Version classiqueVersion mobile

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Troisième partie. Les constructions publiques, religieuses et privées

L’architecture religieuse

Texte intégral

L’église paroissiale de Saint-Hilaire

Chronologie du chantier

  • 1 PV d’adjudication des travaux, 24 avril 1874 (à l’exception du PV d’adjudication des travaux de ch (...)
  • 2 Extr. reg. délit », de la ville de Rouen, 17 avril 1874 – ADSM : V7 206.

1En 1873, Sauvageot se voit confier la reconstruction de l’église Saint-Hilaire dans le faubourg éponyme. Cette première commande monumentale dans sa jeune carrière lui donne enfin l’occasion de mettre en œuvre un type de programme qu’il n’a pour l’heure abordé que par le biais des concours publics et du dessin. Ses plans sont adoptés le 30 janvier 1874 par les élus municipaux puis par le préfet, le 3 mars suivant. Les adjudications ont lieu au printemps et les travaux sont répartis entre plusieurs entreprises locales : Jean-Baptiste Monflier, pour la maçonnerie et le terrassement ; Mardor, pour la charpente en bois ; Liézard, pour la serrurerie ; Berson jeune, pour la couverture ; et enfin, Brière, pour la menuiserie et la peinture1. Au même moment, l’acquisition à l’amiable de la propriété Collet – nécessaire pour l’établissement d’une rampe d’accès – ayant échoué, une procédure d’expropriation est entamée2. La construction de l’église est déclarée d’utilité publique le 20 mars 1875 et dès le mois suivant, la première pierre est posée par le cardinal de Bonnechose.

  • 3 Id., 27 octobre 1876 – AMR : 2M1. Église Saint-Hilaire, dossier : délibérations (1875-1972).
  • 4 Minute de lettre du ministère des Beaux-Arts, 25 juin 1880 – AN : F21 4405.

2Alors que le gros œuvre touche à sa fin à l’automne 1 876, l’architecte dresse le devis des ouvrages de sculpture estimés à 19 000 francs, qui sont répartis entre sept artisans rouennais (les Bonet père et fils, Despois de Folleville, Devaux, Benjamin Guilloux, Alphonse Jean et Trugard)3. En avril 1877, les cloches sont installées en présence de l’archevêque. Reste ensuite à aménager l’intérieur de l’édifice : entièrement à la charge de la fabrique, le décor est également l’œuvre de l’architecte. Le mobilier dessiné par ses soins est réalisé par l’atelier Bonet et la maison parisienne Figaret, à l’exception de la chaire qui est confiée au menuisier Lemel et au sculpteur Chédeville. Le 14 janvier 1878, l’église est enfin rendue au culte. Toutefois, l’argent manque pour achever le décor peint et il faudra attendre l’inauguration de l’orgue du chœur en 1879, pour qu’une quête permette de réunir les fonds nécessaires. L’administration des Beaux-Arts ayant également accepté d’apporter une aide financière, le peintre Perrodin est chargé en juin 1880 d’exécuter un cycle dans le chœur, l’abside et le cul-de-four de l’église estimé à 16000 francs4. L’achèvement de cet ensemble donne lieu à une nouvelle fête le 14 janvier 1883.

Les contraintes du programme

  • 5 Sauvageot L., Notice sur l’église Saint-Hilaire…, op. cit., p. 13.

3Pour répondre à l’accroissement du faubourg, les commanditaires ont demandé à l’architecte de construire un édifice de caractère monumental pouvant accueillir entre 1 600 et 2 000 personnes5. Le cahier des charges précise aussi que le bâtiment doit être voûté en maçonnerie avec une nef principale et deux bas-côtés, deux transepts, un chœur accompagné de trois chapelles et des sacristies doubles. L’ensemble sera dominé par un clocher et une flèche en pierre de taille. Enfin, il est précisé que des matériaux durables doivent être employés afin de limiter par la suite les frais d’entretien. Ces principes laissent peu de place à l’innovation dans le parti général, l’église étant alors associée au schéma traditionnel, chœur, transept, nef et bas-côtés. Outre ces impératifs architecturaux, Sauvageot doit également tirer le meilleur parti d’une topologie défavorable, l’église étant érigée sur un terrain de forme irrégulière auquel on accède par une rampe et un escalier. Il s’agit en fait d’une sorte de promontoire cerné au sud par la route de Darnétal et au nord par la profonde excavation au fond de laquelle passe la voie ferrée reliant Paris au Havre (Fig. 35). La dénivellation entre les deux points est considérable, sans parler des nuisances nées des trépidations des trains. Par ailleurs, la forme de la parcelle, étirée en longueur, soulève la question de l’orientation de l’édifice car, selon la liturgie, l’accès principal de l’église doit se faire par la façade occidentale. Or, ce n’est pas la partie la plus en vue, contrairement à celle placée au sud le long de la route de Darnétal. Enfin, le choix de reconstruire l’église à l’emplacement même de l’ancienne chapelle pose le problème du maintien d’une partie du lieu de culte durant les travaux.

Fig. 35. L Sauvageot, Plan d’ensemble de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen…, Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

  • 6 Lettre du président du conseil de la fabrique au maire de Rouen, 20 janvier 1874 – ADSM : V7 206.
  • 7 À titre d’exemples, l’église Saint-Denis-de-l’Estrée construite par Viollet-le-Duc revient à 747 f (...)
  • 8 . L’église Notre-Dame de Clignancourt édifiée par Paul-Eugène Lequeux coûte 519 francs par mètre ca (...)

4Bien que les édiles se soient laissés convaincre aisément de la nécessité de reconstruire l’église, ils vont exiger la plus grande économie dans la dépense, allant jusqu’à envisager la possibilité de rebâtir l’édifice par étapes et de différer l’érection du clocher. Le devis de Sauvageot s’élève à 411 695 francs comprenant, outre la construction de l’église (331 262 francs) et celle du clocher (46 833 francs), les travaux de déblaiement et de nivellement du sol estimés à 33 600 francs. Sur cette somme, le conseil de fabrique apporte près de 140 000 francs et abandonne à titre gratuit le terrain annexe afin d’agrandir l’église6, ramenant la part de la ville à 273695 francs. La rationalisation des coûts de construction est à l’ordre du jour partout en France et le projet de Sauvageot participe de ce principe. En dehors des propriétés à acquérir, Saint-Hilaire coûte environ 400 000 francs pour 1 080 m2, soit un prix de revient de 370 francs par mètre carré, prenant en compte les importants travaux de fondations liés à la déclivité du sol. Au regard des églises construites durant la période, c’est un bâtiment particulièrement économique et la comparaison vaut tant pour les édifices néo-gothiques7 que néo-romans8. Le choix des matériaux, les procédés constructifs et décoratifs et plus largement le parti pris architectural vont ainsi permettre à l’architecte de réduire considérablement la dépense et de répondre aux attentes des commanditaires.

Un édifice rationaliste

  • 9 Sauvageot L., Notice sur l’église Saint-Hilaire..., op. cit., p. 25.
  • 10 Ibid.

5Sauvageot élabore une construction spacieuse mais relativement courte qui rappelle l’église d’Aillant-sur-Tholon conçue par Viollet-le-Duc dans les années 1860. L’édifice mesure ainsi 50 mètres de long sur 34 mètres de large au transept (16 mètres dans la nef) et 17 mètres de haut, tandis que le clocher culmine à près de 50 mètres. La largeur imposante permet non seulement d’apporter une impression de stabilité à un bâtiment construit sur un terrain pentu mais aussi d’isoler le plus possible le chevet des vibrations produites par le passage des trains. Ce parti pris s’accorde également avec le principe d’économie, en ayant pour effet de réduire le nombre de points d’appui principaux. L’ensemble s’inspire « des édifices religieux élevés en France pendant l’époque de transition entre la période romane et celle du Moyen Âge, en évitant d’en copier aucun9 ». Le plan est donc d’une extrême simplicité avec une nef à quatre travées et deux bas-côtés, un transept et un chœur important accompagné de trois absides semi-circulaires (Fig. 36). Au nord, les trois sacristies sont dissimulées et incluses dans le squelette général, afin de ne pas nuire à l’unité d’ensemble. Quant au clocher, il a été délibérément élevé sur la croisée - et non à la tête de l’église - où il forme le point central autour duquel viennent se regrouper les autres parties du monument, « celles-ci allant en diminuant de hauteur et en s’élargissant à mesure qu’elles s’en éloignent10 ».

6L’édifice s’inscrit donc dans un triangle équilatéral ayant pour sommet la flèche : cette composition pyramidale lui confère quels que soient le point de vue et la distance où l’on se place, un aspect équilibré et de grande stabilité (Fig. 37à 39). L’usage des tracés régulateurs est une vraie réussite puisque l’effet extérieur est produit par les grands décrochements de masses en plan et en élévation (Fig. 40 à 43). Ces masses sont ensuite subdivisées par les saillies accentuées des contreforts, bandeaux et corniches, dont la position est déterminée par des obliques suivant des angles de 60° et de 30° pour les rampants et pentes de combles. Ces rapports et proportions constants contribuent à l’unité de l’ensemble, à peine rompue par quelques motifs d’angles. Pour donner plus d’ampleur et de grandeur à l’édifice, les assises sont relativement basses en extérieur - 33 centimètres - et recoupées dans les surfaces intermédiaires de moellons layés de 16,5 centimètres. Ces deux dimensions déterminent aussi les tailles des bandeaux, corniches, chapiteaux et autres détails. Le fait de multiplier les lignes horizontales résultant des petites dimensions de l’appareil, permet ainsi d’augmenter visuellement la perception de l’édifice.

Fig. 36. L. Sauvageot, Plan de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen.... Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 37. Rouen, Vue générale de l’église Saint-Hilaire depuis le chevet, vers 1878, photographie, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 38. Rouen, Église Saint-Hilaire, vue générale de la façade méridionale le long de la route de Darnétal. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 39 L. Sauvageot, Façade ouest de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 40. L. Sauvageot, Détail de la distribution des masses en extérieur, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 41. L. Sauvageot, Détail de la distribution des masses en intérieur, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 42. L. Sauvageot, Façade méridionale de l’église SaintHilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 43. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, vue générale des façades septentrionale et occidentale. Etat actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 11 Id., p. 15.
  • 12 Id., p. 17.

7Saint-Hilaire est également le fruit d’une longue réflexion sur le bon usage des matériaux (Fig. 44). Par principe, Sauvageot rejette l’emploi exclusif de la pierre de taille, très chère à Rouen en raison des coûts de transport et il exclut la brique de toute construction apparente car selon lui, « son emploi général dans toute la région, pour la construction des usines, filatures et ateliers, lui donne, aux yeux du public rouennais, un caractère essentiellement industriel qui la fait considérer, à tort ou à raison, comme anti monumentale11 ». Le système général est donc fait d’une ossature en pierre de taille enserrant des remplissages de maçonnerie ordinaire en moellon en extérieur et enduit de plâtre en intérieur. Les arcs-boutants nécessaires à la stabilité des voûtes supérieures de la nef, du chœur et des transepts sont en briques, mais ils sont invisibles car ils ont été inclus dans les combles des bas-côtés. Dans un même souci d’économie, ces voûtes ont été réduites à leur plus simple expression et les arcs diagonaux en pierre de taille moulurée, propres au gothique, ont été remplacés au profit de « nervures renforcées en brique non apparentes à l’intérieur de l’église, maintenant des remplissages, également en briques, de 0,11 m d’épaisseur seulement, hourdés et enduits de plâtre12 ». De même, les arcs formerets ne sont pas en pierre mais en briques, directement engagées dans une entaille creusée dans les murs latéraux. Avec ce mode d’appareil, chaque travée de voûte forme une coupole de base rectangulaire ou carrée dans les bas-côtés et renforcée au droit des plus longues portées. La simplicité et la légèreté de cet ensemble le rendent très économique, en diminuant de manière concomitante la main d’œuvre et la quantité de pierre.

8Le beffroi en charpente de chêne qui supporte pas moins de trois cloches pesant au total près de 9,5 tonnes, est établi dans des conditions exceptionnelles de résistance et la flèche octogonale en pierre qui le surmonte, est contrebutée aux angles par quatre clochetons amortis en fleuron qui assurent la stabilité des pans coupés. De même, Sauvageot a pris des précautions particulières pour le clocher menacé par la proximité du chemin de fer et à chaque étape de sa construction, des récipients d’eau ont été installés pour contrôler d’éventuelles vibrations au moment du passage des trains (Fig. 45). En ce qui concerne la croix, il a cherché à améliorer sa résistance au vent et à pallier la difficulté de trouver un point d’appui solide sur une partie de la flèche dont l’épaisseur n’excède pas 20 centimètres. Aussi le prolongement de la tige de la croix s’encastre-t-il dans un système de cercles en fer disposés en encorbellements en différents points de la pyramide.

Fig. 44. L. Sauvageot, Coupe indiquant le mode de construction de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 45. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, détail du clocher. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 13 Viollet-le-Duc E.-E., Entretiens..., op. cit., vol. 1, p. 451.
  • 14 Sauvageot L., Notice sur l’église Saint-Hilaire..., op. cit., p. 25.

9Comme tous les rationalistes, Sauvageot a fait sienne la formule de Viollet-le-Duc selon lequel, « en architecture, il y a deux façons nécessaires d’être vrai [...], vrai selon le programme, vrai selon les procédés de construction13 ». De fait, l’étude raisonnée des matériaux et de leur répartition lui permet non seulement de faire baisser considérablement les coûts mais aussi de satisfaire le principe de vérité de construction cher aux rationalistes. Il étudie les architectures à cheval sur les XIIe et XIIIe siècles non pour reproduire des formes ou des proportions, mais plutôt « un caractère général d’unité et de simplicité dans la construction et la décoration14 ». Sauvageot n’hésite pas d’ailleurs à concevoir un édifice hybride qui emprunte à l’architecture romane et dans une moindre mesure au gothique, des procédés constructifs et décoratifs. Ainsi, plein cintre et arcs brisés cohabitent selon la taille des ouvertures et les portées. Dans un contexte de construction intensive et à moindres frais, le recours au roman présente l’avantage d’être particulièrement économique grâce à la sobriété de son décor notamment. De plus, la combinaison des volumes et l’articulation des surfaces qui lui sont propres et qui permettent d’annoncer en extérieur le plan et la répartition intérieure, sont à même de répondre aux attentes des constructeurs du XIXe siècle.

  • 15 De Baudot A., Églises de bourgs et villages, Paris, 1867, 2 vol.

10On comprend dès lors pourquoi Anatole de Baudot privilégie ce style dans Églises de bourgs et villages (1867)15 et pourquoi Viollet-le-Duc, qui considérait pourtant le XIIIe siècle comme la plus belle période de l’histoire de l’architecture, ait eu recours au roman, en particulier pour l’église d’Aillant-sur-Tholon. Une dizaine d’années plus tard, Sauvageot a bien retenu la leçon. De l’analyse du texte de Baudot et de l’essai bourguignon de Viollet-le-Duc notamment, il puise matière pour résoudre les contraintes d’espace et de budget qui lui sont imposées. Ainsi, gêné par la configuration de la parcelle, il opte à l’instar de son prédécesseur pour un édifice d’une grande largeur au détriment de la longueur, ce qui lui confère une grande stabilité. Mais, si Viollet-le-Duc n’a pas hésité à bouleverser la disposition traditionnelle de l’église en plaçant le chœur à l’Ouest, Sauvageot refuse pour sa part de renoncer à la tradition et dans l’exemple rouennais, l’accès principal se fait par la façade occidentale. De même, il adopte le parti de contrebuter le vaisseau par des arcs-boutants noyés dans la maçonnerie du bas-côté. Mais, comme nous l’avons indiqué, il pousse plus loin la rationalisation, en appliquant l’abandon des arêtiers en pierre à toutes les voûtes. Le principe de vérité de construction est partout présent : la répartition des espaces intérieurs est explicite en extérieur, l’appareillage des fenêtres est souligné, l’utilisation de pierres différentes permet d’accentuer l’alternance entre parties vives et remplissage et enfin, le décor sculpté très sobre met en évidence la structure de l’édifice.

La décoration intérieure

11En intérieur, la démarche de l’architecte est guidée par une même recherche d’unité et de simplicité (Fig. 46). Tout en laissant la pierre de taille former l’ossature apparente de l’édifice, il imagine sur les parties ordinaires de maçonnerie un décor peint s’harmonisant avec les vitraux, soulignant les arcs, les joints de l’appareil et semant les voûtes d’étoiles. La teinte naturelle de la pierre de taille va servir de base aux colorations des parties enduites pour créer une atmosphère à la fois chaude et lumineuse. Les tons vont du brun rouge sur les soubassements à l’ocre jaune sur les murs et les voûtes, le tout recoupé par des filets d’appareil, des bandes et des litres en rouge et vert. Seuls, le sanctuaire et les chapelles du chœur doivent être traités avec plus de richesse et de variété. Le sol, composé d’un carrelage encadré de bandes dallées en pierre, reprend ces mêmes tonalités. Malheureusement, ce décor n’a reçu qu’un simple commencement d’exécution et il faudra attendre 1914 pour qu’il soit achevé, à l’exception des bas-côtés où il fait toujours défaut. Le cycle de fresques - exécuté par Perrodin suivant les dessins de Sauvageot - qui orne l’abside et la coupole du chœur, est consacré à la vie de saint Hilaire (Fig. 47et 48). Les figures hiératiques, le fond or de la coupole et du cul-de-four rappellent les mosaïques byzantines et cet ensemble contribue grandement à la qualité de l’église Saint-Hilaire. Si les fenêtres hautes sont simplement vitrées de grisailles cloisonnées de motifs géométriques, les autres verrières vont servir à la réalisation d’un programme iconographique élaboré sur les conseils de l’abbé Joly : des épisodes de la vie du saint patron de la paroisse dans les bas-côtés et des scènes de la vie du Christ au niveau des baies du chevet.

Fig 46. L Sauvageot, Église SaintHilaire, indications des décorations projetées, s. d., Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).

  • 16 Benoit-Cattin R., « Autels et retables rouennais du XVe au XIXe siècle », Bul, des Amis des Monume (...)

12Les quatre autels imaginés par Sauvageot sont conçus en référence au XIIIe siècle et s’intégrent donc parfaitement au reste de l’édifice. Le maître-autel exécuté par Figaret pour un montant de 15 000 francs est le plus richement décoré (Fig. 49). Réalisé en orfèvrerie de bronze, ciselé et doré au feu, il est rehaussé de chatons de pâte de verre coloré. Le coffre est décoré d’une arcature bilobée, tandis que de part et d’autre du tabernacle, des scènes de l’Ancien Testament sont représentées. L’exposition se compose d’un support en faisceaux de colonnettes, sur lesquelles reposent quatre gâbles fleuris dont les angles sont marqués par des crosses soutenant des petites lampes en cristal. Un tambour circulaire surmonté de la tiare papale couronne cet ensemble. L’autel de la chapelle du Cœur agonisant, également conçu par Figaret en orfèvrerie émaillée, est moins imposant (Fig. 50). Il semble cependant que Partisan ait tenté de substituer les émaux stipulés dans le contrat par de simples panneaux peints et vernis, moins coûteux. Renaud Benoit-Cattin raconte que le curé ayant eu l idée de gratter la surface de l’un d’eux, comprit le subterfuge et l’affaire fut portée devant la justice16’. Enfin, les deux autels, réalisés par les Bonet et placés dans les autres chapelles absidiales, sont en marbre, décorés de bas-reliefs et surmontés d’une statue représentant respectivement la Vierge à l’enfant et Saint-Joseph artisan.

  • 17 Enlart C., Les villes d’art célèbres, Rouen, Paris, 1904, p. 87.
  • 18 Rapport présenté par Lefort, 12 janvier 1907 – AMH : 81/76/263/124.

13L’église Saint-Hilaire a reçu un accueil très favorable. Au Salon de 1878, le projet obtient une médaille de première classe et selon le rapport de Ferdinand Dutert au Congrès international des architectes, l’œuvre, de loin la plus intéressante parmi celles exposées, se distingue par l’unité et la simplicité de sa composition. Avant même la distribution des récompenses, l'Encyclopédie d’architecture publie également une notice complète du bâtiment et l’année suivante, le texte fait l’objet d’une publication à part. Avec le temps, cet engouement pour Saint-Hilaire ne s’est pas démenti. En 1904, Camille Enlart la consacre « plus jolie église moderne de Rouen17 » et trois ans plus tard, l’architecte en chef des Monuments historiques Lucien Lefort dépose une demande de classement. Cette requête qui n’aboutit pas est surprenante car, à la veille de la première Guerre Mondiale, seule une dizaine d’édifices datant du XIXe siècle figure sur la liste. Peut-être faut-il rapprocher cette initiative du fait, qu’un an auparavant, l’église Saint-Jean-de-Montmartre construite par Anatole de Baudot en 1902, avait été classée. Pourquoi Lefort n’aurait-il pas à son tour sollicité le classement pour un bâtiment qui, selon lui, mérite « une place d’honneur, dans l’architecture religieuse du XIXe siècle en France18 ». Quoi qu’il en soit, cette première construction fait date dans la carrière de Sauvageot. Elle témoigne de sa capacité à s’adapter aux exigences d’un commanditaire. Ses choix architecturaux et le traitement structurel révèlent son adéquation au courant rationaliste, tandis que le mobilier et le décor polychrome qu’il imagine attestent de l’influence de Viollet-le-Duc et de Duban. Saint-Hilaire constitue par ailleurs le seul exemple d’église construite pas notre architecte, qui sera seulement amené par la suite à agrandir celle de Grand-Couronne.

Fig. 47. A.Perrodin ; Saint-Hilaire au concile de Séleucie (à gauche) et Saint-Martin déposant les armes devant Saint-Hilaire (à droite), 1880-1883, fresque, Rouen, église Saint-Hilaire, abside et coupole du chœur. État actuel (Photo Yvon Miossec ©1977 Inventaire général du Patrimoine Culturel).

Fig. 48. A. Perrodin, La Sainte-Trinité, 1880-1883, fresque, Rouen, église SaintHilaire, cul-de-four. Etat actuel (Photo Yvon Miossec ©1977 Inventaire général du Patrimoine Culturel).

Fig. 49. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, maître-autel exécuté par la maison Figaret, 1877, orfèvrerie de bronze et pâte de verre coloré. Etat actuel (Photo Yvon Miossec ©1986 Inventaire général du Patrimoine Culturel).

Fig. 50. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, autel de la chapelle du cœur agonisant exécuté par la maison Figaret, 1877, orfèvrerie émaillée. État actuel (Photo Yvon Miossec ©1986 Inventaire général du Patrimoine Culturel).

L’aménagement de la synagogue de Rouen

  • 19 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 27 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-156.
  • 20 Lettre du préfet de SI au président de la communauté israélite, 7 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-156.
  • 21 Lettre du ministre chargé des Cultes au préfet de SI, 16 janvier 1880 – ADSM : 20P 1538-156.

14■ La synagogue de Rouen a été installée en 1864 dans l’ancienne église gothique Sainte-Marie-la-Petite. Situé dans le faubourg Cauchoise, l’édifice avait auparavant servi aux cultes catholique puis protestant, ce qui, sans être inédit, mérite tout de même d’être relevé. Au moment du rachat, la communauté israélite de la ville, constituée d’une cinquantaine de familles particulièrement pauvres, était dans l incapacité d’effectuer les premiers aménagements et il fallut attendre 1878 pour que le président du consistoire demande à Sauvageot un devis d’appropriation19. L’intervention directe de l’architecte municipal est courante, les consistoires se considérant désormais comme des rouages administratifs à part entière qui, de ce fait, se doivent de favoriser l’emploi des praticiens officiels. De plus, ce choix permet généralement de faciliter l’obtention de subventions de la part des administrations locales. Sauvageot remet deux projets évalués, l’un, à 32 000 francs et l’autre, à près de 45 000 francs ; ce dernier est retenu. Toutefois, la communauté n’étant absolument pas en mesure de financer les travaux, elle fait appel au conseil municipal, au conseil général ainsi qu’au ministère de l’Intérieur et des Cultes pour l’aider. Il faut attendre février 1879 pour que la question soit enfin débattue par le conseil municipal qui accorde une subvention de 15 000 francs, à condition qu’à l’avenir cet immeuble – ou tout autre d’importance au moins égale – reste affecté à l’usage de temple israélite. En mai, le conseil général octroie à son tour 5 000 francs20. Le ministère est plus difficile à convaincre : refusant d’apporter les 14000 francs subsidiaires, sa participation est ramenée à 8 000 francs21, tandis que la part restante sera finalement comblée par de généreux donateurs. Les travaux débutés en 1880 sont achevés deux ans plus tard.

  • 22 Devis dressé par Sauvageot, 20 janvier 1878 – ADSM : 20P 1538-156.

15Située à l’angle des rues des Bons-Enfants et de la Prison, l’église Sainte-Marie la Petite a été édifiée à la fin du XVe siècle, avec une simple nef charpentée. Lorsque Sauvageot débute ses travaux, les façades sont encore en partie masquées par des vieilles maisons en pans de bois, notamment sur la rue de la Prison. Il entreprend donc de dégager l’édifice et procède à une reprise générale des parties abîmées (Fig. 51 et 52)22. Plusieurs portes donnant sur la rue de la Prison et sur la cour de la propriété voisine au sud sont bouchées. Seule l’entrée de la rue des Bons-Enfants est maintenue et celle-ci étant frappée d’alignement, Sauvageot en profite pour modifier les abords. Il clôt l’église d’un mur de pierres et de briques, surmonté d’une grille en fer forgé sur la rue de la Prison, tandis qu’un petit jardin paysagé et pavé de grès est ouvert devant la synagogue. Sur la rue de la Prison, il ajoute un petit bâtiment en retour sur la tour octogonale, percé de deux petites fenêtres formant le pendant du cabinet du rabbin et dans lequel il installe les sanitaires. Le tout est en maçonnerie de briques enduites de plâtre. Avec ses façades parfaitement alignées sur la voie publique, sa grille et son jardin qui l’isolent en même temps qu’ils la signalent, la synagogue devient ainsi un repaire dans la ville, bien que rien n’indique en extérieur à quel culte elle est dédiée. C’est donc à travers les aménagements intérieurs et la décoration que l’architecte va exprimer la judéité de l’édifice.

Fig. 51. L. Sauvageot, Appropriation de la synagogue de Rouen dans l’ancienne église Sainte-Marie la Petite, rues de la Prison et des Bons-Enfants. Elévation sur la rue de la Prison, 20 janvier 1878, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 52. Rouen, Synagogue, vue de l’entrée rue des Bons-Enfants, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

16L’entrée de la rue des Bons-Enfants ouvre sur un tambour qui dessert le rez-de-chaussée ainsi que l’escalier de la tribune réservée aux femmes, conformément aux préceptes du talmud. Sauvageot procède à une reprise complète de l’intérieur, notamment des charpentes, du revêtement en bois du berceau de la voûte et de la tribune installée par Edmond Lévy en 1864-1865. Là, il refait également le plancher et réserve le carrelage en terre cuite pour le rez-de-chaussée. Il modèle le reste de l’espace, selon les besoins et les nécessités du culte, grâce à un système de cloisons en briques. Enfin, il installe une chambre pour le calorifère et une réserve à charbon au rez-de-chaussée, contre le mur ouest. En ce qui concerne les dispositions, la place de la bima fait débat. Si la tradition veut qu elle soit centrée, l’introduction du plan basilical au cours de cette période – issu des modèles antiques, du temple de Jérusalem et de l’église – va considérablement modifier les usages. L’organisation intérieure de la synagogue de Rouen illustre d’autant mieux ces changements que le plan basilical de l’ancienne église gothique laisse peu de choix à l’architecte.

17Le temple s’organise à partir du sanctuaire formé par la partie octogonale longeant la rue de la Prison et dans lequel une niche surélevée par quelques marches accueille l’arche sainte (Fig. 53). La bima s’en rapproche et n’est plus au centre de l’église. Isolée par un ambon et complétée par une chaire, elle illustre cette séparation qui s’instaure alors entre l’espace de culte proprement dit et celui de l’assistance, caractérisé par ses bancs installés transversalement face à l’officiant. L’ancien mobilier est réutilisé et complété, puisqu’à la demande du consistoire, la capacité d’accueil est considérablement augmentée (pour les hommes par exemple, on passe de 69 à 175 places). La tribune est sans doute la partie la plus intéressante car, pour gagner un peu d’espace, Sauvageot opte pour une structure supportée par huit colonnettes en fonte. Ce parti rappelle celui adopté dans la synagogue de la rue Notre-Dame de Nazareth (à Paris) par Thierry en 1851-1852 pour remplacer les énormes colonnes en pierre, parti dont nombre d’architectes vont s’inspirer jusqu’à la fin du siècle. Le plus souvent, comme c’est le cas à Rouen, il ne s’agit en aucun cas d’un système complet d’arcs métalliques, seules quelques colonnettes soutenant la tribune.

18Dans le domaine de la décoration, une symbolique juive se dégage, caractérisée par son dépouillement traditionnel dans le respect de l’interdit pesant sur la représentation. L’art synagogal du XIXe siècle est donc entièrement symbolique et ornemental. Le répertoire iconographique multiplie les emprunts à l’art byzantin iconoclaste et à l’art oriental, dans une corrélation que l’on doit encore une fois à l'architecte Thierry. Le programme décoratif préparé par Sauvageot est d’une grande sobriété puisque de simples filages ornent les murs, les boiseries et soulignent les structures. Quelques références antiques se mêlent aux éléments symboliques, comme les tables de la Loi, les palmes et le ciel étoilé du sanctuaire. Les anciens vitraux en grisaille, ornés de dessins très simples où la représentation humaine est exclue, vont également être refaits à neuf pour former avec le reste du décor un mélange harmonieux.

Fig. 53. L. Sauvageot, Appropriation de la synagogue de Rouen dans l’ancienne église Sainte-Marie la Petite, rues de la Prison et des Bons-Enfants. Coupe transversale, 20 janvier 1878, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

  • 23 La synagogue est reconstruite après 1945 sur les plans de E. Herr, G. François et R. Duménil.

19De cet ensemble il ne reste rien car la synagogue sera détruite par les bombardements de la seconde Guerre Mondiale puis reconstruite dans le même secteur mais selon des dispositions très différentes23. Toutefois, cette étude souligne encore une fois la capacité de Sauvageot à s’adapter au programme, en l’occurrence transformer une ancienne église gothique en synagogue. Elle témoigne également de sa parfaite connaissance des débats architecturaux de l’époque et elle offre l’un des rares exemples – avec la salle de lecture de la bibliothèque municipale – d’emploi du fer apparent dans son œuvre.

Notes

1 PV d’adjudication des travaux, 24 avril 1874 (à l’exception du PV d’adjudication des travaux de charpente, 23 mai 1874) – ADSM : V7 206.

2 Extr. reg. délit », de la ville de Rouen, 17 avril 1874 – ADSM : V7 206.

3 Id., 27 octobre 1876 – AMR : 2M1. Église Saint-Hilaire, dossier : délibérations (1875-1972).

4 Minute de lettre du ministère des Beaux-Arts, 25 juin 1880 – AN : F21 4405.

5 Sauvageot L., Notice sur l’église Saint-Hilaire…, op. cit., p. 13.

6 Lettre du président du conseil de la fabrique au maire de Rouen, 20 janvier 1874 – ADSM : V7 206.

7 À titre d’exemples, l’église Saint-Denis-de-l’Estrée construite par Viollet-le-Duc revient à 747 francs par mètre carré pour 1 823 m2 et Saint-Jean de Belleville de Lassus à 578 francs par mètre carré pour 1 645 m2

8 . L’église Notre-Dame de Clignancourt édifiée par Paul-Eugène Lequeux coûte 519 francs par mètre carré pour 1 980 m2 et Saint-Pierre de Montrouge de Vaudremer, 885 francs par mètre carré pour 1 550 m2 (Cf. Thomine A., Emile Vaudremer, 1829-1914, La rigueur de l’architecture publique, Paris, 2004.p. 86).

9 Sauvageot L., Notice sur l’église Saint-Hilaire..., op. cit., p. 25.

10 Ibid.

11 Id., p. 15.

12 Id., p. 17.

13 Viollet-le-Duc E.-E., Entretiens..., op. cit., vol. 1, p. 451.

14 Sauvageot L., Notice sur l’église Saint-Hilaire..., op. cit., p. 25.

15 De Baudot A., Églises de bourgs et villages, Paris, 1867, 2 vol.

16 Benoit-Cattin R., « Autels et retables rouennais du XVe au XIXe siècle », Bul, des Amis des Monuments Rouennais, octobre 1987-septembre 1988, p. 27-28.

17 Enlart C., Les villes d’art célèbres, Rouen, Paris, 1904, p. 87.

18 Rapport présenté par Lefort, 12 janvier 1907 – AMH : 81/76/263/124.

19 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 27 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-156.

20 Lettre du préfet de SI au président de la communauté israélite, 7 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-156.

21 Lettre du ministre chargé des Cultes au préfet de SI, 16 janvier 1880 – ADSM : 20P 1538-156.

22 Devis dressé par Sauvageot, 20 janvier 1878 – ADSM : 20P 1538-156.

23 La synagogue est reconstruite après 1945 sur les plans de E. Herr, G. François et R. Duménil.

Table des illustrations

Légende Fig. 35. L Sauvageot, Plan d’ensemble de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen…, Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 36. L. Sauvageot, Plan de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen.... Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 37. Rouen, Vue générale de l’église Saint-Hilaire depuis le chevet, vers 1878, photographie, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 38. Rouen, Église Saint-Hilaire, vue générale de la façade méridionale le long de la route de Darnétal. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 39 L. Sauvageot, Façade ouest de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 40. L. Sauvageot, Détail de la distribution des masses en extérieur, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 41. L. Sauvageot, Détail de la distribution des masses en intérieur, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 42. L. Sauvageot, Façade méridionale de l’église SaintHilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 43. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, vue générale des façades septentrionale et occidentale. Etat actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 44. L. Sauvageot, Coupe indiquant le mode de construction de l’église Saint-Hilaire, gravure, extr. de Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen..., Paris, 1879 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 45. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, détail du clocher. État actuel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig 46. L Sauvageot, Église SaintHilaire, indications des décorations projetées, s. d., Paris, Archives nationales (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 47. A.Perrodin ; Saint-Hilaire au concile de Séleucie (à gauche) et Saint-Martin déposant les armes devant Saint-Hilaire (à droite), 1880-1883, fresque, Rouen, église Saint-Hilaire, abside et coupole du chœur. État actuel (Photo Yvon Miossec ©1977 Inventaire général du Patrimoine Culturel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 48. A. Perrodin, La Sainte-Trinité, 1880-1883, fresque, Rouen, église SaintHilaire, cul-de-four. Etat actuel (Photo Yvon Miossec ©1977 Inventaire général du Patrimoine Culturel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Fig. 49. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, maître-autel exécuté par la maison Figaret, 1877, orfèvrerie de bronze et pâte de verre coloré. Etat actuel (Photo Yvon Miossec ©1986 Inventaire général du Patrimoine Culturel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 50. Rouen, Eglise Saint-Hilaire, autel de la chapelle du cœur agonisant exécuté par la maison Figaret, 1877, orfèvrerie émaillée. État actuel (Photo Yvon Miossec ©1986 Inventaire général du Patrimoine Culturel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 51. L. Sauvageot, Appropriation de la synagogue de Rouen dans l’ancienne église Sainte-Marie la Petite, rues de la Prison et des Bons-Enfants. Elévation sur la rue de la Prison, 20 janvier 1878, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 52. Rouen, Synagogue, vue de l’entrée rue des Bons-Enfants, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Fig. 53. L. Sauvageot, Appropriation de la synagogue de Rouen dans l’ancienne église Sainte-Marie la Petite, rues de la Prison et des Bons-Enfants. Coupe transversale, 20 janvier 1878, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7082/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 443k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search