Version classiqueVersion mobile

L’Estuaire de la Seine

 | 
Bruno Lecoquierre

Introduction

Texte intégral

LES ESTUAIRES DU NORD DE L’EUROPE

LES ESTUAIRES DU NORD DE L’EUROPE

1Montréal, Buenos-Aires, Montevideo, Londres, Hambourg, Lisbonne, Séoul, Philadelphie et Baltimore, pour ne citer que ces quelques métropoles, sont toutes situées sur un estuaire. C'est dire que les hommes, depuis fort longtemps, ont trouvé un intérêt tout particulier à s'implanter le long des rives de ces embouchures à la topographie si originale.

2Partie terminale d'un fleuve largement ouverte sur la mer, les estuaires sont avant tout des zones de contact entre le fleuve, la mer et le continent ; milieux d'interface, ils forment des espaces particulièrement favorables à la vie sous toutes ses formes, qu'elle soit « naturelle » ou organisée. Parmi ceux-ci, l'estuaire de la Seine possède quelques caractéristiques bien particulières qui fondent son importance et son originalité : proximité de la Région Parisienne dont il forme le débouché sur la mer, présence de deux grands ports nationaux, puissance du complexe industriel, importance de la population, situation au bord de la mer la plus fréquentée du monde, voisinage de l'Angleterre.

3Comme dans tous les estuaires, l'estuaire-embouchure représente un milieu particulier où l'hydrologie, la biologie et les paysages sont caractéristiques des milieux humides littoraux avec, comme signe distinctif, l'inversion régulière du courant de marée qui est le principal indicateur physique du milieu estuarien. L'estuaire est embouchure et il est aussi espace géographique, avec ses villes, ses champs, ses ports, ses usines, ses espaces naturels, ses stations balnéaires, ses routes et autoroutes, ses ponts, ses villages et surtout avec les hommes et les femmes qui y vivent, y habitent, y travaillent, y circulent et s'y détendent.

4L'estuaire répond à la dualité primordiale des lieux géographiques : il présente les caractéristiques générales d'organisation d'un espace urbanisé et il est aussi milieu, c'est-à-dire partie d'espace répondant à certaines spécificités d'organisation et de fonctionnement. Quoiqu'il en soit, il reste difficile à définir clairement : le terme « estuaire » est parfois employé pour parler du fleuve, parfois pour parler d'une ville ou d'un port, parfois des espaces naturels et parfois aussi, mais ce n'est pas le cas le plus fréquent, pour désigner l'ensemble avec toutes ses composantes. Les estuaires ont ainsi des facettes multiples qui sont le reflet de la diversité des acteurs et des fonctions qui y coexistent.

5L’estuaire de la Seine, comme les autres estuaires de la façade nord-ouest européenne, est un espace en tension entre les grands ensembles supranationaux dans lesquels il s’insère et les territoires locaux qu’il sépare ou réunit. Cette double échelle de lecture, indispensable pour comprendre l’évolution et le fonctionnement d’un estuaire, illustre aussi les difficultés que connaissent les villes et les ports estuariens pour se situer dans un espace écartelé entre la mondialisation et le développement local. Ainsi, dans l’estuaire de la Seine, le port du Havre vit des échanges internationaux mais éprouve des difficultés à inscrire son activité dans un contexte local. Son statut d’autonomie, qui le fait dépendre directement de son ministère de tutelle, ne facilite pas cet ancrage pourtant essentiel pour le développement de la région. La ville du Havre, quant à elle, ne dispose pas des attributs d’une grande métropole que son statut de ville maritime internationale pourrait laisser supposer et son rayonnement territorial est limité, en raison de la proximité de Rouen et de l’angle fermé qu’elle commande au bout de la pointe de Caux.

6Mais Le Havre n’est que la porte d’un espace estuarien plus vaste, qui comprend aussi un autre grand port maritime, deux capitales régionales, des zones industrielles, des stations balnéaires, des espaces ruraux et des milieux naturels protégés. Dans ce contexte, la mise en service du pont de Normandie au début de 1995 a représenté un bouleversement considérable, même si ses effets réels sur l’organisation de l’espace estuarien ne se font sentir que progressivement. De même que l’estuaire est à la jonction du local et de l’international, de même le pont, aboutissement d’un processus vieux de plus d’un siècle, a une signification locale aussi bien qu’européenne. En ouvrant l’aire d’influence havraise vers le sud, il s’inscrit aussi comme un maillon essentiel de la route des estuaires qui reliera, à terme, les façades maritimes européennes en rééquilibrant l’espace par rapport à l’axe rhénan.

7Dans son rôle de lien local, le pont de Normandie peut devenir le vecteur de l’organisation d’un nouveau « territoire estuarien » qui engloberait les deux rives de l’estuaire en répondant à la demande havraise de désenclavement ; cette nouvelle territorialité dépend étroitement, cependant, de la prise en compte de l’estuaire dans sa globalité. Il s’agit, en quelque sorte, de considérer l’estuaire comme un système et non comme une somme de logiques particulières.

8La diversité des acteurs et des fonctions, en effet, se traduit par la coexistence d’enjeux et de contraintes souvent contradictoires qui rend complexe la gestion des estuaires. Les solutions qui y sont testées en font souvent des zones pilotes pour l’aménagement du territoire. Cela a été notamment le cas dans l’estuaire de la Seine au début de 1998, avec la mise en place de la 1ère commission de débat public, en France, pour débattre du projet d’extension du port du Havre, « Port 2000 ».

Table des illustrations

Titre LES ESTUAIRES DU NORD DE L’EUROPE
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search