le domaine des Andelys avait reçu, dans une bulle du pape Adrien IV (1156-1159) qui confirmait les biens de l’Église de Rouen, la désignation suivante : Oppidum quod dicitur Andeleium, cum villis, silvis, pratis, aquis, justiciis et libertatibus, cum portu et navium...68. Le terme oppidum ne laisse pas d’intriguer ; en effet, il est ici muni de qualificatifs qui le mettent en position de substitut à manoir et la formule s’applique au domaine constitué du bourg doté depuis longtemps de droits économiques importants et possédant vraisemblablement des dispositifs de défense dont on appréhende mal l’étendue ; en outre, une résidence y est vraisemblable dès le milieu du XIIe siècle. Le manoir rouennais de Saint-Mathieu, cédé en juin 1261 par l’archevêque de Rouen au roi de France (... manerium nostrum... cum prato, gardino et omnibus pertinentiis...), était doté des structures d’un domaine organisé dont une résidence69. Les mêmes conclusions peuvent être appliquées au manoir de Pinterville (villa de Pintervilla) acheté par l’archevêque en février de la même année70.

54À propos de quelques résidences aux caractéristiques très nettes il existe une volonté de distinguer la résidence proprement dite du domaine.

  • 71 ADSM, G 7 fo 294.
  • 72 Recensement de 1035-1037, effectué par l’évêque Hugues, in V. Bourrienne, Antiquus cartularius eccl (...)
  • 73 É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée du Plessis-Grimoult (Calvados) », AM, III-IV, 1973-1974, p. 1 (...)

55En 1262, l’acte d’achat de Gaillon énumère les biens reçus par l’archevêque de Rouen. Parmi eux figurent le château et le domaine de Gaillon (castrum nostrum et villam de Gallon) et la tour et le domaine des Nœs (turrim et villam des Noes)71. Les deux cartulaires de Bayeux donnent quelques exemples du terme manoir attribué au seul domaine de Neuilly alors que la résidence est toujours qualifiée de castrum, quel que soit le type de source sollicité depuis au moins l’enquête de 1133 sur le service militaire dû par les vassaux de l’évêque de Bayeux. Signalons cependant que dans les recensements et enquêtes de 1035-1037, 1089, 1133 et 1144, les possessions de l’évêque et de ses vassaux ne sont jamais désignées par le terme manoir, mais par les mots terra ou feodus et plus souvent villa dans le dernier document72. Le terme manoir a cependant été rencontré à deux reprises. En 1133, il ne fait pas de doute qu’il s’agit du domaine du Plessis (manerium de Plessyo) que l’évêque a conservé dans son domaine propre, après avoir transformé en prébendes une partie de l’honneur du Plessis-Grimoult. Nous savons que ce domaine était doté d’une résidence seigneuriale fortifiée, élevée dans le premier quart du XIe siècle par Grimoult, auquel le domaine avait été sous-inféodé ; les résultats des fouilles archéologiques menées sur le site permettent d’affirmer que l’édifice n’a pas été réutilisé après 104773.

56De ce survol, on peut avancer deux propositions d’interprétation du terme manoir. Il désigne le domaine, comme à Gaillon ou à Neuilly, domaine dont le chef-lieu est un castrum bien distingué dans la formule. Le manoir est aussi le domaine doté d’une résidence, cœur de la seigneurie ; il est sous-entendu mais indissociablement lié, dans les formulations, à ses annexes bâties ou non, à ses droits et libertés associés. En effet, il paraît impensable que les manoirs ou villae royaux de Dieppe et de Louviers aient été dépourvus d’une résidence au moment de leur donation par le roi à l’archevêque de Rouen. Enfin, le terme manoir n’a jamais été rencontré à propos de domaines dont il est patent qu’ils ne possédaient pas de résidence. La foresta d’Aliermont concédée aux archevêques de Rouen en 1197 et la terra guevre donnée à l’Église d’Avranches en 1066 étaient dépourvues de résidence seigneuriale.

Le manoir-résidence

  • 74 Neuilly, Gaillon, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Courtonne, Pontoise, Dieppe, Condé.

57Il est indiscutable que dans de nombreux cas, le terme manerium est utilisé pour désigner la résidence proprement dite. Certains sites ne l’ont jamais reçu74, mais en ce qui concerne Pontoise, Dieppe, Saint-Ébremond et Courtonne, l’absence de sources antérieures à la fin du XIVe siècle ne peut laisser présager que le terme n’était pas utilisé auparavant. Au XVe siècle, Pontoise et Dieppe sont désignées par le terme « hostel » ; Courtonne et Saint-Ébremond ne sont jamais désignées autrement que par les termes castra ou « chastels ». Seuls les cas de Neuilly et Gaillon sont sans ambiguïté, ce sont des forteresses (castrum) auxquelles le terme manoir n’est jamais appliqué.

  • 75 En 1147, Robert de Terregaste donne à l’abbaye de Montmorel « une pièce de terre sur nos dits hérit (...)
  • 76 ADE, G 6 f o 21.
  • 77 É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Let (...)
  • 78 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 498-499 et 580.
  • 79 Ibid., p. 150 et 389.

58En élargissant le corpus, on constate que les indices pour conclure à l’identification du manoir-résidence dans les actes de la pratique en particulier sont rares et il faut s’en tenir à des notations d’éléments de localisation par rapport aux chemins, à des pièces de terre, à des bâtiments et au manoir et à sa clôture75. Quelques sites épiscopaux en fournissent la preuve. L’appellation manerium désigne, à Bernienville, la résidence des évêques d’Évreux, lorsque Jean de la Cour d’Aubergenville achète, en 1253, une terre et un jardin près du manoir76. En 1298, l’évêque de Bayeux, Pierre de Benais, fait deux achats de terre à Douvres dont la localisation précise... « empres le manoir audit monsr » ; une de ces parcelles porte une maison qui appartenait au gardien du manoir (custodi manerii)77. En 1397, la résidence des Loges, aux évêques de Lisieux, a été le cadre d’un règlement dont la formulation, dans les deux actes complémentaires, conduit à établir l’équivalence entre la domus habitationis et le manerium. En 1265 et 1266, l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, écrit que son séjour aux Andelys se déroula... in manerio nostro contiguo ecclesie, et in camera superiori in manerio nostro juxta ecclesien78. À plusieurs reprises, auparavant, l’archevêque avait utilisé le terme domus pour désigner sa résidence des Andelys79.

  • 80 Il s’agit des sites suivants : Le Parc, Saint-Philbert, Douvres, Valognes, Brosville, Canapville, S (...)

59La terminologie employée par Eudes Rigaud est rigoureuse dans l’utilisation du terme manoir, qu’il a clairement utilisé pour désigner tous ses séjours tant ruraux qu’urbains dont le manoir de Rouen, à l’exception du château de Gaillon. On peut donc considérer que le terme manoir, attribué aux séjours de ses évêques suffragants, lorsqu’il y séjourne, désigne la résidence80. À propos de trois de ces sites, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Déville et Canapville, l’archevêque utilise aussi le terme domus, qui semble bien être sous sa plume synonyme de manerium.

  • 81 Cadastre de 1818, ADO, III P2 072.

60Quant au terme « court » pour désigner l’ensemble de la résidence en tant que synonyme de manoir, il n’a été rencontré que pour désigner les deux résidences des évêques de Coutances à Valognes et à Saint-Lô au XVe siècle. Le microtoponyme « Cour du Hameau des Vêques », attesté à Canapville au début du XIXe siècle, trahit sans doute l’emplacement de l’ancien manoir des évêques de Lisieux81.

  • 82 Arch, nat., P 307 fo 80 vo.
  • 83 Aveu de 1392, Arch, nat., P 307 fo 50 vo.

61Les sites évoqués plus haut et quelques autres démontrent que le terme manoir pouvait être attribué à des établissements qui n’étaient pas chef-lieu de seigneurie. Bernienville est rattaché à la baronnie d’Évreux et l’aveu de 1400 précise au « manoir épiscopal d’Evreux »82 ; la résidence des Loges est rattachée à la ville de Lisieux, propriété de l’évêque ; le manoir du Parc dépend de la baronnie d’Avranches83.

62Ce survol autorise un certain nombre de conclusions. Le terme manoir s’applique à une résidence aussi bien urbaine que rurale. Il désigne la demeure d’un grand de l’aristocratie autant que celle d’un petit sire local. Le mot n’est pas seulement utilisé pour désigner le chef-lieu de la seigneurie, il désigne un lieu de pouvoir quel qu’il soit, pouvoir immédiat aussi bien que pouvoir médiatisé par des structures matérielles qui donnent à voir la puissance du tenant. Notons également que les textes soulignent les liens indissolubles entre le manoir et son environnement dont nous avons démontré plus haut les aménagements souvent considérables.

Les structures du manoir-résidence à partir des textes

63Les sources écrites variées que nous venons de présenter ne donnent qu’une image très floue du manoir-résidence d’où ne surgissent que quelques points forts eux-mêmes très imprécis.

  • 84 En 1147, Robert de Terregaste garde la jouissance du « pastis » devant son manoir ; en 1299, le che (...)

64La clôture est un élément majeur, souligné par la Coutume de Normandie dès le milieu du XIIIe siècle, sans qu’aucun indice ne permette d’en apprécier la nature : talus, palissade ou mur de pierre. L’entrée est un lieu particulièrement notable dont le tenant du manoir tient à contrôler les abords84 et cela laisse présager un traitement monumental du passage.

  • 85 M. Reulos, « Châteaux et manoirs... », p. 48.
  • 86 Arch, nat., P 306 fo 112.
  • 87 J. Musset, « Le droit de colombier en Normandie sous l’Ancien Régime », AN, 1984, 1, p. 60-63.
  • 88 F. Soudet, Ordonnances de l’Échiquier de Normandie aux XIVe et XVe siècles, Rouen – Paris, Lestring (...)

65Entre la première rédaction de la Coutume et la fin du XIVe siècle, un bâtiment propre à la symbolique seigneuriale s’est imposé au manoir, le colombier. Il se juxtapose à la plus ancienne manifestation bâtie du pouvoir seigneurial, le moulin, dont force est de constater qu’il est le seul édifice mentionné dans la Coutume et dans nombre de chartes de donation ou de confirmation. Les aveux des XVe et XVIe siècles et la Coutume réformée au XVIe siècle ajoutent le colombier et le four à ban au moulin85. L’exemple le plus frappant de cette mutation est fourni par les résidences de Laleu et de Saint-Fulgent, aux évêques de Sées. Alors que l’acte de donation et de confirmation de 1131 ne mentionne que les moulins, l’aveu de 1458 y ajoute le colombier et le four à ban86. Il ne s’agit pas de dire que les colombiers des manoirs ont été édifiés après la seconde moitié du XIIIe siècle. La présence d’un colombier doit être ancienne, mais la mutation de la législation sur les colombiers a pu entraîner une modification des structures bâties. À l’époque de la rédaction de la Summa de Legibus, le droit féodal exclusif de colombier n’existait pas, il ne serait apparu en Normandie qu’à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle87 et les premières attestations d’une réglementation du droit de colombier ne remontent pas au-delà du dernier tiers du XIIIe siècle88. Ce nouveau droit accordé aux tenants des manoirs les a sans doute poussés à donner au colombier une place dans l’enclos et une structure symbolique significative, dont l’élévation n’est pas sans rappeler celle du donjon.

Manoirs et maisons fortes

  • 89 La Maison forte au Moyen Âge (Actes du colloque de Pont-à-Mousson, 1984), M. Bur (dir.), Paris, CNR (...)

66Des travaux récents ont tenté d’inscrire dans une vision globale un type de résidence qui, par ses structures et le statut du tenant, correspondrait à ce que les sources médiévales, dans l’est de la France et en Gascogne, désignent sous le terme domus fortis89. Il convient de s’interroger sur la place du manoir normand dans la problématique qui a été établie, puis de confronter les résidences épiscopales aux conclusions, certes provisoires, qui ont été proposées.

  • 90 M. Bur, « Pourquoi un colloque sur la maison forte au Moyen Âge ? », ibid., p. 7-11 ; J.-M. Pesez, (...)

67De l’introduction et de la conclusion du colloque de Pont-à-Mousson il ressort que le qualificatif de maison forte peut être appliqué à des structures castrales qui possèdent un certain nombre de points communs90 : une plate-forme artificielle ou non ceinte d’un profond fossé le plus souvent en eau, les bâtiments d’habitation et leurs dépendances directes sont compris dans un mur d’enceinte peu épais et légèrement flanqué, le colombier et les bâtiments d’exploitation sont déployés à l’extérieur de l’enceinte principale ; les tenants sont des seigneurs locaux qui peuvent avoir été lourdement impliqués dans la mise en valeur et le défrichement du terroir à partir du XIIIe siècle. En un mot, les maisons fortes ont un rôle militaire médiocre, voire symbolique, et un poids politique qui ne dépasse pas le niveau de la seigneurie de village.

  • 91 G. Louise, « Les maisons fortes du bocage normand (XIIe-XVe siècles) », ibid., p. 31-39.
  • 92 J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses in Eastern and Northern England in the (...)

68Pour la Normandie, et plus précisément pour ses franges méridionales, aux confins du Maine et de la Bretagne, G. Louise a tenté de repérer et d’identifier les complexes qui pourraient être qualifiés de maisons fortes91. Dans un premier temps, il reconnaît que le terme manoir (manerium) est le seul utilisé pour désigner les résidences quelles qu’elles soient. La seule terminologie normande ne fournit aucun moyen de distinguer le type de complexe résidentiel ou le statut du tenant. Il faut donc, pour repérer les maisons fortes, créer une typologie artificielle, inconnue du monde normand médiéval, fondée sur ce qu’on peut appréhender des structures de la résidence soit à partir des textes, soit par les vestiges sur le terrain. G. Louise réserve le terme manoir à des demeures non fossoyées ou simplement dotées d’une douve linéaire plus apte à abriter des viviers qu’à créer une ligne de défense. Il adjoint à ce groupe un deuxième type, caractérisé par l’existence d’une plate-forme au niveau du sol et entourée de fossés. Ces deux types de demeures sont qualifiés par J. Le Patourel d’open-manors, et certains sites ont été, en Grande-Bretagne, l’objet de fouilles archéologiques92.

69Les maisons fortes du bocage normand seraient alors caractérisées par la présence de hauts terre-pleins artificiels cernés de fossés dont certains ont porté des structures bâties défensives telles que des tours-porches ou des petites forteresses quadrangulaires. Les titulaires de ces maisons fortes sont, pour la plupart, des membres de la petite aristocratie dont les pouvoirs judiciaires sont limités à la basse-justice.

Les manoirs dans les provinces limitrophes de la Normandie

  • 93 D. Pichot, « Les cartulaires manceaux... », p. 93.
  • 94 Ibid., p. 132.

70Aux franges de la Normandie méridionale et du Maine, certaines granges de l’abbaye cistercienne de Savigny, du diocèse d’Avranches, sont désignées, au XIIIe siècle, par le terme manoir (manerium)93. L’inventaire de la grange (manerium) de la Gandonnière cite les terres et de nombreux bâtiments, domos et grangias. Le terme désigne alors une grosse exploitation isolée, mais il n’est pas aisé d’élucider la différence entre les deux termes manoir et grange (grangiis et maneriis) juxtaposés dans la même formule utilisée par ailleurs. D. Pichot a relevé la rareté de l’emploi de manoir à propos des domaines monastiques ; il propose d’y voir une spécificité laïque. Il constate également une intrusion de plus en plus importante de ce terme dans les chartes du XIIIe siècle et incline à y voir ou bien une réalité nouvelle, ou un changement de vocabulaire sous l’influence normande. Il note en outre que cette mutation est accompagnée d’un mouvement des seigneurs laïcs vers leurs résidences rurales, mouvement repérable à la disparition, au bas des chartes, de la mention quelles ont été établies dans la résidence villageoise (in domo meo in burgo)94.

  • 95 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval, Société d’archéologie e (...)
  • 96 Ibid., p. 315.

71Dans le Bas-Maine, à partir du XIIIe siècle, le terme manoir (manerium) concurrence l’appellation ancienne hébergement (herbergamentum). D. Pichot estime que cette désignation est appliquée à la résidence quel que soit le statut du tenant ou le mode de faire-valoir des terres dont elle est le centre95 ; il considère que ces établissements, en tout cas ceux d’origine laïque, sont des maisons fortes entre les mains de petits seigneurs dont l’autorité ne dépasse pas le cadre local et qui pourraient avoir été érigées à la fin du XIIe siècle. Les indices descriptifs issus des sources ne trahissent pas toujours la présence de structures de défense. Ainsi lorsque le seigneur de Vaiges fonde, au XIIIe siècle, un prieuré à la Chapelle-Rainsoin, le cœur du domaine cédé est composé d’une maison, de jardins, de vergers, de places autour de la maison et de la chapelle, d’une vigne et d’un champ (domum, hortos, viridarium, plateas circa domum et circa capellam... vineam et campum)96. Ce complexe résidentiel, avec logis et chapelle, est étroitement associé à des espaces aménagés qui le jouxtent et le texte laisse ignorer s’il est défendu.

  • 97 G. Meirion-Jones, M. Jones, « Seigneurie et résidence dans la Bretagne médiévale : un bilan des rec (...)
  • 98 Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie national, 1993, (...)

72En Bretagne, le vocable manoir n’apparaît qu’au début du XIIIe siècle, dans l’est de la province97. On doit sans doute y voir, comme dans le Maine, une contamination à partir de la Normandie voisine. Contrairement à ce qui a été constaté en Normandie, le terme est utilisé en concurrence avec deux appellations synonymes : hébergement (hebergementum / herbergement) et maison (maison / mansion). Dans les sources écrites, on ne décèle pas de distinction entre la résidence et le domaine. En tout état de cause, ces appellations ne s’excluent pas et désignent un lieu de pouvoir et les droits qui y sont attachés sur les terres et les hommes. En ce qui concerne la Bretagne, on ne peut pas affirmer que tous les manoirs étaient ceints de douves en eau ; on y a noté cependant le grand nombre de manoirs possédant un logis-porte et la présence d’un enclos médiocrement doté de dispositifs de défense telles que des tours98. Les auteurs de la recherche sur les manoirs bretons soulignent que ces complexes, relevant du type des maisons fortes, sont tenus par des sires de niveaux hétérogènes, allant des plus modestes aux plus nobles.

  • 99 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., p. 180-183.

73Dans le Perche et la Beauce chartrains étudiés par A. Chédeville99, les appellations du XIe siècle (domus, hospicium, hospitamentum) ne revêtent pas un sens bien précis, alors que mansio se rapporte à la résidence. À la fin du XIIe siècle, une contamination venue de l’ouest conduit à l’adoption de nouveaux vocables pour désigner les exploitations de défrichement : herberiagium, herbergiamentum, herbergagium puis herbergamentum. Si le dernier terme finit par s’appliquer à toutes les exploitations, il sert à désigner dès l’extrême fin du XIIe siècle des établissements notables dont les caractères sont assez clairement mentionnés par les sources, en particulier ceux qui dépendent du chapitre de Notre-Dame de Chartres. Ils sont clos de murs, de haies ou entourés de fossés quelquefois en eau. L’enclos qui ouvre sur l’extérieur par un portail monumental est au moins divisé en deux espaces distincts (jardin ou verger et cour). Les bâtiments (logis, grange, étables, appentis, pressoir, four, colombier) doivent s’inscrire autour d’une cour fermée. A. Chédeville considère que ces complexes constituent un état intermédiaire entre la ferme et le château, entre les mains de tenanciers non nobles, et on hésite à les qualifier de maison forte. En Normandie de tels établissements seraient qualifiés de manoir alors qu’en pays chartrain ce terme (manerium) est réservé à la résidence rurale d’un noble.

  • 100 M. Le Mené, Les Campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530), Nantes, Cid Éditio (...)

74En Anjou, trois nouvelles dénominations apparaissent au XIe siècle, pour désigner un ensemble de terres regroupées autour d’une surface bâtie : métairie, hébergement et gagnerie. Le terme hébergement (herbergagium, herbergamentum) désigne le plus souvent une tenure féodale dans le sens que nous avons décelé pour manoir. Il comprend la résidence accotée de ses dépendances immédiates (colombier, douve, jardin, verger, pressoir, grange) et les terres qui en dépendent. Cependant, comme en Normandie à propos des manoirs, on prend soin de distinguer l’hébergement proprement dit des « appartenances »100.

Mottes et maisons fortes épiscopales

L’absence de mottes

  • 101 Les résidences seigneuriales peuvent porter le nom de motte même si elles n’en revêtent pas la form (...)

75Le terme motte n’a été relevé que pour deux sites. La résidence des évêques de Coutances, à Saint-Ébremond-de-Bonfossé, est qualifiée de fortalicium de la Motte en 1419, lorsque le roi d’Angleterre en nomme le capitaine ; la chronique du Mont-Saint-Michel relate la reddition du « chasteau de la Motte l’evesque », en 1449. Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, la baronnie est dénommée baronnie de la Motte. En 1723, un nommé Jacques se défend d’avoir pris « un arbre sur le fossé du tallus de la motte ». Les observations sur le terrain n’ont permis de repérer aucune motte, ni traces de motte arasée. S’il n’y avait pas de motte à Saint-Ébremond, le mot peut s’appliquer au grand talus et fossé, probablement protohistorique, qui barre l’éperon à l’extrémité duquel le château s’élevait ; il peut tout autant désigner le château lui-même101.

  • 102 Cette formulation a été relevée en Bretagne où aula désigne à la fois la salle, un groupe de bâtime (...)

76La résidence de Cambremer, aux évêques de Bayeux, est qualifiée de « mote du manoir » en 1327 et l’interprétation du terme est malaisée. En effet, la désignation de la résidence, au XIVe siècle, est l’objet d’appréciations très diverses : castellum en 1313, hallam et haullam en 1316, « mote du manoir » en 1327. Les conditions de l’énoncé sont à chaque fois identiques : il s’agit d’actes concluant des achats de terres près de la résidence épiscopale. Le contexte documentaire conduit à considérer que les termes castellum, halla, haulla et « mote » sont utilisés comme synonymes ; la partie du tout (halla / aula) servant à désigner le tout102. Le site présumé de la résidence de Cambremer ne révèle aucune trace de motte ; mais l’enclos, cerné à l’ouest par un ruisseau et au sud par ce qui pourrait en être une dérivation, peut très bien avoir reçu le qualificatif de motte.

  • 103 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 278.
  • 104 J. Decaëns, « L’évêque Yves de Sées », in Les Évêques normands du XT siècle (Actes du colloque de C (...)

77L’absence de véritables mottes dans les résidences épiscopales n’est pas étonnante ; en effet, des études récentes ont montré qu’elles étaient peu nombreuses dans les résidences des grands et que leur mise en œuvre n’intervenait que dans un contexte militaire précis, d’où était absente toute volonté résidentielle, comme à Gisors103. La motte de Sées, élevée dans un faubourg sud de la ville par l’évêque Yves de Bellême (1035-1070), a été édifiée, en 1048 ou peu après, soit pour faire face à la rébellion des frères Soreng qui avaient investi la ville et souillé la cathédrale, soit pour éviter qu’un tel événement ne se reproduise104.

  • 105 Medieval Archaeology, « Chronique des fouilles », 13, 1969, p. 255 et 14, 1970, p. 156; J. Le Patou (...)
  • 106 R.J. Ivens, « Deddington Castle, Oxfordshire. A summary of excavations 1977-1979 », South Midlands (...)

78Ce point contredit ce qu’on entrevoit de l’œuvre des évêques de Coutances, Geoffroy de Montbray (1049-1093), et de Bayeux, Odon de Conteville (1049-1097), dans les domaines qui leur ont été donnés en Angleterre après la conquête. À Bristol, Geoffroy de Montbray a fait élever une motte, dont les archéologues évaluent la construction aux environs de 1080 ou un peu plus tard lorsque l’évêque rejoignit les barons révoltés contre le successeur de Guillaume le Conquérant en 1087-1088l105. À Deddington, les archéologues attribuent à Odon de Conteville la construction, peu après la conquête, d’une motte couplée à une basse-cour ceinte d’un talus et d’un fossél106.

Les maisons fortes : manerium, domus, « hostel »

79Si nous reprenons la définition des maisons fortes donnée plus haut, il faut envisager que quatre résidences possèdent des caractères suffisants pour intégrer ce type de complexe castrai : Le Parc et Saint-Philbert aux évêques d’Avranches, Condésur-Iton aux évêques d’Évreux et Cambremer aux évêques de Bayeux. Les preuves sont insuffisantes en ce qui concerne les sites de Louviers voire de Courtonne.

80L’étude du vocabulaire qui les désigne jusqu’à la fin du XIVe siècle s’appuie sur un corpus très maigre, d’où toute connotation relative à une structure défensive est absente, à l’exception du cas de Cambremer évoqué plus haut. Les résidences du Parc et de Saint-Philbert ne sont connues que sous l’appellation de manoir (manerium) et ce, aussi bien sous la plume de l’archevêque, Eudes Rigaud, au milieu du XIIIe siècle, que dans quelques actes épiscopaux, également du XIIIe siècle. La résidence de Condé est une domus pour l’administration royale dans l’enquête sur les forêts de 1207 et un « hostel » pour cette même administration au début du XVe siècle. À deux siècles de distance, l’identité du contexte de désignation conduit à considérer « hostel » comme une traduction de domus.

81Nous avons signalé plus haut que le terme domus pouvait désigner l’ensemble de la résidence et être utilisé comme synonyme de manerium et donc désigner tout type de résidence à l’exclusion des castra.

  • 107 É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285- (...)
  • 108 J. Chapelot, Le Château de Vincennes. Une résidence royale au Moyen Âge, Paris, CNRS, 1994, p. 14-3 (...)

82La terminologie utilisée pour désigner les résidences royales au tournant des XIIIe et XIVe siècles confirme cette observation concernant certaines résidences des prélats normands107. É. Lalou a noté que les séjours fréquentés par Philippe le Bel pouvaient être, si on se fonde sur le vocabulaire qui les désigne dans les actes ou les comptes de travaux, divisés en deux grandes catégories : les castra et les domus ou « manoirs » ou « hostels » et ces derniers sont des complexes ruraux ou forestiers, peu ou pas fortifiés. La « maison » ou « manoir » de Vincennes est assez bien connue par des fouilles archéologiques récentes108. Le manoir dans son deuxième état, vers 1180-1190, était composé d’un quadrilatère presque carré, de 70 mètres de côté, où trois ailes, dont une abritait la grande salle, entouraient une cour centrale. L’angle nord-est était muni d’une tour circulaire, alors qu’une tour carrée plus forte flanquait, peut-être déjà, l’angle sud-ouest ; au milieu du côté ouest, s’ouvrait une porte défendue par deux tours semi-circulaires. J. Chapelot qualifie ce manoir de maison forte aux aspects militaires très estompés. On sait qu’à l’extérieur, des jardins furent aménagés, et qu’on édifia, plus tard, un jeu de paume et les quatre « hostels » des personnages importants de l’Hôtel du roi. Dans ce dernier cas « hostel » ne désigne sans doute que le logis.

  • 109 A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du baillage de Caen. Faite en vertu du roi e (...)
  • 110 Observations personnelles.
  • 111 Ces deux châteaux n’ont jamais été l’objet d’une étude approfondie et critique qui distinguerait le (...)

83Dans la Normandie de la seconde moitié du XIVe siècle, les enquêteurs royaux de 1371 renvoient à des complexes aux structures bien précises où les « hostels » d’O, Maisy et Colombières sont bien distingués des « chastels » et des « forts »109. L’« hostel » de Maisy a presque entièrement disparu et le site présumé de son implantation ne porte plus que deux pans de murs encore en élévation alors que les ondulations du terrain laissent présager de l’existence d’autres structures bâties et peut-être d’un fossé autour d’un complexe de plan quadrangulaire110. Les « hostels » d’O et de Colombières sont encore aujourd’hui de superbes châteaux. Si des restructurations et des rhabillages importants les ont affectés aux XVe et XVIe siècles, ils ont gardé des caractéristiques qui sont sans aucun doute antérieures au XVe siècle111. Une plate-forme subcirculaire, une île dans le cas d’O, ceinte de fossés en eau contient un complexe bâti de plan quadrangulaire où des bâtiments sont adossés à une courtine. Les angles devaient être munis de tours rondes ; il en reste trois à Colombières alors qu’il est plus délicat d’envisager que celles d’O soient antérieures au XVe ou au XVIe siècle. La porte d’entrée recevait un pont-levis et devait être encadrée de tours. Ces « hostels » ne semblent pas avoir possédé de tour qui pourrait être qualifiée de tour forte ou donjon. Ces deux « hostels » possèdent d’indéniables qualités défensives, même si elles sont sans commune mesure avec celles des « chastels » énumérés dans la visite (Vire, Chambois, Caen, Neuilly-la-Forêt, Falaise, Creully) et qui sont des forteresses d’importance dotées d’une tour forte.

84Les structures du Parc, de Saint-Philbert et de Condé semblent bien posséder les caractéristiques, certes disparates, d’une maison forte, manoir ou « hostel ». Le potentiel défensif est très variable et s’échelonne du symbolique au médiocre.

85Au Parc, la plate-forme ovalaire, ceinte de fossés en eau et d’un étang, sur laquelle le manoir a été édifié, a peut-être été rehaussée artificiellement. Une courtine, épaisse d’environ 1,3 mètre délimitait un enclos d’environ 1,5 hectare ; elle était flanquée de tours carrées aux angles ; les bâtiments étaient adossés au mur d’enceinte, autour d’une grande cour unique ; l’entrée était ménagée dans un massif rectangulaire, du type porterie à deux passages avec chambre à l’étage, et dotée d’un pont-levis. Nous ne disposons pas d’éléments qui permettraient de dater un tel ensemble, mais la plate-forme ovalaire et non quadrangulaire et la présence de tours carrées permettent d’envisager une datation assez haute et une structure du XIIe siècle. Le manoir du Parc se présentait donc, avant la seconde moitié du XIVe siècle, comme une maison forte aux dispositifs défensifs non négligeables.

86À Saint-Philbert, la notion de maison forte prend une tournure plus ambiguë, moins conforme aux critères, certes larges, définis plus haut. Le complexe, de plan quadrangulaire, est très étendu (1,5 ha) ; il est ceint d’un mur peu épais et doté de tours rondes à chacun des quatre angles ; la porte à deux passages est flanquée de deux tours rondes et d’une chapelle à l’étage. L’ensemble est divisé en deux cours : basse-cour à vocation agricole et haute-cour résidentielle. Il semble que nous soyons ici aux franges des types maison forte/maison plate en considérant l’absence de fossé, la faible épaisseur des murs et l’absurdité d’un flanquement non aligné. Malgré les différences (emprise plus vaste, partition en deux cours, bâtiments du pôle noble non alignés le long du mur d’enceinte) quelques-unes de ces dispositions ne sont pas sans rappeler quelques aspects du manoir de Vincennes (faible épaisseur du mur, tours rondes aux angles, absence de fossé, porte défendue par deux tours rondes) et l’indigence de son potentiel défensif. On doit voir dans ces complexes des établissements au caractère plus ostentatoire que militaire.

87À Condé, nous avons affaire, comme au Parc, à une plate-forme ovalaire ceinte de fossés en eau ; l’édifice qui l’occupe semble avoir été composé d’un bâtiment unique, doté de deux tours latérales et de tourelles circulaires encadrant la porte d’entrée ménagée au rez-de-chaussée et que J. Mesqui appelle tour-maison. Il est probable qu’une cour à vocation agricole se déployait à l’arrière du bâtiment.

  • 112 H. Mouillebouche, Les Maisons fortes..., p. 242-244.

88Les maisons fortes des évêques normands illustrent bien le caractère aléatoire d’une définition trop précise qui tend à faire des maisons fortes les résidences des petits sires locaux qui se haussent du col en exhibant des structures défensives médiocres mais qu’ils estiment pleines de sens. Voilà des maisons fortes entre les mains de grands de l’aristocratie et porteuses d’une tout autre charge symbolique comme cela a été signalé à propos des maisons fortes fréquentées par les ducs et duchesses de Bourgogne dans la seconde moitié du XIIIe siècle112. En effet, Condé vient au premier rang des résidences des évêques d’Évreux, après la résidence métropolitaine ; quant au Parc et à Saint-Philbert ce sont les seules résidences rurales des évêques d’Avranches. En outre, leur statut est variable ; les séjours de Condé, de Cambremer et de Saint-Philbert sont chacun chef-lieu de seigneurie, alors que le domaine du Parc est rattaché à la baronnie d’Avranches.

89Enfin, il est tout à fait remarquable de noter que ces maisons fortes, à l’exception de celle de Cambremer, ont été accompagnées d’un traitement du paysage environnant semblable à celui qui a été mis en œuvre aux environs des forteresses. Les maisons fortes du Parc, de Saint-Philbert et de Condé ont été édifiées dans une très grande intimité avec des parcs à gibier qui se déploient à leurs portes. La relative modestie du complexe défendu est magnifiée par ce dispositif à la valeur hautement symbolique.

Les « maisons plates »

  • 113 Cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 43.

90Nous avons rassemblé sous cette appellation les résidences pour lesquelles il n’existe aucun indice de dispositifs de défense : fossés, tours, porte fortifiée. La formule « maison plate », choisie pour les désigner, n’a été rencontrée, il est vrai qu’une seule fois, et dans un contexte documentaire tardif, malgré tout probant. En 1424, le roi d’Angleterre ordonne la destruction des fortifications du château de Gaillon « jusques a plaine terre et que seullement l’abitacion demeure en forme et maniere de maison platte sans defense »113.

  • 114 Douvres, Valognes, Brosville, Les Loges, Fresne, Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pinterville, F (...)
  • 115 Comme pour la maison forte du Parc, l’évaluation de cette mutation est envisagée dans la troisième (...)

91Dans un premier temps, nous considérerons les maisons plates rurales et périurbaines qui constituent une part extrêmement importante du parc résidentiel où onze sites sur quatorze présentent des structures avérées suffisamment convaincantes114. Enfin, en ce qui concerne les résidences de Louviers et de Courtonne on pressent l’existence de maisons plates (« maison » de Louviers) primitives transformées en « fort » puis « chastel » dans la seconde moitié du XIVe siècle115.

Les mots pour le dire : manerium, domus, « maison », « hostel »

92Le recensement des termes qui qualifient ces séjours ne concerne que treize sites mentionnés vingt et une fois au XIIIe siècle et seulement dix fois au XIVe siècle. Les désignations issues du journal de l’archevêque Eudes Rigaud sont très nettement majoritaires (seize mentions), aussi bien pour les résidences archiépiscopales que pour celles de ses évêques suffragants lorsqu’il y séjourne et, dans tous les cas, il s’agit des plus anciens témoignages disponibles. La diplomatique ne fournit que six occurrences, concentrées au XIVe siècle. Neuf mentions sont issues d’une formule de localisation.

93Les termes manerium et domus sont les seuls rencontrés pour désigner ces complexes. L’archevêque Eudes Rigaud utilise le terme manoir (manerium) aussi bien pour désigner ses résidences de Déville et de Saint-Nicolas-d’Aliermont que celles de ces suffragants à Douvres, Valognes, Brosville et Canapville. À trois reprises, il applique le terme domus à des séjours antérieurement qualifiés de manoir (Canapville, Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont).

  • 116 ADO, G 6 fo 21, 60 et 67.
  • 117 ADSM, G 6 fo 131.

94À la fin du XIIIe siècle et au XIVe siècle, les termes « manoir » puis « maison » et « hostel » apparaissent dans la formule de localisation de parcelles de terre ou de la chapelle ainsi que dans la désignation du gardien. En 1298, l’évêque de Bayeux achète un « mesnage assis empres du manoir » de Douvres ; la même année, il échange une maison avec celle de la veuve du gardien du manoir (custodi manerii) située près du manoir ; en 1340, la chapelle du manoir de Douvres (capella manerii) est dotée de deux chapelains. En 1253, l’évêque d’Évreux achète une parcelle de terre et un jardin près du manerium de Bernienville ; en 1275, un acte royal cite la chapelle de ce même manoirl116. À la fin du XIIIe siècle, on connaît la chapelle du manoir de Vernon aux évêques d’Évreux117. En 1346, la « maison » de l’archevêque à Louviers a été saccagée par les habitants de la ville. En 1399, l’archevêque de Rouen reçoit un mandement du roi en son « hostel » de Déville.

  • 118 ADSM, G 1605.

95Les occurrences issues de la diplomatique sont extrêmement rares. Quatre actes archiépiscopaux signés à Déville l’ont été in domo nostra en 1306, in manerio nostro en 1348,1384 et 1400. En 1327, l’archevêque signe un acte in manerio nostro de Fraxinis ; la même année un acte est daté de Pinterville, in manerio nostro118. Une formule, relativement tardive (1397) mais très explicite, est fournie par le règlement en deux étapes d’un litige entre l’évêque de Lisieux et un des chanoines. Le manoir des Loges a été le cadre de l’affaire et les deux procès-verbaux successifs citent de façon très précise les lieux où la confrontation s’est déroulée : in domo habitationis dicti episcopi videlicet in camera sua Pavimentis de Logiis pour la première entrevue et in aula manerii episcopalis de Logiis pour le règlement final. Il apparaît clairement de la confrontation terme à terme des deux formules que la résidence prise dans son ensemble peut être désignée indifféremment par les appellations manoir (manerium) ou maison (domus).

Un enclos distendu

  • 119 ADE, G 6 f o 21 et 67.
  • 120 C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », in jardins et vergers en Europe occiden (...)

96L’emprise de l’enclos ne sera évaluée qu’avec précaution à partir de paramètres hétérogènes et tardifs : terriers des XVe et XVIIIe siècles, soumissions des biens nationaux et cadastre napoléonien. Cela étant, il faut considérer que les superficies qui ont été déterminées donnent des ordres de grandeur tout à fait plausibles. En revanche, s’il est admis que la superficie enclose est une donnée, à peu de choses près, acquise dès les origines, il se pourrait que, par des acquisitions de terrains proches du manoir, les évêques aient étendu l’enclos primitif. C’est ainsi que peuvent être interprétés avec vraisemblance, dans trois sites, les achats de terrains qui jouxtent le manoir. Entre 1296 et 1325, les évêques de Bayeux procèdent à des achats près de leurs manoirs de Douvres et de Cambremer. À Bernienville, en 1253 et 1255, l’évêque, Jean de la Cour d’Aubergenville, achète trois acres de terre et un jardin près du manoir119. On ne peut déterminer clairement si ces achats sont destinés à la création ou à l’extension des annexes arborées dont nous connaissons l’existence aux portes du complexe ou bien à la dilatation de l’enclos manorial proprement dit. Un tel mouvement a été constaté en Angleterre au XIIIe siècle : entre 1264 et 1266, l’évêque de Winchester, à Reimpton, fait aménager un nouveau jardin dix fois plus grand que l’ancien120.

  • 121 L’évaluation est impossible pour quatre résidences (Vernon, Louviers, Fleuré et Saint-Fulgentdes-Or (...)

97Les maisons plates s’illustrent par la superficie distendue de l’enclos qui peut être évaluée dans une fourchette comprise entre 1 et 7 hectares121. Trois groupes peuvent être identifiés : les enclos les plus petits possèdent une superficie qui s’établit entre 1,5 (Canapville, Pinterville) et environ 3 hectares (Valognes), mais les situations les plus fréquentes présentent des enclos très vastes qui couvrent environ 5 hectares ou plus, à Douvres, Brosville, Déville, Fresne et à Saint-Nicolas-d’Aliermont qui les supplante tous avec 7 hectares. Le minuscule enclos de Laleu doit être interprété comme étant le résultat de l’impossibilité pour le prélat, après la donation, d’étendre le complexe inséré dans le village préexistant et la limite de la paroisse voisine.

98Ce type de complexe ne semble pas véritablement caractéristique d’une région particulière de la Normandie ou d’un évêché. Notons cependant la forte proportion, dans cette nomenclature, des résidences des archevêques de Rouen (Fresne, Déville, Pinterville, Saint-Nicolas-d’Aliermont). L’évêché d’Avranches en est absent ; en effet, les deux résidences des évêques d’Avranches sont des maisons fortes (Le Parc, Saint-Philbert-sur-Risle) ; mais nous avons également noté à leur propos l’emprise distendue de l’enclos (1,5 ha), notablement plus étendu que celui des maisons fortes « ordinaires ».

La clôture

99Ces maisons plates sont encloses de murs de pierre d’où toute structure fossoyée semble absente. Les vestiges actuels de Douvres ne laissent apparaître ni traces de fossés ni traces de talus sur lesquels les clôtures auraient été élevées. Malgré le caractère tardif des informations, aucun dispositif de défense (fossé, tours) n’est mentionné dans les comptes rouennais ; cela est particulièrement notable en 1468-1469 à Fresne, où la vieille muraille effondrée est remplacée par un rideau d’arbres. Si on en croit les témoignages de Douvres ces murs ont une faible épaisseur, d’environ un mètre. Ces clôtures doivent être percées de plusieurs ouvertures à peine documentées. La porte principale qui donne sur la route, vers l’agglomération, est très certainement une porte monumentale et des ouvertures secondaires créent des liaisons entre le manoir et des structures qui lui sont intimement liées. À Déville, on accédait ainsi à la rivière qui longeait la clôture et par là au bois attenant.

100Les seuls vestiges d’une entrée monumentale sont ceux de Douvres, où il ne subsiste que les deux passages piéton et charretier ; l’état actuel semble être le résultat d’une reconstruction dans la seconde moitié du XVe siècle ; il est également tout à fait probable que ces deux passages étaient intégrés à un bâtiment non documenté sans doute de type porterie avec deux pièces de part et d’autre et une salle à l’étage comme à Valognes où la porte du manoir possédait une chambre.

101Le manoir d’Aliermont présente, quant à lui, un dispositif attesté à partir de 1426-1427 qui nous est apparu assez clairement malgré l’absence de détails. Il s’agit d’un enclos, le « fort », vraisemblablement proche de l’entrée, et comportant au moins un bâtiment, « maison », mais nous ignorons les dispositifs (tours ? fossés ?) qui ont présidé à cette dénomination ; on ne peut pas affirmer non plus que cette structure est un dispositif ancien ou qu’il a été mis en place pour faire face aux troubles à partir de la fin du XIVe siècle.

Un espace fractionné : cours et jardins

102L’enclos distendu qui caractérise nombre de résidences rurales ou semi-rurales est divisé en espaces bien individualisés par des clôtures. Malgré une documentation qui n’est pas antérieure à la fin du XIVe siècle, il n’est pas déraisonnable d’y voir des aménagements plus anciens, tout au moins dans leurs grandes lignes. On peut s’appuyer, pour justifier un tel parti pris, sur les comptes de Déville, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont qui présentent, dès le début du XVe siècle, des structures bien ancrées dans l’espace, sans qu’on puisse y déceler des aménagements récents. Nous avons considéré également que le cadastre de Déville en 1820 présentait, fossilisé, l’état médiéval de cette fragmentation.

  • 122 P. Contamine, « Parcs, plessis, clôtures », in Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby (dir.), (...)
  • 123 Gestapontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p.  (...)
  • 124 A. Renoux, « Résidences des comtes du Maine », in Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’arch (...)
  • 125 J. Mesqui, « Le palais des comtes de Champagne à Provins (XIIe-XIIIe siècles) », Bulletin monumenta (...)
  • 126 Le Manoir en Bretagne..., p. 62.
  • 127 A. Labbé, L’Architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste. Essai sur le roi en (...)

103Ce parti peut être conforté par des exemples bien assurés et attestés par les sources écrites, chroniques ou comptes qui documentent aussi bien des séjours urbains que ruraux et tous les types de séjours aristocratiquesl122. Au milieu du XIIIe siècle, l’évêque d’Auxerre, Guy de Mello, fait planter des arbres (virgultum) dans son château de Beauretour123. À la fin du XIVe siècle, le château des comtes du Maine, au Mans, possède au moins quatre cours : « cour du fournil », « cour d’entrée », « cour saint-Père » et un jardin124. Le palais des comtes de Champagne, à Provins, possédait au XIIIe siècle au moins trois espaces distincts : une cour d’honneur, la cour des prisons et des jardins125. Dans les manoirs bretons, possédés par des petits sires aussi bien que par des tenants de haut niveau, on a relevé la place remarquable des espaces cultivés dans l’enclos (jardins, vergers)126. Les chansons de geste, aux XIIe et XIIIe siècles, illustrent également cette présence, dans l’enceinte castrale, de jardins clos au décor architectural élaboré (fontaine, palissades, haies, bancs)127.

  • 128 En effet nous méconnaissons totalement l’organisation des enclos manoriaux de Douvres, Brosville, P (...)

104En ce qui concerne nos sites, l’organisation de l’enclos présente généralement un schéma complexe où se juxtaposent cours et jardins. Les descriptions permises par les sources ont un caractère partiel et ne concernent que six sites où la part des jardins est particulièrement notable128.

  • 129 Aveu de 1400 : « ... une place et jardin ou il est manoir avecques vignes et pres » (Arch. nat. P 3 (...)

105Aux Loges, les jardins se déploient sur environ 3 000 m2 au sud de l’enclos dont ils occupent les deux tiers de la superficie. L’enclos de Déville voit se succéder, le long de la rivière, au moins trois jardins, un verger, une vigne et vraisemblablement des cours jusqu’aux viviers au nord du complexe. À Fresne, l’espace est occupé par deux cours entourées de bâtiments, un jardin sur la face sud et un verger dans l’enclos lui-même. Les sources écrites mentionnent quatre jardins à Saint-Nicolas-d’Aliermont, trois jardins à Valognes, un jardin et une vigne à Vernon129.

106Les jardins sont généralement distingués par plusieurs types d’appellations. Ils sont désignés parleur taille : « grand jardin » et « petit jardin » à Valognes, « petit jardin » à Saint-Nicolas-d’Aliermont ; nommés d’après leur localisation ou un détail particulier de leur structure : « jardin dessus les cuisines » et « jardin des galleries » à Déville, « jardin d’empres la porte » à Saint-Nicolas-d’Aliermont. Enfin, notons, dans le cas de bâtiments dispersés, l’existence de jardins propres à un bâtiment ou à un groupe de bâtiments : « jardin des clercs » à Saint-Nicolas-d’Aliermont, « jardin de la grande maison » à Déville.

  • 130 D. Quéruel, « Le jardin d’Hesdin et les jardins de la cour de Bourgogne », in Le Jardin médiéval (A (...)
  • 131 Cité par J.-Y. Ribault, « Les jardins de l’abbaye de Noirlac », in Jardins du Moyen Âge, Catalogue (...)
  • 132 Le Roman de la Rose, G. Vertut (éd.), Paris, Plon, 1956, p. 24, 27, 43.

107Les aménagements attestés par des sources tardives peuvent être raisonnablement attribués aux premiers temps des manoirs, au XIIIe, voire au XIIe siècle. Un exemple illustre et assez bien connu peut servir de référence ; à la fin du XIIIe siècle, Robert d’Artois fait aménager dans le jardin de son château de Hesdin des structures variées : gloriette, volière, portique, étang artificiel, fontaines, jeux d’eau et labyrinthe de verdure130. Les préaux de tourbe plantés de gazon et les treilles sont mentionnés dans les œuvres littéraires dès le XIIIe siècle au moins. Rutebeuf dit d’un monastère que le dortoir et « refectoir avoient belle eglise, vergiers, preaux et treilles, trop beau lieu à deviser »131. Le Roman de la Rose cite ces vergers clos où l’on entre par une porte (« huis », « guichet ») et qui sont agrémentés de tonnelles et de fontaines132.

108Dans les jardins des prélats normands, la création de plans d’eau et de canaux où courent les eaux ajoute à leur agrément. Le bassin de Douvres et la mare Saint-Romain à Déville se prolongent par des ruisseaux ; aux Loges, un ruisseau serpente dans le vaste jardin au sud du pôle construit. À Déville, une fontaine est attestée en 1464-1465 lorsqu’on en répare les tuyaux de plomb.

109Les jardins les mieux documentés sont clos de haies à Déville, de palissades de bois à Fresne ou de murs à Déville et Valognes. Ils sont protégés de l’intrusion d’animaux par des portes tenues closes par des clés ou des verrous.

110Ces jardins ont pu, très tôt, être dotés de structures bâties associées aux clôtures. Il doit en être ainsi de l’« appentis » du petit jardin d’Aliermont et des galeries du « jardin des galleries » à Déville. Il faut sans doute imaginer des portiques couverts, plus ou moins développés, autour du jardin, portés par des supports de pierre ou de bois.

111À défaut d’autres informations, il faut envisager la présence de préaux et de pelouses parsemés de treilles. Ces dispositifs, attestés tardivement à Déville, ne sont pas invraisemblables dans les jardins les plus anciens.

  • 133 C. Heitz, « Les jardins au temps de Charlemagne : l’exemple des jardins de Saint-Gall », in Jardins (...)

112Les mêmes incertitudes subsistent quant aux plantations. Nous ne connaissons que les arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers, groseilliers et pruniers), les rosiers et les lavandes de Déville. Ces essences sont depuis longtemps cultivées dans les jardins des monastères ou des grands domaines et les sources carolingiennes les citent déjà abondamment133. La répartition et la part respective des différentes espèces sont inconnues. Si les vignes semblent avoir occupé un espace qui leur est exclusivement consacré comme à Vernon, il est possible que les jardins aient présenté une végétation mélangée d’arbres fruitiers et de plantes d’ornement, telle la mixité observée à Déville, où en 1389-1397, un des jardins possède à la fois des pommiers et des lavandes.

Le pôle résidentiel

  • 134 Nous avons exclu de ce paragraphe tout ce qui concerne les maisons de ville, présentées dans le par (...)

113Il ne s’agit pas ici de procéder à la description des structures propres au pôle résidentiel, mais de préciser les modalités d’implantation et la disposition des trois bâtiments à vocation résidentielle (aula, camera et chapelle) : accolés ou non, alignés le long de la clôture ou dispersés, relation avec l’entrée du manoir, pôle noble séparé et bien individualisé des autres structures du complexe134. Malgré l’étroitesse de l’échantillon documentaire essentiellement centré sur les résidences des archevêques de Rouen et l’impossibilité d’établir des relations topographiques assurées à la fois dans 1 enceinte du complexe et entre les divers bâtiments, les renseignements dont nous disposons méritent d’être exposés.

114Le bâtiment dénommé « hautes salles » à Déville est relié à la cuisine par une galerie (« allee ») et il se trouve en bordure d’un jardin qui lui est propre. À Fresne, il se pourrait que le logis (« hautes salles ») et ses annexes, quatre ou cinq édifices non attenants, aient été élevés non loin de l’entrée à l’écart des bâtiments agricoles ; les bâtiments semblent disposés autour d’une cour et l’un d’entre eux donne sur un jardin.

115Aux Loges et à Fleuré les bâtiments du pôle noble (logis et chapelle) étaient disposés autour de la cour d’entrée, sans être accolés à un mur de clôture ; ils sont clairement isolés des bâtiments de l’espace agricole. Aux Loges, le logis donne à la fois sur la cour et sur des jardins.

116Le complexe de Douvres fournit l’exemple de deux bâtiments en enfilade sur deux axes parallèles alors que la chapelle se déploie perpendiculairement à l’ensemble. À Valognes, la chapelle et deux édifices à vocation résidentielle sont très proches les uns des autres.

Les communs et les bâtiments à usage agricole

  • 135 Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Fresne.
  • 136 Fleuré.

117Le nombre, la localisation dans l’enclos et les dimensions de ces bâtiments sont révélés par une documentation relativement tardive, la fin du XIVe et le XVe sièclel135, voire franchement éloignée de la période considérée, le XVIIIe siècle136. Nous avons considéré que les structures mentionnées au XVe siècle étaient bien antérieures à leur attestation. Pour preuve de cette affirmation, nous nous appuyons sur le fait que les comptes de travaux aux résidences de Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Fresne ne signalent aucune construction nouvelle au XVe siècle.

  • 137 À Chingford (Essex), dans un des manoirs du chapitre de la cathédrale de Londres tel qu’on peut le (...)

118Un point semble constant, les communs et les bâtiments à usage agricole ne sont pas adossés et alignés le long des murs de l’enclos. S’ils sont dispersés, il n’a pas été possible de repérer la logique de leur organisation globale, en particulier la façon dont ils pouvaient être localisés par rapport au pôle noble et à ses dépendances. Il ne paraît pas raisonnable d’affirmer qu’il y avait toujours une stricte séparation de ces deux types de bâtiments. Il n’est pas rare, en effet, de voir ces bâtiments à usage servile côtoyer et se mêler aux édifices plus nobles137. Ainsi à Fresne, nous savons que la prison se situe entre la grange au blé et le colombier, qu’à Saint-Nicolas-d’Aliermont, le pignon d’une des granges jouxte le jardin des clercs, qu’à Déville, le colombier est près de la chapelle. Cependant, on peut penser que dans certains cas les communs sont isolés du pôle noble dans un espace distinct. C’est ce qui ressort, malgré des attestations tardives, à Fresne et à Fleuré où la basse-cour qui abrite la maison du fermier et les bâtiments agricoles est clairement isolée de l’espace résidentiel.

119Le nombre de ces bâtiments est très variable suivant les sites, mais la documentation oblige à beaucoup de modestie. Ainsi pour Déville, on a du mal à conjuguer les seuls trois bâtiments mentionnés par les comptes du XVe siècle (colombier, grange, étable) avec les huit édifices qui figurent sur le plan terrier de 1750 ; à cette date, la résidence de Déville a perdu de son lustre, et depuis le XVIe siècle les bâtiments agricoles ne sont plus entretenus que de façon sporadique et partielle. L’interrogation inverse se pose à propos des communs de Saint-Nicolas-d’Aliermont ; le cadastre de 1811 en fait figurer au moins quatorze, alors que les comptes ne permettent d’en déceler que sept. Le tableau qui va être présenté doit donc être considéré comme très partiel.

  • 138 Valognes, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont.

120Les granges, étables et écuries ne sont clairement documentées, en ce qui concerne le Moyen Âge, que pour trois sites138. À Fresne, on compte quatre étables et trois granges, dont la « grange au blé » ou « grande grange » et la « grange aux trémois » ; à Saint-Nicolas on dénombre trois étables, un fenil et une grange et à Valognes deux étables et une grange. En ce qui concerne les résidences de Laleu, Fleuré et Saint-Fulgent-des-Ormes, la documentation moderne mentionne une grange à Laleu, une étable et une écurie à Saint-Fulgent, une grange et trois étables à Fleuré.

121Les dimensions de certains de ces bâtiments sont connues de façon assez précise. Les granges de Saint-Nicolas et de Fresne font 19,2 mètres de long et 11 mètres de large pour la « grange au tremois » de Fresne qui comportait sans doute un bas-côté. La « grande grange » ou « grange au blé » de Fresne fait 25 mètres de long sur 12,8 mètres de large et 16 mètres de haut ; étant donné son envergure en largeur, on peut penser qu’elle comportait au moins un bas-côté.

Des complexes de référence

  • 139 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995 ; A. Gilbert, Les Maisons du T (...)

122De telles maisons plates entre les mains de grands prélats issus de la plus haute aristocratie est une constatation inattendue et dans un premier mouvement les rapprochements les plus significatifs s’établissent avec des établissements de caractère ecclésiastique, dépendances d’abbayes cisterciennes et bénédictines ou prieurés templiers et hospitaliers. Des études récentes, fondées sur des sources diverses (sources écrites médiévales et modernes, fouilles archéologiques, cadastre napoléonien, vestiges encore en place), se sont attachées à l’étude, non seulement des domaines terriens, mais aussi des structures bâties du centre de gestionl139. La confrontation des conclusions issues de ces travaux avec ce que nous avons décelé en ce qui concerne les maisons plates des prélats normands fournit nombre de convergences ; elle met également au jour également quelques particularités.

  • 140 Les vingt et un sites sont : Bourgoult (Eure), Baugy (Calvados), Valcanville (Manche), Fontaine-la- (...)

123Les vingt et un manoirs templiers en Normandie ont été mis en œuvre aux XIIe et XIIIe siècles et leur implantation, le plus souvent loin du village, contraste avec l’intimité de la plupart des manoirs ruraux des prélats normands avec l’église et l’agglomération140.

  • 141 Villedieu-de-Montchevrel (1,5 ha), La-Haye-du-Val-Saint-Denis (2,4 ha), Villedieu-sousGrandvilliers (...)
  • 142 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers..., p. 88-89.
  • 143 Ibid., p. 210, 314 et 393.

124La superficie des enclos s’établit dans une fourchette entre 1,5 et 8 hectares141. Les indices qui permettraient de qualifier ces manoirs de maisons fortes sont rares à l’exception des fossés, attestés dès le XIIIe siècle à Ivry-le-Temple, Bos-Normand et Brettemare. Partout ailleurs les sources médiévales ne mentionnent que des murs de pierre, quelquefois de terre ou de simples palissades142. Dans certains cas, l’ensemble est clairement fractionné en plusieurs espaces distincts. On connaît ainsi deux cours (cour d’honneur et basse-cour) à Repentigny et Valcanville ; le manoir de Voismer comporte la cour de la ferme, la cour du manoir, un jardin potager et un verger ; à Saint-Étienne-de-Renneville la cour d’honneur est accotée d’un jardin clos. La disposition des bâtiments résidentiels dans l’enclos obéit à des parti pris variés. Si nombre de ceux-ci présentent un schéma simple de bâtiments disposés autour d’une seule cour, on rencontre des schémas plus complexes où chapelle et logis sont disposés autour d’une cour isolée de la cour de ferme alors qu’un grand jardin et un verger occupent la moitié de l’enclos143. Les bâtiments sont dispersés dans l’enclos à Voismer et Brettemare, groupés au centre à Courval ou alignés contre les murs. Dans le prieuré anglais de South Witham, le mur du fond des bâtiments, disposés autour de la cour, ne forme pas une clôture rectiligne. Sur quelques sites, les bâtiments du pôle noble et ses dépendances directes (maisons, chapelle, cuisine) sont nettement regroupés.

  • 144 Ibid., p. 89-96.

125Toutes les chapelles sont des bâtiments indépendants, à l’exception de celle du manoir de Chanu accolée au logis et de celle de Villedieu-lès-Bailleul élevée hors de l’enclos144. Ce sont des bâtiments imposants dont les largeurs s’établissent entre 6,3 et 7,5 mètres et les longueurs entre 14,5 (Chanu) et 35/40 mètres (Saint-Étienne-de-Renneville) ; cette ampleur est considérée comme disproportionnée par rapport au personnel peu nombreux des établissements.

  • 145 À Baugy : « ... une maison... demeure par hault le fermier de lostel et le bas sert pour estables.. (...)

126La structure des bâtiments à usage de logement (« maisons ») dans les manoirs templiers ne peut être appréhendée que de façon tardive par la visite des commanderies hospitalières du diocèse de Bayeux en 1457. Ils sont situés près de la chapelle et présentent tous un rez-de-chaussée à usage agricole ou de communs (écurie, cellier), alors que le premier étage sert de logement145.

  • 146 35 mètres à Fresneaux, 50 mètres à Brettemare et Ivry et 40 mètres à Voismer (M. Miguet, Templiers (...)

127Les mêmes sources énumèrent assez précisément les bâtiments agricoles. Dans les commanderies du diocèse de Bayeux comme à South Witham, on relève deux granges, une ou deux ou trois étables dont le gigantisme, les trois nefs et l’accès par les pignons en font des édifices très proches de ceux des granges monastiques146, et dont semblent bien éloignés les bâtiments contenus dans les enclos épiscopaux. La différence avec les deux granges de Fresne et de Saint-Nicolas-d’Aliermont (25 et 20 mètres) est à mettre en rapport avec le mode de gestion des domaines archiépiscopaux, qui privilégie la mise à bail des terres au détriment de la gestion directe. Dans les résidences épiscopales, on constate à la fois une spécialisation des étables et un usage polyvalent comme à Villedieu-lès-Bailleul où la grande étable de 35 à 40 mètres de long abrite sous un même toit chevaux, moutons et vaches.

  • 147 P. Racinet, « Les moines au village... », p. 185.
  • 148 Cette évaluation n’est obtenue qu’à partir d’un échantillon réduit, en particulier à partir des pla (...)
  • 149 P. Racinet, « Les moines au village... », p. 188-189.

128Les établissements bénédictins analysés par P. Racinet fournissent des situations légèrement différentes. Ces complexes, qui ont été édifiés entre le XIe et le XIVe siècle à distance du monastère, sont désignés par des vocables extrêmement divers, qui varient suivant la fonction et le statut des occupants : cellier, château, curtis, « dangier », « ferme », « grange », « hôtel », « grenier », « mairie », domus, « maison », « manoir », « métairie », « prévôté », « prieuré »147. La plupart ont une fonction de direction et de gestion d’un domaine foncier et sont à la tête d’une ou plusieurs seigneuries foncières et/ou banales. Une grande incertitude subsiste quant aux occupants : moine, convers, officier seigneurial ou fermier. En ce qui concerne les prieurés on observe que dans plus de la moitié des cas, ils sont très intimement associés au village et jouxtent l’église paroissiale. Les dimensions modestes des enclos ne dépassent pas un hectare et les indices de l’existence de structures défensives sont quasi inexistants ou tardifs148. Dans l’enclos, la bipartition est le plus souvent la règle et dans ce cas, les bâtiments agricoles, disposés autour d’une cour, sont autonomes par rapport aux autres édifices (bâtiments claustraux, église, logis). P. Racinet note que dans les prieurés les plus importants les bâtiments utilitaires (pressoir, four, bûchers, ateliers) sont insérés au groupe prioral149. Dans les plus petits prieurés, les bâtiments s’ordonnent autour d’une cour unique. Si la présence d’une chapelle ou d’un oratoire est certaine dans tous les établissements ayant statut de prieuré, on s’interroge sur l’existence de lieux de prière dans les autres complexes tels que les « hôtels » ou les « granges ». On observe également des jardins et des viviers aménagés immédiatement le long de l’enclos à l’extérieur.

  • 150 P. Beck, Une ferme seigneuriale au XIVe siècle. La grange du Mont (Charny, Côte-d’Or), Paris, Éditi (...)
  • 151 Le domaine est dénommé « grange » dans deux documents comptables de 1330-1331 (ibid., p. 21).
  • 152 Ibid., p. 14 et 54.

129Nous avons pensé qu’il convenait de compléter cette nomenclature de sites à vocation agricole très marquée par la description d’une grande ferme. Si le complexe retenu n’est pas, au contraire des précédents, un centre de pouvoir, les dispositifs mis au jour par l’archéologie confirment que l’aménagement des grands centres de gestion agricole obéit à un certain nombre de parti pris structurels quels que soient les occupants de l’établissement. Les fouilles de la ferme seigneuriale de la Grange du Mont en Côte-d’Or ont mis au jour un établissement fondé dans la seconde moitié du XIIIe siècle et qui fut abandonné un siècle plus tard150. La création de la « grange »151, par la puissante seigneurie bourguignonne de Mont-Saint-Jean, accompagna une entreprise de mise en valeur et l’établissement fut sans doute affermé ou confié à des serviteurs pour exploitation directe. Le complexe, de plan grossièrement ovale, se déploie sur 4 hectares. Le fossé de ceinture, profond de 30 centimètres et doublé sur sa face interne par une maigre levée de terre, ne peut pas être considéré comme un dispositif de défense mais plutôt comme une limite de propriété152. Les six bâtiments mis au jour sont disposés autour d’une cour et occupent la moitié sud de l’enclos alors que la moitié nord, dépourvue de tout édifice, était sans doute occupée par un jardin ou un verger. Ils ont été élevés dans une maçonnerie soignée. On compte : une grande grange à deux bas-côtés, une remise à un bas-côté, un abri à porcs ou brebis, un four à pain circulaire, un bâtiment à usage indéterminé accoté de deux enclos et un bâtiment à vocation mixte de logement et d’écurie.

  • 153 Ibid., p. 41-47 et 84.
  • 154 M. Le Mené, Les Campagnes angevines..., p. 186.

130Malgré l’abondance et la qualité du mobilier mis au jour, les archéologues concluent à la présence d’occupants non nobles repérables par l’absence de vestiges osseux de grand gibier (cerfs, sangliers) et par la structure du bâtiment interprété comme abritant le logis153. Celui-ci ne possédait qu’un seul niveau en rez-de-chaussée divisé en deux espaces par un mur de refend. L’usage mixte de cet édifice (habitat et écurie) est attesté par la présence de pièces de harnachement dans une salle, d’armoires murales et d’un foyer ouvert dans l’autre salle. Cette ferme se distingue des habitats aristocratiques que nous évoquons par la simplicité du logis, l’absence d’éléments de confort (cheminée), la promiscuité des hommes avec les animaux abrités sous un même toit. Ce type de complexe agricole non noble mis au jour par l’archéologie est confirmé par les textes. En Anjou, le cœur des métairies est composé d’une maison de pierre, de bâtiments d’exploitation, d’un jardin et d’un verger, de parcelles consacrées aux cultures légumières ; le tout est fréquemment enclos de haies et d’un fossé154.

131Il convient de noter, à propos des établissements que nous venons d’évoquer, la quasi-absence d’indices qui prouveraient l’existence d’ateliers de travail artisanal tels que forges, maréchaleries ou clouteries. Seule la fouille du site de South Witham a mis au jour trois ateliers dont deux portaient des traces de travail du métal, dont du plomb. De tous les manoirs épiscopaux, seul celui de Valognes possédait une forge. On ne sait s’il faut considérer cette absence d’ateliers dans les résidences rurales des prélats normands comme une situation ordinaire ou s’il faut l’imputer aux lacunes des sources.

132Les confrontations qui précèdent inclinent à conclure que les prélats normands ont adopté, dès le XIIe ou le XIIIe siècle, un type de résidence, les maisons plates, que l’on considère généralement comme étant caractéristique du monde ecclésiastique (prieurés, granges) ; établissements dont la vocation agricole est prééminente alors que le caractère résidentiel ou de plaisance n’y est que secondaire.

  • 155 F. Robin, La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 198 (...)
  • 156 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France, de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997, p (...)

133L’adoption de tels manoirs par l’aristocratie ne daterait que de la seconde moitié du XVe siècle. F. Robin le démontre à propos des résidences rurales des princes d’Anjou-Provence à partir de 1450-1460155. Les manoirs angevins et les bastides provençales sont des demeures de plaisance non fortifiées comprenant des cours et des jardins et où s’élèvent des bâtiments plus ou moins accolés, voire dispersés ; dans certains cas, les communs à vocation agricole voisinent la demeure seigneuriale, donnant ainsi au complexe l’allure d’une grande ferme. P. Contamine signale également l’émergence de ce type de manoir en Île-de-France, dans l’Ouest et le Centre-Ouest à partir du milieu du XVe siècle et il met ce mouvement, dépourvu de toute ambition militaire, en relation avec le retour de la paix156.

  • 157 J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses », p. 187-198.
  • 158 J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses in Eastern and Northern England... », p (...)
  • 159 R.C. Turner, « The Medieval Palaces of the Bishop of St. Davids, Wales », in Military Studies in Me (...)

134Ces considérations méritent d’être tempérées, pour l’étude qui nous concerne, par des exemples certes étrangers au continent, mais qu’on peut estimer probants car ressortissants de l’aire anglo-normande. J. Le Patourel signale qu’en Angleterre, les grands ont tenu aussi bien des open-manors ou maisons plates, des semi-fortified manors ou maisons fortes, que des forteressesl157. Il démontre l’existence de manoirs ruraux non fortifiés appartenant à un magnat anglais, Roger Bigord, au tournant des XIIIe et XIVe siècles. Les comptes de dépenses pour les réparations aux murs d’enceinte permettent d’évaluer les superficies de quatre manoirs et de les classer en petits manoirs (env. 2 ha), manoirs moyens (env. 4 ha) et grands manoirs (env. 12 ha)158. Nos observations, en ce qui concerne les maisons plates des prélats normands, recoupent globalement cette évaluation, à la différence que les grands manoirs anglais sont beaucoup plus vastes que les plus étendus des manoirs des prélats normands. Les évêques gallois de Saint-Davids ont tenu sept résidences dont une à Lamphey était un de ces manoirs non fortifiés159.

135La situation qui vient d’être évoquée à propos de la Grande-Bretagne incline à nuancer l’affirmation trop péremptoire qui considérerait que les maisons plates ont été des établissements ressortissant exclusivement du monde ecclésiastique.

  • 160 M.-C. Taupin, Hameau de Trainecourt (XIIIe-XVe siècles). Grentheville-« Les Trains de Cour », No 14 (...)

136Les aveux et dénombrements de la noblesse normande à la fin du XIVe siècle laissent soupçonner un faible degré défensif pour nombre de séjours nobles. À Trainecourt, près de Caen, l’archéologie a révélé la présence d’un habitat noble laïc non fortifié au cœur du hameau, habitat daté par un matériel abondant de la seconde moitié du XIVe siècle160. Il faut enfin envisager que de tels manoirs ont pu être dotés de structures défensives pendant le conflit franco-anglais, structures défensives qui, faute d’évaluations architecturales ou d’informations textuelles, n’ont pas été décelées jusqu’à ce jour.

  • 161 O. Chapelot, B. Rieth, « Une résidence disparue des comtes d’Artois, le manoir de Conflans (Val-de- (...)

137Une interrogation demeure quant à l’adoption de ce type de structure par les grands laïcs, au moins en Normandie. En effet, on ne doit pas perdre de vue que les archevêques et évêques normands sont issus de cette aristocratie et on les imagine assez mal rompant délibérément avec les codes architecturaux en vigueur dans leur milieu. Si notre interprétation doit être considérée comme valide, il faut alors envisager que la manifestation du pouvoir et du haut niveau de noblesse ne passe pas nécessairement par des dispositifs architecturaux ostentatoires ; elle est à rechercher dans l’emprise du complexe, son intimité avec l’église, les prolongements arborés de l’enclos manorial proprement dit et les bâtiments à usage résidentiel qu’il contient. Et dans ce cas, des modèles anciens existent à des niveaux très élevés de l’aristocratie du royaume de France dans leurs séjours d’Île-de-France. Avant de grands travaux de restructuration à partir des années 1313-1314, le manoir de Conflans, souvent fréquenté par les comtes et comtesses d’Artois à la fin du XIIe et au début du XIVe siècle, est un « hotel » dont l’enclos est simplement ceinturé d’un mur de clôture161.

Les maisons de ville

138Nous avons réservé cette catégorie à des résidences largement insérées dans le maillage urbain, à l’exclusion de celles qui se trouvent aux franges d’une agglomération (Louviers, Les Loges). En effet, il nous a semblé que les contraintes urbaines avaient lourdement pesé, dans la plupart des cas, sur les dispositions du complexe. Nous considérerons donc les résidences de Saint-Lô, des Andelys, de Dieppe et de Pontoise.

139La liste des résidences urbaines pourrait être étoffée de celle de Rouen aux évêques de Lisieux, de Caen aux évêques de Bayeux et de Lisieux et des résidences parisiennes de tous les prélats normands, mais les lacunes de la documentation rendent leur étude trop improbable ; en effet, nous n’en connaissons que leur localisation et quelques détails infimes dont il sera fait état à l’occasion. Si ce qui suit s’éloigne un tant soit peu du thème de l’étude, cet écart se justifie par l’apport d’enseignements complémentaires, en particulier en ce qui concerne le vocabulaire des résidences urbaines et sa confrontation avec celui des résidences rurales.

Les mots pour le dire : « manoir », domus, « hostel »

140Le corpus disponible pour évaluer la désignation des résidences urbaines des prélats normands du XIIe à la fin du XIVe siècle est extrêmement réduit. Les résidences de Saint-Lô, Dieppe et Pontoise ne sont pas documentées avant le XVe siècle. Il faut donc s’appuyer sur les maigres mentions, à partir du milieu du XIIIe siècle, concernant Les Andelys et les résidences parisiennes des archevêques de Rouen, d’Évreux et de Bayeux et de la résidence caennaise des évêques de Bayeux.

  • 162 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 147, 150, 404, 440, 498, 499 et 580. L’Hôtel de Rouen à Pa (...)
  • 163 ADSM, G 7 fo 307.
  • 164 Cité dans L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 150.
  • 165 Cité dans Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 41.
  • 166 ADSM, G 3705.
  • 167 Bayeux, 1309, Trésor des Chartes, Reg. 44, no. 76 ; Évreux, Arch, nat., S 82,6.
  • 168 Le manoir se situait au sud de la paroisse Saint-Pierre, à la limite de la paroisse Saint-Jean ; il (...)

141Eudes Rigaud utilise indifféremment les termes domus et manerium pour désigner le séjour des Andelys comme sa résidence parisienne162. L’hôtel parisien est toujours une domus en 1280, dans un acte de l’archevêque Guillaume de Flavacourt et dans le même acte, le séjour de l’archevêque de Reims, tout proche, est, lui aussi, qualifié de domus, alors que la résidence contiguë du roi de Navarre est désignée par le terme manerium163. En 1310, un chemin est désigné comme vicus domuum archiepiscoporum Rothomagensium et Remensium164. Le même terme domus est encore en vigueur en 1406, lorsque l’archevêque, Guillaume de Vienne, rédige son testament in domo archiepiscopi165 En 1380, apparaît la première utilisation du terme « hostel », et dans l’acte qui en précise la localisation, la résidence de la duchesse d’Orléans est elle aussi qualifiée d’« hostel »166. Les résidences parisiennes des évêques d’Évreux et de Bayeux sont elles aussi dénommées domus en 1309 et « maison » en 1364 et 1383167. Quant à la résidence caennaise des évêques de Bayeux, c’est un « manoir » en 1347 et 1382168. Ces appellations n’ont rien de remarquable et nous avons déjà signalé plus haut qu’elles étaient utilisées aussi bien pour désigner les résidences rurales et ces désignations n’ont aucun lien avec un quelconque pouvoir temporel ou religieux. À Pontoise, Dieppe et Caen, les archevêques de Rouen et les évêques de Bayeux sont détenteurs de pouvoirs élargis, temporels et/ou spirituels, alors qu’il n’en est rien à Paris.

La localisation et l’enclos

  • 169 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université de (...)

142L’insertion du complexe résidentiel dans la ville et son emprise sont sans doute le résultat de plusieurs types de démarches mal documentées. Dans quelques cas, le prélat a simplement investi des bâtiments préexistants, entrés dans le temporel par donation ou achat. À Dieppe, les archevêques ont occupé les bâtiments dépendants de l’administration royale, après la donation du domaine en 1197. À Pontoise, l’archevêque fait acheter, après 1255, un logis qui avait appartenu au bailli de Senlis. Cette quasi-absence de choix dans l’implantation est identique à celle que l’on identifie pour les hôtels parisiens de la rue Saint-Côme et Saint-Damien que l’évêque d’Avranches Richard (1253-1269) reçoit du pape Alexandre IV169. En revanche, nous ignorons les conditions et la période de l’implantation de la résidence des évêques de Bayeux dans la paroisse Saint-Pierre de Caen dont ils sont les patrons. À Saint-Lô et aux Andelys on réoccupe un vieux site carolingien au cœur de l’agglomération.

  • 170 Le manoir des évêques de Bayeux à Caen couvre, en 1736, environ un hectare, d’après le plan de Caen (...)

143Le contexte de l’implantation du manoir de Saint-Lô a permis de déployer le plus vaste des enclos urbains (env. 3 ha). Ailleurs, les superficies qui tournent autour d’un hectare sont héritées du tenant précédent. Le manoir de Pontoise s’étend sur environ 1,3 hectare et l’on ignore s’il recouvre exactement l’emprise du complexe acheté en 1255. Le manoir de Caen aux évêques de Bayeux doit couvrir environ un hectare ; il se pourrait, étant donné sa localisation dans un quartier excentré de la paroisse Saint-Pierre dont l’évêque est le patron, qu’on ait choisi, pour l’implanter, une zone encore peu urbanisée au sud du vieux noyau urbain l170. L’hôtel de Dieppe ne couvre pas plus de 3500 m2.

  • 171 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 204. Nous avons considéré que ce jardin dépendait du manoir é (...)
  • 172 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 214-215. La rue de Lengannerie longe le manoir épiscopal sur (...)

144Certaines manifestations traduisent des entreprises d’extension. Nous connaissons deux épisodes de la dilatation de l’enclos du manoir des évêques de Bayeux à Caen : en 1293, Pierre de Benais achète une terre jouxtant son jardin de Caen171 ; en 1391, Nicolas du Bosc achète, rue de Lengannerie, une maison « avecques la court et toutes les appartenances »172. Le premier achat est contemporain de la vague d’extension de l’enclos du manoir de Douvres initiée par le même évêque. À Dieppe, l’achat d’un tènement de maisons sur le quai, à une date non précisée de l’épiscopat de Philippe d’Alençon (1362-1376), est peut-être destiné à étendre l’hôtel de la Vicomté.

145Les sources ne permettent jamais d’affirmer que la clôture des résidences urbaines était dotée de structures défensives propres au complexe. La seule militarisation décelable est l’utilisation du rempart urbain comme élément de clôture des manoirs de Saint-Lô et de Pontoise.

146Il faut sans doute envisager une monumentalisation de la porte d’entrée. À Saint-Lô, l’entrée semble avoir consisté en un bâtiment comportant plusieurs pièces d’habitation, traversé par un couloir qui donnait sur la rue par un porche unique.

147Les maisons de ville se distinguent des maisons plates rurales ou semi-rurales par une bipartition simple qui allie cour et jardins. C’est à Pontoise seulement que l’on constate un système plus complexe doté de deux pôles distincts ayant chacun leur vocation propre.

Le pôle noble et ses annexes

148Les dispositions du pôle résidentiel ne peuvent être appréhendées qu’à partir d’un échantillon réduit et tardivement documenté par un inventaire et des comptes du XVe siècle pour Pontoise, Les Andelys et Dieppe, le devis de 1440 et un plan du XVIIIe siècle pour Saint-Lô.

149À Saint-Lô, Pontoise et aux Andelys nous avons mis en évidence l’existence vraisemblable d’un seul bâtiment à usage résidentiel s’interposant entre la cour d’entrée et les jardins. À Saint-Lô, la chapelle est accolée à une des extrémités du logis alors qu’à Pontoise, la chapelle qui s’élève à l’arrière est accessible par une galerie. À Dieppe, Pontoise et aux Andelys, les cuisines sont des édifices indépendants ; à Saint-Lô, elle était accolée à une des extrémités du bâtiment résidentiel.

150On soupçonne également à Dieppe l’existence de bâtiments indépendants dont l’étage, accessible par un escalier extérieur, abrite le personnel permanent du manoir (« chambres » et « maisons » des secrétaires et des écuyers).

Les bâtiments administratifs

151Les dispositions et la localisation des bâtiments administratifs ont résulté de logiques variables, certainement liées aux contraintes de l’implantation mais plus certainement à la volonté de créer un pôle judiciaire dont l’accès et le fonctionnement n’interfèrent pas avec la vie du manoir. Alors que dans les maisons plates rurales ou semi-rurales ce parti pris n’est pas clairement identifiable, cette disposition est plus nette dans les maisons de ville et résulte sans doute d’une intention délibérée de séparation du pôle judiciaire d’avec le pôle noble.

152À Pontoise, le logis du promoteur, l’officialité et la prison ont été installés au nord du pôle résidentiel et son indépendance est matérialisée par un mur de clôture mais une galerie relie la maison du promoteur à la salle haute du logis du prélat. À Saint-Lô, au XVe siècle au moins, la justice religieuse s’exerce dans les pièces du bâtiment de l’entrée, et les logis de l’intendant et de l’official lui sont contigus. À Dieppe, l’administration de la Vicomté est logée dans le manoir. À Caen, le manoir épiscopal abrite l’officialité, mais les prisons dissociées du complexe sont situées rue Basse.

Les communs

153Les maisons de ville possèdent un nombre limité de communs, élevés dans la cour d’entrée, le long de la clôture. Nous avons relevé des étables aux Andelys, des écuries et un « fenil » à Saint-Lô, des écuries à Pontoise et une étable à Dieppe. L’étable des Andelys, le long de la clôture sur la rue, est un très long bâtiment d’environ 33 mètres de long.

  • 173 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers..., p. 104-105.

154Ces maisons de ville des prélats normands semblent n’avoir possédé qu’une fonction résidentielle et administrative. Les annexes qu’on y décèle n’ont pas d’autre vocation que le train ordinaire de la maison. En cela elles tranchent nettement avec les maisons des Templiers et Hospitaliers dont on connaît bien le rôle économique pour le stockage et la vente des produits provenant des commanderies173.

Des forteresses

155L’appréhension globale des cinq forteresses épiscopales (Neuilly, Gaillon, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Courtonne, Louviers) se heurte à un certain nombre de contingences liées à leur date d’apparition dans les sources, à la condition du constructeur et au fait que certaines d’entre elles sont, sans doute, le résultat d’aménagements défensifs appliqués à des structures préexistantes que nous ne connaissons pas ou mal.

Incertitudes

156Le castrum de Neuilly, attesté dès 1133, est sans doute la seule forteresse dont on est assuré que l’implantation et certaines structures fortes ont été voulues par l’évêque de Bayeux, Odon de Conteville. L’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, a, quant à lui, choisi de recevoir du roi le castrum de Gaillon en 1262. Ce n’est qu’en 1418 et 1419 que le château de Saint-Ébremond apparaît dans les documents de l’administration anglaise qui le qualifie de castrum et de fortalicium. La résidence de Courtonne est, ou possède un « fort » en 1379 et 1382. L’évêque Guillaume d’Estouteville en fait une forteresse (castrum sive fortalicium) au début du XVe siècle. La « maison » de Louviers connaît le même sort que la résidence de Courtonne. On y cite un « fort » et un « chastel » en 1367-1368. Cet échantillon très hétéroclite conduit à reporter, dans un chapitre ultérieur, l’étude des forteresses de Courtonne et de Louviers, pour lesquelles il est clair que nous sommes en présence de la mutation, dictée par la guerre, d’une maison plate en une forteresse. En conclusion, il se pourrait que les seuls castra voulus et réalisés par les évêques normands, en dehors de tout contexte militaire, soient ceux de Neuilly et de Saint-Ébremond ; le castrum de Gaillon n’étant qu’un héritage, une forteresse royale tombée dans un temporel ecclésiastique.

157La confrontation des sources écrites du XVe siècle (Neuilly, Saint-Ébremond, Gaillon) avec d’infimes vestiges sur le terrain à Neuilly et Saint-Ébremond et des dispositifs très dénaturés à Gaillon permet d’évaluer jusqu’à un certain point des structures antérieures au XIVe siècle.

  • 174 A. de Caumont, « Relation de la visite... », p. 185-204.
  • 175 Falaise (Calvados), Exmes (Orne), Chambois (Orne), Courcy (Calvados), Vire (Calvados), Creully (Cal (...)
  • 176 Maisy (Calvados), Colombières (Calvados), O (Orne).
  • 177 Sées (Orne), Chaillouay (Orne), Argences (Calvados), Ouistreham (Calvados), Hermanville (Calvados), (...)

158En ce qui concerne l’interprétation du terme castrum ou « chastel », il se pourrait que l’imprécision ne soit pas toujours la règle, en tout cas dès le milieu du XIVe siècle et dans certains contextes précis. On doit estimer que l’inventaire des complexes défendus réalisé en 1371 par l’administration royale en Normandie présente une typologie convenue et clairement définie. À cette date, les enquêteurs mandatés par le bailli de Caen pour recenser les sites aptes à contribuer à la défense de la province174 distinguent trois catégories de dispositifs : les « chastels », les « hostels » et les « forts ». Les « chastels »175 sont des forteresses qui se distinguent des « hostels »176 par la présence d’un donjon, alors que les « forts » ne semblent être que des défenses ponctuelles appliquées à de petites agglomérations177. En outre, les « chastels » sont des forteresses autant rurales (Chambois, Courcy) qu’urbaines (Vire, Falaise), royales (Falaise, Vire) autant que privées (Courcy, Creully, Neuilly).

L’emprise du complexe castrai et ses partitions : cour et basse-cour

159L’emprise et le plan des trois forteresses de Neuilly, Saint-Ébremond et Gaillon sont directement tributaires du site choisi pour leur implantation. À l’écart de l’agglomération, on a élu un accident naturel favorable à une installation défendue. Il s’agit d’un éperon assez bas au confluent de deux ruisseaux, pour Saint-Ébremond, d’une butte naturelle, au milieu de marais fluvio-marins, pour Neuilly et d’un éperon très escarpé pour Gaillon. Les conditions stratégiques et défensives optimales sont sans nul doute celles des sites de Gaillon et de Neuilly.

  • 178 A. Renoux, « Les fondements architecturaux... », p. 181.

160L’emprise totale de chacun des trois complexes, telle que nous l’appréhendons dans leur dernier état, présente de notables différences. Les deux châteaux de Saint-Ébremond et de Neuilly ont à coup sûr un point commun, leur vaste emprise. Elle est d’environ 2 hectares à Neuilly, et d’1,5 hectare à Saint-Ébremond. Ces superficies peuvent être considérées comme l’emprise initiale mise en œuvre lors de l’implantation, vraisemblablement dans la seconde moitié du XIe siècle. Elles illustrent bien, en ce milieu du XIe siècle, la persistance d’enceintes encore vastes malgré la tendance à la réduction des emprises castrales178. L’emprise beaucoup plus réduite du château de Gaillon (env. 3000 m2) incline à conclure à un complexe défendu de conception postérieure au XIe siècle et l’absence de sources écrites et de preuves déterminantes que pourraient fournir des fouilles archéologiques ne permet pas de cerner la période d’élaboration du complexe défendu primitif, attesté seulement à partir de la fin du XIIe siècle. Cependant, la mise au jour de portions de mur d’orientation différente dans la partie nord du complexe laisse à penser que le tracé de l’enceinte et son emprise ne correspondent pas exactement à l’état que nous connaissons.

161Ces trois châteaux étaient dotés de fossés de nature très différente. Des fossés secs enserrent les quatre faces du château de Gaillon. À Saint-Ébremond, il se pourrait que le fossé en eau n’ait occupé que la base de l’éperon sur lequel se trouvait la forteresse et une partie en était occupée ou prolongée par un vivier. À Neuilly, nous sommes en présence d’une situation très particulière où les fossés sont alimentés à la fois par la mer, des bras divagants de la rivière Elle et une dérivation de la Vire aménagée dans la seconde moitié du XIVe siècle.

162À Neuilly et à Saint-Ébremond, on observe la même division de l’espace castrai en deux cours ; et cette bipartition se caractérise par une hypertrophie de la basse-cour et sa vocation à usage agricole. À Neuilly, le noyau le plus ancien de la forteresse, au sud, était précédé d’une vaste basse-cour d’environ 1,4 hectare et tournée vers le village. Un fossé séparait vraisemblablement la haute-cour de la bassecour. À Gaillon, l’observation du plan d’ensemble conduit à envisager une mise en place en deux temps par le raccordement maladroit d’une structure primitive élevée à la pointe de l’éperon à un complexe postérieur de plan quadrangulaire. Les bâtiments à vocation domestique et administrative semblent à l’écart des bâtiments à fonction résidentielle.

Les castra : l’enceinte, le flanquement et la tour forte

  • 179 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 28 ; M. Bur, «  (...)
  • 180 Statut du concile de Lillebonne en 1080, édité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I (...)
  • 181 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, p. 80-89 ; A. Renoux, « Les fondements architectu (...)

163Depuis le XIe siècle au moins, les termes castrum et castellum sont utilisés indistinctement dans les œuvres littéraires et dans les actes de toute nature pour désigner des réalités matérielles très différentes : villes, villages ou châteaux défendus de fortifications de terre, de bois ou de pierre179. Cependant, si le mot castrum n’apparaît pas dans les deux textes fondamentaux qui réglementent, en Normandie à la fin du XIe siècle, la construction et la possession de fortifications, il est clairement remplacé par le terme castellum180. Il est tout à fait vraisemblable que les deux forteresses de Neuilly et de Saint-Ébremond possédaient, dès les origines, des structures de pierre. En l’absence de preuves qui pourraient être fournies par des fouilles archéologiques, nos conclusions vont peut-être aller trop loin à partir d’indices très localisés, mais les études récentes sur la généralisation de la maçonnerie, au XIe siècle, pour les éléments fortifiés comme pour les bâtiments à usage d’habitation, poussent à une certaine hardiesse181.

164Le château de Neuilly paraît bien être un exemple accompli de cette mutation. La haute-cour primitive était ceinte d’une courtine, épaisse d’un peu plus de trois mètres et renforcée par des contreforts peu saillants ; au sommet, le chemin de ronde était accessible par des escaliers. L’existence d’un rempart de pierre autour de la basse-cour ne peut être considérée comme un dispositif originel. À une période indéterminée l’enceinte, de plan triangulaire, a été dotée d’au moins quatre tours. À Saint-Ébremond, deux tours rondes et une tour carrée sont tardivement attestées dans les sources écrites.

165À Gaillon, on soupçonne l’existence d’une grosse tour carrée primitive à la pointe de l’éperon raccordée dans un deuxième temps à un complexe quadrangulaire doté d’au moins deux tours rondes et d’une porte à tourelles.

  • 182 M. de Boüard, Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 100.

166En ce qui concerne ces trois forteresses se pose le problème de l’existence d’une tour forte. En effet, les termes castrum puis « chastel » qui leur sont appliqués depuis les XIIe ou XIIIe siècles inclinent à voir dans ces complexes castraux des ensembles dotés de cette structure défensive précisément sous-entendue. Chacun de ces trois sites présente des indices hétérogènes plus ou moins probants et d’interprétation aléatoire. Le château de Saint-Ébremond est le seul pour lequel le terme donjon est utilisé en 1440, dans le devis des travaux qui cite le « grand » et le « petit donjon ». À Neuilly, nous avons considéré que le terme « petit chastel », mentionné dans les aveux du milieu du XVe siècle, faisait référence à un donjon. En effet, la même formule est appliquée au donjon du château de Caen dans les comptes de réparations émis dans la seconde moitié du XIVe siècle182. La « grosse tour » carrée de Gaillon mentionnée par les sources du XVe siècle peut être identifiée avec l’actuel massif d’entrée.

167Ces informations extrêmement partielles confirment l’existence probable d’une tour forte dans les complexes des prélats normands dénommés « chastels ». En revanche, il paraît hasardeux de vouloir en envisager la période de mise en œuvre.

Bâtiments dispersés ou alignés le long de la courtine

168Les trois forteresses assez clairement documentées par les sources médiévales ou par des vestiges encore en place (Neuilly, Gaillon) présentent des parti pris hétérogènes qui combineraient les deux types de modalités.

169En ce qui concerne Saint-Ébremond, on est assuré de l’existence d’au moins trois bâtiments indépendants adossés au mur d’enceinte de la haute-cour (« salle », cuisine, chapelle). À Gaillon et à Neuilly, nous pensons avoir démontré qu’il existait au moins un grand bâtiment résidentiel : perpendiculaire à la courtine à Neuilly et adossé parallèlement à Gaillon. Chacun de ces bâtiments annexe en partie les œuvres défensives. Dans un second état, le bâtiment de Neuilly a annexé le sommet de la courtine et le chemin de ronde ; à Gaillon, il se pourrait que la « chapelle de retrait » ait été installée à l’étage d’une tour. Seule, la chapelle de Neuilly est clairement localisée, parallèlement à la grande salle, le long de la courtine, de l’autre côté de la cour.

170Cependant ces informations issues des sources écrites et des vestiges en place ne doivent être considérées que comme provisoires et laisser la place à des schémas plus complexes. En effet, les fouilles récentes à Gaillon ont mis au jour, au centre de l’actuelle haute-cour, les vestiges d’un bâtiment à étage, élevé dans une maçonnerie très soignée.

Pourquoi des forteresses épiscopales ?

171Il faut s’interroger sur les raisons qui ont poussé, avant le milieu du XIVe siècle, les archevêques de Rouen et les évêques de Coutances et de Bayeux à posséder des forteresses.

  • 183 I. Darnas, « Les châteaux de l’évêque de Mende dans la vallée du Lot en Gévaudan (XIIe-XIVe siècles (...)
  • 184 H.L. Janssen, « The Castles of the Bishop of Utrecht and their function in the political and admini (...)
  • 185 G. Giuliato, « Les résidences fortifiées des évêques de Metz en Lorraine au Moyen Âge », in Palais (...)
  • 186 M. Basin de Jessey, « La résidence des évêques de Dol », Annales de la Société d’histoire et d’arch (...)

172L’état politique et féodal de la Normandie n’a pu entraîner les prélats normands à construire des forteresses. Ils n’ont pas eu à défendre, contre des voisins agressifs, des principautés territoriales où la construction de châteaux ne contribue pas seulement à la mise en défense du territoire mais est un moyen d’affirmer une prise de pouvoir politique. On comprend bien, dans ce cas, les châteaux des évêques de Mende dirigés contre les rois d’Aragon aux XIIe et XIIIe siècles183 ; ceux de l’évêque d’Utrecht, élevés au tournant des XIe et XIIe siècles, pour contrebalancer le pouvoir des ducs de Hollande184 ; les châteaux que les évêques de Metz édifient à partir du début du XIIIe siècle, pour contrer les agressions du duc de Lorraine et du comte de Bar, et pour répondre aux mouvements d’émancipation de leurs vassaux185 ; la mise en défense avec rempart et grande tour de la résidence urbaine des évêques de Dol, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, contre les agissements du duc de Bretagne, Jean III186.

  • 187 M.-J. Salmon, Un palais-musée à Beauvais : tours et détours de l’ancienne demeure épiscopale, Beauv (...)
  • 188 V. Motte, « Le château de Selles à Cambrai, étude historique et monumentale », Archaeologia Duacens (...)

173Ils n’ont pas non plus à craindre des mouvements sociaux dirigés contre eux qui les auraient poussés à se protéger à l’instar de certains évêques du royaume. On connaît ainsi les entreprises des évêques de Beauvais qui fortifièrent leur résidence urbaine au début du XIVe siècle187. Le même contexte d’émeutes urbaines avait conduit l’évêque de Cambrai à construire une forteresse au milieu du XIIIe siècle188.

  • 189 R.C. Turner, « The Medieval Palaces... », p. 220-222.

174Il se pourrait cependant que la forteresse, toute défendue qu’elle soit, réponde à un autre objectif et que sa destination ne soit pas purement d’ordre militaire. On doit y voir une volonté ostentatoire exacerbée d’affirmer la présence et la puissance épiscopale. C’est ainsi qu’on peut interpréter la présence de la forteresse de Llawhaden parmi les possessions des évêques gallois de Saint-Davids189. Au XIIe siècle, le château fait partie d’une ligne de défense contre les princes gallois. Entre 1200 et 1380, d’importants travaux ont privilégié les espaces résidentiels au détriment des capacités de défense, mais de loin, la forteresse a conservé un aspect militaire impressionnant. Le principal rénovateur du complexe qui en a fait un véritable centre administratif fut un grand du royaume, l’évêque Adam de Houghton (1362-1389), chancelier en 1377 et confident du duc de Lancastre, frère d’Édouard III et régent du royaume.

175Si nous acceptons que les structures primitives des châteaux de Neuilly et de Saint-Ébremond, dans la seconde moitié du XIe siècle, présentaient déjà les caractéristiques de forteresses, il faut sans doute invoquer, pour le comprendre, la personnalité et le rang des deux évêques responsables de leur mise en œuvre. Geoffroy de Montbray et Odon de Conteville sont des grands de très haut niveau et des proches du duc de Normandie. La manifestation de leur puissance et de leur pouvoir ne peut que passer par les codes architecturaux de leur caste. À propos de l’entrée de la forteresse de Gaillon dans le temporel des archevêques de Rouen, on doit y voir la faveur royale envers l’archevêque Eudes Rigaud. Mais nous avons également envisagé une volonté archiépiscopale de compenser avec fracas la perte d’un des fleurons du temporel, Les Andelys. Les fouilles archéologiques à venir permettront peut-être de déterminer quelle fut la part des archevêques de Rouen dans la mise en place du dispositif défensif antérieur au milieu du XIVe siècle.

Les structures bâties et leur évolution (XIIe-XIVe siècles)

Le pôle noble

Les mots du pôle noble : aula, camera, capella

  • 190 En 1234, un acte est signé dans la camera de l’évêque de Coutances, à Valognes. En 1252,1253 et 125 (...)
  • 191 A. Renoux, « Espaces et lieux de pouvoirs royaux et princiers en France (fin IXe-début XIIIe siècle (...)

176Du XIIe au XIVe siècle, les termes aula et camera sont appliqués 14 fois à la grande salle noble ou à l’espace semi-public. Ce maigre corpus, concentré entre le premier tiers du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle, ne concerne que sept résidences. Les mentions d’origine diplomatique ou comptable sont rares (3 et 1 cas) alors que la majorité des occurrences (10 cas) sont issues d’une source narrative, le journal de l’archevêque Eudes Rigaudl190. L’indigence du corpus localisant dans l’aula ou la camera la signature des actes n’a rien d’exceptionnel ; c’est une attitude constante, interrompue cependant entre 1050 environ et 1150, au moins dans la diplomatique royale, aussi bien française que normande, depuis le Xe siècle191. La surreprésentation des occurrences issues du journal de l’archevêque, Eudes Rigaud, serait à rapprocher de ce qui a été remarqué à propos des œuvres narratives, beaucoup plus enclines à utiliser ces vocables.

177À la fin du XIVe siècle, les termes français s’imposent qui ne sont pas de simples traductions des vocables latins. Nous connaissons ainsi en 1388, à Déville, la « saule du tinel », la « chambre de parement » et la « chambre de monseigneur », et à Gaillon la « salle du tinel », la « chambre de parement » et la « chambre de retrait ». Leur émergence dans la documentation traduit une mutation d’importance dans l’organisation et l’affectation des salles de la résidence ; l’espace est restructuré pour créer des pièces plus intimes (« chambre de retrait ») à côté des salles réservées à l’apparat (« chambre de parement » et « saule du tinel »)

178Les trois exemples contemporains de Gaillon, Déville et des Loges permettent d’évaluer les correspondances des formules latines et françaises. Il est incontestable que la « saule du tinel » à Gaillon et Déville et l’aula des Loges sont la grande salle noble d’apparat dans laquelle se déroulent les actes majeurs qui ressortissent du pouvoir. En revanche, on s’interroge sur l’adéquation entre le vocable camera et les nouvelles dénominations françaises plus précises dans le degré d’intimité des chambres. La nature des sources d’où sont issues ces formules contient des éléments d’explication. Les inventaires de Déville et de Gaillon ont un objectif matériel et réaliste d’où sont absentes toutes manifestations de pouvoir. A contrario, les actes signés aux Loges sont une manifestation éclatante du pouvoir du prélat : c’est dans la camera qu’a lieu la mise au point de l’accord entre le prélat et le chanoine et c’est dans l’aula que, quelques jours plus tard, l’acte solennel est signé. La progression dans la solennité et l’affirmation du pouvoir s’est traduite dans le choix des lieux, transcrite dans les vocables latins.

179À l’exception des vestiges importants conservés à Douvres, il ne reste rien des résidences médiévales des prélats normands et les sources écrites ne permettent que rarement d’apprécier les dispositions de ces deux espaces. Les seules mentions d’aula superiori, d’aula inferiori, de camera minor ou de camera superiori sont insuffisantes pour se faire une idée précise des bâtiments. Nous tenterons, malgré tout, de déceler dans les sources de la fin du Moyen Âge et des XVIIe et XVIIIe siècles des indices de la présence de ces bâtiments prestigieux, cœur du manoir, qu’étaient l’aula et la camera. Nos conclusions ne pourront être valides qu’en les confrontant aux études récentes sur les résidences de l’aristocratie.

Des structures de référence

  • 192 A. Renoux, « Espaces... », p. 21-25 et 28-34 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiév (...)

180L’élucidation des structures, des dispositions et des fonctions de ces deux espaces, fondée sur les sources narratives et diplomatiques, et à partir de nombreux vestiges encore en place ou mis au jour par des fouilles archéologiques, a été l’objet depuis une vingtaine d’années d’études scientifiques sur lesquelles nous nous appuierons pour tenter de comprendre ce qu’il en était dans les résidences des prélats normands192. La synthèse de ces travaux impose de distinguer deux types de dispositifs distincts qui coexistent dans le temps et dans l’espace, voire se succèdent sur un même site à partir du XIe siècle.

181Un premier parti consiste dans la mise en place de structures éclatées en trois édifices indépendants les uns des autres, l’aula, la camera et la chapelle, que des galeries pouvaient relier les unes aux autres. Une seconde option a consisté en l’édification d’un seul bâtiment intégrant sous un même toit les salles nobles et des espaces domestiques.

  • 193 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 77-98.
  • 194 A. Renoux, « Fécamp (Seine-Maritime) : palais et château des ducs de Normandie », in Palais médiéva (...)
  • 195 A. Nissen-Jaubert, « Domfront (Orne) : château des ducs de Normandie », ibid., p. 41-42.
  • 196 E. Impey, « La demeure seigneuriale en Normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande  (...)
  • 197 Les cas de Caen et de Domfront illustrent les divergences d’interprétation signalées plus haut. E. (...)

182L’aula est la grande salle solennelle où se déroulent les conseils, les audiences et les festins. Elle est d’un accès facile par une grande porte majestueuse ménagée soit dans le mur pignon soit dans un des murs latéraux. Les structures encore en place, quoique très dénaturées par des restructurations postérieures, ou mises au jour par les fouilles archéologiques, permettent une meilleure appréhension d’où il ressort une très grande hétérogénéité. Les dimensions de ces grandes salles rectangulaires démontrent une grande variété193. Les longueurs sont comprises entre 8 mètres pour les plus modestes et 70 mètres pour les plus vastes (Westminster, Cité) ; la longueur la plus fréquente s’établit entre 15 et 20 mètres. La largeur ne dépasse pas 30 mètres ; mais le paramètre le plus souvent rencontré est de l’ordre de 5 à 10 mètres. Les dimensions de la majorité des grandes salles s’établissent donc autour du couple 15-20 mètres / 5-10 mètres. Les grandes salles se présentent sous deux types différents. Les grandes salles de plain-pied possèdent soit un volume unifié, soit une division en deux ou trois nefs (halls à bas-côtés). L’autre solution consiste en un bâtiment à deux niveaux. La grande salle, au premier étage, est accessible par un escalier d’apparat, le degré, perpendiculaire ou adossé parallèlement, soit au mur pignon, soit à un des murs latéraux près d’un angle ou plus rarement au milieu du mur gouttereau ; il peut être couvert d’un auvent. La grande salle possède des éléments de confort, grandes fenêtres et cheminée ménagée dans les murs latéraux ou les pignons ; on y note souvent la présence d’une estrade à une extrémité. Le rez-de-chaussée, le plus souvent mal éclairé par de petites ouvertures et dépourvu de cheminée murale, accueille des espaces de stockage (cave, celliers) ou des pièces à usage domestique (cuisine). En Normandie, un certain nombre de ces grandes salles ont été récemment étudiées, mises au jour par des fouilles archéologiques ou élucidées alors que des remaniements ultérieurs en avaient oblitéré le noyau primitif. On connaît ainsi les aulae ducales édifiées à Fécamp entre le milieu du Xe siècle et 1026194, à Domfront195 et à Caen (aula dite Salle de l’Échiquier) par Henri Ier. À tous les niveaux de l’aristocratie, en Normandie, on a édifié de telles grandes salles, à Beaumont-le-Richard, Bricquebec et Creully au XIIe siècle, à Rumesnil et Ticheville au XIIIe siècle196. Malgré les divergences d’interprétation en ce qui concerne les structures ou la destination de certains de ces bâtiments, on peut globalement considérer qu’ils présentent tous les types de grandes salles : grandes salles de plain-pied et à bas-côté unique à Beaumont-le-Richard, Bricquebec et Creully ; grandes salles à étage sur rez-de-chaussée à Fécamp, Caen, Lillebonne et Domfront197.

  • 198 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildin (...)
  • 199 A. Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle : l’apport des sources comptable (...)

183La camera est généralement considérée comme l’équivalent de cubiculum, la chambre. Il ne faut cependant pas y voir un espace à usage strictement privé de chambre à coucher. On sait que s’y déroulent des cérémonies officielles. Nous avons relevé deux actes épiscopaux signés dans la camera. Le terme sert également à désigner la pièce, le réduit où le trésor est conservé. L’espace qualifié de camera se laisse mal appréhender. Certains sites apportent la preuve que la camera, bien différenciée de l’aula, pouvait occuper l’étage d’un bâtiment spécifique. Au château de Beaumont-le-Richard, E. Impey identifie comme une camera à étage (chamber-block), du milieu du XIIe siècle, le bâtiment converti en chapelle vers 1630. Son travail et ses conclusions, en ce qui concerne la Normandie, s’appuient sur des recherches récentes menées en Grande-Bretagne qui ont conduit à une révision de l’interprétation de certains bâtiments jusque-là qualifiés de halls à étage. Les vestiges encore en place et les résultats des fouilles archéologiques lui permettent d’affirmer qu’entre 1150 et 1220, pouvaient coexister, sur un même site, un hall de plain-pied et une camera à étage198. Il a ainsi relevé, en Normandie, des camerae associées à des aulae, à Creully, Beaumont-le-Richard, Douvres, Bricquebec. Ces camerae s’illustrent par un certain nombre de points communs. Ce sont des bâtiments à deux niveaux, où le rez-de-chaussée, très peu éclairé, est destiné à des usages serviles (cuisine, celliers), alors que l’étage, à pièce unique, est l’espace de résidence. On connaît, par des vestiges architecturaux ou par les comptes royaux de la fin du XIIe siècle (Grands Rôles de l’Échiquier), la présence d’éléments de confort tels que des cheminées, des vitres ou des lambris. A. Renoux conclut, en ce qui concerne les résidences ducales en Normandie, qu’à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, l’effort architectural porte principalement sur la construction ou l’aménagement de camerae, alors qu’on se contente de garder en l’état les grandes salles antérieures199.

  • 200 Ibid., p. 216-217.
  • 201 J. Blair, « Hall and Chamber... », p. 6, 10 et 12.

184Le troisième bâtiment du pôle noble est la chapelle. Si les sources écrites les mentionnent, elles ont laissé peu de traces sur le terrain. Les chapelles des résidences ducales en Normandie, aussi bien que celles des séjours des grands du duché, sont très mal connues. Il existe une grande disparité des dispositifs. On connaît les chapelles simples à une nef et un seul niveau à Caen et Gisors200 et dans quelques résidences anglaises (Cheddar, Clarendon, Leicester, Wells)201. Certaines chapelles peuvent être intégrées au pôle résidentiel comme à Valognes. Enfin, l’existence, en Normandie, de chapelles à deux niveaux cultuels n’est pas attestée.

185L’implantation, dans l’espace castrai, de ces trois bâtiments du pôle noble a donné lieu à des programmes extrêmement variés. Les édifices peuvent être adossés plus ou moins intimement à la clôture ou au mur d’enceinte et, dans le cas de forteresses, ils en annexent certaines des composantes (chapelles dans les tours). À l’inverse, on connaît des exemples de dispersion à l’intérieur de l’enceinte castrale (Caen, Domfront, Falaise). Dans ce dernier cas de figure, la disposition des trois bâtiments du pôle noble présente plusieurs partis. On connaît les dispositions en enfilade sur un même axe ou sur des axes décalés et parallèles à Beaumont-le-Richard, Clarendon, Cheddar (sous Henri Ier) ou Leicester. À Caen, Bricquebec, Westminster, Cheddar (sous Jean) et Canterbury la disposition en enfilade est tempérée par l’adoption d’un axe plus ou moins orthogonal pour un des bâtiments.

  • 202 G. Meirion-Jones, M. Jones, J.R. Pilcher, « The Seigneurial Domestic Buildings... », p. 16.
  • 203 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects des manoirs gothiques bretons », Arts de l’Ouest, 1980, p (...)
  • 204 Chauvincourt, Eure, canton d’Étrépagny. Ailly, Eure, canton de Gaillon. E. Impey, « La Tour aux Ang (...)
  • 205 D. Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », AM,(...)

186L’existence de ces complexes majestueux, aux structures éclatées, ne doit pas occulter celle d’édifices plus modestes, dans leurs dimensions, et dont des études récentes révèlent l’émergence dès le début du XIIe siècle. Il s’agit de logis simples abritant, sous un même toit, les deux fonctions résidentielles (salle et chambre) et de service (cuisine et réserves). Des chercheurs anglais se sont particulièrement attachés à repérer et étudier ce type de logis en Normandie et en Bretagne. Si nombre de ces édifices semblent caractéristiques des séjours de la petite aristocratie, certaines réalisations peuvent être attribuées à des niveaux plus relevés aussi bien laïcs qu’ecclésiastiques. Ces logis sont bien repérables aujourd’hui malgré les remaniements, les adjonctions et les nouvelles partitions horizontales et verticales qui en ont, au cours des siècles, permis la mise au goût du jour. En Bretagne, dès le XIIIe siècle, on observe l’émergence d’un type de logis seigneurial compact où se superposent, sur au moins deux niveaux, salles et chambres202. La salle unique peut être en rez-de-chaussée sur un cellier et surmontée d’une chambre203. En Normandie, E. Impey a démontré l’existence d’un certain nombre de ces logis. À Chauvincourt et à Ailly, les logis primitifs, édifiés vers 1210, possédaient deux niveaux élevés sur une cave semi-enterrée ; chaque niveau n’avait qu’une salle et la salle supérieure était accessible par un escalier extérieur204. Le manoir de la Tour aux Anglais, à Aunou-le-Faucon, édifié vers 1350, présente des caractéristiques identiques aux exemples précédents. Vers 1450, il est agrandi d’une aile à trois niveaux, le vieux logis est rehaussé d’un étage et doté, dans un angle, d’une tour d’escalier. Enfin, vers 1650, les deux salles superposées du vieux logis sont divisées en deux par un mur de pierre. À Glos-sur-Risle, le manoir du début du XIIIe siècle est un édifice rectangulaire de 13 mètres de long sur 7,5 mètres de large. Le cellier semi-enterré est éclairé par quatre fenêtres étroites ébrasées vers l’intérieur. La salle du premier étage, dotée d’une cheminée, est éclairée par une fenêtre dans le pignon ; son ouverture rectangulaire, divisée en deux par un meneau vertical, est inscrite dans un arc brisé reposant sur des colonnettes aux chapiteaux sculptés et des bases moulurées205.

  • 206 E. Impey, « La Tour aux Anglais... », p. 163-182. Logis de Cernay (Calvados, canton d’Orbec), de Be (...)
  • 207 M. Whiteley, « Deux escaliers royaux du XIVe siècle ; les “grands degrés” du palais de la Cité et l (...)

187E. Impey a étendu ses analyses et observations à d’autres logis normands des XIIIe et XIVe siècles et il établit une chronologie des transformations qui ont affecté les logis primitifs206. Les principales transformations ont consisté en l’adjonction d’une aile dans le prolongement du bâtiment primitif, en l’édification, à partir de la fin du XIVe siècle207, d’une tour d’escalier qui vient remplacer les escaliers extérieurs, en la création d’un troisième niveau habitable sous les combles et enfin, en la mise en place de nouvelles partitions verticales ou horizontales qui multiplient les espaces pour répondre, à partir du XIVe siècle, aux besoins de pièces plus intimes.

  • 208 T. Crépin-Leblond, D. Vermand, « L’ancien hôtel de Vermandois à Senlis », Mémoires de la Société d’ (...)

188Ces logis ruraux présentent de nombreux points communs avec des maisons urbaines dont nous savons quelles ont été tenues par des dignitaires laïcs ou ecclésiastiques dès le XIIe siècle. L’hôtel de Vermandois, à Senlis, a appartenu jusqu’en 1194 à Raoul de Vermandois, sénéchal de France et proche parent du roi Louis VII208. Au XVIe siècle, le volume primitif a été partagé en trois niveaux et une tour d’escalier polygonale a été élevée dans un angle. Malgré ces remaniements, les dispositions originelles sont encore bien lisibles et les vestiges sculptés permettent de dater cet édifice des années 1140 / 1150. La maison, adossée perpendiculairement au rempart gallo-romain, est de plan rectangulaire et d’environ 14 mètres de long sur 7 mètres de large. Elle est élevée sur trois niveaux : une cave semi-enterrée, un rez-de-chaussée surélevé par rapport au sol de la cour et une grande salle à l’étage. Cette grande salle présente un décor tout à fait remarquable ; les murs sont animés par une suite d’arcatures en plein cintre, retombant sur des colonnettes adossées, elles-mêmes reposant sur un bahut légèrement saillant du mur. Plusieurs fenêtres rectangulaires, avec meneau central, s’inscrivent dans certaines arcatures. Le mur gouttereau oriental est doté d’une cheminée. Les auteurs de l’analyse du bâtiment soulignent l’extraordinaire similitude de la modénature des éléments sculptés de cette grande salle avec celle du palais royal proche, édifié dans le même temps. Ils notent également l’absence de tout décor extérieur, comme si l’ampleur de la grande salle suffisait à traduire le rang de son occupant.

  • 209 P. Garrigou-Grandchamp, Demeures médiévales, cœur de la cité, 2e éd., Paris, Rempart, 1994, p. 39-4 (...)
  • 210 D. Pitte, « Architecture civile en pierre... », p. 251-299.

189Les maisons canoniales de Provins209 sont d’opulents logis à deux niveaux dont le rez-de-chaussée est occupé par la grande salle ; l’étage est accessible de la salle par un escalier intérieur ou de la cour par un escalier extérieur. Si les façades sur la rue sont presque aveugles, elles sont largement ajourées sur la cour. Le décor et les éléments de conforts sont remarquables : peintures murales, cheminées nombreuses. À Rouen, D. Pitte a retenu douze exemples assurés de maisons de pierre des XIIe et XIIIe siècles210. Les structures subsistantes permettent d’avancer un certain nombre de caractéristiques. Ce sont des édifices de plan rectangulaire dont la largeur s’établit entre 7 et 10 mètres et la longueur entre 13 et 20 mètres. On peut leur attribuer au moins deux niveaux en élévation : un cellier voûté semi-enterré éclairé par des fenêtres étroites et ébrasées et une grande salle à cheminée au-dessus. Le cellier n’a pas vocation de cuisine mais peut-être de logement pour les domestiques et de stockage. L’accès à la salle haute s’effectue par un étroit escalier en vis, dans une tourelle ou dans l’épaisseur d’un mur. L’absence de cuisine et les modalités d’implantation de ces logis dans les îlots bâtis permettent d’affirmer qu’ils étaient dotés de cours et de jardins dans lesquels devaient être édifiées des annexes. Les modes de construction et les vestiges de décor mis au jour attestent de la grande qualité de ces logis et par là du rang, des aptitudes financières et des pouvoirs de leurs occupants.

  • 211 Ardevon, Manche, canton de Pontorson. Le prieuré était une dépendance du Mont-SaintMichel et le log (...)
  • 212 L. Musset, « Sites monastiques de Basse-Normandie. L’abbaye de Barbery », Art de Basse-Normandie, 2 (...)

190En ce qui concerne le monde ecclésiastique, les recherches récentes ont démontré que la résidence principale des prélats, au chef-lieu du diocèse, ne présentait pas de différences notables par rapport aux résidences laïques. Cependant, il faut regretter l’absence d’études, en Normandie, sur les logis monastiques. Nous signalons ici trois complexes normands qui étoffent le corpus des bâtiments à vocation résidentielle. Le logis primitif du prieuré d’Ardevon, édifié dans le premier quart du XIIIe siècle, est encore bien lisible aujourd’hui, avec son rez-de-chaussée presque aveugle, à usage de cellier ou de cave, surmonté par une seule grande pièce éclairée par deux fenêtres à lancettes. À la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle, ce logis primitif a été prolongé d’un corps de bâtiment qui augmente la superficie de l’étage noble, alors que le rez-de-chaussée reste à usage domestique ou servile211. Les abbayes cisterciennes de Barbery (Calvados) et de Saint-André-en-Gouffern (Calvados) possèdent chacune dans l’enclos un bâtiment très endommagé mais encore bien lisible et remarquable par les dispositions identiques qu’on y relève ; leur construction est datée du deuxième quart du XIIIe siècle212. De plan rectangulaire, il est élevé sur deux niveaux et divisé en deux salles par niveau. Le rez-de-chaussée, à deux nefs, était voûté d’ogives. Les deux étages sont éclairés par de nombreuses fenêtres, aussi bien dans les murs gouttereaux (six par étage) que les pignons (deux par étage). La localisation près de la porterie et à l’écart du pôle monastique incline à interpréter ce bâtiment comme étant l’hôtellerie.

Le pôle noble dans les résidences des prélats normands : aula, camera

  • 213 Cambremer, Brosville, Bernienville, Vernon, Courtonne, Canapville, Pinterville. On ne peut affirmer (...)
  • 214 Neuilly, Douvres et dans une mesure infime Saint-Fulgent et Laleu.
  • 215 Les Andelys, Déville, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Louviers, Pontoise, Dieppe, Gaillon.
  • 216 Le Parc, Saint-Philbert, Condé, Les Loges, Fleuré, Saint-Fulgent, Laleu.

191L’appréhension de ces deux espaces (aula, camera) au cœur des résidences des prélats normands est entachée de nombreuses incertitudes. Sept résidences, faute de documentation, sont absentes de cette nomenclature213 et les attestations probantes à partir de vestiges architecturaux sont rares214. Les comptes rouennais215 et le devis des travaux à effectuer aux bâtiments de la mense épiscopale de Coutances en 1440 fournissent un état des résidences au XVe siècle. Nous avons considéré, en particulier pour les résidences rouennaises, que cet état était antérieur aux comptes, dans la mesure où ceux-ci ne signalent pas de grands travaux de transformation et où les structures évoquées paraissent largement antérieures à la date des documents. Pour sept séjours216, il faut tenter d’identifier dans leur état moderne restitué à partir des inventaires après décès, des gravures, des chroniques et des plans, les éléments qui peuvent être attribués au Moyen Âge.

192La confrontation de ces données avec des structures de référence bien documentées conduit à adopter un certain nombre de parti pris. S’il faut compter avec les transformations, les réaménagements et les destructions effectués à partir du XVe siècle, un certain nombre de critères peuvent être retenus pour identifier les bâtiments les plus anciens. Il semble tout à fait plausible de considérer qu’un bâtiment élevé sur deux niveaux, dont le rez-de-chaussée est occupé par des salles à usage servile (cuisine, cave, cellier) alors que le premier étage abrite des fonctions plus nobles (chapelle, chambre), pourrait être une aula ou une camera, voire réunir sous un même toit les deux espaces. Nous avons considéré également que les tourelles et tours d’escalier d’honneur (« vis ») ne pouvaient qu’être des dispositifs postérieurs à la seconde moitié du XIVe siècle. Enfin, nous envisageons de retenir comme paramètre probant les dimensions fournies par les structures citées en référence et qui établit un couple de 7/10 mètres pour la largeur et 13/20 mètres pour la longueur.

193On peut ainsi déterminer trois groupes distincts. Dans un premier point nous exposerons les sites où les espaces nobles civils sont éclatés en deux bâtiments (aula, camera). Un deuxième développement rassemblera les résidences où l’on soupçonne l’existence d’un logis compact où toutes les fonctions résidentielles sont abritées sous un même toit (Pontoise, Les Andelys, Déville, Fresne, Neuilly, Saint-Lô, Gaillon). Enfin, nous présenterons les logis où toutes les fonctions nobles (salles et chapelle) sont intégrées (Le Parc, Fleuré, Condé ?) et dont l’interprétation est nettement plus incertaine. Ce classement est indiscutablement entaché d’incertitudes dans la mesure où l’état du pôle noble tel que nous le restituons est le résultat de remaniements antérieurs mal identifiés et pour nombre de sites, des fouilles archéologiques permettraient une appréhension plus nuancée et une évaluation de l’évolution du complexe.

194Les trois sites de Douvres, Valognes et Saint-Nicolas-d’Aliermont fournissent la preuve de l’existence dans l’enclos de deux bâtiments qui peuvent être interprétés comme étant des aulae et camerae à étage noble sur niveau de stockage : camera (16,25 x 9 m) et hall de plain-pied à Douvres, camera et hall à étage à Saint-Nicolas-d’Aliermont, camera (19,2 x 8,3 m) et hall de plain-pied avec chambres hautes aux extrémités à Valognes. Seul le site de Douvres permet d’apprécier leur rapport dans l’espace : les deux bâtiments parallèles sont accolés ; on sait que le hall détruit vers 1300 ne fut pas reconstruit mais on prolongea la camera d’un module aux dispositifs à peu près identiques et le nouveau bâtiment offre des dimensions impressionnantes (28 x 9 m). À propos des bâtiments de Saint-Nicolas, on relèvera la concordance qui existe entre l’appellation du bâti en place au XVe siècle (« vieille salle », « salle de hault ») avec les formules utilisées par l’archevêque Eudes Rigaud au milieu du XIIIe siècle : aula et aula superiori.

195En l’absence de sources, on hésite à admettre l’existence de halls à Saint-Philbert et aux Loges. Dans le second cas, les sources écrites ont fourni, en 1397, la mention d’une aula et d’une camera. Chacun de ces deux sites possède un bâtiment pour lequel nous avons conclu au même processus d’évolution qu’à Douvres : une camera primitive (21 x 9,5 m aux Loges, 8,5 m de large à Saint-Philbert) prolongée dans un deuxième temps d’un module identique qui donne au nouvel ensemble une ampleur considérable (40 m de long aux Loges, 30 m à Saint-Philbert).

196Seuls les comptes rouennais du XVe siècle documentent l’accès à l’étage noble des deux bâtiments de Saint-Nicolas par un « degre ».

197À Saint-Philbert, le bâtiment aux « fenêtres gottiques », au rez-de-chaussée divisé en deux salles et à la grande salle d’étage couverte vraisemblablement d’une voûte lambrissée, ressortit d’un type de logis attesté dans des abbayes ou prieurés monastiques et généralement considéré comme destiné à abriter les hôtes de prestige.

198Nous pensons avoir démontré que dans un certain nombre de sites s’élevait un seul bâtiment à vocation résidentielle qui abritait sous un même toit salle et chambre. Le contexte documentaire permet simplement de les évoquer en ce qui concerne les manoirs de Dieppe, des Andelys, de Pontoise et de Fresne, où nous savons que l’étage est à vocation résidentielle. Aux Andelys, l’état du logis avant les adjonctions mises en œuvre au XVe siècle ne doit pas être bien éloigné, dans sa structure globale, de ce que notait Eudes Rigaud : aula superiori, camera superiori.

199En ce qui concerne cinq complexes, nous avons pu mettre au jour des situations plus documentées. À Neuilly, Saint-Lô, Gaillon, Saint-Ébremond et Déville, on a élevé des bâtiments de grande ampleur (30 x 8 m à Neuilly, 45 x 11 m à Saint-Lô). Le premier niveau y est à destination servile ou de stockage ; l’étage noble est accessible par des escaliers extérieurs : « degre » précédé d’une galerie à Déville, « degre » et « porche » à Saint-Lô. Ces édifices ne sont pas caractéristiques d’un type de résidence ; on les rencontre aussi bien dans des forteresses (Gaillon, Saint-Ébremond, Neuilly) que dans des maisons plates urbaines (Saint-Lô, Les Andelys) ou rurales (Déville). Leur localisation dans l’enclos obéit à des parti pris variés : parallèle et le long de la courtine à Gaillon et Saint-Ébremond, perpendiculaire à la courtine dans la haute-cour à Neuilly, entre cour et jardin à Saint-Lô et aux Andelys, en bordure d’un jardin à Déville. À Déville, la « saule du tinel » et la « grand salle », mentionnées en 1388 et 1454-1455, peuvent sans doute être identifiées avec l’aula d’Eudes Rigaud.

200En ce qui concerne les logis du Parc et de Fleuré, l’interprétation des structures mises au jour à partir de documents tardifs hésite sur la part imputable aux restructurations intervenues à la fin du XVe siècle et en particulier l’insertion de la chapelle à l’étage du logis, étage qu’elle partage avec une chambre. Les dimensions de ces deux bâtiments correspondent cependant aux paramètres énoncés plus haut (19 x 8,32 m à Fleuré, 13 m de long au Parc). En outre, certains détails confirment l’ancienneté du cadre architectural au Parc (« voutes en lunettes » et « pilier » central à chapiteau sculpté de l’office attenant à la grande salle au rez-de-chaussée) ou l’usage servile du rez-de-chaussée à Fleuré (cuisine, office, garde-manger, prison). Ces deux logis de configuration somme toute assez différente (étage noble à Fleuré, salle d’apparat au rez-de-chaussée au Parc) présentent des dispositions attestées dès avant le XVe siècle dans des complexes aristocratiques de niveau relativement médiocre.

  • 217 C. Corvisier, « Le donjon-porte castrai en France à la fin du Moyen Âge. Émergence d’un thème archi (...)

201Trois sites se distinguent très nettement des établissements que nous venons d’analyser. Le logis de Condé, aussi mal documenté soit-il, peut être interprété comme un logis-porte ou tour-maison sur couloir d’entrée, mais nous ignorons tout des structures internes de l’édifice. Ce type de logis-porte est un dispositif qui a connu une grande longévité dans tous les milieux de l’aristocratie depuis la tour-porte des châteaux des XIe et XIIe siècles (Arques, Plessis-Grimoult) jusqu’aux portes-salles, en Bretagne, à partir du XIVe siècle (Suscinio, Vitré), où la présence physique du maître à l’entrée est une expression manifeste du pouvoir217.

202Quant aux deux séjours des évêques de Sées à Saint-Fulgent-des-Ormes et Laleu, les sources écrites tardives et les vestiges encore en place laissent soupçonner des logis d’une extrême modestie, élevés sur deux niveaux et comportant une ou deux pièces par niveau.

203Les conclusions que nous proposons sont par trop tributaires d’interprétations aléatoires mais il nous paraît cependant qu’un certain nombre d’indications peuvent être proposées. La majorité des salles nobles, aula ou camera, sont aménagées à l’étage d’un bâtiment dont le rez-de-chaussée est à usage servile ou de stockage. Les quelques occurrences de salles ménagées au rez-de-chaussée peuvent sans doute être considérées comme des dispositifs contemporains qui mettent en œuvre des schémas différents dont nous avons relevé plus haut l’existence en Bretagne par exemple. On soupçonne même la coexistence, à la suite de plusieurs campagnes de travaux, de ces deux parti pris sur un même site (Saint-Philbert, Douvres, Les Loges).

  • 218 P. Bouton, « Le logis de la Perrière à Voivres-lès-le-Mans », Bulletin de la Société d’agriculture, (...)

204Cette volonté d’imprimer au logis une stature symbolique par des salles nobles à l’étage est bien éclairée par l’évolution du logis de la Perrière à Voivres-lès-le-Mans218. Le logis primitif élevé au début du XIIIe siècle par un petit sire local ne comportait qu’une salle de plain-pied (env. 14 x 9 m). Au milieu du XIVe siècle, le nouveau tenant de la seigneurie, Pierre de la Forêt, évêque de Tournai et conseiller du roi, fait rehausser l’édifice pour installer la salle noble à l’étage ; elle est dotée d’une cheminée et d’une grande fenêtre à remplages.

205L’ampleur de certains programmes architecturaux est manifeste dans la mise en œuvre de bâtiments aux dimensions considérables à Valognes et Saint-Lô aux évêques de Coutances, à Neuilly et Douvres aux évêques de Bayeux. Avec Gaillon et Déville aux archevêques de Rouen, tous ces sites présentent des complexes résidentiels imposants dignes des plus grands laïcs.

206Les logis compacts ne concernent que les établissements très modestes des évêques de Sées à Laleu et Saint-Fulgent, et, à Condé, un logis intégré à un complexe fortifié d’importance dont il forme l’entrée.

  • 219 M. Quillent, « Pour une étude globale des prieurés de la Somme », in Abbayes et prieurés de Picardi (...)

207C’est sans doute dans l’ampleur et la multiplicité des structures proprement résidentielles qu’il faut voir la principale différence avec les complexes ecclésiastiques que nous évoquions plus haut. Les établissements cités en référence ne présentent généralement qu’un seul bâtiment à usage de logis, comme cela a été démontré pour les prieurés de la Somme, où il arrive que l’espace résidentiel ne comporte que le logis prioral219. En revanche, dans les maisons plates rurales et semi-rurales des prélats normands, on observe un éclatement du bâti résidentiel en au moins deux édifices.

Le pôle noble dans les résidences des prélats normands : la chapelle

  • 220 Chapelles du Parc, de Saint-Philbert (2), de Neuilly, de Douvres, de Saint-Ébremond, de Saint-Lô, d (...)
  • 221 Les Loges, Neuilly, Douvres, Valognes, Saint-Lô, Saint-Ébremond, Pontoise, Déville, Fresne, Saint-N (...)

208Seuls dix-huit lieux de culte, chapelles et oratoires sont assurés220 et pour quinze d’entre eux seulement, la documentation permet une évaluation du bâti, de l’implantation et, jusqu’à un certain point, de la liaison avec d’autres bâtiments. Nous ignorons tout des chapelles des manoirs de Vernon, Bernienville et Brosville, mentionnées cependant par les sources écrites. Un parti pris se détache nettement, quel que soit le type de résidence : le choix de chapelles indépendantes221.

209La réalité matérielle de ces bâtiments nous échappe largement et au vu de quatre exemples seulement on constate qu’il s’agit d’édifices aux dimensions très variables (25 x 8,1 m à Neuilly, 11 x 6 m aux Loges, 18 m de long à Saint-Lô, 9 m de large à Douvres). La présence d’un clocher (« tour ») n’est attestée qu’à Déville. On ne peut pas affirmer non plus qu’elles étaient voûtées de pierre ; les chapelles de Pontoise et de Valognes étaient couvertes de voûtes lambrissées.

210Pour deux d’entre elles, la construction a été contemporaine de travaux importants à la résidence urbaine et à la cathédrale au début du XIIIe siècle à Neuilly et à la fin du XIIIe siècle aux Loges. Les vestiges du décor sculpté des ouvertures du chevet et du mur gouttereau de la chapelle de Neuilly attestent d’un travail particulièrement munificent. Aux Loges, le chevet est orné d’une « rose » et les remplages sont identiques à ceux de la chapelle du palais urbain.

211S’il n’est pas possible de localiser précisément dans l’enclos et par rapport au logis les chapelles de Déville, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont, la documentation est suffisante en ce qui concerne les chapelles de Pontoise, Neuilly, Douvres, Valognes, Les Loges et Saint-Philbert. En l’état de nos connaissances, seule la chapelle de Douvres se déploie sur un axe perpendiculaire au complexe aula-camera. Toutes les autres chapelles indépendantes s’élèvent sur un axe parallèle plus ou moins éloigné du logis avec lequel il existait des dispositifs de liaison : aux Loges, la galerie qui longe la cour unit la tribune de la chapelle à l’étage de la camera la plus ancienne et au bâtiment de l’entrée ; à Valognes, un escalier protégé par une galerie relie la chapelle à l’étage de la camera ; à Pontoise, une galerie unit le logis à la chapelle.

212Quatre sites présentent le même schéma d’une chapelle secondaire intégrée au premier étage d’un bâtiment. À Déville et à Gaillon une chapelle haute (« chapelle de hault », « chapelle de retrait ») jouxte la chambre de l’archevêque. À Fleuré et au Parc, la chapelle partage avec une chambre le premier étage d’un bâtiment dont le rez-de-chaussée est occupé par des pièces à usage servile à Fleuré et une grande salle au Parc. Dans ces deux derniers cas, on ne peut pas affirmer s’il s’agit du dispositif primitif ou d’aménagements tardifs liés à la restructuration de la fin du XVe siècle.

213Dans deux résidences, un des éléments des structures de défense est occupé par la chapelle. À Gaillon, elle est vraisemblablement installée dans une tour au droit de l’aula qui s’étend le long de la courtine ; à Saint-Philbert-sur-Risle, une seconde chapelle occupe la chambre sur le passage de la porte d’entrée fortifiée.

  • 222 I. Hacker-Sück, « La Sainte-Chapelle de Paris et les chapelles palatines au Moyen Âge en France », (...)

214La chapelle du manoir de Saint-Lô présente le cas exceptionnel d’une chapelle double abritant deux lieux de culte pour deux groupes de fidèles qu’on tient à séparer : le rez-de-chaussée, accessible de la cour, est destiné à accueillir les gens du commun, alors que l’étage directement relié aux appartements nobles est affecté à l’usage du prélat et de son entourage. L’existence de telles chapelles est bien attestée dans l’habitat castrai, aussi bien laïc qu’ecclésiastique, depuis au moins le XIIe siècle222. Cette situation unique dans les résidences des prélats normands pourrait trouver sa source dans l’existence, jusqu’au XIIIe siècle, d’une chapelle castrale qui abrite aussi l’église de la paroisse Sainte-Marie-du-Château et dont le rez-de-chaussée aurait été réservé aux fidèles.

  • 223 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers... Baugy (22,5 x 6,3 m) p. 163, Bretteville-le-Rabet (26 x 6.5 (...)

215Les prélats normands n’ont pas mis en place, dans leurs résidences, un pôle religieux développé et d’importance remarquable. Les dispositifs religieux semblent en tout point conformes à ce qu’on rencontre dans les résidences laïques et dans nombre de manoirs ecclésiastiques. Les chapelles des manoirs templiers et hospitaliers normands présentent des caractéristiques globalement identiques en particulier en ce qui concerne les dimensions ; celles-ci peuvent être très disparates et l’on relève ainsi des largeurs entre 5,5 et 8 mètres et des longueurs allant de 9,7 mètres pour les plus petites à 26 mètres pour les plus vastes223. Une seule différence notable est à relever : les chapelles templières sont presque toutes dotées de clochers, alors que nous ne pouvons l’affirmer que pour la chapelle de Déville.

216Les résidences des prélats normands s’illustrent cependant par l’existence de logements indépendants propres aux chapelains et attestés à Valognes, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Louviers. Il s’agit de bâtiments où l’étage résidentiel, le plus souvent élevé sur un rez-de-chaussée à vocation servile, est accessible par un escalier extérieur protégé par un auvent. À Saint-Nicolas-d’Aliermont, le logis des chapelains donne sur un jardin clos qui lui est propre. À Valognes, le bâtiment ne possède qu’un rez-de-chaussée divisé en trois chambres. Il convient de rappeler ici que l’installation d’un ou de plusieurs chapelains à demeure dans le manoir rural ou semi-rural nous a semblé être une disposition relativement tardive, largement postérieure à la construction de la chapelle.

Les annexes du pôle noble

Les dépendances directes : cuisines, celliers

  • 224 E. Viollet Le Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, (...)
  • 225 M. Wood, The English Medieval House, Londres, Phoenix house, 1965, p. 247-256.
  • 226 M. Levalet, « Quelques observations sur les cuisines en France et en Angleterre au Moyen Âge », AM, (...)

217Les synthèses sur les cuisines dans les résidences aristocratiques sont rares. Après l’article de Viollet Le Duc224, le livre déjà ancien de M. Wood, The English Medieval House, leur consacre un chapitre225 ; plus récemment, M. Levalet faisait une synthèse combinant les données des sources écrites et celles de l’archéologie226. Ces travaux, complétés par des exemples issus de fouilles plus récentes, permettent d’éclairer la documentation concernant les résidences des prélats normands.

  • 227 De utensilibus, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 84.
  • 228 De nominibus utensilium, ibid., p. 181.
  • 229 Consuetudine farfenses, ibid., I, p. 134.

218Le dépouillement des sources écrites présente des données très hétérogènes suivant que l’on privilégie les chroniques ou les comptes de travaux. Les chroniques sont peu prolixes de renseignements concernant les cuisines, mais elles ne manquent pas d’en signaler la construction lors des grands travaux d’aménagement du complexe monastique ou castrai où la construction de la cuisine est souvent couplée à celle d’autres structures de l’espace domestique (celliers, puits). On observe un vaste mouvement de construction et d’aménagement du pôle domestique au XIIe siècle dans les grandes abbayes et palais épiscopaux. Il est intéressant de noter qu’au même moment, on donne des conseils pour l’installation de la cuisine. A. du Petit Pont recommande que toute maison possède une cuisine (...aedificiis officiariis...)227 ; A. Neckam, quant à lui, donne les règles à observer pour installer la cuisine de telle sorte que les odeurs n’incommodent pas le reste de la maison228. Les coutumes de Cluny, avant 1049, préconisaient que la cuisine soit un bâtiment de plan rectangulaire de 30 pieds sur 25229.

  • 230 La réparation, en 1248, de la toiture en essentes de la cuisine du château de Fontainebleau conduit (...)

219Les comptes fournissent des détails sur les matériaux de construction, les aménagements intérieurs, les relations spatiales avec les autres bâtiments et, dans certains cas, la pluralité des sites à vocation de cuisine230.

  • 231 M. de Boüard, « De l’aula au donjon, les fouilles de la motte de la Chapelle à Doué-la-Fontaine », (...)
  • 232 A. Renoux, Fécamp..., p. 348-375.
  • 233 Ibid., p. 375-387.
  • 234 M. de Boüard, « La salle dite de l’Échiquier, au château de Caen », Medieval Archaeology, IX, 1965, (...)
  • 235 M. de Boüard, Le Château de Caen, p. 79.
  • 236 A.-M. Flambard Héricher, « La cuisine du logis seigneurial du “Vieux Château” de Vatte-ville-la-Rue (...)
  • 237 J. Blair, « Hall and Chamber... », p. 1-21.
  • 238 D. Pitte, « Architecture civile en pierre... », p. 251-341.
  • 239 R.C. Turner, « The Medieval Palaces... », p. 220.
  • 240 R. Bertrand, « Une fouille en cours : Sainte-Geneviève-en-Inzinzac-Lochrist (Morbihan) », in La Mai (...)

220La confrontation des données de l’archéologie et de l’architecture avec ce que révèlent les sources écrites confirme globalement l’hypothèse d’un parti pris d’éloignement et d’isolement de la cuisine par rapport au logis. Nous disposons, à partir du Xe siècle, d’exemples documentés de cette progression de la cuisine intégrée au logis aristocratique à la cuisine indépendante. L’aula de Doué-la-Fontaine, au Xe siècle, possédait une cuisine séparée de la salle noble par un mur de refend le long duquel était aménagée la cheminée231. Le logis primitif du palais ducal de Fécamp, au Xe siècle, était divisé en deux espaces ; la cuisine dotée successivement d’un fourneau puis d’un four ouvrait directement sur la salle noble et communiquait par une porte avec une cour servile232. La construction postérieure d’un nouveau complexe résidentiel maçonné mit fin à la promiscuité entre la salle d’apparat et le pôle domestique233. La cuisine de l’aula ducale de Caen aux XIIe et XIIIe siècles se trouvait au rez-de-chaussée du bâtiment alors que la salle noble se déployait à l’étage234. Dans la première moitié du XIVe siècle, la partition est supprimée pour obtenir un volume unique ; on construit alors une nouvelle cuisine voûtée (« cuisine du Tinel ») dans l’angle sud-est de l’édifice235. Les fouilles récentes réalisées au château de Vatte-ville-la-Rue ont mis au jour un logis castrai occupé du XIIe au XVe siècle236. Le rez-de-chaussée, peu éclairé, était occupé dans sa partie sud par un vaste cellier et une réserve alors que la partie nord avait vocation de cuisine. Les fouilles y ont mis au jour deux structures significatives : une cheminée murale dotée d’un four dont le contrecœur donne dans le cellier, une aire dallée reliée à l’extérieur par un conduit d’écoulement. Les cuisines des résidences anglaises d’Henri II et de Jean sans Terre, à Clarendon et Cheddar, étaient des bâtiments quadrangulaires élevés à une dizaine de mètres du hall et dans le même axe que celui-ci237. À Clarendon la cuisine était reliée au hall par un passage couvert ; avec d’autres bâtiments domestiques elle ouvrait sur une cour de service. L’analyse de quelques maisons rouennaises du XIIIe siècle conduit D. Pitte à conclure que l’espace culinaire se trouvait isolé à l’arrière, dans un jardin238. Au milieu du XIVe siècle, la cuisine du manoir de l’évêque de Saint-Davids, au Pays de Galles, est accolée au pignon sud du hall239. L’édifice primitif était de plain-pied et cette disposition nécessitait un long circuit vers l’étage noble des deux halls par des escaliers et des passages couverts. Une rénovation installa l’espace culinaire à l’étage. Dans son dernier état, il s’agit d’une pièce presque carrée où une colonne centrale supportait quatre arches surmontées de murs délimitant ainsi quatre voûtes coniques ouvertes à leur sommet et reliées à des auvents ; ce dispositif aspirait la fumée des foyers sous-jacents. Une installation très semblable est encore en place dans la superbe cuisine indépendante du château de Montreuil-Bellay. Au XVe siècle, la cuisine du manoir de Sainte-Geneviève-en-Inzinzac-Lochrist était un bâtiment élevé au centre de l’enclos face au logis240. On y a mis au jour une cheminée, un évier et sa vidange et des indices de communication avec un office accolé au logis et doté d’un four à pain.

221Ces exemples démontrent que si l’implantation de la cuisine est le résultat de programmes variés, elle répond à des choix topographiques simples : la proximité de la cuisine avec le lieu du repas et la volonté de plus en plus affirmée de l’en isoler par un mur (rez-de-chaussée, pièce attenante) ou de l’édifier à une certaine distance ; dans ce dernier cas le lien avec la salle noble se fait par une galerie ou un passage couvert. La cuisine est souvent proche d’autres bâtiments à usage domestique : four, cellier. L’existence de cuisines édifiées en matériaux légers (bois, plâtre, essentes) est largement attestée et doit sans doute conduire à envisager des reconstructions fréquentes et des déplacements dans l’enclos castrai. En revanche, quelques cuisines de maçonnerie encore en élévation (abbaye de Fontevraud, château de Montreuil-Bellay) ou attestées par des documents iconographiques (château de Saumur, abbayes de Marmoutier, de Saint-Père-en-Vallée, Vendôme, Saint-Florent de Saumur, Saint-Pierre-de-Bourgueil) sont de formidables édifices de plan centré, carré ou circulaire, et aux toitures coniques hérissées des conduits des cheminées ménagées au centre de l’édifice et sur les murs latéraux.

  • 241 Le Parc, Douvres, Saint-Ébremond, Valognes, Saint-Lô, Les Loges, Déville, Saint-Nicolasd’Aliermont, (...)

222En ce qui concerne les résidences « secondaires » des prélats normands on ne dispose que d’un échantillon réduit d’attestations de cuisines et notre travail repose sur l’analyse de douze sites documentés de façon très hétérogène qui concernent tous les types de résidences241. Dans cet inventaire des sites pour lesquels nous possédons le plus d’assurance quant à l’existence d’une cuisine antérieure au XVe siècle, les résidences rouennaises et coutançaises fournissent encore une fois le matériau le plus abondant.

  • 242 Dieppe, Déville, Pontoise, Valognes, Saint-Ébremond, Le Parc, Saint-Lô, Les Loges, Gaillon.

223Neuf de ces douze sites possèdent une cuisine aménagée dans un bâtiment indépendant242, documenté le plus souvent par les réparations à la toiture (Dieppe et Déville) et aux contreforts (Pontoise). Le contexte documentaire ne permet de déceler qu’une cuisine dans chacun de ces sites ; cependant le manoir de Valognes possède deux cuisines indépendantes à vocation sans doute spécialisée (« grand cuisine », « cuisine ou len faisoit lez potages »).

224Les cuisines sont dotées d’annexes insérées dans le bâtiment ou attenantes. La cuisine de Gaillon est un bâtiment d’un seul niveau surmonté d’un comble (« gallatas ») ; elle est élevée sur un cellier et l’on connaît les réparations à « lengin de bois dont l’en avalloit et amontoit plusieurs queues de vin » ; le bâtiment abrite également une « panetterie » et donne sur la « poulaillerie » par une petite porte.

225La cuisine peut être élevée en bordure d’un jardin comme à Valognes ; on soupçonne, à partir de l’exemple de Déville (« gardin dessus la cuisine »), l’existence de jardins propres à la cuisine et sans doute destinés à fournir herbes et légumes. Au Parc, la cuisine donne à la fois sur la cour principale et sur une cour à vocation domestique (« cour des cuisines »).

226Si les indices sont rares pour localiser la cuisine et ses annexes, on perçoit l’existence de dispositifs de liaison avec le logis que les archéologues anglais qualifient de lower-end. À Déville, la cuisine est reliée au logis par une galerie (« allee ») et le cheminement de l’inventaire de 1388 dévoile que la grande salle d’apparat (« saule du tinel ») est dotée, à une de ses extrémités, de deux petites pièces de service domestique : une « despense » et le « drecheur ou on dreche la viande ». C’est sans doute ainsi que l’on peut interpréter l’office attesté tardivement au manoir du Parc.

227Trois sites présentent des situations divergentes de celles que nous venons d’analyser. Aux Loges, le pôle domestique et culinaire s’élève de l’autre côté de la cour par rapport au logis, près de l’entrée ; le rez-de-chaussée semi-enterré abrite la cuisine au-dessous de la « grande salle du commun » à l’étage. À Saint-Nicolas-d’Aliermont et à Fleuré, la cuisine est aménagée au rez-de-chaussée d’un bâtiment dont l’étage abrite la salle noble.

  • 243 « Dreceour » : dressoir, étagère pour exposer la vaisselle de luxe.

228Dans ces manoirs, peu fréquentés par les prélats à partir du milieu du XIVe siècle, on conserve en permanence peu de meubles ou d’ustensiles de cuisine. En général ils sont lourds et encombrants : 13 « dreceours » dans la cuisine de Gaillon en 1388243.

229C’est ici l’endroit de signaler que la documentation disponible ne fournit pas de témoignages d’installations à vocation hygiénique. Seul le manoir de Valognes est doté d’un bâtiment dont le rez-de-chaussée est en partie occupé par une « estuve ».

Les bâtiments insignes du pouvoir : fournil, colombier, auditoire, prison

  • 244 Neuilly, Gaillon, Saint-Philbert, Le Parc, Louviers, Valognes, Fresne, Saint-Nicolas, Fleuré, Les L (...)
  • 245 L’archéologie a clairement démontré la présence de fours intégrés à la cuisine. Au Plessis-Grimoult (...)

230Les fours et « fournils » attestés, toutes époques confondues, dans onze séjours244, ne peuvent être, étant donné leur localisation et les caractéristiques architecturales, que des fours seigneuriaux, fours à ban même si la documentation ne le précise jamais245. Ces fours sont indiscutablement des bâtiments indépendants du pôle d’habitation dont ils sont éloignés, voire clairement séparés mais toujours nettement inclus dans l’enceinte du complexe le plus souvent près de la porte, voire dans le bâtiment de la porte (Fleuré, Le Parc, Louviers, Neuilly) ou dans la basse-cour (Saint-Philbert). De façon exceptionnelle, à Saint-Ébremond, le four est installé dans une tour.

231La fonction économique du colombier est évidente : fournir la table épiscopale, assurer un approvisionnement en engrais et sans doute la vente d’oiseaux, mais la structure du bâtiment et le droit exclusif de colombier détenu par le seigneur en fait un édifice à forte portée symbolique.

  • 246 Au Parc, à Douvres, Valognes, Saint-Ébremond, Condé, Fresne, Déville, Saint-Nicolasd’Aliermont, Fle (...)

232Les mentions de onze colombiers dans tous les types de séjours ne sont pas antérieures au XVe siècle246. Pour les autres, il faut s’en remettre aux sources modernes. L’absence de colombier dans les forteresses de Gaillon et de Neuilly et dans les séjours urbains est une constante.

  • 247 É. Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche : d’une image littéraire à la réalité archéologique  (...)
  • 248 Le Manoir en Bretagne..., p. 63.

233Cela étant certains paramètres peuvent être soulignés. Le colombier pourrait être un édifice inclus, aux origines, dans l’enclos manorial et l’on doit envisager qu’il n’ait pas toujours été relégué au milieu des communs ou près de la clôture. Ainsi, à Déville, le colombier s’élève près de la chapelle. A contrario, au Parc, il se dresse à l’extérieur de l’enclos, près de la porte ; cet aménagement peut s’expliquer par le manque de place dans l’enceinte, à moins qu’il ne faille y voir la conséquence du déplacement d’un édifice, dont, à partir du XVIe siècle, on ne supporte plus les nuisances, mais dont la charge symbolique impose la présence aux portes du manoir247. À Fleuré, au XVIIIe siècle, le colombier se dresse dans la cour de la ferme. Cela étant, on doit pouvoir étendre aux résidences ecclésiastiques la remarque qui a été faite à propos des colombiers dans les manoirs bretons à partir du milieu du XIVe siècle où l’on a constaté qu’ils ne s’élèvent que rarement dans la cour même du manoir248.

  • 249 Déville, Pontoise, Gaillon, Valognes et Saint-Lô.

234Cinq sites ont fourni des témoignages tardifs de locaux propres à la justice tant seigneuriale qu’ecclésiastique, « cohue », « officialité », « plaidouer »249. À Gaillon, la « cohue » est à l’écart de la grande salle ; à Saint-Lô, la juridiction épiscopale occupe le bâtiment de l’entrée ; à Déville, nous ignorons l’emplacement de la « cohue » mentionnée en 1439-1440, il en est de même à Pontoise pour le « plaidouer » mentionné en 1429. À Valognes, l’officialité attestée dès 1336 par la mention d’une chapelle de l’official semble avoir été très tôt distincte du manoir épiscopal ; en effet celui-ci était édifié aux portes de la ville alors que l’officialité, si nous acceptons que la localisation attestée au XVIIIe siècle soit d’origine médiévale, était installée dans la ville. Cependant, en 1440, le manoir possède toujours, près de l’entrée, « une salle nommee l’ancienne auditoire ».

  • 250 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme..., p. 654-657.
  • 251 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects... », p. 120.

235En règle générale la variété des lieux de justice est attestée au moins dès le XIe siècle. D. Barthélemy signale que la curia des comtes de Vendôme au XIe siècle n’a pas de siège unique250. Si certains actes sont rendus in aula, il n’est pas rare de rencontrer des mentions qui stipulent dans la cour du « palais » (in atriis aide), devant l’aula ou la camera de Lavardin, sur le marché de Montoire ou en rase campagne. Cette errance de l’espace judiciaire a été de longue durée. Elle est attestée dans les manoirs laïcs bretons aux XIVe et XVe siècles. M. Deceneux signale de rares exemples de justice tenue sous l’auvent du degré d’accès à la salle noble ; les plaids généraux de l’évêque de Rennes se tenaient sous le porche du logis-porche du manoir épiscopal de Saint-Armel à Bruz. Il existe également de nombreux exemples de justice rendue hors du manoir seigneurial, dans l’agglomération dépendant du manoir : entrée du cimetière, porches d’églises, halles marchandes251.

  • 252 P. Fournier, Les Officialités au Moyen Âge, p. 25-60 et 314.
  • 253 Cette mutation a été constatée à Avranches et à Rouen par A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocès (...)

236Dans les résidences des prélats normands, les bâtiments spécialisés que nous avons mis au jour apportent la preuve qu’à une certaine époque, la justice a cessé d’être rendue dans l’aula ou la camera. L’interprétation de cette mutation n’est pas aisée. Il faut sans doute y voir un parti pris ancien renforcé par les effets d’une délégation de plus en plus grande des pouvoirs juridictionnels par les prélats à leurs administrateurs locaux, mais les travaux manquent pour apprécier un tel transfert. En ce qui concerne la justice ecclésiastique, on connaît bien à partir du milieu du XIIIe siècle l’importance croissante des officialités ; les actes à traiter sont de plus en plus nombreux, le personnel spécialisé se multiplie et il faut désormais des locaux adaptés252 ; c’est ainsi qu’à Angers on élève le bâtiment de l’officialité, le long de la cathédrale, de l’autre côté de la cour par rapport au palais épiscopal. Il ne semble pas qu’il y eut, dans les cas que nous considérons, appropriation d’un logis antérieur comme cela a été mis en évidence dans certaines résidences urbaines, où les locaux à destination judiciaire ont quelquefois été installés dans l’ancien logis alors que pôle résidentiel était légèrement déplacé253.

  • 254 À Valognes, Saint-Lô, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pontoise, Déville, Dieppe, Gaillon, Neuilly et Lou (...)
  • 255 G. Huard, « La paroisse Saint-Pierre de Caen », p. 55.
  • 256 L’identification de la fonction de cette salle est issue de sa présence dans les comptes de travaux (...)

237Les sources médiévales tardives attestent d’au moins neuf prisons254 révélées par les dépenses de vidage de la fosse et par les réparations, en particulier lorsque des dégâts ont été provoqués par des évasions, comme à Pontoise en 1429. La prison n’est pas nécessairement intégrée dans l’enclos et nous avons la preuve à trois reprises qu’elle est installée à l’extérieur du complexe. À Louviers, la structure des comptes de travaux autorise à penser que la geôle se trouvait dans la ville ; à Caen, la prison de l’officialité était sise rue Basse, de l’autre côté de l’Orne par rapport au manoir255 ; enfin, il est vraisemblable que la geôle de l’officialité de Valognes était associée aux bâtiments de cette même officialité, située dans l’agglomération, alors que le manoir est implanté aux portes de la ville ; mais le devis de 1440 signale toujours une prison et ses fosses dans l’enceinte du manoir et une salle de torture (« chambre ou est la gehine ») près d’une cuisine256. À Pontoise, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Fresne, la prison occupe un bâtiment indépendant. À Pontoise, il est associé à l’officialité, et l’ensemble occupe une extrémité de l’enclos manorial. À Gaillon, la prison, dissociée de la « cohue », est installée dans la salle basse d’une des tours de la forteresse. Pour les autres sites, nous sommes dans l’impossibilité de localiser ces édifices et encore moins d’établir leur lien avec les bâtiments judiciaires. La situation à Saint-Nicolas-d’Aliermont et à Fresne, où la prison se trouve entre la grange au blé et le colombier et où il n’existe aucune salle de justice spécialisée, incline à penser que la création d’un pôle judiciaire et pénal individualisé n’a pas toujours été la règle.

  • 257 J.-C. Capelle, « Quelques aspects des prisons civiles en Normandie aux XIVe et XVe siècles », AM, V (...)
  • 258 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects... », p. 120.
  • 259 T.N. Kinder, L’Europe cistercienne, 2e éd., Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1998, p. 361-362.

238Cette fluctuation dans l’espace des dispositifs coercitifs dans les manoirs épiscopaux rejoint ce qu’observe J.-C. Capelle à propos des prisons civiles en Normandie qui relève, pour les XIVe et XVe siècles, une grande variété dans leur emplacement257. Elles peuvent être associées au bâtiment de justice ou à la résidence du justicier ; on les rencontre aussi bien dans le château, dans les tours, dans l’épaisseur des murs ou sur la porte ; il signale aussi des prisons aménagées dans des locaux réemployés. Dans les manoirs laïcs bretons, au moins dès le XIVe siècle, la localisation de la prison est également très variable. Elle peut être installée dans un cachot sous le logis, au rez-de-chaussée du logis ou dans une tour258. Cette localisation fluctuante des prisons, installées dans des bâtiments de fortune, a été également constatée dans les monastères cisterciens où on les rencontre installées sous l’escalier de nuit (Neath) et, le plus souvent, dans la porterie (Tintern, Pontigny) ou sous le logis de l’abbé (Fountains)259.

L’improbable périodisation des campagnes de travaux

239En confrontant les indices fournis par les sources écrites avec les témoignages matériels collectés sur les sites, il devrait être possible d’établir le rythme des travaux qui ont affecté les résidences épiscopales, de tenter de discerner des concordances probables avec les entreprises réalisées dans la métropole, aussi bien au palais urbain qu’à la cathédrale, et enfin d’évaluer les raisons du renouvellement des structures.

Au XIIe siècle

240En ce qui concerne le XIIe siècle, il est délicat de déterminer si les travaux que nous repérons sont ceux de la construction du manoir primitif ou bien des aménagements et des améliorations réalisées dans un manoir préexistant. Quelques vestiges architecturaux attestent cependant de grands travaux au XIIe siècle.

  • 260 V. Bourrienne, Antiquus cartularius…, I, p. 58 ; E. de Laheudrie, Bayeux, capitale du Bessin, Bayeu (...)
  • 261 Hugues d’Amiens (1130-1164), Rotrou (1165-1184) ou Gautier de Coutances (1184-1204).
  • 262 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), I, p. 224 :... multum episcopalem sedem aedificiis (...)
  • 263 A. Renoux, « Palais épiscopaux... », p. 198-200.
  • 264 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), II, p. 130 :... multum emendavit matrem ecclesiam e (...)

241À Douvres, certaines portions de maçonnerie et la chapelle indépendante peuvent être attribuées, sans plus de précisions, au XIIe siècle. À Neuilly, la construction de la chapelle peut être datée de l’épiscopat de Jean de Salisbury (1165-1205) et nous avons considéré qu’elle était vraisemblablement contemporaine de l’édification des bas-côtés de la cathédrale gothique et de travaux au palais urbain260. Les chapiteaux mis au jour à Fresne sont également l’indice d’une grande campagne de travaux dont le responsable, faute de témoignages écrits, nous échappe. Il pourrait s’agir d’un des trois grands archevêques du XIIe siècle261. Pour le reste, nous ne pouvons compter que sur des réputations transmises par les chroniques. Les évêques de Lisieux, Jean (1107-1141) et Arnoul (1141-1181), s’ils ne l’ont pas construite, ont sans doute œuvré dans leur résidence des Loges. Aux dires de Robert de Torigni, Jean augmenta le temporel du siège épiscopal de nombreux édifices et ornements et Arnoul travailla à l’édification de l’église et de belles maisons262. Ces affirmations concernant les travaux aux édifices urbains sont confirmées par l’examen des vestiges architecturaux lexoviens qui laissent voir une quasi-simultanéité de l’édification de la tour nord de la façade gothique de la cathédrale et du palais épiscopal qui lui est greffé perpendiculairement263. L’évêque de Sées, Froger (1158-1184), a lui aussi la réputation d’avoir œuvré à améliorer son Église à laquelle il laissa d’immenses richesses264.

  • 265 Gesta pontificum Autissiodorensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p. 9 (...)
  • 266 Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, ibid., p. 167.

242Le XIIe siècle a vu, dans les résidences rurales, la mise en œuvre de chantiers d’importance. Il est assuré que certains ont eu pour objet de compléter des structures existantes par la mise en place de bâtiments de prestige, à savoir des chapelles indépendantes qui remplacent peut-être des oratoires plus modestes. Cependant, en ce qui concerne les prélats normands, on ne peut raisonnablement évaluer avec précision la portée et l’étendue de ces chantiers ni affirmer qu’ils eurent l’ampleur de ceux que mirent en œuvre les évêques d’Auxerre, du Mans ou d’Angoulême dont on sait par les chroniques qu’ils firent élever, au XIIe siècle, des chapelles dans leurs résidences rurales : chapelle du manoir de Gy l’Évêque par l’évêque d’Auxerre265, chapelle du manoir de Touvoie par les évêques du Mans266.

Au XIIIe siècle

243Pour le XIIIe siècle, les témoignages écrits sont quasi inexistants et il faut s’en remettre à une relation tardive en ce qui concerne la chapelle des Loges. Les vestiges architecturaux sont eux aussi infimes et ne concernent que les résidences de Douvres, de Neuilly et peut-être celle de Saint-Philbert.

  • 267 F. Robin, La Cour d’Anjou-Provence..., p. 102.

244De précisément attestés par des sources écrites, nous ne connaissons que les travaux entrepris par l’archevêque Eudes Rigaud aux Andelys, uniquement repérables par la mention dorno nostra nova, qu’il précise à propos de son seul séjour aux Andelys en 1260. Il est probable qu’il a également œuvré dans sa résidence de Déville. La précision domo nova ne désigne pas nécessairement une construction entièrement nouvelle et il arrive que cette formulation ne recouvre que des travaux d’aménagement267.

  • 268 Robert des Ablèges (1206-1230), Thomas de Fréauville (1233-1238), Guy (1241-1259) et Eudes de Lorri (...)

245À Douvres, vers 1250, il y eut édification d’un bâtiment à deux niveaux et à une pièce par niveau. Le rez-de-chaussée, peu éclairé, devait être affecté à des usages domestiques (celliers) alors que le premier étage, à cheminée et largement éclairé par des fenêtres à remplage rayonnant, était à destination noble, aula ou camera. La construction de cet édifice pourrait être contemporaine des grands travaux entrepris à la cathédrale, chœur puis parties hautes de la nef et façade occidentale, par les évêques bayeusains du XIIIe siècle268. À la fin du siècle, aux alentours de 1300, on construisit un vaste bâtiment, accolé parallèlement à l’édifice primitif. Il s’agit d’un hall de plain-pied, à nef centrale et deux bas-côtés. On ignore s’il remplace un édifice antérieur et seules des fouilles archéologiques permettraient de suivre avec précision le processus de mise en place de ce complexe aula / camera, tout compte fait tardif dans la résidence d’un grand.

246À Neuilly dans la seconde moitié du siècle, un grand chantier modifia profondément le logis qui fut rehaussé d’un troisième niveau éclairé par une belle fenêtre à remplage rayonnant, et destiné à abriter l’étage noble.

  • 269 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Arrondissement de Lisieux, Paris – Caen, Der (...)

247Au manoir des Loges, la chapelle, avec deux vitraux dans les murs gouttereaux et une « rose » au chevet, est contemporaine de la chapelle du palais urbain. Le responsable en serait l’évêque Guillaume d’Asnières (1285-1299). La chapelle des Loges (11 x 6 m) est plus petite que la chapelle du palais (21 x 6 m), mais son décor doit en être aussi somptueux avec ses ouvertures aux arcades brisées à remplage rayonnant269. Au contraire de la chapelle du palais, celle des Loges est un bâtiment de plain-pied, sans étage et voûté d’un berceau de chêne.

Au XIVe siècle

  • 270 En Basse-Normandie : pavés de la salle de l’Échiquier et de la salle des Gardes de l’abbaye aux Hom (...)
  • 271 C. Norton, Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditions Paris-Musées, 19 (...)

248Nous disposons, pour le XIVe siècle, de quatre témoignages significatifs de travaux d’embellissements intérieurs et de mise au goût du jour de vieilles structures devenues démodées. Au Parc, à Neuilly et à Saint-Nicolas-d’Aliermont on met en place à la fin du XIIIe et dans la première moitié du XIVe siècle des sols de pavés émaillés bicolores à engobe. Malgré la surreprésentation des espaces religieux dotés de pavés émaillés, on ne doit pas exclure qu’ils ornaient aussi les sols des grandes salles à usage civil, et ce malgré le très petit nombre d’attestations270. Ces travaux, dans les résidences épiscopales, s’inscrivent donc dans un vaste mouvement régional qui voit les sols des églises et des grandes salles aristocratiques et monastiques se doter de décors somptueux271.

  • 272 Cette mention de l’utilisation d’ardoises est la plus ancienne mise au jour en Normandie.
  • 273 Les lambris sont un dispositif attesté depuis longtemps et réservé aux pièces de qualité (J. Chapel (...)
  • 274 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 130-134 ; P. Contamine, « Le pareme (...)

249À la fin du XIVe siècle, l’archevêque de Rouen, Guillaume de Lestrange, a fait entreprendre de grands travaux dans le château de Gaillon qui ont consisté en la construction d’un « nouvelle ediffice » doté de lambris et la restructuration du vieux « tinel ». L’énumération des matériaux encore emmagasinés dans les salles du château lors de l’inventaire réalisé après le décès du prélat démontre également que les travaux ne sont pas terminés. La présence d’ardoises confirme des travaux aux toitures, et l’on doit pouvoir conclure à des entreprises de grande envergure qui auraient consisté en une redéfinition des toitures, à la mise en place d’une nouvelle charpente rendue nécessaire par l’abandon des tuiles comme matériau de couverture272. Certaines pièces ont été dotées de lambris pour lesquels on hésite à affirmer qu’il s’agit d’aménagements nouveaux, d’un renouvellement ou d’une extension du lambrissage à de nouvelles salles du pôle noble273. Ces travaux ont accompagné une nouvelle répartition des volumes de l’étage du « tinel » où des cloisons ont délimité une « chambre de parement », une « chambre de retrait », une « chapelle de retrait » et deux « garde-robes ». Cette disposition est conforme à la nouvelle mode d’organisation des logis qui privilégie la création d’espaces privés séparés des espaces publics et semi-publics274.

  • 275 Le Manoir en Bretagne..., p. 155-161.

250À Douvres, les évêques de Bayeux ont mis en œuvre, vers 1350, un programme architectural d’importance. Après l’incendie du hall, on a prolongé la camera préexistante d’un module à peu près identique dans ses dispositions : rez-de-chaussée à usage servile, étage à vocation noble. Le nouveau logis concentre désormais sous un même toit toutes les fonctions clés d’une résidence aristocratique : caves, celliers et cuisine au rez-de-chaussée ; grande salle et chambre au-dessus. Une galerie longe le bâtiment sur toute sa face ouest ; mais on ne peut affirmer s’il s’agit d’une structure de pierre ou d’un dispositif ressortissant plutôt de la passerelle de bois. De telles coursières de bois en encorbellement, encore en place ou décelables par la présence de corbeaux de pierre ou de trous de boulin, sont attestées aux façades d’un certain nombre de manoirs bretons, dès le milieu du XIVe siècle275.

Les structures de datation incertaine

251Un certain nombre de dispositifs ne peuvent être raisonnablement datés, tels les galeries et la structuration de l’espace noble.

252Des galeries sont attestées dans neuf résidences. Si celles des Andelys et du Parc peuvent être attribuées à des grands travaux de la fin du XVe siècle, celles de Déville, Dieppe, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Pontoise sont antérieures au XVe siècle, sans qu’on puisse prétendre à plus de précisions. Les galeries attestées par des sources modernes dans les résidences de Fleuré et des Loges sont également trop peu documentées pour être datées raisonnablement.

  • 276 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 149-161.

253Les galeries sont attestées dans les résidences des grands depuis au moins l’époque carolingienne276. Certaines chroniques confortées par des vestiges en place en signalent la construction lors de la rénovation de palais épiscopaux au XIIe siècle. Leurs fonctions sont multiples. Il s’agit d’établir des liaisons entre des bâtiments. En ce qui concerne les résidences normandes nous en avons relevé plusieurs exemples. Aux Loges, une galerie court sur une face de la cour, reliant la camera à la chapelle puis au bâtiment de l’entrée ; à Déville, elle relie la cuisine à la grande salle ; à Pontoise, elle unit la grande salle à la chapelle ; à Valognes, le devis de 1440 signale un escalier couvert qui relie la chapelle et la camera, plusieurs « allees » et on s’interroge sur leurs structures précises : dispositifs de pierre ou coursières de bois en encorbellement.

  • 277 Gesta pontificarn Autissiodorensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p.  (...)

254La galerie peut être ménagée à l’étage ; dans ce cas on considère qu’elle cumule plusieurs fonctions : passage d’une pièce à l’autre, salle destinée au séjour, plaisir de jouir de la vue sur les jardins ou le paysage. Dans le premier tiers du XIIe siècle, l’évêque d’Auxerre, Hugo (1116-1136), éleva sur le rempart qui longeait le palais urbain une galerie-promenoir d’où il pouvait jouir de la vue sur le fleuve277. À Fleuré, l’étage du bâtiment de l’entrée possède une telle galerie ; aux Loges, on soupçonne une galerie à l’étage d’un petit bâtiment à usage domestique.

255Nous tiendrons le même raisonnement en ce qui concerne les structures résidentielles, assurément antérieures au XVe siècle, des manoirs des évêques de Coutances à Valognes, Saint-Lô, Saint-Ébremond, et des archevêques de Rouen à Déville, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Dieppe, Pontoise et Gaillon. Quant aux dispositions restituées, à partir des sources modernes, pour les résidences du Parc, de Saint-Philbert, des Loges, de Fleuré, Saint-Fulgent, Laleu et Condé-sur-Iton, la plus grande imprécision demeure. Si, dans tous les cas, nous avons pu faire la part des entreprises menées à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, les conclusions quant aux autres sont très aléatoires.

256Nous pensons avoir démontré plus haut l’existence, dans un certain nombre de sites, de bâtiments résidentiels dont l’étage avait vocation noble alors que le rez-de-chaussée était à destination de stockage (caves, celliers) ou servile (cuisine) : Saint-Philbert, Les Loges, Déville, Les Andelys, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Gaillon, Neuilly, Valognes, Saint-Lô. Les complexes de référence que nous avons relevés inclinent à y voir des structures qui pourraient remonter au XIIIe, voire au XIIe siècle.

257Les logis des Loges et de Saint-Philbert peuvent être éclairés à partir du schéma clairement documenté par les témoignages architecturaux de Douvres. On y soupçonne l’extension d’un bâtiment primitif à salle noble d’étage sur rez-de-chaussée à vocation domestique par un module aux caractéristiques à peu près identiques. Cette restructuration serait intervenue à partir du milieu du XIVe siècle. Il ne paraît pas raisonnable de vouloir à tout prix attribuer à l’édifice primitif la vocation d’aula ou de camera.

  • 278 J. Blair, « Hall and Chamber... », p. 15.

258La « grand salle » de Valognes dans son état de 1440 possède des dispositifs inhabituels. La grande salle centrale est composée d’un volume unique sous charpente accotée à chacune de ses extrémités d’une chambre haute surmontant une pièce de service. Ce type de bâtiment peut être identifié à des formules repérées en Grande-Bretagne à partir de la première moitié du XIIIe siècle ou plus tardivement en Bretagne au XVe siècle278.

259En ce qui concerne les résidences rouennaises on ne peut s’empêcher de relever les concordances entre les appellations issues du journal d’Eudes Rigaud et ce que nous pensons avoir décelé. La « grand salle » de Déville et les « hautes salles » de Fresne et d’Aliermont possèdent toutes les trois deux niveaux et, au XVe siècle, leur premier étage est encore accessible par des « degres » extérieurs. Ces bâtiments, ainsi désignés au XVe siècle, sont, sans doute, encore très semblables à ceux que l’archevêque Eudes Rigaud, au milieu du XIIIe siècle, désignait par le terme d’aula lors de ses séjours à Déville, d’aula superiori à Saint-Nicolas-d’Aliermont et aux Andelys et de camera superiori aux Andelys. Ces bâtiments auraient été élevés au moins dans la première moitié du XIIIe siècle.

260En conclusion, il faut noter la concordance, dès la fin du XIIe siècle et aux XIIIe et XIVe siècles, entre la multiplication des travaux dans les résidences rurales ou semi-rurales et les indices d’une fréquentation accrue de ces manoirs par les prélats. La fréquentation plus intensive a conduit à des restructurations d’importance dont les plus notables sont la construction d’une chapelle indépendante du logis et la restructuration de l’espace noble doté d’un décor munificent digne des occupants.

  • 279 A. Renoux, « Palais épiscopaux... », p. 203-204.

261En ce qui concerne les prélats normands, nous connaissons très mal le rythme des travaux de restauration et de rénovation des palais urbains. Il se pourrait que le XIIe siècle ait été une forte période d’activité279 et en cela les archevêques et évêques normands ne diffèrent pas des prélats non normands. On ne peut affirmer que la vague de constructions ou d’aménagements que nous soupçonnons, du XIIIe siècle et au moins jusqu’au milieu du XIVe siècle, pour les structures non militaires, est contemporaine d’entreprises identiques dans le palais urbain. Le seul exemple lexovien qui atteste de la construction simultanée d’une chapelle au manoir des Loges et dans la résidence urbaine ne suffit pas à généraliser une telle attitude.

262À partir du milieu du XIVe siècle, on assiste à un mouvement de réorganisation des structures résidentielles anciennes par la division en salles plus privées et par l’extension en longueur de certains dispositifs qui débouche sur l’adoption d’un logis compact. Ces restructurations entraînent sans doute l’effacement, voire la disparition des halls, en tout cas dans leur état primitif.

Le mobilier à la fin du XIVe siècle : l’exemple rouennais

  • 280 ADSM, G 9 fo 7 et 8 et G 438 fo 46.
  • 281 ADSM, G 9 fo 7 et 8.

263Les deux inventaires réalisés à Gaillon et à Déville280 après le décès de l’archevêque Guillaume de Lestrange, en 1388, permettent d’évoquer le cadre de vie matériel dans les résidences rurales à la fin du XIVe siècle. Étant donné les conditions d’élaboration et la finalité des listes de meubles et d’objets mentionnés dans ces inventaires, on ne peut donner qu’une image partielle du cadre de vie dans les résidences « secondaires ». En effet, ces inventaires fournissent une évaluation des objets énumérés en vue de leur vente dont le produit financera en partie les réparations aux manoirs archiépiscopaux, réparations exigibles par le successeur de l’archevêque défunt. Des objets sont absents de la liste soit parce qu’ils ont été légués par le défunt à ses héritiers et ils n’ont alors pas leur place dans l’inventaire, soit parce qu’ils ont rejoint la résidence urbaine. L’état des meubles de Gaillon, tel que le révèle l’inventaire, est donc très éloigné de ce qu’il était au moment de la mort de Guillaume de Lestrange, décédé à Gaillon. À la même date un troisième inventaire a été réalisé dans l’hotel parisien des archevêques et, même si la résidence parisienne n’entre pas dans le cadre de cette étude, la comparaison peut être pertinente281.

264Le nombre des pièces meublées, à Gaillon comme à Déville, est à peu près identique ; on en compte quinze à Déville et dix-sept à Gaillon où quatre pièces servent d’entrepôt à des matériaux pour la restauration en cours du château : ardoises, lambris, « carreaux verres » et châssis de fenêtres. À Gaillon toujours, l’inventaire fait le tour des pièces à usage domestique (« gallatas », cuisine, « panetterie ») alors qu’elles sont absentes de l’inventaire de Déville.

265L’analyse des meubles de l’espace réservé à l’archevêque révèle malgré les lacunes leur caractère ostentatoire dans des salles aux fonctions hautement significatives du pouvoir : la « salle du tinel », la « chambre de parement », la « chambre de retrait » et ses garde-robes et la chapelle proche.

  • 282 La « fourme » ou « forme » est une sorte de banc léger et mobile sur quatre pieds, sans dossier ni (...)
  • 283 « Dressoir » : sorte de buffet avec étagères en gradins pour présenter la vaisselle d’apparat et le (...)
  • 284 Le « banc a perche » est un banc à dossier bas (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement).
  • 285 Dans ce cas, le dressoir ne doit être composé que d’une étagère disposée sur deux tréteaux.
  • 286 Pupitre de forme ronde et pivotant (H. Havard, Dictionnaire de l'ameublement).

266À Déville comme à Gaillon la « salle du tinel » est meublée de deux tables sur leurs tréteaux, de « fourmes closes » ou de bancs disposés le long d’un seul côté de ces tables282 et d’un « dressoir » ou « drecheur »283 (celui de Gaillon est en noyer) ; le « tinel » de Gaillon possède en outre un « banc a perche sur marchepied » (estrade)284. Les deux « chambres de parement » de Déville et de Gaillon sont dotées des mêmes meubles que la salle du « tinel ». On compte dans chacune : deux tables et leurs tréteaux, un « dressoir », deux bancs à Déville, deux « fourmes closes » et un « banc a perche sur marchepied » à Gaillon. La « chambre de retrait » de Déville et sa garderobe sont presque vides ; on y relève une table, ses deux tréteaux et une « forme » dans la chambre et deux vieux tréteaux dans la garde-robe. Dans la « chambre de retrait » de Gaillon, on compte une table, une « fourme close », un « banc a perche » et un « dressoir ». Quant aux deux garde-robes qui lui sont associées, elles renferment trois petites tables, deux « dressoirs » avec leurs tréteaux285 et une chaise percée (« chaiere perchee »). Chacune des deux chapelles ne possède qu’un siège : une « forme » à Déville, et une « selle » à Gaillon où se trouve également une « roue destude »286.

  • 287 R. Quenedey, L’Habitation rouennaise, Rouen, Lestringant, 1926, p. 331.
  • 288 F. Piponnier, « Inventaires et vente de biens meubles », in Cent maisons médiévales, Y. Esquieu, J. (...)

267Ces inventaires présentent une réalité relativement conforme à ce qu’on peut connaître du mobilier habituel d’un riche logis de la seconde moitié du XIVe siècle et de sa répartition en fonction les différentes pièces : tables, sièges et dressoir des chambres, tables, dressoir et bancs des salles287. On constate cependant l’absence étonnante de grands meubles lourds et de caractère ostentatoire, dont on pourrait penser qu’ils demeuraient sur place : lits à dais sur marchepied, coffres et sièges individuels tels que des chaises et tabourets. Manquent aussi les tentures murales et celles qui drapaient les dressoirs et les lits, les tapis de sol, le linge de maison et la literie. Les deux résidences de Déville et de Gaillon sont également vides d’objets, de vaisselle de cuisine, de table ou de service et d’appareils d’éclairage pour lesquels on sait que les dispositifs fichés aux murs n’ont pas leur place dans l’inventaire, car ressortissant de l’immeuble et non des biens meubles288. En tout état de cause, les absences permettent d’affirmer que la situation donnée par les inventaires ne reflète pas véritablement l’état de la résidence lorsque l’archevêque est absent ; aussitôt après le décès de nombreux objets ont dû être transférés vers la résidence urbaine.

  • 289 L’inventaire de la résidence parisienne se prolonge chez les Chartreux où sont entreposés des ballo (...)

268La confrontation des inventaires de Déville et de Gaillon avec celui de Paris permet d’évaluer la qualité des meubles qui restaient en permanence dans la résidence rurale. La comparaison est valide dans la mesure où les types de meubles inventoriés à Paris dans les pièces de l’espace public et semi-public sont peu différents de ceux de Déville et de Gaillon : tables, « dressouer », « fourmes » et banc de la salle basse, tables, « dressouer », bancs et « fourmes » de la « chambre de parement », « fourmes », tables, bancs, « conteur » et « lutring » de la chambre à coucher, et les lits sont également absents289.

  • 290 10 à Paris, 9 à Gaillon et 11 à Déville.
  • 291 La salle basse de Paris compte : un grand banc à degré, deux tables, six « fourmes » dont trois pet (...)
  • 292 La « chambre de parement » compte 13 meubles à Paris, 6 à Gaillon et 5 à Déville. La chambre à couc (...)
  • 293 « Huche » : coffre long et rectangulaire. « Aumaire » : armoire, coffre massif sur pied avec portes (...)

269Les meubles sont plus nombreux à Paris, où l’on en compte 35 et seulement 19 à Déville et 25 à Gaillon. Si la « salle basse » de Paris est tout à fait comparable aux salles du « tinel » de Déville et de Gaillon, à la fois par le nombre de meubles290 et par les types qui y sont présents291, la « chambre de parement » et la chambre à coucher sont, elles, radicalement différentes. Les meubles y sont plus nombreux292 et certains sont bien caractéristiques du train de vie aristocratique et de l’adoption des nouvelles modes. Dans la « chambre de parement » on trouve, en plus des meubles déjà cités, une table de cyprès avec plateau de jeu d’échecs (« table de cypres a esches ») et une table à abattants (« table a chinieres brisans »). La chambre à coucher s’illustre par la présence de deux tables à pieds au lieu des traditionnelles tables à tréteaux et la garde-robe compte une « huche » et une « aumaire »293.

270En conclusion de ce survol, il faut noter la disparité de traitement des trois résidences qui n’accueillaient que périodiquement les archevêques de Rouen. La résidence parisienne semble, en permanence, bien mieux fournie et plus richement que les deux autres. Le château de Gaillon offre un cadre de vie ordinaire malgré la présence de quelques meubles à caractère ostentatoire (bancs sur marchepied et dressoirs) et certains petits meubles, roue d’étude et chaise percée, trahissent sans doute des séjours fréquents dans un cadre de vie rénové par des travaux de mise au goût du jour. À Déville en revanche, l’absence de meubles de prestige et les dix meubles sur dix-neuf qualifiés de vieux respirent la médiocrité et confirment le désintérêt pour un manoir qui n’a pas connu de rénovation des structures architecturales.

  • 294 Chambres des « escuiers », du portier, du receveur et celle « dessus la porte ».

271L’inventaire des autres pièces de Déville et de Gaillon autorise les mêmes remarques. À Déville, les sept chambres, désignées par le nom de ceux qui les occupent lorsqu’ils accompagnent l’archevêque, sont misérablement meublées de tables et de « fourmes » et on n’y compte aucun lit. À Gaillon, quatre chambres sur cinq sont fournies en lits garnis294. On a laissé dans les pièces à usage domestique (cuisine, panetterie et garde-manger) des objets lourds et encombrants : 12 « dreceours », 3 « cuviers », 3 « caques » et 1 « tinette ». Dans une autre chambre, sur la porte, s’entassent 2 poêles de fer et des pièces d’armure : « bassinet », « harnoys de jambe » et « cote de fer ».

  • 295 ADSM, G 438 fo 45.
  • 296 J.-M. Lescuyer, J.-M. Poisson, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l (...)

272Ces notations concernant les résidences archiépiscopales fournissent des enseignements que l’on peut sans doute étendre aux autres séjours. Les prélats normands ont manifesté des préférences pour certaines de leurs résidences et cela devait être perceptible au degré d’ameublement conservé dans la résidence. En tout état de cause, lorsque l’évêque est absent la résidence est en grande partie vidée de ses meubles les moins encombrants, de ses tentures et tapisseries et de la vaisselle. Pour la venue de l’évêque, des meubles sont apportés ou fabriqués sur place comme à Déville où, entre 1389 et 1397, un huchier est venu fabriquer des « fourmes », des tables et des tréteaux en même temps qu’il remettait le séjour en bon état par le remplacement des fenêtres, des « vertevelles », des « tourouls » et des « gouttières »295. Cette situation est conforme à ce que nous savons du mobilier dans les résidences des grands de l’aristocratie, lorsqu’ils se déplaçaient de l’une à l’autre296.

Conclusion

273L’étude des résidences rurales et semi-rurales des archevêques et évêques normands met au jour une situation aux multiples facettes, jusqu’à présent mal évaluées. Dans leur grande majorité ce n’étaient pas des complexes lourdement défendus par des structures autant militaires qu’ostentatoires.

274Jusqu’au milieu du XIVe siècle, on ne compte que trois forteresses d’importance construites ou voulues par les prélats (Neuilly, Saint-Ébremond ?, Gaillon). À cette date, la situation politique et militaire a conduit les prélats, sans doute encouragés par le roi, à transformer des structures préexistantes peu ou pas défendues en forteresses (Le Parc, Louviers, Courtonne). Au XIe siècle, le poids politique, la situation familiale et la faveur du duc expliquent que les deux grands évêques Geoffroy de Montbray et Odon de Conteville ont choisi de construire chacun un complexe fortifié dans deux sites aux aptitudes économiques extrêmement favorables ; aptitudes doublées, dans le cas de Neuilly, d’une position stratégique majeure. Ces deux hommes se sont conduits conformément aux codes de la très haute aristocratie dont ils sont issus où l’affirmation du pouvoir passe par l’empreinte qu’on laisse dans le paysage et un château de pierre en est la manifestation la plus éclatante. À Neuilly et Saint-Ébremond, cette manifestation est renforcée et prolongée par la présence, aux portes du château, de parcs à gibier et d’aménagements hydrauliques. Ce n’est qu’au milieu du XIIIe siècle que les archevêques de Rouen reçoivent la forteresse de Gaillon. Il s’agissait vraisemblablement de compenser avec lustre la perte du domaine des Andelys en 1197 et d’ajouter au prestige du prélat, intime de Saint Louis. Nous ne possédons aucune preuve que les prélats ont préféré fréquenter ces séjours prestigieux.

275Il convient de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les prélats des autres diocèses n’ont pas respecté ce code de l’aristocratie. Pour les évêques d’Avranches, de Bayeux et d’Évreux la manifestation du pouvoir est passée par la mise en œuvre de complexes dénommés manerium ou domus puis « hostel » et l’analyse des vestiges encore en place conduit à les interpréter comme étant des maisons fortes : Le Parc et Saint-Philbert, Cambremer, Condé. Cette situation tempère l’affirmation que ce type de complexe serait caractéristique de la petite aristocratie locale. Cependant on pourrait considérer que dans trois cas au moins, la relative médiocrité de l’ensemble, élevé à l’écart du village, est compensée par l’ampleur de l’enclos et surtout par la présence, aux portes du complexe, de vastes espaces aménagés : parc à gibier et aménagements hydrauliques (étangs).

276En réalité, les évêques et archevêques normands ont privilégié les maisons plates aux enclos distendus et fractionnés en plusieurs jardins et cours. Ces complexes sont dépourvus de structures de défense et les sources écrites les désignent par les termes manerium et domus puis « hostel ». Dans la plupart des cas nous avons pu démontrer que l’emprise de l’enclos proprement dit était prolongée dans l’espace par de très vastes jardins et vergers. Ces manoirs ont été souvent installés près des églises paroissiales préexistantes, dans une zone qui n’était pas encore touchée par l’urbanisation et ce parti a permis de donner au complexe une ampleur considérable.

277Au vu des études concernant ce type de structures en Normandie on serait en droit de conclure que les prélats normands ont adopté un schéma comparable à celui des établissements agricoles du monde ecclésiastique, prieurés ou granges. En effet, nous avons souvent invoqué des rapprochements et des similitudes d’organisation avec les manoirs templiers et hospitaliers. Mais l’existence de telles maisons plates entre les mains de l’aristocratie anglaise (open manors) invite à nuancer une prise de position par trop péremptoire. Dans les enclos, les bâtiments du pôle résidentiel, non attenants les uns aux autres et disposés le plus souvent autour d’une cour et donnant sur des jardins, étaient généralement isolés des bâtiments à usage agricole.

278Les indices de fréquentation de ces maisons plates et les travaux importants aux bâtiments du pôle noble, aux XIIIe et XIVe siècles, sont également des preuves suffisantes pour affirmer que leur rôle n’était pas seulement réduit à celui de centre de gestion agricole du domaine. Les prélats normands ont considéré que ce type de complexe, dépourvu de tours et de fossés, était apte à manifester leur puissance et leur pouvoir.

279Le dépouillement des sources médiévales, en particulier le recensement des actes signés dans les résidences, et les traces écrites ou architecturales de grands travaux autorisent à affirmer que la période de la plus intense fréquentation de toutes les résidences se situe aux XIIIe et XIVe siècles. Mais on observe un probable ralentissement à partir du milieu du XIVe siècle qui serait imputable aux troubles et désordres provoqués par la guerre ; les ravages provoqués par les chevauchées anglaises sont, en outre, aggravés par le conflit franco-navarrais.

280En ce qui concerne les bâtiments constitutifs du pôle résidentiel, les sources écrites médiévales antérieures au XVe siècle sont peu prolixes et quelques rares occurrences, essentiellement issues du journal de l’archevêque Eudes Rigaud, signalent des manifestations d’autorité se tenant dans l’aula ou la camera. Ce n’est qu’à partir de l’analyse de sources postérieures au XIVe siècle qu’on décèle un parti pris quasi général en faveur d’un bâti éclaté entre plusieurs bâtiments à vocation spécifique.

281La règle est une chapelle indépendante, le plus souvent de plain-pied et reliée au logis par une galerie ou un escalier couvert. Dans le cas de chapelles intégrées à l’étage d’un logis (Fleuré, Le Parc, Gaillon) on ne peut établir s’il s’agit de la situation primitive ou d’une restructuration postérieure. Les témoignages de Neuilly et des Loges attestent que ces bâtiments ont été l’objet d’un programme décoratif tout à fait notable, en particulier en ce qui concerne le décor sculpté.

282En l’état de nos connaissances, l’espace noble à usage de logement et de réception (aula, camera) est localisé à l’étage d’un ou de deux édifices indépendants : bâtiment unique à Gaillon, Saint-Lô, Les Andelys, Neuilly, Déville ( ?), Dieppe ( ?) ; bâti éclaté à Valognes, Douvres, Saint-Ébremond, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fresne. Seul le site de Douvres apporte la preuve de l’existence tardive et pendant un temps assez court (première moitié du XIVe siècle) d’un hall de plain-pied à trois nefs.

283Ce bâti résidentiel fractionné semble bien distinguer les résidences des prélats, et en particulier les maisons plates, d’avec les manoirs ou granges des établissements religieux templiers, bénédictins ou cisterciens.

284À partir du milieu du XIVe siècle on perçoit l’émergence d’un parti pris très net qui introduit une rupture avec les codes architecturaux antérieurs.

285Les deux sites de Gaillon et de Douvres illustrent l’abandon ou la restructuration de l’aula traditionnelle. À Gaillon, l’étage noble du tinel est désormais divisé en trois salles à la vocation de plus en plus intime. À Douvres, le hall n’est pas reconstruit, mais on prolonge la camera, et l’édifice ainsi créé abrite désormais à l’étage toutes les fonctions nobles. Nous avons estimé qu’un tel processus de prolongement d’un bâtiment préexistant (aula, camera ?) avait été mis en œuvre à Saint-Philbert et aux Loges.

286Enfin, nous pensons avoir démontré que les résidences des prélats normands ne présentaient des caractères proprement ecclésiastiques qu’extrêmement atténués. L’installation d’un ou de plusieurs chapelains résidents a été tardive ; elle ne semble pas être intervenue avant le début du XIVe siècle, alors que nombre de séjours possédaient un lieu de culte bien antérieur. Les chapelles ne se distinguent pas par leurs dimensions, mais plutôt par leur décor particulièrement soigné, tout au moins celui tourné vers l’extérieur. Le seul caractère véritablement original et qui semble trancher nettement avec ce que l’on sait des résidences laïques est l’existence, dans nombre de complexes, de logis propres aux chapelains. La structure de ces logis obéit, dans la plupart des cas attestés, aux normes de l’habitat noble ; l’espace résidentiel s’y déploie à l’étage accessible par un escalier extérieur.

Notes

1 Les séjours de l’archevêque Eudes Rigaud dans ses manoirs, nombreux et très précis, n’ont pas été inclus dans les divers calculs. Il a séjourné 164 fois à Fresne, 66 fois à Gaillon, 150 fois à Saint-Nicolas-d’Aliermont, 31 fois à Louviers, 73 fois à Pinterville, 15 fois aux Andelys et à Dieppe.

2 Un à Neuilly en 1275, un à Douvres en 1300, six à Valognes en 1238,1263,1266,1283,1318 et 1355, sept au Parc en 1243,1244 (2), 1245,1254,1257 et 1329, trois aux Loges en 1342 et 1397 (2), trois à Canapville en 1263,1279 et 1284 (H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, rééd. Brionne, le Portulan, 1971, p. ccccxliii et BNF, ms. lat. n. acq. 2231 8), deux à Brosville en 1269 et 1282 (M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868-1879, 2 vol., et L. Delisle, « Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi », MSAN, XVI, 1852, p. 258), un à Saint-Fulgent-des-Ormes en 1091 / 1123 (ADO, H 2158), trois à Fleuré vers 1200, en 1284 et 1290 (ADO, H12,5340,1986), huit à Déville en 1201,1244,1269, 1291,1306,1348,1384 et 1399, deux aux Andelys en 1168 et 1170, un à Fresne en 1327, quatre à Gaillon en 1287,1298,1302 et 1324, un à Pinterville en 1327 (ADSM, G 1605).

3 L’évêque de Lisieux, Guy du Merle, mort aux Loges en 1285 ; les archevêques de Rouen, Eudes Clément, mort à Déville en 1247, Aimery Quenaud, à Pinterville en 1342 (T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évreux, Hérissey, 1870-1874, II, p. 8) et Guillaume de Lestrange, à Gaillon en 1388 ; l’évêque de Bayeux, Pierre de Vilaines, mort à Neuilly en 1360.

4 ADO, H 2158.

5 Eudes Rigaud séjourna trois fois à Douvres en 1250, 1256 et 1266, une fois à Valognes en 1266, trois fois au Parc en 1250, 1256 et 1263, trois fois à Saint-Philbert en 1250, 1260 et 1267, deux fois à Canapville en 1258 et 1260 (T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 303 et 375), une fois à Condé-sur-Iton en 1260, quatre fois à Brosville en 1255, 1260 et 1265 et 1266 (ibid., p. 226, 365, 533 et 552). Le château de Neuilly a reçu le roi Jean Sans Terre en 1203, Déville a reçu deux fois le roi de France en 1257 et 1277.

6 Lisieux : 1 acte aux Loges et 3 à Canapville ; Coutances : 3 actes à Valognes ; Sées : 3 actes à Fleuré ; Rouen : 5 actes à Déville et 2 à Gaillon.

7 Deux séjours à Neuilly en 1356 et 1360, deux séjours à Valognes en 1318 et 1355, un séjour au Parc en 1329, un séjour à Saint-Philbert en 1376, deux séjours aux Loges en 1342 et 1397, un séjour à Vernon en 1356 (Gallia Christiana, XI, col. 597), sept séjours à Déville en 1306, 1308, 1348, 1380, 1384 et 1399 (2), un séjour à Fresne en 1327, quatre séjours à Gaillon en 1302, 1324, 1368 et 1388, trois séjours à Pinterville en 1306, 1327 et 1342 (M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire..., II, p. 633-634 ; ADSM, G 1605 ; T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 8).

8 Deux séjours à Neuilly, deux séjours au Parc et deux à Saint-Philbert, deux séjours aux Loges, un séjour à Vernon.

9 Sept séjours à Déville, quatre à Pinterville, quatre à Gaillon, un à Fresne.

10 Diocèse d’Avranches : Robert Porte (1359-1379) devint chancelier du roi de Navarre qui le nomma gardien du château de Regnéville. Diocèse de Bayeux : Nicolas du Bosc (1375-1384) fut conseiller général des aides, président de la Chambre des Comptes puis chancelier. Diocèse de Coutances : Louis d’Erquery (1346-1370) fut conseiller et aumônier du roi ; Sylvestre de la Cervelle (1371-1386) résida le plus souvent à Rouen ; Nicolas de Tholon (1386-1387) était chancelier du duc de Bourgogne ; Guillaume de Crévecœur (1387-1408) était aumônier du duc de Bourgogne. Diocèse de Lisieux : Guillaume Guitard (1349-1358) résida surtout à Avignon ; Jean de Dormans (1358-1360) ne résida pas ; Alphonse Chevrier (1368-1377) résida surtout à Paris ; Nicolas Oresme (1377-1382) résida peu. Diocèse de Rouen : Nicolas Roger (1342-1347) résida peu. Diocèse de Sées : Guillaume II (1364-1378) fut compagnon de captivité de Jean le Bon. Toutes ces informations sont issues des ouvrages suivants : Gallia Christiana, XI ; Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique ; F. Neveux, « Nicole Oresme et le clergé du XIVe siècle », Revue historique, 1989, p. 50-75 ; R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Paris – Genève, Droz, 1982 ; Id.,« Le parti navarrais jusqu’à la mort d’Étienne Marcel », Bulletin philologique et historique du CTHS, 1960, p. 839-869.

11 B. Jacqueline, « La grande pitié des diocèses de Coutances et d’Avranches pendant la guerre de Cent Ans », NMD, 1948, p. 40.

12 A. Renoux, « Les fondements architecturaux du pouvoir princier en France (fin IXe-début XIIIe siècle) », in Les Princes et le pouvoir au Moyen Âge (Actes du XXIIIe congrès de la SHMESP, Brest, 1992), Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 170.

13 Communication orale de François Comte, archéologue municipal d’Angers et É. Zadora-Rio, « Archéologie du peuplement : la genèse d’un terroir communal », AM, XVII, 1987, p. 10.

14 Champeau, Issy, Touillon, Lucenay, Thoisy-la-Berchère et Saint-Denis-de-Vaux (« Compte de Pierre Bertrand (1325-1331) », Mémoires de la Société éduenne, XLVIII, 1940).

15 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes (XIe-XIIIe siècles), Paris, Garnier, 1973, p. 279.

16 Ardevon, Manche, canton de Pontorson. E. Impey, « Le prieuré du Mont-Saint-Michel à Ardevon », Les Amis du Mont-Saint-Michel, 96,1991, p. 24-51.

17 B. Chevalier, « Un grand domaine agricole de Marmoutier : la grange de Meslay (IXe-XVIIIe siècle) », in Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 589 et 594.

18 D. Pichot, « Les cartulaires manceaux de l’abbaye de Savigny », RA, LIII, 1976, p. 132-133.

19 Un séjour du duc Jean II à Bernon est attesté en août 1305 par les dépenses mentionnées dans le compte du receveur Auberi (A. de la Borderie, Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (XIIIe-XIVe siècles), Rennes, Impr. de E. Prost, 1902, p. 109-112).

20 D. Barthélemy, Les Deux Âges de la seigneurie banale, Coucy (XIe-XIIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 166.

21 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., p. 279.

22 ... domos ad manendum cum capella à Gy-l’Évêque, dans Gesta pontificum Autissiodorensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, I, Paris, CTHS, 1995, p. 96. Aularn lapideam cum cubiculis et cellario et logis (domus) à cheminée (caminum) à Yvré-l’Évêque, chapelle de pierre à Touvoie, dans Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, ibid., p. 163-167.

23 M.-C. Bertiaux, Les Résidences des évêques de Troyes dans leur diocèse à la fin du Moyen Âge, Thèse de doctorat, Université du Maine, 2004,2 vol. (dactyl.), I, p. 206-207.

24 Guiot de Provins, Bible (vers 1210), cité par J. Batany, « Le moraliste, les seigneurs et les cours : quelques textes autour de 1200 », in Cours princières et châteaux. Pouvoir et culture du IXe au XIIIe siècle en France du Nord, en Angleterre et en Allemagne (Actes du colloque de Soissons, 1987), D. Buschinger (dir.), Greifswald, Reineke Verlag, 1993, p. 7-23.

25 Garin le Loheren, J.E. Vallerie (éd.), Ann Arbor, Edwards, 1947, p. 185, vers 2965-2969 : « Costume estoit, segnor, a icel dis, / Ensamble estoient li chevaliers gentil / Es bonnes viles, es chastiaux segnoris, / Mais ore sunt es bois et es mainis, / Et es boissons aveques les brebis ».

26 Au XIIIe siècle, les évêques de Chartres passent généralement la belle saison dans leur résidence de Pontgouin, rénovée par l’évêque Renaud de Mousson (A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., p. 279).

27 P. Fournier, Les Officialités au Moyen Âge, Paris, Plon, 1880, p. 1-6.

28 M. Charpillon, A. Caresme, Dictionnaire..., II, p. 633-634.

29 Ibid.

30 Gallia Christiana, XI, col. 597 ; H. Denifle, La Désolation des églises, monastères et hôpitaux en France pendant la guerre de Cent Ans, Paris, Picard et fils, 1897, I, p. 303.

31 Arch, nat., X 1^ 9807 fo 175 vo.

32 Arch, nat., X 1^ 9807 fo 211.

33 BNF, Fonds Moreau, 1161 fo 559-562 vo.

34 Neuilly, Douvres et Cambremer aux évêques de Bayeux ; Déville, Les Andelys, Gaillon, SaintNicolas-d’Aliermont et Louviers aux archevêques de Rouen ; Laleu aux évêques de Sées.

35 G. Désiré dit Gosset, La Meuse épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998.

36 P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats à la fin du Moyen Âge », in Le Château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècles). Archéologie et histoire : perspectives de la recherche en Rhône-Alpes (Actes du colloque de Lyon, 1988), J.-M. Poisson (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française ; n° 32), 1992, p. 29-34.

37 À Déville, Eudes Rigaud mentionne plusieurs fois le coffre où sont conservées les lettres, « ... coffro litterarum apud Deivillam... ». Pour Neuilly, l’aveu et dénombrement de 1453 signale que par « ... les fortunes des anciennes guerres plusieurs livres, Chartres et autres ensaignements du temporel dudit evseché furent ars en une tour dudit chastel de Nully... ». Les archives du château de Courtonne ont elles aussi disparu pendant la guerre de Cent Ans.

38 La cohabitation est clairement attestée à Louviers en 1346.

39 Arch, nat., X 1^ 9807 fo 175 vo.

40 En 1211, 1216, 1220-1223 et 1236 des donations de la part de laïcs dotent la chapelle de rentes et de terres (ADE, G 6 fo 12,13, 26 et 27).

41 « chambre des chapellains » à Déville en 1397, à Valognes en 1440 et aux Andelys en 1493, « chambre aux chapelains » et « chambre aux vicaires » d’Aliermont en 1497-1498, et « degre des chapelains » à Louviers en 1424-1425.

42 À Neuilly en 1234, Aliermont en 1268, Douvres en 1298, Gaillon en 1388 et Dieppe en 1425-1426.

43 P. Charbonnier, « La vie dans les châteaux auvergnats... », p. 31.

44 J.-P. Poly, É. Bournazel, La Mutation féodale Xe-XIIe siècles, 2e éd. remise à jour, Paris, PUF, 1991, p. 89.

45 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 585.

46 C.H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 8.

47 C.H. Haskins, Norman Institutions, p. 14.

48 A.-L. Léchaudé d’Anisy, « Extraits des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se trouvent dans les archives du Calvados », MSAN, VIII, 1834, p. 426 et 429.

49 S.E. Gleason, An Ecclesiastical Barony of the Middle Ages. The bishopric of Bayeux (1066-1204), Cambridge, Harvard University Press, 1936, p. 75.

50 J.R. Strayer, Administration of Normandy under Saint Louis, Cambridge, The Medieval Academy of America, 1932, p. 58.

51 Aveu de 1377, Arch. nat., P 304 fo 2 vo.

52 ADC, G Chapitre de Bayeux 421 fo 19-20 et 41-42. Les fiefs des Fontaines, de Vouilly et de Rupalley sont proches de Neuilly alors que les fiefs de Manerbe et de Saint-Laurent-de-Monts, qui dépendent de la baronnie de Cambremer, se situent loin de Neuilly, entre Caen et Lisieux.

53 É. Lalou, « Les voyages de Philippe IV le Bel en Normandie », Le Domfrontais médiéval, XV, 11, 1995, p. 16-17.

54 En août et septembre 1258, les évêques d’Auxerre et de Beauvais ; en octobre 1260, l’évêque d’Évreux ; en août 1262, l’évêque d’Autun ; en août 1265, le légat du pape ; en novembre 1268, l’évêque de Bayeux ; en août 1269, l’évêque d’Évreux.

55 En janvier 1264, le légat du pape ; en septembre 1266, les évêques d’Amiens et d’Auxerre ; en juillet et septembre 1269, l’ancien évêque d’Évreux, Raoul de Grosparmi, devenu légat du pape.

56 M. Reulos, « Châteaux et manoirs dans la Coutume de Normandie », in Châteaux et châtelains en Normandie (Actes du XXIIe congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Vernon, 1987), Cahiers Léopold Delisle, XL, 1991, p. 45-48.

57 Cet arrêt est rapporté par Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), Rouen, Le Brument – Métérie, 1872-1873, II, p. 241.

58 J. Tardif, Coutumiers de Normandie, I, 1re partie, Le Très Ancien Coutumier de Normandie, 1881 (texte latin), II, La Summa de Legibus in curia laicali, 1896, II, 2e partie, Le Très Ancien Coutumier de Normandie (texte français et normand), Paris, Picard, 1903.

59 Ibid., II, p. 81. Ce texte contient une des rares occurrences du terme herbergagium.

60 Ibid., p. 106.

61 Maître Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la Coutume de Normandie, III, Rouen, Le Boucher, 1781.

62 R. Carabie, La Propriété foncière dans le très ancien droit normand (XIe-XIIIe siècles), Caen, Bigot, 1943, p. 332-334.

63 ... villas quas a manendo manerias vulgo vocamus... Orderic Vital, The Ecclesiastical History, M. Chibnall (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1980, II, p. 266, note 3. Dans l’index, quatre mots sont présentés comme interchangeables : manerium, manarium, mansio, villa.

64 Arch. Dio. Sées, Livre Rouge de Sées, fo 69.

65 Un acte non daté de l’évêque de Sées, Serlon (1091-1122), est signé à Saint-Fulgent (ADO, H 2158).

66 ADSM, G 7 fo 672-673.

67 Le domaine de Fresne dépendait, avant l’échange, du domaine des Andelys dont il a été dissocié.

68 BM Rouen, cartulaire de la cathédrale, Y 44 fo 32 vo.

69 En juin 1261, Eudes Rigaud cède au roi le manoir de Saint-Mathieu en échange du droit de haute justice à Pinterville ; l’archevêque y a séjourné au moins onze fois et le roi y résida dès le 4 juin 1261 (L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 138 et 139).

70 ADSM, G 1091.

71 ADSM, G 7 fo 294.

72 Recensement de 1035-1037, effectué par l’évêque Hugues, in V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, Picard et fils – Lestringant, 1902-1903,1, p. 27-29. En 1089, confirmation des biens de l’Église de Bayeux par Robert Courteheuse (ibid., p. 6-8). En 1133, enquête sur les services militaires dus au roi et à l’évêque de Bayeux, éditée par H. Navel, BSAN, XLII, p. 5-71. En 1144, une bulle du pape Eugène III passe en revue tous les biens qui ont été recouvrés par l’évêque Philippe de Harcourt (V. Bourrienne, Un grand bâtisseur : Philippe de Harcourt, évêque de Bayeux (1142-1163), Paris, Naert, 1930, p. 16-19).

73 É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée du Plessis-Grimoult (Calvados) », AM, III-IV, 1973-1974, p. 111-243.

74 Neuilly, Gaillon, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Courtonne, Pontoise, Dieppe, Condé.

75 En 1147, Robert de Terregaste donne à l’abbaye de Montmorel « une pièce de terre sur nos dits héritages et domaine au plus près de notre dit manoir [...] excepté le pastis devant notre dit manoir » (F. Dubosc, Cartulaire de l’abbaye de Mont-Morel, Saint-Lô, Jacqueline fils, 1878). En 1265, une donation en faveur de l’abbaye de la Lucerne localise précisément le manoir donné à l’abbaye :... manerium... situm inter domum Michaelis dicti Le Large ex una parte et domum Ricardi Hugonis ex altera, cum quadam pecia terre dicto manerio adherendi, que fuit dicti Johannis defuncti, sita extra clausuram dicti manerii (F. Dubose, Cartulaire de l’abbaye de la Luzerne, Saint-Lô, Jacqueline fils, 1878, p. 97). En 1299, l’abbaye de la Lucerne reçoit le droit de passage dans un viam competentem per curiam nostram et per clausum nostrum nec non per viam pae quam eximus de manerio nostro (ibid., p. 145-146). En 1265, la donation du curé de Malloué à l’hospice d’Avranches précise :... totum manerium et clausum in quo columbarium situm est, acte cité dans E. Le Héricher, « Notes sur l’histoire et les monuments d’Avranches », Mémoires de la Société archéologique d’Avranches, IV, 1873, p. 235.

76 ADE, G 6 f o 21.

77 É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Lettres, 1908-1911,1, p. 240-242 et 259-260.

78 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 498-499 et 580.

79 Ibid., p. 150 et 389.

80 Il s’agit des sites suivants : Le Parc, Saint-Philbert, Douvres, Valognes, Brosville, Canapville, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Déville.

81 Cadastre de 1818, ADO, III P2 072.

82 Arch, nat., P 307 fo 80 vo.

83 Aveu de 1392, Arch, nat., P 307 fo 50 vo.

84 En 1147, Robert de Terregaste garde la jouissance du « pastis » devant son manoir ; en 1299, le chemin d’accès au manoir de Stephanus Rabot est exclu de la concession faite à l’abbaye de la Lucerne (voir note 75).

85 M. Reulos, « Châteaux et manoirs... », p. 48.

86 Arch, nat., P 306 fo 112.

87 J. Musset, « Le droit de colombier en Normandie sous l’Ancien Régime », AN, 1984, 1, p. 60-63.

88 F. Soudet, Ordonnances de l’Échiquier de Normandie aux XIVe et XVe siècles, Rouen – Paris, Lestringant – Picard, 1929, p. 13. Une ordonnance de 1344 rappelle ce qui avait déjà été décidé en 1276, 1289 et 1292. En Bourgogne, les colombiers apparaissent dans la documentation à partir du milieu du XIVe siècle (H. Mouillebouche, Les Maisons fortes en Bourgogne du Nord du XIIIe au XVIe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2002, p. 407).

89 La Maison forte au Moyen Âge (Actes du colloque de Pont-à-Mousson, 1984), M. Bur (dir.), Paris, CNRS, 1986.

90 M. Bur, « Pourquoi un colloque sur la maison forte au Moyen Âge ? », ibid., p. 7-11 ; J.-M. Pesez, « Maison forte, manoir, bastide, tour, motte, enceinte, moated-site, Wasserburg ou les ensembles en archéologie », ibid., p. 331-340.

91 G. Louise, « Les maisons fortes du bocage normand (XIIe-XVe siècles) », ibid., p. 31-39.

92 J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses in Eastern and Northern England in the later Middle Ages », ibid., p. 17-29 ; Id., « Fortified and Semi-fortified Manor Houses », Château-Gaillard, IX-X, 1982, p. 187-198.

93 D. Pichot, « Les cartulaires manceaux... », p. 93.

94 Ibid., p. 132.

95 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995, p. 306 et 315-316.

96 Ibid., p. 315.

97 G. Meirion-Jones, M. Jones, « Seigneurie et résidence dans la Bretagne médiévale : un bilan des recherches récentes », in Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge (Actes du 117e congrès national des Sociétés savantes, section d’histoire médiévale et de philologie, Clermont-Ferrand, 1992), Paris, CTHS, 1995, p. 321-324.

98 Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie national, 1993, p. 64-65,119-133,61-62.

99 A. Chédeville, Chartres et ses campagnes..., p. 180-183.

100 M. Le Mené, Les Campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530), Nantes, Cid Éditions, 1982, p. 133 et 145.

101 Les résidences seigneuriales peuvent porter le nom de motte même si elles n’en revêtent pas la forme : A. Debord, « Motte castrale et habitat chevaleresque », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Genève, Droz, 1982, p. 84-85.

102 Cette formulation a été relevée en Bretagne où aula désigne à la fois la salle, un groupe de bâtiments, voire l’ensemble de la résidence comme « salle » à la fin du Moyen Âge : G. Meirion-Jones, M. Jones, J.R. Pilcher, « The Seigneurial Domestic Buildings of Brittany 1000-1700 », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, G. Meirion-Jones, M. Jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasional Papers), 1993, p. 163.

103 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 278.

104 J. Decaëns, « L’évêque Yves de Sées », in Les Évêques normands du XT siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 136-137.

105 Medieval Archaeology, « Chronique des fouilles », 13, 1969, p. 255 et 14, 1970, p. 156; J. Le Patourel, « Geoffroy of Montbray, Bishop of Coutances (1049-1093) », The English Historical Review, LIX, 1944, p. 153-154.

106 R.J. Ivens, « Deddington Castle, Oxfordshire. A summary of excavations 1977-1979 », South Midlands Archaeology, 13, 1983, p. 34-41 ; Id., « Deddington Castle, Oxfordshire, and the English Honor of Odo of Bayeux », Oxoniensa, 49, 1984, p. 101-119.

107 É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285-1314) », in Palais royaux et princiers au Moyen Âge (Actes du colloque du Mans, 1994), A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l'université du Maine, 1996, p. 43-50.

108 J. Chapelot, Le Château de Vincennes. Une résidence royale au Moyen Âge, Paris, CNRS, 1994, p. 14-33 ; Id., « De la “maison” au “château” : les qualificatifs de Vincennes dans les sources écrites aux XIIIe-XIVe siècles », in Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 147-158.

109 A. de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du baillage de Caen. Faite en vertu du roi en 1371 par Regnier le Coustellier, bailli de Caen, accompagné de Jehan Dubois et Rogier Lemasnier, chevaliers », MSAN, XI, 1840, p. 185-204. O, Orne, canton de Mortrée. Maisy, Calvados, canton d’isigny. Colombières, Calvados, canton de Trévières.

110 Observations personnelles.

111 Ces deux châteaux n’ont jamais été l’objet d’une étude approfondie et critique qui distinguerait les éléments primitifs et les ajouts.

112 H. Mouillebouche, Les Maisons fortes..., p. 242-244.

113 Cité dans T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., II, p. 43.

114 Douvres, Valognes, Brosville, Les Loges, Fresne, Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pinterville, Fleuré, Saint-Fulgent-des-Ormes et Laleu. On les soupçonne pour Vernon, Canapville et Bernienville. Il semble pertinent de réserver un paragraphe aux maisons de ville qui ressortissent du type des maisons plates, mais présentent cependant quelques caractères propres.

115 Comme pour la maison forte du Parc, l’évaluation de cette mutation est envisagée dans la troisième partie.

116 ADO, G 6 fo 21, 60 et 67.

117 ADSM, G 6 fo 131.

118 ADSM, G 1605.

119 ADE, G 6 f o 21 et 67.

120 C. Dyer, « Jardins et vergers en Angleterre au Moyen Âge », in jardins et vergers en Europe occidentale du VIIIe au XVIIIe siècle (9e journées internationales d’histoire, Flaran, 1987), Valencesur-Baise, Centre culurel de l’abbaye de Flaran, 1989, p. 147.

121 L’évaluation est impossible pour quatre résidences (Vernon, Louviers, Fleuré et Saint-Fulgentdes-Ormes). Elle est acceptable pour douze sites : Saint-Lô (env. 3 ha), Pinterville (env. 1,5 ha, vente du manoir en 1577, T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers..., III, p. 107-108), Les Loges (env. 1 ha), Douvres (env. 5,5 ha), Brosville (env. 5 ha, vente des biens nationaux, An II, ADE, Q 39), Déville (env. 4,5 ha), Fresne (env. 4,5 ha), Saint-Nicolas-d’Aliermont (env. 7 ha), Valognes (env. 3 ha), Canapville (env. 1,5 ha), Pontoise (env. 1,3 ha) et Laleu (env. 38 ares, terrier du XVIIIe siècle, ADO, 1G 3 fo 4).

122 P. Contamine, « Parcs, plessis, clôtures », in Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby (dir.), II, Paris, Seuil, 1985, p. 427-434.

123 Gestapontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 208.

124 A. Renoux, « Résidences des comtes du Maine », in Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1994, p. 55.

125 J. Mesqui, « Le palais des comtes de Champagne à Provins (XIIe-XIIIe siècles) », Bulletin monumental, 151-II, 1993, p. 327.

126 Le Manoir en Bretagne..., p. 62.

127 A. Labbé, L’Architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste. Essai sur le roi en majesté, Paris – Genève, Champion – Slatkine, 1987, p. 151-152 et 164.

128 En effet nous méconnaissons totalement l’organisation des enclos manoriaux de Douvres, Brosville, Pinterville, et très mal ceux de Laleu et de Saint-Fulgent. Nous fonderons donc nos démonstrations sur les seuls sites des Loges, de Valognes, Déville, Fresne, Saint-Nicolas d’Aliermont et Fleuré.

129 Aveu de 1400 : « ... une place et jardin ou il est manoir avecques vignes et pres » (Arch. nat. P 37 fo 80 vo-81 vo).

130 D. Quéruel, « Le jardin d’Hesdin et les jardins de la cour de Bourgogne », in Le Jardin médiéval (Actes du colloque à l’abbaye de Saint-Arnoult, 1988), Warluis, ADAMA, 1990, p. 105.

131 Cité par J.-Y. Ribault, « Les jardins de l’abbaye de Noirlac », in Jardins du Moyen Âge, Catalogue de l’exposition présentée à l’abbaye de Noirlac (15 mai-30 septembre 1995), Paris, Le Léopard d’or, 1995, p. 81.

132 Le Roman de la Rose, G. Vertut (éd.), Paris, Plon, 1956, p. 24, 27, 43.

133 C. Heitz, « Les jardins au temps de Charlemagne : l’exemple des jardins de Saint-Gall », in Jardins du Moyen Âge, p. 25-35. L’auteur cite le plan de Saint-Gall, le capitulaire de Villis et l’Hortulus de Walahfrid Strabon.

134 Nous avons exclu de ce paragraphe tout ce qui concerne les maisons de ville, présentées dans le paragraphe suivant (Saint-Lô, Pontoise, Dieppe, Les Andelys).

135 Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Fresne.

136 Fleuré.

137 À Chingford (Essex), dans un des manoirs du chapitre de la cathédrale de Londres tel qu’on peut le reconstituer en 1265, des bâtiments serviles (four, laiterie, grenier et poulailler) sont édifiés dans la haute-cour où s’élèvent également le hall et la chapelle (J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses in Eastern and Northern England... », p. 23, fig. 5).

138 Valognes, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont.

139 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995 ; A. Gilbert, Les Maisons du Temple du diocèse de Bayeux (1148-1307), mémoire de Maîtrise, Université de Caen, 1993 (dactyl.). Prieuré de South-Whitham, par T. Davill, Ancient Monuments in the Country Side: an Archaeological Management Report, Coll. English Heritage, Archeological Report, 5, S.I., 1987, p. 274-275 ; les archéologues estiment que le prieuré fut fondé vers 1167 et abandonné vers 1311. Voir P. Racinet, « Les moines au village : pour une étude des installations monastiques dans le monde rural », in Le Village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 181-202.

140 Les vingt et un sites sont : Bourgoult (Eure), Baugy (Calvados), Valcanville (Manche), Fontaine-la-Cado (Eure), Repentigny (Seine-Maritime), Villedieu-la-Montagne (Seine-Maritime), Villedieu-lès-Bailleul, Voismer (Calvados), Brettemare (Eure), Courval (Calvados), BoisHibou (Eure), Chanu (Eure), La Haie-du-Val-Saint-Denis (Eure), Renneville (Eure), SainteVaubourg (Seine-Maritime), Ivry-le-Temple, Bretteville-le-Rabet (Calvados), Bos-Normand, Fresneaux (Orne), Campigny, Louvigny (Orne).

141 Villedieu-de-Montchevrel (1,5 ha), La-Haye-du-Val-Saint-Denis (2,4 ha), Villedieu-sousGrandvilliers (2,5 ha), Saint-Étienne-de-Renneville (2,4 ha), Voismer (2,4 ha), Baugy (4 ha), Campigny (6,4 ha), Sainte-Vaubourg (8 ha) (M. Miguet, Templiers et Hospitaliers..., p. 471, 284, 339, 302, 206, 159, 349, 411).

142 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers..., p. 88-89.

143 Ibid., p. 210, 314 et 393.

144 Ibid., p. 89-96.

145 À Baugy : « ... une maison... demeure par hault le fermier de lostel et le bas sert pour estables... » ; à Courval : « ... ung grand corps de maison de pierre... refaire les planchiers de dessus la salle... » ; à Bretteville-le-Rabet : « ... une maison de pierre de XXXII piez de long ou viron et autant de large... qui est voultée et sert de cellier et audessus une chambre a cheminée... » ; à Voismer : « ... deux grans corps de maisons joignants l’un a l’autre... dont l’un souloit servir pour sale et n’y a point de sol dessus... L’autre maison qui joint a icelle sert pour cellier en bas et en Lestage dessus a cheminee pour demourer... ». Ces textes sont édités par A. Gilbert, Les Maisons du Temple..., p. 55-57. L’auteur n’en a fait aucune critique architecturale.

146 35 mètres à Fresneaux, 50 mètres à Brettemare et Ivry et 40 mètres à Voismer (M. Miguet, Templiers et Hospitaliers..., p. 97-102) ; M. Kirk, L’Art des granges, Paris, Flammarion, 1994 ; P. Lemaître, « Notes sur quelques granges dîmières du département de l’Eure », Bulletin monumental, XV, 1849, p. 195-199.

147 P. Racinet, « Les moines au village... », p. 185.

148 Cette évaluation n’est obtenue qu’à partir d’un échantillon réduit, en particulier à partir des plans fournis par P. Racinet, « Les moines au village... », p. 200-201. Lady (Seine-et-Marne) : 7500 m2, Roinville (Eure-et-Loir) : 4000 m2, Autheuil-en-Valois (Oise) : 6000 m2, En 1515, l’établissement de Saint-Loup-sur-Abron (Nièvre) est signalé comme étant ceint de fossés avec ponts « dormant » et « levans » et « fortiffications » ; au XVe siècle, le « manoir » de Villeau est protégé par de hauts murs flanqués d’une petite tour munie de meurtrières circulaires ; le manoir de Nottonville a été doté en 1475 d’une poterne à deux tourelles (ibid., p. 184-185 et 193).

149 P. Racinet, « Les moines au village... », p. 188-189.

150 P. Beck, Une ferme seigneuriale au XIVe siècle. La grange du Mont (Charny, Côte-d’Or), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme (Documents d’archéologie française), 1989.

151 Le domaine est dénommé « grange » dans deux documents comptables de 1330-1331 (ibid., p. 21).

152 Ibid., p. 14 et 54.

153 Ibid., p. 41-47 et 84.

154 M. Le Mené, Les Campagnes angevines..., p. 186.

155 F. Robin, La Cour d’Anjou-Provence. La vie artistique sous le règne du roi René, Paris, Picard, 1985, p. 104, 111, 113-114.

156 P. Contamine, La Noblesse au royaume de France, de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997, p. 159-160.

157 J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses », p. 187-198.

158 J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses in Eastern and Northern England... », p. 20-21.

159 R.C. Turner, « The Medieval Palaces of the Bishop of St. Davids, Wales », in Military Studies in Medieval Europe (Papers of the “medieval Europe Brugge 1997” Conference ; 11), Zellik, Instituut vor het Archeologisch Patrimonium, 1997, p. 217-225.

160 M.-C. Taupin, Hameau de Trainecourt (XIIIe-XVe siècles). Grentheville-« Les Trains de Cour », No 14 319 001 AH-Calvados, DFS de sauvetage (01-10-1990-31-08-1991), Caen, Service régional de l’archéologie, 1993, p. 105-151. Le complexe mis au jour occupe 2000 m2 et a été édifié à l’emplacement de maisons préexistantes qui ont été détruites pour son installation. Le matériel abondant, en particulier métallique, est considéré comme caractéristique des sites d’habitat noble (ferrures, anneaux de cotte de maille, étriers).

161 O. Chapelot, B. Rieth, « Une résidence disparue des comtes d’Artois, le manoir de Conflans (Val-de-Marne), 1270-1329 », in Texte et archéologie monumentale. Approches de l’architecture médiévale (Actes du colloque d’Avignon, 2000), P. Bernardi, A. Hartmann-Virnich, D. Vingtain (dir.), Montagnac, Éditions Monique Mergoil, 2005, p. 66-77.

162 T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 147, 150, 404, 440, 498, 499 et 580. L’Hôtel de Rouen à Paris était situé dans la paroisse Saint-Côme et Saint-Damien, près de la porte Saint-Germain-des-Prés ; aujourd’hui, la rue du Jardinet se termine dans la Cour de Rohan, altération de Cour de Rouen.

163 ADSM, G 7 fo 307.

164 Cité dans L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 150.

165 Cité dans Gallia Christiana, XI, Instrumenta, col. 41.

166 ADSM, G 3705.

167 Bayeux, 1309, Trésor des Chartes, Reg. 44, no. 76 ; Évreux, Arch, nat., S 82,6.

168 Le manoir se situait au sud de la paroisse Saint-Pierre, à la limite de la paroisse Saint-Jean ; il s’insérait dans un bloc délimité, à l’ouest et à l’est, par la rue Exmoisine et le rempart et au nord et au sud par les rues Neuve et de Lengannerie (G. Huard, « La paroisse Saint-Pierre de Caen », MSAN, XXXV, 1925-1927, p. 55-62).

169 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université de Caen, 1964 (dactyl.), p. 88-89. En 1280, l’évêque se défait de ces maisons lorsqu’il fonde le collège de Harcourt. Voir L.-M. Tisserand, Topographie historique du vieux Paris, 5e partie : Région occidentale de l’Université, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 636, et J. Semmler, « Die Residenzen der Fürsten und Priilaten im mittelalterlichen Paris (12-14 Jahrhundert) », in Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, II, p. 1224.

170 Le manoir des évêques de Bayeux à Caen couvre, en 1736, environ un hectare, d’après le plan de Caen joint à la carte du diocèse de Bayeux en 1736 (Arch, nat., NN 318).

171 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., I, p. 204. Nous avons considéré que ce jardin dépendait du manoir épiscopal ; mais il peut en être éloigné.

172 É. Anquetil, Le Livre Rouge..., II, p. 214-215. La rue de Lengannerie longe le manoir épiscopal sur sa face sud.

173 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers..., p. 104-105.

174 A. de Caumont, « Relation de la visite... », p. 185-204.

175 Falaise (Calvados), Exmes (Orne), Chambois (Orne), Courcy (Calvados), Vire (Calvados), Creully (Calvados) et Neuilly (Calvados).

176 Maisy (Calvados), Colombières (Calvados), O (Orne).

177 Sées (Orne), Chaillouay (Orne), Argences (Calvados), Ouistreham (Calvados), Hermanville (Calvados), Luc (Calvados), Lion (Calvados), Mathieu (Calvados), Bernescq (Calvados), Trévières (Calvados).

178 A. Renoux, « Les fondements architecturaux... », p. 181.

179 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 28 ; M. Bur, « Essai de typologie de l’habitat seigneurial dans l’Argonne aux XIe et XIIe siècles d’après les vestiges relevés sur le terrain », in La Construction au Moyen Âge : histoire et archéologie (Actes du congrès de la SHMESP, Besançon, 1972), Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 145-174 ; J.F. Verbruggen, « Notes sur le sens des mots castrum et castellum et quelques autres expressions qui désignent les fortifications », Revue belge de philologie et d’histoire, 1950, p. 147-155 ; M. Chibnall, « Orderic Vitalis on Castles », in Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, Woodbridge, The Boydell Press, 1989, p. 43-56.

180 Statut du concile de Lillebonne en 1080, édité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p. 251-252 ; Consuetudines et justicie en 1091, édité par C.H. Haskins, Norman Institutions, p. 282.

181 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, p. 80-89 ; A. Renoux, « Les fondements architecturaux... », p. 180-181.

182 M. de Boüard, Le Château de Caen, Caen, CRAM, 1979, p. 100.

183 I. Darnas, « Les châteaux de l’évêque de Mende dans la vallée du Lot en Gévaudan (XIIe-XIVe siècles) », Archéologie du Midi médiéval, XI, 1993, p. 41-51.

184 H.L. Janssen, « The Castles of the Bishop of Utrecht and their function in the political and administrative development of the bishopric », Château-Gaillard, VIII, 1977, p. 135-157.

185 G. Giuliato, « Les résidences fortifiées des évêques de Metz en Lorraine au Moyen Âge », in Palais royaux et princiers au Moyen Âge, p. 117-132.

186 M. Basin de Jessey, « La résidence des évêques de Dol », Annales de la Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Saint-Malo, 1973, p. 274.

187 M.-J. Salmon, Un palais-musée à Beauvais : tours et détours de l’ancienne demeure épiscopale, Beauvais, Musée départemental de l’Oise, 1984, p. 10-11.

188 V. Motte, « Le château de Selles à Cambrai, étude historique et monumentale », Archaeologia Duacensis, 8, 1993, p. 7-9.

189 R.C. Turner, « The Medieval Palaces... », p. 220-222.

190 En 1234, un acte est signé dans la camera de l’évêque de Coutances, à Valognes. En 1252,1253 et 1255, l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, signe un acte ou reçoit l’hommage de ses vassaux dans l’aula de Déville ; en 1377-1378, on en répare la grande porte et la fenêtre. En 1252, aux Andelys, l’archevêque reçoit un prêtre super gradum aule superiori ; en 1266, il y prononce un discours in camera superiori. En 1256,1257 et 1258, à Saint-Nicolas-d’Aliermont, il juge des braconniers dans l’aula ou dans l’aula superiori. En 1256, il reçoit le bailli de Rouen dans l’aula de Louviers, et en 1268, il mentionne l’aula de Pinterville. En 1397, au château des Loges, l’évêque de Lisieux, Guillaume d’Estouteville, règle un litige entre lui et le sous-chantre in domo habitationis dicti episcopi videlicet in camera sua Pavimentis de Logiis et in aula manerii episcopalis de Logiis.

191 A. Renoux, « Espaces et lieux de pouvoirs royaux et princiers en France (fin IXe-début XIIIe siècle) : changement et continuité », in Palais royaux et princiers au Moyen Âge, p. 21.

192 A. Renoux, « Espaces... », p. 21-25 et 28-34 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, La Résidence et les éléments d’architecture, Paris, Picard, 1993, p. 77-109 et 120-134. Ces deux auteurs présentent les derniers états de la recherche et de la problématique à partir d’exemples nombreux aussi bien en France qu’à l’étranger. E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in Manorial Domestic Buildings..., p. 82-82-120; G. Meirion-Jones, M. Jones, J.R. Pilcher, « The Seigneurial Domestic Buildings... », ibid., p. 158-191. Ces deux articles s’attachent à relever les vestiges d’aulae et de camerae en Normandie et en Bretagne.

193 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 77-98.

194 A. Renoux, « Fécamp (Seine-Maritime) : palais et château des ducs de Normandie », in Palais médiévaux..., p. 48-49.

195 A. Nissen-Jaubert, « Domfront (Orne) : château des ducs de Normandie », ibid., p. 41-42.

196 E. Impey, « La demeure seigneuriale en Normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande », in L’Architecture normande au Moyen Âge (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1994), M. Baylé (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1997,1, p. 219-241.

197 Les cas de Caen et de Domfront illustrent les divergences d’interprétation signalées plus haut. E. Impey, au contraire de ce qu’affirmait M. de Boüard, considère que l’aula de Caen est une grande salle de plain-pied ; de même, il s’inscrit contre l’affirmation d’A. Nissen-Jaubert, en interprétant l’aula de Domfront comme étant une camera.

198 J. Blair, « Hall and Chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildings..., p. 1-21.

199 A. Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands au XIIe siècle : l’apport des sources comptables et des données archéologiques », in L’Architecture normande au Moyen Âge, I, p. 201-202.

200 Ibid., p. 216-217.

201 J. Blair, « Hall and Chamber... », p. 6, 10 et 12.

202 G. Meirion-Jones, M. Jones, J.R. Pilcher, « The Seigneurial Domestic Buildings... », p. 16.

203 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects des manoirs gothiques bretons », Arts de l’Ouest, 1980, p. 107.

204 Chauvincourt, Eure, canton d’Étrépagny. Ailly, Eure, canton de Gaillon. E. Impey, « La Tour aux Anglais à Aunou-le-Faucon (Orne), un manoir des XIVe et XVe siècles », in Autour du château médiéval (Actes des rencontres historiques et archéologiques de l’Orne, Alençon, 1997), B. Fajal (dir.), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne (Mémoires et documents), 1998, p. 163-182.

205 D. Pitte, « Architecture civile en pierre, à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. La maison romane », AM, XXIV, 1994, p. 299.

206 E. Impey, « La Tour aux Anglais... », p. 163-182. Logis de Cernay (Calvados, canton d’Orbec), de Betteville (Seine-Maritime, canton de Pavilly), du Mesnil-sous-Jumièges (Seine-Maritime, canton de Duclair).

207 M. Whiteley, « Deux escaliers royaux du XIVe siècle ; les “grands degrés” du palais de la Cité et la “grande viz” du Louvre », Bulletin monumental, 1989, p. 132-154.

208 T. Crépin-Leblond, D. Vermand, « L’ancien hôtel de Vermandois à Senlis », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis, 1986-1989 (1991), p. 124-156.

209 P. Garrigou-Grandchamp, Demeures médiévales, cœur de la cité, 2e éd., Paris, Rempart, 1994, p. 39-41.

210 D. Pitte, « Architecture civile en pierre... », p. 251-299.

211 Ardevon, Manche, canton de Pontorson. Le prieuré était une dépendance du Mont-SaintMichel et le logis primitif semble avoir été construit pour servir de lieu de retraite aux moines. E. Impey, « Le prieuré du Mont-Saint-Michel... », p. 24-51.

212 L. Musset, « Sites monastiques de Basse-Normandie. L’abbaye de Barbery », Art de Basse-Normandie, 23,1961, p. 22-27 ; Id., « Sites monastiques de Basse-Normandie. L’abbaye de Saint-André-en-Gouffern », Art de Basse-Normandie, 1, 1956, p. 14-18.

213 Cambremer, Brosville, Bernienville, Vernon, Courtonne, Canapville, Pinterville. On ne peut affirmer que les bâtiments actuels de Courtonne et de Brosville sont des vestiges des logis.

214 Neuilly, Douvres et dans une mesure infime Saint-Fulgent et Laleu.

215 Les Andelys, Déville, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Louviers, Pontoise, Dieppe, Gaillon.

216 Le Parc, Saint-Philbert, Condé, Les Loges, Fleuré, Saint-Fulgent, Laleu.

217 C. Corvisier, « Le donjon-porte castrai en France à la fin du Moyen Âge. Émergence d’un thème architectural », in Aux portes du château (Actes du 3e colloque de castellologie, Flaran, 1988), Valence-sur-Baïse, Centre culurel de l’abbaye de Flaran, 1989, p. 71-83 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, I, De la défense à la résidence, Paris, Picard, 1991, p. 157, 307-310 et II, p. 71.

218 P. Bouton, « Le logis de la Perrière à Voivres-lès-le-Mans », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, no 721, 1996, p. 3-14.

219 M. Quillent, « Pour une étude globale des prieurés de la Somme », in Abbayes et prieurés de Picardie et d’ailleurs, P. Racinet (dir.), Amiens, CAHMER (Laboratoire d’archéologie, Université de Picardie ; 8), 1997, p. 149.

220 Chapelles du Parc, de Saint-Philbert (2), de Neuilly, de Douvres, de Saint-Ébremond, de Saint-Lô, de Bernienville, de Brosville, des Loges, des Andelys, de Fresne, de Déville (2), de Gaillon, de Pontoise, de Louviers et de Fleuré.

221 Les Loges, Neuilly, Douvres, Valognes, Saint-Lô, Saint-Ébremond, Pontoise, Déville, Fresne, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Saint-Philbert-sur-Risle.

222 I. Hacker-Sück, « La Sainte-Chapelle de Paris et les chapelles palatines au Moyen Âge en France », Cahiers archéologiques, XIII, 1962, p. 217-257. L’auteur cite, avant la Sainte-Chapelle de Paris, les chapelles doubles du palais d’Étampes vers 1025, du « château des moines » à Berzé-la-Ville au début du XIIe siècle, du palais épiscopal de Laon vers 1161, de châteaux en Charente (Marthon,Villebois-la-Valette, Rochechandry), des comtes de Champagne à Provins, du roi à Laon, des palais épiscopaux de Paris, de Meaux, de Noyon, de Reims à la fin du XIIe siècle, et de nombreuses chapelles abbatiales.

223 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers... Baugy (22,5 x 6,3 m) p. 163, Bretteville-le-Rabet (26 x 6.5 m) p. 180, Chanu (14,5 x 6,5 m) p. 262, La-Haye-du-Val-Saint-Denis (9,5 x 8,05 m) p. 285, Repentigny (19 x 6,5 m) p. 394, Sainte-Vaubourg (24,6 x 6,4 m) p. 422, Fresneaux (19,5 x 7,5 m) p. 458, Villedieu-lès-Bailleul (11 x 7,5 m) p. 492.

224 E. Viollet Le Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, Bance puis Morel, 1858-1868, III, p. 461-485.

225 M. Wood, The English Medieval House, Londres, Phoenix house, 1965, p. 247-256.

226 M. Levalet, « Quelques observations sur les cuisines en France et en Angleterre au Moyen Âge », AM, VIII, 1976, p. 225-244.

227 De utensilibus, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 84.

228 De nominibus utensilium, ibid., p. 181.

229 Consuetudine farfenses, ibid., I, p. 134.

230 La réparation, en 1248, de la toiture en essentes de la cuisine du château de Fontainebleau conduit à envisager l’existence d’un bâtiment indépendant : Compotus praepositorum et ballivorum de termino Ascensionis M CC XLVIII, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 255. En 1234, on répare les conduites d’eau en cuir des cuisines du palais de Paris et du château de Beaumont-sur-Oise : Comptes de l’Hôtel de saint Louis, juin 1234, cité ibid., p. 253. Le bail du manoir de Chingford (Essex), en 1265, donne suffisamment de détails pour restituer l’espace bâti. La cuisine est un bâtiment indépendant qui s’élève dans la haute-cour, sur le même alignement que le hall et à proximité du four à pain (J. Le Patourel, « Fortified and Semi-fortified Manor Houses in Eastern and Northern England... », p. 17-29). Les comptes des travaux réalisés au château de Domfront à partir de la fin du XIIIe siècle permettent d’y restituer au moins deux cuisines indépendantes : la « petite cuisine » et une cuisine dotée d’un four (J.-P. Cormier, « Le château de Domfront au Moyen Âge. Essai de reconstitution », in L’Architecture normande au Moyen Âge, II, p. 291-295).

231 M. de Boüard, « De l’aula au donjon, les fouilles de la motte de la Chapelle à Doué-la-Fontaine », AM, Ill-IV, 1973-1974, p. 67.

232 A. Renoux, Fécamp..., p. 348-375.

233 Ibid., p. 375-387.

234 M. de Boüard, « La salle dite de l’Échiquier, au château de Caen », Medieval Archaeology, IX, 1965, p. 64-81.

235 M. de Boüard, Le Château de Caen, p. 79.

236 A.-M. Flambard Héricher, « La cuisine du logis seigneurial du “Vieux Château” de Vatte-ville-la-Rue (Seine-Maritime) », in Autour du château médiéval, p. 131-144.

237 J. Blair, « Hall and Chamber... », p. 1-21.

238 D. Pitte, « Architecture civile en pierre... », p. 251-341.

239 R.C. Turner, « The Medieval Palaces... », p. 220.

240 R. Bertrand, « Une fouille en cours : Sainte-Geneviève-en-Inzinzac-Lochrist (Morbihan) », in La Maison forte au Moyen Âge, p. 53-54.

241 Le Parc, Douvres, Saint-Ébremond, Valognes, Saint-Lô, Les Loges, Déville, Saint-Nicolasd’Aliermont, Pontoise, Dieppe, Gaillon, Fleuré.

242 Dieppe, Déville, Pontoise, Valognes, Saint-Ébremond, Le Parc, Saint-Lô, Les Loges, Gaillon.

243 « Dreceour » : dressoir, étagère pour exposer la vaisselle de luxe.

244 Neuilly, Gaillon, Saint-Philbert, Le Parc, Louviers, Valognes, Fresne, Saint-Nicolas, Fleuré, Les Loges, Saint-Ébremond.

245 L’archéologie a clairement démontré la présence de fours intégrés à la cuisine. Au Plessis-Grimoult, un four équipait une salle qui paraît avoir été une cuisine intégrée à un bâtiment noble de plain-pied du début du XIe siècle (É. Zadora-Rio, « L’enceinte fortifiée du Plessis-Grimoult (Calvados) », p. 202-209). À Vatteville-la-Rue, le four s’ouvrait dans le contrecœur de la cheminée de la cuisine (A.-M. Flambard Fléricher, « La cuisine du logis seigneurial... », p. 131-140).

246 Au Parc, à Douvres, Valognes, Saint-Ébremond, Condé, Fresne, Déville, Saint-Nicolasd’Aliermont, Fleuré, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes. Les plus anciennes sont celles des colombiers de Déville en 1423, de Fresne en 1428, de Valognes et de Saint-Ébremond en 1440. Les colombiers de Saint-Fulgent et de Laleu ne sont mentionnés que dans les aveux de 1458 et leur localisation n’a pu être élucidée.

247 É. Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche : d’une image littéraire à la réalité archéologique », AM, III-IV, 1973-1974, p. 379.

248 Le Manoir en Bretagne..., p. 63.

249 Déville, Pontoise, Gaillon, Valognes et Saint-Lô.

250 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme..., p. 654-657.

251 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects... », p. 120.

252 P. Fournier, Les Officialités au Moyen Âge, p. 25-60 et 314.

253 Cette mutation a été constatée à Avranches et à Rouen par A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles) : état de la question », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 186, et M. Casset, Les Résidences des évêques d'Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Maine, 1993 (dactyl.), p. 53. À Avranches, les locaux de l’officialité sont installés dans le bâtiment de la grande salle, à une date qu’il est difficile de préciser au XIIIe siècle ou dans la première moitié du XIVe siècle.

254 À Valognes, Saint-Lô, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pontoise, Déville, Dieppe, Gaillon, Neuilly et Louviers.

255 G. Huard, « La paroisse Saint-Pierre de Caen », p. 55.

256 L’identification de la fonction de cette salle est issue de sa présence dans les comptes de travaux au palais archiépiscopal de Rouen, où en 1423 et 1438 la « gehine » désigne une salle dans les prisons (L.-A. Jouen, Comptes, devis et inventaires du manoir archiépiscopal de Rouen, Paris, Picard et fils, 1908, p. 95 et 179).

257 J.-C. Capelle, « Quelques aspects des prisons civiles en Normandie aux XIVe et XVe siècles », AM, V, 1975, p. 161-206.

258 M. Déceneux, « Notes sur quelques aspects... », p. 120.

259 T.N. Kinder, L’Europe cistercienne, 2e éd., Saint-Léger-Vauban, Zodiaque, 1998, p. 361-362.

260 V. Bourrienne, Antiquus cartularius…, I, p. 58 ; E. de Laheudrie, Bayeux, capitale du Bessin, Bayeux, Colas, 1945, II, p. 22-24.

261 Hugues d’Amiens (1130-1164), Rotrou (1165-1184) ou Gautier de Coutances (1184-1204).

262 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), I, p. 224 :... multum episcopalem sedem aedificiis et ornamentis accrevit... ; II, p. 107 :... aedificando ecclesiam et pulcherrimas domos laborasset.

263 A. Renoux, « Palais épiscopaux... », p. 198-200.

264 Robert de Torigni, Chronique, L. Delisle (éd.), II, p. 130 :... multum emendavit matrem ecclesiam et totum dominicum suum. reliquit etiam immensos divitias in auro et argento...

265 Gesta pontificum Autissiodorensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p. 96.

266 Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, ibid., p. 167.

267 F. Robin, La Cour d’Anjou-Provence..., p. 102.

268 Robert des Ablèges (1206-1230), Thomas de Fréauville (1233-1238), Guy (1241-1259) et Eudes de Lorris (1263-1274). Voir J.-J. Bertaux, « La cathédrale », Art de Basse-Normandie, 54, 1969, Bayeux, p. 29.

269 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, V, Arrondissement de Lisieux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1867, p. 256-260. Des vestiges de la chapelle du palais sont encore visibles, incrustés dans un des murs intérieurs de l’actuelle bibliothèque municipale (observations personnelles).

270 En Basse-Normandie : pavés de la salle de l’Échiquier et de la salle des Gardes de l’abbaye aux Hommes ; pavés du réfectoire de l’abbaye de La Lucerne. En Haute-Normandie : pavés des châteaux ou manoirs de Cany-Barville : J.-M. Nicolle, « Cany-Barville (76)-Caniel », in De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition (Musée départemental des Antiquités de Rouen), N. Roy (dir.), Rouen, Musées et monuments départementaux de la Seine-Maritime, 1990, p. 63-65, et de Touffreville : G. Lanfry, « Les carrelages vernissés des salles du château d’Enguerrand de Marigny au domaine du Plessis, commune de Touffreville, par Ménesqueville (Eure) », Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, XIX, 1932-1937, p. 30-33.

271 C. Norton, Carreaux de pavement du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Éditions Paris-Musées, 1992, p. 39-40.

272 Cette mention de l’utilisation d’ardoises est la plus ancienne mise au jour en Normandie.

273 Les lambris sont un dispositif attesté depuis longtemps et réservé aux pièces de qualité (J. Chapelot, « Le château de Vincennes, un grand programme architectural sous les quatre premiers Valois », Dossiers d’archéologie, 219, décembre 1996-janvier 1997, p. 67). Les Grands Rôles de l’Échiquier, dans la seconde moitié du XIIe siècle, signalent des dépenses pour les lambris de la camera ducale de Valognes (A. Renoux, « Résidences et châteaux ducaux normands... », p. 215).

274 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 130-134 ; P. Contamine, « Le parement et le retrait », in Histoire de la vie privée, II, p. 495-499.

275 Le Manoir en Bretagne..., p. 155-161.

276 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, II, p. 149-161.

277 Gesta pontificarn Autissiodorensium, cité par V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p. 95.

278 J. Blair, « Hall and Chamber... », p. 15.

279 A. Renoux, « Palais épiscopaux... », p. 203-204.

280 ADSM, G 9 fo 7 et 8 et G 438 fo 46.

281 ADSM, G 9 fo 7 et 8.

282 La « fourme » ou « forme » est une sorte de banc léger et mobile sur quatre pieds, sans dossier ni accotoirs (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration depuis le XIIIe siècle jusqu’à nos jours, Paris, Quantin, 1887-1890, 4 vol.). Cette définition nous paraît correspondre plus exactement au contexte documentaire. La définition proposée par Viollet Le Duc ne semble pas devoir être retenue : « siège d’honneur, banc divisé en stalles avec appui, dossier et dais » (Dictionnaire raisonné du mobilier français de l’époque carlovingienne à la Renaissance, Paris, Grand, 1858-1873). Mais il n’est pas possible de préciser exactement ce que sont les « fourmes basses » et plus loin les « fourmes closes » de Gaillon.

283 « Dressoir » : sorte de buffet avec étagères en gradins pour présenter la vaisselle d’apparat et les plats (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement, et E. Viollet Le Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français.L’inventaire de Déville permet de distinguer clairement le « drecheur », petite pièce où on découpe les viandes près du « tinel », et le « drecheur », meuble.

284 Le « banc a perche » est un banc à dossier bas (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement).

285 Dans ce cas, le dressoir ne doit être composé que d’une étagère disposée sur deux tréteaux.

286 Pupitre de forme ronde et pivotant (H. Havard, Dictionnaire de l'ameublement).

287 R. Quenedey, L’Habitation rouennaise, Rouen, Lestringant, 1926, p. 331.

288 F. Piponnier, « Inventaires et vente de biens meubles », in Cent maisons médiévales, Y. Esquieu, J.-M. Pesez (dir.), Paris, CNRS, 1998, p. 33-36.

289 L’inventaire de la résidence parisienne se prolonge chez les Chartreux où sont entreposés des ballots de linge : « chambres », tapis de selle, toiles de matelas, coussins, couvertures, carreaux, tapisseries, nappes et « touailles ».

290 10 à Paris, 9 à Gaillon et 11 à Déville.

291 La salle basse de Paris compte : un grand banc à degré, deux tables, six « fourmes » dont trois petites et un dressoir.

292 La « chambre de parement » compte 13 meubles à Paris, 6 à Gaillon et 5 à Déville. La chambre à coucher en compte 8 à Paris, 4 à Gaillon et 2 à Déville.

293 « Huche » : coffre long et rectangulaire. « Aumaire » : armoire, coffre massif sur pied avec portes frontales (H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement).

294 Chambres des « escuiers », du portier, du receveur et celle « dessus la porte ».

295 ADSM, G 438 fo 45.

296 J.-M. Lescuyer, J.-M. Poisson, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l’apport des textes pour l’archéologue », in Le Château médiéval..., p. 27-28.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search