Version classiqueVersion mobile

L’Estuaire de la Seine

 | 
Bruno Lecoquierre

Conclusion

Texte intégral

1La diversité, l’innovation, l’évolution constante et la complexité sont les principales caractéristiques de l’organisation des grands estuaires européens. Ils apparaissent ainsi comme de vastes champs d’expérimentation où se jouent des partitions aussi diverses et aussi contradictoires que la mondialisation et le développement local, la préservation de l’environnement et la croissance économique, la défense des identités particulières et le développement global. De nouvelles réponses doivent sans cesse être imaginées pour tenter de répondre à ces défis multiples.

2Au coeur de ces divers débats, la question de l’articulation entre le territoire et les réseaux est une interrogation tout à fait contemporaine. Elle n’est d’ailleurs pas propre aux estuaires. Territoires classiques des acteurs matérialisés par des surfaces délimitées ; réseaux dessinés par les usages, les habitudes et les déplacements, esquissant de nouveaux espaces évolutifs et mouvants. A n’en pas douter, le pont de Normandie a placé cette problématique au coeur du développement de l’estuaire de la Seine en créant d’emblée un nouvel espace qui ne deviendra cependant pas forcément territoire. Il faudra pour cela que les habitants, les décideurs économiques et les responsables politiques le veulent ainsi. On ne saurait oublier, dans cette histoire qui s’écrit, le rôle décisif que peuvent jouer les échéances électorales, en dessinant ou en inversant à intervalles réguliers des majorités qui influent nécessairement sur l’aménagement local. Le jeu politique entre les deux métropoles de la Basse-Seine illustre parfaitement cette influence centrale, avec les inversions concomitantes, lors de l’élection de 1995, des majorités municipales et les luttes d’influence au sein du Conseil Régional. La politique a souvent aussi dessiné une frontière estuarienne entre une rive sud traditionnellement de droite et une rive nord où le Parti Communiste a administré Le Havre pendant de longues années.

3Les lignes de clivage qui se sont peu à peu dégagées lors du débat public sur le projet « Port 2000 », entre décembre 1997 et mars 1998, n’ont cependant pas été de nature politique et ont surtout été le fait de groupes de pression. Ce débat apparaît d’ailleurs comme novateur à plus d’un titre : parce qu’il a été le premier de ce genre en France, parce qu’il a permis de dépasser les traditionnelles oppositions politiques et, enfin (et surtout) parce qu’il a été un bel exercice de citoyenneté, terme peut-être un peu galvaudé mais qui prend tout son sens ici. C’est bien la recherche de l’intérêt général qui était en jeu. Il est indispensable que le dialogue ainsi établi puisse trouver des prolongements dans les différentes commissions de réflexion et de suivi qui existent déjà (au sein de la « Maison de l’Estuaire », par exemple) ou qui vont peu à peu se mettre en place (commission de suivi de « Port 2000 », conseil scientifique de la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine...). Le « territoire estuarien » deviendra alors peut-être autre chose qu’une belle idée.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search