Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Quatrième partie. Restauration et mise en valeur du vieux-Rouen

La restauration des édifices civils

Texte intégral

La Fierté de Saint-Romain

  • 1 Floquet A., Histoire du privilège de Saint-Romain, en vertu duquel le chapitre de la cathédrale de (...)
  • 2 Rapport à la commission des MH par l’IG Selmersheim, séance du 6 mai 1887 – AMH : 81/76/275/147.
  • 3 Projet dressé par Sauvageot, 20 février 1887 – AMH : 81/76/275/147.

1■ L’incendie déclenché par les Allemands en juin 1940 a dévasté tout le quartier sud de la cathédrale, détruisant les vieilles halles et les maisons en pans de bois aux alentours. Si le monument de la Fierte de Saint-Romain fut miraculeusement préservé (Fig. 210 et 211), il faut toutefois se référer aux documents antérieurs à la catastrophe pour comprendre le rôle qu’il occupait dans le tissu urbain. Loin de l’ensemble isolé que l’on voit de nos jours, l’édifice, avec son passage public voûté en rez-de-chaussée qui traversait la halle aux toiles, faisait alors le lien entre les places de la Haute et de la Basse-Vieille-Tour. Bâti en 1 542, il servait à célébrer une coutume locale qui s’est perpétuée jusqu’à la révolution : par privilège royal et en souvenir de la délivrance de la ville de Rouen par Saint Romain, l’archevêque avait en effet le pouvoir de gracier publiquement un criminel chaque année, le jour de l’Ascension, qui élevait alors la Fierte ou châsse de Saint-Romain. De plan centré, le monument est surmonté d’une plate-forme à laquelle on accède par deux escaliers latéraux. C’est là que se trouve l’édicule proprement dit surmonté d’une chapelle haute voûtée amortie en tempietto et couronnée d’un lanternon circulaire. Ouverte par quatre baies en plein cintre, la Fierte était probablement fermée à l’origine par des verrières. Avec la redécouverte de la Renaissance, l’attention des érudits locaux s’est très tôt cristallisée autour de cet édifice, ce dont témoigne la publication en 1833 de l'Histoire du privilège de Saint-Romain, ouvrage dans lequel Langlois propose pour la première fois de l’attribuer à Jean Goujon1. La position des Monuments historiques est plus ambiguë et l’emploi récurrent des termes « charmant », « curieux » et « typique2 » par l’inspecteur général Selmersheim, témoigne de la difficulté de définir un édifice lié avant tout à une tradition locale et sur lequel on ignore tout. De même, il est surprenant de constater combien Sauvageot reste flou dans son approche historique et stylistique, évoquant simplement « un charmant édifice de la renaissance3 ».

Fig. 210. Rouen, Fierte de Saint-Romain place de la HauteVieille-Tour, vue générale du monument avant restauration, avant 1887, photographie, Paris, Agence photographique Roger Viollet, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900).... Rouen, 1983, no 276 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 211. Rouen, Fierte de Saint-Romain place de la HauteVieille-Tour, vue générale du monument après restauration avec la Halle aux toiles derrière, fin XIXedébut XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

  • 4 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er mai 1885.
  • 5 Lettre de Sauvageot à la direction des Beaux-Arts, 12 février 1889 – AMH : 81/76/275/147.
  • 6 Projet dressé par Sauvageot, 20 février 1887 – AMH : 81/76/275/147.

2Lorsque la ville décide d’entreprendre une restauration dans les années 1880, tous les témoignages s’accordent sur le mauvais état de l’édicule. Plusieurs tentatives pour provoquer des reprises sont jusqu’alors restées sans résultat – notamment en 1842, sur projet de Chéruel – et il faut attendre 1883 pour que le conseiller municipal Ernest Fauquet prenne l’initiative de porter à nouveau le sujet devant ses homologues4. Évoquant l’argument économique et touristique qui impose à la ville d’entretenir ses monuments, il convainc les élus de faire appel à la direction des Beaux-Arts. Sauvageot est aussitôt invité à préparer un devis : son rapport remis au début de l’année 1887 et estimé à 27 384 francs, est adopté le 6 mai par la commission des Monuments historiques. Prévu pour durer quinze mois, le calendrier du chantier va être largement devancé puisqu’en février 1889, les travaux sont achevés5. Construite en pierre dure de Caumont, à la fois peu résistante et gélive, la Fierte a beaucoup souffert des infiltrations d’eaux pluviales. De plus, sur les pentes au-dessus des frontons, « les pierres de rives [...] ont toutes été rattachées grossièrement au moyen d’agraffes (sic) saillantes en fer, qui les ont fait éclater6 ». C’est ainsi que la pluie a pénétré et pourri les caissons de la voûte. En ce qui concerne les parties décoratives, la plupart des colonnettes de la lanterne et des lanternons supérieurs ont disparu ou sont détériorés, les vases d’amortissement des angles sont tous brisés, les chapiteaux sont presque entièrement détruits et enfin, sur les quatre aigles d’angle de la lanterne, un seul est à peu près entier. En dehors de ces désordres structurels, l’aspect général a également été modifié et les deux montées de l’escalier ont été refaites. Des dépôts et des petites boutiques ont été établis sous cet escalier, tandis qu’un énorme auvent et un urinoir public ont été adossés contre le monument.

  • 7 Rapport à la commission des MH par FIG Selmersheim, séance du 6 mai 1887 – AMH : 81/76/275/147.
  • 8 Projet de restauration dressé par Sauvageot, 20 février 1887 – AMH : 81/76/275/147.
  • 9 Lettre du maire de Rouen au directeur chargé des beaux-arts, 30 novembre 1889 – AMH : 81/76/275/14 (...)

3Au vue du diagnostic, Sauvageot propose de limiter l’intervention à des réparations partielles et urgentes afin de garantir la pérennité de l’édicule, en assurant l’écoulement des eaux et la stabilité de la structure. Au préalable, les ajouts modernes que sont l’auvent et l’urinoir accolé à l’édicule sont retirés. Il opère un certain nombre de travaux confortatifs censés stopper le processus de dégradation. Les crampons en fer, responsables de l’éclatement de la pierre, sont remplacés par des attaches en cuivre scellées dans le plomb. Armand Requier procède à un rejointoiement général au mortier de chaux hydraulique, tandis que Ferdinand Marrou recouvre de feuilles de plomb les parties saillantes du dessus des frontons et du sol de la lanterne. Les éléments défectueux et la voûte à caissons portant la lanterne sont démontés et refaits à neuf. Là, Sauvageot opte pour de la pierre dure de Caumont différente du matériau d’origine et ce, en contradiction avec les principes de restauration en vigueur et malgré les réserves émises par la commission qui trouve cette roche trop différente par sa nature et sa couleur7. En revanche, il accepte d’établir à la demande du ministère, des trottoirs en granit sous le passage à voitures pris dans l’épaisseur du monument, afin de protéger les soubassements d’éventuels chocs. Pour le décor, il opte pour une intervention minimale visant « à perpétuer le modèle des anciens ornements pendant qu’il en existe encore8 ». Ainsi, pour les vases d’amortissement des angles qui sont tous brisés, un seul est rétabli ; de même, pour les aigles de la lanterne. Au contraire, les chapiteaux détruits ou abîmés sont tous repris d’après les fragments encore en place. Ce parti répond aux attentes de la commission, qui préfère laisser le temps accomplir son oeuvre, là où la sculpture joue un rôle uniquement décoratif. Toutefois, ces décors ornementaux étant, selon la vision convenue du XIXe siècle, l’élément le plus intéressant de l’architecture Renaissance, il importe également d’en conserver quelques témoins. L’exemple rouennais illustre parfaitement cette position ambivalente. Enfin, Sauvageot dessine des grilles en fer qui sont placées au bas des escaliers, dans le but de protéger l’édicule9. Mais cette clôture est également symbolique et à l’instar de la cathédrale et des principaux Monuments historiques rouennais, la Fierte devient un édifice isolé, clos et s’offrant en perspective dans la ville. En même temps qu’il acquiert une monumentalité nouvelle, il perd toute fonction en dehors de sa valeur archéologique. Ainsi, l’oeuvre de la Renaissance probablement due à Jean Goujon prend le pas sur le souvenir local du privilège de Saint-Romain.

Le Gros-Horloge

  • 10 Adeline J., « Le Gros-Horloge », La Normandie monumentale et pittoresque, Le Havre, 1894, p. 25.

4■ « Le Gros-Horloge est l’un des monuments rouennais les plus curieux et à de multiples points de vue10 » écrit Jules Adeline en 1894, résumant ainsi la difficulté de définir un ensemble stylistiquemenr hétérogène et pourtant constitué d’éléments étroitement liés matériellement et historiquement (Fig. 212). Au coeur du vieux Rouen, le temps a ainsi accumulé entre le XIVe et le XVIIIe siècle, un arc et un pavillon Renaissance formant le Gros-Horloge proprement dit, une loggia à étages et une fontaine d’angle, le tout groupé autour du beffroi municipal et face à l’ancien Hôtel de Ville abandonné à la Révolution. Ce bâtiment inachevé, projeté au XVIIe siècle par Jacques Gabriel, remplace déjà un édifice municipal plus ancien. Il est relié à la tour du beffroi par un corps de passage construit au-dessus de la rue pendant la première moitié du XVIe siècle, constitué d’une arche richement ornée et surmontée d’un pavillon en pans de bois. C’est là que prennent place les cadrans de l’horloge. Au pied du beffroi, une fontaine édifiée en 1732 par l’architecte Defrance est venue occuper l’angle rentrant formé par la boutique et la tour.

Fig. 212. Rouen, Gros-Horloge, vue de la face ouest avant restauration, avant 1890, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

5Le beffroi était au Moyen Âge le signe emblématique de la puissance de la commune dans les villes où les bourgeois se gouvernaient eux-mêmes. Rouen se flattait d’avoir obtenu en premier ce privilège et les historiens locaux prétendaient que dès le XIIe siècle s’élevait un édifice, signe matériel de son affranchissement. À la suite de la révolte de la Harelle de 1382, le roi Charles VI abolit la commune et fit démolir ce beffroi primitif. Vers 1390, l’architecte Jehan Ier de Bayeux édifia factuelle tour à l’emplacement même de la précédente pour célébrer l’indépendance retrouvée de la ville. Ce qui unit cet ensemble de constructions hétérogènes c’est donc la commande par la municipalité rouennaise. Dans une ville où le siège de l’administration a plusieurs fois été déplacé, le site illustre la pérennité de l’histoire urbaine et constitue une expression forte de la stabilité des institutions communales. Bien que les éléments aient tous été construits après la perte de l’autonomie municipale de 1382, ils sont situés en lieu et place d’édifices plus anciens dont ils apparaissent comme les héritiers directs. Ils constituent donc un témoignage du glorieux passé rouennais. En 1862, le pavillon et sa boutique sont classés sur la liste des Monuments historiques, puis en 1889 vient le tour de la fontaine de Defrance. Pour preuve de l’importance que l’on attribue alors à cet ensemble, l’arche et la fontaine sont retenues en 1888 parmi les oeuvres destinées à être moulées pour figurer dans la nouvelle aile du Musée de sculpture comparée installé au Trocadéro. Même si ce choix doit beaucoup à la présence du rouennais Alfred Darcel au sein de la commission du musée, cela ne retire rien à la valeur du monument et ne peut que contribuer à renforcer son prestige. En revanche, il faut attendre le 18 juin 1930 pour que le beffroi soit à son tour protégé.

  • 11 Millin A.-L., Antiquités nationales ou Recueil de Monumens pour servir à l’Histoire générale et pa (...)
  • 12 Delaquerière E., Notice historique et descriptive sur l’ancien hôtel-de-ville, le Beffroi et la Gr (...)
  • 13 Hainaut R.-L., Notice historique sur la Grosse-Horloge de Rouen. Son antiquité et sa remarquable c (...)
  • 14 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 avril 1890 – AMH : 81/76/283/149.

6La disposition générale du Gros-Horloge à la fin du XIXe siècle correspond à peu près à celle qui est reproduite par Aubin-Louis Millin dans l’article XXX des Antiquités Nationales11. Mais le monument a depuis perdu une grande partie de son lustre, comme en témoigne l’appel à la sollicitude de la commune lancé en 1864 par Eustache Delaquérière12. Il faut pourtant attendre la fin des années 1870 pour que les élus manifestent l’intention de le restaurer, mais tout au plus s’agit-il de remettre en marche le système d’horloge des cadrans. L’initiative en revient une nouvelle fois au conseiller municipal Fauquet, déjà à l’origine des travaux entrepris sur l’édicule de la Fierte. Il attire sans résultat l’attention de ses collègues sur l’état de l’édifice en mai 1877, puis à nouveau en novembre 1888. Suite au voeu émis par la commission départementale des Antiquités en 1887 de voir les cadrans retrouver leur usage, l’horloger municipal est chargé de rédiger un rapport13. À partir de ces observations, Touzet dresse un projet de restauration desdits cadrans en mars 1887. La Société des Amis des Monuments rouennais consultée sur la question, est la première à suggérer l’élargissement du projet et la restauration de l’ensemble du monument. Les études sont alors poursuivies en ce sens, d’autant qu’en octobre 1888, Touzet signale l’état de dégradation inquiétant de la voûte et des façades du pavillon, constaté lors de l’estampage des sculptures pour le musée du Trocadéro14. Le conseil municipal prend les choses en main et au début de l’année 1889 une commission consultative est chargée d’étudier plus précisément la question. Elle conclut à l’urgence des travaux confortatifs et propose également de rendre au Gros-Horloge son caractère primitif, en reconstituant certaines parties disparues. L’État est sollicité le 23 février 1889.

  • 15 Cf Chaline J.-P., « Quand Rouen célébrait le Centenaire de 1789 » et BRABETZ C., Gantier-Quignard (...)
  • 16 Cf. Chaline J.-P., « Comment commémorer la révolution ? Le premier Centenaire de 1789 en SI », Rév (...)
  • 17 Lettre du député Ricard au directeur chargé des Beaux-Arts, 23 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.
  • 18 Minute de lettre du ministère chargé des Beaux-Arts à Sauvageot, 25 février 1889 – AMH : 81/76/283 (...)

7L’affaire prend alors un tour politique car dans un contexte national difficile, les élus perçoivent tout l’intérêt symbolique qu’il y aurait à engager rapidement des travaux sur l’édifice. En effet, à la veille de la célébration du Centenaire de la Révolution, la Troisième République encore jeune semble menacée. Après l’élection triomphale du général Boulanger aux législatives partielles de la Seine en janvier, l’année 1889 est celle de la contre-attaque républicaine menée par Jules Ferry qui aboutira en septembre à la victoire de ses partisans aux législatives. À Rouen, la situation est d’autant plus complexe qu’en dépit de la croissance économique, la ville peine à sortir de la crise de l’industrie textile15. Le maire Charles-François Dieutre utilise donc tous les moyens pour rallier la population à la République, secondant en cela le préfet Hendlé. Les célébrations du Centenaire prendront ainsi un caractère consensuel célébrant une République modérée16. La décision de restaurer le Gros-Horloge s’inscrit dans cette perspective. En effet, les maires des communes sont depuis 1886 élus directement par le conseil municipal et non plus nommés par le gouvernement. Le Gros-Horloge, monument emblématique par excellence, ne doit pas manquer de célébrer cette liberté nouvellement retrouvée, puis consacrée par la victoire de la République à la fin de l’année 1889. C’est dans ce sens qu’il convient de replacer l’intervention personnelle du député Louis Ricard auprès de la direction des Beaux-arts, lorsqu’il demande un secours en vue de restaurer « le monument de nos libertés communales17 ». Usant de son influence auprès des divers acteurs du ministère tout au long de l’année 1889, l’ancien maire de Rouen, qui siège depuis 1886 à la Chambre des députés au côté de la gauche républicaine progressiste, obtient rapidement l’assurance d’une subvention. Le 25 février 1889, Sauvageot est officiellement désigné comme maître d’oeuvre du chantier18.

  • 19 La dépense autorisée s’élevait à 58 226,25 francs (ramenée à 49483,13 francs), ainsi répartie : 50 (...)
  • 20 PV d’adjudication des travaux de maçonnerie, de charpente et de plomberie, 7 août 1890 – AMH : 81/ (...)
  • 21 Note de Sauvageot à la direction des Beaux-Arts, 7 janvier 1890 – AMH : 81/76/283/149.
  • 22 Gros-Horloge de Rouen par Durand, s. d., 28 planches photographiques en noir et blanc – AMH : Fo E (...)

8Le rapport remis le 15 novembre 1889, est adopté trois mois plus tard par la commission des Monuments historiques et la dépense évaluée à plus de 58 000 francs est répartie entre les différents intervenants19. Le 2 mai 1890, il est autorisé à débuter le chantier et en août, les principaux lots sont attribués à Armand Requier pour la maçonnerie et la charpente et à l’entreprise Monduit pour la plomberie d’art20. Edmond Bonet est quant à lui chargé des parties sculptées et de la réalisation des moulages21. Les travaux débutent à l’automne et malgré les découvertes archéologiques faites au niveau des roues dites du zodiaque qui vont modifier quelque peu leur déroulement, ils sont achevés conformément aux prévisions en juin 1893. En janvier 1892, l’horloger parisien Château et fils est chargé des réparations des mécanismes et les derniers lots sont répartis au printemps 1892 entre Lucien Lavigne (peinture décorative), Albert Legrip (dorure), Petit aîné (peinture ordinaire) et Pierre Boulanger (vitrerie d’art). Le chantier est marqué par le recours à une méthode de travail qui se veut archéologique et qui est pour l’époque d’une grande modernité. Certes, cette rigueur quasi-scientifique n’est pas exceptionnelle chez Sauvageot qui documente systématiquement ses interventions et utilise les vestiges en place pour étayer ces propositions. Mais, dans le cas présent, les mesures vont encore plus loin et l’établissement d’un échafaudage durant l’année 1889 va lui permettre d’étudier la structure du pavillon et des cadrans ainsi que les restes du décor. Ce préalable est enrichi par la recherche de documents anciens permettant de justifier le parti de restitution proposé (Fig. 213 et214). La gravure de Millin extraite des Antiquités nationales est d’ailleurs jointe en annexe du projet adopté en février 1890. De plus, la campagne est documentée par un ensemble de prises de vue qui permet, au moins pour les parties considérées alors comme étant les plus intéressantes – le pavillon et les cadrans – de suivre les étapes de la restauration22. Le fait que le recours à un photographe professionnel ait été prévu au devis initial, souligne la maturité atteinte par le service des Monuments historiques à la fin du XIXe siècle.

Fig. 213. L. Sauvageot, Élévation de la façade Est du Gros-Horloge de Rouen. Projet de restauration, octobre 1889, encre et lavis sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du Patrimoine, (Cl. Sophie Nasi).

Fig 214. Le Gros-Horloge à Rouen, en 1790, gravure d'après un dessin de Garneray, extr. d'A.-L. Millin, Antiquités nationales, vol. III, 1790, annotée par Sauvageot et jointe à son projet de restauration, Paris, Médiathèque du Patrimoine, (Cl. Sophie Nasi).

  • 23 Rapport dressé par Sauvageot, 15 novembre 1889 – AMH : 81/76/283/149.

9Suivant la vision convenue de l’époque, l’intérêt des édifices Renaissance réside avant tout dans le traitement des détails d’ornementation tandis que la composition générale des bâtiments montre souvent des défauts. Sauvageot n’échappe pas à ce préjugé : « Par l’originalité et la liberté de la composition, le beau caractère accentué et la richesse exubérante de la sculpture, le Gros Horloge constitue incontestablement un splendide exemple de l’architecture décorative de l’époque de la Renaissance. Il montre, en outre, avec ses deux énormes cadrans, le plus important spécimen, croyons-nous, de plomberie d’art du XVIe siècle conservé dans notre pays23. » Toutefois, l’architecte respecte la dissymétrie de l’édifice et opte pour une reprise générale du bâtiment à cheval sur la rue, de la boutique et de sa loggia. Il a aussi prévu les réparations nécessaires à la tour du beffroi contenant l’horloge et la sonnerie bien que celle-ci ne soit pas classée, ce dont personne ne s’étonne. En revanche, la fontaine du XVIIIe siècle dont il reconnaît certes le mérite artistique est laissée en état. De même, il procède à un simple rejointoiement général de la voûte pour assurer sa pérennité et bien que des traces de peinture et de dorure aient été identifiées, la possibilité de recréer le décor de cette partie n’est jamais évoquée. Le pavillon même de l’horloge où sont logés le gardien du beffroi et sa famille ayant subi diverses modifications, plusieurs fenêtres informes percées dans la façade sont bouchées et un plancher intermédiaire installé à mi-hauteur du cadran est supprimé. Quant au gardien, il est relogé dans une chambre annexe à celle des cadrans et dans deux pièces situées à l’étage supérieur.

  • 24 Rapport à la commission des MH dressé par l’IG Selmersheim, séance du 7 février 1890 – AMH : 81/76 (...)
  • 25 Lettre de l’adjoint au maire de Rouen au ministre chargé des Beaux-Arts, 23 avril 1889 – AMH : 81/ (...)
  • 26 Rapport dressé par Sauvageot, 15 novembre 1889 – AMH : 81/76/283/149.
  • 27 Cet hôtel situé rue des Carmes, portait la date de 1525. Presque entièrement détruit lors des bomb (...)

10En dehors de ces travaux confortatifs, l’architecte propose toute une série de restitutions qui sont censées, selon l’inspecteur général des Monuments historiques Selmersheim, remettre l’édifice dans son « état primitif24 » et selon le conseil municipal, lui rendre « sa première splendeur25 ». Autant de nuances de vocabulaire qui rappellent les formules ambiguës utilisées par Viollet-le-Duc dans son projet pour Notre-Dame de Paris. Les découvertes archéologiques vont apporter leur caution à ces travaux que l’urgence ne peut justifier. Grâce aux échafaudages établis sur le monument, Sauvageot va étudier la structure dont on ignore tout. Il va ainsi constater que le pavillon au-dessus de l’arche en pierre est en fait composé de pans de bois dont une partie est recouverte par la plomberie des cadrans et le surplus par du plâtre décoré de pilastres, de frises et de corniches, moulés et appliqués sur cet enduit (Fig. 215). Ces matériaux font la particularité du pavillon : « Le fait d’une décoration importante extérieure exécutée en plâtre au XVIe siècle, est, croyons-nous, très rare. On connaît de nombreux exemples de cet emploi du plâtre à la Renaissance dans les décorations intérieures mais non au dehors26. » L’architecte relève également de nombreuses traces de peinture et de dorure sur les diverses parties de l’édifice. Le caractère exceptionnel de l’intervention est dès lors justifié et Sauvageot va s’employer à faire du Gros-Horloge un spécimen de l’architecture de la Renaissance selon la conception du XIXe siècle. L’organisation générale de la décoration en plâtre du pavillon est encore perceptible et s’organise autour de deux étages de pilastres et de contre-pilastres ornés de balustres et d’arabesques, reliés par des entablements ornés de frises. Les détails subsistent en assez grand nombre et une étude méticuleuse des édifices civils rouennais datant de la Renaissance offrant le même type d’ordonnance va lui permettre de recréer un décor. Après comparaison, les contre-pilastres en pierre ornés de balustres de l’hôtel de Romé, contemporain du Gros-Horloge, vont s’avérer pratiquement similaires à ceux retrouvés à l’étage supérieur du pavillon27 et il vont servir de modèle pour compléter les parties disparues, malgré la différence de matériaux.

  • 28 PV de la commission des MH, séance du 7 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.
  • 29 PV de la visite de la commission des MH à Rouen, 13 novembre 1891 – AMH : 80/15/13.
  • 30 PV de la commission des MH, séance du 7 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.

11Les parties en plomb du cadran de l’horloge sont également restaurées (Fig. 216 à 221) et d’après les comptes de travaux, aucune pièce originale n’est conservée, les éléments d’origine ayant tous été rebattus puis reposés. Le maître d’oeuvre reprend la disposition d’ensemble grâce aux vestiges de la façade Est, en meilleur état de conservation que celle à l’Ouest mais, contrairement à l’avis de Selmersheim, il ne s’agit pas d’une réfection « à l’identique28 ». En effet, Sauvageot modifie certains détails comme les rinceaux de la frise au-dessus de la corniche des cadrans, dont le sens est curieusement inversé. Dès lors, il ne reste plus qu’à rendre au pavillon ses couleurs primitives et là, les restes sont suffisamment nombreux pour éviter toute interprétation abusive29. L’architecte atténue simplement l’éclat et la brillance des nouvelles couleurs en simulant un certain vieillissement et ce, malgré l’opposition d’une partie de la commission des Monuments historiques qui estime que ce procédé nuit « à la probité de la restauration30 ».

Fig. 215. Rouen, Gros-Horloge, vue des vestiges en plâtre du pavillon avant restauration, avant 1890, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 216 et 217. Rouen, Gros-Horloge, détail des parties hautes du cadran de l'horloge avant restauration, avant 1890 et détail des parties hautes du cadran de l’horloge après restauration, après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 218. Rouen, Gros-Horloge, détail des rinceaux ornant le cadran de l'horloge avant restauration, avant 1890, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 219. Rouen, Gros-Horloge, détail des parties basses du cadran de l'horloge et de la roue du zodiaque après restauration, après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 220 et 221. Rouen, Gros-Horloge, détail du couronnement du cadran de l'horloge avant restauration, avant 1890 et après restauration, après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

  • 31 Le nouveau mécanisme des roues et des lunes doit être installé au premier étage, indépendamment de (...)
  • 32 Lundi est ainsi associé à la figure de Diane ; Mardi, de Mars ; Mercredi, de Mercure ; Jeudi, de J (...)

12Le chantier doit aussi permettre d’apporter quelques améliorations au mécanisme de l’horloge, avec le rétablissement du dispositif du cadran astronomique, l’indication de l’heure et ce que l’on appelait alors les roues du zodiaque31. Une fois encore, des découvertes archéologiques vont modifier l’état des connaissances et justifier de nouveaux travaux. En effet, l’orifice ménagé dans la partie basse de chaque cadran s’ouvrait sur un disque supportant des bas-reliefs dont on pensait à tort qu’ils représentaient les mois de l’année. Le mouvement était bloqué et lorsque les roues furent dégagées, l’architecte comprit que les bas-reliefs se référaient en fait aux jours de la semaine, figurés sous la forme de divinités32. Malgré les altérations subies par les roues, Sauvageot parvint à reconstituer l'ensemble en plomb doré et ciselé (Fig. 222 à 225). En confrontant les photographies prises par Durand, il apparaît nettement que les bas-reliefs n’ont pas été entièrement refaits et qu’une partie seulement des arêtes et des ciselures a été reprise pour redonner de la vigueur au trait. Les imperfections subsistantes en sont la preuve.

  • 33 Delaquerière E., Essai sur les girouettes, épis, crêtes et autres décorations des anciens combles (...)

13Les campagnes de restauration des édifices du Moyen Âge et de la Renaissance dans la seconde moitié du XIXe siècle font une large part au décor des toitures. Elles vont d’ailleurs contribuer à la diffusion d’un goût pour la décoration métallique dans la construction contemporaine avec la multiplication d’édifices surmontés de couronnements évoquant les grandes références médiévales. L’exemple du GrosHorloge est d’autant plus intéressant que la nouvelle toiture est exécutée par la prestigieuse maison Monduit. Certains travaux effectués en 1819 avaient modifié l’aspect de la crête et des épis de faîtage qui avaient été déposés et remplacés par deux boules. Sauvageot décide de revenir à l’état précédent à partir des modèles fournis par la gravure de Millin et de la description faite par Delaquérière qui affirme avoir vu la toiture avant sa destruction (Fig. 226). L’ardoise du comble du pavillon est remplacée par une couverture en plomb et les décors des deux petites lucarnes sont rétablis. Pour autant, les sources ne constituent pas une contrainte et l’architecte imagine un couronnement de style Renaissance remis au goût du jour. Selon Delaquérière, « le comble de l’arcade du Gros-Horloge était décoré d’une crête accompagnée de deux épis au sommet desquels on voyait la représentation du soleil et de la lune. Au centre de la crête, il existait un troisième épi portant les armes de la ville33 ». L’oeuvre de Sauvageot reprend ce principe, mais offre un aspect plus grandiose que l’original, puisque les deux épis latéraux culminent à 3,50 mètres (Fig. 227 à 229).

  • 34 Bul. rétrospectif des Amis des Monuments..., op. cit., p. 51.

14Elle matérialise également le souvenir des décors en plomb dont Rouen était encore riche au début du siècle et qui ont pratiquement tous disparu dans les années 1880. L’Essai sur les girouettes, épis, crêtes et autres décorations... publié en 1846 par Delaquérière a également contribué à sensibiliser l’opinion public sur le sujet et la fin du siècle est marquée par la multiplication de ce type de décor en style dans la ville. Les chantiers de restauration contemporains du palais de Justice et de l’hôtel de Bourgtheroulde dirigés respectivement par Lefort et Gosselin, sont ainsi l’occasion de rétablir certains éléments en plomb des toitures ainsi que les épis de faîtage. Dans le cas du Gros-Horloge, il est aussi significatif de relever la demande faite par la Société des Amis des Monuments rouennais et plus précisément par Eugène Fauquet à propos de la lucarne décorée du comble. Il estimait en effet que la plomberie prévue par Sauvageot au niveau des balustres du couronnement n’était pas assez visible et il souhaitait quelle forme « un parti pris décoratif plus accusé en surélevant un peu la balustre du milieu34 ». En parallèle, la vogue des décors de toiture se diffuse auprès d’une clientèle d’amateurs privés qui, par le biais des catalogues de vente reproduisant des photographies de monuments célèbres, piochent des modèles pour leurs habitations particulières. La nouvelle toiture du Gros-Horloge figure bien évidemment dans la plaquette des ateliers Monduit et le rouennais Ferdinand Marrou se l’approprie à son tour, ce qui laisse penser qu’elle connaît une grande fortune à la fin du siècle. Or, ce succès pointe du doigt les risques liés à la standardisation des formes et des modèles décoratifs qui ne peut qu’aboutir à une dangereuse uniformisation de l’architecture rouennaise.

Fig. 222 et 223. Rouen, Gros-Horloge, détail dun bas-relief en plomb d'une roue du zodiaque avant restauration : Mardi personnifié sous les traits de Mars, avant 1890 et après restauration : Mardi personnifié..., après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 224 et 225. Rouen, Gros-Horloge, détail d'un bas-relief en plomb d'une roue du zodiaque avant restauration : Jeudi personnifié sous les traits de Jupiter, avant 1890 et après restauration : Jeudi personnifié..., après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 226. Rouen, Arcade, fontaine et tour de la Grosse-Horloge, vers 1860, gravure de Brévière d’après un dessin de Delaunay, extr. d£. Delaquerière, Notice historique et descriptive sur l’ancien Hôtel-de-Ville, le beffroi et la Grosse-Horloge de Rouen…, Rouen, Paris, 1864 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 227. Rouen, Gros-Horloge, détail de la toiture et de la crête réalisées par les ateliers Monduit. Etat actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 228. Rouen, Gros-Horloge, vue générale de la face Est. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 229. Rouen, Gros-Horloge, détail du cadran et de la roue du zodiaque (face Est). État actuel (Cl. Sophie Nasi).

L’hôtel de Bourgtheroulde

  • 35 « Projet de restauration de l’hôtel de Bourgtheroulde. Face place de la Pucelle. Plan dressé par l (...)
  • 36 PV de la visite de la commission des MH à Rouen, 13 novembre 1891 – AMH : 80/15/13.

15■ Le cas de l’hôtel de Bourgtheroulde est à part : alors que le chantier du GrosHorloge bat son plein, Sauvageot est amené en 1891 à dresser un projet de restauration de cet autre édifice civil majeur, bien que celui-ci relève du domaine privé et ne figure plus sur la liste des Monuments historiques. Pourtant, c’est en tant qu’architecte relevant de la direction des Beaux-Arts qu’il est chargé d’élaborer les plans mis en oeuvre par Henri Gosselin. Situé au sud-ouest de la place de la Pucelle, l’hôtel de Bourgtheroulde occupe l’angle de la rue du Panneret. L’édifice, débuté en 1501, est l’un des fleurons de l’architecture civile de la Renaissance rouennaise et l une des rares demeures en pierre de taille de la ville. Au début des années 1890, le Comptoir d’Escompte de Rouen, propriétaire du bien, décide d’achever la restauration de la façade de la place de la Pucelle débutée dans les années 1850, d’après le projet dressé par Bellier et mis en oeuvre par les Foucher père et fils35. Les travaux sont en effet restés inachevés et la porte cochère a été démontée pour être remplacée tandis que les nouvelles pierres sont restées épannelées. Le 13 novembre 1891, une délégation de la commission des Monuments historiques de passage dans la ville pour examiner les travaux menés par Lefort au palais de Justice et par Sauvageot au Gros-Horloge, profite de l’occasion pour rencontrer l’administrateur de la banque. Malgré la promesse renouvelée d’un secours de l’État pour financer les travaux, ce dernier rejette toute proposition de classement de l’édifice. En dépit de cela, il se montre tout « disposé à accueillir les conseils que voudra bien lui donner l’administration36 » et il va de fait s’avérer très coopératif.

16Cette visite est aussi l’occasion pour Sauvageot de présenter le projet de restauration dressé par l’architecte attitré du Comptoir d’Escompte, Henri Gosselin. Est-il nécessaire de rappeler que celui-ci est aussi son homme de confiance et son représentant sur place ? Toutefois, ses propositions déplaisent et la commission demande à Sauvageot de dresser un contre-projet, qui remporte l’unanimité. En ce qui concerne le choix du maître d’oeuvre, un compromis est rapidement trouvé : le chantier sera dirigé par Gosselin et mené selon les plans de Sauvageot. Cette solution permet de satisfaire les différents intervenants à savoir le propriétaire qui garde une certaine liberté et conserve son architecte ; le service des Monuments historiques qui préfère un projet sans doute mieux conçu mais surtout dressé par un homme du service, reconnu comme l'un de ses meilleurs praticiens ; et enfin, les deux intéressés Gosselin et Sauvageot qui ont l’habitude de travailler ensemble. Les travaux sont exécutés entre 1893 et 1895 et les parties sculptées sont réalisées par la famille Foucher père et fils.

  • 37 Adeline J., Rouen au XVIe siècle d’après le manuscrit de Jacques le Lieur (1525), Rouen, 1892.
  • 38 Divers veues faites par Israël Silvestre et mises en lumière par I. Henriet avec privilège du Roy (...)
  • 39 Millin A.-L., Antiquités..., op. cit., t. III, art. XXXVI, p. 9.
  • 40 « Séance du 31 juillet 1896 », Bul. de la commission des Antiquités..., op. cit., t. X, 1894-1896, (...)

17Le corps d’entrée de l’hôtel (Fig. 230) a été fortement modifié au cours des siècles et il était sans doute à l’origine couvert en terrasse avant d’être remplacé par un toit à pans à la fin du XVIIe siècle. La toiture en ardoise du bâtiment ainsi que le pavillon à l’angle de la rue du Panneret et la tourelle placée dans l’angle côté cour datent probablement de la fin du XVIIIe siècle. À cette époque, la hauteur des murs du corps d’entrée fut réduite d’un mètre environ au-dessus des fenêtres pour asseoir la nouvelle charpente et les baies furent transformées au rez-de-chaussée pour les besoins du commerce. Enfin, une tourelle placée à droite de la porte cochère visible dans le Livre des Fontaines disparut avant la fin du XVIIe siècle, tandis que l’échauguette marquant l’angle de la place de la Pucelle et de la rue du Panneret fut accidentellement détruite en 1824. Les architectes restaurateurs du XIXe siècle vont se heurter à une double difficulté liée aux modifications successives subies par l’hôtel et à la rareté des sources antérieures au XIXe siècle. De fait, Sauvageot dispose de peu de documents figurés pouvant donner un aperçu des dispositions originelles de la façade. Le plus ancien date de 1 525 et se trouve dans le Manuscrit des Fontaines de Jacques Le Lieur37. Les autres se limitent à une eau-forte d’Israël Silvestre de la fin du XVIIe siècle38 et à une gravure réalisée d’après un dessin de Jean-François Garneray et publié en 1791 par Millin (Fig. 231)39 partir de ces documents et des éléments encore en place, Sauvageot redistribue les ouvertures de la façade et fait disparaître la petite boutique à usage de café-restaurant qui la dénature. Les documents font clairement apparaître deux portes couvertes d’arcs en anse-de-panier, l’une cochère et l’autre piétonne. L’architecte rétablit cette dernière qui était murée. En ce qui concerne les fenêtres, il fait percer de nouvelles ouvertures au rez-de-chaussée de part et d’autre de la porte piétonne ainsi qu’à l’étage, à l’angle de la rue du Panneret et au-dessus de la porte cochère où l’une des baies est grossièrement bouchée. Cette disposition générale correspond aux sources déjà citées et reprend les propositions faites par les prédécesseurs de Sauvageot, Bellier et Gosselin. Le maître d’oeuvre envisage aussi de reconstruire l’échauguette à partir des fragments conservés, mais l’idée est finalement abandonnée en 189640.

  • 41 PV de la visite de la commission des MH à Rouen, 13 novembre 1891 – AMH : 80/15/13.
  • 42 Delaquerière E., Description historique..., op. cit., p. 177
  • 43 Lafond J., « La porterie de l’hôtel de Bourgtheroulde », Vieilles maisons et hôtels de Rouen, Roue (...)
  • 44 Lettre du directeur des Beaux-Arts au préfet de SI, 28 mars 1892 – ADSM : 20P 1538-204.
  • 45 « Séance du 20 mai 1892 », Bul. de la commission..., op. cit., t. IX, 1891-1893, p. 154.

18La commission des Monuments historiques a surtout reproché à Gosselin de ne pas avoir tenu suffisamment compte dans son projet de restauration (Fig. 232), « des indications des dispositions anciennes, encore visibles sur le monument ou fournies par divers documents graphiques41 ». Celui de Sauvageot lui semble au contraire plus proche du projet primitif. Or, la différence entre les deux études vient essentiellement du traitement du décor, la profusion des bas-reliefs et autre pinacles proposés par Sauvageot (Fig. 233) offrant un contraste saisissant au regard du projet relativement neutre de Gosselin. Faute de documents d’archives, nous ne sommes pas en mesure d’évoquer l’étude préalable à la restauration effectuée par notre architecte. Cependant, Eustache Delaquérière affirme dès 1821 que l’on aperçoit à peine la trace de la décoration de la façade42. En 1944, Jules Lafond ajoute que cette restauration n’était fondée sur le témoignage d’aucun document figuré43. Les photographies de l’époque montrent malgré tout que certains éléments d’origine étaient encore en place et en particulier les contreforts amortis des pinacles encadrant une fenêtre ; un dais pyramidal – très endommagé – couvrant une niche ; une partie des moulurations prismatiques de la petite fenêtre du premier étage à droite de la porte cochère ; et enfin, une partie de larmier de fleurons courant sur toute la longueur de la façade. Mais ces éléments n’étaient pas suffisants et comme ce fut le cas pour le Gros-Horloge, une découverte archéologique va servir de base à la restitution d’un hypothétique « état primitif44 ». Lors des travaux de démolition de la loge du concierge et d’une remise au fond de la cour entrepris en 1892 pour dégager la tourelle d’escalier tronquée qui dessert le corps d’entrée, une petite galerie de dégagement en pans de bois appliquée contre la tourelle est découverte, que l’on décide de restituer. La destruction de la loge révèle également à droite de la porte cochère, « une belle allège de fenêtre, sculptée en ronde-bosse et figurant l’écu des Le Roux, appuyé sur deux enfants ailés45 ». La présence de cet écu est d’autant plus précieux qu’il n’en existe aucun autre spécimen analogue dans l’hôtel. Une fois restauré, il va servir de modèle pour la restitution des deux allèges aux fenêtres de la façade sur la place, dont des traces sont encore visibles. Ainsi, Sauvageot met en œuvre une façade complètement moderne (Fig. 234), dans laquelle les éléments s’apparentant encore à l’ornementation rouennaise du XVe siècle – comme les contreforts à pinacles surmontés de gables – contrastent avec les bas-reliefs ornés de putti qui relèvent du répertoire ornemental de la première Renaissance. En plus des armes des Le Roux reproduites aux allèges de deux baies, il ajoute deux écus mi-partis aux alliances de la famille avec les armes de Jubert de Vesly pour l’un et de Challenge pour l’autre. Sous deux autres baies sont représentés le porc-épic de Louis XII et l’hermine d’Anne de Bretagne sous une couronne de feuillage.

Fig. 230. Rouen, Hôtel de Bourgtheroulde, vue de la façade antérieure du corps d'entrée sur la place de la Pucelle avant restauration, deuxième moitié du XIXe siècle, photographie (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 231 Rouen, La place de la Pucelle et l’hôtel de Bourgtheroulde, vers 1790, gravure d'après un dessin de Garneray, extr. d'A.-L. Millin, Antiquités nationales, vol. III, 1790 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 232. H. GOSSELIN, Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Élévation de la façade extérieure, s. d. (1890), encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (photographie ©ARCH. PHOT. PARIS/CMN).

Fig. 233. L. SAUVAGEOT, Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Elévation de la façade extérieure avec restitution de la tourelle d'angle démolie. Projet de restauration, novembre 1891, encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (photographie ©ARCH. PHOT. PARIS/CMN).

Fig. 234. Rouen, Hôtel de Bourgtheroulde, vue de la façade sur la place de la Pucelle après restauration, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Notes

1 Floquet A., Histoire du privilège de Saint-Romain, en vertu duquel le chapitre de la cathédrale de Rouen, délivrait anciennement un meurtrier tous les ans, le jour de l’Ascension..., Rouen, 1833, t. 2, p. 597.

2 Rapport à la commission des MH par l’IG Selmersheim, séance du 6 mai 1887 – AMH : 81/76/275/147.

3 Projet dressé par Sauvageot, 20 février 1887 – AMH : 81/76/275/147.

4 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er mai 1885.

5 Lettre de Sauvageot à la direction des Beaux-Arts, 12 février 1889 – AMH : 81/76/275/147.

6 Projet dressé par Sauvageot, 20 février 1887 – AMH : 81/76/275/147.

7 Rapport à la commission des MH par FIG Selmersheim, séance du 6 mai 1887 – AMH : 81/76/275/147.

8 Projet de restauration dressé par Sauvageot, 20 février 1887 – AMH : 81/76/275/147.

9 Lettre du maire de Rouen au directeur chargé des beaux-arts, 30 novembre 1889 – AMH : 81/76/275/147.

10 Adeline J., « Le Gros-Horloge », La Normandie monumentale et pittoresque, Le Havre, 1894, p. 25.

11 Millin A.-L., Antiquités nationales ou Recueil de Monumens pour servir à l’Histoire générale et particulière de l’Empire français, 1790-an VII, Paris, 1791, t. III, art. XXX, pl. 1, p. 1.

12 Delaquerière E., Notice historique et descriptive sur l’ancien hôtel-de-ville, le Beffroi et la Grosse-Horloge de Rouen, Rouen, Paris, 1864, p. 66.

13 Hainaut R.-L., Notice historique sur la Grosse-Horloge de Rouen. Son antiquité et sa remarquable conservation, Rouen, 1887.

14 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 avril 1890 – AMH : 81/76/283/149.

15 Cf Chaline J.-P., « Quand Rouen célébrait le Centenaire de 1789 » et BRABETZ C., Gantier-Quignard B., Lamy M.-A., Rose M.-F., « 1889 : Rouen à la veille du centenaire », Études Normandes, 1989, no 3, p. 9-13 et 15-24.

16 Cf. Chaline J.-P., « Comment commémorer la révolution ? Le premier Centenaire de 1789 en SI », Révolutions et mouvements révolutionnaires en Normandie, Le Havre, 1990, p. 119-127.

17 Lettre du député Ricard au directeur chargé des Beaux-Arts, 23 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.

18 Minute de lettre du ministère chargé des Beaux-Arts à Sauvageot, 25 février 1889 – AMH : 81/76/283/149.

19 La dépense autorisée s’élevait à 58 226,25 francs (ramenée à 49483,13 francs), ainsi répartie : 50 % sur les fonds des MH, 16 % sur ceux du département et 34 % sur ceux de la commune.

20 PV d’adjudication des travaux de maçonnerie, de charpente et de plomberie, 7 août 1890 – AMH : 81/76/283/149.

21 Note de Sauvageot à la direction des Beaux-Arts, 7 janvier 1890 – AMH : 81/76/283/149.

22 Gros-Horloge de Rouen par Durand, s. d., 28 planches photographiques en noir et blanc – AMH : Fo E 244.

23 Rapport dressé par Sauvageot, 15 novembre 1889 – AMH : 81/76/283/149.

24 Rapport à la commission des MH dressé par l’IG Selmersheim, séance du 7 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.

25 Lettre de l’adjoint au maire de Rouen au ministre chargé des Beaux-Arts, 23 avril 1889 – AMH : 81/76/283/149.

26 Rapport dressé par Sauvageot, 15 novembre 1889 – AMH : 81/76/283/149.

27 Cet hôtel situé rue des Carmes, portait la date de 1525. Presque entièrement détruit lors des bombardements de juin 1944, il ne subsiste que des vestiges de la façade.

28 PV de la commission des MH, séance du 7 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.

29 PV de la visite de la commission des MH à Rouen, 13 novembre 1891 – AMH : 80/15/13.

30 PV de la commission des MH, séance du 7 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.

31 Le nouveau mécanisme des roues et des lunes doit être installé au premier étage, indépendamment de l’ancien mécanisme de l’horloge situé en haut de la tour du beffroi, de manière à ce qu’aucune surcharge ne soit ajoutée au poids moteur de cette vieille horloge, laquelle n’aura comme par le passé, qu’à faire marcher la sonnerie et les aiguilles des deux cadrans horaires.

32 Lundi est ainsi associé à la figure de Diane ; Mardi, de Mars ; Mercredi, de Mercure ; Jeudi, de Jupiter ; Vendredi, de Vénus ; Samedi, de Saturne ; Dimanche, d’Apollon.

33 Delaquerière E., Essai sur les girouettes, épis, crêtes et autres décorations des anciens combles et pignons..., Paris, Rouen, 1846, p. 7-8.

34 Bul. rétrospectif des Amis des Monuments..., op. cit., p. 51.

35 « Projet de restauration de l’hôtel de Bourgtheroulde. Face place de la Pucelle. Plan dressé par l’architecte Bellier, 5 nov 18... » – BMR, fonds des estampes topographiques : no 4 097.

36 PV de la visite de la commission des MH à Rouen, 13 novembre 1891 – AMH : 80/15/13.

37 Adeline J., Rouen au XVIe siècle d’après le manuscrit de Jacques le Lieur (1525), Rouen, 1892.

38 Divers veues faites par Israël Silvestre et mises en lumière par I. Henriet avec privilège du Roy – BNF, cabinet des Estampes : E 00 1761 ; BMR : Est. T BMR 4234).

39 Millin A.-L., Antiquités..., op. cit., t. III, art. XXXVI, p. 9.

40 « Séance du 31 juillet 1896 », Bul. de la commission des Antiquités..., op. cit., t. X, 1894-1896, p. 387.

41 PV de la visite de la commission des MH à Rouen, 13 novembre 1891 – AMH : 80/15/13.

42 Delaquerière E., Description historique..., op. cit., p. 177

43 Lafond J., « La porterie de l’hôtel de Bourgtheroulde », Vieilles maisons et hôtels de Rouen, Rouen, 1944, p. 1 5-16 et pl. VI.

44 Lettre du directeur des Beaux-Arts au préfet de SI, 28 mars 1892 – ADSM : 20P 1538-204.

45 « Séance du 20 mai 1892 », Bul. de la commission..., op. cit., t. IX, 1891-1893, p. 154.

Table des illustrations

Légende Fig. 210. Rouen, Fierte de Saint-Romain place de la HauteVieille-Tour, vue générale du monument avant restauration, avant 1887, photographie, Paris, Agence photographique Roger Viollet, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900).... Rouen, 1983, no 276 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 211. Rouen, Fierte de Saint-Romain place de la HauteVieille-Tour, vue générale du monument après restauration avec la Halle aux toiles derrière, fin XIXedébut XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig. 212. Rouen, Gros-Horloge, vue de la face ouest avant restauration, avant 1890, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 213. L. Sauvageot, Élévation de la façade Est du Gros-Horloge de Rouen. Projet de restauration, octobre 1889, encre et lavis sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du Patrimoine, (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig 214. Le Gros-Horloge à Rouen, en 1790, gravure d'après un dessin de Garneray, extr. d'A.-L. Millin, Antiquités nationales, vol. III, 1790, annotée par Sauvageot et jointe à son projet de restauration, Paris, Médiathèque du Patrimoine, (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 215. Rouen, Gros-Horloge, vue des vestiges en plâtre du pavillon avant restauration, avant 1890, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Fig. 216 et 217. Rouen, Gros-Horloge, détail des parties hautes du cadran de l'horloge avant restauration, avant 1890 et détail des parties hautes du cadran de l’horloge après restauration, après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Fig. 218. Rouen, Gros-Horloge, détail des rinceaux ornant le cadran de l'horloge avant restauration, avant 1890, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 219. Rouen, Gros-Horloge, détail des parties basses du cadran de l'horloge et de la roue du zodiaque après restauration, après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 220 et 221. Rouen, Gros-Horloge, détail du couronnement du cadran de l'horloge avant restauration, avant 1890 et après restauration, après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 222 et 223. Rouen, Gros-Horloge, détail dun bas-relief en plomb d'une roue du zodiaque avant restauration : Mardi personnifié sous les traits de Mars, avant 1890 et après restauration : Mardi personnifié..., après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 224 et 225. Rouen, Gros-Horloge, détail d'un bas-relief en plomb d'une roue du zodiaque avant restauration : Jeudi personnifié sous les traits de Jupiter, avant 1890 et après restauration : Jeudi personnifié..., après 1890-1893, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, album Durand (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 226. Rouen, Arcade, fontaine et tour de la Grosse-Horloge, vers 1860, gravure de Brévière d’après un dessin de Delaunay, extr. d£. Delaquerière, Notice historique et descriptive sur l’ancien Hôtel-de-Ville, le beffroi et la Grosse-Horloge de Rouen…, Rouen, Paris, 1864 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 227. Rouen, Gros-Horloge, détail de la toiture et de la crête réalisées par les ateliers Monduit. Etat actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 228. Rouen, Gros-Horloge, vue générale de la face Est. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 229. Rouen, Gros-Horloge, détail du cadran et de la roue du zodiaque (face Est). État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 230. Rouen, Hôtel de Bourgtheroulde, vue de la façade antérieure du corps d'entrée sur la place de la Pucelle avant restauration, deuxième moitié du XIXe siècle, photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 231 Rouen, La place de la Pucelle et l’hôtel de Bourgtheroulde, vers 1790, gravure d'après un dessin de Garneray, extr. d'A.-L. Millin, Antiquités nationales, vol. III, 1790 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Fig. 232. H. GOSSELIN, Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Élévation de la façade extérieure, s. d. (1890), encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (photographie ©ARCH. PHOT. PARIS/CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 233. L. SAUVAGEOT, Hôtel de Bourgtheroulde à Rouen. Elévation de la façade extérieure avec restitution de la tourelle d'angle démolie. Projet de restauration, novembre 1891, encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (photographie ©ARCH. PHOT. PARIS/CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende Fig. 234. Rouen, Hôtel de Bourgtheroulde, vue de la façade sur la place de la Pucelle après restauration, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7090/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.