Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

L’archéologie aérienne dans le département de l’Eure en 2008 et 2009

Aerial archaeology in the Eure département in 2008 and 2009

Véronique Le Borgne, Jean-Noël Le Borgne et Gilles Dumondelle

Résumé

La prospection archéologique aérienne pratiquée par l’association Archéo 27 en 2008 et 2009 dans le département de l’Eure a abouti à la réalisation de 460 dessins redressés de structures photographiées. Ils concernent des bâtiments d’époques variées, des enclos circulaires ou non, des voies et des chemins que l’on suit parfois sur de longues distances.

Texte intégral

Le cadre

1Depuis 2005, au sein de l’association Archéo 27, nous avons en charge l’archéologie aérienne de l’ensemble du département de l’Eure, sa moitié est venant s’ajouter à celle de l’ouest que nous prospectons depuis 1983. Cette extension n’a pas été effective instantanément. Il a fallu nous familiariser avec de nouveaux paysages, apprendre leurs réactions face à la météo ou aux méthodes culturales. Depuis 2006 nous privilégions ces régions pour harmoniser la documentation qui les concerne avec celle de l’ouest du département, notamment en matière de dessins redressés.

Les moyens

2L’organisation des vols est inchangée et les missions sont toujours effectuées à partir de l’aéroclub de Bernay à bord d’avions Robin DR 400 à ailes basses de 120 à 180 chevaux. Au cours de ces deux années nous avons effectué 64 heures de vol. Par contre, le matériel photographique a évolué devenant exclusivement numérique avec l’acquisition en 2008 d’un premier réflex doté d’un capteur plein format (24 mm x 36 mm), puis d’un second en 2009.

La méthode

3Schématiquement, les vols sont programmés en avril sur les sols nus et les céréales vertes, du 15 juin au 15 juillet sur les cultures mûrissantes et du 15 août au 15 septembre sur les betteraves et le maïs, mais il n’y a pas de règle absolue. Le déroulement d’une mission est rarement conforme au plan de vol établi au décollage, il dépend beaucoup de l’environnement météorologique, du contexte aéronautique ou des opportunités archéologiques. Toutes les traces photographiées en vol sont confrontées au cadastre napoléonien. Nous en faisons ensuite un dessin redressé et numérisé au 1/2 500 sur fond cadastral. Progressivement ces dessins sont regroupés sur des cartes de communes au 1/10 000. Cette procédure est dévoreuse de temps. Elle semble cependant idéale pour expliciter, mettre à jour et rendre accessibles nos travaux. Partant de cette organisation, nous parlons plus volontiers de dessins que de sites, même si les deux termes sont souvent interchangeables.

Les résultats

Quelques chiffres

4Au terme de ces deux campagnes nous avons réalisé 460 dessins redressés. Environ le tiers de ceuxci concerne des sites déjà connus. Ce sont alors soit des mises à jour, parfois très importantes, soit de nouveaux dessins pour des structures photographiées par d’autres prospecteurs mais jamais dessinées.

5Les structures nouvelles se répartissent ainsi : 35 bâtiments ou groupes de bâtiments, dont environ une vingtaine sont gallo-romains, 54 enclos circulaires, 169 enclos non circulaires, 97 tronçons de chemins ou de voies, 39 parcellaires et plus d’une centaine de traces difficiles à interpréter.

6Les sites énumérés dans les paragraphes suivants ne sont qu’un échantillonnage.

Les sites complexes

7Ce sont des sites qui comportent des structures de nature parfois différente qui peuvent se révéler de manière différée : un bâtiment maçonné, un enclos, un chemin... Ils sont souvent le résultat du suivi d’un site sur plusieurs années que seul un dessin permet de synthétiser. Voici les cas les plus remarquables de ces deux années.

8Venables « Les Marnières » (fig. 1) : il s’agit d’une grande villa gallo-romaine découverte en 2006. La pars urbana couvre environ un demi hectare. Implantée en haut d’une forte pente, elle est orientée au sud. Elle domine d’une quinzaine de mètres le fond d’un vallon où coule un petit ruisseau. En 2008, nous avons découvert des structures fossoyées sur le flanc du vallon ainsi qu’un fanum à l’extrémité d’un alignement de constructions mal identifiées dans le prolongement du côté est de la villa. En 2009, un bâtiment vient prolonger le côté ouest de la villa tandis que les tracés plus nets des structures fossoyées permettent d’identifier un grand enclos avec une entrée au sud.

Fig. 1. Dessin d’une villa gallo-romaine découverte en 2006 à Venables et complétée les années suivantes (Archéo 27).

Fig. 2. A Fresney, Bois Saint-Paul, une chapelle figurant sur la carte de Cassini, à l’intérieur d’un enclos (photo Le Borgne Dumondelle, Archéo 27).

9La Madeleine-de-Nonancourt « Les Pièces Saint-Thibault » : le site, où subsiste toujours un petit édicule moderne avec une niche, est resté un lieu de pèlerinage jusque dans les années cinquante. Les prospecteurs qui nous ont précédés y avaient repéré sur une longue distance un chemin. Nous l’avons photographié pour la première fois en 2007, ainsi qu’un enclos circulaire et diverses structures fossoyées. En 2008, des images plus précises ont permis d’identifier un enclos et trois côtés d’un large bâtiment à cheval sur ce dernier. Deux rangées de piliers partagent cette construction en trois nefs. L’abondance de tuiles plates au sol milite en faveur d’un bâtiment médiéval : une grange ?

10Fresney « Bois Saint-Paul » : il s’agit d’une petite église à abside semi-circulaire découverte en 2008. Elle est accompagnée d’une autre construction incomplète. Elle est représentée sur la carte de Cassini, mais ne figure plus sur le cadastre napoléonien de 1831. Elle s’inscrit dans un enclos pseudo rectangulaire dont le grand côté ouest correspond à la limite de la commune (fig. 2).

11Garennes-sur-Eure « Bellevue » : le fanum de Bellevue avait déjà été signalé par Annie et Pascal Eudier. Les photographies prises en 2009 le montrent inséré dans un parcellaire non loin d’un système d’enclos masqué en grande partie par une zone pavillonnaire. En outre les ramassages au sol révèlent que le site déborde largement au sud-est de la départementale 553.

12Dame-Marie « Église » : le « village » de DameMarie est seulement constitué de l’église entourée du cimetière, du groupe mairie-école et d’une ou deux fermes. Nous avions découvert en 1998 un système d’enclos disparaissant largement sous les occupations actuelles au nord-ouest de l’église. En 2008, nous avons photographié un enclos compartimenté partiellement recouvert par le sud du village.

Les bâtiments

13Les bâtiments gallo-romains découverts au cours de ces deux années sont rares. Le plus marquant est le fanum du Clarin à Fouqueville (fig. 3). Il est situé au nord du plateau du Neubourg, à l’amorce du flanc sud de la vallée de l’Oison. Nous avons pu le photographier à la faveur de la mise en culture éphémère d’un herbage.

Fig. 3. À Fouqueville, un fanum visible dans un champ récemment remis en culture (photo Le BorgneDumondelle, Archéo 27).

Fig. 4. À Appeville Annebault, la trace d’un château Renaissance (photo Le Borgne – Dumondelle, Archéo 27).

14C’est aussi la mise en culture d’un herbage à Appeville-Annebault qui a révélé en 2009 les assises d’un important château Renaissance. Cette construction entreprise par un proche de François Ier, Claude d’Annebault, n’aurait jamais été terminée (fig. 4).

15Il y a quelques décennies, une motte médiévale a été arasée au lieu-dit « Le Parc » sur la commune du Thil. Aucune trace de cet ouvrage n’a été identifiée lors de survols en 2008, mais nous avons photographié le plan du château moderne qui le jouxtait !

Les enclos circulaires

16Lorsque notre prospection ne concernait que la moitié ouest du département, les découvertes de cercles se limitaient presque toujours à des structures isolées. Ce n’est plus le cas depuis que nous survolons la vallée de l’Eure où les champs de cercles et autres structures fossoyées sont fréquents. Il s’agit souvent de sites déjà connus mais non dessinés tel « La Pièce de Givré » à Marcilly-sur-Eure, qui regroupe une douzaine d’enclos circulaires. Autre découverte peu fréquente, celle d’un cercle à fossé double à Glisolles (fig. 5), à la confluence de l’Iton et du Rouloir. L’enclos circulaire photographié sur sol nu à Guiseniers, de 115 m de diamètre, avait certainement d’autres fonctions que les enclos funéraires cités ci-dessus.

Fig. 5. À La confluence de l’Iton et du Rouloir, un cercle à double fossé à Glisolles (photo Le Borgne — Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 6. Exemple d’enclos quadrilatéral sur la commune de Villiers-enDésoeuvre (photo Le Borgne Dumondelle, Archéo 27).

Les autres enclos

17Parmi les nombreux enclos identifiés au cours de ces deux années, peu sortent du lot. Nous pouvons mentionner l’enclos quadrilatéral à fossés doubles de « La Saule à Luce » à Villers-en-Vexin photographié sur sol nu, pour la rareté des structures fossoyées repérées à l’est de la Seine, celui de « Malassis » à Acon pour la pauvreté des découvertes sur cette commune délaissée par tous les prospecteurs ou Villiers-en-Desoeuvre pour ses huit enclos photographiés en deux ans (fig. 6).

Les voies et les chemins

18En matière de réseau routier, le fait marquant de ces deux campagnes est la mise en évidence d’une grande voie empruntant la vallée de l’Iton entre Evreux et Hondouville. Quatre tronçons ont été identifiés, à Houetteville, La Vacherie, Brosville et Normanville. Cette découverte prolonge celle de la voie qui traverse le plateau du Neubourg sur 10 km de La Haye-Malherbe à Hondouville. Cet ensemble correspond sans doute à l’étape mentionnée par l’Itinéraire d’Antonin entre Evreux (Mediolanum Aulercorum) et Caudebec-Les Elbeuf (Uggade), tracé resté très hypothétique jusqu’à présent.

19Parmi les nombreux tronçons de chemins, nous retiendrons deux nouveaux fragments du « Chemin des Hautes Bornes » qui atteint maintenant 11 km, de sa jonction avec la voie Evreux – Condé-sur-Iton sur la commune des Ventes jusqu’au sud du village de Corneuil.

Les cartes

20Depuis 2006, nous finalisons notre travail par le report des dessins sur des cartes de commune au 1/10 000. En 2009, nous avons terminé l’ensemble des cartes du canton de Beaumont-le-Roger, quelques autres isolées et mis à jour fin 2008 celles qui avaient été faites précédemment comme la carte de Droisy (fig. 7). Nous avons réalisé au total une soixantaine de cartes regroupant environ 650 dessins redressés.

Fig. 7. Carte partielle des sites repérés en prospection aérienne sur la commune de Droisy (Archéo 27).

Conclusion

21Avec une moyenne de 230 dessins par an, ces campagnes de 2008 et 2009 confirment le rythme d’acquisition de données atteint depuis 2003. Il constitue un compromis équilibré entre nos capacités de traitement et un volume minimal d’informations nécessaires pour rendre les cartes plus parlantes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Dessin d’une villa gallo-romaine découverte en 2006 à Venables et complétée les années suivantes (Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2. A Fresney, Bois Saint-Paul, une chapelle figurant sur la carte de Cassini, à l’intérieur d’un enclos (photo Le Borgne Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 3. À Fouqueville, un fanum visible dans un champ récemment remis en culture (photo Le BorgneDumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 4. À Appeville Annebault, la trace d’un château Renaissance (photo Le Borgne – Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 5. À La confluence de l’Iton et du Rouloir, un cercle à double fossé à Glisolles (photo Le Borgne — Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 6. Exemple d’enclos quadrilatéral sur la commune de Villiers-enDésoeuvre (photo Le Borgne Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 7. Carte partielle des sites repérés en prospection aérienne sur la commune de Droisy (Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7007/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search