Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Troisième partie. Les constructions publiques, religieuses et privées

L’œuvre pour l’enseignement

Texte intégral

Les écoles primaires

La commande

  • 1 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 novembre 1880 – ADSM : 20P 1538-44.
  • 2 Id, 13 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-31.

1La construction scolaire occupe une large place dans la carrière rouennaise de Sauvageot qui est amené à édifier ou à aménager pas moins de 16 établissements en moins de dix ans (fig. 54 à 98). Ces interventions sont à 75 % des constructions et les 25 % restants concernent des agrandissements et surtout des appropriations de locaux existants, selon un procédé nettement moins coûteux. Dans ce cas, la ville privilégie l’utilisation de bâtiments lui appartenant ou profite des dons de propriétaires privés. C’est le cas de l’École professionnelle et ménagère de jeunes filles qui est ouverte dans un ancien hôtel particulier de la rue Beauvoisine1. Le principe de l’appropriation permet également de créer très rapidement de nouvelles écoles dans le centre ancien où la complexité du parcellaire et le coût élevé des terrains rendent difficile toute opération de percement. L’école Pouchet installée rue Thouret est ainsi le premier établissement communal laïque ouvert en 1879 dans le premier canton2. En ce qui concerne les écoles primaires proprement dites, la ville opte le plus souvent pour la construction, d’autant que la fin du siècle est marquée par la naissance et la définition d’une architecture proprement scolaire. Ces nouveaux bâtiments se développent en priorité dans les faubourgs en pleine croissance, où les terrains encore disponibles échappent à la spéculation. Plus largement, une géographie des implantations scolaires se dégage que l’on peut rapprocher du développement urbain et démographique de certains secteurs. Ce sont les quartiers « nouveaux » situés dans la périphérie qui sont concernés par cette première vague de création : l’un sur la rive gauche, dans le faubourg Saint-Sever, autour des rues d’Elbeuf, Méridienne et Nouvelle ; l’autre, dans les zones populaires de l’Est, dans les quartiers Martainville, Saint-Vivien et le faubourg Saint-Hilaire ; et enfin, à l’Ouest, dans le faubourg Cauchoise et la rue de Constantine.

  • 3 Id, 25 juin 1880 – ADSM : 20P 18538-32.

2Les élus privilégient les petites structures conçues pour accueillir entre 248 et 288 élèves – et 360 exceptionnellement dans le cas de l’école de la rue Marie Duboccage. À charge pour Sauvageot de construire des bâtiments répondant aux normes en usage pour un coût le plus modique possible. Or, les devis varient du simple au double – de 111 098 francs pour l’école Michelet à 223 000 francs pour celle de la rue Victor Hugo – selon les travaux de terrassement ou d’assainissement que nécessitent certains terrains, notamment dans les quartiers marécageux du secteur Martainville. En moyenne, la dépense est ramenée à 144704 francs par école et le prix de revient par élève est de l’ordre de 467 francs (Tableau 11). À charge également pour les conseils municipaux à venir d’agrandir ces établissements si l’espace venait à manquer. De fait, les prévisions initiales sont rapidement dépassées et dès 1880 par exemple, Sauvageot est amené à construire un étage supplémentaire à l’école Jean Mullot, cinq ans à peine après son inauguration3.

École communale de filles Marie Vauquelin, rue d’Elbeuf

École communale de filles Marie Vauquelin, rue d’Elbeuf

Fig. 54. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement de l’école communale de filles de la rue d’Elbeuf à Rouen. Façade sur la cour, 10 juin 1872, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 55. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement de P école communale de filles de la rue d’Elbeuf à Rouen. Plan, 10 juin 1872, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

École communale de garçons André Pottier, rue Saint-André

École communale de garçons André Pottier, rue Saint-André

Fig. 56. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons André Pottier, rue Saint-André à Rouen. Élévation du bâtiment sur la rue Saint-André, 10 mars 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 57. Rouen, École André Pottier rue Saint-André, façade sur cour du bâtiment des classes. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

École communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André

École communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André

Fig. 58. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André à Rouen. Élévation, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 59. Rouen, École Jeanne Hachette rue Saint-André, façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 60. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 61. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

École communale de filles Sévigné (actuelle école Franklin), rue de Constantine

École communale de filles Sévigné (actuelle école Franklin), rue de Constantine

Fig. 62. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Sévigné, rue de Constantine à Rouen. Élévation principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 63. Rouen, École Sévigné (actuellement école Franklin) rue de Constantine, façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 64. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Sévigné, rue de Constantine à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 65. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Sévigné, rue de Constantine à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

École communale de filles Legouy, rue Bassesse

École communale de filles Legouy, rue Bassesse

Fig. 66. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Legouy, rue Bassesse à Rouen. Élévation principale, 15 janvier 1877, plume et lavis sur calque contrecollé, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 67. Rouen, École Legouy rue Bassesse (actuellement rue Legouy), détail de la façade sur cour. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 68. Rouen, École Legouy rue Bassesse (actuellement rue Legouy), détail de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

École communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal

École communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal

Fig. 69. L. Sauvageot, Projet de construction des école communales Marthe et Thomas Corneille, rue des Peupliers et route de Darnétal à Rouen. Plan de localisation, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 70. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Élévation principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 71. Rouen, École Thomas Corneille route de Darnétal, vue de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig 72. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Coupe et élévation latérale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 73. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 74. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

École communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers

École communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers

Fig. 75. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers à Rouen. Élévation principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 76. Rouen, École Marthe Corneille rue des Peupliers, vue de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 77. Rouen, École Marthe Corneille rue des Peupliers, détail des baies de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 78. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 79. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

École communale de garçons Jules Michelet, rue Eau-de-Robec

École communale de garçons Jules Michelet, rue Eau-de-Robec

Fig. 80. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Façade principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 81. Rouen, École Michelet rue Eau-de-Robec, vue de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 82. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 83. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 84. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Plan du deuxième étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

École communale de filles Ambroise Fleury, rue Ambroise Fleury (non exécuté)

École communale de filles Ambroise Fleury, rue Ambroise Fleury (non exécuté)

Fig. 85. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de filles rue Ambroise Fleury à Rouen. Façade principale, 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 86. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de filles rue Ambroise Fleury à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 87. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de filles rue Ambroise Fleury à Rouen. Plan du premier étage, 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

École communale de garçons Géricault, rue du Chaudron prolongée (actuelle rue Géricault)

École communale de garçons Géricault, rue du Chaudron prolongée (actuelle rue Géricault)

Fig. 88. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de garçons rue du Chaudron prolongée à Rouen. Élévation principale (projet non exécuté), 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 89 et 90. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de garçons rue du Chaudron prolongée à Rouen. Plan du rez-de-chaussée et du premier étage (projet non exécuté), 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 91. Rouen, École Géricault rue Géricault, vue de la façade sur rue. Etat actuel (Cl Sophie Nasi).

École communale de filles Marie Duboccage, rue Nouvelle

École communale de filles Marie Duboccage, rue Nouvelle

Fig. 92. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marie Duboccage rue Nouvelle à Rouen. Élévation sur rue, 2 janvier 1879, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 93. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marie Duboccage rue Nouvelle à Rouen. Coupe transversale et élévations sur la cour de récréation, 2 janvier 1879, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 94. Rouen, École Marie Duboccage rue Nouvelle (actuelle rue Marie Duboccage), vue de la façade sur rue. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

École communale de garçons Jean Mullot, rue Méridienne

École communale de garçons Jean Mullot, rue Méridienne

Fig. 95. Rouen, École communale de garçons Jean Mullot rue Méridienne, vue générale de la façade sur rue construite par Sauvageot selon les plans dressés le 24 décembre 1874. État actuel (CL Sophie Nasi).

Fig. 96. Rouen, École Jean Mullot rue Méridienne, détail de l'élévation et des baies de la façade sur rue. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

École communale de filles Victor Hugo, rue Victor Hugo

École communale de filles Victor Hugo, rue Victor Hugo

Fig. 97. Rouen, École communale de filles Victor Hugo rue Victor Hugo, détail de l’élévation de la partie centrale de la façade sur rue : porte, inscriptions et baies. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 98. Rouen, École communale de filles Victor Hugo rue Victor Hugo, vue partielle de la façade sur rue. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Tableau 11. Estimation des dépenses et du prix de revient par élève des écoles primaires construites par Sauvageot

Prix estimatif de la dépense (hors achat du terrain) en francs

Capacité d’accueil

Prix de revient prévu par élève en francs/élève

École André Pottier

148 827

434

343

École Marie Duboccage

181 606

472

385

École Jean Mullot

116 817

288

406

École Marthe Corneille

118 810

280

424

École Michelet

111 098

248

448

École Sévigné

129 637

280

463

École Jeanne Hachette

124 912

260

480

École Géricault

170 285

336

507

École Legouy

129 876

256

507

École rue Thomas Corneille

136 875

256

535

École Victor Hugo

223 000

346

644

  • 4 Id., 2 mai 1883.

3La ville prend également l’initiative de jumeler dans l’espace les bâtiments pour les filles et les garçons afin de faciliter les trajets familiaux. C’est le cas par exemple des écoles Jeanne Hachette et André Pottier situées toutes deux rue Saint-André à quelques dizaines de mètres de distance. On peut même parler de « groupe scolaire » avant l’heure comme dans le faubourg Saint-Hilaire où les établissements Marthe et Thomas Corneille sont construits sur un même périmètre. De même, le principe est repris pour les écoles Géricault et Victor Hugo du quartier Martainville et l’école de la rue Marie Duboccage à Saint-Sever est prolongée en 1883 par une école de garçons élevée sur un terrain contigu dans le but de former « le complément d’un groupe scolaire compact4 ».

  • 5 Id, 28 juin 1872 – ADSM : 20P 1538-32.
  • 6 Id., 24 mars 1876.
  • 7 Id, 21 juillet 1876 – ADSM : 20P 1538-32.
  • 8 Id, 24 mars 1876 – ADSM : 20P 1538-31.
  • 9 Id., 17 mai 1878 – AMR : 4M1. École Legouy, rue Bassesse.
  • 10 L’école Sévigné devient l’école Franklin en 1886.
  • 11 Ces plans sont tous datés du 10 août 1877.
  • 12 Rapport à la commission départementale d’architecture par Desmarest, séance du 30 novembre 1877-AD (...)

4Dès 1872, Sauvageot est chargé d’agrandir l’école Vauquelin de la rue d’Elbeuf en prolongeant le bâtiment existant5. En décembre 1875, le conseil municipal décide de consacrer pour l’année 1876 une somme de 400000 francs à la construction de nouvelles écoles6 et vote dans la foulée la construction d’un établissement pour garçons rue Méridienne : l’école Jean Mullot est inaugurée en octobre 18767. C’est la première école communale construite à Rouen sous la Troisième République. Entre-temps, les élus ont adopté les plans de deux autres établissements, l’un, pour garçons dans le faubourg Cauchoise (l’école André Pottier)8 et l’autre, pour filles, dans le quartier Saint-Vivien entre la rue Bassesse et l’impasse Pilavoine. Les bâtiments de l’école Legouy sont achevés au printemps 18789. Toutefois, il faut attendre l’emprunt du 9 février 1877 sur lequel la ville a réservé une somme d’un million de francs pour la rénovation des établissements d’enseignement pour que la politique édilitaire se mette en place de manière beaucoup plus ambitieuse et systématique. Le 29 août suivant, les élus adoptent sept projets d’écoles, quatre pour filles (les écoles Sévigné10 rue de Constantine, Marthe Corneille rue des Peupliers, Jeanne Hachette rue Saint-André et celle de la rue Ambroise-Fleury) et trois, pour garçons (écoles Michelet rue Eau-de-Robec, Thomas Corneille route de Darnétal et Géricault dans la rue éponyme), dont les plans ont été dressés par Sauvageot durant l’été11. Le 30 novembre suivant, ils sont validés sans modification par la commission départementale d’architecture12.

  • 13 Id., séance du 4 octobre 1878 – ADSM : 20P 1538-210.
  • 14 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 5 mai 1882.
  • 15 Rapport de l’inspecteur d’Académie, 27 mars 1883 – ADSM : 2OP 1538-29.
  • 16 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 2 mars 1883 – ADSM : 20P 1538-29.

5La mise en œuvre débute ensuite au fur et à mesure des fonds disponibles. Par décret du 10 août 1878, la construction des écoles Sévigné, Michelet, Marthe et Thomas Corneille est déclarée d’utilité publique13. Ces quatre projets sont approuvés par l’autorité préfectorale en novembre 1878 et tous les bâtiments sont achevés en janvier 1880. Le 16 décembre 1879, le préfet valide également les plans de l’école Jeanne Hachette et les adjudications ont lieu le 20 janvier 1880. En revanche, la construction des deux écoles du secteur Martainville, liée à la mise en œuvre du plan de rénovation du quartier, va être retardée jusqu’en 1882. En ce qui concerne l’école Géricault, l’architecte est amené à concevoir un nouveau projet car, depuis l’approbation du devis en 1877, des prescriptions ministérielles complémentaires sont intervenues qui rendent caduques certaines dispositions envisagées14. Par ailleurs, le terrain initialement prévu pour construire une école rue Ambroise-Fleury s’étant révélé défectueux, un autre emplacement est choisi rue Victor Hugo15 contraignant Sauvageot à adapter et modifier ses plans16. Les chantiers proprement dits ne débuteront qu’au printemps 1882 pour la première et un an plus tard pour la seconde. Enfin, la ville décide en 1878 de transférer l’école de filles de la rue d’Elbeuf dans un établissement donnant sur la rue Nouvelle. Les plans de l’école Marie Duboccage sont approuvés par le conseil municipal le 14 février 1879 et les travaux débutent durant l’été.

Les dispositions générales

  • 17 Id., 12 février 1875.
  • 18 Id., 24 mars 1876.
  • 19 Narjoux F., Les écoles publiques, Paris, 1877, p. 82.

6Les écoles conçues par Sauvageot offrent d’intéressantes similitudes, tant dans l’apparence que dans la distribution des espaces. Ce constat est d’autant plus vrai pour les plans élaborés en série durant l’été 1877, pour lesquels il adapte sa formule suivant la forme et la taille de la parcelle. Les préoccupations hygiénistes du moment déterminent remplacement des édifices. L’architecte et les membres de la commission municipale des bâtiments scolaires privilégient autant que possible l’orientation est-ouest des bâtiments, considérée comme la plus saine17. La forme et la superficie de la parcelle conditionnent également l’implantation des édifices. Malgré les contraintes, 80 % des écoles sont établies le long de la voie publique, l’immeuble des classes s’ouvrant à l’arrière sur une cour de récréation. L’alignement de la façade sur rue reste une règle urbaine évidente, même si Sauvageot introduit dans certains cas une variante, avec un édifice en retrait, à quelque distance de la voie publique et parfois précédé d’avant-cours comme c’est le cas pour les écoles Michelet et Géricault. Lorsque la parcelle ne permet pas une implantation de ce type, il s’adapte et dans le cas du projet de l’école André Pottier, il propose un aménagement original sur un terrain pentu et de forme irrégulière18. L’établissement se compose de deux bâtiments distincts, l’un aligné sur la rue servant de bibliothèque, de logement pour le directeur et doté d’une classe pour adultes et l’autre, au fond de la cour, dans lequel est installée l’école proprement dite. Dans le cas de l’école Thomas Corneille route de Darnétal, les contraintes sont liées aux nuisances sonores dues à la présence en contrebas de la voie de chemin de fer et d’autre part, à la difficulté d’adapter une parcelle en angle. Sauvageot choisit une nouvelle fois d’aérer la cour en l’ouvrant sur la rue tout en conservant l’alignement des bâtiments. Il est aussi frappant de constater la place dévolue aux espaces de récréation et d’exercice pour lesquels l’architecte offre des superficies trois fois supérieures à celles des classes, là où Narjoux n’en recommande que le double19. Les cours sont parfois agrémentées d’un jardin scolaire – comme dans les écoles André Pottier et Jean Mullot – ou d’un gymnase – comme dans les écoles André Pottier et Marie Duboccage. Toutefois, à mesure que les effectifs vont augmenter, de nouvelles salles de classe et bien d’autres services seront construits, empiétant sur ces espaces de récréation.

  • 20 Il s’agit des écoles Legouy, Sévigné, Marthe et Thomas Corneille, Jeanne Hachette, Michelet, ainsi (...)

7Le type de façade le plus courant correspond aux projets élaborés durant l’été 187 720. L’architecte opte pour des constructions de plan ternaire, formées d’un pavillon central généralement d’un seul étage surmonté d’un modeste fronton et flanqué de deux ailes d’un seul niveau. Pour l’école Michelet, la largeur réduite de la parcelle impose une élévation sur deux niveaux. Les édifices sont axés et symétriques, jusque dans les moindres détails : les fenêtres, les cheminées, les pignons, les toitures couvertes de tuiles de Bourgogne, en hache ou plates, se répondent et s’équilibrent. Seule l’école de filles Jeanne Hachette de la rue Saint-André échappe à cette règle puisque l’architecte, gêné dans l’agencement, a introduit une dissymétrie entre les deux ailes latérales. Fidèle au débat architectural lancé par Cordier et Narjoux et à la leçon rationaliste qui prône la transparence des matériaux constructifs, Sauvageot choisit des façades sans enduit et en matériaux apparents. Il utilise la brique qui est indissociable de l’école du XIXe siècle et qui est aussi un matériau peu onéreux très utilisé dans la construction locale. Par souci d’économie, il répartit le moellon, la brique et la pierre de taille en fonction de leur résistance, en utilisant la pierre dure pour les parties porteuses et la brique pour les parties portées. Cette alternance permet également un jeu de couleurs discret – rouge, blanc et noir – et qui renforce les lignes horizontales au niveau des soubassements, des corniches des fenêtres ainsi que des bandeaux correspondant au plancher de chacun des étages. De plus, les dimensions et les formes des fenêtres suggèrent la destination des diverses pièces dans une même volonté de rendre lisible en extérieur la distribution intérieure.

  • 21 Il s’agit des écoles André Pottier et Marie Duboccage.

8Sauvageot expérimente ensuite un second type d’élévation21, caractérisé par un bâtiment unique construit sur deux étages et dont la partie centrale est simplement soulignée par une légère avancée, un fronton et une couverture en ardoises. C’est le cas de l’école Marie Duboccage construite en 1879 qui se réfère à un modèle antérieur élaboré en mars 1876 pour l’école André Pottier. Les façades beaucoup moins timides que le type élaboré en 1877, offrent un joyeux contraste de rouge et de blanc. Là, la brique accentue non seulement les horizontales, mais souligne également les fenêtres dans un encadrement en harpe. L’usage des pièces est très marqué en extérieur et les deux bâtiments composant l’école de la rue Saint-André sont d’une grande lisibilité. Le préau est accusé par de grandes baies, les salles de classe par des fenêtres larges et cintrées, placées très en hauteur tandis que celles du logement de l’instituteur sont plus étroites et bordées de coquettes balustrades. Le bâtiment annonce bien l’école Marie Duboccage construite trois ans plus tard même si celle-ci, plus sage dans le jeu des couleurs, rappelle par certains aspects les projets de 1877. Les deux établissements forment en tout cas un exemple intermédiaire dans l’expérience de Sauvageot, plus proche d’un modèle urbain et bourgeois que les plans de 1877 élaborés en série et qui sont beaucoup plus simples dans leur élévation.

9Enfin, l’école Victor Hugo marque une ultime étape dans la réflexion de l’architecte, puisqu’il s’agit cette fois d’une synthèse de ses recherches précédentes. Du projet élaboré en août 1877, Sauvageot reprend la composition ternaire avec un bâtiment central placé en avant corps, désormais flanqué de deux petites ailes plus nettement en retrait. La partie centrale est soulignée par un fronton triangulaire. L’influence de l’école André Pottier est perceptible dans le jeu marqué de couleurs et dans les formes des baies qui soulignent en extérieur les agencements internes. La brique alterne toujours avec le moellon mais ici, c’est cette dernière pierre qui est disposée en harpe autour des fenêtres tandis que la brique souligne les lignes horizontales et verticales. L’ensemble est à la fois harmonieux et majestueux, marqué par un jeu intéressant sur les couleurs bien que l’on soit loin des grands essais de polychromie menés dans les années 1880 à Paris notamment, où les progrès de la production de terres cuites et de la céramique émaillée vont offrir d’infinies possibilités.

10Très vite, la disposition intérieure est également acquise. Pour des raisons de salubrité, les bâtiments sont toujours établis sur des caves utilisées pour l’installation des chauffages. Le rez-de-chaussée est traditionnellement occupé par un préau couvert et l’étage, par les logements de fonction. Sauvageot adopte ce principe et l’adapte dans un plan type qu’il répète d’un établissement à l’autre. Ainsi, au niveau du rez-de-chaussée, le vestibule d’entrée donne sur un vestiaire avec dépôt de paniers, une pièce pour les lavabos et un parloir. Les ailes latérales accueillent deux classes chacune de part et d’autre du préau couvert qui ouvre sur la cour de récréation. Ledit préau est l’élément central, celui vers lequel tout converge. Le plus souvent, il fait encore office de réfectoire. Au moins un escalier dessert l’étage où se trouvent l’appartement du directeur donnant sur la rue ainsi qu’une vaste salle située côté cour dont l’usage varie. Dans les écoles pour filles, elle sert d’ouvroir, tandis que dans les établissements pour garçons, elle fait office de bibliothèque, de salle de dessin et parfois les deux.

11Une fois ce schéma établi, les contraintes liées à la parcelle ou aux besoins spécifiques d’un établissement peuvent entraîner quelques changements dans la disposition. Ils concernent le plus souvent le logement de l’instituteur. Celui-ci se répartit alors entre le rez-de-chaussée et le premier étage et dans ce cas, le parloir fait office de salle à manger avec une cuisine attenante comme dans le premier projet de l’école de la rue Victor Hugo et dans ceux exécutés des écoles Jean Mullot et Thomas Corneille. Par manque de place, Sauvageot installe également l’appartement de l’école Michelet au second étage, mais cette disposition reste exceptionnelle. Quoi qu’il en soit, ces modifications ne changent en rien la distribution générale des espaces, contrairement à l’école André Pottier où l’architecte propose encore une fois un aménagement original. Le bâtiment sur rue comprend une classe d’adultes pour 80 personnes, une bibliothèque populaire pour 40 lecteurs et au premier étage, le logement du directeur. L’édifice sur cour est donc entièrement dévolu à l’école en tant que lieu d’enseignement. Au rez-de-chaussée, on retrouve le préau ainsi qu’un vestiaire avec dépôt de paniers, une pièce pour les lavabos, un réfectoire et plus curieusement, une salle de dessin. Quant aux quatre classes, elles sont réparties à l’étage. Cette disposition annonce celle adoptée dans les écoles construites à la fin des années 1870, où Sauvageot répartit désormais systématiquement les classes sur deux niveaux. Ce choix est lié à l'augmentation du nombre d’élèves et surtout, aux nouvelles directives concernant le nombre d’effectifs par salle. Jusque-là, les classes étaient conçues pour accueillir entre 60 et 80 écoliers mais ce chiffre revu à la baisse, est désormais fixé à une cinquantaine d’élèves. Pour s’y conformer, l’architecte opte pour six salles dans les écoles Victor Hugo et Marie Duboccage, huit pour l’école Géricault et même neuf pour Jean Mullot, chacune accueillant de 36 à 64 enfants, soit une moyenne ramenée à 42 écoliers par classe.

Les dispositions particulières

  • 22 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 février 1875.

12L’école regroupe plusieurs types d’espaces aux usages très différents : ceux dévolus aux services, ceux consacrés à l’enseignement et enfin, ceux réservés à l’instituteur. Tous sont autonomes les uns par rapport aux autres et contrairement à Narjoux qui préconise des galeries de dégagement pour faciliter les flux, Sauvageot opte pour une solution évitant toute perte d’espace. Il aménage des classes isolées donnant dans l’espace commun et central qu’est le préau. De même, l’escalier qui dessert l’étage est placé soit directement dans ledit préau, soit dans le vestibule de manière à canaliser les déplacements des élèves. En ce qui concerne les classes, un certain nombre de postulats déterminent leur orientation et leur position. Sauvageot suit la règle pour l’éclairage latéral, la disposition du mobilier, les matériaux employés comme le plancher au sol ou encore la hauteur sous plafond des salles qui atteint 4 mètres. Il répète ainsi à l’envi une même classe, dont cette description donne un bon aperçu : « la chaire du professeur est disposée, dans chacune d’elles, de manière à ce que les écoliers qui la regardent reçoivent la lumière sur leur gauche, par de grandes ouvertures bien claires. La couleur des murs est ménagée aussi, pour ne pas heurter la vue ou la fatiguer. Elle est vert d’eau clair, et la monotonie devra en être rompue par des cartes et des inscriptions murales22 ».

  • 23 Id., 17 mai 1878 – AMR : 4ML École Legouy, rue Bassesse.
  • 24 Mobilier des Ecoles. Système A. LEMEL, conforme aux prescriptions ministérielles, Rouen, juin 1883
  • 25 Soumission d’A. Lemel, 13 juillet 1883 – ADSM : 20P 1538-29.

13Une attention particulière est également portée au mobilier scolaire et dans les années 1 870, de nouveaux modèles voient le jour, diffusés par les catalogues des fabricants. À Rouen, l’administration passe tout d’abord commande du mobilier de l’école André Pottier au fabricant Lenoir mais les résultats s’avèrent décevants23. Par la suite, elle fait donc appel à l’entrepreneur rouennais Albert Lemel qui connaît un grand succès grâce à de nouveaux modèles, à la fois simples et pratiques, qui sont adoptés par le ministère de l’Instruction publique. À sa mort, plus de 2 400 classes du pays sont équipées du « système A. Lemel » composé de tables à quatre places avec des pieds en fonte fixés au parquet24. Sauvageot opte en général pour ce prototype breveté, dont la forme s’adapte à la morphologie de l’enfant. Alors que les prescriptions ministérielles des années 1880 recommandent un mobilier plus individualisé, il s’oriente également vers des modèles bi-places – no 19 du catalogue Lemel–, en particulier pour l’école Géricault, qu’il choisit en plusieurs tailles25.

  • 26 Cf. Guillaume E., Rapport général présenté au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (...)
  • 27 Sauvageot L., « Exposition des projets et modèles de bâtiments scolaires à Paris au palais du Troc (...)
  • 28 Cf. Planat P, « L’exposition des projets d’édifices scolaires. Le nouveau règlement », Semaine des (...)

14La construction scolaire offre à Sauvageot l’occasion d’affirmer une fois encore son attachement à une architecture rationnelle, d’autant que l’État utilise le rationalisme comme étendard de la création. Les plans et les dispositions des écoles rouennaises suivent donc l’évolution des prescriptions ministérielles que l’architecte adapte en fonction du contexte local et des attentes du commanditaire. Sauvageot crée de petites structures, d’une grande simplicité, à la fois économiques et fonctionnelles et qui peuvent être facilement agrandies. En 1882, lors de l’exposition organisée au Trocadéro dans le but de trouver puis de publier un certain nombre de plans d’édifices scolaires à usage de modèles (et qui se soldera par un échec)26, il publie un article dans le Génie Civil repris dans l’Encyclopédie d’architecture27. Il y affirme son opposition à toute forme de modélisation, car toute recherche de standardisation exclut par définition la prise en compte des conditions particulières de chaque projet. Planat et Lavezzari rédigent également des articles allant dans le même sens28. Ces écrits traduisent en fait l’évolution des tenants du rationalisme qui, après avoir prôné la modélisation, tendent vers une plus grande liberté, qui fait la part belle à la réflexion et qui se base sur un principe qui leur est cher, la nécessité de s’adapter aux conditions matérielles et au programme. Une évolution qui, dans le cas de Sauvageot, repose largement sur l’expérience acquise à Rouen.

Les lycées

Le lycée de garçons

L’héritage du Second Empire

  • 29 État des lieux des bâtiments du lycée de Rouen, 5 novembre 1811 – AMR : 4ML Lycée Corneille.
  • 30 Lettre de l’inspecteur de l’Académie de Caen au préfet de la SI, 26 janvier 1874 – ADSM : 20P 1538 (...)
  • 31 Rapport du proviseur du lycée, 8 juin 1872 – ADSM : 1T 1946.

15Le lycée Corneille occupe les constructions d’un ancien collège de Jésuites placé en haut de la rue de la République et fondé en 1592 par le cardinal-archevêque Charles II de Bourbon. Très vite, le bâtiment initial a été remanié, complété et agrandi sur les terrains adjacents. Dans les années 1860, l’établissement abrite encore sous le même toit le grand et le petit lycée ainsi qu’un internat, répartis entre l’ancien collège des Jésuites et le séminaire de Joyeuse29. Une rénovation s’impose donc et en 1865, la ville décide d’agrandir le lycée du côté du petit collège de Joyeuse. Il faut attendre 1869 pour que le projet de bâtiment à construire à l’angle des rues des Minimes et du Maulévrier soit validé, en même temps que le plan du pavillon Corneille dressé par Chéruel et Hubert30. Toutefois, l'épidémie de fièvre typhoïde qui se déclare au même moment, va modifier l’ordre d’exécution de l’ensemble et l’administration qui souhaitait procéder en premier à l’agrandissement du collège de Joyeuse, décide finalement de construire l’infirmerie prévue dans le plan général31. Le nouveau projet dressé par Hubert est adopté en juillet 1870, mais le déclenchement du conflit franco-allemand suspend la mise en œuvre et retarde l’achèvement du pavillon Corneille qui ne sera inauguré qu’en 1872. Hubert, mis à la retraite, décède l’année suivante et c’est donc Sauvageot qui est chargé de mettre en œuvre les plans de 1870.

  • 32 Rapport de Sauvageot, 17 octobre 1872 – ADSM : 1T 1946.

16Dans son rapport de 1872, celui-ci reprend le principe d’un projet conçu en deux parties avec, d’une part, la création d’une infirmerie et d’autre part, un certain nombre de travaux d’assainissement, le déplacement et la reconstruction du gymnase et des classes de chimie ainsi que celle d’une galerie-abri32. L’État doit prendre en charge la mise en œuvre de l’infirmerie y compris la galerie de communication et le mur de clôture donnant sur la rue des Minimes, pour une somme totale de 163 393 francs. La ville s’engage de son côté à financer la seconde partie du projet, à savoir les travaux d’assainissement évalués à 165 221 francs. Si le parti pris général reste identique, Sauvageot apporte cependant un certain nombre de changements au projet initial et propose notamment de remplacer le bois du plancher et du comble de l’infirmerie par du fer pour des questions de sécurité. Il substitue également la pierre de taille envisagée par son prédécesseur par la brique et le moellon qui sont beaucoup moins chers. Les travaux afférents à la ville sont repris comme l’extension du gymnase qui avait été prévue dans des dimensions tout à fait insuffisantes. Enfin, les ouvrages qui ne sont pas indispensables ou qui peuvent être ajournés, sont retirés du devis. C’est le cas de l’abaissement du niveau de la cour entre le collège de Joyeuse et le grand lycée, vouée à disparaître rapidement lors du prolongement des bâtiments.

  • 33 Rapport du proviseur du lycée, 8 juin 1871 – ADSM : 1T 1946.
  • 34 Lettre de l’inspecteur d’Académie au proviseur du lycée, 16 juin 1872 – ADSM : 1T 1946.
  • 35 Notes envoyées au ministère chargé de l’Instruction publique, 21 septembre 1875-ADSM : 1T 1946.

17En contrepartie, Sauvageot propose de construire une nouvelle cour ainsi qu’une galerie pour remplacer celle des moyens condamnée par les nouvelles classes de chimie et le gymnase. Il suggère d’agrandir la petite cour située à l’Est du bâtiment à venir en rachetant la propriété voisine33. Après révision des plans, la commune est donc chargée de l’acquisition de la propriété Grébauval – située 9, rue de Joyeuse – et de sa transformation en cour, ainsi que de la construction de latrines, d’un gymnase, d’un préau couvert, d’un égout, de laboratoires et de classes de chimie. Le 16 juin 1872, l’inspecteur d’Académie approuve les plans et devis au compte de la ville34. Il adopte également les dispositions générales de l’infirmerie tout en proposant de supprimer les deux pavillons prévus pour la buanderie et le bûcher et de retarder la construction de la galerie de communication jusqu’à ce que son utilité ait été confirmée. Le 10 juin 1873, le ministère valide cet avis et le 1er août suivant, le conseil municipal vote à son tour l’ensemble des dispositions. En mars 1875, alors que le gros-œuvre de l’infirmerie, située au fond de la cour du gymnase le long de la rue des Minimes, s’achève, le chantier connaît un coup d’arrêt brutal. En effet, le spectre de l’épidémie s’éloignant, le nouveau proviseur s’interroge quant à la nécessité de réserver un bâtiment de plus de 30 pièces à l’usage exclusif d’infirmerie alors que l’espace manque pour développer d’autres services plus utiles35.

  • 36 Rapport du proviseur du lycée au maire de Rouen, 1er avril 1876 – ADSM : 1T 1946.
  • 37 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 5 mai 1876 – ADSM : 2OP 1538-38.
  • 38 PV d’adjudication, 3 août 1876 – ADSM : 20P 1538-38.

18Face à ce projet qu’il juge démesuré, Matinée demande et obtient la révision des plans adoptés36. Début novembre, une commission municipale est nommée, réunissant en plus du maire et de Sauvageot, l’inspecteur d’Académie, le proviseur, le directeur de l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres ainsi que les trois professeurs de physique et de chimie du lycée37. À l’issue des quatre assemblées tenues entre novembre 1875 et mars 1876, elle propose d’installer au rez-de-chaussée du bâtiment, le service de la chimie et au premier étage, celui de la physique. Les deux étages restants seront transformés en salles de classe pour les élèves du petit lycée. Quant à l’infirmerie, le comité suggère de la maintenir dans le local d’origine, réparé et complété par un service spécialement destiné aux malades du collège de Joyeuse installé dans le bâtiment Grébauval et dans l’immeuble contigu. Ces dispositions sont adoptées par les élus le 22 juillet 1876 et approuvées le 15 juin par dépêche ministérielle. Le 3 août suivant, les travaux d’appropriation sont confiés à l’entreprise Mongars38. Le gouvernement accepte de financer le réaménagement de l’infirmerie, tandis que la ville prend en charge l’aménagement intérieur du nouveau bâtiment des sciences.

  • 39 Commission d’étude des travaux à effectuer au lycée, 26 novembre 1875 – ADSM : 1T 1946.
  • 40 Id, 16 décembre 1875 – ADSM : 1T 1946.
  • 41 Lettre du ministre chargé de l’Instruction publique au recteur de l’Académie de Caen, 18 juillet 1 (...)

19La distribution générale du service scientifique va faire l’objet d’une longue concertation entre l’architecte et les professeurs intéressés (Fig. 99 et 100). Concernant la chimie, la salle de cours et son amphithéâtre conçu pour une cinquantaine d’élèves sont installés dans la partie sud du bâtiment, les fenêtres alignées sur le côté Est permettant de profiter d’une bonne luminosité le matin39. Cet éclairage est augmenté par un système de châssis vitrés posés dans le refend du corridor. En allant vers le nord, Sauvageot place deux laboratoires pour les professeurs, une pièce pour ranger les produits et les appareils et enfin, un laboratoire pour les manipulations pouvant accueillir une trentaine d’enfants. L’ensemble ouvre sur un large corridor et sur une petite cour, partiellement couverte en verre et transformée en laboratoire pour les manipulations dangereuses40. De plus, des conduites d’évacuation sont installées en plusieurs points pour éviter que les émanations n’atteignent les étages supérieurs. Quelques modifications vont être apportées à ce projet et la pièce des collections qui devait être à proximité de celle des manipulations, sera déplacée près de l’amphithéâtre. De même, les deux laboratoires réservés aux professeurs seront réunis en un seul et deux salles de cours supplémentaires seront également aménagées41. Le cabinet de physique présente sensiblement les mêmes dispositions. On retrouve la salle au sud avec l’amphithéâtre, la pièce destinée aux préparations, celle pour le rangement du matériel et enfin, les deux cabinets pour les professeurs. Le service offre les mêmes recherches en matière d’éclairage, de circulation et de sécurité. Ainsi, une hotte et quatre tuyaux placés aux angles de la salle de manipulations sont là pour assurer la ventilation et l’évacuation des gaz, tandis que les acides et les piles sont installés directement dans deux pièces en sous-sol. Autant de dispositions qui rappellent les aménagements contemporains effectués pour les établissements d’enseignement supérieur de l’enclave Sainte-Marie.

  • 42 PV d’adjudication des travaux, 29 décembre 1875 – ADSM : 20P 1538-38.
  • 43 Lettre du proviseur du lycée à Sauvageot, 2 décembre 1876 – ADSM : 1T 1946.

20La mise en œuvre des ouvrages à la charge de la ville va prendre du retard car les élus butent sur le rachat de la propriété Grébauval et il faut attendre le décret du 26 mars 1874, déclarant l’acquisition d’utilité publique, pour que la procédure d’expropriation se mette en route. De plus, les modifications apportées au projet de l’infirmerie influent et modifient les travaux d’assainissement. Ainsi, l’aménagement du nouveau service scientifique rend caduque la construction d’une classe de chimie initialement prévue. De même, la galerie de communication devant relier l'infirmerie et les anciens bâtiments et dont la construction avait été ajournée, est définitivement rayée du programme. Enfin, il était question de déplacer le gymnase dans la cour des moyens pour l’éloigner de l’infirmerie et ne pas perturber son fonctionnement. Mais, rien n’empêche désormais de conserver le service actuel qui peut être agrandi à moindres frais par une construction légère appuyée au mur de soutènement. Tous ces changements représentent une économie notable pour la commune de l’ordre de 75 000 francs. Dans son devis du 16 août 1875, l’architecte propose que les travaux d’assainissement des cours soient réalisés dans l’ordre suivant : construction d’aqueducs ; déblaiement pour l’établissement du nouveau nivellement des cours ; galetage et établissement de revers et ruisseaux en pavage ; reconstruction de l’escalier du vieux bâtiment ; et enfin, appropriation de la propriété Grébeauval. Le 27 novembre suivant, la dépense estimée à 40 899 francs est adoptée et l’ensemble des travaux sont adjugés au rouennais Léger42. En décembre 1876, Sauvageot est invité à reprendre ses études pour assurer au plus vite l’application des derniers crédits alloués par la ville43. Il opte alors pour la reconstruction des cabinets d’aisances dans les cours et les travaux sont exécutés durant l’été.

Fig. 99 L. Sauvageot, Projet de construction d’un laboratoire scientifique au lycée Corneille de Rouen. Rez-de-chaussée (service de la chimie), 15 mars 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 100. L. Sauvageot, Projet de construction d’un laboratoire scientifique au lycée Corneille de Rouen. Premier étage (service de la physique), 15 mars 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

  • 44 Notes envoyées au ministère chargé de l’Instruction publique, 21 septembre 1875-ADSM : 1T 1946.
  • 45 Lettre du proviseur du lycée au directeur de l’Enseignement secondaire, 25 juin 1876-ADSM : 1T 194 (...)
  • 46 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er juin 1866 – AMR : 4ML Lycée Corneille.
  • 47 PV d’adjudication des travaux, 2 septembre 1878 – ADSM : 2OP 1538-38.
  • 48 Devis dressé par Sauvageot, 2 juillet 1878 – ADSM : 20P 1538-38.
  • 49 Lettre du proviseur du lycée au directeur de l’enseignement secondaire, 25 juin 1876 – ADSM : 1T 1 (...)

21Dès 1875, le proviseur du lycée réclame également l’exécution de la dernière tranche des travaux afférents à la ville, c’est-à-dire la réparation des bâtiments de la cour d’honneur (Fig. 101) dont l’état de dégradation est des plus inquiétants44. En 1877, une commission municipale en visite sur place, reconnaît la nécessité de réparer non seulement la façade de la cour d’honneur mais aussi celle du bâtiment Mainot dans l’annexe du petit collège de Joyeuse45. Cet immeuble en maçonnerie et charpente, bien que condamné par le projet d’agrandissement de l’établissement, avait fait l’objet de quelques travaux sommaires au moment de son rachat en 186646, mais cette installation provisoire étant appelée à servir pendant quelque temps encore, il convient d’effectuer une remise en état plus complète. Sauvageot dépose en juillet 1878, un projet de restauration accompagné d’un devis estimatif de 30 260 francs. Le reliquat de la caisse municipale étant de l’ordre de 32 000 francs, les plans sont adoptés par la commune le 12 août suivant. Début septembre, les travaux sont confiés à l’entreprise Delaunay47. En ce qui concerne les bâtiments en pierre de taille du XVIIIe siècle de la cour d’honneur, Sauvageot propose une restauration générale et une reprise des parties détériorées de la maçonnerie, des perrons et en élévation, des pilastres, assises, fenêtres, lucarnes et corniches48. Les quatre façades sont entièrement nettoyées et les joints sont également refaits. De nouveaux chêneaux en zinc avec tuyaux de descente en fonte de fer, sont installés et les fenêtres sont grattées et repeintes. Enfin, les heures du cadran du pavillon principal de la façade Est et l’inscription en exergue, sont nettoyées et réparées. Sur le bâtiment Mainot, l’architecte pose un renfort pour redresser la façade et renforcer la structure. Il fait ensuite appliquer un enduit de plâtre, principalement sur le côté nord, pour unifier le bâtiment avec le reste des constructions en pierre de taille49.

Fig. 101. Rouen, Lycée Corneille, vue de la cour d’honneur, fin XIXe -début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

  • 50 Lettre du ministère chargé de l’Instruction publique au recteur de l’Académie, 15 juillet 1876 – A (...)
  • 51 Lettre de Sauvageot au proviseur du lycée, 24 juin 1 876 – ADSM : IT 1946.

22Malgré ces efforts, ces travaux restent insuffisants pour venir à bout de tous les problèmes et dès 1876, le ministère de l’Instruction publique pointe du doigt les défauts du grand lycée, « qui occupe des bâtiments anciens dont l’entretien a été négligé depuis quelques temps50 ». Parmi les parties qui laissent le plus à désirer, la salle des actes, les dortoirs, les réfectoires, les études, les escaliers et les couloirs sont mentionnés. La chapelle est également en piteux état et en juin 1876, le proviseur prend l’initiative de demander à Sauvageot une évaluation des frais qu’entraînerait sa restauration complète. Son diagnostic est alarmant puisqu’il signale d’importants défauts de conception51. Malgré l’urgence, le projet est ajourné et il faudra attendre le milieu des années 1890 et la menace de sa destruction par le projet d’extension du lycée pour que l’on prenne enfin conscience de sa valeur. C’est grâce à un mouvement d’opinion locale emmené par la Société des Amis des Monuments rouennais que le bâtiment sera sauvé.

La liaison entre le pavillon Corneille et le collège de Joyeuse : le projet de Sauvageot

  • 52 Dépêche du ministère chargé de l’Instruction publique au proviseur du lycée, 23 juillet 1878-ADSM  (...)
  • 53 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 23 avril 1880 – AMR : 4M 1. Lycée Corneille.

23Pour l’heure, les réalisations de Sauvageot dans le lycée se sont donc limitées à la construction du nouveau bâtiment des sciences et à quelques travaux d’aménagements, de réparations et d’assainissement (Fig. 102 à 104). Mais tout ceci reste ponctuel et ne permet pas de résoudre la question du manque d’espace et de la mauvaise distribution des locaux. En résumé, il faut poursuivre l’œuvre débutée sous le Second Empire et relier le pavillon Corneille achevé depuis 1872 avec les anciens bâtiments. En 1878, le rapport de l’inspection générale signale l’urgence de la construction d’un pavillon supplémentaire52. De fait, le nombre des externes ne cesse d’augmenter, passant entre 1877 et 1879, de 404 à 42 753. Celui des pensionnaires suit la même courbe et les 169 élèves concernés se répartissent dans 1 8 salles d’étude dont certaines comptent jusqu’à 42 places. Les services administratifs et les logements du personnel sont aussi insuffisants.

Fig. 102. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement du lycée Corneille de Rouen. Élévation sur la rue du Maulévrier, 20 novembre 1879, tirage photographique (Rouen, agence Witz), Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl Sophie Nasi).

Fig. 103. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement du lycée Corneille de Rouen, s. d. (postérieur à 1879), encre sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 104. L. Sauvageot ( ?), Projet d’agrandissement du lycée Corneille de Rouen, s. d. (postérieur à 1879), crayon sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

  • 54 Ibid.
  • 55 Id, 21 janvier 1887 – ADSM : 20P 1538-38.

24En 1878, la ville accepte de participer au rachat et à l’érection d’un nouveau bâtiment à l’angle nord-ouest du lycée, qui doit former par la suite un retour d’équerre sur la rue du Maulévrier jusqu’à l’entrée du collège de Joyeuse. L’étude confiée à Sauvageot est en fait la première étape d’un programme de reconstruction beaucoup plus complet que le proviseur du lycée juge plus opportun de diviser en tranches. Le principe est d’ailleurs approuvé par dépêche ministérielle le 23 juillet 1878 et l’architecte est invité à peaufiner ses plans. Ses propositions sont adoptées par le conseil municipal le 23 avril 1880 puis par le ministère. La dépense, estimée à 107200 francs, est répartie pour moitié entre l’État et la ville et par décret du 29 mai 1880, celle-ci ouvre un crédit de 53 000 francs. Tout porte à croire que les travaux vont être rapidement mis en œuvre. Il n’en est rien car la toute nouvelle commission des Lycées et collèges instituée en juillet 1880, décide qu’il vaut mieux procéder à l’exécution complète du plan et poursuivre les travaux de reconstruction jusqu’à l’entrée du grand lycée. Le maire accepte, d’autant que l’arrêté du 3 juillet 1880 qui élargit les prérogatives de la caisse des Écoles aux lycées et collèges, laisse espérer un important subside du gouvernement. Sauvageot se remet à l’œuvre avec l’aide du proviseur et à la mi-décembre, il dépose au ministère son projet définitif, dont la dépense s’élève à 477751 francs54. Mais à cette date, Rouen est déjà dans la tourmente des élections municipales et le dossier est retiré de l’ordre du jour. L’installation du nouveau conseil puis la démission de Sauvageot vont l’ajourner jusqu’en novembre 188355. Toutes les pièces déposées au ministère seront alors rappelées, mais le projet de Sauvageot sera abandonné et ce sont ses successeurs – Touzet puis Trintzius – qui seront chargés d’agrandir le lycée.

  • 56 Lettre du proviseur du lycée à l’inspecteur des Lettres, non datée [entre février et juin 1880] – (...)

25De ce projet conçu par Sauvageot, il ne reste que peu d’éléments. Le plus intéressant est sans doute le plan de l’élévation sur la rue du Maulévrier dressé le 20 novembre 1879, sur lequel le proviseur a indiqué la destination et la distribution des locaux. L’extension projetée prévoit sept nouveaux bâtiments le long de la rue Maulévrier, destinés à faire la jonction entre le lycée proprement dit et le collège de Joyeuse. Elle doit apporter cinq nouvelles classes (trois dans le lycée et deux, dans le collège), une salle de dessin, cinq salles d’étude et enfin, trois dortoirs avec leurs annexes, pouvant accueillir jusqu’à 94 lits. Elle doit également permettre l’installation du gaz et de l’eau courante dans tous les pavillons56. Une large place est accordée aux logements de l’administration car dans ce domaine, tout reste à faire. L’accès au nouveau logement du directeur se fait sous le porche même du lycée et son cabinet est situé dans le pavillon d’entrée. Quant à son ancien appartement au fond de la cour d’honneur, il est transformé en infirmerie. L’appartement du censeur est quant à lui installé au-dessus de l’entrée du collège, selon des dispositions identiques à celui du proviseur et à l’emplacement du logement de l’économe. Ce dernier doit être transféré dans le local de l’infirmerie de manière à le rapprocher des services relevant directement de sa compétence, comme la cuisine, la dépense et la lingerie.

  • 57 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 24 avril 1880 – AMR : 4M 1. Lycée Corneille.

26D’après les projets conservés, Sauvageot envisageait de créer une façade prolongeant le lycée existant et reprenant une élévation classique, à la fois sobre et monumentale. L’ensemble se compose d’un bâtiment constitué de trois niveaux agrandissant le lycée proprement dit et d’un second pavillon correspondant au collège de Joyeuse, composé de deux corps latéraux surélevés encadrant un corps central. Pour atténuer quelque peu la forte déclivité du terrain et asseoir l’édifice, les lignes horizontales sont accentuées par de larges bandeaux. Les fenêtres sont d’une grande simplicité à l’exception des baies du rez-de-chaussée des corps latéraux, couvertes en arc segmentaire, et de celles des combles surmontées d’un fronton triangulaire. Le décor de la partie centrale qui marque l’entrée du collège est particulièrement soigné. L’accès en particulier est surmonté d’un fronton triangulaire qui, à l’instar de ceux des combles, est un écho discret au majestueux fronton qui marque l’entrée du lycée. Quelques amortissements ponctuent également cette élévation. L’originalité de cette aile très classique dans son ordonnance réside dans le matériau choisi par Sauvageot qui souhaitait limiter l’emploi de la pierre de taille au soubassement et utiliser la brique pour une partie au moins des bâtiments57. L’idée n’est pas nouvelle puisque Bailly l’avait déjà expérimentée pour la façade arrière du lycée Louis le Grand dans les années 1860. Mais à Rouen, il s’agissait de la façade principale. Ce choix motivé par des impératifs économiques – la brique permettant un coût de revient d’environ 400 francs le mètre carré – procède encore une fois des préoccupations rationalistes chères à Sauvageot.

Le lycée de jeunes filles

  • 58 Traité constitutif du lycée de jeunes filles de Rouen, 17 mars 1882 – ADSM : 20P 1538-40. Ce lycée (...)
  • 59 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 octobre 1881 – ADSM : 20P 1538-40.
  • 60 Le règlement des travaux constate cependant un déficit de l’ordre de 33 511 francs qui porte le co (...)
  • 61 Id., 27 janvier 1882 – ADSM : 20P 1538-40.
  • 62 Id., 1er juin 1883 – AMR : 4ML CES Barbey d’Aurevilley anciennement lycée J. Arc.

27En votant la création d’un lycée de jeunes filles dès le 9 avril 1880, quelques mois avant l’adoption de la loi Camille Sée, les élus rouennais ont devancé le gouvernement. Mais le projet est encore flou et il faut attendre le décret du 28 juillet 1881 sur les conditions d’ouverture des nouveaux établissements pour qu’il se précise. Le conseil municipal opte alors pour un lycée plutôt qu’un collège, fonctionnant selon le principe de l’externat58. D’emblée, la ville décide de ne pas construire un nouvel édifice et acquiert à l’automne 1881 une propriété ayant appartenu aux Jésuites59, qui offre une surface de près de 2 000 m2 avec des possibilités d’agrandissement et qui est surtout située en centre ville, au cœur du Rouen bourgeois, et donc à proximité de la clientèle visée. L’État accepte de contribuer pour moitié aux dépenses de première installation estimées à près de 445 000 francs60, comprenant l’acquisition des terrains, l’aménagement des bâtiments et l’achat du mobilier. Les élus souhaitant faire du lycée de jeunes filles, « l’un des premiers installés61 », l’ouverture est fixée à la rentrée 1882. Or, Sauvageot n’ayant remis ses plans que quelques jours avant l’abandon de ses fonctions municipales, c’est dire si l’urgence et la confusion nées de sa démission risquent de compromettre les aménagements. Il n’en sera rien et le projet adopté par le conseil municipal le 27 janvier suivant puis par le ministère le 17 mars62, sera mené conformément aux prévisions par son successeur, Jules-Charles Touzet.

  • 63 Cette note a été entièrement publiée in : « Installation des Lycées et Collèges », EA, 4e volume, (...)
  • 64 Id., p. 42.

28Le lycée de jeunes filles est formé des vestiges de plusieurs hôtels particuliers qui ont été absorbés et même détruits depuis la fin du XIXe siècle. Le noyau se compose d’un ensemble de propriétés situées sur la rue Saint-Patrice, comprenant l’hôtel d’Arras (portant les numéros 36 et 38 ; Fig. 105-106) et l’immeuble numéro 40, inutilisable jusqu’à l’expiration d’un contrat de location à la fin de l’année 1885. Très vite, l’achat des numéros 32 et 34 va permettre d’agrandir cette première installation et d’apporter 1000 m2 supplémentaires. Sauvageot est donc chargé d’aménager l’ancien hôtel d’Arras construit vers 1633 et dont les bâtiments tout en pierre donnant sur rue et disposés entre cour et jardin, offrent un bel exemple de l’art classique du XVIIe siècle. Les difficultés sont multiples car les agencements intérieurs de cet ancien hôtel particulier devenu bâtiment conventuel sont loin de répondre aux attentes, sans compter les contraintes architecturales et topographiques. Le jardin notamment est situé à près de trois mètres au-dessus de la cour intérieure et il va falloir résoudre le problème de ce dénivelé et de la circulation d’un bâtiment à l’autre. Pour y remédier, l’architecte décide d’affecter chaque bâtiment à un usage particulier, selon sa localisation et son orientation (Fig. 107à 110). Ainsi, le corps de logis longeant la rue Saint-Patrice est attribué aux services administratifs et aux appartements de fonction du personnel, tandis que les constructions au nord, donnant sur le boulevard sont réservées aux espaces scolaires proprement dits. Cette démarche s’inscrit dans les directives de la Note relative aux conditions d’installation des lycées et collèges63 publiée en 1881 par la commission des Lycées et collèges, qui recommande de « séparer les services suivant leur nature et leur importance64 ». De plus, pour compenser le dénivelé entre la cour et le jardin, le rez-de-chaussée du logis nord est établi au niveau du premier étage sur cour, chaque immeuble comportant ainsi un rez-de-chaussée et deux étages. Enfin, une galerie vitrée pourvue d’un escalier monumental relie ces différents espaces. Sur la rue Saint-Patrice, l’accès au lycée se fait par deux entrées distinctes, l’une pour les élèves et l’autre pour la directrice. Le logement du concierge, la galerie parloir, la salle de réunion, le cabinet des professeurs ainsi qu’une galerie promenoir avec cour occupent tout le rez-de-chaussée du petit logis. Dans les étages sont répartis les logements des fonctionnaires.

Fig 105. Rouen, Hôtel d’Arras, élévation sur la rue Saint-Patrice, début XXe siècle, photographie, extr. d’E. Delabarre et M. Boulanger, Vieux hôtels de Rouen des XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1909 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 106. Rouen, Hôtel d’Arras, élévation sur cour d’un second corps de bâtiment, début XXe siècle, photographie, extr. d’É. Delabarre et M. Boulanger, Vieux hôtels de Rouen des XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1909 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 107. L. Sauvageot, Projet de création d’un lycée de jeunes filles à Rouen. Coupe longitudinale entre la rue Saint-Patrice et le boulevard Jeanne d’Arc, 15 janvier 1882, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 108. L. Sauvageot, Projet de création d’un lycée de jeunes filles à Rouen. Coupe en travers de l'ancienne chapelle, 15 janvier 1882, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 109 Rouen, Lycée Jeanne d'Arc, vue intérieure de la grande galerie et de l'escalier monumental, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 110. Lycée de jeunes filles de Rouen. Vue perspective de la cour sur le boulevard Jeanne d'Arc, 1882, extr. de la Revue de l’Enseignement secondaire des jeunes filles, no octobre 1882 (Cl. Sophie Nasi).

  • 65 Devis dressé par Sauvageot, 15 janvier 1882 – ADSM : 20P 1538-40.
  • 66 Les plans dressés par l’architecte de la ville le 15 janvier 1882 et approuvés par le maire le 27 (...)
  • 67 Soumission Lemel, 20 mai 1882 – ADSM : 2ÜP 1538 40.

29L’établissement est prévu pour accueillir 220 élèves et les sept premières classes sont installées au rez-de-chaussée du corps de logis nord et dans l’aile qui le prolonge. Au-dessus sont répartis les quatre salles d’étude, l’amphithéâtre à gradins pour les cours d’histoire et de géographie ainsi que les locaux nécessaires aux leçons de physique et de chimie. Là, Sauvageot avait conçu un service des plus complets, copié sur celui du lycée Corneille, avec un amphithéâtre entouré d’un laboratoire, d’un magasin pour la chimie et d’un cabinet de physique65. Seuls, ledit cabinet et l’amphithéâtre prévu pour 80 élèves seront finalement exécutés66. Au second étage sont ditribués les autres services caractéristiques d’un lycée de filles, avec deux salles de dessin, une salle de couture et une bibliothèque qui devait être complétée par une salle des collections, finalement remplacée par deux salons de musique. Contrairement aux recommandations ministérielles qui encouragent l’usage d’un mobilier individuel dans les classes, la ville opte dans la plupart des salles pour des tables continues à sièges isolés67 qui permettent de gagner un peu de place. Pour le reste, les aménagements suivent les directives de la note de 1881 qui sont largement empruntées au secteur des écoles primaires et influencées par Trélat et les théories rationalistes.

30La séparation très marquée entre les services s’accompagne d’un intérêt particulier pour les questions de circulation. Plusieurs entrées séparées pour les professeurs et pour les élèves, étroitement surveillés depuis les loges des concierges placées sur la rue Saint-Patrice et sur le boulevard, permettent d’accéder facilement dans l’établissement. À l’intérieur, la galerie vitrée reliant les deux immeubles de l’hôtel d’Arras est le point névralgique de la distribution. Elle comprend d’une part, la galerie dite des collections qui fait la jonction entre les classes du rez-de-chaussée et l’appartement de la directrice, au premier étage ; d’autre part, la cour vitrée et son escalier monumental, qui sont réservés plus spécifiquement aux élèves et qui font le lien entre les espaces scolaires. Deux escaliers à double volée de marches répartis à chaque extrémité des bâtiments scolaires complètent ce dispositif. À tous les niveaux, des paliers de dégagement et de longs couloirs permettent d’éviter tout encombrement. Enfin, la distribution offre toutes les commodités désirables puisqu’à tous les étages se trouvent un vestiaire, un lavabo et même des sanitaires au second étage.

  • 68 « Installation des Lycées »..., op. cit., p. 42.
  • 69 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 27 janvier 1882 – ADSM : 2OP 1538-40.

31La place accordée aux espaces de récréation est également frappante. L’hôtel d’Arras est composé de deux cours, l’une dite cour d’honneur – qui fait office d’annexe au parloir en été – et la seconde, plus grande, surélevée, aérée et plantée d’arbres. Un grand préau sert également d’abri en cas de mauvais temps. Par ailleurs, la note de 1881 indique que les bâtiments des classes doivent être « simples en épaisseur, permettant la ventilation par des baies opposées et un éclairage unilatéral68 ». Sauvageot est ainsi amené à concevoir une galerie extérieure bordant le jardin sur ses quatre côtés. La marquise vitrée assure également la liaison couverte vers les bâtiments scolaires et les services administratifs, tout en permettant l’introduction d’un élément architectural propre au siècle. La seule modification de taille apportée au projet originel porte sur l’infirmerie que l’architecte souhaitait installer dans une pièce du rez-de-chaussée sur la rue Saint-Patrice. C’est finalement dans un bâtiment de près de 50 m2, isolé, desservi par un escalier spécial et donnant sur la cour intérieure que seront aménagées l’infirmerie et la pharmacie69.

32La ville, en choisissant d’aménager son lycée de jeunes filles échappe définitivement à la vague de construction des « lycées Jules Ferry » qui, malgré l’absence de modèles architecturaux, forment une production uniforme. En dépit de cela, les agencements proposés par l’architecte, participent du mouvement et contribuent à cette unité car ils sont entièrement guidés par la note de 1881. Ainsi, la règle précédemment évoquée imposant de construire des bâtiments simples en épaisseur, avec une ventilation par des baies opposées et un éclairage unilatéral, amène Sauvageot comme la plupart de ses contemporains à desservir les classes par des galeries extérieures, qui forment le principal motif décoratif de la cour. Cette disposition en « cloître » est un poncif de l’architecture lycéenne de la Troisième République. La galerie devient ainsi un motif esthétique où chacun rivalise d’imagination. Dans l’exemple rouennais, elle permet à l’architecte de rompre l’aspect un peu sévère des bâtiments grâce à des ornements en volutes et rosaces. De plus, tout en restant d’une extrême sobriété, les piliers en fonte qui la constituent soulignent le rythme de l’élévation et accentuent l’unité de la façade. Le traitement varié des baies qui marque en extérieur l’usage intérieur des espaces, procède d’une même écriture rationaliste et rappelle les réalisations de Sauvageot dans les écoles primaires.

  • 70 Devis dressé par Sauvageot, 15 janvier 1882 – ADSM : 20P 1538-40.

33Le réaménagement de l’ancien hôtel d’Arras soulève aussi la question de l’intégration des parties existantes du XVIIe siècle. En effet, si la transformation des bâtiments en lycée modifie profondément la disposition intérieure, elle permet également d’en préserver les plus beaux morceaux. En premier lieu, les façades sont nettoyées et les parties manquantes restituées70. Sauvageot n’hésite pas à conserver certains éléments d’origine, notamment dans le bâtiment du personnel où les portes, les ferrures et les chambranles sont systématiquement réemployés, tandis que les lambris et les carrelages sont le plus souvent maintenus en place. Mais, cet attachement aux parties anciennes ne l’empêche pas pour autant de sacrifier l’ancienne chapelle du corps de logis pour établir une liaison entre les différentes parties de l’édifice. Cette première phase d’aménagement semble avoir malgré tout accéléré le processus de reconnaissance de la valeur artistique de l’hôtel d’Arras qui est classé au titre des Monuments historiques par arrêté du 18 juillet 1886.

  • 71 « Lycée de jeunes filles de Rouen »..., op. cit., p. 222.
  • 72 Id., p. 214.

34Rationalité, efficacité et hygiène : tels sont les termes qui définissent le mieux les aménagements intérieurs et font du lycée de jeunes filles un modèle du genre. Son inauguration le 1er octobre 1882, couplée avec celles du théâtre des Arts et de l’Exposition municipale des beaux-arts, est l’occasion d’accueillir à Rouen plusieurs personnalités politiques et de nombreux journalistes français et étrangers. Pour la presse locale, l’événement est surtout l’occasion d’une nouvelle controverse au sujet de l’enseignement féminin et de sa légitimité, qui estompe quelque peu la question architecturale. Le bâtiment lui-même est donc peu évoqué. Malgré cela, les aménagements sont salués comme une grande réussite et le ministre de l’Instruction publique, Jules Duvaux, parle d’un « magnifique établissement71 ». La presse spécialisée manifeste le même enthousiasme et la Revue de l’Enseignement secondaire des jeunes filles dirigée par Camille Sée, consacre en octobre 1882 une monographie au lycée rouennais. L’auteur vante en particulier « ces vastes locaux bien aérés et d’aspect agréable72 », les services largement prévus et la distribution très bien étudiée. Le lycée Jeanne d’Arc est le deuxième établissement pour jeunes filles à ouvrir ses portes en France, après celui de Montpellier. C’est donc une sorte de laboratoire d’expérimentation pour notre architecte et ces éloges montrent combien il a su répondre aux attentes même si les aménagements ultérieurs vont considérablement modifier ce premier état.

L’enseignement supérieur

Le laboratoire de manipulations de l’école préparatoire de médecine et de pharmacie

  • 73 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 janvier 1877 – ADSM : 20P 1538-46.
  • 74 PV d’adjudication des travaux approuvé par le préfet le 13 avril 1877 – ADSM : 20P 1538-46.

35L’autorité universitaire ayant signalé au début de l’année 1876 l’insuffisance des locaux de l’École préparatoire de médecine et de pharmacie et plus précisément, l’absence d’un laboratoire spécifique pour les étudiants en pharmacie, la ville nomme courant mars une commission chargée de remédier à cette irrégularité (Fig. 111). Ses propositions, remises trois mois plus tard, sont rejetées en bloc : en dehors de la dépense estimée à plus de 23 000 francs qui est jugée exorbitante, l’emplacement choisi laisse le conseil sceptique du fait des risques d’émanation. L’affaire en reste là et il faut attendre le renouvellement de l’équipe municipale à l’automne 1876 pour que la question soit remise à l’ordre du jour et trouve enfin une solution grâce à l’intervention du directeur de l’École supérieure de pharmacie de Paris. En visite dans la ville le 26 octobre dans le cadre des examens annuels des pharmaciens, Adolphe Chatin a en effet accepté d’apporter son concours à l’entreprise rouennaise. À l’origine du projet de reconstruction de l’École supérieure de pharmacie sur l’avenue de l’Observatoire qui débute au même moment sous la direction de Laisné, il est sans aucun doute la personne la plus qualifiée pour cela. Sa collaboration avec le service municipal dirigé par Sauvageot va s’avérer des plus fructueuses et Hippolyte de Vesly se rend à Paris plusieurs fois pour étudier les dispositions du laboratoire prévu par Laisné73. Les plans de Sauvageot sont adoptés sans modification par le conseil municipal le 12 janvier 1877 et les travaux sont adjugés en avril à l’entrepreneur de travaux publics Léger74.

Fig. 111. Rouen, Ancien laboratoire de manipulations en pharmacie de l’École préparatoire de médecine et de pharmacie, jardin Sainte-Marie, vue générale du bâtiment. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 75 Devis dressé par Sauvageot, 18 novembre 1876 – ADSM : 2OP 1538-46.

36Le nouveau bâtiment est établi dans la limite sud de l’enclave Sainte-Marie, contre le mur où sont déposés les sarcophages découverts dans le jardin de Saint-Ouen au début des années 1870. Il s’étire sur 30 mètres de long depuis la grille donnant sur la rue de la République pour 6 mètres de profondeur75. Entièrement conçu en brique et couvert de tuiles, il se présente comme une construction aveugle d’un seul niveau, uniquement éclairée par la toiture. L’édifice ouvre sur un vestiaire qui dessert, d’une part, le cabinet des professeurs, la pièce réservée aux recherches microscopiques et la verrerie pourvue de tablettes et de vitrines et, d’autre part, le laboratoire proprement dit. Celui-ci est équipé de quatre longues tables divisées en compartiments. Deux d’entre elles sont adossées aux murs et les deux autres disposées au milieu, laissent un espace suffisant pour la circulation et les mouvements des manipulateurs. Chaque élève a ainsi son emplacement de travail sur l’une des tables adossées à la muraille auquel correspond un autre emplacement pour le dépôt des préparations en vis-à-vis, sur l’une des dessertes du milieu. Les matériaux répondent aux prescriptions en matière d’hygiène puisque le sol est asphalté, recouvert d’une couche de bitume minéral avec des rigoles assurant l’écoulement des eaux, les paillasses sont recouvertes de céramique facilitant la désinfection et des planches spéciales sont utilisées pour les réactifs. Quatre caves à eau et deux poêles complètent ces aménagements. Les baies percées dans la toiture assurent une bonne luminosité tout au long de la journée ainsi qu’une bonne ventilation du local, au même titre que les tuyaux d’expulsion établis sur le faîtage de la toiture. La proximité du jardin Sainte-Marie contribue aussi à la salubrité de l’ensemble. Ces dispositions témoignent de l’étroite collaboration avec Chatin et les efforts en matière d’hygiène, de confort et de sécurité reprennent en grande partie les solutions adoptées à l’École de la rue de l’Observatoire.

37Toutefois, la comparaison s’arrête là et d’un point de vue architectural, les deux réalisations n’ont, bien entendu, rien en commun. Le programme rouennais est extrêmement modeste au regard de l’exemple parisien et le laboratoire conçu par Sauvageot est avant tout un équipement scientifique, dans lequel tout est fonction des besoins. D’où l’extrême simplicité, voire même l’austérité, de ce bâtiment aveugle. Sur le plan esthétique, on comprend aisément que certains contemporains aient pu être choqués par cet aménagement car, si le recours à la brique convient bien pour un édifice somme toute dédié aux travaux pratiques et à l’expérimentation scientifique, il est vrai que le contraste avec les élégantes architectures avoisinantes est saisissant. Très vite, des fragments de sculptures et de pierres tombales ornant le jardin seront d’ailleurs accrochés au mur du laboratoire pour le masquer quelque peu.

Le laboratoire de chimie industrielle de l’école préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres

  • 76 Lettre du maire de Rouen au préfet de la SI, 28 mars 1876 – ADSM : 20P 1538-47.
  • 77 Exrr. reg. délib. de la ville de Rouen, 4 mai 1877 – AMR : 4 Ml : École supérieure des sciences et (...)

38Après la création de la chaire de chimie agricole et industrielle en 1873, les élus décident deux ans plus tard de doter l’École préparatoire d’un laboratoire supplémentaire. Ils envisagent dans un premier temps de réaménager un bâtiment légué par le Docteur Pouchet situé rue Beauvoisine et contigu aux amphithéâtres existants, avant d’opter pour une démolition complète de l’immeuble pour reconstruire à la place un local mieux adapté. Les plans établis par Sauvageot en décembre 1875 sont adoptés le 3 mars 1876 par la ville et la dépense, évaluée à 46 504 francs, est répartie sur les deux exercices suivants. Bien que le directeur de l’établissement ait émis le souhait de prendre possession du local pour la rentrée 187676, le chantier ne sera pas achevé avant l’été suivant. En mars 1877, un crédit supplémentaire de 823 francs est également accordé pour permettre des aménagements complémentaires77.

  • 78 Devis dressé par Sauvageot, 10 décembre 1875 – ADSM : 20P 1538-47.

39Le projet dressé par Sauvageot prévoit non seulement la disparition de l’immeuble légué par Pouchet mais aussi celle de l’amphithéâtre no 3. L’architecte construit à la place un corps de bâtiment accolé à l’École, l’agrandissant vers la rue Beauvoisine, avec une aile en retour à l’emplacement d’une ancienne petite cour (Fig. 112 à 114). Ce corps englobe littéralement l’amphithéâtre no 2 et intègre le laboratoire vitré déjà existant. Recouvert d’ardoises d’Angers, il se compose d’un socle en pierre de Caumont et de murs en briques enduites de plâtre78 pour simuler une architecture noble, selon un usage courant à Rouen. Cette aile se présente donc comme le prolongement de l’École et ce malgré la forte déclivité du terrain. Légèrement en saillie, elle est un peu moins élevée que le corps central dont la corniche marquant le niveau de l’étage, sert de raccord et crée l’unité d’ensemble. Ce motif horizontal très marqué qui contribue à gommer l’impression d’instabilité liée à la forte pente, se retrouve également dans l’assise du toit à croupes de l’aile latérale. Le corps conçu par Sauvageot est cependant plus sobre que le bâtiment auquel il se rattache, qui est marqué par une plus grande diversité des baies. Ainsi, la façade principale du nouveau laboratoire s’organise à partir de trois travées dont les fenêtres rectangulaires sont bordées d’un simple chambranle à bandeau plat. Seule une chaîne imitant la pierre et formant pilastre aux angles, apporte une certaine monumentalité à l’ensemble dont une inscription surmontant la porte signale la destination. Sur la rue Beauvoisine, les sept travées offrent la même simplicité, que les grilles protégeant les fenêtres du rez-de-chaussée teintent même d’une certaine austérité.

Fig. 112. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement et de construction d’un laboratoire de chimie à l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres. Façade projetée sur la rue Beauvoisine, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 113. Rouen, ancienne École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, jardin Sainte-Marie, vue de la façade principale et de l'aile latérale construite par Sauvageot pour accueillir un nouveau laboratoire de chimie. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 114. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement et de construction d’un laboratoire de chimie à l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres. Aile projetée, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 115 et 116. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement et de construction d’un laboratoire de chimie à l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres. Plan du rez-de-chaussée, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie et plan du premier étage, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).

  • 79 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 4 mai 1877 – AMR : 4 Ml : École supérieure des sciences et (...)

40Les services indispensables au nouveau laboratoire de chimie sont répartis sur deux étages autour de l’amphithéâtre no 2 (Fig. 115 et 116). Une fois franchie la porte donnant sur le jardin, le vestibule ouvre d’un côté, sur un cabinet pour les pesées de précisions et sur une salle d’attente pour l’amphithéâtre et de l’autre, sur une bibliothèque. Il se prolonge ensuite par le laboratoire de manipulations et de recherches proprement dit. Sur l’aile en retour, l’architecte a placé l’escalier menant à l’étage ainsi que les services réservés à l’usage de l’enseignant, à savoir, la salle des verreries et des ustensiles et le laboratoire vitré pour la préparation des cours. À l’étage sont réparties plusieurs pièces servant à la conservation des produits chimiques et à la présentation des collections du musée industriel. En 1877, l’architecte décide également d’aménager le grenier pour l’utiliser comme dépôt de matériel79. Le projet est conçu à partir de l’existant, c’est-à-dire l’amphithéâtre. Sa fonction comme lieu spécifique de l’enseignement où se transmet le savoir diffère de celle du laboratoire qui est plus spécifiquement réservé aux travaux pratiques. Cette nuance est soulignée dans le plan par les deux entrées distinctes, par le fait que la salle d’attente de l’amphithéâtre ne communique pas avec la partie des laboratoires et surtout, par la différence de niveaux existant entre ces deux espaces. La déclivité du terrain ayant en effet contraint Sauvageot à construire son aile en contrebas, il faut systématiquement gravir quelques marches pour accéder à la salle de cours, ce qui isole un peu plus et « sacralise » en quelque sorte l’amphithéâtre. Là, l’architecte n’apporte guère de modifications à l’existant puisqu’il conserve les gradins linéaires en place et se limite à moderniser les équipements de la chaire du professeur et du tableau.

41Comme pour le laboratoire de l’École préparatoire de médecine et de pharmacie, les principes en vigueur en matière de salubrité et de rationalité ont guidé Sauvageot dans ses choix. Ainsi, le laboratoire particulier du professeur a été maintenu un peu à l’écart au fond du bâtiment, afin de garantir le calme nécessaire à son travail et à la préparation des cours. La couverture vitrée apporte la lumière naturelle indispensable aux expériences du chercheur en même temps qu elle solutionne la question de l’éclairage dans cette partie aveugle de l’École. Dans la nouvelle salle de manipulations qui s’étire le long de la rue Beauvoisine, les paillasses sont prévues pour treize élèves, à raison d’un mètre carré chacun. Elles sont éclairées latéralement par cinq fenêtres complétées par un éclairage artificiel au gaz. Les dispositions sont identiques à celles adoptées au laboratoire de pharmacie précédemment étudié, puisqu’à chaque table de travail correspond en vis-à-vis sur la table centrale, une desserte pour le dépôt des préparations, des ouvrages et des affaires personnelles de l’étudiant. Chaque élève a sous la main un évier relié directement aux prises d’eau de la ville, des arrivées pour l’électricité, l’oxygène, le gaz sulfhydrique et un fourneau est également installé. Les sols asphaltés, les tables de manipulations, les murs recouverts de carrelage et les cheminées d’évacuation garantissent la salubrité du local et permettent de prévenir tout accident.

L’amphithéâtre de physique de l’école préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres

  • 80 Id., 14 novembre 1879.

42Quelques mois après l’achèvement du laboratoire, l’École préparatoire est de nouveau à l’ordre du jour en avril 1878, à propos de l’amphithéâtre de physique cette fois, dont la vétusté inquiète les élus. La construction d’un hémicycle plus grand s’impose également pour accueillir les auditeurs toujours plus nombreux qui se pressent aux cours publics80. Sauvageot dresse alors un premier devis de l’ordre de 85000 francs qui est ajourné, l’état des finances de la ville ne permettant pas une telle dépense. Ses plans vont rester dans les cartons jusqu’à ce qu’un excédent dans l’emprunt de 45 millions de francs contracté en 1880, permette d’envisager leur mise en œuvre. Une commission municipale est nommée en mai 1880 et un mois plus tard, celle-ci soumet ses conclusions au vote des élus. Le projet de l’architecte est adopté sous réserve d’un certain nombre de modifications et près d’une année lui sera nécessaire pour remettre une nouvelle étude. Le 2 mai 1881, le projet définitif est enfin validé par le préfet pour un montant de 122 800 francs. Les adjudications ont lieu deux semaines plus tard et malgré l’abandon de ses fonctions municipales, Sauvageot conserve la direction du chantier jusqu’à son complet achèvement en avril 1883.

  • 81 En 1984, le théâtre des Deux-Rives a été inauguré dans les bâtiments réaménagés de l’ancien amphit (...)
  • 82 Raguenet A., Monographies de bâtiments modernes, Paris, 8e année (1894), 72e livraison, pl. 1 à 8.

43Dès 1878, il est décidé que l’amphithéâtre81 sera reconstruit sur son ancien emplacement, à l’angle formé par les rues de la République, du Maulévrier et de Joyeuse et ce, malgré les contraintes engendrées par le site particulièrement pentu (Fig. 117à 121). L’architecte décide d’exploiter toute la surface de terrain disponible – soit près de 430 m2 – sur lequel il conçoit une salle de 471 places assises, plus 50 places sur strapontins et pouvant éventuellement accueillir 80 fauteuils supplémentaires derrière la chaire du professeur. Soit une capacité de 600 personnes, qui met l’établissement rouennais à même de rivaliser avec ceux de la capitale et notamment avec l’École supérieure de pharmacie, dont les deux amphithéâtres de Laisné ont une contenance identique. Les façades en briques, recouvertes d’un enduit de plâtre peint en blanc pour simuler la pierre de taille, sont d’une relative neutralité. L’ensemble est surmonté d’un lanternon et couvert en ardoises d’Angers. Seule la porte d’entrée principale est en pierre de taille et le cartouche aux armes de la ville qui la surmonte indique la destination publique de l’édifice. Suivant les planches publiées dans Monographies de bâtiments modernes et qui correspondent à quelques modifications près, au projet exécuté, le plan est d’une extrême simplicité82. La façade principale donnant sur la rue de la République ouvre sur un vaste vestibule qui dessert la salle proprement dite au moyen de trois escaliers, l’un central et les deux autres, latéraux. L’amphithéâtre est disposé en hémicycle avec en contrebas la chaire du professeur. Il est flanqué en arrière, sur la rue du Maulévrier, d’un laboratoire construit en appentis pour la préparation des expériences, d’une verrerie et d’un abri pour les piles. Cet ensemble organisé autour de l’amphithéâtre et dont le point central est la chaire du professeur, est complété par une seconde aile sur la rue de Joyeuse. Là, sont réparties sur deux niveaux, la salle des collections au rez-de-chaussée et la salle de physique à l’étage, à laquelle on accède par un escalier indépendant, situé au fond de la galerie du rez-de-chaussée et qui est directement relié à la verrerie.

Fig. 117. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : vue générale, fin XIXe siècle, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir.), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 118. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : façade latérale et détail du clocheton, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir.), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).

Fig.119. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : façade postérieure, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 120 et 121. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : détail de la façade et plan du rez-de-chaussée, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir.), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).

  • 83 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-47.

44Les modifications du projet initial sont apportées à la demande du directeur de rétablissement83. Le bâtiment en appentis à usage de laboratoire, jugé disgracieux, est ainsi remplacé par deux étages, permettant d’agrandir l’espace prévu pour l’installation des collections. La hauteur du bâtiment est accrue de manière à ce que l’amphithéâtre présente une élévation totale de 11 mètres à partir du sol et de 6 mètres au-dessus du dernier gradin. Ces changements vont entraîner un supplément de fondation dans l’aile contenant la salle des collections. Une cave spéciale pour les acides est également établie et quelques améliorations techniques sont apportées au niveau de l’éclairage au gaz et du système de ventilation. Enfin, la proposition de transformer le plafond en coupole pour apporter une certaine monumentalité à la salle comme dans les amphithéâtres des XVIIe et XVIIIe siècles, jugée trop onéreuse, restera sans suite. L’intérêt de l’édifice réside dans la répartition raisonnée des espaces et de la circulation et surtout, dans la manière dont l’architecte a tiré parti de la déclivité du terrain et des grandes dénivellations entre les rues alentour. En prenant pour référence la hauteur médiane des rues du Maulévrier et de Joyeuse pour établir le niveau formé par l’élément central qu’est la chaire du professeur complétée par le laboratoire et la salle des collections, il assure en même temps la cohérence du plan avec la typologie du terrain et l’aisance de la circulation (Fig. 122). Cette disposition lui permet également de mettre à profit l’important dénivelé de la rue de la République, pour insérer le vestibule en contrebas de la structure de l’hémicycle. Ainsi, il s’appuie sur les différences de niveau entre les façades postérieure et principale pour développer à son maximum l’élévation de l’amphithéâtre, tout en préservant les proportions de l’ensemble.

Fig. 122. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : coupe transversale, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).

45Fig. 123. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : vue perspective de l’amphithéâtre, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).

  • 84 Devis dressé par Sauvageot, 1er avril 1881 – ADSM : 2OP 1538-47.

46La salle est construite de manière à assurer en tous points une bonne vision du professeur et du tableau (Fig. 123). La forme de l’hémicycle est donc déterminée par la matière enseignée et de manière à rendre visibles les expériences. Ainsi, l’amphithéâtre est conçu suivant une pente droite d’environ 50 %. Les gradins sont identiques à ceux utilisés dans les amphithéâtres nos 1 et 2 de l’enclave Sainte-Marie84. L’éclairage est assuré par quatorze fenêtres réparties latéralement sur les rues de la République et du Maulévrier et complété par un lustre monumental fonctionnant au gaz. Enfin, deux poêles sont disposés au bas de l’hémicycle dont l’air est renouvelé par le biais du campanile pourvu de persiennes, une trémie assurant le lien avec l’intérieur de l’édifice. L’amphithéâtre est placé sous les auspices des plus grands physiciens, les noms de Watt et Ampère notamment, ayant été sobrement gravés sur les parois. Au centre de ce microcosme, le professeur incarne le savoir et à ce titre, il est isolé des élèves et des auditeurs. La barrière d’appui placée au bas de la salle symbolise cette séparation des espaces avec d’un côté, l’hémicycle, ses escaliers latéraux et sa multiplicité de gradins et de l’autre, la singularité de la chaire de l’enseignant. On y accède par l’escalier central ou bien par une porte réservée, placée au fond de la pièce des collections qui communique avec la verrerie, le laboratoire et l’abri des piles. La table en faïence du professeur est équipée de multiples arrivées pour l’eau et les gaz ainsi que de deux cuves identiques à celles du Lycée, l’une garnie de plomb et l’autre en pierre pour le mercure.

47Le recours à une architecture simulant la pierre de taille est sans doute l’élément le plus surprenant du projet et peut-être considéré comme une véritable trahison du principe rationaliste de vérité de construction, auquel notre architecte reste fidèle. Le recours à la brique est lié à la volonté d’utiliser un matériau peu onéreux, tout en réservant l’essentiel de la dépense aux travaux de fondation et aux frais d’aménagement intérieur. Mais comment expliquer le subterfuge qui consiste à enduire la brique de plâtre badigeonné de blanc pour imiter la pierre de taille ? La localisation même de l’édifice peut offrir un premier élément d’explication. Situé à proximité du lycée, il forme une sorte de pôle scientifique avec ce dernier et avec les institutions établies dans l’enclave Sainte-Marie. Or, l’ensemble est bâti en pierre de taille et offre une unité architecturale qui souligne également leur destination commune vouée au savoir et à la connaissance. Pour les contemporains, le musée-bibliothèque représente le temple de la culture, le théâtre, celui des Arts, et le nouvel amphithéâtre, doit être celui des sciences. Dans cette perspective, l’architecte souligne leur destination d’édifice public en ayant recours à un matériau noble, las pierre de taille, même si dans ce dernier cas, il s’agit d’un subterfuge. Ce choix reflète également les incertitudes qui planent encore sur l’architecture universitaire qui, à la différence des écoles primaires et des lycées, n’a pas encore de programme établi. L’architecture des facultés est donc en retard. Que dire de cette institution intermédiaire entre lycée et université qu’est l’École préparatoire rouennaise, dont la mission est ambiguë et dont le succès tient avant tout à la présence des auditeurs ? Quel peut-être le modèle architectural du nouvel amphithéâtre dont la valeur symbolique est d’autant plus forte que la ville n’a pas d’université ? On comprend dès lors que l’idée de recourir à la brique apparente ait pu choquer les édiles. De plus, dans une ville industrielle comme Rouen, la brique est étroitement liée aux usines et aux filatures et elle ne peut en aucun cas être associée à la composition monumentale d’un lieu de savoir comme le nouvel amphithéâtre de physique.

48L’œuvre de Sauvageot en faveur de l’enseignement est donc d’une grande richesse à la fois dans le nombre des réalisations mais aussi dans la nature des programmes abordés. Elle montre en tout cas sa parfaite maîtrise des enjeux architecturaux de l’époque et lui permet d’affirmer un peu plus son goût pour l’architecture rationaliste dans une constante recherche de fonctionnalité. Cette quête le conduit d’ailleurs à une certaine standardisation des programmes – en particulier dans les écoles communales et dans les différents laboratoires – qu’il revendique et assume.

Notes

1 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 novembre 1880 – ADSM : 20P 1538-44.

2 Id, 13 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-31.

3 Id, 25 juin 1880 – ADSM : 20P 18538-32.

4 Id., 2 mai 1883.

5 Id, 28 juin 1872 – ADSM : 20P 1538-32.

6 Id., 24 mars 1876.

7 Id, 21 juillet 1876 – ADSM : 20P 1538-32.

8 Id, 24 mars 1876 – ADSM : 20P 1538-31.

9 Id., 17 mai 1878 – AMR : 4M1. École Legouy, rue Bassesse.

10 L’école Sévigné devient l’école Franklin en 1886.

11 Ces plans sont tous datés du 10 août 1877.

12 Rapport à la commission départementale d’architecture par Desmarest, séance du 30 novembre 1877-ADSM : 20P 1538-210.

13 Id., séance du 4 octobre 1878 – ADSM : 20P 1538-210.

14 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 5 mai 1882.

15 Rapport de l’inspecteur d’Académie, 27 mars 1883 – ADSM : 2OP 1538-29.

16 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 2 mars 1883 – ADSM : 20P 1538-29.

17 Id., 12 février 1875.

18 Id., 24 mars 1876.

19 Narjoux F., Les écoles publiques, Paris, 1877, p. 82.

20 Il s’agit des écoles Legouy, Sévigné, Marthe et Thomas Corneille, Jeanne Hachette, Michelet, ainsi que du projet non exécuté de l’école Ambroise Fleury et du premier projet conçu pour l’école Géricault.

21 Il s’agit des écoles André Pottier et Marie Duboccage.

22 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 février 1875.

23 Id., 17 mai 1878 – AMR : 4ML École Legouy, rue Bassesse.

24 Mobilier des Ecoles. Système A. LEMEL, conforme aux prescriptions ministérielles, Rouen, juin 1883.

25 Soumission d’A. Lemel, 13 juillet 1883 – ADSM : 20P 1538-29.

26 Cf. Guillaume E., Rapport général présenté au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts par M. Guillaume sur l'exposition des modèles de construction et de décoration des établissements scolaires, Paris, 1882.

27 Sauvageot L., « Exposition des projets et modèles de bâtiments scolaires à Paris au palais du Trocadéro », EA, IIIe série, vol. I, p. 80-82. Cette étude est également parue dans le Génie Civil, numéro du 1er novembre 1882.

28 Cf. Planat P, « L’exposition des projets d’édifices scolaires. Le nouveau règlement », Semaine des constructeurs, 9 septembre 1882 ; Lavezzari E., « L’exposition des projets d’édifices scolaires au Trocadéro », La Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1882, coll. 220.

29 État des lieux des bâtiments du lycée de Rouen, 5 novembre 1811 – AMR : 4ML Lycée Corneille.

30 Lettre de l’inspecteur de l’Académie de Caen au préfet de la SI, 26 janvier 1874 – ADSM : 20P 1538-37.

31 Rapport du proviseur du lycée, 8 juin 1872 – ADSM : 1T 1946.

32 Rapport de Sauvageot, 17 octobre 1872 – ADSM : 1T 1946.

33 Rapport du proviseur du lycée, 8 juin 1871 – ADSM : 1T 1946.

34 Lettre de l’inspecteur d’Académie au proviseur du lycée, 16 juin 1872 – ADSM : 1T 1946.

35 Notes envoyées au ministère chargé de l’Instruction publique, 21 septembre 1875-ADSM : 1T 1946.

36 Rapport du proviseur du lycée au maire de Rouen, 1er avril 1876 – ADSM : 1T 1946.

37 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 5 mai 1876 – ADSM : 2OP 1538-38.

38 PV d’adjudication, 3 août 1876 – ADSM : 20P 1538-38.

39 Commission d’étude des travaux à effectuer au lycée, 26 novembre 1875 – ADSM : 1T 1946.

40 Id, 16 décembre 1875 – ADSM : 1T 1946.

41 Lettre du ministre chargé de l’Instruction publique au recteur de l’Académie de Caen, 18 juillet 1876-ADSM : 1T 1946.

42 PV d’adjudication des travaux, 29 décembre 1875 – ADSM : 20P 1538-38.

43 Lettre du proviseur du lycée à Sauvageot, 2 décembre 1876 – ADSM : 1T 1946.

44 Notes envoyées au ministère chargé de l’Instruction publique, 21 septembre 1875-ADSM : 1T 1946.

45 Lettre du proviseur du lycée au directeur de l’Enseignement secondaire, 25 juin 1876-ADSM : 1T 1946.

46 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er juin 1866 – AMR : 4ML Lycée Corneille.

47 PV d’adjudication des travaux, 2 septembre 1878 – ADSM : 2OP 1538-38.

48 Devis dressé par Sauvageot, 2 juillet 1878 – ADSM : 20P 1538-38.

49 Lettre du proviseur du lycée au directeur de l’enseignement secondaire, 25 juin 1876 – ADSM : 1T 1946.

50 Lettre du ministère chargé de l’Instruction publique au recteur de l’Académie, 15 juillet 1876 – ADSM : 1T 1946.

51 Lettre de Sauvageot au proviseur du lycée, 24 juin 1 876 – ADSM : IT 1946.

52 Dépêche du ministère chargé de l’Instruction publique au proviseur du lycée, 23 juillet 1878-ADSM : 1T 1946.

53 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 23 avril 1880 – AMR : 4M 1. Lycée Corneille.

54 Ibid.

55 Id, 21 janvier 1887 – ADSM : 20P 1538-38.

56 Lettre du proviseur du lycée à l’inspecteur des Lettres, non datée [entre février et juin 1880] – ADSM : 1T 1946.

57 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 24 avril 1880 – AMR : 4M 1. Lycée Corneille.

58 Traité constitutif du lycée de jeunes filles de Rouen, 17 mars 1882 – ADSM : 20P 1538-40. Ce lycée placé sous les auspices de Jeanne d’Arc est l’actuel CES Barbey d’Aurevilley.

59 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 octobre 1881 – ADSM : 20P 1538-40.

60 Le règlement des travaux constate cependant un déficit de l’ordre de 33 511 francs qui porte le compte général à 486 036,61 francs. Id., 1er juin 1883 – AMR : 4M 1 : CES Barbey d’Aurevilley anciennement lycée J. Arc.

61 Id., 27 janvier 1882 – ADSM : 20P 1538-40.

62 Id., 1er juin 1883 – AMR : 4ML CES Barbey d’Aurevilley anciennement lycée J. Arc.

63 Cette note a été entièrement publiée in : « Installation des Lycées et Collèges », EA, 4e volume, 1891-1892, pp. 41-44, 54-56, 62-63, 96, 103-104, 110-112, 126-128.

64 Id., p. 42.

65 Devis dressé par Sauvageot, 15 janvier 1882 – ADSM : 20P 1538-40.

66 Les plans dressés par l’architecte de la ville le 15 janvier 1882 et approuvés par le maire le 27 janvier 1882 sont modifiés par la commission des Lycées et collèges et exécutés tels qu’ils sont reproduits in : Revue de l’Enseignement secondaire des jeunes filles, no octobre 1882, p. 212-224.

67 Soumission Lemel, 20 mai 1882 – ADSM : 2ÜP 1538 40.

68 « Installation des Lycées »..., op. cit., p. 42.

69 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 27 janvier 1882 – ADSM : 2OP 1538-40.

70 Devis dressé par Sauvageot, 15 janvier 1882 – ADSM : 20P 1538-40.

71 « Lycée de jeunes filles de Rouen »..., op. cit., p. 222.

72 Id., p. 214.

73 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 janvier 1877 – ADSM : 20P 1538-46.

74 PV d’adjudication des travaux approuvé par le préfet le 13 avril 1877 – ADSM : 20P 1538-46.

75 Devis dressé par Sauvageot, 18 novembre 1876 – ADSM : 2OP 1538-46.

76 Lettre du maire de Rouen au préfet de la SI, 28 mars 1876 – ADSM : 20P 1538-47.

77 Exrr. reg. délib. de la ville de Rouen, 4 mai 1877 – AMR : 4 Ml : École supérieure des sciences et des lettres. Délibérations (1876-1931).

78 Devis dressé par Sauvageot, 10 décembre 1875 – ADSM : 20P 1538-47.

79 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 4 mai 1877 – AMR : 4 Ml : École supérieure des sciences et des lettres. Délibérations (1876-1931).

80 Id., 14 novembre 1879.

81 En 1984, le théâtre des Deux-Rives a été inauguré dans les bâtiments réaménagés de l’ancien amphithéâtre de physique.

82 Raguenet A., Monographies de bâtiments modernes, Paris, 8e année (1894), 72e livraison, pl. 1 à 8.

83 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-47.

84 Devis dressé par Sauvageot, 1er avril 1881 – ADSM : 2OP 1538-47.

Table des illustrations

Titre École communale de filles Marie Vauquelin, rue d’Elbeuf
Légende Fig. 54. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement de l’école communale de filles de la rue d’Elbeuf à Rouen. Façade sur la cour, 10 juin 1872, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 55. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement de P école communale de filles de la rue d’Elbeuf à Rouen. Plan, 10 juin 1872, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre École communale de garçons André Pottier, rue Saint-André
Légende Fig. 56. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons André Pottier, rue Saint-André à Rouen. Élévation du bâtiment sur la rue Saint-André, 10 mars 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Fig. 57. Rouen, École André Pottier rue Saint-André, façade sur cour du bâtiment des classes. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre École communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André
Légende Fig. 58. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André à Rouen. Élévation, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 59. Rouen, École Jeanne Hachette rue Saint-André, façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 60. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 61. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Jeanne Hachette, rue Saint-André à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre École communale de filles Sévigné (actuelle école Franklin), rue de Constantine
Légende Fig. 62. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Sévigné, rue de Constantine à Rouen. Élévation principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. 63. Rouen, École Sévigné (actuellement école Franklin) rue de Constantine, façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Fig. 64. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Sévigné, rue de Constantine à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Fig. 65. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Sévigné, rue de Constantine à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre École communale de filles Legouy, rue Bassesse
Légende Fig. 66. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Legouy, rue Bassesse à Rouen. Élévation principale, 15 janvier 1877, plume et lavis sur calque contrecollé, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 67. Rouen, École Legouy rue Bassesse (actuellement rue Legouy), détail de la façade sur cour. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 68. Rouen, École Legouy rue Bassesse (actuellement rue Legouy), détail de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre École communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal
Légende Fig. 69. L. Sauvageot, Projet de construction des école communales Marthe et Thomas Corneille, rue des Peupliers et route de Darnétal à Rouen. Plan de localisation, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Légende Fig. 70. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Élévation principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 71. Rouen, École Thomas Corneille route de Darnétal, vue de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Légende Fig 72. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Coupe et élévation latérale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 73. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 74. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Thomas Corneille, route de Darnétal à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre École communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers
Légende Fig. 75. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers à Rouen. Élévation principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 76. Rouen, École Marthe Corneille rue des Peupliers, vue de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 77. Rouen, École Marthe Corneille rue des Peupliers, détail des baies de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Fig. 78. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 79. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marthe Corneille, rue des Peupliers à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre École communale de garçons Jules Michelet, rue Eau-de-Robec
Légende Fig. 80. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Façade principale, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 81. Rouen, École Michelet rue Eau-de-Robec, vue de la façade principale. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 82. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 83. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Plan du premier étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 84. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de garçons Michelet rue Eau-de-Robec à Rouen. Plan du deuxième étage, 10 août 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre École communale de filles Ambroise Fleury, rue Ambroise Fleury (non exécuté)
Légende Fig. 85. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de filles rue Ambroise Fleury à Rouen. Façade principale, 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 86. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de filles rue Ambroise Fleury à Rouen. Plan du rez-de-chaussée, 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 87. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de filles rue Ambroise Fleury à Rouen. Plan du premier étage, 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre École communale de garçons Géricault, rue du Chaudron prolongée (actuelle rue Géricault)
Légende Fig. 88. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de garçons rue du Chaudron prolongée à Rouen. Élévation principale (projet non exécuté), 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 89 et 90. L. Sauvageot, Projet de construction d’une école communale de garçons rue du Chaudron prolongée à Rouen. Plan du rez-de-chaussée et du premier étage (projet non exécuté), 20 mai 1877, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 91. Rouen, École Géricault rue Géricault, vue de la façade sur rue. Etat actuel (Cl Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre École communale de filles Marie Duboccage, rue Nouvelle
Légende Fig. 92. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marie Duboccage rue Nouvelle à Rouen. Élévation sur rue, 2 janvier 1879, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 93. L. Sauvageot, Projet de construction de l’école communale de filles Marie Duboccage rue Nouvelle à Rouen. Coupe transversale et élévations sur la cour de récréation, 2 janvier 1879, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 94. Rouen, École Marie Duboccage rue Nouvelle (actuelle rue Marie Duboccage), vue de la façade sur rue. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre École communale de garçons Jean Mullot, rue Méridienne
Légende Fig. 95. Rouen, École communale de garçons Jean Mullot rue Méridienne, vue générale de la façade sur rue construite par Sauvageot selon les plans dressés le 24 décembre 1874. État actuel (CL Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Fig. 96. Rouen, École Jean Mullot rue Méridienne, détail de l'élévation et des baies de la façade sur rue. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre École communale de filles Victor Hugo, rue Victor Hugo
Légende Fig. 97. Rouen, École communale de filles Victor Hugo rue Victor Hugo, détail de l’élévation de la partie centrale de la façade sur rue : porte, inscriptions et baies. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 98. Rouen, École communale de filles Victor Hugo rue Victor Hugo, vue partielle de la façade sur rue. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 99 L. Sauvageot, Projet de construction d’un laboratoire scientifique au lycée Corneille de Rouen. Rez-de-chaussée (service de la chimie), 15 mars 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Fig. 100. L. Sauvageot, Projet de construction d’un laboratoire scientifique au lycée Corneille de Rouen. Premier étage (service de la physique), 15 mars 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 101. Rouen, Lycée Corneille, vue de la cour d’honneur, fin XIXe -début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 102. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement du lycée Corneille de Rouen. Élévation sur la rue du Maulévrier, 20 novembre 1879, tirage photographique (Rouen, agence Witz), Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 103. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement du lycée Corneille de Rouen, s. d. (postérieur à 1879), encre sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 104. L. Sauvageot ( ?), Projet d’agrandissement du lycée Corneille de Rouen, s. d. (postérieur à 1879), crayon sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Fig 105. Rouen, Hôtel d’Arras, élévation sur la rue Saint-Patrice, début XXe siècle, photographie, extr. d’E. Delabarre et M. Boulanger, Vieux hôtels de Rouen des XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1909 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 106. Rouen, Hôtel d’Arras, élévation sur cour d’un second corps de bâtiment, début XXe siècle, photographie, extr. d’É. Delabarre et M. Boulanger, Vieux hôtels de Rouen des XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1909 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 107. L. Sauvageot, Projet de création d’un lycée de jeunes filles à Rouen. Coupe longitudinale entre la rue Saint-Patrice et le boulevard Jeanne d’Arc, 15 janvier 1882, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Fig. 108. L. Sauvageot, Projet de création d’un lycée de jeunes filles à Rouen. Coupe en travers de l'ancienne chapelle, 15 janvier 1882, encre et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 109 Rouen, Lycée Jeanne d'Arc, vue intérieure de la grande galerie et de l'escalier monumental, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 110. Lycée de jeunes filles de Rouen. Vue perspective de la cour sur le boulevard Jeanne d'Arc, 1882, extr. de la Revue de l’Enseignement secondaire des jeunes filles, no octobre 1882 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 111. Rouen, Ancien laboratoire de manipulations en pharmacie de l’École préparatoire de médecine et de pharmacie, jardin Sainte-Marie, vue générale du bâtiment. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Fig. 112. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement et de construction d’un laboratoire de chimie à l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres. Façade projetée sur la rue Beauvoisine, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Fig. 113. Rouen, ancienne École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, jardin Sainte-Marie, vue de la façade principale et de l'aile latérale construite par Sauvageot pour accueillir un nouveau laboratoire de chimie. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 114. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement et de construction d’un laboratoire de chimie à l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres. Aile projetée, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 115 et 116. L. Sauvageot, Projet d’agrandissement et de construction d’un laboratoire de chimie à l’École préparatoire supérieure des sciences et des lettres. Plan du rez-de-chaussée, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie et plan du premier étage, 10 décembre 1875, encre et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives municipales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 117. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : vue générale, fin XIXe siècle, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir.), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 118. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : façade latérale et détail du clocheton, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir.), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig.119. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : façade postérieure, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 120 et 121. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : détail de la façade et plan du rez-de-chaussée, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir.), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Fig. 122. Rouen, École préparatoire supérieure des sciences et des lettres, amphithéâtre de physique rue de la République construit par Sauvageot : coupe transversale, gravure, extr. de Monographies de bâtiments modernes, A. Raguenet (dir), 70e livraison, 1893-1894 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7083/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.