Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Archéologie et monuments historiques : trente ans de pratique en Haute-Normandie (1980-2010)

Thirty years of archaeology and historical monuments in Upper Normandy (1980-2010)

Dominique Pitte

Résumé

Les archéologues haut-normands ont activement contribué, au cours des trois dernières décennies, à l’étude, la protection et la valorisation des monuments historiques de la région. Ils ont scruté leur sous-sol, étudié leurs élévations et enrichi la documentation relative à certains édifices par des études d’archives. Ils ont enfin été les instigateurs de multiples protections.

Entrées d'index

Texte intégral

Les précurseurs

1La notion de monument historique émerge à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles ; elle apparaît en réaction aux destructions des décennies suivant la Révolution, qui ont inspiré à Victor Hugo en 1832 un pamphlet mémorable intitulé Guerre aux démolisseurs. C’est peu avant 1800 que sont réalisées les premières fouilles archéologiques dans la région. Dans le premier quart du XIXe siècle, Hyacinthe Langlois fait à la fois œuvre d’« antiquaire » et d’archéologue. Il entame d’une part un inventaire des monuments de la Normandie (Langlois, 1817) et commente la découverte de sépultures antiques dans le quartier Saint-Gervais de Rouen, en 1827 et 1828 (Langlois, 1829). En 1831, il est nommé directeur du musée départemental des Antiquités qui vient d’être créé ; l’abbé Cochet, qui porte le titre d’inspecteur des monuments historiques depuis 1849, occupe ce poste à partir de 1867. Il contribue, à cette place, à la sauvegarde du patrimoine architectural de la région. Son penchant pour l’archéologie funéraire le conduit à fouiller le sol de nombreuses églises et cimetières. Les investigations qu’il entreprend vers 1860 dans l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen sont prolongées quelques années plus tard par plusieurs membres de la Commission départementale des Antiquités. La recherche archéologique est le fait, à cette époque de personnages lettrés et aisés, aux profils variés, rassemblés au sein de sociétés savantes ; certains d’entre eux accompagnent inlassablement les grands travaux de l’époque, qu’il s’agisse de la restructuration des centres-villes ou du renforcement du réseau routier.

  • 1 Les communes de Grand-Couronne, La Londe, Oissel et Orival sont concernées par cette opération.

2La fin du XIXe et le début du XXe siècle sont marqués par les architectes œuvrant sur les monuments. En 1885-1886, Gabriel Malençon est chargé par M. Bruyerre, inspecteur général des monuments historiques, de dresser un plan du Château-Gaillard et d’en « reconnaître les dispositions aujourd’hui cachées sous les éboulements et les remblais » (Pitte, 1995 : 45). En 1910, Gabriel Rupricht-Robert, « chargé de la consolidation des ruines du château, continue à faire des fouilles très intéressantes à l’intérieur du donjon » (Pitte, 1995 : 45). Les archéologues ne restent pas pour autant inactifs, et leur influence se concrétise par le classement, en 1922, de plusieurs fana et fortifications de terre dans la région rouennaise1.

  • 2 Michel de Boüard précise, dans son compte-rendu : « Nous avons embauché à Bernay trois ouvriers que (...)

3En 1926, le commandant Quenedey jette, avec la publication de son Habitation rouennaise (Quenedey, 1926), les bases d’une discipline appelée à un grand avenir : l’archéologie du bâti. Des années qui suivent, émerge la figure de Georges Lanfry, que son métier d’entrepreneur met en contact avec de nombreux édifices ; il s’illustre, dès la fin des années 1920, par ses recherches sur l’abbaye de Jumièges, et révèle surtout, entre 1931 et 1934, la crypte et le déambulatoire romans de la cathédrale de Rouen. Aucune règle ne régit à cette époque les fouilles, et c’est en quelque sorte « l’occasion qui fait le larron » : au détour de travaux, on satisfait parfois sa curiosité. Dans les décennies qui précèdent la création de la Direction des Antiquités historiques, l’archéologie dans les monuments historiques se limite encore bien souvent à des sondages ou décaissements réalisés sans surveillance archéologique à la demande des architectes. Au début des années 1950, des fouilles « menées avec précaution » à l’emplacement du choeur de l’abbatiale du Bec-Hellouin « font réapparaître les soubassements des murs des chapelles rayonnantes et notamment, de la grande chapelle de la Vierge » (Boüard, 1960 : 19). En 1958, on débarrasse le donjon de Château-Gaillard des remblais qui l’obstruent, qui sont par endroits épais de plusieurs mètres, sans que l’on songe un instant à effectuer une fouille. En 1965, le déblaiement du sol de l’abbatiale de Bernay est réalisé sous la surveillance de Michel de Boüard, mais les conditions d’intervention sont encore précaires2.

  • 3 L’association Archéo 27 interviendra 10 ans plus tard, en sauvetage, autour du chevet de l’abbatial (...)

4En 1968, débutent plusieurs chantiers de grande ampleur, qui aboutissent à la mise au jour de puissants vestiges, comme ceux de la forteresse de Blainville-Crevon : nous entrons dans l’ère des associations. La même année, Robert Baudet se lance à la tête d’un club archéologique à l’assaut du château d’Ivry-la-Bataille ; il ne se doute pas qu’il s’engage dans une aventure qui va durer près de quinze ans et révéler l’un des plus importants monuments médiévaux de la région. C’est en tant que bénévole que Pierre Roussel entreprend, à la même époque, ses recherches sur le château d’Harcourt3.

  • 4 L’édifice est classé Monument historique depuis 1910. En 1970, c’est encore une équipe du CRAM qui (...)
  • 5 M. Mangard est alors proviseur du lycée de Lillebonne.

5Soutenues par l’administration qui les finance, ces associations tentent, parfois avec succès, d’instiller une rigueur scientifique à leurs opérations. Au début des années 1970, plusieurs membres du Club archéologique d’Ivry (Baudet, 2010) découvrent auprès du Centre de recherches archéologiques médiévales de Caen, les méthodes de fouille mises en pratique par Michel de Boüard pour l’exploration du château de Caen et de la motte de la Chapelle à Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire). En 1972, Annie Renoux, issue du CRAM qui étend son influence sur la Haute-Normandie, entame l’exploration du château de Fécamp4 ; quatre ans plus tard, ce sont des travaux de réfection du sol de la cour du Palais de justice de Rouen qui conduisent à la mise au jour de constructions romanes. Les découvertes, qui ont été pour partie détourées et privées d’une part de leur contexte archéologique, sont examinées par Dominique Bertin, alors agent technique à la Circonscription des Antiquités historiques de Haute-normandie, créée en 1975 et dirigée par Michel Mangard ; ce dernier explore, depuis 1965, le sanctuaire antique d’Eu Bois-l’Abbé5.

6À la charnière des années 1970 et 1980, les opérations de fouille portant sur des monuments historiques sont encore rares dans la région. Les recherches menées en 1978 par Claude Gille au château de Montfort-sur-Risle constituent encore un fait isolé ; le 13 novembre de la même année, des terrassiers œuvrant à la restauration de l’abbaye Saint-Martin de Boscherville découvrent un sarcophage dans la salle capitulaire, dont l’exploration est immédiatement entreprise par Jacques Le Maho. Ce dernier étendra ses recherches à l’emprise du cloître.

7À cette époque, il est encore généralement admis que les parties en élévation des monuments relèvent de l’histoire de l’art et de l’architecture, alors que ce qui est enterré est du ressort de l’archéologie.

L’archéologie professionnelle au chevet des monuments haut-normands

  • 6 Cette assistance a été effectuée par Anne-Françoise Lesguillez. Pour Beaumont-le-Roger, il s’agissa (...)

8Lorsqu’en 1982 la Direction des Antiquités historiques de Haute-Normandie est créée, le service, qui compte bientôt quatre agents, est très occupé par l’archéologie préventive, qui se structure et se développe dans le sillage des chantiers de Rouen et Évreux ; il n’est donc guère porté à entamer un rapprochement avec le service des Monuments historiques, rapprochement que ce dernier, d’ailleurs, ne recherche pas particulièrement. Les travaux ne font pas l’objet d’un suivi archéologique et les découvertes fortuites, qui ne sont pas rares, ne font pas toujours l’objet d’un rapport circonstancié ; c’est ainsi qu’en 1986, des terrassements à l’abbaye du Bec-Hellouin mettent au jour le chevet de la chapelle de l’ancien logis abbatial. L’année précédente, Jacques Le Maho avait entrepris une exploration des abords de la cathédrale de Rouen, qui se poursuivra jusqu’au début de la décennie suivante. La situation n’évolue réellement qu’en 1989, lorsque la Conservation régionale des Monuments historiques commande une assistance archéologique pour des sondages sur les sites du prieuré de Beaumont-le-Roger et du château de Gaillon, deux propriétés de l’État sur lesquelles on projette des restaurations6. Ces premières opérations coïncident avec l’arrivée d’un nouveau conservateur régional des monuments historiques, sensible à l’archéologie, mais surtout convaincu que cette discipline ne s’applique pas uniquement au sous-sol, et qu’elle peut également concerner les élévations. Les archéologues rouennais viennent d’ailleurs d’en apporter une preuve éclatante en découvrant dans les îlots anciens de la ville que l’on réhabilite, de spectaculaires vestiges de maisons médiévales en pierre.

  • 7 Bilan scientifique du Service régional de l’archéologie, année 1991. Le conservateur régional se fé (...)

9En 1991, la gestion des dossiers « monuments historiques » apparaît officiellement dans les missions du Service régional de l’archéologie, qui vient de se substituer aux Directions des Antiquités historiques et préhistoriques7. La décennie qui s’ouvre est marquée par une professionnalisation quasi totale de la discipline et l’effacement du rôle des associations et des responsables de fouille bénévoles ; l’exploration de la barbacane de Gisors s’achève en 1989, en même temps que les interventions de l’association CHAM (Chantiers, histoire et architecture médiévales) à Harcourt.

10Dans la dernière décennie du XXe siècle, l’avis du Service régional de l’archéologie est régulièrement sollicité dans l’instruction des dossiers de travaux concernant les monuments classés, essentiellement d’époque médiévale. Souhaitant étendre leur champ d’action, les archéologues tentent de nouer des relations avec les Services départementaux de l’architecture et du patrimoine, qui ont un rôle déterminant dans la gestion des édifices inscrits ; cette tentative n’aboutit qu’à un partenariat très ponctuel, qui se concrétise sur un nombre réduit de monuments, comme par exemple le prieuré de Gravigny et la chapelle Saint-Martin-Saint-Firmin dans l’Eure, dont la restauration est suivie régulièrement.

11Les opérations de fouille de grande envergure ont été peu nombreuses sur les monuments haut-normands. Il faut voir là le résultat d’une politique mise en place dès le début des années 1990, visant à peser pour que les travaux de restauration affectent le moins possible le sous-sol des édifices. Les réussites ont été nombreuses, et témoignent du partenariat qui s’est rapidement établi entre les architectes et les archéologues ; ces derniers, formés à l’école des grands chantiers urbains, se sont révélés des interlocuteurs crédibles du point de vue technique. Une pratique s’est vite imposée dans la région : celle de préciser, par le biais de sondages préliminaires très ponctuels, l’apparition des niveaux sensibles et d’adapter le projet de restauration en vue de leur préservation. C’est ce qui s’est passé récemment à l’abbaye de Saint-Wandrille (fig. 1), où les travaux envisagés pour l’assainissement du cloître ne devront pas entraîner de terrassements supérieurs à 40 cm. À l’abbaye du Bec-Hellouin, où l’on entreprend actuellement de restaurer le logis abbatial dans son environnement du XVIIIe siècle, les archéologues sont présents pour veiller à ce que les travaux n’atteignent à aucun moment les niveaux médiévaux.

  • 8 Ces opérations ont été menées par B. Le Cain en 1996 (Gisors) et 1998 (Quillebeuf). Nous citons là (...)

12Il reste un point sur lequel les archéologues et les architectes n’ont pas encore trouvé d’accord : c’est celui des drains. Ces derniers sont particulièrement craints par les archéologues, car ils privent les édifices de tout lien stratigraphique avec leur environnement. Des solutions existent pourtant, comme les revers pavés, ou la captation des eaux de pluie par le moyen de gouttières et leur évacuation par des canalisations dont l’impact au sol est moindre. Ces solutions n’ont guère la faveur des architectes, mais dans le cas de l’abbaye du Trésor, à Bus-Saint-Rémy, il faudra renoncer au drain projeté autour du bâtiment des moniales, car les vestiges des bâtiments abbatiaux attenants, comprenant notamment un pavage du XIIIe siècle, apparaissent à quelques dizaines de centimètres de profondeur (Pitte, 2007). La question est encore plus sensible lorsque nous sommes en présence d’une église, en raison de l’existence de sépultures. À la fin des années 1990, les restaurations entreprises sur la chapelle Saint-Lazare à Gisors et l’église Notre-Dame-de-Bon-Port à Quillebeuf ont scrupuleusement respecté les niveaux archéologiques, dont l’apparition a été précisée à l’issue de campagnes de sondages8.

Fig. 1. Les travaux concernant les églises doivent être menés avec les plus grandes précautions, à causes de la présence de sépultures. À l’abbaye de Saint-Wandrille, en 2008, des sarcophages du haut Moyen Âge apparaissent à quelques dizaines de centimètres de profondeur, à l’emplacement du bras nord du transept de l’abbatiale gothique (photo D. Pitte).

Fig. 2. Les travaux réalisés sur le manoir dit « d’Agnès Sorel » au Mesnil-sous-Jumièges font l’objet d’un accompagnement archéologique constant depuis 1991 (photo D. Pitte).

Fig. 3. L’archéologie joue parfois un rôle déterminant dans la restauration de certains monuments. À Écretteville-les-Baons, une tour disparue du manoir médiéval a été réédifiée sur son ancienne base, dégagée en 2001 (photo D. Pitte).

13Le Service régional de l’archéologie assure lui-même, depuis le début des années 1990, la surveillance et l’accompagnement de certains chantiers. Cette disposition permet de suivre et de contrôler, de façon souple, des opérations de réhabilitation qui se déroulent de façon irrégulière, sur plusieurs décennies : c’est le cas du manoir dit « d’Agnès Sorel », au Mesnil-sous-Jumièges (fig. 2). Cette solution offre l’avantage d’un intervenant unique, qui conserve au fil du temps la mémoire technique et scientifique du dossier. Sur un laps de temps plus réduit, les archéologues ont accompagné les travaux de réhabilitation du manoir du Catel, à Écretteville-les-Baons ; là encore, l’impact au sol est réduit au strict minimum et la reconstruction d’une tour, sur les fondations d’un ouvrage disparu, a permis de loger un certain nombre d’installations (cuisine et salle de bain) et de préserver à l’intérieur du monument, l’intégralité des volumes médiévaux (Pitte, 2010) (fig. 3). À Écretteville comme au Mesnil, la dendrochronologie a permis de dater les charpentes et les planchers, éclairant ainsi certaines étapes de l’évolution du monument.

14Durant les deux dernières décennies, les archéologues ont non seulement scruté le sous-sol des édifices, mais se sont également investis dans des recherches documentaires et sur l’étude d’élévations. En 1996, la pose d’échafaudages le long du donjon de Brionne est mise à profit pour effectuer des relevés et prélever des bois de hourds qui ont pu être datés (Pitte, 1998).

  • 9 L’archéologie des jardins n’a pas été très développée durant la période qui nous occupe. Des fouill (...)

15Le cas du château de Gaillon est tout à fait représentatif de cette évolution. La restauration de la Grant Maison a été précédée par l’étude architecturale de ses parties médiévales, et en particulier les embrasures de tir. Au niveau de la cour d’honneur, des sondages ont permis de retrouver la trace de bâtiments médiévaux, enrichissant par là même notre connaissance de l’ouvrage militaire qui a précédé l’actuel château Renaissance. Un point sur la documentation relative aux jardins a également été réalisé au cours des années 1990. Autant de travaux qui ont facilité les restaurations en cours ; une meilleure connaissance des jardins a également favorisé la gestion des dossiers d’aménagement dans l’environnement du château9.

16L’intervention menée de 1991 à 2000 au Château-Gaillard est également caractéristique de cette époque : durant dix ans, sondages, relevés, recherches documentaires et fouilles programmées ont précédé ou accompagné les restaurations entreprises sur le monument (Pitte, 2003). À de multiples reprises, les décisions de restaurations ont été influencées par le résultat des fouilles et études d’élévations.

  • 10 Ce travail complète la recherche documentaire réalisée l’année précédente par B. Le Cain.

17Dans un autre contexte, un projet de restructuration du château-musée de Dieppe a donné lieu, en 2004, à l’intervention d’un archéologue du bâti, qui s’est penché plus particulièrement sur les parties de la forteresse se rapportant à l’artillerie (Corvisier, 200410). Le château de Dieppe a subi dès la fin du Moyen Âge une profonde adaptation à l’artillerie, avec notamment l’adjonction d’ouvrages remarquablement conservés ; le monument constitue, de ce point de vue, une référence. Ces éléments rapportés (tours, embrasures de tir, casemates), dès lors qu’ils sont bien connus et identifiés, sont susceptibles d’être mis en avant dans une nouvelle muséographie.

  • 11 Il s’agit des manoirs de Glos-sur-Risle, de la Cour-du-Mont, à Duclair, et du manoir dit « d’Agnès (...)
  • 12 Ce dossier nous rappelle que les fortifications de terre, érigées en si grand nombre dans notre rég (...)
  • 13 23 hectares du site ont été protégés au titre des Monuments historiques en 1986 et 1987.
  • 14 Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.

18En 2005, une recherche documentaire a permis de retrouver le compte de construction du logis du manoir de Colmont, édifié en 1498-1499 à Perriers-sur-Andelle, par Antoine Bohier, abbé de Saint-Ouen de Rouen. Une étude architecturale de l’édifice a montré que ce dernier avait conservé une grande partie de sa disposition intérieure, mise en place à l’extrême fin du XVe siècle (Dumarche, 2005). Les archéologues ne se sont pas contentés, durant la période qui nous occupe, d’étudier les monuments. Ils ont investi, dès 1985, les Commissions régionales du patrimoine historique, archéologique et athnographique (actuelles Commissions régionales du patrimoine et des sites) et contribué à la protection de nombreux ouvrages. Une introduction à l’architecture civile médiévale en pierre est effectuée lors de la séance de la COREPHAE du 19 octobre 1990, en préalable à la protection d’un édifice rouennais du XIIIe siècle. Le 18 février 1993, trois manoirs ruraux font l’objet d’une présentation11. Les raisons qui ont motivé les protections effectuées durant les trois dernières décennies sont diverses : il peut s’agir de lacunes criantes, comme Château-sur-Epte, classé en 1998 ; une autre de ces lacunes vient d’être comblée en 2010 avec l’inscription du château d’Avrilly (fig. 4). Le Service régional de l’archéologie a contribué à la préservation de sites menacés, comme la fortification de terre de Sainte-Croix sur Buchy, pressentie comme site d’implantation d’une station d’épuration12. Des fouilles archéologiques ont parfois favorisé, par leurs résultats, l’inscription d’autres édifices comme le château de Vatteville-la-Rue, étudié, de 1994 à 1996, par Anne-Marie Flambard-Héricher. Les protections réalisées à cette époque se démarquent des périodes précédentes par une prise en compte de l’assiette globale des édifices et de ses parties enfouies ; cette nouvelle approche a conduit l’administration à étendre certaines protections existant déjà comme aux châteaux de Lillebonne et de Dieppe, ou à prendre en compte de vastes zones comme à Eu – Bois l’Abbé13. Enfin, les archéologues ont veillé à l’inscription de vestiges dans des documents d’urbanisme, comme les ZPPAUP14 ; ce fut le cas en 2007 à Montivilliers avec la prise en compte des vestiges de l’enceinte médiévale, dont certains éléments sont protégés au titre des monuments historiques.

Fig. 4. Exemple rare de shell-keep du XIIe siècle préservé dans la région, le château d’Avrilly n’’a fait l’objet que d’une protection récente (photo D. Pitte).

19La question des associations spécialisées dans la restauration du patrimoine doit être évoquée dans le cadre de ce bilan. On compte, dans la région quelques réussites, comme à Harfleur, où la Porte de Rouen est restaurée après étude par des bénévoles encadrés par les « Compagnons des devoirs unis ». D’autres dossiers sont moins présentables. On peut citer celui du château de Radepont, investi à la fin des années 1980 par une association qui s’est livré à des dégagements et des restaurations en dehors de toute autorisation et contrôle scientifique ; au final, un monument unique (la construction de la forteresse est attribuée, au moins en partie, à Richard Cœur de Lion) profondément modifié et privé d’une partie de son potentiel archéologique. Les interventions sur les maçonneries anciennes ne sauraient être entreprises en dehors de règles précises : la première d’entre elles étant de faire un état et une analyse des lieux que l’on s’apprête à modifier, et de laisser des traces écrites et graphiques de son intervention.

  • 15 Fortifications de terre de Haute-Normandie, programme collectif de recherches lancé en 2004, sous l (...)

20D’autres acteurs ont contribué à une meilleure connaissance des monuments historiques de notre région. On compte, au début des années 2000, quelques mémoires de maîtrise réalisés par des étudiants parisiens sur le manoir du Mesnil-sous-Jumièges ou Château-sur-Epte, travaux dans lesquels les connaissances archéologiques et l’analyse des élévations tiennent une bonne place (Dupont, 2000 ; Bougant, 2001). Des étudiants de Rouen, réunis dans le cadre d’un programme collectif de recherche consacré aux fortifications de terre, ont considérablement enrichi la documentation relative à certains monuments ; ils en ont parfois dressé pour la première fois un relevé précis, qui en permet une meilleure lecture et compréhension15. On ne peut naturellement pas passer sous silence l’apport des travaux de Frédéric Epaud sur les charpentes (Epaud, 2007), et les promesses des recherches en cours sur les abbayes cisterciennes par Jean-Baptiste Vincent.

21Il semble qu’aujourd’hui plus personne ne conteste l’intérêt d’une fouille, d’une opération d’archéologie du bâti ou d’une étude documentaire en amont de travaux réalisés sur un monument historique. Les archéologues font aujourd’hui partie du paysage, mais on regrettera cependant le faible nombre de fouilles programmées, dû notamment au manque de disponibilité des professionnels et à la disparition quasi totale des bénévoles susceptibles d’encadrer un chantier. Quelques chantiers ont cependant marqué la dernière décennie, comme la fouille menée par Marie-Cécile Truc sur la léproserie médiévale d’Aizier.

22Les modifications récentes de la législation concernant les travaux sur les monuments vont vraisemblablement influer sur les pratiques. La maîtrise d’ouvrage déléguée aux propriétaires et la mise en concurrence des architectes en chef vont rendre caduques les habitudes et les automatismes qui s’étaient mis en place au cours des vingt dernières années et il est certain qu’une ère nouvelle, dont nous maîtrisons mal les contours, est en train de s’ouvrir.

Bibliographie

Bibliographie

Baudet R. – Le club archéologique d’Ivry-la-Bataille, Yvry-la-Bataille, 2010, 58 p.

Boüard M. de, Merlet J. (1960) – L’abbaye du Bec-Hellouin, notes historiques, restauration des bâtiments 1949-1960. Les Monuments historiques de la France, 1960, p. 19.

Bougant L. (2001) – Château-sur-Epte, étude historique et archéologique. Mémoire de maîtrise, université de Paris IV.

Corvisier C. (2004) — Château de Dieppe. Étude experte d’histoire architecturale et d’archéologie : les ouvrages de défense postérieurs à l’introduction de l’artillerie. Document final de synthèse, n° 1990, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Dumarche L., Pitte D. (2005) – Le manoir dit « de Colmont » à Perriers-sur-Andelle (Eure). Étude historique et architecturale en vue de sa restauration. Document final de synthèse, no 2119, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Dupont H. (2000) — Le manoir dit d’Agnès Sorel au Mesnil-sous-Jumièges, étude historique et architecturale (XIVe — XXe s.). Mémoire de maîtrise, université Paris I.

Epaud F. (2007) – De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Caen, Publications du CRAHM.

Langlois H. (1829) – Mémoire sur des tombeaux gallo-romains découverts à Rouen dans le cours des années 1827 et 1828. Rouen.

— (1817) — Recueil de quelques vues de sites et monuments de France, spécialement de Normandie, Rouen.

Pitte D. – Recherches historiques et archéologiques 1991-2000. Monuments et Sites de l’Eure, Cahier Jacques Charles no 5, 2003.

— Bus-Saint-Remy. Sondages archéologiques à l’abbaye Notre-Dame-du-Trésor. Bulletin Monumental, tome 165-IV, 2007, p. 381-383.

Pitte D., Fourny-Dargère S. – Château-Gaillard, découverte d’un patrimoine, Vernon, Musée A.G. Poulain, 1995, 148 p.

Pitte D., Caldéroni P., Brabant J.-P. – Observations récentes sur le donjon de Brionne (Eure). Bulletin Monumental, tome 156 II, 1998, p. 172-176.

Pitte D., Pradié P., Toussaint F. – Le manoir du Catel, Rouen, Éditions des Falaises, 2010, 96 p.

Quenedey R. (1926) – L’Habitation rouennaise. Étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, 430 p.

Notes

1 Les communes de Grand-Couronne, La Londe, Oissel et Orival sont concernées par cette opération.

2 Michel de Boüard précise, dans son compte-rendu : « Nous avons embauché à Bernay trois ouvriers que nous avait signalés le service de chômage. Nous pensions amener de Caen trois autres ouvriers plus habitués à ce genre de travail, mais il a été impossible de les loger à Bernay, les propriétaires de différents hôtels ayant refusé de recevoir des Algériens » (Archives du Service régional de l’Archéologie, Document final de synthèse n° 1116).

3 L’association Archéo 27 interviendra 10 ans plus tard, en sauvetage, autour du chevet de l’abbatiale de Bernay (Eure).

4 L’édifice est classé Monument historique depuis 1910. En 1970, c’est encore une équipe du CRAM qui avait engagé à Rouen une fouille sur la place du Vieux-Marché, que l’on s’apprêtait à restructurer.

5 M. Mangard est alors proviseur du lycée de Lillebonne.

6 Cette assistance a été effectuée par Anne-Françoise Lesguillez. Pour Beaumont-le-Roger, il s’agissait de relever trois coupes dans les jardins du Prieuré. À Gaillon, les sondages et reconnaissances de fondations en divers points du monument se poursuivent jusqu’en 1991.

7 Bilan scientifique du Service régional de l’archéologie, année 1991. Le conservateur régional se félicite (p. 12) que la bonne collaboration des services patrimoniaux de la Direction régionale des Affaires culturelles ait permis « de faire précéder les travaux de restauration programmés sur plusieurs édifices majeurs... d’études archéologiques préalables ».

8 Ces opérations ont été menées par B. Le Cain en 1996 (Gisors) et 1998 (Quillebeuf). Nous citons là deux réussites qui ne sauraient nous faire oublier que des églises de la région font régulièrement l’objet de travaux non surveillés du point de vue archéologique.

9 L’archéologie des jardins n’a pas été très développée durant la période qui nous occupe. Des fouilles ont été réalisées en 1989-1990 par N. Wasylyzyn sur les jardins de l’abbaye Saint-Georges, à Saint-Martin de Boscherville. P. Caldéroni a sondé en 1997 le Jardin de Bas, à Gaillon et, l’année suivante, le demi-rond Anna du parc du château de Bizy, à Vernon.

10 Ce travail complète la recherche documentaire réalisée l’année précédente par B. Le Cain.

11 Il s’agit des manoirs de Glos-sur-Risle, de la Cour-du-Mont, à Duclair, et du manoir dit « d’Agnès Sorel », au Mesnil-sous-Jumièges.

12 Ce dossier nous rappelle que les fortifications de terre, érigées en si grand nombre dans notre région, sont encore très peu protégées. Une séance de la CRPS consacrée à ce type d’ouvrage (toutes périodes confondues) est programmée en 2011.

13 23 hectares du site ont été protégés au titre des Monuments historiques en 1986 et 1987.

14 Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.

15 Fortifications de terre de Haute-Normandie, programme collectif de recherches lancé en 2004, sous la direction d’Anne-Marie Flambard-Héricher.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les travaux concernant les églises doivent être menés avec les plus grandes précautions, à causes de la présence de sépultures. À l’abbaye de Saint-Wandrille, en 2008, des sarcophages du haut Moyen Âge apparaissent à quelques dizaines de centimètres de profondeur, à l’emplacement du bras nord du transept de l’abbatiale gothique (photo D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2. Les travaux réalisés sur le manoir dit « d’Agnès Sorel » au Mesnil-sous-Jumièges font l’objet d’un accompagnement archéologique constant depuis 1991 (photo D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 3. L’archéologie joue parfois un rôle déterminant dans la restauration de certains monuments. À Écretteville-les-Baons, une tour disparue du manoir médiéval a été réédifiée sur son ancienne base, dégagée en 2001 (photo D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 4. Exemple rare de shell-keep du XIIe siècle préservé dans la région, le château d’Avrilly n’’a fait l’objet que d’une protection récente (photo D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search