Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Harfleur (Seine-Maritime), la Porte de Rouen. Résultats des recherches de 2006 à 2009

Harfleur, Porte de Rouen. Results of research between 2006 and 2009

Bruno Duvernois

Résumé

Les recherches menées depuis 2006 sur le site de la Porte de Rouen, sous l’égide de la municipalité d’Harfleur, ont permis la découverte des fondations de la Porte aux Cerfs, de deux phases de construction d’un pont dormant, d’un grand escalier et d’une plate forme d’artillerie sur le boulevard, et d’une succession de chaussées en pavés de silex reliant ces éléments.

Texte intégral

La Porte de Rouen

1La Porte de Rouen est un ensemble monumental édifié pendant la guerre de Cent Ans pour protéger la ville et l’arsenal royal des incursions anglaises. Il comprend trois parties : « la Porte de Rouen dedans la ville » ou portail des Quais, permettant le passage entre la ville et le Clos aux Galées (arsenal) ; la Porte aux Cerfs, faisant la liaison entre le Clos aux Galées et l’extérieur du port, à l’est ; le boulevard, ensemble défensif avancé protégeant l’accès à la Porte aux Cerfs.

2Le portail des Quais a été arasé à la fin du XIXe siècle. Ses vestiges, redécouverts à l’occasion de travaux de voirie, sont partiellement conservés sous le bitume de la place d’Armes. Il était relié à la Porte aux Cerfs par un passage à gué, décrivant une courbe dans le Clos aux Galées, le long duquel se dressait la masse imposante de la tour Perdue, elle-même édifiée durant la période anglaise, entre 1424 et 1429.

Fig. 1. Le Clos aux Galées et la Porte de Rouen. Plan des vestiges sur le cadastre, d’après Le Cain, 1992.

Fig. 2. La Porte de Rouen. Plan de masse.

3Le site étudié, qui exclut le portail des Quais, est composé de trois ensembles remarquables par leur état de conservation, érigés entre 1391 et 1450 : la Porte aux Cerfs dotée d’un pont-levis et reliée par un pont dormant à un boulevard de pierre.

De la fin du XIVe à la fin du XVIe siècle : l’essor militaire

La Porte aux Cerfs

4Édifiée entre 1391 et 1399 sur ordre du roi de France Charles VI, la Porte aux Cerfs permet le franchissement du Clos aux Galées aménagé durant cette période, pour accéder dans la ville par le sud-est. L’allusion aux cerfs, symbole royal, désigne le lieu de passage des convois royaux venant à Harfleur.

5La Porte aux Cerfs (fig. 2) est connue grâce à des documents de l’administration royale, qui mentionnent sa construction à la fin du XIVe siècle ; des réparations sont effectuées à plusieurs reprises, notamment durant la période anglaise : sur les toitures l’ardoise est remplacée par de la tuile (Le Cain, 2000a). Cette porte se présente sous la forme d’un passage long de 4,50 m et large d’environ 3 m, encadré par deux tours en fer à cheval en saillie sur l’enceinte urbaine. Ces tours ont un diamètre identique à la base : 4,50 m. La tour nord a conservé une partie de son élévation, sous la forme d’un massif en blocage totalement déparementé (fig. 3).

6La tour sud a été mise au jour en 2008, sur une hauteur de 1,90 m. Elle comprend au rez-dechaussée une salle de garde dotée d’une cheminée d’angle ; un petit foyer a été inséré dans l’épaisseur de son mur sud (fig. 4). Le sol de la salle est constitué d’une couche d’argile d’environ 5 cm, qui repose directement sur le blocage de la tour ; cette argile est rubéfiée à l’approche du foyer mural, mais disparaît à l’emplacement de la cheminée. Le mur de la partie en saillie sur le fossé a une épaisseur de 1,20 m, tandis que le mur intérieur, sur lequel s’appuie la cheminée, présente une épaisseur relativement faible de 0,55 m. L’arasement de la tour n’a pas permis de retrouver l’emplacement de la porte mettant en communication la salle et le passage.

7Un pont-levis relie la porte à un pont dormant rattaché au boulevard. Les attaches du pont-levis subsistent sur les parois internes des deux tours. La tour nord présente la cavité qui renfermait le moyeu d’axe, et la feuillure de réception du tablier, profonde de 0,20 m. Seule subsiste sur la tour sud une demi-cavité, mais le mouvement de rotation de l’axe a laissé sur la pierre l’empreinte de son diamètre. L’extrémité orientale du pont dormant permet d’estimer la longueur du tablier du pont-levis à environ 3,50 m.

8Au nord et au sud des deux tours se développe la muraille qui protégeait l’arsenal royal ; son épaisseur varie de 2,40 à 2,60 m. Le parement de sa face interne, rectiligne, est interrompu par le soubassement d’un escalier menant à un chemin de ronde et à la partie supérieure de la porte. La base de cet escalier présente un affaissement pouvant être dû, en milieu humide, à la faiblesse de ses fondations, accolées à celles de la courtine (fig. 4).

Le pont dormant

9Un premier pont dormant est édifié à la fin du XIVe siècle pour franchir le fossé. Sa sortie vers l’est, rectiligne, est composée de grandes dalles de pierre posées directement sur des couches-dépotoirs (fig. 6). La largeur du pont est alors d’environ 3,60 m. Au milieu du XVe siècle, un second ouvrage remplace le précédent, portant la largeur à 4,25 m, et la longueur à 10 m. Le blocage central a été maintenu, mais les parements ont été démontés et déplacés. Son extrémité est dotée de deux murets de maintien de la chaussée de sortie à plan courbe (fig. 7). La face nord du pont est dégradée, mais son parement sud présente encore une belle arche centrale en plein cintre, de 4,50 m de diamètre, légèrement affaissée (fig. 8).

Fig. 3. Vue d’ensemble de la porte aux Cerfs vue de l’est. Au premier plan, le pont dormant.

Fig. 4. La porte aux Cerfs vue de dessus. A gauche, le blocage de la tour nord. Au centre, la tour sud. A droite, la courtine sud et la base de l’escalier.

Fig. 5. Fossé du pont levis comblé au XVIIe siècle. A gauche, le parement de la tour sud. A droite, le mur d’extrémité ouest du pont dormant.

Fig. 6. Au premier plan, dallage du pont dormant primitif.

Fig. 7. Pont dormant primitif détruit partiellement et recouvert par celui du XVe siècle (au centre).

Fig. 8. Parement sud du pont dormant présentant une arche centrale.

Le boulevard

10Un premier boulevard est peut-être construit par les Anglais dès les premières années de l’occupation, après 1415, pour défendre chaque entrée de ville : il s’agissait à l’origine d’une construction en bois, remplie de terre et de matériaux dits de « bourrage » à l’intérieur de laquelle étaient aménagées des loges couvertes en tuiles pour abriter les soldats. Les sondages effectués dans la cour du boulevard de 2007 à 2009 n’ont pas permis de retrouver de vestiges de cette possible fortification primitive. Des comptes de réparations attestent de l’existence du boulevard en 1450 ; il s’agit d’un ouvrage de pierre plus apte à résister aux progrès de l’artillerie à poudre.

Fig. 9. Le boulevard. Vue d’ensemble de l’est. A gauche, entrée latérale.

11Le boulevard actuel (fig. 9), situé à l’est face à la Porte aux Cerfs, est une ceinture de maçonnerie en demi-fer à cheval, délimitant une cour intérieure. Conservée sur 40 m de longueur et 5 m de hauteur, elle est flanquée de quatre tours et comprend des casemates, des canonnières, une plate forme d’artillerie et un escalier (fig. 10). La tour encadrant à l’est l’entrée du boulevard est conservée ; la tour opposée a disparu, démolie et remplacée par une maison dont la cave abrite les fondations. Le boulevard d’artillerie de la Porte de Rouen appartient à un type d’ouvrage courant en France, Italie, Angleterre, Allemagne, au milieu du XVe siècle (Faucherre, 1989).

12Cet ouvrage défensif a été édifié en deux phases :

  • au milieu du XVe siècle est construite la ceinture de pierre, flanquée de ses tours, abritant les casemates ouvertes sur l’extérieur par des canonnières. La fortification adopte un plan en chicane, dont l’entrée, placée latéralement sur le flan gauche au sud, dérobe la vue du corps de place à d’éventuels assaillants. Les casemates (une par tour) sont de petits réduits de 2,20 m à 2,50 de largeur, couverts par une voûte en plein cintre de 2 à 2,50 m de hauteur, s’enfonçant de 1,50 à 2 m dans l’épaisseur de la muraille, et ouverts totalement sur la cour intérieure. Elles sont destinées à protéger les soldats qui manipulent l’artillerie. La casemate de la tour 1 présente toutefois une architecture soignée, sous une voûte de 3,40 m de hauteur à croisée d’ogives et clé ouvragée (fig. 13). Les canonnières sont des ouvertures rectangulaires ou carrées pratiquées dans l’épaisseur des murs, soit au fond d’une casemate, soit au centre d’un segment de courtine ; leur plan, dit « à la française », permet de couvrir tous les angles morts avec les tirs d’artillerie. Placées à 1 m du sol, elles permettent un tir rasant, au niveau du marais environnant (fig. 11). Enfin, la faible hauteur du boulevard, permet aux défenseurs du corps de place de garder une vue sur les environs, par-dessus la défense extérieure.

  • à la fin du XVe siècle, le niveau de défense inférieur du boulevard à partir des casemates est partiellement abandonné au profit de l’aménagement au sommet de la muraille d’une plate forme d’artillerie (fig. 10), accessible par un escalier monumental (fig. 12). En effet, celui-ci possède un emmarchement de près de 4 m de largeur à la base, qui permet la montée et la descente simultanée des défenseurs. En bas de l’escalier, un mur frontal (fig. 10) assure, sur les 2/3 de la largeur, la protection des soldats tournant le dos à d’éventuels assaillants se présentant dans le passage d’entrée. Pour le tiers restant, le passage dégagé permet aux soldats de joindre rapidement la voie d’accès entre le pont dormant et l’escalier.

13L’escalier a perdu son emmarchement à 90 %, mais la position des trois marches supérieures, toujours chaînées au parement latéral, et l’observation des empreintes des marches disparues au-dessus du blocage, ont permis de restituer l’existence de 15 marches. Cette construction est raccordée à l’édifice primitif au moyen d’un massif de maçonnerie bloqué dans l’angle sud-est de la courtine et d’une voûte de décharge enjambant l’entrée de la casemate de la tour 2 ; l’espace ainsi créé pouvait servir de stockage pour les armes et la poudre. L’édification de l’escalier a entraîné l’obturation de l’embrasure intérieure de la canonnière située entre les tours 1 et 2, mais l’ouverture extérieure n’a pas été comblée : à la vue des assaillants, elle pouvait servir de leurre. À l’occasion de ces travaux, la voûte de la tour 1 a aussi été réduite, et le mur ouest de la tour prolongé par le mur de protection face au bas de l’escalier.

Fig. 10. Plan du boulevard au niveau de la plate forme d’artillerie.

Fig. 11. Le boulevard. Blocage extérieur : tours 1 et 2 avec canonnières.

Fig. 12. Le boulevard. Escalier et voûte de décharge.

Fig. 13. Le boulevard. Casemate avec voûte d’ogives dans la tour 1.

Des chaussées en pavés de silex

14Au milieu du XVe siècle, une large chaussée en pavés de silex assure, sur un plan en chicane destinée à empêcher les attaques frontales et exposer d’éventuels assaillants à découvert, la circulation à l’intérieur de la Porte de Rouen entre l’entrée du boulevard et le pont dormant, sur lequel elle s’insère entre deux murets de pierre. Les pavés sont directement taillés sur place (Watté, 2010), et agencés en blocage serré entre deux bordures de pierres calcaire, pour former une chaussée de 5,50 m de largeur, formant un dégagement rendant possible la circulation à double sens à la sortie du pont dormant. Dès la fin du XVe siècle et jusqu’au début du XVIIe siècle, l’élévation progressive du niveau de chaussée s’accompagne d’une récupération systématique des pavés constituant les voiries antérieures. À l’entrée du boulevard, l’élévation est de 35 cm à la fin du XVe siècle, et de 80 cm au début du XVIIe siècle, alors qu’à l’entrée est du pont dormant, la jonction entre les voiries se fait à niveau jusqu’au début du XVIIe siècle (fig. 14). Au XVIIIe siècle, le pont dormant reste pavé, alors que l’accès à la sortie du boulevard n’est plus qu’un chemin de cailloux, malgré le remplacement du pont levis extérieur par un pont dormant rehaussé de deux parapets de pierre.

De la fin du XVIe à la fin du XXe siècle : démantèlement et abandon

15A la fin du XVIe siècle, une ordonnance royale fait perdre au Clos aux Galées son caractère militaire. Dès 1630, les fortifications sont démantelées pour empêcher la transformation de la ville par les Protestants en place de sûreté. Les parements des tours et courtines sont alors démontés et récupérés par les habitants ou revendus à des carriers, et le blocage nu des fortifications est laissé en place. Le fossé du pont levis de la Porte aux Cerfs est comblé par un remblai de terre stabilisé entre des blocs de pierre de récupération (fig. 5). L’étroite chaussée du pont dormant, prolongée d’abord d’égale largeur sur le remblai du pont levis en pavés de silex, est ensuite rehaussée en cailloutis, élargie, et recouvre au XVIIIe siècle la moitié de la tour sud de la Porte aux Cerfs alors partiellement démolie. Les fossés sont alors totalement comblés. Au milieu du XIXe siècle, la démolition des fortifications de l’ancien Clos aux Galées au sud de la ville et le percement de la route d’Oudalle réduisent la Porte aux Cerfs à un accès secondaire. Ce n’est qu’en 1866 que la tour sud est totalement arasée pour permettre la construction d’une maison sur la rive sud de la rue.

Fig. 14. Jonction à niveau des chaussées du XVe (à gauche) et du XVIIe siècle (au centre) à l’entrée du pont dormant. Vue prise de l’est.

Les élévations : matériaux et techniques

16Le matériau principal constituant les élévations de la Porte de Rouen est la pierre calcaire extraite dans la plaine de Caen (Calvados) dans les bancs de calcaire du Jurassique moyen (Bathonien). Elle présente un grain fin et une couleur caractéristique blanc crème avec des lits ocre. Bien connue et utilisée au Moyen Âge, elle est présente sur de nombreux édifices en Normandie, notamment à Harfleur (église Saint-Martin, Hôtel des Portugais) mais aussi en Angleterre (Tour de Londres, abbaye de Westminster). Elle est utilisée à Harfleur dès le milieu du XIVe siècle pour l’édification des fortifications de la ville. Elle est présente à la Porte de Rouen sur tous les parements de la Porte aux Cerfs, du pont dormant et du boulevard. Les bancs de calcaire permettant une extraction de hauteur limitée, les assises de maçonnerie sont comprises entre 16 et 30 cm. Les blocs constituant des parties d’architecture de plus grosse taille sont pris dans de la pierre dite de Caumont dans l’Eure (Crétacé supérieur – étage Sénonien), pierre blanche tendre contenant des inclusions de silex noir. C’est le cas des piédroits du portail de la Porte aux Cerfs, des voussoirs de la voûte de l’arche du pont dormant, ou de blocs retrouvés dans le fossé, provenant probablement du parapet de ce même pont. Certains linteaux de canonnières, notamment les pierres couvrant l’ébrasure extérieure, très large, sont constitués de blocs d’un calcaire coquiller très dur, de couleur ocre foncé, provenant de Ranville, dans le Calvados (vallée de l’Orne – Jurassique moyen).

17Le blocage ou fourrage des murs est constitué d’un mélange de déchets de pierre calcaire, de blocs de silex, et de mortier de chaux. L’analyse des élévations a permis de comprendre que chaque édifice est construit assise par assise, d’un seul tenant. Pour le boulevard par exemple, le mortier constituant le sol d’une casemate se prolonge sur les côtés pour constituer le joint des assises de pierre. De même, toutes les assises d’un même niveau sont de hauteur similaire, de la tour 1 à la tour 3 ; le blocage a aussi été élevé rang par rang, d’une extrémité à l’autre pour chaque édifice.

18Les traces repérées sur la surface des parements indiquent que l’outil principal utilisé était le taillant laie brettelé, sorte de hache à double tranchant : l’un droit ou dentelé grossier, et l’autre dentelé fin. C’est à la fois un outil de dégrossi et de finition, complétant l’usage du ciseau et de la broche. Quelques traces de sciage sont observées, mais il faut surtout noter l’existence de signes gravés (lettres grecques, chiffres, croix), toujours présents sur le lit d’attente : il s’agit vraisemblablement de marques destinées à repérer la future position des pierres à poser.

L’état de conservation des élévations et des niveaux archéologiques

19Des désordres anciens sont visibles sur les élévations, comme ces affaissements des escaliers du boulevard et de la courtine sud de la Porte aux Cerfs. Ils sont dus essentiellement à des fondations plus faibles que celles des maçonneries d’origine, le long desquelles ils sont accolés.

20Le comblement des fossés, à partir du début du XVIIe siècle, a contribué à la protection d’une partie des maçonneries (soubassements de la tour sud, parement sud du pont dormant) ; l’élévation progressive du niveau des remblais dans la cour du boulevard, accompagnant la surélévation des niveaux de chaussée, a permis la sauvegarde des parements intérieurs de celui-ci. Mais l’ordre de démantèlement de la fortification, à partir de 1580, a ouvert la Porte de Rouen à l’action des récupérateurs de matériaux (élévations de la Porte aux Cerfs, parements extérieurs du boulevard, parement nord du pont dormant). Les élévations ont ainsi perdu leurs dimensions originelles. Le démontage intégral du parement extérieur du boulevard a entraîné la chute du parapet qui devait protéger les défenseurs au sommet de la courtine. Les maçonneries mises à nu se sont disloquées sous l’effet combiné du ruissellement et du gel ; le développement de la végétation a contribué à la transformation du site en ruine romantique. Toujours considérée comme un témoin majeur de l’histoire de la ville, la Porte de Rouen est restée à l’écart des zones de développement urbain, maintenue dans le domaine public. Plusieurs campagnes de fouilles clandestines, opérées entre la fin du XIXe siècle et 1984, aboutissent à la destruction d’une partie importante de la stratigraphie dans la cour du boulevard, jusqu’au niveau des sols des casemates et au pied du talus de la rue.

21À partir de 1913, la face nord du pont dormant et le parement oriental de la courtine nord servant de mur de clôture à la cour de l’école maternelle proche ont été fortement perturbés ; dans les années 1970, la face nord de l’arche centrale du pont dormant a été déstabilisée par l’implantation d’un réseau électrique à haute-tension. En revanche, la stratigraphie présente au sud de la rue a été préservée grâce à la maison de 1866, détruite dans la décennie 1980 et à ses fondations peu profondes.

Les chantiers de préservation et de restauration des élévations

22Les opérations de fouilles s’accompagnent d’importants terrassements et de la dévégétalisation des élévations, en vue de leur étude architecturale. Cette mise à nu des structures de fondations et des parties aériennes doit être rapidement compensée par des mesures conservatoires : bâchage temporaire, protection avec des surfaces de tôles, puis intervention de rocaillage en partie supérieure, par le remplacement de la couche de maçonnerie délitée par une couche neuve de mortier de chaux et de moellons de silex. La maçonnerie de ces moellons est réalisée de façon à créer un chemin d’évacuation des eaux pluviales vers l’extérieur du mur, pour empêcher la stagnation de ces eaux et l’apparition de poches d’humus autant que la gélifraction.

Fig. 15. Restauration du boulevard. Etat des parements intérieurs en avril 2008.

Fig. 16. Restauration du boulevard. Etat en juillet 2009 après restauration.

23Enfin, l’étude de l’architecture des monuments permet de proposer un programme de restauration, dans le strict respect de l’architecture, des matériaux et des techniques connues, et dans un esprit pédagogique et didactique. Ce programme, débuté en 2007 et entièrement pris en charge par la ville d’Harfleur, a débuté par la restauration d’une partie des parements intérieurs du boulevard, avec la participation de bénévoles encadrés par les Compagnons des devoirs unis (fig. 15 et 16).

La poursuite des recherches archéologiques

24Les recherches archéologiques sont arrêtées à la fin de l’année 2009, dans l’attente de la déviation du réseau électrique à haute tension qui traverse le site dans l’axe de la rue du pont de Rouen. Compte tenu des contraintes techniques et de son coût relativement élevé, l’opération devrait être entièrement prise en charge par ERDF, au plus tôt dans le courant de l’année 2011.

25L’objet de ces ultimes campagnes de fouilles sera l’étude des phases de construction des deux ponts dormants d’une part, et d’autre part la fin de l’étude des niveaux de chaussée entre le pont dormant et l’entrée du boulevard.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Berthelot S., Marin J.-Y., et al (2002) – Vivre au Moyen Âge, archéologie du quotidien en Normandie, XIIIe-XVe siècles. Catalogue d’exposition, Cinq continents Éditions, Milan.

Faucherre N. (1989) – Barbacanes, boulevards, ravelins et autres demi-lunes, inventaire incertain. Aux portes du château, Actes du troisième colloque de castellologie, Flaran, Valence-sur-Baïse, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, p. 105-115.

Le Cain B. (2000a) – Les fortifications de Harfleur au début du XVe siècle, les années de l’occupation anglaise. Les fortifications Plantagenêt, M.-P. Baudry (dir.), Poitiers, CESCM, p. 101-111.

— (2000b) – Harfleur pendant la guerre de Cent Ans. La Normandie dans la guerre de Cent Ans, supplément au catalogue d’exposition, Rouen, 18 p.

— (1993) — Le port d’Harfleur au Moyen Âge (XIVe – XVe siècles), les aspects militaires d’un port médiéval. Mémoire de maîtrise, université de Paris I, 1993.

Le Cain B., Maffre B. (1992) – Étude sur les fortifications médiévales de Harfleur, rapport d’opération archéologique, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Lebrasseur O. (2010) – Les ossements animaux du site de la Porte de Rouen, Harfleur : résultats préliminaires de l’étude de la faune et conclusions relatives à l’alimentation et à l’économie des XVe et XVIe siècles. Journées archéologiques régionales de Haute-NormandieHarfleur 23-24 avril 2010.

Mesqui J. (1991) – Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, Paris, Picard, « Grands manuels Picard », 1991, p. 357-361.

Montenat C., Guiho-Montenat M.-L. (2003) – Prières des murs, graffiti anciens (XVIIe – XVIIIe siècles) aux murs extérieurs des églises, Picardie, Normandie, Île de France, GEMOB, p. 119.

Mullers F. (2001) — Les jeux au Moyen Âge. Paris.

Salamagne A. (2001) – Construire au Moyen Âge. Les chantiers de fortifications de Douai, Lille, Presses universitaires du Septentrion, « Histoire et civilisations », 2001.

Watté J.-P. (2010) – Harfleur (76) : un atelier de taille de pavés en silex du XVe siècle, étude technologique. Journées archéologiques régionales de Haute-Normandie – Harfleur 23-24 avril 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Clos aux Galées et la Porte de Rouen. Plan des vestiges sur le cadastre, d’après Le Cain, 1992.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 2. La Porte de Rouen. Plan de masse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3. Vue d’ensemble de la porte aux Cerfs vue de l’est. Au premier plan, le pont dormant.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4. La porte aux Cerfs vue de dessus. A gauche, le blocage de la tour nord. Au centre, la tour sud. A droite, la courtine sud et la base de l’escalier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 5. Fossé du pont levis comblé au XVIIe siècle. A gauche, le parement de la tour sud. A droite, le mur d’extrémité ouest du pont dormant.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. Au premier plan, dallage du pont dormant primitif.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 7. Pont dormant primitif détruit partiellement et recouvert par celui du XVe siècle (au centre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 8. Parement sud du pont dormant présentant une arche centrale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 9. Le boulevard. Vue d’ensemble de l’est. A gauche, entrée latérale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 10. Plan du boulevard au niveau de la plate forme d’artillerie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 11. Le boulevard. Blocage extérieur : tours 1 et 2 avec canonnières.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 12. Le boulevard. Escalier et voûte de décharge.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 13. Le boulevard. Casemate avec voûte d’ogives dans la tour 1.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 14. Jonction à niveau des chaussées du XVe (à gauche) et du XVIIe siècle (au centre) à l’entrée du pont dormant. Vue prise de l’est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 15. Restauration du boulevard. Etat des parements intérieurs en avril 2008.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 16. Restauration du boulevard. Etat en juillet 2009 après restauration.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6993/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search