Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Deuxième partie. Urbanisme et architecture à Rouen à la fin du xixe siècle

Sauvageot, architecte en chef de la ville (1871-1882)

Texte intégral

Le fonctionnement du service municipal d’architecture

Organisation administrative et financière

  • 1 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 21 décembre 1888.
  • 2 Ibid.
  • 3 Personnel municipal : dossier individuel de Monsieur Louis Sauvageot – AMR : K 2/3.
  • 4 Fixé par arrêté du 24 septembre 1880, Bul. administratif du ministère de l’Instruction publique... (...)
  • 5 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 27 janvier 1882.

1Lorsque Sauvageot prend ses fonctions d’architecte en chef de la ville de Rouen le 1er décembre 1871, le service n’a encore « qu’une organisation sommaire1 ». La situation est floue et loin du modèle parisien instauré par le baron Haussmann en 1860, avec un corps d’architectes entièrement dévoués à la ville. Ici, Sauvageot est plutôt « considéré comme un architecte indépendant que comme un fonctionnaire2 ». Son contrat est illimité dans le temps et aucune clause d’exclusivité ne lui interdit de travailler pour d’autres administrations ou pour le compte de particuliers. Ces derniers occupent toutefois une part très réduite de son activité car, en dehors de la restauration de la chapelle des sœurs de la rue Tous-Vents et de la synagogue, Sauvageot n’a que quelques monuments funéraires à son actif. Par ailleurs, s’il dispose d’un bureau à l’Hôtel de Ville, l’agence proprement dite est installée rue Jeanne d’Arc. Le fait qu’elle fonctionne aussi bien comme service municipal que comme cabinet privé, alimente un peu plus l’ambiguïté autour de son statut. L’arrêté en date du 30 octobre 1871 précise les conditions de l’emploi. Sauvageot est avant tout chargé de l’entretien des bâtiments communaux pour lequel il reçoit un revenu annuel de 4 000 francs3, porté par la suite à 5 000 francs. Cette somme couvre également la rédaction des devis et des plans qui peuvent lui être demandés. Pour les travaux neufs ou de grosses réparations, il perçoit des honoraires proportionnels d’un montant de 3 %, sur les dépenses réglées (5 % dans le cas de l’aménagement du lycée4). Son statut le rapproche alors de l’activité libérale mais avec des avantages en plus, puisque le personnel attaché à son bureau est rémunéré par la ville et la plupart des chantiers lui sont attribués directement, sans avoir à participer à un concours ou à répondre à un appel d’offres. Le système du pourcentage longtemps combattu par Haussmann tant il est vrai qu’il n’incite guère à la mesure, n’est pas nouveau à Rouen. Toutefois, les prédécesseurs de Sauvageot ayant peu construit, il avait alors une moindre incidence sur les finances municipales, même compensé par un traitement fixe plus élevé. Louis Chéruel par exemple percevait 7 000 francs à la fin des années I8605 et son adjoint 3 000 francs, relevés par un supplément de 2 % à valoir sur les travaux neufs ou de restauration. C’est peu en comparaison de Sauvageot qui perçoit plus de 207968 francs pour l’ensemble des gros chantiers (Tableau 1), sans compter son revenu fixe.

Tableau 1. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot sur les principaux chantiers de construction menés pour le compte de la ville

Tableau 1. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot sur les principaux chantiers de construction menés pour le compte de la ville

* Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels des travaux.
** Les estimations ne comprennent ni les frais de décoration peinte ou scuiptée ni ceux de mobilier.

  • 6 Id., 20 janvier 1872.
  • 7 Id., 27 mars 1874.
  • 8 Id., 8 et 30 novembre 1872.
  • 9 Chiffre établi à partir d’une délib. de la ville de Rouen du 28 avril 1882.
  • 10 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 janvier 1877 – ADSM : 20P 1538-46.

2La fin des années 1860 marque un tournant dans l’organisation du bureau municipal d’architecture. Sauvageot succède à Louis Chéruel qui est mis à la retraite et nommé architecte honoraire de la ville par arrêté du 20 janvier 18726. Son bras droit Vachot, décédé en 1869, est remplacé par un certain Hubert qui meurt à son tour au début de la décennie suivante7. La fonction d’adjoint disparaît avec lui et Sauvageot se retrouve seul à la tête du service ce qui, au moment où la ville s’engage dans une politique édilitaire sans précédent, peut surprendre. Toutefois, on peut supposer que les architectes municipaux étaient jusque-là chargés non seulement des travaux d’architecture mais aussi de la voirie et que c’est au début des années 1870 qu’un bureau indépendant géré par un ingénieur-voyer est créé. Cela expliquerait alors pourquoi Hubert n’ait pas été remplacé. En 1872, Sauvageot obtient l’autorisation d’embaucher un commis dessinateur et trois surveillants8, dont Heuzé, chargé des écoles en construction, et Hippolyte de Vesly qui porte plus spécifiquement le titre d’inspecteur des travaux. De fait, ce dernier remplit davantage les fonctions d’adjoint que celles de simple contrôleur. Collaborateur zélé plein d’initiative, il mérite largement, selon Sauvageot, son traitement annuel de 4 500 francs9. Lors de la construction du laboratoire de l’École préparatoire de médecine et de pharmacie en 1877 par exemple, c’est lui qui est mandaté à Paris pour étudier sur place l’installation de l’École supérieure de pharmacie10.

Les prérogatives de l’architecte municipal

3Les attributions de l’architecte municipal sont variées et requièrent de multiples compétences non seulement artistiques mais aussi techniques et administratives. Si l’accès à la commande publique et à la construction d’édifices municipaux est la partie la plus valorisante du travail, ce n’est pas sa seule mission. L’essentiel réside dans l’entretien de l’équipement municipal. Derrière ce terme générique, se cache un certain nombre de tâches extrêmement précises et à ce titre, Sauvageot est responsable :

  • De l’entretien et des grosses réparations des bâtiments communaux ;
  • Des travaux d’architecture et de la disposition de l’éclairage concernant les jardins publics, les fontaines et les monuments publics divers ;
  • Du mobilier des édifices municipaux ;
  • De l’établissement du plan cadastral et de l’indication des mutations de celui-ci ;
  • De l’évaluation des propriétés à acquérir pour les divers services municipaux ;
  • De l’examen des bâtiments menaçant ruine et de « la surveillance des constructions faites par des particuliers au point de vue de la solidité, de la sécurité, de la salubrité, de la propreté et des prescriptions des règlements à ce sujet11 » ;
  • De la visite des écoles, des bâtiments insalubres, incommodes ou dangereux ;
  • De l’établissement et de l’entretien des cabinets d’aisances et des urinoirs publics ;
  • Des mesures à prendre en cas d’incendie en rapport avec les pompiers de la ville ;
  • De l’entretien et de l’agrandissement des cimetières, ainsi que des concessions de sépultures.
  • 12 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 21 décembre 1888.

4Au quotidien, il alterne entre des tâches administratives et des visites sur le terrain. Il est tenu notamment de dresser régulièrement des rapports sur l’état des bâtiments appartenant à la commune et de proposer le cas échéant, un devis des travaux nécessaires. Ces expertises sont dressées au cas par cas et ce n’est qu’avec son successeur que sera instauré un système de rapport trimestriel12. Les contrats des entreprises chargées de ces travaux sont renouvelés tous les trois ans à partir des séries de prix et du cahier des charges mis à jour. Les fonds accordés à l’entretien sont élevés, de l’ordre de 76000 francs par an (Tableau 2). Les chiffres évoluent quelque peu tout au long de la période avec un pic entre 1874 et 1876 puis une phase de recul qui s’accentue au début de la décennie suivante.

Tableau 2. Dépenses prévisionnelles pour l’entretien des bâtiments communaux (en francs)

1871-1873

1874-1876

1877-1879

1880-1882

1er lot : abattoirs, halles, marchés, entrepôts et docks

29 000

30 000

25 000

2eme lot : lycées, écoles et salles d’asile

10 000

10 000

10 000

3eme lot : Hôtel de Ville, promenades, cimetières et urinoirs

14 000

12 000

12 000

4eme lot : casernements provisoires et corps de garde

26 000

26 000

26 000

Montant total de l’entretien annuel

75 000

79 000

78 000

73 000

Montant total de l’entretien triennal

225 000

237 000

234 000

219 000

  • 13 Arrêté municipal du 12 février 1877 – AMR : 3D5.
  • 14 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 22 juillet 1881.
  • 15 Arrêté municipal du 30 décembre 1882 – AMR : 3D5.

5Sauvageot est amené à travailler en étroite collaboration avec d’autres services municipaux, en particulier ceux de la voirie, des eaux, de l’éclairage ou encore, des espaces verts. Le partage des compétences entre chacun est souvent difficile à établir, tant il est vrai que leurs prérogatives se recoupent. À la tête du bureau de la voirie, l’ingénieur Maltet cumule les fonctions réparties dans la capitale entre le service de la voirie proprement dit et celui de la voie publique (ou du pavé de Paris). Il s’occupe en effet de l’inscription des noms des rues et des places, de l’application du tarif des droits de voirie, de l’entretien des voies publiques, de la clôture des terrains en bordure et des trottoirs et enfin, des rapports concernant les demandes de permis de construire13. À la fin des années 1870, la voirie des cimetières et la gestion des concessions de sépultures échappent également au service d’architecture pour entrer dans ses compétences. Les deux projets de cimetières dressés par Sauvageot ne seront donc pas exécutés, mais repris par lui. Le tracé du plan d’alignement dépend des deux hommes, mais sa mise en œuvre est à la seule charge de l’ingénieur-voyer. Seules les estimations des propriétés à céder ou à acquérir dans le cadre des expropriations sont confiées à un agent externe n’appartenant pas à l’administration14. En 1882, le fonctionnement évolue et un service des expropriations est intégré au bureau de la voirie qui obtient dès lors, toute compétence en matière d’alignement15. Ce regroupement doit permettre entre autres, de simplifier les démarches administratives et de limiter les intervenants.

  • 16 Un parallèle peut être établi avec Paris, A.-M. Châtelet ayant démontré que les architectes de la (...)

6Le mouvement général montre que les communes restent très attachées à leur liberté en ce qui concerne le choix de l’architecte pour les grands travaux. À Paris notamment, le principe de l’exclusivité de la commande instauré par Haussmann en 1860 est remis en question dès le début de la Troisième République et la mise en concours du projet de l’Hôtel de Ville est de ce point de vue, symbolique. De même à Rouen, rien n’oblige la ville à passer par son architecte dès lors qu’il s’agit de constructions. Dans les faits, il garde tout de même le monopole sur certains types de travaux, comme l’architecture scolaire16 et scientifique. En revanche, la construction et l’agrandissement des églises relèvent le plus souvent des architectes diocésains ou de curés bâtisseurs. Il est donc rare que les élus imposent le maître d’œuvre et sur les sept églises construites ou reconstruites sur le territoire de la commune dans la seconde moitié du siècle, deux seulement sont l’œuvre d’architectes municipaux. Ce sont les églises Saint-Sever et Saint-Hilaire respectivement édifiées par Vachot et par Sauvageot.

  • 17 Les deux premières commissions municipales s’étaient prononcées en faveur du concours, avant de se (...)
  • 18 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 avril 1876 – AMR : 4MI
  • 19 Id, 1er août 1876.

7La question de la mise en concours se pose pour les travaux de nature plus artistique et les élus y recourent systématiquement pour les projets purement décoratifs qui réclament l’intervention d’un sculpteur. C’est le cas de la fontaine monumentale de Sainte-Marie pour laquelle un concours restreint à cinq artistes (Bartholdi, Carrier-Belleuse, Cugnot, Falguière, Leharivel-Durocher) est ouvert durant l’été 1873. Sauvageot est chargé de s’entendre avec eux pour la partie architectonique de leurs œuvres, une participation que la plupart refuseront. La possibilité d’un concours est également étudiée pour le musée-bibliothèque et le théâtre des Arts. Pour le premier, c’est un simple avant-projet qui est demandé à Sauvageot en novembre 1873 et lorsque ses propositions sont portées à l’examen du conseil municipal huit mois plus tard, celui-ci se divise sur le sujet ; le projet est finalement ajourné, faute d’accord satisfaisant17. Deux ans plus tard, le choix et le mode de désignation de l’architecte sont une nouvelle fois au cœur du débat et le 19 janvier 1876, plusieurs élus réclament l’organisation d’un concours. Ils considèrent que le principe est « conforme aux mœurs nouvelles18 » et qu’il permet de donner sa chance à de jeunes praticiens. La polémique porte aussi sur la mission de Sauvageot. En tant que représentant des intérêts de la ville ne doit-il pas se limiter à une simple fonction de contrôle ? D’autres pensent au contraire que le concours n’est pas une garantie de réussite car, pour attirer des architectes expérimentés et de renom, il faudrait offrir des primes considérables, ce que la ville n’est pas en mesure de faire. L’idée est donc abandonnée concernant le musée-bibliothèque mais, cinq mois plus tard, le conseil municipal décide cette fois le mise en concours du projet de reconstruction du théâtre des Arts19. Nous verrons comment, Sauvageot, contournant le règlement qui lui interdisait de participer à l’épreuve en tant que membre du jury, va profiter de son statut d’architecte en chef pour exposer ses plans malgré tout et obtenir le chantier. L’épisode aussi absurde soit-il, révèle en tout cas les limites de la libéralité et la force des réseaux d’influence.

Les organes de contrôle

  • 20 1re commission : finances, port, assistance publique ; 2e commission : écoles, beaux-arts ; 3e com (...)
  • 21 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 mai 1884.

8Les projets sont soumis à l’avis des autorités et nécessitent l’approbation du maire puis du préfet pour être mis en œuvre. Ils font tout d’abord l’objet d’un rapport par un comité spécial composé d’élus qui peut être soit nommé à titre permanent – comme la commission des écoles, celle des cimetières ou encore de la salubrité publique–, soit désigné ponctuellement pour l’examen d’un dossier. Dans ce cas, les membres sont choisis en séance du conseil. Le fonctionnement de ces assemblées a considérablement varié et la loi du 5 avril 1884 sur l’organisation municipale va permettre d’en fixer le cadre, en instituant six commissions permanentes20 composées de dix conseillers désignés moitié par tirage au sort, moitié par élection. Ces comités se réunissent en dehors de la mairie une ou plusieurs fois en fonction des difficultés de l’affaire. Un rapporteur est ensuite désigné pour présenter les conclusions devant l’ensemble du conseil municipal. Là, le projet est une nouvelle fois discuté. En cas d’accord, les élus décident immédiatement du mode de financement et d’exécution des travaux et la délibération signée par le maire est adressée au préfet, accompagnée des plans et des devis. L’organisation de ces commissions pose le problème de la compétence des élus pour traiter des dossiers qui leur sont confiés et en 1884, l’un d’eux insiste sur la nécessité de tenir davantage compte « des aptitudes particulières21 » de chacun. Certes, ces assemblées sont en partie constituées de membres considérés comme des spécialistes dans les domaines traités. Ainsi, l’architecte Barthélémy est régulièrement nommé comme rapporteur des projets de construction et le docteur Le Plé se consacre naturellement aux affaires de salubrité publique. D’autres, vont acquérir une autorité sur un sujet particulier, comme le négociant Lucien-Émile Ferry qui se spécialise dans les affaires des écoles. Toutefois, ces comités sont en majorité composés de néophytes et il est courant que la municipalité fasse appel à une seconde commission consultative composée cette fois d’experts.

  • 22 Cette étude a été menée à partir de la liste des membres de la commission d’architecture du départ (...)
  • 23 J.-Y. Veillard qui a étudié l’organisation du conseil local des Bâtiments civils du département d’ (...)

9En ce qui concerne l’agrément préfectoral, la procédure est définie par le conseil des Bâtiments civils. Fondé en 1795, cet organe de l’État a pour vocation de contrôler les projets et les devis concernant les édifices publics. Face à l’ampleur d’une telle tâche, les préfets ont tout de même été habilités à approuver eux-mêmes les travaux ne dépassant pas un certain seuil, fixé à 30000 francs pour les ouvrages communaux et 50 000 francs pour les ouvrages départementaux. La circulaire Montalembert datée de décembre 1838 a également permis d’instituer des conseils, comités ou commissions des Bâtiments civils dans les départements chargés de seconder le préfet et d’examiner au préalable les projets en question et dont l’organisation et le fonctionnement sont laissés à la libre compétence des autorités locales. En Seine-Inférieure, la commission des Bâtiments civils du département est devenue au milieu des années I860, la « commission d’architecture du département » rattachée à la division des Travaux publics. La présidence est assurée par le préfet et par le vice-président du conseil de préfecture en son absence. Le nombre de membres, limité à cinq jusqu’à la fin du Second Empire, varie ensuite de neuf à dix au début de la Troisième République, avant d’être ramené à sept puis six participants au tournant du siècle22. La composition du comité évolue peu et il reste largement dominé par les architectes qui sont au minimum quatre – et même cinq entre 1885 et 1896 – tous Rouennais au demeurant23.

10Durant le mandat municipal de Sauvageot, la commission départementale d’architecture réunit deux conseillers généraux, un ingénieur en chef des Mines, l’agent-voyer en chef honoraire, les architectes Chéruel, Barre et Caban et l’architecte en chef du département, Desmarest. Les projets qui leur sont soumis font l’objet d’un rapport détaillé confié à l’un des membres, qui est ensuite discuté en séance par l’ensemble du comité. Si le préfet et le conseiller de préfecture Legrand assistent exceptionnellement à ces assemblées, les autres membres sont au contraire régulièrement présents. Desmarest est systématiquement désigné comme rapporteur des projets présentés par Sauvageot et ses conclusions sont généralement adoptées sans discussion. Il faut dire que sa fonction et son titre le désignent naturellement comme le leader du comité. De plus, il était sans doute difficile pour les autres membres de donner un avis sur un dossier que le rapporteur était le seul à connaître. L’examen de Desmarest est très détaillé. Il porte sur le respect de la législation en vigueur et plus particulièrement sur l’étude des questions de salubrité, de circulation et d’accès. Il veille également au respect des contraintes du programme, en particulier financières. Au fil des rapports, l’architecte départemental ne tarit pas de louanges sur son jeune confrère et ses projets sont le plus souvent adoptés sans réserve. Les avis émis par le comité sont automatiquement suivis par le préfet. Celui-ci retourne ensuite à la municipalité les plans et les devis accompagnés de son visa approbatif et des éventuelles propositions de modifications.

11La commission des Bâtiments civils est donc plus rarement sollicitée et bien que son aval soit obligatoirement requis pour les projets communaux supérieurs à 30000 francs, elle n’a que peu d’influence. Concernant les projets de Sauvageot, elle n’est appelée à donner son avis que par deux fois : en 1874, pour l’église Saint-Hilaire et en 1877, pour le théâtre des Arts. Les architectes Clerget et Lefuel sont respectivement désignés comme rapporteur et dans les deux cas, les plans sont adoptés sous réserve de modifications. Toutefois, celles-ci ne sont pas suivies d’effet et, en l’absence de réel pouvoir contraignant, ladite commission apparaît avant tout comme une instance consultative, une simple formalité administrative et sans réel pouvoir. La commission d’architecture du département qui en émane joue désormais un rôle majeur.

Les professionnels de la construction

  • 24 PV d’adjudication des travaux pour l’entretien des bâtiments communaux, 28 février 1871 – ADSM : 2 (...)
  • 25 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 décembre 1873 – ADSM : 20P 1538-13.

12Une fois le projet adopté et le cahier des charges établi, vient le temps de la mise en œuvre. L’exécution des travaux est confiée à des entreprises choisies par marché, le procédé privilégié étant celui de l’adjudication. Des clauses restrictives sont parfois introduites. Ainsi, lors de l’adjudication triennale des travaux d’entretien en 1871 seules les sociétés ayant leur siège à Rouen sont autorisées à se présenter24. La ville cherche également à limiter le recours systématique à l’adjudication et fait appel le plus souvent possible aux entrepreneurs chargés de l’entretien. À partir de 1872, l’article 2 du cahier des charges les engage d’ailleurs à exécuter aux conditions de leur rabais tous les ouvrages neufs de quelque importance qu’ils soient et même des constructions entières, lorsque la dépense est le résultat d’un vote extraordinaire et spécial en dehors des fonds affectés annuellement à l’entretien des bâtiments communaux25. L’installation des urinoirs publics et les travaux d’aménagement de l’hôtel de la Douane, du bureau de poste de l’Hôtel de Ville, de l’école Pouchet et du lycée de jeunes filles figurent ainsi parmi les chantiers relevant de l’entretien. C’est un gain de temps précieux qui permet d’éviter des procédures généralement longues. D’un point de vue financier, la municipalité s’assure aussi des remises conséquentes sur l’ensemble des travaux – de 18 % par exemple, pour l’école Pouchet – que des adjudications ponctuelles sont loin de garantir, en particulier en période de crise du bâtiment.

  • 26 PV de réception des ouvrages de charpente et de maçonnerie – AMR : 4M1 : musée-bibliothèque.

13Pendant la durée du chantier, le travail de Sauvageot consiste à suivre l’évolution des ouvrages, à fournir les dessins côtés au fur et à mesure de l’avancement, à préciser si nécessaire certains points de son projet et à informer la municipalité du cours des évènements. L’agence de la direction des travaux établie provisoirement à proximité de l’édifice en construction permet de centraliser ces activités et de renforcer le contrôle sur place. C’est là que l’architecte reçoit les entrepreneurs deux fois par semaine. Le cahier des charges précise le calendrier à suivre et réglemente chaque étape. En cas de retard, l’entrepreneur est automatiquement soumis à une pénalité de 25 francs par jour et dans le cas d’édifices plus importants comme l’église Saint-Hilaire, cette sanction se double d’une retenue de l’ordre d’un dixième sur le montant total des travaux adjugés. Pour les ouvrages les plus délicats comme la sculpture, les artisans réalisent en premier lieu des modèles en terre cuite qui ne sont transcrits dans la pierre qu’après approbation du maître d'œuvre. Les attachements nécessaires à la vérification des ouvrages – métrés et mémoires – sont régulièrement dressés par les entrepreneurs et expédiés au service municipal d’architecture. La réception provisoire a lieu dans le mois suivant l’achèvement du chantier et après la remise du compte général des travaux. Elle est suivie un an plus tard de la réception définitive. Ce délai peut être exceptionnellement plus long et dans le cas de la seconde aile du musée-bibliothèque, les ouvrages de charpente et de maçonnerie achevés en novembre 1884 ne sont définitivement reçus qu’au début du mois de juillet 1886 pour les premiers et à la mi-mars 1888 pour les seconds26’. En ce qui concerne le paiement, les entrepreneurs reçoivent habituellement les 4/5e du montant qui leur est dû pendant l’exécution et le solde leur est versé après la réception définitive en même temps que la caution initiale leur est remboursée.

  • 27 Extr. du PV d’adjudication des travaux d’entretien des bâtiments communaux pour les années 1871-18 (...)
  • 28 Id., années 1874-1875-1876, 24 avril 1874 – ADSM : 2OP 1538-13.
  • 29 Id., années 1877-1878-1879, 24 février 1877 – ADSM : 20P 1538-13.
  • 30 Id., années 1880-1881-1882, 8 mars 1880 – ADSM : 20P 1538-13.

14L’analyse de la répartition des travaux d’entretien fait clairement apparaître une situation de quasi-monopole, quatre entreprises rouennaises de travaux publics se partageant des contrats évalués entre 73 000 et 79 000 francs par an (Tableau 3). Ainsi, lorsque Sauvageot prend ses fonctions en 1871, ces ouvrages sont aux mains de deux associés Bigot et Roussel qui ont remporté le marché en proposant un rabais de 22 %, contre une moyenne de 12,3 % pour leurs concurrents27. Lors du renouvellement du contrat, Bigot désormais indépendant enlève encore trois lots sur quatre, les entrepreneurs Collé et Delaunay ayant été pour leur part déclarés adjudicataires de l’entretien des lycées, des écoles et des salles d’asile28. Toutefois, en 1877 il n’obtient plus que la moitié des lots (nos 1 et 2) au profit de Delaunay qui, désormais séparé de Collé, est encore une fois chargé des lycées, écoles et salles d’asile, ainsi que de l’Hôtel de Ville, des promenades et du Cimetière monumental29. L’année 1880 marque une nouvelle étape puisque Collé obtient cette fois les quatre contrats estimés à 219000 francs en proposant des rabais très élevés, de l’ordre de 25 %30. Si cette situation de monopole établie par Collé et Cie aux prix de remises considérables est financièrement avantageuse, elle est également risquée. En effet, ces entrepreneurs généraux doivent passer par des sous-traitants spécialisés dans les différents corps d’état sur lesquels les services municipaux d’inspection n’ont pas d’action directe, compliquant un peu plus les rapports entre les agents de la ville et les adjudicataires. Le fait de déléguer pose également le problème de la compétence des artisans choisis. De fait, Collé et Cie ne sera pas en mesure de tenir ses engagements et sa collaboration avec le service municipal d’architecture va s’avérer désastreuse, aboutissant à la résiliation du marché en mai 1881.

Tableau 3. Entreprises adjudicataires des travaux d’entretien de 1871 à 1881

Tableau 3. Entreprises adjudicataires des travaux d’entretien de 1871 à 1881
  • 31 PV d’adjudication des travaux de couverture et de plomberie du théâtre des Arts, 15 mai 1879 – ADS (...)
  • 32 Id., travaux de menuiserie de la première aile du musée-bibliothèque, 15 janvier 1878 – ADSM : 2OP (...)
  • 33 Id., travaux de peinture et de vitrerie du musée-bibliothèque, 15 janvier 1878 et 28 octobre 1883 (...)

15Pour les grands travaux, tout porte à croire que Sauvageot intervient en amont et s’entend avec certains entrepreneurs avant la mise en adjudication. Cette pratique courante sur les chantiers de restauration des Monuments historiques est plus rare dans le cas des travaux municipaux et, en tout cas, elle n’est pas clairement invoquée. C’est le cas pour les chantiers les plus délicats que sont l’église Saint-Hilaire, le musée-bibliothèque et le théâtre des Arts, respectivement construits par Jean-Baptiste Monflier, Brunei – puis Brunei fils – et Jullienne et fils. Pour l’église Saint-Hilaire édifiée en 1874, l’architecte n’est pas encore familiarisé avec le milieu local. Il fait donc appel à des artisans spécialisés ayant acquis une excellente réputation, mais avec lesquels il travaille peu par la suite. Pour la première aile du musée-bibliothèque qui ne présente pas de difficultés particulières, seules des entreprises locales sont encore appelées à soumissionner. Il faut attendre la mise en adjudication du théâtre des Arts puis l’achèvement du musée-bibliothèque pour que Sauvageot s’adresse à des entreprises spécialisées comme les parisiens Gaget, Gauthier et Cie, pour la couverture et la plomberie du musée-bibliothèque ou encore Obert et fils, pour les charpentes en fer du théâtre des Arts et du musée-bibliothèque31. Sa préférence pour certains artisans locaux se précise également. Ainsi, le menuisier Lemel exécute les travaux de la première aile du musée, ceux du théâtre des Arts et récupère en 1887, le chantier d’achèvement du musée-bibliothèque suite à la faillite de l’adjudicataire Manchion32. De même, le peintre-vitrier Lefebvre obtient l’ensemble des ouvrages du musée-bibliothèque33.

  • 34 Cf. Vlllette E., Notes et Souvenirs d’Ernest Villette, maître-charpentier, Rouen, 1922.

16Pour les chantiers plus modestes et en particulier l’architecture scolaire et scientifique, l’architecte fait appel à des sociétés locales et certaines catégories de travaux sont nettement concentrées aux mains de quelques-unes. Ainsi, cinq entreprises de travaux publics seulement se partagent la construction des établissements scolaires. Léger, par exemple, construit quatre écoles, aménage les deux lycées et monopolise également les travaux de l’École préparatoire de médecine et de pharmacie et ceux de l’École préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres. Ses concurrents Cécille, Jullienne, Édouard Monflier et Sauvage se répartissent la construction des écoles restantes. Les ouvrages de charpente en bois sont exceptionnellement confiés à des entrepreneurs de travaux publics, Sauvageot préférant les associer à des artisans spécialisés. Rouen dispose en effet d’une longue tradition de maîtres-charpentiers de navires reconvertis dans le bâtiment34. Trois noms se distinguent : Armand Mardor, Ernest Villette et surtout Théophile Bunel. Enfin, cinq artisans seulement sont chargés de l’ensemble des ouvrages de couverture et de plomberie dans les écoles : Boisnel, Bouet, Chenot, Lasseur et Maubert. Seuls deux entrepreneurs ne résidant pas à Rouen sont amenés à participer à la construction des mêmes écoles. Il s’agit du parisien Maugas qui est chargé de la peinture et de la vitrerie de cinq établissements entre 1878 et 1880 et des frères Ledran installés à Louviers (Eure), adjudicataires des travaux de peinture, de vitrerie et de menuiserie de l’école Marie Duboccage en 1879. Faut-il y voir le signe d’une absence de collaborateurs sûrs au niveau local dans ce domaine ? Difficile de l’affirmer bien qu’il n’y ait que deux Rouennais dans la liste des peintres-vitriers ayant pris part aux chantiers des écoles : Delainé et surtout Lefebvre.

  • 35 Rapport de Sauvageot, 17 octobre 1872 – ADSM : 1T 1946.
  • 36 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 29 décembre 1876 - ADSM : 20P 1 538-13.
  • 37 Id., 11 août 1876.
  • 38 Villette E„ Notes..., op. cit., p. 87.

17La concurrence entre les entrepreneurs est telle que certains n’hésitent pas à proposer des remises trop importantes, au risque de faire faillite ou de tricher, notamment sur la qualité des matériaux. Plusieurs affaires de ce genre vont d’ailleurs entacher la fin du mandat municipal de Sauvageot. Ces pratiques contribuent plus largement à fragiliser un secteur déjà en crise et soumis à de fortes hausses des prix de la main d’œuvre et des matériaux auxquelles Sauvageot fait allusion dès 187 235. En 1876, cette tendance se confirme36 et lors de la mise en adjudication de la première aile du musée-bibliothèque, les premières difficultés apparaissent. Alors que six entrepreneurs se sont munis d’un certificat d’aptitude et ont déposé leur cautionnement, un seul accepte finalement de proposer un rabais sur le montant des travaux37. Les autres font valoir que les prix du devis dressé deux ans auparavant ne sont plus rémunérateurs, les salaires des ouvriers ayant été augmentés suite à plusieurs mouvements de grève. La chambre syndicale des entrepreneurs de la ville confirme cela, évoquant une augmentation des prix de l’ordre de 7 %. Cette crise se confirme d’année en année et nombre d’entreprises vont péricliter ou fusionner. Ainsi, sur les quinze à vingt entrepreneurs de charpente installés à Rouen dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la moitié aura disparu au début des années 192038.

18Le détail du programme décoratif est souvent établi par Sauvageot en cours d’exécution, lorsque le gros œuvre touche à sa fin. C’est également à ce moment que sont choisis les artistes qui vont travailler à la réalisation de ces décors. En ce qui concerne la sculpture ornementale, l’architecte a toute liberté et il soumet le plus souvent au conseil municipal la liste des artisans qu’il souhaite employer. La ville l’encourage simplement à faire participer les artistes locaux pour qui la commande publique est un débouché essentiel. Depuis le début du siècle, l’artisanat rouennais connaît un formidable renouveau. Les Bonet, les Foucher, les Jean ou encore les Guilloux ont ouvert d’importants ateliers de sculpture et travaillent de père en fils sur tous les grands chantiers de la capitale normande. Sauvageot, rapidement familiarisé avec ce milieu, se constitue une équipe sûre et efficace qu’il emploie invariablement d’une construction à l’autre. Si l’on compare la liste des artisans ayant travaillé à l’ornementation de l’église Saint-Hilaire, du musée-bibliothèque et du théâtre des Arts, neuf noms reviennent régulièrement. Les Bonet père et fils, Alphonse Jean (dit le père Jean), Devaux et Despois de Folleville collaborent aux trois chantiers, tandis que Billiard fils, Edmond Bonet, Jean-Baptiste Foucher, Georges-Albert Trugard et Benjamin Guilloux participent à deux d’entre eux.

  • 39 Claude Sauvageot évoque le comte dans Palais, Châteaux,... op. cit. (t. I, p. 22) auquel il a fait (...)

19Dans le domaine de la statuaire proprement dite, les travaux ne sont pas non plus suffisamment importants pour justifier une mise en concours. Sauvageot n’hésite pas à faire appel à des artistes de réputation nationale comme Frédéric-Auguste Bartholdi et Henri Chapu qui contribuent au rayonnement artistique de la cité. Il s’attache également les services de sculpteurs originaires de Rouen ou plus généralement de Normandie qui ont déjà acquis une certaine notoriété dans les salons parisiens ou qui peuvent trouver un intérêt personnel à travailler pour la ville. Anatole Marquet de Vasselot et Léon Chédeville sont de ceux-là. Sur les chantiers du musée-bibliothèque et du théâtre des Arts, l’architecte s’entoure d’ailleurs des mêmes collaborateurs ce qui accentue un peu plus les similitudes entre les deux édifices. Tous sont des proches bien que l’on ne soit pas toujours à même de préciser ces liens : Bartholdi est un ami, Léon Chédeville est son neveu par alliance. En ce qui concerne Chapu, on ignore comment ils se sont rencontrés. Toutefois, on sait que les parents du sculpteur travaillaient à Paris comme concierges pour les de Vogué. Or, les Sauvageot connaissaient la famille et en particulier l’historien Melchior de Vogüe39. Sans pouvoir affirmer qu’ils se soient connus par cet intermédiaire, cet élément atteste en tout cas d’un cercle commun d’amitiés. Sauvageot fera d’ailleurs de nouveau appel à Chapu au milieu des années 1880 pour l’exécution du tombeau du cardinal de Bonnechose qui orne la cathédrale de Rouen.

  • 40 Lettre du ministère chargé des Beaux-Arts au préfet de la SI, 28 février 1882 – ADSM : 20P 1538-60
  • 41 Lettre de Sauvageot à Mazerolle, 10 décembre 1887 – AN : F 21 4405.

20En revanche, l’architecte intervient peu dans le domaine de la commande picturale car l’État, qui apporte souvent une contribution financière, se réserve également le choix des artistes. D’ailleurs, ses tentatives d’intervention se soldent la plupart du temps par un échec. En 1881, il essaie notamment d’imposer le peintre Paul Milliet pour la décoration de la coupole de la salle du théâtre des Arts. Mais ce dernier est écarté d’office au profit de Léon Glaize et ce n’est qu’après le désistement de Faustin Besson, gravement malade, que Milliet est chargé de le remplacer dans le foyer des premières40. Six ans plus tard, c’est à Alexis-Joseph Mazerolle que Sauvageot souhaite cette fois confier la décoration de l’escalier du musée. L’affaire est même entendue entre eux41 mais cette candidature ne sera jamais prise en compte par l’administration qui a déjà porté son choix sur Puvis de Chavannes. Il arrive exceptionnellement que le ministère tienne compte des avis des administrations locales et du maître d’œuvre. Ainsi, lorsqu’il accorde en 1 880 une aide pour l’exécution d’un cycle peint dans l’église Saint-Hilaire, le nom d’Auguste Perrodin, recommandé par le président du conseil de fabrique et par Sauvageot, est validé sans discussion. De même, c’est à son instigation que le décorateur rouennais Paul Baudoüin obtient deux commandes officielles dans les années 1880 et travaille au décor du foyer du théâtre des Arts puis de l’escalier de la bibliothèque.

La fin du mandat municipal

La démission

  • 42 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 février 1883.
  • 43 Id., 22 juillet 1881.
  • 44 J de R, 30 décembre 1881.
  • 45 Extr. reg. délib.de la ville de Rouen, 13 janvier 1882.
  • 46 Cf. Veillard J.-Y., Rennes au XIXe siècle..., op. cit., p. 74.

21L’arrivée des républicains Charles-François Dieutre puis Louis Ricard à la tête des affaires municipales marque une rupture dans la vie politique locale et un tournant dans la carrière de Sauvageot. Sur le plan édilitaire, c’est le début des restrictions car l’assainissement des finances est la priorité des nouveaux élus. Or, les services d’architecture et de la voirie sont ceux qui coûtent le plus cher, nécessitant en seuls frais de fonctionnement, 25 500 francs par an pour l’un et 40 000 francs pour l’autre42. Durant la campagne électorale, les opposants de Barrabé ont su exploiter le mécontentement d’une partie de l’opinion sur ce point. Dès 1881, la réforme des deux services est à l’ordre du jour. Celle du bureau de l’ingénieur-voyer aboutit très rapidement durant l’été43. La réforme du service d’architecture va en revanche s’avérer beaucoup plus difficile et les rapports de Sauvageot avec une partie des conseillers municipaux vont progressivement se tendre. D’aucuns et en particulier le comptable Armand Chemin, vont mettre en avant les dysfonctionnements du bureau et accuser l’architecte en chef d’en être en partie responsable. Dans un rapport présenté le 30 décembre 1881, celui-ci relève en effet que selon une étude comparative menée avec des villes plus importantes - comme Lyon, Marseille, Bordeaux et Lille - le budget accordé à cette fonction est trop élevé au regard du nombre d’habitants et de leurs revenus44. Le système du pourcentage est plus particulièrement pointé du doigt dans la mesure où il coûte chaque année entre 13 et 14 000 francs, l’élu accusant même Sauvageot d’en abuser45. Rouen n’est pas la seule commune confrontée à la cherté de son service d’architecture et la crise est perceptible ailleurs. À Paris, une réforme a été mise en œuvre dès le milieu des années 1870 sous l’impulsion de Viollet-le-Duc alors conseiller municipal et la province a suivi. À Rennes par exemple, elle n’aura lieu qu’en 1894 mais dès 1887, une enquête comparative du même genre sur l’organisation et le fonctionnement des agences d’architecture dans quatorze autres villes, est menée46.

  • 47 Cf. Thomine A., « L’Europe, la nation, la cité : l’exemple de l’engagement politique de Viollet-le (...)
  • 48 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 13 janvier 1882.
  • 49 Ibid. Bien que la question de ses attaches politiques soit délicate, tout porte à croire que Sauva (...)

22Au début de l’année 1881, Sauvageot pense encore que la réforme du service d’architecture lui sera favorable. Il insiste donc auprès du maire pour qu’un adjoint lui soit désigné. Le 25 mars suivant, une commission est nommée dans ce sens mais la demande en reste là. Avec les attaques répétées d’Armand Chemin désormais relayées par d’autres élus, c’est l’intégrité professionnelle de Sauvageot qui est mise en cause. Le conflit glisse sur le terrain politique au moment où une circulaire du ministère de l’Intérieur recommande aux administrations locales d’épurer le personnel légué par le Second Empire pour ne s’entourer que d’auxiliaires républicains. Une exhortation qui rappelle d’ailleurs les attaques dont Viollet-le-Duc a été victime à l’avènement du nouveau régime47. Dans ce climat de suspicion, Sauvageot, que ses liens avec les municipalités antérieures plus modérées et surtout « son emploi d’architecte de l’archevêché48 » - pour reprendre l’expression de Chemin - desservent aux yeux des anticléricaux, se voit contraint de réaffirmer son attachement au régime. Dans une lettre au maire datée du 5 janvier 1882, il termine « en affirmant qu’il reste ce qu’il a toujours été : sincèrement républicain49 ». Il joint sa lettre de démission à cette profession de foi.

23Faut-il voir dans ce départ en apparence précipité l’aveu d’un revers dans la carrière de Sauvageot ? A-t-il cédé face aux attaques répétées d’une partie du conseil ? Celles-ci étaient-elles justifiées ? Il est certain que l’organisation de l’agence municipale n’était plus en rapport avec ses missions. Les chantiers se multipliant, le personnel n’était plus en mesure d’en assurer le contrôle efficace, d’où plusieurs « affaires » qui pénalisent le bilan de l’architecte. Mais, ces pressions révèlent également les liens étroits qui l’unissent en tant qu’architecte en chef de la ville à l’administration en place. Associé par la nature même de ses fonctions au conseil municipal, son œuvre incarne les mandats de Nétien et Barrabé. Les attaques relèvent donc avant tout d’une cabale politique visant à discréditer les précédents élus qui l’ont toujours tenu en grande estime. Par ailleurs, les critiques émanent d’un petit groupe d’élus réunis autour de Chemin et comprenant l’entrepreneur Lucien Huet, le sculpteur Charles Bourgeois et l’ancien avoué Jacques Sement. Tous trois nourrissent à l’encontre de Sauvageot des rancunes personnelles et professionnelles qui le disputent à la prétendue défense des intérêts municipaux. Sement, par exemple, est l’instigateur d’un contre-projet de théâtre des Arts présenté en août 1878 qui a divisé le conseil municipal alors que les plans de Sauvageot étaient déjà adoptés. Bourgeois et plus particulièrement Huet se font quant à eux les interprètes du mécontentement des entrepreneurs locaux sur fond de crise. En démissionnant, notre architecte va donc éviter les pièges d’une carrière strictement provinciale, particulièrement dépendante des aléas politiques et des changements administratifs.

24Par ailleurs, il cumule désormais les chantiers de restauration dans la région pour le compte des Monuments historiques et il est depuis peu architecte diocésain de Rouen. Fort de ce statut, assuré d’un avenir brillant en même temps que d’un revenu confortable, quel intérêt aurait-il à conserver coûte que coûte sa charge d’architecte municipal alors que le service manque de moyens et de personnel, que les retards s’accumulent et que les réformes qui s’annoncent ne peuvent que lui être défavorables ? Pour autant, il ne souhaite pas abandonner ses chantiers en cours et propose de conserver la direction des travaux du théâtre des Arts, de la deuxième aile du musée-bibliothèque, de l’amphithéâtre de physique ainsi que des deux écoles du quartier Martainville. En termes financiers, il renonce naturellement à son traitement annuel au profit du maintien des honoraires à 3 % sur les travaux neufs. Il obtient aussi que le taux pour l’achèvement du musée-bibliothèque et la construction des deux écoles soit revu à la hausse (4 %), de manière à couvrir une partie des frais de personnel désormais à sa charge. L’accord étant ainsi conclu, il abandonne officiellement ses fonctions d’architecte en chef de la ville. En ce qui concerne les autres projets adoptés comme celui du lycée de jeunes filles, la mise en œuvre est confiée à son successeur, Jules-Charles Touzet.

Le difficile achèvement des travaux en cours

  • 50 Cf. Delabarre É., « Le musée-bibliothèque et Sauvageot », L’Architecture et la construction dans l (...)

25À partir de 1882, Sauvageot partage désormais son temps entre Paris où il s’est établi et la province où il multiplie les chantiers de restauration. Il effectue une ou deux visites hebdomadaires à Rouen de manière à suivre l’évolution des travaux en cours pour le compte des Monuments historiques et des Édifices diocésains et pour surveiller l’avancement des bâtiments municipaux50. Pour le seconder dans cette tâche, il embauche un architecte résidant sur place, Léopold Segers. Conformément au calendrier prévisionnel, le théâtre des Arts est inauguré en septembre 1882, l’amphithéâtre de physique est terminé en avril 1883 et les deux écoles du quartier Martainville sont achevées dans les mois qui suivent. Le chantier du musée-bibliothèque est en revanche beaucoup plus long et si l’aile nord et les cours vitrées sont livrées dès l’été 1884, l’ensemble du bâtiment n’est inauguré que quatre ans plus tard. Par ailleurs, cette phase de l’activité rouennaise de Sauvageot tranche avec les années précédentes car c’est dans un climat d’extrême tension et même de conflit quelle se déroule, dont la presse, à travers la caricature notamment, se fait l’écho. Ainsi, La cloche d’argent, feuille satirique locale, l’épingle régulièrement (Fig. 16 et 17) : en octobre 1 882, lors de l’inauguration du théâtre des Arts et du lycée de jeunes filles ; en juin 1883, lors des noces d’argent du cardinal de Bonnechose où Sauvageot est croqué sous les traits d’un curé porteur d’encens au service - pour ne pas dire « à la botte » - de l’archevêque ; et enfin, en mars 1884, alors que le syndicat des entrepreneurs de peinture de la ville dénonce les conditions dans lesquelles sont adjugés les travaux municipaux et le manque de surveillance des chantiers en cours. L’architecte est représenté au loin, fuyant dans une montgolfière épinglée « ministère des Beaux-Arts » et saluant la foule.

  • 51 Plusieurs municipalités se dotent à la même époque de commissions similaires pour la surveillance (...)
  • 52 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 4 mai 1883.
  • 53 Rapport de Lavoine et Michelot, 12 mars 1883.
  • 54 Cf. Delabarre É., « Le musée-bibliothèque..., op. cit., p. 90.
  • 55 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 3 août 1883.
  • 56 Id., 2 novembre 1883.
  • 57 Lettre de Sauvageot au maire de Rouen, 17 février 1884, in Delabarre É., « Le musée-bibliothèque.. (...)

26De fait, Sauvageot va être directement mis en cause dans plusieurs « affaires » qui pénalisent quelque peu son bilan. En 1883 notamment, il est attaqué à propos de la pierre utilisée dans les fondations de la deuxième aile du musée-bibliothèque. Selon le mystérieux délateur, Brunei fils aurait substitué la roche dure de Saint-Maximin de première qualité stipulée dans le devis par de la roche tendre. L’architecte, accusé de laisser le chantier sans surveillance, remet au maire les fiches d’expédition indiquant l’origine des matériaux et se porte également garant de l’entrepreneur. Malgré cela, la commission consultative des bâtiments communaux nouvellement créée51 est saisie du dossier et ses investigations confirment que la roche employée n’est pas celle indiquée dans le devis. Sauvageot reconnaît finalement que la substitution s’est faite sur ses ordres, la pierre d’Auvers lui ayant paru plus belle que la roche de Saint-Maximin. Selon lui, il n’y a pas de préjudice dans la mesure où elles sont identiques et où elles coûtent le même prix52. L’enquête, confiée à deux ingénieurs en chef des Ponts-et-Chaussées prouve tout du moins sa bonne volonté, leurs conclusions allant dans ce sens53. L’affaire aurait donc dû en rester là, mais le conseiller municipal Huet s’acharne et obtient que la commission consultative des bâtiments communaux soit chargée de la surveillance des travaux. Dès lors, les heurts se multiplient. Par courriers du 20 février et du 24 avril 1883, Huet réaffirme que les pierres utilisées pour le musée-bibliothèque ne correspondent pas aux clauses du cahier des charges54 En août, il se plaint des retards pris selon lui dans la rédaction des devis des travaux complémentaires55. En novembre, il réclame la nomination d’une commission spéciale pour évaluer la nature de la pierre employée dans la construction de l’école Géricault56. Aucun vice n’est décelé mais l’élu persiste et la cabale franchit une étape supplémentaire lorsque l’achèvement du musée-bibliothèque se heurte à des difficultés financières. Il accuse à tort le maître d’œuvre d’avoir élargi la bibliothèque de cinquante centimètres dans un but frauduleux et demande la vérification des comptes de travaux. Sauvageot semble avoir fait preuve dans un premier temps d’une relative bonne volonté, démontrant en toute occasion l’honnêteté de ses intentions et ce, avec d’autant plus de sérénité, que les expertises successives lui donnent raison. Mais au début de l’année 1884, il coupe court aux critiques en n’assistant plus aux réunions du comité consultatif évoquant « des propos grossiers tenus [...] par M. Huet [...] qui ne semble se servir de sa condition de conseiller municipal que pour satisfaire des rancunes personnelles57 ».

Fig. 16. J. Légeron, Caricature parue à l'occasion des célébrations des Noces d'argent de M. de Bonne chose, extr. de La cloche d’argent. Journal hebdomadaire, illustré, politique, littéraire et artistique, no 37, 10-16juin 1883 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 17. J. Légeron,Un enterrement de première classe, extr de La cloche d’argent. Journal hebdomadaire, illustré, politique, littéraire et artistique, no 75,1er-8 mars 1884 (Cl. Sophie Nasi).

  • 58 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er février 1884.
  • 59 Id., 25 avril 1884.

27La polémique est loin de s’apaiser et en janvier 1884, trente-cinq membres de la chambre syndicale des entrepreneurs de peinture encouragés par Huet adressent une pétition au maire, dénonçant « les rabais insensés consentis sur les travaux de peinture et vitrerie exécutés dans les édifices et bâtiments communaux depuis quelques années58 ». Selon eux, les conditions de prix sont si réduites qu’il est impossible pour les adjudicataires de répondre aux exigences du cahier des charges sans frauder sur la nature et la qualité des matériaux. Les chantiers des écoles primaires sont plus particulièrement visés, ainsi que les peintures de la première aile du musée et du théâtre des Arts. Le Petit Rouennais s’empare de ce nouveau scandale autour de l’ancien architecte municipal dont la réputation est désormais ternie par « l’affaire des fondations du musée », malgré l’expertise qui l’a blanchi. En février, le conseil municipal décide de nommer une commission chargée de procéder à une vérification détaillée des ouvrages de peinture et de vitrerie déjà effectués au théâtre des Arts et au musée-bibliothèque. Le rapport est sans appel et conclut qu’il est « impossible de voir dans les travaux de peinture exécutés tant au Théâtre-des-Arts qu’au Musée, la perfection que l’Administration est en droit d’exiger59 ». En conséquence, le conseil municipal décide de porter l’affaire en justice. Dans les deux cas, la ville est déboutée, le conseil de préfecture faisant valoir que les imperfections incriminées devaient être apparentes au moment de la réception des ouvrages mais qu’il n’y a pas eu la moindre protestation à ce moment. Dans le cas du musée notamment, comment ne pas s’étonner que les élus aient attendu cinq ans avant de se plaindre, alors qu’une dégradation naturelle s’est produite entre temps ? Aucune faute personnelle ou professionnelle n’est donc retenue à l’encontre de Sauvageot.

  • 60 Lettre de Lucas au maire de Rouen, 29 octobre 1886 – AMR : 4 Ml : musée-bibliothèque.
  • 61 Pétition de l’union syndicale des entrepreneurs de peinture, 3 novembre 1886 – AMR : 4M 1 : musée- (...)
  • 62 Note manuscrite (non signée et non datée) reprenant le rapport du comité consultatif des bâtiments (...)
  • 63 Extr. du rapport des architectes mandatés par Sauvageot, 11 décembre 1886 – AMR : 4 M1 : musée-bib (...)
  • 64 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 février 1887.

28Mais le doute persiste aussi bien dans l’esprit du conseil municipal que dans celui de l’opinion publique et c’est dans un climat d’extrême tension que se déroule l’achèvement du musée-bibliothèque. Parmi les élus, Émile Lucas semble avoir pris la relève de Lucien Huet comme chef de file des anti-Sauvageot : « Toutes les peintures rouges des galeries d’exposition sont inacceptables et à refaire60 », signale-t-il au maire. En novembre 1886, l’union syndicale des entrepreneurs de peinture de Rouen s’en mêle. Renouvelant la pétition de 1884, elle proteste également contre l’inertie de la commission technique des bâtiments communaux chargée de surveiller les travaux61. Celle-ci organise donc une visite de chantier le mois suivant qui aboutit à la même conclusion qu’Émile Lucas62. Or, la réception provisoire n’a pas encore eu lieu et des retouches restent à faire. Sauvageot sollicite de son côté l’avis de trois architectes indépendants qui jugent au contraire les travaux parfaitement recevables et soulignent combien le rapport du comité consultatif est entaché d’une « exagération regrettable63 ». D’ailleurs, lors de la réception provisoire trois mois plus tard, ce dernier admet finalement que les peintures sont tout à fait convenables64.

  • 65 Id., 17 octobre 1884.
  • 66 Rapport de l’inspecteur des travaux de la ville, 16 octobre 1884 – AMR : 4 DI : Actions en justice
  • 67 Rapports du 16 octobre et du 24 novembre 1884 – AMR : 4 DI : Actions en justice.
  • 68 Mémoire pour M. Sauvageot par l’avoué-mandataire Laurent, 31 mars 1885 ; réplique de Maître Lauren (...)

29Un litige supplémentaire apparu entre temps va compliquer un peu plus la situation de l’ancien architecte municipal. À l’automne 1884, la détérioration d’un certain nombre de chaises des loges ayant attiré l’attention sur le mobilier du théâtre des Arts, les élus décident de faire vérifier l’ensemble des sièges65. L’examen de l’inspecteur des travaux de la ville est accablant et révèle que nombre d’entre eux n’ont pas été réalisés suivant les matériaux prescrits au devis66. Le conseil municipal décide d’engager une nouvelle action en justice à l’encontre de l’adjudicataire des travaux François Obert et de l’architecte67. Pour sa défense, Sauvageot affirme n’avoir commis aucune infraction, les changements opérés sous ses ordres dans la qualité des bois constituant une amélioration et non un préjudice68. Pour preuve, depuis la livraison du mobilier en septembre 1882 et les premières plaintes en octobre 1884, deux ans se sont écoulés, marqués par la débâcle de la direction Pezzani. Lorsque ce dernier a déserté le théâtre en 1883, aucun entretien du mobilier n’avait été effectué et malgré cela, trois chaises seulement étaient endommagées. De plus, il affirme avoir agi dans son bon droit, les articles 2 et 3 du cahier des charges spéciales lui donnant toute latitude pour apporter des changements dans les fournitures entrant dans la confection des ouvrages, à condition que cela permette d’obtenir plus de solidité ou par souci d’économie. Malgré ce plaidoyer, Sauvageot sera reconnu coupable de ne pas avoir ordonné par écrit les changements et d’avoir omis d’en informer l’administration comme le précise l’article 4 du cahier des charges générales. La condamnation sera relativement clémente, ce qui montre bien la difficulté de trancher les responsabilités de chacun, la ville ayant pour sa part oublié ses devoirs en matière d’entretien. Elle sera ainsi condamnée solidairement avec l’architecte et l’entrepreneur à partager les frais de réparation et d’expertise. Malgré ce jugement en demi-teinte, c’est une victoire pour le conseil municipal et les adversaires de Sauvageot qui ont enfin réussi à mettre en cause publiquement ses qualités professionnelles et son intégrité. Ces différentes affaires témoignent également de la difficulté pour lui d’assurer la maîtrise d’œuvre d’édifices publics de premier ordre, sans résider sur place et en déléguant une partie du travail.

Notes

1 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 21 décembre 1888.

2 Ibid.

3 Personnel municipal : dossier individuel de Monsieur Louis Sauvageot – AMR : K 2/3.

4 Fixé par arrêté du 24 septembre 1880, Bul. administratif du ministère de l’Instruction publique..., 1880, no 458, p. 1203-1204. En fait, il semble que ce tarif réclamé par Sauvageot dès les années 1870 et qui figure dans ses devis n’ait pas été pris en compte, puisqu’il est rétribué à hauteur de 3 %.

5 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 27 janvier 1882.

6 Id., 20 janvier 1872.

7 Id., 27 mars 1874.

8 Id., 8 et 30 novembre 1872.

9 Chiffre établi à partir d’une délib. de la ville de Rouen du 28 avril 1882.

10 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 janvier 1877 – ADSM : 20P 1538-46.

11 Arrêté municipal du 12 février 1877 – AMR : 3D5.

12 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 21 décembre 1888.

13 Arrêté municipal du 12 février 1877 – AMR : 3D5.

14 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 22 juillet 1881.

15 Arrêté municipal du 30 décembre 1882 – AMR : 3D5.

16 Un parallèle peut être établi avec Paris, A.-M. Châtelet ayant démontré que les architectes de la ville ont également le monopole pour les édifices d’enseignement primaire (Cf. Châtelet A.-M., Les écoles primaires à Paris : définition et élaboration d’un équipement, thèse de doctorat sous la direction de F. Loyer, université de Strasbourg, 1991, t. II, p. 342).

17 Les deux premières commissions municipales s’étaient prononcées en faveur du concours, avant de se rétracter (Jde R, 19 avril 1876).

18 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 avril 1876 – AMR : 4MI

19 Id, 1er août 1876.

20 1re commission : finances, port, assistance publique ; 2e commission : écoles, beaux-arts ; 3e commission : théâtres, cimetière, jardins publics, pensions ; 4e commission : voirie, eaux ; 5e commission : gaz, tramways ; 6e commission : marchés, octroi, abattoir.

21 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 mai 1884.

22 Cette étude a été menée à partir de la liste des membres de la commission d’architecture du département, figurant dans l'Almanach de Rouen et des départements de la SI et de l’Eure, annuaire général de la magistrature, du commerce et de l’industrie et des 25,000 adresses..., Rouen, entre 1861 et 1900.

23 J.-Y. Veillard qui a étudié l’organisation du conseil local des Bâtiments civils du département d’Ile-et-Vilaine a noté une même hégémonie des architectes rennais au sein de la commission (Cf. Veillard J.-Y., Rennes au XIXe siècle..., op. cit., p. 145-163).

24 PV d’adjudication des travaux pour l’entretien des bâtiments communaux, 28 février 1871 – ADSM : 20P 1538-13.

25 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 décembre 1873 – ADSM : 20P 1538-13.

26 PV de réception des ouvrages de charpente et de maçonnerie – AMR : 4M1 : musée-bibliothèque.

27 Extr. du PV d’adjudication des travaux d’entretien des bâtiments communaux pour les années 1871-1872-1873, 28 février 1871 – ADSM : 20P 1538-13.

28 Id., années 1874-1875-1876, 24 avril 1874 – ADSM : 2OP 1538-13.

29 Id., années 1877-1878-1879, 24 février 1877 – ADSM : 20P 1538-13.

30 Id., années 1880-1881-1882, 8 mars 1880 – ADSM : 20P 1538-13.

31 PV d’adjudication des travaux de couverture et de plomberie du théâtre des Arts, 15 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-60 ; Id., travaux de couverture et de plomberie de la deuxième aile du musée-bibliothèque, 23 mars 1883 – ADSM : 20P 1538-52.

32 Id., travaux de menuiserie de la première aile du musée-bibliothèque, 15 janvier 1878 – ADSM : 2OP 1538-52 ; Id., travaux de menuiserie du théâtre des Arts, 15 mai 1879 – ADSM : 20P 1538-60.

33 Id., travaux de peinture et de vitrerie du musée-bibliothèque, 15 janvier 1878 et 28 octobre 1883 – ADSM : 20P 1538-52.

34 Cf. Vlllette E., Notes et Souvenirs d’Ernest Villette, maître-charpentier, Rouen, 1922.

35 Rapport de Sauvageot, 17 octobre 1872 – ADSM : 1T 1946.

36 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 29 décembre 1876 - ADSM : 20P 1 538-13.

37 Id., 11 août 1876.

38 Villette E„ Notes..., op. cit., p. 87.

39 Claude Sauvageot évoque le comte dans Palais, Châteaux,... op. cit. (t. I, p. 22) auquel il a fait appel pour la préparation de la notice sur l’hôtel de Vogue à Dijon. 11 note : « nous eûmes enfin l'heureuse idée de nous adresser au possesseur même de l’hôtel, ou plutôt à M. le comte Melchior de Vogüe, son neveu, duquel nous avions l’honneur d’être déjà connu ».

40 Lettre du ministère chargé des Beaux-Arts au préfet de la SI, 28 février 1882 – ADSM : 20P 1538-60.

41 Lettre de Sauvageot à Mazerolle, 10 décembre 1887 – AN : F 21 4405.

42 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 février 1883.

43 Id., 22 juillet 1881.

44 J de R, 30 décembre 1881.

45 Extr. reg. délib.de la ville de Rouen, 13 janvier 1882.

46 Cf. Veillard J.-Y., Rennes au XIXe siècle..., op. cit., p. 74.

47 Cf. Thomine A., « L’Europe, la nation, la cité : l’exemple de l’engagement politique de Viollet-le-Duc », Idée nationale et architecture en Europe, 1860-1919. Finlande, Hongrie, Roumanie, Catalogne, J.-Y. Andrieux, F. Chevallier et A. Kervanto Nevanlinna (dir.), Rennes, 2006, p. 87-95.

48 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 13 janvier 1882.

49 Ibid. Bien que la question de ses attaches politiques soit délicate, tout porte à croire que Sauvageot est proche des radicaux-socialistes.

50 Cf. Delabarre É., « Le musée-bibliothèque et Sauvageot », L’Architecture et la construction dans l'Ouest, décembre 1924, p. 81-84.

51 Plusieurs municipalités se dotent à la même époque de commissions similaires pour la surveillance des travaux, composées d’élus. Cf. « Commission de surveillance des travaux – Rôle respectif », GAB, 1879, no 31, p. 202.

52 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 4 mai 1883.

53 Rapport de Lavoine et Michelot, 12 mars 1883.

54 Cf. Delabarre É., « Le musée-bibliothèque..., op. cit., p. 90.

55 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 3 août 1883.

56 Id., 2 novembre 1883.

57 Lettre de Sauvageot au maire de Rouen, 17 février 1884, in Delabarre É., « Le musée-bibliothèque..., op. cit., p. 90.

58 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er février 1884.

59 Id., 25 avril 1884.

60 Lettre de Lucas au maire de Rouen, 29 octobre 1886 – AMR : 4 Ml : musée-bibliothèque.

61 Pétition de l’union syndicale des entrepreneurs de peinture, 3 novembre 1886 – AMR : 4M 1 : musée-bibliothèque.

62 Note manuscrite (non signée et non datée) reprenant le rapport du comité consultatif des bâtiments communaux – AMR : 4 Ml : musée-bibliothèque.

63 Extr. du rapport des architectes mandatés par Sauvageot, 11 décembre 1886 – AMR : 4 M1 : musée-bibliothèque.

64 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 25 février 1887.

65 Id., 17 octobre 1884.

66 Rapport de l’inspecteur des travaux de la ville, 16 octobre 1884 – AMR : 4 DI : Actions en justice.

67 Rapports du 16 octobre et du 24 novembre 1884 – AMR : 4 DI : Actions en justice.

68 Mémoire pour M. Sauvageot par l’avoué-mandataire Laurent, 31 mars 1885 ; réplique de Maître Laurent au mémoire de la ville de Rouen, 30 avril 1885 – AMR : 4 D1 : Actions en justice.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des honoraires perçus par Sauvageot sur les principaux chantiers de construction menés pour le compte de la ville
Légende * Les chiffres en italiques représentent les montants prévisionnels des travaux.** Les estimations ne comprennent ni les frais de décoration peinte ou scuiptée ni ceux de mobilier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tableau 3. Entreprises adjudicataires des travaux d’entretien de 1871 à 1881
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 16. J. Légeron, Caricature parue à l'occasion des célébrations des Noces d'argent de M. de Bonne chose, extr. de La cloche d’argent. Journal hebdomadaire, illustré, politique, littéraire et artistique, no 37, 10-16juin 1883 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 17. J. Légeron,Un enterrement de première classe, extr de La cloche d’argent. Journal hebdomadaire, illustré, politique, littéraire et artistique, no 75,1er-8 mars 1884 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7078/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.