Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Troisième partie. Les constructions publiques, religieuses et privées

L’architecture funéraire

Texte intégral

Le tombeau de l’abbé Cochet

1■ Sauvageot conçoit également deux tombeaux érigés par souscription au Cimetière monumental de la ville en hommage à des personnalités ayant marqué la vie culturelle locale, à commencer par l’abbé Cochet. À la mort du savant en 1875, un comité de souscription s’organise à l’initiative de la Société de l’histoire de la Normandie regroupant trente-six membres, pour la plupart affiliés à la commission départementale des Antiquités - dont Sauvageot (Fig. 168-169). Les fonds pour l’érection d’un monument commémoratif sont rapidement réunis mais une brouille éclate avec la municipalité qui refuse de céder gratuitement la concession. Le comité envisage alors de déplacer la sépulture avant de se résoudre à acquitter le prix du terrain. L’architecte départemental Desmarest est tout d’abord sollicité pour édifier le monument et ce n’est qu’après son désistement que Sauvageot est chargé du projet. La mise en œuvre est confiée au sculpteur Edmond Bonet et le tombeau est inauguré très symboliquement le 4 juin 1877, jour anniversaire de l’inhumation de l’abbé Cochet.

Fig. 168 et 169. Rouen, Cimetière monumental, tombeau de l'abbé Cochet construit par E. Bonet d'après le projet de L. Sauvageot en 1875-1877, vue générale et détail des inscriptions et des éléments décoratifs des parties hautes. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

2Pour compenser la forte déclivité du terrain et l’isoler des chapelles environnantes, Pédicule culmine à 5,50 mètres de haut. Le socle très massif avec ses lignes horizontales accentuées, permet aussi de racheter quelque peu la pente et d’asseoir le monument dans son environnement. Ce soubassement porte le mémorial proprement dit. Établi sur plan carré, il reprend la forme d’un pinacle flanqué aux angles de colonnettes engagées supportant un comble pyramidal ponctué de gables et surmonté d’une croix. Les ornements décoratifs et les attributs renvoient aux fonctions du personnage. Ainsi, la face principale du soubassement est surmontée d’une étole et d’un médaillon contenant un ciboire qui marquent le caractère sacerdotal de l’abbé Cochet. Dans les parties hautes du cippe, les petites niches creusées dans les gables renferment des vases funéraires qui sont une allusion aux découvertes archéologiques faites par le savant. Enfin, quelques inscriptions laconiques ponctuent le tombeau. L’ensemble est conçu dans des matériaux résistants, le granit gris-bleuté pour le socle et la roche dure d’Euville pour le reste. Pour assurer une plus grande résistance aux infiltrations, les parties recevant directement la pluie sont établies en pente et toutes les moulures et les ornements sont pris dans la masse. Grâce à ses volumes accentués et à la discrétion des motifs décoratifs, le tombeau est à la fois sobre et imposant. Le décor est aussi une synthèse personnelle d’inspiration médiévale, les colonnes trapues et les palmettes qui les soulignent évoquant l’art paléochrétien, tandis que les gargouilles stylisées renvoient au néo-gothique. Cette libre interprétation se réfère plus largement au XIIe siècle et se veut un écho à la période historique de prédilection de l’abbé Cochet.

Le tombeau de Théodore Bachelet

3■ Le tombeau élevé pour Théodore Bachelet vers 1880 est érigé sur un terrain offert cette fois par la ville qui souhaite rendre hommage à celui qui fut professeur d’histoire au lycée puis conservateur de la bibliothèque municipale (Fig. 170-171). Le monument est une nouvelle fois établi sur plan carré et de manière à compenser la forte déclivité du terrain. Une stèle flanquée de deux colonnes simplifiées, surmontée d’un fronton triangulaire se dresse au-dessus du sarcophage, dans une belle composition pyramidale. Au centre de cette stèle, le défunt est représenté de profil dans un médaillon de bronze et une inscription rappelle ses titres et les circonstances de l’érection du monument. Négligeant les décors à caractère religieux – ce qui laisse supposer que Bachelet était athée – l’ensemble est d’une grande sobriété : quelques motifs de palmettes et de feuilles de chêne ornent symboliquement le fronton et deux inscriptions – « Histoire » et « Littérature » – renvoient à l’activité du savant. Ce sont donc la composition et le jeu des moulurations qui apportent sa monumentalité à l’édicule. Les horizontales très marquées de la base sont ainsi compensées par les lignes verticales de la stèle et des colonnes cannelées et par la forme en pointe du motif du cercueil qui se prolonge dans le fronton supérieur triangulaire. Ce parti extrêmement sobre annonce d’ailleurs le tombeau familial dessiné par Sauvageot au cimetière Montparnasse, bien que ce dernier soit plus épuré et plus simple encore. Ils ont en effet en commun une même recherche sur les volumes au détriment des éléments décoratifs qui sont réduits à l’essentiel et qui renvoient à l’activité des défunts sans aucune référence religieuse. On retrouve également le principe des poignets en bronze. Toutefois, la comparaison s’arrête là car nous sommes encore loin du dépouillement de l’édicule parisien.

Fig. 170 et 171. Rouen, Cimetière monumental, tombeau de Théodore Bachelet construit d’après le projet de L. Sauvageot vers 1880, vue générale et détail. Etat actuel (Cl. Sophie Nasi).

Table des illustrations

Légende Fig. 168 et 169. Rouen, Cimetière monumental, tombeau de l'abbé Cochet construit par E. Bonet d'après le projet de L. Sauvageot en 1875-1877, vue générale et détail des inscriptions et des éléments décoratifs des parties hautes. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Fig. 170 et 171. Rouen, Cimetière monumental, tombeau de Théodore Bachelet construit d’après le projet de L. Sauvageot vers 1880, vue générale et détail. Etat actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 379k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.