Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Deuxième partie. Urbanisme et architecture à Rouen à la fin du xixe siècle

Sauvageot, architecte du gouvernement à Rouen (1880-1904)

Texte intégral

L’architecte en chef des Monuments historiques

Le cadre de l’emploi

  • 1 Rapport du secrétaire général des Beaux-Arts, 3 février 1881 – AMH : 81/76/267/134.

1C’est en tant qu’architecte municipal que Sauvageot débute en 1874 la restauration de l’église Saint-Vincent sans en référer à l’administration centrale bien que l’édifice soit classé. Le fait est d’autant plus surprenant qu’une circulaire du ministère de l'Intérieur datée du 8 octobre 1874 rappelle que tous les travaux entrepris sur les Monuments historiques ne peuvent l’être sans l’autorisation de la commission et qu’en cas d’infraction, les préfets doivent prendre des mesures punitives. L’épisode témoigne en tout cas du flou qui existe autour de l’architecte en chef des Monuments historiques et de son statut. D’ailleurs, celui-ci n’en a pas à proprement parler et, à la différence du service des édifices diocésains qui apparaît déjà très structuré depuis le milieu du siècle, l’organisation reste sommaire jusque dans les années 1880-1890. Les prérogatives des architectes sont également mal définies et il faudra attendre la loi du 12 avril 1907 pour que leur statut soit officiellement énoncé. Pour le moment, leur mission première consiste à dresser et à mettre en œuvre les projets de réparation et de restauration des édifices classés autorisés par l’administration. L’attribution des chantiers se fait au coup par coup et les rapports sont soumis à l’avis de la commission des Monuments historiques qui décide ou non de donner suite aux dossiers. C’est ainsi que Sauvageot est désigné pour restaurer la Fierte de Saint-Romain en 1885 et le Gros-Horloge en 1889. En ce qui concerne les édifices religieux, la procédure est quelque peu différente et ce dernier n’hésite pas à soumettre directement des propositions de travaux au ministère, pratique qui n’est pas sans rappeler le service des Édifices diocésains. De fait, la nomination de Sauvageot comme architecte diocésain de Rouen en 1880 va lui apporter une légitimité supplémentaire aux yeux du service des Monuments historiques. Ainsi, lorsque Desmarest qui avait été nommé responsable de l’ancienne église abbatiale de Saint-Ouen en 1874 présente sa démission en 1880, le secrétaire général des Beaux-Arts propose immédiatement de le désigner comme successeur car il « est déjà architecte diocésain [...]. Il est donc tout désigné pour occuper le poste que je vous propose de lui confier1 ». Par arrêté du 3 février 1881, Sauvageot est donc nommé architecte de l’édifice et désormais, tous les projets portant sur les églises classées de la ville passeront par lui. C’est sous sa direction que seront mis en œuvre jusqu’au début de l’année 1897, tous les travaux de réparations, d’aménagements et de restauration de Saint-Maclou, Saint-Vincent, Saint-Patrice, Saint-Godard et Saint-Paul notamment.

  • 2 Dans le cas des travaux financés entièrement par les fabriques ou par des dons, les montants n’ont (...)

2En termes financiers, il perçoit des honoraires proportionnels à hauteur de 7,5 % du coût des ouvrages exécutés, dont 2,5 % réservés le cas échéant à l’inspecteur. Dans le cas des travaux effectués de manière illicite sans en référer à l’autorité ministérielle – comme les réparations du chevet de Saint-Vincent déjà évoquées ou encore celles effectuées en 1882 sur les voûtes romanes classées de Saint-Paul – le taux est ramené à 3 % suivant le cadre de l’emploi de l’architecte municipal. Enfin, lorsque le projet n’est pas suivi d’exécution, Sauvageot perçoit un dédommagement de 3 % calculé sur le montant du devis estimatif. Trois chantiers vont s’avérer plus particulièrement rémunérateurs (Tableau 4). Ce sont les reprises du chevet et l’achèvement du portail méridional de Saint-Vincent, l’installation du calorifère à Saint-Ouen et la restauration générale du Gros-Horloge qui lui rapportent respectivement 4 130 francs, 3200 francs et enfin, 2302 francs environ. Pour le reste, ses émoluments varient de 1 000 à 1 300 francs par édifice, bien que ces chiffres ne prennent en compte que les principaux travaux et soient en partie lacunaires2. À cela s’ajoutent des indemnités pour les frais de voyage. D’un point de vue juridique, le statut de l’architecte attaché à la commission des Monuments historiques se rapproche de celui d’une profession libérale. De fait, il perçoit des honoraires proportionnels au montant des travaux exécutés et en contrepartie, les frais d’agence et de personnel sont entièrement à sa charge. Il organise son activité sans contrôle ni contrainte de la part de l’administration et il est également libre de travailler pour un autre service de l’État et même de se constituer une clientèle privée. Toutefois, avant même l’instauration du concours en 1893 et la territorialisation des emplois quatre ans plus tard, Sauvageot peut être aussi considéré comme un fonctionnaire, puisque les chantiers lui sont attribués par arrêté ministériel et qu’il bénéficie déjà d’un véritable monopole sur les travaux. Par ailleurs, il est incontestablement soumis à une hiérarchie et au contrôle du service autour du noyau formé par l’inspection générale et la commission des Monuments historiques.

  • 3 Rapport de l’IG Ruprich-Robert, 18 janvier 1882 – AMH : 81/76/262/124.

3Au sein de cette administration, le poids des inspecteurs généraux est considérable : chargés de présenter les devis et les plans des architectes en chef, ce sont eux qui proposent l’adoption ou non des projets, la commission se conformant le plus souvent à l’avis émis par l’inspecteur. Il est certain que le jugement rendu dépend pour une bonne part des rapports que celui-ci entretient avec l’architecte et du fait que les deux hommes partagent ou non une même conception de la restauration. Nommé inspecteur général en 1878, Victor Ruprich-Robert est plus spécialement chargé de la Normandie. Il connaît bien la famille Sauvageot, en particulier Claude, et il n’hésite pas à favoriser la carrière du cadet. En 1882 par exemple, c’est lui qui le recommande pour l’exécution du buffet d’orgues de l’église Saint-Godard3. Cette bienveillance n’empêche pas une grande vigilance et si les projets sont la plupart du temps adoptés sans modification, Ruprich-Robert n’hésite pas à demander une étude supplémentaire lorsqu’il estime qu’un plan peut être amélioré ou un devis réduit, comme ce sera le cas lors de l’élaboration du projet de chauffage de Saint-Ouen. Une nouvelle ère s’ouvre en 1887, marquée par la nomination d’un proche de Sauvageot, Antoine-Paul Selmersheim. Ils ont pratiquement le même âge et une vision identique de leur métier ce qui explique que les projets soient systématiquement adoptés sans modification.

Tableau 4. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot pour la restauration des Monuments historiques rouennais

Tableau 4. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot pour la restauration des Monuments historiques rouennais

(*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels des travaux.

Tableau 5. Répartition des subventions pour la restauration des Monuments historiques rouannais

Tableau 5. Répartition des subventions pour la restauration des Monuments historiques rouannais

(*) Les chiffres en italique correspondent aux montants réellement dépensés

Budget et financement

  • 4 Arrêté ministériel du 8 juin 1887 – AMH : 81/76/275/147.
  • 5 Id, 26 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.
  • 6 Rapport de l’IG Selmersheim, 18 mars 1892 – AMH : 81/76/265/126.

4Le classement au titre des Monuments historiques ne garantit pas une subvention ministérielle en cas de travaux et la loi de 1887 confirme cette idée d’une simple participation de l’État à des dépenses qui restent de la responsabilité des propriétaires. De plus, la volonté de sauvegarder quelques monuments types a rapidement amené l’administration à concentrer l’essentiel des crédits sur quelques grands chantiers et à diviser le reste en une multitude d’allocations destinées à des édifices de moindre importance, en complément des financements locaux. Toutefois, dans le contexte de crise économique qui marque la fin du siècle, les choses évoluent et au milieu des années 1880, l’ère des grands chantiers touche à sa fin, l’État préférant désormais augmenter le nombre des monuments subventionnés même si les sommes fournies sont moindres. À Rouen, quatre édifices seulement bénéficient d’une subvention ministérielle entre 1876 et 1897 (Tableau 5). La première concerne l’église Saint-Vincent et plus précisément les travaux de restauration des doubles travées méridionales du chœur et d’achèvement du portail sud, estimés à près de 95 000 francs et sur lesquels l’État accorde simplement 10 000 francs (soit 10,5 % du montant total). Il faut ensuite attendre la fin des années 1880 pour qu’elle consente à nouveau à participer aux travaux en allouant coup sur coup, deux subventions pour les restaurations de la Fierte de Saint-Romain et du Gros-Horloge correspondant à la moitié des estimations, soit 14279 francs pour le premier4 et 24742 francs pour le second5. Ces sommes relativement modestes confirment la tendance à l’éclatement des allocations, perceptible dès 1887. Par ailleurs, il n’est sans doute pas anodin que la commission soutienne précisément ces chantiers car, dans le contexte de crise économique et politique marquée par la montée de l’anticléricalisme, l’État ne peut que favoriser la restauration d’édifices civils – en l’occurrence deux joyaux de la première moitié du XVIe siècle – plutôt que celle d’églises. Seule exception à ce principe, Saint-Maclou bénéficie en 1892 d’une allocation de 4362 francs – soit le tiers du devis – afin de réparer les dégâts causés par l’ouragan du 11 novembre 1891. Mais il s’agit là d’un « cas de force majeure6 » et exceptionnel, lié à l’importance historique et artistique de l’édifice.

5En un peu plus de vingt ans, le service des Monuments historiques va ainsi consacrer près de 53400 francs à la restauration des édifices classés de la ville. Cette somme aurait été bien insuffisante sans les importantes participations locales au regard desquelles elle semble réduite. La commune en particulier va investir plus du double, de l’ordre de 117 290 francs. L’attribution et la répartition de ces fonds reflètent la crise économique, politique et religieuse évoquée précédemment et si le chantier de l’église Saint-Vincent engloutit encore plus de 80000 francs au milieu des années 1 870, les élus privilégient par la suite la mise en valeur d’édifices civils comme la Fierte de Saint-Romain et le Gros-Horloge.

  • 7 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 février 1880 – ADSM : V7 211.
  • 8 Id, 20 juin 1884.
  • 9 Id., 13 mars 1885.
  • 10 Id, 24 février 1893 – ADSM : 7V 207.

6Qu’en est-il du patrimoine religieux ? Le décret du 30 décembre 1809 laisse à la charge des fabriques les dépenses relatives à la décoration, à l’embellissement intérieur et à l’entretien (article 37), mais il précise qu’en cas d’insuffisance des revenus, la commune est tenue de les prendre en charge et de participer aux grosses réparations (article 92). Elle peut même être obligée de financer la reconstruction de l’édifice si le préfet en reconnaît la nécessité. C’est d’ailleurs en vertu de cet article 98 et par crainte de devoir édifier à ses frais une nouvelle sacristie que la municipalité rouennaise accorde en 1880 un crédit pour la restauration des voûtes romanes de l’église Saint-Paul7. Toutefois, ce principe du financement des travaux par les municipalités est fermement remis en cause dans les années 1880 et une première circulaire du 12 janvier 1882 demande aux préfets de veiller à ce que les villes ne participent qu’en cas de réelle nécessité. Deux ans plus tard, la loi du 3 avril 1884 sur l’organisation municipale renforce ces mesures. Désormais, les communes ne sont tenues de participer qu’aux grosses réparations (il n’est plus question ni de construction ni de reconstruction) et uniquement si les ressources de la fabrique ne permettent pas de régler la dépense. Ces mesures vont avoir des conséquences immédiates à Rouen, notamment pour Saint-Maclou. À la fin de l’année 1883, le conseil de fabrique avait adressé une demande de secours pour la réparation de la toiture de l’édifice, mais le dossier ne fut traité qu’après la promulgation de la loi8. La demande fut donc rejetée car bien que le déficit du budget de Saint-Maclou fut avéré, il ne tombait pas sous le coup de la nouvelle réglementation puisque provenant de dépenses facultatives. La fabrique renouvela sa demande quelques mois plus tard, en insistant cette fois sur le statut de Monument historique de l’édifice9. L’argument fut déterminant puisque les élus accordèrent un secours de 900 francs (soit 94 % du devis) et après l’ouragan de 1891, ils acceptèrent à nouveau de subventionner le tiers des réparations10.

7Parmi les ouvrages auxquels les communes ne sont plus tenues de participer à partir de 1884 figure l’installation des calorifères qui relève désormais de l’entretien et donc des fabriques. Mais ce sont des investissements considérables que les paroisses les plus pauvres ne sont pas en mesure de prendre en charge. C’est le cas encore une fois de Saint-Maclou dont le projet, pourtant approuvé, ne sera pas mis en œuvre faute de ressources. La direction des Cultes peut éventuellement apporter une aide et en 1884 par exemple, elle accorde un subside de 7 000 francs pour l’aménagement du calorifère dans l’ancienne église abbatiale de Saint-Ouen. De plus, il arrive que le département se substitue à la commune lorsque celle-ci refuse d’apporter son aide. Entre 1880 et 1882, deux allocations sont ainsi allouées pour la consolidation des voûtes romanes puis la réparation de la toiture de l’église Saint-Paul d’un montant total de 1 712 francs, soit trois fois plus que la participation concédée par les élus municipaux pour le même objet. Deux ans plus tard, le conseil général attribue également une généreuse subvention de 12 000 francs pour l’installation du calorifère à Saint-Ouen. Toutefois, ces secours restent exceptionnels et la plupart du temps, les fabriques doivent compter sur leurs seules ressources. Durant la période qui nous intéresse, celles-ci vont investir plus de 97 570 francs pour l’entretien, la réparation et la décoration des églises classées sans compter les dons de leurs paroissiens. Bien que la générosité de ces derniers ne puisse être chiffrée, l’énumération des principaux travaux financés par ce biais permet d’en apprécier l’importance : à Saint-Godard, la tribune, le buffet d’orgues et le parquet ; à Saint-Maclou, la sacristie ; à Saint-Vincent, la grille de clôture du chevet, divers vitraux ainsi que les portes en bois sculpté du portail nord.

L’évolution de la liste des monuments historiques rouennais

  • 11 Article 1er de la loi relative à la conservation des Monuments et objets d’art ayant un intérêt his (...)
  • 12 Id., article 4.
  • 13 Id., article 3.

8Dès sa création, la commission des Monuments historiques évoqua la nécessité d’une loi précisant les effets du classement, loi qui fut promulguée le 30 mars 1887 et complétée par un règlement d’administration publique le 3 janvier 1889. Auparavant, des circulaires organisaient la protection des édifices et précisaient les effets du classement comme l’interdiction d’effectuer des travaux sans autorisation. En cas d’infraction, le gouvernement pouvait soit racheter l’édifice, soit engager une procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique en vertu de la loi du 3 mai 1841. Toutefois, ces recours limités étaient rarement utilisés. La loi de 1887 spécifie que les immeubles par nature ou par destination ou les objets mobiliers appartenant à des personnes publiques ou privées, dont la conservation peut avoir du point de vue de l’histoire ou de l’art un intérêt national, peuvent être classés en totalité ou en partie11. Elle réaffirme que tout immeuble classé ne peut être détruit même partiellement, ni être l’objet d’un quelconque travail effectué sans autorisation ministérielle sous peine de sanctions civiles12. Elle prévoit la possibilité d’un classement d’office par décret en Conseil d’État des biens appartenant à des collectivités publiques13. Le pouvoir scientifique de l’État se trouve renforcé puisque c’est au service des Monuments historiques qu’il appartient de décider des objets et des immeubles à classer. Toutefois, le texte est aussi un compromis entre les prérogatives accordées au gouvernement et le respect des droits de la propriété et il a par conséquent ses limites. Les communes et les particuliers possédant des édifices inscrits sont ainsi autorisés à demander leur radiation de la liste et le classement d’immeubles appartenant à des privés ne peut se faire sans l’accord des propriétaires. Par ailleurs, ces dispositions ne peuvent que limiter le nombre des classements qui ne s’appliquent, par définition, qu’à des édifices ayant un « intérêt national » et donc rares.

  • 14 Lettre de Sauvageot à Eugène Viollet-le-Duc, 29 septembre 1875 – AMH : 81/76/1/1.

9Cette définition du Monument historique confirme en tout cas la position du service qui s’est toujours efforcé de limiter le nombre des édifices inscrits. Ainsi, Sauvageot est appelé en 1875 à vérifier le catalogue des vingt-trois édifices rouennais classés. Parmi ces monuments, six ont presque entièrement disparu : la chapelle Saint-Michel a été détruite lors du percement de la rue Jeanne d’Arc ; les restes de la cour de l’ancienne abbaye de Saint-Amand ont été dispersés ; les fontaines de la Croix-de-Pierre et de la Crosse ont été entièrement refaites à neuf et seuls quelques restes de l’enceinte Sainte-Catherine sont encore visibles14. Il signale aussi la méprise autour du monument dit de « la Gargouille » qui est déjà inscrit sous la désignation de Fierte de Saint-Romain. La commission des Monuments historiques va plus loin et déclasse l’église du Mont-aux-Malades. Cette politique restrictive se prolonge jusqu’à la fin du siècle puisque quatre inscriptions seulement sont prononcées durant cette période. Elles concernent les hôtels d’Arras et de Romé selon les décrets du 12 juillet 1886 ; la maison située au 66 rue du Bac ; et enfin, le logis des Caradas. Le choix de ces édifices atteste de l’intérêt émergeant pour des périodes plus récentes de l’histoire de l’art - l’hôtel d’Arras date du XVIIe siècle - et pour de nouveaux types architecturaux - l’architecture civile en pierre et surtout en pans de bois de la fin du XVe siècle.

  • 15 Article 3 de la loi relative à la conservation des Monuments et objets d’art ayant un intérêt histo (...)

10Si l’État a volontairement cherché à limiter les inscriptions, la loi de 1887 va également générer un certain nombre de suppressions. En effet, les dispositions concernant les édifices appartenant à des particuliers dont le classement ne peut être prononcé sans leur accord, vont inciter nombre d’entre eux, inquiets de voir leurs droits restreints, à demander le retrait de la liste. Selon les termes de la loi, le classement d’une propriété privée est avant tout considéré comme une convention dont un arrêté ministériel fixe les conditions et les engagements pris par l’État envers le possesseur de l’immeuble15. Dans les faits, l’esprit du texte n’a jamais été appliqué et l’administration a le plus souvent cherché à imposer le classement aux propriétaires sans leur offrir la moindre compensation, ni même la garantie d’une subvention en cas de travaux. Dans ces conditions, la tutelle de l’administration sera le plus souvent refusée. L’article 7 prévoit en particulier que si l’État n’a fait aucune dépense pour un monument appartenant à un particulier, il sera déclassé de droit dans un délai de six mois après réclamation auprès du ministère dans l’année suivant la promulgation de la loi. À Rouen, quatre édifices sont concernés par cette mesure : le Bureau des Finances, l’hôtel de Bourgtheroulde, le logis des Caradas et l’hôtel de Romé. Seul ce dernier sera maintenu sur la liste.

  • 16 Lettre du directeur de La Mutuelle-Vie au ministre chargé des Beaux-Arts, 13 février 1897 – AMH : 8 (...)

11Est-ce à dire que les propriétaires n’accordent aucune valeur à leurs biens et que les questions de sauvegarde, d’entretien et de mise en valeur ne les intéressent guère ? Ils semblent au contraire respectueux de ces édifices pour lesquels ils n’hésitent pas à engager des frais importants. En 1889 par exemple, la façade du logis des Caradas est restaurée à grands frais par son possesseur et la société du Comptoir d’Escompte entreprend au début des années 1890 une vaste campagne de restauration de l’hôtel de Bourgtheroulde. De même, lorsque La Mutuelle Vie acquiert en 1895 la parcelle sur laquelle se trouve l’hôtel de Romé et sollicite à son tour le déclassement, ce n’est pas pour détruire l’édifice. Le propriétaire entend bien réparer les bâtiments mais sans avoir à en rendre compte à l’administration16. Un accord sera finalement trouvé avec le service des Monuments historiques et l’ancienne chambre des Comptes de la ville sera maintenue sur la liste des édifices classés. Toutefois, cet épisode montre bien que les propriétaires sont parfaitement conscients de la valeur de leurs immeubles. Tous ont d’ailleurs choisi de confier les travaux à l’architecte Henri Gosselin qui est aussi l’inspecteur de Sauvageot et son bras droit. Le propriétaire de l’hôtel de Bourgtheroulde est encore plus conciliant puisqu’il accepte le concours scientifique de la commission pour restaurer la façade extérieure de son édifice. Sauvageot est ainsi chargé de dessiner les plans du projet mis en œuvre par Gosselin. Toutefois, cette bonne volonté n’efface pas les risques qui pèsent sur les édifices appartenant à des particuliers rétifs au classement et pour lesquels les recours sont encore limités. Il faudra donc attendre le vote de la loi du 31 décembre 1913 pour que le classement d’office des propriétés appartenant à des privés soit enfin autorisé, de même que la possibilité de les mettre en demeure de réaliser certains travaux.

L’architecte diocésain de Rouen

Nomination et cadre de l’emploi

  • 17 Arrêté ministériel du 3 février 1881 – AMH : 81/76/267/134.
  • 18 Lettre du cardinal de Bonnechose au directeur général des Cultes, non datée [1882] – AN : F19 7234.
  • 19 1 Lettre d’E. Barthélémy au ministre chargé des Cultes, 28 janvier 1881 – AN : F19 7234.
  • 20 Lettre du cardinal de Bonnechose au directeur général des cultes, non datée [1882J – AN : Fl9 7234.

12En 1880, deux architectes se partagent encore l’entretien et la restauration des édifices diocésains rouennais : Jacques-Eugène Barthélémy, chargé de la cathédrale par arrêté du 16 août 1849, et son adjoint Louis-François Desmarest, qui s’occupe plus spécialement de l’archevêché et du séminaire conformément à l’arrêté du 15 avril 1850. Lorsque Sauvageot est nommé architecte diocésain en novembre 1880, c’est uniquement pour remplacer Barthélémy. Trois mois plus tard, Desmarest atteint de cécité, démissionne à son tour au profit de Sauvageot, qui récupère ainsi l’archevêché, le séminaire et Saint-Ouen17. Seule restriction, Jacques-Eugène Barthélémy a obtenu malgré son grand âge de continuer à diriger les travaux d’achèvement de la flèche de la cathédrale18. À sa mort deux ans plus tard, son fils Eugène, qui l’a assisté tout au long des opérations, demande à être nommé architecte adjoint de l’édifice19. Malgré l’intervention du cardinal de Bonnechose20, le ministère n’entend pas conserver deux architectes pour un seul édifice. Toutefois, Sauvageot accepte qu’Eugène Barthélémy soit chargé de l’achèvement de la flèche à condition de contrôler lui-même les ouvrages exécutés. Pendant près de 24 ans, Sauvageot va finalement occuper seul un poste traditionnellement partagé par deux hommes. C’est une tâche difficile non seulement par les missions et les responsabilités qu’elle implique, mais aussi parce qu'elle se déroule dans une période de tensions anticléricales (qui se traduit notamment par une baisse du budget) et de conflit avec la direction des Beaux-Arts qui réclame le rattachement des Édifices diocésains au service des Monuments historiques.

13En vertu de l’arrêté du 20 mai 1853 précisant la mission des architectes diocésains, ceux-ci sont chargés des travaux d’entretien, de restauration et de construction dans le diocèse qui leur est confié et leurs attributions dépassent le cadre des seuls édifices diocésains (archevêchés, cathédrales et séminaires) pour englober au moins jusqu’en 1882, une part des ouvrages exécutés dans les édifices paroissiaux. C’est à ce titre que Sauvageot est chargé d’agrandir l’église paroissiale de Grand-Couronne entre 1882 et 1886. La direction des Cultes est donc amenée à subventionner bien des travaux effectués dans les églises rouennaises et notre architecte est régulièrement consulté par les conseils de fabrique. Sa double casquette de restaurateur travaillant pour le compte du ministère des Beaux-Arts et pour celui des Cultes sème d’ailleurs la confusion auprès de ces responsables qui, bien souvent, ne savent pas pour quelle administration il intervient. D’un point de vue juridique, l’architecte diocésain est considéré comme un fonctionnaire rattaché au ministère, mais l’administration préfère le terme générique d’agent tant il est vrai que son statut reste ambigu.

  • 21 Arrêté ministériel du 3 novembre 1880 – AN : Fl9 7220.
  • 22 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., p. 76.
  • 23 Suivant le principe déjà pratiqué par le service des MH.
  • 24 Les travaux financés uniquement par l’archevêché ou grâce à la générosité des paroissiens et qui co (...)
  • 25 Après sa démission du poste d’architecte municipal de Rouen qui lui rapportait en moyenne 14000 fra (...)

14Conformément à l’article 5 de l’arrêté du 20 mai 1853, Sauvageot touche un salaire fixe de 1 200 francs par an21, plus des honoraires proportionnels de l’ordre de 3,5 % sur le montant des travaux exécutés (Tableaux 6 à 9). Sur ce point, il semble lésé par rapport à ses confrères dont le taux est plutôt de l’ordre de 5 %22. L’arrêté du 29 décembre 1884 va quelque peu modifier son traitement et supprimer le salaire fixe tout en relevant les honoraires proportionnels à 7,5 %, dont 2,5 % sont destinés le cas échéant, au surveillant23. Les travaux d’entretien de la cathédrale lui assurent entre 1881 et 1903, un revenu total de 3 796,86 francs, soit une moyenne de 252 francs par an. Toutefois, ce chiffre varie considérablement d’une année sur l’autre et connaît un pic entre 1891 et 1894 de l’ordre de 413 francs. À cela s’ajoutent les sommes perçues pour l’entretien de l’archevêché et du séminaire qui sont moitié moins importantes. Le système du pourcentage est en revanche très intéressant et plus rémunérateur dès qu’il s’agit de grosses réparations. Bien que nos calculs ne prennent en compte que les principaux ouvrages exécutés par Sauvageot et financés au moins en partie par l’administration des Cultes24, ils montrent que l’architecte reçoit ainsi plus de 49 135 francs entre 1881 et 1903, dont 34798 francs pour la seule restauration de la façade occidentale, soit une moyenne de 2 135 francs par an25. Pour l’archevêché, les commandes sont plus ponctuelles avec quatre gros chantiers de réaménagement intérieur entrepris entre 1881 et 1900, qui lui rapportent près de 7000 francs.

Tableau 6. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par l’inspecteur des travaux H. Gosselin pour l'entretien des Édifices diocésains rouennais

Tableau 6. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par l’inspecteur des travaux H. Gosselin pour l'entretien des Édifices diocésains rouennais

Tableau 7. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par son inspecteur pour les gros travaux de la cathédrale

Tableau 7. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par son inspecteur pour les gros travaux de la cathédrale

(*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels de travaux.

Tableau 8. Détail de la répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par l’inspecteur des travaux lors de la restauration de la façade occidentale de la cathédrale de 1895 à 1904

Tableau 8. Détail de la répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par l’inspecteur des travaux lors de la restauration de la façade occidentale de la cathédrale de 1895 à 1904

(*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels de travaux.

Tableau 9. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par son inspecteur pour les gros travaux de l’archevêché

Tableau 9. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par son inspecteur pour les gros travaux de l’archevêché

(*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels de travaux.

Tableau 10. Répartition des subventions attribuées pour l’entretien des Édifices diocésains rouennais

Tableau 10. Répartition des subventions attribuées pour l’entretien des Édifices diocésains rouennais

15En ce qui concerne l'entretien, les architectes sont autorisés selon la circulaire du 15 avril 1853 à faire exécuter toute réparation d’un montant inférieur à 500 francs, mais ils doivent faire parvenir des propositions chiffrées pour les autres. Concernant les gros travaux, l’administration adresse à l’architecte, durant l’été précédant l’exercice de programmation, une demande de proposition d’ouvrage qui est ensuite soumise à l’avis de l’évêque et du préfet. Les dossiers préparés par Sauvageot se composent d’un rapport accompagné d’un devis descriptif et estimatif et, éventuellement, de documents graphiques et sont expédiés à la direction des Cultes vers la mi-novembre, conformément à la circulaire du 20 août 1881. Les offres sont appréciées en premier lieu par le contrôle puis soumises à l’avis du comité des inspecteurs généraux composés uniquement de trois architectes du service. L’inspecteur territorialement compétent pour le diocèse de Rouen est un proche de Sauvageot, Anatole de Baudot. Toutefois, les conclusions du comité n’ont que la force d’un avis et contrairement à la commission des Monuments historiques, il n’a pas le pouvoir de répartir les fonds et donc de décider des ouvrages à exécuter. S’il propose d’accepter les travaux, c’est l’administration centrale qui en arrête le principe et le montant après une nouvelle vérification du service de contrôle.

Le budget

  • 26 L’analyse qui suit est menée à partir des dossiers d’archives : AN : F19 7855 et F19 7856.

16Le service des Édifices diocésains connaît une période faste au début de la Troisième République jusqu’en 1885, date à laquelle le budget des gros travaux est diminué de moitié. Rouen suit cette évolution budgétaire, notamment en matière d’entretien (Tableau 10)26. Entre 1881 et 1887, le budget accordé pour les réparations de la cathédrale se limite à 3 000 francs par an, une somme qui ne permet en aucun cas de faire face aux imprévus. De fait, elle est relevée par une seconde allocation en 1882, 1885 et 1886 de l’ordre de 1 500 à 2 000 francs, pour couvrir notamment les frais engendrés par de violentes intempéries. La dotation augmente ensuite régulièrement et passe à 3 500 francs en 1888, 5000 francs en 1889 et surtout 8 000 francs entre 1890 et 1894, avant de se stabiliser autour de 5 000 francs. Les frais d’entretien de l’archevêché sont plus stables, fixés à 2 000 francs par an et ponctuellement augmentés. Enfin, conséquence de la politique d’économie mise en œuvre par le service des Édifices diocésains dans les années 1880, l’entretien du séminaire passe à la charge de l’archevêché à compter de 1885. D’une manière générale, Sauvageot parvient difficilement à respecter le budget qui lui est accordé et les dépassements sont fréquents (de l’ordre de 9 % pour la cathédrale). Ces excédents, rares chez lui, attestent bien de la difficulté d’évaluer à l’avance des ouvrages largement soumis au fortuit.

  • 27 Avis de FIG A. de Baudot, 21 février 1890 – AN : F19 7856.
  • 28 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., pp. 97-101.

17Les restrictions sont également perceptibles pour les gros travaux et Anatole de Baudot encourage les architectes à prendre des mesures confortatives et préventives avant tout, pour limiter et retarder les dégradations. Ainsi, lorsque Sauvageot soumet son projet de continuation de la restauration des travées de la face latérale nord de la cathédrale, l’inspecteur général émet un bémol et lui demande de limiter le plus possible l’intervention pour des raisons d’économie27. Pourtant, cela n’empêchera pas la mise en œuvre de la restauration de la façade occidentale de la cathédrale en 1895, un chantier évalué à plus de 800 000 francs et dont la moitié est prise en charge par l’État. Cette somme, ajoutée aux subventions versées à partir de 1865 pour les travaux entrepris sur les portails latéraux, permet d’ailleurs au diocèse de figurer en bonne place dans la répartition des crédits entre 1848 et 190628. La cathédrale de Rouen se trouve ainsi parmi les sept édifices ayant bénéficié d’une allocation comprise entre 2 et 2,5 millions de francs et derrière les huit monuments ayant reçu un crédit supérieur à 2,5 millions de francs.

Organiser et déléguer

  • 29 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 24 octobre 1893 – AN : F19 7856.
  • 30 Almanach de Rouen..., op. cit, 1883, p. 320.

18Comme la plupart des architectes travaillant pour le service des Monuments historiques ou pour celui des Édifices diocésains, Sauvageot ne réside pas sur place mais à Paris. Par ailleurs, même s’il est tenu de se rendre régulièrement à Rouen dans les années 1880 pour suivre l’achèvement des chantiers municipaux, son activité de restaurateur dépasse désormais le cadre de la Normandie. Rouen n’est plus qu’une étape de ses longues tournées en province qui le mènent d’Ouest en Est, de la Loire-Inférieure au Jura en passant par la Seine-et-Marne, l’Oise et la Bourgogne notamment. Il arrive que ces déplacements engendrent des contre-temps dans la mise en œuvre des travaux. Ainsi, c’est avec deux semaines de retard qu’il répond en octobre 1893 à un courrier ministériel urgent concernant l’éclairage électrique de la cathédrale29. Toutefois, ce type d’incident est rare et notre homme semble parfaitement organisé. Ses séjours rouennais sont réguliers, à raison d’au moins un passage mensuel. Il voyage en train et arrive de préférence en fin de semaine, le samedi ou le dimanche. Jusqu’en 1886, il conserve un petit pied-à-terre (situé quai de Paris30) et par la suite, il loge à l’hôtel de la Poste rue Jeanne d’Arc. Lorsqu’il n’est pas sur place, tout se règle par courrier postal et grâce au chemin de fer.

  • 31 Note biographique, 6 novembre 1886 – AN : F19 7235.
  • 32 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 1er novembre 1882 – AN : F19 7235.
  • 33 Arrêté ministériel du 28 mars 1895 – AMH : 81/76/244/82.

19Sur place, il dispose d’un homme de confiance en la personne de l’architecte Henri-Auguste Gosselin31. Celui-ci a débuté sa carrière en 1864 comme architecte attaché aux travaux diocésains de Rouen sous la direction de Barthélémy et Desmarest. Ses activités vont se diversifier au début des années 1880 puisqu’il est nommé inspecteur des travaux du Palais de Justice en 1881 puis membre de la commission des Bâtiments scolaires de la Seine-Inférieure l’année suivante. C’est également à cette époque que débute sa collaboration avec Sauvageot. En effet, lorsque celui-ci est nommé architecte diocésain, la fonction d’inspecteur occupée depuis 1857 par Barthélémy fils est supprimée car le poste avait été créé à titre exceptionnel, l’arrêté du 20 mai 1853 interdisant la nomination d’un surveillant lorsque l’architecte diocésain réside dans la ville d’exercice. La dérogation tenait à l’importance des travaux et au fait que la mission était gratuite. Toutefois, en 1882, Sauvageot ayant transféré sa résidence à Paris demande qu’un inspecteur habitant sur place et capable de surveiller les travaux au quotidien soit désigné. Il propose Gosselin que son expérience auprès de ses prédécesseurs recommande tout particulièrement32. C’est le début d’une longue et fructueuse coopération qui va s’étendre dès l’année suivante au domaine des Monuments historiques. Sauvageot n’hésite pas à faire appel à son jeune confrère en dehors de Rouen et lui confie, par exemple, la surveillance du chantier de la chapelle Saint-Julien du Petit-Quevilly entre 1895 et 189 733.

  • 34 Circulaire ministérielle du 25 octobre 1876 – ADSM : 4T 171.
  • 35 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 1er décembre 1899 – AN : F19 7235.
  • 36 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., p. 237, 583-584, 734-735.

20Bien que Sauvageot reste entièrement responsable des opérations, Gosselin est son correspondant local et tout passe par lui. Selon la circulaire du 25 octobre 1876, il a pour tâche de suivre l’exécution des travaux, de prendre les attachements, de dresser les décomptes et de tenir la comptabilité de l’entreprise34. Il doit aussi suppléer l’architecte par sa présence sur le chantier et en cas d’urgence, lui en référer immédiatement. Toutefois, Sauvageot va plus loin et n’hésite pas à confier à Gosselin la rédaction de certains devis. En 1897, il prend ainsi en charge le projet de réfection du dallage de Saint-Vincent. Son concours est d’autant plus précieux que, durant ces années, Sauvageot cumule les responsabilités, tandis que des problèmes de santé chroniques le contraignent à de longues périodes d’immobilité. Entre les deux hommes, la confiance est réciproque et le maître d’œuvre se repose entièrement sur ce collaborateur dont il vante les états de service « réellement exceptionnels35 ». Cette harmonie n’a rien d’évident et, à la même époque, à Nantes, Sauvageot est en conflit ouvert avec son inspecteur Alfred Legendre36.

  • 37 Lettre du préfet au ministre chargé des Cultes, 10 décembre 1897 – AN : Fl9 7235.
  • 38 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 1er décembre 1899 – AN : Fl9 7235.
  • 39 Lettre du directeur de la Mutuelle-Vie au ministre chargé des Beaux-Arts, 13 février 1897 – AMH : 8 (...)

21Fort de ces excellentes relations, Gosselin assume également son rôle de représentant sur place du service des Édifices diocésains. Il a su nouer de bons rapports avec les autorités locales, aussi bien diocésaines que préfectorales, ce qui, en ces temps de laïcisme, se révèle bien souvent difficile. Le préfet Hendlé notamment le considère comme « un architecte distingué très consciencieux et dévoué qui jouit de la sympathie générale et de la considération publique37 ». À l’égard de l’archevêché, il a su préserver sa liberté et rester parfaitement neutre politiquement, comme le souligne Sauvageot38. Enfin, il est aussi le porte-parole de l’administration auprès de la commission départementale des Antiquités dont il devient membre en 1886. Son rôle au sein de cette assemblée est d’autant plus important que Sauvageot assiste peu aux réunions. En parallèle, Gosselin poursuit son activité d’architecte libéral et intervient notamment sur trois édifices déclassés suite à la loi de 1887 : le logis des Caradas (1888), l’hôtel de Bourgtheroulde (1891) et l’hôtel de Romé (1897). Pour les propriétaires qui sont conscients de la valeur artistique de leurs biens, l’emploi de Gosselin est une garantie que recommande sa collaboration avec Sauvageot39. Homme droit et dévoué, il lègue à sa mort en 1902, l’ensemble de sa fortune à l’archevêché afin de permettre l’achèvement de la restauration de la façade occidentale de la cathédrale. Lui succède ensuite au poste d’inspecteur des travaux diocésains l’un de ses anciens associés, Émile Auvray. Très apprécié politiquement du préfet, celui-ci est préféré à d’autres candidats recommandés par Sauvageot. Malgré cela, leur collaboration, certes très courte, puisqu’elle ne dure qu’une année, semble tout à fait cordiale et efficace.

Le rapport au milieu local

Sauvageot et la maîtrise d’ouvrage : sous le signe de la confiance

  • 40 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., pp. 407-410.
  • 41 Projet dressé par Sauvageot, 3 novembre 1882 – ADSM : 7V 186.
  • 42 Lettre du cardinal de Bonnechose au préfet de la SI, 15 février 1883 – ADSM : 7V 186.
  • 43 Lettre de Sauvageot à la direction des Cultes, 16 mars 1885 – AN : F197855.

22La présence et l’intervention des services de l'État ont souvent été perçues comme une intrusion dans les affaires locales. Sur le chantier de la cathédrale de Nantes, Sauvageot s’est ainsi heurté à l’hostilité d’une partie de l’opinion publique, lui reprochant entre autres d’être parisien et d’avoir pris la place du nantais Boismen40. À Rouen, il offre au contraire l’image rare d’un architecte travaillant pour le gouvernement et qui plus est résidant à Paris, qui soit respecté, apprécié et très bien intégré dans les réseaux locaux. Après les bouleversements du début des années 1880 marqués par l’arrivée à la tête de la ville du très anticlérical Louis Ricard, les tensions vont rapidement se calmer grâce à la nomination du préfet Ernest Hendlé en 1882 et au décès l’année suivante du cardinal de Bonnechose. Sur les rapports entretenus par ce dernier avec le nouvel architecte diocésain entre 1880 et 1883, des frictions sont perceptibles, notamment au sujet de l’église de Grand-Couronne près de Rouen. Tandis que Sauvageot propose d’agrandir le bâtiment existant41, l’archevêque souhaite, d’accord avec la municipalité, qu’un nouvel édifice soit construit. Dans cette perspective, il a même fait préparer des plans par Barthélémy fils qui, plus que jamais, fait figure d’architecte attitré du prélat42. L’idée ne sera pas retenue et l’église sera agrandie selon les dispositions initialement adoptées. Toutefois, l’épisode traduit bien les difficultés que peuvent rencontrer les autorités ministérielles souvent taxées d’ingérence au niveau local. Monseigneur Thomas s’engage au contraire dès 1885 dans la voie de la conciliation et il est, à l’instar de son prédécesseur, un commanditaire enthousiaste qui suit de près les travaux projetés. Sans doute y a-t-il même une forme de complicité avec Sauvageot ; la proposition de restauration de la chapelle du transept nord de la cathédrale le laisse croire en tout cas, l’architecte se référant aux « études projetées par Monseigneur l’archevêque de Rouen43 ». Il entretient aussi de bons rapports avec les successeurs du cardinal Thomas, Messeigneurs Sourrieu puis Fuzet et ce, malgré le caractère difficile de ce dernier. Il faut dire que les deux hommes se connaissent depuis longtemps et qu’en tant qu’évêque de Beauvais – où Sauvageot est architecte diocésain à partir de 1896 – le prélat a pu apprécier ses qualités de praticien sur un chantier particulièrement difficile.

  • 44 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 8 juillet 1887 – AMH : 81/76/275/147.
  • 45 Id., 25 avril 1890 – AMH : 81/76/283/149.

23Les relations de Sauvageot avec les conseils municipaux successifs sont également excellentes et lorsqu’il est chargé en 1887 de restaurer l’édicule de la Fierte de Saint-Romain, la décision est accueillie avec enthousiasme : « nul choix ne pouvait être accueilli plus favorablement parmi nous, que celui de l’ancien architecte de la ville de Rouen, l’élève distingué de Violet (sic) le Duc, que ses magnifiques travaux de restauration de la Trinité de Fécamp, de Saint-Jacques de Dieppe, de Notre-Dame et de Saint-Vincent de Rouen, et en dernier lieu du cloître de notre Cathédrale, recommandaient si hautement à la confiance de l’État44 ». Les « affaires », pourtant récentes, semblent oubliées et c’est même avec une certaine fierté que la ville voit son ancien architecte travailler pour les instances gouvernementales. En dehors de ces considérations très subjectives, il est certain que Sauvageot est unanimement reconnu comme un excellent restaurateur et lorsqu’il est désigné en 1890 pour restaurer le Gros-Horloge, le conseil municipal salue avant tout sa « haute compétence45 ».

  • 46 Rapport dressé par Sauvageot, 30 octobre 1882 – AMH : 81/76/265/126.

24Avec les conseils de fabrique, la difficulté n’est pas d’être apprécié ou reconnu en tant qu’architecte de l’édifice. Le problème réside plutôt dans la compréhension des textes officiels et des règles qu’impliquent le classement qui sont plutôt floues dans l’esprit de ces administrations. Le cas de l’église Saint-Patrice est à part, la fabrique offrant en effet l’exemple d’une collaboration modèle, liée en grande partie au fait que son trésorier Emile Guesviller est aussi architecte. Très au fait des procédures, celui-ci gère parfaitement les dossiers de demande d’autorisation de travaux. Toutefois, ce cas reste exceptionnel et Sauvageot se heurte le plus souvent à la difficulté de faire respecter les règles administratives liées au classement. Le conseil de fabrique de Saint-Maclou est de ce point de vue un bien mauvais élève. C’est ainsi qu’en octobre 1882, l’architecte fait suspendre des travaux effectués sans autorisation. Plusieurs bancs en bois du XVIIIe siècle notamment, qui se trouvaient soit adossés contre deux gros piliers de la tour centrale soit scellés dans le bas-côté du chœur, ont été démontés et déposés dans une chapelle46. Comment expliquer que la fabrique n’ait pas fait appel à Sauvageot ? L’erreur résulte en fait d’une mauvaise interprétation de la portée du classement, les administrateurs de Saint-Maclou ayant jugé à tort qu’il ne concernait pas les objets mobiliers. Selon Sauvageot, ce type de méprise est courante et pour tenter d’y remédier, il réclame l’envoi des circulaires relatives aux Monuments historiques à l’ensemble des conseils de fabrique de la Seine-Inférieure, requête qui est très probablement restée sans suite.

25Les rapports avec les propriétaires privés sont en revanche beaucoup plus aléatoires. Nous ne reviendrons pas sur leur méfiance à [égard du classement. Il est également difficile pour l’administration d’imposer un maître d’œuvre en cas de travaux, au risque de voir les possesseurs du bien entamer une procédure de déclassement. Malgré ses liens avec la ville, Sauvageot n’en reste pas moins aux yeux du grand public un architecte parisien au service du gouvernement. Les particuliers préfèrent donc faire appel à des agences locales spécialisées dans la restauration, comme celle de Gosselin ou de Lefort. Architecte du département depuis 1879 et architecte en chef des Monuments historiques depuis 1887, celui-ci à l’avantage d’être installé dans la ville même. Il est aussi mieux inséré dans les réseaux locaux puisqu’à la différence de Sauvageot, il est membre de la Société des Amis des Monuments rouennais, de la Société des Architectes de la Seine-Inférieure et de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen.

L’essor d’entreprises spécialisées

  • 47 Circulaire ministérielle du 25 octobre 1876 – 4T 171.
  • 48 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.
  • 49 Lettre de Sauvageot à la direction des Beaux-Arts, 4 juin 1893 – AMH : 81/76/265/126.

26En matière de restauration, la nécessité de confier la mise en œuvre des chantiers à des sociétés spécialisées s’est rapidement imposée. Pour les édifices diocésains, la procédure de mise en adjudication prévoit que chaque concurrent doit présenter deux recommandations d’architectes en chef d’une administration publique. Les directives du service des Monuments historiques vont dans le même sens tout en renforçant le pouvoir du maître d’œuvre qui doit proposer les entrepreneurs offrant « toutes les garanties de moralité, de solvabilité et d’aptitude pour la nature particulière de ces restaurations47 », choisis de préférence dans la localité où s’exécutent les travaux. Quelles vont être les conséquences à Rouen de cette mainmise de Sauvageot sur le choix de ses collaborateurs ? D’une manière générale, il encourage les autorités à traiter directement avec certaines entreprises ou à procéder à une adjudication restreinte à quelques participants. Lors de la restauration du chevet de l’église Saint-Vincent en 1874, il fait ainsi observer qu’« il serait dangereux de livrer cette entreprise aux hasards d’une adjudication publique, et qu’elle ne devrait être confiée qu’à des hommes habiles ayant déjà fait leurs preuves dans ce genre de travaux48 ». Il propose donc de limiter la concurrence à quatre ou cinq artisans expérimentés. Par la suite, ce chiffre sera ramené à trois en moyenne49. À la différence d’autres architectes résidant à Paris et travaillant en province, Sauvageot connaît bien le milieu des entrepreneurs locaux grâce aux années passées à la tête du bureau d’architecture municipal. Ce sont donc les plus qualifiés selon lui et ceux avec qui l’entente a été la plus fructueuse qui vont être chargés des travaux de restauration. De fait, un rapide tour d’horizon montre que l’ensemble des chantiers vont être mis en œuvre par un nombre réduit d’entreprises identiques pour les Édifices diocésains et pour les Monuments historiques.

  • 50 À l’exception des années 1890 et 1896-1897 durant lesquelles les travaux d’entretien sont confiés à (...)
  • 51 Note figurant sur les soumissions adressées au ministre chargé des Cultes, 19 juillet 1898-AN : F19 (...)
  • 52 Réclamations de l’entrepreneur, exercice 1897 – AN : F19 7861.

27Dès les années 1880, c’est l’entrepreneur de maçonnerie et de charpente Armand Requier qui obtient de manière systématique les marchés. Spécialisé depuis longtemps dans la restauration, il exécute à partir de 1869 les reprises de la façade méridionale de la cathédrale sous la direction de Barthélémy et Desmarest et lorsque Sauvageot leur succède, il est naturellement désigné pour achever ces opérations. C’est le début d’une longue collaboration puisque Requier va être chargé de l’entretien et des grosses réparations de la cathédrale, du séminaire et de l’archevêché pratiquement sans discontinuer jusqu’en 189950. Seules lui échappent la réfection de la charpente et de la couverture de la nef puis la consolidation de la nef et de la tour Saint-Romain qui sont respectivement attribuées à Brunei fils et Pascal Lefebvre. Le jeu de l’adjudication lui vaut également de ne restaurer qu’une petite partie de la façade occidentale en 1895, Brunei fils obtenant le marché les deux années suivantes avant d’être remplacé par un autre entrepreneur parisien spécialisé, Émile Delalonde. Au fils des années, Armand Requier garde la confiance et la faveur de Sauvageot et lors de l’adjudication des travaux d’entretien de la cathédrale en 1898, l’architecte, appelé à départager Brunei fils et Requier, tranche en faveur du second51. Sans doute ce choix est-il lié au fait que Brunei est au même moment en conflit avec la ville au sujet du règlement des ouvrages exécutés sur la façade occidentale52. Cette coopération s’étend également aux chantiers exécutés pour le compte des Monuments historiques où Requier cumule les travaux dans les églises ainsi que les marchés de la Fierte de Saint-Romain puis du Gros-Horloge.

  • 53 Note de Sauvageot au directeur des Beaux-Arts, 7 janvier 1890 – AMH : 81/76/283/149.
  • 54 Lettre de Guilloux au ministre chargé des Cultes, 6 septembre 1885 – AN : F19 7855.
  • 55 Lettre du directeur des Cultes à Sauvageot, 24 mai 1888 – AN : F19 7855.
  • 56 Lettre de F. Devaux au ministre chargé des Cultes, non datée (février 1899) – AN : F19 7861.

28L’influence de Sauvageot est plus manifeste encore dans le domaine de l’artisanat d’art et notamment de la sculpture. Ces ouvrages nécessitant des compétences très particulières, il traite directement avec les artistes. Deux sculpteurs vont plus précisément se partager l’ensemble des chantiers de restauration : Jean-Baptiste Foucher et Edmond Bonet. Sauvageot a une préférence très marquée pour ce dernier – « le plus capable entre ses confrères53 » – auquel il va confier l’essentiel des travaux d’entretien et de restauration des Monuments historiques et des Édifices diocésains de la ville, à l’exception du chantier de la façade occidentale de la cathédrale partagé avec Foucher. Si rien ne s’oppose à ce monopole du côté du service des Monuments historiques, il n’en va pas de même pour l’administration des Édifices diocésains où le principe de la mise en concurrence reste la règle. Or, Sauvageot a semble-t-il pris l’habitude de traiter directement avec Bonet, provoquant le mécontentement de ses confrères. En 1885, le sculpteur Benjamin Guilloux adresse ainsi une réclamation au ministère54. En 1888, lors de l’adoption du projet de rénovation de la cour de la Fonte, l’architecte est cette fois rappelé à l’ordre par le directeur des Cultes : « Les travaux de sculpture exécutés en 1884 et 1885, lors de la restauration de l’ancien cloître ont été exécutés par le Sr Bonet seul. Je ne saurais, sans constituer un monopole au profit du Sr Bonet, admettre une seule soumission souscrite par ce sculpteur55. » L’adjudication reprend dès lors ses droits bien que Sauvageot continue à limiter au maximum le nombre de participants. Dans le cadre de la restauration de la façade occidentale de la cathédrale par exemple, il rejette ainsi plusieurs candidatures comme celle de François Devaux pourtant recommandé par Lefort56.

  • 57 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 2 décembre 1882 – AN : F19 7855.
  • 58 Rapport dressé par Sauvageot, 20 avril 1895 – AMH : 81/76/268/142.

29Dans le domaine du vitrail, l’architecte collabore avec le rouennais Pierre Boulanger dont l’atelier est installé rue des Marronniers. Chargé de réparer les verrières de la façade méridionale de la cathédrale sous la direction de Barthélémy et Desmarest depuis 1869, il poursuit ces travaux lorsque Sauvageot leur succède57. En 1884, il obtient la restauration de l’ancien cloître transformé en sacristie paroissiale avant de participer les années suivantes à tous les chantiers comprenant des ouvrages de vitrerie d’art, en particulier ceux du Gros-Horloge puis de Saint-Maclou après les intempéries de 1891. Lors de la restauration des verrières de Saint-Patrice en 1895, la commission des Monuments historiques décide également de lui confier l’exécution des cartons réalisés par le peintre Yperman sur recommandation de Sauvageot qui fait valoir sa longue expérience58.

  • 59 D’où le fait que les travaux lui soient traditionnellement attribués.
  • 60 Cette hypothèse est d’autant plus plausible que le doute plane sur d’autres chantiers. Ainsi, les d (...)

30L’installation à Rouen dans les années I860 de Ferdinand Marrou a permis l’essor de la plomberie d’art dans la ville et son atelier connaît à la fin du siècle un grand rayonnement. Toutefois, Sauvageot a peu l’occasion de travailler avec lui et en dehors du chantier de la Fierte de Saint-Romain, c’est à Dieppe, où Marrou exécute les épis de l’église Saint-Jacques, que leur collaboration est la plus importante. Et contrairement à ce que laisse croire sa plaquette commerciale dans laquelle l’artisan s’attribue la réalisation du décor du Gros-Horloge, c’est l’atelier Monduit, alors considéré comme le leader dans le domaine, qui est chargé de ces ouvrages. Le fait qu’ils aient été confiés à une entreprise parisienne prestigieuse au détriment d’une maison locale ne fait l’objet d’aucun commentaire ce qui, à un moment où l’opinion publique se montre particulièrement sensible sur ce point, peut surprendre. Par ailleurs, comment expliquer que Ferdinand Marrou revendique l’exécution de ces décors59 ? A-t-il collaboré d’une manière ou d’une autre au chantier et participé par exemple à la réception et à la mise en place des éléments fabriqués dans les ateliers Monduit ? La question est posée60.

31Quoi qu’il en soit, Sauvageot a largement contribué au développement et au renouvellement des entreprises locales spécialisées dans la restauration. Toutefois, le recours systématique aux mêmes professionnels d’un chantier à l’autre soulève le risque d’une standardisation des ouvrages et d’une uniformisation des édifices anciens dont les plus importants sont restaurés durant cette période. Ce danger est majeur, d’autant que ces artisans travaillent également pour le compte de propriétaires privés.

Notes

1 Rapport du secrétaire général des Beaux-Arts, 3 février 1881 – AMH : 81/76/267/134.

2 Dans le cas des travaux financés entièrement par les fabriques ou par des dons, les montants n’ont pas toujours été retrouvés.

3 Rapport de l’IG Ruprich-Robert, 18 janvier 1882 – AMH : 81/76/262/124.

4 Arrêté ministériel du 8 juin 1887 – AMH : 81/76/275/147.

5 Id, 26 février 1890 – AMH : 81/76/283/149.

6 Rapport de l’IG Selmersheim, 18 mars 1892 – AMH : 81/76/265/126.

7 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 20 février 1880 – ADSM : V7 211.

8 Id, 20 juin 1884.

9 Id., 13 mars 1885.

10 Id, 24 février 1893 – ADSM : 7V 207.

11 Article 1er de la loi relative à la conservation des Monuments et objets d’art ayant un intérêt historique et artistique du 30 mars 1887 (promulguée au Journal Officiel du 31 mars 1887) – ADSM : 4T 171-172.

12 Id., article 4.

13 Id., article 3.

14 Lettre de Sauvageot à Eugène Viollet-le-Duc, 29 septembre 1875 – AMH : 81/76/1/1.

15 Article 3 de la loi relative à la conservation des Monuments et objets d’art ayant un intérêt historique et artistique du 30 mars 1887 (promulguée au Journal Officiel du 31 mars 1887) – ADSM : 4T 171-172.

16 Lettre du directeur de La Mutuelle-Vie au ministre chargé des Beaux-Arts, 13 février 1897 – AMH : 81/76/255/119.

17 Arrêté ministériel du 3 février 1881 – AMH : 81/76/267/134.

18 Lettre du cardinal de Bonnechose au directeur général des Cultes, non datée [1882] – AN : F19 7234.

19 1 Lettre d’E. Barthélémy au ministre chargé des Cultes, 28 janvier 1881 – AN : F19 7234.

20 Lettre du cardinal de Bonnechose au directeur général des cultes, non datée [1882J – AN : Fl9 7234.

21 Arrêté ministériel du 3 novembre 1880 – AN : Fl9 7220.

22 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., p. 76.

23 Suivant le principe déjà pratiqué par le service des MH.

24 Les travaux financés uniquement par l’archevêché ou grâce à la générosité des paroissiens et qui concernent essentiellement l’ameublement et la décoration intérieure ne sont pas pris en compte, faute d’archives.

25 Après sa démission du poste d’architecte municipal de Rouen qui lui rapportait en moyenne 14000 francs par an, Sauvageot retrouve donc un niveau de vie équivalent puis très rapidement supérieur. Le cumul de diocèses majeurs (Rouen, Nantes, Beauvais) et de chantiers de restauration de premier ordre pour le compte des MH lui assurent des revenus des plus confortables. Ainsi, lorsqu’il épouse en 1889 Alphonsine Descrières, ses biens sont estimés à 122440 francs et ceux de sa compagne, à 22710 francs (Contrat de mariage de Mr Sauvageot et de Mademoiselle Descrières, 2 avril 1889 – AN : ET/X/1526 : 1889, avril).

26 L’analyse qui suit est menée à partir des dossiers d’archives : AN : F19 7855 et F19 7856.

27 Avis de FIG A. de Baudot, 21 février 1890 – AN : F19 7856.

28 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., pp. 97-101.

29 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 24 octobre 1893 – AN : F19 7856.

30 Almanach de Rouen..., op. cit, 1883, p. 320.

31 Note biographique, 6 novembre 1886 – AN : F19 7235.

32 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 1er novembre 1882 – AN : F19 7235.

33 Arrêté ministériel du 28 mars 1895 – AMH : 81/76/244/82.

34 Circulaire ministérielle du 25 octobre 1876 – ADSM : 4T 171.

35 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 1er décembre 1899 – AN : F19 7235.

36 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., p. 237, 583-584, 734-735.

37 Lettre du préfet au ministre chargé des Cultes, 10 décembre 1897 – AN : Fl9 7235.

38 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 1er décembre 1899 – AN : Fl9 7235.

39 Lettre du directeur de la Mutuelle-Vie au ministre chargé des Beaux-Arts, 13 février 1897 – AMH : 81/76/255/119.

40 Cf. Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., pp. 407-410.

41 Projet dressé par Sauvageot, 3 novembre 1882 – ADSM : 7V 186.

42 Lettre du cardinal de Bonnechose au préfet de la SI, 15 février 1883 – ADSM : 7V 186.

43 Lettre de Sauvageot à la direction des Cultes, 16 mars 1885 – AN : F197855.

44 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 8 juillet 1887 – AMH : 81/76/275/147.

45 Id., 25 avril 1890 – AMH : 81/76/283/149.

46 Rapport dressé par Sauvageot, 30 octobre 1882 – AMH : 81/76/265/126.

47 Circulaire ministérielle du 25 octobre 1876 – 4T 171.

48 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 19 juin 1874 – ADSM : V7 213.

49 Lettre de Sauvageot à la direction des Beaux-Arts, 4 juin 1893 – AMH : 81/76/265/126.

50 À l’exception des années 1890 et 1896-1897 durant lesquelles les travaux d’entretien sont confiés à P. Lefebvre puis à Brunei fils.

51 Note figurant sur les soumissions adressées au ministre chargé des Cultes, 19 juillet 1898-AN : F19 7856.

52 Réclamations de l’entrepreneur, exercice 1897 – AN : F19 7861.

53 Note de Sauvageot au directeur des Beaux-Arts, 7 janvier 1890 – AMH : 81/76/283/149.

54 Lettre de Guilloux au ministre chargé des Cultes, 6 septembre 1885 – AN : F19 7855.

55 Lettre du directeur des Cultes à Sauvageot, 24 mai 1888 – AN : F19 7855.

56 Lettre de F. Devaux au ministre chargé des Cultes, non datée (février 1899) – AN : F19 7861.

57 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 2 décembre 1882 – AN : F19 7855.

58 Rapport dressé par Sauvageot, 20 avril 1895 – AMH : 81/76/268/142.

59 D’où le fait que les travaux lui soient traditionnellement attribués.

60 Cette hypothèse est d’autant plus plausible que le doute plane sur d’autres chantiers. Ainsi, les décors conçus pour le palais de Justice également attribués à Ferdinand Marrou figurent en fait dans le catalogue de la maison Monduit (« planche XXIV (série B) : palais de Justice de Rouen, tour de l’horloge, Lefort », Plombs et cuivres martelés, fer forgé. Catalogue de la Maison Monduit, s. d. – AMH : F° 23). L’hypothèse d’une collaboration ou d’une sous-traitance pour la mise en place permet d’éclairer en partie ces apparentes incohérences.

Table des illustrations

Titre Tableau 4. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot pour la restauration des Monuments historiques rouennais
Légende (*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels des travaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 5. Répartition des subventions pour la restauration des Monuments historiques rouannais
Légende (*) Les chiffres en italique correspondent aux montants réellement dépensés
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau 6. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par l’inspecteur des travaux H. Gosselin pour l'entretien des Édifices diocésains rouennais
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 7. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par son inspecteur pour les gros travaux de la cathédrale
Légende (*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels de travaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 8. Détail de la répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par l’inspecteur des travaux lors de la restauration de la façade occidentale de la cathédrale de 1895 à 1904
Légende (*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels de travaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 9. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot et par son inspecteur pour les gros travaux de l’archevêché
Légende (*) Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels de travaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 10. Répartition des subventions attribuées pour l’entretien des Édifices diocésains rouennais
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7079/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.