Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Conclusion

Texte intégral

1Sauvageot intervient à deux moments clés de l’histoire urbaine de Rouen. En tant qu’architecte municipal, il va construire les principaux édifices publics du tout jeune régime républicain et définir les canons d’une architecture somme toute nouvelle dans la cité. En une décennie, la ville met en oeuvre un complet renouvellement de ses équipements, rattrapant ainsi le retard accumulé dans le domaine édilitaire. À la tête du service municipal d’architecture, Sauvageot est donc confronté à tous les types de commandes – publiques, religieuses et dans une moindre mesure, privées – et à tous les types d’intervention – réparations, aménagements, agrandissements et constructions. D’une manière générale, son oeuvre se scinde entre une production sérielle et utilitaire dans laquelle figurent en bonne place les écoles communales et d’autre part, des réalisations prestigieuses, comme l’église Saint-Hilaire, l’amphithéâtre de physique et surtout, le muséebibliothèque et le théâtre des Arts. Dans tous les cas, il doit tenir compte des directives de la municipalité, tiraillée entre deux attentes difficilement conciliables : s’équiper d’édifices fonctionnels et surtout peu coûteux et, en même temps, se doter d’éléments dignes d’une des cités les plus riches de France. À charge pour le maître d’oeuvre de concilier ces exigences. La production de Louis Sauvageot n’échappe pas à la standardisation qui touche d’ailleurs l’ensemble de l’architecture publique de l’époque. À chaque type d’édifices correspond ainsi un modèle précis dont il est difficile de s’écarter : la « maison d’école » définie par César Pompée puis Félix Narjoux pour l’architecture scolaire ; la référence Renaissance revue par Garnier pour l’architecture théâtrale ; ou encore, le « palais des Arts » inspiré par le Louvre et surtout Amiens pour l’architecture muséale. De même, le kiosque à musique, le mobilier urbain, les fontaines..., procèdent de cette normalisation. Chaque modèle est adapté, en fonction des contraintes du programme, du site et des attentes de la municipalité.

2Or, celle-ci est bien souvent frileuse lorsqu’il s’agit d’innover et dans le cas du musée-bibliothèque notamment, Sauvageot ne parvient pas à imposer l’emploi de la brique en façade comme il le souhaite. Aux yeux des instances officielles, l’emploi d’un matériau bon marché, démocratique et produit de manière industrielle choque d’autant plus qu’il est associé alors à l’architecture des usines qui peuplent les faubourgs de la rive gauche et à l’habitat ouvrier des quartiers populaires. Elles estiment donc que la pierre de taille convient exclusivement pour un édifice destiné à abriter les trésors artistiques et littéraires de la ville. De fait, l’oeuvre de notre architecte est très marquée par cette distinction entre les édifices utilitaires qui sont tous bâtis en brique rouge locale – qui répond de surcroît aux normes rationalistes – et les bâtiments des genres nobles qui ne se conçoivent pas autrement qu’en pierre de taille, quitte à opter pour un subterfuge. C’est le cas de l’amphithéâtre de physique et du laboratoire de l’École préparatoire supérieure où les briques sont recouvertes par un enduit blanc ainsi que de l’église Saint-Hilaire, où la brique est également masquée. Là encore, Sauvageot suit les directives de la ville qui tempère et annihile ses aspirations rationalistes. Par ailleurs, cette différenciation des matériaux prolonge un peu plus, la traditionnelle distinction visuelle entre le coeur économique et historique de la ville et les quartiers ouvriers de l’Est et de la rive gauche en opposant le blanc de la pierre de taille réelle ou simulée à la couleur rouge sombre de la brique.

3Les créations rouennaises de Sauvageot ont bien souvent été jugées austères, du fait notamment de l’extrême simplicité des décors et dans le cas des écoles, de l’aspect un peu triste de la brique rouge locale. Toutefois, elles ont suscité l’intérêt et elles ont fait l’objet d’une large diffusion, présentées au Salon et publiées dans les revues spécialisées. Certaines même, comme l’église Saint-Hilaire, ont été proposées à leur tour comme modèles. Les contemporains et le courant rationaliste en particulier, n’ont pas manqué de souligner les qualités de ces réalisations et la capacité de l’architecte à réinterpréter et adapter les modèles aux conditions particulières du programme et du lieu. Il a d’ailleurs contribué à faire évoluer le discours des tenants du rationalisme qui ont longtemps prôné la modélisation et il s’est clairement opposé à toute forme de standardisation qui ne peut qu’exclure, selon lui, la prise en compte des spécificités locales et nuire à la créativité du maître d’oeuvre. Ce discours tout théorique, évacue adroitement le rôle du commanditaire qui, lui, reste très attaché à la notion de type identifiable ou, tout du moins, qui recherche dans les créations de son architecte ce qui est susceptible de servir de modèle du genre !

4Pour qui est familier de l’oeuvre de Sauvageot, l’empreinte laissée sur les édifices anciens de la ville est tout aussi considérable. De fait, la mainmise qu’il exerce sur les trésors architecturaux rouennais pendant plus de vingt ans va lui permettre de modeler l’image du centre historique avec le complet soutien de la municipalité, du département, des services gouvernementaux et du clergé s’agissant des édifices religieux. La période est marquée, on l’a vu, par un revirement des priorités communales au profit du vieux Rouen, encouragé par les érudits locaux et les sociétés savantes, en particulier par la jeune et dynamique société des Amis des Monuments rouennais. Un infléchissement qu’il convient tout de même de nuancer, dans la mesure où les considérations sociales et hygiéniques sont encore très présentes et vont conduire à la destruction consensuelle d’une partie du quartier historique de Martainville dans les années 1880. Si la cathédrale reste un chantier-phare de la période avec la restauration de la façade occidentale qui s’étale sur près de treize années, on observe en revanche une diminution des restaurations effectuées sur les églises paroissiales. Deux chantiers font exception : celui de l’église Saint-Vincent qui est l’objet d’une importante campagne de travaux au milieu des années 1870, largement financée par la commune et l’État et celui de l’église Saint-Maclou, endommagée par les intempéries en 1891. Ailleurs, les opérations d’entretien et de réparation sont privilégiées. Cette position nouvelle de l’État qui traduit le conflit politico-religieux qui se joue alors dans le pays n’est pas sans conséquence, notamment pour les paroisses les plus pauvres dont les fabriques sont dans l’incapacité de prendre en charge ces ouvrages. De plus, la redistribution des crédits de la direction des Beaux-Arts au profit de l’architecture civile amène Sauvageot à intervenir en moins de cinq ans, sur trois édifices emblématiques : la Fierte de Saint-Romain, le Gros-Horloge puis l’hôtel de Bourgtheroulde, pour lequel il dresse le projet de restauration mis en oeuvre par Gosselin.

  • 1 1874, t. VI, p. 605-625.

5Alors que la génération précédente a été très imprégnée par les pratiques interventionnistes de Viollet-le-Duc, celle de Sauvageot cherche au contraire une alternative plus respectueuse de l’authenticité des édifices. En dehors même des considérations doctrinales, cette remise en question est liée à la baisse des crédits de restauration qui conduit à limiter les interventions et à privilégier les travaux confortatifs. L’affaire de la cathédrale d’Évreux et la parution de l’article d’Anatole Leroy-Baulieu en 1874 dans la Revue des deux Mondes sur « La restauration de nos monuments devant l’art et devant le budget1 », participent de ces changements. De même, les interventions rouennaises de Sauvageot illustrent ces orientations nouvelles puisqu’il s’applique à distinguer ce qui est indispensable de ce qui ne l’est pas et à favoriser les réparations et les consolidations. Toutefois, ce positionnement n’est pas sans fluctuation dans la pratique, où les choix varient selon les édifices, de leur état et de leur valeur historique, artistique et urbanistique. Dans le cas des édifices religieux par exemple, la dignité des cérémonies sert souvent de prétexte à d’importants réaménagements intérieurs encouragés par l’archevêque ou l’affectataire.

6Ce sont les édifices majeurs comme le Gros-Horloge ou la cathédrale qui font l’objet des travaux les plus interventionnistes. Là, Sauvageot cherche plus systématiquement à appliquer le principe viollet-le-ducien de l’unité de style et la restitution est une méthode encore admise par lui comme par la plupart de ses contemporains. En théorie, il refuse l’invention et ses propositions reposent d’abord sur des recherches archéologiques et historiques, on l’a dit. À la différence de Viollet-le-Duc, il n’accorde pas la primauté à l’observation visuelle et il exploite les sources écrites et figurées. Son travail se fonde sur l’étude des vestiges en place, enrichie par les documents d’archives et complétée par une analyse comparative menée sur les édifices rouennais contemporains. Cette méthode quasi-scientifique n’exclut pas toutefois les erreurs d’interprétation et elle n’est pas non plus sans conséquence dans l’élaboration du mythe de la ville-musée. En effet, à trop reprendre et copier un élément d’un édifice à l’autre, un risque d’uniformisation des monuments apparaît, d’autant plus alarmant qu’il s’agit des joyaux artistiques de la cité. Ce danger est accentué par le fait que Sauvageot travaille avec une équipe réduite d’artisans et d’entrepreneurs. Par ailleurs, malgré les récentes recommandations ministérielles, la règle qui préconise le respect des différentes strates historiques des monuments quelle que soit leur période historique, est peu respectée. Ainsi, l’architecte gomme systématiquement les éléments postérieurs au XVIe siècle et toutes les restaurations antérieures aux siennes. Autant de suppressions qui contribuent à dessécher le centre historique qui apparaît désormais comme une ville médiévale dont l’histoire semble s’être arrêtée au début de la Renaissance. La ville-musée devient alors une recomposition et une mise en scène idéale des monuments nettoyés des stigmates du temps.

7L’option hygiéniste déjà développée sous le Second Empire avec notamment l’opération de dégagement pour la mise en valeur de la tour de l’ancienne église Saint-André et de l’église Saint-Vincent le long de la rue de l’Impératrice, perdure : la Fierte et la cathédrale notamment, illustrent cette pratique qui en isolant les monuments du reste de l’espace urbain les protège et les sacralise mais les prive d’une part de leur histoire, pratique que va bientôt condamner le bourgmestre de Bruxelles, Charles Buis (1893). Sur ce point, Sauvageot reste finalement proche de Viollet-le-Duc car comme lui, il accorde la primauté au monument au détriment du tissu urbain et de l’architecture vernaculaire qui l’accompagne. Certes, sa mission se limite officiellement à la préservation et à la gestion des édifices classés. Toutefois, le peu d’intérêt qu’il accorde à l’architecture civile en pans de bois l’oppose à certains architectes locaux plus jeunes, comme Georges Ruel ou Lucien Lefort qui ont déjà conscience de sa valeur et de sa place dans le paysage urbain. L’affaire du vieux logis de la rue Saint-Romain révèle bien ce décalage, la suppression de cette bâtisse comme de toutes celles accolées au flanc nord de la cathédrale, étant à ses yeux prioritaire et indispensable pour mettre en valeur et assainir le monument. Ruel, Lefort ou encore Jules Adeline veulent au contraire préserver cette maison, estimant que ce qui fait l’originalité de Rouen, ce sont précisément ses ruelles tortueuses, bordées de maisons en pans de bois irrégulières au milieu desquelles se dressent les grands monuments.

8Malgré les destructions de certains bâtiments et notamment du théâtre des Arts, les transformations ultérieures des édifices scolaires et de l’amphithéâtre de physique, le musée-bibliothèque, l’église Saint-Hilaire ou encore les nombreuses écoles communales qui portent la signature de Sauvageot témoignent d’une oeuvre à la fois abondante et emblématique de l’architecture publique de la période. Les virulentes critiques dont ont fait l’objet ses constructions pendant longtemps, semblent désormais infondées et bien que celles-ci participent du discrédit général qui a longtemps pesé sur l’architecture du XIXe siècle, elles ont sans doute des motivations plus profondes et en tout cas proprement rouennaises. Le mythe de la ville-musée se focalise dès les années 1880 sur la cité médiévale, entraînant un rejet quasi-systématique – et qui, par bien des aspects, perdure encore – des périodes postérieures. Alors que l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècle a longtemps peiné à trouver sa place dans cette célébration, quelle peut être celle des débuts de la Troisième République à qui ses détracteurs reprochent sa lourdeur et son manque de caractère ? Le cas du musée-bibliothèque qui n’est achevé qu’en 1887, soit plus de dix ans après la mise en oeuvre du chantier et treize ans après l’adoption de l’avant-projet par le conseil municipal, est révélateur. Cet édifice considéré par tous comme parfaitement conçu au moment de l’adoption des plans et dont la première aile est inaugurée en 1880 sous un flot de louanges, fait l’objet des pires attaques de la part de la presse locale, au moment de son achèvement. Faut-il expliquer un tel revirement par un changement général de goût et un regain d’intérêt pour le centre historique ? Le régionalisme pittoresque qui trouve sa première expression sur le littoral normand vers 1860, semble déjà offrir une voie nouvelle. Désormais, c’est dans des formes locales que les architectes vont puiser leur inspiration : ainsi Lucien Lefort enrichit les tours des accumulateurs hydrauliques (1885-1901) sur la rive droite du port de réminiscences médiévales et Georges Ruel se spécialise dans la construction de maisons néo-gothiques. Au regard de ces constructions légèrement postérieures, Sauvageot incarne l’uniformité des édifices des débuts de la Troisième République – engendrée par la centralisation – ne répondant plus aux critères du goût.

9L’assentiment manifesté aux travaux qu’il exécute pour le compte des services des Edifices diocésains et des Monuments historiques illustre au contraire l’intérêt nouveau pour le centre historique. Cette part de son activité rouennaise n’a pratiquement pas été critiquée alors qu’il est d’usage de vilipender les restaurations intempestives du XIXe siècle. La cathédrale, l’église Saint-Maclou, la Fierte de Saint-Romain, le Gros-Horloge, l’hôtel de Bourgtheroulde... les plus importants monuments portent sa marque et les restaurations postérieures n’ont été bien souvent qu’un entretien et une remise en état de ses interventions. Louis Sauvageot a donc largement contribué à modeler le centre ancien à l’aube du XXe siècle et si l’exaltation patrimoniale se focalise actuellement sur les vestiges médiévaux, il ne faudrait pas perdre de vue que le vieux Rouen doit en fait beaucoup au XIXe siècle ; car c’est bien une vision de la période médiévale telle que lui et ses comparses l’imaginaient qui nous fait aujourd’hui rêver. Ses réalisations marquent donc une étape dans l’histoire de l’architecture rouennaise et nous espérons avoir contribué à dissiper le malentendu qui perdure avec la ville en lui redonnant sa place dans le panthéon des architectes ayant façonné la cité.

Notes

1 1874, t. VI, p. 605-625.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.