Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Ire partie. Les antécédents et les conditions de l’installation (xe-xiiie siècles)

Les antécédents et les conditions de l’installation (xe-xiiie siècles)

Texte intégral

L’entrée des domaines dans le temporel

Les grandes étapes

Les inconnues du Haut Moyen Âge

  • 1 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe(...)

1Les sources écrites directes ou indirectes, actes royaux ou impériaux, chroniques, lettres ou vies de saints ne mentionnent jamais, ni ne font allusion à aucune des résidences rurales ou semi-rurales attestées à partir des XIe et XIIe siècles1. Il n’existe pas non plus, dans les textes du Haut Moyen Âge, d’indices topographiques qui pourraient conduire à en conclure l’existence. L’analyse des rituels d’intronisation des évêques et archevêques, connus dans leur configuration moderne, ne fournit pas non plus d’indications probantes.

  • 2 Ibid., p. 87.
  • 3 É.-A. Pigeon, Vies des saints du diocèse de Coutances et Avranches, Avranches, Perrin, 1898, II, p. (...)

2Notons qu’une telle observation peut être étendue aux résidences métropolitaines des prélats de la province ecclésiastique de Rouen, à propos desquelles les sources écrites sont quasiment muettes. Seules trois occurrences évoquent les résidences du chef-lieu de la métropole. Nous connaissons ainsi la chambre (cubiculum) où l’archevêque de Rouen, Praetextus, est transporté, depuis la cathédrale où il a été mortellement agressé en 586. Le deuxième témoignage est celui de la chambre (cubiculum) de l’évêque de Lisieux, Aetherius (vers 584)2. Enfin, la résidence urbaine des évêques d’Avranches est attestée sous l’épiscopat de Norgod (c. 990-c. 1017) ; et une tradition ancienne rapporte que le prélat voyait, depuis sa fenêtre, l’île sur laquelle s’élevait l’abbaye du Mont-Saint-Michel3.

  • 4 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne..., IX, p. 93-94.
  • 5 Annales Vedastini et Reginon de Prüm cités par J. Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie (...)
  • 6 Dans la première moitié du VIe siècle, les évêques Litarède et Passius qui participent aux conciles (...)

3Il existe cependant des indices assez forts témoignant de séjours dès le Haut Moyen Âge. Les évêques de Coutances ont continué à fréquenter Saint-Lô qui fut métropole épiscopale au VIe siècle4 ; la présence de l’évêque Liste dans le castrum assiégé par les Normands en 886 plaide pour cette hypothèse5. En revanche, il n’existe aucun indice que les prélats de Sées auraient continué à fréquenter une résidence à Exmes qui fut au VIe siècle la capitale religieuse du diocèse6.

  • 7 Jusqu’au démembrement de 1197 en faveur du duc-roi, le domaine de Fresne fait partie du très vaste (...)
  • 8 Dom J.F. Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, Rouen, Maurry, 1667, p. 93.
  • 9 Communication orale.

4En ce qui concerne le manoir de Saint-Mathieu et les domaines de Déville et des Andelys-Fresne7, aux archevêques de Rouen, un faisceau de présomptions incline à penser qu’il s’agit de possessions anciennes et par là dotées d’une résidence dès le Haut Moyen Âge. L’affirmation de Dom Pommeraye au XVIIe siècle, selon laquelle l’évêque Évode (c. 430) est mort aux Andelys, est invérifiable8. J. Le Maho considère que l’oppidum des Andelys aurait été cédé par Charles le Chauve au clergé de Rouen pour s’y réfugier lors des raids vikings9.

  • 10 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 263,48, 123 et (...)
  • 11 M.-C. Bertiaux, Les Résidences des évêques de Troyes dans leur diocèse à la fin du Moyen Âge, Thèse (...)

5De tels séjours entre les mains de grands prélats, dès le Bas-Empire et le Haut Moyen Âge, ne sont pas inconnus hors de la Normandie : Nicet aux évêques de Trèves dès le VIe siècle, Lisdorf vers 911 et Péronne vers l’an mille aux évêques de Cambrai, Mouzon et Tonnerre aux évêques de Reims à l’époque carolingienne10, Aixen-Othe aux évêques de Troyes dès le IXe siècle11.

Le retour des prélats après 91112

  • 12 Les observations qui suivent doivent beaucoup aux articles suivants dans Les Évêques normands du XI(...)
  • 13 L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épiscopale en Normandie aut (...)
  • 14 À Avranches, la liste épiscopale s’est interrompue avec l’évêque Walbert (c. 859-860), et ne repren (...)
  • 15 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), MSAN, XXIII, (...)

6Après 911, la restauration des structures ecclésiastiques ne s’opéra que tardivement. La désorganisation des diocèses normands n’a pas cessé avec la création du comté en 911 et ses extensions successives de 924 dans le Bessin et de 933 dans le Cotentin. Il a fallu attendre un demi, voire trois quarts de siècle, pour que s’ébauchent la reconstitution des cadres ecclésiastiques de haut niveau et leur retour dans les diocèses. À partir de 980 et du principat de Richard Ier, on assiste au rétablissement de la vie épiscopale dans les diocèses normands et les listes épiscopales qui étaient, dans beaucoup de cas, interrompues depuis au moins un siècle attestent de titulaires avérés13. Le diocèse de Rouen, où la liste n’a jamais présenté de véritables lacunes, fait exception14. Le sort des biens ecclésiastiques pendant cette période est très mal connu. On imagine que les évêques ne contrôlent plus qu’une infime partie de leurs biens alors que la majorité d’entre eux est désormais entre les mains de laïcs et du plus puissant d’entre eux, le duc. Seul l’archevêque de Rouen également comte d’Évreux, Robert (989-1037), semble disposer des moyens nécessaires pour entreprendre l’agrandissement de la cathédrale. Cependant, la tradition rapporte que Rollon fit des dons de terre aux Églises de Rouen, Évreux et Bayeux. Aucune source directe ne permet de confirmer ces donations, uniquement attestées par le chroniqueur Dudon de Saint-Quentin, au tournant des Xe et XIe siècles15. En revanche, on peut envisager une donation de terres aux environs de Neuilly à l’évêque de Bayeux Henri, par le duc Guillaume Longue Épée († 942).

7Si les prélats de la première génération du renouveau restent dans l’ombre, leurs successeurs du XIe siècle sont mieux connus, à la fois leur origine, leur caractère et leurs réalisations. Ce sont des grands du duché, issus de la famille ducale, du cercle proche des familiers du duc, ou de grands lignages. Si les antécédents de quelques évêques restent ignorés, ils sont assez bien documentés pour un certain nombre d’entre eux.

  • 16 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. Hugues, évêque de Bayeux (c. 1011-1049) ; Herluin de (...)
  • 17 D. Bates, « The Character and Carreer of Odo, Bishop of Bayeux (1049-50-1097) », Speculum, 50, no 1 (...)

8La famille ducale a fourni sept prélats. Trois richardides ont occupé le trône archiépiscopal de Rouen : Robert (987 / 989-1037), fils de Richard Ier, Mauger (1037-1055), fils de Richard II, et Jean d’Ivry (1067-1079), dont le père était frère utérin de Richard Ier. Ce dernier avait été, dans un premier temps, évêque d’Avranches (1060-1067). À Bayeux, les deux grands prélats du XIe siècle furent Hugues d’Ivry (1026-1049)16, frère de Jean d’Ivry, et Odon de Conteville (1049-1097), demi-frère de Guillaume le Conquérant17. À Lisieux, Herbert (1026-1049) est réputé avoir été un proche parent du duc ; quant à Hugues d’Eu (1049-1077), son père était un fils naturel de Richard Ier.

  • 18 Michel (1068-1094) et Richard de Beaufou (1134-1142), évêques d’Avranches ; Richard de Douvres, évê (...)
  • 19 D. Spear, « Geoffrey Brito, Archbishop of Rouen (1111-1128) », The Haskins Society Journal, 2, 1990 (...)
  • 20 L. Musset, « Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1049-1093) », Revue du département de la Ma (...)
  • 21 J. Decaëns, « L’évêque Yves de Sées », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 117-138.

9Les ducs ont amplement puisé dans leur cercle de chapelains pour doter les sièges épiscopaux et neuf prélats normands, au moins, sont issus de ce vivier18. On compte également nombre de prélats originaires de grands lignages normands ou de provinces voisines. Sur le trône de Rouen, Geoffroy Le Breton (1111-1128) était issu d’une grande famille bretonne19. À Coutances, Geoffroy de Montbray (1049-1093) est réputé originaire d’une lignée de petite noblesse suffisamment aisée pour acheter le siège de Coutances pour un de ses fils20 ; son successeur, Richard de Brix (1124-1131), appartenait à un haut lignage apparenté aux grandes familles du Cotentin, les Taisson, Painel et Percy. Trois évêques d’Évreux sont de bonne extraction : Guillaume Fleitel (1046-1066), Guillaume Fils Osbern (1071-1112), fils du comte de Breteuil, grand sénéchal de Normandie, et Rotrou de Warwick (1139-1165). Quant à Yves de Sées (c. 1035-c. 1070), il était à la fois évêque de Sées et chef de la puissante maison de Bellême21.

10Outre leur siège épiscopal, nombre de ces évêques ont tenu des charges importantes auprès des ducs. Tous, ou presque, ont souscrit à des actes ducaux et, par là, tenu leur rôle de conseillers du prince. Il faut cependant signaler le poids politique considérable tenu par deux grands évêques de la seconde moitié du XIe siècle : Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume le Conquérant, seconda très étroitement son frère après la conquête de l’Angleterre où il assuma le gouvernement en qualité de vice-roi lorsque Guillaume séjournait en Normandie ; Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances, assista activement le roi dans ses affaires, tant civiles que militaires.

  • 22 M. Baylé, « Les évêques... », p. 151-172.

11Les générations d’évêques qui se succèdent sur les sièges épiscopaux à partir de l’extrême fin du Xe siècle ou des dix premières années du XIe siècle ont œuvré à la restauration matérielle et spirituelle de leurs diocèses. La documentation issue des chroniques, confirmée par les fouilles archéologiques et les analyses architecturales, permet de déceler trois périodes au cours desquelles de grands chantiers sont mis en œuvre22.

  • 23 J.-M. Bouvris, « De l’époque franque à la période ducale : les destinées de deux domaines de la cat (...)
  • 24 Gallia Christiana, XI, col. 680.

12Pour les années 980-1030, on connaît les travaux d’agrandissement de la cathédrale de Rouen par l’archevêque Robert (987 / 989-1037) et la reconstruction de la cathédrale de Sées par l’évêque Azon (c. 986-1006). Les conditions financières de ces entreprises sont mal connues. En ce qui concerne l’archevêché de Rouen, on peut penser que l’archevêque dispose des ressources financières de son temporel. En effet, les successeurs de Rollon, Guillaume Longue Épée, Richard Ier et Richard II, ont été très généreux envers l’Église de Rouen. Leurs donations sont le plus souvent des restitutions de domaines, dont on sait qu’ils appartenaient à l’Église de Rouen à l’époque franque, et qui en auraient été soustraits assez tardivement, pendant la période de désorganisation et de troubles dus aux invasions vikings23. Les dilapidations de l’archevêque Robert, qui puisa dans le temporel pour doter des laïcs, n’ont pas freiné la restauration de son église cathédrale. De la reconstruction de la cathédrale de Sées par l’évêque Azon, nous savons seulement qu’elle le fut avec des matériaux arrachés, sans doute, aux fortifications de la ville24. Mais, à cette date, l’état du temporel de l’évêché de Sées, avant les restitutions partielles par la famille de Bellême vers 1017-1022, est inconnu.

  • 25 M. Baylé, « Les évêques... », p. 158-161.
  • 26 Ibid., p. 167-172.
  • 27 Ibid., p. 161-167.

13Les années 1010-1050 voient poindre une deuxième grande génération de bâtisseurs. De grands projets de reconstruction sont mis en œuvre, à Avranches par Maugis (1022-c. 1026) et Hugues (1028-c. 1060)25, à Bayeux par Hugues d’Ivry (1011 / 1015-1049)26, à Lisieux par Herbert (c. 1026-1049) et à Coutances par Robert (c. 1026-1048)27. Si on ne peut évaluer les bases financières sur lesquelles les évêques d’Avranches et de Lisieux ont fondé leurs entreprises, deux autres cas sont mieux documentés. En 1035 / 1037, les biens du patrimoine de l’Église de Bayeux, recensés sur l’ordre de l’évêque Hugues, sont imposants et variés, mais nous ignorons s’il s’agit de donations récentes, de restitutions ou de vestiges non aliénés d’un patrimoine ancien, en grande partie disparu. Quant à l’évêque de Coutances, Robert, il préféra résider à Saint-Lô, plutôt que dans sa ville épiscopale, où il retrouvait la jouissance d’une partie d’un vieux domaine de l’Église de Coutances datant de l’époque franque.

  • 28 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, II, p. 153.

14Après 1050, une troisième génération de prélats continue l’œuvre entamée dans le deuxième quart du XIe siècle. Les cathédrales commencées sont terminées et solennellement consacrées : Rouen par Maurille en 1063, Bayeux par Odon de Conteville en 1077, Coutances par Geoffroy de Montbray en 1056, Lisieux par Hugues d’Eu en 1060. La cathédrale de Sées est reconstruite par Yves de Bellême après un incendie dramatique. Quant à celle d’Évreux, elle ne fut terminée et consacrée qu’en 1076 par l’évêque Guillaume Fils Osbern qui y fut inhumé28.

  • 29 De statu Constantiensis ecclesie ou Gesta Gaufridi, Gallia Christiana, XI, col. 219.
  • 30 D. Spear, The Norman Episcopate under Henri I, King of England and Duke of Normandy (1106-1135), Th (...)
  • 31 Serlon, De capta Baiocensium ciuitate, RHGF, XIX, p. xciv.

15Parallèlement à la reconstruction de la cathédrale, certains prélats œuvrent à la reconstruction du palais urbain de leur métropole épiscopale, mais les sources font apparaître un décalage entre les premiers travaux de la cathédrale et la restauration du séjour urbain, qui ne serait intervenue qu’après 1050. En effet, l’attestation la plus ancienne vient de Coutances où Geoffroy de Montbray, atterré par l’état de décrépitude du palais urbain, entreprend la construction d’une aula29. Ce n’est que plus tard que l’archevêque de Rouen, Guillaume Bonne Âme (1079-1110), fit reconstruire le palais de Rouen et il en subsiste une salle voûtée aux travées délimitées par des doubleaux et des colonnes engagées30. L’existence d’un palais urbain à Bayeux, attribuable à Odon de Conteville, est attestée par un chanoine de Bayeux, Serlon, qui décrit avec emphase, au début du XIIe siècle, l’aula peinte du grand prélat31.

  • 32 J. Le Maho, L’Enceinte fortifiée de Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime), XIe-XIIIe siècles, R (...)

16Malgré ces maigres occurrences, on ne peut s’empêcher de penser qu’à l’instar d’Odon et de Geoffroy les prélats normands du XIe siècle ont donné à leur résidence épiscopale le lustre et l’éclat que leur position et leur origine familiale ne pouvaient qu’exiger. L’ampleur des exigences architecturales de ces grands est illustrée par le site de Notre-Dame-de-Gravenchon où J. Le Maho a mis au jour les vestiges d’un établissement que Robert, comte d’Évreux et archevêque de Rouen, aurait élevé sur un domaine provenant de sa femme Herlève32. De très vastes bâtiments, dont un « hall », élevés sur poteaux de bois sont disposés dans un enclos non fortifié caractéristique des cours domaniales du Haut Moyen Âge.

  • 33 L. Musset, « Les conditions financières d’une réussite architecturale : les grandes églises romanes (...)

17Le financement de ces entreprises, après 1050, est un peu plus documenté. Certains évêques n’ont pas hésité à partir en Italie du Sud, près de ces aventuriers normands qui venaient de s’établir en Pouilles et en Calabre, et de solliciter des richesses33. Geoffroy de Montbray et Yves de Sées revinrent avec un trésor immense d’ornements et d’objets d’or et d’argent. Ces grands prélats déployèrent des efforts considérables pour reconstituer le temporel de leur Église, sérieusement mis à mal depuis plus d’un siècle. Les domaines ainsi reconstitués ont amplement fourni les moyens nécessaires à des entreprises architecturales ambitieuses. Enfin, après 1066, les revenus des biens anglais donnés aux évêques normands, après la conquête, durent également contribuer à la restauration matérielle du temporel.

Le généreux XIe siècle

18La reconstitution du temporel des évêchés normands au XIe siècle, après les désastres du Xe siècle et des siècles antérieurs, est mal connue. Seules les entreprises des évêques de Bayeux, de Coutances et d’Avranches, jusqu’à un certain point, sont assez bien documentées. Mais, dans tous les cas, il est impossible de préciser si les domaines sont des donations pures et simples ou des restitutions déguisées en libéralités princières.

  • 34 Bulle du pape Lucius III (ADE, G 122 fo 62).
  • 35 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., p. 261-262.

19C’est au XIe siècle essentiellement que les temporels s’accroissent de domaines qui possèdent déjà ou porteront ensuite une résidence et les situations les plus claires concernent Neuilly et Douvres aux évêques de Bayeux, Valognes et Saint-Ébremondde-Bonfossé acquis par Geoffroy de Montbray dans la seconde moitié du siècle, Le Parc et Saint-Philbert-sur-Risle entrés dans le temporel des évêques d’Avranches sous les épiscopats d’Hugues et de Jean d’Ivry. Des interrogations demeurent pour sept domaines dont l’entrée dans le temporel épiscopal pourrait remonter au moins au XIe siècle. Le domaine de Cambremer est une possession des évêques de Bayeux dès 1035-1037 ; celui de Brosville, attesté seulement en 1180-119334, pourrait appartenir aux évêques d’Évreux depuis la deuxième moitié du Xe siècle. Le statut de la terre des Loges, aux portes de Lisieux, est vraisemblablement identique à celui de la cité et l’on soupçonne que l’évêque y possède, depuis des temps anciens, les pouvoirs temporel et spirituel35. Si nous manquons décidément de sources pour les terres de Courtonne aux évêques de Lisieux et de Condé-sur-Iton aux évêques d’Évreux, on entrevoit une donation des domaines de Saint-Fulgent et de Fleuré par la maison de Bellême.

Le tarissement à partir du XIIe siècle

  • 36 La charte de 1131 qui confirme les possessions anciennes de Fleuré et de Saint-Fulgent-des-Ormes aj (...)
  • 37 ADE, G 122 fo 41.

20Aux XIIe et XIIIe siècles, les acquisitions par donation ou par achat se raréfient. Le duc-roi Henri Ier (1106-1135) s’illustre par sa générosité. En 1131, le domaine de Laleu vient grossir les biens de l’Église de Sées36 ; l’évêché d’Évreux reçoit les dîmes du port de Vernon, les églises de Vernon, Nonancourt et Verneuil et les évêques d’Évreux choisissent d’établir une résidence à Vernon37.

Fig. 2 – Diocèses et résidences en Normandie

  • 38 À cette date, le prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge reçoit d’Alix et de Jeanne de Rupierre 2 acres de (...)
  • 39 En 1180-1193, Bernienville ne fait pas partie de biens de l’Église d’Évreux énumérés dans une bulle (...)

21Dans cette nomenclature, l’archevêché de Rouen est surreprésenté par l’entrée, dans le temporel, des domaines d’Aliermont, de Louviers et de Dieppe en 1197 et de Pinterville et Gaillon achetés par l’archevêque Eudes Rigaud en 1261 et 1262. En 1191, un manoir (manerium) de l’évêque de Lisieux est attesté à Canapville38 et c’est entre la fin du XIIe siècle et 1275 que le domaine de Bernienville rejoint les biens de l’Église d’Évreux39.

Le contexte des donations

22Si l’examen des conditions dans lesquelles les domaines qui ont porté une résidence sont entrés dans le temporel des Églises normandes révèle sans doute la volonté de reconstruire un temporel amoindri, on y décèle, dans certains cas, un lien très fort entre l’acquisition du domaine et la volonté simultanée d’y tenir une résidence déjà construite ou à construire. Celle-ci n’est jamais explicitement affirmée ni formulée, mais nombre d’indices permettent de faire la part des choses et de disposer d’un échantillon suffisant pour évaluer les conditions d’entrée de ces domaines dans le temporel et les volontés mises en œuvre dans ces occasions.

Les interventions épiscopales

23La sollicitude mise par les prélats normands à accroître le temporel de leur Église est, en tout point, remarquable. Ils sont responsables d’au moins neuf donations, soit par transfert d’un bien patrimonial, soit par achat.

24Les donations attribuées par la tradition à quelques évêques du Haut Moyen Âge sont sujettes à caution et invérifiables, même si elles ne sont pas invraisemblables. Il en est ainsi du domaine de Briovère (auj. Saint-Lô), que l’évêque Laudus aurait donné à l’Église de Coutances au VIe siècle, et de Déville que l’évêque Romain aurait remis à l’Église de Rouen au VIIe siècle. En revanche, la donation de Douvres par l’évêque de Bayeux, Regnobert, pourrait ressortir d’une tradition récente.

  • 40 À la fin du XIIe siècle, la paroisse appartient à la famille de Cierrey (ADO, G 122 fo 124 vo), don (...)
  • 41 En 1248, Roger de Rupierre, descendant d’Alix de Canapville, est possessionné à Canapville. C’est d (...)

25À partir du XIe siècle, les donations d’un bien patrimonial sont assurées dans quelques cas. La terre du Vièvre, dénommée par la suite manoir de Saint-Philbert, fut donnée à l’Église d’Avranches par son évêque, Jean, en 1066. L’évêque de Bayeux, Richard de Douvres (1107-1133), aurait donné à son Église des biens lui appartenant ; biens qui s’agrègent à un domaine épiscopal ancien, attesté dès 1035-1037 et déjà augmenté par une donation antérieure de son père, Samson de Douvres. Bernienville a sans doute été donné à son Église par un évêque d’Évreux de la première moitié du XIIIe siècle40. Quant à Canapville, il faut envisager des donations par l’évêque de Lisieux, Guillaume de Rupierre (1191-1201), qui auraient augmenté un patrimoine plus ancien41.

  • 42 Pinterville était propriété de Litgarde et de son époux Pierre de Meulan. C’est la troisième fois q (...)

26Il est remarquable de relever des achats importants pour enrichir le temporel, achats dont le financement n’est pas toujours connu. Geoffroy de Montbray est réputé pour avoir acheté des terres à Valognes qui viennent compléter les possessions que l’Église de Coutances y tenait déjà. L’archevêque Eudes Rigaud a acheté pour son Église les domaines de Gaillon en 1262 et de Pinterville en 1261 pour 3200 Lt42. L’achat de Gaillon semble, malgré l’absence de tout indice dans l’acte de donation, relever d’une volonté de l’archevêque de compenser avec fracas l’échange des Andelys, auquel son prédécesseur, Gautier de Coutances, avait été contraint en 1197, et de réaffirmer sa présence sur la Seine, au détriment de ses biens rouennais cédés au roi. La forteresse que porte le domaine est la seule que tiendront jamais les archevêques de Rouen, et, à cette date, seuls les évêques de Bayeux en tiennent une à Neuilly.

27Certaines situations sont beaucoup plus confuses et l’on peut envisager pour les domaines de Fleuré et de Saint-Fulgent-des-Ormes une donation par Yves de Bellême, à la fois évêque de Sées et comte de Bellême.

Les donations ducales ou royales

28Les libéralités princières ont amplement alimenté la reconstitution des possessions épiscopales.

  • 43 D.C. Douglas, « Rollo of Normandy », The English Historical Review, CCXXVIII, octobre 1942, p. 417- (...)

29Les donations des premiers ducs sont improbables, et la réputation de générosité du premier duc Rollon envers les Églises de Rouen, Évreux et Bayeux n’est pas encore démontrée43. Il se pourrait, cependant, que l’entrée de Brosville dans le temporel de l’Église d’Évreux puisse remonter aux premiers temps du duché ; on hésite à y voir, soit une donation par Rollon, soit la donation, par l’archevêque de Rouen, Robert (987 / 989-1037), également comte d’Évreux, d’un vieux domaine qui avait appartenu à l’Église de Rouen.

  • 44 P. Roudié, J.H. Duclos, « Les châteaux épiscopaux du sud-ouest de la France (XVIe-XIXe siècles) », (...)

30Huit domaines, qui vont porter une résidence, sont indiscutablement des donations ou des cessions princières. L’évêque de Bayeux, Odon de Conteville, reçoit de son demi-frère, Guillaume le Conquérant, des terres ingrates et marécageuses dans l’estuaire de la Vire ; celles-ci complètent des possessions déjà anciennes aux marges occidentales du diocèse. La baronnie de Neuilly est, en outre, la seule baronnie épiscopale normande pour laquelle nous avons constaté une formidable concentration de droits qui ressortissent habituellement du pouvoir ducal : droit de forteresse, jouissance de massifs forestiers, contrôle des voies de passage terrestres et fluviales, droits sur les produits issus de la mer (sel et poissons) et marchés de Neuilly et d’Isigny. Cette situation rapproche les évêques de Bayeux des évêques de la chrétienté occidentale qui ont rang de princes territoriaux et qui, tout au long du Moyen Âge, ont ferraillé contre leurs voisins pour maintenir l’intégrité de leurs possessions ou les étendre contre des voisins entreprenants44. Cet état de fait ne peut qu’être issu de la volonté des deux protagonistes, Odon de Conteville et Guillaume le Conquérant. Odon, l’orgueilleux évêque très proche du sang ducal, ne pouvait espérer moins du chef du lignage. Quant à Guillaume, on peut penser qu’il voulait mettre entre des mains sûres une région dont il avait éprouvé dans sa jeunesse la position stratégique entre le Bessin et le Cotentin.

31La donation de Bonfossé par le duc Guillaume à l’évêque de Coutances, Geoffroy de Montbray, vient grossir la baronnie de Saint-Lô.

32C’est à partir d’une donation du duc Robert que les évêques d’Avranches commencent, en 1028-1035, la constitution du domaine du Parc. La charte de donation est très claire : Robert le Magnifique répond à la requête de l’évêque Hugues. On est en droit de penser qu’elle s’inscrivait dans une volonté de reconstituer, non loin de la métropole, un temporel vraisemblablement disparu.

  • 45 G. Louise, « La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècles) », Le Pays bas-normand, 199-200, 1990, p. 3 (...)
  • 46 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), IV, p. 448.
  • 47 Gallia Christiana, XI, col. 687.
  • 48 En 1119-1135, Henri Ier donne à l’Église d’Évreux les églises de Nonancourt et Vernon et les dîmes (...)

33La donation de Laleu à l’Église de Sées par le duc-roi Henri Ier en 1131 a sans doute été initiée par l’évêque Jean de Neuville, dont le prédécesseur Serlon d’Orgères avait connu de sérieuses difficultés avec les puissances laïques. Entre 1102 et 1107, il s’était heurté à Robert II de Bellême qui cherchait à contrôler plus étroitement le temporel et les revenus de l’évêché et Serlon s’était exilé en Angleterre45. À sa mort, en 1123, les soldats du roi Henri Ier ont investi l’évêché et se sont emparés du trésor46. L’évêque Jean de Neuville n’est pas à l’abri des menées de Guillaume Talvas, comte du Perche47, et on doit imaginer qu’il a cherché des assurances de paix et de sécurité pour le temporel de son évêché par des confirmations obtenues au plus haut niveau politique. La donation de Laleu pourrait être une compensation après le pillage de 1123. La formulation de la charte laisse à penser qu’Henri Ier veut relever l’Église de Sées de son état de désolation et qu’il agit sur le conseil du défunt pape Honorius pour la rémission de ses péchés. C’est par le même Henri Ier que l’Église d’Évreux reçut des droits à Vernon48.

34Ces donations d’Henri Ier sont les dernières libéralités royales envers les Églises normandes. En effet, la cession des domaines ducaux de Dieppe, Aliermont et Louviers à l’Église de Rouen, par Richard Cœur de Lion, en 1197, n’intervient qu’en compensation de l’appropriation du domaine des Andelys par le duc-roi.

La générosité privée

35Le contexte documentaire ne permet de déceler qu’un maigre degré d’intervention des particuliers. Le domaine du Parc, initié sous l’épiscopat d’Hugues d’Avranches par une donation ducale en 1028-1035, est complété en deux étapes par la générosité de Baudouin de Brionne, en 1060-1066, et de Mathilde de Gloucester en 1162-1171.

36Les possessions anciennes de l’Église de Bayeux, à Douvres, ont été complétées, avant 1089, par une donation, mal documentée, de Samson de Douvres, clerc de la chapelle du duc Guillaume et père de l’évêque Richard de Douvres.

37L’entrée de certains domaines dans le temporel des évêchés doit être considérée comme le résultat d’une volonté plus ou moins affichée du donateur ou du receveur. Il y eut clairement de la part des prélats une volonté déterminée de créer, de toutes pièces, ou d’obtenir, un domaine qui allait contribuer à ancrer et à manifester dans le paysage leur mémoire et la gloire de leur évêché. Cette attitude de gestionnaire avisé qui enrichit son église est doublée d’une formidable manifestation de puissance et d’orgueil, digne des plus puissants laïcs, par la construction d’une résidence sur les terres nouvellement acquises.

  • 49 L. Delisle, « Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi  (...)

38L’archevêché de Rouen fournit le seul exemple médiéval de la cession d’un manoir (domaine et résidence), celui de Saint-Mathieu cédé au roi par l’archevêque Eudes Rigaud en 1261 en échange du droit de haute justice dans le domaine de Pinterville nouvellement acquis49.

Localisation

Les conditions générales de l’implantation

Le lien avec la métropole épiscopale (fig. 2)

39La localisation des résidences rurales ou semi-rurales, par rapport à la métropole épiscopale, révèle des surprises et oblige à revoir un schéma trop vite admis, à savoir qu’elles ont été édifiées à peu de distance du siège métropolitain.

40Deux se déploient aux portes de la ville-métropole : le manoir de Saint-Mathieu, sur la rive gauche de la Seine, et la résidence des Loges, à la sortie de Lisieux, sur la route de Gacé vers le sud.

  • 50 Les distances exprimées ici sont celles à vol d’oiseau et sont donc inférieures à celles à effectue (...)
  • 51 R.E. Doranlo, Les Itinéraires d’Eudes Rigaud dans le diocèse de Sées (1250-1260), Caen, Caron et Ci (...)
  • 52 É. Lalou, « Les voyages de Philippe IV le Bel en Normandie », Le Domfrontais médiéval, XV, 11, 1995 (...)

41Plus de la moitié des résidences, dix-sept, ont été édifiées dans un rayon de moins de 30 kilomètres à partir de la métropole50. Ce critère de distance a été retenu à partir de l’observation des trajets effectués par Eudes Rigaud au cours de ses visites. Par jour, il parcourt en moyenne 25 kilomètres ; lorsqu’il est à Fresne, il rentre directement à Rouen, distant de 28 kilomètres51. En outre, on considère que le roi Philippe IV le Bel (1285-1314) en déplacement parcourt en moyenne 30 kilomètres par jour52. Dans le paramètre que nous avons retenu les évêques peuvent donc rejoindre leur résidence en moins d’une journée lorsque les conditions de voyage sont favorables.

  • 53 Saint-Philbert à 160 km d’Avranches ; Cambremer à 56 km de Bayeux ; Valognes à 55 km de Coutances ; (...)

42Il faut cependant noter que deux d’entre elles, Courtonne et Déville, à moins de 10 kilomètres et quasiment aux portes de la métropole, entretiennent une grande intimité avec la résidence urbaine. Sept séjours ont été implantés dans un rayon compris entre 25 et 30 kilomètres, et leur accès en une journée de voyage doit être difficile. Sept résidences sont à plus de 30 kilomètres de la métropole, à plus d’une journée de voyage et donc d’accès beaucoup plus long53. Les plus éloignées sont Saint-Philbert-sur-Risle, à 160 kilomètres d’Avranches, et Pontoise, à 90 kilomètres de Rouen.

43En réalité, les résidences rurales des évêques normands sont relativement éloignées de la métropole épiscopale, et l’accès de nombre d’entre elles devait être malaisé en cas de conditions météorologiques défavorables. L’explication de cet état de fait doit conjuguer des facteurs hétérogènes où s’entremêlent des considérations d’ordre économique, politique, religieux et juridique.

La recherche de conditions économiques favorables : routes, rivières, forêts

44Si nous considérons que les évêques normands ont décidé des sites d’implantation de leurs séjours ruraux ou adopté un séjour préexistant, le choix de la proximité d’une importante voie de circulation, souvent ancienne, est un parti pris très net.

  • 54 Saint-Philbert, Douvres, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Déville, Laleu, Saint-Fulgent-des-Ormes, Cambre (...)

45L’intimité entre cette route et le complexe manorial qui n’est pas toujours clairement perceptible est cependant indiscutable. Dans huit cas au moins la voie longe le complexe résidentiel sur une ou plusieurs faces54. Ailleurs, s’il existe une distance incontestable entre la résidence et la grande voie de communication (Neuilly, Saint-Ébremond, Le Parc, Canapville), le complexe est pris dans un maillage de voies secondaires qui le met en communication avec un axe de grande circulation. Dans le cas des résidences périurbaines de Valognes et des Loges, le schéma d’intime liaison avec les grands axes de la voirie est identique. Ce choix de l’implantation paraît ressortir, dans beaucoup de cas, d’une volonté ostentatoire de démonstration de puissance et de richesse, axée sur l’étendue du complexe manorial, que le passant ou le visiteur doit longer pendant des dizaines de mètres. En effet, les structures bâties de la résidence peuvent être hors de la vue du voyageur, derrière un mur, et accessibles seulement par un chemin qui débouche sur la route. Quelques sites illustrent bien cette position. Au Parc, la route Avranches-Villedieu passe au nord de la résidence et longe le parc à gibier, alors que les bâtiments du manoir en contrebas sont invisibles. À Saint-Ébremond, le castrum élevé à la pointe de l’éperon ne peut être atteint qu’après avoir longé le parc sur deux côtés.

  • 55 Neuilly dans l’estuaire de la Vire, Condé et Brosville sur l’Iton, Déville sur la rivière Cailly, S (...)
  • 56 Saint-Philbert sur la Risle, Canapville sur la Touques, Courtonne sur la Courtonne (autrefois Marol (...)
  • 57 Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fresne, Bernienville, Laleu et Saint-Fulgent ; Saint-Lô sur un éperon do (...)
  • 58 M. Quillent, « Pour une étude globale des prieurés de la Somme », in Abbayes et prieurés de Picardi (...)
  • 59 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995, p. 30.
  • 60 « De rebus in administratione sua gestis », In hac itaque nova terra, videlicet in medio villae, lo (...)
  • 61 Cité par É. Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche : d’une image littéraire à la réalité arché (...)
  • 62 C. Lorren, « Le château de Rubercy (Calvados), c. 1150-1204 », AM, VII, 1977, p. 109-178.
  • 63 L. Musset, « Les conditions financières... », p. 307.
  • 64 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers (...)
  • 65 Une étude récente sur les manoirs bretons rappelle avec force cette utilisation de l’eau : Le Manoi (...)

46La localisation par rapport à l’eau, aux ruisseaux et rivières, révèle trois types de choix : en fond de vallon, à flanc de coteau et loin de toute voie d’eau sur un plateau. Treize établissements ont franchement privilégié un fond de vallée en bordure d’un fleuve ou d’un ruisseau, malgré les aspects topographiques très contraignants que ce choix impliquait55. Quatre installations, seulement, ont privilégié un site à flanc de coteau, sur le versant d’une vallée, en contre-haut d’une rivière ou d’un ruisseau56. Enfin sept résidences ont été implantées sur un plateau à l’écart de toute rivière57. Ces contextes d’implantation sont assez semblables à ceux qui ont été observés pour de nombreux établissements aussi bien laïcs qu’ecclésiastiques. Les analyses très précises touchant les prieurés de la Somme confirment une prédilection pour les sites en fond de vallée (46,8 % des cas), alors que les implantations sur les versants (15,2 %), les plateaux (21,5 %) et les promontoires (16,5 %) sont beaucoup moins fréquents58. M. Miguet constate de la même façon que les commanderies templières normandes, aux XIIe et XIIIe siècles, ont été installées de préférence le long des routes à fort trafic, ou près des cours d’eau59. Les sources écrites qui attesteraient explicitement d’une telle recherche sont rares et le témoignage de Suger est particulièrement convaincant. Lorsqu’il entend restaurer le domaine de Guillerval en Beauce et qu’il entreprend d’y construire une maison forte et des granges (domus fortem et grangias), il souligne, à propos du lieu choisi pour l’implantation, l’abondance des sources et des ruisseaux60. Au début du XIVe siècle, le livre de Pierre de Crescens (Livre des prouffitz champestres) atteste que la présence de l’eau constitue toujours un élément déterminant dans le choix de l’installation d’un manoir61 et les situations topographiques que nous pourrions considérer comme défavorables voire inhospitalières ne sont pas rares62. Ces sites fournissent de fructueux revenus issus des péages et tonlieux routiers et fluviaux, ils ont aussi favorisé la création de foires et marchés. Les manoirs et châteaux de Saint-Lô, des Andelys, de Pinterville, Condé et Neuilly sont implantés très précisément au niveau d’un passage fluvial. On sait que le tonlieu des Andelys, sur la Seine, est entre les mains des archevêques depuis au moins le début du XIe siècle ; à Saint-Lô, les évêques de Coutances jouissent du tonlieu du passage de la Vire depuis au moins 1020 et les Gesta Gaufridi signalent que son revenu a été multiplié par quatorze entre cette date et l’avènement de Geoffroy de Montbray en 104863 ; en ce qui concerne Neuilly, des sources tardives signalent le contrôle par l’évêque de Bayeux du passage de la Vire par une barque (la « Nef du Pas »), à quelques dizaines de mètres du château et des foires ont été instaurées à Isigny64. La foire et le marché de Condé sont attestés depuis au moins leur confirmation en 1181-1191. Le contrôle du cours d’eau permet aussi des installations et des aménagements souvent considérables qui n’ont pas uniquement une vocation économique. Aux portes du complexe, des moulins sont attestés au Parc, à Déville et à Saint-Ébremond65. L’implantation près d’infimes ruisseaux comme à Canapville, Saint-Ébremond, Le Parc, Vernon, Cambremer, Douvres ou Fleuré n’est pas négligeable et favorise l’aménagement de plans d’eau : viviers et étangs pour la pisciculture, mares et canaux pour l’ornement des jardins et l’alimentation des fontaines.

  • 66 B. Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’aprè (...)
  • 67 Plan d’une partie des bois de l’evesche d’Evreux situés à Brosville, 1783, Arch, nat., III, Eure 18
  • 68 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval, Société d’archéologie e (...)
  • 69 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, (...)

47Sept résidences s’illustrent par leur proximité avec une forêt : forêt royale ou forêt du domaine ecclésiastique. Trois sites possèdent des droits dans une forêt royale. Le manoir de Valognes est lié à la proche forêt de Brix par des droits de « pasnage » et d’herbage. L’évêque d’Évreux reçoit tous les ans, en vertu de sa domus / « hostel » de Condé, un cerf et un sanglier à prélever dans la forêt de Breteuil ; il y détient également le droit de « pasnage » pour ses porcs et l’autorisation d’y prendre un chêne et un hêtre. Jusqu’en 1238, les archevêques de Rouen ont tenu des droits dans la forêt royale de Roumare qui jouxtait leur manoir de Déville ; à cette date, ils abandonnent ces droits contre la jouissance d’une portion d’environ 83 hectares, délimitée dans cette même forêt. Dans quatre cas, les prélats normands ont choisi d’implanter leur résidence près de bois ou forêts qui dépendaient de leur temporel. Le château de Saint-Ébremond s’élève à quelques kilomètres de la forêt de Soule ; l’entrée dans le temporel de ce massif boisé est mal connue et l’on soupçonne qu’il fut confisqué par l’évêque Herbert (1025-1026) aux chanoines de Coutances66. La forêt de Neuilly appartient au temporel des évêques de Bayeux depuis au moins l’épiscopat d’Hugues (1011-1049) ; elle s’étend sur le plateau qui longe, à l’est, la dépression fluviomarine où Odon de Conteville (1049-1097) éleva un château. Après la donation de l’Aliermont en 1197, les archevêques de Rouen ont tenu à préserver des défrichements un bois près de leur manoir. Enfin, le manoir des évêques d’Évreux à Brosville est intimement lié à un bois qui se déploie sur le plateau et le versant voisin67. D. Pichot a souligné la prédilection, à tous les niveaux de l’aristocratie du Bas-Maine, pour l’installation des manoirs et des domaines à proximité des forêts68. Si les attestations ne sont pas antérieures au XIIIe siècle, celles-ci trahissent sans doute un mouvement né au XIe siècle. La forêt procure à l’aristocratie le cadre nécessaire à son passe-temps favori, la chasse ; on y aménage une partie de la réserve qui fournira le bois à usage domestique ou architectural ; on y installe des paysans défricheurs. Les droits d’usage concédés aux hommes de la seigneurie, nobles ou non nobles, sont également une importante source de revenus codifiés à partir du XIIIe siècle69. L’appropriation de la forêt est une modalité efficace du contrôle de l’espace et des hommes.

L’occupation d’un site prestigieux

  • 70 Valognes, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Saint-Lô, Les Andelys, Brosville, Cambremer.

48Il paraît assuré qu’au moins six manoirs épiscopaux ont été délibérément édifiés ou adoptés dans des sites marqués par une réputation ancienne quelquefois prestigieuse70.

49Les évêques de Coutances, et en particulier Geoffroy de Montbray, illustrent ce parti pris jusqu’au paroxysme. Le site du château de Saint-Ébremond-de-Bonfossé n’est pas seulement doté d’un environnement boisé et sillonné de ruisseaux offrant de nombreux atouts ; il se pourrait que l’éperon barré d’un talus de terre et d’un fossé ait été considéré comme un élément déterminant dans le choix.

50La sélection de Valognes s’explique en partie sans doute par le fait que l’agglomération était un des séjours favoris des ducs de Normandie, au moins jusqu’au règne de Guillaume le Conquérant.

51Quant au manoir épiscopal de Saint-Lô, il est installé dans l’enceinte du vieux castrum carolingien. Si on ne peut affirmer qu’il y eut continuité d’occupation entre le Haut Moyen Âge et le retour des évêques de Coutances dans leur diocèse au début du XIe siècle, lorsqu’ils préférèrent le séjour de Saint-Lô à celui de Coutances, il est raisonnable de penser qu’en s’installant à Saint-Lô, ils avaient pleinement conscience de renouer avec un passé prestigieux.

  • 71 L. Musset, « Les domaines de l’époque franque et les destinées du régime domanial du IXe au XIe siè (...)

52Le choix de Brosville par les évêques d’Évreux pour y implanter un manoir pourrait avoir été dicté par le fait que ce domaine avait appartenu longtemps auparavant au temporel de l’Église de Rouen. L. Musset pense que Brosville était, avec Tourneville, l’appendice d’un vieux domaine de l’Église de Rouen, cité en 873, et qui aurait eu pour centre Normanville et Saint-Germain-des-Angles, tous situés le long de l’Iton, en amont de Brosville71. Plus tard, vers 1028-1035, une charte du duc Robert le Magnifique et de l’archevêque Robert ne signale plus, parmi les possessions de l’évêque de Rouen, que Normanville et Saint-Germain-des-Angles comme étant des dons (restitutions ?) du duc Richard Ier (942-996). Il semble donc qu’à un certain moment du Xe siècle ou du début du XIe siècle, l’Église de Rouen ait perdu son domaine sur l’Iton, au nord d’Évreux, au profit de grands laïcs ou plus vraisemblablement du duc. La donation de Richard Ier ne restitue pas l’ensemble du domaine primitif à l’Église de Rouen, dont une portion a pu être donnée à l’Église d’Évreux, pourquoi pas par Rollon. Mais dans une deuxième hypothèse, la présence de Brosville dans le temporel de l’Église d’Évreux serait le résultat d’une donation de l’archevêque Robert (987 / 989-1037), fils du duc Richard Ier, qui était en même temps comte d’Évreux. Il n’existe cependant aucun indice que le manoir, attesté à partir du milieu du XIIIe siècle, succède à un complexe antérieur.

  • 72 L. Musset, « Les domaines... », p. 23.

53Aux Andelys, si la question de l’implantation d’une résidence du Haut Moyen Âge ne peut être résolue, il est assuré qu’à partir de la fin du XIIe siècle, le manoir épiscopal occupe un site qui possède la réputation prestigieuse d’avoir abrité un monastère fondé par sainte Clotilde. Lorsque l’archevêque Eudes Rigaud achète le domaine de Pinterville en 1261, on peut penser qu’il est conscient de reconstituer ainsi avec Louviers, entré dans le temporel en 1197, un vieux domaine du fisc attesté au moins au IXe siècle et dont le centre était Louviers72.

54Enfin, le choix de Cambremer, par les évêques de Bayeux, a pu être en partie déterminé par le très ancien souvenir d’un grand domaine de la fin du VIIe siècle, ecclésiastique ou non.

  • 73 A. Renoux, « Les fondements architecturaux du pouvoir princier en France (fin IXe-début XIIIe siècl (...)
  • 74 J. Le Maho, « De la curtis au château : l’exemple du Pays de Caux », Château Gaillard, VIII, 1977, (...)
  • 75 D. Pichot, « Encellulement et villages de l’Ouest français (XIe-XIIIe siècles) », in Mondes de l’Ou (...)

55Cette appropriation d’un site antérieur a été soulignée par A. Renoux à propos de l’implantation des résidences des grands aux XIe-XIIe siècles73. On connaît ainsi des complexes installés dans des enceintes à vocation militaire, religieuse ou civile d’origines protohistoriques (Chauvigny), antiques (Andone, Carcassonne, Cherbourg) ou carolingiennes (Bruges, Douai, Fécamp). J. Le Maho estime également que des résidences fossoyées appartenant à des petits lignages du Pays de Caux à partir du XIe siècle ont été édifiées à l’emplacement de curtis carolingiennes74. On a noté un processus presque identique sur la marche Anjou-Bretagne où, aux XIe et XIIe siècles, des châteaux s’implantent près de vieux centres de pouvoir carolingien75. Ces installations dans des sites de pouvoir laïc ou ecclésiastique prestigieux révèlent une volonté de légitimer et de renforcer la puissance du nouveau venu.

Les facteurs religieux, politiques, militaires et administratifs

56Il est très vraisemblable que les prélats normands ont tenu à affirmer leur autorité religieuse dans certaines zones de leur diocèse. C’est ainsi qu’on peut interpréter le choix, par les évêques de Sées, de posséder une résidence à Saint-Fulgent-des-Ormes, à l’extrême sud du diocèse, dans une région qui n’appartient pas au duché de Normandie. En optant pour Valognes et Saint-Ébremond, Geoffroy de Montbray affirme la présence épiscopale aux marges nord et sud d’un diocèse étiré en longueur qui n’avait pas connu d’évêque résident depuis fort longtemps. Le choix d’une résidence à Cambremer par les évêques de Bayeux s’explique sans doute par le fait que cette vieille possession, attestée dès 1035-1037, ressortissait du diocèse de Lisieux avant de recevoir le statut d’exemption du diocèse de Bayeux à une date mal assurée, sans doute au début du XIIIe siècle.

57Il est indiscutable que les prélats ont tenu à jouir de résidences là où ils détenaient des domaines importants ; le complexe démontre alors avec force la puissance et les pouvoirs du tenant. Cependant de nombreuses résidences ne sont pas nécessairement chef-lieu de seigneurie : Le Parc dépend de la baronnie d’Avranches, Brosville et Bernienville sont rattachés à celle d’Évreux, Saint-Ébremond fait partie de celle de Saint-Lô. La présence des évêques d’Avranches à Saint-Philbert, très loin de leur métropole, est un cas tout à fait exceptionnel. Par des modalités très solennelles, l’évêque Jean contre les visées de son neveu par alliance qui refuse qu’une portion du patrimoine familial échappe définitivement au lignage en entrant dans un patrimoine ecclésiastique et cherche, pour ce faire, à imposer le droit d’aînesse. Dans ce contexte, la construction d’un manoir manifeste avec vigueur la volonté et les droits du prélat.

58On peut cependant considérer que deux séjours au moins ne répondent pas vraiment à ce critère : à Valognes et à Vernon les évêques de Coutances et d’Évreux ne jouissent que de maigres droits et d’un domaine très réduit.

59Si certaines résidences ont été édifiées sur des sites qui présentaient des aptitudes défensives (éperon, rivières) celles-ci sont le plus souvent très médiocres, et il ne semble pas que ce facteur ait été déterminant dans le choix. L’éperon de Saint-Ébremond, modelé par de minuscules ruisseaux, est très bas ; les manoirs de Condé et du Parc sont implantés dans un fond de vallée dominé par les versants.

60Il n’existe qu’un seul cas où auraient pu intervenir des considérations d’ordre militaire. La construction d’un château de pierre, à Neuilly, par Odon de Conteville, dans le troisième quart du XIe siècle, ne peut avoir été réalisée qu’avec l’autorisation du duc. Le site choisi possède une importance stratégique considérable ; au fond de l’estuaire de la Vire, il contrôle le passage des Veys au pied du Cotentin.

61En revanche, la cession de la forteresse royale de Gaillon aux archevêques de Rouen, en 1262, démontre que sa valeur stratégique, sur la Seine, est sérieusement atténuée.

Une nouvelle organisation de l’habitat ?

Manoir et nouvelle paroisse

62Il est indiscutable que dans trois cas au moins, la présence épiscopale a provoqué un remodelage du réseau paroissial. À Déville, il se pourrait que l’église Saint-Pierre ait d’abord été la chapelle d’un grand domaine épiscopal dépendant de la paroisse distendue de Rouen, dès le Haut Moyen Âge. Mais il paraît impossible, dans l’état actuel de la documentation, de préciser quand serait intervenu le démembrement qui morcela la grande paroisse initiale et donna au nord de Rouen les trois paroisses de Déville, Saint-Aignan et Bois-Guillaume.

63À Saint-Lô, la paroisse Sainte-Marie-du-Château n’est pas attestée avant le milieu du XIe siècle ; lorsqu’elle surgit dans la documentation, son invocation reprend celle de la chapelle du château (Sancta Maria de Castello ou in Castro) et l’on s’accorde pour dire que cette chapelle a servi d’église paroissiale jusqu’à la construction de l’église Notre-Dame dans la seconde moitié du XIIIe siècle, pour laquelle les prélats ont cédé une portion de la cour du manoir épiscopal. Mais la date de la création de la paroisse elle-même reste problématique et ne repose que sur des traditions invérifiables. Elle semble issue d’un démembrement de la grande paroisse primitive, Saint-Lô, alors que les évêques de Coutances, de retour dans leur diocèse dans la première moitié du XIe siècle, résidaient dans le vieux castrum carolingien dont l’emprise devient paroisse.

64La paroisse Sainte-Pience n’est attestée qu’en 1327, et ne figure pas dans les actes de donation qui constituent le domaine du Parc en 1028-1035,1060-1066 et 1162-1171, qui mentionnent des localités dont on peut penser qu’il s’agit de paroisses : Plomb, Braffais et Sainte-Eugienne. La création de la paroisse serait à mettre à l’actif d’un évêque d’Avranches des XIIe-XIIIe siècles, et ils en sont restés les patrons. Le village ne s’est pas développé auprès du manoir mais à environ un kilomètre au nord, dans une position beaucoup plus favorable, à flanc de coteau. Le manoir n’a jamais été désigné par le nom de la paroisse, mais conserve son appellation primitive, Le Parc.

65En ce qui concerne l’Aliermont il faut envisager un schéma inverse des précédents. Après avoir reçu l’Aliermont en 1197, les archevêques de Rouen y créèrent, dans des conditions mal élucidées, quatre paroisses : Saint-Nicolas, Notre-Dame, Saint-Jacques et Sainte-Agathe. L’implantation du manoir de Saint-Nicolas témoigne sans doute d’un processus en deux étapes dans la première moitié du XIIIe siècle. Sa construction a pris place entre la donation du domaine en 1197 et sa première attestation écrite en 1248. Il se déploie, loin de l’église, le long de la route et son emprise respecte l’alignement des parcelles, perpendiculaires à la route, attribuées aux paysans défricheurs. Il se pourrait qu’après la donation de 1197, le premier projet d’aménagement et de défrichement ne prévoyait pas la construction d’un manoir. L’installation de celui-ci serait intervenue alors que son insertion dans le parcellaire déjà mis en œuvre ne permettait pas de l’édifier près de l’église alors que l’opération de défrichement paraissait sur la bonne voie.

Le couple manoir / église

66Deux sites urbains, Les Andelys et Saint-Lô, offrent l’exemple d’une grande intimité entre l’église paroissiale et la résidence. Dans le cas de Saint-Lô, nous venons de signaler que cet état de fait était lié à la mise en place d’un nouveau cadre paroissial où la chapelle qui a fait fonction de lieu de culte collectif est remplacée par une église, délibérément implantée très près du lieu de culte primitif. En ce qui concerne Les Andelys, l’élucidation de la naissance du couple manoir-église est plus hypothétique. Nous sommes ici vraisemblablement dans l’enceinte du vieux monastère mérovingien. L’actuelle église Notre-Dame, qui date en majeure partie de la première moitié du XIIIe siècle, a succédé à un édifice dont on connaît l’existence au début du XIIe siècle, construit par l’archevêque Guillaume Bonne Âme (1079-1110) sur l’emplacement d’un des lieux de culte du monastère ravagé par les pillages des Normands. Nous ignorons trop de paramètres pour répondre aux questions suivantes : y eut-il une résidence dans ce domaine très ancien ? La localisation que nous appréhendons est-elle imputable à Guillaume Bonne Âme ou reprend-elle un schéma antérieur ?

  • 76 Douvres, Cambremer, Courtonne, Saint-Fulgent, Fleuré, Laleu, Déville et Fresne.

67Huit résidences rurales des évêques de Bayeux, Lisieux, Sées et Rouen ont été édifiées près d’une église paroissiale et on ne discerne pas de règle normative dans l’organisation de l’implantation76 : quatre se déploient à l’ouest de l’église, deux à l’est, deux au nord. À cette intimité s’ajoute le fait que le manoir n’est pas enclavé dans l’agglomération ; si une des faces du complexe jouxte l’église et le village les autres faces n’ont pas été gagnées par l’habitat et sont en contact direct avec la campagne.

68Les conditions de la création de ce couple manoir / église ne peuvent qu’être l’objet de spéculations à partir d’indices ténus conjuguant les informations fournies par la toponymie, les dédicaces paroissiales, l’état le plus ancien du lieu de culte et les premières attestations du domaine et de la résidence.

  • 77 Clocher-porche et portail roman à Fleuré ; XIIe siècle à Douvres, Courtonne (portions de parement e (...)

69Les toponymes des villages considérés révèlent des sites d’habitat ancien (groupé ou dispersé ?) : gaulois pour Douvres, gallo-romain pour Fleuré, germanique et carolingien pour Cambremer, Courtonne, Laleu et Déville. Quant aux dédicaces, elles révéleraient une instauration ancienne des cadres de la topographie religieuse ou à tout le moins de l’installation d’un heu de culte : Saint-Rémi à Douvres, Saint-Denis à Cambremer, Saint-Ouen à Courtonne, Notre-Dame à Fleuré, Saint-Germain à Laleu, Saint-Pierre à Déville, Saint-Martin à Fresne. Les plus anciens vestiges visibles de certaines églises ne sont pas antérieurs au XIe siècle77.

  • 78 1035-1037 pour Douvres et Cambremer, début du XIIIe siècle pour Courtonne, 1131 pour Saint-Fulgent, (...)
  • 79 1133 pour Douvres, 1227 ( ?) pour Cambremer, 1358 pour Courtonne, vers 1200 pour Fleuré et Déville, (...)

70Les attestations les plus anciennes de possessions épiscopales sont largement postérieures à ce que la toponymie et les dédicaces paroissiales permettent d’évaluer78 et la première mention d’une résidence est encore plus tardive79.

71À partir de ces constatations et faute de sources plus probantes, on ne peut qu’émettre un certain nombre d’hypothèses. Le manoir épiscopal serait l’héritier d’un complexe antérieur, grand domaine laïc ou ecclésiastique dont la chapelle ou l’oratoire serait devenu l’église paroissiale, et il en réoccuperait le site précis. Deux cas très disparates pourraient correspondre à ce cas de figure. Nous savons que Cambremer est le cadre d’un grand domaine à la fin du VIIe siècle. Il se pourrait également que Déville ait été une possession de l’archevêché de Rouen dès le Haut Moyen Âge.

  • 80 D. Pichot, « Encellulement... », p. 448-449.

72Dans une deuxième hypothèse certainement plus vraisemblable, l’on pourrait envisager que l’installation eût lieu assez tardivement (XIe-XIIe siècles ?) près de l’église encore isolée d’un habitat villageois peu développé et dispersé dont la présence du manoir aurait entraîné le développement et la cristallisation près du lieu de culte. Cette interprétation serait confirmée par des études récentes sur la répartition de l’habitat et son évolution. D. Pichot remarque que la création de prieurés ruraux en Anjou et en Touraine dès le XIe siècle renforce les centres paroissiaux très antérieurs et les rend plus attirants ; l’installation seigneuriale près de l’église a vivifié et encouragé le regroupement de l’habitat80.

  • 81 Aveu de 1458 (Arch, nat, P 306 fo 111), terrier du XVIIIe siècle (ADO, 1 G 3 fo 14), inventaire de (...)
  • 82 D. Pichot, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes (...)

73Les dispositions, certes tardives, constatées à Laleu présentent une situation unique dans notre panorama (fig. 3). L’église et le manoir s’inscrivent strictement dans un enclos qu’ils partagent avec le cimetière et un jardin81. Cette situation tout à fait remarquable doit être rapprochée de nombreux cas semblables observés en Haute-Bretagne, Anjou et Maine. Il s’agit d’enclos ecclésiaux qui abritaient l’église, le cimetière et un habitat permanent composé de maisons paysannes, prieurés, résidences seigneuriales, équipements collectifs (four banal, fontaine) ou des bâtiments de stockage (grange dîmières)82.

  • 83 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle..., p. 226.

74Enfin, signalons quatre sites pour lesquels on constate une concordance plausible entre la première attestation d’une résidence et le plus ancien état de l’église (Douvres, Saint-Fulgent, Fleuré et Fresne). Cette coïncidence révélerait une certaine simultanéité entre l’implantation de la résidence et la reconstruction ou restauration du lieu de culte. L’ampleur de certaines réalisations et le décor sculpté autorisent à y voir l’impulsion des prélats. Un tel schéma a été observé dans le Bas-Maine où la construction et la reconstruction des lieux de culte se multiplient à partir de la fin du XIe siècle, à l’initiative des seigneurs locaux ou des monastères qui en ont reçu la charge83.

Les manoirs aux franges de l’agglomération

  • 84 Valognes aux évêques de Coutances ; Les Loges aux portes de Lisieux ; Louviers et Gaillon aux arche (...)

75Sept établissements se développent aux franges d’une agglomération, ville ou village84. Il se pourrait que nous soyons en présence de schémas d’installation variables liés aux antécédents du domaine, à la structure de l’agglomération et à certaines caractéristiques de l’environnement.

76L’exemple assez bien documenté de l’implantation du manoir de Valognes par Geoffroy de Montbray, au milieu du XIe siècle, permet sans doute d’éclairer des situations obscures. Il y eut sans doute volonté délibérée du prélat et l’installation aux franges de l’agglomération permettait de mettre en œuvre un vaste complexe doté d’un verger. Cette considération peut être étendue aux manoirs des Loges (XIe siècle ?), de Louviers (après 1197) et de Vernon (après 1100-1135). L’existence d’un tissu urbain suffisamment dense aurait rendu impossible le déploiement d’un complexe digne des prélats. Ce schéma est valide aussi bien dans le cas de villes tenues par les prélats (Louviers) que d’agglomérations où ils n’ont que des droits réduits (Valognes, Vernon).

Fig. 3 – Laleu : le site du manoir en 1818 (cadastre ADO, 3 P2-215 / 2)

77Les deux cas de Brosville et de Condé-sur-Iton relèvent sans doute du même schéma alors que l’attestation d’une résidence y est tardive (Condé en 1207, Brosville en 1220-1223). Le manoir de Brosville se déploie en aval du village le long de l’Iton ; le château de Condé s’élève dans la dépression de la vallée de l’Iton, en contrebas du village. La date d’entrée des deux domaines dans le temporel des évêques d’Évreux est incertaine. On soupçonne une possession relativement ancienne remontant au Xe siècle pour Brosville et au moins au XIe siècle pour Condé. Un certain nombre d’indices convergent pour envisager des zones d’occupation ancienne : toponymie d’origine gauloise pour Condé et carolingienne pour Brosville ; dédicace à saint Martin des deux églises ; vestiges du XIe siècle de l’église de Brosville. Il se pourrait, étant donné l’existence d’un habitat bien constitué et structuré, que l’implantation du manoir ait été repoussée aux franges de l’agglomération et cette localisation permettait de réaliser un complexe d’envergure.

Les manoirs au « désert »

  • 85 Il s’agit des établissements des évêques de Bayeux à Neuilly, de Coutances à Saint-Ébremond, d’Avra (...)

78Cinq résidences se distinguent très nettement par leur implantation loin d’une agglomération, mais il faut tenir compte de disparités institutionnelles85. En effet, seuls les villages de Saint-Ébremond et de Neuilly sont inclus dans les domaines alors que le village de Saint-Philbert ne fait pas partie du patrimoine épiscopal. En tout état de cause, le choix de l’implantation résulte d’une décision de trois grands évêques de la seconde moitié du XIe siècle : Odon de Conteville pour Neuilly, Geoffroy de Montbray pour Saint-Ébremond et Jean d’Avranches pour Le Parc et Saint-Philbert. Ces créations ex nihilo ont privilégié des sites aux aptitudes évidentes. La présence de bois a permis aux prélats de créer des parcs à gibier (Saint-Philbert, Saint-Ébremond, Neuilly) et de jouir de forêts proches (forêt de Soule près de Saint-Ébremond, forêt de Neuilly). La présence de rivières autorisait l’aménagement de viviers et d’étangs. Enfin, dans le cas de Neuilly, le choix d’un site fluvio-marin à l’exclusion d’une implantation sur la terre ferme, implique la possession de droits quasi régaliens propres à démontrer la puissance de l’évêque.

79Ces quatre sites vont être dotés de structures fortes de plus ou moins grande envergure : un château de pierre à Neuilly, une structure fossoyée au Parc. On ne peut cependant affirmer que le château de Saint-Ébremond et la maison forte de Saint-Philbert ont été dotés dès les origines des dispositifs défensifs attestés plus tard.

  • 86 Le Manoir en Bretagne..., p. 59 ; É. Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche... », p. 368-392.
  • 87 D. Pichot, « Encellulement... », p. 451.
  • 88 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers...

80L’autonomie plus ou moins affichée par rapport au village est une caractéristique de nombreuses implantations aussi bien laïques qu’ecclésiastiques. Elle a été remarquée à propos de nombreux manoirs du Perche ou de Bretagne dans leur état à partir de la seconde moitié du XIVe siècle ; ils sont majoritairement isolés dans la campagne, à l’écart des bourgs et des fermes86. Des témoignages plus anciens confirment ce parti pris. D. Pichot note que dans l’Ouest, aux franges de la Normandie et du Maine aux XIe et XIIe siècles, les résidences seigneuriales ou chevaleresques sont souvent implantées à l’écart du village87. Les manoirs templiers normands ont presque tous été édifiés loin de l’agglomération à laquelle ils sont rattachés et au contact direct des terres qu’ils gèrent88.

81En conclusion, une situation paraît tout à fait remarquable, il s’agit de l’absence de véritable insertion de bon nombre de complexes dans le contexte villageois ou urbain et cette position est particulièrement notable dans le cas des manoirs intimement liés à l’église. Ce choix a permis aux prélats de déployer des structures bâties et non bâties d’envergure pleines de signification.

Hypothèses sur la résidence primitive

82L’entrée dans le temporel épiscopal d’un domaine qui porta une résidence ne doit pas être nécessairement confondue avec l’édification immédiate d’un premier manoir, et la tâche est délicate pour déterminer la présence précoce ou non d’une résidence sur une terre nouvellement acquise. Si les sources écrites permettent de déceler quelques cas sans équivoque, l’absence de preuves matérielles que fourniraient des fouilles archéologiques ne permet pas de combler les hiatus constatés entre l’entrée dans le temporel et les premières attestations écrites.

83Il faut également envisager dans quelle mesure les évêques, nouveaux occupants du fief, ont investi les structures bâties préexistantes.

Reprise d’un complexe antérieur

84Il paraît assuré que, dans certains cas, les prélats ont choisi de s’installer dans des structures héritées des tenants antérieurs.

85L’attitude des archevêques de Rouen illustre parfaitement ce type de démarche ; il est vrai que dans presque toutes les situations le prédécesseur illustre, le roi, laissait une résidence imprégnée de sa gloire. À Gaillon, la forteresse royale devient, à partir de 1262, la résidence ordinaire des archevêques de Rouen. À Dieppe, après 1197, les bâtiments de l’administration royale, le manoir de la Vicomté, ont été choisis par l’archevêque.

  • 89 Inventaire de 1700-1704, ADO, G 7. Etat des biens fonds appartenant ci-devant à Mgr. L’évêque de Sé (...)

86Il est très vraisemblable que les évêques de Sées ont occupé le manoir du domaine de Laleu reçu en 1131. En effet, l’extrême modestie du complexe, sa localisation près de l’église paroissiale et son emprise très étriquée plaident pour la réoccupation par l’évêque du séjour d’un petit sire local ; la médiocrité du séjour villageois aurait été compensée par l’aménagement d’une garenne et d’un étang dans un site éloigné au sud du village au lieu-dit « Les Acrans »89. Le même cas de figure peut être mis en avant à propos de Pinterville, acquis par l’archevêque de Rouen Eudes Rigaud en 1261 ; mais dans ce cas la localisation et l’emprise du manoir sont d’une tout autre ampleur.

  • 90 Cf. note 40.

87Ces exemples ouvrent la voie à l’interprétation de quelques sites mal documentés. Le manoir de Bernienville, donné à l’Église d’Évreux par l’évêque Raoul de Cierrey (1236-1243), portait sans doute déjà une résidence90. Le cas de Douvres aux évêques de Bayeux est un peu plus délicat : les témoignages de l’architecture inclinent à penser que des bâtiments s’élevaient déjà sur le site au XIIe siècle, mais deux hypothèses s’affrontent quant au détenteur de l’ensemble. Il pourrait s’agir des terres les plus anciennes de l’Église de Bayeux à Douvres, attestées dès 1035-1037, et sur lesquelles une résidence aurait été précocement édifiée. Mais nous pourrions aussi être en présence des biens donnés plus tard par Samson de Douvres, puis par l’évêque Richard, biens qui auraient porté, au moment de la donation, une maison seigneuriale que les évêques de Bayeux se seraient appropriée. Il ne paraît pas raisonnable, étant donné les lacunes de la documentation, de trancher pour l’une ou pour l’autre de ces deux hypothèses et de conclure de façon trop péremptoire que le manoir de Douvres est un manoir civil passé entre des mains ecclésiastiques.

88À Pontoise, l’achat par l’archevêque, en 1255, du logis que possédait dans l’agglomération le bailli de Senlis alimente l’hypothèse qu’un manoir laïc est parfaitement apte à accueillir un dignitaire ecclésiastique.

Construction ex nihilo

89Il apparaît dans cinq cas bien précis que l’édification d’une résidence a immédiatement suivi la donation ; on peut même penser que le projet de construire a accompagné les démarches d’appropriation des terres.

  • 91 ADO, H 2158. Mais l’hypothèse d’une signature dans l’église paroissiale ne doit pas être, pour auta (...)

90À Neuilly, la construction d’un château de pierre par l’évêque de Bayeux, Odon de Conteville, peut être très précisément datée des années 1070-1082, et a suivi de peu la donation des marais par Guillaume le Conquérant. Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1049-1093), a fait construire une résidence (domus) sur les terres de Valognes nouvellement acquises et nous avons envisagé qu’il en avait fait autant dans le domaine de Saint-Ébremond. Dans ce dernier cas, aucune source ne vient confirmer cette hypothèse, mais le lien intime qui existe entre le parc aménagé par Geoffroy et la résidence incite à conclure à la conception simultanée du parc et de celle-ci. Le même schéma peut être appliqué à la résidence du Parc, que les évêques d’Avranches ont certainement édifiée au milieu du XIe siècle, en même temps qu’ils aménageaient un parc à gibier, à environ 10 kilomètres de la métropole épiscopale. La construction du manoir d’Aliermont, aux archevêques de Rouen, a été presque contemporaine de la mise en œuvre de la colonisation de la forêt après l’entrée du domaine dans le temporel en 1197. En ce qui concerne la résidence de Saint-Fulgent-des-Ormes, aux évêques de Sées, la signature d’un acte, en 1091-1123, par l’évêque Serlon, peut être considérée comme l’indice de l’existence d’une résidence ancienne dans un domaine dont on peut penser qu’il appartient à l’Église de Sées depuis le XIe siècle91.

Des attestations tardives

91En dehors de ces sites pour lesquels il a été possible d’évaluer la période d’édification du manoir primitif, les autres résidences sont attestées tardivement par rapport à l’entrée du domaine dans le temporel, et il ne paraît pas raisonnable de tenter cette évaluation. En effet, s’il a été envisagé que la possession des domaines de l’archevêché de Rouen, Déville, Fresne et Les Andelys, pouvait être antérieure au XIe siècle, nous ne possédons pas d’actes signés et datés dans chacun d’entre eux avant 1168 pour Les Andelys, 1201 pour Déville et des vestiges sculptés datables de la seconde moitié du XIIe siècle pour Fresne.

  • 92 P. Bouet, « L’image des évêques normands dans l’œuvre d’Orderic Vital », in Les Évêques normands du (...)

92Il est vrai qu’on pourrait invoquer la réputation de bâtisseurs de certains grands évêques des XIe et XIIe siècles, et considérer également que leur caractère et leur mode de vie ne pouvaient se passer de cette manifestation de pouvoir, de richesse et de puissance que représentait une résidence. Mais nous savons peu de choses de leurs réalisations architecturales, alors que les chroniqueurs se sont attachés à relater les épisodes marquants de leur vie politique et certains traits de leurs goûts92. Les penchants pour le luxe, la chasse et les plaisirs terrestres les ont sans doute conduits à entreprendre, dans les domaines dépendants de leur temporel, des réalisations où ils pouvaient assouvir leurs penchants.

  • 93 Les Loges en 1283, Canapville en 1258 par un séjour de l’archevêque Eudes Rigaud (T. Bonnin, Regest (...)
  • 94 C. Poling-Schriber, The Dilemna of Arnulf of Lisieux, Bloomington, Indiana University Press, 1990, (...)

93Si nous admettons ces réflexions, un certain nombre d’hypothèses peuvent être avancées. Les résidences de Canapville et des Loges, aux évêques de Lisieux, qui ne sont attestées que tardivement dans le courant du XIIIe siècle93, pourraient être l’œuvre de quelques grands évêques : Hugues d’Eu (1049-1077), qui mena à son terme la construction de la cathédrale ; Gilbert Maminot (1077-1101), qui aimait la chasse et les jeux ; Jean (1107-1141), réputé pour avoir augmenté et orné les édifices de l’évêché et enfin Arnoul (1141-1181) qui, accusé par les chanoines d’avoir dilapidé la mense épiscopale, rappelle dans sa lettre au pape Célestin II en 1144 qu’il fit reconstruire la cathédrale et les maisons épiscopales en ruine94.

  • 95 Vernon : droits en 1135-1139, manoir attesté en 1250 par un séjour de l’archevêque Eudes Rigaud (T. (...)

94Ces certitudes et ces hypothèses vraisemblables sont loin de couvrir l’ensemble des séjours. Nous manquons par trop d’indices pour élucider les conditions de l’implantation des résidences des évêques d’Évreux ; en effet, celles-ci sont attestées tardivement par rapport à ce qu’on soupçonne de l’entrée des domaines dans le temporel95.

La domestication du paysage : le bois et l’eau

95Les sources tant médiévales que modernes révèlent, jusqu’à un certain point, les aménagements – parcs, jardins, viviers et garennes – que les archevêques et évêques normands ont tenu à réaliser sur les terres qui jouxtaient immédiatement leurs résidences rurales. Ces aménagements, dont ils pouvaient jouir depuis le séjour, s’imposaient à la vue des visiteurs et des hommes du village. S’ils avaient une raison d’être matérielle, l’approvisionnement de la table épiscopale et des hommes du manoir, on doit leur attribuer également un rôle symbolique d’importance. Et les prélats normands, dans leurs entreprises, se sont comportés comme les autres grands de l’aristocratie.

Des contextes de référence

  • 96 Radicatel, Mont-Grippon, Câtelier, Notre-Dame-de-Gravenchon, Quettehou (J. Le Maho, « Jardins et ve (...)
  • 97 Charte de Guillaume le Conquérant en faveur de l’abbaye de Fécamp, in Regesta regum Anglorum-Norman (...)
  • 98 Gesta pontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à (...)
  • 99 R.C. Turner, « The Medieval Palaces of the Bishop of St. Davids, Wales », in Military Studies in Me (...)
  • 100 P. Everson, « Bodiam Castle, East Sussex: castle and its designed landscape », Château Gaillard, XV (...)
  • 101 C’est au parc de Rouen que Guillaume, prêt pour la chasse, apprend que Harold s’est proclamé roi d’ (...)
  • 102 G. Louise, « Le château des comtes et des ducs d’Alençon », in Palais médiévaux (France-Belgique), (...)
  • 103 P. Dubourg-Noves, « Châteaux et palais des comtes d’Angoulême », in Palais médiévaux..., p. 19.

96L’aménagement de l’environnement proche et contigu des résidences qui allie l’eau (viviers, étangs et ruisseaux) et l’arbre a sans doute été le souci de nombre de tenants de châteaux, mais c’est un sujet relativement délaissé malgré les témoignages des sources écrites et cartographiques, des vestiges inattendus et les informations fournies par quelques travaux d’archéologues. En Europe de l’Ouest au moins, des attestations de plus en plus nombreuses démontrent que l’environnement des châteaux et manoirs n’est pas laissé au hasard et qu’ils sont l’objet, depuis longtemps, de lourds aménagements. J. Le Maho a identifié en Normandie des sites d’habitat aristocratique prénormands dont il interprète certains dispositifs comme des vergers enclos de talus attenants à l’enceinte résidentielle et à la basse-cour96. On connaît aussi les réalisations de Guillaume de Briouze sur son domaine anglais d’Udica, condamnées par le duc-roi en 1085. En vingt ans depuis la conquête, il a construit une forteresse, une route d’accès, une dérivation du fleuve pour alimenter les fossés du château ; il a en outre aménagé des viviers, un parc à gibier, une garenne et des jardins97. Les châteaux des évêques d’Auxerre à Charbuy, Toucy et Cône sont environnés, à la fin du XIIe siècle, d’un paysage remodelé composé de parcs, de garennes et d’étangs superposés dont on peut jouir depuis les fenêtres du séjour98. La résidence de Lamphey, aux évêques gallois de Saint-Davids, était, au début du XIVe siècle, entourée de trois vergers, quatre viviers et d’un parc d’environ 90 hectares99. Des archéologues anglais ont démontré la lourde restructuration dont a été l’objet l’environnement du château de Bodiam, restructuration contemporaine de la construction du château en 1385100. Le chemin d’accès y serpente longuement entre des étangs, le long des fossés du château et au pied d’un jardin de plaisance en terrasse. Ces installations ne sont pas propres aux séjours ruraux, les résidences urbaines des grands ont elles aussi connu ce type d’aménagements. Les ducs de Normandie possédaient à Rouen un parc attesté au milieu du XIe siècle101. À Alençon, le château des comtes était accoté à un parc (parchium) mentionné vers 1150102. À Angoulême, le château neuf construit au XIIIe siècle est longé par un parc103.

  • 104 C. Beck, P. Beck, F. Duceppe-Lamarre, « Les parcs et jardins des résidences des ducs de Bourgogne a (...)
  • 105 Ce don est signalé par le chroniqueur Rigord, Gesta Philippi Augusti, cité par J.-P. Foucher, « Le (...)

97Les fonctions de ces espaces sont multiples et hétérogènes. La fonction économique d’approvisionnement en bois, en gibier ou animaux domestiques de toute espèce est évidente. Le peuplement animal et en particulier ces animaux remarquables par les couleurs de leur plumage (cygnes, paons, perdrix, faisans, canards), leurs qualités de chasseurs (faucons) ou leur exotisme (ours, castors, buffles, chameaux) qu’on entretient à grands frais, dans des espaces spécialement aménagés, aux portes des châteaux et manoirs, a un caractère démonstratif de puissance et de richesse jusque sur la table des banquets104. On oublie souvent que ces productions servent également à alimenter les libéralités qui entretiennent amitiés et alliances diplomatiques entre les grands : dons de gibier vivant ou mort, dons de semences. C’est ainsi qu’Henri II d’Angleterre a offert à Philippe Auguste pour son parc de Vincennes nouvellement créé des cerfs, des chevreuils et des daims pris dans ses forêts de Normandie et d’Aquitaine105.

  • 106 C. Beaune, « Le langage symbolique des jardins médiévaux », in Jardins du Moyen Âge, Paris, Le Léop (...)

98Si jardins et vergers fournissent les fruits, les fleurs et les herbes pour la table, la cuisine et les dons, ils ont aussi une signification mystique : le jardin ou le verger sont la préfiguration du Paradis où coulent le lait et le miel et où les arbres croulent sous les fruits et la fontaine y symbolise les fleuves106.

  • 107 C.C. Taylor, « Somersham Palace, Cambridgeshire: a medieval landscape for pleasure », British Archa (...)
  • 108 Orderic Vital, The Ecclesiastical History, livre VIII, chap. 355, M. Chibnall (éd.), IV, Oxford, Cl (...)
  • 109 « ... oculos intuentium de palacio jocunda visione pascebant... »,Gesta pontificum Autissiodorensiu (...)
  • 110 É. Chalmin-Sirot, « Lieux de résidence de la petite aristocratie en territoire genevois du XIIe au (...)

99Il me semble enfin qu’on peut également invoquer une exigence de caractère esthétique et la volonté d’aménager à la vue du séjour une belle perspective. Les hommes du Moyen Âge n’ont jamais théorisé sur ce sujet et on leur dénie toute aptitude à se défaire ou s’extraire d’une vision purement biblique et évangélique de la nature sous prétexte qu’il n’y a pas de représentation réaliste de la nature avant la seconde moitié du XVe siècle. Des archéologues anglais ont démontré sur certains sites d’habitat noble la mise en œuvre d’un paysage totalement remodelé à visée esthétique ; c’est le cas à Bodiam, mentionné plus haut, et à Somersham où les évêques d’Ely aménagent à partir de 1109 manoir, jardin et parc107. Le parc de Rouen, bien pourvu en arbres et en bêtes sauvages, fait partie des beautés du paysage qu’on peut voir depuis le sommet de la tour de Rouen, beautés vantées par Henri Beauclerc à Conan, retenu au châteaul108. À Charbuy, les aménagements dus à l’évêque d’Auxerre, Hugues de Noyers (1183-1206), sont destinés au plaisir des yeux109. É. Chalmin-Sirot considère également qu’il y eut une recherche esthétique dans l’organisation de l’environnement des manoirs de la petite aristocratie genevoise110.

Les parcs épiscopaux : de l’utile à l’ostentatoire

Les origines

  • 111 Nous avons déjà signalé que les parcs des évêques normands ont été peu bouleversés par des aménagem (...)

100Les sources médiévales, grossies des sources modernes111, permettent de recenser sept parcs à gibier attenants aux résidences de Neuilly, du Parc, de Saint-Ébremond, Saint-Philbert, Condé, Saint-Fulgent-des-Ormes et Gaillon. Des incertitudes demeurent cependant pour le parc de Saint-Fulgent, documenté de façon indigente à partir du cadastre et de la microtoponymie. Les espaces dénommés « parcs » au XVIIIe siècle, à Fleuré et aux Loges, sont exclus de cette nomenclature et doivent être qualifiés de jardins. Enfin, n’a pas été prise en compte également une « toffe » de bois appelée « le parc aux Andelys » et uniquement mentionnée en 1405 ; en tout état de cause, ce parc était éloigné de la résidence très insérée dans le tissu urbain.

101Les conditions de la création de certains parcs, au XIe siècle, sont bien assurées par des sources contemporaines de leur mise en œuvre. Il s’agit des parcs de Saint-Ébremond, créé par l’évêque de Coutances Geoffroy de Montbray, de Neuilly par l’évêque de Bayeux, Odon de Conteville, et du parc de Sainte-Pience, par l’évêque d’Avranches, Jean. Pour les autres, on peut sans doute envisager des entreprises contemporaines de cette vague d’aménagements sur des terres nouvellement entrées dans le temporel. Il n’est cependant pas toujours aisé de faire la part exacte de l’œuvre d’un prélat ou de celle d’un tenant antérieur lorsque l’entrée du domaine dans le temporel est mal documentée, comme à Condé et Saint-Fulgent. À Neuilly, la « Haia del Parchet », mentionnée en 1035-1037, est un parc dans tous les sens du terme aménagé par l’évêque Hugues ou ses prédécesseurs, et dont l’évêque Odon aurait seulement complété les dispositifs. L’existence d’un parc à Gaillon est attestée au début du XIIIe siècle, bien avant l’achat du domaine par Eudes Rigaud.

  • 112 « ... terram parci contra comitem Moritoniensem ex porte expugnavit, ipsumque parcum duplici fossat (...)
  • 113 Ce parc est cité dans le recensement des biens de son Église par l’évêque Hugues (V. Bourrienne, An (...)
  • 114 Le parc aux Bœufs est documenté par un accord survenu en 1289 entre l’évêque Guillaume d’Asnières e (...)

102La réalisation d’un parc près de la résidence rurale a été quelquefois accompagnée d’une entreprise simultanée aux abords de la métropole épiscopale. C’est ainsi que Geoffroy de Montbray aménage un parc aux portes de Coutancesl112. Dès 1035-1037, les évêques de Bayeux possèdent un parc près de leur ville épiscopale113. Les évêques de Lisieux tiennent un parc, au nord de leur cité, au-delà de la vieille enceinte, au droit de l’enclos du palais épiscopal, le parc aux Bœufs114.

103Dans trois cas, au moins, il est patent que l’entreprise d’aménagement ne s’est pas faite ex nihilo mais que les aménageurs ont profité d’espaces boisés préexistants. C’est très clair pour le parc de Saint-Ébremond, où Geoffroy de Montbray a déployé des trésors pour aménager un bois (nemus) et en faire un ensemble opulent. Le parc de Neuilly, quel qu’ait été l’aménageur, a été créé à partir d’un noyau boisé révélé par sa désignation la plus ancienne au début du XIe siècle, une haie forestière défensive (haia del parchet). Enfin, malgré l’imprécision des données topographiques, il est à peu près assuré que le parc des évêques d’Avranches est issu des bois mentionnés dans la charte de donation de 1028-1035.

  • 115 É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier et garennes à lapins : contribution à une étude archéologique des t (...)
  • 116 J.-P. Foucher, « Le bois de Vincennes... », p. 23-51.

104Cette démarche de reprise d’un noyau boisé préexistant n’est pas exceptionnelle et les exemples en sont nombreux. É. Zadora-Rio le souligne à propos du parc créé, à la fin du XIIe siècle, par l’évêque d’Auxerre, Hugues de Noyers, près de sa résidence de Charbuyll115. À Vincennes en 1183, Philippe Auguste a clos d’un mur le bois qui se déployait aux portes d’un manoir devenu séjour de prédilectionl116.

Emprise et localisation

  • 117 Cette pérennité est attestée à Sainte-Vaubourg (M. Miguet, « Le parc de Sainte-Vaubourg : un paysag (...)

105La superficie de ces parcs au Moyen Âge ne peut être appréhendée qu’à partir de sources tardives des XVIIe et XVIIIe siècles ; mais nous pouvons compter, pour les possessions épiscopales, sur une assez grande pérennité des surfaces, au moins jusqu’au début du XIXe siècle. Ces informations permettent de pallier la disparition totale des parcs de Saint-Fulgent et de Neuilly, alors que ceux de Gaillon, Saint-Ébremond, Condé, Saint-Philbert et Le Parc sont encore bien inscrits dans le paysage117.

  • 118 La superficie moyenne des parcs à gibier en Angleterre s’établit à environ 100 hectares (T. Davill,(...)

106Les emprises que nous avons pu restituer, pour six parcs, révèlent une très grande disparité entre le plus vaste à Neuilly (170 / 230 ha) et le plus petit à Saint-Ébremond (environ 40 ha). Quatre parcs ont des superficies supérieures à 100 hectares118, il s’agit des parcs de Neuilly (env. 200 ha), du Parc (env. 160 / 250 ha), de Gaillon (env. 180 ha) et de Condé (env. 132 ha). Les deux parcs aux superficies inférieures à 100 hectares sont ceux de Saint-Philbert (env. 85 ha) et de Saint-Ébremond (env. 40 ha). Ils se présentent tous sous la forme d’un quadrilatère assez régulier aux angles plus ou moins arrondis.

  • 119 Les créations tardives de parcs contraignent les aménageurs à composer avec le paysage anthropisé. (...)

107Tous ces parcs sont localisés aux franges des terroirs paroissiaux, et il n’existe aucun indice que ces aménagements ont conduit à des appropriations de terres déjà mises en valeur, à des expulsions ou à des modifications majeures des contextes topographiques, en particulier des circuits de voirie119.

108Pour les six parcs dont nous connaissons bien la configuration et l’étendue, il existe entre chacun d’eux et le complexe résidentiel un lien intime qui laisse à penser qu’il y eut une conception, voire une réalisation simultanée, du parc et du complexe castrai. À Saint-Ébremond, au Parc et à Saint-Philbert, un des angles ou une des faces du quadrilatère que forme le parc est ponctué par la résidence ; à Condé, elle se déploie sur la face nord du parc, qui l’enserre sur les trois autres faces. Elle est à la fois tournée vers l’extérieur et vers le parc qui commence à ses portes. Nous avons déjà souligné que les modalités d’accès à la résidence obligeaient le visiteur à traverser le parc, comme au Parc, à le longer sur toute sa longueur à Saint-Philbert ou à en faire le tour à Saint-Ébremond. Quant aux parcs de Neuilly et de Gaillon, ils ne commencent qu’à environ un kilomètre du complexe castral.

  • 120 J. Le Maho, « Parcs et courtils. Observations sur l’environnement des châteaux de terre et de bois (...)

109Ce schéma rejoint celui que J. Le Maho propose pour les parcs et castra de Gravenchon, Valmont et Hallebosc, en Pays de Caux, pour lesquels il a constaté la contemporanéité de la construction des résidences et de l’aménagement du parc qui jouxte ou enserre chacune120. Les deux éléments, parc et résidence, auraient été conçus en même temps avec un objectif de complémentarité matérielle et symbolique.

Un paysage aménagé : les structures bâties

110Les réalités matérielles des parcs des évêques normands sont mal connues et les maigres indices issus des sources médiévales ou modernes doivent être confrontés avec des réalités mieux appréhendées ailleurs.

  • 121 De statu Constantiensis ecclesie ou Gesta Gaufridi, Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219.

111Toute trace de clôture ayant disparu sur le terrain, nous ne pouvons que conjecturer l’existence, dans un premier temps, de palissades de bois (palacio) élevées certainement sur un talus et doublées d’un fossé, comme Geoffroy de Montbray les fit installer autour du parc nouvellement aménagé près de sa ville épiscopale de Coutances121. Les palissades de bois ont sans doute été remplacées assez vite par des murs, comme à Neuilly où le mur (rubeus murus) est mentionné en 1252. Ce même parc de Neuilly était, en outre, clos d’un fossé mentionné en 1300. Au XVIIIe siècle, le parc de Condé est encore clos d’un mur de terre et de brique. Enfin, un témoignage de 1517 cite le haut mur qui entourait le parc de Gaillon sur 2 lieues.

  • 122 J. Birrel-Hilton, « La chasse et la forêt en Angleterre médiévale », in Le Château, la chasse et la (...)
  • 123 É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier... » ; M. Miguet, « Le parc de Sainte-Vaubourg... », p. 59-67.
  • 124 P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque..., p. 43.
  • 125 C. et P. Beck, « La nature aménagée. Le parc du château d’Aisey-sur-Seine (Bourgogne, XIVe-XVIe siè (...)
  • 126 J. Le Maho, « Parcs et courtils... », p. 175. L. Delisle a relevé de très nombreuses mentions de ce (...)
  • 127 D. Dodier, « Les parcs seigneuriaux de la Manche au Moyen Âge », RA, 257,1968, p. 263.

112Ces palissades de bois, murs, fossés et talus sont des structures indispensables à tout parc à gibier où il faut retenir les animaux introduits dans le parc, empêcher l’entrée des prédateurs et décourager les entreprises des braconniers. Les vestiges encore en place en Angleterre permettent d’apprécier le travail considérable que nécessitait l’érection d’une telle clôture. On y signale encore certains talus larges de 10 mètres et hauts de 2 ou 3 mètres ; quant au fossé, il était ménagé à l’intérieur du parc122. Les parcs ducaux de Rouen et de Sainte-Vaubourg étaient entourés de fossés et de levées de terre ; les clôtures du second, composées d’un talus de terre de 3 mètres de large et haut d’environ 2 mètres depuis le fond du fossé, sont encore visibles aujourd’hui bien que très atténuées123. À Coutances, il subsiste du Parc l’Évêque un mur long d’environ 4 kilomètres dont on sait qu’il a été réparé en 1439124. L’entretien des murs de pierre des parcs bourguignons est bien documenté aux XIVe et XVe siècles125. Il existe des exemples de clôtures moins dispendieuses, les haies vives, que J. Le Maho signale autour du parc du castrum de Gravenchon, et dont il fait remonter l’aménagement à la première moitié du XIe siècle126. On signale aussi des palissades de pieux, comme celles qui furent ajoutées, sous le règne d’Henri II, aux fossés du parc royal de Bur-le-Roi127.

  • 128 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et (...)

113L’entrée des parcs pourrait avoir donné lieu à l’édification de structures bâties, destinées à marquer ce lieu avec ostentation. À défaut de vestiges sur le terrain, il faut s’en remettre aux indices fournis par la microtoponymie lorsqu’un lieu-dit actuel porte le nom « La Porte du Parc » relevé à Neuilly et la « Porte aux chiens » à Gaillon. Les exemples bourguignons attestent de portes monumentales qui signalent avec solennité et puissance l’entrée du complexe. Le seul indice disponible serait l’« ostel » de l’entrée du parc de Coutances, aux portes de la métropole, mentionné tardivement128.

  • 129 D. Quéruel, « Le jardin d’Hesdin et les jardins de la cour de Bourgogne »,in Le Jardin médiéval (Ac (...)

114Quant aux bâtiments, chapelles, loges, galeries et pavillons que les grands élevaient dans leurs parcs à gibier, et qui en faisaient de véritables lieux de séjours, voire des parcs d’attractions comme à Hesdin, nous n’en possédons aucune attestation dans les parcs épiscopaux normands129.

Un paysage domestiqué : le peuplement végétal et animal

115Depuis longtemps, l’image du parc, comme espace entièrement et uniquement boisé, est abandonnée. Au vu de ce que présentent encore aujourd’hui les espaces occupés autrefois par les parcs épiscopaux et à consulter les documents d’Ancien Régime, dont nous savons qu’ils transmettent une réalité médiévale largement fossilisée, il est possible d’évoquer ces espaces hétérogènes, où se mêlaient le bois, l’eau et l’herbe.

  • 130 R. Bechmann, Des arbres et des hommes. La forêt au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1984, p. 17-18 et (...)

116Les parcs sont indiscutablement des espaces boisés dont nous connaissons pour deux d’entre eux les essences plantées dès les origines. À Saint-Ébremond, Geoffroy de Montbray fit semer des chênes et des hêtres ; au Parc-Sainte-Pience, l’évêque Jean fit planter des chênes. Il est tout à fait probable que les autres parcs recensés portaient cette même association de chênes et de hêtres. Elle est, en effet, très judicieuse, en ce que le hêtre, arbre d’ombre, pousse et se régénère dans le sous-bois de chêne, arbre de lumière. Cette association des deux essences crée un sous-bois hétérogène, comportant une strate herbacée dense d’espèces à floraison hivernale ou pré-hivernale, comme le lierre sous les hêtres et un sous-étage arbustif, assez dispersé, de sorbiers, houx, néfliers et chèvrefeuilles sous les chênes. Les deux essences, chênes et hêtres, ne fournissent des fruits, glands et faines, que de façon irrégulière, et cet état de fait impose un échelonnement des plantations si on veut disposer d’un approvisionnement annuel régulier130. Cette végétation fournit tout au long de l’année de quoi nourrir les animaux variés introduits dans les parcs, à condition cependant d’apporter des compléments.

  • 131 P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque..., p. 33.
  • 132 D. Dodier, « Les parcs seigneuriaux... », p. 253.
  • 133 Observations personnelles.

117L’eau est abondamment présente dans cinq des parcs considérés. Ils sont traversés par des ruisseaux de faible importance à Gaillon, Neuilly et Saint-Ébremond, et par des rivières plus importantes au Parc et à Condé-sur-Iton, et leur état primitif en a été modifié. Au cœur des parcs, on aménage des plans d’eau, comme à Neuilly où un étang est attesté par des plans anciens, et à Gaillon où deux étangs subsistent. Au Parc, à Saint-Ébremond et à Condé, les cours d’eau ont été élargis jusqu’à former des étangs qui enserrent une ou deux faces du château ou dédoublés pour en constituer les fossés. Ces espaces en eau favorisaient l’approvisionnement en poisson et la fixation temporaire des oiseaux migrateurs, oies, sarcelles, canards, hérons et bécasses. P. Hébert a noté que l’orientation nord-est / sud-ouest des vallées qui traversent les parcs de la Manche est dans l’axe naturel de migration de ces oiseaux131 qui fournissent les tables ecclésiastiques en animaux appréciés d’autant plus qu’en temps de jeûne leur viande est assimilée à celle du poisson. De tels espaces en eau, viviers ou étangs, sont attestés dans de nombreux parcs normands : vivier du parc royal de Néhou132 ; deux étangs séparés par une chaussée de terre dans le parc royal de Bur-le-Roi133.

  • 134 L. Delisle, La Classe agricole en Normandie..., p. 348, n. 66 et 67.

118Enfin, les parcs possédaient des espaces en herbe. L. Delisle a relevé la dîme du foin du parc de Rouen et la réquisition de bovins pour brouter l’herbe du parc de Havering134. Nous manquons d’attestations médiévales pour les parcs des prélats normands, mais il est raisonnable de considérer que les herbages qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, longent la frange ouest du parc de Neuilly sont un héritage du Moyen Âge et qu’il doit en être de même pour les espaces en herbe qui subsistent au sein du parc de Sainte-Pience.

119Les animaux introduits dans les parcs sont connus par deux sources précoces. Entre 1050 et 1066, Geoffroy de Montbray installe, dans le parc nouvellement créé à Saint-Ébremond, des cerfs, des sangliers, des taureaux, des vaches et des chevaux. Quant à l’évêque Jean d’Avranches, il fait amener, dans le même temps, des cerfs dans le parc près d’Avranches. Ces espèces sont en parfaite adéquation avec le peuplement forestier : le cerf dispose ainsi des jeunes pousses des arbres et des arbustes du taillis ; le sanglier mange les faines, les glands, les racines et les charognes ; les bovins broutent la végétation herbacée du sous-bois et des herbages.

120Bien que les sources disponibles pour les parcs épiscopaux normands ne les mentionnent jamais, il faut envisager des apports supplémentaires de fourrage à certaines époques de l’année, en particulier en hiver et en été pour pallier le jeûne des cerfs pendant le brame de la mi-septembre à la fin octobre.

Les hommes et les institutions

  • 135 Ibid., p. 337.

121L’entretien d’un parc à gibier nécessite une attention constante et un personnel spécialisé pour veiller sur les animaux, les soigner, évacuer les bêtes mortes, effectuer les prélèvements annuels, sélectionner les animaux avant une chasse, apporter les compléments alimentaires et entretenir les clôtures et la végétation135. Nos sources n’ont conservé que des traces infimes de ce personnel et de ses activités et ils ne sont attestés que tardivement : le parquier de Neuilly en 1300 et celui de Saint-Philbert, exempté du fouage en 1452. L’exemple de Neuilly fournit quelques indices concernant l’institution de la charge de parquier qui semble héréditaire et est assortie d’une tenure jouxtant le parc.

122Les parcs épiscopaux sont des espaces boisés sur lesquels ne pèse, sans doute depuis les origines, aucune servitude. Mais les témoignages en sont tardifs pour le parc de Neuilly en 1314 et celui de Saint-Fulgent en 1458. L’entrée du parc, pour en tirer quelque profit, est interdite à tous. Aucune redevance n’est due au roi pour l’exploitation du bois et aucun contrôle royal ne s’exerce sur la gestion, les parcs sont « sans tiers ni dangier ». Les évêques, détenteurs de parcs, ont puisé dans cette source de richesse pour alimenter leurs libéralités, ainsi que l’attestent les dîmes que le chapitre de Bayeux possède dans le parc de Neuilly.

Fonctions et usages

  • 136 Aux XIVe et XVe siècles, à Gaillon, le bois d’œuvre utilisé pour les grands travaux de mise en défe (...)
  • 137 A. Debord, « Châteaux et forêts en France aux XIe et XIIe siècles », in Le Château, la chasse et la (...)
  • 138 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 684-685.
  • 139 La Vie quotidienne dans une forteresse royale. La Grosse Tour de Bourges (fin XIIe-milieu XVIIe siè (...)

123Le rôle matériel et économique des parcs est indiscutable, même si les sources normandes permettent seulement de les imaginer. Le parc fournit sans doute du bois pour les constructions136, les foyers et les cuisines épiscopales. Ce sont à la fois des espaces d’élevage d’animaux domestiques (chevaux, bovins) et des réserves de gibier. Celui-ci y est sélectionné pour alimenter la table, les libéralités et les dons. Mais cet approvisionnement est loin de représenter le gros de l’alimentation aristocratique. L’étude des restes osseux issus des fouilles archéologiques démontre que le gibier ne représente qu’une faible proportion de l’alimentation carnée. À Andone, le matériel osseux mis au jour dans l’ancien castrum, occupé entre 950 et 1028, révèle que le cerf ne vient qu’en troisième position après les suidés et les bovins, avant le mouton et le lièvre137. À Fécamp, les fouilles archéologiques ont mis au jour les restes de quatre cerfs seulement, et le gibier ne représente que 15 % des vestiges osseux pendant la période d’occupation ducale138. À Bourges, les vestiges osseux mis au jour dans le dépotoir de la Grosse Tour ne comprennent qu’un infime pourcentage d’os de cervidés (cerfs, chevreuils) pour les XIe-XIVe siècles et de sangliers à partir du XIVe siècle139. Toutes les études récentes confirment l’apport marginal des produits de la chasse consommés au château et au manoir et il faut envisager des consommations dans d’autres contextes encore ignorés par les fouilles archéologiques : lieux de chasse, pavillons de chasse.

  • 140 C. de Mérindol, « De la hiérarchie et de la symbolique des chasses à la fin du Moyen Âge », in Le C (...)

124Le parc, avec sa faune sauvage, est également réputé pour alimenter les chasses, passe-temps favori de l’aristocratie. La littérature narrative, mais surtout les ouvrages techniques rédigés à partir du XIIe siècle et qui se multiplient ensuite jusqu’à l’ouvrage de Gaston Phébus, Le Livre de la Chasse, vers 1390, prouvent abondamment la supériorité de la chasse au cerf, suivie de la chasse au sanglier, sur toutes les autres chasses emblématiques de l’aristocratie140. Les animaux introduits par Geoffroy de Montbray entre 1050 et 1066 dans le parc de Saint-Ébremond, où les cerfs viennent en tête, suivis des sangliers, sont énumérés dans un ordre qui ne serait pas dû au hasard. Nous aurions ainsi, dès le milieu du XIe siècle, des indices précis de la prééminence de la chasse au cerf et au sanglier dans le monde aristocratique.

125En revanche, il paraît douteux que la chasse ait pu se dérouler dans le parc lui-même. En effet, les superficies de 40 à 200 hectares sont bien étriquées pour permettre à une chasse à courre de se déployer sans provoquer une intense pagaille parmi les hôtes du parc. La chasse devait se dérouler en milieu ouvert, hors du parc, après que les bêtes sélectionnées aient été rabattues vers une porte.

  • 141 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 691-693.
  • 142 P. Buc, L’Ambiguïté du Livre. Prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen (...)

126Mais dans le cas de nos parcs épiscopaux, se pose la question de la compatibilité du statut de clerc avec la pratique de la chasse. Elle est interdite aux évêques depuis les plus anciens conciles et cette interdiction est rappelée par Jonas d’Orléans au IXe siècle puis par Yves de Chartres au début du XIIe siècle, qui fonde son interdiction sur les écrits de saint Augustin et de saint Ambroise141. En effet, la chasse se pratique dans les forêts, lieux de dangers et mondes inconnus, et la violence qu’on y exerce est condamnable142.

  • 143 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), II, p. 311.
  • 144 P. Bouet, « L’image des évêques normands... », p. 253-275. À l’extrême fin de la période que nous é (...)

127Les témoignages directs de chasses épiscopales sont rares voire inexistants ; le journal d’Eudes Rigaud ne mentionne jamais aucune chasse ; il est vrai qu’on imagine assez mal cet archevêque issu de l’ordre franciscain se livrer à la chasse. Il faut donc se tourner vers les chroniqueurs et solliciter leurs témoignages, malgré les silences, leur partialité quelquefois et une couverture réduite aux prélats des XIe et XIIe siècles. Le chroniqueur Orderic Vital ne mentionne qu’un seul évêque passionné de chasse, celui de Lisieux, Gilbert Maminot (1077-1101) : In cnltu ecclesiastico erat piger et negligens, sed ad venatum, aviumque capturant promptus et nimis fervens143. Mais pour ceux dont il relève, sans les détailler toujours, les exploits mondains ou militaires on peut penser que la chasse était un de leurs passe-temps ; il s’agit des évêques de Bayeux, Odon de Conteville, de Coutances, Geoffroy de Montbray, et des archevêques de Rouen, Roger, Mauger et Robert144.

  • 145 Texte cité dans l’Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby (dir.), II, 2e éd., Paris, Seuil, 19 (...)
  • 146 C. de Mérindol, « De la hiérarchie... », p. 155-159.

128Si le gibier des parcs ne fournit qu’une nourriture de prestige, certes, mais d’appoint, et si peu d’évêques ont succombé aux plaisirs de la chasse, il faut s’interroger sur les autres raisons qui ont conduit à la réalisation de ces complexes très coûteux à mettre en œuvre et à entretenir. Tous les aspects des parcs paraissent posséder chacun un ressort hautement symbolique à destination autant des détenteurs que des visiteurs qui le traversent pour accéder à la résidence et des hommes de la seigneurie qui en ont le spectacle sous les yeux tous les jours. Par son emprise et sa clôture monumentale, le parc affirme dans le paysage la puissance et la richesse de son détenteur ; au XVe siècle, le Héraut Berry démontre que la supériorité du royaume de France sur le royaume d’Angleterre tient, entre autres, au fait que les parcs français de Gaillon et de Vincennes sont clos de murs de pierre alors que les parcs anglais sont enfermés par des talus de terre145. On peut envisager que le choix des chênes et des cerfs pour peupler l’espace revête également un caractère symbolique : force, solidité et longévité du chêne et symbole christologique du cerf146.

  • 147 L’autorisation ducale et le contrôle par des arpenteurs ne sont connus que par un acte ducal (c. 11 (...)
  • 148 Les sources écrites et les vestiges sur le terrain révèlent, outre ceux qui viennent d’être mention (...)
  • 149 R. Le Jan, « Espaces sauvages et chasses royales dans le nord de la Francie (VIIe-IXe siècles) », R (...)
  • 150 Le parc de Vincennes est considéré comme le premier parc royal (J.-P. Foucher, « Le bois de Vincenn (...)

129La situation est cependant beaucoup plus complexe si l’on s’interroge sur les origines institutionnelles de ces dispositifs. En effet, la création de parcs en Normandie dès la première moitié du XIe siècle, à la fois par les ducs et, avec leur autorisation et sous leur contrôle strict147, par nombre de leurs grands vassaux autant laïcs qu’ecclésiastiques148, est une réactivation vigoureuse des droits anciens de la puissance publique carolingienne dont la force n’a pas été oubliée. Les parcs dans toutes leurs composantes sont identiques à ces forestae et « breuils » que les empereurs carolingiens délimitaient ou aménageaient aux portes de leurs palais pour y tenir du gibier à l’abri et à la disposition des chasses impériales149. C’est en Normandie qu’un tel mouvement serait né, se diffusant lentement dans le domaine royal à la fin du XIIe siècle puis en Champagne, en Bretagne et en Bourgogne150. Il faut sans doute envisager que les aménagements de ces réserves (parcs, défens) ne sont pas à relier uniquement à la volonté de protéger le couvert forestier bien entamé par des siècles de déboisements, mais qu’ils matérialisent, comme aux temps carolingiens, le pouvoir sur la terre, sur les hommes et sur la nature.

Aux portes des manoirs : des jardins, des bois et des garennes

Des jardins

130Les aménagements de l’espace adjacent à l’enclos qui allient l’eau (viviers, étangs et ruisseaux) et l’arbre sont des aménagements anciennement attestés et que les grands, aussi bien laïcs qu’ecclésiastiques, ont mis en œuvre aux abords de leurs résidences urbaines dès le XIe siècle au moins.

  • 151 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae... de anno... 1184, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de (...)
  • 152 En 1269, le roi autorise l’évêque d’Avranches à occuper ces terrains au pied du manoir épiscopal (L (...)
  • 153 P. Dubourg-Noves, « Châteaux et palais des comtes d’Angoulême », p. 19.
  • 154 Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, G. Busson, A. Ledru (éd.), Le Mans, Société historiq (...)
  • 155 Abbé Delettre, Histoire du diocèse de Beauvais depuis son établissement au IIIe siècle jusqu’au 2 s (...)
  • 156 A. Labbé, L’Architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste. Essai sur le roi en (...)

131Au XIIe siècle, un verger (virgultum) s’étendait près des fossés du château de Gisors151. À Avranches, la résidence épiscopale, sur un éperon, possède au pied de l’escarpement un vaste espace (jardinum episcopi) agrémenté d’un vivier ; le tout est attesté dès le milieu du XIIIe siècle, alors que les bâtiments du complexe résidentiel s’ordonnent autour d’une cour supérieure en surplomb152. Des témoignages extérieurs à la Normandie et concernant aussi bien laïcs qu’ecclésiastiques enrichissent cette image. Entre 998 et 1028, le comte d’Angoulême, Guillaume Taillefer, fonde à Angoulême un palais au milieu de jardins153. Au Mans, en 1145-1187, l’évêque aménage des jardins et des vergers que lui et ses hôtes peuvent admirer depuis les fenêtres du palais154. À Beauvais, en 1267-1283, l’évêque transforme en jardins et en vergers un vaste espace à l’ouest du palais155. Les chansons de geste des XIIe et XIIIe siècles mentionnent souvent ces « vergiers » situés hors du château et très librement tracés sans ordonnance régulière, et présentés comme des jardins à vocation utilitaire et de plaisance156. Les attestations figurées de ces dispositifs sont tardives (XVe siècle), mais on considère généralement quelles illustrent assez fidèlement des situations antérieures.

  • 157 Inventaire des biens de l’évêché en l’An II (ADE, Q 39).
  • 158 Aveu de 1400 (Arch, nat., P 307 fo 80 vo-81 vo).
  • 159 En ce qui concerne ces deux derniers sites (Douvres et Condé), on ne peut pas clairement déterminer (...)
  • 160 Ces informations sont fournies par l’acte de vente du domaine en 1577 (T. Bonnin, Le Cartulaire de (...)

132Il est certain, en ce qui concerne les résidences des prélats normands, qu’on a tenu à aménager, aux portes de certains manoirs, des espaces qui relèvent plus du jardin de plaisance que du parc. Si nous ne les appréhendons que de façon très ténue par des mentions fugitives ou des témoignages tardifs, on peut malgré tout considérer que ces aménagements ont été souvent contemporains de l’implantation de la résidence. La seule preuve d’une telle volonté est fournie par l’installation d’un verger (virgultum), vraisemblablement aux portes de son manoir de Valognes, par l’évêque de Coutances, Geoffroy de Montbray, dans la seconde moitié du XIe siècle. À Brosville, l’enclos du manoir est prolongé, le long de l’Iton, par un vaste espace d’environ 12 hectares, où une fontaine, attestée à la fin du XIIIe siècle, est peutêtre l’indice de la présence d’un jardin accolé au manoir157. Il faut sans doute ranger dans ce type de dispositifs le grand verger d’environ 6 hectares qui s’étend sur la face orientale du manoir de Déville et l’isole du village. Le pôle résidentiel et agricole du manoir de Fleuré était accoté d’un espace en partie boisé dans lequel étaient aménagés un étang et une garenne ; le tout, manoir et jardin, couvrait environ 12,5 ha. Ce même schéma d’aménagement doit être celui du manoir de Vernon dont l’emprise d’environ 13 hectares signalée en 1400 comprend un jardin, une vigne et des prés158. À Gaillon, un vaste jardin planté de cerisiers et de vignes s’interpose entre le château et le parc au nord. À Condé, l’échange de terres intervenu en 1284, entre l’évêque et le curé, est destiné à agrandir le jardin de l’évêque dont on peut penser qu’il s’étend aux portes du manoir. À Douvres, un jardin (gardinum) doit s’étendre près du manoir, jardin que l’évêque, Pierre de Benais, agrandit en 1296 par l’achat du jardin voisin159. À Pinterville, le complexe comprend, outre l’enclos du manoir (1,5 ha), un bois (2 ha) et un pré (1,5 ha)160.

133Nous ignorons tout des aménagements bâtis que pouvaient comporter ces jardins, à moins de considérer que le pavillon et la galerie du parc de Fleuré, attestés tardivement, en 1700-1704, sont des structures remontant au Moyen Âge.

134Il est remarquable de noter la très vaste superficie de ces annexes aménagées, qui oscille, pour celles que nous pouvons appréhender, entre 5 et 15 hectares et le plus souvent supérieures à 10 hectares.

Des bois

  • 161 Ne sont donc pas pris en compte le bois de Lisieux à Courtonne, le bois de Bayeux à Cambremer, le b (...)

135Il n’est pas question ici de faire un recensement des bois et forêts tenus par les archevêques et évêques normands au Moyen Âge. Il s’agit simplement de considérer ceux dont la proximité et l’intimité avec la résidence participent de l’aménagement matériel et symbolique de l’environnement autour de la résidence et de la volonté des prélats de s’approprier l’espace161.

136Trois résidences s’illustrent par cette présence d’espaces boisés qui se déploient aux portes de l’enclos résidentiel. À Brosville, le manoir épiscopal, au fond de la vallée, est surplombé, à l’ouest, par un vaste bois, occupant le sommet du plateau et son rebord, qu’il faut traverser pour parvenir à l’enclos. À Déville, en 1238, l’archevêque de Rouen a obtenu du roi, en échange de droits d’usage dans la forêt de Roumare, la jouissance de 106 acres de bois (nemus) dans cette même forêt qui s’étend à l’ouest du manoir sur la rive gauche de la rivière qui longe l’enclos et un pont permet le passage de l’espace résidentiel à la forêt. À Aliermont, les archevêques de Rouen ont exclu des défrichements le bois du « Defens » au sud de l’enclos manorial, et l’archevêque Eudes Rigaud continue à le qualifier de foresta.

  • 162 En mai 1739, ces talus sont réparés (ADSM, G 1074).

137La liaison intime de ces bois avec la résidence est un point commun avec les parcs, et, dans le cas d’Aliermont, il y eut sans doute une conception globale et simultanée des deux ensembles : le manoir et le bois. D’autres points communs apparaissent aux détours d’une documentation indigente. Ces bois sont enclos de haies, de talus et de fossés. Seul le toponyme « bois du Defens », à Aliermont, conserve la trace de ce type de structures. Cependant nous les connaissons par des attestations tardives ou dans certaines forêts qui ne sont pas envisagées ici. Le bois de l’archevêque de Rouen, dans la forêt de Roumare, était entouré de fossés et talus qui servaient à bien le distinguer de la forêt du roi162. La forêt de Neuilly, aux évêques de Bayeux, possédait des clôtures composées de talus de terre, dont nous savons que l’aménagement remontait à l’épiscopat d’Odon de Conteville, dans la seconde moitié du XIe siècle.

Les « garennes »

  • 163 « Garenne : Bois ou bruyère où il y a beaucoup de lapins. Une garenne privée c’est une garenne ferm (...)

138À l’exception de la « garenne » d’Aliermont, mentionnée à plusieurs reprises par l’archevêque Eudes Rigaud, les garennes épiscopales sont attestées par des sources tardives qui ne sont pas antérieures au XVIIe, voire au XVIIIe siècle. Il ne s’agit pas ici de ces vastes espaces ouverts qualifiés également de « garennes » et sur lesquels le tenant d’une terre se réservait, avec l’autorisation du prince, tous les droits de chasse et de pêche. Les « garennes » qui nous occupent ici sont des espaces clos encore bien identifiés au XVIIe siècle163. Ce que l’on sait du fonctionnement institutionnel des garennes, leur intimité avec la résidence et ce que l’on perçoit des structures de ces complexes, en font au même titre que les parcs et les vergers des éléments déterminants de l’environnement aménagé des séjours nobles.

  • 164 Alors que des travaux récents d’archéozoologie démontrent l’introduction du lapin au nord de la Loi (...)

139Cinq témoignages seulement sont parvenus jusqu’à nous, mais il est vraisemblable que le défaut de sources laisse ignorer nombre de celles qui ont existé. À partir du IXe siècle, suivant les régions, l’introduction délibérée du lapin et son élevage dans des conditions d’animal semi-domestique ont été un élément important de la production animale des domaines seigneuriaux, et par là, de l’alimentation voire de la ventel164. Les garennes n’abritent pas seulement des lapins, on y élève également des oiseaux telles des perdrix attestées à Aliermont et à Fleuré.

  • 165 G. de Gislain, « L’évolution du droit de garenne au Moyen Âge », in La Chasse au Moyen Âge (Actes d (...)

140La période de réalisation de ces garennes ne peut qu’être difficilement élucidée. On considère généralement qu’il s’agit d’entreprises de mise en valeur des alentours de la résidence au XIIIe siècle, voire au XIIe siècle, alors que l’élevage des lapins en garenne se répand et que les autorisations royales sont largement accordées avant de devenir de plus en plus rares à partir du règne de Louis IX165.

  • 166 ADO, 1 Q 647.

141À Saint-Philbert, la garenne s’étendait au pied de la face nord du complexe, sur le versant de la vallée. Les ondulations du terrain qu’on y voit aujourd’hui en sont peut-être les vestiges. À Fleuré, la « lapinière » et la « perdrière » mentionnées au début du XVIIIe siècle se trouvaient dans le grand jardin boisé attenant à la résidence. La garenne d’Aliermont, qui n’a pu être localisée, est régulièrement la cible de braconniers bien équipés : en 1252, ils y ont chassé avec des houes, des pioches et des filets ; en 1257, avec des chiens et des faucons, ils y ont pris des perdrix. Le manoir de Déville devait comporter une garenne au vu des dépenses rapportées au XVe siècle pour la nourriture des lapins (« cognins »). Quant à la garenne des évêques de Sées, à Laleu, elle n’a pas été implantée aux portes de la résidence dans le village, mais elle jouxte les bâtiments situés dans un écart à 4 kilomètres du village. En 1791, elle est décrite comme étant un « bois futai nommé la garenne » d’un peu moins d’un hectare166.

  • 167 C. Callou, De la garenne au clapier..., p. 198-213.
  • 168 É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier... », p. 133-139 ; G. Germond, L.-M. Champême, L. Fernandez, « Le p (...)

142Ces détails ne permettent pas vraiment d’évaluer les structures ni l’emprise des garennes. Seule celle de Laleu donne une vague évaluation de l’emprise assez vaste de ces espaces aménagés. Les ondulations du sol de l’herbage sur lequel s’étendait la garenne de Saint-Philbert pourraient révéler un type de structures que l’iconographie167 et quelques fouilles archéologiques, en Bourgogne, en Charente-Maritime et dans le Loir-et-Cher, ont permis de mieux connaître168. Il s’agit de terriers aménagés par l’homme pour abriter les lapins et qui se présentent souvent sous forme de galeries de pierre recouvertes de terre ; ces tertres étaient enclos de fossés ou de murs, pour éviter à la fois les divagations des animaux et les tentatives d’intrusion des braconniers. Les garennes d’Aliermont et de Fleuré présentaient sans doute un espace hétérogène de tertres artificiels plus ou moins engazonnés et plantés de buissons où les braconniers traquaient les lapins avec des filets après avoir fouillé le sol avec des houes et des pioches et où on retenait également des perdrix.

143La gestion directe des garennes est mal connue, seulement attestée par un personnel plus ou moins spécialisé : le « garennier » qui est également portier à Gaillon et le « garennier » de Saint-Nicolas-d’Aliermont en 1497-1498.

La maîtrise de l’eau : fossés, viviers et étangs

Les fossés

144Nous avons souligné plus haut que le choix de l’implantation des résidences avait privilégié la proximité de rivières ou de ruisseaux. Ce choix n’a pas toujours comme but premier l’établissement d’un réseau de fossés en eau. En effet, sept résidences ont été dotées d’emblée ou après coup de fossés en eau et cinq d’entre elles l’ont été dès leur conception : Condé, Neuilly, Le Parc, Saint-Ébremond et Cambremer. Ces fossés résultent de l’aménagement par dérivation du ruisseau ou de la rivière le long de laquelle le complexe est implanté. Quant au château de Courtonne, il pourrait n’avoir été doté de fossés alimentés par la rivière proche qu’à une date postérieure à son implantation primitive et alors que la situation politique et militaire, à partir du milieu du XIVe siècle, imposait une mise en défense efficace.

Viviers et étangs

145Si la documentation est rare, parcellaire et le plus souvent tardive, quelques résidences attestent, sur les rives qui longent le complexe, d’aménagements qu’on doit pouvoir, jusqu’à un certain point, étendre à celles pour lesquelles nous ne possédons aucun indice ou des indices trop rares. Nous pouvons ainsi évoquer les viviers et étangs attenants aux résidences de Déville, Saint-Ébremond, Condé, Brosville, Vernon et Le Parc. Mais les complexes qui se trouvaient dans une situation topographique identique ont dû recevoir les mêmes aménagements (Valognes, Cambremer, Canapville, Louviers).

  • 169 La Vie quotidienne dans une forteresse royale..., p. 311.

146Il faut voir dans ces espaces en eau des structures propres à fournir du poisson pour la table épiscopale, à fixer les oiseaux migrateurs destinés à la fois aux repas et à réjouir la vue. L’archéologie révèle une abondante consommation de gibier d’eau qui peut varier suivant les périodes, voire les régions (héron, cygne, outarde, grues)169.

  • 170 « De rebus in administratione sua gestis »,... Et ad superioris Belsae relevandam ariditatem, vivar (...)
  • 171 Gesta pontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p.  (...)
  • 172 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Bertin, ibid., p. 123.
  • 173 Le Manoir en Bretagne..., p. 63-64.

147Certaines sources écrites énoncent clairement que l’installation de viviers et d’étangs fait partie des grands travaux de restauration des domaines ecclésiastiques. À Guillerval et Barville, deux sites choisis par Suger pour y fonder des manoirs, celui-ci note qu’ils sont abondamment sillonnés de ruisseaux et on y aménage un vivier à Guillerval, deux étangs à Barville qui sont contemporains du complexe bâti170. Lorsque l’évêque d’Auxerre, Hugues de Noyers (1183-1206), fait restaurer et embellir à grands frais ses châteaux de Charbuy et de Varzy, il complète les installations par l’aménagement de trois étangs superposés à Charbuy, d’un vivier et la construction d’un moulin à Varzy171. Dans le même temps, l’abbé de Saint-Bertin, près de Saint-Omer, Simon (1177-1187), entreprend d’importants travaux de construction, dont une maison de pierre et un vivier172. Une étude récente sur les manoirs bretons souligne la place prépondérante des viviers aux portes des manoirs ; ils sont associés aux douves ou à la retenue du moulin attenant au complexe173.

  • 174 Mention du manoir que dicitur apud viverium par l’archevêque Eudes Rigaud en 1250 (T. Bonnin, Reges (...)

148Si les comptes de Déville présentent un état tardif, celui du XVe siècle, il faut envisager qu’il perpétue un état ancien et que depuis longtemps on s’efforçait, en leur fournissant de la nourriture, de faire en sorte que les oiseaux migrateurs séjournent sur ces étangs et viviers ; le cadastre napoléonien transmet l’état ancien des dérivations de la rivière qui avaient été mises en place à l’extrémité nord du complexe résidentiel. Des structures mêmes des viviers, des dimensions, plans et matériaux dans lesquels ils étaient édifiés, nous ne savons rien. Nous pouvons seulement penser que les berges étaient plantées de saules comme à Déville ou à Brosville, et que des palissades provisoires de planches ou de branchages étaient installées à certaines époques de l’année pour protéger les nids. Comme à Déville, les viviers et les étangs des résidences épiscopales accueillaient des cygnes, des hérons, des canards et des bourres sauvages. Au pied de certaines résidences, des étangs font à la fois office de viviers et de fossés. C’est le cas au Parc sur la face sud de la plateforme qui porte le manoir, à Saint-Ébremond sur la face sud du château, et sans doute à Cambremer et à Condé. À Saint-Fulgent-des-Ormes, nous avons supposé l’existence d’un étang proche de la résidence. À Vernon, la présence d’un vivier a servi à désigner le manoir dès le milieu du XIIIe sièclel174.

  • 175 É. Zadora-Rio, « Viviers et parcs à gibier en Anjou », Dossiers Histoire et Archéologie, 106, 1986, (...)

149Deux sites ont été le cadre d’aménagements considérables. À Saint-Ébremond, des vestiges imposants témoignent des grands travaux sans doute entrepris dans la seconde moitié du XIe siècle. En aval du confluent de deux ruisseaux, immédiatement au pied du château vers le nord, on a créé dans la vallée une succession d’au moins trois étangs qui s’étendent sur environ un kilomètre ; ils sont séparés par de forts talus de terre, perpendiculaires à l’axe de la vallée et dotés d’une bonde qui permet l’évacuation des eaux. Ces étangs pouvaient être exploités alternativement en évolage et en assec175. À Condé des aménagements très semblables ont domestiqué l’Iton en aval du château et créé un grand étang.

150Ces étangs ou les rivières qui bordent le manoir ont reçu, sur leurs rives, des moulins. À Saint-Ébremond, il s’élevait en aval du château, sur les bords du troisième étang. Un moulin était établi au nord de la résidence de Déville, sur la rivière Cailly qui longe le complexe à l’ouest. Au Parc, un moulin se dresse sur la rive ouest de l’étang qui borde le manoir. À Neuilly, nous avons établi l’existence d’un dispositif exceptionnel. En effet, deux moulins à marée ont été édifiés sur les fossés ; les mécanismes sont actionnés, à marée basse, par la chute de l’eau retenue dans les fossés. La période de la mise en œuvre d’un tel dispositif ne peut qu’être l’objet d’hypothèses.

  • 176 É. Zadora-Rio, « Hortus conclusus : un jardin médiéval au Plessis-Grimoult », in Mélanges d’archéol (...)

151Ces aménagements considérables des abords de la résidence aristocratique, qui devaient exiger des moyens énormes, autant financiers qu’humains, n’ont été véritablement observés que dans le cadre des établissements religieux. Ceux qui ont été mis en place par les archevêques et évêques normands paraissent modestes au regard de certaines entreprises colossales, en particulier celles que l’on peut encore observer aux abords de grands monastères. En Normandie, on en connaît un bel exemple au prieuré du Plessis-Grimoult, étudié par É. Zadora-Rio176. Sur la face orientale de l’enclos prioral, on a aménagé en plusieurs étapes, à partir du milieu du XIIe siècle, quatre étangs artificiels alimentés par un ruisseau. Cet aménagement primitif du vallon a été complété ensuite par la création, sur le versant, de jardins disposés en terrasses étagées. Sur la terrasse médiane, des fouilles archéologiques ont mis au jour les vestiges très imposants d’un jardin quadrangulaire clos de murs flanqués de tours rondes aux angles, et vraisemblablement ceint d’un fossé en eau. Ces aménagements ont certes un but utilitaire, la fourniture d’herbes aromatiques pour la cuisine ou les soins, mais il faut y chercher également une double volonté : celle du plaisir des yeux et celle, autrement plus élevée, de la symbolique chrétienne du paradis.

152Cette présence de l’eau domestiquée aux abords de la résidence est démultipliée par l’existence d’espaces en eau à l’intérieur du complexe lui-même où des étangs et des fontaines sont aménagés, alimentés par des conduites régulièrement entretenues. La fontaine qui se dresse dans la cour du château de Gaillon est alimentée par des conduits qui amènent l’eau venant du parc au nord ; au Parc, la fontaine qui s’élève au milieu de la cour reçoit l’eau puisée dans l’étang ; à Douvres, on a maçonné la résurgence de la Douvette ; aux Loges, des eaux courantes serpentent dans le grand jardin.

La mise en valeur du terroir

  • 177 Dans certains cas, il a été possible d’augmenter les données de la toponymie actuelle par des topon (...)

153Pour terminer ce panorama du paysage qui environne la résidence rurale et la façon dont les prélats normands l’ont investi, il était intéressant de tenter d’en évaluer, dans la mesure du possible, les conséquences sur l’humanisation du paysage investi par la résidence. Cette investigation vise à replacer le séjour rural dans un cadre plus large qui en paraît indissociable. Il ne s’agit pas cependant d’une étude exhaustive qui nécessiterait des recherches trop éloignées du présent travail. Les limites de l’entreprise sont évidentes. Les observations s’appuient sur des fondements fragiles : les données de la toponymie177 et les informations tardives issues du cadastre du début du XIXe siècle en ce qui concerne le parcellaire. Nous avons bien conscience de l’imperfection de la méthode et de ses limites, aussi les remarques qui vont suivre ne sont-elles que des propositions.

154Le relevé des toponymes portés par les écarts du terroir paroissial traduit une humanisation de ce terroir par l’installation d’un habitat intersticiel, éloigné du noyau villageois. C’est ainsi que les paroisses de Saint-Philbert, Sainte-Pience, Saint-Ébremond, Saint-Fulgent, Laleu, Fleuré, Courtonne et Neuilly se peuplent de lieux-dits se terminant en -ière qui peuvent remonter au XIe siècle, et en -érie, « Hôtel- », « L’Être- » et le « Hamel » qui se multiplient à partir du XIIe siècle. Ces derniers toponymes formés à partir d’un prénom sont mêlés à des toponymes liés plus directement à la mise en valeur et au défrichement, formés à partir d’éléments empruntés au peuplement arboré ou à certaines caractéristiques du paysage.

  • 178 Certains sites se prêtent bien à une telle observation : Fleuré, Saint-Fulgent-des-Ormes, Canapvill (...)

155L’installation des résidences proprement rurales à partir du XIe siècle aurait accompagné, voire favorisé, un mouvement de mise en valeur des campagnes, parallèle à la constitution du noyau urbanisé villageois. Cela étant, cette humanisation ne se produit qu’assez loin du manoir. En effet, il se développe une organisation du paysage en zones aux vocations bien marquées. Au centre, le complexe proprement résidentiel est prolongé par ses annexes arborées (vergers, jardins, parcs) ou en eau (viviers, étangs) ; au-delà, l’emprise seigneuriale se manifeste par la présence de grandes parcelles, encore bien nettes sur le cadastre du début du XIXe siècle, qui se distinguent nettement des parcelles paysannes serrées, morcelées et regroupées178.

  • 179 Les Formes du paysage, G. Chouquer (dir.), I, Études sur les parcellaires, II, Archéologie des parc (...)
  • 180 D. Lège, « Le parcellaire de Villeneuve-le-Comte (Seine-et-Marne) : textes et analyses des formes » (...)
  • 181 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme..., p. 202-203.
  • 182 Ibid., p. 601.
  • 183 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle..., p. 316.
  • 184 Le Manoir en Bretagne..., p. 60-61.
  • 185 M. Le Mené, Les Campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530), Nantes, Cid Éditio (...)

156La pérennité de telles dispositions a été abondamment démontrée par des travaux récents sous la direction de G. Chouquer et elles ont été observées dans de nombreuses régions179. À Villeneuve-le-Comte, à la périphérie du terroir loti au début du XIIIe siècle, les parcelles attenantes à une maison forte postérieure au lotissement se distinguent des parcelles laniérées et régulières des paysans défricheurs ; ces vastes parcelles ont sans doute été obtenues par un remembrement de lots antérieurs180. Dans le Vendômois, D. Barthélemy signale que le parcellaire et la microtoponymie du début du XIXe siècle ont conservé fossilisé l’état des villages-rues, de leurs parcelles de défrichement et du site castrai mis en place entre 1070 et 1150. À la Motte-en-Pray, les parcelles longues et étroites des paysans défricheurs sont très nettement distinctes des grandes parcelles irrégulières qui s’étendent de part et d’autre du site castrai et dénommées les Derrières de la Motte et les Devants de la Motte181. À Rocheux en Lignières et Fréteval, les grandes parcelles au sud et à l’est de la motte et de sa basse-cour présentent le même cas de figure182. Dans le Bas-Maine, D. Pichot souligne que les manoirs mis en place au XIIIe siècle sont environnés de vastes coutures, encore bien lisibles sur le cadastre du début du XIXe siècle ; ces grandes parcelles doivent appartenir à une exploitation directement liée à la résidence sans qu’on puisse en inférer la méthode de mise en valeur (exploitation directe, métayage, fermage)183. Une étude récente sur les manoirs bretons à partir de la seconde moitié du XIVe siècle relève également l’opposition entre le maillage très large des parcelles irrégulières proches du manoir et le parcellaire très serré des tenures paysannes184. Enfin M. Le Mené observe qu’en Anjou, de nombreuses grandes fermes isolées au milieu d’un quadrillage à large maille sont réputées appartenir à des établissements ecclésiastiques ou nobiliaires et que le premier cadastre porte la trace de ces unités primitives185.

Conclusion

157Nous n’avons pas décelé dans les sources écrites d’indices probants de résidences secondaires dès le Haut Moyen Âge, à l’exception des cas très vraisemblables de Saint-Lô, Déville, Fresne et Les Andelys.

158C’est dans le courant du XIe siècle et dans la première moitié du XIIe siècle que les prélats normands vont, dans le mouvement de reconstitution de leur temporel, doter leur Église de terres qui possèdent déjà, où sur lesquelles ils vont édifier, assez rapidement semble-t-il, une résidence. Ces entreprises sont l’œuvre de grands prélats, illustres par leurs liens avec la famille ducale et par la façon dont ils se sont attachés à la restauration matérielle et spirituelle de leur diocèse. À partir de la seconde moitié du XIIe siècle et au XIIIe siècle, seuls les archevêques de Rouen se distinguent par l’acquisition ou la mise en chantier de six nouvelles résidences (Dieppe, Louviers, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Pontoise, Gaillon, Pinterville). De nombreux prélats ont manifesté une volonté déterminée à affirmer leur puissance restaurée et leur autorité par la possession de terres et d’une résidence. Si les libéralités ducales ont largement alimenté leur patrimoine, la part des dons par les prélats eux-mêmes ou leur famille fut très importante.

159Cette volonté a très nettement fait fi de contingences liées à la distance par rapport à la métropole épiscopale ou à des conditions topographiques favorables. Le choix des sites a privilégié des zones aux aptitudes économiques d’envergure : proximité de grandes voies de communication terrestres ou fluviales, voisinage des forêts. Il s’y mêle également des considérations d’ordre religieux et patrimonial. En revanche, il semble qu’on doive considérer comme négligeables les motifs qui feraient intervenir des facteurs militaires ou défensifs, à l’exception très notable du cas de Neuilly.

160L’insertion dans le terroir paroissial ou urbanisé a donné lieu à des partis pris très variés. Certains manoirs ont été implantés près de l’église paroissiale (Fresne, Déville, Courtonne, Fleuré, Saint-Fulgent-des-Ormes, Douvres). Cette intimité pose évidemment la question du rapport qui pourrait avoir existé entre la création du lieu de culte et l’existence d’un grand domaine ancien. Mais le hiatus documentaire constaté entre l’attestation ancienne du lieu de culte ou de la paroisse et les premières mentions du domaine et de la résidence n’a pas permis d’établir un lien entre les deux complexes et de conclure à l’existence d’un grand domaine, laïc ou ecclésiastique, dont la chapelle ou l’oratoire seraient devenus l’église paroissiale. Il a paru plus vraisemblable d’envisager que l’installation tardive (XIe-XIIe siècles) du complexe résidentiel avait contribué à la mise en place d’un habitat groupé. L’émergence de ce pôle doublement religieux concourt en outre à magnifier la présence épiscopale.

161Il est remarquable de noter le nombre important de manoirs ou châteaux implantés loin de l’église, aux franges des agglomérations, villages ou bourgs, que ceux-ci soient tenus ou non par les prélats (Brosville, Les Loges, Louviers, Vernon, Valognes, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Saint-Philbert). On peut supposer qu’un tel choix était dicté par l’existence d’une agglomération bien établie dont le maillage bâti ne permettait pas de déployer un complexe digne des prélats.

162Enfin, il faut mettre en avant la prédilection, en particulier au XIe siècle, pour le choix de sites isolés, loin du village (Le Parc, Saint-Philbert, Saint-Ébremond, Neuilly, Condé, Canapville). En dépit d’une argumentation facilement opposable concernant les données de la toponymie, et en l’absence de preuves plus déterminantes, en particulier des preuves matérielles provenant de fouilles archéologiques, nous pensons avoir démontré que l’implantation de certaines résidences avait accompagné, voire initié, le peuplement de campagnes jusque-là peu humanisées (Le Parc, Saint-Ébremond, Neuilly, Saint-Nicolas-d’Aliermont). Dans deux cas, la donation du domaine, rapidement suivie de l’édification d’une résidence, a donné lieu, à plus ou moins long terme, à la création d’une paroisse (Le Parc, Saint-Nicolas-d’Aliermont).

163La manifestation matérielle et symbolique du pouvoir et de la puissance des prélats passe sans aucun doute par l’édification d’une résidence. Mais il est apparu très clairement dans certains cas bien documentés au XIe siècle (Le Parc, Saint-Ébremond, Neuilly) que la décision d’implanter une résidence, vraisemblablement défendue (château, maison forte) et loin de toute agglomération, avait été accompagnée, voire précédée, par de formidables entreprises d’aménagement de l’espace. Malgré l’absence de sources et des attestations tardives, on peut envisager d’étendre cette conclusion à d’autres complexes (Condé, Saint-Philbert, Saint-Fulgent-des-Ormes ?). Cette réorganisation du paysage a consisté en la réalisation de parcs à gibier, de garennes, de vergers, d’étangs et de viviers. L’impact de la résidence élevée à distance du village (Neuilly, Saint-Ébremond, Le Parc, Condé, Saint-Philbert, Gaillon) est prolongé et magnibé par une formidable appropriation de l’espace, qui passe par la théâtralisation et la mise en scène d’une nature maîtrisée et apprivoisée. Ce traitement de l’environnement est tout à fait conforme aux codes de la plus haute aristocratie dont sont issus les prélats, et leurs réalisations peuvent être comparées à celles de leurs contemporains, laïcs ou ecclésiastiques.

164En revanche, en ce qui concerne la majorité des manoirs non défendus on constate une grande similitude avec les établissements religieux, annexes des grands monastères, prieurés ou granges. L’installation près de l’église isolée ou à l’écart de l’agglomération ancienne a permis l’implantation d’un manoir, accoté de vastes vergers et jardins et prolongé par les parcelles de la réserve. Près de certains de ces complexes, on a tenu à posséder des bois (Brosville, Déville, Saint-Nicolas-d’Aliermont) qui se trouvent alors en position topographique de parc, mais n’en ont pas le statut.

Notes

1 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, IX, Province ecclésiastique de Rouen (Lugdunensis Secunda), Paris, De Boccard, 1996.

2 Ibid., p. 87.

3 É.-A. Pigeon, Vies des saints du diocèse de Coutances et Avranches, Avranches, Perrin, 1898, II, p. 317-324.

4 N. Gauthier, M. Fixot, Topographie chrétienne..., IX, p. 93-94.

5 Annales Vedastini et Reginon de Prüm cités par J. Le Maho, « Châteaux d’époque franque en Normandie », AM, X, 1980, p. 154. Ces textes contiennent la première occurrence du toponyme Saint-Lô dont on ignore quand il a remplacé celui de Briovère.

6 Dans la première moitié du VIe siècle, les évêques Litarède et Passius qui participent aux conciles d’Orléans en 511 et 538 signent episcopus de Uxuma. L’oppidum d’Exmes, situé à environ 17 kilomètres au nord de Sées, aurait été pendant un temps une capitale religieuse puis serait devenu le chef-lieu politique et militaire du pagus alors que Sées, l’ancienne cité, devenait la capitale religieuse (F. Neveux, « La ville de Sées du Haut Moyen Âge à l’époque ducale », Proceedings of the Battle Conference, Anglo-Norman Studies, XVII, 1994, p. 149-150).

7 Jusqu’au démembrement de 1197 en faveur du duc-roi, le domaine de Fresne fait partie du très vaste domaine des Andelys.

8 Dom J.F. Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, Rouen, Maurry, 1667, p. 93.

9 Communication orale.

10 G. Fournier, Le Château dans la France médiévale, Paris, Aubier Montaigne, 1978, p. 263,48, 123 et 49.

11 M.-C. Bertiaux, Les Résidences des évêques de Troyes dans leur diocèse à la fin du Moyen Âge, Thèse de doctorat, Université du Maine, 2004,2 vol. (dactyl.), I, p. 204.

12 Les observations qui suivent doivent beaucoup aux articles suivants dans Les Évêques normands du XIe siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995 : F. Neveux, « Les diocèses normands aux XIe et XIIe siècles », p. 13-18 ; P. Bouet, M. Dosdat, « Les évêques normands de 985 à 1150 », p. 19-38 ; M. Baylé, « Les évêques et l’architecture normande au XIe siècle », p. 151-172 ; A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles) : état de la question », p. 173-204. Voir également D.C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », AN, 1958,2, p. 87-102.

13 L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épiscopale en Normandie autour de 990 », in Papauté, monachisme et théories politiques : études d’histoire médiévales offertes à Marcel Pacaud, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, p. 563-573 ; F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois (Xe-XIIe siècle), Rennes, Éditions Ouest-France, 1998, p. 274-276.

14 À Avranches, la liste épiscopale s’est interrompue avec l’évêque Walbert (c. 859-860), et ne reprend qu’avec un évêque très mal connu, Norgod (c. 990). À Coutances, le dernier évêque réellement attesté est Herlebaud en 906 et ce n’est qu’en 989 que le siège épiscopal retrouve un titulaire, Hugues (989-1025), dont on sait qu’il résida à Rouen. Ses deux successeurs, Robert (1026-1049) et Geoffroy de Montbray (1049-1093) retrouvèrent le chemin du diocèse ; le premier s’installa à Saint-Lô et le second à Coutances. À Bayeux, Henri (c. 943), Richard (c. 955) et Raoul (986-1006) mettent fin à une vacance d’un siècle depuis l’épiscopat d’Echambertus (c. 876). À Évreux, on ne connaît, pour le Xe siècle, que trois évêques : Cerdegaire (c. 900), Hugues (c. 921) et Gunhardus (c. 941). Geraldus, qui monte sur le trône épiscopal vers 988, met fin à une longue période incertaine. À Lisieux, le dernier évêque attesté avant Roger (985-1022) est Hairard (853-876). À Sées, la liste s’interrompt avec Hildebrand (c. 853 / 856) et Adelhelme et ne reprend qu’avec l’évêque Azon (c. 986-1066).

15 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair (éd.), MSAN, XXIII, 1865, p. 171. Après avoir été abondamment décriée, la chronique de Dudon est en voie de réhabilitation : P. Bouet, « Les négociations du traité de Saint-Clair-sur-Epte selon Dudon de Saint-Quentin », in La Progression des Vikings, des raids à la colonisation, A.-M. Flambard Héricher (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen (Cahiers du GRHIS ; 14), 2003 ; P. Bauduin, La Première Normandie (Xe-XIe siècles), Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 61-68 ; F. Neveux, « La fondation de la Normandie et les Bretons (911-933) », in Mondes de l’Ouest et villes du monde. Mélanges en l'honneur d’André Chédeville, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 299 et 309.

16 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. Hugues, évêque de Bayeux (c. 1011-1049) ; Herluin de Conteville et sa famille », AN, 1973,1, p. 7-38.

17 D. Bates, « The Character and Carreer of Odo, Bishop of Bayeux (1049-50-1097) », Speculum, 50, no 1, janvier 1975, p. 1-20 ; V. Bourrienne, Odon de Conteville, évêque de Bayeux, Évreux, Impr. de l’Eure, 1900 ; L. Musset, « Un prélat du XIe siècle : Odon de Bayeux », Art de Basse-Normandie, 76, hiver 1978-1979, p. 12-18 et 47.

18 Michel (1068-1094) et Richard de Beaufou (1134-1142), évêques d’Avranches ; Richard de Douvres, évêque de Bayeux (1114-1123), fils de Samson ; Roger, évêque de Coutances (1114-1123) ; les évêques d’Évreux Baudouin (1066-1070) et Audin (1113-1139) ; les évêques de Lisieux Gilbert Maminot (1077-1101) et Jean (1107-1141) ; l’évêque de Sées Robert de Ryes (c. 1070c. 1081). Voir L. Musset, « La formation d’un milieu social original : les chapelains normands du duc-roi au XIe siècle et au début du XIIe siècle », Cahier des Annales de Normandie, 22, 1988, Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIIe siècles), p. 91-114.

19 D. Spear, « Geoffrey Brito, Archbishop of Rouen (1111-1128) », The Haskins Society Journal, 2, 1990, p. 123-137.

20 L. Musset, « Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1049-1093) », Revue du département de la Manche, 99,1983, p. 5-17 ; M. Chibnall, « La carrière de Geoffroy de Montbray », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 279-294 ; J. Le Patourel, « Geoffrey of Montbray, Bishop of Coutances (1049-1093) », The English Historical Review, LIX, mai 1944, p. 129-161.

21 J. Decaëns, « L’évêque Yves de Sées », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 117-138.

22 M. Baylé, « Les évêques... », p. 151-172.

23 J.-M. Bouvris, « De l’époque franque à la période ducale : les destinées de deux domaines de la cathédrale de Rouen, situés dans le Talou (Londinières et Martin-Église) », 45e semaine de droit normand, AN, octobre 1988, 4, p. 331-334.

24 Gallia Christiana, XI, col. 680.

25 M. Baylé, « Les évêques... », p. 158-161.

26 Ibid., p. 167-172.

27 Ibid., p. 161-167.

28 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), Paris, Renouard, 1838-1855, II, p. 153.

29 De statu Constantiensis ecclesie ou Gesta Gaufridi, Gallia Christiana, XI, col. 219.

30 D. Spear, The Norman Episcopate under Henri I, King of England and Duke of Normandy (1106-1135), Thèse de l’université de Californie, Santa Barbara, 1982, p. 8-12.

31 Serlon, De capta Baiocensium ciuitate, RHGF, XIX, p. xciv.

32 J. Le Maho, L’Enceinte fortifiée de Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime), XIe-XIIIe siècles, Rouen, Ville de Notre-Dame-de-Gravenchon et Groupe de recherche archéologique du Pays de Caux, 2001, p. 11-17.

33 L. Musset, « Les conditions financières d’une réussite architecturale : les grandes églises romanes de Normandie », in Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, Société d’études médiévales, 1966, p. 307.

34 Bulle du pape Lucius III (ADE, G 122 fo 62).

35 F. Neveux, La Normandie des ducs aux rois..., p. 261-262.

36 La charte de 1131 qui confirme les possessions anciennes de Fleuré et de Saint-Fulgent-des-Ormes ajoute la donation de Laleu. Le fief consiste en terres, eaux, moulins, forêts (silvis), hommes, tonlieux et coutumes et doit au roi le service d’un chevalier armé pendant 40 jours, charte éditée dans C.H. Haskins, Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 300-302. Seul l’aveu de 1458 mentionne le service (Arch, nat., P 306, fo 109 vo-m vo).

37 ADE, G 122 fo 41.

38 À cette date, le prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge reçoit d’Alix et de Jeanne de Rupierre 2 acres de terre situées entre le moulin de Travers et le manoir de l’évêque (A.-L. Léchaudé-d’Anisy, « Extraits des chartes et autres actes normands ou anglo-normands qui se trouvent dans les archives du Calvados », MSAN, VII, 1834, p. 106 et ADC, 2 D 91).

39 En 1180-1193, Bernienville ne fait pas partie de biens de l’Église d’Évreux énumérés dans une bulle de Lucius III (ADE, G122 fo 6). Le manoir épiscopal n’est mentionné qu’en 1275 (ADE, G 6 P 60).

40 À la fin du XIIe siècle, la paroisse appartient à la famille de Cierrey (ADO, G 122 fo 124 vo), dont trois membres deviennent évêques d’Évreux entre 1193 et 1243. C’est sans doute à Raoul Ier (1220-1223) ou à Raoul II (1236-1243) qu’il faut attribuer la donation du domaine à son Église.

41 En 1248, Roger de Rupierre, descendant d’Alix de Canapville, est possessionné à Canapville. C’est de cette famille de Rupierre qu’est issu l’évêque Guillaume (1191-1201) (voir note 39).

42 Pinterville était propriété de Litgarde et de son époux Pierre de Meulan. C’est la troisième fois que le domaine change de mains en vingt ans. En 1248, il avait été donné par Saint Louis à Guillaume d’Aubergenville et à sa femme (ADSM, G 1091). Lidgarde en avait hérité de son oncle Eudes, trésorier de Bayeux, qui l’avait reçu en héritage de son neveu Guillaume, frère de Litgarde ; tous les deux étaient les enfants de Guillaume d’Aubergenville (ADSM, G 1092).

43 D.C. Douglas, « Rollo of Normandy », The English Historical Review, CCXXVIII, octobre 1942, p. 417-436.

44 P. Roudié, J.H. Duclos, « Les châteaux épiscopaux du sud-ouest de la France (XVIe-XIXe siècles) », in L’Église et le château (Xe-XVIIIe siècle), A. Chastel (dir.), Bordeaux, Éditions Sud-Ouest (Les cahiers de Commarque), 1988, p. 186-213 ; V. Motte, « Le château de Selles à Cambrai, étude historique et monumentale », Archaeologia Duacensis, 8,1993 ; R. Louis, C. Porée, Le Domaine de Régennes et d’Appoigny. Histoire d’une seigneurie des évêques d’Auxerre du Ve siècle à la Révolution, Paris – Auxerre, Dionysiae, 1939 ; H.L. Janssen, « The Castles of the Bishop of Utrecht and their function in the political and administrative development of the bishopric », Château Gaillard, VIII, 1977, p. 135-157 ; I. Damas, « Les châteaux de l’évêque de Mende dans la vallée du Lot en Gévaudan (XIIe-XIVe siècles) », Archéologie du Midi médiéval, XI, 1993, p. 41-51 ; G. Giuliato, « Le château de Condé-sur-Moselle (Custines), XIIIe-XVIIe siècles », in Archéologie militaire. Les pays du Nord (Actes du 101e congrès national des Sociétés savantes, section d’archéologie et d’histoire de l’art, Lille, 1976), Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 141-157.

45 G. Louise, « La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècles) », Le Pays bas-normand, 199-200, 1990, p. 397.

46 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), IV, p. 448.

47 Gallia Christiana, XI, col. 687.

48 En 1119-1135, Henri Ier donne à l’Église d’Évreux les églises de Nonancourt et Vernon et les dîmes du port de Vernon (ADE, G 122 fo 41).

49 L. Delisle, « Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi », MSAN, XVI, 1852, p. 38. Dans les mois qui ont suivi cet échange, Saint-Mathieu est donné à une communauté religieuse, les Emmurées (ibid., p. 140).

50 Les distances exprimées ici sont celles à vol d’oiseau et sont donc inférieures à celles à effectuer sur le terrain. Il n’a pas paru raisonnable de vouloir restituer les distances réelles. Le Parc à 10 km d’Avranches ; Neuilly à 29 km et Douvres à 23 km de Bayeux ; Saint-Ébremond à 21 km et Saint-Lô à 27 km de Coutances ; Condé-sur-Iton à 26 km, Brosville à 10 km et Bernienville à 11 km d’Évreux ; Canapville à 23 km et Courtonne à 7 km de Lisieux ; Déville à 4 km, Fresne à 28 km, Pinterville à 29 km et Louviers à 26 km de Rouen ; Laleu à 16 km, Fleuré à 19 km et Saint-Fulgent à 30 km de Sées.

51 R.E. Doranlo, Les Itinéraires d’Eudes Rigaud dans le diocèse de Sées (1250-1260), Caen, Caron et Cie, 1946.

52 É. Lalou, « Les voyages de Philippe IV le Bel en Normandie », Le Domfrontais médiéval, XV, 11, 1995, p. 6.

53 Saint-Philbert à 160 km d’Avranches ; Cambremer à 56 km de Bayeux ; Valognes à 55 km de Coutances ; Les Andelys à 35 km, Gaillon à 36 km, Saint-Nicolas-d’Aliermont à 50 km et Pontoise à 90 km de Rouen.

54 Saint-Philbert, Douvres, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Déville, Laleu, Saint-Fulgent-des-Ormes, Cambremer et Courtonne.

55 Neuilly dans l’estuaire de la Vire, Condé et Brosville sur l’Iton, Déville sur la rivière Cailly, Saint-Ébremond au confluent de deux petits ruisseaux, Le Parc sur le Saultbesnon (autrefois le Limon), Les Loges sur l’Orbiquet, Pinterville et Louviers le long de l’Eure, Cambremer sur la Dorette, Les Andelys sur la Seine, Valognes et Vernon près d’infimes ruisseaux.

56 Saint-Philbert sur la Risle, Canapville sur la Touques, Courtonne sur la Courtonne (autrefois Marolles), Fleuré en contre-haut d’un ruisseau.

57 Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fresne, Bernienville, Laleu et Saint-Fulgent ; Saint-Lô sur un éperon domine la Vire, Gaillon surplombe la Seine.

58 M. Quillent, « Pour une étude globale des prieurés de la Somme », in Abbayes et prieurés de Picardie et d’ailleurs, P. Racinet (dir.), Amiens, CAHMER (Laboratoire d’archéologie, Université de Picardie ; 8), 1997, p. 145-146.

59 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers en Normandie, Paris, CTHS, 1995, p. 30.

60 « De rebus in administratione sua gestis », In hac itaque nova terra, videlicet in medio villae, loci oblecantes amœnitatem, vividorum fontium et rivorum decurrentium amplectentes affinitatem, curiam honestam muro congi fecimus, in Œuvres complètes de Suger, A. Lecoy de la Marche (éd.), Paris, Vve de J. Renouard, 1867, p. 167.

61 Cité par É. Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche : d’une image littéraire à la réalité archéologique », AM, III-IV, 1973-1974, p. 366.

62 C. Lorren, « Le château de Rubercy (Calvados), c. 1150-1204 », AM, VII, 1977, p. 109-178.

63 L. Musset, « Les conditions financières... », p. 307.

64 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 1966, p. 177-208.

65 Une étude récente sur les manoirs bretons rappelle avec force cette utilisation de l’eau : Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie nationale, 1993, p. 63-64.

66 B. Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’après les Gesta Gaufridi du Livre Noir du chapitre coutançais », Revue historique de droit français et étranger, 4e série, no 58,1980, p. 231.

67 Plan d’une partie des bois de l’evesche d’Evreux situés à Brosville, 1783, Arch, nat., III, Eure 18.

68 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995, p. 81, 83, 175 et 355.

69 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 209-211.

70 Valognes, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Saint-Lô, Les Andelys, Brosville, Cambremer.

71 L. Musset, « Les domaines de l’époque franque et les destinées du régime domanial du IXe au XIe siècle », BSAN, XLIX, 1942-1945, p. 25 et 95.

72 L. Musset, « Les domaines... », p. 23.

73 A. Renoux, « Les fondements architecturaux du pouvoir princier en France (fin IXe-début XIIIe siècle) », in Les Princes et le pouvoir au Moyen Âge (Actes du XXIIIe congrès de la SHMESP, Brest, 1992), Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 173.

74 J. Le Maho, « De la curtis au château : l’exemple du Pays de Caux », Château Gaillard, VIII, 1977, p. 172.

75 D. Pichot, « Encellulement et villages de l’Ouest français (XIe-XIIIe siècles) », in Mondes de l’Ouest..., p. 447.

76 Douvres, Cambremer, Courtonne, Saint-Fulgent, Fleuré, Laleu, Déville et Fresne.

77 Clocher-porche et portail roman à Fleuré ; XIIe siècle à Douvres, Courtonne (portions de parement en arêtes de poisson) et Cambremer (clocher roman) ; début du XIIIe siècle à Fresne ; clocher roman à Saint-Fulgent.

78 1035-1037 pour Douvres et Cambremer, début du XIIIe siècle pour Courtonne, 1131 pour Saint-Fulgent, Fleuré et Laleu (donation), 1131 pour Déville, 1197 pour Fresne.

79 1133 pour Douvres, 1227 ( ?) pour Cambremer, 1358 pour Courtonne, vers 1200 pour Fleuré et Déville, 1248 pour Fresne. Deux de ces sites fournissent des indices antérieurs : à Saint-Fulgent, un acte signé vers 1100 autorise à envisager l’existence d’une résidence probable avant l’attestation de 1131 ; à Fresne, des chapiteaux vraisemblablement issus du manoir peuvent être datés de la fin du XIIe siècle (Pl. VII).

80 D. Pichot, « Encellulement... », p. 448-449.

81 Aveu de 1458 (Arch, nat, P 306 fo 111), terrier du XVIIIe siècle (ADO, 1 G 3 fo 14), inventaire de 1700-1704 (ADO, G 7 fo 121-122), cadastre de 1818 (ADO, 3 P2-215).

82 D. Pichot, Le Village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 142-147 ; É. Zadora-Rio, « Les cimetières habités en Anjou aux XIe et XIIe siècles », in Normandie : études archéologiques (Actes du 105e congrès des Sociétés savantes, section d’archéologie et d’histoire de l’art, Caen, 1980), Paris, CTHS, 1983, p. 319-329 ; L’Église et le terroir, M. Fixot, É. Zadora-Rio (dir.), Paris, CNRS, 1989, p. 14-15.

83 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle..., p. 226.

84 Valognes aux évêques de Coutances ; Les Loges aux portes de Lisieux ; Louviers et Gaillon aux archevêques de Rouen ; Condé-sur-Iton, Brosville et Vernon aux évêques d’Évreux.

85 Il s’agit des établissements des évêques de Bayeux à Neuilly, de Coutances à Saint-Ébremond, d’Avranches à Saint-Philbert et au Parc et de Lisieux à Canapville.

86 Le Manoir en Bretagne..., p. 59 ; É. Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche... », p. 368-392.

87 D. Pichot, « Encellulement... », p. 451.

88 M. Miguet, Templiers et Hospitaliers...

89 Inventaire de 1700-1704, ADO, G 7. Etat des biens fonds appartenant ci-devant à Mgr. L’évêque de Sées, 1791, ADO, Q 647.

90 Cf. note 40.

91 ADO, H 2158. Mais l’hypothèse d’une signature dans l’église paroissiale ne doit pas être, pour autant, exclue.

92 P. Bouet, « L’image des évêques normands dans l’œuvre d’Orderic Vital », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 274-275.

93 Les Loges en 1283, Canapville en 1258 par un séjour de l’archevêque Eudes Rigaud (T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852, p. 303).

94 C. Poling-Schriber, The Dilemna of Arnulf of Lisieux, Bloomington, Indiana University Press, 1990, p. 67-81.

95 Vernon : droits en 1135-1139, manoir attesté en 1250 par un séjour de l’archevêque Eudes Rigaud (T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 74) ; Condé : domaine antérieur à 1135-1139, manoir attesté en 1207 ; Brosville : donation à la fin du Xe siècle, manoir attesté par un séjour de l’archevêque Eudes Rigaud en 1260 (ibid., p. 365).

96 Radicatel, Mont-Grippon, Câtelier, Notre-Dame-de-Gravenchon, Quettehou (J. Le Maho, « Jardins et vergers du Haut Moyen Âge en Normandie orientale (VIIIe-Xe siècles) », in Les Paysages ruraux en Normandie (Actes du 37'congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Pont-Audemer, 2002), Caen, Annales de Normandie, 2003, p. 133-142 ; Id., « Châteaux d’époque franque en Normandie », p. 153-166).

97 Charte de Guillaume le Conquérant en faveur de l’abbaye de Fécamp, in Regesta regum Anglorum-Normannorum, The Acta of William I (1066-1087), D. Bates (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1998, no 146, p. 482-484.

98 Gesta pontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, XIe-XIIIe siècles, II, Paris, Picard, 1929, p. 97-98.

99 R.C. Turner, « The Medieval Palaces of the Bishop of St. Davids, Wales », in Military Studies in Medieval Europe (Papers of the “Medieval Europe Brugge 1997” Conference; 11), Zellik, Instituut vor het Archeologisch Patrimonium, 1997, p. 218.

100 P. Everson, « Bodiam Castle, East Sussex: castle and its designed landscape », Château Gaillard, XVII, 1996, p. 79-84. Les terrassements qui environnent le château avaient été interprétés comme des structures de défense.

101 C’est au parc de Rouen que Guillaume, prêt pour la chasse, apprend que Harold s’est proclamé roi d’Angleterre (Wace, Roman de Rou, A.J. Holden (éd.), Paris, Picard – Société des anciens textes français, 1971, II, p. 103).

102 G. Louise, « Le château des comtes et des ducs d’Alençon », in Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d’archéologie, A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1994, p. 15 ; G. Louise, Atlas historique des villes de France : Alençon, Paris, CNRS, 1994.

103 P. Dubourg-Noves, « Châteaux et palais des comtes d’Angoulême », in Palais médiévaux..., p. 19.

104 C. Beck, P. Beck, F. Duceppe-Lamarre, « Les parcs et jardins des résidences des ducs de Bourgogne au XIVe siècle. Réalités et représentations », in « Aux marches du palais ». Qu’est-ce qu’un palais médiéval ? (Actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 1999), A. Renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 2001, p. 97-112. En 1425, l’évêque de Lisieux sert, entre autres, au clergé de la cathédrale de Rouen de la venaison (chevreuil, sanglier), des pluviers, hérons, pigeons, lapins, butors et paons (cité par H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, rééd. Brionne, Le Portulan, 1971, p. clxx, note 1).

105 Ce don est signalé par le chroniqueur Rigord, Gesta Philippi Augusti, cité par J.-P. Foucher, « Le bois de Vincennes du IXe au XVe siècle », in Vincennes aux origines de l’État moderne (Actes du colloque Les Capétiens et Vincennes au Moyen Âge, 1994), J. Chapelot, É. Lalou (dir.), Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1996, p. 23-51.

106 C. Beaune, « Le langage symbolique des jardins médiévaux », in Jardins du Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 1995, p. 63-67.

107 C.C. Taylor, « Somersham Palace, Cambridgeshire: a medieval landscape for pleasure », British Archaeological Reports, British Series, 209, 1989, p. 211-224.

108 Orderic Vital, The Ecclesiastical History, livre VIII, chap. 355, M. Chibnall (éd.), IV, Oxford, Clarendon Press, 1973, p. 224-225.

109 « ... oculos intuentium de palacio jocunda visione pascebant... »,Gesta pontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 97-98.

110 É. Chalmin-Sirot, « Lieux de résidence de la petite aristocratie en territoire genevois du XIIe au XVIe siècle », AM, XXXIII, 2003, p. 115-137 ; É. Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe siècle, Paris, Picard, 2007, p. 62-104.

111 Nous avons déjà signalé que les parcs des évêques normands ont été peu bouleversés par des aménagements postérieurs au Moyen Âge. Au XVIIIe siècle, l’Encyclopédie démontre que ces parcs étaient bien connus dans leurs dispositions médiévales : » [...] grand clos ceint de murs où on enferme des bêtes fauves (sangliers, cerfs, chevreuils) [... ] qui comprend des terres labourables, des pâtures, des taillis et des futaies [...] les plantations dominantes doivent être les chênes, les pommiers, les poiriers et les houx [...] des ruisseaux y passent [... ] on y trouve des étangs et des mares ».

112 « ... terram parci contra comitem Moritoniensem ex porte expugnavit, ipsumque parcum duplici fossato vallavit et palatio circumsepsit, intusqueg landes seminavit, quercus et fagos, caeterumque nemus studiose coluit, cervisque Angligenis replevit. Aliud quoque nemus, quod est in parrochia S Ebremundi, industria summa censusqueproprio redenit, ibiqueparcum opulentissimum cervis et apris, tauris et vaccis et equis constituit... », Gallia Christiana, XI, col. 219. Voir P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque de Coutances et les parcs médiévaux de la Manche, Coutances, OCEP – P. Hébert, 1989.

113 Ce parc est cité dans le recensement des biens de son Église par l’évêque Hugues (V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, Picard et fils – Lestringant, 1902-1903, I, p. 29).

114 Le parc aux Bœufs est documenté par un accord survenu en 1289 entre l’évêque Guillaume d’Asnières et Guillaume le Parquier, garde du parc de Lisieux (H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, p. cccclxii).

115 É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier et garennes à lapins : contribution à une étude archéologique des territoires de chasse dans le paysage médiéval », Hommes et terres du Nord, 1986 (Actes du colloque Du pollen au cadastre, Villeneuve-d’Ascq, 1985), p. 133-139.

116 J.-P. Foucher, « Le bois de Vincennes... », p. 23-51.

117 Cette pérennité est attestée à Sainte-Vaubourg (M. Miguet, « Le parc de Sainte-Vaubourg : un paysage médiéval fossilisé ? », Cahiers Léopold Delisle, XXXIV (1985), 1987, p. 59-67) et en Bourgogne (C. Beck, P. Beck, F. Duceppe-Lamarre, « Les parcs et jardins... », p. 97-112).

118 La superficie moyenne des parcs à gibier en Angleterre s’établit à environ 100 hectares (T. Davill, Ancient Monuments in the Country Side : an Archeological Management Report, Coll. English Heritage, Archeological Report, 5, S.I., 1987, p. 133).

119 Les créations tardives de parcs contraignent les aménageurs à composer avec le paysage anthropisé. En 1306-1307, l’autorisation royale accordée à Enguerrand de Marigny de créer un parc près de son château de Mainneville (Eure) prévoit l’éviction des paysans qui perdent leurs droits d’usage dans la forêt et l’aménagement d’une nouvelle voie publique pour remplacer celle qui est désormais incluse dans le parc (Cartulaire et actes d’Enguerrand de Marigny, J. Favier (éd.), Paris, Bibliothèque nationale, 1965, p. 17-22). La création d’un parc dans la foresta de Rhuys, près du château de Suscinio, par le duc de Bretagne lean Ier au milieu du XIIIe siècle entraîne le déplacement d’un prieuré dépendant de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys, et les moines ne cesseront de réclamer de lourdes compensations pour les droits perdus, actes des exécuteurs testamentaires du duc en 1287 et 1295 (Cartulaire du Morbihan, P. Thomas-Lacroix (éd.), Bulletin de la Société polymatique du Morbihan, 415,1934-1939, p. 338-339 et 440). L’aménagement puis l’extension du parc de Folembray par Raoul II et Enguerrand III de Coucy au milieu du XIIIe siècle lèse de la même façon les religieux et sires voisins détenteurs de droits dans la forêt (D. Barthélemy, Les Deux Âges de la seigneurie banale. Coucy (XIe-XIIIe siècles), 2e éd., Paris, Publications de la Sorbonne, 1984, p. 388 et 391 ; abbé A. Vernier, Histoire de Folembray depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Folembray, l’auteur, 1873, p. 50-52).

120 J. Le Maho, « Parcs et courtils. Observations sur l’environnement des châteaux de terre et de bois en Pays de Caux aux XIe et XIIe siècles », in Normandie : études archéologiques, p. 171-181.

121 De statu Constantiensis ecclesie ou Gesta Gaufridi, Gallia Christiana, XI, Instr., col. 219.

122 J. Birrel-Hilton, « La chasse et la forêt en Angleterre médiévale », in Le Château, la chasse et la forêt, A. Chastel (dir.), Bordeaux, Éditions Sud-Ouest (Les cahiers de Commarque), 1990, p. 69-80.

123 É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier... » ; M. Miguet, « Le parc de Sainte-Vaubourg... », p. 59-67.

124 P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque..., p. 43.

125 C. et P. Beck, « La nature aménagée. Le parc du château d’Aisey-sur-Seine (Bourgogne, XIVe-XVIe siècles) », in L’Homme et la nature au Moyen Âge (Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale, Grenoble, 1993), M. Collardelle (dir.), Paris, Errance, 1996, p. 23-24.

126 J. Le Maho, « Parcs et courtils... », p. 175. L. Delisle a relevé de très nombreuses mentions de ces clôtures relativement légères : haia, plessas, « palis », dans La Classe agricole en Normandie au Moyen Âge, Évreux, Hérissey, 1851, p. 388, n. 279.

127 D. Dodier, « Les parcs seigneuriaux de la Manche au Moyen Âge », RA, 257,1968, p. 263.

128 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998, p. 19.

129 D. Quéruel, « Le jardin d’Hesdin et les jardins de la cour de Bourgogne »,in Le Jardin médiéval (Actes du colloque à l’abbaye de Saint-Arnoult, 1988), Warluis, ADAMA, 1990, p. 104-117 ; C. et P. Beck, « La nature aménagée... », p. 27 ; F. Duceppe-Lamarre, « Le parc à gibier d’Hesdin. Mises au point et nouvelles orientations de recherche », Revue du Nord. Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 83, no 343, 2002, p. 175-184 ; C. Beck, P. Beck, F. Duceppe-Lamarre, « Les parcs et jardins... », p. 97-112.

130 R. Bechmann, Des arbres et des hommes. La forêt au Moyen Âge, Paris, Flammarion, 1984, p. 17-18 et 158-160.

131 P. Hébert, Regards sur le Parc l’Évêque..., p. 33.

132 D. Dodier, « Les parcs seigneuriaux... », p. 253.

133 Observations personnelles.

134 L. Delisle, La Classe agricole en Normandie..., p. 348, n. 66 et 67.

135 Ibid., p. 337.

136 Aux XIVe et XVe siècles, à Gaillon, le bois d’œuvre utilisé pour les grands travaux de mise en défense et de restructuration vient des forêts du domaine et non du parc.

137 A. Debord, « Châteaux et forêts en France aux XIe et XIIe siècles », in Le Château, la chasse et la forêt, p. 33-34.

138 A. Renoux, Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu, Paris, CNRS, 1991, p. 684-685.

139 La Vie quotidienne dans une forteresse royale. La Grosse Tour de Bourges (fin XIIe-milieu XVIIe siècle), C. Monnet (dir.), Bourges, Éditions de la ville de Bourges, 1999, p. 297 et 311-312.

140 C. de Mérindol, « De la hiérarchie et de la symbolique des chasses à la fin du Moyen Âge », in Le Château, la chasse et la forêt, p. 143-161.

141 J. Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 691-693.

142 P. Buc, L’Ambiguïté du Livre. Prince, pouvoir et peuple dans les commentaires de la Bible au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 1994, p. 112-119.

143 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, A. Le Prévost (éd.), II, p. 311.

144 P. Bouet, « L’image des évêques normands... », p. 253-275. À l’extrême fin de la période que nous étudions, un témoignage bien documenté, mais tardif, nous fait entrer dans un monde de clercs chasseurs : en 1517, le cardinal d’Aragon est invité à chasser à Neuilly par l’évêque de Bayeux, Louis de Canossa (1516-1531) ; la chasse au renard se déroule à 8 kilomètres au sud du château et non dans le parc (A. de Beatis, Voyage du cardinal d’Aragon en Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), traduit de l’italien par Mme Havard de la Montagne, Paris, Perrin, 1913, p. 171).

145 Texte cité dans l’Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby (dir.), II, 2e éd., Paris, Seuil, 1999, p. 430.

146 C. de Mérindol, « De la hiérarchie... », p. 155-159.

147 L’autorisation ducale et le contrôle par des arpenteurs ne sont connus que par un acte ducal (c. 1140-1189) en faveur de l’abbé de Fécamp qui crée un parc près de sa résidence des Hogues (J. Le Maho, « Parcs et courtils... », p. 172).

148 Les sources écrites et les vestiges sur le terrain révèlent, outre ceux qui viennent d’être mentionnés, un grand nombre de parcs dès la première moitié du XIe siècle : parcs ducaux de Rouen, Quévilly, Sainte-Vaubourg, Bur, Néhou ; parcs entre les mains de grands vassaux à Baupte, Cavilly, Voismer, Trévières, Valmont, Notre-Dame-de-Gravenchon, Hallebosc, Brionne, Conches (M. Casset, « Un mode de gestion de l’espace rural : les parcs à gibier en Normandie au Moyen Âge », in Les Paysages ruraux en Normandie, p. 153-171).

149 R. Le Jan, « Espaces sauvages et chasses royales dans le nord de la Francie (VIIe-IXe siècles) », Revue du Nord, 244,1980, p. 35-60 ; C. Petit-Dutaillis, « De la signification du mot “forêt” à l’époque franque », Bibliothèque de l’École des Chartes, 76,1915, p. 97-152.

150 Le parc de Vincennes est considéré comme le premier parc royal (J.-P. Foucher, « Le bois de Vincennes... », p. 23-51). Les attestations les plus anciennes des parcs des comtes de Champagne (Lachy, Ervy, Pont-Nogent, Mont, Coulommiers et Igny) ne semblent pas antérieures à la fin du XIIIe siècle (A. Lefèvre, « Les finances de la Champagne aux XIIIe et XIVe siècles », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1858, p. 409-447). C’est au duc de Bretagne, Jean Ier, qu’est attribuée, au milieu du XIIIe siècle, la création de plusieurs parcs (Rhuys, Carnoët, Châteaulin, Morlaix, Duault), d’après la Chronique de Saint-Brieuc, éditée dans Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, Osmont, 1742-1746, 3 vol. , I, col. 41. Pour la Bourgogne voir C. Beck, P. Beck, F. Duceppe-Lamarre, « Les parcs et jardins... », p. 97-112, et F. Duceppe-Lamarre, Chasse et pâturage dans les forêts du nord de la France. Pour une archéologie du paysage sylvestre (XIe-XVIe siècles), Paris, L’Harmattan, 2007.

151 Magni Rotuli Scaccarii Normanniae... de anno... 1184, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., II, p. 107.

152 En 1269, le roi autorise l’évêque d’Avranches à occuper ces terrains au pied du manoir épiscopal (L. Delisle, « Cartulaire normand... », p. 169).

153 P. Dubourg-Noves, « Châteaux et palais des comtes d’Angoulême », p. 19.

154 Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, G. Busson, A. Ledru (éd.), Le Mans, Société historique de la province du Maine, 1901, p. 462.

155 Abbé Delettre, Histoire du diocèse de Beauvais depuis son établissement au IIIe siècle jusqu’au 2 septembre 1792, Beauvais, A. Desjardins, 1842-1843, 3 vol., p. 41.

156 A. Labbé, L’Architecture des palais et des jardins dans les chansons de geste. Essai sur le roi en majesté, Paris – Genève, Champion – Slatkine, 1987, p. 151-152 et 164.

157 Inventaire des biens de l’évêché en l’An II (ADE, Q 39).

158 Aveu de 1400 (Arch, nat., P 307 fo 80 vo-81 vo).

159 En ce qui concerne ces deux derniers sites (Douvres et Condé), on ne peut pas clairement déterminer s’il s’agissait de créer un jardin ou verger hors de l’enclos ou de l’extension de l’enclos manorial lui-même.

160 Ces informations sont fournies par l’acte de vente du domaine en 1577 (T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évreux, Hérissey, 1870-1874, III, p. 107-108).

161 Ne sont donc pas pris en compte le bois de Lisieux à Courtonne, le bois de Bayeux à Cambremer, le bois de Soule près de Saint-Ébremond et la forêt de Neuilly. Les bois de l’évêque de Sées à Laleu n’ont pas pu être localisés précisément par rapport à la résidence villageoise, de même que les 45 acres de bois à Fresne.

162 En mai 1739, ces talus sont réparés (ADSM, G 1074).

163 « Garenne : Bois ou bruyère où il y a beaucoup de lapins. Une garenne privée c’est une garenne fermée de murs ou de hayes, où on fait des terriers exprès pour y nourrir des lapins » (A. Furetière, Dictionnaire universel, La Haye – Rotterdam, 1690).

164 Alors que des travaux récents d’archéozoologie démontrent l’introduction du lapin au nord de la Loire et en particulier dans le Bassin parisien dès le XIe siècle, les recherches concernant la Normandie sont encore trop lacunaires pour évaluer avec un minimum de précision la période d’introduction du lapin dans la faune régionale et son degré de consommation (C. Callou, De la garenne au clapier. Étude archéozoologique du lapin en Europe occidentale, Paris, Muséum national d’histoire naturelle (Mémoires ; 189), 2003, p. 251-255). À Bourges, alors que le lapin avait été introduit dans le Berry au IXe siècle, la consommation très faible aux XIIe et XIIIe siècles augmente à partir de la fin du XIIIe siècle (La Vie quotidienne dans une forteresse royale..., p. 297 et 311 ; R. Delort, Les Animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984, p. 309-310).

165 G. de Gislain, « L’évolution du droit de garenne au Moyen Âge », in La Chasse au Moyen Âge (Actes du colloque de Nice, 1979), Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 43 et 46-47.

166 ADO, 1 Q 647.

167 C. Callou, De la garenne au clapier..., p. 198-213.

168 É. Zadora-Rio, « Parcs à gibier... », p. 133-139 ; G. Germond, L.-M. Champême, L. Fernandez, « Le problème archéologique des garennes », AM, XVIII, 1988, p. 239-249.

169 La Vie quotidienne dans une forteresse royale..., p. 311.

170 « De rebus in administratione sua gestis »,... Et ad superioris Belsae relevandam ariditatem, vivario multitudinepiscium copiosofere in circuitu perlustravimus ; Grangiasperoptimam ibidem extruimus, et stagna duo, quae multa piscium copia multo tempore illuc adventantibus sufficientiam, si bene servuntur, ministrabunt..., in Œuvres complètes de Suger, p. 167.

171 Gesta pontificum Autissiodorensium, cité dans V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes..., I, p. 97-98.

172 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Bertin, ibid., p. 123.

173 Le Manoir en Bretagne..., p. 63-64.

174 Mention du manoir que dicitur apud viverium par l’archevêque Eudes Rigaud en 1250 (T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 74), et capella de vivario in manerio episcopi à la fin du XIVe siècle (ADE, G 6 fo 131).

175 É. Zadora-Rio, « Viviers et parcs à gibier en Anjou », Dossiers Histoire et Archéologie, 106, 1986, p. 74-76.

176 É. Zadora-Rio, « Hortus conclusus : un jardin médiéval au Plessis-Grimoult », in Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Genève, Droz, 1982, p. 393-404.

177 Dans certains cas, il a été possible d’augmenter les données de la toponymie actuelle par des toponymes relevés dans les liasses d’aveux et rentes du XVIIIe siècle ; cette investigation a surtout porté sur les domaines des évêques de Bayeux et de Lisieux, dont les liasses rescapées sont conservées aux Archives départementales du Calvados. L’interprétation des toponymes qui peuvent être attribués à une intensification du peuplement à partir du XIe siècle est extraite des ouvrages suivants : F. de Beaurepaire, « La toponymie de la Normandie », Cahiers Léopold Delisle, XVIII, 1969 ; Id., « Les finales en -ière et -(e)rie dans les noms de lieux habités de la Normandie », Cahiers des Annales de Normandie, 26, 1995, Mélanges René Lepelley, p. 277-281 ; L. Musset, « Essai sur le peuplement de la Normandie (VIe-XIIe siècles) », in Les Mondes normands (VIIIe-XIIe siècles) (Actes du IIe congrès international d’archéologie médiévale, Caen, 1987), H. Galinié (dir.), Caen, Société d’archéologie médiévale, 1989, p. 97-102.

178 Certains sites se prêtent bien à une telle observation : Fleuré, Saint-Fulgent-des-Ormes, Canapville, Fresne, Saint-Ébremond, Cambremer.

179 Les Formes du paysage, G. Chouquer (dir.), I, Études sur les parcellaires, II, Archéologie des parcellaires, III, L’Analyse des systèmes spatiaux, Paris, Errance, 1996-1997.

180 D. Lège, « Le parcellaire de Villeneuve-le-Comte (Seine-et-Marne) : textes et analyses des formes », in L’Analyse des systèmes spatiaux, p. 163-164 et 167.

181 D. Barthélemy, La Société dans le comté de Vendôme..., p. 202-203.

182 Ibid., p. 601.

183 D. Pichot, Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle..., p. 316.

184 Le Manoir en Bretagne..., p. 60-61.

185 M. Le Mené, Les Campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530), Nantes, Cid Éditions, 1982, p. 125 et 137.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 – Diocèses et résidences en Normandie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3 – Laleu : le site du manoir en 1818 (cadastre ADO, 3 P2-215 / 2)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search