Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

L’habitat et la nécropole du haut Moyen Âge du lieu-dit Le Moulin Vaquet à Honguemare-Guenouville (Eure) : un « village prénormand » du plateau du Roumois. Premiers résultats de la fouille

High Middle Ages dwelling and necropolis of “Le Moulin Vaquet” near Honguemare-Guenouville (Eure): a “Pre-Norman village” on the Roumois Plateau (first excavation findings)

Gilles Deshayes, Marion Berranger, David Cambou, Sébastien Cormier, Cécile Niel, Delphine Théolas, Marie-Cécile Truc et Nicolas Warmé

Résumé

Sur le plateau du Roumois, le lieu-dit Moulin Vaquet à Honguemare-Guenouville (Eure) était occupé entre le VIIe et le Xe siècle par un village, habitat rural polarisé autour d’une nécropole probablement dominée par une église de bois. La fouille de ce site par la MADE sur 8 600m2 complète celle de l’INRAP à quelques centaines de mètres.

Texte intégral

1L’automne 2009 du lieu-dit Moulin Vaquet, à Honguemare-Guenouville (Eure), a été animé par le deuxième chantier de fouilles préventives de la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE). Le site, un habitat rural et une nécropole du haut Moyen Âge, avait été découvert lors du diagnostic de David Honoré (INRAP) au cours de l’été 2007 (Honoré 2007). Sur une surface de 8 600m2 fouillée et sondée pendant 3 mois et demi, les données de l’étude ont permis d’étirer la chronologie du VIIe au Xe siècle (et tout particulièrement le VIIIe siècle) et d’envisager l’existence d’une église de bois, définissant ainsi cet habitat polarisé comme un « village prénormand », sans doute lié à l’habitat fouillé quelques mois plus tôt par l’INRAP à quelques centaines de mètres au nord-est (fouille dirigée par David Honoré et Nicolas Roudié).

Le contexte

Le contexte géographique et géologique

2La parcelle fouillée se situe à Honguemare-Guenouville, village du plateau du Roumois proche de la basse vallée de la Seine, dans le hameau du Pin. Il s’agit plus précisément de l’ancienne paroisse de Honguemare, dont la plus ancienne mention remonte à 1050-1066 (Charte 197 : Hanguemara ; Fauroux, 1961 : 384). Son suffixe norrois ne peut remonter la formation de ce nom au-delà du Xe siècle (Beaurepaire, 1981 : 129). À un peu plus de 130 m d’altitude, le site est implanté sur les limons de plateaux, propices à l’agriculture, propres à la fabrication de torchis et, à partir du XIIIe siècle, de terres cuites architecturales. Ce secteur du plateau est longé par un premier vallon sec descendant vers la Seine, un second s’enfonçant dans la forêt de La Londe. Exposé plein ouest, le site accuse une pente douce d’à peine 3 %. L’épais limon argileux orangé est l’unique encaissant des structures fossoyées du site. Celles-ci, étêtées au-dessous des niveaux de sol anciens, sont apparues à une profondeur moyenne de 60 cm sous le niveau de sol actuel. L’acidité des limons explique la disparition presque totale des restes osseux du site.

Le contexte archéologique et historique

Les occupations anciennes

3Une fosse augustéenne, un fossé linéaire mal daté (rares tessons protohistoriques) et de la céramique résiduelle situent la parcelle fouillée aux marges d’occupations antiques localisables au nord-ouest. À l’est, la carte des occupations anciennes du hameau du Pin a été complétée par la fouille de l’INRAP (La Tène finale et Bas-Empire).

Le premier Moyen Âge

Fig. 1. Plan général des structures archéologiques et de la céramique du haut Moyen Âge.

4L’occupation très largement majoritaire du site est un habitat polarisé (avec cimetière) dont les éléments datant (fours culinaires, céramiques, mobilier métallique), assurent une fourchette chronologique étirée du VIIe au IXe siècle, débordant plus discrètement sur l’époque ducale. Bien qu’aucun vestige du haut Moyen Âge ne subsiste dans le paysage environnant, les églises des villages voisins portent des titulatures symptomatiques de cette époque (Saint-Martin, Saint-Michel, Saint-Ouen) et apportent d’intéressants indices quant aux plus anciennes occupations médiévales du plateau. Mentionnée dans la 2e moitié du XIIe siècle, l’église Notre-Dame de Honguemare, à plus d’un kilomètre du site, conserve des vestiges du même siècle. Les communes voisines de Bosgouet et Bouquetot ont chacune livré au XIXe siècle une nécropole « mérovingienne » (Canel, 1835 : 376 ; Coutil, 1925 : 112). La basse vallée de la Seine est marquée par de nombreuses fondations d’abbayes au VIIe siècle (Jumièges à 7 km au nord du site). Les diagnostic et fouille de l’INRAP (2007-2009) ont localisé des vestiges d’occupation du haut Moyen Âge principalement à l’est du site, couvrant une chronologie comparable, complétée d’autres traces du second Moyen Âge. Au sud-est, les ateliers de potiers de la forêt de La Londe (Adrian, 1994 et 2004 ; Roy, 1999) ont fonctionné du VIIe au Xe siècle (voire plus tard), approvisionnant les sites du hameau du Pin (céramiques étudiées par Yves-Marie Adrian et Delphine Théolas). La basse Seine fut marquée au IXe siècle par les incendies de Rouen et de Jumièges, par les campements Scandinaves sur les îles du fleuve, sans que la « disparition » de certains habitants ne s’explique pour ces raisons. En effet, comme en de nombreux points de l’ancienne Neustrie, la fin de l’occupation du site de Honguemare, aux IXe ou Xe siècle, se justifie davantage par des phénomènes de déplacements de populations liés à la montée en puissance de pouvoirs locaux et seigneuriaux, laïcs et ecclésiastiques, attirant ou aimantant certains habitants vers de nouveaux centres, très proches (moins de 2 km) ou plus éloignés (Gentili, 2010).

Le second Moyen Âge et l’époque moderne

5Les sources historiques et iconographiques nourrissent la documentation sur les seigneurs de Honguemare et du Pin, et sur le moulin Vaquet. Bien qu’appartenant au XVIIIe siècle aux seigneurs de Tancarville, déjà liés à Honguemare au XIe siècle, la parcelle fouillée peut avoir appartenu entre ces deux siècles aux seigneurs dits du Pin ou aux seigneurs dits de Honguemare. Il existait également un seigneur d’Hautonne dont le dernier château existe encore à quelques centaines de mètres au nord du site. Les différents toponymes témoignent des défrichements du plateau du Roumois du XIe au XIIIe siècle. Le bas Moyen Âge est marqué par la production de terres cuites architecturales (tuiles et carreaux de pavement) sur ce secteur du plateau. Les nombreux moulins du plateau (dont le Moulin Vaquet) figurés sur les plans terriers du XVIIIe siècle rappellent la production céréalière locale à laquelle participait sans doute la parcelle fouillée.

Présentation par secteurs

6La fouille et le traitement des données collectées ont permis de comprendre et de découper l’espace en six secteurs (de A à F) délimités par des marqueurs de l’espace fossoyés, comblés au haut Moyen Âge (fossés et chemin creux), ou par des zones dépourvues de vestiges (fig. 1).

Chemin creux et principaux fossés

7La partie sud-est du site (secteur A) est séparée du reste par un large chemin creux rectiligne de plus de 150 m. D’après les vestiges fossoyés et les parcellaires modernes, cette voie conditionna très nettement l’organisation du paysage local. Sa fouille livra quelques ornières ponctuellement rechargées de silex ou de scories. Les talus bordiers furent percés de deux fours culinaires avortés et d’une « boulangerie-cuisine » ou « fours groupés en batterie » (fig. 2). La datation archéomagnétique des soles de fours (réalisée par Nicolas Warmé, INRAP) et le mobilier archéologique (céramique, agrafe, hache d’armes) étalent la fréquentation de cette voie (ou de ce secteur seulement) du VIIe au Xe siècle, le pôle culinaire fonctionnant à lui seul de 670 (au plus tard) à 875 (au plus tôt), sans que l’on puisse préciser l’état de la voie à ces dates (stratigraphies peu explicites).

Fig. 2. Fours groupés au bord du chemin creux.

8La partie nord-est du site (secteur B) est isolée par un large fossé sinueux comblé au cours des VIIe VIIIe siècles. Un four culinaire fut creusé en sape dans chaque paroi du fossé (une sole circulaire sur radier de tegulae sous le secteur F, une sole en éventail sous le secteur B) ; ces fours fonctionnèrent de 645 (au plus tard) à 670 (au plus tôt). La partie nord-ouest du site (secteur C) est encadrée par un fossé coudé comblé au haut Moyen Âge et dont le pan sud est l’héritage d’un très ancien fossé, probablement protohistorique.

9Entre fossés et chemin creux, l’espace peut être divisé en trois pôles d’habitat (D, E, F) séparés par une absence relative de vestiges fossoyés.

Le secteur A : un parcellaire, un enclos mérovingien, une faible densité d’occupation

10Malgré une vision très partielle de ce secteur, celui-ci se caractérise par une petite série de fossés mal datés (dont deux possibles fossés bordiers d’un chemin côté est), peut-être organisés dans un même parcellaire, un enclos mérovingien au sud et une faible densité d’autres structures fossoyées, rarement caractérisées et datées, concentrées le long du chemin creux et dans la partie est.

Le secteur B : un cellier mérovingien, une fosse d’extraction, des clôtures

11Toute conclusion sur ce secteur reste limitée par l’emprise de la fouille. Tous les secteurs ont livré des fosses attribuables à l’extraction du limon. Même identifiées comme trous de poteaux ou de piquets, les nombreuses petites cavités ne définissent aucun bâtiment. Le secteur paraîtrait donc peu occupé si la présence d’un cellier mérovingien (fig. 3) ne le rattachait pas aux autres secteurs habités du reste du site. Cet éventuel pôle d’habitat pourrait alors inclure dans ses attributs le four culinaire en éventail du fossé sinueux.

Fig. 3. Cellier du secteur B.

Le secteur C : un enclos cimétérial habité et un espace vide

12Ce secteur se répartit en deux ensembles inégaux, séparés par le tracé nord-sud d’un fossé : à l’ouest un espace presque vide (une fosse augusréenne, deux fossés comblés au haut Moyen Âge, quelques structures fossoyées anodines et non datées) ; à l’est un enclos densément occupé caractérisé par un cimetière, renfermant des structures d’habitat (fig. 4). La définition de cet enclos « cimétérial » se fonde sur l’hypothèse que deux fossés se prolongeraient hors emprise jusqu’à un supposé contact orthogonal (que cet enclos soit antérieur au cimetière ou conçu en tant que tel). Ce supposé fossé angulaire ne possède pas la même orientation que le fossé coudé.

Fig. 4. Plan de l’enclos cimétérial.

13L’enclos cimétérial comporte un cimetière légèrement décentré dans la partie ouest et s’étirant vers l’est, et des traces d’habitat et d’occupations du haut Moyen Âge. L’espace occupé par les sépultures n’a livré que très peu de structures non funéraires. Les espaces des vivants et des morts sont accolés, le cimetière est au cœur de l’habitat, dans l’espace et dans les pratiques du quotidien. L’enclos cimétérial n’est pas exclusif, il inclut le champ de repos et les activités du vivant. Les rejets de la vie courante se retrouvent tout autant dans les fosses de l’habitat que dans celle du cimetière. Coincées dans l’angle sud-ouest de l’enclos cimétérial, une vingtaine de structures fossoyées, identifiables et/ou datables du haut Moyen Âge est accolée au cimetière. Au centre, une vaste lentille, ovoïde et peu profonde, encadrée de quelques trous de poteaux, s’assimile à un fond de cabane, percée d’une fosse de stockage rapidement comblée des rejets d’un incendie (charbons de bois, silex et torchis brûlés, une centaine de tessons de céramique pour partie exposés au feu et datables de la fin du VIIe ou du VIIIe siècle). Un four culinaire complète cet ensemble, creusé en sape sous l’enclos cimétérial depuis l’intérieur d’un fossé. De construction soignée, sa sole affiche un plan en éventail sur radier de tegulae.

14Enfin, la partie orientale de l’enclos comporte côté ouest les quelques sépultures les plus excentrées du cimetière, mais se caractérise surtout par une faible densité de structures indéterminées.

Le cimetière du haut Moyen Âge

15Le cimetière se décompose en un agglomérat rectangulaire de sépultures, très nombreuses, simples et multiples, accolées, superposées, recoupées, situé au cœur de l’espace funéraire ; et un ensemble de sépultures isolées les unes des autres ou simplement accolées, très rarement recoupées, réparti tout autour. 32 des 158 sépultures identifiées contenaient les restes de 2 à 7 individus (fig. 5 à 8). Ces sépultures multiples, abondantes, sont un des traits culturels de ce site. On peut estimer à 210 le nombre d’individus inhumés dans l’emprise de la fouille et peut-être à plus de 300 dans tout le cimetière. À cause de l’acidité du terrain naturel, une sépulture sur trois n’a conservé aucun reste humain. Il n’est apparu le plus souvent que des restes de dents ou d’os longs (grande majorité d’adultes). Un dixième seulement des sépultures conservait la majorité des ossements. Quelques-unes présentaient les traces brunâtres d’anciennes planches de bois. Suivant un protocole d’étude établi en collaboration avec Cécile Niel (CNRSUCBN, UMR 6273), les restes osseux prélevés ont été étudiés par Stéphane Hérouin (Service archéologique de la ville de Chartres, rapport en cours). Les fosses sépulcrales ont une forme généralement rectangulaire, parfois trapézoïdale. Divers indices identifient une quarantaine de contenants rectangulaires en matériau périssable (coffrages ou cercueils, difficilement différenciables), surtout en dehors de l’agglomérat central. L’absence de clou oriente vers l’hypothèse d’éléments juxtaposés ou assemblés. Une quinzaine de contenants était calée avec des pierres (silex, calcaire). Un vaste caveau renfermait deux contenants rectangulaires dont un grand caisson de bois formant chambre funéraire et ne conservant que quelques restes de dents. Une autre sépulture renfermait un coffrage trapézoïdal formé d’une vingtaine de tegulae. Les seuls contenants qui auraient permis un transport du corps étaient une trentaine de cercueils étroits, sans doute en bois, surtout dans l’agglomérat central.

Fig. 5. Quelques sépultures multiples du coeur du cimetière.

Fig. 6. Sépulture multiple SEP 822.

Fig. 7. Sépulture multiple SEP 1056.

Fig. 8. Sépulture multiple SEP 1080.

16Les contenants des sépultures multiples à dépôts successifs sont surtout des cercueils trapézoïdaux et étroits, bien caractérisés dans la moitié est de l’agglomérat central. La rareté des recoupements suggère un marquage au sol des sépultures.

1726 sépultures présentent des cas de réductions, souvent au niveau des pieds, où la fosse a alors parfois été surcreusée. Trois petites fosses quadrangulaires suggèrent l’existence de réductions isolées dans de petits contenants (un cas avec quatre crânes d’immatures).

18Dans la majorité des cas, les sépultures sont orientées et la tête du défunt placée à l’ouest de la fosse. Les autres dispositions (souvent nord-sud, la tête au nord) répondent à des contraintes topographiques disparues. La position des bras n’a pu être que rarement observée : les avant-bras sont généralement le long du corps ou sur le bassin.

19La fouille n’a livré aucun dépôt funéraire en place (en dehors d’une boucle de ceinture en fer au niveau du bassin dans une sépulture), ne contrariant pas la chronologie céramique qui couvre tout le VIIIe siècle. Quasiment tout le mobilier archéologique des sépultures est résiduel (position secondaire) : les alliages cuivreux mérovingiens (une fibule cruciforme et une aviforme ; deux anneaux) et le scramasaxe (découvert lors du diagnostic) ont pu appartenir aux premiers inhumés ; les nombreux tessons de céramique, d’usage domestique, et la trentaine de tessons de verre, datables essentiellement d’un même large VIIIe siècle, probablement piégés dans les niveaux d’occupation du cimetière, ont été emportés sous terre par les fossoyeurs. Dans un seul cas, une grande cruche de La Londe (fig. 9) a été trouvée en rejet primaire au-dessus d’une sépulture, témoignant peut-être d’un marquage au sol. Extrait du comblement d’une sépulture lors du diagnostic, un denier de Louis le Pieux allonge la fréquentation assurée du cimetière au-delà de 822. Toutes les sépultures sont incluses dans l’enclos cimétérial. Au coeur du cimetière, un agglomérat de tombes, orienté, dessine un rectangle entouré d’un « passage » presque vide, éventuelle bande de circulation de 17 m sur 11. L’alignement nord-sud de sépultures s’appuyait sans doute contre une limite orientale primitive de l’espace funéraire, sans vestige fossoyé (fossé peu profond, haie, chemin). Le marquage au sol des sépultures est avéré par le très petit nombre de recoupements. Il semble que les fossoyeurs étendirent le cimetière dans la partie est, sans qu’une précision chronologique puisse être proposée. La partie sud-est de l’enclos cimétérial n’est occupée que par trois fosses sépulcrales, a priori rassemblées volontairement loin des autres (dont le caveau). L’agglomérat central concentre sur moins de 190m2 plus de la moitié des inhumés, un nombre conséquent de sépultures multiples, de recoupements et de réductions, traduisant son caractère privilégié ou recherché. Trahi par les effets d’alignement, cet espace était encadré d’une structure rectangulaire sur poteaux plantés (diamètre de 25-30 cm), long d’environ 14 m, large d’environ 8 m, couvrant 110 m2. Selon les comparaisons, il peut s’agir d’une clôture funéraire ou d’un édifice que la chronologie mérovingienne tardive et le contexte ne peuvent qualifier que de cultuel. Les trous de poteaux étaient pour partie accolés aux sépultures, comblés de sédiments difficilement différenciables, leur rapport stratigraphique n’a donc pu être déterminé.

20La position centrale de l’agglomérat, sa forme rectangulaire, son orientation, les effets d’alignement des sépultures, les trous de poteaux, sa densité d’occupation (la moitié des sépultures ; la majorité des inhumés, des recoupements et réductions ; l’essentiel des cercueils et des sépultures multiples ; la seule sépulture à coffrage de tegulae), un espace de circulation médian et orienté suggérant une partition de l’espace, la concentration du mobilier de métal et de verre du cimetière dans sa moitié orientale, etc. nourrissent l’hypothèse d’un grand édifice cultuel et funéraire, rectangulaire et orienté, construit au cœur du cimetière (église ou chapelle) aux origines de la nécropole ou peu après, au plus tôt dans la seconde moitié du VIIe siècle (d’après le mobilier et les sites comparables dans la région). Cet édifice fut sans doute démoli ou abandonné dans le courant du IXe siècle (aucune trace d’incendie). Cette éventuelle église rurale était peut-être secondée de l’habitat de son desservant dans l’angle sud-ouest de l’enclos cimétérial (fond de cabane). L’habitat ainsi fouillé, polarisé autour d’un édifice de culte et d’un cimetière, est qualifiable de « village ».

Fig. 9. Cruche de type La Londe.

Fig. 10. Plan du secteur D.

Le secteur D : une unité d’habitation structurée

21Le secteur D correspond au tiers ouest de l’occupation entre fossés et chemin creux (fig. 10). La partie ouest de ce secteur affiche une faible densité d’occupation avec peu de mobilier datant : deux possibles structures de stockage (un grenier ou fenil carré sur poteaux plantés ; un cellier fossoyé) ; trois résidus de fossés ; plusieurs fosses informes (extraction de limon).

22La partie est de ce secteur se caractérise par une forte densité d’occupation, dominée par une centaine de trous de poteaux. Il se dégage un très grand édifice rectangulaire bâti le long du chemin creux (12 x 6 m) et trois petits bâtiments carrés. Le tracé d’une clôture enserrant cet habitat, par le sud et l’est, peut également être envisagé. Au nord, deux grandes fosses de stockage arrondies ont été comblées de remblais riches en petits tessons de céramique commune et, pour l’une, des restes d’un incendie (charbons de bois et torchis brûlé). Au nord du grand édifice, une grande fosse ovalaire s’apparente à un fond de cabane (fig. 11) dont le sol fut surcreusé d’une large et profonde fosse arrondie à fond plat et bords droits (fosse de stockage sous un plancher disparu ?). Le secteur compte aussi plusieurs grandes fosses d’extraction de limon et quelques espaces vides (cours ?). Le groupe de fours du chemin creux desservait peut-être les habitats de ce secteur. La céramique, fragmentaire, du haut Moyen Âge, peu caractérisée, n’apporte aucune datation précise.

Fig. 11. Fond de cabane du secteur D.

Le secteur E : une unité d’habitation au cœur du site

23Le secteur E correspond au tiers central de l’occupation entre fossés et chemin creux (fig. 12). Il est inégalement perforé de structures fossoyées, sans concentration particulière. Le secteur est traversé par un fossé légèrement incurvé qui, secondé du résidu d’un second, pourrait s’apparenter au fossé bordier d’un chemin lié au chemin creux (état tardif).

24Deux alignements plus ou moins assurés de trous de poteaux autorisent la restitution de deux clôtures sans doute liées au tracé du chemin creux. À l’est se dessine nettement le plan de deux petits bâtiments carrés. L’un d’eux était complété côté nord d’un four culinaire probablement semienterré. Au centre, la densité et les recoupements de fosses oblitèrent le plan d’un bâtiment barlong sur 6 petits poteaux, peut-être complétés d’un septième côté ouest. Les fosses sous-jacentes ont livré une abondant mobilier varié (nombreuses céramiques, fibule, verre) de la fin du VIIe et du courant du VIIIe siècle. Juste au sud-ouest des bâtiments carrés apparaît un vaste fond de cabane oblong aux pignons arrondis (fig. 13). Le fond de fosse, plat et régulier, conservait l’ancrage d’un possible métier à tisser et, posés à plat à peu de distance, deux fonds de céramique.

Fig. 12. Plan du secteur E.

Fig. 13. Fond de cabane du secteur E.

Fig. 14. Fosse de rejet du secteur E.

25Ce secteur compte aussi des fosses d’extraction de limon de toutes tailles qui ont servi de décharge pour les rejets de fours (fig. 14), les rejets domestiques et remblais de nettoyage du site.

26Le secteur E ne connaît aucune limite construite, mais s’isole des secteurs qui l’encadrent par des « vides ». L’espace semble spécialisé : bâti à l’est ; extractions à l’ouest et au nord-ouest. Plus de 400 tessons nourrissent une datation autour du VIIIe siècle, débordant probablement sur le IXe siècle.

Le secteur F : une unité d’habitation dense

27Tiers est de l’habitat entre fossés et chemin creux, le secteur F se caractérise par une grande variété de structures dont une bonne partie datent du haut Moyen Âge (fig. 15). Il ne connaît pas de limite caractérisée au sud-ouest mais un croisement de fossés et de clôtures dans la partie opposée, pour partie liés ou influencés par la présence du chemin creux. Une grande clôture angulaire, solidement ancrée, comportait peut-être à l’angle sud-est un petit bâtiment barlong sur 6 poteaux, localisant une porte (?) ouverte sur le chemin creux.

28Le secteur ne possède pour seuls édifices qu’une poignée de petites constructions rectangulaires assez dispersées (restitution plus ou moins assurée), peut-être associée à une petite clôture cloisonnant l’espace. Les rejets domestiques, primaires ou secondaires, ont chu dans de grandes fosses d’extraction ou de stockage, voisines du bâti ou isolées. La quantité importante de tessons de céramique (presque 500) identifie un habitat et le date des VIIe-VIIIe siècles. Les habitants utilisaient peut-être les fours culinaires agrippés au fossé sinueux. Le creusement d’un four sur le flanc sud du chemin creux leur revient peut-être également (four effondré avant utilisation).

Synthèse : us et coutumes d’un « village prénormand » du plateau du Roumois

29La connaissance des habitats ruraux du plateau du Roumois mérovingien a été enrichie par les fouilles menées au hameau du Pin en 2008 et 2009 par l’INRAP et la MADE. Ces fouilles pourraient être complétées par celle de l’emprise de la ferme du Pin, lien topographique et peut-être chronologique entre les parcelles déjà explorées. La confrontation des données de l’habitat de Honguemare et des sites de Saint-Martin-de-Traine-court à Mondeville (Calvados), Les Coutures à Saleux (Somme) et Les Ruelles à Serris (Seine-et-Marne) appuie l’hypothèse que celui de Honguemare peut être qualifié de « village » (Lorren, 1989 : Gentili, 2010). Aux marges d’habitats plus anciens, le « village prénormand » ainsi identifié était essentiellement occupé aux VIIe et VIIIe siècles avant de disparaître à l’époque carolingienne, alors encore animé par les allées et venues sur le chemin creux et les cuissons de ses fours culinaires. Serrées entre chemin creux, fossés et clôtures, les petites unités d’habitat étaient aussi voisines d’un cimetière dominé en son centre par un hypothétique édifice cultuel et funéraire en matériaux périssables, espace privilégié où s’agglutine la majorité des défunts. Elles comptaient chacune quelques bâtiments sur poteaux plantés, un ou deux fonds de cabane, des fosses de stockage, au moins un four culinaire. Datables sans plus de précision d’un large VIIIe siècle (2e moitié du VIIe – 1re moitié IXe), les inhumations sans dépôt se caractérisent par des contenants périssables (cercueils, coffrages calés de pierres), une abondance de sépultures multiples, un marquage au sol souvent respecté.

Fig. 15. Plan du secteur F.

La fourchette chronologique

30Presque toute la céramique date du haut Moyen Âge. Les tessons datables resserrent l’occupation sur les VIIe et VIIIe siècles ; plusieurs étirent la fourchette vers le IXe siècle, rarement vers le Xe. Le mobilier métallique datable se limite à un scramasaxe, quatre fibules et deux anneaux mérovingiens, une monnaie carolingienne et une hache d’armes. Une partie de la verrerie pourrait appartenir à un large VIIIe siècle. Les fours culinaires déterminent une occupation du site pendant un minimum de 230 ans, de 645 à 875. Quelles que soient les hypothèses, le chemin fournit les preuves d’une fréquentation plus tardive que le reste du site (jusqu’au Xe ou XIe siècle), abandonné en un ou deux temps (habitat et chemin abandonnés en même temps, ou habitat délaissé ou se décalant légèrement avant le chemin, que la « boulangerie » reste en activité ou non). Pour résumer, le site était déjà occupé dans la 1re moitié du VIIe siècle et encore habité dans la 2e moitié du IXe siècle.

Les marqueurs de l’espace

31Le paysage anthropique de l’habitat se décompose en une association synchrone, successive ou progressive, d’un grand enclos fossoyé rectangulaire, cloisonné pour accueillir un cimetière, un grand fossé sinueux et un chemin creux. Les unités d’habitat sont délimitées et plus ou moins conditionnées par ces cicatrices anthropiques. S’y ajoutent des clôtures de poteaux plantés, de taille et de robustesse variable, dont une éventuellement garnie d’une petite entrée sur six poteaux. L’orientation d’une partie des structures fossoyées des trois unités d’habitat (D, E, F) ainsi que les plans terriers et le cadastre napoléonien désignent le chemin creux comme un des géniteurs du parcellaire local.

Les bâtiments

32La présence de torchis sur le site est perceptible par de nombreux fragments (rubéfiés ou brûlés), fosses d’extraction, trous de poteaux porteurs de bâtiments. Une quinzaine d’édifices peuvent être restitués : un possible édifice cultuel et funéraire ; un vaste édifice rectangulaire (maison ?) ; deux fonds de cabane dont un avec métier à tisser ; quelques petits bâtiments carrés ou rectangulaires, sur 4 à 6 poteaux (petites maisons, greniers, fenils, etc.).

Les fours culinaires

33La fouille a livré les vestiges de 11 fours culinaires dont trois n’ont jamais été utilisés. Ces fours sont plus ou moins arasés, la voûte de la sole n’était au mieux décapitée qu’à mi-hauteur. Ils ont presque tous été creusés en sape depuis les profondeurs d’un fossé ou du chemin creux. Leur morphologie compte surtout deux plans (en éventail et circulaires), sans qu’une typo-chronologie puisse être établie entre époques mérovingienne et carolingienne.

34Six fours ont pu être datés par archéomagnétisme. Leurs datations nourrissent celle de la fourchette chronologique d’occupation du site, en accord avec le mobilier archéologique le plus abondant. Elles garantissent un usage du groupe de fours sur le long terme, au moins du VIIe au IXe siècle. Il est possible que les deux fours du fossé sinueux se suivent chronologiquement, l’un remplaçant l’autre. La répartition générale des fours sur le site pourrait signifier leur utilisation par les différentes unités d’habitation. Même si une seule partie de l’habitat est connue, il peut être proposé que le groupe de fours du chemin creux centralise les cuissons de tout ou partie du site à l’époque carolingienne, comme cela s’est vu dans d’autres sites ruraux contemporains. Leurs rejets charbonneux et de terre rubéfiée ont été retrouvés sur place, dans le fond de la fosse de travail, ou à quelque distance dans certaines fosses d’extraction.

Les espaces de stockage fossoyés

35Chaque unité d’habitat a livré les vestiges de structures de stockage fossoyées (silos, celliers, autres), comblées de remblais riches en tessons, de dépôts de rejets primaires ou de restes d’incendie. Ces fosses, peu nombreuses, semblent avoir été reléguées en majorité en périphérie des unités d’habitat.

Les fosses d’extraction de limon

36En tous points du site apparaissent les taches informes des comblements des fosses d’extraction de limon. De tailles et de morphologies très variées, ces fosses ne connaissent pas de répartition spécifique, proches ou éloignées des bâtiments certainement nourris de leur matière première.

L’enclos cimétérial

37L’enclos cimétérial entoure un cimetière de plus de 150 sépultures et de plus de 200 inhumés dans et autour d’une probable église construite sur poteaux plantés. Les modes d’inhumation sont caractérisées par l’absence de dépôt funéraire, la présence de coffrages et de cercueils, de nombreuses sépultures multiples et un marquage au sol des tombes. L’absence de mobilier céramique en dépôt primaire limite le phasage chronologique de cet espace. Cependant, la zone funéraire, d’abord limitée aux 3/4 ouest de l’enclos, s’est élargie vers sa partie orientale. De même, il est possible qu’une ou plusieurs sépultures, habillées, aient pu précéder le grand édifice. Dans le quart sud-est de ce bâtiment, quelques recoupements de sépultures suggèrent une utilisation assez longue sans respect systématique des précédentes inhumations.

Les espaces vides

38Entre les unités d’habitation et à l’intérieur de celles-ci, plusieurs espaces vides fossilisent peut-être l’emplacement de cours, de chemins, de pâtures ou de jardins. Le sud du chemin creux et l’ouest de l’unité D, par le type et le nombre de leurs structures, étaient probablement dévolus à la culture ou à la pâture, s’ils n’étaient pas plus simplement boisés.

Répartition spatiale de la céramique attribuable au haut Moyen Âge

39Diagnostic et fouille ont fourni près de 2 700 tessons du haut Moyen Âge, soit la quasi-totalité du mobilier céramique. Les sondages du secteur A ont révélé la faible densité de structures fossoyées qui n’ont fourni qu’une trentaine de tessons. Sous réserve que les sondages soient représentatifs de l’ensemble de ce secteur, celui-ci ne s’apparente donc pas à un secteur d’habitat. Le secteur B, sans doute incomplet, n’a livré qu’une cinquantaine de tessons, principalement dans un cellier. Le secteur C a fourni le quart des tessons du site (environ 700), en très grande majorité issus de la zone funéraire. Cette proportion est nettement plus importante que celles des trois pôles d’habitat et représente même le double de la quantité de céramique trouvée dans le secteur D. Ils ne s’apparentent pourtant pas à de la céramique funéraire mais à des poteries d’usage domestique. Ces observations montrent l’interpénétration du monde des vivants et de celui des morts. Le secteur D a fourni environ 13 % des céramiques du site, principalement trouvées dans les comblements de grandes fosses de stockage. Cette présence limitée de tessons peut s’expliquer par le grand nombre de trous de poteaux dans cette zone, cavités ayant donc piégé peu de céramique. Les secteurs E et F ont livré presque autant de tessons, surtout piégés dans les comblements de fosses de stockage. Malgré sa longueur et sa surface, le chemin creux n’a livré « que » 232 tessons et n’a donc pas réellement servi de dépotoir. Le fossé sinueux, nettement plus grand que le fossé coudé, a livré 5 fois plus de tessons, comblé de rejets primaires ou de remblais issus des habitats voisins.

Le matériel archéologique

La céramique

40Diagnostic et fouille ont livré près de 2 700 tessons pour une surface d’un peu plus d’1 ha, soit un lot relativement conséquent pour un site du haut Moyen Âge, dont la chronologie, imprécise, se situe aux VIIe – VIIIe siècles, débordant légèrement sur l’époque carolingienne (IXe – Xe siècles). Environ 300 structures (sur plus d’un millier) ont livré du mobilier céramique, très majoritairement moins de 10 tessons. Quelques-unes comprennent entre 50 et 100 tessons (rarement plus) : fosses dépotoirs, fosses de stockage, un ou deux fossés. Le chemin creux est la structure qui livre le plus de mobilier (environ 260 fragments), mais, proportionnellement à sa taille, le nombre de tessons qui lui est associé reste finalement assez faible.

41Le mobilier est très fragmentaire, nombreux mais de (très) petite taille, fréquemment dans un assez mauvais état de conservation. Une centaine de formes a pu être répertoriée, la plupart présentant des profils très incomplets. Malgré tout, l’étude de ce lot vient renforcer nos connaissances sur la céramique en usage à la fin de l’époque mérovingienne dans un secteur encore peu documenté. L’ensemble du mobilier s’avère relativement homogène, rattaché à une chronologie globalement comprise entre la 2e moitié du VIIe et tout le VIIIe siècle. Un seul contexte – le chemin creux – présente quelques éléments plus tardifs (époque carolingienne).

42L’essentiel du mobilier se compose de céramique commune, la céramique fine étant très peu abondante, à une époque où elle représente sur de nombreux sites une partie importante du mobilier. Cette sous-représentation est difficile à expliquer : elle peut être liée aux aléas des conditions de rejet et de conservation du mobilier, ou bien refléter le niveau social et les habitudes culturelles de cette population.

43Le répertoire apparaît très peu varié, avec une très forte représentation des formes fermées : essentiellement des pots, présentant presque tous une lèvre éversée (nombreuses variantes). Les formes ouvertes sont quasi inexistantes, alors qu’un certain nombre d’entre elles (tèles et mortiers notamment) sont caractéristiques du mobilier régional dans ces contextes fin VIIe — VIIIe siècle.

44D’un point de vue technologique, on constate la prédominance des productions rattachées au complexe potier installé en forêt de La Londe (notamment les décors de damiers à la molette et de vaguelettes), qu’il s’agisse des productions encore granuleuses, riches en inclusions ou des productions à pâte sableuse fine. Quelques autres productions sont à signaler, notamment à pâte sombre, mais leur provenance reste difficile à déterminer. Il peut s’agir d’importations ou d’approvisionnements locaux ponctuels, dont l’origine précise reste inconnue.

Le verre

45La fouille fine des fosses sépulcrales du cœur du cimetière a livré une trentaine de très petits tessons de récipients en verre d’une très grande finesse. Ils s’apparentent techniquement aux productions antiques ou mérovingiennes mais quelques-uns, rouges (fig. 16) ou à filet jaune opaque appliqué, sont comparables à des verreries carolingiennes (quartier de la basilique de Saint-Denis ; ville commerçante de Birka, en Suède). Ils pourraient donc appartenir à un large VIIIe siècle (entre la 2e moitié du VIIe et la 1re moitié du IXe siècle). Il peut s’agir de bouteilles, de flacons, de coupes, de bols, de gobelets, mais aussi de luminaires dans ce contexte funéraire. La chronologie et la concentration des tessons dans la moitié est de l’édifice cultuel supposé tendent à éloigner les hypothèses d’éventuels dépôts funéraires et de les rapprocher de possibles mobiliers (liturgiques ?) et/ou à du luminaire. Pour le reste, la moitié d’une petite perle en verre a également été découverte dans le comblement d’une sépulture au cœur du cimetière.

Fig. 16. Fragment de verre (VIIIe siècle ?).

Les fibules

46Le diagnostic et la fouille ont livré quatre fibules en alliage cuivreux : deux fibules ansées symétriques dans l’habitat (secteur E et F) dont une à pieds cruciformes de la seconde moitié du VIIe ou du début du VIIIe siècle ; dans le cœur du cimetière, moins bien datées par manque d’éléments de comparaison, une fibule cruciforme (fig. 17) attribuable à la 1re moitié du VIIe siècle, et une autre, aviforme, du VIIIe siècle. À noter également une agrafe à double crochet, d’époque mérovingienne (étirée à tout le VIIIe siècle), en alliage cuivreux, à corps cylindriques à sept bourrelets percé d’un annelet central, découverte dans l’un des comblements du chemin creux.

Fig. 17. Fibule cruciforme.

Les déchets métallurgiques

47La fouille a livré un corpus majoritairement fragmenté et de très petite taille, à l’exception de deux culots de post-réduction, complets. Les pièces identifiables sont uniquement attribuées aux phases de post-réduction (épuration et forge). L’homogénéité du lot permet de supposer que l’intégralité du corpus est à rattacher à cette même étape de travail. Les culots, complets ou fragmentaires, appartiennent à un même type de déchets massifs, ne laissant voir qu’une faible proportion de porosités (ovoïdales), indiquant le maintien d’une forte fluidification de la scorie dans le foyer. La masse des culots est élevée (près de 700 g en moyenne), soulignant une activité de forgeage d’élaboration intensive, développée sur des temps longs et/ou portant sur des objets volumineux. Enfin, les culots présentent une oxydation périphérique, mais restent néanmoins d’un magnétisme évalué de moyen à faible. Il semble donc que les déchets présents résultent des étapes de mise en forme d’objets, à partir d’une matière première plus ou moins sale, et non pas de l’épuration de produit brut de réduction.

La pierre

48Quantitativement faible, le mobilier lithique prélevé lors de la fouille contient une majorité de silex (environ 450) : un nucléus ; 444 éclats (environ 150 brûlés) ; 8 outils (dont 1 éclat retouché, 3 percuteurs, 2 lamelles, 1 microburin). Le reste de la collecte compte près de 120 blocs, principalement du calcaire et du poudingue (tous deux probablement prélevés sur des sites antiques à proximité, notamment les fragments et ébauches de meules en poudingue dont l’extraction est avérée en forêt de la Londe), moins abondamment de la meulière et du quartzite (fragments de meules), plus rarement du tuf, du grès fin (polissoirs) et du granit. La nature géologique des blocs relevés s’intègre au lieu et aux usages sur le site : ces diverses roches ont été trouvées dans le chemin creux (recharge d’ornières), les fossés et certaines fosses (remblais), certaines sépultures du cimetière (calages de coffrages), plusieurs trous de poteaux (calage), fours et autres lieux domestiques (calcaires et silex chauffés ou brûlés).

La faune

49À l’exception de trois fragments osseux brûlés, les seuls restes osseux animaux du site se limitent à 9 dents dans des comblements datés des VIIe – VIIIe siècles par une abondante céramique. L’indigence et la dispersion ne peuvent révéler de concentrations particulières si ce n’est peut-être le secteur du cimetière et les abords du secteur F. L’isolement des découvertes traduit le caractère résiduel des dents. Nous pouvons tout au plus établir la présence de boeuf (8 restes) et de porc (1 reste) élevés et/ou consommés dans cet habitat. La domination numérique des restes de boeuf s’explique en partie par une meilleure résistance des dents des grands mammifères aux mauvaises conditions de préservation et de conservation du terrain.

50Sur le plateau limoneux du Roumois, à l’emplacement de factuel hameau du Pin de Honguemare exista, du VIIe au courant de l’époque carolingienne, le long d’un chemin creux et autour d’un cimetière fossoyé, un petit village agrémenté de constructions sur poteaux plantés et de torchis, de fours culinaires et de structures de stockage, approvisionné localement en matériaux (bois, terre, pierre) et en céramique (La Londe). À quelques centaines de mètres au nord-est, des vestiges témoignent d’occupations contemporaines mais aussi plus tardives (Moyen Âge classique), sans qu’un lien direct puisse être établi. Le chaînon manquant et encore exploitable serait l’emprise de la ferme du Pin, siège probable des seigneurs du Pin et de Honguemare au cours du second Moyen Âge.

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2004) – La céramique et le verre mérovingien « tardif » (2e moitié du VIIe – 1re moitié du VIIIe siècle) dans la région de Rouen : les exemples domestiques de Notre-Dame de Bondeville et de Oissel (Seine-Maritime), l’exemple funéraire de Poses (Eure). La céramique du haut Moyen Âge dans le Nord-Ouest de la France. Bilan et perspectives dix ans après le colloque d’Outreau. Actes du colloque de Caen (18-20 mars 2004), p. 373-390.

— (1994) – La céramique de l’atelier de potier de La Londe. Haute-Normandie archéologique, vol. IV, p. 39-46.

Anonyme (1993) – L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet du Ve au Xe siècle. Catalogue d’exposition. Musée archéologique du Vald’Oise, Service Régional de l’Archéologie d’Ile-de-France, 1993, Éd. du Valhermeil, 344 p.

Beaurepaire F. de (1981) – Les noms des communes et anciennes paroisses de l’Eure, Paris, A. et J. Picard, 224 p.

Bonnet C. (1997) – Les églises en bois du haut Moyen Âge d’après les recherches archéologiques. Grégoire de Tours et l’espace gaulois. Actes du Congrès international, Tours, 3-5 novembre 1994, N. Gauthier et H. Galinié (dir.). Revue archéologique du Centre de la France, Tours, 13e suppl., p. 217-236.

Bruley-Chabot G. (2003) – Les fours culinaires en Ile-de-France. L’habitat rural du haut Moyen Âge en Ile-de-France, PCR bilan 2002-2003. Bulletin archéologique du Vexin français, Guiry-en-Vexin, 1er suppl., p. 25-31.

Canel A. (1835) – Bosgouet. Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie, t. IX, p. 375-376.

Coutil L. (1925) – Bourg-Achard. Bulletin de la Société d’études diverses de l’arrondissement de Louviers, t. XVIII, p. 112.

Fauroux M. (1961) – Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066. Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen.

Gentili F. (2010) – L’organisation spatiale des habitats ruraux du haut Moyen Âge : l’apport des grandes fouilles préventives. Deux exemples franciliens : Serris « Les Ruelles » (Seine-et-Marne) et Villiers-le-Sec (Val-d’Oise). Trente ans d’archéologie en France. Un bilan pour un avenir. Actes du 9e congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Vincennes, 16-18 juin 2006), J. Chapelot (dir.), Caen, Publications du CRAHM, p. 119-131.

Honoré D., Roudié N. (2009) – Occupations gauloises et médiévales à Honguemare-Guénouville. Dépliant INRAP Grand-Ouest, s. p.

Honoré D. (2007) – Honguemare-Guenouville, « ZAC des Portes du Roumois. Tranche 1 ». Rapport de diagnostic, INRAP Grand-Ouest, 1 vol. , 55 p., 36 pl.

Lorren C. (1989) – Le village de Saint-Martin de Trainecourt à Mondeville (Calvados), de l’Antiquité au haut Moyen Âge. La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850. Colloque historique international, H. Atsma (dir.), t. 2, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, p. 439-466.

Roy N. (1999) – Un atelier de potiers du haut Moyen Âge en forêt de La Londe (Seine-Maritime). Pots de terre, fragments d’histoire, N. Roy (dir.), catalogue d’exposition, Rouen, Musée départemental des Antiquités, p. 11-14.

Warmé N. (2003) – L’archéomagnétisme des fours domestiques du haut Moyen Âge. L’habitat rural du haut Moyen Âge en Ile-de-France, PCR bilan 2002-2003. Bulletin archéologique du Vexin français, Guiry-en-Vexin, 1er supplément, p. 32-35.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général des structures archéologiques et de la céramique du haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 2. Fours groupés au bord du chemin creux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 3. Cellier du secteur B.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4. Plan de l’enclos cimétérial.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 5. Quelques sépultures multiples du coeur du cimetière.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 6. Sépulture multiple SEP 822.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7. Sépulture multiple SEP 1056.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8. Sépulture multiple SEP 1080.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 9. Cruche de type La Londe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 10. Plan du secteur D.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 11. Fond de cabane du secteur D.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 12. Plan du secteur E.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 13. Fond de cabane du secteur E.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 14. Fosse de rejet du secteur E.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 15. Plan du secteur F.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 16. Fragment de verre (VIIIe siècle ?).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 17. Fibule cruciforme.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6964/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteurs

UMR 5594 ARTeHIS « Archéologie-Terre-Histoire Sociétés »

INRAP Grand-Ouest

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search