Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Première partie. Louis-Charles Sauvageot (1842-1908), éléments de biographie

Une carrière consacrée à la restauration

Texte intégral

Au service des monuments historiques

  • 1 PV de la commission supérieure des MH, séance du 1er avril 1887 – AMH : 80/15/12.
  • 2 Id., séance du 19 février 1892 – AMH : 80/15/14.
  • 3 Arrêté ministériel du 19 janvier 1885 – AMH : 81/77/312/1/73.
  • 4 Minute de lettre du ministère chargé des Beaux-Arts à Sauvageot, 10 avril 1889 – AMH : 81/77/75/13
  • 5 Rapport de la commission des MH par l’IG Lisch, séance du 11 juillet 1888 – AMH : 81/44/96/1/33.

1■ Attaché à la commission des Monuments historiques depuis 1873, Sauvageot en devient membre en 18871. Il occupe son siège jusqu’à la réorganisation du service en 1892 et la publication du décret du 26 janvier qui établit l’incompatibilité entre l’exécution des travaux et le contrôle et qui interdit le cumul des deux fonctions. Préférant privilégier son activité d’architecte restaurateur, il abandonne sa place en février 1892. Son geste est d’autant plus remarqué qu’il est le seul, avec Denis Darcy, à faire ce choix2. Il cherche également à diversifier ses aires d’intervention et dès 1885, il est amené à travailler ponctuellement en Seine-et-Marne et en Loire-Inférieure. Il est ainsi appelé en 1885 à Moret-sur-Loing, après le désistement de Laisné, pour diriger les travaux de l’église paroissiale dont l’état général est particulièrement inquiétant3. Malgré l’urgence, il faudra renoncer pour des questions financières à la réparer complètement et se limiter au chœur. Au printemps 1889, il est également chargé de restaurer à une trentaine de kilomètres de là, l’église de Château-Landon4. Une nouvelle fois, il s’agit de réparer en urgence un édifice dont la nef est dans un état de délabrement tel, qu’il a fallu l’interdire au culte au début des années 1880 et boucher par des murs en maçonnerie les arcs donnant accès au transept. Enfin, la commission des Monuments historiques profite de sa présence à Nantes en tant qu’architecte diocésain, pour lui confier le projet de réparation de l’escalier hélicoïdal du donjon du château des ducs de Bretagne5.

  • 6 Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon..., op. cit., p. 23.

2À côté de ces expériences géographiquement dispersées et ponctuelles dans la mesure où les travaux lui sont confiés au coup par coup, Sauvageot va rapidement s’attacher un nouveau territoire : la Bourgogne. À plus de cinquante ans, il va ainsi avoir l’opportunité de travailler dans sa région natale. Celle-ci offre d’ailleurs des possibilités de chantiers de grande envergure car elle est, à l’instar de la Normandie, un riche foyer. Notre architecte est désormais considéré comme l’un des meilleurs praticiens du service et comme l’un des plus érudits. De fait, ses notices consacrées aux châteaux et édifices civils bourguignons, publiées dans Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, font toujours référence auprès des historiens. Sa nomination en Bourgogne ne peut donc que satisfaire les divers intervenants : la commission des Monuments historiques, confiante en cet expert reconnu ; les autorités locales, satisfaites de travailler avec un homme originaire de la région ; et enfin, l’architecte lui-même, qui dispose d’un bon réseau de relations au niveau local. Pour preuve, l’Académie de Dijon lui attribue en janvier 1892, deux mois avant sa nomination à la direction des travaux du palais des Ducs de Dijon, sa médaille d’or récompensant la brillante carrière de ce « vrai Bourguignon de race6 ». Lors de l’officialisation de la territorialisation des compétences des architectes du service en 1897, il sera confirmé dans cette implantation et ses prérogatives seront même étendues aux régions limitrophes, à savoir Franche-Comté et Rhône-Alpes. Il sera ainsi nommé à la tête des départements de l’Ain, de la Saône-et-Loire, de la Loire, du Rhône et du Jura ainsi que de l’arrondissement de Beaune. Par ailleurs, il sera aussi chargé de Compiègne et de ses environs bien qu’il abandonne très rapidement cette circonscription.

  • 7 Minute de lettre de la direction des Beaux-Arts à Sauvageot, 1er avril 1892 – AMH : 81/21/245/1/45
  • 8 Rapport de la commission des MH par PIG Selmersheim, séance du 18 mars 1892 – AMH : 81/21/245/1/45
  • 9 Projet de restauration dressé par Sauvageot et Suisse, 30 mars 1899 – AMH : 81/21/245/1/45.

3La restauration du palais des Ducs à Dijon est le premier chantier dirigé par Sauvageot en Bourgogne à partir d’avril 18927. Il s’agit en fait d’une collaboration puisque l’édifice dépend d’un autre architecte du service, Charles Suisse fils. Mais compte tenu des difficultés techniques qui s’annoncent, la direction des Beaux-Arts préfère confier la direction à un praticien plus expérimenté. Les travaux portent en effet sur la partie la plus ancienne du palais, le Grand Logis dans lequel l’ancienne salle des Gardes, dite salle des Tombeaux, a été aménagée en musée. Depuis près de vingt ans, les élus locaux s’inquiètent de l’état de délabrement de celle-ci, en particulier de la charpente et du plancher reconstruits après un incendie survenu au début du XVIe siècle et qui menacent de tomber en ruine. Le projet est ambitieux dans la mesure où l’architecte propose de revenir en partie aux dispositions originelles du bâtiment avant le sinistre de 1503. En intérieur, il reconstitue le plafond à poutres et solives apparentes de l’ancienne salle des Gardes à partir des corbeaux encore en place, en s’inspirant d’édifices contemporains comme le château de Château neuf8. Il recrée également les quatre fenêtres hautes à lucarnes et reconstruit un comble renfermant un étage lambrissé permettant d’ouvrir deux salles nouvelles et donc d’agrandir le musée. Là encore, les vestiges en place ne constituent nullement une contrainte car, malgré un filet de pierre conservé sur la tour de la terrasse indiquant la hauteur exacte de la toiture primitive, Sauvageot opte pour une mansarde moins colossale que l’originale. Enfin, il rétablit la cheminée de la salle des Gardes9.

  • 10 Rapport de la commission des MH par FIG Selmersheim, séance du 18 novembre 1892 – AMH : 81/71/457/ (...)
  • 11 Minute de lettre du ministère chargé des Beaux-Arts, 14 novembre 1893 – AMH : 81/71/49/9.
  • 12 Rapport dressé par Sauvageot en 1898 – AMH : 81/71/357/34.
  • 13 Id., 1er juin 1896–AMH : 81/71/162/16.
  • 14 Id., 25 août 1900–AMH : 81/71/84/12.
  • 15 Id., 25 novembre 1901 – AMH : 81/71/30/6.
  • 16 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts à Sauvageot, 26 mars 1903 – AN : F21 7936.
  • 17 Minute de lettre du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts à Sauvageot, 26 juin 1907 – AN : F21 793 (...)
  • 18 Extr. reg. délib. de la commission administrative des hospices de Beaune, 26 mai 1899 – AMH : 81/2 (...)
  • 19 Rapport dressé par Sauvageot, 19 avril 1901 – AMH : 81/21/59/1/11.

4C’est en Saône-et-Loire qu’il cumule le plus de chantiers, la plupart ayant débuté avant la réforme de 1897. Il restaure notamment l’ancienne abbaye de Saint-Marcel-lès-Chalon en novembre 189210, la chapelle du château des moines de Cluny à Berzé-la-ville l’année suivante11 et les clochers de Montceaux-l’Étoile12 et de Châteauneuf13 à partir de 1894 et 1896. À Chalon-sur-Saône, il effectue quelques menus travaux à l’ancienne cathédrale Saint-Vincent14. Mais, le chantier qui va l’occuper le plus longuement est celui de l’ancienne église Saint-Nazaire à Bourbon-Lancy. Entièrement lambrissée, celle-ci offre l’intérêt de n’avoir jamais été remaniée en intérieur et les travaux prendront une ampleur supplémentaire lorsque la ville décidera en 1901 de transformer l’édifice en musée. Enfin, l’architecte répare entre 1901 et 1904 les deux anciennes portes d’Autun endommagées par les infiltrations15. La restauration des hospices de Beaune va lui offrir l'un des derniers grands chantiers de sa carrière ; c’est aussi le plus connu. Il en conserve la direction jusqu’à sa mort en 1908 et ce, malgré la réorganisation administrative du service en 1903, qui centralise toute la Côte-d’Or aux mains de Charles Suisse16. De même, après sa nomination comme inspecteur général des Monuments historiques, il restera chargé des travaux à titre exceptionnel et en vertu de l’article 10 de l’arrêté du 30 avril 190717. C’est à la demande des autorités locales que Sauvageot est envoyé sur place au printemps 1901 pour étudier l’état de dégradation de l’ancien hôtel-dieu18. Construit en 1443 par le chancelier Nicolas Rollin, le monument offre par ses dispositions générales – avec ses quatre ailes en partie bordées de galeries en pans de bois et ordonnées autour d’une cour rectangulaire – et sa toiture polychrome, un bel exemple de l’architecture civile bourguignonne de la fin du XVe siècle. Malgré l’inquiétude de la commission administrative des hospices, l’examen de l’architecte ne relève aucun dommage inquiétant. En revanche, il reconnaît que l’aspect des façades sud-est et sud-ouest donnant sur la cour a été profondément modifié au fil des siècles19. C’est dans le but d’y remédier qu’il remet en juillet 1901 un projet portant sur la réfection d’une partie de ces façades. Malgré les restrictions budgétaires qui touchent le service, ce devis est adopté et les travaux seront étendus à l’ensemble des façades ainsi qu’aux deux tourelles d’escalier à vis placées dans les angles.

  • 20 Didier F., « Les couvertures en tuiles vernissées en Bourgogne, Quelques expériences récentes », Mo (...)

5Les principaux ouvrages portent sur la réfection des épis de faîtage en plomb et des décors sculptés et peints sur les pans de bois des galeries, ainsi que sur le rétablissement de l’ancienne couverture en tuiles émaillées multicolores, symboles de l’architecture bourguignonne. Cette toiture était alors complètement brouillée et l’iconographie ne remontait pas au-delà du début du XIXe siècle. C’est en s inspirant d’une maquette représentant l’hôtel-dieu et ses dépendances vers 1736-1738 et en la confrontant à d’autres modèles (en particulier Saint-Bénigne de Dijon) que Sauvageot met en œuvre une couverture entièrement neuve, sans que ces sources constituent une véritable contrainte. Sans parler du motif, la répartition des couleurs relève bien de l’interprétation personnelle. Et bien que l’architecte en chef des Monuments historiques Frédéric Didier la juge « plausible20 », il a démontré que les deux tourelles d’angle ont toujours été couvertes en ardoises et que sur ce point, son prédécesseur avait commis une erreur archéologique en prolongeant le décor en tuiles vernissées. Quoi qu’il en soit, Sauvageot va contribuer, grâce à cette audacieuse reconstitution, au renouveau d’un savoir-faire menacé en incitant les artisans à améliorer leur production tant du point de la vue de la solidité des émaux que de l’uniformité des couleurs.

  • 21 Arrêté ministériel du 11 janvier 1897–AMH : 81/02/211/5 et 6.
  • 22 Devis dressés par Sauvageot, 10 juin 1901, 20 juin 1902 et 15 juin 1903 – AMH : 81/02/211/5 et 6.
  • 23 Projet dressé par Sauvageot, 20 février 1902 – AMH : 81/02/263/1/113.
  • 24 Id., 10 décembre 1902 – AMH : 81/69/177/1/15.
  • 25 Minute de lettre de la direction des Beaux-Arts à Sauvageot, 20 novembre 1899 – AMH : 81/39/71/7.
  • 26 Devis dressés par Sauvageot, 25 septembre 1901 et 6 mai 1902 – AMH : 81/01/5/2/1 et 2.
  • 27 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts à Sauvageot, 11 décembre 1904 – AN : F21 7936.

6Parmi les chantiers qu’il conserve à titre exceptionnel jusqu’à sa mort, figure aussi celui de l’ancienne cathédrale de Laon, où il succède en 1897 à Emile Bœswillwald21. Les travaux sont en cours depuis plus de cinquante ans et l’édifice bénéficie comme l’ancienne église abbatiale Saint-Ouen de Rouen et le château de Blois d’un crédit spécial de 100 000 francs par an. Les travaux menés par Bœswillwald durant tout ce temps s’apparentent davantage à une reconstruction qu’à une restauration. Les tours nord et sud ainsi que la façade principale ont été entièrement reprises tandis qu’en intérieur, les piliers portant les clochers, les colonnes broyées et déversées des premières travées de la nef et les voûtes des bascôtés notamment, ont été refaits à neuf. Un nouveau comble en fer a également été mis en adjudication en 1891. Sauvageot va durant quatre années achever le programme de son prédécesseur, avant de prolonger les opérations en intérieur en débutant par les chapelles du bas-côté sud du chœur22. Il amorce ensuite les reprises du transept sud avec la restauration du portail, des tours qui le flanquent et de la tour de l’horloge à l’angle sud-ouest. En tant qu’architecte de l’arrondissement, il est aussi désigné en 1901 pour restaurer le portail du transept sud de l’église de Marie23. Dans les circonscriptions supplémentaires qui lui sont dévolues en 1897, son rôle est très variable. Dans le Rhône, il refait en 1903 une partie de la balustrade du chemin de ronde de l’église Saint-Nizier de Lyon24. Dans le département de la Loire, il restaure conjointement les églises de Montbrison, de Champdieu et d’Ambierle. Dans le Jura en revanche, il ne restaure pratiquement pas et intervient simplement en 1899 pour suspendre des travaux qui s’exécutent sans autorisation dans l’église de Courtefontaine25. Dans l’Ain, il ne conduit qu’un seul chantier d’envergure, la reprise générale de l’église Notre-Dame relevant de l’ancienne abbaye d’Ambronay26. Mais tout cela reste relativement modeste et dès 1904, il abandonne ces départements27. Plus généralement, un changement est perceptible au tournant du siècle, Sauvageot cherchant à réorienter sa carrière en renonçant progressivement aux chantiers les plus secondaires pour ne conserver que les principaux et pour se consacrer à de nouvelles fonctions, plus honorifiques. Sans doute est-il également contraint de limiter ses tournées et son travail sur le terrain en raison d’un état de santé de plus en plus fragile.

Au service des édifices diocésains

  • 28 Arrêté ministériel du 31 décembre 1884 – AN : F19 7220.

7■ Afin d’assurer un système de promotion dans un service qui offre peu de possibilités d’avancement, l’administration des Cultes permet à ses architectes de cumuler les diocèses. Ainsi, Sauvageot remplace Eugène Boismen à Nantes à la fin de l’année 188428, tout en conservant son poste d’architecte diocésain de Rouen. La tâche s’annonce difficile car, depuis plus de quarante ans, l’État a entrepris l’achèvement de la cathédrale Saint-Pierre et, pour l’heure, seul le bras nord du transept est construit, tandis que le chœur est détruit. La difficulté majeure du projet, à savoir le devenir de la croisée du transept et le raccord entre les parties médiévales et les parties à construire, a pour l’heure été éludée. Boismen qui, d’accord avec Labrouste, jugeait cette croisée défectueuse, s’était pourtant résigné à la conserver et pour unifier les parties inférieures romanes des piliers et les parties supérieures du XVe siècle, il avait proposé de racler les parements et de les couvrir d’un nouveau revêtement. Anatole de Baudot s’y opposa craignant que le procédé n’affaiblisse les maçonneries et le conflit dégénéra, contraignant Boismen à la démission. La succession s’annonce d’autant plus difficile que Sauvageot se heurte à l’hostilité d’une partie de l’opinion, qui voit d’un mauvais œil le remplacement d’un nantais par un homme venu de la capitale.

  • 29 Id., 2 avril 1896–AN : F19 7220.
  • 30 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1897 (non daté) – AN : F19 7639.

8En 1885, il présente un premier rapport sur les travaux à faire. Partisan de la démolition des superstructures romanes encore en place, il juge irréalisable le projet de Boismen de déplacer le jubé dans le bras sud du transept par manque de place mais aussi parce que, selon lui, l’ensemble en question n’a aucune valeur artistique. En ce qui concerne la croisée, l’intérêt nouveau manifesté pour la crypte placée sous le chœur où des fouilles sont en cours va apporter un début de solution. L’architecte estime en effet qu’il est essentiel de la conserver et de la mettre valeur en la voûtant. Le 25 mars 1887, la commission des Monuments historiques adopte le projet définitif qui prévoit une reprise en sous-œuvre des piliers et le remplacement de la voûte de la crypte par un plancher en fer, provoquant la colère de la Société archéologique de Nantes et de la Loire-Inférieure. Malgré cela, l’affaire a été prestement menée et, en moins de deux ans, Sauvageot a su régler les problèmes auxquels ses prédécesseurs se sont heurtés pendant un demi-siècle. Tandis qu’il abandonne Nantes en 1895 au profit de Deperthes, il remplace La Rocque à Beauvais dès l’année suivante29. Son intervention est une nouvelle fois déterminante, son prédécesseur s’étant avéré incapable de résoudre les désordres survenus au niveau des piliers du chœur. À peine nommé, il fait dresser un échafaudage pour étudier l’étendue des dégâts. Le verdict est sans appel, les piliers présentant « de nombreuses crevasses30 ». Il propose alors de débuter les travaux par la réfection complète du pilier du bas-côté sud, le plus gravement atteint, et de poursuivre ces ouvrages aux piliers voisins.

  • 31 Arrêtés ministériels du 23 avril 1896 et du 17 mars 1902 – AN : F19 8047.
  • 32 À titre de comparaison, A. de Baudot y assiste 29 fois, Vaudremer et Corroyer 30 fois (Arrêté mini (...)
  • 33 Arrêté ministériel du 17 janvier 1898 – AN : F19 7228.
  • 34 Journal officiel, 1er mars 1904 – AN : F19 7220.

9Alors qu’il est en charge des diocèses de Rouen et de Beauvais et que ses travaux en font plus que jamais un praticien reconnu, Sauvageot est nommé inspecteur général adjoint en 1896 puis en 190231. Le corps d’inspection générale des Edifices diocésains se compose en effet d’un comité dans lequel siègent trois inspecteurs généraux ainsi que les principaux fonctionnaires du service sous la présidence du directeur général des Cultes. Le poste d’adjoint a été institué en 1878 afin de remplacer tout inspecteur général en cas d’empêchement. C’est une activité prenante dans la mesure où l’architecte désigné peut aussi bien effectuer des voyages d’inspection qu’assister aux séances du comité. En 1896, Sauvageot assiste ainsi à 31 réunions, soit plus que les inspecteurs titulaires32. C’est avant tout l’occasion pour lui de travailler en étroite collaboration avec les inspecteurs généraux en place, Anatole de Baudot, Édouard-Jules Corroyer et Émile Vaudremer. C’est aussi le meilleur moyen pour accéder à son tour au poste d’inspecteur général. Sauvageot semble plus que jamais incontournable et en 1898 notamment, il participe au jury du concours de recrutement des architectes diocésains33. Le décès de Corroyer lui offre l’opportunité tant attendue et le 10 février 1904, il sollicite et obtient le poste d’inspecteur général34. Il abandonne alors les diocèses de Rouen et de Beauvais au profit d’Henri Chaîne, l’arrêté du 8 février 1883 interdisant le cumul des fonctions d’architecte et d’inspecteur. En dehors des travaux du comité, sa tâche consiste à exercer des missions dans la circonscription qui lui est dévolue, à savoir la région sud-ouest qui va de Tours à Poitiers au nord, à Carcassonne et Bayonne au sud et des rives de l’Atlantique à Clermont-Ferrand à l’Est. Elle englobe 29 diocèses, dont Périgueux, Poitiers, Carcassonne et Toulouse. Placé directement sous l’autorité du ministre, il est chargé de dresser des rapports réguliers sur les travaux en cours, d’orienter les restaurations et de donner son avis sur les projets.

  • 35 Minute de lettre du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts à Sauvageot, 26 juin 1907 – AN : F21 793 (...)

10C’est incontestablement l’apogée de sa carrière. Toutefois, la situation est plus complexe qu’il n’y paraît et depuis longtemps déjà, le service des Édifices diocésains est critiqué. Dans ce contexte, la nomination de Sauvageot au poste d’inspecteur général apparaît d’ailleurs comme une tentative des viollet-le-duciens de maintenir leurs acquis alors que l’instauration du concours de recrutement des architectes en 1884 a ébranlé l’institution qui choisissait ses agents par cooptation parmi les élèves de Viollet-le-Duc. Le système semble plus que jamais menacé et en 1905, la mise en cause du concordat qui aboutit à la loi de séparation des Eglises et de l’État, entraîne la disparition de la direction des Cultes en même temps que celle du service des Édifices diocésains. Le personnel est alors intégré au corps des Monuments historiques et par décret du 30 avril 1907, Sauvageot est nommé inspecteur général des Monuments historiques. Ne pouvant cumuler cette fonction avec celle d’architecte en chef, il abandonne les circonscriptions dont il a encore la charge, à savoir les départements du Rhône, de la Loire et l’arrondissement de Laon35.

Au service de la ville de paris (1897 1908)

  • 36 Lettre de l’IG Selmersheim au directeur du service d’architecture, 13 novembre 1897 – AP : V65 M32 (...)

11■ La ville de Paris a longtemps revendiqué son autonomie en matière de gestion des édifices classés et ses rapports avec la direction des Beaux-Arts ont souvent été difficiles. La loi du 30 mars 1887 devait en partie régulariser la situation en l’obligeant à soumettre les projets relatifs aux bâtiments classés à l’approbation ministérielle tout en lui conservant le privilège d’un personnel d’exécution autonome. Toutefois, l’administration municipale avait accepté dès 1877 le concours d’un architecte de l’État en la personne d’Eugène Millet, pour la restauration de l’église Saint-Pierre de Montmartre. Sa mort en 1879 devait marquer le coup d’arrêt de l’entreprise et le monument continua à se dégrader jusqu’à ce qu’une campagne de protestation soit organisée au milieu des années 1890 par les associations de sauvegarde et par le député socialiste Eugène Éournière. Durant l’été 1897, la direction des Beaux-Arts et la ville vont enfin s’accorder pour reprendre les travaux. En raison de leur difficulté, la municipalité accepte une nouvelle fois le concours d’un architecte relevant des Monuments historiques pour diriger les opérations et Sauvageot est choisi sur recommandation de Selmersheim, en charge de cette circonscription36. Mais cette nomination est encore officieuse et l’architecte est, pour l’heure, invité à préparer un projet à titre gratuit et sans engagement. Il faut attendre l’adoption de son devis par la commission des Monuments historiques à la mi-décembre 1898 puis par le conseil municipal en 1899 pour qu’il soit officiellement chargé du dossier et nommé architecte de la ville de Paris. Le titre est prestigieux et Sauvageot intègre là un service très structuré au sein duquel les places sont rares. Toutefois son cas est particulier puisqu’il est simplement détaché par le service des Monuments historiques le temps du chantier et il ne sera chargé d’aucune autre intervention. Sa nomination montre en tout cas qu’il est devenu au tournant du siècle une figure consensuelle à qui l’on fait appel pour les opérations les plus délicates.

  • 37 Rapport dressé par Sauvageot, 10 avril 1898 – AP : V65 M32 1.
  • 38 Lettre de Sauvageot au directeur du service d’architecture, 14 mai 1900 – AP : V65 M32 1.
  • 39 Rapport dressé par Sauvageot, 1er décembre 1901 – AP : V65 M32 1.
  • 40 Rapport dressé par Vaudremer, 3 janvier 1902 – AP : V65 M32 1.

12Le cas de l’église Saint-Pierre de Montmartre témoigne en effet de la difficulté d’intervenir dans un édifice longtemps abandonné et qui tombe en ruine. Partisan d’une simple consolidation, Sauvageot va pourtant à l’issue de la campagne de fouilles et de sondages, mettre en œuvre une véritable reconstruction du monument portant sur le clocher, le chœur et le bras nord du transept (celui du côté sud ayant été réédifié précédemment), le tout sous couvert de respect archéologique37. De même, les voûtes de la nef du XVIe siècle qu’il souhaitait dans un premier temps conserver et les plafonds des bas-côtés seront remplacés par des voûtes d’arêtes. Seule la façade occidentale plâtrée sera laissée en l’état et ce, malgré les pressions exercées par le conseil municipal pour l’amener à ériger une nouvelle façade dans le style du XIIe siècle38. La mise en œuvre débutée à la fin de l’année 1900 va s’avérer difficile et l’architecte va se heurter à l’hostilité de la commission municipale du Vieux Paris et en particulier, de Charles Normand. Ce dernier va en effet orchestrer une véritable campagne de diffamation contre lui, critiquant non seulement le parti pris de restauration mais surtout l’accusant d’avoir commis une infraction aux règles en faisant gratter les chapiteaux gallo-romains du chœur39. Sauvageot demande et obtient la nomination d’un expert en la personne de Vaudremer qui le met hors de cause, louant au contraire « les travaux jusqu’ici exécutés [...] avec la prudence et le soin que l’on est en droit d’attendre d’un architecte aussi expérimenté40 ». Le chantier se poursuit jusqu’au début de l’année 1908 ; malheureusement, le maître d’œuvre décède le 14 janvier, quelques jours avant que l’Institut ne lui décerne le prix Lheureux récompensant cette ultime réalisation.

De rares commandes privées

  • 41 Elle se fonde sur les notices biographiques rédigées par Sauvageot pour les administrations des Cu (...)
  • 42 Concernant la maison rue Monge notamment, les archives des permis de construire des Archives de Pa (...)
  • 43 Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon…, op. cit., p. 9.
  • 44 Union syndicale..., op. cit., 1899, no 6 bis, juin, p. 172.

13■ En dehors des travaux exécutés pour le compte de l’État auxquels il consacre la majeure partie de son temps, Sauvageot participe en 1884 au concours organisé pour l’érection à Paris d’un monument à Léon Gambetta à l'initiative de plusieurs personnalités politiques regroupées au sein de l’Alliance Démocratique. Le monument financé par souscription doit être édifié sur l’une des places publiques de la ville, à charge pour les candidats de trouver l’emplacement idéal. C’est finalement le projet imaginé par Boileau et Aubé qui l’emporte, tandis que celui imaginé par Sauvageot en collaboration avec son ami le statuaire Bartholdi ne franchit même pas le premier tour (Fig. 8). En 1891, ce dernier aura l'occasion de réutiliser en partie cette esquisse, dans le cadre du monument à la gloire de Gambetta construit à Sèvres aux frais de la loge maçonnique l’Alsace-Lorraine. Toutefois, rien ne nous permet d’affirmer que Sauvageot ait été chargé d’exécuter la partie architecturale du mémorial. En ce qui concerne les réalisations privées, elles sont peu nombreuses et leur étude est compliquée par l’absence d’archives41. La construction d’une maison rue Monge à Paris et la restauration du château de Montataire dans l’Oise à la fin des années I860 ont déjà été évoquées, sans que l’on puisse apporter plus de précisions42. Sauvageot construit également un élevage de chevaux à Dives-sur-Mer dans le Calvados entre 1870 et 1880, sans doute le haras du château de Sarlabot43. Enfin, il participe aux travaux d’agrandissement menés par Joseph Bouvard au pavillon Ledoyen dont il exécute le décor du salon des Cinquante44.

Fig. 8.
L. Sauvageot et F.-A. Bartholdi, Projet de monument à Gambetta devant l’Assemblée Nationale, 1884, dessin, musées d'Angers (© Cl. Musées d Angers).

Notes

1 PV de la commission supérieure des MH, séance du 1er avril 1887 – AMH : 80/15/12.

2 Id., séance du 19 février 1892 – AMH : 80/15/14.

3 Arrêté ministériel du 19 janvier 1885 – AMH : 81/77/312/1/73.

4 Minute de lettre du ministère chargé des Beaux-Arts à Sauvageot, 10 avril 1889 – AMH : 81/77/75/13.

5 Rapport de la commission des MH par l’IG Lisch, séance du 11 juillet 1888 – AMH : 81/44/96/1/33.

6 Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon..., op. cit., p. 23.

7 Minute de lettre de la direction des Beaux-Arts à Sauvageot, 1er avril 1892 – AMH : 81/21/245/1/45.

8 Rapport de la commission des MH par PIG Selmersheim, séance du 18 mars 1892 – AMH : 81/21/245/1/45.

9 Projet de restauration dressé par Sauvageot et Suisse, 30 mars 1899 – AMH : 81/21/245/1/45.

10 Rapport de la commission des MH par FIG Selmersheim, séance du 18 novembre 1892 – AMH : 81/71/457/42.

11 Minute de lettre du ministère chargé des Beaux-Arts, 14 novembre 1893 – AMH : 81/71/49/9.

12 Rapport dressé par Sauvageot en 1898 – AMH : 81/71/357/34.

13 Id., 1er juin 1896–AMH : 81/71/162/16.

14 Id., 25 août 1900–AMH : 81/71/84/12.

15 Id., 25 novembre 1901 – AMH : 81/71/30/6.

16 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts à Sauvageot, 26 mars 1903 – AN : F21 7936.

17 Minute de lettre du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts à Sauvageot, 26 juin 1907 – AN : F21 7936.

18 Extr. reg. délib. de la commission administrative des hospices de Beaune, 26 mai 1899 – AMH : 81/21/59/1/11.

19 Rapport dressé par Sauvageot, 19 avril 1901 – AMH : 81/21/59/1/11.

20 Didier F., « Les couvertures en tuiles vernissées en Bourgogne, Quelques expériences récentes », Monumental, no 15, décembre 1996, p. 74.

21 Arrêté ministériel du 11 janvier 1897–AMH : 81/02/211/5 et 6.

22 Devis dressés par Sauvageot, 10 juin 1901, 20 juin 1902 et 15 juin 1903 – AMH : 81/02/211/5 et 6.

23 Projet dressé par Sauvageot, 20 février 1902 – AMH : 81/02/263/1/113.

24 Id., 10 décembre 1902 – AMH : 81/69/177/1/15.

25 Minute de lettre de la direction des Beaux-Arts à Sauvageot, 20 novembre 1899 – AMH : 81/39/71/7.

26 Devis dressés par Sauvageot, 25 septembre 1901 et 6 mai 1902 – AMH : 81/01/5/2/1 et 2.

27 Minute de lettre du directeur des Beaux-Arts à Sauvageot, 11 décembre 1904 – AN : F21 7936.

28 Arrêté ministériel du 31 décembre 1884 – AN : F19 7220.

29 Id., 2 avril 1896–AN : F19 7220.

30 Rapport de Sauvageot sur les dépenses à faire en 1897 (non daté) – AN : F19 7639.

31 Arrêtés ministériels du 23 avril 1896 et du 17 mars 1902 – AN : F19 8047.

32 À titre de comparaison, A. de Baudot y assiste 29 fois, Vaudremer et Corroyer 30 fois (Arrêté ministériel du 30 décembre 1896 – AN : F19 7221).

33 Arrêté ministériel du 17 janvier 1898 – AN : F19 7228.

34 Journal officiel, 1er mars 1904 – AN : F19 7220.

35 Minute de lettre du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts à Sauvageot, 26 juin 1907 – AN : F21 7936.

36 Lettre de l’IG Selmersheim au directeur du service d’architecture, 13 novembre 1897 – AP : V65 M32 1.

37 Rapport dressé par Sauvageot, 10 avril 1898 – AP : V65 M32 1.

38 Lettre de Sauvageot au directeur du service d’architecture, 14 mai 1900 – AP : V65 M32 1.

39 Rapport dressé par Sauvageot, 1er décembre 1901 – AP : V65 M32 1.

40 Rapport dressé par Vaudremer, 3 janvier 1902 – AP : V65 M32 1.

41 Elle se fonde sur les notices biographiques rédigées par Sauvageot pour les administrations des Cultes et des Beaux-Arts – AN : Fl9 7220 et F21 7936.

42 Concernant la maison rue Monge notamment, les archives des permis de construire des Archives de Paris (VO 11) ne débutent qu’en 1876. Par ailleurs, nous n’avons trouvé aucun article dans les revues d’architecture contemporaines.

43 Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon…, op. cit., p. 9.

44 Union syndicale..., op. cit., 1899, no 6 bis, juin, p. 172.

Table des illustrations

Légende Fig. 8.L. Sauvageot et F.-A. Bartholdi, Projet de monument à Gambetta devant l’Assemblée Nationale, 1884, dessin, musées d'Angers (© Cl. Musées d Angers).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.