Version classiqueVersion mobile

Louis Sauvageot (1842-1908)

 | 
Sophie Nasi

Préface

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

1S’il fallait qualifier d’un mot le travail de Sophie Nasi dont ce livre est l’heureux aboutissement, c’est à coup sûr le terme de « perfectionnisme » qui viendrait le premier à l’esprit. Rarement, en effet, observe-t-on autant de soin dans la présentation, la recherche documentaire, l’analyse précise et référencée. Appliquées à un personnage jusque là peu connu, l’architecte Louis Sauvageot qui, en fonctions durant près de trois décennies, marqua profondément de son empreinte la ville de Rouen et, au-delà, le département qu’il avait à superviser, ces évidentes qualités nous valent une étude exemplaire sur la carrière et l’œuvre d’un de ces hommes auxquels on doit tant la construction d’édifices publics majeurs que la restauration d’importants monuments dans une grande cité historique et ses environs.

2Sauvageot, sans doute, n’a pas eu la notoriété de tels de ses confrères comme Abadie ou Vaudoyer. Peut-être est-ce dû à des origines modestes et à une formation sur le terrain. Fils, en effet, d’un simple tonnelier – comme Proudhon –, ce sont ses dons de dessinateur et la recommandation d’un frère déjà connu comme graveur qui le font admettre dans l’équipe travaillant pour Viollet-le-Duc. Une référence fort utile alors pour faire carrière, avant qu’il ne trouve d’autres appuis dans le monde républicain, avec notamment le sculpteur Bartholdi. Mais n’étant pas passé par les Beaux-Arts, il lui manquera toujours cet élément de distinction auquel son milieu professionnel demeurait sensible. Ajouterons-nous un côté « artiste » étranger aux normes bourgeoises, l’homme n’ayant épousé qu’à 45 ans la compagne dont il avait eu deux enfants ? Comme le montre bien Sophie Nasi dans une première partie à caractère biographique, sa carrière se déroule avant tout dans un cadre administratif, sans œuvre phare susceptible d’être admirée dans les manuels ou les revues d’architecture. Son rôle est cependant considérable, et ce bien au-delà de la Normandie : architecte de la Ville de Rouen de 1871 à 1882, il devient architecte diocésain et enfin architecte en chef des monuments historiques, chargé entre autres de ceux de la « ville musée » ; mais il interviendra aussi aux Hospices de Beaune, à Laon, à Saint-Pierre de Montmartre, et en Normandie à Dieppe, Fécamp, Honfleur ou Arques-la-Bataille.

3Dans cette œuvre ample et variée qui devait lui valoir mainte distinction officielle, la présente étude a choisi sagement de privilégier l’élément majeur, c’est-à-dire tout ce qui concerne la capitale normande. D’où une seconde partie, « Urbanisme et architecture à Rouen », qui rappelle opportunément les efforts pour moderniser cette « ville aux cent clochers » dont l’archaïsme, cher aux voyageurs romantiques, n’en posait pas moins le problème d’une adaptation aux besoins du XIXe siècle. En effet, si les principales percées urbaines (rue de la République, rue Jeanne d’Arc, rue Thiers aujourd’hui Lecanuet) sont déjà réalisées à l’arrivée de Sauvageot, de multiples équipements restent à réaliser dans le domaine scolaire, culturel, religieux, et de non moins nombreux travaux de restauration s’imposent sur les monuments hérités du passé. C’est là que Sophie Nasi nous donne le meilleur, avec d’abord d’excellents développements sur la construction de l’église Saint-Hilaire, au plan original en un site incommode ; du Musée-Bibliothèque, édifice enfin digne d’une ville de culture aux riches collections ; du nouveau Théâtre des Arts, grande scène lyrique de province victime d’un incendie en 1876. S’y ajouteront bien d’autres édifices, scolaires, utilitaires ou même funéraires dont le chantier nous est décrit avec autant de précision. Mais le morceau de bravoure est gardé pour la fin, avec la partie attendue sur les restaurations et la mise en valeur du patrimoine ancien. Si l’exigence des frères Dutuit, disposés à jouer les mécènes mais inconditionnels du style néo-Renaissance, écarte Sauvageot du chantier de l’église Saint-Maclou, c’est bien lui qui restaure la Fierte et le Gros-Horloge, deux monuments emblématiques de la cité, qui dote d’un nouveau portail la belle église Saint-Vincent aujourd’hui, hélas, disparue, et qui surtout, par sa persévérance, rend à la Cathédrale (dont la flèche s’entoure enfin de ses indispensables clochetons) la plénitude décorative de sa façade occidentale tant appréciée du peintre Claude Monet.

4Un architecte, une ville ? Sauvageot, à la vérité, au contraire de son prédécesseur Desmarest ou de son successeur Lucien Lefort, est resté un peu ici un « horsain », né ailleurs, continuant d’habiter Paris même s’il venait, nous dit-on, deux fois par semaine, et peu soucieux de s’intégrer aux groupements locaux tels que la Société des architectes, l’Académie ou les Amis des monuments rouennais. Mais c’est pourtant à Rouen qu’il a consacré pendant des années le plus gros de son œuvre, au point que nous lui devons, aujourd’hui encore, de nombreux éléments du paysage urbain. Cela méritait d’être souligné et il faut savoir gré à Sophie Nasi de s’en être si bien acquittée, dans un ouvrage aussi solidement documenté que richement illustré dont la lecture, fort agréable, nous apprend beaucoup.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search