Version classiqueVersion mobile

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Troisième partie. Les constructions publiques, religieuses et privées

Les aménagements urbains

Texte intégral

Travaux d’utilité commerciale et fiscale

Le marché Saint-Sever (Fig. 18)

  • 1 Devis dressé par Sauvageot, 14 décembre 1877 – ADSM : 20P 1538-69.

1Dans les années 1870, Sauvageot est chargé de concevoir les bâtiments provisoires d’un nouveau marché dans le quartier Saint-Sever, entre les rues d’Elbeuf et Saint-Julien. Son projet remis à la fin de l’année 1877 est adopté au début de l’année suivante. Les quatre petites échoppes se présentent comme des baraquements mobiles en bois fermant par un auvent à charnières, compartimentés pour accueillir trois commerçants1. La boucherie est dotée d’un comptoir en bois doublé de zinc et d’une seconde table, dans le fond, pour la découpe de la viande avec des crochets en fer fixés sur des tringles pour suspendre les morceaux. La poissonnerie offre des dispositions presque identiques. La boulangerie et l’échoppe des légumes disposent quant à elles d’une seule table de vente en bois et de petites tablettes pour présenter les produits. Ce petit marché restera à l’état provisoire avant de disparaître complètement.

Fig. 18. L. Sauvageot, Boutiques du nouveau marché Saint-Sever à Rouen. Elévation principale, 14 décembre 1877, plume et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives dépa rtemen taies de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 19. L. Sauvageot, Barrière d’octroi à construire à Rouen, rue d’Elbeuf, 1er août 1873, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 20. L. Sauvageot, Barrière d’octroi à construire à Rouen, route de Neufchâtel, 1er août 1873, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 21. L. Sauvageot, Barrière d’octroi à construire à Rouen, route de Caen, 1er août 1873, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Reconstruction et déplacement des barrières d’octroi

  • 2 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 22 novembre 1873 – ADSM : 20P 1538-91.

2Depuis le Moyen Âge, l’octroi assure une bonne part des revenus municipaux et cette taxe, perçue sur tous les produits et les matériaux entrant dans la ville, représente encore près de la moitié des recettes à la veille de la première Guerre Mondiale. L’État encourage pourtant depuis la fin du XIXe siècle la suppression de ce système, véritable frein à la circulation et au commerce. À Rouen, son abolition sera repoussée jusqu’en 1927, faute d’accord sur les taxes de remplacement et sur le devenir des 180 personnes dépendant du service. En 1873, Sauvageot est donc amené à reconstruire trois des trente barrières d’octroi qui cernent la ville : celles des routes de Caen, de Neufchâtel et de la rue d’Elbeuf (Fig. 19 à 21). C’est un investissement important puisque la dépense s’élève à près de 30 000 francs. Les plans conçus en collaboration avec le directeur du service de l’octroi sont avant tout fonctionnels. Dans les trois cas, des grilles hautes de 2 mètres et disposées de part et d’autre de la rue, encadrent les barrières mobiles proprement dites. Leur profil est réduit à la plus grande simplicité et dans un souci de pérennité, le bois traditionnellement utilisé est remplacé par du fer2.

Travaux d’assainissement

Les cimetières

  • 3 Devis dressés par Sauvageot, 1er mai 1876 et 17 juillet 1876 – ADSM : 7V1 106.
  • 4 Rapport de l’ingénieur-voyer, 22 mars 1881 – ADSM : 7V1 106.

3Sauvageot se voit chargé en 1876 de dresser les devis des deux nouveaux cimetières de la rive droite situés, l’un au nord sur la côte des Sapins et l’autre, à l’Ouest au débouché de la rue du Renard sur le versant de Mont-Saint-Aignan (Fig. 22 et 23). En 1878, les projets sont déclarés d’utilité publique. Toutefois, la voirie des cimetières tout comme la gestion des concessions de sépultures échappant à ses compétences peu de temps après, ses plans ne seront pas mis en œuvre. Pour la première fois, les différents cultes doivent être réunis dans une même nécropole. Les plans sont conçus selon le même principe, l’accès par une place circulaire permettant aux voitures de se garer et l’entrée donnant sur une allée centrale couverte de gravier et bordée de pelouse3. Le tout est clos par un mur en maçonnerie de silex chaîné en brique et recouvert d’un chaperon tout en brique. Seule la distribution des chemins secondaires varie d’un programme à l’autre selon la forme du terrain. Sur la parcelle rectangulaire du cimetière de l’Ouest, Sauvageot propose une répartition parfaitement symétrique des allées à partir d’un point central, le calvaire. Cette disposition qui nécessite un important travail de terrassement ne sera pas reprise par l’ingénieur-voyer Maltet, celui-ci préférant un système beaucoup moins onéreux de chemins curvilignes épousant les déclivités naturelles du sol4. Sauvageot opte également pour cette solution pour le cimetière du Nord et si l’allée centrale aboutit toujours au calvaire qui dessert une partie des sentiers, il n’y a plus un seul point de convergence, les voies rectilignes et curvilignes secondaires étant réparties en fonction de la pente.

Les urinoirs publics

  • 5 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 23 avril 1880 – ADSM : 20P 1538-138.
  • 6 Id., 23 février 1877 – ADSM : 20P 1538-138.
  • 7 Id., 30 novembre 1877 – ADSM : 20P 1538-138.

4Le développement de la distribution d’eau et du réseau des aqueducs permet l’installation de commodités dans la ville. Jusque-là, des baquets à l’air libre servaient de toilettes publiques avec les nuisances que cela suppose. Pour y remédier, Sauvageot est amené à concevoir à partir de 1872 un ensemble d’urinoirs et de cabinets d’aisances perfectionnés dont l’entretien est confié en 1 880 à l’entreprise Berson5. Les nouveaux appareils sont placés en des points stratégiques de la ville, essentiellement sur la rive droite. Ce sont en premier lieu le square Solférino et le jardin de Saint-Ouen, avec des pavillons relativement onéreux, de 10 000 francs chacun (Fig. 24). Quatre ans plus tard, les élus mettent en œuvre un plan beaucoup plus ambitieux car il s’agit cette fois d’établir onze nouveaux groupes d’urinoirs dans les endroits les plus fréquentés du centre6. Ce dispositif initial est complété par la suite de manière ponctuelle le long des grandes artères, sur les places, les marchés, les quais et dans les principaux bâtiments administratifs. En 1878 par exemple, l’hôtel de la Douane est équipé d’urinoirs en intérieur et en extérieur7. La même année, Sauvageot conçoit deux autres projets destinés à la place de la Halle-au-Blé et à celle du Marché-aux-Bestiaux des Emmurés sur la rive gauche, où la nouvelle distribution d’eau permet enfin le développement des mesures d’hygiène. Enfin, il est chargé d’étudier deux ans plus tard un projet de pavillon à usage de toilettes publiques dans le jardin Martainville.

Fig. 22. L. Sauvageot, Plan pour la construction d’un cimetière sur la côte des Sapins (projet non exécuté), 17 juillet 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 23. L. Sauvageot, Plan pour la construction d’un cimetière à l’extrémité de la rue du Renard (projet non exécuté), 1er mai 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

  • 8 Devis dressés par Sauvageot, 25 mars 1872 et 16 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-59.
  • 9 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 juin 1878 – ADSM : 20P 1538-138.
  • 10 Devis dressé par Sauvageot, 21 octobre 1876 – ADSM : 20P 1538-38.

5Les plans varient en fonction des lieux, l’architecte cherchant avant tout à intégrer ces équipements dans leur environnement. Plusieurs types architecturaux se distinguent dont le plus intéressant est celui imaginé pour les jardins publics (Solférino, Saint-Ouen et Martainville)8. Là, il crée des petits pavillons, avec un socle en pierre, une structure en bois et de la brique en guise de remplissage et couverts par un toit à double pente en zinc. En façade, deux portes latérales encadrent le local du surveillant et l’ensemble n’est pas exempt d’un certain pittoresque. Ainsi, les portes à persiennes en chêne qui sont là pour faciliter la ventilation apportent en même temps une note esthétique. De même, l’austérité de la brique rouge est rompue par des incrustations de briques blanches ou vitrifiées qui créent des touches colorées et par les remplissages des cloisons intérieures en briques violettes. Les urinoirs installés dans les autres points de la ville sont au contraire beaucoup plus simples. Certains sont encastrés directement dans un mur comme celui de la place de la Halle-au-Blé9. Ceux des quais sont placés dans l’alignement des réverbères, disposés autour de l’un d’eux et séparés du reste de la voie publique par un écran en tôle établi sur plan ovale. La plupart sont cependant appuyés contre un mur et reprennent le principe de l’écran en fer en guise de séparation. Le petit bâtiment construit sur le boulevard Cauchoise en est l’exemple le plus élaboré (Fig. 25)10. Édifié sur une bordure en granit bleu dans laquelle sont scellés des montants en fer retenant des écrans en tôle, il est surmonté d’un grillage qui facilite l’aération. La toiture plate en zinc est ornée d’un lambrequin dentelé et de moulures en fer au niveau des corniches qui apportent une note ornementale à l’ensemble. Dans ce cas, le modèle de latrines est conçu dans la même veine que le reste du mobilier urbain également dessiné par Sauvageot.

Fig. 24. L. Sauvageot, Établissement d’urinoirs et de cabinets d’aisances dans le square Solférino et le jardin de l’Hôtel-de-ville. Élévation, 18 janvier 1872, plume et lavis sur calque contrecollé Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 25. L. Sauvageot, Établissement d’urinoirs sur le boulevard Cauchoise. Elévation, coupe et plan, 21 octobre 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).

L’ornement urbain

Le mobilier urbain

  • 11 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 18 avril 1873.
  • 12 Id., 22 juillet 1881.
  • 13 Facture de la société Lacarrière frères, Delatour et Cie, 29 mars 1879 - AMR : 103. Éclairage publ (...)

6Le mobilier urbain est une invention du Second Empire qui fait une large place à la fonte de fer, un matériau à la fois économique, résistant, facile à mettre en œuvre par simple moulage et qui permet d’imiter le long et difficile travail de la ferronnerie. Dès 1873, Sauvageot est invité à dessiner un nouveau modèle de bancs à l’usage des promenades publiques de la ville (Fig. 26)11. Deux ans plus tard, soixante exemplaires sont déjà en place, exécutés par Antoine Durenne. Le modèle estimé à 270 francs pièce est de type standard. Encastré dans le sol, il mesure trois mètres de long et se compose de quatre pieds dans lesquels des tiges de fer sont insérées pour faciliter le scellement. Des traverses forment un châssis boulonné sur ces pieds, dans lequel sont placées de minces plaques de fonte formant l’assise. L’ornementation est recherchée puisque les pieds sont en forme de pilastres, l’assise est décorée d’étoiles et enfin, les traverses sont ajourées et ornées de rinceaux avec au centre, les armes de la ville. L’ensemble va très rapidement s’avérer défectueux et rouiller12, sans que l’on sache s’il s’agit d’un manque d’entretien ou plutôt d’un défaut de fabrication. À partir de 1879, ces bancs seront systématiquement remplacés par des exemplaires conçus par un artisan local, Dubos. Pour le cours Boieldieu notamment, celui-ci propose un modèle double en chêne avec des pieds en fonte portant les armes de la ville, beaucoup moins onéreux, puisque chaque pièce coûte 60 francs. En dehors des urinoirs et des bancs, le mobilier urbain courant est le plus souvent commandé directement dans les catalogues des fondeurs. Dans le domaine de l’éclairage, des centaines de modèles différents sont ainsi diffusés à partir du Répertoire officiel des candélabres de la ville de Paris. La municipalité rouennaise opte d’ailleurs pour le fournisseur de la capitale, la société Lacarrière frères, Delatour et Cie, à qui elle commande en 1879, une vingtaine de candélabres consoles (« nouveau modèle de la ville de Paris13 ») et des fûts de candélabres d’urinoirs.

Fig. 26. L. Sauvageot, Bancs en fonte de fer sur les quais et boulevards de Rouen. Dessus, élévation coupes et assemblage, gravure extr. de l’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. IV, 1875, pl. 305 (Cl. Sophie Nasi).

Le kiosque à musique du jardin de l’Hôtel-de-Ville

  • 14 Cf. Sauvageot L., « Le kiosque des musiciens dans le jardin de l’Hôtel de Ville de Rouen », EA, 2e(...)
  • 15 Devis dressé par Sauvageot, 15 février 1874 – ADSM : 20P 1538-59.

7Sauvageot participe également aux travaux entrepris dans les parcs, en particulier dans le jardin de l’Hôtel-de-Ville, où il construit en 1874 un kiosque à musique inauguré l’année suivante (Fig. 27 à 29)14. Symbole de la fête, ce type d’architecture hérité des pavillons de jardins orientaux connaît alors un grand succès populaire et offre peu de variantes d’un exemplaire à l’autre. Conçu pour abriter 45 musiciens placés en cercle sur un seul rang, le modèle rouennais est établi sur plan octogonal avec huit colonnes portant une toiture en zinc et s’élevant depuis une assise en maçonnerie de briques15. Cette base permet de porter le son, tandis que le plancher sert de caisse de résonance et que le toit en abat-voix facilite la diffusion de la musique. La structure est donc entièrement réfléchie en fonction de l’acoustique ce qui explique en grande partie la fixité du modèle. Le décor offre au contraire d’infinies possibilités avec quelques constantes, comme les jeux de polychromie et le découpage orné des couvertures. Entièrement conçu en bois, le kiosque du jardin de l’Hôtel-de-Ville est d’une grande finesse, avec sa balustrade en sapin mouluré et ses poteaux évoquant des mâts reliés par des arcades cintrées et ajourées. La frise bordant la couverture forme un élégant motif de palmettes, simplement interrompu par de petits cartouches surmontés d’un fronton triangulaire orné d’un masque. La lanterne à dôme octogonal couronnant cet ensemble est enrichie sur ses faces de châssis vitrés également pourvus de frontons. Le tout est dominé par un épi élancé qui vient contrebalancer les lignes horizontales marquées de la balustrade et de la frise. Les masques, les palmettes et les frontons ouvragés sont autant d’emprunts au monde gréco-oriental qui font de ce kiosque l’un des rares exemples d’éclectisme dans l’œuvre de Sauvageot, à l’instar du théâtre des Arts avec lequel il partage une même fonction et une même vocation festive. En 1881, il sera doté d’un éclairage au gaz et il restera en usage jusqu’en 1948, avant d’être démoli deux ans plus tard.

La fontaine Sainte-Marie

  • 16 Cf. Lucius, « Concours pour la construction d’un château d’eau à Rouen », Moniteur des architectes (...)
  • 17 Le premier devis de Falguière n’excédait pas 86 000 francs, mais Sauvageot démontra que les prix é (...)
  • 18 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 avril 1874 et 16 octobre 1874.
  • 19 Vlollet-le-Duc E.-E., « Projet de château d’eau pour la ville de Rouen », EA, 2e série, t. III, 18 (...)

8Lorsque la municipalité organise en 1873 un concours pour la construction d’un château d’eau sur le réservoir Sainte-Marie, il s’agit de mener à bien un projet plus ancien, hérité du Second Empire : dès les années I860, les élus ont en effet manifesté le désir d’édifier à cet emplacement une fontaine monumentale, matérialisant et magnifiant tous les grands travaux de captage et d’adduction d’eau entrepris à Rouen depuis le début du siècle. Le concours ouvert durant l’été est restreint à quelques candidats, chargés de s’entendre avec Sauvageot pour la partie architectonique des œuvres. Tous vont refuser cette collaboration, à l’exception de Bartholdi, de Cugnot et de Leharivel-Durocher. Selon le programme, les devis ne devaient pas excéder 80000 francs, sous peine d’élimination ; il n’en sera rien16. Rapidement, le projet présenté par Bartholdi et Sauvageot, ainsi que celui proposé par Falguière, vont se distinguer. Ce dernier a déjà la préférence car il rentre dans le prix requis, mais après vérification, Sauvageot démontrera que son coût est sous-estimé d’un facteur deux17. Au mépris des règles les plus élémentaires de l’équité, Falguière sera alors autorisé à présenter une nouvelle étude et, après réclamation, les autres concurrents obtiendront aussi un délai pour reprendre leurs dessins. En mars 1874, une exposition publique des projets est finalement organisée à la mairie et deux artistes supplémentaires, les rouennais Trugard et Loisel, sont invités à participer au concours. Très vite, une polémique s’engage entre les partisans de la fontaine proposée par Bartholdi et Sauvageot et ceux favorables à Falguière. Ce dernier l’emporte et les élus demandent alors à l’architecte municipal de reprendre les dessins avec le lauréat et surtout, de diriger la mise en œuvre du chantier18. Il refuse, arguant qu’il n’y a « aucune garantie, soit au point de vue de l’art, soit au point de vue des dépenses19 ». Sans doute ne souhaite-il pas non plus s’engager avec un artiste qui a refusé sa collaboration et avec lequel il s’est retrouvé par la suite en concurrence. L’architecte Deperthes est donc désigné pour le remplacer, un choix propre à satisfaire les différents intervenants puisqu’il est l’un des collaborateurs réguliers du sculpteur et que les deux hommes exécutent au même moment le monument à Jean-Baptiste de la Salle sur la place Saint-Sever.

Fig. 27. L. Sauvageot, Kiosque des musiciens dans le jardin de l’Hôtel de ville de Rouen. Vue générale, gravure extr. de l’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. V, 1876, pl. 353 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 28. Rouen, Vue du kiosque à musique du jardin de l’Hôtel-de-ville détruit en 1951, après 1881, photographie, Rouen, collection particulière de Monsieur Alfred Morel (Cl. Sophie Nasi).

Fig 29. L. Sauvageot, Kiosque des musiciens dans le jardin de l’Hôtel de ville de Rouen. Détail d'un angle du socle, appareils des angles, plan du soubassement, charpente du plancher et plan au-dessus du plancher, gravure extr. del’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. V, 1876, pl. 349 (Cl. Sophie Nasi).

  • 20 Il s’élève à 140 000 francs.
  • 21 Extrait du J de R, cité in : Lucius, « Concours... », op. cit., p. 55.

9Le projet conçu par Bartholdi et Sauvageot (Fig. 30) ne manque pas d’intérêt bien qu’il n’ait pas remporté le concours. À l’exception du montant estimatif qui excède largement les 80000 francs recommandés20, il répond point par point aux contraintes du programme qui précisait que le monument devait masquer en partie les escarpements en arrière du bassin et former une perspective sur la rue de la République. La fontaine proprement dite devait s’organiser à partir d’un escalier à double rampe (divisé à partir d’un palier central) montant le long de la face antérieure des réservoirs et encadrant un bassin placé au-dessus. Là, un jeu de « chutes successives à travers les accidents de compositions imaginés par les concurrents21 », permettrait d’oxygéner l’eau avant d’entrer dans les réservoirs. La fontaine de Bartholdi se compose d’une figure féminine, assise dans une niche, occupant la partie centrale d’un édicule surmonté d’un fronton aux armes de Rouen, d’un dôme et flanqué de deux arcades ornées entre autres, de pilastres et de vases. Tout autour, les eaux se déversent de vasques étagées. La statue allégorique guide quatre fougueux chevaux en bronze, s’élançant et bondissant dans la nappe d’eau alimentant le bassin. En dehors de ses qualités esthétiques indéniables et de l’impression de vie qui s’en dégage, l’étude est intéressante dans la mesure où elle n’est pas sans rappeler la partie centrale du château d’eau du palais Longchamp de Marseille. Cette comparaison porte en particulier sur la composition générale et le décor architectonique, mais elle n’est absolument pas valable pour l’échelle et les thèmes allégoriques représentés. Or, Bartholdi est en conflit depuis les années 1860 avec la municipalité phocéenne qui l’avait chargé du projet, avant d’être évincé au profit d’Henry Espérandieu. Ce dernier l’avait alors plagié et Bartholdi eut toutes les peines du monde à faire reconnaître sa propriété artistique.

  • 22 Ibid.
  • 23 Rapport de la commission d’architecture de SI, non daté [novembre 1874-janvier 1875] – ADSM : 20P (...)
  • 24 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 octobre 1879 – ADSM : 2OP 1538-121 bis.

10Bartholdi est le seul parmi les concurrents à présenter une fontaine intégrant un fond et c’est précisément ce point qui divise l’opinion publique car, si le principe est conforme au programme d’un château d’eau, d’aucuns considèrent qu’il faut « s’en tenir à un motif purement sculptural22 ». Parmi les membres de la commission municipale chargée du dossier, le directeur de l’Académie de peinture Morin estime notamment qu’un monument irrégulier convient mieux avec l’environnement. La commission départementale d’architecture se montre plus sceptique et insiste au contraire sur la nécessité de créer un fond, au moins végétal, pour masquer les maisons alentour et unifier la composition23. Malgré cette recommandation, aucun crédit n’est affecté à cet usage et ce n’est qu’à la veille de l’inauguration en octobre 1879 du monument conçu par Deperthes et Falguière, que les élus décident d’installer un décor de feuillage formant un rideau (Fig. 31)24. Mais, le résultat est jugé décevant et l’installation est supprimée peu de temps après, sans que l’on parvienne à trouver une solution au problème de l’intégration. De ce point de vue, le projet de Bartholdi et Sauvageot était finalement mieux conçu, dans une vision plus globale. D’aspect plus monumental, il offrait, grâce au décor architectural, un écrin aux éléments de sculpture, le tout dans une intéressante perspective en haut de la rue de la République. Toutefois, l’œuvre n’aurait probablement pas été exécutée telle quelle apparaît sur les études graphiques. L’ensemble semble en effet un peu disproportionné, hors d’échelle, et nous rappelle que dans le cadre d’un concours public de cette nature, l’objectif est avant tout de créer un effet le plus séduisant possible.

Fig. 30. L. Sauvageot et A. Bartholdi, Projet de château d’eau pour la ville de Rouen sur le réservoir de Sainte-Marie, rue de la République (nnon exécuté), gravure, extr. de l’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. III, 1874, pl. 232 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 31. Rouen, Vue de la fontaine Sainte-Marie exécutée par Deperthes et Falguière en haut de la rue de la République (actuelle rue L. Ricard), vers 1879-1880, photographie (Cl. Sophie Nasi).

Les décors éphémères : le centenaire de la naissance de Boieldieu

  • 25 Id., 29 avril 1881.

11La tradition des architectures éphémères célébrant sous l’Ancien Régime les entrées royales s’est prolongée tout au long du XIXe siècle et même au-delà, lors des visites impériales ou présidentielles, des grandes expositions ou encore des cérémonies commémorant des évènements historiques de portée nationale ou plus locale. Ces manifestations souvent très marquées politiquement, sont prétexte à l’organisation de grandes fêtes durant lesquelles la ville est mise en scène, au moyen de décors et d’arcs de triomphe éphémères élevés dans des matériaux peu coûteux (la toile, le bois et le plâtre). Sauvageot participe plus particulièrement aux manifestations organisées en juin 1875 pour le centenaire de la naissance de Boieldieu, pour lesquelles il recrée les anciennes portes fortifiées de Saint-Hilaire et de Cauchoise, ainsi qu’un arc de triomphe installé au haut de la rue Jeanne d’Arc (Fig. 32). Cet ensemble culminant à 17 mètres de haut pour 18 mètres de large se compose d’une arche en plein cintre enjambant la rue, encadrée de deux ouvertures plus petites au niveau des trottoirs pour le passage des piétons. La partie centrale, flanquée de deux colonnes cannelées aux chapiteaux ornés de feuilles d’acanthe, est surmontée d’une architrave portant l’inscription « À Boieldieu » et d’une frise mentionnant les principales œuvres du compositeur. Le couronnement du fronton est également orné d’une statue représentant l’artiste, entouré de génies lui tressant des couronnes, motif remplacé du côté nord par un génie s’envolant et portant sur sa tête une lyre colossale. En ce qui concerne les deux portes démolies autour des années 1770, l’architecte en propose des reconstitutions relativement fidèles (Fig. 33 et 34). Dans le cas de l’entrée Saint-Hilaire édifiée au XIIIe siècle et dont un dessin est conservé à la bibliothèque municipale de la ville, il reprend les dispositions d’ensemble, avec deux grosses tours rondes flanquant l’entrée, la poterne, la niche centrale ornée d’une statue de Vierge à l’enfant et le couronnement. De même pour la porte Cauchoise, qui se distingue par ses deux tours crénelées, l’une ronde et l’autre carrée, ses mâchicoulis et ses archères. Ces décors en bois et en toile peinte seront en partie réutilisés lors des fêtes de bienfaisance organisée en juin 1880 avant d’être détruits25.

Fig. 32. Rouen, Arc de triomphe éphémère élevé dans le haut de la rue Jeanne-dArc d'après le projet de Sauvageot, lors des fêtes organisées en juin 1875 pour la célébration du centenaire de la naissance de Boieldieu, 1985, photographie (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 33. Rouen, Reconstitution éphémère de la porte Saint-Hilaire d'après le projet de Sauvageot, lors des fêtes organisées en juin 1875pour la célébration du centenaire de la naissance de Boieldieu, 1875, photographie (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 34. Rouen, Reconstitution éphémère de la porte Cauchoise d'après le projet de Sauvageot, lors des fêtes organisées en juin 1875pour la célébration du centenaire de la naissance de Boieldieu, 1875, photographie (Cl. Sophie Nasi).

Notes

1 Devis dressé par Sauvageot, 14 décembre 1877 – ADSM : 20P 1538-69.

2 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 22 novembre 1873 – ADSM : 20P 1538-91.

3 Devis dressés par Sauvageot, 1er mai 1876 et 17 juillet 1876 – ADSM : 7V1 106.

4 Rapport de l’ingénieur-voyer, 22 mars 1881 – ADSM : 7V1 106.

5 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 23 avril 1880 – ADSM : 20P 1538-138.

6 Id., 23 février 1877 – ADSM : 20P 1538-138.

7 Id., 30 novembre 1877 – ADSM : 20P 1538-138.

8 Devis dressés par Sauvageot, 25 mars 1872 et 16 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-59.

9 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 juin 1878 – ADSM : 20P 1538-138.

10 Devis dressé par Sauvageot, 21 octobre 1876 – ADSM : 20P 1538-38.

11 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 18 avril 1873.

12 Id., 22 juillet 1881.

13 Facture de la société Lacarrière frères, Delatour et Cie, 29 mars 1879 - AMR : 103. Éclairage public.

14 Cf. Sauvageot L., « Le kiosque des musiciens dans le jardin de l’Hôtel de Ville de Rouen », EA, 2e série, t. V, 1876, p. 103.

15 Devis dressé par Sauvageot, 15 février 1874 – ADSM : 20P 1538-59.

16 Cf. Lucius, « Concours pour la construction d’un château d’eau à Rouen », Moniteur des architectes, 1874, no 3, p. 54-58.

17 Le premier devis de Falguière n’excédait pas 86 000 francs, mais Sauvageot démontra que les prix étaient sous-estimés de près de moitié. En avril 1874, le conseil municipal adopta le projet pour la somme de 140 000 francs environ, sans compter la partie architecturale. Au total, plus de 240 000 francs vont être dépensés pour l’érection de la fontaine.

18 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 14 avril 1874 et 16 octobre 1874.

19 Vlollet-le-Duc E.-E., « Projet de château d’eau pour la ville de Rouen », EA, 2e série, t. III, 1874, p. 122.

20 Il s’élève à 140 000 francs.

21 Extrait du J de R, cité in : Lucius, « Concours... », op. cit., p. 55.

22 Ibid.

23 Rapport de la commission d’architecture de SI, non daté [novembre 1874-janvier 1875] – ADSM : 20P 1538-121 bis.

24 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 octobre 1879 – ADSM : 2OP 1538-121 bis.

25 Id., 29 avril 1881.

Table des illustrations

Légende Fig. 18. L. Sauvageot, Boutiques du nouveau marché Saint-Sever à Rouen. Elévation principale, 14 décembre 1877, plume et lavis sur papier de soie, Rouen, Archives dépa rtemen taies de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 19. L. Sauvageot, Barrière d’octroi à construire à Rouen, rue d’Elbeuf, 1er août 1873, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 20. L. Sauvageot, Barrière d’octroi à construire à Rouen, route de Neufchâtel, 1er août 1873, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 21. L. Sauvageot, Barrière d’octroi à construire à Rouen, route de Caen, 1er août 1873, plume et lavis sur papier cartonné, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 22. L. Sauvageot, Plan pour la construction d’un cimetière sur la côte des Sapins (projet non exécuté), 17 juillet 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 23. L. Sauvageot, Plan pour la construction d’un cimetière à l’extrémité de la rue du Renard (projet non exécuté), 1er mai 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 24. L. Sauvageot, Établissement d’urinoirs et de cabinets d’aisances dans le square Solférino et le jardin de l’Hôtel-de-ville. Élévation, 18 janvier 1872, plume et lavis sur calque contrecollé Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 25. L. Sauvageot, Établissement d’urinoirs sur le boulevard Cauchoise. Elévation, coupe et plan, 21 octobre 1876, plume et lavis sur calque, Rouen, Archives départementales de Seine-Maritime (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 26. L. Sauvageot, Bancs en fonte de fer sur les quais et boulevards de Rouen. Dessus, élévation coupes et assemblage, gravure extr. de l’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. IV, 1875, pl. 305 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Fig. 27. L. Sauvageot, Kiosque des musiciens dans le jardin de l’Hôtel de ville de Rouen. Vue générale, gravure extr. de l’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. V, 1876, pl. 353 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 28. Rouen, Vue du kiosque à musique du jardin de l’Hôtel-de-ville détruit en 1951, après 1881, photographie, Rouen, collection particulière de Monsieur Alfred Morel (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig 29. L. Sauvageot, Kiosque des musiciens dans le jardin de l’Hôtel de ville de Rouen. Détail d'un angle du socle, appareils des angles, plan du soubassement, charpente du plancher et plan au-dessus du plancher, gravure extr. del’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. V, 1876, pl. 349 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 30. L. Sauvageot et A. Bartholdi, Projet de château d’eau pour la ville de Rouen sur le réservoir de Sainte-Marie, rue de la République (nnon exécuté), gravure, extr. de l’Encylopédie d’architecture, 2e série, t. III, 1874, pl. 232 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 31. Rouen, Vue de la fontaine Sainte-Marie exécutée par Deperthes et Falguière en haut de la rue de la République (actuelle rue L. Ricard), vers 1879-1880, photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Fig. 32. Rouen, Arc de triomphe éphémère élevé dans le haut de la rue Jeanne-dArc d'après le projet de Sauvageot, lors des fêtes organisées en juin 1875 pour la célébration du centenaire de la naissance de Boieldieu, 1985, photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Fig. 33. Rouen, Reconstitution éphémère de la porte Saint-Hilaire d'après le projet de Sauvageot, lors des fêtes organisées en juin 1875pour la célébration du centenaire de la naissance de Boieldieu, 1875, photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Fig. 34. Rouen, Reconstitution éphémère de la porte Cauchoise d'après le projet de Sauvageot, lors des fêtes organisées en juin 1875pour la célébration du centenaire de la naissance de Boieldieu, 1875, photographie (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7081/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search