Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Première partie. Louis-Charles Sauvageot (1842-1908), éléments de biographie

Les débuts, de Santenay à Rouen

Texte intégral

Arbre généalogique de la famille Sauvageot

Arbre généalogique de la famille Sauvageot

Le temps de la vocation (1842-1855)

  • 1 Acte de naissance de Charles-Louis Sauvageot, 5 juin 1842 – AMS.
  • 2 Acte de décès de Claude Sauvageot, 18 mars 1832, no 52 – AMS.
  • 3 Jean-Baptiste Sauvageot est désigné comme tonnelier sur les actes de naissance de ses fils Louis ( (...)
  • 4 Acte de mariage d’Antoine Sauvageot et d’Anne Sivry, 30 novembre 1831, no 64 – AMS.
  • 5 Acte de décès de Philibert Sivry, 21 février 1776 – ADCO : 5Mi 5 R37.
  • 6 Acte de naissance de Claude Sauvageot, 18 mars 1 832 – AMS.

1■ Charles-Louis Sauvageot (Fig. 1) – dit Louis – est né le 5 juin 1842 à Santenay1, petit village prospère situé près de Beaune au coeur des grands crus de Bourgogne. Sa famille vit de l’exploitation de la vigne depuis plusieurs générations. Son grand-père paternel est « vigneron propriétaire2 », tout comme la plupart de ses grandsoncles. Son père Antoine est tonnelier, probablement associé à son frère cadet Jean-Baptiste3. En 1831, il épouse Anne Sivry4, une jeune couturière dont le père5 s’était installé à Santenay comme tailleur de vêtements. Louis est le second fils du couple : un premier garçon, Claude, a vu le jour dix ans plus tôt6. Que savons-nous des années de jeunesse des deux frères ? Peu de choses si ce n’est que rien dans leur milieu ne semble les orienter vers une carrière artistique. Pourtant, ils ont un don commun : le dessin. Claude embrasse la profession de graveur et se spécialise dans les planches d’architecture et d’ornements. Il se forme dans l’atelier d’un proche de Viollet-le-Duc, Léon Gaucherel, sans que l’on sache exactement comment il a rencontré les deux hommes. Est-ce au cours d’une des nombreuses tournées effectuées par Viollet-le-Duc en Bourgogne dans les années 1840 ? Le fait que Gaucherel soit parfois du voyage renforce cette hypothèse. La rencontre est en tout cas déterminante puisqu’elle permet à Claude Sauvageot d’intégrer le cercle fermé de Viollet-le-Duc et de ses proches.

Fig. 1.
Portrait de L. Sauvageot, photographie prise vers 1900, Paris, CNAM/DAF/Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives d'architecture et du XXe siècle (Cl. Cité de l'architecture et du patrimoine).

  • 7 Verdier A. et Cattois F., L’Architecture civile et domestique au Moyen-Age et à la Renaissance, Pa (...)
  • 8 Darcel A. et Rouyer E., L’art architectural en France depuis François Ier jusqu’à Louis XIV. Motif (...)
  • 9 Ruprich-Robert V., La flore ornementale ; Essai sur la composition de l’ornement. Eléments tirés d (...)
  • 10 Vlollet-Le-duc E.-E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècles, Pa (...)
  • 11 Sauvageot C., Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1867-1 (...)
  • 12 Ménard R.-J., La vie privée des anciens, Paris, 1880-1883, 4 vol.
  • 13 Sauvageot C. et L., La Chapelle Notre-dame de la Roche, Paris, 1863 ; Id., Monographie de Chevreus (...)
  • 14 DeLonguy H. et Sauvageot C., Notice sur Santenay (Côte d’Or). Étude géologique, paléontologique et (...)
  • 15 Sauvageot C., Viollet-le-Duc et son œuvre dessinée, Paris, 1880 (Extr. de l'EA, août-septembre 1880 (...)

2Les commandes arrivent rapidement et à partir de 1835, Claude est régulièrement présent au Salon. Il participe comme illustrateur à d’importants recueils d’architecture publiés par Aymar Verdier et le docteur Cattois7, Alfred Darcel et Eugène Rouyer8, ou encore Victor Ruprich-Robert9 Pour Viollet-le-Duc, il grave une partie des Entretiens sur l’architecture et des Cours d’architecturel10. A son tour, il publie entre 1867 et 1869 les quatre volumes de Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle11 qui imposent son nom dans la profession. L’ouvrage, consacré à l’architecture civile de la Renaissance, essentiellement à travers un choix de monuments pris au nord de la Loire, connaît un grand succès. Dès les années I860, il travaille également pour la presse spécialisée. Après la Revue générale d’architecture de Daly et les Annales archéologiques de Didron, il rejoint la maison Bance et Morel et devient l’un des piliers de la Gazette des architectes et du bâtiment et de l'Encyclopédie d’architecture, toutes deux considérées comme la tribune des viollet-le-duciens. En 1865, il est nommé directeur de L’Art pour tous, encyclopédie de l’art industriel et décoratif et responsable des illustrations de l'Encyclopédie d’architecture entre 1870 et 1880. Il grave encore les quatre volumes de La vie privée des anciens12 pour René Ménard et publie quelques monographies, dont deux consacrées à la vallée de Chevreuse13 et une à son village natal, en collaboration avec un érudit local, Henry de Longuy14. Enfin, il consacre en 1880 une importante étude à la mémoire de Viollet-le-Duc15.

  • 16 Fiche biographique de M. C. Sauvageot – AN : LH 2467, no 036.
  • 17 Sauvageot C., Le dessin à l’école primaire, Paris, 1879.
  • 18 Id., Cours de dessin répondant au programme officiel de l’enseignement du dessin dans les écoles p (...)

3Claude Sauvageot va également participer au renouvellement de l’enseignement des arts décoratifs et plus largement du dessin en France. Il s’engage tout d’abord du côté de l’École des arts décoratifs dont il est membre du comité de protection. Nommé chevalier de la Légion d’honneur par décret du 25 juillet 1885, il est d’ailleurs symboliquement reçu par le directeur de l’établissement, Louvrier de Lajolais16, preuve des liens qui l’unissent à la « petite école » fondée en 1767. En dehors des cours de dessin, l’établissement propose un enseignement pratique de l’architecture dont Viollet-le-Duc fut titulaire de 1834, avant que Ruprich-Robert ne lui succède en 1850. Claude contribue par la suite à la fondation de l’Union centrale des Arts décoratifs, née de la réunion en 1882 de l'Union des beaux-arts appliqués à l’industrie et de la Société du musée des arts décoratifs. En 1879, il publie chez Delagrave un premier ouvrage sur l’enseignement du dessin à l’école primaire à partir des programmes édictés par le ministère17. Une dizaine d’autres fascicules suivront ainsi que plusieurs recueils d’exercices complémentaires destinés aux enfants qui feront longtemps référence18.

  • 19 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot », J de R, 30 septembre 1882.
  • 20 « Rapport sur les prix de 1891 présenté au nom de la commission spéciale dans la séance du mercred (...)
  • 21 Propos rapportés par Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit.
  • 22 Parmi les architectes de la même génération, Corroyer échappe également au cursus traditionnel et (...)
  • 23 Liste des anciens élèves de l’École nationale des arts décoratifs, novembre 1894 – AN : AJ 53 134 (...)

4La jeunesse de Louis est mal connue. Selon Alfred Darcel, sa vie est alors fort simple : « Il vivait avec son frère [...], dessinait un peu partout et sur la marge de ses livres de classe19. » Dans les années 1850, Claude s’installe à Paris avec Louis, qui ne fréquente aucune école de dessin20. Bien qu’il se destine déjà au métier d’architecte, il hésite quant au parcours à suivre, car si l’enseignement de l’architecture est partagé entre plusieurs institutions, aucun établissement n’est pour l’heure exclusivement consacré à cette discipline. L’École des beaux-arts fait figure de voie royale puisqu’elle mène à la commande publique, mais ses méthodes d’enseignement et plus largement sa doctrine sont contestées, notamment par Viollet-le-Duc et ses disciples, partisans d’un rationalisme d’inspiration médiévale. Viollet-le-Duc, qui a fait de la réforme de cette institution l’un de ses combats, a lui-même tourné le dos à la formation officielle pour se former au contact direct des bâtiments. Il n’est donc pas surprenant qu’il ait orienté le jeune Sauvageot vers une voie atypique : « Vous voulez en faire un architecte », dit-il à Claude, « ne l’envoyez pas à l’École des beaux-arts. Si Millet peut le prendre avec lui son avenir est assuré. À nous deux, nous en ferons bien quelqu’un21 ». C’est ainsi que Louis entre directement dans l’atelier de l’un des plus proches collaborateurs de Viollet-le-Duc, Eugène Millet. Le pari est risqué et rares sont ceux qui choisissent cette voie22. D’ailleurs, cette formation est probablement complétée par un passage à l’École des arts décoratifs car, bien que Sauvageot ne le mentionne pas, il figure sur la liste des anciens élèves23. L’hypothèse est d’autant plus probable que la plupart des élèves de Viollet-le-Duc ont fréquenté l’établissement et que son frère est proche du comité de direction.

Le temps de la formation et des premiers succès (1855 1870)

  • 24 Note sur les études et travaux de Louis Sauvageot, architecte du gouvernement, né à Santenay (Côte (...)
  • 25 Verdier A. et Cattois F., L’Architecture civile et domestique..., op. cit., p. 73-74.
  • 26 Note sur les études et travaux de Louis Sauvageot, architecte du gouvernement, né à Santenay (Côte (...)
  • 27 Trois notices sont également réalisées en collaboration avec Eugène Millet (château de Saint-Germa (...)

5■ Formé à l’École des beaux-arts, Eugène Millet appartient à cette génération d’architectes qui s’en sont éloignés en substituant le Moyen Âgege à l’Antiquité comme champ d’étude. Entré au service des Édifices diocésains en 1848 puis au service des Monuments historiques l’année suivante, il gravit les différents échelons de ces deux administrations, avant d’être nommé inspecteur général des Édifices diocésains en 1875. C’est donc un atelier majeur et en pleine effervescence que Sauvageot intègre au milieu des années 1850. En 1859, il participe pour la première fois au Salon avec un projet de restauration de l’église de Gallardon en Eure-et-Loir. L’année suivante, il décide - comme Millet avant lui - de voyager pour parfaire sa formation et procéder à une étude directe des monuments. Il accompagne tout d’abord l’architecte Verdier et le docteur Cattois dans un périple en Espagne24. Proches de Claude Sauvageot, ils connaissent également bien son jeune frère puisque c’est en tant qu’élève de Verdier qu’il expose au Salon de 1859. Les circonstances et les étapes du voyage sont mal connues. Tout au plus peut-on préciser qu’il ne s’agit pas du premier séjour dans la péninsule ibérique des deux compères qui ont déjà parcouru le pays vers 1853 pour la préparation de L’architecture civile et domestique au Moyen Age et à la Renaissance25. À son retour, Louis effectue entre 1861 et 1862 une nouvelle série de voyages en France cette fois, « pour étudier et relever les principaux édifices civils et religieux du Moyen Âgegege et de la Renaissance du pays26 ». Ses dessins forment en fait l’essentiel des illustrations publiées par son frère dans Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle (Fig. 2). L’ouvrage nous livre quelques renseignements sur ses déplacements qui le mènent principalement en Bourgogne et en Normandie, et plus ponctuellement dans la Loire, le Centre et l’Ile-de-France. Le fait que les planches d’une même notice soient signées soit par Louis, soit par Claude27, suggère qu’ils effectuent certains trajets ensemble.

Fig. 2.
Château d’Angerville-Bailleul, façade principale, planche dessinée par L. Sauvageot, extr. de C. Sauvageot, Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1867-1869, t. III, pl. 2 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 3.
Chapelle Notre-Dame de la Roche (Seine-et-Oise). Façade latérale, extr. de C. et L. Sauvageot, Monographie de la chapelle Notre-Dame de la Roche, Paris, 1863, pl. 3 (Cl. Sophie Nasi).

Fig 4.
Chapelle Notre-Dame de la Roche (Seine-et-Oise). Décoration d’une fenêtre du choeur, partie supérieure, planche dessinée par Sauvageot, lithographie par Daument, extr. de C. et L. Sauvageot, Monographie de la chapelle Notre-Dame de la Roche, Paris, 1863, pl. 14 (Cl. Sophie Nasi).

  • 28 Sauvageot C. et L., La Chapelle Notre-Dame de la Roche..., op. cit.
  • 29 Sauvageot C., Monographie de Chevreuse…, op. cit.
  • 30 Rey G., Etude sur les monuments de l’architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île de (...)

6Par ailleurs, Louis est associé aux deux ouvrages de son frère consacrés à la vallée de Chevreuse. Il cosigne tout d’abord une petite monographie sur un bâtiment du XIIe siècle, la Chapelle Notre-Dame-de-la-Roche (Fig. 3 et 4)28. Éditée en 1863, celle-ci reprend un article publié deux ans auparavant dans l'Encyclopédie d’architecture. Le livre connaît un certain succès notamment auprès du duc de Luynes, dont l’histoire familiale se rattache à la vallée de Chrevreuse et où il possède encore le château de Dampierre. Celui-ci commande ensuite à Claude Sauvageot une série de planches sur la ville de Chevreuse mais son décès vient interrompre la publication, laissant les dessins dans les mains de leurs auteurs. L’ouvrage, qui aurait du s’intituler l’Histoire des Seigneurs de Chevreuse, paraît finalement en 1874 sous le titre de Monographie de Chevreuse. Étude archéologique29, accompagné de 26 gravures (Fig. 5 et 6). On ne doit à Louis qu’une dizaine de vues mais l’ensemble est atypique dans son oeuvre et offre un aperçu de ses talents de dessinateur. Ce n’est pas l’architecte professionnel qui est à l’oeuvre ici, soucieux de rendre le plan ou l’élévation d’un monument, mais bien l’artiste dans toute sa sensibilité, inspiré par la nature et les ruines. Entre-temps, il travaille pour Guillaume Rey aux planches de l’Etude sur les monuments de l’architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île de Chypre30.

  • 31 S’agit-il de Pierre Paillard (1800-1866), élève de l’École des beaux-arts qui a longtemps travaill (...)
  • 32 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit. Bien que Sauvageot n’ait jamais fait ment (...)
  • 33 Note sur les études et travaux de Louis Sauvageot, architecte du gouvernement, né à Santenay (Côte (...)

7Alors que l’illustration lui offre ses premiers débouchés, Sauvageot tente également de s’imposer dans le domaine pratique de la construction et de la restauration. Alfred Darcel affirme qu’il travaille entre 1859 et 1861 dans l’atelier de Paillard31, où il construit quelques maisons de rapport et participe à l’agrandissement d’un magasin de nouveautés, les Statues Saint-Jacques32. L’établissement ouvert rue Saint-Denis en 1840 est de fait entièrement réaménagé sous le Second Empire. Sauvageot ne fait jamais mention de cette collaboration et rien ne nous permet de la préciser. En revanche, il est certain qu’il retourne chez Millet entre 1863 et 1 866, où il travaille aux détails d’exécution de la cathédrale de Moulins et aux restaurations de la cathédrale de Troyes, de l’église Saint-Benoit-sur-Loire et du château de Saint-Germain-en-Laye33. L’atelier accueille de nouveaux élèves et collaborateurs dont certains deviendront des amis très proches, en particulier Antoine-Paul Selmersheim – neveu de Millet – et Sainte-Anne Louzier. En 1867, il est attaché directement au cabinet de Viollet-le-Duc et pendant trois ans, il participe aux restaurations des cathédrales d’Amiens et de Clermont, de l’église abbatiale de Saint-Denis et de la chapelle du château de Vincennes. En 1868, il fait ses premiers pas au service des Monuments historiques en tant qu’inspecteur des travaux de ladite chapelle, travaillant désormais sous la direction de l’adjoint de Viollet-le-Duc, Anatole de Baudot.

Fig. 5.
Le château de Chevreuse vu de la place du marché, planche dessinée par L. Sauvageot, extr. de C. Sauvageot, Monographie de Chevreuse. Étude archéologique, Paris, 1874, pl. 3 (Cl. Sophie Nasi).

Fig. 6.
Intérieur de l'église paroissiale de Chevreuse, planche dessinée par L. Sauvageot, extr. de C. Sauvageot, Monographie de Chevreuse. Étude archéologique, Paris, 1874, pl. 20 (Cl. Sophie Nasi).

8Il suit là le parcours classique de tout architecte qui se destine à la carrière de restaurateur dans un système où la cooptation est de mise, avant l’instauration du concours d’entrée dans les années 1890. Le travail d’inspecteur est relativement ingrat et consiste essentiellement à dresser les décomptes des travaux et à vérifier les mémoires des entrepreneurs. Mais c’est aussi une mission de confiance puisqu’il est le représentant sur place de l’architecte des Monuments historiques, lorsque celui-ci se trouve en déplacement. Anatole de Baudot est un homme influent qui s’est rapidement imposé comme le chef de file du courant rationaliste ; évoluant à la fois au sein du service des Edifices diocésains et de celui des Monuments historiques, il est aussi président de l’Union syndicale des architectes français. Entre lui et Sauvageot, l’entente est immédiate et il va désormais intervenir à chaque étape de sa carrière. Certes, ce soutien participe du jeu politique et des luttes d’influence qui s’instaurent entre les divers courants architecturaux au sein des administrations, mais pas seulement : entre ces deux hommes qui sont de la même génération, les liens sont aussi amicaux et emprunts d’un grand respect mutuel.

  • 34 Le règlement du concours est publié dans la GAB, 1866, no 18, p. 285-287.
  • 35 Id., 1869-1871, no 11, p. 136.
  • 36 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit.
  • 37 Dubosc G., « Louis Sauvageot », L’Architecture et la construction dans l’Ouest, janvier 1908, p. 2

9Pour se faire connaître, Sauvageot se prête régulièrement à l’exercice du Salon. En 1866, il expose son projet de restitution du château de Pailly extrait de Palais, châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle et l’année suivante, il propose une série d’études de la chapelle du château de Vincennes qui sont acquises pour les archives de la commission des Monuments historiques. En parallèle, il participe à ses premiers concours publics dont le principe se généralise. Pour un jeune architecte comme Sauvageot qui n’a aucun diplôme et qui n’a pas encore construit, c’est un passage obligé et l’occasion de faire montre de son talent. En 1867, il collabore avec Selmersheim au concours organisé par la ville de Brest pour la construction d’une église placée sous le patronage de Saint-Martin34 et reçoit le premier prix du jury. C’est un coup d’essai probant, même si les plans ne seront pas mis en oeuvre, la commune s’étant réservée le droit de faire exécuter ou non le projet retenu par la direction des Cultes. Deux ans plus tard, il se présente seul cette fois au concours organisé pour la réfection et l’agrandissement de l’église de Levallois-Perret et obtient une seconde place, derrière Anatole de Baudot. D’un point de vue financier, ces prix obtenus coup sur coup sont un revenu non négligeable, de l’ordre de 3 000 francs partagés avec Selmersheim pour le projet brestois et 300 francs pour celui de Levallois-Perret. Ils sont également déterminants dans sa carrière, puisqu’ils vont lui apporter la légitimité et la reconnaissance qui lui font défaut : « Élève d’un maître éminent, ce jeune architecte a conquis ses principaux titres dans des concours publics ; c’est dire qu’ils sont indiscutables35 », souligne ainsi la Gazette des architectes et du bâtiment. Dès 1869, il récolte les premiers fruits de son travail et obtient deux commandes privées, la construction d’une maison rue Monge et la restauration du château de Montataire dans l’Oise36. Lorsque la guerre franco-allemande vient interrompre ces débuts prometteurs, Sauvageot s’engage dans la compagnie du Génie auxiliaire de Paris sous les ordres de Viollet-le-Duc et mène campagne jusqu’à la bataille de Buzenval en s’employant à la réparation des brèches faites aux fortifications de Paris37.

Le tremplin rouennais (1871-1904)

  • 38 Personnel municipal, dossier municipal de Monsieur Sauvageot – AMR : K 2/3.
  • 39 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, décembre 1874 – AMH : 81/76/90/1.
  • 40 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit.
  • 41 Citons le château des Ifs près de Fécamp visité sur les conseils de Barthélémy et le château d’Ang (...)
  • 42 Aubé R., « Nécrologie »..., op. cit., p. 199.

10■ Au lendemain du conflit, Sauvageot est nommé par arrêté du 30 octobre 1871, architecte en chef de la ville de Rouen. Une telle promotion peut surprendre dans la mesure où, à 29 ans, il n’a pas une grande expérience en matière de construction et surtout il n’a, a priori, aucun lien particulier avec cette ville. Sur les conditions de l’attribution de ce poste, les archives n’ont laissé que peu de traces : son dossier personnel38 est vide et la presse locale n’a pas livré plus de détails. Selon Sauvageot, il doit sa nomination aux prix obtenus dans les concours publics de Brest et de Levallois-Perret39. Toutefois, bien que ces titres soient une garantie pour les élus locaux, on peut supposer qu’il bénéficie également d’un ou plusieurs appuis au niveau local. Peut-être s’agit-il du rouennais Alfred Darcel pour qui Claude Sauvageot a travaillé comme illustrateur dans les années 1860 ? Cet ingénieur fortuné, propriétaire d’une fabrique de produits chimiques à la Mivoie, a tout abandonné pour se consacrer à sa passion pour l’art. Attaché au Louvre, il a été directeur de la manufacture des Gobelins en 1871, du musée de Cluny en 1885 et il participera aussi à la fondation du musée de sculpture comparée du Trocadéro en 1882. Malgré cette carrière parisienne, Darcel est profondément attaché à sa ville natale : critique d’art pour le Journal de Rouen, il s’est toujours efforcé à promouvoir les artistes locaux. Il connaît bien les frères Sauvageot et il ne cache pas son admiration pour Louis qu’il considère comme « un homme de talent40 ». Ou bien, peut-être s’agit-il des deux architectes diocésains de Rouen, Jacques-Eugène Barthélémy et Louis-François Desmarest qui, lors de la préparation de l’ouvrage Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, ont guidé les frères Sauvageot dans le pays de Caux et leur ont fait découvrir des manoirs encore peu reproduits41 ? En poste depuis les années 1850, ils sont bien implantés dans les réseaux locaux : le premier est membre du conseil municipal et le second est architecte du département depuis 1852. Tous deux sont également proches de Viollet-le-Duc qui a favorisé leur nomination à la tête du diocèse avec, pour principale mission, de ne pas donner suite au projet de flèche en fonte conçu par Alavoine pour la cathédrale. Rien ne nous permet d’affirmer que ces différentes personnes soient intervenues en faveur de la nomination de Sauvageot. Elles attestent en tout cas des liens noués par lui avec le milieu local avant même son installation en 1871 et nuancent quelque peu l’image traditionnellement véhiculée d’un architecte « appelé à Rouen42 », sans la moindre relation dans la cité.

Fig. 7.
L Sauvageot, Projet de restitution du jubé de l'église abbatiale de Fécamp. Vue perspective, 1875, tirage photographique (Rouen, agence Witz), extr. de L. Sauvageot, Eglise abbatiale de Fécamp (Sei ne-Inferieure). Essai de restitution du jubé détruit en 1902, 1875, Paris, Médiathèque du patrimoine (Cl Sophie Nasi).

  • 43 Bien qu’il n’y ait pas eu avant la fin du siècle de circonscriptions nettement définies, certains (...)
  • 44 Sauvageot L., Eglise abbatiale de Fécamp (Seine-Inférieure). Essai de restitution du jubé détruit e (...)
  • 45 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, décembre 1874 – AMH : 81/76/90/1.

11Sauvageot occupe le poste d’architecte municipal pendant plus de dix ans et poursuit en même temps sa carrière de restaurateur. Entré au service des Monuments historiques en 1 868, il est nommé architecte en chef en 1872 et il est attaché à la commission dès l’année suivante. Avant le décret de 1897 qui divise le territoire en circonscriptions placées sous la responsabilité d’un architecte en chef, les édifices à restaurer sont attribués au coup par coup par la commission. Toutefois, le cas de Sauvageot montre que le texte officiel a souvent été devancé et que nombre d’architectes étaient déjà officieusement considérés comme responsables d’un secteur géographique. Le texte permettra simplement d’institutionnaliser un état de fait43. Il débute ainsi son activité de praticien en Normandie, sa présence dans la capitale normande le désignant naturellement pour être chargé des principaux chantiers entrepris dans la ville et plus généralement en Seine-Inférieure. En 1874, la commission lui confie un premier travail graphique pour enrichir les archives du service. Chargé de dessiner les différentes parties de l’abbaye de Fécamp, la découverte de fragments de l’ancien jubé détruit en 1802 va l’amener à proposer une restitution graphique de cet ensemble du XIVe siècle (Fig. 7)44. Le dossier est une véritable démonstration de savoir-faire, l’architecte insistant sur ses méthodes de travail, sur les recherches effectuées aussi bien dans les archives qu’auprès des habitants de la région et sur l’étude des fragments retrouvés. Les cinq planches sont d’ailleurs exposées au Salon de 1875 où il obtient une médaille de troisième classe. Le décès d Adolphe Lance en 1874 lui donne également l’occasion de reprendre la direction des travaux en cours à l’église Saint-Jacques de Dieppe. N’ayant pour l’heure dirigé aucun chantier de restauration, il sollicite le poste en insistant sur l’expérience acquise au cours de sa formation auprès de Millet et Viollet-le-Duc. Il ajoute que sa résidence à Rouen lui permettra « de suivre activement et de très-prés, les travaux de restauration45 ».

  • 46 Minute de lettre du bureau des MH au préfet de la SI, 25 septembre 1877 – AMH : 81/76/110/38.
  • 47 Id, 27 avril 1877 – AMH : 81/76/184/63.
  • 48 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 30 novembre 1880 – AMH : 81/76/144/41/1.

12En parallèle, il se voit confier d’autres chantiers situés soit, aux alentours de Dieppe et le long de la côte d’Albâtre soit, le long de la vallée de la Seine entre Rouen et Le Havre. Entre 1875 et 1877, il est ainsi chargé du château d’Arques-la-Bataille et des églises Notre-Dame de l’Assomption à Étretat46 et d’Houppeville47. À la fin des années 1870, sa carrière s’accélère puisqu’il est appelé à diriger plusieurs chantiers majeurs : l’église paroissiale d’Arques-la-Bataille et dans la commune de Lillebonne, les ruines du théâtre romain ainsi que le clocher de l’église. En mai 1878, il est envoyé à Caudebec-en-Caux pour dresser un rapport sur l’état de l’église et notamment sur la flèche ajourée qui tombe en ruine, malgré l’application d’un chemisage en maçonnerie au début du siècle. Considéré à juste titre comme l’un des joyaux de la région, Sauvageot va entre 1883 et 1886 refaire cet ensemble, le tout sur fond de polémique locale l’accusant de dénaturer l’oeuvre primitive. Après le décès de Viollet-le-Duc, il est également désigné en novembre 1 879 pour lui succéder sur le chantier de l’église d’Eu, une succession compliquée par la difficulté de régler les comptes des travaux de son prédécesseur, alors que les attachements ont été détruits dans un incendie et que l’entrepreneur de maçonnerie conteste le montant des règlements48. L’affaire s’éternise jusqu’en 1883, date à laquelle l’architecte est autorisé à reprendre la restauration au niveau de la nef.

  • 49 Id., 20 février 1885 – AMH : 81/76/480/170/1.
  • 50 PV de la commission supérieure des MH, séance du 13 juin 1879 – AMH : 80/15/10.
  • 51 Arrêté ministériel du 24 novembre 1883 – AMH : 81/14/432/2/140/2.
  • 52 Rapport à la commission des MH par PIG Bruyerre, 25 avril 1885 – AMH : 81/76/530/179.
  • 53 Rapport à la commission des MH par l’IG Selmersheim, 30 novembre 1892 – AMH : 81/76/480/111/38.
  • 54 Lettre du préfet de la SI au ministre chargé des Beaux-Arts, 24 mai 1890 – AMH : 81/76/119/45/1.

13Dans les années 1880, il est chargé de la restauration du clocher d’Angerville-l’Orcher et de l’ancienne abbaye Saint-Georges de Boscherville où il supervise le retrait des badigeons intérieurs49. La direction des Beaux-Arts lui confie également quelques chantiers dans les départements limitrophes : l’église Notre-Dame de Louviers dans l’Eure en187950 et l’église Sainte-Catherine d’Honfleur dans le Calvados en 1883. Là, il est chargé de remplacer Paul Naples, à qui la commission reproche ses dépassements budgétaires et ses méthodes de travail trop radicales, plus proches de la reconstruction que de la restauration51. Son activité en Normandie va ensuite se ralentir pour se limiter aux monuments dont il a la charge, tandis que la restauration des édifices rouennais l’accapare de plus en plus. En 1885, il accepte encore le chantier du clocher de Valliquerville52 et sept ans plus tard, celui du collège des Jésuites à Eu53. À partir de 1894, il mène également d’importantes restaurations à la chapelle Saint-Julien-des-Chartreux de Petit-Quevilly. Mais, c’est à peu près tout et, entre 1890 et 1895, il renonce progressivement à ses chantiers normands, allant jusqu’à refuser les travaux de l’église abbatiale de Fécamp54.

  • 55 Recommandation d’A. de Baudot, in lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 20 mai 1880 – (...)

14Le 20 mai 1 880, Sauvageot soumet sa candidature au service des Edifices diocésains et propose de remplacer l’un des deux architectes en poste à Rouen, Jacques-Eugène Barthélémy qui, âgé de 82 ans, souhaite prendre sa retraite. Il fait figure de candidat idéal et tout le désigne pour intégrer cette administration dépendant du ministère des Cultes, chargée de l’entretien des cathédrales, des évêchés et des grands séminaires et qui est entièrement dominée par Viollet-le-Duc jusqu’à sa mort et par ses disciples. Sa formation dans l’atelier du maître et dans celui de Millet est à elle seule un sésame lorsque l’on sait que la cooptation est de mise. Sa candidature bénéficie également de l’appui d’Anatole de Baudot qui ne tarit pas d’éloges sur son protégé : « En ma qualité d’inspecteur général des travaux diocésains, j’ai l’honneur de présenter à Monsieur le Ministre de l’intérieur et des Cultes la demande de Mr Sauvageot et de l’appuyer en déclarant que Mr Sauvageot par la nature de ses études et des travaux qu’il a dirigés est un des architectes qui peut aujourd’hui rendre le plus de services à l’administration des Cultes et j’ajouterai qu'il est depuis longtemps désigné par ses confrères comme étant appelé à remplir la fonction qu’il sollicite avec des titres tout à fait exceptionnels55. » Il est vrai que ses activités en tant qu’architecte attaché à la commission des Monuments historiques lui ont permis de donner une application pratique à ses études et de faire la preuve de son talent en tant que restaurateur. D’ailleurs, les deux administrations ne sont pas en concurrence sur le plan du personnel, le service des Edifices diocésains ayant l’habitude de recruter ses architectes parmi ceux des Monuments historiques.

  • 56 Recommandation du député Cordier, 23 mai 1880 – AN : F19 7220.
  • 57 Ibid.
  • 58 Personnel municipal : dossier individuel de Monsieur Sauvageot – AMR : K 2/3.

15De plus, Sauvageot a acquis grâce à ses fonctions municipales une certaine stature. Son titre d’architecte de la ville de Rouen et ses réalisations lui apportent une réputation nouvelle, qu’il conforte en multipliant les publications dans les revues spécialisées et en participant régulièrement au Salon. Médaillé de première classe en 1878 pour l’église Saint-Hilaire, il obtiendra également une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1889, avec les projets du théâtre des Arts et du musée-bibliothèque de Rouen ainsi que le plan de reconstruction de la flèche de Caudebec-en-Caux. Dans le département de la Seine-Inférieure et à Rouen en particulier, il est également bien implanté et ses qualités sont très appréciées. Sa candidature reçoit d’ailleurs l’appui de trois parlementaires normands de premier plan, des figures de la gauche locale : Richard Waddington, Alphonse Cordier et Louis Desseaux. Tous soulignent combien l’architecte « a donné les gages les plus certains de ses aptitudes56 ». Ils affirment aussi que ce choix « aura [...] l’approbation générale de l’opinion publique57 », ce qui en un temps où la mainmise des architectes parisiens sur les chantiers de province est mal perçue au niveau local, ne peut que rassurer l’administration. Le dossier aboutit rapidement et dès le 3 novembre suivant, Sauvageot intègre le ministère des Cultes en tant qu’architecte diocésain de Rouen. C’est un titre prestigieux qui en fait un fonctionnaire ayant ses entrées au Ministère et en rapport constant avec l’évêque et le préfet. Fort de ses nouvelles fonctions, il abandonne son poste d’architecte en chef de la ville de Rouen le 30 janvier 18 8 258 et retourne à Paris. Désormais, il va consacrer l’essentiel de sa carrière à la restauration et les années 1880 et 1890 sont marquées par un cumul des fonctions et surtout des chantiers, l’architecte privilégiant alors les activités de praticien dans lesquelles il se sent plus à l’aise et qui sont, en termes financiers, plus rémunératrices.

Notes

1 Acte de naissance de Charles-Louis Sauvageot, 5 juin 1842 – AMS.

2 Acte de décès de Claude Sauvageot, 18 mars 1832, no 52 – AMS.

3 Jean-Baptiste Sauvageot est désigné comme tonnelier sur les actes de naissance de ses fils Louis (27 janvier 1837) et François (9 juin 1840) – AMS.

4 Acte de mariage d’Antoine Sauvageot et d’Anne Sivry, 30 novembre 1831, no 64 – AMS.

5 Acte de décès de Philibert Sivry, 21 février 1776 – ADCO : 5Mi 5 R37.

6 Acte de naissance de Claude Sauvageot, 18 mars 1 832 – AMS.

7 Verdier A. et Cattois F., L’Architecture civile et domestique au Moyen-Age et à la Renaissance, Paris, 1855-1857, 2 vol.

8 Darcel A. et Rouyer E., L’art architectural en France depuis François Ier jusqu’à Louis XIV. Motifs de décoration intérieure et extérieure dessinés d’après des modèles exécutés et inédits des principales époques de la Renaissance, Paris, 1863-1866, 2 vol.

9 Ruprich-Robert V., La flore ornementale ; Essai sur la composition de l’ornement. Eléments tirés de la nature et principes de leur application, Paris, 1866-1876, 2 vol.

10 Vlollet-Le-duc E.-E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècles, Paris, 1854-1868, 10 vol ; Id, Entretiens sur l’architecture, Paris, 1863-1872, 2 vol.

11 Sauvageot C., Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1867-1869, 4 vol.

12 Ménard R.-J., La vie privée des anciens, Paris, 1880-1883, 4 vol.

13 Sauvageot C. et L., La Chapelle Notre-dame de la Roche, Paris, 1863 ; Id., Monographie de Chevreuse. Étude archéologique, Paris, 1874.

14 DeLonguy H. et Sauvageot C., Notice sur Santenay (Côte d’Or). Étude géologique, paléontologique et archéologique, analyses des eaux, Autun, 1884.

15 Sauvageot C., Viollet-le-Duc et son œuvre dessinée, Paris, 1880 (Extr. de l'EA, août-septembre 1880).

16 Fiche biographique de M. C. Sauvageot – AN : LH 2467, no 036.

17 Sauvageot C., Le dessin à l’école primaire, Paris, 1879.

18 Id., Cours de dessin répondant au programme officiel de l’enseignement du dessin dans les écoles primaires. Cours moyen, Paris, 1884-1892, 10 cahiers ; Enseignement du dessin par les solides, applicable dans les écoles primaires, professionnelles et supérieures, atlas explicatif de 58 planches lithographiées, Paris, 1882.

19 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot », J de R, 30 septembre 1882.

20 « Rapport sur les prix de 1891 présenté au nom de la commission spéciale dans la séance du mercredi 13 janvier 1892 », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 4e série, t. III, année 1892, Dijon, 1892, p. 7-8.

21 Propos rapportés par Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit.

22 Parmi les architectes de la même génération, Corroyer échappe également au cursus traditionnel et se forme auprès de Viollet-le-Duc et de Questel. Cf. M. Gloc, Construire, restaurer, écrire. Édouard-Jules Corroyer (1835-1904), l’architecture dans tous ses états, thèse sous la direction de J.-M. Leniaud, École pratique des hautes études, mars 2003, p. 14-24.

23 Liste des anciens élèves de l’École nationale des arts décoratifs, novembre 1894 – AN : AJ 53 134 pochette IV. Cette indication reste invérifiable puisque la série AJ 53 172-186 regroupant les dossiers d’inscription et la liste des élèves inscrits dans l’établissement est lacunaire. Il manque notamment le registre des inscriptions entre 1862 et 1868, c’est-à-dire précisément les années durant lesquelles Sauvageot est susceptible d’y être inscrit. Par ailleurs, son nom ne figure dans aucun dossier postérieur ou antérieur à ces dates.

24 Note sur les études et travaux de Louis Sauvageot, architecte du gouvernement, né à Santenay (Côte d’Or) le 5 juin 1842 (non datée) – AN : F21 7936.

25 Verdier A. et Cattois F., L’Architecture civile et domestique..., op. cit., p. 73-74.

26 Note sur les études et travaux de Louis Sauvageot, architecte du gouvernement, né à Santenay (Côte d’Or) le 5 juin 1842 (non datée) – AN : F21 7936.

27 Trois notices sont également réalisées en collaboration avec Eugène Millet (château de Saint-Germain-en-Laye, t. II) et Anatole de Baudot (château de Wideville, t. I ; château d’Angerville-Bailleul, t. III).

28 Sauvageot C. et L., La Chapelle Notre-Dame de la Roche..., op. cit.

29 Sauvageot C., Monographie de Chevreuse…, op. cit.

30 Rey G., Etude sur les monuments de l’architecture militaire des croisés en Syrie et dans l’île de Chypre, Paris, 1871, 1 vol.

31 S’agit-il de Pierre Paillard (1800-1866), élève de l’École des beaux-arts qui a longtemps travaillé sous la direction d’Alavoine avant d’être nommé architecte diocésain de Nevers en 1853 ?

32 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit. Bien que Sauvageot n’ait jamais fait mention de cet emploi chez Paillard et qu’aucune archive n’ait pour l’heure été retrouvée, le fait semble d’autant plus vraisemblable que Darcel est un proche de Sauvageot et que cette notice est rédigée du vivant de l’architecte.

33 Note sur les études et travaux de Louis Sauvageot, architecte du gouvernement, né à Santenay (Côte d’Or) le 5 juin 1842 (non datée) – AN : F21 7936.

34 Le règlement du concours est publié dans la GAB, 1866, no 18, p. 285-287.

35 Id., 1869-1871, no 11, p. 136.

36 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit.

37 Dubosc G., « Louis Sauvageot », L’Architecture et la construction dans l’Ouest, janvier 1908, p. 2.

38 Personnel municipal, dossier municipal de Monsieur Sauvageot – AMR : K 2/3.

39 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, décembre 1874 – AMH : 81/76/90/1.

40 Darcel A., « L’architecte Louis Sauvageot »..., op. cit.

41 Citons le château des Ifs près de Fécamp visité sur les conseils de Barthélémy et le château d’Angerville-Bailleul signalé par Desmarest.

42 Aubé R., « Nécrologie »..., op. cit., p. 199.

43 Bien qu’il n’y ait pas eu avant la fin du siècle de circonscriptions nettement définies, certains architectes sont déjà plus spécialement chargés d’une région. C’est le cas notamment de Questel dans le sud-Est, d’É. Bœswillwald dans l’Est et le nord-Est, de Danjoy en Normandie et de P. Abadie en Charente et en Dordogne.

44 Sauvageot L., Eglise abbatiale de Fécamp (Seine-Inférieure). Essai de restitution du jubé détruit en 1802, 1875 – AMH : Fo U45.

45 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, décembre 1874 – AMH : 81/76/90/1.

46 Minute de lettre du bureau des MH au préfet de la SI, 25 septembre 1877 – AMH : 81/76/110/38.

47 Id, 27 avril 1877 – AMH : 81/76/184/63.

48 Lettre de Sauvageot au ministre chargé des Beaux-Arts, 30 novembre 1880 – AMH : 81/76/144/41/1.

49 Id., 20 février 1885 – AMH : 81/76/480/170/1.

50 PV de la commission supérieure des MH, séance du 13 juin 1879 – AMH : 80/15/10.

51 Arrêté ministériel du 24 novembre 1883 – AMH : 81/14/432/2/140/2.

52 Rapport à la commission des MH par PIG Bruyerre, 25 avril 1885 – AMH : 81/76/530/179.

53 Rapport à la commission des MH par l’IG Selmersheim, 30 novembre 1892 – AMH : 81/76/480/111/38.

54 Lettre du préfet de la SI au ministre chargé des Beaux-Arts, 24 mai 1890 – AMH : 81/76/119/45/1.

55 Recommandation d’A. de Baudot, in lettre de Sauvageot au ministre chargé des Cultes, 20 mai 1880 – AN : F19 7220.

56 Recommandation du député Cordier, 23 mai 1880 – AN : F19 7220.

57 Ibid.

58 Personnel municipal : dossier individuel de Monsieur Sauvageot – AMR : K 2/3.

Table des illustrations

Titre Arbre généalogique de la famille Sauvageot
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 1.Portrait de L. Sauvageot, photographie prise vers 1900, Paris, CNAM/DAF/Cité de l'architecture et du patrimoine, Archives d'architecture et du XXe siècle (Cl. Cité de l'architecture et du patrimoine).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 2.Château d’Angerville-Bailleul, façade principale, planche dessinée par L. Sauvageot, extr. de C. Sauvageot, Palais, Châteaux, hôtels et maisons de France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, 1867-1869, t. III, pl. 2 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 3.Chapelle Notre-Dame de la Roche (Seine-et-Oise). Façade latérale, extr. de C. et L. Sauvageot, Monographie de la chapelle Notre-Dame de la Roche, Paris, 1863, pl. 3 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig 4.Chapelle Notre-Dame de la Roche (Seine-et-Oise). Décoration d’une fenêtre du choeur, partie supérieure, planche dessinée par Sauvageot, lithographie par Daument, extr. de C. et L. Sauvageot, Monographie de la chapelle Notre-Dame de la Roche, Paris, 1863, pl. 14 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 5.Le château de Chevreuse vu de la place du marché, planche dessinée par L. Sauvageot, extr. de C. Sauvageot, Monographie de Chevreuse. Étude archéologique, Paris, 1874, pl. 3 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 6.Intérieur de l'église paroissiale de Chevreuse, planche dessinée par L. Sauvageot, extr. de C. Sauvageot, Monographie de Chevreuse. Étude archéologique, Paris, 1874, pl. 20 (Cl. Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Fig. 7.L Sauvageot, Projet de restitution du jubé de l'église abbatiale de Fécamp. Vue perspective, 1875, tirage photographique (Rouen, agence Witz), extr. de L. Sauvageot, Eglise abbatiale de Fécamp (Sei ne-Inferieure). Essai de restitution du jubé détruit en 1902, 1875, Paris, Médiathèque du patrimoine (Cl Sophie Nasi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7073/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 379k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site