Version classiqueVersion mobile

L’Estuaire de la Seine

 | 
Bruno Lecoquierre

Chapitre I. Un milieu caractéristique

Texte intégral

Définitions

1Les estuaires relient à la mer les fleuves et les rivières et représentent la forme la plus classique d'embouchure, c’est-à-dire de transition entre le domaine continental et le domaine maritime. Ils ne sont ni fleuve ni mer mais les deux à la fois.

  • 1 Pritchard, 1967, in colloque Bègles 1992

2Le mot « estuaire » vient du latin « aestus » qui signifie « mouvement des flots ». L'étymologie est ici très parlante puisqu'elle suggère bien l'idée de mélange des eaux entre la mer et le fleuve à la marée montante. Le « Petit Robert » donne quant à lui la définition suivante : « embouchure d'un cours d'eau dessinant dans le rivage une sorte de golfe évasé et profond ». Dans un registre plus scientifique, Pritchard1 a donné la définition suivante : « un estuaire est constitué par une masse d'eau confinée ayant une connexion libre avec la mer ouverte et à l'intérieur duquel l'eau de mer est diluée d'une façon mesurable avec de l'eau douce issue du drainage du bassin versant ».

3On trouve dans ces définitions les quelques mots-clés qui permettent de cerner l'identité des estuaires : embouchure d'un cours d'eau, golfe évasé et profond, mouvement des flots, masse d'eau confinée, connexion libre avec la mer, dilution de l'eau de mer avec l'eau douce issue du bassin-versant. Un estuaire, c'est en effet une forme d'embouchure nettement identifiable, une grande masse d'eau brassée par le mouvement des flots, c'est-à-dire la marée et le mélange des eaux douces et salées. On considère, en général, qu'on trouve les estuaires dans les mers à marées et les deltas dans les mers sans marées.

  • 2 R. Paskoff, 1992
  • 3 R. Paskoff, 1992

4Les géologues2 définissent les estuaires contemporains comme un phénomène quaternaire issu de la transgression flandrienne, il y a environ 20 000 ans, c’est-à-dire à la remontée brutale du niveau des mers à la suite de la fonte des glaces à l'issue de la glaciation de Würm. Les vallées et les embouchures de rivières suffisamment importantes pour que les dépôts sédimentaires aient été déblayés par le courant, ont ainsi été ennoyées par la remontée du niveau de la mer et ont formés des estuaires. Ces derniers ont ensuite été modelés par le jeu des courants de flot et de jusant. Beaucoup d'estuaires ont dû disparaître par suite du colmatage alluvionnaire depuis 5000 ans3. Ont subsisté ceux dont l'amplitude de marée était suffisante pour créer des courants rapides au gré des marées, avec une ouverture sur la mer suffisamment large pour permettre aux courants de marée d'avoir un effet de chasse et des matières alluviales de facture suffisamment fine pour être remises en suspension. Les estuaires se situent de préférence sur les côtes des régions tempérées et ceci pour plusieurs raisons :

  • le phénomène glaciaire générateur de fjords ne les a pas concernés pendant les glaciations quaternaires.

  • les roselières et la végétation des marais tempérés fixent moins les sédiments que les mangroves tropicales et le colmatage est donc plus lent.

  • une légère tendance à la subsidence (liée au soulèvement des anciennes régions glaciaires libérées de leur inlandsis, comme la Scandinavie) ralentit le phénomène de colmatage.

5On peut distinguer deux types principaux d’estuaires : les estuaires ouverts, en forme d’entonnoirs, qui ressentent fortement les effets de la marée (Seine, Loire, Gironde, Solent, Tamise, Escaut, Weser, Elbe, etc.) et les estuaires barrés, isolés de l’océan par un promontoire rocheux ou des bancs de sable (Mersey, Tage). Ces derniers sont moins soumis à l’action de la marée et sont souvent peu profonds.

6Ces différentes définitions, et en particulier l’idée de « mouvement des flots » donnée par l’étymologie latine et correspondant à l’action de la marée, décrivent finalement les estuaires dans leur état originel, c’est-à-dire tels qu’ils pouvaient être perçus en dehors de toute implantation humaine. Dans aucune des définitions, il n’est en effet question de villes, de ports ou de flux d’échanges et de transports...

L’estuaire milieu naturel

  • 4 J. Demangeot, 1994
  • 5 R. Brunet, 1990

7Un estuaire est avant tout perçu comme la partie terminale d’un fleuve et l’étymologie, en mettant en avant le mouvement des flots, donne bien un éclairage avant tout hydrologique à ce type d’embouchure. Dans un tel espace, il est difficile cependant de dissocier ce qui est œuvre de la nature de ce qui est œuvre humaine. C’est pourquoi il est préférable de parler de « milieu » ou de « milieu naturel » plutôt que d’écosystème. Le concept de « milieu naturel » permet de rendre compte, en effet, du cadre physique et de l’impact humain sur celui-ci, bref de l’écosystème anthropisé4. Ce milieu est lui-même sous-ensemble d’un espace plus vaste5.

  • 6 P. Pech, Y. Veyret, 1995
  • 7 C. et G. Bertrand, 1992
  • 8 R. Brunet, 1990
  • 9 A. Berque, 1990

8L’idée de milieu, souvent synonyme « d’environnement » en géographie, rappelle la question ancienne du rapport entre la nature et la géographie ; celle-ci, en effet, a pendant longtemps consisté à décrire et à étudier les milieux naturels de la planète6. Certains auteurs insistent sur la place centrale de la nature en géographie (« Pas de géographie sans nature, pas de nature sans géographie »7) quand d’autres insistent sur le risque de confusion qui existe entre le milieu et le milieu physique, considéré comme naturel : « Il n’est qu’un pas pour passer aux déterminations sans nuances que ces « contraintes » imposeraient : une nature passive et extérieure, mais présente et pesante. Tandis que le véritable environnement local de nos actions est un monde extraordinairement complexe, où certes la nature a sa place, mais où sont aussi les relations sociales, les cultures et les habitus, et même les décisions qui sont prises, à des milliers de kilomètres, par des gouvernements et des états-majors de firmes »8. Le milieu pourrait être alors défini comme « la relation d’une société à l’espace et à la nature, à la fois physique et phénoménale »9.

  • 10 J. Demangeot, 1994
  • 11 Ibid.

9Le succès du concept de milieu, outre sa facilité d’utilisation, est à mettre en relation avec l’émergence de la préoccupation environnementale depuis 25 ans. La place centrale de l’homme permet de faire la distinction entre la géographie et l’écologie, entre le milieu des géographes et l’écosystème des écologistes (peut-être serait-il d’ailleurs préférable de parler d’environnementalistes, afin d’éviter de confondre les écologistes scientifiques avec les écologistes militants) : « L’écosystème des naturalistes reste à la base du milieu géographique tel que nous le concevons. Mais, d’une part, il faut y majorer le rôle du biotope et encore plus le rôle des sociétés humaines ; d’autre part, il est possible de considérer qu’un milieu peut être encore qualifié de « naturel » jusqu’à un certain degré d’anthropisation »10. Le milieu naturel rend donc compte du cadre physique aménagé par l’homme ; en cela, il s’agit bien d’un concept géographique puisque l’on ne se contente pas d’analyser ce cadre physique pour lui-même mais en fonction des sociétés qui y vivent. L’adjectif « naturel » pose bien sûr problème, les milieux climaciques étant devenus rares à la surface de la terre. On peut convenir que « naturel peut être utilisé dès lors que le biotope (le milieu non vivant) et la biocénose (le monde vivant) restent déterminants dans l’analyse du milieu étudié »11. Ainsi, un centre-ville ou une zone industrielle ne sont plus des milieux naturels alors qu’un espace plus vaste comprenant des villes et des zones industrielles peut être analysé comme un milieu naturel si cet espace comporte aussi des plans d’eau, des forêts, des champs ou des marais et que leur existence est déterminante dans le tableau explicatif du milieu. C’est le cas des estuaires et de l’estuaire de la Seine en particulier ; il s’agit d’un milieu fortement remanié par l’homme mais la mer, le fleuve, les marais, les roselières et les prairies humides sont des éléments essentiels du paysage et indispensables à l’analyse du milieu. Le milieu naturel apparaît ainsi comme une notion plus complète que l’écosystème, car ce dernier ne permet de rendre compte que d’une partie du milieu naturel : celle qui n’a pas été remaniée par l’homme au point d’en transformer la fonction d’origine.

10Le milieu estuarien se caractérise par des aspects physiques originaux : l’action de la marée et l’accumulation sédimentaire. Mais les paysages qu’il donne à voir portent les signes évidents de l’activité humaine et des modifications qui ont été apportées aux écosystèmes.

L’action de la marée

11Si un estuaire se lit sur une carte comme une forme géomorphologique facilement identifiable, on ne peut limiter son territoire à cette seule forme de relief. L’estuaire représente en effet la communication d’un fleuve avec la mer et, dans l’autre sens, de la mer avec le fleuve. Ce double mouvement est celui de la marée.

  • 12 C. Bessineton, 1992
  • 13 Ibid.

12Une des grandes caractéristiques des cours d’eau est de s’écouler vers l’aval, c’est-à-dire vers la mer. Si l’on regarde les fleuves traversant des villes comme Nantes, Bordeaux ou Rouen, il faut cependant moduler cet axiome. Alors que la simple observation cartographique situe ces villes à une distance respectable de la mer et bien en amont de la partie ouverte de l’estuaire (Rouen est à 125 km de la mer en suivant le cours de la Seine), on observe que le courant ne s’y écoule pas toujours dans le même sens. C’est que l’action de la marée se fait sentir dans chacune de ces villes et que le courant du fleuve qui les traverse s’inverse régulièrement. Deux forces commandent donc le régime hydrologique des estuaires : le courant du fleuve et l’onde de marée. Le courant fluvial est contrarié par la marée montante et renforce au contraire la marée descendante. Le courant de marée imprime un mouvement d’oscillation à la masse d’eau contenue dans l’estuaire, au rythme du flot et du jusant. A marée montante (courant de flot), l’eau de mer refoule l’eau douce vers l’amont jusqu’au point où l’on retrouve un courant fluvial toujours orienté vers l’aval. Cette marée s’appelle « marée dynamique » et la limite jusqu’où elle est ressentie en amont est considérée par les spécialistes du milieu physique comme limite naturelle à partir de laquelle on entre dans le domaine estuarien12. La vitesse de transit de l’eau du fleuve est un excellent indicateur de cette limite. Sur la Seine, cette vitesse de transit est multipliée par 7 ou 8 à partir de la limite de la marée dynamique ; elle est cependant fonction du régime du fleuve (crue ou étiage). Ainsi, en fonction de l’alternance des marées (courants de flot ou de jusant), une goutte d’eau mettra de 5 à 35 jours pour aller de Rouen à la mer13.

13L’ampleur de la marée dynamique dépend d’un certain nombre de facteurs : marnage (vives eaux et mortes eaux), pente du lit et largeur du fleuve, profondeur et largeur de l’estuaire et bien sûr débit fluvial (crues, eaux moyennes ou étiage). Pour la Seine, le débit le plus fréquent du fleuve est de 250 m3/s à Poses (limite atteinte par la marée), ce qui correspond à un apport d’environ 12 millions de m3 pour chaque marée à partir de l’amont (le débit peut cependant varier de manière importante : 2700 m3/s lors de la crue de l’hiver 94/95 et 11 m3/s en juin 1996). Lors de chaque marée (vives eaux moyennes, coefficient de 90-95), l’apport d’eau à partir de l’aval est de 450 millions de m3 à l’entrée de l’estuaire. Cet apport n’est plus que de 100 millions de m3 à Tancarville. Dans les conditions moyennes ainsi définies, l’apport de la Seine est donc en moyenne dix fois moins important que celui de la mer à Tancarville.

La marée dynamique dans l’estuaire de la Seine

14Dans les grands estuaires de la façade nord-ouest européenne, la limite de la marée dynamique vers l’amont varie de 30 à 170 km, en fonction de ces différents paramètres. Dans plusieurs de ces estuaires, la marée est bloquée par un barrage ; c’est le cas, par exemple, sur la Seine, sur la Tamise ou sur la rivière Trent (Humber).

  • Dans l’estuaire du Solent, la marée ne remonte guère plus de quelques kilomètres en amont de Southampton, sur la rivière Test. Le marnage est de 4,5 m à Southampton.

  • Sur la Weser, la marée est sensible jusqu’à 88 km de la mer (Brême est à 65 km de Bremerhaven et à 80 km de la haute mer). Le marnage est de 4 m à Brême et de 3,90 m à Bremerhaven.

  • Sur la Loire, la limite de la marée se situe largement en amont de Nantes (Nantes est à 60 km de la mer et la marée est sensible jusqu’à 90 km en amont). Le marnage est de 6 m dans l’estuaire.

  • Dans l’estuaire de l’Escaut, la marée est sensible en amont d’Anvers, jusqu’à 112 km de la mer (Anvers se trouvant, en moyenne, à 80 km de la mer, exactement entre 91 et 68 km de la mer selon que 1’on prend 1’amont de la ville ou l’aval du port). Le marnage est de 4,8 m à Anvers et de 3,8 m à Flessingue, en sortie d’estuaire.

  • Dans le Firth of Clyde, la limite théorique de la marée se situe à une quinzaine de kilomètres en amont de Glasgow mais deux barrages régulent le cours du fleuve et font du port de Glasgow la limite réelle de la marée. Glasgow est à 100 km de la mer si l’on considère le Sud de l’île d'Arran comme entrée de l’estuaire.

  • Sur la Severn, la limite extrême de la marée se situe à Tewkesbury, à 130 km de la mer et 15 km en amont de Gloucester. Vers l’aval, l’estuaire de la Severn est largement ouvert sur le « Bristol Chanel ». Aussi, on limite généralement l’estuaire par une ligne fictive reliant Minehead sur la rive gauche à Nash Point sur la rive droite. La caractéristique majeure de l’estuaire de la Severn est l’ampleur de la marée qui est l’une des plus importantes au monde : marnage de 9 m à Gloucester et de 13 m à Cardiff (exceptionnellement 14 m).

  • Dans l’estuaire de l’Elbe, la marée est sensible 40 km en amont de Hambourg, soit jusqu’à 140 km de la mer. Le marnage est de 3,4 m dans l’ensemble de l’estuaire.

  • L’estuaire de la Humber représente l’embouchure de deux fleuves : 1’Ouse et le Trent. Sur la rivière Ouse, la limite de la marée se situe environ à 120 km de la mer et sur le Trent, c’est un barrage situé à 150 km de la mer qui limite la remontée de la marée. Le marnage est de 6,5 m à Hull (30 km de la mer).

  • Sur la Seine, la renverse de courant est sensible jusqu’à Poses, en amont de Rouen, à 160 km de la mer en suivant le cours du fleuve. Le marnage sur la Seine en marées de vives eaux est de 3,5 m à Rouen et de 8,3 m à Honfleur.

  • Dans le bassin de la Garonne, la remontée du courant de marée intervient jusqu’à La Réole sur la Garonne (170 km de la mer), jusqu’à Pessac sur la Dordogne et jusqu’à Coutras sur l’Isle. Le marnage est de 4,5 m dans la Gironde. La Gironde reste l’un des rares estuaires (avec la Severn) où se manifeste encore le « mascaret », cette grosse vague qui remonte le cours du fleuve au moment de la renverse de courant lors de certaines marées de fort coefficient. Le mascaret était encore sensible sur la Seine au début des années 1960 ; les endiguements du chenal de Rouen ont eu ensuite raison de son existence. On se souvient, notamment, que c’est par la faute de ce mascaret que la fille de Victor Hugo, Léopoldine, est morte noyée à Villequier.

La marée dynamique dans l’estuaire de la Loire

  • 14 R. Paskoff, 1992

15La marée dynamique répond à un certain nombre de caractéristiques14 :

  • la courbe de la marée devient de plus en plus dissymétrique au fur et à mesure que l’on remonte le cours du fleuve, le flot (marée montante) devenant de plus en plus rapide et court par rapport au jusant (marée descendante),

  • devant un point donné, l’alternance des marées provoque une oscillation des particules d’eau d’amont en aval et d’aval en amont au gré des marées, avec écoulement général vers l’aval. Le nombre de passages des particules d’eau devant un point donné augmente vers l’aval,

  • une forte crue peut annuler le courant du flot et permettre une vidange directe du fleuve dans la mer,

  • l’étale de marée haute est plus longue que l’étale de marée basse,

  • à l’étale de pleine mer, le niveau de l’eau dans l’estuaire est horizontal au dessus du fond (profil en long) ; à l’étale de basse mer, le niveau de l’eau est incliné vers l’aval, car le jusant évacue plus d’eau (en raison des apports du fleuve) que le flot n’en a apporté.

La marée dynamique dans la Gironde

16Dans l’estuaire de la Seine, cette dernière caractéristique ne se vérifie cependant que dans la partie terminale de l’estuaire. Dans la partie du fleuve soumise à l’action de la marée, et donc considérée comme estuarienne, on peut en effet différencier la partie supérieure du fleuve soumise à un « régime fluvial » et la partie inférieure soumise à un « régime maritime ». Le meilleur marqueur pour distinguer ces deux régimes est le gradient entre marée haute et marée basse lors des forts coefficients de marée :

  • au Havre, la marée basse est d’autant plus basse que la marée haute est haute. L’ampleur de la marée basse est donc inversement proportionnelle à 1’ampleur de la marée haute, en fonction du coefficient de marée : c’est le régime maritime,

  • à Rouen, la marée basse est d’autant plus haute que le coefficient est important. En d’autres termes : plus la marée haute est haute et moins la marée basse est basse : c’est le régime fluvial.

17L’explication de cette différence de régime, détaillée par des pilotes de Seine pour qui ses caractéristiques sont particulièrement importantes, tient au fait que, dans la partie amont de l’estuaire, lors des marées importantes, le fleuve n’a pas le temps d’évacuer, entre chaque flot, le surplus d’eau apporté par la marée haute. Plus le coefficient est important et plus la quantité d’eau apportée par le flot sera difficilement évacuée lors du jusant. Les nombreux méandres du fleuve et les seuils qui jalonnent le fond entre Caudebec-en-Caux et Tancarville font office de « freins » et sont responsables de cet état de fait. Le point d’équilibre entre ces deux régimes, appelé « point fluvial », peut changer d’emplacement ; actuellement, il se situe approximativement au niveau d’Heurteauville, entre Jumièges et Caudebec-en-Caux. Là, le niveau de la marée basse est toujours le même quel que soit le coefficient.

  • 15 1980

18La remontée du courant de marée dans les estuaires se traduit par l’apport d’eau de mer dans le cours inférieur du fleuve : c’est la marée de salinité. La limite de la marée de salinité se situe toujours bien en aval de la limite de la marée dynamique et celle-ci affecte donc des eaux douces en amont de sa zone d’influence. Le gradient de 0,5 g/l est à retenir comme limite de 1’intrusion saline. Ce front de salinité se déplace constamment en fonction du débit du fleuve et du cycle des marées. Ainsi, sur la Seine, la limite de 1’intrusion saline peut osciller sur une assez grande distance15 :

  • en période de crue : elle se déplace entre Tancarville et la sortie de 1’estuaire lors des marées de vives-eaux et entre l’embouchure de la Risle et Honfleur lors des marées de mortes-eaux,

  • en période d’étiage : elle se déplace entre Vieux-Port et Tancarville lors des marées de vives-eaux et entre Quillebeuf et le confluent avec la Risle lors des marées de morte-eau.

  • 16 SAUM, 1980

19La limite de l’intrusion saline est donc très fluctuante dans l’estuaire. Selon les périodes de l’année, celui-ci peut se trouver entièrement rempli d’eau salée ou d’eau douce16. L’eau douce est plus légère que l’eau salée : en amont l’intrusion saline se termine par un coin orienté vers le bas. Le mélange entre l’eau douce du fleuve et la masse d’eau salée ne se fait pas facilement et il existe une stratification entre les deux masses qui entraîne des courants spécifiques qu’on appelle « courants de densité ».

  • 17 R. Paskoff, 1992

20On peut classer les estuaires en deux catégories à partir de cette stratification entre les eaux douces et les eaux salées17

  • les estuaires à « coin salé » : l’eau douce du fleuve s’écoule au-dessus de l’eau salée. A la limite amont de l’intrusion saline, on trouve le « point nodal » où s’annulent les différents courants issus de cette stratification : le courant marin de fond qui remonte vers l’amont et le courant fluvial de surface qui descend vers l’aval,

  • les estuaires partiellement mélangés : la faiblesse du débit du fleuve permet aux courants de marée de mélanger les deux masses d’eau en réduisant la stratification verticale.

  • 18 Ibid.

21Enfin, un estuaire peut passer d’une catégorie à une autre en fonction des modifications de ses paramètres hydrologiques : la Gironde peut devenir un estuaire « partiellement mélangé » lorsque la Garonne et la Dordogne sont en étiage et que les marées sont de vives-eaux18.

22Les limites de la marée de salinité et de la marée dynamique ont beaucoup varié au cours des dernières décennies dans les trois grands estuaires français ; les aménagements humains sont les principaux responsables de ces fluctuations. Mais on peut évoquer un autre élément, naturel celui-là : l’élévation régulière du niveau des océans (1,5 mm par an depuis un siècle, soit 15 cm en un siècle d’après R. Paskoff). Cette élévation qui pourrait atteindre 20 cm pour 2030, favorisera la pénétration de l’intrusion saline vers l’amont. Toutes ces modifications dans le régime hydraulique des estuaires se traduisent par des dépôts sédimentaires plus ou moins rapides : ce sont là très certainement des éléments à ne pas négliger dans l’aménagement de ces estuaires.

Estuaire

Limite de la marée dynamique (Km)

Marnage maximum (en mètres)

Solent

30

4,5

Tage*

75

3,5

Loire

90

6

Weser

88

Brême : 4
Brcmcrhavcn : 3,9

Tamise

110

5

Escaut

112

Anvers : 4,8
Flessingue : 3,8

Clyde**

115

Humber*

120 (Ouse)
150 (Trent)

Hull : 6,5
Sortie ; 5,8

Elbe

140

3,4

Gironde

170

4,5

Severn***

130

Gloucester : 9
Cardiff : 13

Seine

160

Rouen : 3,5
Honfleur : 8,3

* Port d’origine non situé géographiquement au fond de l'estuaire
** Limite de l'estuaire fixée au Sud de l'île d'Arran
*** Limite de l'estuaire fixée au droit de Nash Point
Caractéristiques hydrologiques des estuaires européens

L’accumulation sédimentaire

  • 19 C. Bessineton, 1992

23Outre l’action de la marée, l’autre élément très caractéristique des estuaires est la sédimentation. Les estuaires sont, en effet, des zones privilégiées d’accumulation sédimentaire. Ces sédiments peuvent être des graviers, des sables ou des vases qui se déposent quand la mer est étale, principalement lors de l’étale de marée haute, plus longue que l’étale de marée basse et qui atteint deux heures dans l’estuaire de la Seine. La provenance de ces sédiments n’est pas toujours évidente : ils peuvent être charriés par le fleuve et sont, dans ce cas, plutôt fins (vases) ou être apportés par la mer et ils sont alors plus grossiers (sables). Dans les estuaires de la Loire et de la Garonne, les alluvions semblent bien avoir une origine principalement fluviale alors que les apports, dans l’estuaire de la Seine, proviennent à 80 % de la mer19.

  • 20 J. Avoine, débat publie Port 2000, 28/01/1998
  • 21 J. Avoine et. al., 1996
  • 22 Port Autonome du Havre, documents préparatoires à Port 2000,1998

24Le total des sédiments déposés dans l’estuaire entre 1834 (date du début de l’endiguement du chenal de Rouen) et 1992 peut être évalué à 850 millions de m320. Le volume de sédiments déposés chaque année oscille entre 3 et 4 millions de m321. Ces dépôts ont dépassé 4 millions de m3 par an entre 1980 et 1986, période de grands travaux avec, notamment, l’allongement de la digue basse nord de Seine22.

  • 23 Ibid.

25Au cours des dernières décennies, le système s’est déplacé vers l’ouest et l’essentiel des dépôts a lieu aujourd’hui à l’extérieur de l’estuaire où les bancs d’Amfard et du Ratier progressent vers le large. On peut lier en partie la sédimentation intense de l’embouchure et l’exhaussement des fonds qui en résulte aux rejets de dragage du Port Autonome de Rouen, lesquels ont lieu au large de la digue sud du port du Havre (au nord de l’entrée du chenal de Rouen)23. Cette explication n’est évidemment pas celle des responsables du service du dragage du port de Rouen pour lesquels les rejets de dragage ne participent pas au comblement de l’estuaire : les 3/4 des 4 millions de m3 dragués chaque année dans l’estuaire ne seraient ainsi pas remis en suspension et le bilan sédimentaire global de l’estuaire ne ferait apparaître un solde positif que de 1,2 millions de m3 par an (entre Tancarville et la mer). Pour ce service, le bilan sédimentaire de la fosse nord (au nord de la digue submersible du chenal de Rouen) est en équilibre depuis 1986 et la fosse sud est en quasi équilibre.

  • 24 J. Avoine et al. 1996
  • 25 Port Autonome du Havre, documents préparatoires à Port 2000,1998
  • 26 Ibid.
  • 27 J. Avoine et al., 1996

26Cette question du comblement des estuaires est une question délicate qui peut avoir différentes interprétations et permet en conséquence d’argumenter en faveur du point de vue que l’on défend. Un estuaire, en effet, se comble naturellement au cours des siècles. L’action des hommes, notamment à travers l’endiguement et la chenalisation a de toute évidence accéléré le phénomène depuis un siècle. La difficulté est de mesurer ce qui est envasement naturel et ce qui est comblement dû aux aménagements. Ces arguments ont souvent été utilisés pour défendre ou combattre le projet d’agrandissement du port du Havre « Port 2000 ». Les tenants du projet soutiennent en effet que l’estuaire est, de toute façon, amené à se combler de lui-même et qu’on ne peut donc contester les aménagements au motif de la sauvegarde des zones humides ; les adversaires du projet avancent des chiffres inquiétants et prouvent, schémas à l’appui, que le comblement est de plus en plus rapide et que la zone de balancement des marées s’amenuise de plus en plus rapidement (140 km2 en 1677, 130 km2 en 1834, 57 km2 en 1952, 31 km2 en 1978 et 29 km2 en 1992). Les spécialistes24 avancent ainsi que, pendant la période 1985-1994, la limite du schorre (espace qui n’est pas recouvert à chaque marée et se couvre de végétation) a progressé d’environ 500 m vers le sud, sur la rive droite, soit environ 55 m par an. En 20 ans (de 1974 à 1994), la surface couverte par le schorre s’est ainsi accrue d’environ 40 ha par an25 ce qui est très supérieur aux surfaces de vasières nues créées artificiellement dans le cadre des mesures compensatoires du pont de Normandie. Il n’est ainsi pas douteux que les travaux entrepris dans l’estuaire depuis la fin du XIXème siècle ont considérablement accéléré le colmatage ; ce dernier est, en particulier, manifeste depuis les grands travaux d’endiguement des années 1960. L’un des endroits où l’impact des aménagements sur l’environnement est le plus directement palpable est sans conteste l’ancienne digue d’accès au bac du Hode, sur la rive droite de la Seine, en amont du pont de Normandie. Cette digue construite sur pilotis au début des années 1930 s’avançait alors entièrement dans la Seine ; elle est située aujourd’hui au milieu des roselières et son extrémité, là où accostait le bac, se trouve maintenant à l’intérieur des terres, à une trentaine de mètres de la rive du fleuve. L’obstruction des pilotis de la passerelle d’accès par les services du port de Rouen en 1973, s’est traduite par le dépôt de 26 millions de m3 de sédiments et une progression des herbus de 800 ha26. Les géologues considèrent cette partie de l’estuaire comme entièrement colmatée27.

27Prétendre que les aménagements ne sont pas responsables de l’accélération de l’envasement n’a pas beaucoup de sens ; c’est une évidence qu’il faut savoir prendre en compte dans l’aménagement de l’estuaire. Dans le cadre de la préparation du projet Port 2000, des études ont été ainsi menées sur une maquette de l’estuaire afin de modéliser l’impact des aménagements sur le milieu physique estuarien. Le projet a consisté, dans un premier temps, à reconstituer l’évolution passée de 1 ‘estuaire pour valider la régularité du modèle ; dans un deuxième temps, l’impact des divers aménagements projetés a été soigneusement analysé, de manière à comprendre les évolutions physiques en fonction des différents projets possibles qui, bien évidemment, influeront d’une manière ou d’une autre sur l’évolution physique de l’estuaire. Lors du débat public, entre décembre 1997 et mars 1998, cette étude a permis au Port Autonome du Havre de présenter les évolutions sédimentaires prévisibles pour chaque projet d’extension à l’extérieur des limites du port actuel. Le projet dit « linéaire est » est ainsi celui qui semble présenter le moins d’inconvénients dans ce domaine.

28Dans la plupart des estuaires, l’accumulation des matières en suspension (MES) conduit à la formation d’un « bouchon vaseux », généralement au niveau du point nodal, à la limite amont de l’intrusion saline. Ce bouchon vaseux repose sur le fond et se déplace en fonction des marées et du débit du fleuve. Il peut se déplacer vers l’amont ou l’aval mais aussi latéralement en se fixant sur les berges. Au niveau du bouchon vaseux, la concentration en sédiments est 10 à 100 fois supérieure à celle rencontrée en amont ou en aval. Dans les grands estuaires français, on estime qu’il représente de 1 à 3 ans d’apport de sédiments. Le bouchon vaseux a des caractéristiques chimiques et biologiques très particulières : il accumule les bactéries d’origine animale ou végétale et concentre les polluants transportés par les sédiments. En outre, sa forte turbidité limite la pénétration de la lumière et modifie de façon importante l’activité biologique et chimique du milieu.

  • 28 J.P. Dupont et al., 1996

29Comme pour l’accumulation sédimentaire et le colmatage de la partie terminale de l’estuaire, les avis sur l’importance du bouchon vaseux sont partagés. Pour le service de dragage du port de Rouen, celui-ci est extrêmement fluide dans l’estuaire de la Seine et ne se dépose pas sur le fond. Ce service indique ainsi qu’il n’est jamais un obstacle ni pour la navigation ni pour l’entretien du chenal. Les études réalisées dans le cadre du programme scientifique « Seine-Aval » sont plus nuancées et montrent que l’importance de ce bouchon vaseux varie beaucoup en fonction du régime de la Seine et des coefficients de marée. Ainsi, en période de vive eau, le cœur du bouchon vaseux se situe au niveau d’Honfleur lors de la basse mer du Havre et se positionne en amont de Tancarville lors de la pleine mer avant de redescendre vers Honfleur à partir de pleine mer + 4 h. Le régime de la Seine est essentiel puisqu’il apparaît que la turbidité est faible en période de crue (et l’exportation des matières en suspension importante en baie de Seine) alors que les concentrations au niveau du bouchon vaseux sont maximales en période d’étiage (et l’exportation en baie de Seine plus faible). On constate enfin que les concentrations les plus faibles s’observent à la fin de l’étale de pleine mer (inversion de courant flot-jusant) et que les sédiments déposés sur le fond sont remis en suspension par les courants de flot. C’est lors du flot que le gradient de turbidité est maximal entre le fond et la surface28. La « crème de vase » se caractérise par sa très forte turbidité et se forme au pied du bouchon vaseux sur plusieurs mètres d’épaisseur. Elle provient de la décantation des matières en suspension et a tendance à stagner dans le fonds des chenaux. La présence de cette crème de vase pose problème pour les captages ou le creusement de nouveaux bassins.

30Le bouchon vaseux peut être expulsé hors de l’estuaire lors de fortes crues accompagnées de grands marées. Les matériaux expulsés peuvent alors se sédimenter sur la plate-forme continentale. A chaque marée, on observe un bilan positif en faveur du dépôt des sédiments, les sédiments déposés étant plus importants que les sédiments remis en suspension par la marée.

31Les vasières présentent une importance écologique considérable et qui a été, pendant longtemps, méconnue. Elles sont à la fois un filtre pour certains métaux lourds charriés par les eaux du fleuve, une zone de frai pour les poissons ou les crustacés (soles, plies, crevettes grises) et une zone de nourriture et parfois de nidation pour les oiseaux limicoles, en colonies souvent très importantes (avocettes, courlis, chevaliers, bécasseaux etc.). En baie de Seine, l’importance des vasières est encore renforcée par le fait que l’estuaire de la Seine est le premier grand estuaire à ne jamais geler en hiver au nord de l’Europe. L’une des principales mesures compensatoires à la construction du pont de Normandie a d’ailleurs consisté à creuser artificiellement 12 ha de filandres permettant la remise en eau de 22 ha de vasières en amont du pont, le colmatage occasionné par les 1200 m de remblais de l’accès au pont étant cependant estimé à 300 ha....

32Les deux grandes caractéristiques physiques des estuaires sont donc la remontée du courant de marée avec le mélange des eaux douces et salées qu’elle implique et l’accumulation des matériaux en suspension qui donne naissance aux vasières et aux bouchons vaseux. Ces caractéristiques physiques ont donné aux estuaires des paysages bien spécifiques, dans lesquels l’eau est l’élément dominant.

Des paysages divers

33I1 n’y a pas de notion plus trompeuse que le paysage. Il s’agit en effet d’un terme passé dans le langage courant en même temps que d’un concept géographique qui demande un certain nombre de précisions pour être compris.

34Littré en 1874 définissait ainsi le paysage : « Etendue d’un pays que l’on voit d’un seul aspect ; un paysage dont on a vu toutes les parties les unes après les autres n’a pas été vu, il faut qu’il ait été vu d’un point élevé pour le percevoir dans sa globalité ». Le mot « paysage », au sens courant, a vu son utilisation s’élargir ces dernières années puisqu’il n’est plus employé seulement pour signifier ce que l’on voit réellement ; on parle ainsi de « paysage audiovisuel », de « paysage juridique » ou de « paysage culturel ». « Paysage » pris dans ce sens signifie « coup d’œil général sur l’ensemble d’un domaine » et pourrait, dans ce sens particulier, être plus justement remplacé par « espace ». Cependant, comme dans la définition de Littré, il y’a bien l’idée de « coup d’œil général » dans cette utilisation du mot paysage.

  • 29 in A. Bourcier, 1994
  • 30 in Beroutchatchvili et Rougerie, 1991
  • 31 R. Brunet, 1990

35Le paysage géographique a fait, lui, l’objet de nombreuses définitions. Ainsi, en 1970, Pierre Georges le voyait comme une « portion d’espace analysée visuellement ». Philippe Pinchemel, en 1987, en donnait une définition approchante : « saisie visuelle d'une portion d’espace qui nous environne »29. Pour Pierre Gourou, ce sont « des aménagements voulus par des sociétés » ; pour A. Berque, « le paysages est une empreinte » et pour G. Bertrand « un produit social »30. La définition que Roger Brunet en a donné en 1992 dans « Les Mots de la Géographie » est un peu différente : « Le paysage est un arrangement d’objets visibles perçus par un sujet à travers ses propres filtres, ses propres humeurs, ses propres fins ; il n’est de paysage que perçu. Certains éléments n’ont pas attendu l’humanité pour exister, mais s’ils composent un paysage, c’est à condition de le regarder. Seule la représentation fait le paysage ». A l’idée de « coup d’œil global », cette définition permet d’ajouter celle d’interprétation. On ne peut être que sensible, en effet, au fait qu’un paysage n’existe que s’il y a quelqu’un pour le regarder. Par conséquent, le paysage ne peut être que subjectif. Cette définition rapproche le paysage de la peinture, de la photographie et du cinéma. Un tableau de maître n’existe que par celui qui le regarde et est donc tout aussi subjectif que le paysage : un tableau de Picasso sera chef d’œuvre pour certains et incompréhensible pour d’autres. Tel ne jurera que par 1’impressionnisme et tel autre par l’art abstrait ! L’analyse d’un paysage ne doit donc être considérée que comme un regard particulier sur l’aspect visuellement perceptible de l’espace lequel ne saurait être réduit au visible : « Il contient l’ensemble des relations localisées et localisables, à la fois les rapports des lieux entre eux et les rapports aux lieux qu’entretiennent les individus et les groupes »31. On pourrait ainsi conclure que le paysage est la traduction visuelle d’une portion d’espace, qu’elle soit organisée ou non : le massif du Mont Blanc comme la zone industrielle du Havre ont droit à l’appellation « paysage ».

36Les paysages que l’estuaire de la Seine donne à voir sont bien sûr la traduction des caractéristiques physiques très particulières qui ont été analysées précédemment. Mais il est tout de suite évident que ce milieu naturel « de base » a été fortement remanié par l’homme et les paysages estuariens sont donc une juxtaposition d’éléments naturels et remaniés.

37L’estuaire stricto sensu s’insère entre deux plateaux aux rebords bien définis. Trois grands ensembles topographiques se dégagent ainsi : le Pays de Caux au nord, l’embouchure et la plaine alluviale au centre, le Pays d’Auge au sud.

38Le Pays de Caux, bordé au sud par une falaise morte d’environ 80 mètres de hauteur, communique avec la plaine alluviale par une série de « valleuses » qui permettent l’accès au plateau. L’une de ces valleuses, celle de Rogerville, a été utilisée pour le passage de l’autoroute A 29 qui constitue le débouché nord du Pont de Normandie et doit, à terme, le raccorder à Amiens et au nord de la France dans le cadre de la « Route des Estuaires ».

39Vers 1’est, la falaise vient border la Seine juste en aval du village de Tancarville et cette particularité a conduit à l’implantation, à cet endroit, du Pont de Tancarville qui est ancré à mi hauteur de la falaise en rive droite. Vers 1’amont, la vallée s’évase à nouveau jusqu’à la vallée du Commerce au débouché de laquelle sont installées la ville de Lillebonne et la zone industrielle de Port-Jérôme en bordure de Seine.

40A l’ouest, le plateau débouche sur l’agglomération du Havre : la ville s’étend en partie sur le plateau et en partie au pied de celui-ci. La « côte » en elle-même est le domaine traditionnel de la classe dirigeante : les grandes maisons des armateurs et des négociants du XIXème siècle jalonnent encore les bords de la rue Félix Faure. La falaise (la « côte ») apparaît ici comme une véritable barrière sociologique au cœur de la ville : en bas, le centre-ville aisé (sauf les quartiers les plus à l’Est, comme Graville, et la zone portuaire avec le quartier de l’Eure et le quartier des Neiges) et les commerces, en haut les quartiers pavillonnaires plus populaires (Sanvic, Bléville, Sainte Cécile, Aplemont) et les grands ensembles (Montgaillard, Le Bois de Bléville, La Mare Rouge et Caucriauville). La ville basse est aussi le domaine des loisirs et de la culture (restaurants, cinémas, théâtres, bibliothèques, musées).

41Hormis la forêt de Montgeon (270 ha) et le Parc de Rouelles (150 ha), le paysage est essentiellement urbain mais des éléments de paysage industriel et portuaire sont visibles de presque partout. Au Havre, le port n’est jamais très loin et de nombreux éléments paysagers rappellent qu’il s’agit d’une ville portuaire (front de mer, digues, bassins, terminaux de car-ferries, sémaphore etc.).

42Le plateau de Caux en lui-même présente une unité paysagère assez remarquable. Les fermes sont encloses derrière de hauts talus généralement plantés de hêtres et forment des « cours-masures » encore nombreuses et assez bien conservées, véritables ilôts de végétation au milieu des champs, vastes et ouverts et voués à l’élevage, à la céréaliculture et à la betterave. Beaucoup de villages comportent des lotissements, principalement aux alentours du Havre : Cauville-sur-Mer, St Jouin-Bruneval, Manéglise, St Martin du Manoir, Epouville. Par leurs prix moins élevés qu’en ville, ils constituent bien souvent la solution la plus facile pour les familles avec enfants qui souhaitent accéder à la propriété. Ces lotissements constituent la marque de la rurbanisation, qu’on a souvent décrite comme un retour à la nature mais qui se traduit surtout par une périurbanisation des campagnes. Ils ont considérablement modifié le caractère rural des villages de la grande banlieue du Havre : les agriculteurs sont devenus très minoritaires face aux nouveaux ruraux travaillant en ville ou sur la zone industrialo-portuaire.

  • 32 A. Bourcier, 1994

43Au pied du pays de Caux, la plaine alluviale présente des paysages très différents. Principalement composée de terrains remblayés sur la zone intertidale (et sur le domaine public maritime), elle présente des terres dont l’altitude varie entre 4 et 7 m d’altitude32. La plaine alluviale s’étend sur la rive droite de la Seine et le fleuve, dans sa partie terminale, s’écoule le long de l’escarpement du Pays d’Auge. Juste en amont d’Honfleur, le pont de Normandie constitue un élément remarquable du paysage estuarien. Il est visible de loin et son esthétique, généralement perçue comme positive et valorisante, constitue le seul élément vertical dans un espace où les éléments visuels sont surtout horizontaux.

44La plaine alluviale offre des paysages typiques des milieux humides littoraux.

Les milieux estuariens

45L’espace compris entre la Seine et la route de l’estuaire (qui borde l’estuaire, en rive droite, sur la partie située entre l’ancien appontement du bas du Hode à l’est et le port pétrolier à l’ouest) présente un échelonnement de milieux caractéristiques : d’abord les vasières qui découvrent à chaque marée et sont peuplées de colonies importantes de limicoles (chevaliers, huitriers-pies, avocettes, courlis, barges, bécasseaux etc...) et de canards puis les roselières qui colonisent rapidement les espaces que la marée ne recouvre plus régulièrement et s’étendent de part et d’autre des bâtiments d’accès du pont de Normandie et le long de la route de l’estuaire.

46L’espace compris entre la route de l’estuaire et le grand canal du Havre est couvert par des prairies humides qui sont inondables, lors des grandes marées, grâce à un système de buses creusées sous la route de l’estuaire. Les « gabions » qui parsèment les roselières et les prairies humides sont un élément très caractéristique dans le paysage estuarien. Il s’agit de cabanes semi-enterrées construites en bord de mares et dont l’ouverture située au ras du sol permet aux chasseurs de tirer le gibier d’eau qu’ils essayent d’attirer avec des « appelants », canards en plastique flottant sur l’eau. La chasse est ainsi une activité marquante et bien représentée dans l’estuaire.

47La plaine alluviale offre aussi des paysages industrialisés avec une prédominance d’usines pétrochimiques (raffinerie Total, Elf-Atochem, Lubrizol) mais aussi l’usine Renault de Sandouville et les ciments Lafarge. Ces usines sont regroupées entre le grand canal du Havre au sud et le canal de Tancarville au nord et s’étendent jusqu’à l’extrémité orientale du grand canal. Cet impressionnant ensemble d’usines est coupé en son milieu par le barreau de raccordement du Pont de Normandie qui traverse toute la plaine alluviale dans le sens sud-nord. Sa construction a d’ailleurs posé problème car le tracé de l’autoroute passe à proximité de l’usine Lubrizol, spécialisée dans le traitement du chlore ; celle-ci a dû construire un système de confinement pour la manutention de ce produit. Le seul élément industriel dans la partie orientale de la plaine alluviale est l’unité de retraitement des effluents de Thann et Mulhouse, construite non loin de la Seine et qui est isolée au milieu des prairies humides, au beau milieu de la réserve naturelle, à une quinzaine de km de l’usine-mère située elle dans la zone portuaire. Cette usine se situe à proximité de la décharge contrôlée du Hode, formant une colline de près de 25 m de haut sur l’horizon plat de la plaine alluviale ; elle doit être définitivement fermée en janvier 2001.

48Ce vaste ensemble industriel est situé le long du principal accès au Havre (en venant de Paris et de Tancarville) et pose l’épineux problème de l’image de marque de la ville. Cette voie d’accès au Havre participe en effet pour une grande part à l’image de ville industrielle (ou « d’usine à ciel ouvert ») du Havre. L’aménagement de cet accès, dans sa partie située entre l’échangeur du pont de Normandie et Harfleur, paraît être, sur le plan aussi bien environnemental qu’économique, l’un des axes prioritaires d’aménagement à envisager dans l’estuaire. Il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un investissement directement productif mais les retombées d’une image revalorisée sont sûrement parmi les aménagements les plus importants et plus porteurs d’avenir de l’estuaire. Plus difficile à résoudre, sans doute, est le problème des odeurs liées à la présence des usines. Lorsqu’on arrive au Havre, l’odeur précède bien souvent la vue et l’on sent les effluents industriels avant de voir les usines. Ce problème des odeurs est aussi préoccupant pour les habitants installés au pied de la falaise ou sur le plateau (Gonfreville l’Orcher, Rogerville, Oudalle, Sandouville, Saint-Vigor d’Ymonville, Saint-Vincent de-Cramesnil, voire les communes plus éloignées).

49Au Sud de la Seine, les quais de Honfleur constituent la limite Sud de la plaine alluviale. La côte boisée s’élève rapidement en arrière du fleuve mais l’altitude du Lieuvin est moindre que celle du Pays de Caux et sa limite est moins bien marquée. Le Pays d’Auge présente aussi des paysages très différents : bocage, habitat dispersé et importance des boisements comme la forêt de Saint-Gatien.

50La côte, en aval de Honfleur, est basse et sableuse ; c’est le domaine des stations balnéaires comme Villerville, Deauville-Trouville, Houlgate ou Cabourg. En matière de paysages, ce que donne à voir, juste en face, la rive droite de l’estuaire (cuves de pétrole du port pétrolier du Havre, centrale thermique avec ses deux hautes cheminées, portiques à conteneurs et usines) pose problème pour ces villes essentiellement touristiques.

51Ainsi, ce qu’on voit « de l’autre côté de l’eau » lorsqu’on est sur chacune des rives de l’estuaire est très symbolique de l’image de ces rives : d’un côté le port et l’industrie et de l’autre côté le monde rural et les loisirs. Ce sont des images de marque, certes, mais l’on sait que les images ont la vie dure !

Notes

1 Pritchard, 1967, in colloque Bègles 1992

2 R. Paskoff, 1992

3 R. Paskoff, 1992

4 J. Demangeot, 1994

5 R. Brunet, 1990

6 P. Pech, Y. Veyret, 1995

7 C. et G. Bertrand, 1992

8 R. Brunet, 1990

9 A. Berque, 1990

10 J. Demangeot, 1994

11 Ibid.

12 C. Bessineton, 1992

13 Ibid.

14 R. Paskoff, 1992

15 1980

16 SAUM, 1980

17 R. Paskoff, 1992

18 Ibid.

19 C. Bessineton, 1992

20 J. Avoine, débat publie Port 2000, 28/01/1998

21 J. Avoine et. al., 1996

22 Port Autonome du Havre, documents préparatoires à Port 2000,1998

23 Ibid.

24 J. Avoine et al. 1996

25 Port Autonome du Havre, documents préparatoires à Port 2000,1998

26 Ibid.

27 J. Avoine et al., 1996

28 J.P. Dupont et al., 1996

29 in A. Bourcier, 1994

30 in Beroutchatchvili et Rougerie, 1991

31 R. Brunet, 1990

32 A. Bourcier, 1994

Table des illustrations

Légende La marée dynamique dans l’estuaire de la Seine
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende La marée dynamique dans l’estuaire de la Loire
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende La marée dynamique dans la Gironde
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Les milieux estuariens
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search