Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Aubevoye (Eure), analyse géoarchéologique d’un petit affluent de la Seine

Aubevoye (Eure): geoarchaeological analysis of a small Seine tributary

Marion Berranger et Thierry Lepert

Résumé

Le fonctionnement holocène de la plaine alluviale d’Aubevoye s’est avéré plus complexe que prévu à la lumière des données enregistrées lors d’un petit diagnostic archéologique. La Seine n’est pas le seul facteur déterminant la morphologie actuelle du secteur. Un affluent mineur du fleuve, le « Ru du Canal », a contribué au modelé de la plaine. La prise en compte de son cours passé et présent éclaire d’un jour nouveau l’implantation des occupations humaines au cours des derniers millénaires.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique préventif mené à l’automne 2009 par la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE) est motivé par un projet de déviation ponctuelle de la route départementale 65. Sous maîtrise d’ouvrage du Conseil général de l’Eure, cet aménagement sollicité par la Communauté de communes Eure-Madrie-Seine et la commune d’Aubevoye, permettra de contourner un secteur d’habitat. La prescription émise par l’Etat concerne moins de quatre hectares, situés en périphérie nord du coeur bâti d’Aubevoye (fig. 1). Dans cette plaine alluviale encadrée par la Seine et les coteaux du plateau de Madrie, les opérations préventives se sont multipliées depuis 1996, année de réalisation des sondages archéologiques sur la déviation de Gailloncel. Si les vestiges mis au jour se sont révélés nombreux et de grande qualité en termes de développement des problématiques scientifiques, la logique de leur répartition et surtout leur relation avec la dynamique alluviale holocène restaient assez floue. Le tracé de la déviation de la RD 65 recoupe une vaste anomalie topographique que nous interprétions comme un paléochenal de la Seine. L’un des objectifs premiers du diagnostic consistait en une analyse de son évolution sédimentaire reposant sur la prise en compte des vestiges anthropiques inter stratifiés.

Contexte archéologique

2L’intervention de diagnostic s’inscrivait dans un contexte archéologique riche. Trente trois sites et indices dont la chronologie s’échelonne du Paléolithique à l’époque moderne sont enregistrés à l’inventaire de la carte archéologique d’Aubevoye (service régional de l’archéologie de Haute-Normandie).

3Les environs immédiats de la parcelle diagnostiquée sont caractérisés par des occupations se rattachant à plusieurs grandes périodes :

  • le Mésolithique, avec des épandages de mobilier lithique et faunistique au lieu-dit « Château de Tournebut » (fig. 1, no 1 – Prost, 2006 ; Aubry, 2004) ;
  • le Néolithique au lieu-dit « Le Grand Marais » (fig. 1 no 2), le néolithique ancien/moyen au « Château de Tournebut » (fig. 1, no 3) et le néolithique ancien (habitat Villeneuve-Saint-Germain) à « La Chartreuse » (fig. 1, no 4 – fouilles C. Riche) ;
  • les âges des métaux, avec un enclos funéraire âge du Bronze final – Hallstatt et un enclos de La Tène moyenne à « La Chartreuse » (fig. 1, no 6 – Riche, 2005 et 2006), ainsi qu’une occupation domestique de La Tène moyenne à finale (LT C/D) à « Saint Fiacre » (fig. 1, no 5 – Roudié, 2004) ;
  • l’âge du fer et la période gallo-romaine avec l’ensemble monumental du « Chemin Vert » (fig. 1, no7 – 1989 à 2009).
  • la période médiévale, avec un habitat et des sépultures datées du haut Moyen Âge à « La Chartreuse » (fig. 1, no 8 – C. Riche, 2005 et 2006), le bas Moyen Âge avec la chapelle Saint-Fiacre (fig. 1, no 9) et le Moyen Âge classique – période moderne au « Château de Tournebut » avec deux logis (fig. 1, no 10 — Aubry, 2004).

4Seul le secteur de la commune situé entre la Seine et la voie ferrée n’a encore fait l’objet d’aucune investigation archéologique.

Fig. 1. Environnement archéologique immédiat de la parcelle prescrite (vert : Mésolithique ; violet : Néolithique ; bleu : âges des métaux ; rose : La Tène — gallo-romain ; jaune : Moyen Âge). DAO M. Berranger et T. Lepert.

Contexte géomorphologique

5La zone étudiée est proche du cours actuel de la Seine, à une distance variable de 250 à 500 m du lit mineur du fleuve. Cette position l’exposait aux inondations avant l’aménagement, dans le courant du XXe siècle, de lacs-réservoirs sur la partie amont du bassin versant. La régulation des crues qui en découle accentue depuis lors le caractère exceptionnel de tels épisodes.

6Au droit du projet, la surface des basses terrasses alluviales oscille entre 12 et 15 m NGF. Les formations superficielles sous-jacentes sont, d’après la carte géologique du BRGM, constituées d’alluvions grossières (sables et graviers siliceux) sur des épaisseurs variables, entre 3 et 13 m. Ces granulats n’ont pas été reconnus lors de nos sondages. Ils sont oblitérés par des limons argileux de couleur gris-blanc à beige sur au moins 4 m d’épaisseur qui peuvent être au moins partiellement carbonatés. Ces matériaux semblent en partie formés de loess (plus ou moins remaniés selon leurs positions topographiques) et mêlés à des alluvions argilo-limoneuses. En surface et hors des points bas, les loess apparaissent peu remaniés et pollués. Ils sont alors fortement carbonatés, facteur qui limite la profondeur de la pédogenèse holocène. Les sols bruns qui en sont issus sont particulièrement propices aux pratiques culturales à faible investissement technologique (culture attelée légère sans labour ni amendements organique et minéral).

Les données archéologiques du diagnostic

7Si les données collectées sont modestes sur le plan quantitatif, leur diachronie et leurs positions variées, soit en structures, soit en contexte stratifié dans le colmatage d’un paléovallon, confèrent à l’ensemble une grande richesse informative (fig. 2).

Le Mésolithique

8Cette période est représentée par un seul microlithe, une pointe en silex, provenant d’un trou de poteau du secteur 2. Cette zone, malgré une forte densité de trous de poteaux et de fosses dont l’organisation spatiale semble se conformer à une même trame, reste mal caractérisée en raison de la faible proportion de mobilier archéologique. Une occupation mésolithique est connue à quelques centaines de mètres, au « Château de Tournebut » (fig. 1, no 1 – Prost, 2006). Il est donc possible que ce microlithe provienne de l’occupation mésolithique mise en évidence dans le voisinage.

Fig. 2. Implantation des sondages archéologiques et localisation générale des découvertes (DAO : M. Berranger).

Le Néolithique ancien

9Des indices d’une occupation Néolithique ancien sont identifiés au nord-ouest du diagnostic (fig. 2, sondage 16). Deux fosses sont attribuées à cette période et peuvent être rattachées à la culture Villeneuve-Saint-Germain, par la présence de trois fragments de bracelets en schiste. Il s’agit de fosses circulaires, d’un mètre cinquante de diamètre, conservées sur une quarantaine de centimètres de profondeur. La superposition d’aménagements paysagers médiévaux dans le même secteur n’a pas permis de bien cerner l’organisation et la densité des vestiges néolithiques. Néanmoins, l’une des fosses fouillées a livré un abondant mobilier osseux et lithique (plus de 500 restes) révélateur d’une occupation domestique proche. Les fouilles de C. Riche à « La Chartreuse » ont montré que, dans cette zone, les basses terrasses ont fait l’objet d’une occupation privilégiée par les populations Villeneuve-Saint-Germain.

Le Hallstatt final

10Une occupation structurée, du Hallstatt final, a été mise en évidence à l’extrémité sud-ouest de la zone prescrite (fig. 2, secteur 1), en bordure de l’ancien cours du « Ru du Canal ». Il s’agit d’un petit bâtiment à quatre poteaux d’une surface de 6m2 et de plusieurs fosses à fond plat et silos. Le mobilier céramique et osseux abondant se rapporte à une occupation domestique, vraisemblablement pérenne, étant donné la présence de structures de stockage enterrées. Ces vestiges, correspondant à la périphérie d’un habitat structuré ouvert, sont sans doute à rattacher au site mis au jour début 2009 sur l’emprise du projet d’extension de la station d’épuration d’Aubevoye, emprise mitoyenne de tracé de la déviation de la RD 65 à l’est.

La fin du Moyen Âge et l’époque moderne

11L’extrémité nord du diagnostic (fig. 2, secteur 3) a fait l’objet d’une mise en valeur particulière, au plus tôt durant le bas Moyen Âge, probablement à partir de vignes. Ces aménagements occupent de façon très dense le paysage, sur plusieurs centaines de mètres carrés. Le mobilier archéologique en provenant est peu abondant et peu diversifié (principalement des tuiles plates).

Le mobilier des coupes 1 et 2

12Aucun objet mobilier récolté lors de l’ouverture des sondages profonds et de l’exploitation des coupes géomorphologiques ne peut être attribué avec certitude à une plage chronologique antérieure au néolithique récent/final, soit au courant du IIIe millénaire avant notre ère. La protohistoire et les périodes médiévale et moderne sont représentées (fig. 2). Soulignons l’absence de tout vestige illustrant la fin de l’âge du fer et l’antiquité. Cette remarque n’est pas anodine dans un contexte où les vestiges gallo-romains sont loin d’être anecdotiques. Peut-être faut-il songer à une large mainmise du domaine du « Chemin Vert » (fig. 1, no 7).

Les données géomorphologiques

13Les formations superficielles ont été enregistrées à partir de deux grandes coupes (fig. 2) :

  • la coupe 1 est continue sur 63 m de long. Elle a été ouverte perpendiculairement à la gouttière visible à l’extrémité sud de la zone prescrite (sondage 3),
  • la coupe 2 a été implantée de manière similaire, à l’extrémité opposée de la parcelle. Pour des impératifs de sécurité, l’aménagement de sondages ponctuels a été privilégié. L’enchaînement stratigraphique a été restitué à partir des relevés effectués dans sept sondages (sondage 5 à 12) alignés sur une centaine de mètres de long.

14Une troisième coupe résume les formations observées en bordure de la zone inondable. Elle a été restituée à partir des observations relevées à intervalle régulier dans les tranchées réparties sur l’intégralité de la parcelle. Les données correspondantes ne seront évoquées que sommairement dans le cadre de cet article, en complément de l’exploitation des coupes 1 et 2.

La coupe 1

15Le sondage 3 a permis d’obtenir une coupe partielle d’une dépression linéaire interprétée sur le terrain comme un paléochenal de la Seine, situé en limite du lit majeur et de la basse terrasse (fig. 3). Les deux rives et le point le plus bas étudié de cette gouttière sont inclus dans ce relevé. Le décapage a été mené jusqu’à une profondeur maximale de 2,50 m (profondeur limitée en raison du caractère superficiel du futur aménagement routier). Les alluvions grossières non pas été atteintes, mais les données enregistrées indiquent que l’essentiel des formations holocènes a été recoupé.

Fig. 3. Relevé de la coupe 1. (DAO : L. Bonelli et M. Berranger, MADE).

16La séquence stratigraphique est la suivante (fig. 3) : Sous le niveau de labours contemporains (couche A – épaisseur moyenne de 0,20 à 0,30 m), on observe un épais niveau de limon argilo-sableux brun clair homogène et aéré (couche B) présent entre 0,20/0,30 m et 0,70/0,80 m sous la surface du sol actuel. Cette couche livre, principalement à sa base entre 0,60 et 0,80 m de profondeur relative, le mobilier le plus récent : de nombreuses tuiles plates produites à partir du XIIIe-XIVe siècle après J.-C. et quelques fragments de céramique. La taille réduite de ces dernières (environ 2 cm) ne permet pas de datation très précise ; néanmoins la nature de la pâte permet de les attribuer, dans la fourchette la plus large, entre le Ve siècle et le XIIIe siècle après J.-C. Bien moins fréquents sont les outils et déchets en silex, ainsi que les fragments de céramique non tournée, qui sont de taille très réduite, inférieure à 2 cm. Ces éléments mobiliers dont la présence ne peut s’expliquer que par des épandages agricoles (amendements organiques) permettent d’attribuer un terminus post quem pour les phases de crues qui ont apporté les alluvions limoneuses constituants les couches A et B. Ces dépôts sont très probablement, pour l’essentiel, modernes et contemporains.

Photo 1. Vue d'ensemble de la coupe 1 au sein du sondage 3 (photo : L. Tocqueville, MADE).

17Sur les rives de la gouttière, la couche B recouvre directement le sol holocène développé sur les alluvions et loess carbonatés, ou un mince niveau d’alluvions argileuses. Dans la gouttière, la couche B recouvre un épais niveau d’alluvions très compactes, argileuses, de coloration brun clair au sommet et prenant une forte coloration sombre à noire dans les niveaux inférieurs. Trois grandes strates ont été individualisées (C à E). Elles résultent principalement d’un même phénomène naturel, correspondant aux accumulations minérales issues de différents épisodes d’érosions/sédimentations. Ces formations ont été enregistrées sur une profondeur comprise entre 0,8 m et 1,80 m sous le niveau de décapage. Elles livrent un mobilier abondant : déchets et outils en silex, os, céramique non tournée de taille très réduite (généralement inférieur à 3-4 cm), attribuables aux périodes préhistoriques et protohistoriques. Quelques rares tessons sont datés des périodes historiques (couche C ou sommet D). Seul l’un d’eux est postérieur au XIIIe siècle après J.-C. (couche C ou sommet D). Quelques tuiles plates ont également été collectées au sommet du paléosol alluvionnaire (couche C). Ces éléments récents sont peut-être issus d’une contamination depuis la couche supérieure B, mais une position primaire est tout aussi recevable.

18Dans la gouttière, les formations argileuses reposent sur un niveau de limon argilo-sableux gris-beige à blanc stérile sur le plan archéologique (couche G), qui peut être identifié comme le colmatage holocène ancien, voire ante holocène, peut-être issu de re-mobilisations latérales des alluvions loessiques H.

19La couche F présente en rive droite de la gouttière (au nord-est du sondage 3) ne peut être comprise comme une formation superficielle en place. Il s’agit probablement d’un remaniement anthropique des couches D et H lié à l’occupation de l’âge du fer mise en évidence sur ce secteur (fig. 1, secteur 1).

La coupe 2

20À environ 300 m à l’aval de la coupe 1, la profondeur de la gouttière et la séquence stratigraphique de son comblement sont similaires à celles observées au sein du sondage 3 (fig. 4). Nous ne reviendrons donc pas en détail sur ces aspects. La chronologie du mobilier issu de ces différents niveaux est similaire. Le mobilier le plus récent (tuiles plates) provient de la couche B, tandis que du mobilier préhistorique et protohistorique provient des couches inférieures. Mentionnons un fragment de hache polie dans l’une des strates d’alluvions argileuses (couche C). La couche L est probablement une variation latérale et longitudinale de la couche E décrite en coupe 1. La couche J doit correspondre à une perturbation anthropique.

Photo 2. Apports limoneux modernes et contemporains scellant le sol protohistorique à médiéval (photo : L. Tocqueville, MADE).

21Une nouvelle strate (couche I), un limon brun clair pouvant comprendre localement de gros rognons de silex, a été observée sous la couche B tardive, de part et d’autre de la gouttière. Elle livre de la céramique non tournée, attribuable aussi bien à la protohistoire ancienne (Néolithique) que récente (âge des métaux) : il s’agirait de la racine d’un paléosol (horizon B) peu riche en mobilier, identifié sur plusieurs centaines de mètres lors de l’exploitation de la troisième coupe (photo 2). Cette séquence semble fonctionner avec la base de la couche B, plus sombre et riche en artéfacts protohistoriques et historiques. On peut proposer qu’il s’agisse d’un ancien niveau de labours remaniant l’horizon A du paléosol progressivement fossilisé par les dépôts de crues massifs constituants les couches B et A.

Synthèse géoarchéologique

22Les données géomorphologiques, couplées aux mobiliers archéologiques permettent d’appréhender le développement des formations superficielles sur cette basse terrasse de la Seine, au moins pour les quatre derniers millénaires. Si l’emprise de la déviation diagnostiquée occupe bien une zone intermédiaire entre le lit majeur du fleuve et les basses terrasses, la gouttière recoupée à deux reprises n’est pas un paléochenal de la Seine comme nous le pensions lors de l’intervention sur le terrain. Aucune faiblesse topographique ne permet de connecter, vers l’amont, cette dépression linéaire avec le lit majeur du fleuve.

23L’examen de la carte IGN au 1/25 000e, de la photographie aérienne de 1946-1947 et la prise en compte des données hydrogéologiques permettent de résoudre le problème.

24La ville de Gaillon est implantée sur la principale source du secteur issue de l’aquifère secondaire (fig. 5). Cet exutoire de la nappe de la craie, d’un débit de 10 à 100 litres/seconde, donne naissance au « Ru du Canal ». Ce petit affluent permanent de la Seine s’écoule du sud au nord sur 3 km de long. Son cours se développe exclusivement au sein de la plaine alluviale.

25Hors zone urbaine de Gaillon, son lit est totalement artificiel, perché sur une digue-canal et dérivé sur le tiers nord de son parcours actuel. Ces travaux hydrauliques sont probablement liés au développement de la Chartreuse d’Aubevoye, fondée en 1571, qui disposait ainsi d’une alimentation en eau courante (parc et jardins) (fig. 6). Cette hypothèse mériterait d’être étayée par une recherche documentaire ultérieure. Il s’agit de la seule installation d’envergure, dans cette zone de la plaine alluviale, pouvant justifier ces travaux conséquents.

Fig. 4. Relevé de la coupe 2 (DAO : L. Bonelli et B. Berranger, MADE).

Photo 3. Pédogenèse holocène sur loess carbonatés, globalement exempts d’apport alluvial (photo : L. Tocqueville, MADE).

Fig 5. Lit artificiel moderne du « Ru du Canal » sur cliché vertical 1946-1947. L’implantation de la Chartreuse exploite les données du cadastre de 1829 (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).

Fig. 6. Vue cavalière du XVIIe siècle (extrait de Maison de l’ordre des chartreux, t. II, Chartreuse de Saint-Hugues, Parkminster, Sussex, 1915) (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).

26La gouttière recoupée par les sondages est tout simplement le paléo-vallon du « Ru du Canal » (fig. 7), fossilisé après la canalisation de cet affluent de la Seine, au plus tôt dans le dernier tiers du XVIe siècle. Il est probable que son nom actuel découle directement des travaux hydrauliques entrepris parallèlement au développement de la Chartreuse.

27De part et d’autre du vallon du « Ru du Canal », les alluvions grossières de la Seine sont oblitérées par les loess carbonatés remaniant des alluvions sableuses. Ces loess sont exempts de toutes alluvions fines postérieures (photo 3), exception faite des abords de la confluence Seine – « Ru du Canal ». Cette absence démontre clairement que ces terrains ne sont pas inondables et doivent donc être exclus du lit majeur du fleuve.

28Ces « alluvions » loessiques correspondent aux couches H, I et à la base de la couche B de la coupe 3. En terminologie simplifiée, ces couches correspondraient respectivement aux horizons C, B et A de la pédogenèse holocène. La base de la couche B et le sommet de I sont remaniées par les pratiques agricoles successives jusqu’à leur recouvrement par les alluvions limoneuses des couches B et A au plus tôt à partir de la fin du Moyen Âge.

29Le sol holocène est donc stable de part et d’autre de la partie aval du vallon du « Ru du Canal » pendant l’essentiel de l’Holocène. Il est ensuite plombé par les crues de la Seine au cours du dernier demi millénaire. Ce secteur est alors intégré dans le lit majeur de la Seine.

30La situation est plus évolutive au coeur du vallon où la sédimentation se développe irrégulièrement. La couche E de la coupe 1 et la couche L de la coupe 2 sont sans doute équivalentes. Il s’agit probablement d’un sol se développant sur les limons argilo-sableux G. Cette pédogenèse indique une certaine stabilité. En coupe 1, E livre du mobilier lithique et céramique protohistorique et/ou néolithique. Ce mobilier est peu caractéristique, mais les tessons évoquent le Néolithique récent/final ou l’âge du bronze.

31Le sol protohistorique E/F est oblitéré par la couche D. Cette dernière témoigne d’une reprise de l’érosion, sans doute un phénomène interne au vallon du « Ru du Canal » (fig. 8). La couche C est de nature similaire. Il s’agit vraisemblablement des mêmes matériaux que la couche D, mais altérés par une reprise de pédogenèse en période plus stable. Les minéraux constituant D et C sont sans doute majoritairement prélevés au sein du bassin versant du « Ru du Canal » (fig. 8, zones beiges). Leur mobilisation est sans doute en grande partie une conséquence de l’anthropisation protohistorique. La partie aval du vallon peut également être alimentée par la Seine lors des crues principales, crues qui épargnent alors les versants du vallon (fig. 8). Cette possibilité pourrait en partie expliquer la variation longitudinale observée entre les couches E et L (L à l’aval de E).

Fig. 7. Cours naturel holocène du « Ru du Canal » sur cliché vertical 1946-1947.
(DAO : T. Lepert, S RA Haute-Normandie).

32Le sommet du couple D/C comporte du mobilier protohistorique mais également des artefacts d’âge historique. Le vallon connaît une nouvelle phase de stabilité, peut être sur plus de 1 500 ans, jusqu’à l’arrivée des limons constituant progressivement les couches B et A. Les crues de la Seine ennoient alors largement le bas vallon du « Ru du Canal ». Elles s’affranchissent de la topographie et submergent le versant rive droite, compris entre le ru et la Seine (fig. 9). La remontée des crues de Seine dans le vallon du « Ru du Canal » est cependant limitée par l’allée principale donnant accès à la Chartreuse, allée aménagée sur un remblai barrant le vallon (fig. 9). La dernière crue majeure participant aux dépôts limoneux est sans doute celle de 1910, le bassin versant de la Seine étant depuis le courant du XXe siècle régulé par les ouvrages aménagés en amont de Paris.

Fig. 8. Extension des crues avant la fin du Moyen Ave (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).

Fig. 9. Extension des crues après la fin du Moyen Âge (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).

Conclusion

33Le diagnostic entrepris sur ce futur tracé linéaire a été riche en résultats prometteurs, dans une perspective de restitution des modes de formation du paysage actuel et de caractérisation de l’évolution de l’occupation de ce secteur des basses terrasses de la Seine. En effet, cette zone a fait l’objet d’une occupation sur la longue durée, dès le Mésolithique et au moins jusqu’au bas Moyen Âge, avant que les parcelles ne soient exclusivement dédiées aux cultures. Le Néolithique ancien et le Hallstatt final sont, pour les périodes anciennes, les plus prégnantes. Le diagnostic a ainsi touché la périphérie de deux villages protohistoriques, caractérisés par une relative abondance et une certaine qualité du mobilier archéologique.

34L’investissement particulier accordé ici à l’étude géoarchéologique s’avère d’autant plus pertinent dans le contexte de la plaine alluviale d’Aubevoye, que cette zone est déjà partiellement appréhendée par d’autres diagnostics et fouilles. Les perspectives majeures concernent la possibilité d’étudier l’évolution des modalités d’occupation des bords de Seine, en lien avec les crues et décrues enregistrées, dans un contexte micro-environnemental qui commence à être bien cerné.

35Il est à présent possible d’appréhender, comme cela a déjà été observé sur d’autres points du département (Riquier, 2005) une modification du paysage durant les périodes les plus récentes, résultant de processus d’érosion/sédimentation. Cela se traduit, dans la zone prescrite, par des apports de matériaux limoneux bruns, processus qui semble affecter de vastes surfaces.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B. (2004) – Aubevoye « Château de Tournebut ». Bilan scientifique régional Haute-Normandie. Service régional de l’archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles, Ministère de la communication, 2004, p. 20.

Prost D. (2006) – Aubevoye « Château de Tournebut ». Bilan scientifique régional Haute-Normandie. Service régional de l’archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles, Ministère de la communication, 2006, p. 20-21.

Roudié N. (2004) – Aubevoye « Saint-Fiacre – lotissement de la Ferme III. Rue de Verdun ». Bilan scientifique régional HauteNormandie. Service régional de l’archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles, Ministère de la communication, 2004, p. 20-22.

Riche C. (2005) – Aubevoye « La Chartreuse ». Bilan scientifique régional Haute-Normandie. Service régional de l’archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles, Ministère de la communication, 2005, p. 16-17.

— (2006) – Aubevoye « La Chartreuse ». Bilan scientifique régional Haute-Normandie. Service régional de l’Archéologie, Direction régionale des Affaires culturelles, Ministère de la communication, 2006, p. 16-17.

Riquier C., Giligny F. et Lepert T. (2005) – La Seine de Rouen à l’ouest parisien, peuplement de la vallée et des plateaux du néolithique à l’âge du fer. Premiers résultats. Rapport intermédiaire du Projet collectif de recherches, année 2005, DRAC Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, Petit-Quevilly, UMR 7041 (Archéologies et science de l’Antiquité), Nanterre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 1. Environnement archéologique immédiat de la parcelle prescrite (vert : Mésolithique ; violet : Néolithique ; bleu : âges des métaux ; rose : La Tène — gallo-romain ; jaune : Moyen Âge). DAO M. Berranger et T. Lepert.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 2. Implantation des sondages archéologiques et localisation générale des découvertes (DAO : M. Berranger).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 3. Relevé de la coupe 1. (DAO : L. Bonelli et M. Berranger, MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Photo 1. Vue d'ensemble de la coupe 1 au sein du sondage 3 (photo : L. Tocqueville, MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Photo 2. Apports limoneux modernes et contemporains scellant le sol protohistorique à médiéval (photo : L. Tocqueville, MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Fig. 4. Relevé de la coupe 2 (DAO : L. Bonelli et B. Berranger, MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Photo 3. Pédogenèse holocène sur loess carbonatés, globalement exempts d’apport alluvial (photo : L. Tocqueville, MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig 5. Lit artificiel moderne du « Ru du Canal » sur cliché vertical 1946-1947. L’implantation de la Chartreuse exploite les données du cadastre de 1829 (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Fig. 6. Vue cavalière du XVIIe siècle (extrait de Maison de l’ordre des chartreux, t. II, Chartreuse de Saint-Hugues, Parkminster, Sussex, 1915) (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 7. Cours naturel holocène du « Ru du Canal » sur cliché vertical 1946-1947.(DAO : T. Lepert, S RA Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 8. Extension des crues avant la fin du Moyen Ave (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 9. Extension des crues après la fin du Moyen Âge (DAO : T. Lepert, SRA Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7020/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search