Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Deuxième partie. Urbanisme et architecture à Rouen à la fin du xixe siècle

Le dynamisme d’une ville

Texte intégral

Une décennie de grands travaux (1871-1882)

La ville en 1871 : l’héritage

1À la différence de Lyon, Marseille ou encore Bordeaux, Rouen (Fig. 11) a. échappé aux grandes transformations de l’ère classique et seul l’intendant Thiroux de Crosne est parvenu en 1773 à mener à bien un certain nombre de travaux d’aménagement et de refonte de la voirie avec l’extension du port, l’ouverture de deux avenues pour désenclaver le centre ainsi que le dégagement des abords de la cité. Toutefois, ces réalisations restent périphériques et au début du siècle suivant, la ville semble encore étouffer dans le périmètre de ses anciens remparts avec son dédale de ruelles, bordées de maisons en pans de bois et, avec pour seuls axes majeurs, les rues Grand-Pont et du Gros-Horloge. Or, à mesure que l’industrie prospère, les difficultés de circulation ainsi que les problèmes d’hygiène et de salubrité que connaissent certaines zones du centre, en particulier les quartiers sud-est désignés sous le terme de « Martainville », se font sentir de manière accrue. Pour y remédier, plusieurs opérations sont alors mises en œuvre. Afin d’améliorer le franchissement de la Seine, plusieurs ponts sont édifiés : le pont de pierre (1810-1829), à l’initiative de Napoléon Ier ; le pont suspendu, sorte d’arc de triomphe en « fil de fer » implanté au bas de la rue Grand-Pont qui se soulevait pour permettre le passage des navires ; et enfin, le pont ferroviaire (1847) appuyé sur Pile Brouilly. Pièce maîtresse du projet napoléonien, le pont de pierre va engendrer un certain nombre de travaux complémentaires, à savoir la refonte complète de la façade portuaire de la rive droite et l’ouverture d’un nouvel axe de communication, la rue Royale (plus tard, rue de la République). Toutefois, cette voie placée en dehors des cheminements traditionnels n’aura pas le succès escompté car, en l’absence de remembrement parcellaire et faute d’expropriations suffisantes, on obtient une voie large mais bordée d’immeubles aux façades plaquées sur le bâti ancien.

Fig. 11.
Rouen, vue générale, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

  • 1 La rue de l’Hôtel-de-Ville deviendra la rue Thiers puis la rue Jean Lecanuet ; la rue de l’Impérat (...)

2Sous le Second Empire, le maire Ambroise Fleury adopte cette fois un projet général d’assainissement du quartier Martainville. Les édiles sont d’autant plus désireux de trouver une solution définitive à ce problème qu’en 1832, le secteur a été durement touché par l’épidémie de choléra et qu’il a été le théâtre des incidents révolutionnaires de 1848. Le plan prévoit purement et simplement de raser Martainville pour construire un nouvel ensemble de rues en damier. Toutefois, une fois l’ordre rétabli, les ambitions premières sont rapidement oubliées et seule, la rue Napoléon III qui relie la rue Royale à l’ancienne prison de Bicêtre transformée en caserne, est ouverte. Elle sera ensuite prolongée jusqu’au boulevard Martainville par le successeur de Fleury, Charles Verdrel. La nomination de ce dernier à la tête des affaires municipales marque un tournant et désormais, c’est le secteur Ouest – le cœur économique de la ville – qui est au centre des préoccupations. En 1 859, un projet est adopté, reposant sur l’ouverture de deux axes pratiquement perpendiculaires : les rues de l’Hôtel-de-ville et de l’Impératrice1. L’enjeu est de mettre en communication les différents secteurs de la ville en reliant du nord au sud, la gare de la rue Verte aux quais de Seine et en facilitant l’accès d’Est en ouest, à l’Hôtel de Ville et au palais de Justice. Les édiles espèrent aussi freiner l’hémorragie de la population aisée du centre en lui proposant un habitat au goût du jour et en supprimant les taudis de la Renelle. Malgré les difficultés survenues avec les promoteurs, les travaux sont rondement menés puisque la rue de l’Impératrice est inaugurée en 1862 suivie deux ans plus tard par la rue de l’Hôtel-de-ville. Au croisement des deux axes, un square à l’anglaise est aménagé. Le plan Verdrel prévoit, pour la première fois dans l’histoire rouennaise, de restructurer en profondeur le voisinage en y amorçant des rues affluentes de même largeur et de rénover l’ensemble du bâti avoisinant grâce à d’importantes expropriations pour cause d’insalubrité. Il impose également l’emploi de la pierre au moins pour les encadrements des portes et des fenêtres, permettant ainsi d’intéressants jeux de couleurs et de formes avec la brique.

Assainir : la poursuite de l’œuvre du Second Empire

  • 2 Rapport du maire Nétien, 8 mai 1873 – ADSM : 30P 10 587.
  • 3 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 janvier 1877 – ADSM : 30P 10 587.

3Les idées « haussmanniennes » ne disparaissent pas avec le Second Empire et se prolongent au contraire sous la Troisième République, en particulier dans le domaine de l’assainissement. Le projet Martainville est repris dès 1871, mais il se double d’un nouvel objectif, l’élargissement de la rue Grand-Pont, l’une des artères les plus fréquentées de l’ouest de la ville2. Or, ces projets n’ont rien en commun, ni dans la localisation, ni dans les objectifs. La réfection de la rue Grand-Pont est liée essentiellement à un intérêt économique. Ce vieil axe commerçant subit en effet la concurrence de la toute nouvelle rue Jeanne d’Arc. Par ailleurs, dans la perspective de la construction d’une gare place Saint-Sever, le pont suspendu doit être remplacé par un pont fixe au débouché de la rue Grand-Pont. Le trafic sera encore plus encombré d’où la nécessité d’élargir cet axe. Les deux projets seront donc exécutés conjointement avec beaucoup de lenteur et des moyens limités. Après plus de dix ans de conflit, la largeur de la rue Grand-Pont passera de dix à douze mètres par simple recul des façades. En ce qui concerne Martainville, tout porte à croire que l’affaire sera au contraire rapidement résolue. Le 15 mai 1874, les élus adoptent un projet reprenant le plan approuvé en décembre 1852 dans ses grandes lignes et un accord est trouvé avec la société Liandier qui s’engage à raser et à reconstruire le quartier à neuf. Suite au désistement du promoteur, la ville décide finalement de mettre en œuvre elle-même les travaux par tranches et en fonction des crédits disponibles3. Le projet est déclaré d’utilité publique le 10 août 1878 et dans l’immédiat on se limite aux parties jugées les plus insalubres, dont la rénovation est à elle seule estimée à cinq millions de francs.

  • 4 Du nord au sud, la rue Armand Carrel est prolongée jusqu’à l’église Saint-Vivien ; d’Est en Ouest, (...)

4Cette première phase comprend l’agrandissement de la place Saint-Marc dont la surface est presque doublée, ainsi que l’ouverture de deux grandes artères débouchant sur cette place4. Le projet prévoit aussi la reprise des voies alentour, la mise à l’alignement des façades et l’établissement d’une place devant l’église Saint-Vivien. À l’ancien quartier aux ruelles enchevêtrées succède donc un ensemble découpé en îlots géométriques et parcouru de rues atteignant jusqu’à douze mètres de large. Le bâti de ce quartier ouvrier n’a rien de luxueux, le cahier des charges précisant simplement que les immeubles ornés de façades en pierre ou en brique devront atteindre deux ou trois étages. Aux pans de bois vont donc succéder de tristes alignements en brique industrielle et même si certains immeubles richement décorés de la rue Armand Carrel rivalisent sans peine avec ceux de la rue Jeanne d’Arc, le contraste social et architectural entre les secteurs ouest et Est de la ville perdure. À la blancheur de la pierre de taille agrémentée de pilastres, de cariatides et de colonnades du monde bourgeois s’oppose désormais le rouge terne et monotone des briques de l’espace ouvrier. Par chance, les difficultés financières vont quelque peu freiner ces réalisations et empêcher l’achèvement des autres tranches du programme et le quartier entourant l’église Saint-Maclou et la rue Damiette notamment, va échapper à une destruction complète.

  • 5 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 24 novembre 1876 – ADSM : 7V1 106.

5Réclamée depuis plus de trente ans, la réforme des cimetières est également à l’ordre du jour. Rouen compte huit cimetières ouverts entre la fin du XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle dans ce qui formait alors les faubourgs. Or, ceux-ci sont désormais enclavés au milieu des rues et des habitations avec les risques sanitaires qu’engendre une telle proximité. Par ailleurs, leur faible surface en rapport avec une population qui ne cesse d’augmenter conduit à une véritable saturation et oblige à un renouvellement trop fréquent des sépultures. La réorganisation débute en 1876 par la suppression des cinq cimetières de la rive droite, remplacés par deux nouveaux situés l’un, au nord sur le sommet de la côte des Sapins et l’autre, à l’Ouest sur le versant de Mont-Saint-Aignan au débouché de la rue du Renard5.

Construire : la priorité accordée à l’équipement

6Les élus accordent par ailleurs une priorité nouvelle au renouvellement et au développement de l’équipement municipal avec une politique particulièrement ambitieuse durant les années où Sauvageot est architecte en chef de la ville. Pour l’heure, c’est en matière de construction religieuse que les Rouennais ont été les plus entreprenants et le mouvement initié par le cardinal de Bonnechose a permis d’édifier sept églises en moins de cinquante ans, sans compter les communes alentour : Saint-Sever (1857-1860), Saint-Gervais (1868-1874) et Saint-Clément (à partir de 1870) sous le Second Empire, puis, au début de la Troisième République, Saint-Hilaire (1875-1878) par Sauvageot, Saint-Paul (à partir de 1881) par Eugène Barthélémy et Lassire, Saint-Joseph (1882) par le chanoine Robert, et enfin, le Sacré-Cœur (1890-1912) par Lucien Lefort. C’est aux fabriques qui gèrent les églises paroissiales que revient théoriquement la charge de ces chantiers. Mais le poids financier est tel qu’elles ne sont pas toujours en mesure de l’assumer seules et doivent faire appel à la générosité des paroissiens, de la commune, du département et parfois de l’État. Le conseil municipal accepte le plus souvent de participer à la dépense même si depuis les années I860, ses subventions se font de plus en plus modestes. Cette baisse est d’autant plus sensible que ce sont en général les fabriques des quartiers populaires les plus pauvres qui font appel à la générosité des élus. C’est le cas de l’église Saint-Hilaire pour laquelle ces derniers acceptent de verser 273 000 francs à condition que la paroisse, pourtant très démunie, débourse les 150 000 francs complémentaires. À charge également pour elle de décorer et de meubler à ses frais l’édifice. Cette baisse des subsides accordés au clergé catholique s’accompagne d’une répartition nouvelle des crédits entre les différents cultes concordataires. En 1879, une subvention de 15 000 francs est ainsi accordée à la communauté israélite pour réparer son temple installé dans l’ancienne église Sainte-Marie-la-Petite. S’il faut probablement voir là les premiers signes de la montée de l’anticléricalisme à Rouen, force est de constater que les élus font preuve de bonne volonté et que c’est plutôt dans le domaine de l’enseignement que glisse l’affrontement.

  • 6 Senthiles A., « Éléments d’architecture..., op. cit., p. 46.
  • 7 Auxquelles s’ajoutent huit écoles congréganistes de garçons et quatorze écoles libres en partie su (...)
  • 8 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 28 juin 1877 – ADSM : 20P 1538-32.
  • 9 Id., 17 mai 1878 – ADSM : 20P 1538-81.

7Très vite, la nouvelle République va de fait chercher à retirer au clergé l’influence que lui confère le contrôle de l’enseignement privé et public accordé par la loi Falloux en mars 1850 et ce, afin de former des citoyens et favoriser l’enracinement du nouveau régime. En 1879, l’arrivée de Jules Ferry à la tête du ministère de l’Instruction publique ouvre l’ère des grandes lois des années 1880. Le 16 juin 1881, l’enseignement primaire devient gratuit et le 28 mars 1882, l’obligation qui entraîne la laïcité est votée. En matière d’architecture scolaire, la loi du 1er juin 1878 réaffirme le devoir de construire des maisons d’école. Pour cela, la caisse des Écoles est instaurée et 120 millions de francs – portés par la suite à 340 millions – dont la moitié doit être répartie sous forme de subventions et l’autre sous forme d’emprunts, sont mis à la disposition des communes. En juin 1880, un règlement sur la construction et l’ameublement des maisons d’école vient compléter ces dispositions. La Seine-Inférieure se place au 22e rang parmi ceux ayant le plus dépensé dans ce domaine et 338 nouveaux bâtiments sont édifiés entre 1878 et 18856. À Rouen, les élus font du développement de l’instruction l’une de leurs priorités et la caisse des Écoles ne sera finalement qu’un moyen de poursuivre une politique déjà bien entamée. Le courant patriotique qui fait suite à la défaite de 1870 est ici d’autant plus sensible que la ville a particulièrement souffert de l’occupation prussienne. En octobre 1877, les écoles publiques quelle entretient sont au nombre de 21, neuf pour garçons et douze pour filles7. Selon la même source, le nombre d’enfants en âge d’être scolarisés est de 17105, dont 8 418 garçons et 8 687 filles. Or, ils ne sont que 11714 inscrits dans les écoles laïques et congréganistes et près de 5 400 enfants ne fréquentent pas l’école primaire, dont près de 4000 filles. C’est probablement au fait que les jeunes travaillent très tôt dans les centres urbains du textile qu’il faut imputer ces chiffres. L’état des locaux est tout aussi préoccupant et le manque d’espace est un poncif dont les délibérations du conseil municipal se font l’écho. On tente d’adapter au mieux les bâtiments et c’est ainsi que le préau de l’école de filles de la rue d’Elbeuf est aménagé en salle d’étude au début des années 18708. L’insalubrité est un autre thème récurrent, mis en exergue par les progrès des théories hygiénistes. Ainsi, en 1878, la commission des Écoles insiste sur les installations défectueuses « où l’hygiène n’est compté pour rien9 » de l’asile de la rue Saint-André.

  • 10 Lettre de l’inspecteur d’Académie au préfet de la SI, 27 octobre 1877 – ADSM : 20P 1538-210.
  • 11 Extr. reg. délib. de Rouen, 14 février 1879 – ADSM : 20P 1538-32.
  • 12 Id., 27 juin 1879 – ADSM : 20P 1538-31.

8La campagne de réorganisation des établissements d’enseignement primaire débute en février 1875. À cette date, le conseil municipal souhaite simplement proposer une alternative à l’enseignement congréganiste et offrir aux familles la possibilité de choisir l’établissement qui leur convient. C’est le cas de la paroisse Saint-Hilaire où deux écoles libres congréganistes existent, l’une subventionnée par la ville et l’autre par la fabrique de l’église. Les élus décident d’y financer deux nouveaux établissements laïques afin que « les deux enseignements soient représentés dans ce quartier de manière à laisser aux familles le choix entre les deux10 ». Mais à la fin de la décennie, le discours se radicalise et accompagne le glissement vers la gauche républicaine. La campagne en faveur de la laïcité devient une lutte contre les écoles congréganistes. Les subventions jusque-là accordées à l’enseignement catholique diminuent à partir de 1879 et sont bientôt supprimées. Dans les discours, le ton se durcit puisqu’il s’agit désormais d’élargir les « moyens de lutte sur le terrain si fécond de l’instruction11 ». Encore une fois, le mouvement s’accompagne d’un rééquilibrage au profit des autres cultes concordataires. Ainsi, l'établissement protestant de la rue Saint-Denis est entièrement réaménagé en 1879 et affecté aux filles, tandis qu’une école pour garçons est installée dans un local de la rue Thouret, le tout payé par les deniers municipaux12. En contrepartie, celle-ci devra accueillir tous les écoliers sans distinction de religion.

  • 13 Id., 17 mai 1878 – ADSM : 20P 1538-81.
  • 14 Id., 14 février 1879 – ADSM : 20P 1538-32.
  • 15 Signe du nouvel intérêt à l’égard des plus jeunes, le projet approuvé le 29 août 1877 ne prévoyait (...)
  • 16 Senthiles A., « Éléments d’architecture..., op. cit., p. 47.
  • 17 Ce sont les écoles Mac-Cartan, de la rue de Joyeuse, Vauquelin à Saint-Sever (1849) et Bachelet pl (...)
  • 18 Ce sont les écoles Jean Mullot, André Portier, Thomas Corneille, Michelet et Géricault.
  • 19 Ce sont les écoles Legouy, Jeanne Hachette, Marthe Corneille, Victor Hugo, Sévigné et Marie Dubocc (...)

9L’accueil des enfants de moins de six ans figure parmi les priorités. Dans les années 1 870, le conseil municipal de la ville de Paris a institué une sorte de classe de transition vers le primaire pour accueillir les enfants de 4 à 6 ans, l’école enfantine. À son tour, le préfet de la Seine-Inférieure encourage leur développement et dès 1872, Sauvageot est chargé d’agrandir l’école primaire et enfantine de la rue d’Elbeuf. Le mouvement s’accélère à la fin de la décennie avec la construction d’une nouvelle salle d’asile rue du Renard13 et l’annexion systématique d’écoles enfantines aux écoles primaires pour filles. Celle de la rue Marie Duboccage compte ainsi deux classes de 56 élèves chacune14 et celle de la rue Victor Hugo, deux classes de 5015. En ce qui concerne les écoles primaires, les efforts sont considérables puisqu’en 1884, on compte onze écoles publiques pour garçons et une quinzaine pour filles. Les premières accueillent 2783 enfants, emploient onze instituteurs et dispensent également des cours du soir à plus de 500 adultes16. Cinq établissements sont encore installés dans d’anciens locaux17, tandis que l’école Pouchet rue Thouret et l’École manuelle d’apprentissage établie dans une usine désaffectée des années 1830 ont été aménagées par Sauvageot. Il a aussi construit cinq écoles qui ont permis de créer 1 700 places supplémentaires18. Par ailleurs, la ville a tenté de rattraper son retard dans le domaine de l’instruction des petites filles pour lesquelles la capacité d’accueil atteint désormais 3 043 places. Quatre établissements sont encore installés dans d’anciens locaux appartenant aux congréganistes (les écoles Sainte-Madeleine, Saint-Maclou, du Vieux-Palais et Saint-Paul) et cinq se trouvent dans des bâtiments spécialement aménagés à cet effet. C’est le cas de l’annexe de l’École normale de la place Saint-Gervais ainsi que des écoles des rues Saint-Denis, de la Vicomté et Poterat et de l’École professionnelle et ménagère de jeunes filles de la rue Beauvoine. Enfin, six nouveaux établissements ont été spécialement construits par l’architecte municipal qui ont permis de scolariser 1 740 fillettes en plus19.

  • 20 Rapport de Jules Ferry au président de la République sur la caisse des Lycées et collèges (exercic (...)

10La réforme de l’enseignement secondaire suit immédiatement celle de l'école primaire et elle prolonge les mesures prises sous le Second Empire par le ministre Rouland pour remettre à neuf certains établissements et raviver la Commission des bâtiments des lycées instituée en 1802 par Napoléon Ier puis par Victor Duruy, qui a instauré en 1864 une commission d’hygiène pour les lycées de l’Empire. Mais ces mesures sont encore ponctuelles et ce n’est qu’à partir des années 1880 qu’une véritable politique se met en place. Par la loi du 20 juillet 1880, les prérogatives de la caisse des Écoles sont étendues aux lycées et aux collèges. Pour en bénéficier, les municipalités sont invitées à présenter un projet à l’examen de la commission des Lycées et collèges20, le ministère se réservant le droit d’assurer la surveillance des travaux. À Rouen, le collège des Jésuites fondé en 1592 est devenu Lycée en 1804. Au début de la Troisième République, l’établissement désormais placé sous la tutelle de Corneille connaît un nouvel essor, dépassant les 700 élèves en 1870 puis 900, en 1880. Toutefois, l’établissement est encore fortement concurrencé par l’enseignement libre et ce, jusqu’à la fin du siècle. Dans ce contexte, les travaux d’aménagement entrepris au début des années 1870 traduisent avant tout la volonté des élus de reprendre la main sur l’instruction secondaire dans la ville. Mais, cette politique est encore hésitante et certains projets hérités du Second Empire, comme la construction d’une infirmerie, vont embarrasser les édiles. Ce n’est qu’à partir des années 1880 et après le départ de Sauvageot qu’ils sauront définir clairement leurs objectifs et mettre en œuvre une vaste entreprise de rénovation.

  • 21 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 avril 1880 – ADSM : 20P 1538-40.

11C’est également sous la Troisième République que l’enseignement secondaire féminin s’institutionnalise avec l’instauration des Écoles normales de filles dans les départements en 1879 et le projet de création des lycées et collèges de jeunes filles déposé par Camille Sée l’année suivante. En dépit du débat que suscite le texte quant à la vocation de la femme, il est adopté le 21 décembre 1880. À Rouen, il est reçu avec d’autant plus d’intérêt que les élus ont anticipé la loi de six mois et voté la création d’une école secondaire de jeunes filles dont les contours restent à préciser21. Le lycée de jeunes filles ouvert à la rentrée 1882 est le second lycée en France après celui de Montpellier. Dans les deux cas, l’influence de la communauté protestante – représentée à Rouen par le maire Louis Ricard qui s’est converti à cette religion par son mariage – explique en partie cet intérêt marqué pour l’enseignement féminin. Pour aller au plus vite tout en limitant la dépense, la municipalité a décidé de racheter et d’approprier suivant les plans de Sauvageot d’anciens locaux appartenant aux Jésuites. Toutefois le nouvel établissement connaîtra des débuts mitigés, se heurtant jusqu’à la fin du siècle à l’hostilité d’une partie de la bourgeoisie. Il faudra donc attendre le départ des congréganistes en 1901 pour qu'il connaisse véritablement son essor.

  • 22 Haraucourt M., Notices scientifiques, historiques, industrielles, commerciales et artistiques sur (...)
  • 23 Parmi les disciplines enseignées : littérature, histoire-géographie, mathématiques, mécanique appl (...)
  • 24 Cette portion de la rue comprise entre l’Hôtel de Ville et la fontaine Sainte-Marie prendra ensuit (...)

12La question des études supérieures est plus problématique dans la mesure où Rouen dépend de Caen. Napoléon Ier avait pourtant doté la ville d’une Académie, mais aucune faculté n’ayant été instituée (sauf en théologie), elle fut supprimée en 1848. Cette perte humiliante va donc favoriser les initiatives locales. Ainsi, le cours public de médecine ouvert en 1825 devient en 1840, l’École préparatoire de médecine et de pharmacie qui connaît un succès croissant. Les inscriptions, dont le nombre n’atteint pas 100 en 1864, s’élèvent à 213 en 1874 puis 260 en 187 822. En parallèle, l’établissement se structure et en 1876, la chaire d’anatomie et de physiologie est divisée en deux classes distinctes, une chaire de thérapeutique est instituée et le rattachement à l’École de médecine de Paris est reconduit. Le succès de l’École préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres instituée en 1855, est beaucoup plus mitigé. Malgré un diplôme et l’intervention des meilleurs professeurs du lycée, cet enseignement organisé par la ville peine à se détacher des cours municipaux qui l’ont précédé et ce malgré les nouveaux cycles de conférences régulièrement mis en place et co-financés par l’État23. Dans les deux cas, les élus apportent un soin particulier à l’entretien et au développement des locaux dévolus à ces institutions implantées dans la partie haute de la rue de la République, dans le périmètre formant l’enclave Sainte-Marie24. C’est là que se trouve également l’ancien couvent des Visitandines où sont installés le musée des Antiquités, le muséum d’histoire naturelle ainsi que les collections de céramiques. L’ensemble forme une sorte de pôle culturel et scientifique au cœur de la ville et à proximité du lycée à la manière d’un « quartier Latin Rouennais ». Cette vocation se renforce un peu plus entre 1875 et le début des années 1880, lorsque Sauvageot est amené à construire deux nouveaux laboratoires de chimie ainsi qu’un amphithéâtre de physique.

  • 25 Darcel A., « Edilité rouennaise : le musée-bibliothèque », J de R, 21 janvier 1877.

13Les efforts de la municipalité se multiplient également en direction des grandes institutions culturelles avec un investissement sans précédent et la décision de construire – et de reconstruire – coup sur coup deux établissements qui vont considérablement engager ses finances, le musée-bibliothèque et le théâtre des Arts. Le musée des beaux-arts a été officiellement créé au même titre que 14 autres musées de province par le décret de Chaptal du 14 fructidor an IX. Dès 1804, les collections artistiques et littéraires vont rejoindre l’Hôtel de Ville pour être installées dans des locaux inaugurés en juillet 1809. Le musée compte alors 244 toiles issues des saisies révolutionnaires et des dépôts de l’État et la bibliothèque, plus de 20000 volumes. Les collections vont continuer à s’accroître et, très vite, une bonne partie ne sera plus accessible au public. Il semble même que plusieurs donations – notamment celles du collectionneur Sauvageot et du duc de Feltre – aient échappé au musée à cause de l’insuffisance des locaux. Dès le milieu du siècle, les élus envisagent donc de transférer une partie des œuvres dans un bâtiment spécialement aménagé à cet usage. Plusieurs projets sont même étudiés par l’architecte municipal Vachot (1845), par Eugène Colibert (1864) et par Hector Horeau (1865) mais tous resteront sans suite. Il faut donc attendre le début de la Troisième République et l’arrivée de Nétien au pouvoir pour que le dossier soit repris et que le musée-bibliothèque soit enfin mis en œuvre. Là encore, le projet s’inscrit dans une volonté plus large de relever la Nation après l’échec du conflit franco-prussien et de former une nouvelle génération de citoyens25.

  • 26 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 août 1878.
  • 27 Rapport du maire de Rouen, 16 juin 1876 – ADSM : 3OP 10-525.

14Malgré une histoire jalonnée de crises économiques et de conflits avec les différentes directions, le théâtre des Arts est sans conteste la première institution culturelle locale dont la réussite tient en grande partie aux efforts des élus successifs. Dès le Second Empire, la salle bénéficie de subventions municipales et cette aide s’institutionnalise après son rachat par la ville en 1873 pour un montant de 675 000 francs. Après l’incendie du bâtiment au soir du 25 avril 1876, le conseil municipal s’oriente dès le lendemain vers sa reconstruction afin de ne pas priver la cité de l’une de ses principales distractions et de sa vitrine culturelle au regard du monde. Pourtant, tous les élus ne sont pas favorables à ce choix et d’aucuns estiment qu’il y a d’autres priorités plus sociales comme l’aménagement du quartier Martainville26. D’autres mettent en avant les difficultés économiques du théâtre dont le fonctionnement est d’autant plus onéreux que le public diminue depuis le milieu des années 1860. La question est en fait de savoir s’il est nécessaire ou pas de reconstruire un théâtre dans une ville qui en compte déjà plusieurs et qui pâtit par ailleurs, de la proximité et de la concurrence parisienne. Pourtant, rares sont ceux qui rejettent ouvertement l’idée de rétablir l’édifice et même lors de la fronde menée par le conseiller Jacques Sement en 1878, l’objectif n’est pas de rayer le projet mais plutôt de proposer l’adoption d’une contre-étude moins onéreuse que celle de Sauvageot. Celle-ci ne sera finalement pas retenue, le conseil municipal lui préférant un projet beaucoup plus grandiose et plus digne de la « patrie de Corneille et de Boieldieu27 ».

Une ville endettée

  • 28 Id, 9 février 1877 – ADSM : 7V1-106.
  • 29 Lettre du maire de Rouen au préfet de la SI, 28 avril 1877 – ADSM : 20P 1538-210.

15Une politique d’aménagement aussi ambitieuse nécessite un lourd investissement financier et si certains travaux peuvent être pris en charge directement par le budget de la commune et répartis sur plusieurs exercices, d’autres nécessitent au contraire des financements exceptionnels. L’emprunt, contracté par l’administration Barrabé et autorisé par la loi du 17 juin 1878, s’élève à 15 millions de francs réalisables par fraction de 1877 à 188128. Une partie de la somme est affectée au remboursement de la dette actuelle tandis que le reste est destiné à la mise en œuvre de nouveaux chantiers, à savoir : la distribution de l’eau ; la réfection des pavages et de la voirie ; la translation des cimetières ; l’achèvement du musée-bibliothèque ; la reconstruction du théâtre des Arts ; l’assainissement du quartier Martainville dans sa partie principale, y compris la construction de deux écoles. Un million de francs sont également réservés pour la construction de sept écoles supplémentaires, dont deux pour filles (rues Saint-André et Ambroise Fleury) et quatre pour garçons (rues du Chaudron prolongée, Eau-de-Robec, de Constantine et route de Darnétal) ainsi que la salle d’asile de la rue du Renard29. Les travaux laisseront finalement disponible un reliquat qui sera utilisé pour solder l’école Legouy et financer l'acquisition d’une propriété à l’emplacement du futur établissement de la rue Saint-André. Il permettra également de subvenir aux frais d’appropriation de l’école la rue Thouret et de débuter les aménagements des locaux achetés rue du Vert-Buisson pour remplacer l’école Saint-Louis de la place de la Rougemare.

  • 30 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 10 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-210.
  • 31 Id, 12 novembre 1880 – ADSM : 20P 1538-210.
  • 32 Id, 17 septembre 1892 – ADSM : 20P 1538-210.

16Moins de deux ans plus tard, les élus vont se trouver dans l’obligation de créer de nouvelles ressources, alors que le ministère de la Guerre réclame la réorganisation des casernes et que celui des Travaux publics demande l’élargissement des quais du port maritime30. Par ailleurs, la part réservée aux travaux du quartier Martainville et à l’achèvement du musée-bibliothèque dans l’emprunt est déjà insuffisante et dans le cas du musée notamment, le déficit est estimé à près de 550000 francs pour les expropriations et à 336 000 francs pour la construction proprement dite de la deuxième aile31. Ce dépassement est lié à la hausse des prix des matériaux et de la main-d’œuvre ainsi qu’aux difficultés survenues lors du creusement des fondations de l’aile sud. Le traité passé avec le Crédit foncier en mars 1880 et autorisé par la loi du 31 décembre 1880 accorde à la ville 45 millions de francs payables à partir de 1881 en cinquante annuités de 2 millions de francs environ, comprenant, outre la somme affectée à l’amortissement, l’intérêt de 4,05 % par an. Plus des deux tiers du nouveau capital vont être affectés au paiement des dettes en cours et la part restante servira à la mise en œuvre de nouveaux projets édilitaires. Les termes du contrat seront renégociés en 1892 avec une prorogation de douze ans sur la durée primitive de remboursement32.

  • 33 Id, 12 février 1875 – ADSM : 20P 1538-32.
  • 34 Id, 24 mars 1876.
  • 35 Id, 16 février 1883-ADSM : 20P 1538-210.

17Des aides spécifiques vont également épauler la ville, en particulier dans le domaine de l’enseignement. Dans le cadre de l’emprunt de 2,7 millions de francs contracté en 1866, une somme de 120 000 francs était déjà réservée à la création d’une école à Saint-Sever33. L’exécution fut repoussée et il fallut attendre 1875 pour que le montant soit employé à la construction de l’école Jean Mullot. Une nouvelle allocation de 400 000 francs est votée lors du règlement des chapitres additionnels de 187534 et un million de francs est également réservé, on l’a vu, pour l’équipement scolaire dans l’emprunt de 1878 pour mettre en œuvre les projets de Sauvageot. La seconde vague de construction d’édifices scolaires qui débute en 1883 après le départ de celui-ci sera en revanche financée grâce à la caisse des Écoles qui accordera à la municipalité une subvention de 850 000 francs ainsi qu’un prêt d’un million de francs35.

Naissance d’un intérêt pour le centre ancien

Une conscience patrimoniale précoce

  • 36 Extr. du Journal officiel de la République française du 10 janvier 1933, Paris, 1933, p. 53.
  • 37 Circulaires et rapports sur le service de la conservation des MH, liste des monuments classés, Par (...)

18Tandis que les élus successifs restructurent, renouvellent et développent à grands frais les équipements municipaux, cette politique subit à partir du milieu des années 1880 une modification notable. Le siècle est en effet marqué par l’émergence d’un intérêt nouveau pour le centre ancien et ses formes architecturales qui aboutit à une véritable revalorisation du cœur historique. À Rouen, cette montée de l'historicisme puis du courant régionaliste est d’autant plus sensible que la ville se distingue par une prise de conscience précoce de l’intérêt et de la valeur de l’architecture médiévale et quelle a joué un rôle majeur dans la redécouverte du Moyen Âge.ge. Et si la fondation de la Société des Antiquaires de Normandie en 1823 à Caen sous l’impulsion d’Arcisse de Caumont souligne bien le rôle joué par la région dans le mouvement antiquaire en France, il ne faut pas perdre de vue que cette initiative avait été devancée en Seine-Inférieure avec la création en février 1818 d’une commission départementale des Antiquités. Malgré des débuts difficiles, cette assemblée chargée de repérer, de décrire et même de protéger les édifices anciens dignes d’intérêt consacre une large part de ses travaux au centre historique de Rouen. Au niveau de l’État, la première liste d’édifices subventionnés établie par la commission des Monuments historiques en 1840 confirme la valeur accordée au patrimoine de la ville. Parmi les 934 monuments classés à cette date, six sont rouennais. À l’exception de la cathédrale dont l’entretien relève du ministère des Cultes, l’ancienne église abbatiale Saint-Ouen, Saint-Maclou, la crypte de l’église Saint-Gervais et enfin Saint-Patrice figurent sur la liste. Deux édifices civils sont également inscrits : le palais de Justice ainsi que l’ancien donjon du château de Philippe Auguste, abusivement appelé tour Jeanne d’Arc bien que la Pucelle n’y ait pas été retenue prisonnière. La liste annuellement modifiable n’est complétée que par deux fois36. En 1846, l’édicule en pierre de la Fierte de Saint-Romain est inscrit et en 1862, quinze monuments supplémentaires sont ajoutés37. Cinq édifices religieux (la cathédrale, la chapelle Saint-Michel, les églises Saint-Godard, Saint-Vincent et du Mont-aux-Malades) sont classés, ainsi que l’ancien cloître des Visitandines devenu musée des Antiquités, les vestiges de l’enceinte Sainte-Catherine et plusieurs spécimens de l’architecture civile du Moyen Âge et de la Renaissance : Paître Saint-Maclou, la cour Saint-Amand, l’ancienne chambre des Comptes, l’hôtel de Bourgtheroulde, le Bureau des Finances, le Gros-Horloge et enfin les fontaines de Lisieux, de la Croix-de-Pierre et de la Crosse. wEn matière de restauration, Rouen s’affirme également très tôt comme le terrain d’expériences novatrices. La reconstruction de la flèche de la cathédrale par Alavoine à partir de 1822 est une œuvre pionnière à l’échelle européenne. Novateur, le projet l’est également par le matériau et la technique d’assemblage adoptés, puisqu’il s’agit de construire une flèche en fonte de fer moulé culminant à 148 mètres de haut. Toutefois, sa mise en œuvre va s’avérer particulièrement hasardeuse à cause des difficultés liées à la fabrication et à la pose des éléments. De plus, Alavoine va se heurter à l’hostilité déclarée de Viollet-le-Duc et de ses proches qui jugent irrationnels la reproduction en fonte de formes destinées à la pierre. Ce conflit traduit en fait les luttes de pouvoir entre le conseil des Bâtiments civils et la toute nouvelle commission des Monuments historiques qui, bien qu’étant une émanation de la première, se pose déjà en concurrente. La mort prématurée d’Alavoine en 1834 est un nouveau coup porté au chantier et lorsque Viollet-le-Duc et les néo-gothiques investissent la direction des Cultes, les crédits affectés à la flèche de Rouen sont supprimés et le chantier est interrompu en 1848. C’est ainsi qu’au début de la Troisième République, la cathédrale continue d’offrir aux yeux du monde le triste spectacle de son couronnement inachevé. Dans les années qui suivent la mise en œuvre de la flèche de la cathédrale, Rouen confirme sa vocation pionnière en matière d’architecture néo-gothique. Tandis que Barthélémy et Desmarest débutent la construction de la basilique Notre-Dame de Bonsecours en 1840, Henri Grégoire achève la façade de l’ancienne église abbatiale Saint-Ouen (1848-1851). Cet ensemble se référant au XIIIe siècle avec deux tours de face inaugure l’innombrable série de façades néo-gothiques à deux flèches qui vont par la suite peupler la France de manière quasi-archétype. En parallèle, Grégoire est chargé de restaurer le palais de Justice puis, en 1839, de concevoir une nouvelle aile pour abriter les locaux de la cour d’appel alors qu’au même moment débute outre-Manche la construction du parlement de Londres par Pugin et Barry dans un même style historiciste.

19Toutefois, à côté des grands édifices du Moyen Âge et de la Renaissance qui ont été très tôt placés sous la protection de l’État et mis en valeur, le reste de la vieille ville a fait les frais des grandes opérations de rénovation et de l’absurdité des règlements administratifs. Certes, il convient de nuancer l'effet des travaux entrepris durant la première moitié du siècle car les projets n’ont été que partiellement exécutés et n’ont pas donné lieu à une rénovation en profondeur du tissu urbain, faute de moyens financiers et législatifs. Toutefois, certaines pertes sont irréparables. Pour faciliter l’ouverture de la rue de la République notamment, les élus n’ont pas hésité à ouvrir cette voie sur les terrains nationalisés des abbayes Saint-Ouen et Saint-Amand qui ont été complètement rasées. L’application du plan d’alignement a également sacrifié nombre de maisons en pans de bois ainsi que des éléments architecturaux empiétant sur la voie publique. Ainsi, la tourelle en pierre de l’hôtel de Bourgtheroulde heurtée par une charrette en 1 824 fut démolie selon la stricte application de la loi car elle était frappée d’alignement et ne pouvait donc être réparée. Les conséquences des grandes opérations d’urbanisme menées sous le Second Empire vont être beaucoup plus graves, les élus disposant désormais des moyens leur permettant de mener à bien de manière rapide et efficace toute entreprise de rénovation. La grande percée entraîne ainsi la disparition de plus de 500 maisons pour la plupart en pans de bois ainsi que celle de plusieurs églises. Elle fait aussi disparaître tout le quartier des tanneurs de la Renelle, éventre la rue du Gros-Horloge et remodèle tout le quartier de la place du Vieux-Marché et du palais de Justice.

  • 38 L’une portait les numéros 113, 115 et 117 et l’autre, 129 et 131 rue du Gros-Horloge.

20Quelques vestiges seront tout de même épargnés, témoins d’un intérêt nouveau – certes encore timide et relatif – pour le vieux Rouen de la part de l’administration Verdrel. En 1857 notamment, le tracé de la rue de l’Hôtel-de-ville est modifié pour préserver l’ancienne église Saint-Laurent, tandis que le traité signé avec Poncet et Lévy concernant la rue de l’Impératrice stipule que le conseil municipal se réserve l’usage de la tour de Saint-André-de-la-ville et de deux maisons en pans de bois richement sculptées de la rue du Gros-Horloge38. Comment expliquer l’intérêt des édiles pour ces éléments en particulier ? Les amateurs et les historiens y sont pour beaucoup et c’est grâce à leurs protestations que ces bâtiments sont épargnés. À cela, s’ajoutent aussi des ambitions purement esthétiques et décoratives de la part des élus qui souhaitent ponctuer les voies nouvelles de quelques monuments anciens. Dans le cas de l’église Saint-André, Desmarest propose ainsi d’isoler la tour au centre d’un petit square qui s’inspire des récents travaux menés par Ballu à la tour de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie lors du percement et de la prolongation de la rue de Rivoli (Paris). La fontaine de la place de la Croix-de-Pierre dans le quartier Martainville va aussi acquérir à la fin des années 1860 cette même valeur d’ornement urbain. Par ailleurs, cette volonté de conserver des vestiges du centre ancien se fait au cas par cas et ne concerne que quelques édifices dont le choix relève des circonstances et ne répond pas à une réflexion menée sur le long terme. L’exemple des deux logis de la rue du Gros-Horloge reflète ces hésitations et les limites de l’action municipale. Les façades ne pouvant être conservées in situ et leur destination à venir n’étant pas encore tranchée, les pans de bois seront à titre provisoire remisés dans un entrepôt. Le fait qu’ils appartiennent à la ville laissait pourtant supposer que leur conservation était assurée. C’était sans compter l’inertie des élus qui devaient repousser d’année en année la mise en œuvre du projet puis les circonstances particulières de la guerre qui allaient apporter une fin tragique à l’affaire, puisque la maison 115-117 servit de bois à brûler aux Prussiens. Malgré ce revers, ces actions annoncent le début d’une réflexion sur la place à accorder au vieux Rouen dans la recherche d’un nouvel urbanisme, réflexion qui va trouver ses premiers éléments de réponse dans le dernier quart du siècle.

De nouveaux acteurs

  • 39 « Séance du 26 mars 1874 », Bul. de la commission des Antiquités de la SI, t. III, 1873-1874, Roue (...)

21Les débuts de la Troisième République sont marqués par un certain nombre de changements en matière de sauvegarde du patrimoine avec, en premier lieu, un renouvellement des acteurs. Certes, la commission départementale des Antiquités reste une instance écoutée. C’est ainsi qu’elle obtient au milieu des années 1870 la conservation de la seule porte fortifiée encore en place, la porte Guillaume-Lion, que le conseil souhaitait démolir dans le cadre de l’élargissement et du prolongement de la rue des Arpents. Elle réussit également à intégrer les nouvelles élites culturelles de la ville et notamment la génération montante des architectes que sont Louis Sauvageot (en 1875) en tant que responsable du service municipal d’architecture, Lucien Lefort, Léon de Vesly ou encore Henri Gosselin. Toutefois, les premiers signes du déclin sont déjà perceptibles. Quelle peut-être en effet sa place effective dans le débat patrimonial alors qu’elle n’a jamais réussi à s’imposer comme arbitre entre l’État et la municipalité ? Au niveau local, son autorité dépend aussi du bon vouloir des élus. Ainsi, lorsqu’elle réclame en 1874 la mise en œuvre du projet de restauration de la Fierte de Saint-Romain adopté en 1843, la requête reçoit un accueil poli de la part du maire mais l'affaire en reste là39. De fait, l’assemblée départementale apparaît de plus en plus comme une simple instance consultative, sans budget et sans pouvoir autre que moral et qui fonctionne comme un cercle où l’on discute et où l’on multiplie les travaux d’érudition et les publications. Pourtant, cela ne doit en aucune façon méjuger de la motivation de ses membres qui, pour la plupart, vont participer dans les années 1880 au renouvellement du mouvement local en faveur de la défense du patrimoine.

  • 40 Allocution de Despois de Folleville, 8 juillet 1886 in : Bul. rétrospectif des Amis des Monuments (...)

22La fin du siècle voit en effet l’émergence d’un nouveau type d’initiative privée qui offre une alternative plus dynamique à l’action des institutions officielles. Suite à la création de la Société des Amis des Monuments Parisiens en 1884 par Charles Normand qui avait lancé un appel incitant à la mise en place de sociétés-sœurs en province, la Société des Amis des Monuments rouennais est instituée dès l’année suivante, à l’initiative notamment de Gaston le Breton, Despois de Folleville, Georges Dubosc et Jules Hédou. L’action du groupement s’organise autour de deux objectifs : « 1° la conservation archéologique de tous les monuments de la ville de Rouen ; 2° le développement et l’embellissement de la physionomie monumentale et pittoresque de Rouen40 ». En ce qui concerne les édifices classés, la Société ne souhaite pas entrer en concurrence avec les services de l’État et veille essentiellement à leur bon entretien et à leur mise en valeur. Elle reste malgré tout méfiante à l’égard des grandes restitutions. Mais son véritable champ d’action ce sont les monuments non classés dont la valeur artistique est reconnue et qui sont aux mains de propriétaires peu scrupuleux. Plus généralement, elle s’intéresse à l’architecture en pans de bois, aux fontaines, aux églises désaffectées et malgré une sensibilité marquée pour l’architecture du Moyen Âge et de la Renaissance, elle ne délaisse pas les périodes postérieures. Surtout, elle sait mobiliser l’opinion publique et s’opposer à l’administration lorsque des monuments sont menacés. Durant les années 1890, elle va ainsi sauver l’église Saint-Laurent, la chapelle du lycée Corneille et surtout, le « vieux logis » de la rue Saint-Romain ; trois affaires qui vont lui permettre de s’imposer et de trouver sa place dans le débat patrimonial local.

  • 41 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er mai 1885.

23Les élus locaux accordent également une importance accrue à l’entretien et à la mise en valeur du centre ancien, phénomène qui accompagne l’essor et le renouvellement du tourisme. Pour une ville comme Rouen qui a très tôt profité de la présence de visiteurs français et étrangers c’est une manne financière de premier ordre, qui suppose en contrepartie des efforts pour sauvegarder et mettre en valeur les édifices anciens. C’est d’ailleurs dans cette perspective que les édiles souhaitent faire restaurer l’édicule de la Fierte de Saint-Romain en 1885, faisant valoir « l’apport considérable de capitaux qui résulte chaque année de la présence de ces étrangers à Rouen41 ». Ces efforts accompagnent aussi le développement de l’industrie hôtelière et du commerce local.

La « ville musée »

  • 42 C’est le commanditaire de cette notice, le bibliothécaire municipal Eugène Noël, qui attribue la p (...)
  • 43 Sitte C., L’Art de bâtir les villes. L’urbanisme selon ses fondements artistiques, rééd. Paris, 19 (...)

24La notion de « ville-musée » a semble-t-il été employée pour la première fois ou tout du moins popularisée en 1861 par le critique d’origine rouennaise Jules Levallois, dans une notice sur Rouen parue dans l'Almanach des Normands42. L’expression utilisée pour désigner le centre ancien, bien avant que le Syndicat d’initiative n’en fasse un slogan publicitaire, prolonge la vision romantique des voyageurs de la première moitié du siècle. Elle désigne ce musée à ciel ouvert qu’est le cœur de la ville, dont les richesses ne se limitent pas aux monuments civils et religieux mais intégrent également le tissu urbain les enserrant. Or, cette vision va faire son chemin en réaction contre les effets de la Révolution industrielle puis de l’haussmannisation qui, en détruisant le centre ancien au nom de l’hygiène et de l’efficacité, n’ont pas su créer aux yeux de beaucoup une esthétique nouvelle. En France et en Europe, le courant culturaliste naît de ce constat et de la prise de conscience de la nécessité d’un urbanisme nouveau qui permette la sauvegarde des centres historiques. L’ouvrage de Camillo Sitte publié en 1889 et traduit en français en 1912 sous le titre L’art de bâtir les villes43, marque une étape dans cette réflexion sur la manière d’organiser les rapports entre la ville moderne et la ville ancienne, deux mondes que tout oppose et qu’il faut faire coexister. Le mouvement en faveur de la défense du centre historique naît de la crainte des dérives supposées de la croissance urbaine des faubourgs, du rejet de l’urbanisme contemporain avec ses rues tirées au cordeau et ses immeubles alignés et sans âme pour reprendre les arguments de l’époque et enfin, du sentiment de péril lié aux destructions en cours. C’est dans ce contexte que s’impose à partir des années 1880, le mythe de la ville musée.

  • 44 G. Flaubert, Madame Bovary, Paris, 1983, p. 42.

25Cette notion correspond en premier lieu à un périmètre défini se limitant aux quartiers centraux de la rive droite et plus précisément au secteur compris entre la place du Vieux-Marché et la cathédrale. Il intègre quelques rues alentour comme celles au sud de Notre-Dame autour de la halle aux Toiles. C’est dans cette aire que se trouvent les grands édifices civils et religieux dont la valeur artistique et historique est reconnue et qui ont été très tôt inscrits sur la liste des Monuments historiques : la cathédrale, Saint-Maclou, Saint-Ouen, le palais de Justice et le Gros-Horloge. D’emblée, la rive gauche est exclue et d’une manière générale, la ville musée prolonge la géographie cloisonnée de la première Révolution industrielle. Là encore, les frontières sont nettement marquées. À l’Ouest, la rue Cauchoise concrétise la limite entre le centre et le quartier du Mont-Riboudet, tandis qu’à l’Est, la rue de la République sépare les deux mondes comme elle matérialise les clivages sociaux hérités de l’Ancien Régime. Au-delà, dans les paroisses Saint-Vivien et Saint-Maclou et plus encore dans Martainville, le mythe de la ville-taudis né des récits des observateurs sociaux perdure. La répulsion qu’inspire ce secteur s’exprime encore à la fin du siècle à travers les mots de Flaubert qui qualifie la rivière du Robec traversant le quartier des fabricants de toiles de coton et des teinturiers, d’« ignoble petite Venise44 ».

  • 45 Deville A., Les Tombeaux de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1833, p. 96.

26D’un point de vue historique, le vieux Rouen correspond avant tout à la ville du Moyen Âge et du début de la Renaissance, celle que les touristes anglais et nationaux sont venus découvrir au début du siècle. Outre les grands édifices civils et religieux déjà évoqués, d’autres endroits retiennent l’attention des visiteurs comme la place du Vieux-Marché qui suscite une halte en tant que lieu de supplice de Jeanne d’Arc. Toutefois, à la différence d’Orléans où des fêtes annuelles sont organisées depuis 1429, celle-ci n’est guère célébrée à Rouen et il faudra attendre les années 1920 pour qu’un espace johannique se constitue véritablement. Pour l’heure, le seul endroit véritablement associé – à tort ou tout du moins avec excès – à la Pucelle est le donjon du château de Philippe-Auguste dont Achille Deville a empêché la démolition en 1840 avant de le racheter en 1867 grâce à un comité de souscription. Le mythe de la ville musée se cristallise surtout autour de la période comprise entre la fin du XVe siècle et la première moitié du siècle suivant et qui correspond aux épiscopats des cardinaux d’Amboise – Georges Ier et Georges IL Rouen connaît alors une phase de grande prospérité et après le décès de Georges Ier d’Amboise, qui est aussi le commanditaire du château de Gaillon, nombre d’artistes et d’ouvriers travaillant sur le chantier vont affluer vers la capitale normande. De cette époque datent les grands trésors architecturaux que sont l’hôtel des Finances, le portail central de la cathédrale, les tombeaux des cardinaux d’Amboise, le décor sculpté de la galerie d’Aumale à l’hôtel de Bourgtheroulde, l’aître Saint-Maclou, le Gros-Horloge ainsi que de nombreux hôtels particuliers en pierre. L'image de Rouen, longtemps perçue comme l’un des berceaux de l’archéologie médiévale et sacrée « Athènes du genre gothique » par la génération romantique, évolue à mesure que la périodisation de l’histoire de l’Art se précise. Avec la redécouverte de la Renaissance dans les années 1830, on attribue désormais ces grands édifices à la période de transition qui marque la fin du Moyen Âge. De plus, avec le mouvement de revendication d’une autonomie artistique par rapport à l’Italie manifeste dès 1850, on cherche à les attribuer à un artiste français. À Rouen, l’attention converge vers la figure de Jean Goujon et la découverte par Deville du nom de l’artiste mentionné en 1540 dans les archives municipales, va permettre de lui attribuer les colonnes de l’orgue de Saint-Maclou puis la tête de la statue funéraire de Georges II d’Amboise45. Elle va également susciter de nouvelles propositions d’attributions dont certaines font encore débat, en particulier pour les portes en bois de l’église Saint-Maclou, l’édicule de la Fierte de Saint-Romain ou encore le tombeau de Louis de Brézé dans la cathédrale.

  • 46 Société des antiquaires de Normandie, Rapport sur le projet de démolition de la chapelle de Lycée C (...)
  • 47 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 28 décembre 1888.

27Les périodes postérieures à la Renaissance ne sont pas exclues même si l’attitude des Rouennais à l’égard de l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles est encore ambiguë, le sauvetage de tel ou tel édifice menacé semblant lié aux circonstances plus qu’à un réel intérêt artistique. Le cas de la porte Guillaume-Lion a déjà été évoqué. Une dizaine d’années plus tard, la Société des Amis des Monuments rouennais relayée par les principales associations locales46 sera à l’origine cette fois du sauvetage de la chapelle du lycée Corneille menacée par le projet d’agrandissement de l’établissement. Mais ces exemples restent marginaux et l’intérêt pour les périodes plus récentes, ponctuel. En 1888, la proposition de classement de l’ancienne église Saint-Louis émanant de la commission départementale des Antiquités est ainsi rejetée par le conseil municipal qui estime que « ce vieil édifice ne présente rien de bien remarquable47 ». De même, au moment de la loi de Séparation de l’Église et de l’État rien ne sera entrepris pour sauver le couvent des Ursulines de la rue Morand incluant le très bel hôtel Mathan.

  • 48 Id, 25 mars 1898 – ADSM : 4T 197.
  • 49 Delaquerière E., Description historique des maisons de Rouen, Rouen, 1841, 2 vol.
  • 50 Martin P., Recherches sur l’architecture, la sculpture, la peinture, la menuiserie, la ferronnerie (...)

28Alors que les édifices les plus prestigieux comme la cathédrale ou le palais de Justice sont protégés depuis longtemps, l’intérêt se porte désormais sur de nouveaux types architecturaux comme les églises paroissiales souvent jugées d’importance secondaire. L’église Saint-Laurent par exemple, qui fut épargnée lors du percement de la rue de l’Hôtel-de-ville, fait l’objet d’une nouvelle campagne de presse au début des années 1890 appuyée par la Société des Amis des Monuments rouennais et par la commission départementale des Antiquités, lorsque le propriétaire décide de la démolir pour la remplacer par un immeuble de rapport. Le conseil municipal saisit alors la commission des Monuments historiques et la conservation de l’église est déclarée d’utilité publique le 15 novembre 189 248. Toutefois, la procédure d’expropriation n’aboutira qu’en 1921 lors de l’installation du musée Le Secq des Tournelles. L’architecture civile en pans de bois profite aussi d’une attention nouvelle au niveau local. La publication entre 1 821 et 1840 de la Description historique des maisons de Rouen49 par Eustache Delaquérière témoigne de l’intérêt grandissant dont bénéficie l’architecture domestique en la mettant pour la première fois sur un pied d’égalité avec les principaux monuments rouennais. L’analyse reste cependant ambiguë, partagée entre une sensibilité romantique qui met en avant le charme et l’effet visuel produit par cette ville médiévale et la répulsion héritée des Lumières pour un urbanisme jugé malsain. Par ailleurs, l’ouvrage n’aura pas un effet immédiat et ne pourra freiner ni le plâtrage des façades – obligatoire à partir de la Restauration – et encore moins les destructions en cours. Il est tout de même d’une grande précocité si l’on songe que la première étude exclusivement consacrée aux anciennes maisons lyonnaises ne sera publiée qu’en 185250.

29La commission des Monuments historiques, quant à elle, n’a pas les moyens d’assurer la protection de ces biens qui relèvent le plus souvent du domaine privé. Aucun texte juridique n’interdisant pour l’heure à un propriétaire d’abattre un immeuble qui lui appartient, le dessin puis la photographie seront pendant longtemps les seuls moyens de conserver le souvenir des édifices condamnés. Tandis que Vaudoyer, Garrez et Verdier sont respectivement envoyés à Orléans, Troyes et Cluny, Devrez est chargé en 1861 de relever les principales maisons de Rouen. La loi de 1887 n’apportera pas de grands changements à cette situation, aucun classement d’immeubles privés ne pouvant être prononcé sans le consentement de son propriétaire, à moins de recourir à l’arbitrage du Conseil d’État. Le texte aura même un effet négatif puisqu’il entraînera le déclassement de plusieurs hôtels particuliers rouennais.

  • 51 Lettre du directeur du musée des Antiquités au préfet de la SI, 20 juin 1890 – ADSM : 4T 223.
  • 52 Arrêté de classement du 23 décembre 1898 – AMH : 81/76/405/158.

30C’est donc au niveau local que les changements vont s’opérer grâce aux efforts conjugués des érudits, des artistes et de cette nouvelle génération d’architectes nés au moment des grandes opérations d’urbanisme du Second Empire. C’est ainsi que les démontages se multiplient avec pour lieux de dépôt, le musée départemental des Antiquités et le square Saint-André. Une timide politique de rachat se met aussi en place et en 1890, le directeur du musée départemental des Antiquités acquiert l’un des vestiges de l’ancienne abbaye Saint-Amand, la façade du XVe siècle du logis de l’abbesse Thomasse Daniel, transportée sur file Saint-Louis dans les années 183051. Mais, tout cela reste insuffisant et les défenseurs du patrimoine font valoir la nécessité de conserver des ensembles complets de maisons en pans de bois in situ, dont l’aspect biscornu et étrange fait le charme – ou plutôt le pittoresque pour reprendre le terme en usage – de la ville. Cette revendication accompagne la remise en question du plan d’alignement adopté en 1839 ainsi que la critique de la politique de dégagement des abords des édifices anciens mise en place par les autorités locales en accord avec le gouvernement. Ainsi, se posent déjà les prémisses de la réflexion sur la conservation des centres historiques théorisée par Camillo Sitte en 1887 et qui trouvera son aboutissement dans l’entre deux-guerres. À partir de 1895, le débat va se focaliser plus particulièrement sur le devenir de la maison située au 3 de la rue Saint-Romain menacée de démolition dans le cadre du dégagement de la cathédrale, affaire sur laquelle nous reviendrons. Par décret du 23 décembre 1898, une première maison en pans de bois datant du XVe siècle est classée au titre des Monuments historiques52. Située au 66 de la rue du Bac, elle était condamnée par le plan d’alignement et menacée de destruction (Fig. 12). Toutefois, cette mesure reste exceptionnelle et c’est à l’initiative privée que l’on doit encore l’essentiel des sauvetages au début du XXe siècle.

Fig. 12. Rouen, Maison du XVe siècle au n° 66 de La rue du Bac à l’angle de la rue des Fourchettes, classée par arrêté du 23 décembre 1898, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).

31L’un des temps forts de la reconnaissance et de la valorisation du centre ancien à la fin du XIXe siècle est sans conteste la reconstitution du Vieux-Rouen par l’illustrateur Jules Adeline dans le cadre de l’Exposition nationale et coloniale organisée dans la ville durant l’été 1896 (Fig. 13 à 75). L’idée de recréer un quartier ancien en plein air à l’aide de décors en relief, peuplé de figurants en costumes d’époque n’est pas nouvelle, bien au contraire : en 1884, Turin crée la surprise avec son Borgo medievale imaginé pour l’exposition industrielle par Alfredo d’Andrade. Puis se succèdent le Vieil Edimbourg en 1886, la Vieille Bastille trois ans plus tard, le Vieil Anvers en 1894 et enfin le Vieil Amsterdam en 1895. À Rouen, quelques tentatives du même genre ont également été menées avec succès et les fêtes organisées en 1875 pour célébrer le Centenaire de la naissance de Boieldieu ont donné lieu à la reconstitution des anciennes portes fortifiées. Du Vieux-Rouen doit renaître une partie de la place du parvis de la cathédrale, telle qu’elle existait au XVIe siècle et telle que la représente le Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur (1525), bien que modifiée en partie. La plupart des édifices choisis n’existent déjà plus ou sont dans un état de conservation alarmant : la porte du Bac notamment a été rasée en 1816, l’église Saint-Herbland a été détruite en 1824 pour être remplacée par un immeuble de rapport et le Bureau des Finances est en réalité bien différent. Jules Adeline cherche ainsi à rappeler aux visiteurs les trésors perdus de leur ville en proposant une pseudo-galerie de l’habitat rouennais. Cette reconstitution participe pleinement à la cristallisation du débat autour du centre ancien et ce n’est pas une coïncidence si elle intervient un an après le sauvetage du vieux logis de la rue Saint-Romain et deux ans avant le classement au titre des Monuments historiques de la maison de la rue du Bac. C’est donc dans une ville en pleine effervescence, aux enjeux multiples et parfois même contradictoires, que Sauvageot est appelé à travailler au début de la Troisième République. Intéressons-nous maintenant aux questions professionnelles, à la définition de ses statuts successifs et de ses missions.

Fig. 13. Le Vieux-Rouen reconstitué par Jules Adeline en 1896. Porte du Bac marquant l'entrée, photographie, extr. de Rouen 1896. Revue illustrée de l’exposition, Rouen, 1897 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 14. Le Vieux-Rouen reconstitué par Jules Adeline en 1896. Le Bureau des finances sur le parvis de la cathédrale, photographie, extr. de Rouen 1896. Revue illustrée de l’exposition, Rouen, 1897 (CI. Sophie Nasi).

Fig. 15. Le Vieux-Rouen reconstitué par Jules Adeline en 1896. Les avant-soliers de l'église Saint-Herland, photographie, extr. de Rouen 1896. Revue illustrée de l’exposition, Rouen, 1897 (Cl. Sophie Nasi).

Notes

1 La rue de l’Hôtel-de-Ville deviendra la rue Thiers puis la rue Jean Lecanuet ; la rue de l’Impératrice, la rue Jeanne d’Arc.

2 Rapport du maire Nétien, 8 mai 1873 – ADSM : 30P 10 587.

3 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 12 janvier 1877 – ADSM : 30P 10 587.

4 Du nord au sud, la rue Armand Carrel est prolongée jusqu’à l’église Saint-Vivien ; d’Est en Ouest, la rue Tuvache est ouverte pour relier la rue de la République et former le trait d’union entre ces quartiers rénovés et l’Ouest de la ville.

5 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 24 novembre 1876 – ADSM : 7V1 106.

6 Senthiles A., « Éléments d’architecture..., op. cit., p. 46.

7 Auxquelles s’ajoutent huit écoles congréganistes de garçons et quatorze écoles libres en partie subventionnées par la ville (Lettre de l’inspecteur d’Académie au préfet de la SI, 27 octobre 1877-ADSM : 20P 1538-210).

8 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 28 juin 1877 – ADSM : 20P 1538-32.

9 Id., 17 mai 1878 – ADSM : 20P 1538-81.

10 Lettre de l’inspecteur d’Académie au préfet de la SI, 27 octobre 1877 – ADSM : 20P 1538-210.

11 Extr. reg. délib. de Rouen, 14 février 1879 – ADSM : 20P 1538-32.

12 Id., 27 juin 1879 – ADSM : 20P 1538-31.

13 Id., 17 mai 1878 – ADSM : 20P 1538-81.

14 Id., 14 février 1879 – ADSM : 20P 1538-32.

15 Signe du nouvel intérêt à l’égard des plus jeunes, le projet approuvé le 29 août 1877 ne prévoyait qu’un établissement primaire et c’est en 1883 qu’une école enfantine est ajoutée – ADSM : 20P 1538-29.

16 Senthiles A., « Éléments d’architecture..., op. cit., p. 47.

17 Ce sont les écoles Mac-Cartan, de la rue de Joyeuse, Vauquelin à Saint-Sever (1849) et Bachelet place de la Rougemare.

18 Ce sont les écoles Jean Mullot, André Portier, Thomas Corneille, Michelet et Géricault.

19 Ce sont les écoles Legouy, Jeanne Hachette, Marthe Corneille, Victor Hugo, Sévigné et Marie Duboccage.

20 Rapport de Jules Ferry au président de la République sur la caisse des Lycées et collèges (exercice 1880), 28 janvier 1881, Bul. administratif du ministère de l’Instruction publique..., 1881, no 462.

21 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 7 avril 1880 – ADSM : 20P 1538-40.

22 Haraucourt M., Notices scientifiques, historiques, industrielles, commerciales et artistiques sur la ville de Rouen rédigées à l’occasion du Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, Rouen, 1883, p. 548.

23 Parmi les disciplines enseignées : littérature, histoire-géographie, mathématiques, mécanique appliquée, physique, chimie, histoire naturelle, dessin et botanique durant l’été.

24 Cette portion de la rue comprise entre l’Hôtel de Ville et la fontaine Sainte-Marie prendra ensuite le nom de rue Louis Ricard.

25 Darcel A., « Edilité rouennaise : le musée-bibliothèque », J de R, 21 janvier 1877.

26 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 16 août 1878.

27 Rapport du maire de Rouen, 16 juin 1876 – ADSM : 3OP 10-525.

28 Id, 9 février 1877 – ADSM : 7V1-106.

29 Lettre du maire de Rouen au préfet de la SI, 28 avril 1877 – ADSM : 20P 1538-210.

30 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 10 juin 1880 – ADSM : 20P 1538-210.

31 Id, 12 novembre 1880 – ADSM : 20P 1538-210.

32 Id, 17 septembre 1892 – ADSM : 20P 1538-210.

33 Id, 12 février 1875 – ADSM : 20P 1538-32.

34 Id, 24 mars 1876.

35 Id, 16 février 1883-ADSM : 20P 1538-210.

36 Extr. du Journal officiel de la République française du 10 janvier 1933, Paris, 1933, p. 53.

37 Circulaires et rapports sur le service de la conservation des MH, liste des monuments classés, Paris, 1862, p. 125-ADSM : 4T 171.

38 L’une portait les numéros 113, 115 et 117 et l’autre, 129 et 131 rue du Gros-Horloge.

39 « Séance du 26 mars 1874 », Bul. de la commission des Antiquités de la SI, t. III, 1873-1874, Rouen, 1875, p. 173.

40 Allocution de Despois de Folleville, 8 juillet 1886 in : Bul. rétrospectif des Amis des Monuments Rouennais, Rouen, 1901, p. 13.

41 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 1er mai 1885.

42 C’est le commanditaire de cette notice, le bibliothécaire municipal Eugène Noël, qui attribue la paternité du concept à Jules Levallois, inNoël E., Rouen..., op. cit., p. V de la préface à Jules Levallois.

43 Sitte C., L’Art de bâtir les villes. L’urbanisme selon ses fondements artistiques, rééd. Paris, 1996 (préface de F. Choay).

44 G. Flaubert, Madame Bovary, Paris, 1983, p. 42.

45 Deville A., Les Tombeaux de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1833, p. 96.

46 Société des antiquaires de Normandie, Rapport sur le projet de démolition de la chapelle de Lycée Corneille, par Eugène de Robillard de Beaurepaire le 6 août 1895, Caen, 1895 ; Société des architectesdelaSI, Projet de démolition de la chapelle du Lycée Corneille (30 novembre 1895), Rouen, 1895.

47 Extr. reg. délib. de la ville de Rouen, 28 décembre 1888.

48 Id, 25 mars 1898 – ADSM : 4T 197.

49 Delaquerière E., Description historique des maisons de Rouen, Rouen, 1841, 2 vol.

50 Martin P., Recherches sur l’architecture, la sculpture, la peinture, la menuiserie, la ferronnerie dans les maisons du Moyen Age et de la Renaissance à Lyon, s. d. [1851].

51 Lettre du directeur du musée des Antiquités au préfet de la SI, 20 juin 1890 – ADSM : 4T 223.

52 Arrêté de classement du 23 décembre 1898 – AMH : 81/76/405/158.

Table des illustrations

Légende Fig. 11.Rouen, vue générale, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 12. Rouen, Maison du XVe siècle au n° 66 de La rue du Bac à l’angle de la rue des Fourchettes, classée par arrêté du 23 décembre 1898, début XXe siècle, carte postale (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 13. Le Vieux-Rouen reconstitué par Jules Adeline en 1896. Porte du Bac marquant l'entrée, photographie, extr. de Rouen 1896. Revue illustrée de l’exposition, Rouen, 1897 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Légende Fig. 14. Le Vieux-Rouen reconstitué par Jules Adeline en 1896. Le Bureau des finances sur le parvis de la cathédrale, photographie, extr. de Rouen 1896. Revue illustrée de l’exposition, Rouen, 1897 (CI. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Fig. 15. Le Vieux-Rouen reconstitué par Jules Adeline en 1896. Les avant-soliers de l'église Saint-Herland, photographie, extr. de Rouen 1896. Revue illustrée de l’exposition, Rouen, 1897 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.