Version classiqueVersion mobile

Les Évêques aux champs

 | 
Marie Casset

Préface

Philippe Contamine

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat préparée sous la direction d’Annie Renoux et brillamment soutenue à l’université du Maine en 1999, le livre de Marie Casset se situe à la confluence de plusieurs centres d’intérêt : l’Église normande vue dans son encadrement épiscopal entre l’an mil et le début du XVIe siècle, l’habitat des « élites », qu’elles soient cléricales ou laïques, à la même époque et dans le même espace, l’aménagement des paysages et les problèmes environnementaux, aujourd’hui si à la mode même chez les médiévistes, l’histoire économique, politique et militaire du duché de Normandie aux temps successifs de la dynastie anglo-normande, des Plantagenêts, des Capétiens directs, de la guerre de Cent Ans et de la reconstruction qui suivit cette grande épreuve.

2Pour mener à bonne fin sa recherche, originale et difficile tant les sources sont dispersées et fragmentaires, l’auteur, désormais maître de conférences à l’université de Lorient après avoir pendant des années enseigné l’histoire et la géographie dans l’enseignement secondaire, a travaillé avec vaillance et prudence à partir d’une documentation souvent peu explicite. Un seul domaine lui a échappé, faute de moyens : l’archéologie de terrain. Encore a-t-elle pris soin d’utiliser les résultats des fouilles, lorsqu’elles avaient porté sur les sites retenus.

3Même si l’archevêque de Rouen et primat de Normandie et ses six évêques suffragants (Avranches, Bayeux, Coutances, Évreux, Lisieux et Sées) ne possédaient pas les mêmes prérogatives politiques que d’autres prélats de l’espace français, et cela notamment en raison de la forte autorité ducale, il n’en demeure pas moins qu’à partir du milieu du XIe siècle tous, à des degrés divers, jouirent d’une mense confortable, dans leurs cités respectives mais aussi en dehors, dans les limites de leurs diocèses. Ces menses étaient faites de pouvoirs et de droits sur les hommes et sur la terre, de seigneuries, de domaines. Or, conformément aux usages du milieu aristocratique auquel ils se rattachaient, en raison de leur naissance et/ou de leur office, il leur paraissait naturel et jusqu’à un certain point nécessaire de disposer d’autres résidences que leur seul palais ou hôtel urbain, même si ce dernier correspondait dans leur esprit à leur implantation prioritaire. Et c’est ainsi que peut être dressée la liste des 27 « résidences secondaires », soit en pleine campagne, soit à proximité immédiate des cités ou des villes, qui se mirent progressivement en place, surtout entre 1050 et 1150, ce chiffre ne devant plus être dépassé après le troisième quart du XIIIe siècle. À cette date, en quelque sorte, le plein était fait.

4On aurait pu penser que ces demeures, en ces siècles dits féodaux où l’insécurité est réputée toujours présente ou du moins menaçante, étaient des châteaux ou des manoirs dûment fortifiés. Certes, on en relève quelques-uns mais dans leur majorité elles apparaissent dépourvues de défenses, comme si les tours, les fossés et les courtines n’étaient pas indispensables ni d’un point de vue pratique ni d’un point de vue symbolique : à la différence d’un évêque de Metz ou de Verdun, un prélat normand du temps d’Henri 1er Beauclerc ou de Saint-Louis n’avait nul besoin de détenir un château pour affirmer in situ son pouvoir et son autorité. Après tout, au XIIIe, au XIVe siècle, les « hostels » ruraux des commanderies templières et hospitalières n’étaient pas franchement fortifiés, comme le montrent des exemples normands et picards.

5Il n’en reste pas moins que ces constructions sont authentiquement des résidences de prestige, comme le montre la juxtaposition ou le regroupement sous un même toit des trois éléments constitutifs de l’habitat privilégié : l’aula, la camera, la capella. Plus tard, il sera question de tinel, de chambre de parement, de chambre de retrait, de chapelle et d’oratoire. De plus, non seulement elles comportaient des bâtiments d’exploitation, à vocation agricole, mais encore et peut-être même surtout elles se situaient au cœur d’un paysage aménagé : jardins, vergers, étangs, prairies, parcs éventuellement entourés de murs. Autant d’éléments qui traduisent un genre de vie aristocratique. On conçoit sans peine la douceur de vivre pour ces grands personnages et leur suite de familiers pendant la grande paix du XIIIe siècle, à une époque où la croissance économique et démographique leur assurait de beaux revenus. Ce qui n’empêchait pas l’accomplissement consciencieux de leur mission spirituelle comme en témoigne le fameux registre d’Eudes Rigaud. On se plaît à imaginer la vie de ces prélats, que leurs périples conduisaient à intervalles réguliers ou irréguliers, à dos de cheval plutôt que de mule, dans tel ou tel de leurs manoirs ruraux, dont l’intérieur et l’extérieur étaient plus ou moins remis en état pour la circonstance : une occasion pour eux de se distraire, de se « solacier », mais aussi de répondre aux attentes de leurs sujets et de leurs ouailles. Les solliciteurs ne devaient pas manquer non plus que les arbitrages à rendre.

6La guerre de Cent Ans, qui, comme on sait, sévit en Normandie avec une particulière âpreté, aussi bien au temps des guerres navarraises que de la dévastatrice occupation anglaise des années 1420-1450, modifia profondément la donne. Des résidences épiscopales se transformèrent en authentiques forteresses, d’autres ne purent être correctement entretenues, l’environnement se dégrada, même les palais épiscopaux se délabrèrent, ne serait-ce qu’en raison de la chute des revenus fonciers. Au demeurant, bien des prélats ne se soucièrent plus de résider : ils se mirent à hanter les cours pontificale, royale, princière. D’autres tâches les accaparèrent, bon gré mal gré.

7À l’issue du grand conflit, la reconstruction se fit jour, lentement, péniblement. Mais les habitudes avaient changé. Une moitié seulement de ces constructions demeurèrent des résidences réellement fréquentées par les prélats, l’autre moitié correspondit en gros à des exploitations agricoles. N’oublions pas cependant les splendeurs renaissantes de Gaillon, grâce au mécénat éclairé du cardinal Georges d’Amboise.

8Avec soin et avec goût, avec sensibilité et avec érudition, Marie Casset a écrit une belle page d’histoire médiévale, d’histoire normande. Elle a ouvert la voie car, à l’échelle du royaume, son entreprise n’avait guère de précédents, sinon ponctuels. Elle a su allier la démarche synthétique et l’addition des monographies. Elle a posé les vraies questions et apporté bien des éléments de réponses, fondées sur une documentation consciencieusement répertoriée et intelligemment exploitée. Son travail offre un beau témoignage de la fécondité du groupe de recherche animé par Annie Renoux avec la maîtrise que l’on sait.

9Un dernier mot : dommage que de toutes ces résidences presque rien de monumental ne subsiste. C’est dire que Marie Casset mène son lecteur à la découverte d’une Atlantide engloutie par la nature ou détruite par les hommes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search