Version classiqueVersion mobile

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Troisième partie. Les constructions publiques, religieuses et privées

Les temples de l’art

Texte intégral

Le musée-bibliothèque

De la genèse à la réalisation du projet

  • 1 Avant-projet dressé par Sauvageot, 20 juin 1873 – ADSM : 2OP 1538-52.
  • 2 Proposition présentée au conseil municipal par Nétien, 20 février 1874 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 3 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 avril 1876 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstructio (...)
  • 4 Id., 19 janvier 1876 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 5 Id., 7 avril 1876 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

1En 1873, le maire Nétien demande à Sauvageot de préparer un avant-projet de musée-bibliothèque1 qui est présenté au conseil municipal le 20 février 1874. Compte tenu des ressources limitées de la ville, il est décidé de construire le bâtiment par étapes, en commençant par le musée2. En mars, la commission municipale spécialement chargée du dossier propose de confier la mise en œuvre à l’architecte municipal. Ce dernier effectue alors plusieurs voyages en province pour visiter des établissements du même type susceptibles de servir de modèles, en particulier le musée-bibliothèque de Grenoble3. Son projet définitif remis le 12 novembre 1874 est présenté dès le lendemain au conseil, mais les élections approchant, le dossier est ajourné et il faudra attendre janvier 1876 pour qu’il soit à nouveau soumis aux élus. La question du choix de l’architecte est très probablement la cause de ce retard, une partie du conseil estimant en effet qu’il vaudrait mieux recourir à un concours pour désigner le maître d’œuvre. Le 19 janvier, il se prononce même en faveur de ce principe à une courte majorité, avant de se rétracter4. Au mois d’avril, un compromis est enfin trouvé : le projet de Sauvageot est adopté, mais il sera soumis à l’examen d’une commission spéciale présidée par le directeur des Beaux-Arts en personne5. Le marquis de Chennevières va ainsi réunir neuf personnalités compétentes en la matière : Reiset (directeur des Musées nationaux), le vicomte Delaborde (conservateur des estampes à la Bibliothèque Nationale), Frédéric Baudry (conservateur de la bibliothèque Mazarine), Paul Baudry (peintre), Lafenestre (chef du bureau des Beaux-Arts), ainsi que les architectes Charles Questel et Émile Bœswillwald et les Rouennais, Alfred Darcel et Maillet du Boullay (conservateur du musée des Antiquités de la ville).

  • 6 Lettre de Sauvageot au maire de Rouen, 30 juin 1877 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstructio (...)
  • 7 PV d’adjudication des ouvrages de charpente en fer et de charpente en bois, 12 avril 1877 – ADSM : (...)
  • 8 Id., ouvrages de couverture et plomberie, 9 août 1877 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 9 « Le Musée-Bibliothèque », Le Nouvelliste de Rouen, 27 mars 1884.

2Le projet de Sauvageot est définitivement adopté le 29 mai 1876 et la construction de l’aile méridionale est aussitôt mise en œuvre. En août, l'entrepreneur Brunei obtient le marché. Le terrassement débute à la fin de l’automne et le 7 mai 1877, les fondations sont achevées. Le chantier avance vite - très vite même - grâce à l’utilisation d’une machine à vapeur de trente chevaux mettant simultanément en branle cinq élévateurs et moins de deux mois plus tard, l’architecte annonce que « l’aile en cours d’exécution est presque achevée6 ». Les marchés sont passés au fur et à mesure de l’avancement des travaux : en avril 1877, les lots de charpente en fer et en bois sont attribués à Liézard et Léger7 et en août, les lots de couverture et de plomberie reviennent à Boisnel8. Les deux années suivantes voient l’exécution des aménagements intérieurs et la première aile est inaugurée le 19 février 1880. Le 30 janvier 1881, le conseil municipal décide la reprise et l’achèvement du musée-bibliothèque et un délai de trente jours est accordé à Sauvageot pour vérifier ses plans. En février 1882, l’entreprise Brunei obtient à nouveau l’adjudication des travaux de terrassement et de maçonnerie et à la mi-mars, les ouvriers commencent à creuser les fondations de la deuxième aile9. Le chantier prend rapidement de l’avance sur les prévisions et le 13 juillet 1883, l’architecte informe les édiles que l’avancement des maçonneries exige que les lots de charpente et de couverture soient mis le plus tôt possible en adjudication. Les élus se prennent alors à espérer l'achèvement de l’aile nord et des deux cours vitrées pour la XXIXe Exposition municipale des beaux-arts qui doit ouvrir ses portes en août 1884. Celle-ci revêt un caractère d’autant plus exceptionnel quelle doit se dérouler en même temps que l’Exposition régionale et industrielle prévue sur le Champ-de-Mars et que celle consacrée à l’Art rétrospectif organisée au palais des consuls.

  • 10 Cahier des charges dressé par Sauvageot, 15 janvier 1884 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstru (...)
  • 11 PV d’adjudication des ouvrages de charpente en fer, 23 mars 1883 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 12 Id, ouvrages de couverture et plomberie, 28 août 1883 – ADSM : 2OP 1538-52.
  • 13 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 29 juin 1889 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 14 Id, 12 avril 1887 – ADSM : 20P 1538-52.

3En octobre 1883, l’achèvement du gros œuvre est fixé au 13 juin 1884 et la priorité doit être accordée à l’aile nord et à tout ce qui donne sur les cours intermédiaires (portes, fenêtres et châssis vitrés)10. Cette décision va considérablement précipiter l’adjudication des derniers lots qui sont pourtant les plus délicats, en particulier l’aménagement de la grande voûte de la bibliothèque. Les adjudications passées en 1883 voient donc apparaître des sociétés parisiennes spécialisées, comme Obert pour la charpente en fer11 et Gaget, Gauthier et Cie, pour la couverture et la plomberie12. Un délai est accordé aux entrepreneurs pour l’achèvement des autres ouvrages qui est retardé au 31 janvier 1885. En février 1884, les aménagements intérieurs débutent sous la direction du menuisier Manchion, du serrurier Calvet et du peintre-vitrier Lefebvre. Le chantier se poursuit durant l’hiver et, conformément aux prévisions, le bâtiment nord et les cours vitrées sont mis à la disposition de la ville le 1er juillet 1884. Au même moment, les travaux de raccordement des abords débutent. Les aménagements intérieurs vont eux se poursuivre jusqu’au début de l’année 1887. En mars, l'entrepreneur de menuiserie est déclaré en faillite alors que certaines salles sont inachevées et qu’une partie du mobilier reste à livrer. Les défauts relevés lors de la réception définitive notamment au niveau des parquets, des portes et surtout des grands châssis vitrés dont certains panneaux sont fendus et les assemblages ouverts, témoignent des difficultés d’Albert Manchion. De même, la visite de contrôle des peintures en 1889, révélera plusieurs malfaçons et en particulier, des traces d’humidité et de salpêtre au niveau du rez-de-chaussée13. Malgré cela, le moment est venu d’installer les collections14 et le déménagement a lieu durant l’été 1887. Le 12 février 1888, le nouveau musée-bibliothèque de Rouen est enfin inauguré.

  • 15 « Edilité rouennaise », J de R, 19 avril 1876.
  • 16 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 novembre 1880 – ADSM : 20P 1538-52.

4Dans l’étude de 1873, Sauvageot évalue le projet à 2340240 francs, y compris les expropriations. Lors de l’adoption du projet définitif, ce chiffre est en hausse de l’ordre de 300 000 francs, du fait des modifications introduites par les commissions municipales15. La première aile est construite sur un terrain municipal pour un montant de 400 000 francs environ, soldé au moyen d’une allocation de 200 000 francs et grâce à une généreuse donation. L’emprunt de 1877 va permettre de mettre en œuvre rapidement la seconde phase estimée à 2 060 000 francs. Un crédit supplémentaire de 900 000 francs sera voté en 1880 afin de parer au surcroît de dépenses, lié aux expropriations16. En effet, l’architecte soucieux d’isoler les bâtiments avait prévu une largeur de plus de dix mètres entre le musée-bibliothèque et les constructions avoisinantes, obligeant la ville à acquérir plus de 5 500 m2 de terrains. Par décret du 10 août 1878, les travaux et le dégagement des abords sont déclarés d’utilité publique. Dans les faits, les négociations avec les propriétaires vont être particulièrement longues et difficiles, quelques-unes se prolongeant même jusqu’en 1880 ; les travaux atteindront finalement près de 3,5 millions de francs, sans compter les ouvrages décoratifs.

Un palais des arts

5L’étude de 1873 contient déjà l’essentiel des idées et des principes qui vont guider l’élaboration des plans définitifs puisqu’elle repose sur un double projet de musée et de bibliothèque réunis en un seul édifice (Fig. 124). Concevoir un édifice mixte n’a rien d’original et partout en province, les architectes déclinent la formule à l’envi – notamment Charles Questel à Grenoble (1862). Concernant remplacement, Sauvageot reprend les plans antérieurs d’Eugène Colibert et d’Hector Horeau et propose d’utiliser le périmètre compris entre le jardin Solférino et les rues de l’Hôtel-de-Ville, Boutard et Coquet (prolongée par la rue du Bailliage). Ainsi isolé des constructions alentour, le bâtiment est non seulement protégé des risques de propagation d’incendie mais il bénéficie également d’une abondante lumière. De plus, cette position à l’angle des rues de l’Impératrice et de l’Hôtel-de-ville en fait une vitrine culturelle qui participe du renouvellement urbain débuté sous le Second Empire. Ainsi inséré dans le cœur économique de la cité et à proximité de l’Hôtel de Ville, du palais de Justice et de la cathédrale, ce monument de prestige affirme un peu plus ses liens avec le pouvoir. Le musée-bibliothèque adopte la forme d’un quadrilatère divisé en deux parties distinctes et parfaitement autonomes : à l’Est, la bibliothèque dont l’entrée donne sur la rue Boutard et à l’Ouest, le musée dont la façade se déploie sur le jardin Solférino. Cette division s’inspire de l’œuvre de Questel qui partage également le bâtiment grenoblois en deux. Toutefois, Sauvageot va plus loin dans l’autonomie accordée aux deux institutions, puisque chacune possède une entrée et un escalier monumental séparés, tandis qu’à Grenoble, musée et bibliothèque partagent le même vestibule.

Fig. 124. L. Sauvageot, Avant-projet du musée-bibliothèque de Rouen. Vue générale, 20 juin 1873, tirage photographique : Rouen, agence Witz (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 125. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de la façade ouest donnant sur le jardin Solférino, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale, (Cl Sophie Nasi).

  • 17 Id., 7 avril 1876 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.
  • 18 Copie du PV de la séance de la commission d’examen du projet de musée-bibliothèque de la ville de (...)

6L’ensemble se réfère au modèle français du palais des arts, qui se définit notamment par une façade principale présentant un pavillon central surmonté d’un dôme et deux ailes latérales placées en avant-corps. Toutefois, cette référence est encore timide dans l’avant-projet et Sauvageot, qui s’inspire du modèle grenoblois (comme le montrent le petit fronton triangulaire au centre et les deux ailes latérales peu saillantes), ne parvient pas à donner un caractère monumental à sa façade. Celle-ci est encore un peu sèche et il faut attendre les remaniements demandés par les commissions consultatives successives pour qu'elle prenne sa forme définitive (Fig. 125). En novembre 1874 notamment, la première commission municipale demande que la brique proposée en façade soit remplacée par de la pierre de taille, matériau certes onéreux mais qui convient mieux pour un édifice de prestige. En janvier 1876, la seconde commission conseille à l’architecte de reprendre les bâtiments d’angle abritant les logements du conservateur et du bibliothécaire qui manquent d’ampleur17. L’attention de la commission consultative présidée par le directeur des Beaux-Arts va elle se concentrer sur les œils-de-bœuf au-dessus des pavillons, quelle propose de remplacer « soit par des frontons, soit par tout autre motif se raccordant mieux avec la façade18 ». À Amiens (1855-1862), Diet et Parent ont déjà repris et adapté de manière magistrale l’élévation du Louvre et le pavillon central de leur musée renvoie directement aux pavillons de la cour Napoléon, eux-mêmes transposant l’œuvre de Lemercier dans la cour Carrée. À Rouen, le frontispice du pavillon d’entrée finalement imaginé par Sauvageot, reprend le double schéma, parisien et amiénois, même si le résultat est peut-être plus sévère et plus pauvre.

Plans et dispositions générales

  • 19 J. de R, 22 février 1874.
  • 20 Darcel A., « Le nouveau musée de Peinture », J de R, 19 février 1880.

7Le bâtiment se compose de quatre corps principaux, c’est-à-dire de deux ailes au nord et au sud réunies par deux galeries latérales. Au centre, Sauvageot envisageait « un vaste espace recouvert d’un vitrage19 », avant d’opter pour une galerie intermédiaire parallèle aux ailes latérales, englobant l’escalier monumental du musée et permettant l’ouverture de deux cours également vitrées. L’édifice est conçu pour faire face à l’accroissement des collections qui peuvent être doublées. Le musée de peinture et de sculpture occupe tout le rez-de-chaussée de la façade principale et les deux ailes latérales, tandis que la bibliothèque se voit attribuée 1 aile placée entre les deux cours et tout le bâtiment donnant sur la rue Boutard. Sur avis de la commission consultative du marquis de Chennevières, la collection de céramique est également intégrée et installée dans la galerie au premier étage du bâtiment en façade sur le jardin Solférino. Le vestibule du musée ouvre sur les deux galeries de sculptures, tandis que les salles de peintures réparties dans les deux ailes occupent l’essentiel de l’espace. Chaque aile doit se composer d’un grand salon encadré par deux salles plus petites. L’ensemble est bordé par deux étages de galeries qui communiquent avec le rez-de-chaussée par des escaliers secondaires placés aux extrémités. Les visiteurs accèdent aux étages soit par le grand escalier monumental placé dans le vestibule, soit par les escaliers reliés aux galeries de sculptures. Les salles de peintures ont l’aspect d’un salon avec des sols parquetés, des murs d’un rouge éteint, des soubassements d’un noir pompéien et des plafonds ornés de moulures (Fig. 126)20. Les teintes sombres dominent également dans les galeries de sculptures afin de mettre en valeur la blancheur de la pierre.

Fig. 126. L. Sauvageot, Décoration intérieure des grandes salles du musée-bibliothèque de Rouen, s. d. (années 1880), encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

  • 21 Projet dressé par Sauvageot, 30 juin 1877 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

8L’architecte s’est beaucoup intéressé à l’éclairage des salles et dans les galeries de sculptures, la lumière dispensée par de hautes fenêtres tombe latéralement sur les œuvres alignées au centre ou accrochées le long des parois. Un système de stores permet de moduler cet éclairage et d’éviter les ombres. Il est en revanche plus délicat d’assurer une bonne visibilité dans les salles de peintures. Le Louvre, qui a inauguré en France le principe de l’éclairage zénithal dans la grande galerie sert de référence, bien que Sauvageot s’inspire également d’essais plus récents comme l’installation faite au cercle artistique de la place Vendôme à Paris21. À l’instar de celui-ci, il opte dans les grandes salles pour un système de trémies inclinées suivant un angle de 60° environ et séparées dans l’épaisseur du comble par des diaphragmes parallèles, dirigeant les rayons lumineux sur les murs, entre la cimaise et la corniche (Fig. 127). Ces trémies et ces diaphragmes étant placés entre le châssis vitré légèrement dépoli formant plafond et le vitrage supérieur incliné sur la couverture, ils sont donc invisibles. Toutefois, le résultat va s’avérer décevant et l'aménagement de l’aile nord va subir une modification notable par rapport au bâtiment méridional : pour gagner plus de lumière, les trois hautes salles de peintures seront en effet remplacées par un unique vaisseau à éclairage zénithal - de 35 mètres de long sur 10 mètres de large - soutenu par une charpente en fer. Quant aux petites salles, elles sont éclairées comme dans un atelier de peintre, avec des jours combinés percés en haut des murs et dans les plafonds.

Fig. 127. Rouen, Musée-bibliothèque, détail des trémies de l’aile nord. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 22 « La nouvelle bibliothèque », J de R, 13 février 1888.
  • 23 Copie du PV de la séance de la commission d’examen du projet de musée-bibliothèque de Rouen, 29 ma (...)

9La bibliothèque peut sembler à première vue sacrifiée au regard du musée (Fig. 128). Il est vrai que la discrète petite entrée située qui plus est, dans une rue étroite et sans perspective, tranche avec la majestueuse façade longeant le jardin Solférino. Or, ce parti pris architectural qui répond au souci d’économie n’entame en rien le soin apporté par Sauvageot en matière de service et d’organisation. Le vestibule de l’établissement ouvre sur un grand escalier à double rampe qui mène à un palier donnant accès aux salles de lecture et d’exposition, dont les dispositions vont être considérablement remaniées. L’architecte prévoyait en effet une grande salle de lecture pouvant contenir 75 000 volumes et accueillir une centaine de lecteurs, le tout directement relié aux deux salles abritant la collection Leber et les manuscrits. Or, placer la salle de lecture au milieu des ouvrages, c’est aussi soumettre les lecteurs au dérangement et au bruit constants des visiteurs traversant la salle pour accéder à celles abritant les ouvrages précieux. L’architecte fut donc prié de placer la salle de lecture en question isolément dans le corps de bâtiment séparant les deux cours intérieures. Celle-ci se présente comme une vaste galerie de 44,50 mètres de long sur 11 mètres de large pour 18 mètres de haut et tient de la prouesse technique (Fig. 129 et 130) : « sans support apparent, elle est entièrement recouverte par un vitrage en verre dépoli [...]. Trois galeries superposées, soutenues par des colonnes en fonte, la contournent22 ». Ses dispositions générales doivent beaucoup aux conseils de la commission consultative et dans l’ensemble, Sauvageot s’inspire de la salle des collections de Questel à Grenoble qu’il transpose de manière beaucoup plus pratique en salle de lecture, réunissant ainsi ouvrages et lecteurs dans un même local. Par ailleurs, il opte comme Labrouste à la bibliothèque Sainte-Geneviève (1838-1850) pour un plan fonctionnel avec les magasins au rez-de-chaussée et la salle de lecture à l’étage, ce qui lui permet de bénéficier d’un éclairage naturel. Il emprunte aussi à son prédécesseur l’idée d’un couvrement en verre supporté par une structure en fonte – très simple et dépourvue d’ornements dans notre exemple – et il place les ouvrages les plus demandés directement dans la salle de lecture. Pour renforcer la surveillance du lieu, les tables de lecture sont placées à l’instar de la salle des manuscrits de la Bibliothèque nationale, « en long de manière à ce que, du haut de l’estrade, le regard enfile les tables et voit tous les lecteurs de côté23 ». Les bureaux des sous-bibliothécaires et des garçons de salle sont aussi répartis de manière à pouvoir exercer un contrôle constant.

Fig. 128. Rouen, Musée-bibliothèque, vue générale de la façade Est avec l'entrée de la bibliothèque. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 129. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de la salle de lecture de la bibliothèque, 14 septembre 1937, photographie, Rouen, Bibliothèque municipale (Cl. Didier Tragin/Catherine Lancien).

Fig. 130. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de la salle de lecture de la bibliothèque et du squelette de la voûte en fer conçue par Sauvageot, 18 avril 1862, photographie, Rouen, Bibliothèque municipale (Cl. Didier Tragin/Catherine Lancien).

  • 24 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 17 juin 1887 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 25 Extr. du PV de la séance du comité des Beaux-Arts, 21 décembre 1881 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque (...)
  • 26 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 23 octobre 1885 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstru (...)
  • 27 Id., 22 juin 1887 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

10En matière de sécurité, nous avons déjà signalé que le bâtiment a été soigneusement isolé des habitations alentour. Sauvageot fait également poser de nouvelles canalisations en extérieur et des conduites sont ouvertes dans la rue Restout et dans celle de la bibliothèque avec quatre prises d’eau24. À l’intérieur, les charpentes des planchers et des combles sont construites en fer afin d’isoler chaque étage en cas de départ d’incendie. En ce qui concerne le chauffage, des calorifères avec foyers en céramique sont placés en sous-sol et les conduites en brique sont isolées par une protection interne et un pavage suivant les dessins de l’architecte. Toutefois, ces mesures de protection sont en quelque sorte annulées par l’installation des cheminées et des fourneaux dans les appartements du bibliothécaire et du conservateur. De même, l’éclairage artificiel qui est banni du musée reste nécessaire dans les logements, les zones de service et l’ensemble des parties communes. Or, si l’électricité fait son apparition, les moyens d’éclairer se résument encore le plus souvent à des lampes à huile et à des appareils au gaz particulièrement dangereux. En 1881, le comité consultatif des Beaux-Arts demande d’ailleurs que ce type d’éclairage ne soit introduit dans aucune partie du musée25. Malgré cela, le gaz sera installé dans les logements de fonction26. Côté bibliothèque, des mesures particulières s’imposent car l’eau et le feu sont tout aussi destructeurs pour les ouvrages. En plus des mesures précédemment évoquées, deux colonnes munies de coffres contenant des tuyaux et des robinets de prise et d’arrêt afin de ne pas laisser les colonnes sous pression et risquer une inondation, sont implantées dans les escaliers de service de la salle de lecture avec un poste à chaque étage27

Un décor à la gloire de la ville

  • 28 Chevillot C., « Le décor sculpté des musées : ornement ou symbole », La jeunesse des musées..., op (...)

11Même si Sauvageot joue déjà de la richesse des sculptures extérieures dans les plans de 1876, ce n’est qu’en avril 1878 puis en décembre 1883 qu’il soumet aux élus des projets détaillés. Le maître d’œuvre bénéficie d’une grande liberté avec pour simple consigne de donner un caractère monumental à l’édifice, sans pour autant entraîner des dépenses exagérées. De fait, la part consacrée au décor sculpté n’excède pas 50 000 francs, soit moins de 2 % du coût général : c’est peu si l’on considère que la statuaire représente en moyenne 3 % du prix de la construction et l’ensemble de la décoration sculptée, 8 à 10 %28. Par ailleurs, l’État va accepter de financer près de la moitié des bustes sculptés et des deux statues exécutées par Hiolle et Tounois – attribuées à la ville en vertu de la circulaire sur la décoration des édifices publics du 9 février 1878. Dans un bâtiment rationaliste comme le musée-bibliothèque de Rouen, le décor n’a rien à voir avec l’exubérance du palais Longchamp de Marseille conçu par Espérandieu. Le programme se concentre donc sur l’exécution de deux grands frontons aux extrémités des bâtiments latéraux donnant sur le jardin, de deux frontons secondaires sur les façades nord et sud et enfin, de douze bustes décoratifs répartis au sud, à l’ouest et au nord (Tableau 12). L’entrée de la bibliothèque est donc volontairement sacrifiée et si les façades nord et sud reçoivent un traitement particulier, c’est l’aile longeant le jardin qui fait véritablement l’objet des attentions de l’architecte. Cette hiérarchie se reflète également dans le choix des artistes, la ville n’hésitant pas à faire appel à des sculpteurs réputés pour exécuter les plus beaux morceaux : Bartholdi, pour les frontons de la façade principale ; Marquet de Vasselot et Chédeville, pour les autres ; Guillaume et Chapu, pour les monuments latéraux de Louis Bouilhet et Flaubert-, et enfin, Hiolle et Tournois, pour les statues de Poussin et Anguier (1884). La réalisation des bustes est partagée entre artistes parisiens (Marquet de Vasselot, Massoule, Hercule) et locaux (Alphonse Guilloux et Devaux) qui, bien que moins réputés, ont déjà un début de carrière officielle. Les écussons et les groupes sont l’œuvre de Félix Bonet et le pavillon, d’Ernest-Eugène Chrétien. Enfin, la sculpture ornementale est répartie entre Chédeville, le havrais Stanislas Gautier et les rouennais Edmond Bonet, Benjamin Guilloux, Jean-Baptiste Foucher, Arthur Billiard, Louis Vavasseur et Léon Despois de Folleville.

12Le décor annonce très clairement la destination de l’édifice avec notamment les allégories de la Peinture et de la Sculpture dans un schéma adapté au contexte artistique local : l’effigie de Poussin, natif des Andelys, s’accompagne de la figure du sculpteur Michel Anguier qui est également originaire de Normandie.

Tableau 12. Détail de la commande des 12 bustes ornant les façades du musée-bibliothèque

Tableau 12. Détail de la commande des 12 bustes ornant les façades du musée-bibliothèque

(*)Les prix ne comprennent ni la fourniture de la pierre, ni les frais de transport et d’emballage.

Fig. 131. Rouen, Musée-bibliothèque, façade ouest donnant sur le jardin Soléfrino, détail du fronton couronnant l’entrée du musée. État actuel (CL Sophie Nasi).

Fig. 132. Rouen, Musée-bibliothèque, façade méridionale sur la rue Jean Lecanuet (ancienne rue de l’Hôtel-de-Ville), détail du décor du fronton exécuté par Léon Chédeville. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 133. Rouen, Musée-bibliothèque, façade ouest donnant sur le jardin Solférino, détail du fronton exécuté par Bartholdi couronnant l'aile latérale nord. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 134. Rouen, Musée-bibliothèque, façade ouest donnant sur le jardin Solférino, détail du fronton exécuté par Bartholdi couronnant l'aile latérale sud. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 29 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 avril 1878 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstructi (...)
  • 30 Flaubert G., Lettre de M. Gustave Flaubert à la Municipalité de Rouen au sujet du vote concernant (...)
  • 31 Lettres de Flaubert à sa nièce Caroline, 8 et 14 mars 1880, in Id., Correspondance, nouvelle éditi (...)

13D’une manière générale, le programme décoratif offre donc plusieurs niveaux de lecture. C’est en premier lieu un hommage à la Troisième République et à la ville comme le montrent les écussons qui couronnent les entrées des deux institutions (Fig. 131 et 132). Les frontons signalent quant à eux la destination des bâtiments et célèbrent les Arts. Sur la façade principale, Bartholdi a représenté au sud, la Peinture vue de dos ébauchant une esquisse, tandis que la Sculpture dégrossit un buste (Fig. 133). Entre les deux, un buste coiffé d’un rapporteur et de deux équerres symbolise l’Architecture. Au nord, il a sculpté la Gravure contemplant un dessin, la Céramique personnifiée par une femme tenant un vase et au centre, un buste égyptien portant un némès et symbolisant la Glyptique (Fig. 134). Le fronton de la bibliothèque bien que plus discret, représente une Athéna casquée, protectrice des arts et du savoir. Enfin, les douze bustes des façades figurent « les principaux noms de la pléiade artistique normande29 ». Leur place est définie par le rôle de l’artiste, sa renommée et son influence sur la création (Fig. 135) : les personnalités alors considérées comme les plus éminentes trônent ainsi sur la façade principale le long du jardin. Sur les bâtiments d’angle, des noms sculptés rendent hommage à des personnalités ayant exercé une responsabilité dans la gestion du musée et de la bibliothèque (André Pottier, Dom François Gourdin, Bellangé et Descamps). Le monument au poète Louis Bouilhet, accolé à l’un des angles sur la rue de l’Hôtel-de-Ville, occupe une place à part, puisque l’initiative en revient à Gustave Flaubert qui organisa en 1869 un comité de souscription pour ériger une fontaine à la mémoire de son ami. En 1872, la ville rejeta la proposition, jugeant Bouilhet trop peu Rouennais - il était né à Cany-Barville - et pas assez célèbre. L’affaire s’envenima lorsque l’écrivain adressa à la municipalité une lettre rendue publique, dans laquelle il déversait sa rancœur envers cette cité si peu reconnaissante à l’égard de ses enfants célèbres30. Ce n’est qu’au début de l’année 1880 qu’un accord fut enfin trouvé et Sauvageot, chargé de dessiner le projet31, rencontra Flaubert à plusieurs reprises courant mars. L’écrivain, décédé deux mois plus tard, n’eut pas l’occasion de voir l’œuvre achevée (Fig. 136).

Fig. 135. Rouen, Musée-bibliothèque, répartition des bustes et statues ornant les différentes façades. État actuel (montage Sophie Nasi).

  • 32 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 17 février 1888 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstru (...)
  • 33 Id., 10 avril 1888 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.
  • 34 Lettre du maire de Rouen au préfet de la SI, 2 août 1890 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstr (...)
  • 35 Certificat établi par le maire de Rouen, 19 octobre 1894 – AN : F21 4405.

14Sauvageot réserve également dès l’avant-projet de grands panneaux dans les escaliers du musée et de la bibliothèque destinés à recevoir des peintures32. Il inscrit d’ailleurs le bâtiment sur la liste des édifices susceptibles d’accueillir un décor peint ou sculpté demandée par le ministère en vertu de la circulaire du 9 février 1878. En 1887, il renouvelle sa requête et début décembre, le directeur des Beaux-Arts lui demande un rapport détaillé ; pour l’heure, il s’agit simplement d’orner l’escalier du musée (Fig. 137). L’affaire aboutit rapidement et dès le mois de janvier 1888, un accord financier est conclu avec les autorités locales ; la dépense estimée à 43 000 francs, est répartie entre l’État (18 000 francs), la ville (20 000 francs) et le conseil général (5 000 francs)33. Le projet est également étendu à la bibliothèque et le travail est confié à Pierre Puvis de Chavannes – considéré comme le spécialiste de ce type d’ouvrages grâce aux cycles du Panthéon, des musées d’Amiens, de Marseille ou encore de Lyon – et à l’un de ses élèves et collaborateurs, Paul Baudouin. Le choix de celui-ci fait l’unanimité auprès des élus locaux du fait de son origine rouennaise. Le ministère envisage tout d’abord de les associer sur l’ensemble du projet puis décide de séparer le travail, en confiant la décoration de l’escalier du musée à Puvis de Chavannes et celle de la bibliothèque à Baudoüin. En avril 1888, ce dernier suggère d’exécuter la commande directement sur le mur selon le véritable procédé de la fresque. Le directeur des Beaux-Arts Castagnary soutient et encourage cette initiative allant jusqu’à organiser un voyage d’étude en Italie pour les deux artistes. Le périple n’aura finalement pas lieu et les circonstances malheureuses - la maladie de Baudoüin – les empêchements – une commande à Boston pour Puvis de Chavannes - puis le décès de Castagnary, vont mettre un terme au projet. Les artistes vont donc s’en tenir au procédé usuel à savoir des peintures exécutées sur toile puis marouflées (collées contre le mur). À la fin du mois de juillet 1890, le panneau principal de la composition de Puvis de Chavannes est achevé et exposé au Salon du Champ-de-Mars34 ; les deux autres œuvres ne seront installées qu’en août 1891. Baudoüin, quant à lui, remet ses études en juillet 1889 et cinq ans plus tard, les toiles sont achevées et mises en place35.

Fig. 136. Rouen, Musée-bibliothèque, monument à L. Bouilhet par E. Guillaume en collaboration avec L. Sauvageot placé à l'angle sud-Est, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 137. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de l'escalier du musée depuis le palier intermédiaire. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 138. P. Puvis DE Chavannes, Inter artes naturam, 1890, huile sur toile marouflée sur le mur, 295 cm par 830 cm, Rouen, escalier du musée des Beaux-Arts (Cl. Sophie Nasi).

15Puvis de Chavannes est chargé de diriger l’ensemble des travaux et il obtient également une complète liberté quant au choix des thèmes. Cette solution intervient après la tentative de la ville d’imposer un sujet portant sur les « grands hommes illustres de Rouen ». Dans le musée, la composition se divise en trois tableaux, dont deux sur le palier de l’étage menant aux salles de céramique évoquent la production locale de poterie et de céramique. Dans l’escalier proprement dit, une grande toile de 8 mètres de large pour 3,50 mètres de haut, intitulée Inter artes et naturam, évoque la vision de l’art nourrie par le peintre (Fig. 138). La scène se déroule sur la colline de Bonsecours avec en contrebas la ville de Rouen et la Seine sur fond de ruines d’architecture alternant avec des pommiers dont le feuillage forme le cadre supérieur. Du côté de la bibliothèque, la principale difficulté pour Baudoüin est liée à la conception même de l’escalier, dont les panneaux verticaux sont particulièrement étroits et les surfaces horizontales trop développées pour être harmonieuses (Fig. 139). Le programme consacré à l’Histoire de la communication écrite est donc conçu en fonction de ces dispositions particulières et réparti en cinq tableaux (Le Signe, Le Papyrus, Le Manuscrit, L’Imprimerie moderne et Le livre ouvert à tous ; Fig. 140 à 143). L’ensemble est en fait un prétexte pour évoquer Rouen et ses environs et pour célébrer l’activité intellectuelle de la ville, l’artiste allant même jusqu’à portraiturer quelques Rouennais célèbres. Ainsi, L’Imprimerie moderne reproduit les ateliers Cagniard, avec ses employés et au premier plan, le conservateur de la bibliothèque Eugène Noël. À cela s’ajoutent des portraits en pied d’hommes de lettres rouennais (Corneille, Fontenelle, Boisguilbert et Flaubert ; Fig. 144).

Fig. 139. L. Sauvageot, Escalier principal de la bibliothèque de Rouen. Coupe transversale, plan et coupes longitudinales, janvier 1888, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

  • 36 L.-G., « Le musée de peinture », PR, 20 février 1880.
  • 37 « L’inauguration du Musée-Bibliothèque », J de R, 13 février 1888.
  • 38 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 6 août 1897 – ADSM : 20P 1538-52.
  • 39 Dubosc G., « La nouvelle Bibliothèque », J de R, 13 février 1888.
  • 40 « Le Musée-Bibliothéque », Le Nouvelliste de Rouen, 27 mars 1884.

16De tous les édifices conçus par Sauvageot, le musée-bibliothèque est celui qui a fait l’objet des plus virulentes critiques. Lors de l’inauguration de la première aile en février 1880, la presse locale est pourtant enthousiaste, le Journal de Rouen et le Petit Rouennais faisant l’éloge de ce « beau temple36 ». Huit ans plus tard, l’opinion est désormais beaucoup plus partagée. La cérémonie d’inauguration de l’ensemble du bâtiment en février 1888 est d’ailleurs ramenée au plus simple, aucun ministre ou représentant du gouvernement n’ayant été convié et Sauvageot, souffrant, est absent. Pour ajouter à la morosité ambiante, il fait un temps épouvantable, la pluie mêlée de neige tombe à verse37. De l’avis général, la façade de la bibliothèque est un peu terne et la salle des manuscrits, trop sombre. On regrette aussi que l’accès à la collection d’estampes qui relève de la bibliothèque se fasse uniquement par le musée. Le critique du Petit Rouennais va plus loin et note que l’escalier est lugubre et surtout que l’absence d’aération naturelle de la salle de lecture risque de poser des problèmes. De fait, dès le mois de mai 1888, la question est à l’ordre du jour du conseil municipal car les lecteurs sont régulièrement indisposés par le confinement forcé38. Malgré cela, la salle est impressionnante et Georges Dubosc écrit que, « l’emploi de la fonte, comme charpente et support des galeries, charme l’œil par sa légèreté, en même temps qu’elle le rassure au point de vue de la solidité39 ». Les salles de peintures sont peu évoquées, mais des articles parus au fur et à mesure de l’avancement du chantier montrent que la presse locale est plutôt enthousiaste sur ce point. Ainsi, le Nouvelliste de Rouen qui n’apprécie pourtant guère Sauvageot, note en mars 1884 que le pavillon central de la façade « ne manque pas de caractère », que l’escalier en cours d’achèvement est « d’un grand effet » et surtout que la grande galerie de l’aile nord est un « véritable chef-d’œuvre d’audace et de légèreté40 ».

  • 41 Deshays É., « À propos de l’inauguration du musée-bibliothèque », PR, 14 février 1888.
  • 42 Id., 13 février 1888.

17L’opinion se divise en revanche au sujet de l’aspect général de l’édifice. Émile Deshays parle avec mépris d’un « monument-filature », une expression qu’il utilise également pour désigner le théâtre des Arts et qui fait écho au monde industriel et aux grandes usines qui peuplent la rive gauche de la ville : « Depuis longtemps nous ne cessons de protester contre l’envahissement des monuments-filatures, chers à M. Sauvageot, qui déshonorent notre ville si riche en édifices anciens et détruisent son aspect pittoresque. Le Musée-Bibliothèque est certes le monument le plus ridicule et le plus mal conçu qu’il soit possible de rencontrer41. » Il ajoute : « Ce monument donnera aux générations futures une bien triste opinion de notre goût artistique, et le nom de M. Sauvageot restera attaché à une œuvre plus que médiocre et indigne de notre cité42. » La critique est acerbe et montre que près de treize ans après l’adoption des plans, le bâtiment est déjà démodé. Elle nous rappelle que la volonté de protéger le vieux Rouen des atteintes agressives de la ville nouvelle s’inscrit dans une représentation dualisée et que l’attachement au centre ancien est encore indissociable d’une critique de l’architecture contemporaine. Plus généralement, elle témoigne de la montée de l’historicisme à Rouen et pose le problème du style que doivent adopter les nouveaux édifices. Deshays reproche également en filigrane à l’architecte d’avoir construit sans art et sans respect du passé ce qui semble paradoxal, car Sauvageot est au même moment chargé de l’entretien et de la restauration des Monuments historiques et des Édifices diocésains de la ville.

Fig. 140 et 141. P. Baudoüin, Le Signe, 1892 et Le Papyrus, 1893, huile sur toile marouflée sur le mur, Rouen, escalier de la bibliothèque municipale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 142 et 143. P Baudoüin, Le Manuscrit, vers 1894 et L’Imprimerie moderne, 1894, huile sur toile marouflée sur le mur, Rouen, escalier de la bibliothèque municipale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 144. P. Baudouin, Gustave Flaubert, vers 1894, huile sur toile marouflée sur le mur, Rouen, escalier de la bibliothèque municipale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 43 Le musée-bibliothèque est en effet construit sur une nappe d’eau souterraine, la source Notre-Dame (...)
  • 44 Enlart C., Les villes d’art..., op. cit., p. 155.
  • 45 Delabarre É., « Le musée-bibliothèque..., op. cit.
  • 46 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 11 février 1888 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstru (...)

18La disgrâce du musée-bibliothèque ne fait pourtant que commencer et l’architecte va devoir se défendre contre les attaques durant des années. En dehors de l’absence d’aération de la bibliothèque, la médiocrité de l’éclairage naturel de la salle de lecture et des galeries d’exposition du musée, les problèmes d’étanchéité des verrières et d’infiltrations43, font régulièrement la une des journaux. La presse en rajoute, d’autant que les affaires qui ont émaillé le chantier ont jeté le doute sur la qualité des matériaux et sur l’efficacité du maître d’œuvre. Bien que Sauvageot ait été mis hors de cause, sa réputation est ternie. Après sa mort, ses confrères tenteront à leur tour de le défendre. Camille Enlart par exemple, note que le bâtiment est l’un « des plus beaux musées de province » avec « un aspect monumental » et « une installation très étudiée44 ». En 1924, Édouard Delabarre prend la plume à son tour pour dénoncer cette injuste cabale. Selon lui, le manque d’entretien est la cause des problèmes et c’est donc la municipalité qui est responsable de l’état de l’édifice45. De fait, le musée-bibliothèque est un bâtiment très bien conçu pour l’époque et qui emprunte ce qu’il y a de mieux dans les réalisations contemporaines, même si certaines questions ne sont pas encore correctement résolues. Ainsi, les critiques concernant l’éclairage des salles de peintures sont courantes et se retrouvent d’un édifice à l’autre. Le rapport d’inspection ministérielle de 1888 précise d’ailleurs que l’installation est sur ce point « irréprochable : même unique en France46 ».

  • 47 Les travaux sont menés par les architectes Ch. Bernier et B. Torchinsky et par les architectes d’i (...)

19Si l’enveloppe extérieure du monument n’a guère bougé depuis son achèvement, il n’en va pas de même des aménagements intérieurs qui ont connu de nombreux bouleversements. La bibliothèque a été entièrement refaite au début des années 1960 par l’architecte Flavigny, avec un nouvel escalier et non plus un mais deux étages. La nef et son vaisseau ont donc disparu et des fenêtres sur rue ont été percées. Seules les toiles de Baudoüin installées dans le nouvel escalier rappellent que la bibliothèque fut construite au XIXe siècle. Dans le musée, de nombreux changements sont également intervenus et il a fallu attendre sa restauration dans les années 1980 pour redécouvrir et remettre en lumière la conception logique de l’espace imaginée par Sauvageot ainsi que les proportions harmonieuses des salles47.

Le théâtre des Arts

D’une salle à l’autre : de l’incendie à l’adoption du projet

  • 48 Rapport du commissaire central de la police de Rouen, 26 avril 1876 – ADSM : IM 480.
  • 49 La municipalité souhaitait réédifier cette façade sur le terre-plein de la fontaine Sainte-Marie m (...)
  • 50 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 juin 1876.
  • 51 Id., 1er août 1876.

20Au soir du 25 avril 1876, alors que la foule se presse au-dehors et qu’à l’intérieur, les artistes, figurants et machinistes sont déjà arrivés, un incendie éclate sur la scène du théâtre des Arts construit par François Guéroult un siècle auparavant. Malgré l’arrivée rapide des secours, l’incendie se prolonge jusqu’à quatre heures du matin, faisant une vingtaine de victimes48. Du bâtiment il ne reste rien – hormis sa façade dont chaque pierre est numérotée dans la perspective d’une éventuelle réutilisation49 – et dès le lendemain du drame, la municipalité décide de le reconstruire. Sauvageot est donc chargé de préparer une première étude50. Le théâtre de Guéroult était situé au bas de la rue Grand-Pont et l’incendie a révélé les faiblesses de cet emplacement, son exiguïté et sa trop grande proximité des constructions alentour. Malgré cela, la ville souhaite maintenir le bâtiment sur le même terrain, agrandi certes et complété par une place sur la rue Grand-Pont51 (Fig. 145). Cette solution, qui est la plus simple à mettre en œuvre, présente aussi l’avantage de ne pas rompre les habitudes de la clientèle bourgeoise du théâtre. Le 10 août 1878, l’affaire est déclarée d’utilité publique.

  • 52 Plan dressé par Sauvageot, 17 septembre 1873 – ADSM : 30P 10-592.
  • 53 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 18 juillet 1884 – ADSM : 30P 10-592.

21La reconstruction de l’édifice va donc servir de prétexte à une opération plus vaste de voirie et va permettre de mettre en œuvre un projet adopté depuis longtemps : l’élargissement de la rue Grand-Pont. Selon le plan de Sauvageot adopté en 1874, sa largeur doit être portée depuis les quais jusqu’à la place Notre-Dame à 12,50 mètres52. Or, la décision de reconstruire la salle de spectacle sur un emplacement élargi et isolé des habitations voisines va permettre de modifier ces dispositions, d’autant que l’élargissement de la voie se double d’un nouvel objectif. En effet, dans la perspective de la construction du chemin de fer d’Orléans et d’une gare P1 ace Saint-Sever, le pont suspendu doit être remplacé par un pont fixe au débouché de la rue Grand-Pont. Le trafic déjà encombré sera alors saturé. C’est cette considération plus encore que l’idée de créer un dégagement devant l’entrée principale du théâtre qui amène Sauvageot à demander l’établissement d’une place de 25 mètres de large. Ces travaux sont déclarés d’utilité publique par arrêtés du 15 janvier et du 17 avril 1877. Un million de francs pris sur l’emprunt du 9 février 1877 est affecté à l’acquisition des 80 lots concernés par la mesure d’expropriation auxquels s’ajoutent en 1880, trois millions de francs supplémentaires pris sur le nouvel emprunt de 45 millions de francs. Le conseil municipal tentera d’apporter quelques améliorations au projet et d’élargir quelque peu les voies et la place mais, face aux difficultés rencontrés, il décidera finalement en 1882 de maintenir le projet adopté en 187453. De fait, malgré les primes distribuées aux propriétaires procédant eux-mêmes au reculement de leurs façades et autres encouragements, les résultats s’avéreront décevants et nombre de belles maisons en pans de bois seront détruites ou mutilées sans être remplacées par des immeubles de qualité comparable.

Fig. 145. L.Sauvageot ; Projet de construction du théâtre des Arts de Rouen, plan d'implantation du bâtiment, 25 janvier 1877, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

  • 54 Id., 1er août 1876 – ADSM: 20P 1538-60.
  • 55 Programme du concours, 28 août 1876 – ADSM : 30P 10-525.
  • 56 « Concours. Reconstruction du théâtre des Arts, à Rouen (résultat) », GAB, Paris, 1876, no 23, p.  (...)
  • 57 Déclaration du jury du concours, 30 novembre 1876 – ADSM : 30P 10-525.
  • 58 GAB, Paris, octobre 1882, p. 244.

22Contrairement au musée-bibliothèque, le conseil municipal décide de mettre en concours la reconstruction du théâtre avec un système de primes d’un montant total de 10000 francs à partager entre les trois premiers lauréats, dont les projets deviendront en contrepartie sa propriété54. Il s’accorde également le droit d’utiliser les plans et les devis du vainqueur comme il l’entend avec la possibilité de confier la mise en œuvre à son propre service d’architecture55. Les participants disposent d’un délai de deux mois à compter du 15 septembre 1876 pour déposer leurs projets. Ils seront ensuite exposés à l’Hôtel de Ville et soumis à l’examen d’un jury composé du maire assisté de quatre conseillers municipaux et de six architectes : l’architecte du gouvernement, Lisch ; l’architecte départemental, Desmarest ; deux membres de la commission départementale d’architecture, Octave Fréret et Chéruel ; l’architecte municipal Sauvageot ; et enfin, Barthélémy, également présent en tant que conseiller municipal. Les plans retenus seront ensuite proposés aux élus qui se résevent la décision finale. Au matin du 29 novembre 1876, le jury se rend dans les galeries du musée à l’Hôtel de Ville où 27 projets sont exposés56. À l’issue de l’examen, cinq sont retenus au lieu de trois. Est-ce à dire que tous ces programmes sont excellents ? Bien au contraire, aucun d’entre eux ne répond complètement aux attentes de la ville. Seul un projet présenté hors compétition dans le salon Jouvenet suscite un réel enthousiasme. Il émane de Sauvageot, qui en tant que membre du jury, n’est pas autorisé à participer au concours. Contournant le règlement, il a profité de son statut d’architecte municipal pour présenter ses plans, soi-disant au « titre d’étude57 ». Le procédé est critiquable même si par la suite un rédacteur de la Gazette des architectes et du bâtiment soutiendra qu'il n’a fait qu’user « de son droit58 ». La qualité de ses propositions suffit cependant pour que les autres membres du jury pardonnent ce manquement et rédigent une déclaration commune signée par le maire, constatant à l’unanimité la supériorité dudit projet.

  • 59 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 février 1877.
  • 60 Id., 16 août 1878.

23Après les élections municipales, la commission en charge de la question du théâtre est reconstituée le 24 novembre 1876 et les élus sont appelés à se prononcer sur le résultat du concours. Ils suivent en tous points les recommandations du jury. Les récompenses sont étendues à cinq – réparties entre Albert Thomas, Nénot et Oudiné, Louis Rogniat, Édouard-Ernest Nizard et Edmond Delaire et enfin, Jules Lambing et Armand Lequeux – tandis que le projet de Sauvageot est adopté59. La dépense estimée à 1816110 francs est comprise dans l’emprunt contracté le 9 février précédent, incluant également les frais d’indemnités locatives, d’acquisitions d’immeubles, de décors, de costumes et d’installation de la bibliothèque. À l’issue de cette délibération, il faut attendre près de dix-huit mois pour que le théâtre soit de nouveau à l’ordre du jour car l’affaire s’enlise dans les formalités administratives liées au déplacement des habitants du quartier. Le coût des expropriations augmente considérablement les estimations qui dépassent désormais les 4 millions de francs60. Par ailleurs les élections de 1878 ont confirmé le glissement de la ville vers la gauche républicaine et Barrabé, bien que renouvelé dans sa fonction de maire, doit affronter un nombre grandissant d’opposants parmi les élus. Ceux qui contestent ouvertement l’utilité même du théâtre se regroupent autour de Jacques Sement qui présente en août 1876 un contre-projet dressé par le rouennais Émile Janet et l’entrepreneur parisien Lasnier qui offrent de construire le bâtiment à forfait pour seulement 1 200 000 francs de francs. Pour faire baisser les coûts, ils proposent notamment de limiter le terrain à l’ancien emplacement, évitant ainsi les frais d’expropriation. Bien qu’aucun devis n’ait été joint à l’appui de cette proposition, l’idée séduit une courte majorité des élus qui votent le renvoi du dossier devant une commission spéciale.

  • 61 Id., 8 novembre 1878.
  • 62 Lettre de Sauvageot à Darcel, 25 septembre 1878 – BMR : Ms. m. 238.
  • 63 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 décembre 1878.

24Sauvageot est amené à participer aux nombreuses réunions de cette assemblée qui lui demande de concevoir de nouveaux plans correspondant à l’emplacement réduit de l’ancien théâtre des Arts et ce, sans en référer au reste de l’administration municipale. Il propose alors un projet moins onéreux – évalué à 1 370000 francs – qui remporte le suffrage de la commission et écarte celui de Janet61. Sauvageot, invité à détailler ce projet, fait volontairement traîner le dossier car, malgré la bonne volonté affichée, il n’apprécie guère de devoir sacrifier son étude originelle comme le montrent ces lignes adressées à Alfred Darcel : « En ce qui concerne le théâtre des Arts, je suis navré. La commission [...], adopte la conservation des maisons du Cours Boieldieu, avec un théâtre borgne mitoyen avec celles-ci. […] J’ai cependant encore un autre espoir : c’est qu’une combinaison aussi mauvaise et aussi dangereuse soit repoussée à Paris, par le Conseil des bâtiments civils62. » Il sera donc rappelé plusieurs fois à l’ordre jusqu’à ce que le maire intervienne pour exiger la remise des documents demandés63.

  • 64 Magne A., Monographie du nouveau théâtre du Vaudeville érigé par la ville de Paris, Paris, 1873.

25Les plans proposés s’inspirent largement du théâtre du Vaudeville reconstruit en 1869 par Auguste Magne sur le boulevard des Capucines à l’angle de la Chaussée-d’Antin64 À l’instar de l’édifice parisien, il se présente comme un bâtiment anonyme enchâssé parmi les habitations et qui ne se signale comme monument public que par sa rotonde d’angle (Fig. 146). L’élévation de celle-ci reprend également celle de Magne et plus généralement, le modèle traditionnel en matière d’architecture théâtrale, celui de la Renaissance italienne revu et corrigé par Garnier. Elle se compose ainsi d’arcades au rez-de-chaussée ; d’une galerie de loggia au premier étage encadrée, non pas de serliennes comme à l’Opéra Garnier, mais de baies rectangulaires surmontées de frontons triangulaires et de bustes placés dans des niches ; de petites baies ornées d’un fronton aux armes de la ville au niveau de l’attique ; et enfin, d’un dôme surmonté d’un bel épi d’amortissement ouvragé comme au théâtre du Vaudeville. Le décor est riche mais sans exubérance, comme l’apprécie Sauvageot. Des boutiques sont réparties sur les façades latérales et l’entrée des artistes se trouve à l’arrière, sur la rue de la Comédie. Enfin, l’importance de la scène est nettement signalée en extérieur. Toutefois, ce projet restreint présenté devant le conseil municipal le 20 décembre 1878 est finalement écarté, la majorité des élus ayant renouvelé le vote en faveur des plans adoptés l’année précédente.

Fig. 146. L. Sauvageot, Projet restreint de reconstruction du théâtre des Arts limité à l’ancien emplacement (non exécuté). Façade principale sur la rue Grand-Pont, septembre 1878, crayon et lavis sur papier, Rouen, Collections de Ut Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).

  • 65 PV d’adjudication des travaux, 15 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-60.
  • 66 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 15 octobre 1880 puis 25 mars 1881.

26Au début de l’année 1879, les formalités d’expropriation reprennent en même temps que la démolition des restes de l’ancien théâtre et des maisons voisines. Les adjudications des travaux ont lieu au printemps et les ouvrages sont répartis entre des entrepreneurs locaux et parisiens : Jullienne pour la maçonnerie ; Obert et fils pour la charpente en fer et en fonte ainsi que pour la serrurerie ; Thorel et Papavoine pour la charpente en bois ; Lemel pour la menuiserie65. Concernant la machinerie, le marché est confié à une maison spécialisée, Diosse et fils, à qui l’on doit l’équipement des scènes de Brest, Reims, Angers, Genève et Lyon notamment. La première pierre de l’édifice est posée à la fin de l’année et l’on peut espérer que le théâtre sera inauguré comme prévu le 1er septembre 1881. Or, l’entrepreneur de maçonnerie va prendre du retard et en novembre 1879, le chantier est interrompu en raison des températures exceptionnellement basses. Il faudra ensuite attendre la mi-février 1880 pour que Jullienne et ses hommes puissent se remettre au travail. Sept mois plus tard, les murs du bâtiment sont enfin construits mais de toute évidence, le bâtiment ne sera jamais achevé dans les temps. L’opinion publique s’agite et pour faire taire les critiques, la municipalité nomme une commission chargée de désigner des responsables. Bientôt, une action est ouverte à l’encontre de Jullienne dont le retard est à l’origine de tous les autres66. L’inauguration est finalement repoussée au 1er septembre 1882.

Un bâtiment intégré dans la ville

  • 67 Programme du concours, 28 août 1876 – ADSM : 30P 10 525.

27Le programme du concours pour la reconstruction du théâtre des Arts est le plus contraignant auquel Sauvageot ait été confronté67. Il fallait en effet concevoir une salle destinée au grand répertoire lyrique et dramatique sur un terrain irrégulier formant une sorte de trapèze. Les façades extérieures devaient être en pierre de taille et les planchers, les combles ainsi que l’ensemble de la machination, en fer. Le texte précisait que l’entrée devait donner sur la rue Grand-Pont, tandis que des cafés ou des restaurants seraient aménagés le long des façades du cours Boieldieu et de la rue des Charrettes. Ainsi, la façade principale, celle par laquelle on accéderait au bâtiment, ne serait pas la façade la plus en vue, contrairement à celle placée le long du quai. Comment dès lors traiter ces deux parties de l’édifice ? La salle devait accueillir entre 1 600 et I 700 spectateurs commodément assis, ainsi qu’un orchestre d’une cinquantaine de musiciens. Le programme appelait l’attention des concurrents sur les questions de circulation, d’aération, de chauffage, de sécurité et sur les services propres à un théâtre des Arts. Le nombre de loges, de foyers et de magasins faisait ainsi l’objet d’une liste détaillée.

  • 68 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 février 1877.

28Alors que les autres concurrents proposaient de donner des élévations différentes à leur théâtre à l’imitation du nouvel Opéra de Garnier, Sauvageot a su éviter cette transposition abusive pour imaginer une façade sur Seine d’une relative neutralité se confondant avec les immeubles alignés du quai (Fig. 147 à 150). Afin de ne pas briser les grandes lignes du cours Boieldieu, il conçoit une façade se terminant par une corniche de même hauteur que les constructions du cours avec, en rez-de-chaussée, des boutiques et restaurants s’intégrant parfaitement dans leur environnement. De même, un premier toit contourne le théâtre et s’appuie sur une construction centrale en retrait par rapport aux façades et surmontée d’une toiture à pentes droites, qui abrite la scène et la salle. Cette toiture se fond dans la perspective du quai et participe de cette façade unique et harmonieuse. L’élévation reprend le traditionnel modèle en matière d’architecture théâtrale, inspiré de la Renaissance italienne revu et corrigé par Garnier. Elle s’articule sur trois étages avec des arcades au rez-de-chaussée ; une galerie-loggia ornée de cinq baies rectangulaires ponctuées de colonnes d’encadrement doubles ; et enfin, l’attique avec de petites ouvertures couronnées d’un fronton. Les baies du rez-de chaussées se retrouvent sur la façade latérale, à l’avantage des entresols et magasins. De même, Sauvageot puise dans les motifs décoratifs pour raccorder cette façade avec celle du cours Boieldieu. Ainsi, le motif central de l’étage noble portant l’attique est encadré par deux fenêtres surmontées de niches ornées de bustes qui sont retournées sur le cours et reproduites à chaque extrémité et au centre de la façade sur le quai. Celle-ci acquiert alors un caractère public, tout en conservant « aux deux pavillons que ses trois parties encadrent, le caractère privé que justifie leur affectation à des cafés ou boutiques, ou à des logements accessoires du service théâtral68 ». Conformément à la leçon rationaliste, chaque partie porte en extérieur le caractère de sa destination intérieure : ceux d’un édifice public au centre et aux extrémités et, dans les intervalles, les aspects propres à des occupations privées.

Fig. 147. L.Sauvageot ; Projet de construction du théâtre des Arts de Rouen. Vue générale de la façade principale rue Grand-Pont et de celle en retour sur le cours Boieldieu (projet exécuté), sd., tirage photographique (Rouen, agence Witz), Rouen, archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 148. Rouen, Vue générale du cours Boieldieu depuis la rive gauche avec le pont Boieldieu au premier plan, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 149. Rouen, Théâtre des Arts, vue de la façade d'entrée sur la rue Grand-Pont et de celle en retour sur le cours Boieldieu, 1882, photographie (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).

Fig. 150. Rouen, Théâtre des Arts, vue de la façade d'entrée sur la rue Grand-Pont et de celle en retour sur la rue des Charrettes, 1882, photographie (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).

29L’ensemble s’inspire des grands modèles parisiens que Sauvageot adapte à la situation locale. En premier lieu, il emprunte la disposition générale aux théâtres construits par Davioud sur la place du Châtelet dont la localisation le long des quais de la Seine est identique au cas rouennais. Ainsi, l’élévation de la façade principale sur la place fait écho aux salles parisiennes et l’ample loggia, la verticalité très marquée grâce au jeux de colonnes et à l’ample fronton supérieur, confèrent une certaine grandeur à l’édifice. De même, les façades latérales et notamment celle sur le quai, correspondent à des boutiques louées pour amortir les coûts et sont traitées de manière beaucoup plus neutre. L’influence de l’Opéra Garnier est également perceptible, quoique dans une moindre mesure, dans l’exubérance du répertoire décoratif en particulier sur la façade de la rue Grand-Pont. Pour autant, le théâtre rouennais n’a rien d’original ; il s’inscrit au contraire dans toute une lignée de salles relativement uniformes construites à la même époque en province, pour lesquelles chaque architecte propose de simples variations, selon les emplacements, les besoins locaux et les finances communales. Il est un jalon de cette production au même titre que le théâtre des Célestins de Lyon reconstruit par Gaspard André entre 1873 et 1877 et le théâtre de Montpellier conçu par Joseph Cassien-Bernard en 1884.

Distribution et aménagements intérieurs

  • 69 Sauvageot L., Considérations sur la construction..., op. cit., p. 8.
  • 70 Id., p. 11.
  • 71 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 mars 1881 – ADSM : 20P 1538-68.

30L’accès au théâtre se fait par un péristyle fermé, précédant un second vestibule affecté au contrôle des billets et dans lequel débouchent les escaliers (Fig. 151 à 153). Contrairement aux autres concurrents qui ont opté pour un seul escalier monumental circulaire desservant l’ensemble des places – à l’instar de l’Opéra Garnier – Sauvageot préfère les multiplier et les répartir en fonction de la classification des places. Deux foyers sont aménagés : l’un, réservé aux places des premières au-dessus du péristyle d’entrée longeant la façade de la rue Grand-Pont ; l’autre, juste au-dessus, destiné au public des galeries supérieures. Ces choix montrent bien que le théâtre est un haut lieu de sociabilité dans lequel les codes sociaux priment et influencent l’architecture : les foyers distincts et les nombreux escaliers sont là avant tout pour éviter « un mélange trop prononcé des classes extrêmes de la société69 ». Chaque étage est pourvu de vestiaires, de sanitaires et au niveau du rez-de-chaussée et de la première galerie, de cabinets de toilette pour les dames. La salle adopte la forme la plus courante, dite en aimant ou en fer à cheval, qui permet de placer le plus grand nombre de personnes dans des conditions d’acoustique idéales. Elle se présente comme « un grand salon70 » avec quatre étages de balcon au-dessus du parterre, dans lequel tout est conçu pour faciliter les regards et placer les spectateurs en pleine lumière. Les séparations des loges et des baignoires par exemple, sont échancrées et dégagent les vues latérales et les points d’appui supportant les galeries et le plafond sont réduits comme dans l’ancien Opéra de Paris, divisant la salle en trois grandes parties. Celle-ci est éclairée au gaz et au plafond, trône un lustre en bronze doré. La partie située à l’arrière du rideau comprend la scène et les différents services nécessaires à la représentation, pour lesquels Sauvageot distingue les services généraux (vestibule d’entrée du personnel, logement du concierge, poste de pompiers, corps de garde,...) des services spéciaux (bibliothèque, atelier des réparations,...). À cela s’ajoutent les régies, les foyers et les divers magasins pour les décors et costumes. Au printemps 1881, une galerie complémentaire de 1 500 m2 sera également aménagée dans l’aile sud de la halle aux toiles pour stocker les grands décors71. Dans le théâtre proprement dit, les services sont répartis de manière à faciliter le bon déroulement des spectacles et la circulation des employés et des artistes qui sont parfois plusieurs centaines au cours des représentations. L’entrée du personnel se fait par un accès unique afin d’éviter toute intrusion. Dans le vestibule, sont répartis la loge vitrée du concierge et le poste des pompiers qui peuvent intervenir très rapidement en cas d’incendie. Le rez-de-chaussée accueille également le foyer des musiciens, directement placé sous l’orchestre et totalement indépendant. Enfin, un couloir d’entrée donnant sur une rue latérale débouche au droit d’un des tiroirs de la scène dans lequel est établi un plan incliné monté sur des praticables mobiles. Ce dispositif ingénieux, déjà employé à l’ancien théâtre Lyrique du Châtelet, sert pour l’accès des chevaux et pour le transport des châssis des décors et des toiles de fond.

Fig. 151 à 153. L. Sauvageot, Concours pour la reconstruction du théâtre des Arts à Rouen. Plan de l'entresol, plan du premier étage et plan du sous-sol (1876), gravure, extr. de L. Sauvageot, Considérations sur la construction des théâtres, à propos de la reconstruction du théâtre des Arts à Rouen..., Paris, 1877 (Cl. Sophie Nasi).

31La scène qui correspond au premier étage, est très développée en largeur avec une moyenne de 12,50 mètres pour 16,50 mètres de profondeur. Sa proximité détermine l'organisation de l’entresol où sont installés certaines loges d’artistes, les ateliers de réparation du matériel, ainsi que le secrétariat et les bureaux du directeur qui peut ainsi surveiller les spectacles et les répétitions. Au premier étage, tous les services relatifs à la représentation convergent vers la scène, avec les dépôts pour les décors, les divers magasins et plus en arrière, les régies et les foyers. Le régisseur de scène qui fait également office d’avertisseur est ainsi placé à proximité des artistes. À cela s’ajoutent le cabinet pour les changements de costumes, les dépôts des cordages des machinistes, la loge pour les jeux de lumière et le poste des pompiers de garde, placés de part et d’autre de l’ouverture du rideau. Enfin, Sauvageot sépare les artistes, les comparses et les choristes en attribuant à chacun un espace déterminé avec des locaux et des magasins particuliers, superposés et desservis par des escaliers distincts directement reliés à la scène.

Les équipements particuliers : chauffage, ventilation et sécurité

  • 72 Gosset A., Traité de la construction des théâtres, Paris, 1886, p. 131.
  • 73 Sauvageot L., Considérations sur la construction..., op. cit., p. 43. Sur les mesures de sécurité (...)
  • 74 Gosset A., Traité de la construction..., op. cit., p. 59.
  • 75 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 avril 1883.

32Dans son Traité de la construction des théâtres, Gosset souligne combien le chauffage et la ventilation du théâtre des Arts de Rouen ont été « bien étudiés72 ». Sauvageot opte pour un système par circulation de la vapeur d’eau qui consiste à projeter de l’air chauffé en excès dans la salle qui se répand ensuite dans le reste du bâtiment73. Ce principe récemment mis au point et expérimenté aux opéras de Vienne et de Bruxelles est alors considéré « comme une panacée74 », dans la mesure où il permet de distribuer rapidement et de manière constante la chaleur et d’interrompre la diffusion dans les salles qui n’en ont pas besoin. C’est aussi un gage de sécurité car la vapeur se prête aux longs trajets et un seul foyer de production de chaleur peut donc être aménagé dans un local indépendant du théâtre. De là, une canalisation spéciale conduit à basse pression la vapeur dans les dessous de l’édifice où sont installés des jeux de cylindre développant de grandes surfaces de chauffe, tandis que des appareils de détente et de purge régularisent la marche de la vapeur dans ces conduites. L’air froid pris en extérieur est projeté avec force sur les surfaces de chauffe par des insufflateurs puis il s’engouffre dans les gaines de distribution qui l’amènent dans la coupole où il se répand par de multiples orifices. Ce système permet également d’éteindre tout départ d’incendie dans la salle en projetant directement la vapeur d’eau par ces ouvertures. L’air vicié est ensuite évacué par des gaines spéciales munies d’un propulseur lançant des jets d’air comprimé. La ventilation s’établit selon un même principe. Ce projet initial va subir quelques modifications puisque les générateurs à vapeur seront finalement installés dans les sous-sols à l’intérieur du théâtre. Quoi qu’il en soit, les recherches menées par Sauvageot sur ces questions montrent une nouvelle fois l’importance qu’il attache au corps d’état technique et aux récentes découvertes, même si dans ce domaine une innovation chasse l’autre. De fait, le système rouennais posera rapidement problème et, dès 1 883, pour enrayer la chaleur excessive qui règne dans le vestibule des troisièmes galeries en provenance du grand foyer, un système de vitres sans tain sera posé sur les baies supérieures dudit foyer, afin que l’air s’échappe directement par les œils-de-bœuf au-dessus des fenêtres75.

  • 76 Devis dressé par Sauvageot, 14 novembre 1876 – ADSM : 30P 10 525.
  • 77 Une installation similaire a été établie quelques années auparavant dans le théâtre de Genève auqu (...)
  • 78 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 août 1887.

33Les propositions de Sauvageot en matière de lutte contre les incendies participent des recherches menées sur le sujet autour des années 1880, après le choc des sinistres contemporains de l’opéra italien de Nice, du nouveau théâtre des Célestins de Lyon (1880) et de l’Opéra Comique (1881). Certaines ont déjà été évoquées, comme la mise en place d’amples dégagements complétés par de multiples escaliers de sortie répartis dans tous les points du théâtre et dérivés directement vers l’extérieur ou encore, l’installation d’un système de chauffage dont la vapeur peut être projetée dans la salle en cas d’incendie. Le maître d’œuvre privilégie également des matériaux résistant à la combustion (la pierre, la brique et le fer pour la charpente) et il isole les escaliers de la scène et de la salle au moyen d’un couloir séparatif entre deux murs de maçonnerie. De plus, le rideau scénique est entièrement en fer afin d’isoler la scène, où les risques sont les plus importants. Ces mesures ne peuvent malgré tout s’opposer à la propagation du feu et l’architecte les complète par un système d’appareils hydrauliques inventés et testés par le capitaine des pompiers de la ville76. Il se compose d’un ensemble de lances établies dans tous les points du bâtiment et complétées par une seconde canalisation plus importante et indépendante qui court dans des colonnes montantes en cuivre réparties depuis les sous-sols jusqu’au faîtage du comble et percées de trous77. L’ensemble est branché directement en extérieur sur la conduite générale de distribution d’eau de la ville. Ce dispositif sera régulièrement renforcé par la suite et en 1887 par exemple, la conduite d’eau de la rue des Charrettres sera reliée à celle du cours Boieldieu et les herses de la scène seront confortées par des fils métalliques78.

La décoration

  • 79 Id, 25 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-60.

34C’est au printemps 1880 que les édiles commencent à s’intéresser au programme de décoration du bâtiment et le 1 1 juin, le projet conçu par l’architecte suivant deux chapitres distincts – statuaire et ornementation – est adopté. La partie ornementale est directement confiée aux collaborateurs habituels de Sauvageot : Edmond, Félix et Raoul Bonet, Jean-Baptiste Foucher, le père Jean, Léon Despois de Folleville, Trugard et Billiard fils. On décide également de ne pas recourir à un concours pour la statuaire qui n’excède pas 16000 francs79, d’autant que trois des principaux sculpteurs œuvrant au décor du musée-bibliothèque se sont spontanément proposés. Bartholdi est finalement chargé des bustes ponctuant les façades ; Chapu, du fronton de l’entrée principale ; et Léon Chédeville, des figures de génies ainsi que de l’ensemble des modèles d’ornements extérieurs.

Fig. 154 et 155. Rouen, Théâtre des Arts, vue du fronton de la façade d'entrée sur la rue Grand-Pont sculpté par Henri Chapu et détail d'une baie, 1882, photographie (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).

35Le bâtiment est donc volontairement peu orné (Fig. 154 et 155). Le jeu sur la taille et la forme des ouvertures contribue au caractère monumental de l’ensemble et seule la façade donnant sur la rue Grand-Pont est plus richement traitée que les autres. Là, se trouve le fronton de Chapu représentant deux allégories nues, symboles de la Mélodie et de l’Harmonie soutenant une lyre et entourées de draperies. En dessous, les noms gravés des compositeurs Meyerbeer, Rossini et Boieldieu évoquent la musique allemande, italienne et française. Les bustes de Bartholdi sont répartis sur toutes les façades – à l’exception de celle de la rue de la Comédie – et placés dans de petites niches ovales au-dessus des baies latérales. Ils personnifient les allégories de la Mélodie, de l'Harmonie, du Chant, du Drame, de la Chorégraphie et de la Comédie. Enfin, des masques variés sculptés par Chédeville ponctuent les attiques des baies et l’ensemble des couronnements. À la différence du musée-bibliothèque où le programme sculptural est plus riche et sans doute plus complexe à saisir pour les visiteurs de passage – en particulier, les bustes se référant aux gloires locales – les sujets sont ici limpides. Le décor extérieur fait référence à la destination de l’édifice comme temple des arts lyriques et dramatiques, sans que cela prenne le tour politique que l’on peut observer sur les façades du musée. Ici, en dehors de la référence gravée à Boieldieu, il ne s’agit pas de célébrer le rôle de Rouen dans la création artistique mais bien de créer une belle façade. De fait, c’est plutôt dans la décoration intérieure qu’il faut rechercher la volonté de la ville d’afficher la fierté de ses traditions et de son rôle culturel.

  • 80 Lettre de Sauvageot au secrétaire général chargé des Beaux-Arts, 18 février 1881 – AN : F21 4405.
  • 81 Lettre du maire de Rouen au député Duvivier, 4 juin 1881 – AN : F21 4405.
  • 82 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 30 avril 1881 – AN : F21 4405.

36En janvier 1881, Sauvageot adresse une demande d’aide pour la décoration intérieure au ministère qui, contre toute attente, apporte une fin de non-recevoir. Moins de deux semaines plus tard, il renouvelle sa requête en prenant directement à parti le secrétaire général des Beaux-Arts, Louis de Ronchaud : « C’est donc, vous le voyez Monsieur, de votre administration que dépend entièrement le sort du théâtre des Arts. Sera-t-il raté ou réussi ? C’est vous qui déciderez si l’édifice mentira ou ne mentira pas à son nom80. » Le maire puis le préfet vont appuyer cette démarche, mais il faudra attendre l’intervention du député Duvivier81 pour que le gouvernement accorde en juin 1881 une subvention de 10 000 francs, correspondant au tiers du devis. Sauvageot va également tenter d’imposer certains artistes et ce, avant même que la subvention gouvernementale n’ait été officiellement accordée. En avril 1881, il appuie les candidatures des peintres Paul Baudoüin – encore inconnu mais recommandé par son origine rouennaise – et Paul Milliet et propose même de soumettre les esquisses déjà préparées pour la décoration de la coupole de la salle82. Il soutient également la candidature de son neveu, le statuaire Léon Chédeville. La candidature de Milliet, un élève de Gleyre converti au tiépolisme, peut surprendre. En fait, c’est à l’instigation de Sauvageot qui a vu et apprécié son récent travail au théâtre de Genève qu’il a préparé ses études.

  • 83 Minute de lettre du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts au préfet de SI, 20 juin 1881ADSM : F21  (...)
  • 84 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 28 octobre 1881 – ADSM : 20P 1538-60.
  • 85 Id., 19 août 1881.

37La direction des Beaux-Arts tient partiellement compte de ces propositions puisque les noms de Baudoüin et de Chédeville sont retenus, en plus de deux autres peintres, Léon Glaize et Faustin Besson83. Toutefois, celui-ci, contraint de renoncer à la commande, est finalement remplacé par Paul Milliet qui est chargé de décorer le plafond du foyer des premières tandis que Baudouin exécute les panneaux verticaux et les médaillons garnissant le même salon. Le morceau le plus prestigieux, autrement dit la peinture de la coupole de la salle, revient à Léon Glaize. Quant à la décoration de l’escalier qui est entièrement à la charge de la ville, elle est confiée à un peintre local, Albert-Guillaume Demarest, qui propose de les réaliser pour la moitié du devis soit entre 6 et 7 000 francs. Les édiles acceptent volontiers cette offre au demeurant avantageuse, d’autant que l’artiste est le descendant d’une figure locale, l’ancien président de la chambre de Commerce à l’origine des travaux d’endiguement de la Seine, Jean Rondeaux84. Enfin, les peintures d'ornement de la salle, du foyer des premières et du rideau de scène sont attribuées au parisien Lavastre85. L’étude des modèles de sculpture décorative est laissée aux artisans Trugard et Peynot, tandis qu’Edmond Bonet est encore une fois chargé de leur exécution définitive.

  • 86 C’est l’analyse proposée par Backhuÿs D. et Lajoix M., Paul Albert Baudoüin et les décors rouennai (...)

38La décoration intérieure célèbre la poésie, la musique, la danse et rend hommage à deux enfants du pays, Corneille et Boieldieu. Ainsi, sur le palier de l’escalier des premières, Demarest a conçu un cycle d’œuvres dédiées à des opéras de Boieldieu (Le Nouveau seigneur du Village ; La Dame blanche, Le Petit Chaperon rouge) et à des œuvres de Corneille (Le Menteur, Le Cid, Polyeucté). De part et d’autre de la fenêtre éclairant cet escalier, deux panneaux sont ornés d’une superposition de masques scéniques, de couronnes et de cartouches gravés de noms de compositeurs (Méhul, Hérold, Auber) et de dramaturges (Molière, Racine et Beaumarchais). Le foyer se présente comme une longue galerie entourée de deux petits salons, dédiés l’un à Corneille et l’autre à Boieldieu comme l’indiquent les bustes disposés sur chaque cheminée (Fig. 156). Aux plafonds, deux grandes peintures de forme circulaires conçues par Milliet représentent La Tragédie et La Musique légère. Dans la galerie proprement dite, Baudoüin a représenté des allégories des arts du spectacle. Ce sont La Mélodie, La Danse, La Chanson et L’Idylle du côté de la salle et, en vis-à-vis entre les baies de la façade principale, Orphée, La Symphonie, La Musique héroïque et Le Drame lyrique (Fig. 157 à 162). Ce décor, qui a entièrement disparu lors des bombardements de mai 1944, est connu grâce à une série de petites esquisses préparatoires dont certaines, comme La Mélodie et La Symphonie, sont assez proches des compositions définitives86. L’artiste a également peint des figures d’amours volant dans des médaillons circulaires au niveau des arcs de pénétration de la grande voussure du plafond. Au-dessus, le cycle peint par Milliet se divise en trois compartiments avec, au centre, une évocation de La Poésie lyrique encadrée par La Chanson et La Danse (Fig. 163 et 164). Cet ensemble, déposé au musée des beaux-arts de la ville avant les bombardements de 1944, est conservé bien qu’il soit aujourd’hui en très mauvais état. Dans la salle (Fig. 165 à 167), les avant-scènes sont encadrées par deux majestueuses cariatides drapées qui portent l’entablement, simplement interrompu par un motif de lyre. Cet ensemble est dû au ciseau de Léon Chédeville tout comme le motif des armes de Rouen soutenues par deux génies sonnant de la trompette, qui surmonte le cadre. De l’avis général, le clou est sans conteste le plafond peint par Léon Glaize, avec sa composition rayonnante autour du lustre central se divisant en quatre parties évoquant L’Apothéose de Corneille, Le Triomphe de Vénus, La Danse antique et une allégorie représentant la Seine mêlant ses eaux à l’Océan.

Fig. 156. Rouen, Théâtre des Arts, vue du foyer des premières, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 157 L. Sauvageot, Foyer du théâtre des Arts de Rouen. Coupe, détail des panneaux à peindre, avril 1881, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 158 à 162 P. Baudouin, La Symphonie ; La Musique héroïque ; Le Drame lyrique ; La Danse ; La Chanson, 1882, photographies du décor mural peint du foyer du théâtre des Arts aujourd'hui détruit (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).

Fig. 163. P. Milliet, La Musique légère, 1882, huile sur toile, 188 cm de diamètre, Rouen, Musée des beaux-arts, ancien décor du plafond du foyer du théâtre des Arts déposé en 1944 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 164. P. Milliet, La Poésie lyrique, 1882, huile sur toile, 187,5 cm de haut sur 329 cm de large, Rouen, Musée des beaux-arts, ancien décor du plafond du foyer du théâtre des Arts déposé en 1944 (Cl. Sophie Nasi).

  • 87 Liste des personnalités présentes lors de l’inauguration (non signée et non datée) – ADSM : IM 330
  • 88 GAB, Paris, octobre 1882, p. 246.

39L’inauguration du théâtre des Arts eût lieu au soir du 30 septembre 1882 devant un parterre de personnalités d’autant plus important que la cérémonie, rappelons-le, avait été couplée avec l’inauguration du lycée de jeunes filles87. Trois ministres notamment, avaient fait le déplacement, accompagnés de leurs sous-secrétaires d’État. Parmi les architectes, Charles Garnier, Jean-Juste Lisch, Bœswillwald étaient présents ainsi que le directeur du musée de Cluny, Edmond du Sommerard. Les journalistes étaient également nombreux : Gustave Gœtschy de La vie moderne, Giffard du Figaro, Victor Roger pour La France, Claude Sauvageot en tant que directeur de l’Art pour tous et Alfred Darcel, mandaté par le Journal de Rouen. On célébra la réouverture de la salle rouennaise avec la reprise des Huguenots de Meyerbeer précédée de La Dame Blanche. À la fin du deuxième acte, « M. Duvaux vint au foyer du chant, accompagné de M. Hendlé, préfet de la Seine-Inférieure, et là, sans appareil, il attacha à la boutonnière de M. Sauvageot la décoration de la Légion d’honneur88. »

  • 89 Darcei, A., « Le théâtre des Arts », J de R, 30 septembre 1882.
  • 90 Goetschy G., « Le nouveau théâtre de Rouen », La vie moderne, no 39, 30 septembre 1882, p. 618.
  • 91 Id., no 41, 14 octobre 1882, p. 641.
  • 92 GAB, Paris, octobre 1882, p. 246.
  • 93 C. Enlart écrit à propos de ce vestibule qu’il est « mesquin, froid et triste » (Enlart C., Les vi (...)

40Au niveau local, le nouvel édifice est diversement apprécié, le ton de la critique reflétant comme souvent l’appartenance politique des journaux. Sans surprise, le Petit Rouennais se montre très virulent, déclinant le thème du « monumentfilature » déjà évoqué à propos du musée-bibliothèque. En revanche, le pro-gouvernemental Journal de Rouen se montre d’autant plus admiratif qu’Alfred Darcel rédige l’article. Il s’enthousiasme pour le nouveau théâtre, en particulier pour « l’excellente organisation de ses services et la splendeur de sa décoration sobre et puissante89 ». Il réserve également un éloge particulier pour le foyer des premières et pour la salle. Au niveau national, la critique est également positive même si dans l’ensemble, le bâtiment frappe moins pour son caractère artistique que par son approche pratique. Tous les journalistes insistent sur les questions de distribution, de répartition des espaces, de circulation et surtout de sécurité. Le foyer et la salle sont également très appréciés et Gustave Gœtschy note à propos du premier, qu’il est « l’un des plus élégants, l’un des mieux aménagés, l’un des mieux décorés que l’on puisse voir90 » et au sujet de la seconde, quelle est « simple, riche sans profusion, d’une harmonie tranquille et souriante91 ». En revanche, la façade extérieure est plus ou moins bien perçue et certains, à l’instar de la Gazette des architectes et du bâtiment, jugent les ornements trop sobres92. De même, le parti de multiplier les escaliers et de sacrifier quelque peu la monumentalité du vestibule au profit de la circulation est plus ou moins bien compris et accepté, certains regrettant que l’architecte n’ait pas repris l’exemple devenu modèle de l’Opéra de Garnier93.

Fig. 165. Rouen, Théâtre des Arts, vue générale de la salle au début des années 1930, photographie d'une coupure de presse non identifiée, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 166. L. Sauvageot, Salle du théâtre des Arts de Rouen. Coupe, avril 1881, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 167. L. Glaize, L’Apothéose de Corneille. Fragment du plafond de la salle du théâtre des Arts de Rouen, 1882, gravure de Baude d'après la photographie de Tourtin, extr. de L’Illustration, octobre 1882 (Cl. Sophie Nasi).

41De ce théâtre, il ne reste rien : l’édifice fut en effet victime de l’incendie orchestré par les Allemands en juin 1940, puis des bombardements alliés de mai 1944 qui dévastèrent l’intérieur de la salle. Les documents de l’époque montrent pourtant que les façades étaient en partie récupérables, mais c’était sans compter la disgrâce qui pesait sur l’architecture du XIXe siècle et le projet d’aménagement du quai haut qui condamnait la salle d’office. Aujourd’hui, notre regard a changé et à la lumière des récentes études sur l’architecture théâtrale au XIXe siècle, le monument rouennais apparaît au contraire comme un exemple intéressant et caractéristique de la création provinciale au début de la Troisième République.

Un échec : l’aménagement d’un conservatoire de musique

  • 94 Plans dressés par Sauvageot, 5 avril 1878 – ADSM : 20P 1538-51.

42■ L’importance accordée au théâtre des Arts légitime la volonté de créer une école de musique. En 1877, les élus décident d’approprier une partie du bâtiment de la halle aux toiles appartenant à la commune. Le devis est adopté le 12 avril 1878 et validé par le préfet le 13 mai suivant. La dépense estimée à 12000 francs environ est inscrite au budget de 1878 et l’entrepreneur des travaux d’entretien se voit chargé de la mise en œuvre. Malheureusement, le projet est ajourné à cause de la reconstruction du théâtre des Arts et par la suite, une simple école de musique subventionnée par la ville verra le jour en 1904. Il faudra donc attendre 1945 pour qu’un conservatoire de musique soit finalement institué. Les plans de Sauvageot ont malgré tout été conservés. Le conservatoire devait être installé dans le bâtiment Est parallèle à la halle aux grains et les aménagements intérieurs proposés ne sont pas sans rappeler les principes l’architecture scolaire94. Au rez-de-chaussée, l’architecte souhaitait organiser les services avec un dépôt pour les combustibles, les toilettes et l’escalier menant à l’étage. Là, étaient prévus un vestibule servant de vestiaire, un bureau pour les archives, quatre salles de classe et une cinquième plus grande, pour les répétitions de l’orchestre. Toutes devaient être isolées au moyen de cloisons doubles et bénéficier d’un éclairage latéral.

Notes

1 Avant-projet dressé par Sauvageot, 20 juin 1873 – ADSM : 2OP 1538-52.

2 Proposition présentée au conseil municipal par Nétien, 20 février 1874 – ADSM : 20P 1538-52.

3 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 avril 1876 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

4 Id., 19 janvier 1876 – ADSM : 20P 1538-52.

5 Id., 7 avril 1876 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

6 Lettre de Sauvageot au maire de Rouen, 30 juin 1877 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

7 PV d’adjudication des ouvrages de charpente en fer et de charpente en bois, 12 avril 1877 – ADSM : 20P 1538-52.

8 Id., ouvrages de couverture et plomberie, 9 août 1877 – ADSM : 20P 1538-52.

9 « Le Musée-Bibliothèque », Le Nouvelliste de Rouen, 27 mars 1884.

10 Cahier des charges dressé par Sauvageot, 15 janvier 1884 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

11 PV d’adjudication des ouvrages de charpente en fer, 23 mars 1883 – ADSM : 20P 1538-52.

12 Id, ouvrages de couverture et plomberie, 28 août 1883 – ADSM : 2OP 1538-52.

13 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 29 juin 1889 – ADSM : 20P 1538-52.

14 Id, 12 avril 1887 – ADSM : 20P 1538-52.

15 « Edilité rouennaise », J de R, 19 avril 1876.

16 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 novembre 1880 – ADSM : 20P 1538-52.

17 Id., 7 avril 1876 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

18 Copie du PV de la séance de la commission d’examen du projet de musée-bibliothèque de la ville de Rouen, 29 mai 1876 – ADSM : 20P 1538-52.

19 J. de R, 22 février 1874.

20 Darcel A., « Le nouveau musée de Peinture », J de R, 19 février 1880.

21 Projet dressé par Sauvageot, 30 juin 1877 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

22 « La nouvelle bibliothèque », J de R, 13 février 1888.

23 Copie du PV de la séance de la commission d’examen du projet de musée-bibliothèque de Rouen, 29 mai 1876 – ADSM : 20P 1538-52.

24 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 17 juin 1887 – ADSM : 20P 1538-52.

25 Extr. du PV de la séance du comité des Beaux-Arts, 21 décembre 1881 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

26 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 23 octobre 1885 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

27 Id., 22 juin 1887 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

28 Chevillot C., « Le décor sculpté des musées : ornement ou symbole », La jeunesse des musées..., op. cit., p. 168-169.

29 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 avril 1878 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

30 Flaubert G., Lettre de M. Gustave Flaubert à la Municipalité de Rouen au sujet du vote concernant Louis Bouilhet, Paris, 1872.

31 Lettres de Flaubert à sa nièce Caroline, 8 et 14 mars 1880, in Id., Correspondance, nouvelle édition augmentée, 9e série, 1880, 1997, p. 4, 5-6.

32 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 17 février 1888 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

33 Id., 10 avril 1888 – AMR : 4ML Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

34 Lettre du maire de Rouen au préfet de la SI, 2 août 1890 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

35 Certificat établi par le maire de Rouen, 19 octobre 1894 – AN : F21 4405.

36 L.-G., « Le musée de peinture », PR, 20 février 1880.

37 « L’inauguration du Musée-Bibliothèque », J de R, 13 février 1888.

38 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 6 août 1897 – ADSM : 20P 1538-52.

39 Dubosc G., « La nouvelle Bibliothèque », J de R, 13 février 1888.

40 « Le Musée-Bibliothéque », Le Nouvelliste de Rouen, 27 mars 1884.

41 Deshays É., « À propos de l’inauguration du musée-bibliothèque », PR, 14 février 1888.

42 Id., 13 février 1888.

43 Le musée-bibliothèque est en effet construit sur une nappe d’eau souterraine, la source Notre-Dame, qui n’a été découverte qu’après l’achèvement des travaux. Elle atteint par capillarité le rez-de-chaussée et même par endroits, le bandeau du premier étage. La bibliothèque est la partie la plus touchée et au début du XXe siècle, Le Signe peint par Baudoüin est décroché car endommagé par une sorte de lèpre due à l’humidité.

44 Enlart C., Les villes d’art..., op. cit., p. 155.

45 Delabarre É., « Le musée-bibliothèque..., op. cit.

46 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 11 février 1888 – AMR : 4M1. Musée-Bibliothèque. Reconstruction.

47 Les travaux sont menés par les architectes Ch. Bernier et B. Torchinsky et par les architectes d’intérieur A. Putman et B. Moinard.

48 Rapport du commissaire central de la police de Rouen, 26 avril 1876 – ADSM : IM 480.

49 La municipalité souhaitait réédifier cette façade sur le terre-plein de la fontaine Sainte-Marie mais les crédits n’ayant jamais été réunis, l’ensemble fut détruit, à l’exception du médaillon de Corneille qui est déposé au musée départemental des Antiquités.

50 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 juin 1876.

51 Id., 1er août 1876.

52 Plan dressé par Sauvageot, 17 septembre 1873 – ADSM : 30P 10-592.

53 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 18 juillet 1884 – ADSM : 30P 10-592.

54 Id., 1er août 1876 – ADSM: 20P 1538-60.

55 Programme du concours, 28 août 1876 – ADSM : 30P 10-525.

56 « Concours. Reconstruction du théâtre des Arts, à Rouen (résultat) », GAB, Paris, 1876, no 23, p. 207-210.

57 Déclaration du jury du concours, 30 novembre 1876 – ADSM : 30P 10-525.

58 GAB, Paris, octobre 1882, p. 244.

59 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 février 1877.

60 Id., 16 août 1878.

61 Id., 8 novembre 1878.

62 Lettre de Sauvageot à Darcel, 25 septembre 1878 – BMR : Ms. m. 238.

63 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 décembre 1878.

64 Magne A., Monographie du nouveau théâtre du Vaudeville érigé par la ville de Paris, Paris, 1873.

65 PV d’adjudication des travaux, 15 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-60.

66 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 15 octobre 1880 puis 25 mars 1881.

67 Programme du concours, 28 août 1876 – ADSM : 30P 10 525.

68 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 février 1877.

69 Sauvageot L., Considérations sur la construction..., op. cit., p. 8.

70 Id., p. 11.

71 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 mars 1881 – ADSM : 20P 1538-68.

72 Gosset A., Traité de la construction des théâtres, Paris, 1886, p. 131.

73 Sauvageot L., Considérations sur la construction..., op. cit., p. 43. Sur les mesures de sécurité prises pour la salle rouennaise, l’architecte publie également un article très complet : « La sécurité publique dans les théâtres », GAB, Paris, 1881, no 32, p. 307-313. Paru également dans le Génie Civil, t. III, numéros du 1er et du 15 novembre 1881.

74 Gosset A., Traité de la construction..., op. cit., p. 59.

75 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 avril 1883.

76 Devis dressé par Sauvageot, 14 novembre 1876 – ADSM : 30P 10 525.

77 Une installation similaire a été établie quelques années auparavant dans le théâtre de Genève auquel Sauvageot emprunte plusieurs mesures dans le domaine de la sécurité.

78 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 août 1887.

79 Id, 25 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-60.

80 Lettre de Sauvageot au secrétaire général chargé des Beaux-Arts, 18 février 1881 – AN : F21 4405.

81 Lettre du maire de Rouen au député Duvivier, 4 juin 1881 – AN : F21 4405.

82 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 30 avril 1881 – AN : F21 4405.

83 Minute de lettre du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts au préfet de SI, 20 juin 1881ADSM : F21 4405.

84 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 28 octobre 1881 – ADSM : 20P 1538-60.

85 Id., 19 août 1881.

86 C’est l’analyse proposée par Backhuÿs D. et Lajoix M., Paul Albert Baudoüin et les décors rouennais, Rouen, [s. d.], p. 9.

87 Liste des personnalités présentes lors de l’inauguration (non signée et non datée) – ADSM : IM 330.

88 GAB, Paris, octobre 1882, p. 246.

89 Darcei, A., « Le théâtre des Arts », J de R, 30 septembre 1882.

90 Goetschy G., « Le nouveau théâtre de Rouen », La vie moderne, no 39, 30 septembre 1882, p. 618.

91 Id., no 41, 14 octobre 1882, p. 641.

92 GAB, Paris, octobre 1882, p. 246.

93 C. Enlart écrit à propos de ce vestibule qu’il est « mesquin, froid et triste » (Enlart C., Les villes d’Art..., op. cit., p. 118).

94 Plans dressés par Sauvageot, 5 avril 1878 – ADSM : 20P 1538-51.

Table des illustrations

Légende Fig. 124. L. Sauvageot, Avant-projet du musée-bibliothèque de Rouen. Vue générale, 20 juin 1873, tirage photographique : Rouen, agence Witz (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Fig. 125. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de la façade ouest donnant sur le jardin Solférino, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale, (Cl Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Fig. 126. L. Sauvageot, Décoration intérieure des grandes salles du musée-bibliothèque de Rouen, s. d. (années 1880), encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 127. Rouen, Musée-bibliothèque, détail des trémies de l’aile nord. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 128. Rouen, Musée-bibliothèque, vue générale de la façade Est avec l'entrée de la bibliothèque. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 129. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de la salle de lecture de la bibliothèque, 14 septembre 1937, photographie, Rouen, Bibliothèque municipale (Cl. Didier Tragin/Catherine Lancien).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 130. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de la salle de lecture de la bibliothèque et du squelette de la voûte en fer conçue par Sauvageot, 18 avril 1862, photographie, Rouen, Bibliothèque municipale (Cl. Didier Tragin/Catherine Lancien).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Tableau 12. Détail de la commande des 12 bustes ornant les façades du musée-bibliothèque
Légende (*)Les prix ne comprennent ni la fourniture de la pierre, ni les frais de transport et d’emballage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 131. Rouen, Musée-bibliothèque, façade ouest donnant sur le jardin Soléfrino, détail du fronton couronnant l’entrée du musée. État actuel (CL Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 132. Rouen, Musée-bibliothèque, façade méridionale sur la rue Jean Lecanuet (ancienne rue de l’Hôtel-de-Ville), détail du décor du fronton exécuté par Léon Chédeville. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 133. Rouen, Musée-bibliothèque, façade ouest donnant sur le jardin Solférino, détail du fronton exécuté par Bartholdi couronnant l'aile latérale nord. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 134. Rouen, Musée-bibliothèque, façade ouest donnant sur le jardin Solférino, détail du fronton exécuté par Bartholdi couronnant l'aile latérale sud. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 135. Rouen, Musée-bibliothèque, répartition des bustes et statues ornant les différentes façades. État actuel (montage Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 136. Rouen, Musée-bibliothèque, monument à L. Bouilhet par E. Guillaume en collaboration avec L. Sauvageot placé à l'angle sud-Est, fin XIXe-début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 137. Rouen, Musée-bibliothèque, vue de l'escalier du musée depuis le palier intermédiaire. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 138. P. Puvis DE Chavannes, Inter artes naturam, 1890, huile sur toile marouflée sur le mur, 295 cm par 830 cm, Rouen, escalier du musée des Beaux-Arts (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 139. L. Sauvageot, Escalier principal de la bibliothèque de Rouen. Coupe transversale, plan et coupes longitudinales, janvier 1888, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 140 et 141. P. Baudoüin, Le Signe, 1892 et Le Papyrus, 1893, huile sur toile marouflée sur le mur, Rouen, escalier de la bibliothèque municipale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 142 et 143. P Baudoüin, Le Manuscrit, vers 1894 et L’Imprimerie moderne, 1894, huile sur toile marouflée sur le mur, Rouen, escalier de la bibliothèque municipale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 144. P. Baudouin, Gustave Flaubert, vers 1894, huile sur toile marouflée sur le mur, Rouen, escalier de la bibliothèque municipale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 145. L.Sauvageot ; Projet de construction du théâtre des Arts de Rouen, plan d'implantation du bâtiment, 25 janvier 1877, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 146. L. Sauvageot, Projet restreint de reconstruction du théâtre des Arts limité à l’ancien emplacement (non exécuté). Façade principale sur la rue Grand-Pont, septembre 1878, crayon et lavis sur papier, Rouen, Collections de Ut Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 147. L.Sauvageot ; Projet de construction du théâtre des Arts de Rouen. Vue générale de la façade principale rue Grand-Pont et de celle en retour sur le cours Boieldieu (projet exécuté), sd., tirage photographique (Rouen, agence Witz), Rouen, archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 148. Rouen, Vue générale du cours Boieldieu depuis la rive gauche avec le pont Boieldieu au premier plan, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 149. Rouen, Théâtre des Arts, vue de la façade d'entrée sur la rue Grand-Pont et de celle en retour sur le cours Boieldieu, 1882, photographie (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 150. Rouen, Théâtre des Arts, vue de la façade d'entrée sur la rue Grand-Pont et de celle en retour sur la rue des Charrettes, 1882, photographie (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 151 à 153. L. Sauvageot, Concours pour la reconstruction du théâtre des Arts à Rouen. Plan de l'entresol, plan du premier étage et plan du sous-sol (1876), gravure, extr. de L. Sauvageot, Considérations sur la construction des théâtres, à propos de la reconstruction du théâtre des Arts à Rouen..., Paris, 1877 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 154 et 155. Rouen, Théâtre des Arts, vue du fronton de la façade d'entrée sur la rue Grand-Pont sculpté par Henri Chapu et détail d'une baie, 1882, photographie (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 156. Rouen, Théâtre des Arts, vue du foyer des premières, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 157 L. Sauvageot, Foyer du théâtre des Arts de Rouen. Coupe, détail des panneaux à peindre, avril 1881, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 158 à 162 P. Baudouin, La Symphonie ; La Musique héroïque ; Le Drame lyrique ; La Danse ; La Chanson, 1882, photographies du décor mural peint du foyer du théâtre des Arts aujourd'hui détruit (Rouen, E. Fontaine), Rouen, Collections de la Bibliothèque municipale (photographie Thierry Ascencio-Parvy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Fig. 163. P. Milliet, La Musique légère, 1882, huile sur toile, 188 cm de diamètre, Rouen, Musée des beaux-arts, ancien décor du plafond du foyer du théâtre des Arts déposé en 1944 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 164. P. Milliet, La Poésie lyrique, 1882, huile sur toile, 187,5 cm de haut sur 329 cm de large, Rouen, Musée des beaux-arts, ancien décor du plafond du foyer du théâtre des Arts déposé en 1944 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 165. Rouen, Théâtre des Arts, vue générale de la salle au début des années 1930, photographie d'une coupure de presse non identifiée, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 166. L. Sauvageot, Salle du théâtre des Arts de Rouen. Coupe, avril 1881, encre et lavis sur papier, Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 167. L. Glaize, L’Apothéose de Corneille. Fragment du plafond de la salle du théâtre des Arts de Rouen, 1882, gravure de Baude d'après la photographie de Tourtin, extr. de L’Illustration, octobre 1882 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7084/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search