Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Quatrième partie. Restauration et mise en valeur du vieux-Rouen

Décoration et aménagements intérieurs des édifices religieux

Texte intégral

À la recherche d’un nouveau confort

  • 1 Lettre du conseil de fabrique au ministère, 11 décembre 1885 – AMH : 81/76/262/124.

1■ Au chapitre des aménagements intérieurs figurent en premier lieu les travaux menés en vue d’améliorer le confort et la fonctionnalité des églises avec toutes les difficultés qu’il peut y avoir à adapter ces bâtiments anciens. L’entretien des sols par exemple, occupe une bonne part des activités de Sauvageot qui est amené à remplacer le dallage très abîmé de l’église Saint-Godard par un parquet en chêne en 18851 et à refaire celui du chœur de l’église Saint-Patrice en 1891. En dehors de ces aménagements basiques, il manifeste un intérêt tout particulier pour les questions plus techniques que sont l’introduction du chauffage, de l’éclairage au gaz ou encore de l’électricité dans les édifices religieux. Le chauffage des églises n’est pas simplement une affaire de confort ; c’est aussi un moyen de lutter efficacement contre l’humidité et donc d’assurer la préservation des édifices. À la fin du siècle, les lieux de culte rouennais sont tous équipés au minimum de poêles et la plupart disposent d’un système de calorifère plus élaboré. Sauvageot conçoit plusieurs projets différents pour Saint-Ouen (1881-1885), Notre-Dame (1887), Saint-Vincent (1895-1896) et Saint-Maclou (1890-1894), bien que ce dernier n’ait finalement pas été mis en place. Dans tous les cas, il fait appel à des sociétés parisiennes spécialisées, Gaillard et Haillot ou encore Albert Robin.

  • 2 Rapport dressé par Sauvageot, 3 octobre 1892 – AN : F19 7856.
  • 3 Projet dressé par Sauvageot, 3 mai 1896 – AN : F19 7856.
  • 4 Ibid.
  • 5 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales., op. cit., p. 357.

2En ce qui concerne l’éclairage électrique, l’exemple de la cathédrale est intéressant. Dès 1866, l’édifice avait été doté d’un système au gaz. Les conduites s’étaient ensuite lentement détériorées et en 1890, Monseigneur Thomas avait fait installer à titre provisoire et sans en informer le département des Cultes, un éclairage électrique partiel. Le système fut maintenu dans la plus complète illégalité jusqu’à ce qu’un incendie éclate dans la sacristie paroissiale au soir du 26 septembre 18922. Le feu fut rapidement maîtrisé sans donner lieu à de gros dégâts, mais le diocèse fut sommé de régulariser l’installation. C’est dans ce contexte que Sauvageot propose en avril 1896 un équipement entièrement nouveau, avec l’aide d’Anatole de Baudot qui se rend sur place durant l’été. Des lampes à incandescence sont posées isolément dans les chapelles de la nef et groupées en lustres ailleurs. Les lustres à gaz déjà en place sont également électrifiés et vont servir de modèles pour les nouveaux. Sauvageot a apporté un soin particulier aux questions de sécurité et pour alimenter les lampes isolées, il fait courir un câble dans « un caniveau en fonte, à couvercle mobile, placé au niveau du dallage3 ». Les autres fils électriques sont également placés dans des gaines rigides, « fixées exclusivement sur des parties en maçonnerie, de manière à éviter absolument tout contact avec les bois de charpente4 ». Enfin, un interrupteur général en tête de la prise du courant, des interrupteurs spéciaux et des coupe-circuits sont là pour prévenir tout risque de propagation d’incendie. Autant de mesures novatrices dans leur technicité qui préfigurent les propositions faites en 1904 lors de l’installation de l’électricité dans la cathédrale de Rodez, projet dont Sauvageot est le rapporteur devant la commission5. Elles annoncent également le rapport spécial sur l’éclairage électrique et le chauffage dans les Édifices diocésains qu’il présente l’année suivante – et qui sera repris par l’administration des Beaux-Arts – dans lequel il propose notamment d’établir des règles de sécurité à adopter dans ce domaine.

Fig. 206. Rouen, Eglise Saint-Godard, grand orgue conçu par Sauvageot et construit par la maison parisienne A. Cavaillé-Coll en 1883-1884, gravure, extr. de G. Lefebvre, Le grand orgue de Péglise Saint-Godard de Rouen..., Rouen, Le Havre, 1884 (Cl. Sophie Nasi).

Les aménagements liturgiques et cultuels

L’orgue de Saint-Godard

  • 6 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts à Sauvageot, 23 novembre 1882 – AMH : 81/76/267/134.
  • 7 Projet dressé par Sauvageot, 5 juin 1 882 – AMH : 81/76/267/134.
  • 8 Ibid.

3En 1882, la fabrique de Saint-Godard demande à Sauvageot de dessiner un projet de tribune et d’orgue (Fig. 206), à construire aux frais d’une généreuse paroissienne. Ses propositions sont adoptées le 1er novembre 1882 par la commission des Monuments historiques6 et l’exécution est confiée à une société réputée, la maison Cavaillé-Coll. Le meuble doit être établi contre le mur de la façade principale et la principale difficulté tient à la structure défaillante de l’édifice, en particulier du pilier séparant la nef du bas-côté sud qui n’est pas suffisamment résistant pour supporter le poids de cet ensemble. Sauvageot décide donc de reporter les charges sur d’autres points d’appui (notamment le second pilier nord), de renforcer l’ensemble en accolant un pilier supplémentaire contre celui du bas-côté sud et de poser un corbeau encastré dans le contrefort du clocher7. Le meuble proprement dit est en chêne et occupe la largeur de la nef. Comme dans la plupart des orgues de l’époque, les claviers, les registres, les pédaliers et les pédales de combinaison sont placés sur une console en avant du buffet. Celui-ci est traditionnellement orné et Sauvageot précise que les sculptures doivent être « traitées avec le soin et le même mérite artistique que comporte un édifice classé parmi les monuments historiques8 ». Toutefois, les ressources de la fabrique étant limitées, il imagine un décor à la fois sobre et élégant. La structure du massif et de l’entablement est simplement soulignée par des moulures carrées et rectangulaires, qui contrastent avec le décor des trois tourelles rectangulaires et des huit plates-faces. Là, l’effet est obtenu par un jeu de saillies peu prononcées et de silhouettes au contraire très mouvementées et accentuées. Dans le détail, les motifs géométriques simples (entablements rectangulaires et frontons triangulaires) contrastent avec les éléments empruntés au vocabulaire de la Renaissance comme les lanternons. Ce choix permet également de satisfaire l’impératif de l’unité de style auquel l’architecte est très attaché. L’instrument est solennellement inauguré le 8 mai 1884 par l’organiste de Saint-Sulpice, Charles-Marie Widor.

La suppression du jubé de la cathédrale

  • 9 Id., 1er mai 1890-AMH: 81/76/265/126.
  • 10 Rapport dressé par Sauvageot sur les dépenses à faire en 1884 (non daté) – AN : F19 7855.
  • 11 Id., 1er novembre 1883 – AN : F19 7855.
  • 12 Lettre de l’archevêque de Rouen à la direction des Cultes, 13 mai 1884 – AN : F19 7855.
  • 13 Celle de Saint-Jean-des-Fonts pour Sainte Cécile et celle du Saint-Esprit pour la Vierge. Elles se (...)

4Avec le temps, les jubés ont perdu leur fonction cultuelle – les diacres ayant abandonné l’usage d’y monter pour lire les textes saints – et ils ont été progressivement perçus comme des verrues nuisant à l’unité d’ensemble. À Rouen par exemple, le jubé de Saint-Maclou a été détruit en 1726 et celui de Saint-Ouen en 1791. Au début des années 1880, vient le tour du jubé de la cathédrale, conçu en 1772 par Mathieu Le Carpentier et mis œuvre par Félix Lecomte et Clodion, dont la suppression est réclamée par le cardinal de Bonnechose de concert avec Sauvageot. Pour le premier, il masque la vue des cérémonies en même temps qu’il est une gêne pour la circulation au niveau du chœur. De fait, dans le cadre de l’implantation du rite romain et de la réorganisation liturgique qu’il suppose, tous les éléments susceptibles de nuire à la visibilité de l’office doivent disparaître et c’est dans cette même perspective qu’une partie des stalles en chêne du XVIIIe siècle de SaintMaclou seront démontées en 18909. L’architecte insiste pour sa part sur le fait que le jubé ne présente « aucun caractère intéressant10 », en dehors des deux autels et des statues de la Vierge et Sainte-Cécile. À l’automne 1883, il remet un devis qui classe l’opération « parmi les besoins pressants11 ». Toutefois, le projet est ajourné car le comité des inspecteurs des Edifices diocésains estime au contraire que d’autres travaux sont prioritaires. Le cardinal demande alors à Sauvageot de préparer un nouveau devis et de réduire quelque peu la dépense. Le chapitre proposant l’établissement d’ambons latéraux pour accueillir les deux autels est supprimé et le maître d’œuvre propose de dégager l’entrée du chœur par simple recul des extrémités des stalles anciennes. À la mort du prélat, Monseigneur Thomas s’engage à poursuivre l’œuvre de son prédécesseur en prélevant 3 000 francs sur sa cassette personnelle12. Le ministère accède à sa requête et le chantier mis en œuvre durant l’été 1884 est sur le point de s’achever à l’automne suivant. La valeur artistique du jubé est en partie reconnue puisque les plus beaux morceaux sont épargnés : les deux autels sont transférés dans des chapelles du transept13 ; le Christ doit être déplacé au fond du chœur, mais il faudra attendre 1911 pour qu’il soit installé face à la chaire puis dans ledit chœur. Quant aux colonnes et à l’entablement, l’architecte spécifie qu’ils seront transportés dans un magasin fermé, en attendant d’être revendus. Ils seront finalement remontés au musée des Beaux-Arts en 1928.

  • 14 « Séance du 22 novembre 1884 », Bul. de la commission..., op. cit., t. VI, 1882-1884, Rouen, 1885, (...)
  • 15 Lettre d’E. Dutuit au ministre chargé des Beaux-Arts, 2 novembre 1884 – AMH : 81/76/252/88. Lettre (...)
  • 16 Lettres de Sauvageot à l’IG Bruyerre et au ministre chargé des Beaux-Arts, 2 décembre 1884 et 20 j (...)
  • 17 Rapport de l'IG Bruyerre à la commission des MH, séance du 17 avril 1885 – AMH : 81/76/252/88.
  • 18 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 20 janvier 1885 – AMH : 81/76/252/88.
  • 19 Lettre de Sauvageot à FIG Bruyerre, 2 décembre 1884 – AMH : 81/76/252/88.
  • 20 Dutuit E., « De la démolition du jubé de la cathédrale de Rouen », Moniteur des architectes, Paris (...)
  • 21 Id, p. 132.
  • 22 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 20 janvier 1885 – AMH : 81/76/252/88.

5L’annonce de la suppression du jubé est bien accueillie et la presse locale se fait l’écho du sentiment d’approbation générale qui accompagne sa disparition. Au milieu de cet assentiment général, les protestations de Paul Baudry, au nom de la commission départementale des Antiquités qui réclame la conservation dans son intégrité du jubé, passent plus ou moins inaperçues14. Et l'affaire en serait probablement restée là sans l’intervention d’Eugène Dutuit qui, à la fin de l’année 1884, adresse deux lettres de protestation au ministre chargé des Beaux-Arts et à celui des Cultes, réclamant la conservation de l’édicule au nom de la défense de l’art classique français et proposant de le reconstruire à ses frais15. Il multiplie également les appels dans les journaux locaux et nationaux et publie un article virulent dans le Moniteur des Architectes. La commission des Monuments historiques ouvre une enquête et demande à l’architecte de s’expliquer16. Toutefois, n’étant pas compétente pour traiter le dossier et pour éviter tout conflit avec la direction des Cultes, elle préfère en fin de compte s’en décharger17. La requête de Dutuit reste donc sans suite, rien ne venant ébranler le consensus autour du bien-fondé de l’opération. Du côté du ministère, Lisch, du Sommerard et Dreyfus notamment font corps autour de Sauvageot et lui apportent leur soutien. Il reçoit également l’appui de l’évêché et du préfet qui confirme l’adhésion complète de l’opinion publique18. Pour désamorcer le débat, l’architecte choisit ce moment pour annoncer au ministère et à la presse que lors de la démolition, il a « retrouvé d’intéressants fragments provenant évidemment du jubé antérieur, remontant à la fin du XIIIe siècle19 ». Dutuit doit donc se résoudre à voir disparaître le jubé. Il en fait exécuter des aquarelles qu’il offre à la commission départementale des Antiquités et à la ville. Son article publié dans le Moniteur va même lui porter préjudice par la vision de l’art qu’il défend et qui reflète de manière quelque peu caricaturale la querelle entre « les Romains et les Diocésains20 ». Partisan de l’art roman ancien – véritablement chrétien – et de l’art classique – véritablement français – il rejette avec véhémence l’art gothique et le système de l’ogive et de l’arc-boutant21. Sauvageot a beau jeu de railler son adversaire : « Considérer le genre rocaille et les froides ordonnances classiques du XVIIIe siècle comme les plus belles expressions de l’art religieux dans notre pays, telle est la nouvelle et étonnante doctrine préconisée22. » Rien ne prouve que Dutuit ait eu vent de ces moqueries. Toutefois, c’est probablement de cette époque que date le contentieux entre Sauvageot et la famille Dutuit et qui, vingt ans plus tard, se traduira par son éviction lors de la construction de la sacristie de Saint-Maclou.

La décoration intérieure

Le décor des chapelles : étude de cas

  • 23 Projet dressé par Sauvageot, 2 mai 1890 – ADSM : 2J 118/142.
  • 24 Lettre du conseil de fabrique au préfet de SI, 18 avril 1892 – AMH : 81/76/265/126.
  • 25 Projet dressé par Sauvageot, 10 juin 1892 – AMH : 81/76/265/126.
  • 26 Ibid.
  • 27 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts au préfet de SI, 6 avril 1893 – AMH : 81/76/265/126.
  • 28 Rapport de la commission des MH par FIG Selmersheim, séance du 17 mars 1893 – AMH : 81/76/265/126.

6Sauvageot effectue à plusieurs reprises des travaux de restauration et d’embellissement de chapelles dans les églises rouennaises. Ainsi, l’installation de la Sainte Cécile de Clodion – épargnée lors de la démolition du jubé de la cathédrale – dans la chapelle Saint-Jean-des-Fonts va servir de prétexte à la restauration de cet ensemble du XIIIe siècle à la demande et aux frais de Monseigneur Thomas. En 1890, l’architecte est chargé cette fois de restaurer la chapelle Saint-Maclou dans l’église éponyme à la demande du conseil de fabrique. Depuis quelques années, celle-ci abrite les reliques du saint patron de la paroisse mais offre une bien piètre apparence depuis que les boiseries anciennes qui recouvraient le pourtour, ont été retirées. En dessous, les traces des anciennes moulures du XVe siècle ont été identifiées, de même que les restes d’une ancienne piscine encastrée. Sauvageot propose de rétablir l’ensemble et de recréer le bassin à partir de deux modèles identiques conservés dans les chapelles de la nef23. En parallèle, il entreprend l’année suivante le retrait des badigeons recouvrant les murs de l’ensemble des chapelles et met à jour les traces d’une décoration peinte antérieure. Le travail est interrompu faute de moyens et il faut attendre 1892 pour qu’une donation privée permette d’achever l’opération et d’envisager la reprise des travaux dans la chapelle Saint-Maclou24. Concernant les vestiges peints, les traces les plus anciennes datent probablement de la fin du XVe siècle. Le reste est postérieur (datant de 1623 selon une inscription retrouvée dans la chapelle de la Vierge) et forme un motif de tapisserie courant d’une chapelle à l’autre, avec des entrelacs reliant des médaillons (tantôt rectangulaires, tantôt circulaires) ponctués de monogrammes. De ce point de vue, la chapelle Saint-Maclou est particulièrement bien conservée et l’architecte propose de la restaurer à partir des fragments « intacts25 », afin de conserver « un très-intéressant spécimen de la décoration intérieure appliquée au XVIIe siècle à l’ensemble de cet édifice26 ». Le 6 avril 1893, la fabrique est autorisée à débuter les travaux27. Par ailleurs, le déplacement d’un autel en bois qui se trouvait aussi dans cette chapelle avait révélé l’existence d’un retable peint à l’huile directement sur le mur à la fin du XVIe siècle. Sauvageot souhaitait le restaurer, ce qui impliquait la suppression du grand retable du XVIIe siècle qui le cachait. Or, la commission des Monuments historiques s’y opposa pour des raisons à la fois doctrinales et pratiques28.

Le mobilier

  • 29 Lettre du conseil de fabrique au ministre chargé des Beaux-Arts, 5 novembre 1887 – AMH : 81/76/267 (...)
  • 30 Rapport de FIG Selmersheim, à la commission des MH, séance du 20 janvier 1888 – AMH : 81/76/267/13 (...)
  • 31 Ibid.

7Sauvageot dessine simultanément deux maîtres-autels, véritables chefs-d’œuvre d’orfèvrerie qui figurent en bonne place à l’Exposition universelle de 1889. En novembre 1887, le conseil de fabrique de l’église Saint-Ouen demande l’autorisation de remplacer le maître-autel du XVIIIe siècle par un nouveau meuble (Fig. 207). Une souscription a déjà permis de réunir 40 000 francs auprès des paroissiens et la prestigieuse maison Poussielgue-Rusand accepte d’exécuter l’œuvre moyennant un forfait de 50000 francs. Le 20 janvier 1888, le projet est approuvé par la commission des Monuments historiques. Comme toujours dans la décoration intérieure des édifices religieux de l’époque, c’est la recherche d’unité qui guide l’ajout d’un nouvel élément et l’autel se veut « en harmonie29 » avec le style du monument. Ainsi, Sauvageot imagine un projet à partir des descriptions très sommaires laissées sur les deux autels qui se trouvaient autrefois dans le chœur, « l’un entouré de courtines, formant autel majeur, l’autre placé en arrière, contenant les reliques30 ». Dans le nouveau maître-autel conçu dans le style de la fin du XIVe siècle, il va tenter de résumer « ces deux idées en une seule composition, en disposant les reliques précieuses que possède l’église St-Ouen, dans des places très apparentes et concourant à l’effet décoratif31 ». L’ensemble en bronze doré qui culmine à 11 mètres se compose d’un coffre plein orné de neuf arcatures trilobées et divisées par de légers contreforts. Sur le fond quadrillé se détachent trois plaques aux armes de l’archevêque de Rouen et de l’ancienne abbaye de Saint-Ouen, Léon XIII. Un grand rinceau de feuilles de vigne se dessine sur la corniche. L’agencement du tabernacle qui surmonte le coffre et qui se conjugue latéralement avec deux bas-reliefs de même hauteur rappelle celui du maître-autel de Saint-Hilaire, mais avec plus de magnificence. Le tabernacle sert de piédestal pour l’exposition de l’ostensoir abrité sous un ciborium qui porte la châsse du saint, placé sous un second ciborium couronné par une haute flèche ajourée. La simplicité de la structure est compensée par la profusion des éléments décoratifs. L’ensemble est à la fois aérien et d’une grande richesse grâce aux arcatures trilobées ajourées, aux motifs de feuillages qui courent sur tout le meuble et au foisonnement des petits pinacles qui accentuent la verticalité de la composition. Ce meuble est considérée à juste titre comme l’une des plus belles réalisations de la maison Poussielgue-Rusand et il sera classé en 1979.

Fig. 207. Rouen, Eglise Saint-Ouen, maître-autel exécuté par l'orfèvre parisien Poussielgue-Rusand sur projet de L. Sauvageot, 1889, bronze doré. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 32 Lettre de l’archevêque au ministre chargé des Cultes, 1 5 mars 1888 – AN : F19 7856.

8En mars 1888, soit cinq mois après la fabrique de Saint-Ouen, l’archevêque de Rouen propose d’ériger à ses frais un nouveau maître-autel dans la cathédrale (Fig. 208) et un accord est trouvé avec un orfèvre parisien dont la réputation est comparable à celle de Poussielgue-Rusand, Hippolyte Trioullier32. Encore une fois, il s’agit de remplacer un maître-autel existant, dont le style ne s’harmonise pas avec celui de l’édifice. Le nouveau meuble culmine à neuf mètres et reprend le principe imaginé pour Saint-Ouen, avec une cuve rectangulaire surmontée d’un grand pinacle en forme d’exposition, ponctué aux angles de deux plus petits. Le tabernacle est également entouré de bas-reliefs à même hauteur reprenant les essais de Saint-Hilaire. Toutefois, la composition est plus proche de celle du maître-autel de Clermont-Ferrand élaboré par Viollet-le-Duc, notamment dans les colonnettes portant la cuve et dans la forme même du pinacle central. Le matériau est également différent puisque la table est en pierre d’Èchaillon et les colonnettes, qui se détachent sur les creux de caissons octogonaux ornés de reliquaires, sont en onyx. Le reste est en bronze doré. Les scènes du retable sont l’œuvre de l’un des proches collaborateurs de Trioullier, le sculpteur Charles Gauthier. L’exposition repose sur un socle en pierre dont les angles sont soutenus par les emblèmes des évangélistes. Quatre groupes de quatre colonnes supportent les frontons d’où s’élève une flèche ajourée. Les deux édicules de part et d’autre du grand pinacle abritent les statues de la Vierge et de saint Jean. Bien que le vocabulaire décoratif renvoie ici au XIIIe siècle et non plus au XIVe siècle, le maître-autel de la cathédrale se distingue comme celui de Saint-Ouen par son travail sur les formes verticales qui s’élancent triomphalement vers la voûte et le ciel. Ce très bel ensemble a malheureusement été dénaturé et démonté peu de temps après son achèvement et seules quelques rares gravures et photographies permettent d’en retracer le souvenir.

Fig. 208. Rouen, Cathédrale, maître-autel en métal ciselé exécuté par l'orfèvre parisien Hippolyte Trioullier sur projet de L. Sauvageot, 1889, pierre d’Echaillon, onyx et bronze doré, gravure extr. de La Construction moderne, 1er février 1890, pl. 35 (Paris, BnF).

Le tombeau du cardinal Henri de Bonnechose

  • 33 Lettre du préfet de la SI au ministre chargé des Cultes, 28 avril 1886 – AN : F19 7855.
  • 34 Lettre de la direction des Cultes au préfet de SI, 7 juin 1886 – AN : F19 7855.

9À côté des archevêques Cambacérès, Blanquart de Bailleul ou encore Monseigneur Sourrieu qui sont enterrés dans un caveau dans la chapelle de la Vierge et dont une simple plaque marque le souvenir, d’autres sont entourés de plus d’honneurs puisqu’on leur a élevé des tombeaux. C’est le cas du cardinal de Bonnechose qui avait demandé à être enterré dans la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul où il avait fait déposer en 1871 les restes de l’impératrice Mathilde provenant de l’abbaye du Bec (Fig. 209). À sa mort en octobre 1883, une souscription est donc ouverte et le 5 mai 1886, le projet de tombeau dressé par Sauvageot en collaboration avec Henri Chapu est soumis au comité des inspecteurs généraux des Édifices diocésains33. Plusieurs modifications seront apportées et il faut attendre le 7 juin 1886 pour que l’étude soit définitivement adoptée34. À la fin de l’année 1889, Chapu expédie la maquette de la statue à Seravezza près de Carrare. Installé sur place quelques mois plus tard, il travaille également à l’achèvement du Monument de Flaubert pour la ville de Rouen. Lorsqu’il décède en avril 1891, la statue du cardinal de Bonnechose est inachevée au niveau de la traîne de la cape ; c’est dans cet état qu'elle est exposée au Salon puis placée dans la cathédrale. Son élève Carlés réalise ensuite l’allégorie en bronze du socle d’après les esquisses laissées et Edmond Bonet se charge à son tour d’exécuter le piédestal.

  • 35 Lettre de Sauvageot à la direction des Cultes, 24 mai 1886 – AN : F19 7855.
  • 36 Ibid.
  • 37 Rapport dressé par Sauvageot, non daté [été 1891] – AN : F19 7856.
  • 38 « Inauguration du monument du Cardinal de Bonnechose, à la cathédrale », Semaine religieuse du dio (...)

10Le cardinal a souhaité être représenté à genoux, dans une attitude de prière. La statue repose sur un piédestal formant cénotaphe, orné d’armoiries et d’inscriptions sur marbre noir énumérant le nom et les titres du défunt. Le priant, tourné vers l’autel et la crosse étendue à ses pieds, rappelle par sa position et dans le traitement fouillé du long flot de la cape qui le recouvre, le tombeau des cardinaux d’Amboise. D’ailleurs, l’échelle du monument a été étudiée de manière à ramener la figure du cardinal « exactement à la proportion des statues analogues des Cardinaux d’Amboise décorant le tombeau des prélats, situé dans la chapelle voisine35 ». La France chrétienne assise sur le socle du cénotaphe, tient une lance et tend une couronne de laurier vers le prélat. La maquette initiale a subi un certain nombre de modifications : les moulures ont été simplifiées et les angles droits du socle et de la marche ont été remplacés par des pans coupés. L’emplacement et l’orientation du monument ont aussi fait l’objet de discussions. En effet, les inspecteurs généraux souhaitaient le voir placé au milieu de la chapelle et vu de bout afin de masquer le moins possible les arcatures du fond mais Sauvageot s’y est opposé avec raison, arguant qu’ainsi placé, le monument perdrait notamment « tout le bénéfice du parti à tirer par le statuaire du superbe costume [...], dont le grand effet n’est appréciable que de profil36 ». Une partie des fonds recueillis par la souscription va également permettre de restaurer et de clore la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul et sur la verrière centrale, Sauvageot fait reproduire les armoiries du cardinal37. Cet ensemble inauguré le 23 mars 189 338 va être rapidement modifié. Dès le début du siècle suivant, l’autel érigé par le cardinal sera enlevé et offert à l’église Saint-Léon du Havre, tandis que le tombeau proprement dit sera déplacé dans la chapelle de la Vierge où il se trouve encore de nos jours.

Fig. 209. Rouen, Cathédrale, tombeau du cardinal de Bonnechose dans la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul par Chapu, Cariés et E. Bonet sous la direction de L. Sauvageot, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Notes

1 Lettre du conseil de fabrique au ministère, 11 décembre 1885 – AMH : 81/76/262/124.

2 Rapport dressé par Sauvageot, 3 octobre 1892 – AN : F19 7856.

3 Projet dressé par Sauvageot, 3 mai 1896 – AN : F19 7856.

4 Ibid.

5 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales., op. cit., p. 357.

6 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts à Sauvageot, 23 novembre 1882 – AMH : 81/76/267/134.

7 Projet dressé par Sauvageot, 5 juin 1 882 – AMH : 81/76/267/134.

8 Ibid.

9 Id., 1er mai 1890-AMH: 81/76/265/126.

10 Rapport dressé par Sauvageot sur les dépenses à faire en 1884 (non daté) – AN : F19 7855.

11 Id., 1er novembre 1883 – AN : F19 7855.

12 Lettre de l’archevêque de Rouen à la direction des Cultes, 13 mai 1884 – AN : F19 7855.

13 Celle de Saint-Jean-des-Fonts pour Sainte Cécile et celle du Saint-Esprit pour la Vierge. Elles seront ensuite placées contre les deux piliers de la croisée, puis dans deux chapelles de la nef.

14 « Séance du 22 novembre 1884 », Bul. de la commission..., op. cit., t. VI, 1882-1884, Rouen, 1885, p. 442.

15 Lettre d’E. Dutuit au ministre chargé des Beaux-Arts, 2 novembre 1884 – AMH : 81/76/252/88. Lettre d’E. Dutuit au ministre chargé des Cultes, 24 décembre 1884 – AN : Fl9 7855.

16 Lettres de Sauvageot à l’IG Bruyerre et au ministre chargé des Beaux-Arts, 2 décembre 1884 et 20 janvier 1885 – AMH : 81/76/252/88.

17 Rapport de l'IG Bruyerre à la commission des MH, séance du 17 avril 1885 – AMH : 81/76/252/88.

18 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 20 janvier 1885 – AMH : 81/76/252/88.

19 Lettre de Sauvageot à FIG Bruyerre, 2 décembre 1884 – AMH : 81/76/252/88.

20 Dutuit E., « De la démolition du jubé de la cathédrale de Rouen », Moniteur des architectes, Paris, 1884, no 9, p. 130.

21 Id, p. 132.

22 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 20 janvier 1885 – AMH : 81/76/252/88.

23 Projet dressé par Sauvageot, 2 mai 1890 – ADSM : 2J 118/142.

24 Lettre du conseil de fabrique au préfet de SI, 18 avril 1892 – AMH : 81/76/265/126.

25 Projet dressé par Sauvageot, 10 juin 1892 – AMH : 81/76/265/126.

26 Ibid.

27 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts au préfet de SI, 6 avril 1893 – AMH : 81/76/265/126.

28 Rapport de la commission des MH par FIG Selmersheim, séance du 17 mars 1893 – AMH : 81/76/265/126.

29 Lettre du conseil de fabrique au ministre chargé des Beaux-Arts, 5 novembre 1887 – AMH : 81/76/267/134.

30 Rapport de FIG Selmersheim, à la commission des MH, séance du 20 janvier 1888 – AMH : 81/76/267/134.

31 Ibid.

32 Lettre de l’archevêque au ministre chargé des Cultes, 1 5 mars 1888 – AN : F19 7856.

33 Lettre du préfet de la SI au ministre chargé des Cultes, 28 avril 1886 – AN : F19 7855.

34 Lettre de la direction des Cultes au préfet de SI, 7 juin 1886 – AN : F19 7855.

35 Lettre de Sauvageot à la direction des Cultes, 24 mai 1886 – AN : F19 7855.

36 Ibid.

37 Rapport dressé par Sauvageot, non daté [été 1891] – AN : F19 7856.

38 « Inauguration du monument du Cardinal de Bonnechose, à la cathédrale », Semaine religieuse du diocèse de Rouen, 23 mars 1893.

Table des illustrations

Légende Fig. 206. Rouen, Eglise Saint-Godard, grand orgue conçu par Sauvageot et construit par la maison parisienne A. Cavaillé-Coll en 1883-1884, gravure, extr. de G. Lefebvre, Le grand orgue de Péglise Saint-Godard de Rouen..., Rouen, Le Havre, 1884 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Légende Fig. 207. Rouen, Eglise Saint-Ouen, maître-autel exécuté par l'orfèvre parisien Poussielgue-Rusand sur projet de L. Sauvageot, 1889, bronze doré. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 208. Rouen, Cathédrale, maître-autel en métal ciselé exécuté par l'orfèvre parisien Hippolyte Trioullier sur projet de L. Sauvageot, 1889, pierre d’Echaillon, onyx et bronze doré, gravure extr. de La Construction moderne, 1er février 1890, pl. 35 (Paris, BnF).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 209. Rouen, Cathédrale, tombeau du cardinal de Bonnechose dans la chapelle Saint-Pierre-Saint-Paul par Chapu, Cariés et E. Bonet sous la direction de L. Sauvageot, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7089/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.