Version classiqueVersion mobile

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Quatrième partie. Restauration et mise en valeur du vieux-Rouen

Vingt ans de travaux à la cathédrale et à l’archevêché

Texte intégral

Les travaux d’aménagement de l’archevêché

  • 1 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1881 – AN : F19 7539.
  • 2 Devis dressé par Sauvageot, 1er novembre 1881 – AN : 19 7539.
  • 3 Rapport dressé par Sauvageot, 24 janvier 1884 – AN : Fl9 7539.
  • 4 Devis dressé par Sauvageot 15 septembre 1884 – AN : F19 7539.
  • 5 Rapport dressé par Sauvageot, 16 juin 1900 – AN : F19 7539.

1■ Dès sa nomination, Sauvageot fait état de la vétusté et de l’inadaptation des locaux de l’archevêché (Fig. 181). Depuis le début du siècle, on s’est en effet contenté de menus travaux d’entretien dans l’ancien palais du XVe siècle et, durant les dernières années de l’épiscopat du cardinal de Bonnechose, notre architecte est contraint de poursuivre cette politique : remise en état du logement d’honneur, installation de persiennes neuves, réfection du pavage de la cour des écuries1 et reprise de la distribution d’eau2 constituent l’essentiel des travaux avant 1883. À son arrivée, Monseigneur Thomas réclame un réaménagement des pièces de réception et de son logement personnel3, ainsi que l’installation du chauffage dans l’ensemble du palais4. La nomination de Monseigneur Fuzet à la tête du diocèse marque véritablement une rupture et va enfin permettre la mise en œuvre d’un programme plus ambitieux. En 1900, Sauvageot est chargé d’élaborer un projet de réparation des locaux dont la dépense prévisionnelle s’élève à près de 60 000 francs, portant sur la modification de la circulation générale et de la destination de certaines pièces, ainsi que sur l’abaissement du niveau de la cour extérieure5. Malgré l’avis du comité des inspecteurs généraux des Édifices diocésains qui juge ces travaux trop luxueux, le devis est adopté par la direction des Cultes le 28 juillet 1900.

Fig. 181. Rouen, Plan d’ensemble de la cathédrale et de l’archevêché avec indication des bâtiments annexes, non signé et non daté (antérieur à 1886 compte tenue de la localisation de la sacristie et du vestiaire notamment), Paris, Médiathèque du patrimoine, archives photographiques (© CMN).

Fig. 182 et 183. L. Sauvageot, Projet de construction d’écuries à l’archevêché de Rouen. Élévation principale et plan de localisation, 29 mars 1902, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

  • 6 Id, 27 avril 1902 – AN : F19 7539.
  • 7 Devis dressé par Sauvageot, 25 mai 1902 – AN : F19 7539.

2Deux ans plus tard, Sauvageot est chargé de reconstruire les écuries (Fig. 182 et 183) et la remise contiguë sur un nouvel emplacement6. Le bâtiment alors en usage se trouvait dans une petite cour mal aérée à proximité des chapelles de la Vierge, cernée par l’archevêché et la cathédrale. Le projet est adopté suivant l’avis du comité des inspecteurs généraux des Édifices diocésains le 24 mai 1902. Les nouvelles écuries sont installées derrière le jardin de l’archevêché le long du mur donnant sur la rue des Bonnetiers – à l’emplacement où elles se trouvaient du temps des cardinaux d’Amboise – et isolées par un rideau d’arbres et d’arbustes. Les fondations sont en moellons et en mortier de chaux hydraulique, tandis que la façade est en brique7. Les clefs et les appuis sont en pierre de Vernon et les seuils, en granit bleu. Le tout est couvert d’ardoises d’Angers sauf le hangar qui est en zinc. Le bâtiment peu élevé s’étire en longueur avec un rez-de-chaussée, un étage et un grenier mansardé. La composition symétrique de la façade renforce la simplicité de l’ensemble rythmé par l’alternance des portes et des petites baies soulignées par un arc segmentaire très simple. La marquise vitrée prolongeant la remise à voitures sert d’abri en cas d’intempéries en même temps qu’elle apporte une note décorative à l’ensemble. Au rez-de-chaussée, l’édifice se compose de l’écurie proprement dite avec deux stalles et un box prolongés par un espace pour le bouchonnage des chevaux, la sellerie et une remise pour trois voitures. Viennent ensuite le bûcher pressoir muni d’un escalier et la buanderie qui communique avec le hangar. À l’étage sont réparties la pièce pour le fourrage, la chambre du cocher et la salle pour les livrées. Le plan est donc d’une grande fonctionnalité et le bâtiment s’intègre avec discrétion parmi les édifices anciens environnants.

Entretien et grosses réparations de la cathédrale

  • 8 Lettre de Sauvageot à la direction des Cultes, 25 août 1882 – AN : F19 7234.
  • 9 Rapport dressé par Sauvageot, 31 octobre 1884 – AN : F19 7861.
  • 10 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, non daté (1885) – AN : F1 (...)
  • 11 Extr. reg. délib. du conseil général de la SI, 20 août 1885 –AN : F19 7861.
  • 12 Lettre de la direction chargée des Cultes au préfet de SI, 17 août 1887 – AN : F19 7861.

3■ En ce qui concerne les grosses réparations de la cathédrale, Sauvageot hérite des projets de ses prédécesseurs. Ainsi, la flèche en fonte (Fig. 184) imaginée par Alavoine dans les années 1820 n’est toujours pas achevée en 1880. Le chantier, qui a connu une longue phase d’interruption entre 1869 et 1874, se poursuit sous la conduite de Barthélémy qui en conserve la direction jusqu’à sa mort en 1882. Il est ensuite repris par son fils Eugène – inspecteur des travaux depuis 1857 – sous le contrôle de Sauvageot8. Très rapidement, des problèmes d’oxydation vont se poser et dès 1881, celui-ci évoque la nécessité de peindre la flèche centrale en fonte pour enrayer le processus. Quatre ans plus tard, un nouvel examen confirme l’aggravation des dégâts9. Par ailleurs, le récent assemblage du tronçon supérieur de la pyramide et du lanternon a laissé des vides entre les cales d’ajustement, concentrant les contraintes au lieu de les répartir et menaçant la stabilité de l’ensemble. De plus, plusieurs gargouilles n’ont pas été installées à la base des clochetons d’angle, si bien que les eaux chargées d’oxyde de fer provenant de la flèche bavent sur les murs de la tour. Là, Sauvageot propose d’établir des gargouilles provisoires. Pour réduire l’oxydation, il offre de remplir en mastic de fonte tous les joints d’assemblage laissés à l’air libre et de procéder au grattage, au décapage et à la peinture des parties oxydées de la flèche. Le montant de ces réparations estimées à 22 300 francs est élevé, en raison des conditions particulières dans lesquelles les travaux sont exécutés et des échafaudages que cela suppose10 °. Le ministère des Cultes donne son aval en février 1885, sans que la répartition des crédits soit clairement établie et cette question va retarder quelque peu la mise en œuvre du projet : les élus locaux et le conseil général en particulier se font prier car la flèche en fonte a toujours autant de détracteurs parmi les Rouennais qui peinent à reconnaître sa valeur artistique11. Le 15 octobre 1885, l’architecte est autorisé à débuter les travaux et trois ans seront nécessaires pour mener à bien ces opérations délicates et dangereuses12.

  • 13 Rapport dressé par Sauvageot, 10 janvier 1881 – AN : F19 7855.
  • 14 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1881 – AN : F19 7855.
  • 15 Rapport dressé par Sauvageot, 27 février 1882 – AN : F19 7855.
  • 16 Lettre du directeur chargé des Cultes au préfet de SI, 13 avril 1882 – AN : F19 7855.
  • 17 Id, 1er juin 1882 – AN: F19 7855.

4Dès sa nomination, Sauvageot propose également la reprise de la restauration de la façade méridionale de la cathédrale entre le portail de la Calende et la tour de Beurre débutée en 1869 et interrompue depuis 187613. Sur les 330 000 francs dévolus au projet, près de 74 280 francs sont encore disponibles14. L’essentiel du devis a été mis en œuvre et les ouvrages de maçonnerie et de sculpture sont terminés ; à charge pour le nouvel architecte diocésain d’achever la reprise des verrières hautes, seules les deux premières fenêtres sud de la nef ayant été refaites15. En vertu de la soumission approuvée par arrêté préfectoral du 31 mai 1869, le peintre-verrier Boulanger est chargé du marché jusqu’à son achèvement et ce, sans possibilité de modifier son contrat malgré l’augmentation des prix. Les verrières datent des XIVe et XVe siècles, à l’exception de quelques parties grossièrement refaites aux XVIIe et XVIIIe siècles. D’après l’analyse de Sauvageot, les sertissures plates montrent qu’une remise en plomb a sans doute été effectuée au même moment et que les réparations successives ont conduit au déplacement et à l’inversion de certains panneaux. Contrairement à ses prédécesseurs qui ont laissé les choses en l’état dans les deux premières verrières, il propose de revenir aux dispositions initiales en utilisant les bordures décoratives comme élément de datation. Il opte pour un remaniement complet loin de l’intervention minimum préconisée puisque le projet implique la suppression des pièces ajoutées au cours des interventions antérieures, malgré les risques d’erreur que cela suppose, et la réfection des parties manquantes, là où la doctrine préconise la pose de verre blanc. Ce choix montre que Sauvageot conçoit encore la restauration en fonction de la cohérence et de la lisibilité que retrouvent les verrières, au détriment de leur intégrité. Malgré cela, le comité des inspecteurs généraux des édifices diocésains approuve ces dispositions et précise simplement, « qu’en raison de la hauteur à laquelle les verrières sont placées, il conviendrait d’en agrandir l’échelle et de simplifier notamment les ornements des bordures qui échappent à la vue16 ». L’architecte est invité à reprendre ses études dans ce sens et en juin 1882, il est autorisé à débuter les travaux17.

Fig. 184. Rouen, Cathédrale, détail des clochetons de la flèche (planté en équilibre sur la gauche, le ferronnier F. Marrou), août 1881, photographie, Rouen, Bibliothèque municipale, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900)..., Rouen, 1983, no 184 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 185. Rouen, Cathédrale, vue de la cour d’Albane et du bas-côté nord, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl XXI (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 186. Rouen, Cathédrale, détail du bas-côté nord restauré par Sauvageot (les gables sont restés épannelés et les dais ont été restitués), photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. XXII (Cl. Sophie Nasi).

  • 18 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1889, non daté – AN : F19 7856.
  • 19 Avis de l’IG A. de Baudot, 21 février 1890 – AN : F19 7856.
  • 20 Devis dressé par Sauvageot, 5 avril 1890 – AN : F19 7856.
  • 21 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1891, non daté – AN : F19 7856.
  • 22 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1892 – AN : F19 7856.

5Sauvageot décide ensuite de s’occuper de la façade septentrionale (Fig. 185 et 186). Négligée depuis trop longtemps, celle-ci se dégrade de manière inquiétante et plusieurs chutes de pierres ont déjà été signalées18. Un examen plus approfondi va révéler que les piles de support des arcs-boutants reposant sur le chemin de ronde à la base des fenêtres hautes sont désagrégées, que les dalles en pierre formant le chemin de ronde sont rongées par les infiltrations et que les piliers saillants au droit des contreforts sont en partie détruits et remplacés par des solins en plâtre. L’architecte propose d’étaler les réparations, à raison de deux travées par an. En 1889, un premier crédit de 25 000 francs est ordonnancé pour restaurer les deux premiers contreforts et arcs-boutants y compris le gable, la corniche de la chapelle et le chemin de ronde correspondant à ces travées. Le devis prévoit des reprises des maçonneries, ainsi que la réfection de la couverture et des sculptures. L’année suivante, des modifications sont apportées à la demande d’Anatole de Baudot au projet de restauration des travées restantes, liées à la nécessité de réduire les frais dans un contexte de restriction budgétaire marqué. Il propose de se limiter aux travaux essentiels permettant d’assurer la conservation et la solidité de l’édifice, en abandonnant tout ce qui touche à la réfection des éléments décoratifs19. Le chapitre consacré à la sculpture est alors ramené à 420 francs au lieu des 6000 francs intialement prévus20. En contrepartie, Sauvageot étend les réparations et les consolidations au niveau de la partie jouxtant la façade occidentale et de la tour Saint-Romain et une allocation supplémentaire est accordée sur le crédit d’entretien pour procéder à des reprises analogues au côté droit de la façade occidentale et sur la tour de Beurre. En 1891 et en 1892, deux nouveaux devis sont adoptés, incluant cette fois la réfection de quelques éléments décoratifs, à savoir les dais protégeant les sculptures des contreforts21. Le chantier s’achève en 1893 par la réparation de la couverture du bas-côté nord entre la tour Saint-Romain et le portail des Libraires22. L’intervention est guidée par les règles alors en vigueur en matière de restauration : nettoyage à la brosse du chêneau et de la corniche ; réfection des joints en mortier de chaux hydraulique ; retrait des barres de fer rouillées au profit de crampons de consolidations ; étaiement des contreforts et consolidation de la charpente du toit au-dessus du bas-côté ; reprise par incrustation en pierre dure de Vernon. Les éléments proches de la ruine comme certains gables et éléments de balustrade sont déposés. Enfin, le système d’écoulement des eaux est entièrement remanié.

  • 23 Id, 1882-AN : F19 7855.
  • 24 Rapport dressé par Sauvageot, 1er novembre 1881 – AN : F19 7855.
  • 25 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1885, non daté – AN : F19 7855.
  • 26 Id., 1886, non daté – AN : F19 7855.
  • 27 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1888 – AN : F19 7855.

6Les toitures occupent également une large part des activités de Sauvageot et dès 1882, une reprise générale des couvertures de la nef, rongées par les infiltrations, est mise en œuvre sur trois ans23. Un tiers environ du comble a pourtant été refait au niveau de la croisée suite à l’incendie de la flèche en 1821 mais les feuilles de plomb de la couverture ont été mal clouées provoquant d’importantes infiltrations24. Par chance, les parties en bois n’ont pas été touchées contrairement au reste de la couverture, où il faut non seulement refaire les éléments en plomb mais aussi remplacer les bois pourris et le voligeage. Bientôt, la réfection des toitures est étendue à d’autres parties de l’édifice : en 1885, l’architecte obtient une allocation spéciale pour permettre la réparation de la couverture en ardoise de la tour Saint-Romain complètement usée25 ; en 1886, un crédit est prélevé pour la rénovation du comble du grand bâtiment annexé à la cathédrale et servant de magasin26 ; enfin, en 1887, les parties hautes des deux chapelles absidiales donnant sur la rue des Bonnetiers sont refaites27.

Fig. 187. L. Sauvageot, Travées de la nef de la cathédrale de Rouen. Coupe transversale, intérieur et extérieur, plan inférieur et plan sur le chemin de ronde, détails divers dont les galeries des bas-côtés, contrefort nord avant l’addition des chapelles..., avril 1889, encre et lavis sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (©CMN).

  • 28 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1892, non daté – AN : Fl9 7856.
  • 29 Id, 1892-1895 – AN : F19 7856.
  • 30 Rapport dressé par Sauvageot, 1er avril 1894 – AN : F19 7856.
  • 31 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1895, non daté – AN : F19 7856.

7À l’intérieur (Fig. 187), des fragments de plâtre se sont pendant longtemps détachés des voûtes sans inquiéter Sauvageot jusqu’à ce qu’en 1891, des phénomènes de plus grande ampleur se produisent28. L’examen du chœur va révéler que les lézardes (larges de 10 à 1 5 millimètres) déjà anciennes ont été rebouchées en plâtre et que celui-ci se décolle. Ces crevasses, présentes dans toutes les voûtes du chœur et des transepts, sont particulièrement accentuées dans les travées proches de la flèche centrale. Les réparations amorcées dès l’année suivante sont réparties sur quatre années. Elles vont débuter par les parties les plus atteintes à savoir les voûtes des travées du chœur pour se poursuivre au niveau de la nef, à raison de quatre travées par an29. En 1894, l’architecte effectue également quelques reprises dans les remplissages des voûtes de la sacristie du chapitre30 et il entreprend à partir de 1896 des travaux complémentaires au niveau des transepts31.

Fig. 188. L. Sauvageot, Dégagement de la cathédrale de Rouen. Plan de la cathédrale et de l’archevêché indiquant les dates d’acquisition des propriétés environnantes, s. d. (fin XIXe siècle), encre et aquarelle, Paris, Médiathèque du patrimoine (Cliché Arch. Phot., Coll°MAP © CMN, Paris).

L’aménagement des abords

Dégagement et isolement de la cathédrale

  • 32 Lettre du ministère chargé des Cultes au préfet de SI, 23 janvier 1884 – AMH : 81/76/252/88.

8Dans les années 1880, le dégagement des abords de la cathédrale est en cours depuis plus d’un demi-siècle (Fig. 188). Le premier geste dans ce sens a eu lieu en 1792, lorsque le conseil général de la commune a décrété la suppression du mur d’enceinte du parvis. Il faut attendre le 30 juillet 1861 pour que la restauration et l’isolement de l’édifice soient enfin déclarés d’utilité publique. Malgré cela, cette opération onéreuse va s’avérer difficile à mettre en œuvre. Le projet prévoit le dégagement et la démolition des immeubles construits entre les bâtiments relevant de l’église métropolitaine et de l’archevêché et la voirie, délimitée par le parvis de la cathédrale prolongée par la rue des Quatre-Vents et par les rues Saint-Romain, de la République et des Bonnetiers prolongée par la rue du Change. Certaines constructions situées dans ce périmètre relèvent déjà de la fabrique et font office d’annexes de la cathédrale et seules 27 d’entre elles sont en définitive concernées par la mesure d’expropriation. À la fin de la décennie, il reste encore cinq maisons à acquérir pour achever l’isolement du côté sud et en 1883, une nouvelle subvention de plus de 60000 francs est versée par l’État32. L’année suivante, le conseil général émet deux vœux demandant au gouvernement l’achèvement du projet. Cette requête reste sans réponse ; faut-il conclure que la direction des Cultes se désintéresse de l’isolement de la cathédrale ? Probablement pas, mais il est vrai qu’à cette date, la restauration proprement dite de l’édifice pour laquelle des sommes conséquentes sont déjà engagées, semble prioritaire. Il faut attendre trois ans pour que les négociations reprennent et que l’État acquiert entre 1889 et 1893, les trois derniers immeubles situés rue Saint-Romain portant les numéros 3, 5 et 7. Quant au dégagement de la rue des Bonnetiers, il a lieu en 1884 en même temps que l’élargissement de la rue.

  • 33 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 17 novembre 1882 – ADSM : 20P 1538-1.
  • 34 Arrêté municipal du 13 octobre 1888 – ADSM : 20P 1538-1.
  • 35 En vertu de la loi du 27 janvier 1902 et de la circulaire ministérielle du 10 mars 1902 invitant l (...)
  • 36 Extr. reg. délib. du conseil général de la SI, 5 octobre 1908 – AMH : 81/76/1/1.
  • 37 Lettre du préfet de SI au ministre chargé des Cultes, 7 septembre 1881 – AN : F19 7856 ; Id., au m (...)
  • 38 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 24 septembre 1881 – AN : F19 7867. Lettre de Sa (...)

9L’insistance manifestée par les autorités locales auprès du gouvernement est à replacer dans le cadre de la politique plus vaste de dégagement des principaux édifices de la ville et le vœu émis par le conseil général en 1884 englobe aussi le palais de Justice. Le dégagement de la cathédrale s’accompagne de toute une série de mesures censées isoler encore plus nettement l’édifice du monde extérieur : pose de grilles, aménagement de trottoirs et réglementation de l’affichage, entre autres. Toutefois, il est certains maux nés de la vie moderne contre lesquels il reste difficile de lutter en l’absence d’une réglementation claire. L’affichage public est une de ces nuisances à laquelle Sauvageot est régulièrement confronté et contre lequel il ne peut agir qu’au cas par cas et avec des effets souvent limités car bien souvent les annonces réapparaissent peu de temps après leur suppression. Pourtant, l’article 16 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse précise que les professions de foi, circulaires et affiches électorales peuvent être placardées, à l’exception de certains emplacements comme les édifices publics et ceux consacrés au culte. Au niveau municipal, quelques mesures sont également prises et en 1882, un contrat est signé avec deux agences de publicité locales, leur réservant la gestion des tableaux d’annonces en échange d’une redevance annuelle33. À cette occasion, l’interdiction d’afficher sur les monuments publics est officialisée. Rien n’y fait et l’année suivante un nouvel arrêté municipal est édicté rappelant l’interdiction34. Ces mesures sont renforcées en 1902 puisque le préfet a désormais le droit d’interdire l’affichage sur les monuments ayant un intérêt artistique, même en temps d’élections35. Toutefois, elles restent sans effet, en particulier sur la cathédrale qui, en 1908, est littéralement envahie de publicités « du plus déplorable effet36 ». Les conséquences du développement du réseau électrique et de la télégraphie sont encore plus difficiles à contrôler et à enrayer sur les Monuments historiques, en particulier sur la cathédrale. En 1881 par exemple, la direction des Cultes est saisie d’une demande émanant d’un fabricant rouennais de machines à coudre qui souhaite relier par télégraphe son atelier à sa maison de vente et sollicite l’autorisation de fixer l’attache de son fils électrique sur plusieurs édifices classés : le Gros-Horloge, Saint-Maclou et surtout, la cathédrale37. Sauvageot s’y opposera avec fermeté, craignant à juste titre qu’une réponse positive n’entraîne à l’avenir de nombreuses autres demandes de la part de particuliers38.

  • 39 Lettre du président de la Société des Amis des Monuments rouennais au maire de Rouen, 17 novembre (...)
  • 40 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 7 octobre 1897 – AN : F19 7856.
  • 41 Avis dressé par A. de Baudot, 23 octobre 1897 – AN : 19 7856.
  • 42 Minute de lettre de la direction des Cultes au préfet de SI, 3 novembre 1897 – AN : F19 7856.

10Malgré le consensus général, la politique de dégagement des abords de la cathédrale est pour la première fois remise en cause à l’occasion de la démolition des trois dernières maisons acquises par l’État rue Saint-Romain entre 1889 et 1893. Restées inoccupées depuis leur rachat, elles vont se dégrader lentement jusqu’à ce que le maire réclame en décembre 1894 leur destruction au nom de la salubrité. Le 3 juin 1897, il est autorisé à abattre l’immeuble sis au 3 (Fig. 189) car les autres disparaîtront en même temps que l’ancien bâtiment de la maîtrise auquel ils sont accolés. L’annonce de la ruine prochaine du vieux logis en pans de bois datant du XVe siècle provoque la mobilisation de la Société des Amis des Monuments rouennais entraînée par le docteur Brunon. La commission départementale des Antiquités et la Société des Architectes de la Seine-Inférieure se joignent également au mouvement et la presse nationale vient relayer les articles publiés dans les journaux locaux. En novembre 1897, le maire est saisi d’une pétition réclamant la conservation de la bâtisse au nom de sa valeur historique et artistique. Les contestataires estiment en effet que l’on « a déjà trop détruit de tous côtés, en faisant disparaître les aspects curieux de nos anciennes rues, véritables cadres de nos monuments, pour ne pas essayer d’éviter de nouvelles démolitions, souvent si nuisibles au caractère même de notre ville39 ». Cet intérêt est loin de faire l’unanimité auprès des autorités locales, de l'archevêché et des habitants de la rue Saint-Romain. Sauvageot s’avère également favorable à la destruction de la bâtisse, la jugeant dangereuse et sans aucune valeur40. Le 9 octobre 1897, le comité des inspecteurs généraux des Édifices diocésains confirme le projet avant de se rétracter deux semaines plus tard, estimant cette fois qu’une destruction immédiate ne s’impose pas dans la mesure où le vieux logis n’aveugle pas la perspective sur la cathédrale41. La direction des Cultes préfère sans doute ajourner l’affaire de crainte de se heurter à un mouvement de protestation qui prend de l’ampleur42. Toutefois, le ministère refuse d’engager le moindre frais et exige en contrepartie que la Société des Amis des Monuments rouennais prenne en charge les réparations indispensables à la conservation de la bâtisse.

Fig. 189. Rouen, 3 rue Saint-Romain, vue du vieux logis, 1899, photographie, Paris, Agence photographique Roger Viollet, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900)..., Rouen, 1983, no 379 (Cl. Sophie Nasi).

  • 43 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 15 octobre 1898 – AN : F19 7856.
  • 44 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 2 février 1900 – AN : F19 7856.
  • 45 Amis des Monuments Rouennais, Pour la maison du XVe siècle de la rue St Romain : protestations, 1e (...)
  • 46 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 30 novembre 1900 – AN : F19 7856.

11Le 15 juin 1898, l’administration des Domaines demande la remise des maisons de la rue afin de mettre en vente les matériaux récupérables. Le devenir du vieux logis est une nouvelle fois au cœur des débats. Sauvageot craint qu’en touchant une partie de cet enchevêtrement de masures on ne soit obligé de détruire l’ensemble43. Il faut donc étayer le plus rapidement possible la maison no 3 ou bien accepter de la voir disparaître. Or, rappelons-le, elle est frappée d’alignement ce qui interdit toute intervention à moins d’obtenir une dispense de la municipalité. Celle-ci refuse et ratifie le 2 février 1900, une résolution de démolition immédiate44. Le 16 mars, l’adjoint Levillain propose de déplacer le vieux logis en un autre point de la ville. La Société des Amis des Monuments Rouennais maintient la pression sur les autorités locales et publie sous forme de recueils les 1 200 lettres de soutien – signées par Monet, Pissaro, Victorien Sardou et bien d’autres – qui lui sont parvenues45. Le 19 novembre 1900, le président de l’association Louis Deglatigny, le sénateur Richard Waddington et l’architecte en chef des Monuments historiques Lucien Lefort sont finalement reçus par le directeur des Cultes qui confirme les garanties octroyées en 1897 et admet la conservation de la maison. La municipalité baisse à son tour les armes46 et en janvier 1901, une souscription est lancée pour réunir les fonds nécessaires à la restauration. Malgré ce dénouement, le vieux logis va rester de longues années sans emploi, continuant à se dégrader jusqu’à ce qu’un musée du Vieux-Rouen y soit installé en 1926 et que la bâtisse soit classée au titre des Monuments historiques l’année suivante.

  • 47 Séance de la commission départementale des Antiquités de la SI, 11 avril 1900 – ADSM : 4T 200.
  • 48 Avis d’A. de Baudot, 5 octobre 1908 – AMH : 81/76/252/88.
  • 49 Minute de lettre du sous-secrétaire d’État chargé des Beaux-Arts à Chaine, 13 octobre 1908 – AMH : (...)

12Le sauvetage du vieux logis reflète l’évolution de l’opinion publique locale à l’égard de l’architecture urbaine en pans de bois perceptible à la fin du siècle et illustre également le début de la critique du principe de dégagement des édifices comme moyen de les mettre en valeur. Ce mouvement encore timide doit beaucoup aux architectes locaux impliqués dans la préservation du centre ancien, en particulier Georges Ruel et Lucien Lefort. De ce point de vue, l’affaire souligne les limites de l’intégration rouennaise de Sauvageot qui apparaît là comme le représentant du gouvernement indifférent à l’opinion locale, contrairement au Rouennais Lefort qui mène les négociations auprès de l’administration et obtient le sauvetage de la bâtisse. Par ailleurs, elle souligne la différence entre le service des Édifices diocésains uniquement soucieux de la mise en valeur de la cathédrale et ce, suivant des principes propres, et la commission des Monuments historiques qui se préoccupe déjà de la préservation de l’architecture urbaine. En effet, celle-ci consultée sur la question en 1900 apporte un soutien sans faille à Lefort, se prononçant « par un vote unanime en faveur du maintien de la maison47 ». L’évolution se confirme par la suite après la suppression et le rattachement des Édifices diocésains au service des Monuments historiques. En 1908, la commission départementale des Antiquités demande, à l’initiative de Georges Ruel, le maintien des maisons au pied de la tour Saint-Romain dont la démolition est projetée. Anatole de Baudot qui incarne plus que quiconque l’esprit des diocésains s’y oppose48. Pourtant, la majorité de la commission n’est pas de cet avis et décide au contraire de conserver en l’état les bâtisses accolées à la tour, confirmant ainsi la doctrine nouvelle qui souffle sur le service49.

Fig. 190. L. Sauvageot, Projet d’aménagement de la cour de la Fonte sur le flanc nord de la cathédrale de Rouen, 1er novembre 1886, encre sur papier, Paris, Archives nationales (CL Sophie Nasi).

Assainissement et réparations

  • 50 Rapport dressé par Sauvageot, 1er novembre 1886 – AN : F19 7855.
  • 51 Lettre de la direction des Cultes au préfet de SI, 9 mai 1887 – AN : F19 7855.
  • 52 Soumissions de J.-B. Foucher et d’E. Bonet, 12 mai et du 7 juin 1888 – AN : F19 7855.

13En 1886, Sauvageot propose de réaménager la cour de la Fonte située sur le flanc nord de la cathédrale entre le portail des Libraires et le chœur (Fig. 190). Celle-ci, ainsi dénommée parce qu’elle servait de lieu de dépôt et de montage des pièces métalliques de la flèche d’Alavoine, est à l’abandon depuis l’achèvement de l’ouvrage. Dans les années 1880, le niveau du sol, remblayé par des amas de décombres successifs, atteint et dépasse même à certains endroits celui du dallage intérieur de l’édifice. Les socles des contreforts et des murs extérieurs sont donc enfouis sous les gravats ce qui, ajouté à l’absence de tout système d’évacuation des eaux, provoque d’importants désordres et explique les traces d’humidité visibles en intérieur au bas des murs des chapelles du transept nord et de l’abside50. Pour enrayer cela, l’architecte prévoit de rétablir l’écoulement des eaux pluviales dans les parties hautes en redonnant une pente normale au chêneau supérieur, en rétablissant la gargouille supprimée et en installant des tuyaux de descente. Dans les parties basses, l’abaissement du niveau du sol doit permettre de dégager le socle de l’édifice tandis qu’un puits doit assurer l’évacuation des eaux pluviales. Il envisage des mesures complémentaires comme l’établissement de pavages et de ruisseaux au pied des murs et des contreforts, des reprises dans les maçonneries des socles et des élévations, des réparations dans la corniche et le chêneau et enfin, la suppression de la fosse d’aisances. Les deux escaliers qui jusque-là permettaient l’accès des touristes à la flèche d’Alavoine seront également démolis, l’architecte ayant prévu un autre circuit d’accès. Le 9 mai 1 887, il est invité à débuter les travaux répartis sur deux années. La mise en œuvre est confiée à l’entrepreneur habituel des travaux de grosses réparations Armand Requier, qui achève des ouvrages identiques sur le côté sud de la cathédrale51, tandis que la sculpture est partagée entre Jean-Baptiste Foucher et Edmond Bonet52.

La sacristie paroissiale

  • 53 Jouen Chanoine, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, p. 143.

14Parmi les victimes du dégagement des abords de la cathédrale figure la sacristie paroissiale installée dans un bâtiment moderne accolé au flanc sud. En 1883, Sauvageot propose de la transférer dans l’ancien cloître de la cour d’Albane entre la tour Saint-Romain et le bras nord du transept dont le bâtiment débuté en 1270, est resté inachevé. En effet, seules deux travées ont été élevées et poursuivies en retour d’équerre sur toute la longueur de la cour d’Albane. La partie septentrionale a ensuite été rapidement aménagée en salle capitulaire pour remplacer la chapelle Sainte-Marie démolie lors de l’ouverture du portail des Libraires. Depuis cette époque, l’édifice n’a pas beaucoup changé (Fig. 191 et 192). Le projet de restauration et d’aménagement est adopté le 22 août 1884 et les travaux débutés le mois suivant vont se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 1885. Au rez-de-chaussée, Sauvageot mure les arcades donnant sur le jardin et les dote de remplages ornés de riches arcatures dans le goût du XIVe siècle (Fig. 193 et 194). Le relevé montre que la structure de la galerie était encore visible et que la composition d’ensemble est scrupuleusement respectée. En revanche, le décor des chapiteaux des colonnettes et celui des occuli sont une création de l’architecte qui s’inspire des motifs contemporains du réseau des fenêtres de la façade septentrionale de la cathédrale. En intérieur, Barthélémy et Desmarest signalaient dès 1849 l’écroulement d’une partie des voûtes, qui furent partiellement restaurées cinq ans plus tard53. Sauvageot achève ce travail en recréant les éléments disparus : il complète les arcades géminées retombant sur les colonnettes et rétablit également les motifs d'occuli à six lobes qui, d’après la coupe longitudinale, avaient pratiquement disparu (Fig. 195).

La maîtrise Saint-Évode

15La maîtrise Saint-Évode connaît à la fin du XIXe siècle un véritable renouveau encouragé par le cardinal de Bonnechose et ses successeurs. Le nombre d’élèves, cantonné à une quarantaine, va doubler et les locaux de la maîtrise, installés dans la cour d’Albane, vont s’avérer trop étroits. L’épiscopat de Monseigneur Thomas coïncide avec la reprise de l’assainissement des abords de l’église métropolitaine. Désormais, le déménagement s’impose puisqu’en 1888, les vestiaires sont démolis. Sauvageot propose alors d’installer l’école de chant dans l’ancienne officialité, à l’extrémité du transept nord dans la cour des Libraires (Fig. 196). Ce bâtiment très simple, placé en vis-à-vis de la bibliothèque du chapitre, est sans emploi depuis le début du siècle. Longtemps utilisé comme dépôt pour les anciens modèles de la flèche, il s’est ensuite peu à peu dégradé. Malgré cela, l’emplacement est idéal puisque l’officialité se trouve dans le même périmètre que l’ancien cloître récemment transformé en sacristie et, même si le contraste avec les parties voisines restaurées est saisissant, les travaux proposés ne peuvent que contribuer à unifier cet ensemble compris entre la tour Saint-Romain et le portail des Libraires. En 1888, Sauvageot conçoit deux projets : l’un dépasse les 166 360 francs, tandis que le second, s’élève à près de 80 000 francs.

Fig. 191. Rouen, Vue générale de la cour d'Albane prise depuis la rue Saint-Romain avec le vieux-logis sauvé de la démolition au milieu des années 1890, l'ancien cloître transformé en sacristie en 1883-1886 et accolé au flanc nord de la cathédrale, 1907 ; photographie (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 192. Rouen, Cathédrale, vue générale du cloître de la cour d'Albane avant les travaux de restauration et d'aménagement en sacristie menés par Sauvageot, photographie antérieure à 1883-1886, (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 193. L. Sauvageot, Cathédrale de Rouen, projet de transfèrement de la sacristie paroissiale dans l’ancienne salle capitulaire. Élévation sur la cour de la maîtrise, coupe longitudinale et plan de la salle capitulaire. État actuel, octobre 1883, encre et lavis, Paris, Médiathèque du patrimoine (© CMN).

Fig. 194. Rouen, Cathédrale, vue générale de la façade ouest de l'ancien cloître de la cour d'Albane transformé en sacristie en 1883-1886, détail de l’élévation. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 195. Rouen, Cathédrale, ancien cloître de la cour d’Albane transformé en sacristie en 1883-1886, vue générale, s. d. (fin XIXe siècle), photographie (Cl. Sophie Nasi).

  • 54 Devis dressé par Sauvageot, février 1888 – ADSM : 2J 354-87.

16Bien que le premier devis (Fig. 197 et 198) ait été rejeté d’office en raison de son coût trop élevé, il est intéressant dans la mesure où l’architecte propose non seulement d’aménager les locaux de l’ancienne officialité mais aussi de les agrandir en construisant une aile en retour le long de la rue Saint-Romain, reliée par la tour carrée englobant le grand escalier54. L’élévation envisagée sur la cour prolonge et reprend celle de l’ancien hôtel d’Estouteville avec trois niveaux en plus du rez-de-chaussée, une toiture en ardoises d’Angers et des verticales très marquées – grâce aux baies, aux tuyaux de cheminées et aux petits frontons triangulaires surmontant les lucarnes des combles. La façade sur la rue Saint-Romain qui englobe des vestiges médiévaux est d’inspiration très différente. Là, le mur existant doit être surrélevé d’un niveau et la partie supérieure est prévue pour former des créneaux et des merlons. Le système des baies et des portes qui doit être entièrement modifié prévoit le percement de petites ouvertures étroites et le débouchement des rosaces existantes. En intérieur, la répartition des espaces et la distinction marquée entre les services et les lieux d’enseignement rappellent par bien des aspects les formules adoptées dans le domaine de l’architecture scolaire. Dans l’ancien bâtiment de l’officialité, Sauvageot propose ainsi d’installer une étude, trois classes et un parloir tandis que dans le nouveau bâtiment, il prévoit au rez-de-chaussée, la cuisine et la laverie ; au premier étage, les classes et l’infirmerie ; au second, les dortoirs ; et enfin au troisième, l’appartement du directeur.

  • 55 Minute de lettre du directeur chargé des Cultes à l’archevêque, en réponse à sa lettre du 26 avril (...)
  • 56 Lettre de l’archevêque au ministre chargé des Cultes, 23 mai 1896 – AN : F19 7856.

17L’affaire est finalement ajournée par l’archevêque jusqu’en 1895, date à laquelle aucun sursis n’est plus envisageable : la démolition des maisons voisines de la maîtrise l’année suivante entraînera l’abandon de celle-ci pour des raisons de sécurité. Mais, le financement du projet pose problème. La direction des Cultes refuse en effet de participer pour moitié à la dépense car elle estime que la maîtrise n’est pas une simple classe de chant et qu’avec son internat et ses dortoirs, elle se rapproche plus d’« une espèce d’école secondaire libre préparatoire au petit séminaire55 ». Peut-on, dans ces conditions, affecter à ces travaux des crédits destinés en principe à l’entretien et à la réparation des édifices diocésains ? L’archevêque, malgré un premier refus, multiplie les audiences auprès du ministère et demande l’autorisation de débuter les travaux ou tout du moins les opérations préliminaires56. Le devis adopté le 6 février 1897 montre que le projet exécuté se limitera en fin de compte à l’appropriation des locaux de l’ancienne officialité sans aucun agrandissement. L’ensemble sera inauguré le 28 décembre 1898 et, à cette occasion, la maîtrise sera officiellement placée sous le patronage de saint Évode.

Fig. 196. Rouen, Cathédrale, vue générale de la maîtrise Saint-Évode à gauche après les travaux d'aménagement menés par Sauvageot, fin du XIXe siècle-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 197. L. Sauvageot, Projet d’installation de la maîtrise Saint-Évode de Rouen dans les bâtiments de l’ancienne officialité de la cathédrale (premier projet non exécuté). Façade nord sur la rue Saint-Romain, s. d. (1888), crayon et lavis sur papier, Rouen, archives départementales de Seine-Maritime (Cl Sophie Nasi).

Fig. 198. L. Sauvageot, Projet d’installation de la maîtrise Saint-Evode de Rouen dans les bâtiments de l’ancienne officialité de la cathédrale (premier projet non exécuté). Façade sur cour, s. d. (1888), crayon et lavis sur papier, Rouen, archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

La mise en valeur de la fonction culturelle de l’édifice

  • 57 Des statuettes sont ainsi volées en 1894 et retrouvées par chance quelques mois plus tard.
  • 58 Lettre du directeur chargé des Cultes à Sauvageot, 3 septembre 1886 – AN : F19 7855.
  • 59 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1885, non daté – AN : F19 7855.
  • 60 Lettres des directeurs des Cultes à l’archevêque, 25 octobre 1886 et 9 octobre 1888 – AN : F19 785 (...)

18■ En dehors de sa fonction cultuelle, la cathédrale est également un Monument historique abritant des œuvres d’art et à ce titre, il doit être mis à la disposition du public comme un musée, ce qui suppose des horaires d’ouverture, des parcours de visite et des mesures de protection contre les risques de vandalisme et de vol57. À la différence de ses prédécesseurs, Sauvageot est très attaché à cette fonction culturelle et il est amené à prendre un certain nombre de mesures, qu’il étudie dans le respect du clergé utilisateur et de manière à ne pas heurter l’usage cultuel de l’édifice. L’un des grands attraits de la cathédrale de Rouen sont ses tombeaux, en particulier ceux dits de Brézé et des cardinaux d’Amboise placés dans la chapelle de la Vierge. Or, le directeur des Cultes est alerté en 1886 du fait que cette chapelle est fermée au public qui ne peut y accéder qu’accompagné d’un garde Suisse auquel il doit en outre payer une rétribution58. De fait, les visites sont restreintes et le pourtour du chœur dans lequel se trouve la chapelle est uniquement ouvert aux touristes le dimanche matin et pendant la durée des vêpres ; le reste du temps, on y pénètre effectivement accompagné. Pourtant, Sauvageot a fait installer en 1885 une clôture en fer forgé provenant de la démolition du jubé à l'entrée de la chapelle de la Vierge pour protéger les tombeaux59. Malgré cela, l’archevêque s’oppose à l’idée d’autoriser les touristes à se promener librement compte tenu des risques et, à plusieurs reprises, la direction des Cultes est amené à lui demander de prendre les mesures nécessaires pour ne pas limiter le droit de visite60.

  • 61 Rapport dressé par Sauvageot, 1er novembre 1886 – AN : F19 7855.
  • 62 Id., 3 mai 1896 – AN : F19 7856.

19En 1887, l’architecte profite du réaménagement et de l’assainissement de la cour de la Fonte pour modifier l’accès à la flèche de la cathédrale qui, jusque-là, s’effectuait par cette cour en passant par la rue Saint-Romain61. Désormais, les visiteurs y accéderont par l’escalier à vis en pierre situé dans la cathédrale du côté de la cour des Libraires, escalier qui mène directement au comble du transept nord afin de faciliter le circuit de la visite. Enfin, il propose en 1896 d’installer au deuxième étage de la tour Saint-Romain un petit musée de l’œuvre réunissant des fragments d’architecture et de statues provenant des différentes parties de l’édifice62. Les pièces – avec des moulages, des modèles et une quantité de têtes sculptées en pierre – forment une sorte de collection, débutée par ses prédécesseurs, et que lui-même s’est efforcé d’accroître.

La restauration de la façade occidentale de la cathédrale

  • 63 Lettre du préfet de SI au directeur des Cultes, 26 juin 1895 – AMH : 81/76/252/88.
  • 64 Id., 23 septembre 1895 – AMH : 81/76/252/88.
  • 65 Cf. Lettre pastorale de S. Em. Monseigneur le Cardinal Sourrieu, archevêque de Rouen, primat de No (...)
  • 66 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 novembre 1897 – AMH : 81/76/252/88.
  • 67 Devis dressé par Chaine, 13 juillet 1906 – AMH : 81/76/252/88.
  • 68 Rapport dressé par Chaine, 23 juillet 1906 – AMH : 81/76/252/88.

20■ Au début des années 1890, le dégagement et la restauration de la façade méridionale sont terminés et les travaux de même nature entrepris sur le côté nord sont sur le point d’être achevés. Auparavant, les prédécesseurs de Sauvageot avaient restauré le portail des Libraires au nord, la chapelle de la Vierge et le portail de la Calende au sud. Seul le portail occidental est resté à l’écart de ces grands travaux et le contraste avec les parties nouvellement restaurées est d’autant plus choquant que le dégagement des abords a apporté une monumentalité nouvelle à l’ensemble. En 1893, l’État décide d’y remédier et d’achever la reprise complète des extérieurs. Toutefois, la façade Ouest est dans un tel état de ruine qu’il n’est pas question d’envisager une restauration complète car, même en se limitant au plus urgent, Sauvageot évalue la dépense à près de 600 000 francs. L’État, propriétaire de l’édifice, estime pouvoir affecter à ces travaux entre 20 et 25 000 francs par an. Or, dans ces conditions, plus d’une vingtaine d’années seront nécessaires pour mener à bien le chantier. Le ministère sollicite alors l’aide de la ville et du département, mais sans succès. Malgré cela, il décide en juin 1895 de débuter les travaux en y consacrant chaque année une somme d’environ 35 000 francs et un premier crédit de 45 000 francs est immédiatement mis à la disposition de l’architecte (Tableau 13). Le préfet Hendlé, ainsi placé devant le fait accompli, propose à son tour au conseil général d’affecter une somme complémentaire de 100 000 francs, versée en cinq annuités63. Les premières négociations échouent et cette résolution n’est adoptée qu’en seconde délibération, sous réserve que la municipalité et l’archevêché acceptent de verser une allocation identique64. L’archevêque s’engage à faire appel à la générosité de ses paroissiens et la souscription ouverte en mai 1898 est très rapidement réalisée65. En revanche, c’est avec beaucoup de difficultés que la ville va réunir la subvention et il lui faudra contracter un nouvel emprunt de 1,5 millions de francs pour se dégager quelque peu de sa gêne financière66. Par ailleurs, l’allocation sera remise en dix annuités de 10 000 francs. Ainsi, malgré les efforts consentis par les partenaires locaux, les travaux débutés en 1895 vont finalement s’étaler sur près de treize années. Durant cette période, les fortes variations des crédits annuellement mis à la disposition de l’architecte entraîneront des cycles d’accélération, de ralentissement et même d’arrêt des travaux (Tableau 14). D’ailleurs, ces ressources n’auraienr sans doute pas suffi pour mener à bien le chantier dans les délais impartis sans la donation de l’inspecteur des travaux Henri Gosselin qui, à sa mort en 1902, lègue une somme de 260 000 francs pour cet objet. Sur ce montant, 100 000 francs environ sont utilisés en 1906 pour achever le chantier en cours67 et le reste servira à financer la restauration de la tour Saint-Romain en 190 968.

  • 69 Rapport dressé par Sauvageot, 1er mai 1903 – AN : F19 7862.
  • 70 Id., non daté [1896-1897] – AN : F19 7856.

21Sauvageot dresse annuellement le devis des travaux à effectuer. Le montant des dépenses autorisées est en général scrupuleusement respecté et comme à son habitude, il parvient même à laisser des excédents. En 1900, on constate cependant un dépassement de plus de 30000 francs sur les dépenses autorisées et à partir de 1903, il signale chaque année que « les ouvrages proposés [...] sont restreints dans la limite des faibles ressources affectées à ces travaux69 ». Pour réduire quelque peu les frais d’échafaudages qui représentent environ 4300 francs par an, une partie de l’installation est acquise en 189 870. Elle est ensuite retaillée et recoupée selon les besoins, tandis qu’un nouvel échafaudage plus grand et permettant d’atteindre les parties hautes de la façade est posé la même année. Le chantier est également marqué par les changements intervenus au niveau de la maîtrise d’œuvre : en 1902, l’inspecteur des travaux Gosselin est remplacé par Émile Auvray et deux ans plus tard, Sauvageot, promu inspecteur général des Édifices diocésains, abandonne son poste au profit d’Henri Chaine. La succession n’entraîne pas de changement notable dans la mesure où les travaux sont déjà très avancés et qu’il ne reste que la partie centrale à terminer. Toutefois, l’œuvre de Chaine se distingue de celle de son prédécesseur dans le parti de restauration qui est plus simple et moins fouillé dans le traitement des détails. En ce qui concerne l’exécution des ouvrages, trois entrepreneurs se succèdent : Armand Requier en 1895 ; Brunei fils en 1896-1897 ; puis, à partir de 1898, Émile Delalonde (associé à René Gouverneur à partir de 1903). Cette entreprise parisienne, spécialisée dans la restauration, travaille également pour Sauvageot sur le chantier contemporain de la cathédrale de Laon. La sculpture est entièrement réalisée par les deux collaborateurs attitrés de l’architecte, Edmond Bonet et Jean-Baptiste Foucher.

Tableau 13. Répartition annuelle des dotations prévisionnelles accordées pour la restauration de la façade occidentale de Rouen (en francs)

Tableau 13. Répartition annuelle des dotations prévisionnelles accordées pour la restauration de la façade occidentale de Rouen (en francs)

Tableau 14. Maîtrise budgétaire des travaux de restauration de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen (en francs)

Tableau 14. Maîtrise budgétaire des travaux de restauration de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen (en francs)
  • 71 Id., non daté [1892-1893] – AN : F19 7856.
  • 72 Ibid.
  • 73 Rapport dressé par Sauvageot, non daté [1899-1900] – AN : F19 7856.
  • 74 Id., [1892-1893] – AN : F19 7856.
  • 75 « Séance du 27 octobre 1899 », Bul. de la commission..op.cit, t. XI, 1897-1899, Rouen, 1900, p. 52 (...)

22En 1893, le ministère recommande une intervention minimale afin d’enrayer les processus de dégradation en cours (Fig. 199). Mais, Sauvageot estime au contraire que l’important n’est pas de transmettre la façade dans son état actuel, mais plutôt de lui rendre sa « physionomie toute spéciale, due à une ordonnance caractéristique71 ». Malgré ce double langage, l’objectif de la restauration ne fait aucun doute et, pour tous les partis en présence, il ne s’agit pas simplement d’assurer la conservation des vestiges mais bien de rendre au portail son « caractère primitif72 ». Les plans et devis sont d'ailleurs adoptés chaque année sans la moindre modification. La façade devait sa fortune à la profusion de son décor ornemental, mais celui-ci était en grande partie ruiné. Pour Sauvageot, il fallait donc refaire la sculpture décorative des éléments architectoniques reconstruits car elle participait pleinement de la particularité de l’ensemble. Ainsi, lorsque le grand gable ajouré près de la tour Saint-Romain est refait en 1895, il justifie son choix en rappelant l’aspect très décoratif de celui-ci se découpant sur le ciel73. Dans les parties supérieures, il propose également une réfection complète des éléments disparus et notamment, des tourelles intermédiaires et des grands gables ajourés les reliant. Là, il s’agit de recréer l’un des plus beaux morceaux en même temps qu’une architecture type du XIVe siècle. Pour cela, l’architecte va utiliser une gravure du XVIIIe siècle exécutée par Château et dédiée à « M.M. le doyen, Chanoines et Chapitre de N.D. », dans laquelle les parties hautes sont encore visibles (Fig. 200). Par ailleurs, il fait retirer les contreforts d’Alavoine situés contre les portails Saint-Jean et Saint-Étienne, conformément aux directives ministérielles qui recommandent de supprimer les ajouts modernes inutiles. Ces deux pyramides achevées en 1834 faisaient l’objet de virulentes critiques car elles avaient été laissées à « l’état de grossiers épanelages (sic)74 » et le ministère avait même proposé de les masquer avec des éléments de sculptures provenant des anciens contreforts. Après leur démolition en 1898 et en 1906, ils sont remplacés par deux nouveaux éléments d’angle en pierre dure de Vernon, « rétablis dans le style du XIVe siècle et d’après les amorces et les gravures du temps75 ». Toutefois, leur aspect diffère de ceux dessinés par Château : arrêtés à hauteur des portails latéraux, ils sont en effet plus discrets que les précédents, simplement terminés en pyramide. La critique se montre sceptique par rapport à ce profil, jugé maladroit et sans harmonie avec l’œuvre de Roulland Le Roux.

Fig. 199. Rouen, Cathédrale, vue de la façade occidentale avant restauration, 1881, photographie Neurdein, Rouen, Bibliothèque municipale, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900)..., Rouen, 1983, no 183 (Cl. Sophie Nasi).

  • 76 Rapport dressé par Sauvageot, non daté [1892-1893] – AN : F19 7856.
  • 77 Id, [1896-1897] – AN : F19 7856.
  • 78 « Séance du 27 octobre 1899 », Bul. de la commission des Antiquités..., op. cit., p. 199.
  • 79 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 16 juin 1897 – AN : F19 7856.
  • 80 Rapport dressé par Sauvageot, 1er mars 1897 – AN : F19 7861.

23Les premières campagnes sont consacrées à la réfection des parties supérieures de la façade (Fig. 201 à 204). En 1895, Sauvageot débute les réparations du côté de la tour Saint-Romain, à la hauteur du deuxième et du troisième étage76. Sur la façade proprement dite, il reprend deux des gables supérieurs – celui touchant la tour et celui en retour adossé à la tourelle voisine – et il refait les pinacles de part et d’autre77. La réfection de la balustrade va soulever quelques objections de la part de la commission départementale des Antiquités qui s’étonne du « motif [...] inusité78 » proposé. Or, celui-ci correspond à la gravure de Château, confortée par l’étude des amorces de pierre encore visibles. La campagne de 1896 poursuit ces opérations du côté de la tour Saint-Romain avec la réfection des deux autres gables, y compris les détails d’ornementation, les pinacles-tabernacles et les grands réseaux de fenestrage. Sauvageot étend aussi la réfection à l’ensemble des deux travées et reprend des éléments ruinés du XIVe siècle encastrés dans les angles des tourelles. Enfin, trois dais sculptés supportant des statues anciennes sont remplacés d’urgence, un examen approfondi ayant révélé leur état de décomposition79. En 1897, un nouvel échafaudage culminant à plus de 35 mètres de haut est établi, permettant ainsi de poursuivre la reprise des parties hautes du côté de la tour de Beurre. Les ouvrages sont de même nature, à l’exception du contrefort nord-ouest voisin de ladite tour, dont une portion a été laissée en attente lors d’une campagne de restauration antérieure et qui pose un certain nombre de questions80. En effet, la tourelle a bien été restaurée entre 1838 et 1840, mais les fenestrages aveugles, les supports et les dais des pinacles ont été laissés à l’état brut. Que faire de ces éléments restaurés quarante ans plus tôt, d’autant que les sondages ont démontré que la pierre dure de Vernon employée pour la réfection a pourri et qu’un calcin très dur s’est formé en surface ? Sauvageot, malgré ses réticences et son parti de restauration, se résout finalement à laisser les parties épannelées en l’état. La location de l’échafaudage est prolongée en 1898 afin d’achever les ouvrages sur le côté sud, principalement la sculpture de la modénature du sommet du grand fenestrage et la réfection du décor architectural plaqué contre le corps de la tourelle.

Fig. 200. Rouen, Vue du grand portail de l’église métropolitaine de Rouen, XVIIIe siècle, gravure de Château, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. III (Cl. Sophie Nasi).

  • 81 Ibid.
  • 82 Rapport dressé par A. de Baudot, 24 mai 1902 – AN : F19 7862.

24À partir de 1899, l’augmentation des crédits permet d’accélérer le chantier et de concentrer les efforts sur la partie centrale de la façade (Fig. 205). Sauvageot débute par la reprise des parties hautes et par la restitution des trois campaniles manquants. Selon lui, les vestiges en place sont suffisants pour restituer les tourelles : les parties basses encore visibles et plusieurs morceaux anciens de l’élévation « ne laissent aucun doute sur le plan de ces flèches et sur le tracé de leurs moulurations81 ». D’ailleurs, la gravure de Château confirme ces dispositions. En 1901, les fonds sont également utilisés pour transformer le grand pignon central. Le chantier se prolonge en 1902 par la réfection de la modénature et de la sculpture ornementale de la partie centrale : reprise complète de la grande galerie ajourée de la fin du XVe siècle située en avant du pignon de la nef, y compris les deux gables l’entourant ; restauration de la balustrade du XIIIe siècle derrière le gable permettant de rétablir la communication entre les tourelles82. L’année suivante voit l’achèvement de la galerie en avant du pignon de la nef et du décor des écoinçons de la rose et de son arc d’encadrement. La reprise des éléments des étages inférieurs débute également et se prolonge en 1904 après le départ de Sauvageot. Son successeur va lui se consacrer à la restauration du grand gable ajouré surmontant le portail central et de la galerie attenante du Viri galilei, ainsi qu’à la réfection simplifiée des contreforts du XVIe siècle et des redents de la grande voussure au niveau du même portail.

Fig. 201. L. Sauvageot, Élévation de la partie supérieure de la façade ouest de la cathédrale de Rouen, au-dessus du portail Saint-Étienne. Plan des tourelles sud-ouest. Projet de restauration, 1897, encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine CMN).

Fig. 202. L. Sauvageot, Flèches projetées à droite et à gauche du portail central de la cathédrale de Rouen, mai 1900, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 203. Rouen, Cathédrale, Face orientale d’une des tourelles du portail avec détail de la claire-voie dessinée par Sauvageot, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, Éa cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. XIV (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 204. Rouen, Cathédrale, Détail de la tourelle du portail s'élevant au-dessus du portail Saint-Jean restaurée par Sauvageot, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. XV (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 205. Rouen, Cathédrale, Vue générale de la façade occidentale après les travaux de restauration menés sous la direction de L. Sauvageot puis d'H. Chaine, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. IV (Cl. Sophie Nasi).

25Au début de l’année 1908, le chantier s’achève enfin. Bien que l’intervention ait permis de conserver les formes du décor architectural de la façade qui était en ruine, il convient de rester prudent quant à ce retour à l’état primitif revendiqué par Sauvageot. En effet, hormis la grande statuaire, la maçonnerie et la modénature ornementale ont été en grande partie refaites à neuf et il est bien difficile de juger ces ouvrages. La question qui se pose est de savoir si les réseaux actuels sont fidèles à leurs modèles d’origine ou pas. De fait, il certain que les deux campaniles médians sont des créations, car en l’absence de sources iconographiques fiables, il est encore impossible actuellement d’affirmer si ceux-ci dataient du XIVe ou du XVIe siècle, comme le pense Sauvageot.

Notes

1 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1881 – AN : F19 7539.

2 Devis dressé par Sauvageot, 1er novembre 1881 – AN : 19 7539.

3 Rapport dressé par Sauvageot, 24 janvier 1884 – AN : Fl9 7539.

4 Devis dressé par Sauvageot 15 septembre 1884 – AN : F19 7539.

5 Rapport dressé par Sauvageot, 16 juin 1900 – AN : F19 7539.

6 Id, 27 avril 1902 – AN : F19 7539.

7 Devis dressé par Sauvageot, 25 mai 1902 – AN : F19 7539.

8 Lettre de Sauvageot à la direction des Cultes, 25 août 1882 – AN : F19 7234.

9 Rapport dressé par Sauvageot, 31 octobre 1884 – AN : F19 7861.

10 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, non daté (1885) – AN : F19 7861.

11 Extr. reg. délib. du conseil général de la SI, 20 août 1885 –AN : F19 7861.

12 Lettre de la direction chargée des Cultes au préfet de SI, 17 août 1887 – AN : F19 7861.

13 Rapport dressé par Sauvageot, 10 janvier 1881 – AN : F19 7855.

14 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1881 – AN : F19 7855.

15 Rapport dressé par Sauvageot, 27 février 1882 – AN : F19 7855.

16 Lettre du directeur chargé des Cultes au préfet de SI, 13 avril 1882 – AN : F19 7855.

17 Id, 1er juin 1882 – AN: F19 7855.

18 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1889, non daté – AN : F19 7856.

19 Avis de l’IG A. de Baudot, 21 février 1890 – AN : F19 7856.

20 Devis dressé par Sauvageot, 5 avril 1890 – AN : F19 7856.

21 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1891, non daté – AN : F19 7856.

22 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1892 – AN : F19 7856.

23 Id, 1882-AN : F19 7855.

24 Rapport dressé par Sauvageot, 1er novembre 1881 – AN : F19 7855.

25 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1885, non daté – AN : F19 7855.

26 Id., 1886, non daté – AN : F19 7855.

27 Affaires à soumettre à l’examen du comité des IG des travaux diocésains, 1888 – AN : F19 7855.

28 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1892, non daté – AN : Fl9 7856.

29 Id, 1892-1895 – AN : F19 7856.

30 Rapport dressé par Sauvageot, 1er avril 1894 – AN : F19 7856.

31 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1895, non daté – AN : F19 7856.

32 Lettre du ministère chargé des Cultes au préfet de SI, 23 janvier 1884 – AMH : 81/76/252/88.

33 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 17 novembre 1882 – ADSM : 20P 1538-1.

34 Arrêté municipal du 13 octobre 1888 – ADSM : 20P 1538-1.

35 En vertu de la loi du 27 janvier 1902 et de la circulaire ministérielle du 10 mars 1902 invitant les préfets à veiller tout particulièrement à ce que ces prescriptions soient respectées.

36 Extr. reg. délib. du conseil général de la SI, 5 octobre 1908 – AMH : 81/76/1/1.

37 Lettre du préfet de SI au ministre chargé des Cultes, 7 septembre 1881 – AN : F19 7856 ; Id., au ministre chargé des Beaux-Arts – AMH : 81/76/1/1.

38 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 24 septembre 1881 – AN : F19 7867. Lettre de Sauvageot au sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, 16 septembre 1881 – AMH : 81/76/1/1.

39 Lettre du président de la Société des Amis des Monuments rouennais au maire de Rouen, 17 novembre 1887, in : Bul. rétrospectif des Amis des Monuments., op. cit., p. 50-51.

40 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 7 octobre 1897 – AN : F19 7856.

41 Avis dressé par A. de Baudot, 23 octobre 1897 – AN : 19 7856.

42 Minute de lettre de la direction des Cultes au préfet de SI, 3 novembre 1897 – AN : F19 7856.

43 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 15 octobre 1898 – AN : F19 7856.

44 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 2 février 1900 – AN : F19 7856.

45 Amis des Monuments Rouennais, Pour la maison du XVe siècle de la rue St Romain : protestations, 1er fascicule, Rouen, 1900 ; Id. : dossier administratif des correspondances, Rouen, 1900 ; Id. : protestations, 3e fascicule, Rouen, 1900.

46 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 30 novembre 1900 – AN : F19 7856.

47 Séance de la commission départementale des Antiquités de la SI, 11 avril 1900 – ADSM : 4T 200.

48 Avis d’A. de Baudot, 5 octobre 1908 – AMH : 81/76/252/88.

49 Minute de lettre du sous-secrétaire d’État chargé des Beaux-Arts à Chaine, 13 octobre 1908 – AMH : 81/76/252/88.

50 Rapport dressé par Sauvageot, 1er novembre 1886 – AN : F19 7855.

51 Lettre de la direction des Cultes au préfet de SI, 9 mai 1887 – AN : F19 7855.

52 Soumissions de J.-B. Foucher et d’E. Bonet, 12 mai et du 7 juin 1888 – AN : F19 7855.

53 Jouen Chanoine, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, p. 143.

54 Devis dressé par Sauvageot, février 1888 – ADSM : 2J 354-87.

55 Minute de lettre du directeur chargé des Cultes à l’archevêque, en réponse à sa lettre du 26 avril 1895, non datée (n° 694) – AN : Fl9 7856.

56 Lettre de l’archevêque au ministre chargé des Cultes, 23 mai 1896 – AN : F19 7856.

57 Des statuettes sont ainsi volées en 1894 et retrouvées par chance quelques mois plus tard.

58 Lettre du directeur chargé des Cultes à Sauvageot, 3 septembre 1886 – AN : F19 7855.

59 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1885, non daté – AN : F19 7855.

60 Lettres des directeurs des Cultes à l’archevêque, 25 octobre 1886 et 9 octobre 1888 – AN : F19 7855.

61 Rapport dressé par Sauvageot, 1er novembre 1886 – AN : F19 7855.

62 Id., 3 mai 1896 – AN : F19 7856.

63 Lettre du préfet de SI au directeur des Cultes, 26 juin 1895 – AMH : 81/76/252/88.

64 Id., 23 septembre 1895 – AMH : 81/76/252/88.

65 Cf. Lettre pastorale de S. Em. Monseigneur le Cardinal Sourrieu, archevêque de Rouen, primat de Normandie au clergé et aux fidèles de son diocèse pour l’ouverture d'une souscription diocésaine en faveur de la Restauration de la Façade de la Cathédrale et mandement pour le Carême de l’an de grâce 1898, Rouen, 16 Février 1898, Rouen, 1898.

66 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 novembre 1897 – AMH : 81/76/252/88.

67 Devis dressé par Chaine, 13 juillet 1906 – AMH : 81/76/252/88.

68 Rapport dressé par Chaine, 23 juillet 1906 – AMH : 81/76/252/88.

69 Rapport dressé par Sauvageot, 1er mai 1903 – AN : F19 7862.

70 Id., non daté [1896-1897] – AN : F19 7856.

71 Id., non daté [1892-1893] – AN : F19 7856.

72 Ibid.

73 Rapport dressé par Sauvageot, non daté [1899-1900] – AN : F19 7856.

74 Id., [1892-1893] – AN : F19 7856.

75 « Séance du 27 octobre 1899 », Bul. de la commission..op.cit, t. XI, 1897-1899, Rouen, 1900, p. 520.

76 Rapport dressé par Sauvageot, non daté [1892-1893] – AN : F19 7856.

77 Id, [1896-1897] – AN : F19 7856.

78 « Séance du 27 octobre 1899 », Bul. de la commission des Antiquités..., op. cit., p. 199.

79 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 16 juin 1897 – AN : F19 7856.

80 Rapport dressé par Sauvageot, 1er mars 1897 – AN : F19 7861.

81 Ibid.

82 Rapport dressé par A. de Baudot, 24 mai 1902 – AN : F19 7862.

Table des illustrations

Légende Fig. 181. Rouen, Plan d’ensemble de la cathédrale et de l’archevêché avec indication des bâtiments annexes, non signé et non daté (antérieur à 1886 compte tenue de la localisation de la sacristie et du vestiaire notamment), Paris, Médiathèque du patrimoine, archives photographiques (© CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 182 et 183. L. Sauvageot, Projet de construction d’écuries à l’archevêché de Rouen. Élévation principale et plan de localisation, 29 mars 1902, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Fig. 184. Rouen, Cathédrale, détail des clochetons de la flèche (planté en équilibre sur la gauche, le ferronnier F. Marrou), août 1881, photographie, Rouen, Bibliothèque municipale, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900)..., Rouen, 1983, no 184 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 185. Rouen, Cathédrale, vue de la cour d’Albane et du bas-côté nord, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl XXI (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 186. Rouen, Cathédrale, détail du bas-côté nord restauré par Sauvageot (les gables sont restés épannelés et les dais ont été restitués), photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. XXII (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 187. L. Sauvageot, Travées de la nef de la cathédrale de Rouen. Coupe transversale, intérieur et extérieur, plan inférieur et plan sur le chemin de ronde, détails divers dont les galeries des bas-côtés, contrefort nord avant l’addition des chapelles..., avril 1889, encre et lavis sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (©CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 188. L. Sauvageot, Dégagement de la cathédrale de Rouen. Plan de la cathédrale et de l’archevêché indiquant les dates d’acquisition des propriétés environnantes, s. d. (fin XIXe siècle), encre et aquarelle, Paris, Médiathèque du patrimoine (Cliché Arch. Phot., Coll°MAP © CMN, Paris).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 189. Rouen, 3 rue Saint-Romain, vue du vieux logis, 1899, photographie, Paris, Agence photographique Roger Viollet, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900)..., Rouen, 1983, no 379 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 190. L. Sauvageot, Projet d’aménagement de la cour de la Fonte sur le flanc nord de la cathédrale de Rouen, 1er novembre 1886, encre sur papier, Paris, Archives nationales (CL Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 191. Rouen, Vue générale de la cour d'Albane prise depuis la rue Saint-Romain avec le vieux-logis sauvé de la démolition au milieu des années 1890, l'ancien cloître transformé en sacristie en 1883-1886 et accolé au flanc nord de la cathédrale, 1907 ; photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 192. Rouen, Cathédrale, vue générale du cloître de la cour d'Albane avant les travaux de restauration et d'aménagement en sacristie menés par Sauvageot, photographie antérieure à 1883-1886, (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 193. L. Sauvageot, Cathédrale de Rouen, projet de transfèrement de la sacristie paroissiale dans l’ancienne salle capitulaire. Élévation sur la cour de la maîtrise, coupe longitudinale et plan de la salle capitulaire. État actuel, octobre 1883, encre et lavis, Paris, Médiathèque du patrimoine (© CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 194. Rouen, Cathédrale, vue générale de la façade ouest de l'ancien cloître de la cour d'Albane transformé en sacristie en 1883-1886, détail de l’élévation. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 195. Rouen, Cathédrale, ancien cloître de la cour d’Albane transformé en sacristie en 1883-1886, vue générale, s. d. (fin XIXe siècle), photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 196. Rouen, Cathédrale, vue générale de la maîtrise Saint-Évode à gauche après les travaux d'aménagement menés par Sauvageot, fin du XIXe siècle-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 197. L. Sauvageot, Projet d’installation de la maîtrise Saint-Évode de Rouen dans les bâtiments de l’ancienne officialité de la cathédrale (premier projet non exécuté). Façade nord sur la rue Saint-Romain, s. d. (1888), crayon et lavis sur papier, Rouen, archives départementales de Seine-Maritime (Cl Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 198. L. Sauvageot, Projet d’installation de la maîtrise Saint-Evode de Rouen dans les bâtiments de l’ancienne officialité de la cathédrale (premier projet non exécuté). Façade sur cour, s. d. (1888), crayon et lavis sur papier, Rouen, archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau 13. Répartition annuelle des dotations prévisionnelles accordées pour la restauration de la façade occidentale de Rouen (en francs)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 14. Maîtrise budgétaire des travaux de restauration de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen (en francs)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 199. Rouen, Cathédrale, vue de la façade occidentale avant restauration, 1881, photographie Neurdein, Rouen, Bibliothèque municipale, extr. de G. Pessiot, Histoire de Rouen (1850-1900)..., Rouen, 1983, no 183 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 200. Rouen, Vue du grand portail de l’église métropolitaine de Rouen, XVIIIe siècle, gravure de Château, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. III (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Fig. 201. L. Sauvageot, Élévation de la partie supérieure de la façade ouest de la cathédrale de Rouen, au-dessus du portail Saint-Étienne. Plan des tourelles sud-ouest. Projet de restauration, 1897, encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 202. L. Sauvageot, Flèches projetées à droite et à gauche du portail central de la cathédrale de Rouen, mai 1900, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 203. Rouen, Cathédrale, Face orientale d’une des tourelles du portail avec détail de la claire-voie dessinée par Sauvageot, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, Éa cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. XIV (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Fig. 204. Rouen, Cathédrale, Détail de la tourelle du portail s'élevant au-dessus du portail Saint-Jean restaurée par Sauvageot, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. XV (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 205. Rouen, Cathédrale, Vue générale de la façade occidentale après les travaux de restauration menés sous la direction de L. Sauvageot puis d'H. Chaine, photographie antérieure à 1933, extr. de Jouen, La cathédrale de Rouen, Rouen, Paris, 1933, pl. IV (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7088/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 559k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search