Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Introduction

Texte intégral

  • 1 « Le prix Lheureux », La construction moderne, 22 février 1908, p. 252.
  • 2 LouzierSTE-A., « Nécrologie. Louis-Charles Sauvageot », Union syndicale des architectes français. (...)
  • 3 Aubé R., « Nécrologie », Bul. des Amis des Monuments Rouennais, Rouen, 1908, p. 200.

1En février 1908, l’annonce du décès de l'architecte Charles-Louis Sauvageot est accueillie différemment selon les revues spécialisées et si la Construction moderne y fait une simple allusion1, le très rationaliste Bulletin de l’Union syndicale des architectes français lui consacre au contraire une longue nécrologie2. Mais en dehors de cela, la nouvelle fait peu de bruit au niveau national, contrairement à Rouen où les hommages se multiplient. Pour le Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, « il laisse le souvenir d’un homme droit, savant, doué de plus de raison que d’imagination, de solidité que de brillant, mais d’un vrai mérite, digne continuateur des vieux bâtisseurs d’autrefois3 ». Cet éloge en demi-teinte transcrit bien le sentiment général et annonce aussi la longue période de dénigrement puis d’oubli dans laquelle va tomber la mémoire de cet homme qui fut pourtant architecte en chef de la ville puis architecte en chef des Monuments historiques et des Edifices diocésains de l’arrondissement. Formé en dehors de la tradition des Beaux-Arts, dans le cercle fermé de Viollet-le-Duc, il est souvent considéré comme un suiveur, voire même comme un architecte de deuxième ordre. Pourtant, c’est une figure à la fois exemplaire, témoin de la vigueur de la pratique architecturale en France à la fin du XIXe siècle, et atypique, car rien ne laissait présager que ce jeune bourguignon issu d’une famille de tonneliers finirait sa carrière comme inspecteur général des Monuments historiques. Au-delà de la seule monographie, il offre également un exemple parfait de la trajectoire d’un petit bourgeois provincial dans la deuxième moitié du XIXe siècle et de la figure d’un architecte « administratif » plus ou moins intégré à sa région d’exercice.

  • 4 Sur ce point, se référer à la bibliographie.
  • 5 Hautecoeur L., Histoire de l’architecture classique en France, t. VII. La fin de l’architecture cl (...)
  • 6 Loyer F., Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, 1999.
  • 7 Lemoine B., La France du XIXe siècle, Paris, 1993.
  • 8 [Exp. Paris, Hôtel de Sully, 6 octobre-14 décembre 1981], Les concours des monuments historiques d (...)
  • 9 Cf. Leniaud J.-M., L’administration des cultes pendant la période concordataire, Paris, 1988 ; Id. (...)

2Que sa mémoire n’ait pas été particulièrement entretenue au niveau rouennais n’a rien de surprenant. Bien qu’il comptabilise plus de trente années d’exercice dans la ville, il ne développe pas de liens particuliers – autres que professionnels – avec la capitale normande. Peu inséré dans les réseaux associatifs locaux, il retourne s’installer à Paris dès 1882 et diversifie progressivement ses aires d’intervention, sa carrière de restaurateur prenant le pas sur ses autres activités. Alors qu’il gravit un à un les échelons des services des Monuments historiques et des Édifices diocésains, il est perçu par les Rouennais au début des années 1900 comme un simple fonctionnaire mandaté par le gouvernement. Il est en revanche plus surprenant de constater le peu de place qui lui est accordée dans le mouvement de réhabilitation dont bénéficient depuis plus de trente ans les architectes du XIXe siècle4. Architecte officiel renommé au moment de sa mort, il n’a pas beaucoup retenu l’attention des premiers historiens de l’architecture française du XIXe siècle et si Louis Hautecœur5 le mentionne, François Loyer6 ou encore Bertrand Lemoine7 ne le citent même pas. Architecte de second rôle, Sauvageot fait donc figure, dans sa catégorie même, d’oublié. C’est finalement à travers son œuvre de restaurateur qu’il réapparaît modestement au début des années 1980 à l’occasion de l’exposition Les concours des monuments historiques de 1893 à 19798. Une courte notice biographique lui est consacrée résumant son travail au sein de l’administration des Beaux-Arts et des Cultes mais passant sous silence ses autres activités. Il faut ensuite attendre les travaux de Jean-Michel Leniaud pour qu’il soit plus précisément inséré dans le cadre du service des Edifices diocésains9.

  • 10 Claude Sauvageot signe « C. Sauvageot », ce qui peut être effectivement interprété soit par Claude (...)
  • 11 [Exp. Paris, musée des arts décoratifs, novembre-décembre 1931], Exposition rétrospective des œuvr (...)
  • 12 Dugast A. et Parizet L, Dictionnaire par noms d’architectes des édifices construits aux XIXe -XXe (...)
  • 13 Cf. Delaire E., Les architectes élèves de l'École des beaux-arts, Paris, 1895 (rééd. Villiers-sur- (...)

3Si le nom de Sauvageot est ainsi devenu un peu plus familier, de nombreuses approximations subsistent, liées en partie à des confusions anciennes entre sa carrière et celle de son frère, le graveur Claude Sauvageot. Quelques ouvrages retracent pourtant avec exactitude les carrières des deux hommes, comme le Dictionnaire des artistes de l’école française au XIXe siècle de Bellier de la Chavignerie et Auvray. Comment expliquer les erreurs qui sont ensuite apparues ? Les frères Sauvageot ont toujours été très proches, évoluant dans un même cercle restreint, signant des ouvrages en commun et travaillant pour les mêmes revues d’architecture. Ces liens étroits et les confusions nées autour de leurs prénoms10, expliquent sans doute que leurs carrières aient souvent été amalgamées, d’autant que l’existence d’un neveu, Ernest Sauvageot, lui-même architecte, offre un risque supplémentaire de méprise. L’exposition rétrospective des œuvres des fondateurs de l’Union syndicale des architectes français organisée en 1931 au musée des Arts décoratifs est en cela révélatrice11. Bien que Louis Sauvageot ait été vice-président de l’association, c’est son neveu qui est mentionné par erreur et auquel on attribue ses œuvres majeures. Plus récemment, le Dictionnaire par noms d’architectes des constructions élevées à Paris aux XIXe et XXXe siècles publié sous la direction d’Anne Dugast et Isabelle Parizet attribue au même Ernest Sauvageot, les titres de Louis ainsi que la restauration de Saint-Pierre de Montmartre12. Ces amalgames récurrents sont très probablement liés au fait que Louis Sauvageot s’est formé en dehors du circuit traditionnel de l’École des beaux-arts, contrairement à son neveu qui fut élève de la prestigieuse institution et figure donc dans le dictionnaire publié par Delaire13. De là à lui attribuer les réalisations de son aîné il n’y a qu’un pas, qui est bien souvent franchi.

  • 14 Retrouver le XIXe siècle, Bul. des Amis des Monuments rouennais, octobre 1980-septembre 1981 ; Cha (...)
  • 15 À l’exception d’un article publié par nos soins ; cf. NASI S., « Louis Sauvageot (1842-1908) et so (...)
  • 16 [Exp. Paris, musée d’Orsay, 7 février-8 mai 1994], La jeunesse des musées. Les musées en France au (...)
  • 17 Ourtilane M.-J. et Perez F., Le musée des Beaux-Arts de Rouen, repères historiques de la création (...)
  • 18 Senthiles A., « Éléments d’architecture scolaire en Haute-Normandie », Bul. des Amis des Monuments (...)
  • 19 Maurer P., Pour un centenaire. Le Lycée Jeanne d’Arc de Rouen 1882-1892, Rouen, 1982.
  • 20 Jarrassé. D., L’âge d’or des synagogues, Paris, 1991, p. 102.

4Si la place de Sauvageot dans le domaine de la restauration est désormais admise, ses constructions sont en revanche mal connues et peu étudiées. Celles-ci sont majoritairement rouennaises et les historiens locaux s’y sont peu intéressés. Malgré les efforts menés dès 1980 par la Société des Amis des Monuments rouennais sous l’impulsion de son président Jean-Pierre Chaline pour étudier l’architecture du XIXe siècle dans la ville14, Sauvageot a été peu évoqué15. Son nom n’est d’ailleurs associé qu’à ses réalisations majeures comme l’église Saint-Hilaire, le théâtre des Arts et surtout le musée-bibliothèque. Le regain d’intérêt manifesté pour ce bâtiment correspond à la campagne de réaménagement entreprise à la fin des années 1980 qui a permis de redécouvrir l’œuvre originelle, considérablement modifiée depuis son achèvement. Cet engouement a été corroboré par les recherches scientifiques menées en France au même moment sur l’architecture muséale, avec pour point d’orgue l’exposition organisée en 1994 au musée d’Orsay16. En moins de dix ans, trois monographies ont ainsi été consacrées à cet édifice, auxquelles nous avons pris part17. En revanche, Sauvageot n’a pas bénéficié de l’attention nouvelle portée à l’architecture scolaire des années 1880 et seule une première liste de ses écoles primaires a été dressée18, tandis que les plans du lycée de jeunes filles ont été publiés19. Enfin, Dominique Jarrassé s’est intéressé à l’aménagement de la synagogue de Rouen en tant qu’exemple curieux de la reconversion d’une ancienne église gothique en lieu de culte israélite20. Si quelques jalons ont donc été posés, beaucoup d’inconnues et d’imprécisions subsistent encore.

  • 21 Sur ces points, se référer à la bibliographie.
  • 22 Veillard J.-Y., Rennes au XIXe siècle. Architectes, urbanisme et architecture, Rennes, 1978.

5Le cas de Sauvageot à Rouen offre un exemple original de cumul des fonctions : architecte en chef de la ville de 1871 à 1882, il est aussi architecte des Edifices diocésains de 1880 à 1904 et architecte des Monuments historiques de 1875 à 1895. En effet, bien que la territorialisation des compétences des architectes en chef du service des Monuments historiques ne soit pas officialisée avant 1897, le décret a souvent été devancé dans la pratique et l’exemple de Sauvageot montre qu’il est déjà considéré comme responsable des édifices classés de Rouen et plus généralement de la Seine-Inférieure. Il travaille donc à la fois pour le compte de la municipalité, du département et du « gouvernement » ce qui nous amènera à étudier la manière dont s’articule ces différents niveaux d’intervention et les difficultés que ce cumul engendre d’un point de vue administratif. Quel est le rôle de Sauvageot ? A-t-il influencé le développement de Rouen ? Avec plus de trente années de présence comme architecte de fonctions on peut supposer qu’il a largement marqué la ville de son empreinte. À l’inverse, quel a été l’apport de l’expérience rouennaise dans sa carrière ? Lorsqu’il arrive dans la ville au début des années 1870, Sauvageot a trente ans et il n’a, pour ainsi dire, pas encore construit. Formé en dehors du circuit traditionnel, sa carrière peine à démarrer bien qu’il évolue dans les cercles parisiens. C’est finalement une ville de province qui va lui donner sa chance et lui permettre de se constituer un territoire propre. Les dix années passées à la tête du service municipal d’architecture vont lui apporter la reconnaissance administrative et lui permettre de débuter une carrière d’envergure nationale, au service du gouvernement. En un temps où les cénacles parisiens sont très puissants, le rôle de tremplin joué ici par la province sera longuement développé et les mécanismes qui le sous-tendent, interprétés. Ce type d’étude a des antécédents et pour la deuxième partie du XIXe siècle, les travaux sont nombreux : le rôle et l’influence de Jean-Jacques Esquié à Toulouse, d’Henry Espérandieu à Marseille, et tout récemment de Joseph Bigot dans le Finistère puis de Camille Albert à Fécamp ont été étudiés21. À l’instar de Sauvageot, la plupart de ces professionnels cumulent les mandats et exercent une double activité de constructeur et de restaurateur. Enfin, l’exemple de Rennes a été étudié par Jean-Yves Veillard suivant une approche quelque peu différente, le territoire ayant servi de point de départ à l’étude22.

  • 23 Sur l’histoire de Rouen au XIXe siècle, nous renvoyons aux travaux de Chaline J.-P., en particulie (...)

6Malgré les remous politiques qui secouent la France au début de la Troisième République, Rouen entre dans une phase de renouveau après les crises du Second Empire23. Le ralliement au nouveau régime est rapide, l’industrie textile connaît un regain de croissance tandis que l’activité portuaire que l’on croyait condamnée, décuple entre 1869 et 1914. Cette prospérité s’accompagne d’efforts nouveaux dans le domaine édilitaire. Certes, la ville a connu d’importantes transformations depuis le début du siècle liées à l’industrialisation, aux exigences hygiéniques et d’une manière générale, aux nouveaux besoins de la vie moderne. Le modèle haussmannien a trouvé son écho dans la capitale normande avec l’ouverture des rues de l’Impératrice et de l’Hôtel-de-ville dans les années I860. Toutefois, ces efforts ont été contrebalancés par une certaine timidité en matière d’équipements – à l’exception de l’architecture religieuse – et ce n’est que dans les années 1870-1880 que ce retard est comblé. Le mandat de Sauvageot à la tête du service municipal d’architecture correspond donc à cette phase sans précédent qui voit en quelques années le développement et le renouvellement des bâtiments publics de la ville. Cependant, cette politique évolue rapidement et dès les années 1880, un infléchissement des priorités est perceptible marqué par un intérêt ranimé pour ce qui reste du centre ancien, plus couramment désigné comme « le vieux Rouen » par opposition au Rouen moderne, selon une représentation dualisée propre à l’époque. Ces considérations, caractéristiques de la période, expriment une volonté nouvelle de préserver les villes des mutations trop radicales qui ont brutalement changé leur physionomie.

  • 24 Guillet F., Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1 (...)
  • 25 Vadelorge L., Rouen sous la IIIe République. Politiques et pratiques culturelles, Rennes, 2005.

7Le mythe de la modernisation s’épuise donc au profit d’un retour à l’histoire locale, illustrée par la naissance des premiers quartiers-musées. Toutefois, Ruskin, William Morris et les nostalgiques du retour à la ville ancienne sont désormais dépassés : la conservation des centres historiques devient une partie intégrante de la réflexion qui trouvera son aboutissement dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. À Rouen, le débat sur la préservation du centre ancien est d’autant plus virulent et donc exemplaire, que la ville a été érigée par la génération romantique internationale au rang de capitale du pittoresque gothique. Un demi-siècle plus tard, cette silhouette médiévale idéale n’est plus qu’un souvenir dans bien des quartiers et les nouveaux acteurs, essentiellement locaux, vont s’attacher à défendre, à préserver et à mettre en valeur ce qu’il en reste. De fait, si les travaux de François Guillet ont montré l’importance de la génération romantique dans l’élaboration du mythe du vieux Rouen médiéval24, la Troisième République a également joué un rôle non négligeable dans la construction de cette image. Et si ces efforts aboutiront en grande partie dans l’entre-deux-guerres25, les fondements en sont posés dès la fin du XIXe siècle. En tant qu’architecte travaillant pour les Édifices diocésains et les Monuments historiques, Sauvageot intervient donc à ce moment clé où la protection du centre ancien devient une priorité et ses restaurations participent pleinement à l’élaboration du concept de ville-musée. Tels sont les grands points développés dans cet ouvrage et sur lesquels nous souhaiterions emmener plus avant nos lecteurs.

Notes

1 « Le prix Lheureux », La construction moderne, 22 février 1908, p. 252.

2 LouzierSTE-A., « Nécrologie. Louis-Charles Sauvageot », Union syndicale des architectes français. Bul. et compte-rendu des travaux de l’association, février 1908, no 8, p. 115.

3 Aubé R., « Nécrologie », Bul. des Amis des Monuments Rouennais, Rouen, 1908, p. 200.

4 Sur ce point, se référer à la bibliographie.

5 Hautecoeur L., Histoire de l’architecture classique en France, t. VII. La fin de l’architecture classique, 1848-1900, Paris, 1957, p. 117 (note 5), 211 et 452.

6 Loyer F., Histoire de l’architecture française. De la Révolution à nos jours, Paris, 1999.

7 Lemoine B., La France du XIXe siècle, Paris, 1993.

8 [Exp. Paris, Hôtel de Sully, 6 octobre-14 décembre 1981], Les concours des monuments historiques de 1893 à 1979, Paris, 1981.

9 Cf. Leniaud J.-M., L’administration des cultes pendant la période concordataire, Paris, 1988 ; Id., Les cathédrales au XIXe siècle, Paris, 1993.

10 Claude Sauvageot signe « C. Sauvageot », ce qui peut être effectivement interprété soit par Claude, soit par Charles-Louis.

11 [Exp. Paris, musée des arts décoratifs, novembre-décembre 1931], Exposition rétrospective des œuvres des fondateurs de l’Union syndicale des architectes français et de quelques précurseurs, Paris, sd.

12 Dugast A. et Parizet L, Dictionnaire par noms d’architectes des édifices construits aux XIXe -XXe siècles, Paris, 1996, t. IV, p. 84.

13 Cf. Delaire E., Les architectes élèves de l'École des beaux-arts, Paris, 1895 (rééd. Villiers-sur-Marne, 2004, p. 400).

14 Retrouver le XIXe siècle, Bul. des Amis des Monuments rouennais, octobre 1980-septembre 1981 ; Chaline J.-P. (dir.), Demeures rouennaises du XIXe siècle, Rouen, 2006.

15 À l’exception d’un article publié par nos soins ; cf. NASI S., « Louis Sauvageot (1842-1908) et son œuvre dans la région rouennaise », Bul. des Amis des Monuments rouennais, octobre 2002-septembre 2003, p. 29-53.

16 [Exp. Paris, musée d’Orsay, 7 février-8 mai 1994], La jeunesse des musées. Les musées en France au XIXe siècle, Paris, 1994.

17 Ourtilane M.-J. et Perez F., Le musée des Beaux-Arts de Rouen, repères historiques de la création aux années 50 ; déménagements et chantiers, dossier de licence, université de Paris I, 1991 ; Ruinart deBrimont B. et Sautier A., La construction d’un grand musée de province au XIXe siècle : le musée-bibliothèque de Rouen, monographie de l’Ecole du Louvre sous la direction de K. Pomian, 1992 ; NASI S., Louis Sauvageot et la construction du muséebibliothèque de Rouen (1876-1891), mémoire de maîtrise sous la direction de F. Hamon, université de Paris IV, 2000.

18 Senthiles A., « Éléments d’architecture scolaire en Haute-Normandie », Bul. des Amis des Monuments rouennais, octobre 1995-septembre 1996, p. 38-61.

19 Maurer P., Pour un centenaire. Le Lycée Jeanne d’Arc de Rouen 1882-1892, Rouen, 1982.

20 Jarrassé. D., L’âge d’or des synagogues, Paris, 1991, p. 102.

21 Sur ces points, se référer à la bibliographie.

22 Veillard J.-Y., Rennes au XIXe siècle. Architectes, urbanisme et architecture, Rennes, 1978.

23 Sur l’histoire de Rouen au XIXe siècle, nous renvoyons aux travaux de Chaline J.-P., en particulier : Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, 1982.

24 Guillet F., Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, 2000.

25 Vadelorge L., Rouen sous la IIIe République. Politiques et pratiques culturelles, Rennes, 2005.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540