Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Gisors, Neaufles-Saint-Martin (Eure). Diagnostic préalable au contournement nord-ouest de Gisors

Gisors, Neaufles-Saint-Martin. Field survey prior to the creation of a bypass north-west of Gisors

Laurent Guyard

Résumé

Le diagnostic préalable à la réalisation du contournement nord-ouest de Gisors a conduit à la découverte d’un grand nombre de vestiges et de traces d’occupations disséminés sur l’ensemble du tracé. Toutefois, seuls deux sites majeurs ont été découverts en bordure de l’Epte : un site carolingien, recoupé par un puissant fossé médiéval et un second site du haut Moyen Âge. Un gisement original (occupations d’une carrière de craie médiévale) est aussi à signaler.

The field survey undertaken prior to the construction of a bypass north-west of Gisors led to the discovery of a large number of vestiges and traces of occupation over the length of the proposed route. However, only two major sites were discovered along the Epte River: a Carolingian site, bisected by a substantial mediaeval moat, and a second, High Middle Ages site. A chalk deposit which was the site of a mediaeval quarry is also of interest.

Texte intégral

Présentation

1Il n’est pas fréquent de présenter lors de journées archéologiques régionales les résultats d’un diagnostic archéologique préventif. Toutefois, par son ampleur, sa méthodologie ou tout simplement parce qu’il s’agit de la première opération d’importance de la Mission archéologique départementale de l’Eure nouvellement agréée (septembre 2007), cette opération a justifié une présentation. Le projet de contournement routier de la ville de Gisors a fait l’objet de deux prescriptions de diagnostic archéologique, l’une par le service régional de l’archéologie de Haute-Normandie portant sur 21,2 ha situés sur les communes de Gisors et Neaufles-Saint-Martin, l’autre par le service régional de l’archéologie de Picardie pour la portion située dans l’Oise à Eragny-sur-Epte (5,4 ha). Compte tenu de l’emprise totale de la déviation (26,6 ha), le risque archéologique a semblé assez fort, même si une partie du tracé concerne des pentes moyennes marquées par la présence de vallons. La nature des terrains, localisés en zone agricole à la périphérie de l’agglomération de Gisors, où peu d’occupations récentes sont susceptibles d’avoir affouillé le sol, permettait d’envisager la présence de vestiges, principalement sur les zones les plus planes du tracé, en rebord et sommet de plateau (au nord) et en bordure de l’Epte (au sud et au nord-est).

2La carte archéologique était néanmoins, avant travaux, assez peu documentée sur les zones rurales, par comparaison avec la ville antique probable et médiévale de Gisors. Seul un site antique, malheureusement mal situé, pouvait constituer un risque majeur de découverte dans la partie sud du tracé. I1 s’agit d’un gisement repéré anciennement et signalé par des tuiles, qui pouvait correspondre à un site rural satellite de l’agglomération secondaire gallo-romaine de Gisors, située quant à elle sous la ville actuelle. La présence de cette agglomération laissait aussi songer à l’existence de voiries rayonnantes qui pouvaient être recoupées par le tracé de la déviation, si elles n’étaient pas recouvertes par les axes viaires actuels.

3Pour la période médiévale, la perduration (en continu ?) de l’occupation au-dessus de la ville antique était un indice de forte occupation du secteur. Pour le haut Moyen Âge, la présence de sites ruraux satellites du bourg n’était pas à exclure. En revanche, pour le Moyen Âge classique, période de formation du paysage actuel, l’essentiel des sites devait être recouvert par les occupations modernes et contemporaines, urbaines ou rurales (fermes actuelles). Le risque était donc très faible.

4La plupart de ces présomptions ont trouvé des échos dans les découvertes réalisées sur l’ensemble du tracé. En effet, le diagnostic a conduit à la découverte d’un grand nombre de vestiges et de traces d’occupations disséminés sur l’ensemble du tracé (fig. 1). Toutefois, seul deux sites majeurs semblent se dessiner à l’issue de l’opération : un site carolingien en bordure de l’Epte, recouvrant peut-être une portion de site néolithique, l’ensemble recoupé par un imposant fossé médiéval bordant la rivière. Au nord, un second site du haut Moyen Âge, comportant peut-être une portion d’occupation protohistorique, borde l’Epte. Un autre gisement, plutôt original, correspond aux traces d’occupation et d’exploitation d’une carrière de craie médiévale. Les autres vestiges, au nord et à l’ouest, ne paraissent pas suffisamment denses et structurés, soit par ce qu’il s’agit de sites très modestes, soit parce qu’ils correspondent à des périphéries de sites plus importants localisés en dehors de l’emprise.

Fig. 1. Plan des travaux de diagnostic et localisation des découvertes archéologiques.

5Une partie du tracé est caractérisée par la présence de vallons marqués, comblés durant les périodes historiques. En raison de leur rôle de collecteur naturel, ils sont naturellement peu propices aux installations humaines, et n’ont d’ailleurs pas révélé d’importantes traces d’habitat. Ils ont en revanche enregistré dans leur colmatage progressif les phases d’érosion correspondant aux mises en culture des terrains aux périodes historiques. Un matériel archéologique lithique ou céramique parfois abondant y a été recueilli.

Méthodologie de l’opération

6Conformément aux prescriptions du service régional de l’archéologie, des tranchées ont été réalisées sur l’ensemble des terrains accessibles. L’espace a été découpé en 10 sections correspondant à des portions de terres agricoles entre deux voiries. La section 1, au sud, n’a pas été sondée car le projet d’élargissement de voirie a été abandonné. Le diagnostic de la section 9, couverte de bois et inaccessible (forte pente), a été abandonné. La section 10, poursuite du projet au nord-est sur la commune dÉragny-sur-Epte (Oise), a été traitée à part, dans le cadre d’une convention avec l’INRAP et la MADE, et gérée par le service régional de l’archéologie de Picardie.

7Au total, le diagnostic a concerné une surface de 24,6 ha sur les 26,6 ha initialement prévus. Exactement 10 % de la surface prescrite a été sondée mécaniquement par l’ouverture de tranchées continues. La collecte du matériel archéologique a été maximale (plus de 1 700 éléments divers). Passe par passe, le matériel a été pointé en altitude relative par rapport au bord de sondage. Dans de nombreux cas, le positionnement en trois dimensions a été effectué par le géomètre.

8Bien que non demandé dans la prescription, la MADE a souhaité, à titre expérimental et en accord avec la Direction des routes et des transports du Conseil général et le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, faire procéder à des prospections géophysiques sur les deux secteurs plans les plus sensibles dans l’Eure, au nord (section 8) et au sud (section 2). Les deux procédés tractés actuels, électriques et magnétiques, ont été utilisés, sur une surface totale de 7 ha.

9La faible emprise du fuseau routier n’a guère facilité l’examen de ces données préalables, qui n’ont pas permis de caractériser clairement de site archéologique structuré, à l’exception d’un fossé imposant et de fortes anomalies magnétiques suggérant la présence d’éventuelles bombes militaires. Au nord, le diagnostic qui a suivi a confirmé l’absence de site majeur et a permis de conclure que les cartes géophysiques obtenues offrent une excellente lisibilité des formations géologiques superficielles, favorisant ainsi l’exploitation des données géoarchéologiques. Au sud, le site du haut Moyen Âge, recouvert par une épaisseur importante de sédiments, n’a pas été détecté. En revanche, le puissant fossé bordé d’un talus, non visible au sol, a pu être sondé perpendiculairement grâce aux connaissances géophysiques préalables.

10En raison de la complexité supposée des dépôts superficiels dans le secteur de Gisors, il a été fait appel à un géoarchéologue pour suivre l’ensemble du tracé. L’objectif était de caractériser l’ensemble des contextes géologiques et géomorphologiques, afin de pouvoir replacer le matériel archéologique ou les sites dans des environnements précis. L’existence de vallons marqués et la présence du fond de vallée de l’Epte constituaient un risque de fortes sédimentations qu’il convenait de bien caractériser. Parallèlement, un sondage a été réalisé dans un but géomorphologique dans le cadre du doctorat de Serafina Secchi (université de Rouen), co-encadrée par David Sebbagh (université de Rouen) et Thierry Lepert (service régional de l’archéologie Haute-Normandie) afin de bien mettre en évidence les modalités de colmatage des vallons durant les périodes historiques.

Résultats par périodes chronologiques

Des phénomènes naturels

11Lors du diagnostic, un certain nombre d’anomalies ont été détectées sur le terrain, sans pouvoir être attribuées à une période chronologique précise. C’est le cas de grands creusements découverts au nord-ouest du diagnostic (tronçon 5), au sommet du plateau. Le remplissage inférieur, qui semble naturel, pourrait accréditer l’hypothèse de karsts formés dans le substrat crayeux, comme ceux encore actifs dans le bois de Gisors tout proche (près du tronçon 6). Ces deux anomalies semblent avoir été actives au cours des périodes historiques, comme semble le suggérer leur remblaiement partiel au cours de la période romaine (fig. 2).

Fig. 2. Karst comblé, avec apport de matériaux en surface durant l’époque romaine.

Fig. 3. Comblement de vallon stratifié au nord du tronçon 8.

Fig. 4. Tronçon 10. Sédimentation dans le lit majeur de l’Epte. À la base, sur des sables et graviers, dépôt argileux riche en bois flottés.

12Dans le bois de Gisors, l’absence d’anthropisation du sol a été remarquée. Directement sous l’humus (5 à 10 cm), le substrat vierge est apparu, semblant indiquer qu’à l’exception de l’exploitation forestière du lieu, aucune intervention agricole lourde n’y a été pratiquée au cours du temps. Les phénomènes naturels principalement mis en évidence sont les colmatages de vallons datés des périodes historiques (fig. 3), pour lesquels de nombreuses séquences ont été observées. Si le matériel archéologique contenu dans ces séquences est assez important, il provient hélas du lessivage des parties hautes du plateau et n’apporte guère de contribution historique ou archéologique, si ce n’est en attestant des occupations humaines diverses au cours des temps préhistoriques et historiques. Ces colmatages de vallons n’ont de surcroît scellé aucune occupation antérieure, principalement en raison du caractère inhospitalier de ces lieux, aux pentes assez fortes, qui ont constitué de tous temps de gigantesques collecteurs des eaux de surface.

13Au nord, les sondages réalisés à Éragny-sur-Epte (Oise) ont révélé une stratigraphie naturelle particulièrement intéressante. En bordure immédiate de la rive gauche de TEpte, les terrassements ont pu être menés jusqu’à près de 2,20 m de profondeur (fig. 4) avant que l’eau ne ressurgisse dans les tranchées, permettant d’observer la stratigraphie suivante. Sous au moins deux niveaux de terre arable humifere brune (épaisseur : 50 cm) se trouve une strate épaisse de 70 cm constituée de limons de débordements très meubles en surface, plus compacte et argileuse à la base. Elle est située au-dessus d’un niveau d’argile grise de 90 cm recouvrant un dépôt de bois flottés épais de 15 cm et reposant sur des sables et graviers fins. Les bois, parfois de section pouvant aller jusqu’à 30 cm, semblent correspondre à des troncs d’arbres bruts et à des branchages entremêlés (fig. 5). Dans la partie supérieure des limons de débordement, un abondant matériel lithique a été recueilli.

Le paléolithique et l’épipaléolithique

14Les indices d’occupations paléolithiques sur le tracé sont restés assez faibles, et se résument à trois zones distinctes où du matériel a été découvert, mais en quantité très variable.

15Au nord-ouest, le comblement d’une doline a piégé quelques éclats de silex paléolithiques, mais l’absence de concentration et de sondage profond ne permettent pas de trancher sur l’intérêt et la datation précise de ces maigres découvertes.

16Plus au sud, la découverte d’un biface, « posé » sur la tranche à la base des limons, aurait pu constituer un indice d’occupation du secteur au Paléolithique moyen (fig. 6), mais les sondages profonds alentours n’ont pas permis de considérer l’objet comme appartenant à une concentration manifeste ; il ne doit donc s’agir que d’une simple perte. Au nord, dans le lit majeur de l’Epte, un important lot de matériel lithique a été découvert dans les limons de débordement beige, à des altitudes relatives de – 40 cm à – 115 cm par rapport à la surface du sol actuel. Une plus forte concentration se remarque néanmoins vers – 55/ – 65 cm. Dans la partie supérieure, ce matériel est associé à des tuiles plates médiévales ou modernes, en quantité plus importante en surface, sous les couches de labour humifères contemporaines. Le matériel lithique découvert dans ces niveaux partiellement sondés est relativement abondant. On y remarque de très nombreux nucleus ou nuclei, parfois de grande taille (fig. 7), des percuteurs, quelques gros éclats de débitage primaire et d’autres éclats divers. Très peu d’outils ont été découverts. Quelques-uns de ces artefacts sont brûlés. La fraîcheur du matériel pourrait suggérer un site en place, mais le contexte de limon de débordement nous fait plutôt pencher en faveur d’un déplacement peu éloigné d’un site de bord de berge qui aurait pu être érodé anciennement. Il pourrait aussi s’agir de matériel jeté dans ces limons à partir d’une berge proche, les limons disparaissant rapidement.

Fig. 5. Éléments de bois flottés provenant des alluvions de l’Epte.

Fig. 6. Biface du Paléolithique moyen retrouvé à la base des limons.

Fig. 7. Éclats et nuclei provenant des limons de débordement du lit majeur de l’Epte.

17L’homogénéité de l’ensemble reste remarquable. L’étude du matériel réalisée par Jean-Pierre Watté (Centre de recherches archéologiques de HauteNormandie) permet de proposer une attribution au Paléolithique supérieur.

Le Néolithique et les âges des métaux

18L’essentiel du matériel lithique retrouvé appartient à ces périodes, de chronologie très étendue et imprécise, où les techniques de taille de silex ne semblent pas chronologiquement datantes (surtout en présence de simples éclats), et où les céramiques, en l’absence de forme identifiables, ne sont parfois d’aucun secours. Une grande partie de ce matériel a été découvert dans les limons, sous la couche de labour actuelle, et aussi dans les comblements de vallons. Toutefois, quelques concentrations de matériel, associées à des creusements, semblent correspondre à des vestiges d’occupations.

19Au nord-est (tronçon 8), quelques creusements associés à du matériel lithique et à des tessons de céramique non tournée pourraient correspondre à une modeste occupation en tête de vallon, sur une surface approximative d’un hectare formant un triangle rectangle. Les indices restent maigres et peu datables.

Fig. 8. Céramique trouvée écrasée en place à Eragnysur-Epte (Oise).

20Au nord-ouest (tronçon 5), le matériel céramique présent dans quelques creusements pourrait indiquer une occupation durant la fin de la Protohistoire et l’époque romaine, mais là encore, les indices restent maigres et l’emprise étroite. En limite sud de cette concentration, un vase écrasé dans un contexte très charbonneux pourrait correspondre aux restes d’une incinération. En incluant les deux dolines des karsts comblés à l’époque antique, la surface concernée dans l’emprise n’excède pas les 4 000 m2.

21Près de la doline ayant livré du matériel paléolithique (section 5), deux fosses ont livré du matériel lithique et céramique qui suggère une occupation ou des prélèvements de matériaux durant la période néolithique.

22Un peu plus au sud (section 4), en partie basse de versant de vallon, une seule fosse, parmi quelques creusements disséminés (fosses, trous de poteaux), a livré de la céramique non tournée. Les traces d’occupations et les indices chronologiques paraissent maigres pour ce secteur.

23Au nord-ouest de la section 2, quelques creusements, dont un fossé, ont livré du matériel lithique et céramique associés, ainsi que des éléments épars dans les limons. La faible largeur d’emprise et l’absence de fenêtre n’ont pas permis de caractériser cette occupation diffuse.

24Au centre et à l’est de la section 2, le matériel céramique et lithique est très abondant dans les limons, bien préservés par des colluvions dans ce secteur. Quelques structures indubitables appartiennent à cette occupation, probablement néolithique, qui a par ailleurs été recouverte et recoupée par un site carolingien. Deux fosses ont livré du matériel lithique qui atteste de débitage de silex sur place.

25Enfin, tout à fait au nord (tronçon 10), quelques indices céramiques (matériel écrasé en place, fosses) indiquent une possible occupation protohistorique sous le site du haut Moyen Âge bordant l’Epte (fig. 8).

L’époque romaine

26À l’exception de matériel identifiable dans les comblements de vallons ou en remploi dans les sites du haut Moyen Âge, la période romaine s’est faite très discrète sur le tracé de la déviation de Gisors. La présence, mentionnée anciennement, d’un site antique entre Gisors et Neaufles-SaintMartin, n’a pas pu être confirmée. Dans la section 5, les seuls indices d’occupation antique sont des artefacts contenus dans des fosses dans lesquelles de la céramique non tournée a parfois été recueillie. La superposition avec les indices d’occupations plus anciens présentés plus haut est frappante, mais aucune structuration ne saurait être dégagée au regard de la quantité et de la nature des vestiges. L’abondance du matériel antique dans les comblements de vallons situés plus à l’est est un indice confortant néanmoins les traces d’occupations mentionnées précédemment. Une vidange de foyer a d’ailleurs été décelée dans l’un d’eux. Au nord de la section 5, deux dépressions d’origine karstiques semblent avoir été comblées avec du matériel provenant d’un petit site proche, caractérisé par des poteaux et des fossés, appartenant à la Protohistoire récente et/ou à la période romaine. Au sud de la section 3 et au nord-ouest de la section 2, une fosse et deux fossés ont livré du matériel datable de l’époque romaine. Les très nombreuses terres cuites architecturales présentes à l’emplacement des deux sites du haut Moyen Âge attestent surtout de la récupération abondante de ces matériaux à cette période pour les arts du feu (construction de fours) ou les calages de poteaux, et indiquent un site important proche, probablement l’agglomération secondaire supposée sous la ville actuelle de Gisors.

Le haut Moyen Âge

27Si l’on excepte quelques indices épars (section 2, au milieu des vestiges de la Protohistoire et de l’Antiquité et sections 4 et 5), les traces d’occupation datables du haut Moyen Âge sont maigres. La topographie souvent accidentée des lieux pourrait être l’explication de ce phénomène. Seules les parties planes, en bordure de l’Epte (et donc de la ressource en eau), ont semble-t-il constitué un lieu propice aux installations humaines lors de cette période.

28Le site carolingien découvert à l’est de la section 2, sur une terrasse en bordure de l’Epte, constitue indéniablement l’un des deux sites majeurs décelés lors de ce diagnostic. En dépit d’un manque de données concernant la structuration du site, l’abondance des creusements (fig. 9 et 10) et la concordance des éléments chronologiques attestent clairement d’une occupation durant la période carolingienne. L’essentiel des vestiges consiste en fosses et trous de poteaux, mais on doit également signaler une sépulture. Quelques dépressions pourraient correspondre à des fonds de cabane, et d’autres dépressions, peut-être des zones de prélèvement de limon, semblent avoir été occupées durant le haut Moyen Âge. Les sédiments associés à ces vestiges sont très sombres, en raison de l’abondance des charbons de bois, qui témoignent, comme les terres cuites architecturales antiques brûlées, d’activités domestiques au cœur de ce site, même si aucun four d’importance n’a été mis en évidence pour l’instant. Le site semble assez nettement limité à l’ouest et à l’est, notamment par la présence d’un fossé médiéval. La surface du site carolingien concernée par le projet routier couvrirait une surface d’environ 6 800 m2.

Fig. 9. Fosse carolingienne après coupe et fouille sur le site du haut Moyen Âge de Gisors.

Fig. 10. Fosse avec céramique carolingienne écrasée dans le comblement.

Fig. 11. Fosse du haut Moyen Âge avec son comblement très charbonneux caractéristique.

Fig. 12. Four du haut Moyen Âge constitué d’un radier de terres cuites antiques et d’une chape de limon. Un second niveau plus ancien apparaît dans la coupe.

Fig. 13. Front de taille de la carrière de craie, probablement médiévale.

Fig. 14. Fossé et trous de poteaux à la base de la carrière de craie probablement médiévale.

29Le second gisement est installé dans le fond de vallée actuel de l’Epte, sur une très légère terrasse, sur la commune d’Eragny-sur-Epte (Oise). À l’est, les vestiges affleurent sous le labour. Vers l’ouest, dans la pente, le labour actuel recouvre une épaisse couche gravelo-limoneuse noire sous laquelle les structures sont détectables. Elles sont peut-être parfois creusées depuis un niveau supérieur, mais sont alors peu lisibles. Ce site, d’au moins 2 ha, semble limité à l’ouest par un imposant fossé en V, comblé de matériaux antiques en abondance, mais au sein desquels ont été recueillis quelques tessons du haut Moyen Âge. La particularité de ce fossé est son tracé sinueux parfaitement parallèle au cours actuel de l’Epte. Quelques structures semblent toutefois légèrement déborder vers l’ouest. Le reste du site se développe donc à l’est, selon des concentrations variées. Certaines zones recèlent de nombreuses fosses (fig. 11) et trous de poteaux, d’autres semblent stériles (cours, chemins ?). On note la présence de plusieurs structures de combustion (fig. 12). Un groupe de fours pourrait bien occuper une partie du coeur du site. Des cupules rubéfiées s’inscriraient quant à elles dans le même cadre, mais peut-être pour une fonction métallurgique encore incertaine. Cette zone de fours semble se répartir autour d’un espace assez vide, à l’intérieur duquel a été repérée une grande dépression. Le matériel archéologique est caractérisé par la présence de céramique (principalement du haut Moyen Âge), de faune, mais surtout de très nombreuses terres cuites architecturales antiques et de pierres calcaires brûlées. On notera également la présence de scories et d’une loupe de fer, signe d’activité de forge au sein de cette très probable exploitation agricole. La chronologie est difficile à établir, mais l’occupation pourrait couvrir tout le haut Moyen Âge. Le recoupement de certaines structures plaide en faveur d’une occupation plutôt longue.

30On ne peut s’empêcher de mettre ces deux sites en relation. Tous deux sont situés en fond de vallée, et la nature des vestiges est très comparable. L’une des marques de ces occupations est l’importante récupération de terres cuites architecturales antiques. Au matériel classique (tegula, imbrex) s’ajoute ici des briques de chaînage et des tubuli, signe d’un prélèvement sur un édifice thermal antique. Ces deux occupations, peut-être synchrones, semblent marquer le dynamisme agricole autour de Gisors durant le haut Moyen Âge.

Le Moyen Âge classique

31Cette période chronologique, qui constitue généralement le parent pauvre des diagnostics en zone rurale, s’illustre curieusement sur le tracé de la déviation par trois découvertes principales inédites.

32La première découverte (section 3) est celle d’un chemin médiéval, large d’environ 7 m et bordé de deux fossés. Il s’agit probablement d’un tracé ancien de la route de Vernon.

33La seconde est celle d’une carrière médiévale, dont les traces d’occupations domestiques semblent avoir été conservées près du front de taille initial (fig. 13), sur le versant est d’un vallon exploré dans la section 3. Divers creusements (fosses, trous de poteaux, etc. : fig. 14) ont été associés à la carrière, dont ils recoupent le sol (fond de carrière). Le matériel métallique abondant (fig. 15) recueilli dans ces structures offre un terminus post quem pour la datation de la carrière (XVe siècle), que l’on peut donc mettre en relation avec le développement de la ville médiévale de Gisors. Il s’agit d’une des rares occupations rurales (de surcroît artisanale) concernant cette période chronologique.

Fig. 15. Mobilier métallique découvert dans les structures liées à la carrière de craie.

34La troisième découverte est celle d’un large et profond fossé en « V » (fig. 16) associé à un talus ou à un chemin (fig. 17). Ces deux aménagements, initialement repérés par prospection géophysique, ont été recoupés perpendiculairement afin d’en dresser la coupe. La fonction de l’ouvrage semble manifestement défensive (la topographie exclut tout lien avec la rivière située en contrebas). La datation du creusement est inconnue. Le taluschemin qui borde le fossé au nord, et qui semble aménagé avec le produit du creusement, scelle le labour lié au site carolingien. La datation du comblement n’est guère précise. Tout au plus pouvons-nous signaler la présence de fragments de tuiles plates médiévales ou modernes, qui ne sauraient faire remonter la datation au-delà du XIIIe siècle. Mais, selon Gilles Deshayes (MADE), nous émettons l’hypothèse d’une datation beaucoup plus ancienne pour ce fossé, qui pourrait être associé à une ligne de défense créée à la fin du XIIe siècle par Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre, pour se protéger des attaques venant du Royaume de France. À l’ouest du site, un toponyme (Le fossé du Roy), pourrait avoir gardé le souvenir de cette imposante fortification.

Fig. 16. Fossé défensif médiéval.

Fig. 17. Chemin-talus bordant au nord-ouest le fossé défensif médiéval. Cet aménagement scelle le labour recoupant le site du haut Moyen Âge de Gisors.

Les époques moderne et contemporaine

35Ces deux périodes sont marquées par la présence de nombreux fossés parcellaires, de fosses diverses en lien probable avec les pratiques agricoles, de chablis, témoins eux de l’évolution récente du paysage.

36Dans la section 4, un chemin a été mis en évidence dans l’axe d’un vallon. Bien que constitué pour partie de terres cuites antiques, ce chemin, peutêtre médiéval à l’origine, a dû être encore actif à l’époque moderne, si l’on en juge par la datation du matériel contenu dans les deux fossés bordiers mis au jour.

37Au nord-ouest de la section 2, deux éventuels trous d’obus ont été mis en évidence, à proximité de deux anomalies magnétiques fortes qui pourraient indiquer la présence de bombes non explosées de la seconde guerre mondiale.

38L’élément le plus remarquable de ces époques récentes reste néanmoins le gigantesque dépotoir de gravats et déchets divers qui ont servi à combler l’ancienne carrière médiévale découverte dans la section 3 – dont l’exploitation a du se poursuivre à l’époque moderne – jusqu’au front de taille encore actuellement visible dans le paysage sous la forme d’un bosquet (Le Gibet). La partie sud de cette carrière semble avoir été comblée récemment (20 ans ?) si l’on considère la nature des déchets rencontrés (asphalte teintée récente, etc.), scellés par une couche de terre arable qui reconstituait en partie le modelé du vallon ancien.

Conclusion

39Cette première intervention de diagnostic particulièrement importante pour la MADE a révélé principalement deux sites du haut Moyen Âge dont la fouille apportera sans nul doute des éléments déterminants pour la compréhension de l’environnement proche de Gisors à la fin du haut Moyen Âge. Enfin, la mise en évidence d’un fossé défensif d’un grand intérêt historique, est l’une des surprises notables de cette intervention.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan des travaux de diagnostic et localisation des découvertes archéologiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. Karst comblé, avec apport de matériaux en surface durant l’époque romaine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3. Comblement de vallon stratifié au nord du tronçon 8.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4. Tronçon 10. Sédimentation dans le lit majeur de l’Epte. À la base, sur des sables et graviers, dépôt argileux riche en bois flottés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 5. Éléments de bois flottés provenant des alluvions de l’Epte.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 6. Biface du Paléolithique moyen retrouvé à la base des limons.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 7. Éclats et nuclei provenant des limons de débordement du lit majeur de l’Epte.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 8. Céramique trouvée écrasée en place à Eragnysur-Epte (Oise).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 9. Fosse carolingienne après coupe et fouille sur le site du haut Moyen Âge de Gisors.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 10. Fosse avec céramique carolingienne écrasée dans le comblement.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 11. Fosse du haut Moyen Âge avec son comblement très charbonneux caractéristique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 12. Four du haut Moyen Âge constitué d’un radier de terres cuites antiques et d’une chape de limon. Un second niveau plus ancien apparaît dans la coupe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13. Front de taille de la carrière de craie, probablement médiévale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 14. Fossé et trous de poteaux à la base de la carrière de craie probablement médiévale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 15. Mobilier métallique découvert dans les structures liées à la carrière de craie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 16. Fossé défensif médiéval.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 17. Chemin-talus bordant au nord-ouest le fossé défensif médiéval. Cet aménagement scelle le labour recoupant le site du haut Moyen Âge de Gisors.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6989/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540