Version classiqueVersion mobile

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Première partie. Louis-Charles Sauvageot (1842-1908), éléments de biographie

Sauvageot et son temps

Texte intégral

Fig. 9.
A. Rixens, Portrait de L. Sauvageot, 1894, huile sur toile, Paris, collection particulière Denise Ventre (Cl Sophie Nasi).

L’homme

  • 1 Décret du 7 novembre 1882 – AN : LH 2467, no 033.
  • 2 Exposition universelle de 1878, Propositions de promotions dans l’ordre de la Légion d’honneur – A (...)
  • 3 Dubosc G., « Louis Sauvageot »..., op. cit., p. 32.
  • 4 Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon..., op. cit., p. 23.
  • 5 Lettre du proviseur du lycée Corneille au recteur d’Académie, 11 janvier 1876 – ADSM : 1T 1946.
  • 6 Lettre de Savary au directeur du service d’architecture de la ville de Paris, 14 janvier 1908 – AP (...)
  • 7 Louzier Ste-A., « Nécrologie. Louis-Charles Sauvageot », Union syndicale..., op. cit., p. 115.
  • 8 Faire-part de décès à Monsieur le grand chancelier de la Légion d’honneur – AN : LH 2467, no 033.

1■ Sur le portrait peint par André Rixens en 1894, Sauvageot est représenté à un moment important de sa carrière (Fig. 9). Assis à sa table de travail, il fixe le peintre et semble interrompu dans ses réflexions. Un petit modèle de putto ayant sans doute servi lors la restauration du Gros-Horloge de Rouen est posé près de lui, tandis que le plâtre du tombeau du cardinal de Bonnechose exécuté avec Chapu pour la cathédrale de la ville, trône sur une sellette. Deux éléments qui soulignent ses responsabilités au sein des administrations des Beaux-Arts et des Cultes. L’homme porte avec fierté la Légion d’honneur au revers de sa veste. Nommé officier d’Académie par arrêté du 12 juillet 1880, il a été promu au grade d’officier de la Légion d’honneur deux ans plus tard1. Déjà pressenti en 1878 sur proposition du service des Monuments historiques2, il a finalement été récompensé pour ses travaux de construction du théâtre des Arts de Rouen. Le journaliste rouennais Georges Dubosc le décrit comme un « travailleur infatigable, élevé dans le respect de l’architecture médiévale par Viollet-le-Duc3 » : c’est bien l’image que nous renvoie le tableau. Dans un hommage rendu en 1891, l’Académie de Dijon apporte quelques éléments complémentaires sur sa personnalité et dresse le portrait d’un homme « droit, modeste, sûr de ses relations » et « ennemi de ce qui est réclame et esprit de coterie4 ». Toutefois, une « santé chancelante5 », marquée par des congestions pulmonaires chroniques, va peu à peu le contraindre à limiter ses déplacements. Est-il décédé le 14 février 1908 des suites de l’une de ses crises ? Aucun élément ne nous permet de l’affirmer : son collaborateur Savary indique simplement qu’il a succombé « aux atteintes du même mal qui le tenaient douloureusement depuis quelques semaines6 » et Sainte-Anne Louzier évoque pour sa part, une « horrible maladie7 ». Quoi qu’il en soit, il est enterré deux jours plus tard dans le caveau familial du cimetière Montparnasse après un office religieux célébré en l’église paroissiale Saint-Vincent-de-Paul8.

  • 9 Acte de naissance de Maria Léonie Sauvageot, mairie du 12e arrondissement de Paris, 21 mai 1855 – (...)
  • 10 AMH : inv. 1 450 et inv. 10 450.
  • 11 Acte de mariage de Léon Chédeville et Maria Sauvageot, mairie du 5e arrondissement de Paris, 5 jui (...)
  • 12 Acte de décès de Léon Chédeville, mairie du 14e arrondissement, 2 février 1883, acte no 372 – AP : (...)
  • 13 « Nécrologie. Léon Chédeville, sculpteur », GAB, Paris, 1883, no 5, p. 36.
  • 14 Acte de décès de Claude Sauvageot, mairie du 5e arrondissement, 14 octobre 1885, acte no 3099 – AP
  • 15 Cimetière Montparnasse, 19e division, 3e ligne Est, No 16 sud, concession no 81 PP 1883.
  • 16 Les archives de la franc-maçonnerie conservées au département des manuscrits de la Bibliothèque na (...)

2Les liens entre les frères Sauvageot ne se sont jamais distendus et se sont au contraire renforcés avec l’arrivée des enfants de Claude, Maria-Léonie en 1855 et Ernest-Claude-Léon en 1 8589. Tous deux n’ont qu’une quinzaine d’années d’écart avec leur oncle qui va largement participer à leur éducation, comme son frère l’a fait pour lui auparavant. Ainsi, Ernest se forme à l’architecture à ses côtés et séjourne à Rouen (où il exécute des relevés de l’église Saint-Paul)10. Quant à Maria, elle épouse en 1875 Léon Chédeville11, jeune sculpteur à l’avenir prometteur qui devient l’un des principaux collaborateurs de Sauvageot, travaillant au décor des constructions rouennaises et sur les principaux chantiers de restauration normands. Toutefois, alors que les années 1880 inaugurent une nouvelle ère de succès professionnels, elles sont également obscurcies par une série de drames personnels. En février 1883, Léon Chédeville meurt à l’âge de 32 ans12, laissant une jeune veuve et trois enfants en bas âge13. En 1885, Claude Sauvageot décède à son tour à 53 ans14, bientôt rejoint par leur mère Anne en 1887, puis par Maria en 1898. Tous reposent au cimetière Montparnasse dans le tombeau familial dessiné par Louis15. Le monument est d’une grande sobriété et la pierre tombale est surmontée d’une simple stèle adoptant la forme d’un rouleau de pierre sur lequel sont inscrits les noms des défunts (Fig. 10). L’édicule est couronné d’un chapiteau orné d’une équerre, d’un compas, d’une règle, d’une plume et d’un ciseau de sculpteur : autant d’outils symbolisant l’appartenance professionnelle des disparus et dans lesquels certains voudront également voir les signes d’une appartenance à la franc-maçonnerie. Dans le cas de Sauvageot, cette hypothèse – pour l’heure invérifiable – est d’autant plus intéressante qu’elle permettrait d’éclairer un peu plus son parcours et sa brillante carrière16.

  • 17 Il se forme à l’École des Arts décoratifs qu’il intègre en octobrel893 (matricule no 56 105) – AN  (...)
  • 18 Acte de naissance de Charlotte-Louise Sauvageot, mairie du 9e arrondissement de Paris, 16 avril 18 (...)

3La mort de Claude marque un tournant ; Louis devient le chef du clan prenant soin de sa belle-sœur, de sa nièce et de ses enfants. On sait notamment, que son petit-neveu Eugène Chédeville poursuivra la tradition familiale en devenant à son tour architecte17. Cette période de deuils correspond également à une phase de bouleversements personnels puisque Sauvageot épouse en 1889 sa compagne de longue date, Alphonsine Descrières, dont il a deux filles, Charlotte-Louise et Suzanne nées respectivement en 1887 et en 188818.

4Fig. 10.
Paris, cimetière Montparnasse, détail de la stèle du tombeau de la famille Sauvageot Chédeville. État actuel (Cl. Sophie Nasi).

  • 19 C’est le cas par exemple de C.-H.-A. Roger nommé inspecteur des travaux de l’église d’Eu (arrêté d (...)
  • 20 Nous tenons ces éléments de Madame Denise Ventre, la petite-fille de Sauvageot, dont la mère et la (...)
  • 21 Cf. Bresc G. et Plngeot A., Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, Paris (...)
  • 22 Cf Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., p. 622.

5Il est beaucoup plus difficile d’évoquer la composition et le fonctionnement de l’agence après le départ de Rouen et l’installation à Paris, faute de pièces d’archives. Le cabinet installé sur la rive droite dans la demeure privée de l’architecte passe de la rue de Bellefond (no 23) au boulevard de la Chapelle (no 51) en 1892. Ce mélange des sphères privées et professionnelles implique un nombre réduit de commis ou d’associés et il est certain que l’essentiel de l’activité revient à Sauvageot. En ce qui concerne le suivi des chantiers en province et les rapports avec les autorités, il se repose sur un réseau d’inspecteurs locaux choisis par lui et remplissant la fonction d’agent-voyer19. Sa femme et peut-être ses filles – en tout cas, l’aînée – s’occupent des tâches de secrétariat et peut-être même de certaines recherches en vue de telle ou telle restauration20. Ce portrait d’un travailleur solitaire est également nuancé par la présence d’élèves architectes. En dehors d’Ernest Sauvageot qui collabore avec son oncle à la fin des années 1870, le rouennais Jules Doré – qui expose au Salon des artistes français de 1879 à 1911 – se dit également son apprenti21. De même, Charles-Eugène Billoré, diplômé de l’École des beaux-arts, travaille dans l’agence sans que l’on puisse préciser la période22. Enfin, André Ventre – qui épousera en 1909 Charlotte Sauvageot – est sans doute le plus connu de tous ses collaborateurs puisqu’il exercera à la fois pour le compte des Monuments historiques, des Bâtiments civils ainsi que pour les chemins de fer de l’État.

Une culture

  • 23 Pétition des architectes diocésains réclamant la réforme de l’enseignement de l’architecture à l’É (...)

6■ Sauvageot s’inscrit dans le courant réunissant les élèves de Viollet-le-Duc qui vont poursuivre son combat contre l’Institut et l’École des beaux-arts – après la tentative de réforme avortée de 1863 – au nom d’un rationalisme inspiré du gothique et qui vont faire aboutir la réforme de l’enseignement de l’architecture à la fin du siècle. Tandis que son frère s’engage du côté de l’École des Arts décoratifs puis de l’Union centrale des Arts décoratifs, Louis manifeste à plusieurs reprises son opposition à l’École des beaux-arts. À la fin de l’année 1885, il participe à la coalition formée par les architectes diocésains et ceux des Monuments historiques pour réclamer la création d’une chaire d’histoire de l’art du Moyen Âge et de la Renaissance au sein de l’établissement. Le 10 janvier 1886, il signe aux côtés d’Anatole de Baudot, d’Émile Vaudremer et de ses pairs, une pétition dénonçant les lacunes de l’enseignement officiel qu’a mis en évidence le premier concours de recrutement des architectes du service diocésain l’année précédente23. Comment engager de nouveaux praticiens pour s’occuper de l’entretien du patrimoine alors qu’aucune formation ne les prépare à cet avenir ? Le texte propose la mise en place d’un cours supplémentaire sur « l’Art français », destiné aux élèves auxquels l’État confiera la restauration des Édifices diocésains et des Monuments historiques. Aux termes d’un long conflit, la chaire ouvre finalement en juillet 1887 au Musée de sculpture comparée au Trocadéro et il faudra attendre 1892 pour qu’un cours d’histoire de l’architecture française du Moyen Âge et de la Renaissance soit mis en place à l’École des beaux-arts.

  • 24 Dossier personnel d’Ernest Claude Sauvageot – AN : AJ52 382.

7Toutefois, cette défiance à l’égard de l’enseignement officiel a ses limites que Sauvageot perçoit et dont il a peut-être fait les frais. Avec son parcours en dehors du système traditionnel, il s’est de fait interdit l’accès au prestigieux service des Bâtiments civils, au professorat et à l’Institut. Sa brillante carrière reste d’ailleurs exceptionnelle et en tout cas, peu envisageable à la génération suivante car, avec la disparition de Viollet-le-Duc, s’est tout un réseau d’influences qui s’étiole. De plus, si jusqu’en 1867 – date de la création du diplôme d’architecte – on pouvait exercer ce métier en payant simplement une patente, le système est révolu. Il est désormais impossible de se former en dehors de toute institution et d’exercer sans le moindre diplôme. De ce point de vue, il n’est pas anodin de constater qu’Ernest Sauvageot intégrera, à la différence de son oncle, l’École des beaux-arts en 187824. À cette date, l’École spéciale d’architecture fondée par Émile Trélat existe pourtant depuis près de treize ans et l’école des Arts décoratifs propose aussi un enseignement pratique de l’architecture. Toutefois, elles n’ont ni le prestige ni l’attrait de l’institution du quai Malaquais, ce qui explique sans doute que le jeune Ernest ait opté pour un cursus honorum traditionnel.

  • 25 Union syndicale..., op. cit., 1890, no 1, décembre, p. 13.
  • 26 Id., 1893, no 3, mars, pp. 40-42 ; 1 894, no 13, janvier.
  • 27 Id., 1897, no 7, mai, p. 242-243 et no 8, août, p. 289.
  • 28 Id., 1898, no 24, décembre, p. 799.

8L’adhésion de Sauvageot à certains groupements professionnels prolonge ses engagements idéologiques. Ainsi, il fait partie des membres fondateurs de l’Union syndicale des architectes français en 189025, née sous l’impulsion d’Anatole de Baudot afin de rassembler les principaux héritiers de Viollet-le-Duc autour d’objectifs professionnels. L’association réunit non seulement des architectes, mais aussi des maîtres d’œuvres et des entrepreneurs, dans un esprit d’ouverture tout à fait novateur vers les différents métiers. D’ailleurs, l’initiative est plus ou moins bien perçue et la Société centrale des architectes, qui recrute plutôt parmi les anciens élèves de l’École des beaux-arts, critique franchement cette politique. Sauvageot occupe des fonctions importantes au sein de l’association : régulièrement renouvelé dans sa place au sein du comité directeur, il est également élu vice-président de juin 1893 à juin 1895. Durant ces deux années, il participe avec une grande assiduité aux réunions mensuelles - avec seulement deux absences - et il est amené à suppléer Anatole de Baudot à plusieurs reprises. Or, ce sont des années fondatrices durant lesquelles l’Union définit ses orientations en même temps que ses axes de réflexion. En 1894 notamment, elle soumet un projet de règlement des concours publics auquel Sauvageot participe largement26. En ce qui concerne le sujet de l’enseignement de l’architecture, le comité directeur entreprend en 1897, toujours à l’initiative de Sauvageot, des démarches auprès de Selmersheim qui n’aboutiront pas, afin de retrouver le cours professé par son oncle Millet à l’École des beaux-arts pour en adopter les grandes lignes27. En effet, lors de la tentative de réforme de Viollet-le-Duc en 1863, celui-ci avait fait nommer son disciple à la chaire de construction avec pour objectif de définir le savoir technique nécessaire à l’architecte tout en le distinguant de celui de l’ingénieur. Enfin, Sauvageot participe activement à la préparation du congrès de l’Union syndicale pour l’Exposition universelle de 1900, dont il est l’un des représentants aux côtés de Sainte-Anne Louzier, Elenri Chaîne et Paul Goût. Le congrès devait être l’occasion de retracer une histoire de l’architecture au XIXe siècle en faisant ressortir les progrès accomplis par l’étude comparative et chronologique de tous les types de constructions. L’objectif était en fait de démontrer l’influence de Viollet-le-Duc sur le siècle. Or, notre architecte fit introduire une modification et demanda à ce que le colloque insiste également sur le rôle joué par Labrouste, rappelant que si « Viollet-le-Duc a fixé la doctrine par les écrits [...], Labrouste l’a affirmée par ses œuvres et par l’enseignement donné à ses très nombreux élèves28 ». L’épisode traduit en fait la tentative de réappropriation de la figure de Labrouste par les rationalistes à la fin du siècle. En effet, ce personnage emblématique, diplômé de l’Ecole des beaux-arts et membre de l’Institut, incarne la génération rebelle au néo-classicisme, curieuse des techniques modernes, attachée à l’expression du programme et plus libre dans ses références historiques. Toutefois, cette révolte n’est pas rupture et quoi qu’en disent Sauvageot et ses amis, Labrouste reste très marqué par le néo-classicisme et, à la différence de Viollet-le-Duc, beaucoup plus sensible à l’art roman qu’au gothique.

  • 29 L’auteur tient à remercier François Ceccaldi de lui avoir communiqué cette information trouvée dan (...)
  • 30 Lettre de Lefort à Sauvageot, 24 octobre 1884 – AMH : 81/76/9/4. Dans ce courrier, Lefort se plain (...)

9Enfin, il n’est pas surprenant de constater que c’est dans le cercle fermé des diocésains que notre architecte cultive l’essentiel de ses amitiés. Il intègre ainsi le Dîner des Cinquante en décembre 188029, une sorte de club privé fondé en 1862 rassemblant des émules de Viollet-le-Duc chaque deuxième lundi du mois au café Brébant sur le boulevard Bonne-Nouvelle. Là, Sauvageot retrouve son frère Claude admis dix ans plus tôt. Parmi les proches, quelques noms se distinguent : Anatole de Baudot, bien que leur degré d’intimité soit difficile à mesurer ; Antoine-Paul Selmersheim qui est notamment son témoin de mariage ; et enfin, l’inspecteur général des Monuments historiques Jean-Juste Lisch à qui il fait appel en 1882 lors de la cérémonie de réception dans l’ordre de la Légion d’honneur. Celui-ci jouera également un rôle important dans sa nomination à la tête du chantier de l’église Saint-Pierre de Montmartre. Par ailleurs, il a des attaches rouennaises par son mariage et par celui de sa fille avec l’architecte du département, Lucien Lefort, autre intime de Sauvageot30.

Presse architecturale et rayonnement

  • 31 Ses premières interventions, en collaboration avec son frère, datent de 1863.
  • 32 Sauvageot publie uniquement la planche – EA, 2e série, t. III, 1874, pl. 232.
  • 33 Id., 2e série, t. IV, 1875, p. 109 et pl. 305
  • 34 Id., 2e série, t. V, 1876, p. 103 et pl. 349, 353 et 363.
  • 35 Id., 2e série, t. X, 1881, pl. 719.
  • 36 Id., 4e série, t. I, 1888-1889, p. 109 et 180.
  • 37 Sauvageot L., Considérations sur la construction des théâtres. A propos de la reconstruction du thé (...)
  • 38 Id., Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen. Extr. de TEA (livraison d’avril 1877), Paris, 1879
  • 39 Id., « Exposition des projets et modèles de bâtiments scolaires, à Paris, au Palais du Trocadéro » (...)
  • 40 Id., « Encore de la reconstruction de l’Opéra-comique », EA, 4e série, t. I, 1888-1889, p. 49.
  • 41 .Journal de menuiserie. Spécialement destiné aux architectes, aux menuisiers et aux entrepreneurs, (...)
  • 42 En 1872 par exemple, il reproduit les lambris en chêne (XVIIe siècle) de l’église Saint-Vincent ai (...)
  • 43 Il publie dans cette revue un article en septembre 1869, intitulé « Le château de François Ier à S (...)

10■ La presse architecturale a toujours représenté une activité à part entière pour Sauvageot, au même titre que la construction et la restauration et, si l'édition lui a offert ses premiers revenus dans les années 1860, cet intérêt ne s’est jamais démenti. Il faut dire que la presse spécialisée connaît une croissance exceptionnelle et qu’il a sans doute bénéficié de l’appui de son frère. Il travaille d’abord pour les Annales archéologiques de Didron31 avant d’intégrer l’équipe des dessinateurs de Bance et Morel. Son nom est d’ailleurs indissociable de l’histoire de cette maison d'édition puisqu’il sera membre du comité de rédaction de l'Encyclopédie d’architecture et participera aux trois séries de la Gazette des architectes et du bâtiment entre 1872 et 1892. Cette activité lui permet d’utiliser son talent de dessinateur et de s’initier à tous les procédés d’illustration. Elle lui offre également la possibilité de se faire connaître, de diffuser son œuvre et ses idées. Pour l’Encyclopédie d’architecture notamment, il fournit non seulement des planches mais aussi des articles qui ont trait principalement à ses réalisations rouennaises (le château d’eau dessiné avec Bartholdi32, les bancs en fonte pour les boulevards de la ville33, le kiosque des musiciens34 et le tombeau de l’abbé Cochet35). Il publie aussi un article sur la reconstruction de la flèche de Caudebec-en-Caux et sur l’agrandissement de l’église de Grand-Couronne36. Deux notices font l’objet d’une publication à part, consacrées au nouveau théâtre des Arts de Rouen37 et à l’église Saint-Hilaire38. Enfin, Sauvageot suit l’actualité du débat architectural et rédige le compte-rendu de l’exposition sur les projets et modèles de bâtiments scolaires organisée auTrocadéro en 188239, ainsi qu’une note sur la reconstruction de l’Opéra Comique40. De 1870 à 1873, il est également nommé directeur du Journal de Menuiserie édité par la maison Morel41. Cette revue mensuelle ornée de planches de qualité regroupe des centaines de modèles de meubles allant du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle destinés aux professionnels, architectes, entrepreneurs et menuisiers. Sauvageot s’implique particulièrement dans la tâche, rédigeant de nombreux articles et dessinant la plupart des planches. Sa présence à Rouen durant cette période lui fournit à l’occasion des modèles à reproduire42. Enfin, il collabore ponctuellement à d’autres revues comme La gazette des Beaux-arts43, le Génie civil ou encore les Livraisons d’architecture de Raguenet.

Notes

1 Décret du 7 novembre 1882 – AN : LH 2467, no 033.

2 Exposition universelle de 1878, Propositions de promotions dans l’ordre de la Légion d’honneur – AMH : 80/11/62.

3 Dubosc G., « Louis Sauvageot »..., op. cit., p. 32.

4 Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon..., op. cit., p. 23.

5 Lettre du proviseur du lycée Corneille au recteur d’Académie, 11 janvier 1876 – ADSM : 1T 1946.

6 Lettre de Savary au directeur du service d’architecture de la ville de Paris, 14 janvier 1908 – AP : V65 M32 1.

7 Louzier Ste-A., « Nécrologie. Louis-Charles Sauvageot », Union syndicale..., op. cit., p. 115.

8 Faire-part de décès à Monsieur le grand chancelier de la Légion d’honneur – AN : LH 2467, no 033.

9 Acte de naissance de Maria Léonie Sauvageot, mairie du 12e arrondissement de Paris, 21 mai 1855 – AP : 5Mi 1-853 ; Acte de naissance d’Ernest-Claude-Léon Sauvageot, 22 février 1858-AP.

10 AMH : inv. 1 450 et inv. 10 450.

11 Acte de mariage de Léon Chédeville et Maria Sauvageot, mairie du 5e arrondissement de Paris, 5 juin 1875, acte no 399 – AP : 5Mi 3R 107.

12 Acte de décès de Léon Chédeville, mairie du 14e arrondissement, 2 février 1883, acte no 372 – AP : 5Mi 3R 1398.

13 « Nécrologie. Léon Chédeville, sculpteur », GAB, Paris, 1883, no 5, p. 36.

14 Acte de décès de Claude Sauvageot, mairie du 5e arrondissement, 14 octobre 1885, acte no 3099 – AP.

15 Cimetière Montparnasse, 19e division, 3e ligne Est, No 16 sud, concession no 81 PP 1883.

16 Les archives de la franc-maçonnerie conservées au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France n’ont apporté aucun élément sur ce point.

17 Il se forme à l’École des Arts décoratifs qu’il intègre en octobrel893 (matricule no 56 105) – AN : AJ53 177.

18 Acte de naissance de Charlotte-Louise Sauvageot, mairie du 9e arrondissement de Paris, 16 avril 1887, acte no 691 – AP : 5Mi 3R 1206 ; Acte de naissance de Suzanne Sauvageot, mairie du 9e arrondissement de Paris, 8 novembre 1888, acte no 1927 – AP : 5Mi 3R 1207 ; Acte de mariage de Louis Sauvageot et Alphonsine Descrières, mairie du 9e arrondissement de Paris, 25 avril 1889, acte no 359 – AP.

19 C’est le cas par exemple de C.-H.-A. Roger nommé inspecteur des travaux de l’église d’Eu (arrêté du 23/03/1881) ; de J.-H. Bellenger, pour l’église de Caudebec-en-Caux (arrêté du 25/09/1883) ; de G.-A. Baffoy, pour l’église de Château-Landon (arrêté du 17/05/1895) ; ou encore d’E. Vallée pour le théâtre romain de Lillebonne – AMH, dossier travaux correspondant aux édifices.

20 Nous tenons ces éléments de Madame Denise Ventre, la petite-fille de Sauvageot, dont la mère et la grand-mère étaient des collaboratrices actives de son père, André Ventre. On peut à juste titre supposer qu’il en était de même du temps de son grand-père.

21 Cf. Bresc G. et Plngeot A., Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, Paris, 1986, p. 170.

22 Cf Leniaud J.-M., Les cathédrales..., op. cit., p. 622.

23 Pétition des architectes diocésains réclamant la réforme de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts et l’introduction d’un cours d’histoire de l’Art français, 10 janvier 1886 – AN : F19 7228.

24 Dossier personnel d’Ernest Claude Sauvageot – AN : AJ52 382.

25 Union syndicale..., op. cit., 1890, no 1, décembre, p. 13.

26 Id., 1893, no 3, mars, pp. 40-42 ; 1 894, no 13, janvier.

27 Id., 1897, no 7, mai, p. 242-243 et no 8, août, p. 289.

28 Id., 1898, no 24, décembre, p. 799.

29 L’auteur tient à remercier François Ceccaldi de lui avoir communiqué cette information trouvée dans des documents appartenant à la famille Bœswillwald.

30 Lettre de Lefort à Sauvageot, 24 octobre 1884 – AMH : 81/76/9/4. Dans ce courrier, Lefort se plaint avec beaucoup d’affection de ne pas le voir plus souvent et l’invite à dîner.

31 Ses premières interventions, en collaboration avec son frère, datent de 1863.

32 Sauvageot publie uniquement la planche – EA, 2e série, t. III, 1874, pl. 232.

33 Id., 2e série, t. IV, 1875, p. 109 et pl. 305

34 Id., 2e série, t. V, 1876, p. 103 et pl. 349, 353 et 363.

35 Id., 2e série, t. X, 1881, pl. 719.

36 Id., 4e série, t. I, 1888-1889, p. 109 et 180.

37 Sauvageot L., Considérations sur la construction des théâtres. A propos de la reconstruction du théâtre des Arts, à Rouen. Extr. de l’EA (livraison d’avril 1877), Paris, 1877.

38 Id., Notice sur l’église Saint-Hilaire à Rouen. Extr. de TEA (livraison d’avril 1877), Paris, 1879.

39 Id., « Exposition des projets et modèles de bâtiments scolaires, à Paris, au Palais du Trocadéro », EA, 3e série, t. I, 1882, p. 80.

40 Id., « Encore de la reconstruction de l’Opéra-comique », EA, 4e série, t. I, 1888-1889, p. 49.

41 .Journal de menuiserie. Spécialement destiné aux architectes, aux menuisiers et aux entrepreneurs, Paris, 1863-1885.

42 En 1872 par exemple, il reproduit les lambris en chêne (XVIIe siècle) de l’église Saint-Vincent ainsi que la clôture de chapelle (XVIIe siècle) de Saint-Maclou.

43 Il publie dans cette revue un article en septembre 1869, intitulé « Le château de François Ier à Saint-Germain en Laye », qui lui permet d’évoquer le chantier de restauration en cours de son maître Eugène Millet (p. 207-219).

Table des illustrations

Légende Fig. 9.A. Rixens, Portrait de L. Sauvageot, 1894, huile sur toile, Paris, collection particulière Denise Ventre (Cl Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search