Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Introduction

Texte intégral

Les raisons du choix, problématiques et limites du travail

Le choix

  • 1 Le Parc-Sainte-Pience et Saint-Philbert-sur-Risle aux évêques d’Avranches ; Neuilly-la-Forêt et Do (...)
  • 2 Valognes aux évêques de Coutances ; Cambremer aux évêques de Bayeux ; Canapville et Les Loges aux (...)
  • 3 Gaillon : É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance. Le château de Gaillon, Rouen – Paris, Lec (...)

1Cette étude des résidences rurales et semi-rurales des archevêques et évêques normands au Moyen Âge est partie d’un constat simple et tout compte fait étonnant : elles n’avaient jamais été étudiées. Si treize d’entre elles ont fait l’objet de quelques lignes, voire quelques pages1 les quinze autres sont tombées dans l’oubli2 Seuls deux sites, Gaillon et Douvres-la-Délivrande3 ont été l’objet de travaux récents d’archéologie de terrain et d’observations du bâti.

  • 4 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Main (...)
  • 5 GDR 94 du CNRS, sociétés et cadres de vie au Moyen Âge, groupe 5, « Étude des palais et des séjour (...)
  • 6 Palais médiévaux (France Belgique), 25 ans d’archéologie, A. renoux (dir.), Le Mans, Publications (...)
  • 7 J. blair, « Hall and Chamber : English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Build (...)

2Un précédent travail sur les résidences des évêques d’Avranches avait permis de démontrer que, malgré les lacunes des sources médiévales, il était possible d’aboutir à des résultats probants en sollicitant les sources modernes sans discrimination4 Les sondages effectués dans la documentation, à l’occasion de cette recherche, avaient amplement démontré qu’un tel sujet méritait de sortir de l’oubli. Ce travail s’inscrit dans un axe récent de la recherche qui tend à aborder sous une optique neuve la problématique concernant les résidences des grands laïcs ou ecclésiastiques en confrontant les textes et le vocabulaire avec les conclusions issues de l’archéologie ou des vestiges encore en place, problématique qui privilégie l’étude des espaces résidentiels, leurs mutations morphologiques dans le temps, leur adaptation aux nouvelles exigences de la vie aristocratique5. deux colloques internationaux, sous la direction d’A. renoux, démontrent l’ampleur du travail déjà effectué et à réaliser encore dans ce domaine6. des chercheurs anglais, opérant en bretagne et en normandie, ont également montré la voie dans les nouvelles lectures qu’ils font, par l’archéologie du bâti et la dendrochronologie, de bâtiments dont les structures primitives, qui n’ont pas complètement disparu, sont encore tangibles malgré les restructurations et adjonctions depuis au moins le XIVe siècle7.

3l’établissement d’une monographie critique pour chaque résidence depuis les premiers temps de son installation jusqu’au début du XVIe siècle a permis une synthèse des informations, synthèse dont les objectifs sont de répondre à un certain nombre de questions ou de mettre en avant quelques aspects particulièrement marquants. pour la publication, des aménagements ont été opérés par rapport au travail primitif. quelques sites ont été exclus des monographies en annexe, non pas par leur manque d’intérêt, mais la minceur de la documentation à leur propos n’imposait pas leur insertion : Canapville aux évêques de Lisieux, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes aux évêques de Sées, Berneville, Brosville et Vernon aux évêques d’Évreux, Pinterville et Saint-Mathieu aux archevêques de Rouen. ces sites sont cependant régulièrement mentionnés lorsque la documentation qui les concerne l’impose.

Problématiques

4Un premier groupe de questions se posait d’emblée concernant les conditions d’entrée, dans le temporel épiscopal, des domaines qui ont porté des résidences. peut-on repérer l’existence de résidences anciennes et compter sur une continuité de jouissance depuis le haut Moyen Âge ? Faut-il y voir plutôt un mouvement tardif lié à la reconstitution des temporels par des donations ou des restitutions entre le Xe et le XIIe siècle ? Peut-on, jusqu’à un certain point, discerner la volonté du donateur ou celle du prélat bénéficiaire du don ? Ce dernier point engendre toute une problématique concernant le site choisi pour l’installation du manoir ; les prélats ont-ils réinvesti des sites déjà aménagés ? Comment ont-ils géré cet état de fait ? Quels types de sites ont-ils privilégié : périurbains, ruraux, favorables, défensifs ? Quels rapports de localisation ont-ils entretenu avec les installations antérieures : village, église ? La distance du manoir par rapport à la métropole épiscopale est-elle un facteur déterminant ? La proximité est-elle la règle ? Comment expliquer le choix de sites éloignés, difficilement accessibles par plusieurs jours de voyage ?

5Il est apparu également, dès les premiers temps de la recherche, que l’implantation de la résidence rurale s’était accompagnée, dans de nombreux cas, d’une volonté manifeste d’aménagement de l’environnement proche par la création de parcs à gibier, d’étangs et de viviers. Les sources médiévales, augmentées des traces encore visibles sur le terrain ou attestées par des sources modernes, permettent, dans certains cas, de suivre ces opérations de domestication du paysage, dont les intentions matérielles se doublent d’une signification symbolique évidente qui n’est pas souvent mise en évidence dans les travaux de recherche sur l’architecture castrale.

6Le dépouillement des sources médiévales de toute nature permet de constituer un corpus du vocabulaire résidentiel et d’en évaluer, autant que possible, l’évolution dans le temps. La confrontation des vocables avec les structures révélées par les textes et les vestiges encore en place ou décelables dans les sources postérieures au Moyen Âge autorise quelques réponses aux questions concernant l’habitat aristocratique. Quelles réalités recouvrent les termes qui désignent à la fois l’ensemble de la résidence, mais aussi certaines parties du tout : manerium, domus, castrum, « hostel » ? Comment sont signalées les structures du pôle noble : au la, camera ? Les sources écrites permettent-elles d’en évaluer les dispositions : structures unifiées sous un même toit ou éclatées entre plusieurs bâtiments ? Ces bâtiments sont-ils à un seul ou à deux niveaux ? Peut-on déceler une concordance entre le type d’acte et la nature du lieu où il a été établi ? En un mot, y a-t-il une graduation dans l’intimité ou la solennité lorsque le rédacteur de l’acte distingue l’aula de la camera ? Comment le vocabulaire s’accorde-t-il aux mutations des codes architecturaux et au passage du latin au français ?

7On doit tenter d’évaluer l’insertion du pôle résidentiel (aula, camera, capella) dans l’ensemble du complexe et la place tenue, suivant les types de résidence, par les autres structures : bâtiments domestiques (cuisine, celliers, four), bâtiments de l’administration seigneuriale et ecclésiastique (prison, officialité, tribunal laïc), bâtiments à usage agricole (logement du fermier, granges, étables, pressoir). La confrontation des enseignements issus des sources médiévales et des plans postérieurs devrait permettre de connaître l’emprise des complexes résidentiels, l’organisation globale de l’ensemble et la part des espaces bâtis et des espaces non bâtis (cours, jardins, vergers).

8Tout cela permet de rattacher les résidences des prélats normands à des types de structures connues par ailleurs : motte, château fortifié, manoir semi-fortifié ou maison forte, maison plate ? Ont-ils adopté, aussi bien en ce qui concerne l’architecture que les modes d’appropriation de l’environnement, les codes des grands de l’aristocratie laïque ? Ou bien les résidences épiscopales possèdent-elles des caractéristiques propres à leur tenant ecclésiastique comparables à celles des établissements religieux comme les granges cisterciennes, les prieurés bénédictins et les fondations templières ? Existe-t-il un pôle religieux aux caractères spécifiques, plus dilaté que chez les laïcs ?

9Il faut aussi tenter de déceler les campagnes de travaux qui ont rythmé la vie de ces résidences et évaluer, dans la mesure du possible, les mutations qui en ont résulté. La guerre de Cent Ans puis la remise en état après le conflit ont-elles été l’occasion de restructurations complètes ou partielles ? Dans quelles mesures les dispositifs antérieurs ont-ils été conservés ? Il est séduisant également d’envisager l’existence d’une simultanéité entre les travaux de la cathédrale ou du palais urbain et ceux qui sont entrepris dans la résidence rurale.

10Un troisième objectif a été de tenter de peupler ces châteaux. À partir des actes datés et signés dans les résidences rurales ou semi-rurales, on doit pouvoir établir le rythme des séjours des prélats. Peut-on sortir du schéma habituel de lecture de ces séjours qualifiés de résidences d’été, pour évaluer un éventuel rythme saisonnier et ses raisons ? Peut-on déceler, sur la longue durée, des périodes privilégiées, qui auraient vu les prélats fréquenter leurs résidences rurales plus assidûment qu’à d’autres ? Il est envisageable, également, d’essayer de reconstituer l’escorte des prélats lorsqu’ils séjournent dans leurs résidences rurales. Il faut enfin se risquer à déterminer qui sont les occupants permanents des châteaux en l’absence de l’évêque ?

11En ce qui concerne chacune de ces interrogations nous avons tenté de mettre au jour des différences possibles entre les évêchés ; existe-t-il en particulier des disparités notables entre les résidences des archevêques de Rouen et celles des évêques suffragants ?

Limites

  • 8 Les résidences de Valognes en 1562, de Saint-Lô en 1562 et 1574, de Fleuré en 1568 et de Saint-Ébr (...)
  • 9 T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évr (...)
  • 10 Le devis des réparations à effectuer au manoir après le saccage par les Huguenots en 1574 s’élève (...)

12Les limites de cette étude sont évidentes. En effet, les résidences épiscopales ont quasiment toutes disparu du paysage actuel. Une seule n’a pu être localisée sur le territoire de la commune (Bernienville) ; pour trois autres, la localisation est incertaine (Canapville, Vernon, Louviers). La guerre de Cent Ans puis les ravages causés par les Huguenots au XVIe siècle ont sérieusement entamé l’intégrité du bâti8. Les sources modernes égrènent les édifices en mauvais état et les destructions autorisées par l’administration royale en pointant la déchéance de bâtiments autrefois prestigieux. On comprend le désintérêt pour des sites particulièrement défavorables (Neuilly, Condé-sur-Iton, Le Parc) et la reconstruction de châteaux plus confortables, ou topographiquement mieux situés, près de la vieille résidence. L’éloignement de la métropole épiscopale explique sans doute la défaveur (Valognes, Saint-Nicolasd’Aliermont, Saint-Philbert-sur-Risle). À Valognes et à Brosville, les bâtiments ont été restructurés ou détruits pour permettre la construction de séminaires. Certains séjours ont été vendus, souvent très tôt : Pinterville en 15779, Les Andelys en 1573 et Saint-Lô en 157610. Lorsque la résidence n’est pas détruite comme à Louviers en 1628 et à Saint-Ébremond, elle n’est plus habitée que par des fermiers qui n’occupent que quelques pièces à Douvres, Courtonne, Laleu, Saint-Fulgent, Fresne-l’Archevêque, Saint-Nicolas-d’Aliermont et Saint-Philbert-sur-Risle.

13Certains sites portent encore, malgré tous ces avatars, des vestiges plus ou moins imposants à Neuilly-la-Forêt, Courtonne, Gaillon, Condé-sur-Iton, Douvres-la-Délivrande, Pontoise, Saint-Philbert-sur-Risle, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes. Dans trois cas au moins, on peut considérer que l’environnement du séjour épiscopal a peu changé malgré la défaveur évidente à Saint-Ébremond-de-Bonfossé, au Parc et à Condé-sur-Iton.

  • 11 Saint-Lô, Les Andelys, Dieppe, Louviers, Vernon et Pontoise.
  • 12 A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles)  (...)

14L’objet de ce travail qui privilégie les résidences rurales et semi-rurales a été élargi aux résidences urbaines11, à l’exception des palais du chef-lieu du diocèse. Il était intéressant de confronter ce que nous pouvons savoir de leurs structures, de leur évolution et du vocabulaire qui les désignait, avec les structures et le vocabulaire des résidences proprement rurales pour y déceler des similitudes ou des divergences. En revanche, les « palais » urbains des métropoles épiscopales d’Avranches, Bayeux, Coutances, Évreux, Lisieux, Rouen et Sées ont été écartés de ce travail. Le point sur les connaissances disponibles, tant au niveau des sources écrites qu’architecturales, a été fait dans un article récent d’A. Renoux qui constate que l’étude de ces palais se heurte à plusieurs obstacles12. À l’exception du palais de Rouen, les sources écrites, tant médiévales que modernes, sont rares et sur le terrain, il faut compter avec une situation disparate. À Sées, Évreux et Coutances, les vieux palais médiévaux ont été complètement détruits et reconstruits au même endroit ; au début du XVIe siècle pour Évreux et au XVIIIe siècle pour Coutances et Sées. À Lisieux, Bayeux et, à un moindre degré, à Avranches des structures médiévales, encore perceptibles, sont noyées dans des adjonctions postérieures au Moyen Âge. Cela étant, les observations issues de travaux récents ou anciens vont être sollicitées et confrontées avec nos observations concernant les résidences « secondaires ».

Méthodes de travail

15Il a paru nécessaire de présenter, ici, les sources, tant médiévales que modernes, qui ont été utilisées pour souligner les richesses, les espoirs et les déceptions issues du dépouillement.

Les sources médiévales

  • 13 É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285 (...)
  • 14 Pour 172 actes recensés sous Philippe 1er (1059-1108), 10 qualifient le lieu de la signature : 5 p (...)

16Tous les cartulaires propres à chaque évêché ou chapitre ont été dépouillés ; ce dépouillement a été prolongé par celui de quelques cartulaires monastiques. Outre les renseignements concernant la résidence et son environnement proche, nous y avons relevé tout ce qui pouvait permettre de conclure à une présence épiscopale dans la résidence. Le recensement est décevant ; en effet, 45 actes seulement, du XIe au XVe siècle, ont été précisément datés et signés dans une résidence rurale ou semirurale. Dans ce corpus très maigre, un nombre infime (8) qualifie le séjour résidentiel ou le lieu précis de la signature de l’acte. Cette constatation rejoint les observations d’É. Lalou qui note la rareté des mentions contenant un début de qualification du séjour royal dans les actes de Philippe le Bel ; dans un corpus d’environ 5000 actes, une vingtaine seulement précisent qu’il s’agit d’un castrum ou d’une domus régis13. En outre, l’échantillon d’actes épiscopaux émis aux XIe – XIIe siècles (4) est insuffisant pour conclure à une distorsion entre l’attitude des grands et en particulier du roi de France qui qualifient assez souvent le lieu de leur séjour, et celle des prélats normands qui ne le feraient pas14.

  • 15 É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Le (...)
  • 16 ADE, G 6, Cartulaire de l’évêché, XIVe siècle, 335 documents du XIIe siècle à 1350, G 122, premier (...)
  • 17 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université d (...)
  • 18 BM Lisieux, ms. 5, Cartulaire de l’évêché de Lisieux, rédigé par ordre de Thomas Basin.
  • 19 Arch. dio. Sées, Livre Rouge, cartulaire du chapitre.
  • 20 BM Rouen, ms. 1193 (Y 44), Cartulaire de l’Église cathédrale de Rouen.

17Enfin, il faut compter avec la très grande hétérogénéité des enseignements d’un cartulaire à l’autre. C’est ainsi que les cartulaires bayeusains15 ont abondamment documenté le château de Neuilly alors que les résidences de Douvres et de Cambremer sont très peu citées. Les autres cartulaires (Évreux16 Avranches17 Lisieux18 Sées19 et Rouen20 n’ont fourni que peu de renseignements.

18Les aveux et dénombrements émis par les prélats normands au XV siècle se reproduisent fidèlement et, surtout, ils sont quasiment muets sur les résidences, qu’elles soient urbaines ou rurales. Les références aux châteaux ou manoirs sont rares et brèves.

19Les quatre testaments de prélats normands, tous datés des premières années du XV siècle, ne mentionnent pas les résidences rurales ou leurs occupants permanents. On peut seulement tenter d’évaluer, à partir de ces documents, l’entourage du prélat, parents, familiers, domestiques, qui l’accompagnaient dans ses séjours ruraux. Dans quelques résidences, dépendant de l’archevêché de Rouen, les chambres dites « chambre des escuiers » et « chambre des neveux » peuvent justifier notre parti pris.

20Trois inventaires après décès sont parvenus jusqu’à nous (Déville et Gaillon en 1388, Les Andelys en 1493). Ils énumèrent, pièce après pièce, les meubles, tentures et objets qui, doit-on penser, se trouvaient dans la résidence à la mort de l’évêque. Nous savons, par l’évaluation qui les accompagne, qu’ils sont destinés à être vendus pour financer les réparations des résidences épiscopales, réparations à la charge des héritiers de l’évêque défunt. Il est tout à fait probable que nombre d’objets ont été soustraits à l’inventaire. Si ces documents permettent d’approcher le mobilier conservé en permanence dans les résidences rurales, ils donnent également des renseignements précieux sur la disposition des salles à vocation résidentielle et de certaines salles annexes.

  • 21 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et (...)

21Le devis des travaux à effectuer aux immeubles de la mense épiscopale de Coutances en 1440 est un document tout à fait exceptionnel21. Pour les sites qui nous concernent (Saint-Lô, Valognes, Saint-Ébremond), les maçons, charpentiers, vitriers et maréchaux-ferrants détaillent les réparations à faire aux bâtiments et par là fournissent dimensions et dispositions de toute nature (ouvertures, étages, escaliers) qui permettent de restituer les édifices dans leurs grandes lignes.

  • 22 P. Lardin, « Les travaux d’aménagement... », p. 115-131 ; Id., « Les chantiers du bâtiment en Norm (...)

22Les comptes de l’archevêché de Rouen et des seigneuries du temporel, à partir de la fin du XIVe siècle, offrent une riche documentation. Les dépenses pour travaux de réfection ou de reconstruction sont régulièrement détaillées. L’exploitation de cette source n’a été que partielle. En effet, l’ampleur de la documentation oblige, dans le cadre du présent travail, à une sélection des informations. Nous avons donc privilégié tout ce qui relevait de la nature des bâtiments et de leur environnement, de leurs dispositions et du rythme des travaux. Tous les aspects matériels, techniques et humains sont l’objet des travaux de P. Lardin qui ont été irremplaçables22. L’archevêché de Rouen est le seul, des sept diocèses normands, à fournir une telle abondance de données et l’on peut s’inquiéter du poids qu’il pèse dans ce travail. Malgré tout, il faut considérer que le cas de Rouen illustre, sans doute, mais à grande échelle, la situation dans les autres diocèses, et que les conclusions que nous tirons à son propos peuvent leur être étendues avec beaucoup de précaution.

23Ces inventaires et comptes qui permettent la restitution architecturale des bâtiments dans leur état au XVe siècle autorisent dans certains cas (Déville, Valognes, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fresne) à y voir des bâtiments dont la construction peut remonter au XIIIe voire au XIIe siècle qui n’ont pas connu de restructurations et de mises au goût du jour après le milieu du XIVe siècle, en particulier par le remplacement des escaliers extérieurs d’accès aux salles hautes (« degres ») par des « vis », par le renouvellement des toitures et l’adoption de l’ardoise.

24Le dépouillement du plus grand nombre possible d’actes émanant de l’administration royale répond à un objectif global : alimenter le corpus du vocabulaire castrai désignant les résidences rurales. Il est intéressant de relever les mots de l’administration royale, de les confronter avec ceux qui sont utilisés par l’administration épiscopale et avec les structures castrales ou manoriales que nous pouvions déceler. La confrontation peut conduire à constater une distorsion ou une concordance. Ces actes ont aussi permis de combler nombre de lacunes des sources épiscopales, en particulier pendant la période 1350-1450, lorsque l’administration sollicite et encourage la mise en défense de certaines résidences. Il va sans dire que nous ne prétendons pas avoir détecté tous les actes royaux relatifs aux résidences épiscopales, ils sont très dispersés dans des collections différentes, mais nous pensons avoir mis au jour au moins les plus significatifs.

  • 23 Gallia Christiana, XI, 1759, col. 217-224.

25La vie et l’œuvre des prélats normands, à partir du XIe siècle, n’ont donné lieu à aucune chronique, acta ou gesta ; de la même façon, les vitae du Haut Moyen Âge, rédigées certes tardivement, n’ont pas permis d’éclairer directement ou indirectement les questions qui se posent à propos de l’ancienneté de certaines résidences. L’Historia fundationis Ecclesiae Constantiensis sive Gesta Gaufridi est une notable exception. Il s’agit d’un court récit, écrit au début du XIIe siècle, par un clerc, le chanoine Jean, dont le père, Pierre, aurait été le chambellan de l’évêque de Coutances Geoffroy de Montbray (1049-1093). La première partie retrace l’histoire et l’état du diocèse entre 836 et 1048. La deuxième décrit l’œuvre de redressement du diocèse par Geoffroy de Montbray et en particulier ses efforts de bâtisseur à Coutances, Valognes et Saint-Ébremond-de-Bonfossé23.

  • 24 P. Bouet, « L’image des évêques normands dans l’œuvre d’Orderic Vital », in Les Évêques normands d (...)

26Les résidences des évêques normands ne sont jamais citées dans les œuvres des grands chroniqueurs du XIIe siècle. Si Orderic Vital rapporte, brièvement il est vrai, les travaux de restauration et d’embellissement des cathédrales, s’il insiste lourdement sur les traits de caractère de certains d’entre eux, chasseurs, mondains ou soldats, il ne dit pas un mot de leurs châteaux et manoirs24.

  • 25 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eu (...)

27Le journal que l’archevêque de Rouen, Eudes Rigaud, a tenu entre 1247 et 1269 est le seul témoignage de la vie quotidienne d’un prélat normand au XIIIe siècle25. Le document fournit la preuve que les séjours des prélats, dans leurs résidences rurales, n’étaient pas nécessairement liés au rythme des saisons ou à des contingences matérielles ou administratives. Eudes Rigaud désigne souvent le lieu de son séjour (manerium, domus, castrum) ou la salle d’honneur qui a vu se dérouler un acte important (aula, aula superiori). Ce vocabulaire alimente le corpus que nous tentons d’établir pour les résidences épiscopales. On peut cependant hésiter à classer la terminologie employée par Eudes Rigaud dans la catégorie des termes d’ordre littéraire plutôt que d’ordre diplomatique. Malgré cela, il a semblé pertinent de rapprocher le vocabulaire d’Eudes Rigaud, à propos de ses résidences, des structures que les comptes de travaux du XVe siècle permettent de restituer. À défaut de preuves matérielles, qui infirmeraient ou confirmeraient ce parti pris, nous avons envisagé une certaine continuité des structures bâties, du XIIIe au XVe siècle, aux Andelys, à Déville, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont.

Les sources modernes

  • 26 E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in Manorial Domestic Build (...)

28Les sources modernes du XVIe au XVIIIe siècle sont d’un grand intérêt et d’une richesse trop souvent insoupçonnée par les médiévistes. Elles permettent de suppléer les lacunes de la documentation médiévale, surtout en ce qui concerne le paysage domestiqué qui environne et prolonge la résidence proprement dite. Certains documents laissent entrapercevoir que les structures bâties, encore en place aux XVIIe et XVIIIe siècles, possèdent des éléments qui peuvent être attribués au Moyen Âge. Des études récentes, sur des manoirs restructurés à partir du XVIe siècle, ont conforté notre parti pris26.

  • 27 Calvados, arrondissement de Deauville, canton de Touques. H. de Formeville, Histoire de l’ancien é (...)
  • 28 Le lieu-dit actuel « Le Bocage » pérennise des lieux-dits attestés dans les aveux et rentes de la (...)
  • 29 Le 6 avril 1258, il déjeune au manoir de Canapville, en venant du prieuré de Sainte-Barbeen-Auge e (...)
  • 30 Cette identification est aussi celle de P. Guidecoq, « Le manoir de Canapville », Le Pays d’Auge, (...)

29Les baux de location des terres ont permis de répondre à quelques interrogations, de corriger des affirmations anciennes. Et la démonstration la plus probante concerne le manoir de Canapville aux évêques de Lisieux, pour lequel la plupart des auteurs retenaient Canapville, près de Touques27. En réalité, la confrontation des lieux-dits attestés dans les aveux et rentes de la seigneurie au XVIIIe siècle28 avec le témoignage des itinéraires de l’archevêque Eudes Rigaud29 et les microtoponymes actuels sur la commune de Canapville près de Vimoutiers30, conduisent à privilégier ce site. La même démarche est applicable pour la localisation du manoir sur le territoire de la paroisse. À 500 mètres environ à l’ouest de l’église les toponymes « le Hameau des Vêques », « la Cour du Hameau des Veques » et « le Hameau Beaulévêque » pérenniseraient la présence épiscopale (fig. 1).

  • 31 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches...
  • 32 Inventaires de Fleuré, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes en 1704, ADO, G 7 ; Inventaires du Parc en (...)

30Après le décès d’un prélat, un inventaire des bâtiments était réalisé pour évaluer le montant des réparations à y effectuer ; celles-ci étaient à la charge des héritiers de l’évêque défunt. Dans un précédent travail, nous avions constaté que certaines structures, encore en place, au XVIIIe siècle, dans les manoirs du Parc et de Saint-Philbert-sur-Risle, aux évêques d’Avranches, pouvaient être attribuées au Moyen Âge31 ; il était dès lors possible, dans une certaine mesure, d’en restituer les grandes lignes malgré les restaurations et les restructurations opérées à partir du début du XVIe siècle. Certaines précisions contenues dans ces inventaires (dimensions, orientation) permettent l’élaboration de plans tout à fait plausibles. Si la démarche peut être considérée comme hasardeuse et entachée d’erreurs, elle doit, cependant, être envisagée comme une première étape dans l’étude de ces résidences disparues ; cette étape serait un travail préparatoire à des fouilles archéologiques qui viendraient confirmer ou infirmer les premières hypothèses. Si huit résidences sont ainsi documentées au XVIIIe siècle par douze inventaires32, seules quatre restitutions en plan sont plausibles (Le Parc, Saint-Philbert, Les Loges, Fleuré).

  • 33 Plans de la paroisse de Neuilly en 1617, ADC, G chapitre de Bayeux 312 ; au XVIIIe siècle, ADC, Fi (...)

31Les terriers qui subsistent sont une source inestimable de renseignements. Ces documents établis sur l’ordre du tenant d’une seigneurie sont le résultat d’un travail long et coûteux confié à des géomètres qui mesurent et souvent cartographient les terres de la seigneurie : terres cultivées, parcelles bâties, espaces en eau, bois et forêts, moulins, fours, voirie. Pour ce qui nous concerne, il subsiste six plans concernant quatre résidences : Neuilly en 1617 et au XVIIIe siècle, Déville en 1747 et 1750, Fresne et Saint-Nicolas-d’Aliermont au XVIIIe siècle33. S’ils n’apportent pas grand détail sur la résidence elle-même, ils ont l’immense mérite de présenter son insertion dans le paysage, insertion qu’on peut considérer comme très ancienne, remontant sans doute aux premiers temps de l’établissement. Le plan de Saint-Nicolas-d’Aliermont présente de façon très claire la grande parcelle rectangulaire du manoir archiépiscopal et la cohérence de son implantation avec les parcelles paysannes installées perpendiculairement à la route. En revanche, il faut considérer avec la plus grande prudence les bâtiments qui figurent sur les plans de Déville et de Saint-Nicolas-d’Aliermont (fig. 33, p. 442). L’objet principal du plan n’est pas de représenter le manoir, et le dessinateur, qui n’a pas dû se rendre sur place, a cependant tenu à le figurer avec ampleur.

Fig. 1 -– Canapville : le site du manoir en 1818 (cadastre ADO, 3 P2-072/4)

  • 34 Plan des bois de Brosville en 1783, Arch, nat., N III, Eure 18 ; plan des bois de Saint-Philbert a (...)

32Quant aux plans des forêts et des bois qui jouxtaient les résidences rurales, leur observation permet de pallier les lacunes de la documentation médiévale pour tout ce qui concerne l’aménagement de leur environnement proche. En effet nous avons considéré que cet environnement domestiqué était intimement lié au bâti et participait de la réalité matérielle et symbolique du complexe. Nous disposons ainsi des plans des bois qui jouxtaient les séjours de Brosville et de Saint-Philbertsur-Risle34.

  • 35 C.F. Cassini, Carte de France, Paris, 1744-1787.
  • 36 Le Parc, Saint-Philbert-sur-Risle, Neuilly-la-Forêt, Cambremer, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Condé- (...)

33La carte de Cassini35 a fourni des éléments concernant le réseau routier et la couverture végétale aux alentours de chaque site véritablement rural36. Dans certains cas, ce document, couplé avec d’autres, apporte des renseignements précieux sur l’environnement, en particulier pour le site très complexe du château de Neuilly (fig. 23, p. 365).

  • 37 ADC, 11 B 203, Maîtrise des eaux et forêts de Valognes : bois appartenant à l’évêché de Coutances (...)

34L’administration royale des Eaux et Forêts contrôle étroitement la gestion et l’exploitation des bois et forêts épiscopaux. Les dossiers d’arpentage des parcs de Saint-Ébremond, en 1745 et 1758, et de Neuilly au milieu du XVIIIe siècle, suppléent les lacunes de la documentation médiévale37.

35C’est aussi à l’administration royale qu’il revient de donner l’autorisation de démolir tout ou partie d’un château épiscopal. Nous possédons ainsi quelques actes qui fournissent d’infimes détails du bâti qui sera détruit.

  • 38 En 1739, l’évêque de Bayeux fait reconnaître son droit ancien d’exploiter une barque pour passer l (...)

36Les dossiers produits devant les tribunaux lors des litiges qui surviennent entre les prélats et les communautés villageoises, ou les sires dépendant de la seigneurie voire les chanoines, rassemblent des témoignages et des copies d’actes anciens, antérieurs au XVIe siècle ; ces pièces, souvent des copies, utilisées avec précaution, témoignent des situations antérieures non documentées par les sources médiévales. L’environnement fluvio-marin du château de Neuilly est ainsi abondamment renseigné par des dossiers judiciaires qui se succèdent du XVe au XVIIIe siècle38.

37Les XVIIe et XVIIIe siècles ont vu se multiplier des ouvrages présentant l’histoire des évêques et des diocèses normands. À quelques exceptions près, les auteurs ont passé sous silence les résidences rurales ou semi-rurales dont certaines avaient encore beaucoup de prestance et marquaient très fortement le paysage.

Les sources contemporaines

  • 39 H. Navel, Recherches sur les anciennes mesures agraires normandes, Caen, Jouan et Bigot, 1932.

38La mise en vente des biens du clergé à partir de 1790 a donné lieu, par l’administration, à des descriptions sommaires. Les bâtiments sont simplement cités, mais la superficie des enclos mis en vente est presque toujours précisée et cette information est d’autant plus précieuse que l’enclos est vendu d’un seul tenant, et non pas en plusieurs lots. Il a été possible, à plusieurs reprises, de constater la concordance des mesures de 1790-1791 avec des informations antérieures, et de considérer que leur utilisation, dans le cadre du présent travail, était alors tout à fait défendable. La conversion des mesures données en 1790-1791 est possible grâce aux tableaux de comparaison qui ont été édités, à cette époque, dans chaque département. La conversion des mesures médiévales est beaucoup plus aléatoire. À défaut de travaux récents qui en infirmeraient ou nuanceraient les conclusions nous avons utilisé le travail de H. Navel39.

  • 40 ADSM, G 707 fo 4 v o.
  • 41 ADSM, G 708, p. 9.

39Le cadastre réalisé au début du XIXe siècle a été relevé pour toutes les résidences avec un double objectif. Ces plans pouvaient suppléer l’absence de sources médiévales pour évaluer la superficie occupée par les enclos résidentiels. Quelques exemples, bien documentés, ou particulièrement évidents, aujourd’hui, sur le terrain, conduisent à considérer que l’emprise des enclos a connu une grande pérennité, depuis le Moyen Âge jusqu’au début du XIXe siècle, au moins. Il en est ainsi pour les sites du Parc, de Saint-Ébremond, de Neuilly, de Saint-Philbert et de Douvres. Le cas du manoir de Fresne conforte cette démarche. En 1461, le manoir avec salles et jardins couvre six acres40 ; le terrier de 1774-1779 lui attribue neuf acres et demie dont trois acres et demie en labour planté41 ; le cadastre de 1807 fournit la même évaluation. Le cadastre de Saint-Nicolas-d’Aliermont, daté de 1825, est quasiment superposable au plan terrier de 1747, lui-même copie d’un plan de 1659.

  • 42 Cadastre de 1818, ADO, 3 P2-072 (fig. 1, p. 23).
  • 43 Cadastres et espace rural : approches et réalités antiques (Actes de la table ronde de Besançon, 1 (...)
  • 44 Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie nationale, 199 (...)
  • 45 Déville : 3 bâtiments en 1747, 8 en 1750,18 en 1811 ; Saint-Nicolas-d’Aliermont : 4 bâtiments dont (...)

40Le cadastre de Canapville a permis de confirmer la localisation du manoir42. Les parcelles de la « Cour du Hameau des Veques » présentent des dispositions qui tranchent nettement par leurs formes et leurs dimensions distendues avec les étroites parcelles laniérées et régulièrement disposées du « Hameau des Veques » au nord et à l’ouest. Les premières sont celles de l’enclos du manoir et « appendices » (vergers, bois, jardins) qui lui sont directement attenants, alors que les secondes sont les parcelles tenues par les paysans. Cette pérennité du parcellaire qui fossilise des structures anciennes est l’objet de travaux récents de la recherche archéologique43. Le relevé cadastral des enclos manoriaux bretons donne la preuve de la longue durée de ces dispositifs, jusqu’aux opérations récentes de remembrement44. Le cadastre a permis une évaluation critique des plans terriers du XVIIIe siècle, en particulier pour ce qui concerne le nombre et la disposition des bâtiments45.

  • 46 Gouaches de F. A. Maugendre.
  • 47 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, Arrondissements de Vire et de Bayeux, Pari (...)
  • 48 A. de Caumont, Abécédaire ou rudiment d’archéologie, Caen, Le Blanc-Hardel, 1869, p. 159.
  • 49 BNF, Estampes, H 119440.
  • 50 BNF, Estampes, Eure.
  • 51 BNF, Estampes, Seine-Maritime.
  • 52 R. Toustain de Billy, Mémoires sur l'histoire du Cotentin et de ses villes : villes de Saint-Lô et (...)

41Six sites ont été documentés par l’iconographie du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Le château de Neuilly a été le plus abondamment servi : les deux gouaches de 1845 conservées au musée de Bayeux représentent, l’une les ruines de la porte d’entrée et l’autre la face orientale du logis sur la courtine46 ; Arcisse de Caumont a publié une gravure représentant le logis sur la cour47 ; une carte postale du début du XXe siècle présente une vue de la grange avant que la façade ne soit défigurée par la destruction de ses deux contreforts. Deux gravures de l’entrée et du logis du manoir de Douvres sont incluses dans un ouvrage d’A. de Caumont, et présentent un état peu différent de celui que nous constatons aujourd’hui48. Le château de Condésur-Iton fait l’objet d’une gravure au style très romantique réalisée en 183949 ; des cartes postales du début du XXe siècle le représentent dans son état après les restaurations drastiques de la seconde moitié du XIXe siècle50. Une carte postale représente des vestiges aujourd’hui disparus du château de Courtonne (Pl. II, fig. 2). Trois bâtiments du manoir de Saint-Nicolas-d’Aliermont figurent sur une carte postale ; le groupe est bien repérable sur le cadastre de 1811 et deux d’entre eux existent encore aujourd’hui51. Une gravure de 1843 représente l’entrée du manoir de Saint-Lô ; elle est reproduite dans l’édition récente d’un ouvrage ancien52.

Les observations sur le terrain

42Tous les sites ont été visités. Dans quelques cas, les dispositions anciennes ont été anéanties et défigurées par une urbanisation plus ou moins récente. Le manoir de Saint-Lô (édifices et jardins) a été démembré dans la seconde moitié du XVIIIe siècle par l’aménagement d’un nouveau réseau de voirie ; le dernier vestige encore en place, une tourelle d’escalier, a disparu lors des bombardements de juin 1944. Le site du manoir de Déville est aujourd’hui oblitéré par des immeubles récents ; dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’abbé Cochet y signalait encore des vestiges bâtis le long de la rivière. Le manoir des Loges aux portes de Lisieux a connu le même sort. À Louviers, l’emplacement du manoir archiépiscopal a été oublié depuis longtemps et des historiens locaux, au XIXe siècle, hésitaient sur sa localisation.

43En ce qui concerne trois sites (Le Parc, Saint-Ébremond-de-Bonfossé et Fleuré), les structures bâties les plus anciennes ont disparu depuis le XVIIIe siècle et ont été remplacées par des édifices modernes ; malgré cela, le site lui-même a été préservé, et l’organisation de l’environnement actuel (parc, étangs) est sans doute peu différente de ce que les prélats du Moyen Âge y ont aménagé.

44Enfin, contrairement à toute attente, la recherche sur le terrain a fourni des éléments nombreux : outre des vestiges répertoriés depuis longtemps (Neuilly, Douvres, Condé, Gaillon, Courtonne, Saint-Philbert-sur-Risle), il existe des vestiges et des sites préservés quasiment oubliés. À Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes, la confrontation des sources modernes avec l’état actuel de certaines structures bâties a permis d’alimenter la description des deux modestes résidences qu’y tenaient les évêques de Sées. À Brosville, le manoir des évêques d’Évreux est encore inscrit dans le paysage (enclos, édifice). À Saint-Nicolas-d’Aliermont, l’emprise du manoir est occupée aujourd’hui par un lotissement récent, mais on y a conservé deux petits bâtiments anciens à usage agricole ; le propriétaire de la parcelle y a mis au jour trois pavés émaillés bicolores à engobe ; il affirme également que, pendant la construction des pavillons, les opérations de terrassement ont mis au jour des vestiges importants de murs qui ont été rapidement masqués. À Fresne-l’Archevêque, l’enclos du manoir était encore, il y a peu, nettement inscrit dans le paysage à l’ouest de l’église ; nous avons considéré que les vestiges sculptés (chapiteaux, colonnettes jumelées, lion dressé) conservés dans une propriété voisine provenaient sans doute du manoir.

45Enfin pour clore cette introduction nous ne pouvons que mettre en avant les incertitudes qui pèsent sur un bon nombre de nos conclusions en ce qui concerne les dispositifs bâtis et par conséquent nos hypothèses quant leur évolution. Il va sans dire que seules des fouilles archéologiques autoriseraient des affirmations plus assurées et ce travail devrait démontrer l’intérêt majeur de certains sites.

Notes

1 Le Parc-Sainte-Pience et Saint-Philbert-sur-Risle aux évêques d’Avranches ; Neuilly-la-Forêt et Douvres-la-Délivrande aux évêques de Bayeux ; Saint-Ébremond-de-Bonfossé et Saint-Lô aux évêques de Coutances ; Courtonne-la-Meurdrac aux évêques de Lisieux ; Condé-sur-Iton aux évêques d’Évreux ; Déville, Gaillon et Saint-Nicolas-d’Aliermont aux archevêques de Rouen ; Fleuré et Saint-Fulgent-des-Ormes aux évêques de Sées.

2 Valognes aux évêques de Coutances ; Cambremer aux évêques de Bayeux ; Canapville et Les Loges aux évêques de Lisieux ; Brosville, Bernienville et Vernon aux évêques d’Évreux ; Les Andelys, Fresne-l’Archevêque, Louviers, Dieppe, Pontoise, Pinterville et Saint-Mathieu aux archevêques de Rouen ; Laleu aux évêques de Sées.

3 Gaillon : É. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance. Le château de Gaillon, Rouen – Paris, Lecerf-Picard, 1952 ; P. Lardin, « Les travaux d’aménagement, d’entretien et de reconstruction du château de Gaillon au XVe siècle d’après les sources écrites », AM, XXV, 1995, p. 115-131. Douvres : E. Impey, Rapport de prospection thématique sur l’architecture seigneuriale en Normandie (1050-1350), Caen, SRA Basse-Normandie, 1993. L’auteur a procédé à une analyse et à une interprétation des maçonneries des deux bâtiments qui subsistent.

4 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches au Moyen Âge, mémoire de DEA, Université du Maine, 1993 (dactyl).

5 GDR 94 du CNRS, sociétés et cadres de vie au Moyen Âge, groupe 5, « Étude des palais et des séjours princiers et royaux de la France médiévale » ; A. renoux, « Palais, cours et résidences », in Les Tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne (actes des colloques de sèvres, 1997, et Göttingen, 1998), J.C. schmitt, O.G. Oexle (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 351-356.

6 Palais médiévaux (France Belgique), 25 ans d’archéologie, A. renoux (dir.), Le Mans, Publications de l’université du Maine, 1994 ; Palais royaux et princiers au Moyen Âge (Actes du colloque du Mans, 1994), A. renoux (dir.), le mans, publications de l’université du Maine, 1996 ; « aux marches du palais ». qu’est-ce qu’un palais médiéval ? (actes du VIIe congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 1999), A. renoux (dir.), le mans, publications de l’université du maine, 2001.

7 J. blair, « Hall and Chamber : English Domestic Planning (1000-1250) », in Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, g. meirion-Jones, m. jones (dir.), Londres, The Society of Antiquaries of London (vol. 15 of Occasional Papers), 1993, p. 1-21 ; E. impey, « la demeure seigneuriale en normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande », in l’architecture normande au Moyen Âge (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1994), M. baylé (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1997, I, p. 219-241 ; Id., « les antécédents de la maison normande au XVe siècle », in La Normandie au XVe siècle (Actes du colloque de Saint-Lô, 1998), Saint-Lô, Archives départementales, 1999, p. 181-194.

8 Les résidences de Valognes en 1562, de Saint-Lô en 1562 et 1574, de Fleuré en 1568 et de Saint-Ébremond en 1573 ont été saccagées par les Huguenots.

9 T. Bonnin, Le Cartulaire de Louviers : documents historiques originaux du Xe au XVIIIe siècle, Évreux, Hérissey, 1870-1874, III, p. 107-108.

10 Le devis des réparations à effectuer au manoir après le saccage par les Huguenots en 1574 s’élève à 22400 Lt et dans ces conditions on comprend la réaction du prélat qui agit en bon gestionnaire d’un patrimoine de plus en plus difficile à maintenir (A. Dupont, « La baronnie de Saint-Lô », Revue du département de la Manche, 27, fasc. 106,1985, p. 7-9).

11 Saint-Lô, Les Andelys, Dieppe, Louviers, Vernon et Pontoise.

12 A. Renoux, « Palais épiscopaux des diocèses de Normandie, du Mans et d’Angers (XIe-XIIIe siècles) : état de la question », in Les Évêques normands du XIe siècle (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 1993), P. Bouet, F. Neveux (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 173-204.

13 É. Lalou, « Le vocabulaire des résidences royales en France sous le règne de Philippe le Bel (1285-1314) », in Palais royaux et princiers au Moyen Âge, p. 43.

14 Pour 172 actes recensés sous Philippe 1er (1059-1108), 10 qualifient le lieu de la signature : 5 palais (Étampes, Poissy, Compiègne, Senlis et Orléans), 4 dans les aulae de Senlis, Dreux et Paris, 1 dans la camera de Pontoise (M. Prou, Recueil des actes de Philippe 1er, roi de France (1059-1108), Paris, Imprimerie nationale, 1908). Pour 437 actes recensés sous Louis VI (1108-1137), 56 qualifient le séjour royal du seul terme de « palais » (J. Dufour, Recueil des actes de Louis VI, roi de France (1108-1137), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1992).

15 É. Anquetil, Le Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, Bayeux, Société des sciences, arts et Belles-Lettres, 1908-1911 ; V. Bourrienne, Antiquus cartularius ecclesie baiocensis ou Livre Noir du chapitre, Paris – Rouen, Picard et fils – Lestringant, 1902-1903.

16 ADE, G 6, Cartulaire de l’évêché, XIVe siècle, 335 documents du XIIe siècle à 1350, G 122, premier cartulaire du chapitre (XIIIe-XIVe siècles), G 125, cartulaire du chapitre, XVe siècle.

17 M. Lebrun, Le Temporel de l’évêché d’Avranches du XIe au XIVe siècle, mémoire de DES, Université de Caen, 1964 (dactyl.).

18 BM Lisieux, ms. 5, Cartulaire de l’évêché de Lisieux, rédigé par ordre de Thomas Basin.

19 Arch. dio. Sées, Livre Rouge, cartulaire du chapitre.

20 BM Rouen, ms. 1193 (Y 44), Cartulaire de l’Église cathédrale de Rouen.

21 G. Désiré dit Gosset, La Mense épiscopale de Coutances en 1440, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche (Études et Documents ; 7), 1998.

22 P. Lardin, « Les travaux d’aménagement... », p. 115-131 ; Id., « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », in Les Bâtisseurs du Moyen Âge, Dossiers d’archéologie, 219, décembre 1996-janvier 1997, p. 118-127 ; Id., « L’hôtel archiépiscopal de Rouen à l’époque de Louis de Luxembourg (1437-1443) », in Images de la guerre de Cent Ans (Actes du colloque de Rouen, 2000), D. Couty, J. Maurice, M. Guéret-Laferté (dir.), Paris, PUF, 2002, p. 27-45.

23 Gallia Christiana, XI, 1759, col. 217-224.

24 P. Bouet, « L’image des évêques normands dans l’œuvre d’Orderic Vital », in Les Évêques normands du XIe siècle, p. 253-275.

25 T. Bonnin, Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis. Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, Rouen, Le Brument, 1852.

26 E. Impey, « Seigneurial Domestic Architecture in Normandy, 1050-1350 », in Manorial Domestic Buildings..., p. 82-120.

27 Calvados, arrondissement de Deauville, canton de Touques. H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, 1873, rééd. Brionne, Le Portulan, 1971, p. ccccxliii ; F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie. Études d’histoire sociale (XIVe-XVe siècles), Thèse d’État, Université de Caen, 1993 (dactyl.), I, p. 206-207. L’argument avancé est que l’évêque de Lisieux possède des biens près de Touques (un demi-fief à Saint-Arnoul, un péage, un moulin, deux halles, des granges et une forêt) ; il s’y dresse, en outre, un manoir des XVe et XVIe siècles, baptisé depuis une date inconnue « manoir de l’évêque ».

28 Le lieu-dit actuel « Le Bocage » pérennise des lieux-dits attestés dans les aveux et rentes de la seigneurie au XVIIIe siècle, « Village du Boscage » et « Tènement du Boscage » (ADC, G 227).

29 Le 6 avril 1258, il déjeune au manoir de Canapville, en venant du prieuré de Sainte-Barbeen-Auge et avant de se rendre, le même jour, au prieuré de Ticheville, à environ 5 kilomètres de là. Deux ans plus tard, il couche à Canapville sur sa route de Falaise à Vernon (T. Bonnin, Regestrum visitationum..., p. 303 et 375).

30 Cette identification est aussi celle de P. Guidecoq, « Le manoir de Canapville », Le Pays d’Auge, octobre 1992, p. 6-7.

31 M. Casset, Les Résidences des évêques d’Avranches...

32 Inventaires de Fleuré, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes en 1704, ADO, G 7 ; Inventaires du Parc en 1749, Archives privées ; en 1764, ADM, 5 E 17599 ; en 1765, ADM, GL 17 (copie par É.-A. Pigeon, BM Avranches, ms. non coté) ; Inventaires de Saint-Philbert en 1640, ADM, GL 17 (copie par É.-A. Pigeon, BM Avranches, ms. non coté) ; en 1765, ADSM, 4 BP 7013 fo 48-58 ; Inventaires de Neuilly en 1731, ADC, G 8 f o 33-38 ; en 1777, ADC, G 38 ; Inventaire de Courtonne-la-Meurdrac en 1761, ADC, G 210 fo 130 vo-134 vo ; Inventaire des Loges en 1761, ADC, G 210 fo 170-186.

33 Plans de la paroisse de Neuilly en 1617, ADC, G chapitre de Bayeux 312 ; au XVIIIe siècle, ADC, Fi 6 G 313 ; plans de Déville en 1747, ADSM, 12 Fi 4 ; en 1750, ADSM, 12 Fi 3 ; plan de Fresne-l’Archevêque au XVIIIe siècle, ADSM, 12 Fi 2 ; plan de Saint-Nicolas-d’Aliermont au XVIIIe siècle, ADSM, 12 Fi 1.

34 Plan des bois de Brosville en 1783, Arch, nat., N III, Eure 18 ; plan des bois de Saint-Philbert au XVIIIe siècle, Arch, nat., N III, Eure, 24.

35 C.F. Cassini, Carte de France, Paris, 1744-1787.

36 Le Parc, Saint-Philbert-sur-Risle, Neuilly-la-Forêt, Cambremer, Saint-Ébremond-de-Bonfossé, Condé-sur-Iton, Brosville, Bernienville, Canapville, Courtonne-la-Meurdrac, Déville, Fresnel’Archevêque, Saint-Nicolas-d’Aliermont, Fleuré, Laleu et Saint-Fulgent-des-Ormes.

37 ADC, 11 B 203, Maîtrise des eaux et forêts de Valognes : bois appartenant à l’évêché de Coutances et G 37.

38 En 1739, l’évêque de Bayeux fait reconnaître son droit ancien d’exploiter une barque pour passer la Vire, au pied du château de Neuilly (ADC, G 8). Chartrier du Mesnil-Vitey, ADM, 4 J C 24, extraits dans É. Parey, « De la navigation sur la Vire au Moyen Âge », NMD, 1851, p. 32-87.

39 H. Navel, Recherches sur les anciennes mesures agraires normandes, Caen, Jouan et Bigot, 1932.

40 ADSM, G 707 fo 4 v o.

41 ADSM, G 708, p. 9.

42 Cadastre de 1818, ADO, 3 P2-072 (fig. 1, p. 23).

43 Cadastres et espace rural : approches et réalités antiques (Actes de la table ronde de Besançon, 1980), M. Clavel-Lévêque (dir.), Paris, CNRS, 1983 ; Les Formes du paysage, G. Chouquer (dir.), I, Études sur les parcellaires, II, Archéologie des parcellaires, III, L’Analyse des systèmes spatiaux, Paris, Errance, 1996-1997.

44 Le Manoir en Bretagne (1380-1600), C. Mignot, M. Chatenet (dir.), Paris, Imprimerie nationale, 1993, p. 59.

45 Déville : 3 bâtiments en 1747, 8 en 1750,18 en 1811 ; Saint-Nicolas-d’Aliermont : 4 bâtiments dont un très fantaisiste au XVIIIe siècle, 17 en 1811.

46 Gouaches de F. A. Maugendre.

47 A. de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, II, Arrondissements de Vire et de Bayeux, Paris – Caen, Derache, Didron et Dentu – Le Blanc-Hardel, 1857, p. 738.

48 A. de Caumont, Abécédaire ou rudiment d’archéologie, Caen, Le Blanc-Hardel, 1869, p. 159.

49 BNF, Estampes, H 119440.

50 BNF, Estampes, Eure.

51 BNF, Estampes, Seine-Maritime.

52 R. Toustain de Billy, Mémoires sur l'histoire du Cotentin et de ses villes : villes de Saint-Lô et de Carentan, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire naturelle du département de la Manche, 1864 ; rééd. Saint-Lô, Impr. F. Le Tual, 1912 ; réimpr. Bruxelles, Éditions Culture et civilisation, 1976.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search