Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Archéologie(s) environnementale(s) en Haute-Normandie : contexte et propositions pour des disciplines à développer

Environmental archaeology in Upper Normandy: setting the tone for future fields of study

Philippe Fajon

Résumé

En parcourant les diverses disciplines qui fournissent de l’information sur les environnements anciens, il est possible d’établir un état des lieux pour la Haute-Normandie. Sans entrer dans le détail des connaissances acquises durant les dernières décennies, les archéologies environnementales montrent qu’elles deviennent des constituantes essentielles de la connaissance des sociétés, tant dans le domaine des relations aux ressources naturelles, dans celui de la répartition spatiale des implantations et de leur morphologie, mais aussi dans celui des impacts réciproques de l’Homme et de son milieu de vie.

Texte intégral

1Alors que l’année 2010 est joliment nommée Année de la biodiversité, il n’est pas illogique d’interroger l’image de l’environnement que nous renvoie l’archéologie. Cette archéologie environnementale, qui aujourd’hui est clairement en passe de devenir un pan entier de la recherche sur les sociétés du passé, occupe de plus en plus de chercheurs. Suivant les régions et l’organisation de la recherche archéologique locale, ces recherches sont conduites avec plus ou moins de réussite. Depuis une petite dizaine d’années, une mission importante du Service régional de l’archéologie consiste à essayer de dynamiser cette recherche. Cet article invite à effleurer un état des lieux pour la Haute-Normandie, replacé dans le contexte et l’histoire de la recherche régionale, et d’évoquer brièvement quelques études récentes. Effleurer seulement, car un bilan des connaissances en ce domaine est prévu et permettra d’accéder à une bibliographie la plus complète possible pour les archéologues intéressés par l’histoire de l’environnement et des paysages régionaux.

2Ce texte est suivi de quelques éléments bibliographiques fondamentaux et fondateurs pour la région haut-normande.

3Les relations de l’homme avec son milieu sont des relations complexes et indissociables de leurs évolutions conjointes. Il y a co-évolution, puisque l’homme doit s’adapter à son environnement, mais il cherche également à adapter cet environnement à son mode de vie et aux activités qu’il pratique. Or l’évolution des sociétés humaines ne se fait pas au même rythme que les variations de l’environnement. Les temporalités qui s’y expriment sont diverses selon les éléments du milieu qui sont pris en compte et selon le moment observé, comme l’écrivait déjà Henri Bergson dans L’Évolution créatrice en 1907. Il suffit, pour le comprendre, de comparer la vitesse du recul des falaises de la Côte d’albâtre, celle de la fermeture d’une clairière par les espèces pionnières précédant la forêt, le rythme des inondations qui favorisent la sédimentation et l’érosion, ou encore le temps que prennent les modifications de hauteurs aux garrots de certains animaux d’élevage. On peut ajouter à cela le rythme, souvent qualifié de pulsation, qui caractérise les déplacements dans l’espace des sites d’habitat suivant les diverses périodes chronologiques. L’ensemble de ces rythmes, de ces variations, forme la dynamique de nos territoires, de notre espace anthropisé. L’environnement est soumis à des pressions que l’homme subit en retour. Cette double pression construit ce qu’il convient de qualifier de « forçages » (Burnouf, 2008). Cet ensemble, dans lequel l’homme évolue, et qu’Augustin Berque (Berque, 2000) qualifie d’écoumène (terme issu du grec ancien oikouménè signifiant littéralement « terre habitée ») ne peut être appréhendé que dans une démarche globale, souvent nommée « démarche intégrée ». Son expression visible la plus concrète aujourd’hui en est le paysage, qu’il ne faut pas considérer comme un objet d’étude mais plutôt comme un collecteur d’idées et de réflexions (Chouquer, 2007). Les disciplines qui concourent à l’analyse des composantes paysagères ne sauraient détenir, l’une ou l’autre, la vérité sur la compréhension des rapports entre l’homme et son milieu, entre l’homme et le paysage qu’il habite et fait vivre. C’est la conjugaison de l’ensemble de ces pratiques disciplinaires qui offre une vision, une certaine vérité approchée, de l’écoumène comme un espace dynamique et pulsatile (Fajon, à paraître). Évoquons d’abord les différentes disciplines qui composent cette archéologie de l’environnement et des milieux. Nous nous replacerons pour chacune d’entre elles dans le contexte de la recherche archéologique normande et tenterons d’établir quelques directions de travail qui nous semblent aujourd’hui particulièrement importantes.

4Tout d’abord, et même si de nombreuses passerelles intellectuelles doivent être considérées, il est possible d’organiser ces études de l’environnement ancien selon trois axes principaux : les relations de l’homme avec les phénomènes sédimentaires et géologiques (géoarchéologie), les relations avec la biosphère (paléobiologie), et enfin les relations avec la surface de sol et son organisation (archéogéographie).

La géoarchéologie

5La géoarchéologie occupe une place particulièrement importante dans les grands bassins sédimentaires comme le Bassin Parisien afin d’analyser les phénomènes de stratigraphies, d’érosion et de sédimentation. Aujourd’hui, cette recherche porte des objectifs qui peuvent être très variés. Il peut s’agir de comprendre le mode sédimentaire qui précède l’occupation anthropique, et ainsi de connaître sur quel type de terrain les hommes ont choisi de s’installer. Les premières approches relèvent donc de la lecture stratigraphique, en étudiant les successions de dépôts. L’important est alors de qualifier et de nommer ces formations de façon à faciliter le dialogue interdisciplinaire. La géomorphologie procède à une étude descriptive et explicative des formes du relief, souvent de manière dynamique. La pédologie analyse les formations superficielles, leurs origines et évolutions. La micromorphologie, par l’étude microscopique des sédiments meubles, montre l’organisation du sédiment, les traitements et altérations subis et parfois les présences d’éléments signifiants pour l’archéologue. La géochimie, la pétrographie, la minéralogie nous informent sur l’origine des composants minéraux et parfois sur les traitements. La granulométrie, la spectrométrie et l’analyse de la matière organique sont aussi des aides précieuses dans la compréhension des processus géologiques holocènes. Enfin, à plus grande échelle, la géochronologie étudie la durée des séquences sédimentaires en y intégrant le rôle des processus chimiques. Les sédiments qui composent un site archéologique sont ainsi pris en considération dans une réalité tridimensionnelle qu’il faut décrire pour comprendre sa formation et son évolution. Cette réalité est exprimée par la réalisation de coupes et de profils (logs) depuis la surface du terrain naturel jusqu’au substrat, chaque analyse spécifique étant réalisée sur un échantillon dont la position stratigraphique est alors parfaitement documentée.

6La géoarchéologie peut aussi avoir pour objectif de lire les altérations subies par les sédiments et les artefacts archéologiques qu’ils renferment afin d’évaluer l’état de conservation d’un site. Il est également possible d’utiliser la lecture stratigraphique afin de prendre en compte l’impact sédimentaire des activités humaines aux alentours du site archéologique. En fait, cette approche géologique du site ou du fait archéologique étudie tout autant les sédiments archéologiques que des sédiments a priori non-archéologiques à des fins de compréhension des actions de l’homme. La relation entre l’homme et son milieu est alors clairement exposée.

7En Haute-Normandie, une longue tradition de relation entre géologie et archéologie existe. Les travaux des universités de Rouen et Caen ont pris le relais des recherches des premiers préhistoriens œuvrant dans la région. Les recherches importantes de Jean-Pierre Lautridou et Dominique Lefebvre, parmi d’autres, sont essentiellement tournées vers les périodes préhistoriques anciennes (séquences glaciaires et interglaciaires). Les travaux menés sur les limons du Pays de Caux et les alluvions de Seine à Saint-Pierre-les-Elbeuf ou à Tourville-la-Rivière ont posés de nouvelles bases pour la préhistoire régionale. Il faut pratiquement attendre la fin des années 1990 pour que le « temps long » intègre réellement les périodes plus récentes (Holocène) dans les problématiques de recherches avec les travaux des équipes conjointes des universités de Rouen et Caen (UMR 6143, Morphodynamique continentale et côtière – M2C et UMR 6554, Géographie physique et environnement – GEOPHEN) et les Services régionaux d’archéologie de Haute et Basse-Normandie. La concrétisation de ces travaux universitaires successifs a eu lieu à Rouen grâce à David Sébag (thèse soutenue à Rouen en 2002), Benoit Laigniel (Habilitation à diriger des recherches en 2004), Miléna Frouin (thèse soutenue en 2007) et Serafina Sechi (thèse en cours), quatre recherches pour lesquelles de nouvelles approches ont été sollicitées. Avec ces recherches, les données de l’archéologie ont été interprétées, certes avec l’aide des archéologues normands, mais surtout avec l’oeil du géologue et du géomorphologue quaternariste. D’une thèse à l’autre, les dynamiques érosion-sédimentation sont mieux comprises dans la longue durée. La provenance des sédiments accumulés commence à être évoquée. Le rôle joué par l’homme dans ces phénomènes est clairement présenté dès le Néolithique, et de façon plus marquée durant la Protohistoire. D’autres études se sont déroulées en Basse-Normandie, région qui a également vu un réel développement de ces travaux autour de Laurent Lespez et quelques autres chercheurs. En parallèle, l’archéologie préventive a développé des études géoarchéologiques sur plusieurs sites de vallée, en particulier à Rouen, « Place de la Pucelle », à Louviers, « La Villette », et, plus récemment, à Alizay et Portejoie lors d’importants diagnostics préparatoires à des exploitations de granulats. Aujourd’hui, les travaux en cours dans le cadre de l’archéologie préventive intègrent de plus en plus régulièrement le questionnement des chronologies sédimentaires et la lecture des phases d’érosion et de sédimentation sur les sites, mais également autour des emprises de fouille comme le suggère Thierry Lepert. Les géologues quaternaristes normands intègrent maintenant les travaux issus de l’archéologie comme dans le récent travail à paraître dans la revue Terra Nova (Sechi).

La paléobiologie ou paléo-écologie

8La paléobiologie regroupe les études du vivant autour de l’homme, qu’il s’agisse de la flore ou de la faune. Les nombreuses spécialités qu’elle associe interrogent la biosphère dans laquelle l’homme évolue. Ces sciences du paléoenvironnement peuvent fournir une image directe de l’environnement végétal et animal en identifiant les espèces par leurs restes. Elles peuvent aussi fournir des informations indirectes par reconstitution des chaînes trophiques, mais encore sur une image climatique locale ou micro-locale.

9L’étude de la faune par l’archéozoologie permet de connaître les principes alimentaires des populations humaines, le rôle de la chasse par rapport à l’élevage, la gestion du bétail et les techniques de boucherie. Mais aussi, elle permet d’obtenir une image de l’environnement tant par l’identification des espèces chassées que les analyses isotopiques qui autorisent une connaissance du milieu de vie des animaux par la nourriture ingurgitée. Avec l’amélioration des techniques de fouille et la mise en place du tamisage, la part de la faune de petite dimension a été de plus en plus observée ; à tel point qu’aujourd’hui la lecture des environnements anciens repose souvent sur les déterminations de ces méso-ou micro-faunes parmi lesquelles l’avifaune et l’ichtyofaune sont déterminantes. Il ne faut pas omettre le rôle important que peuvent également jouer des disciplines peu sollicitées que sont les analyses de la malacofaune et des diatomées.

10Les analyses zoologiques ont été utilisées ponctuellement par le passé dans l’histoire de l’archéologie normande. Depuis les années 1990, elles se mont multipliées dans le cadre de l’archéologie de sauvetage, devenue aujourd’hui archéologie préventive. Les inventaires de faune se sont multipliés essentiellement sous la forme de tableaux de comptage des ossements, avec détermination des nombres de restes (NR) et des nombres d’individus (NMI). On notera tout particulièrement l’important travail réalisé localement par Antoine Cottard en ce domaine pour de nombreux sites haut-normands. Il faut tenir compte également des études de Jean-Hervé Yvinec sur les restes de poissons (ichtyofaune), réalisées à Rouen et dont les résultats ont posé de nouvelles perspectives pour l’histoire du fleuve. Malheureusement, les réflexions n’ont que rarement eu la possibilité d’aller plus avant, faute de construction d’un référentiel des évolutions des espèces au niveau régional. Les références sont encore fréquemment prises en Picardie ou en Ilede-France, car les publications font cruellement défaut en Haute-Normandie. Depuis quelques années, de nouvelles recherches se développent et la prise en considération de l’importante collection de vestiges fauniques disponibles à l’étude dans la région normande devrait déboucher sur plusieurs travaux universitaires et des publications. Il faut regretter l’abandon temporaire des travaux régionaux sur l’entomofaume et la malacofaune, ainsi que sur les diatomées, qui outre de remarquables marqueurs environnementaux, peuvent être d’une aide précieuse dans la détermination chronologique d’un sédiment par leurs associations et l’utilisation de référence.

11Il en va un peu de même pour l’étude des végétaux. Les premières recherches effectuées par Marie-Françoise Huault depuis sa thèse en 1972 ont réellement ouvert la recherche en ce domaine, même si les premières analyses polliniques sur la Normandie sont antérieures (Dubois, 1938 ; Elhaï, 1959). Malheureusement, les sédiments normands n’ont pas facilité la tâche. L’acidité des limons a bien souvent limité la pertinence des résultats comme l’ont démontré les travaux d’André-Valentin Munaut et de Françoise Reckinger sur le chantier de l’autoroute A 29 dans le Pays de Caux, ou les tests plus récemment réalisés sur les plateaux de l’Eure. Seuls les sédiments organiques des vallées, ou des tourbières de sources, de pentes ou des zones humides très localisées, pouvaient être utilisés de façon fiable pour construire une image des paysages végétaux anciens et de leur évolution. Ponctuellement, les opérations d’archéologie préventive ont pourtant su utiliser ce type de données comme à Louviers et Incarville, mais aussi à Rouen dans le cadre des opérations du métro-bus ou de la Place de la Pucelle. Pour ces chantiers, les travaux de Véronique Matterne (carpologie), Vincent Bernard, Georges Lambert et Catherine Lavier (dendrologie et dendrochronologie), débutent un véritable référentiel régional. La mise en place de la réflexion autour de la création de ce référentiel paléoenvironnemental dans le cadre du programme CAPAVAL (caractérisation des paysages anciens autour de la vallée de la Seine) a déjà posé plusieurs jalons en reprenant les données anciennes et nombreuses de la vallée de la Seine et en y ajoutant quelques données récentes de la vallée de l’Andelle. L’objectif est de multiplier les points d’observation afin d’obtenir un maillage régulier de références stationnelles le long des rivières de la région. Il aura fallu attendre l’année 2005 pour voir apparaître la première opération archéologique préventive à finalité essentiellement environnementale en Haute-Normandie, avec le chantier de la déviation routière de Forges-les-Eaux et les travaux de Delphine Barbier-Pain sur la haute vallée de l’Andelle. Aujourd’hui, cette démarche d’étude des végétations anciennes est régulièrement associée aux travaux de fouille proprement dits pour obtenir une image de l’environnement végétal d’un site. Mais elle est aussi, d’une façon plus ouverte, proposée pour comprendre les évolutions des paysages anciens, motivant ainsi les implantations humaines à un moment ou à un autre.

12Dans toutes ces analyses, il faut retenir ce qu’elles représentent réellement. La nature des prélèvements ne permet pas de les associer à un moment précis mais à une séquence. Même si l’échantillon est associé à une datation par méthode physico-chimique, il faut lui attribuer la même relativité qu’à cette datation. Par exemple, une sédimentation tourbeuse peu mettre plusieurs dizaines d’années à former un centimètre d’épaisseur de tourbe. Or les échantillonnages sont rarement effectués à une échelle infra-centimétrique. Il importe de mettre en place au niveau régional, une véritable réflexion, tant sur les principes sédimentaires que sur l’évolution des populations animales, qui constitue un véritable fondement épistémologique adapté aux contextes locaux.

L’archéogéographie

13Ce troisième volet des archéologies environnementales est le plus directement en lien avec la structure de la société humaine et les images mentales qu’elle développe et exprime par sa gestion du sol. L’archéogéographie cherche à prendre en compte les dynamiques spatiales de l’occupation humaine du territoire. C’est à la fois la lecture des planimétries, des organisations parcellaires et paysagères dans leur dimension morphologique. Les systèmes de découpage de l’espace agricole sont organisés à partir d’éléments générateurs (morphogènes) qui peuvent être des éléments topographiques, des voiries, des limites parcellaires fossiles héritées de siècles passées, par exemple. À partir de ces morphogènes, l’espace peut être organisé de façon programmée ou non, créant ainsi un système auto-organisé présentant une variabilité dans l’espace et le temps. L’archéogéographie est aussi portée sur l’analyse de la répartition des occupations et de l’organisation hiérarchique des sites. La lecture cartographique des sites, mais aussi des voiries qui les relient, peuvent mettre en évidence les réseaux parcourant un espace large. Dans la longue durée, c’est la dynamique de l’organisation du territoire qui est alors appréhendée.

14Depuis l’école des Annales et la refonte de la pensée géographique française, la dimension historique de l’espace aménagé par l’homme est passée par de multiples disciplines, en fonction des chercheurs et des idées dominantes du moment. La géographie historique et l’analyse régressive sont restées des mots clés de cette évolution. Avec l’archéologie préventive, dès les années 1970, la photographie aérienne et la mise en évidence, lors de la fouille, des fossiles visibles de l’aménagement de l’espace anthropisé, il devient possible de repenser ces disciplines associant géographie et histoire. La démarche de l’archéogéographie, apparue sous la conduite de Gérard Chouquer dans les années 1990, mais seulement formalisée au début du XXIe siècle, a permis de fédérer les chercheurs. Ils se sont débarrassés des objets formels de l’archéologie du paysage du XXe siècle pour entrer dans une lecture morpho-historique où le moment du passé pris en compte importe moins que le temps comme vecteur dynamique des évolutions. Les analyses des documents anciens, photographies, plans et cartes, mais aussi des documents actuels afin d’y percevoir les héritages et les variations de la morphologie du paysage, fournissent les informations de base. Les méthodes utilisées sont également celles de la géographie humaine et sociale, de l’urbanisme et de l’analyse paysagère. L’intérêt majeur est l’association de la diversité des sources dans une lecture multiscalaire et non-fixiste. À l’image des botanistes qui commencent à comprendre le déplacement des espèces végétales dans l’espace au fur et à mesure des générations, l’archéogéographe va chercher à comprendre les évolutions dans le temps et l’espace des formes qui structurent et organisent le territoire. En dégageant des cohérences ou des incohérences morphologiques, des signes de durabilité, d’abandon ou de résilience, des facteurs dominants de l’organisation (morphogène), l’archéogéographe pourra proposer des schémas dynamiques de l’organisation du territoire déconnecté des objets formels pré-établis.

15Après avoir orienté les travaux d’archéogéographie autour des voies antiques et de leurs héritages, les apports de l’archéologie préventive commencent à être utilisés en Haute-Normandie durant la dernière décennie sur l’organisation générale des paysages. Les premiers travaux sont plus de la géographie historique et relèvent de l’analyse régressive. Conduit par Bruno Penna, ils concernent la vallée de la Seine et en particulier les marais de Jumièges et de Boscherville. Trois secteurs principaux ont été explorés par Gaël Léon dans ses travaux : Eslettes, le Vexin Normand autour de la Chaussée Jules-César et le plateau de Saint-André dans l’Eure. Nos propres recherches nous conduisent plutôt dans le Pays de Caux. Ponctuellement, quelques archéologues s’essayent à la pratique de l’archéogéographie afin d’appréhender les organisations parcellaires locales. Malheureusement, cette discipline n’est pas encore utilisée avec autant d’acuité qu’elle le pourrait. Son utilisation lors de phases amont de l’archéologie préventive pourrait permettre de mieux définir les potentialités et techniques d’aménagement du territoire durant les périodes passées comme dans quelques expériences menées dans d’autres régions (A 84). La compréhension de l’organisation de l’espace anthropisé reste un élément du diagnostic encore peu utilisé, essentiellement par manque de recul. Le besoin de pédagogie sur ces travaux semble souhaitable.

16Par ce bref survol des capacités des archéologies environnementales et des débuts d’application qu’elles ont pu connaître en Haute-Normandie, nous pouvons observer que les exemples restent encore rares et que les problématiques régionales ne semblent pas encore être clairement établies. À cela, il faut répondre par trois observations. Premièrement, le fonctionnement actuel de l’archéologie préventive est fortement tourné vers la rationalité économique. Même si le contrôle exercé par le Service régional de l’archéologie et la Commission interrégionale pour la recherche archéologique du Grand-Ouest cherche toujours à replacer les questionnements scientifiques au cœur du débat, les coûts souvent très élevés des études environnementales posent réellement question. Deuxièmement, la plupart des disciplines évoquées ci-dessus cherchent encore comment participer au mieux de leur compétences à l’avancée de la connaissance archéologique à la fois dans une démarche programmée, et en bénéficiant des capacités financières de l’archéologie préventive. Troisièmement, les lieux de rencontre entre toutes ces disciplines sont encore rares. Avec la réorganisation du CNRS et de ses commissions entre Sciences de la terre et du vivant (INEE) d’un côté, et Sciences humaines et sociales (ISHS) de l’autre, la prise en considération de l’environnement dans une démarche historique de la longue durée relève de la gageure intellectuelle. Au moment où toutes ces disciplines, et les nombreuses techniques dont elles disposent, commencent à porter des fruits dans notre région, il serait fâcheux que les relations institutionnelles et les choix individuels empêchent la création d’une véritable démarche intégrée.

Bibliographie

Bibliographie sélective

Ballais J.-L., Halbout H., Halbout P. et Lerivnas J.-P. (1991) – Recherches sur les nappes alluviales de la Seine à Rouen. Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et Amis du Museum du Havre, t. 78, fasc. 4, 4e trimestre, p. 65-74.

Barbier-pain D. (2005-2007) – Forges-les-Eaux (Seine-Maritime) Déviation RD 915. Étude paléoenvironnementale. Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 42 p. et annexes.

Bergson H. (1907) – L’Évolution créatrice, Paris, PUF, 1959, 214 p.

Bernard V. – Étude dendrochronologique, Rouen, Métrobus. Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Berque A. (2000) — Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 271 p.

Breton G., Cousin R. Huault M.-F., Lechevallier C. et Lefebvre D. (1991) – Les éléments quaternaires du quartier de l’Hôtel de Ville, au Havre : séquences marines pré-Eémienne, Eémienne et Holocène de l’estuaire de la Seine, Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et Amis du Muséum du Havre, t. 78, fasc. 4, p. 15-63.

Burnouf J., Carcaud N. et Garcin M. (2009) — Nouvelle histoire de la Loire entre nature et société. Géosciences, revue du BRGM, no 9, avril 2009, 8 p.

Chancerel A. (1985) – Le Val de Seine d’Elbeuf à Caudebec-en-Caux. Évolution morphologique. Thèse, Géographie physique, université Paris VII, 326 p.

Chouquer G. (2007) – Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie, Bruno Latour (préf.), Coimbra, CEAUCP, 408 p.

— (2000) – L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, Errance, 2000, 208 p.

Clet M. (2005) – L’Holocène : généralités et évolution de la végétation en Normandie. Résumé de communication dans le cadre de « Une journée holocène », organisée par les universités de Caen et Rouen (UMR 6143 et 6554), le 27 janvier 2005 à Caen, p. 7 et 21-23.

Defgnée A. et Munaut A.-V. (1993) – Analyse palynologiques. L’apport des sites gaulois fouillés sur la section Le Havre — Yvetot de l’A 29. G. Blancquaert et Y. Desfossés (dir.). Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 tomes.

Dubois G. et Dubois C. (1938) – Données pollen-analytiques sur des tourbes du Marais Vernier et transgression flandrienne en Basse-Seine. Compte rendu sommaire. Société géologique française, 10, 1938, p. 100-102.

Durand A., Billard C. et Sébag D. (1999-2000) — Projet collectif de recherche : les paysages et les hommes en basse vallée de la Seine depuis 10 000 ans. Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Elhaï H. (1963) – La Normandie occidentale entre la Seine et le golfe normand-breton. Thèse de lettres, Bière Éditeurs, Bordeaux, 624 p.

Fajon P. (à paraître) — L’archéologie et l’analyse du paysage : question de méthode. Ou pourquoi l’archéologie s’intéresse-telle tant au paysage ? 135ocongrès des sociétés historiques et scientifiques, actes du congrès tenu à Neuchâtel (Suisse) du 6 au 11 avril2010, CTHS.

— (2008) – Vers une archéogéographie des voies antiques : l’exemple de la chaussée Jules-César en Normandie, Sur la route de Louviers... Voies de communication et moyens de transport en Normandie de l’Antiquité à nos jours, Actes du 42e congrès de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie (Louviers, 18-21 octobre 2007), Louviers, p. 31-43.
— (2003) – Les implantations des habitats ruraux antiques (La Tène finale/Haut Empire) : opportunisme topographique ou déterminisme fonctionnel ? Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine, Revue archéologique de Picardie, no 1-2, p. 7-22.

Foussard V., Cuvilliez A., Fajon P., Fisson C., Lesueur P. et Macur O. (2010) – Évolution morphologique d’un estuaire anthropisé de 1800 à nos jours. Fascicule Seine-Aval no 2-3, GIP Seine-Aval, Rouen, 44 p.

Frileux P.-N. et Huault M.-F. (1971) — Recherches préliminaires sur la végétation actuelle et passée du Bray (SeineMaritime). Bulletin de la société d’écologie, II, 2-3, p. 136-150.

Frouin M. (2007) – Enregistrement sédimentaire des facteurs de contrôle (globaux, régionaux et locaux) sur l’évolution holocène des géosystèmes du Marais Vernier et de la basse vallée de la Seine dans le cadre de l’Europe du NW. Thèse de doctorat en sciences, Université de Rouen, 246 p.

Hauchard M. (1976) — Les rideaux brise-vent en Pays de Caux. Leur influence, les problèmes de leur disparition ou de leur remplacement. Mémoire de maîtrise, Université de Rouen, Lettres et sciences humaines, 119 p.

Huault M.-F. (1985) – Apport des diatomées à la reconstitution des paléoenvironnements : l’exemple du Marais Vernier lors de la transgression flandrienne. Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 4, p. 209-217.

— (1972) – Contribution à la connaissance de la flore postglaciaire de la vallée de la Seine et du Pays de Bray : analyse sporo-pollinique de sédiments holocènes. Mémoire de DESS de sciences (géologie), Université de Rouen, 1972, 91 p. et planches.

Lafite R., Billen G., Dauvin J.-C. et Chiffoleau J.-F. (2001) — A man-altered macrotidal estuary : The seine estuary (France). Introduction to the special issue. Estuaries. Journal of the estuarine research federation, vol. 24, 6B, décembre.

Largesse P. (2008) – Atlas Historique de l’agglomération d’Elbeuf. Bulletin de la Société de l’histoire d’Elbeuf, 2e trimestre 2007, Elbeuf, 172 p.

Lechevallier C. (1966) – Les dépôts quaternaire de la vallée de la Lézarde. Contribution à l’étude morphologique du Caux occidental. DES Géographie, Université de Rouen, 162 p.

Lefebvre D. (1987) — Les méandres de la basse Seine. 112e congrès national des sociétés savantes, Lyon, p. 73-93.

— (2005) Le site de Rouen. Carte archéologique de la Gaule, Rouen 76/2, M.-C. Lequoy et B. Guillot, Paris, Editions de la MSH, p. 42-47.

Léon G., Adrian Y.-M. (2001) – Résultats archéologiques de la déviation de Saint-Clair-sur-Epte. Les occupations antiques et médiévales. Bulletin du Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, p.

— (1999) – Déviation de la RN 14 « Saint-Clair-sur-Epte » (95) et « Guerny » (27). Diagnostic phase versants. Document final de synthèse de diagnostic, Service régional de l’archéologie, Rouen.

— (1997) – Le Manoir-Bosquet, Eslettes — Fresquienne. Zones de dépôts sur le tracé de l’A 151. Document final de synthèse de diagnostic, Service régional de l’archéologie, 1997.

Leroyer C. (1997) – Homme, climat, végétation au tardi-et post-glaciaire dans le Bassin Parisien : apports de l’étude palynologique des fonds de vallées. Thèse de doctorat, Université de Paris I.

Marambat L. (1997) – Analyse palynologique. « IncarvilleLes Prés », L. Paez-Rezende (dir.). Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 2 tomes.

— (1996) – Analyse palynologique d’échantillons provenant du site des Maréchaux à Bolbec (76210). Réf. ARC96/R433P. Archéolabs, Le Chatelard, 1996, 14 p.

Maury-Deleu V., Hardel B., Gosselin O., Pesquet G., Fajon P., Lerond M. et Lattre P. de (2008) – Clos-masures et paysage cauchois, CAUE de Seine-Maritime, Editions Point de vues, Rouen, 256 p.

Munaut A.-V. (1996) – Études palynologiques. Bouaffles — Les Mousseaux, P. Fournier (dir.). Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Munaut A.-V. et Reckinger F. (1996) – La zone de Beautot et de la Houssaye-Béranger, étude palynologique, 28 p.

Reckinger F. (1996) — Analyse palynologique. Un site néolithique moyen en zone humide, Louviers, La Vilette, F. Giligny (dir.). Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 4 tomes.

Rougier R. (2000) – Les formes d’occupation du territoire à l’âge du fer en pays de Caux (Seine-Maritime) d’après les fouilles sur le tracé de l’autoroute A 29. Les installations agricoles de l’âge du fer en France septentrionale, Paris, ENS Editions, « Études d’histoire et d’archéologie », p. 411-426.

Ruas M.-P. (1999) – Rapport de l’analyse carpologique de fosses du haut Moyen Âge. Opération archéologique de Portejoie (Tournedos-sur-Seine, Val-de-Reuil, Eure), Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 19 p.

Sébag D. (2002) – Apport de la matière organique pour la reconstitution des paléoenvironnements holocènes de la basse vallée de la Seine. Fluctuation des conditions hydrologiques locales et environnement de dépôt. Thèse de doctorat en géologie, Université de Rouen, 356 p.

Sechi S., Sebag D., Laignel B., Lepert L., Frouin M. et Durand A. (à paraître) – Quaternary landscape response to climate change : The last millennia history of detrital sedimentation in the Lower Seine Valley (Normandy, NW France), Terra Nova.

Yvinec J.-Y. et Matterne V. (1995) — Études archéozoologiques et carpologiques du site du Théatre des Arts à Rouen. Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 11 p.

Auteur

DRAC Haute-Normandie — Service régional de l’archéologie ; UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies environnementales

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search