Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Quatrième partie. Restauration et mise en valeur du vieux-Rouen

Entretien et restauration des églises paroissiales classées

Texte intégral

  • 1 Viollet-le-Duc E.-E., Dictionnaire raisonné d’architecture..., op. cit., vol. VIII, p. 51.

1L’œuvre de Sauvageot restaurateur est d’une grande diversité et le terme de restauration est ici à prendre au sens large, conformément à la conception du XIXe siècle, à savoir l’ensemble des interventions se rapportant à un édifice ancien relevant soit des Monuments historiques soit des Edifices diocésains. Cela va des simples opérations d’entretien aux agrandissements, en passant par les restitutions, les remaniements et les achèvements. À cela s’ajoute également une importante activité de décorateur, Sauvageot étant amené à concevoir plusieurs pièces de mobilier de style pour les églises. Les travaux effectués pour le compte des Monuments historiques font l’objet d’interventions ponctuelles, le plus souvent à la demande des propriétaires, tandis que ceux menés par le service des Edifices diocésains, directement sous la responsabilité de Sauvageot, font l’objet d’une surveillance et d’un entretien quotidien et d’une manière générale, d’une politique beaucoup plus interventionniste sur le long terme. Toutefois, les méthodes de l’architecte restent identiques dans les deux cas et sont encore très marquées par les préceptes de Viollet-le-Duc pour qui « Restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné1. »

Entretien et réparations : répondre à l’urgence

  • 2 Copie du rapport dressé par Sauvageot, 8 octobre 1878 – ADSM : V7 211.
  • 3 Rapport dressé par Sauvageot, 4 mars 1883 – AMH : 81/76/267/134.
  • 4 Id., 20 avril 1895 – AMH : 81/76/268/142.
  • 5 Id., 30 janvier 1892 – AMH : 81/76/275/126.
  • 6 Lettre du préfet de SI au président du conseil de fabrique de Saint-Maclou, 20 septembre 1893 – AD (...)

2■ Dans un contexte politique moins favorable au clergé consacré par la fin de l’Ordre moral en 1876 et face à la baisse des crédits accordés à la restauration, la priorité concernant les églises paroissiales classées porte sur les travaux de consolidations et de réparations. Là, Sauvageot est amené à intervenir au cas par cas. Ainsi, en 1878, il est chargé de dresser un devis de réparations de l’ancienne abside romane de l’église Saint-Paul devenue sacristie2. En 1883, il entreprend la remise en état des voûtes du chœur de l’ancienne église abbatiale de Saint-Ouen après la réfection complète de la couverture3. Enfin, en 1895, il procède à une remise en plomb des trois grandes verrières de la nef de l’abside de Saint-Patrice4. Dans tous les cas, les infiltrations aggravées par le manque d’entretien sont à l’origine des dégradations. L’urgence préside également à ces chantiers ; c’est le cas pour l’église Saint-Maclou, victime d’un violent orage en 1891, qui anéantit en quelques heures 25 années de travaux menés en extérieur, sans parler de la chute d’un pinacle de la flèche qui entraîne de nouveaux dommages sur le côté nord5. De nombreux éléments du décor sont également arrachés au niveau du portail occidental et du chœur. Pour parer au plus pressé, l’architecte fait immédiatement poser des bâches sur les combles. Toutefois, il faudra attendre près de deux ans pour que les réparations soient enfin mises en œuvre ; un retard lié au refus du ministère des Cultes et du département6 de subventionner une partie des travaux estimés à près de 13100 francs et qui contraindra en dernier lieu, la fabrique à prélever le tiers manquant sur les fonds destinés à l’installation du chauffage.

La restauration de l’église Saint-Vincent

La restauration de l’abside

  • 7 Il ne subsiste que le porche sud du transept construit en 1515 et un pan de mur. Quant aux vitraux (...)
  • 8 Chirol P., « L’église Saint-Vincent », Églises, hôtels, vieilles maisons. Bul. des Amis des Monume (...)

3La seule opération d’envergure menée par Sauvageot dans les églises paroissiales rouennaises concerne Saint-Vincent, où il est chargé dans les années 1870 de restaurer l’abside et d’achever le portail méridional. Ce chantier ne nous est malheureusement connu que par le biais des documents d’archives, l’édifice ayant été presque entièrement détruit lors des bombardements du 31 mai 19447. L’intérêt artistique de cette église du XVe siècle a très tôt été reconnu puisqu’elle figure sur la liste des Monuments historiques dès 1862. Traditionnellement, elle vient d’ailleurs au quatrième rang des trésors de la ville, après la cathédrale, Saint-Ouen et Saint-Maclou. Pourtant, son statut et sa place dans le panthéon architectural de la ville est longtemps resté ambigu. À l’écart des circuits touristiques, l’édifice est également mal connu des Rouennais. Selon Pierre Chirol, ce désintérêt est lié en grande partie au fait qu'elle manque d’unité au regard des autres grandes églises rouennaises, ayant été remaniée à plusieurs reprises8. À la fin du XIXe siècle, tous les regards vont enfin se poser sur cet édifice. L’ouverture de la rue FleurusDuvivier en 1864, l’élargissement et le nivellement de la rue Saint-Vincent puis le percement de la rue de l’Impératrice, vont permettre de dégager l’église qui était jusque-là presque entièrement dissimulée derrière des bâtiments. La grâce de la composition du chevet et la beauté de ses lignes ascendantes vont ainsi se révéler aux yeux de tous. Toutefois, ce dégagement va également mettre en avant les faiblesses de cette partie de l’édifice, en particulier l’altération profonde des balustrades, des contreforts et des arcs-boutants.

  • 9 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.
  • 10 Soumission de l’entrepreneur Jullienne, 8 juillet 1874 – ADSM : V7 213.
  • 11 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.
  • 12 Ibid.
  • 13 Lettre du conseil de fabrique au préfet de SI, 8 avril 1875 – AMH : 81/76/271/145.
  • 14 Rapport de Viollet-le-Duc à la commission des MH, séance du 8 juin 1875 – AMH : 81/76/271/145.
  • 15 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 janvier 1876 – AMH : 81/76/271/145.
  • 16 Soumissions de lullienne et d’E. Bonet, 20 juillet 1876 et 15 avril 1877 – ADSM : V7 213.

4Pour y remédier, le conseil municipal décide en 1873 d’allouer annuellement 8 000 francs à la restauration du chœur et il demande à Sauvageot de dresser « les plans et devis des travaux à faire pour consolider et même reconstruire à neuf les parties menaçant ruines9 ». Son projet daté du 1er mai 1874 évalue la dépense à près de 72000 francs. La commune n’étant pas en mesure de financer une telle somme, elle décide de diviser le chantier en deux tranches et, bien que l’édifice soit classé, aucune autorisation n’est sollicitée de la direction des Beaux-Arts. Seule la commission départementale d’architecture valide les plans et en août 1874, le préfet autorise la ville à débuter les opérations. Compte tenu de la difficulté des travaux, l’architecte propose de limiter la concurrence entre quelques entrepreneurs expérimentés. Jullienne obtient ainsi le marché10 et un traité est directement négocié avec le sculpteur Edmond Bonet11. Toutefois, les gelées de l’hiver 1874-1875 vont considérablement aggraver l’état du chevet et courant janvier, Sauvageot demande à l’entrepreneur de déposer dans l’urgence les deux travées de la balustrade sud du chœur près du clocher. Il prend également l’initiative de solliciter une aide de la direction des Beaux-Arts, afin d’étendre les travaux aux parties méridionales du chœur et d’entreprendre la restauration du portail sud qui se trouve dans « un état déplorable de vétusté12 ». Cette demande est appuyée par le conseil de fabrique13. La commission des Monuments historiques émet un avis favorable quant au projet de restauration du portail méridional et demande un devis plus détaillé concernant le chœur, dont les travaux semblent plus urgents14. Les plans sont déposés le 18 décembre 1875. C’est un nouvel hiver particulièrement rigoureux qui s’annonce et il devient de plus en plus difficile et même dangereux de laisser l’édifice en l’état15 ; durant l’automne, les joints les plus ouverts ont été provisoirement plâtrés. Les devis sont enfin approuvés par la ville en janvier 1876 puis par le ministère le 20 avril suivant, pour un total de 94734 francs comprenant la restauration des doubles travées méridionales du chœur (52 681 francs) et la reprise et l’achèvement du portail méridional (42 053 francs). Les travaux reprennent durant l’été et sont confiés aux entrepreneurs déjà sous contrat16.

  • 17 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.
  • 18 Rapport de la commission départementale d’architecture de SI, 31 juillet 1874 – ADSM : V7 213.
  • 19 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 janvier 1876 – AMH : 81/76/271/145.
  • 20 Devis dressés par Sauvageot, 1er mai 1874 et 18 décembre 1875 – AMH : 81/76/271/145.

5Le percement de la rue Jeanne d’Arc a révélé l’ampleur et l’élégance du chœur, calé par des arcs-boutants à deux volées et des contreforts aux crêtes ajourées. La première phase des réparations débutée en 1874 (Fig. 172 et 173) porte sur les quatre contreforts et arcs-boutants les plus en vue sur la rue Jeanne-d’Arc ainsi que la réparation des fenêtres et balustrades correspondant17. Là, la dégradation des matériaux a conduit au tassement des contreforts, qui a entraîné « une légère flexion vers le milieu de la longueur des arcs-boutants, [...] construits sans courbure sensible18 ». Des étais en pierre ont d’ailleurs été provisoirement placés pour arrêter la déformation et prévenir tout risque de chute. Sauvageot propose une réfection presque complète de l’ensemble et seuls quelques rares éléments d’origine sont réutilisés. L’essentiel est refait en pierre tendre de vergelé de SaintMaximin, à l’exception des gargouilles qui sont en pierre dure de Vernon. En ce qui concerne les voûtes des deux doubles travées méridionales, le danger est lié au mauvais état des dalles qui les recouvrent : simplement juxtaposées, peu épaisses et faiblement inclinées, elles ne sont pas suffisamment résistantes. Pour y remédier, des chandelles en pierre ont été placées sous les parties enfoncées ou dégradées. Mais, ce n’est qu’un palliatif car les voûtes sont soumises à des risques permanents d’effondrement, la charge reposant directement sur le moellon de remplissage desdites voûtes dont l’épaisseur n’excède pas vingt centimètres. Ces remplissages ont, par temps de neige notamment, à supporter un poids considérable et sans aucun rapport avec leur fonction. Pour Sauvageot, c’est le système de construction qu’il faut modifier19. Il conçoit donc un nouveau dallage, plus épais et avec une pente plus marquée, supporté par des pannes, le tout en pierre dure de Vernon. De plus, il renforce la structure des voûtes grâce à une maçonnerie en brique montée sur les extrados des arcs ogivés. À côté de ce s travaux purement confortatifs, il reprend également l’élévation et recrée l’essentiel du décor sculpté que le temps et les infiltrations ont rongé20. Les motifs du couronnement des piles des contreforts terminés en pyramide dont il ne reste aucun vestige, sont refaits à neuf. Ceux des pinacles au-dessus des arcs-boutants dont il subsiste des éléments de pyramides sont repris et achevés. Les anciens gables, dont les traces apparaissent encore sur les travées méridionales, sont complétés et achevés. De même, l’architecte comble les manques au niveau des balustrades et des corniches. Il unifie l’ensemble en recréant les motifs décoratifs caractéristiques du gothique flamboyant, comme les redents sur les contreforts, les flammes sur les gables ainsi que les crochets, les choux, ou encore les roses sur les balustrades, les corniches et les baies. Enfin, les vitraux des verrières sont déposés, remis en plomb et les parties manquantes sont remplacées.

Fig. 172. L. Sauvageot, Élévation d’un contrefort du chœur de l’église Saint-Vincent de Rouen. Restauration projetée, 1er mai 1874, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 173. Rouen, Église Saint-Vincent, vue du chevet et de la façade sud restaurés, angle des rues Jeanne d’Arc et de la Haranguerie, photographie, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

L’achèvement du portail méridional (Fig. 174 à 177)

  • 21 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 janvier 1876 – AMH : 81/76/271/145.
  • 22 Ibid.

6La restauration du portail méridional, présentée comme le prolongement naturel des travaux menés au niveau du chevet et des travées méridionales du chœur, s’inscrit pourtant dans une perspective bien différente et elle ne peut en aucune façon se justifier au nom de l’urgence ou de l’importance de dégradations de nature à compromettre l’édifice. D’ailleurs, la commission des Monuments historiques ne s’y est pas trompée et si elle a autorisé l’exécution et la reprise dudit portail, elle a préféré réserver son subside pour l’opération plus urgente de reprise du chevet. Au niveau de l’administration locale, on considère avec moins de scrupules que les deux projets sont étroitement associés, « par cette circonstance, que la restauration complète des deux travées du chœur ne peut être achevée, sans attaquer conjointement certaines parties du portail, sur lesquelles les balustrades des bas-côtés viennent s’attacher21 ». L’opération de reprise va donc servir de prétexte à un projet plus ambitieux. En effet, le portail en question n’a jamais été achevé et il est très dégradé. C’est donc l’occasion de remédier à cet état en reconstruisant un nouveau portail. Par ailleurs, tandis que l’élargissement de la rue Saint-Vincent a permis d’isoler la façade méridionale, le prolongement de la rue Haranguerie jusqu’à la rue Saint-Vincent a donné une nouvelle place au portail qui se voit désormais en perspective depuis le quai de la Bourse. Or, dans son état de délabrement et d’inachèvement, il offre un point de vue « très-disgracieux22 », peu compatible avec l’idée de ville-musée à laquelle les élus municipaux sont très attachés.

  • 23 Godeffroy E, Église Saint-Vincent, 1841, dessin, pierre noire, rehauts de blanc (BMR, coll. Deglat (...)
  • 24 Richard Ch., Album Rouennais, édifices remarquables de la ville de Rouen, dessinés et lithographié (...)

7Bien qu’elle ait été peu reproduite, quelques documents donnent un aperçu de la façade méridionale avant les travaux de Sauvageot. Un dessin de Félix Godefroy (1841) et une lithographie d’Henri Brandling (avant 1855) notamment, montrent le portail conçu par Guillaume Touchet en 1515 surmonté et masqué par un appentis en pans de bois recouvert de tuiles23. Une lithographie de 1847 donne des détails, avec une statue de Vierge à l’Enfant encore nichée dans le trumeau et surmontée d’une potence en fer forgé à laquelle est suspendue une lanterne – transportée au musée départemental des Antiquités en 186824. Enfin, une photographie avant travaux apporte des éléments quant à la structure de la façade avec deux tympans vitrés superposés et surmontés de l’appentis qui masque les fenêtres hautes du transept. L’amorce d’un gable qui paraît avoir été anciennement interrompu par l’installation de la baie supérieure est également manifeste. Sur la gauche, la tourelle qui loge un escalier s’achève par une cabane en planches. De la façade existante, Sauvageot conserve les parties inférieures, c’est-à-dire le portail proprement dit, les amorces des contreforts et de la tourelle d’angle jusqu’à hauteur de la balustrade. En revanche, il détruit l’appentis en pans de bois et les restes de maçonneries au-dessus des voussures et du gable. Il sacrifie aussi la fenêtre intermédiaire. Il effectue en premier lieu quelques travaux confortatifs au niveau des charpentes, du dallage et des couvertures, dont la tuile est remplacée par de l’ardoise d’Angers. Le portail est simplement nettoyé et seuls les éléments décoratifs manquants, à l’exception des sculptures du tympan et du trumeau, sont repris. Dans les parties hautes, l’architecte conçoit un projet d’achèvement à partir des éléments en place et notamment des vestiges de l’amorce de l’ancien gable. Là, il superpose un gable flamboyant, une claire-voie et un pignon, selon un jeu de rideaux. De part et d’autre, il achève les contreforts et la tourelle de l’angle qu’il surmonte de pyramides ornées de redents et de gargouilles. Il restaure également les fenêtres hautes géminées. La statue de Vierge à l’Enfant autrefois nichée dans le trumeau est placée au-dessus du portail et des panneaux sculptés provenant de l’ancienne église Saint-André-aux-Febvres sont placés aux vantaux de la porte.

Fig. 174. P. Dumée (dit Dumée fils), Eglise Saint-Vincent, portail sud du transept, 1847, lithographie, extr. de C Richard, Album rouennais, édifices remarquables de la ville de Rouen. Rouen, 1847 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 175. Rouen, Vue du portail sud de l'église Saint-Vincent avant restauration, 1867-1870, photographie Neurdein, Rouen, Bibliothèque municipale, extr. de M. Pessiot (dir), Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen, Rouen, 1995, p. 164.

Fig. 176. Rouen, Église Saint-Vincent, vue du portail sud échafaudé durant les travaux de restauration menés par Sauvageot, 1878, photographie Mieusement, Paris, Médiathèque du patrimoine, archives photographiques (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 177. Rouen, Église Saint-Vincent, vue du portail sud après restauration, vers 1880, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, archives photographiques (Cl. Sophie Nasi).

  • 25 Cf. Chirol P., « L’église Saint-Vincent », Églises, hôtels, vieilles maisons..., op. cit., p. 503.

8Ce nouvel ensemble s’intègre avec l’existant. D’un point de vue architectural, les proportions sont harmonieuses et la composition ascendante prolongée par la tour de clocher en arrière-plan, est compensée par l’horizontalité également très marquée des balustrades et des corniches, propres au gothique flamboyant normand. Cet agencement apporte tout à la fois un sentiment de légèreté et de stabilité. Le décor très riche reprend et prolonge celui du chevet et de la façade méridionale qui ont été restaurés par la même équipe. On retrouve un répertoire décoratif identique, les motifs des balustrades et des pyramides se répondant pour créer une unité générale. Quant au nouveau gable du portail méridional conçu par Sauvageot, il reprend, avec ses motifs de flammes et sa balustrade ajourée, la composition du portail occidental de Saint-Maclou sur lequel il semble calqué. Cette similitude est-elle voulue ? Sans vouloir aller trop loin dans cette hypothèse qu’aucun dire de l’architecte ne vient étayer, le parallèle semble intéressant. En effet, les deux édifices ont souvent été rapprochés car ils offrent bien des ressemblances dans le plan et l’élévation. Les chantiers sont d’ailleurs contemporains et Ambroise Hard notamment, a travaillé conjointement à Saint-Maclou et Saint-Vincent. Les historiens, Pierre Chirol en tête, ont souligné que si cette dernière avait été achevée, elle aurait pu rivaliser sans peine avec Saint-Maclou25. Au vue de cette parenté historique et stylistique, il est probable que Sauvageot se soit inspiré du porche de Saint-Maclou pour concevoir son projet d’achèvement du portail méridional de Saint-Vincent.

  • 26 Minute de lettre du bureau des MH au préfet de SI, 30 juin 1875 – AMH : 81/76/271/145.
  • 27 Abbé Renaud E., Rouen, église Saint-Vincent, monographie archéologique et descriptive, Rouen, 1885 (...)

9En tout cas, la restauration de Saint-Vincent fait l’objet d’un véritable consensus et aux yeux de la commission des Monuments historiques, l’architecte ne mérite que des éloges pour la manière dont il l’a entreprise26. Le résultat est également à la hauteur des attentes. Selon l’abbé Renaud, le portail méridional a retrouvé sa forme première grâce à « une habile et intelligente restauration27 ». Ces propos doivent malgré tout être nuancés et dans le cas du portail de la rue Haranguerie notamment, il ne s’agit en aucune façon d’un retour à un état primitif puisqu’il était resté inachevé. En fait, les travaux entrepris par Sauvageot attestent de la volonté d’unifier un ensemble hétérogène que ce soit à travers la mise en œuvre des nouveaux éléments du portail ou bien à travers la restitution du décor. Ils s’inscrivent également dans la continuité des opérations menées depuis les années 1860 avec la restauration du porche occidental et l’achèvement du second bas-côté sud par Barthélémy et Desmarest puis la construction de la sacristie par Vachot. Là, comme dans l’œuvre de Sauvageot, les architectes ont gommé ce qui choquait au nom du principe de l’unité de style. L’église acquiert ainsi une monumentalité nouvelle, marquée par la richesse de ses éléments décoratifs dont les pyramides et les couronnements des pinacles accentuent la verticalité. Ainsi restaurée et partiellement entourée d’une grille et de pelouse du côté du chevet, elle offre d’agréables points de vue du côté de la rue Jeanne d’Arc, depuis les quais ou bien encore sur la place donnant accès à l’église.

La sacristie de Saint-Maclou et l’impossible compromis avec Auguste Dutuit

  • 28 Note de Roujon à Viollet-le-Duc, 10 août 1894, crayonnée sur une lettre émanant du préfet de SI du (...)
  • 29 Lettre de Lefort au directeur des Beaux-Arts, 7 novembre 1894 – AMH : 81/76/265/126.
  • 30 Lettre du directeur des Beaux-Arts à Lefort, 15 février 1895 – AMH : 81/76/265/126.
  • 31 Lettre du directeur des Beaux-Arts, 27 mai 1895 – AMH : 81/76/265/126.
  • 32 Elles constituent le noyau des collections du Petit Palais. Le testament précisait cependant qu’au (...)
  • 33 Rapport de l’IG Selmersheim à la commission des MH, 5 juin 1895 – AMH : 81/76/265/126.

10■ L’immeuble accolé à la partie méridionale de l’église Saint-Maclou, abritant la sacristie et la chapelle des catéchismes, était condamné par le plan d’alignement du quartier Martainville. De l’avis général, il était sans valeur, à l’exception des lambris intérieurs et des menuiseries de la sacristie. Toutefois, ni la ville ni la fabrique ne disposaient des ressources suffisantes pour une reconstruction. Le projet fut donc différé jusqu’à ce qu’un riche mécène rouennais offre au printemps 1894 de construire un nouveau local à ses frais : Auguste Dutuit appartenait à une riche famille d’armateurs du Midi originaire de Normandie et s’était installé à Rouen avec son frère Eugène et sa sœur Héloïse à la mort de leurs parents. Tous trois avaient amassé dans leur hôtel particulier du quai du Havre une fabuleuse collection d’objets d’art et pris une part active à la redécouverte du centre ancien. À la mort d’Eugène, la ville lui rendit hommage en donnant son nom à une rue nouvellement ouverte longeant l’église Saint-Maclou. C’est dans ce contexte et afin de rendre cette voie plus digne de son frère, qu’Auguste Dutuit demande à la ville de mettre à sa disposition le terrain situé derrière le chevet de l’église. Il exige également que son architecte attitré Lucien Lefort soit chargé du projet. Bien que ce dernier soit membre du service des Monuments historiques, la proposition est accueillie froidement par la commission, en particulier par Selmersheim qui estime que Sauvageot, en tant qu’architecte du monument, doit être associé d’une manière ou d’une autre à la conception et à la réalisation du projet28. Lefort suggère alors qu’il pourrait être chargé du suivi du chantier, tandis que Sauvageot se contenterait de représenter l’administration des Beaux-Arts29 ; celle-ci souhaite au contraire que les deux hommes s’associent pour proposer un projet en commun30. Bientôt, l’affaire prend une nouvelle tournure car des négociations sont en cours avec Auguste Dutuit qui envisage de léguer ses collections artistiques à l’Etat. Dans cette perspective, le directeur des Beaux-Arts craint qu’il ne change d’avis dans un mouvement d’humeur et il insiste sur la nécessité de ne le pas contrarier : « À mes yeux, un fait domine toute la question. M. Dutuit possède une collection incomparable qu’il pourrait donner à l’étranger dans un moment d’irritation. J’avoue que devant une pareille considération les rivalités des personnes me laissent fort indifférent. M. Dutuit paie le travail, il a choisi un architecte, qui est du service... qu’on en finisse donc au plus tôt31 ! » Des précautions pour ne pas contrarier le mécène bien inutiles puisque Dutuit fera finalement don de ses œuvres à la ville de Paris32 ! Quoi qu’il en soit Sauvageot et Lefort acceptent finalement de dessiner un projet commun en juin 189533.

  • 34 Projet dressé par Lefort, 19 juin 1894 – AMH : 81/76/265/126.
  • 35 Plan dressé par Sauvageot, 1895 – AMH : no inv. 10514.
  • 36 Projet dressé par Sauvageot, 7 août 1895 – AMH : 81/76/265/126.

11Le bâtiment (Fig. 178 à 180), tel que l’envisage Lucien Lefort au printemps 1894, prend place entre les rues Martainville et Eugène Dutuit sur une longueur d’environ 28 mètres et il est entièrement isolé de l’église. La communication entre les deux bâtiments se fait par la porte des Clercs. Une petite tourelle renfermant l’escalier du côté de la rue Dutuit doit combler la différence de niveau existant entre cette rue et Saint-Maclou. L’ensemble est conçu de manière à réduire le plus possible la hauteur des toitures afin de laisser libre la vue sur l’église34. Féru de la Renaissance, le mécène a exigé que ce style soit adopté dans la nouvelle annexe et que soient intégrées plusieurs colonnettes sculptées du XVIe siècle, ainsi que des boiseries provenant d’une maison de la rue des Ecureuils. Les plans dressés en juillet 1895 par Lefort et Sauvageot montrent que la collaboration a permis de préciser certains points, en particulier le plan. Le bâtiment à venir comprend une grande salle de catéchisme (ornée du retable et des boiseries de l’ancien bâtiment), la sacristie réservée au clergé et une seconde, plus petite. Des sanitaires ont été ajoutés dans une petite cour. L’intervention de Sauvageot a surtout introduit une communication directe entre les deux bâtiments, en insérant un grand vestibule placé dans l’axe et un couloir aboutissant au vestiaire du XVe siècle reliant l’annexe et l’église35. C’est le long de la paroi extérieure de cette galerie que doivent être placées les boiseries et les colonnes en pierre de la Renaissance. Conformément au souhait de Dutuit, ces fragments doivent servir de modèle à la décoration générale du bâtiment. Bien que le donateur approuve ces nouvelles dispositions, il refuse de payer le vestibule de réunion. Par ailleurs, Sauvageot a dressé en 1890 un projet d’installation d’un chauffage dans l’église qui repose sur l’aménagement d’une cave pour le calorifère dans la sacristie à venir et qui, pour l’heure, est en suspens. Encore une fois, Dutuit exclut l’idée de financer cette partie du projet36. Par ailleurs, il demande que les colonnes soient appliquées contre la paroi du couloir et non isolées comme Sauvageot le souhaite, pour rappeler la galerie à jour de la maison d’où elles proviennent. En septembre 1 895, la direction des Beaux-Arts autorise les architectes à débuter les travaux et propose de surseoir à l’exécution du vestibule. Il accorde également une subvention pour l’établissement de la cave du calorifère.

Fig. 178. L. Sauvageot, Projet de construction d’une sacristie pour l’église Saint-Maclou de Rouen. Elévation de la façade latérale, 1895, encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (© CMN).

Fig. 179. L. Lefort et L. Sauvageot, Projet de construction d une sacristie et d’une salle de catéchisme pour l’église Saint-Maclou de Rouen. Plan et élévation de la façade Est. Projet d’exécution, juillet 1895, mine de plomb et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (© CMN).

Fig. 180, Rouen, Eglise Saint-Maclou, vue de la sacristie construite sous la direction de L. Lefort, façade sur la rue Eugène Dutuit, avant 1920, photographie (Cl. Sophie Nasi).

12Le projet tel qu’il est conçu est en contradiction sur plusieurs points avec la « doctrine » des Monuments historiques, les architectes ayant dû céder aux exigences du commanditaire. Ainsi, malgré les efforts pour limiter la hauteur du bâtiment, le chevet de l’église va être en grande partie masqué par la nouvelle sacristie. De plus, le choix de la Renaissance comme référence stylistique est contestable selon le principe de l’unité de style, puisque Saint-Maclou est antérieur. Lefort a d’ailleurs bien du mal à justifier l’opportunité d’un tel parti et il ne peut en définitive que renvoyer aux attentes du commanditaire :

  • 37 Lefort L., « Notre planche. Nouvelle sacristie de l’église Saint-Maclou à Rouen », L’architecture (...)

« Vous objecterez que Saint-Maclou est du XVe siècle, et qu’il paraît peu rationnel d’y annexer un édicule de la Renaissance. Mais Jean Goujon, au XVIe siècle, ne s’est-il pas vu obliger de pasticher l’architecture de son grand-père ? Il a fait ses admirables portes sans s’occuper du reste, et ce sont des chefs-d’œuvres. Il existait bien une difficulté : la rédaction d’un projet antérieur, en style du XVe siècle, déjà approuvé par l’administration des Beaux-Arts [...]. Nous eûmes beau en suggérer avec insistance l’existence à M. Auguste Dutuit : il ne voulut en rien démordre de son idée37 ».

  • 38 Rapport dressé par Sauvageot, 16 juillet 1874 – AMH : 81/76/265/126.
  • 39 Lettre du préfet de SI au ministre chargé des Beaux-Arts, 31 juillet 1908 – AMH : 81/76/265/126.

13À l’automne 1895, l’affaire connaît un nouveau rebondissement puisqu’Auguste Dutuit parvient à racheter le terrain sur lequel doit être bâti l’annexe et, en tant que propriétaire, il n’a désormais plus de compte à rendre à l’administration. Il peut ainsi exclure une tutelle jugée trop contraignante et surtout Louis Sauvageot avec qui les Dutuit, et en particulier Eugène, se sont querellés à plusieurs reprises. En 1874, notre architecte s’est notamment opposé à la restauration des portes de Saint-Maclou dont le généreux mécène proposait de restituer les parties manquantes, selon une pratique beaucoup trop interventionniste38. Les deux hommes se sont à nouveau affrontés dix ans plus tard au sujet de la démolition du jubé de la cathédrale menée sur ordre de Sauvageot et malgré les protestations d’Eugène. Auguste Dutuit lui a probablement gardé rancune de ces querelles ce qui peut expliquer en partie l’acharnement avec lequel il va l’évincer du projet. Toutefois, il est aussi certain que le commanditaire vivait très mal les contraintes imposées par l’administration, en particulier le choix du maître d’œuvre. D’ailleurs, le rachat à peine effectif, le chantier débute sous la direction de Lefort. Le 30 décembre 1899, Dutuit fait don à la ville du terrain et de la sacristie, à charge pour elle « de l’affecter à perpétuité à l’usage pour lequel elle avait été construite39 ». Le legs ne sera pas autorisé, le Conseil d’État jugeant la clause d’affectation à perpétuité abusive et à la mort du mécène en 1902, l’annexe sera acquise par la commune au prix de 5 000 francs. Pour Sauvageot, l’épisode relativise avant tout son intégration au milieu local dont une partie lui préfère Lefort, qui a l’avantage d’être installé dans la ville même et de travailler pour une importante clientèle privée. Il est aussi mieux inséré dans les réseaux locaux puisqu’à la différence de Sauvageot, c’est un membre actif de la Société des Amis des Monuments Rouennais, de la Société des Architectes de la Seine-Inférieure et de l’Académie de Rouen.

Notes

1 Viollet-le-Duc E.-E., Dictionnaire raisonné d’architecture..., op. cit., vol. VIII, p. 51.

2 Copie du rapport dressé par Sauvageot, 8 octobre 1878 – ADSM : V7 211.

3 Rapport dressé par Sauvageot, 4 mars 1883 – AMH : 81/76/267/134.

4 Id., 20 avril 1895 – AMH : 81/76/268/142.

5 Id., 30 janvier 1892 – AMH : 81/76/275/126.

6 Lettre du préfet de SI au président du conseil de fabrique de Saint-Maclou, 20 septembre 1893 – ADSM : 2J 118-142.

7 Il ne subsiste que le porche sud du transept construit en 1515 et un pan de mur. Quant aux vitraux du XVIe siècle déposés avant le conflit, ils ont été remontés en 1979 dans l’église Jeanne-d’Arc place du Vieux-Marché.

8 Chirol P., « L’église Saint-Vincent », Églises, hôtels, vieilles maisons. Bul. des Amis des Monuments Rouennais (numéro spécial du Centenaire), 1986, p. 503.

9 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.

10 Soumission de l’entrepreneur Jullienne, 8 juillet 1874 – ADSM : V7 213.

11 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.

12 Ibid.

13 Lettre du conseil de fabrique au préfet de SI, 8 avril 1875 – AMH : 81/76/271/145.

14 Rapport de Viollet-le-Duc à la commission des MH, séance du 8 juin 1875 – AMH : 81/76/271/145.

15 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 janvier 1876 – AMH : 81/76/271/145.

16 Soumissions de lullienne et d’E. Bonet, 20 juillet 1876 et 15 avril 1877 – ADSM : V7 213.

17 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.

18 Rapport de la commission départementale d’architecture de SI, 31 juillet 1874 – ADSM : V7 213.

19 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 janvier 1876 – AMH : 81/76/271/145.

20 Devis dressés par Sauvageot, 1er mai 1874 et 18 décembre 1875 – AMH : 81/76/271/145.

21 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 janvier 1876 – AMH : 81/76/271/145.

22 Ibid.

23 Godeffroy E, Église Saint-Vincent, 1841, dessin, pierre noire, rehauts de blanc (BMR, coll. Deglatigny) ; Brandling H., L’Église Saint-Vincent : croisement de la rue de la Vicomté et de la rue Haranguerie, avant 1855, lithographie en couleurs (BMR, Est. Top.).

24 Richard Ch., Album Rouennais, édifices remarquables de la ville de Rouen, dessinés et lithographiés par Dumée fils, Rouen, 1847.

25 Cf. Chirol P., « L’église Saint-Vincent », Églises, hôtels, vieilles maisons..., op. cit., p. 503.

26 Minute de lettre du bureau des MH au préfet de SI, 30 juin 1875 – AMH : 81/76/271/145.

27 Abbé Renaud E., Rouen, église Saint-Vincent, monographie archéologique et descriptive, Rouen, 1885, p. 8.

28 Note de Roujon à Viollet-le-Duc, 10 août 1894, crayonnée sur une lettre émanant du préfet de SI du 6 août 1894-AMH : 81/76/265/126.

29 Lettre de Lefort au directeur des Beaux-Arts, 7 novembre 1894 – AMH : 81/76/265/126.

30 Lettre du directeur des Beaux-Arts à Lefort, 15 février 1895 – AMH : 81/76/265/126.

31 Lettre du directeur des Beaux-Arts, 27 mai 1895 – AMH : 81/76/265/126.

32 Elles constituent le noyau des collections du Petit Palais. Le testament précisait cependant qu’au cas où la ville de Paris n’accepterait pas les dispositions testamentaires dans les deux mois suivant le décès, les collections reviendraient alors à la ville de Rome et au palais Corsini.

33 Rapport de l’IG Selmersheim à la commission des MH, 5 juin 1895 – AMH : 81/76/265/126.

34 Projet dressé par Lefort, 19 juin 1894 – AMH : 81/76/265/126.

35 Plan dressé par Sauvageot, 1895 – AMH : no inv. 10514.

36 Projet dressé par Sauvageot, 7 août 1895 – AMH : 81/76/265/126.

37 Lefort L., « Notre planche. Nouvelle sacristie de l’église Saint-Maclou à Rouen », L’architecture et la construction dans l’Ouest, 1905, 9, p. 103.

38 Rapport dressé par Sauvageot, 16 juillet 1874 – AMH : 81/76/265/126.

39 Lettre du préfet de SI au ministre chargé des Beaux-Arts, 31 juillet 1908 – AMH : 81/76/265/126.

Table des illustrations

Légende Fig. 172. L. Sauvageot, Élévation d’un contrefort du chœur de l’église Saint-Vincent de Rouen. Restauration projetée, 1er mai 1874, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 173. Rouen, Église Saint-Vincent, vue du chevet et de la façade sud restaurés, angle des rues Jeanne d’Arc et de la Haranguerie, photographie, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 174. P. Dumée (dit Dumée fils), Eglise Saint-Vincent, portail sud du transept, 1847, lithographie, extr. de C Richard, Album rouennais, édifices remarquables de la ville de Rouen. Rouen, 1847 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 175. Rouen, Vue du portail sud de l'église Saint-Vincent avant restauration, 1867-1870, photographie Neurdein, Rouen, Bibliothèque municipale, extr. de M. Pessiot (dir), Vitraux retrouvés de Saint-Vincent de Rouen, Rouen, 1995, p. 164.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 176. Rouen, Église Saint-Vincent, vue du portail sud échafaudé durant les travaux de restauration menés par Sauvageot, 1878, photographie Mieusement, Paris, Médiathèque du patrimoine, archives photographiques (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 177. Rouen, Église Saint-Vincent, vue du portail sud après restauration, vers 1880, photographie, Paris, Médiathèque du patrimoine, archives photographiques (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 178. L. Sauvageot, Projet de construction d’une sacristie pour l’église Saint-Maclou de Rouen. Elévation de la façade latérale, 1895, encre et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (© CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Fig. 179. L. Lefort et L. Sauvageot, Projet de construction d une sacristie et d’une salle de catéchisme pour l’église Saint-Maclou de Rouen. Plan et élévation de la façade Est. Projet d’exécution, juillet 1895, mine de plomb et aquarelle sur calque contrecollé, Paris, Médiathèque du patrimoine (© CMN).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 180, Rouen, Eglise Saint-Maclou, vue de la sacristie construite sous la direction de L. Lefort, façade sur la rue Eugène Dutuit, avant 1920, photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7087/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.