Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Honguemare-Guénouville « ZAC du Roumois » et « A 28, Le Hameau du Pin » (Eure). Premiers bilans des opérations archéologiques

Honguemare-Guénouville : “ZAC du Roumois” and the proposed A28 motorway route at Le Hameau du Pin (Eure) – First archaeological findings

Nicolas Roudié et David Honoré

Résumé

Plusieurs opérations archéologiques ont eu lieu à Honguemare-Guénouville entre 2003 et 2009 (A2 8 et ZAC du Roumois). Un premier bilan permet de mettre en valeur l’évolution des occupations humaines sur un même terroir depuis le néolithique jusqu’au XXe siècle. Les principaux acquis concernent de l’habitat ouvert du Bronze final et du premier âge du fer, une nécropole de La Tène ancienne, une ferme de La Tène finale, un habitat du haut Moyen Âge sur au moins 7 ha associé à une nécropole, puis à partir du Moyen Âge classique une petite partie du Hameau du Pin.

Texte intégral

1À l’occasion des Journées archéologiques de la région Haute-Normandie, une communication sur les fouilles de Honguemare-Guénouville « ZAC du Roumois-parcelle YD 28 » nous a été demandée par les organisateurs. L’étude étant encore en cours, nous présentons les données en notre possession concernant ce large secteur : le diagnostic sur 40 ha de la ZAC conduit par D. Honoré en 2007, la fouille menée en 2008-2009 sur 4,5 ha et les diagnostics et la fouille réalisée en 2003 sur l’échangeur des autoroutes A 13 et A 28 par D. Honoré (fig. 1 à 4). Cet article permet de tirer un premier bilan concernant les occupations protohistoriques du secteur et d’ouvrir les perspectives sur les occupations historiques – médiévales en particulier –, puisque d’autres fouilles ont eu et auront encore probablement lieu dans les autres parcelles de la ZAC. La Mission archéologique départementale de l’Eure a mené en 2009 une campagne de fouille préventive sur une partie de l’occupation médiévale, présentée par G. Deshayes dans ce volume. Nos études respectives étant encore en cours, une synthèse sur les occupations médiévales est envisagée ultérieurement.

Fig. 1. Situation du site dans l’Eure.

Fig. 2. Localisation sur fond de carte géologique (BRGM).

Fig. 3. Plan des diverses opérations archéologiques dans le secteur de la ZAC du Roumois.

Fig. 4. Photo aérienne de la fouille de la parcelle YD28 (cliché Archéo 27).

2Les investigations ont été menées au sommet et sur la pente méridionale d’une éminence du plateau du Roumois, juste au nord de la ville de Bourg-Achard et à environ 4 km au sud de la Seine. Le substrat est composé de limons des plateaux surmontant les argiles de décalcification de la craie. Ces argiles affleurent au sommet de la butte, occasionnant l’existence d’une nappe perchée. L’emprise de la ZAC est située à l’embranchement des autoroutes A 13 et A 28 et comprend l’actuelle ferme du Pin : une partie des vestiges archéologiques est donc détruite par la doyenne des autoroutes régionales.

3Les opérations menées en 2003 ont concerné des occupations néolithiques, un habitat ouvert de la fin de l’âge du bronze – premier âge du fer, un habitat enclos de La Tène finale perdurant au Haut-Empire et une occupation du Moyen Âge classique. Le diagnostic mené en 2007 et la fouille de 2008-2009 ont dévoilé de nouveaux indices d’occupations néolithiques, la suite de l’habitat ouvert protohistorique, une petite aire funéraire de La Tène ancienne, un enclos et du parcellaire de La Tène finale – Haut-Empire, quelques contextes du IVe siècle, un large habitat du haut Moyen Âge réparti sur plus de 7 ha associé à une nécropole, et des occupations médiévales et modernes correspondant au hameau du Pin.

Des occupations du néolithique

4Les vestiges attribuables au néolithique se présentent sous la forme de concentrations de mobilier et de foyers à pierres chauffées.

5La découverte la plus remarquable est celle d’éléments céramiques décorés. Le mieux préservé mesure une trentaine de centimètres de diamètre à l’ouverture (fig. 5). Trois anses en boudin à perforation horizontale sont placées sur le tiers supérieur de la panse. Deux registres de décors sont identifiables. Le premier est situé sous le bord : une bande constituée de triangles isocèles pointe en haut, de 5 à 6 cm de côté. Les triangles sont remplis de rangées parallèles horizontales d’impressions au peigne à 2 dents ou au poinçon bifide. Le deuxième ensemble est constitué de panneaux verticaux. Les panneaux sont décorés de la même façon que les triangles. Une bande verticale vierge de tout décor subsiste de part et d’autre des anses et entre ces deux ensembles.

6La forme générale de ces vases et leur registre décoratif indique clairement une attribution au néolithique ancien de type Villeneuve-Saint-Germain moyen récent. On retrouve ce type de décor notamment sur le site de Poses (27) « le Vivier – Le clos Saint-Quentin » (Billard, 1994). Ces témoins sont assez rares sur les plateaux si l’on excepte celles de Chavigny-Bailleul (Martinez, 1997) et Marcilly-la-Campagne (Hincker, 2002). Une dizaine de foyers ont pu être identifiés au cours des diverses interventions. Ils sont réalisés dans de petites fosses de 1 à 2 m2. Les pierres employées sont majoritairement des silex ou des grès. Ces blocs sont tous chauffés, brûlés, et souvent éclatés par la chaleur de la combustion. En fond de creusement, la rubéfaction est très ténue ou a disparu avec le temps. Quelques petits charbons peuvent subsister. Une datation réalisée sur un foyer découvert sur l’A 28, indique 4042 à 3654 avant J.-C. (Lyl3242), soit le Néolithique moyen IL Ces découvertes peuvent être rapprochées de celles de Seine-Maritime : Saint-Vigor-d’Ymonville « carrière Lafarge » (Marcigny, 2002) ou Theuville-aux-Maillots (Watté, 1983).

7Quelques silex taillés sont associés à ces foyers : des percuteurs-broyons et des petits tranchets, témoins probables d’activités associées aux foyers, dans la préparation des éléments à cuire ou leur transformation.

Fig. 5. Céramique néolithique (diagnostic A 28, dessin S. Le Maho).

8Les concentrations regroupent, sur quelques mètres carrés, des dizaines de silex taillés : déchets de taille, outils tels que hache taillée ou polie, grattoirs, pics, tranchets... Ces concentrations peuvent correspondre à des fonds de fosses ou des lambeaux de sols plus ou moins remaniés. Elles se rattachent à l’une ou l’autre phase du néolithique. Le site de Honguemare comporte donc plusieurs occupations du néolithique : le Néolithique ancien avec des céramiques décorées, le Néolithique moyen avec des foyers à pierres chauffées.

Un habitat ouvert du Bronze final – La Tène ancienne

9Le mobilier et les datations radiocarbones permettent de situer diverses structures entre le Bronze final et le début de La Tène ancienne, soit le Xe et le Ve siècle avant notre ère (fig. 6).

Fig. 6. Plan des vestiges du premier âge du fer et de La Tène A.

Fig. 7. Plans de bâtiments attribuables au premier âge du fer (fouille A 28).

10Divers secteurs comportent des concentrations de trous de poteau. Parmi eux une douzaine de plans de bâtiments à 4 ou 6 poteaux sont identifiables (fig. 7). Leurs dimensions inférieures à 8m2 permettent d’envisager une vocation plutôt technique ou de grenier. L’absence de bâtiment d’habitation parait surprenante. Les sites Bronze final de Malleville-sur-le-Bec (Mare, 2005), Gravigny (Fromont, 2006) et Mont-Saint-Aignan comprenaient des bâtiments circulaires, sur poteaux plantés. Une relecture des données du site de Poses sur la Mare permet d’envisager également ce type d’architecture pour les vestiges du premier âge du fer. D’autres modèles, sur fondations de pierre, sont identifiés comme ceux de Choisy-au Bac et Catenoy (Oise) (Marcigny, 2009). Une trentaine de fosses sont attribuées à ces occupations dont une bonne partie correspond à des silos d’une capacité de 1 m3, soit un usage plutôt domestique, familial. Les éléments mobiliers sont relativement modestes et sont constitués de céramique et d’une pierre à aiguiser. Les lots céramiques exploitables se concentrent dans quelques contextes, mais dans tous les cas ne regroupent qu’une quinzaine de formes. Malgré cela, les décors et les formes des vases permettent de caler chronologiquement ces diverses structures. Sur le secteur de l’échangeur A 13 – A 28, les fosses appartiennent au Bronze final et au premier âge du fer, Xe – VIIe siècle av. J.-C. Sur la ZAC, les éléments découverts paraissent plus récents, et appartenir plutôt au VIIe – Ve siècle av. J.-C.

Fig. 8. Céramiques du premier âge du fer (fouille parcelle YD28, dessin S. Le Maho).

11La céramique est non tournée, réalisée à partir de l’argile et des limons issus de ce terroir, et contient parfois de petits silex en dégraissant (fig. 8). Les décors sur la panse ou la lèvre sont récurrents : au bâton et surtout digités (pincés, traînés ou impressions) et plus rarement au peigne.

12Les ensembles du Bronze final — premier âge du fer sont pour partie contemporains et surtout postérieurs à ceux de Malleville-sur-le Bec (27) et Mont-Saint-Aignan (76) (Marcigny, 2005). Ceux du premier âge du fer – La Tène ancienne sont à rapprocher des sites régionaux de Gaillon « Le Pot à l’eau » (Merleau, 1996), Guichainville (27) « Saint-Laurent » et Chavigny-Bailleul (27) (Honoré, 2006), voire Aubevoye (27) « Le chemin Vert » (Maret, 2007). Ces occupations paraissent ouvertes dans la mesure où aucun fossé ne peut y être rattaché. La densité de ces vestiges est relativement faible et semble correspondre à celle de petites unités d’habitats, de petites exploitations agricoles perdurant sur ce point du plateau au cours de plusieurs siècles.

Une aire funéraire d’une vingtaine de tombes de La Tène ancienne

13La campagne de fouille de 2008 a permis la découverte inattendue d’une vingtaine de sépultures primaires à inhumation et secondaires à crémation sur un secteur principal d’environ 1 000 m2 (fig. 9). L’érosion associée aux travaux agricoles a certainement fait disparaître des sépultures et araser les autres.

Fig. 9. Plan de la zone funéraire de La Tène A (fouille parcelle YD28).

14Bien que la nature du sol limoneux ne permette pas la conservation des os frais, la forme des structures, les traces de coffrage, le mobilier et les rares traces d’os longs ou d’émail dentaire révèlent la présence des inhumations. Les dimensions des fosses sépulcrales et le diamètre des parures annulaires permettent d’affirmer la présence d’adultes et d’enfants.

15Les fosses plus ou moins rectangulaires sont orientées nord-sud. Les torques nous indiquent la position des corps avec la tête soit au nord, soit au sud. Le mobilier – mal conservé et très dégradé – est présent dans au moins 8 sépultures. Des parures subsistent cependant : trois torques en alliage cuivreux (sépultures 469, 486, 487), trois bracelets (sép. 457, 470, 486), un outil de toilette (sép. 486), trois fibules (sép. 487, 562, 811) et une paire de boucles d’oreille (sép. 486).

16La sépulture 811 a livré la seule fibule en bronze, son arc est plat et le pied porte un bouton hémisphérique. Les autres fibules en fer sont partiellement conservées et non identifiables, hormis les ressorts.

17La sépulture 486 est exceptionnelle pour la Haute-Normandie. Le défunt avait la tête au sud, et portait un torque en alliage cuivreux à jonc creux formé sur une âme en matériau périssable, un bracelet à jonc lisse plein en alliage cuivreux, une petite tige en fer (un scalptorium ?) et des boucles d’oreille en or (fig. 10). Files sont composées à partir de trois fils accolés : l’un est annelé ou perlé, les extrémités d’un autre sont effilées. Cette composition est peu courante mais comparable aux exemplaires de Wibrin, en Belgique (Cahen-Delahaye, 1999) et de Gurgy « La Picardie » dans l’Yonne (Delor, 1980). Cette découverte est inédite dans notre région et permet d’envisager un statut privilégié pour cet(te) individu(e) inhumé(e) aux environs du Ve siècle av. J.-C.

Fig. 10. Boucles d’oreilles en or de la sépulture 486 (fouille parcelle YD28, cliché D. Honoré).

18Le comblement de certaines sépultures à inhumations et de petites fosses contenait des os brûlés. Malgré leur faible nombre et leur petite taille, certains ont pu être identifié comme humains (M. Texier, anthropologue INRAP). Ce fait a déjà été établi sur d’autres sites régionaux. La question d’un geste volontaire ou fortuit reste posée.

19L’utilisation de cette zone funéraire parait centrée sur le Ve siècle av. J.-C., compte tenu du mobilier identifiable. Les trop rares associations de mobilier dans les sépultures ne permettent pas d’affiner ni de proposer un phasage. La comparaison avec les sites funéraires régionaux de Val-de-Reuil « Pharmaparc » (Merleau, 2000), de Boisrobert « Les Garennes » (Honoré, 2009), ou de Saint-Just « ZAC des Saules » (Honoré et al., 2009) permet de confirmer cette datation. De même que les parallèles avec les sites de Basse-Normandie ou autres qui s’intègrent dans la sphère Aisne-Marne (Demoule, 1999).

20Ce site de Honguemare contribue à enrichir le corpus des sépultures de La Tène ancienne de notre région et documenter ces contextes reconnus en nombre dans la vallée de la Seine aux siècles derniers (Coutil, 1932).

La Tène finale et l’Antiquité

21La prescription en 2003 sur l’A 28 portait sur la fouille d’une ferme indigène évoluant d’un simple enclos à un double enclos associé à des éléments parcellaires (fig. 11).

22La première phase, aux abords du Ier siècle avant J.-C., est matérialisée par un enclos fossoyé quadrangulaire de 40 à 45 m de côté, dont les fossés peuvent atteindre 2,50 m de largeur et 1,50 m de profondeur. À quelques 10o près son orientation correspond aux points cardinaux. Une première interruption de 2,50 m centrée sur le côté nord, vers la vallée de la Seine, constitue l’entrée principale. Un aménagement de 2 paires de trous de poteau suggère l’existence d’un porche d’accès. Un second passage, de 1,50 m dans l’angle sudest, apparaît secondaire et permet un accès sur le sommet du plateau. L’enclos contient cinq bâtiments, un petit silo et un « cellier » (fig. 13). Ils sont installés parallèlement ou perpendiculairement aux fossés, à 3,50 m en retrait. Cette disposition libère une cour centrale comportant une mare. Les petits bâtiments (6 à 24 m2) sont sans doute liés aux activités : grange, forge, remise... L’édifice principal mesure 6,50 m sur 20, soit 120 m2, et correspond sans doute à un bâtiment mixte (habitation et partie technique). Des petites fosses de stockage se trouvaient à l’intérieur. Les parois de ces constructions étaient constituées de torchis.

23Dans une seconde phase, un nouveau fossé d’enclos encadre le précédent, au nord, à l’ouest et à l’est, portant la surface à 2 600 m2.

24Des fossés, plus réduits, reprennent une partie du tracé du second enclos et se prolongent vers l’ouest. Ils délimitent plusieurs parcelles, à vocation agricole (prés, cultures). Enfin deux petits enclos de 15 m sur 12 se greffent au sud sur ce parcellaire.

25La fouille de 2003 permet d’observer le plan type d’une ferme gauloise avant la conquête romaine. On distingue parfaitement son organisation avec son enclos ceint de fossés et de talus, sur lesquels s’appuient les bâtiments, la mare et la cour. Ce modèle est décliné sous diverses tailles et formes dans les territoires gaulois. La lisibilité de ces vestiges permet d’en proposer une évocation pour la dernière phase gauloise (fig. 14).

Fig. 11. Plan des vestiges de La Tène finale et gallo-romains.

26Le mobilier rejeté dans les diverses structures est peu abondant : céramique, scories de forges, meules en poudingue et de rares restes de faune. Les restes de poteries représentent moins de 1 000 tessons appartenant à 50 vases (fig. 12). Ce lot est composé de céramiques de diverses productions dont l’essentiel semble appartenir à un répertoire du territoire Lexovien (Lepaumier, 2003). Quelques éléments sont de type « veauvillais », une production diffusée dans un rayon d’une quarantaine de kilomètres autour du site de Veauville-les-Baons en pays Calète (Pays de Caux au nord). Diverses céramiques sont d’origine plus lointaine : « type armoricain », « black cordoned ware », « type Besançon ». Ce mobilier permet de situer l’occupation du site entre la fin du IIe siècle et la fin du Ier siècle avant J.-C. Le mobilier céramique, bien que modeste, suggère l’appartenance de ce secteur à la zone d’influence lexovienne et d’envisager la Seine – et non la Risle – comme limite à ce territoire.

27Au sud, un second enclos est créé. Le mobilier et les structures sont indigents. Seule la présence de nombreux blocs de poudingue et fragments de meules en position secondaire ou réutilisés en calage de poteau pourrait indiquer des activités de meunerie et/ou de confection de meules. Il correspond alors plutôt à un enclos à vocation technique, contemporain ou juste postérieur à celui de La Tène finale. Sa morphologie est proche de celle de l’enclos d’habitat, mais son orientation diverge légèrement pour s’intégrer pleinement dans la trame parcellaire antique. La position topographique des deux enclos de part et d’autre du sommet a pu modifier les orientations d’un même système parcellaire, à la protohistoire comme pour les périodes suivantes. Grâce aux recoupements entre fossés et à la présence de quelques éléments céramiques gallo-romains du Ier au IIe siècle de notre ère, il est possible de suivre l’évolution du secteur au nord. La ferme gauloise est abandonnée après la conquête romaine mais les fossés d’enclos (et leur talus) doivent subsister dans le paysage. Divers fossés de parcellaires, puis un enclos trapézoïdal, de 5 300 m2, orienté est-ouest et centré sur la ferme gauloise, sont réalisés. Enfin, d’autres fossés délimitant de nouvelles parcelles sont réalisés à partir des angles nord-ouest et sud-est. Pour cette période il s’agit donc d’une modification des limites parcellaires, avec une orientation légèrement décalée par rapport à l’enclos d’habitat de La Tène.

Fig. 12. Céramiques de La Tène finale (fouille A28, dessins F. Di Napoli).

Fig. 13. Plans de bâtiments de La Tène finale (fouille A 28).

Fig. 14. Hypothèse de restitution de la ferme enclose de La Tène finale (fouille A 28, dessin S. Le Maho).

Fig. 15. Céramiques du IVe siècle de notre ère fouille parcelle YD28, dessins Y.-M. Adrian).

28Durant le Haut Empire, le site apparaît – dans les limites de l’emprise – retourné à des fins purement agricoles. Nous ne pouvons écarter la possibilité d’une occupation antique localisée sous la ferme actuelle ou sous l’autoroute A 13. En effet, une reprise de l’habitat se manifeste au IVe siècle avec quelques contextes céramiques rejetés dans plusieurs silos et associés à des trous de poteaux dans la marge occidentale de la parcelle YD 28 le long de la route départementale (fig. 13). L’épicentre de cette occupation du Bas Empire est probablement localisé à nouveau sous la route et la ferme actuelle. Dans les limites des emprises fouillées et du diagnostic dans la cour de la ferme, le Ve siècle correspond à un hiatus chronologique.

Fig. 16. Plan des vestiges du haut Moyen Âge-VIe – IXe siècles.

Fig. 17. Nécropole du Haut Moyen Âge, sépulture multiple et denier carolingien (diagnostic ZAC du Roumois, clichés D. Honoré).

Fig. 18. Relevés du puits-citerne 618 (fouille parcelle YD28).

Le haut Moyen Âge, un habitat rural groupé

29Durant tout le haut Moyen Âge, un habitat rural groupé s’installe sur au moins 7 ha, dont une partie sous le Hameau du Pin mentionné aux époques médiévale et moderne (fig. 16). Il y a ici l’opportunité de suivre à l’ouest de notre région l’évolution d’un habitat rural pérenne du haut Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui sous la forme d’un hameau, cas à rapprocher d’autres sites régionaux comme Léry (Roudié, 2007) et Tournedos (Carré, 1995). Une nécropole est associée comme sur les sites contemporains de Tournedos, Romilly/Andelle (Jouneau, 2007) ou de Chavigny-Bailleul (Léon, 2006).

30Les composantes essentielles de cette occupation alto-médiévale ont été aperçues au diagnostic et sont complétées par la fouille de la parcelle YD 28. L’habitat s’implante en reprenant partiellement et complétant les éléments parcellaires antiques dès le milieu du VIe siècle. Certains fossés antiques sont repris ou prolongés, de nouveaux éléments se branchent sur l’enclos. Au sud, un chemin délimité par des fossés constitue un accès au site. Au sud-ouest, un second chemin encaissé monte depuis le talweg vers l’occupation et notamment la nécropole.

31Ce cimetière est en partie détruit par les infrastructures de l’autoroute A 13 et son étendue n’est donc pas connue. Le diagnostic de 2007 montrait déjà quelques éléments intéressants : son implantation dans une parcelle délimitée par un fossé, une estimation d’une centaine de tombes de conservation médiocre avec un cas de sépultures multiples, une relative rareté de mobilier (dont un scramasaxe et un denier carolingien de Louis le Pieux) essentiellement présent dans les niveaux supérieurs recouvrant faire funéraire (fig. 17).

32Les vestiges des VII-IXe siècles de la parcelle YD 28 se disséminent donc par dessus et autour de l’ancien enclos. Les fossés de ce dernier sont encore visibles bien que déjà à moitié comblés et reçoivent ponctuellement des rejets de mobilier. Le nord se caractérise par une concentration de petits bâtiments sur poteaux associés à de rares fosses. Le centre et l’est correspondent plutôt à une aire d’activités techniques et artisanales marquée par la présence de petits bâtiments, de silos, de fosses indéterminées. Trois fours domestiques sont répertoriés, nombre comparable à des sites contemporains comme Guichainville « Saint Laurent » (3 structures pour deux siècles et demi), mais très loin du cas de Léry « Rues de Verdun et du 11 novembre » (44 structures pour 5 siècles). Des datations archéo-magnétiques permettront d’affiner leur datation et l’étude des macros restes précisera leur fonction. On notera l’absence de véritable fond de cabane.

Fig. 19. Photo de l’apparition du plancher au fond du puits-citerne 618 (fouille parcelle YD28, cliché N. Roudié).

Fig. 20. Photo d’un des piquets supportant le plancher au fond du puits-citerne 618 (fouille parcelle YD28, cliché N. Roudié).

33À l’est, la structure 618 présente un intérêt particulier par son état de conservation et l’identification de sa fonction (fig. 18). Au départ perçue comme une large fosse empierrée en surface, elle s’avère être une sorte de puits de près de 3 m de profondeur. À ce niveau, les argiles sont présentes et permettent de retenir l’eau de surface et/ou de la nappe perchée. Un cuvelage en planches de bois maintenant le substrat a été observé dans la moitié inférieure de la structure ainsi qu’un plancher reposant sur le fond (fig. 19). Ce dernier est supporté par des piquets en chêne enfoncés sur 1 m de profondeur dans les argiles (fig. 20).

34L’humidité et la résurgence des eaux d’infiltration sur le toit des argiles dans les cinquante derniers centimètres interdisent l’interprétation comme silo : l’hypothèse la plus probante reste celle d’un puits-citerne.

35Le mobilier céramique n’est pas très abondant pour l’ensemble de l’occupation (étude Y.-M. Adrian). Nous ne sommes visiblement pas au cœur de l’habitat (fig. 21). Cependant un des intérêts du site réside dans son positionnement à l’ouest de l’Eure qui manque de données sur les aires de diffusions de la céramique. Situé seulement à moins de 10 km des ateliers de potiers de La Londe, le mobilier en provenant est tout juste majoritaire. Une grande part des céramiques provient manifestement d’ateliers inconnus, probablement localisés au sud et à l’ouest de l’Eure. Il faut également souligner la nette prépondérance de mobilier des VIIe et VIIIe siècles face à un appauvrissement en céramiques des IXe et Xe siècles. Toutes ces observations seront à compléter avec l’ensemble des données du site.

36La densité de structures est finalement assez modeste, aboutissant à un sentiment d’espace disponible, sans véritable contrainte spatiale. L’image générale qui en ressort est celle de la marge d’un habitat rural dont le centre serait vraisemblablement situé sous la ferme actuelle.

Le Moyen Âge classique, vers le hameau du Pin

37Durant l’époque carolingienne (IXe siècle ?), de nouveaux éléments inaugurent un changement partiel de la trame parcellaire, avec un basculement de l’orientation sur un axe plutôt nord-nord-ouest – est-sud-est (fig. 22). Cette nouvelle trame semble moins stricte que les précédentes. Cela est en particulier perceptible par le creusement d’un petit fossé dans l’ancien enclos de la parcelle YD 28. À la limite occidentale de la fouille est visible une partie d’enclos comblé au XIVe siècle : la limite d’une parcelle visible sur les plans terriers du XVIIIe siècle parait reprendre cet enclos. Circonscrite par ces nouveaux fossés médiévaux et des reliefs résiduels de l’enclos latènien, une mare se développe au sommet de l’éminence, ennoyant une bonne partie des occupations antérieures. Les deux chemins repérés au sud sont en cours de comblement. Celui de la parcelle YD 28 est tout de même encore en fonctionnement aux XI-XIIe siècles, bordé par un petit bâtiment sur poteaux et des celliers. Au sud-ouest, d’après le diagnostic, la nécropole, les activités et le chemin sont désertés. Tout au nord, excentré sous l’échangeur de l’A 28, un bâtiment des XIII-XIVe siècles a été mis en évidence. Ce versant septentrional de l’éminence présente une trame parcellaire nord-sud distincte.

38Pour le Moyen Âge classique, les volumes de céramique sont également faibles, ce qui est dû en partie à un déplacement partiel de l’occupation dans des secteurs non encore investis par les fouilles (fig. 23). Les dépotoirs sont absents, l’habitat semble se concentrer sur le sommet au nord-ouest.

Fig. 21. Céramiques du haut Moyen Âge — VIeIXe siècles (fouille parcelle YD28, dessins Y.-M. Adrian).

Fig. 22. Plan des vestiges médiévaux-Xe-XIVe siècles.

Fig. 23. Céramiques des XIe -XIIe siècles (fouille parcelle YD28, dessin Y. -M. Adrian).

Le bâtiment 10

  • 1 Le présent article a été rédigé durant l’année 2010 à mi-parcours de l’étude du site. Les résultats (...)

39La présence d’un grand bâtiment elliptique constitue un des apports intéressants du site (fig. 24). Localisé à l’est de la parcelle YD 28, cet édifice s’inscrit dans l’orientation de la nouvelle trame parcellaire inaugurée vers le IXe siècle. Les rares tessons récoltés dans la tranchée et les trous de poteaux indiqueraient une datation aux alentours du XIe siècle1. Mesurant 16 m sur 6, il présente un plan particulier matérialisé par une sorte de tranchée de fondation repérée à environ 50 cm sous la surface actuelle (fig. 25). L’ossature du bâtiment se compose de deux poteaux centraux bien marqués et solidement implantés (section des poteaux de 40 à 50 cm, profondeur de 40 à 50 cm sous le décapage) supportant la poutre faîtière et de cinq poteaux latéraux perpendiculaires (section des poteaux autour de 20 cm). Les parois se matérialisent par une tranchée présentant des variations notables de la largeur (15 à 40 cm) et de la profondeur (5 à 30 cm sous le décapage). Aucun élément indiquant la présence de sablière basse n’est déductible et on notera l’absence apparente de clayonnage ou torchis brûlés. Dans le détail de la tranchée périphérique, quelques sections relativement courtes et étroites possèdent un fond plan plus bas de quelques dizaines de centimètres. Le tracé légèrement ondulé de cette tranchée – sur les absides et le coté nord principalement – semble également interdire l’utilisation d’une sablière basse. L’impression est plutôt celle de traces de planches plus ou moins équarries plantées verticalement. Quelques empreintes de poteaux, parfois plutôt des piquets, sont présents de manière disparate dans cette tranchée. Un espace de 2.2 m aménage une large entrée sur le coté sud. Enfin une fosse évasée de 3 m de diamètre occupe une bonne partie de l’espace intérieur, au centre de la nef septentrionale ; elle est nettement limitée par le mur nord et semble donc contemporaine.

Fig. 24. Photo du bâtiment 10 en cours de dégagement (fouille parcelle YD28, cliché N. Roudié).

Fig. 25. Relevés et photos de détails du bâtiment 10 (fouille parcelle YD28, clichés N. Roudié et al.).

Fig. 26. Hypothèse de restitution du bâtiment 10 (fouille parcelle YD28, dessin S. Le Maho).

40Il n’y a que peu de plans de même type en Normandie, dont le plus connu est celui de la demeure aristocratique de Mirville (Le Maho, 1984, 1985). La technique de construction semble différente avec des poteaux plus nombreux, plus imposants et mieux ancrés, en particuliers les poteaux latéraux. Les parois seraient construites avec des planches disposées à l’horizontale probablement sur sablière basse. En revanche, sur le même site, un petit édifice contemporain (appentis ouest, phase VIIa) présente une autre technique de construction très proche de celle de Honguemare avec quatre poteaux d’angles plus légers et des planches bouvetées plantées verticalement, sans sablière basse.

41Quelques rares exemples de bâtiment similaires sont répertoriés en Moselle sur les sites de Yutz et Woippy (VII-IXe siècles) et, plus proches, dans l’Eure (Peytremann, 2003 : 286-287).

42Le site de Bouafles « Les Mousseaux » (Eure) est daté des XI-XIIe siècles et possède quatre édifices E3, E11, E13 et E14, présentant quelques similitudes (Carpentier, 2006). Ils sont cependant moins étendus, d’une superficie de l’ordre de 40 m2. Une sablière basse y semble systématiquement attestée, associée dans trois cas avec des poteaux. Les poteaux centraux et latéraux – du bâtiment E3 en particulier – sont plus nombreux, présentant des sections et un ancrage important, plus homogène.

43Un dernier exemple de ce type d’architecture se trouve dans le site de Saint-Hilaire-au-Temple « Le Randon » (Marne) daté des VIII-IXe siècles avec les bâtiments 3 et 7 (Flotté, 2009). Sur ces deux édifices, une tranchée de fondation est conservée essentiellement sur leurs absides du pignon occidental. Des poteaux porteurs matérialisent les autres parois et les supports de faîtière.

44À partir de ces observations, nous proposons une hypothèse de restitution (fig. 26). La puissance des poteaux porteurs au centre et de quatre poteaux latéraux plaide pour une poutre faîtière assez haute et de deux entraits. La toiture reposerait sur les murs dont l’ossature serait constituée de planches et de piquets plantés verticalement.

45La fonction de cet édifice reste pour l’heure difficile à déterminer : ses dimensions, comparables avec la demeure aristocratique de Mirville et supérieures aux habitations de Bouafles inciterait à y voir une habitation principale. Mais l’architecture similaire à celle de l’appentis de Mirville, son positionnement plutôt en marge du site nuancent cette hypothèse. La localisation d’un petit poteau dans l’axe de la poutre faîtière et isolant la fosse dans un espace nord de l’édifice de Honguemare pourrait indiquer une partition interne. Cela rapprocherait cet exemplaire des maisons mixtes médiévales comme celle de Pen-er-Malo du XIIe siècle (Chapelot, 1985 : 229-246).

Fig. 27. Reports approximatifs des fouilles sur le cadastre de 1826 et un plan terrier du XVIIIe siècle.

Fig. 28. Plan des vestiges d’époque contemporaine (XIXe -XXe siècles).

Du hameau à la ferme du Pin

46Pour le bas Moyen Âge et l’époque moderne, l’emprise de fouille ne présente que peu de vestiges. L’occupation poursuit son déplacement vers l’ouest à l’emplacement du hameau du Pin : présence d’éléments du XIVe au XVIIIe siècle au diagnostic, plans terriers du XVIIIe siècle (fig. 27). Il n’y a pas de modification notable au XIXe siècle. La trame parcellaire garde une grande stabilité avec quelques adjonctions ou modifications très localisées. C’est au milieu du XXe siècle lors des travaux de l’autoroute A 13 que la trame parcellaire change et le hameau détruit, n’en subsistant qu’une seule ferme (fig. 28).

47En conclusion, ces opérations ont permis de mettre en avant les périodes clés de la structuration des occupations : habitats ouverts pour la Protohistoire, mise en place d’un premier système parcellaire dès La Tène finale consolidé et adapté durant le Haut-Empire, puis mise en place d’un nouveau système parcellaire vers le IXe siècle, développé durant le Moyen Âge classique et restant prégnant jusqu’au XXe siècle.

48Les vestiges de l’âge du fer témoignent d’une occupation ample et ouverte avec probablement un cas d’association habitat-nécropole rare dans la région. Pour les périodes historiques, ces opérations inaugurent les investigations dans ce secteur géographique. Si une bonne partie des occupations ont souffert irrémédiablement de l’impact de l’autoroute A 13 (la suite de la nécropole en particulier), des éléments complémentaires intéressants sont attendus dans le reste de la ZAC, en particulier sous la ferme actuelle. Des questions demeurent : quelle est l’ampleur des occupations de l’Antiquité tardive et succèdent-elles à un site du Haut-Empire ? Pour l’habitat du haut Moyen Âge, comment se matérialise l’épicentre du site et son extension, les rejets d’habitats sont-ils plus conséquents, y-a-t’il des aires plus spécialisées ?

49La nature des occupations médiévales et modernes dans les parcelles à l’ouest et au nord pourra être également plus complètement appréhendée, en relation avec les données archivistiques. Il y a ici l’occasion de percevoir en partie les évolutions diachroniques d’habitats, de l’aube du Moyen Âge à l’époque moderne dans cette partie occidentale du département, qui manquait jusqu’alors de documentation.

Bibliographie

Bibliographie

Billard C., Aubry B., Blanquaert G. et al. (1994) – Poses – Le Vivier – Le clos Saint-Quentin (Eure), l’occupation de la plaine inondable au néolithique et au début de l’âge du bronze. Revue archéologique de l’Ouest, no 11, p. 53-113.

Cahen-Delhaye A. (1999) – La nécropole à tombelles de Wibrin-Mormont. Hommage à Maurice Meinier (1911-1987). Bulletin du Cercle d’histoire et d’archéologie Segnia, no 24, p. 104-126.

Carpentier V. (2006) — Un hameau au bord de la Seine normande : Bouaffles, Les Mousseaux (Eure), XIe — XIIe siècles (d’après les travaux de P. Fournier, P. Caldéroni, É. Leclerc et A. Munaut). Archéologie médiévale, 36, Paris, CNRS, p. 123-157.

Carré F., Guillon M., (1995) – Habitat et nécropole de Porte-Joie : le site de Tournedos – Val de Reuil (Eure), VIIe-XIVe siècle. L’habitat rural du haut Moyen Âge. Actes des 14e Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8février 1993. Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, VI, Saint-Germain-en-Laye, p. 145-158.

Chapelot J., Fossier R. (1985) – Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette, 355 p.

Coutil L. (1931) – Considérations générales sur les sépultures gauloises des Eburovices et Veliocasses situées au confluent de l’Eure et de l’Andelle dans la Seine, entre Pont de l’Arche et Notre-Dame-du-Vaudreuil (Eure). Congrès préhistorique de France, Xe session, Nîmes-Avignon, p. 264-272.

Delor J.-P., Pellet C. (1980) – Les ensembles funéraires de « La Picardie » sur la commune de Gurgy (Yonne). Étude préliminaire. Revue archéologique de l’Est et du Centre-Est, vol. 31, no 1-2, p. 7-54.

Demoule J.-P. (1999) — Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère. Revue archéologique de Picardie, no spécial 15, 406 p.

Flotté D. (2009) – Le site médiéval de Saint-Hilaire-au-Temple, Le Raidon (Marne). Le bassin de la Vesle du Bronze final au Moyen Âge à travers les fouilles du TGV Est, J. Vanmoerkerke (dir.), Bulletin de la société archéologique champenoise, t. 102, no 2, p. 306-334.

Fromont N., Texier M. et Honoré D. (2009) – Nécropole de Saint-Just « ZAC des Saules » (Eure). Les Gaulois et la mort en Normandie, Les pratiques funéraires à l’âge du fer (VIIe-Ier siècles avant J.-C.), OREP Éditions, p. 13.

Fromont N. (2006) – Rapport final d’opération, Gravigny « Les Coudrettes » (Eure, Haute-Normandie), Rouen, INRAP, 162 p.

Hincker V. (2002) – Document final de synthèse, fouille de sauvetage, RN 154 — Section sud, commune de Marcilly-la-Campagne (Eure, Haute-Normandie), Rouen, Association française de l’archéologie nationale, 245 p.

Honoré D. et al. (2009) – Nécropole d’Honguemare « ZAC des Portes du Roumois ». Les Gaulois et la mort en Normandie, Les pratiques funéraires à l’âge du fer (VIIe— Ier siècles avant J.-C.), OREP Éditions, p. 21.

Honoré D. (2009) – Nécropole de Bosrobert « Les Garennes » (Eure). Les Gaulois et la mort en Normandie, Les pratiques funéraires à l’âge du fer (VIIeIer siècles avant J.-C.), OREP Éditions, p. 18.

Honoré D. (2007) – Rapport de diagnostic, Honguemare-Guénouville « ZAC des Portes du Roumois, tranche 1 » (Eure, Haute-Normandie). Rouen, INRAP, 97 p.

Honoré D., Léon G. et Roudié N. (2006) – Deux sites de réduction et de forge de l’âge du fer en Normandie. L’Économie du fer protohistorique : de la production à la consommation du métal. Actes du 28e colloque de l’AFEAF, Toulouse, 20-25 mai 2004, P.-Y. Milcent (dir.). Aquitania, suppl. 14-2, Bordeaux, p. 117-124.

Jouneau D., Guillon M., Colleter R., Roland N. et Koch N. (2007) — Le site de Saint-Crespin à Romilly-sur-Andelle (Eure), fouilles 2005-2006. Haute-Normandie archéologique, 11-2, p. 131-132.

Le Maho J. (1985) – Le Moyen Âge. Aspects de la construction de bois en Normandie du Ier au XIVe siècle, Cahiers des Annales de Normandie, 16, p. 49-101.
— (1984), La motte seigneuriale de Mirville (XIeXIIe siècles), Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 48 p.

Léon G., Adrian Y.-M. et Honoré D. (2006) — L’occupation médiévale de « La Mutrelle » à Chavigny-Bailleul (Eure). Bulletin de liaison de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 30 (résumés des communications présentées aux 27e Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre – 1er octobre 2006, p. 85-86.

Lepaumier H. (2002) — Les sites Gaulois de Quetteville. Première approche pour une nouvelle définition du territoire des Lexovii avant la conquête. Bulletin de la Société historique de Lisieux, no 52.

Marcigny C., TALON M. (2009) – Sur les rives de la Manche. Qu’en est-il du passage de l’âge du bronze à l’âge du fer à partir des découvertes récentes ? De l’âge du bronze à l’âge du fer en France et en Europe occidentale (Xe -VIIe siècle av. J.-C.). La moyenne vallée du Rhône aux âges du fer. Actes du 30e colloque international de l’AFEAF, co-organisé avec l’APRAB, Saint-Romain-en-Gal, 26-28 mai 2006, Besançon, p. 385-403.

Marcigny C., Gallouin E., Lepaumier H., Ghesquière E., Aubry B. (2005) — L’architecture des habitats protohistoriques en Normandie. Architectures protohistoriques en Europe occidentale du Néolithique final à l’âge du fer.127e Congrès du CTHS, Nancy, 2002, O. Buschsenschutz et C. Mordant (dir.), p. 231-264.

Marcigny C. et al. (2002) – Saint-Vigor-d’Ymonville (76) — Les Sapinettes et La Mare des mares (carrière Lafarge, tranches 1 et 2). vol. 2 : Du néolithique moyen à la conquête. Document finale de synthese, INRAP, Rouen, 300 p.

Mare E. (2005) – Le village de Malleville-sur-le-Bec (Eure). La Normandie à l’aube de l’histoire, les découvertes archéologiques de l’âge du bronze, 2300-800 av. J.-C. Paris, p. 52-53.

Maret C. (2007) – Rapport de diagnostic, Aubevoye « Le Chemin Vert » (Eure, Haute-Normandie), Rouen, INRAP.

Martinez R. et al. (1997) — Chavigny-Bailleul, « Les Longs Champs ». Bilan scientifique de la région Haute-Normandie, SRA, Rouen, p. 25-26.

Merleau M.-L. (2000) – Un ensemble funéraire du second âge du fer, Val-de-Reuil (Eure) « Pharmaparc ». DFS, SRA de Haute-Normandie, AF AN, Rouen.
— (1996) — Gaillon « Le Pot à l’Eau » (Eure). Une petite occupation rurale de l’âge du fer. DFS, SRA de Haute-Normandie, AF AN, Rouen.

Peytremann E. (2003) – Archéologie de l’habitat rural dans le nord de la France du IVe au XIIe siècle, Saint-Germain-en-Laye, Mémoires publiées par l’Association française d’archéologie mérovingienne, 13, 2 vol., 452 et 432 p.

Roudié N. (à paraître) – L’habitat rural de Guichainville « St Laurent » (Eure). Actes des 27e Journées internationales d’archéologie mérovingienne, Caen, 29 septembre – 1er octobre 2006.

Roudié N., Warmé N. (2007) – Léry (Eure), Rue du 11 Novembre et rue de Verdun. Bilan provisoire des fouilles de 2006. Haute-Normandie archéologique, 11-2, p. 8-12.

Watté J.-P. (1983) – Le site protohistorique de Theuville-aux-Maillots (76), un premier bilan de quatre années de recherche. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques et historiques, t. XLVIII, p. 62-69.

Notes

1 Le présent article a été rédigé durant l’année 2010 à mi-parcours de l’étude du site. Les résultats des datations radiocarbones nous sont parvenus en février 2011 et apportent quelques modifications qui seront intégrées dans le rapport final de l’opération et probablement d’autres articles. Certains contextes des occupations ouvertes protohistoriques se révèlent datés de l’âge du bronze. La petite nécropole voit sa période confirmée. Le principal changement concerne le bâtiment 10 qui appartiendrait plutôt à la phase du haut Moyen Âge. Cet édifice ferait alors partie des éléments engendrant une nouvelle organisation avec des changements d’orientation parcellaire un peu plus précoce – période mérovingienne ? – que ce que nous annoncions l’année dernière.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation du site dans l’Eure.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 2. Localisation sur fond de carte géologique (BRGM).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 3. Plan des diverses opérations archéologiques dans le secteur de la ZAC du Roumois.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 4. Photo aérienne de la fouille de la parcelle YD28 (cliché Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 5. Céramique néolithique (diagnostic A 28, dessin S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 6. Plan des vestiges du premier âge du fer et de La Tène A.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 7. Plans de bâtiments attribuables au premier âge du fer (fouille A 28).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 8. Céramiques du premier âge du fer (fouille parcelle YD28, dessin S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 9. Plan de la zone funéraire de La Tène A (fouille parcelle YD28).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10. Boucles d’oreilles en or de la sépulture 486 (fouille parcelle YD28, cliché D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 11. Plan des vestiges de La Tène finale et gallo-romains.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 12. Céramiques de La Tène finale (fouille A28, dessins F. Di Napoli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 13. Plans de bâtiments de La Tène finale (fouille A 28).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 14. Hypothèse de restitution de la ferme enclose de La Tène finale (fouille A 28, dessin S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 15. Céramiques du IVe siècle de notre ère fouille parcelle YD28, dessins Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 16. Plan des vestiges du haut Moyen Âge-VIe – IXe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 17. Nécropole du Haut Moyen Âge, sépulture multiple et denier carolingien (diagnostic ZAC du Roumois, clichés D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 18. Relevés du puits-citerne 618 (fouille parcelle YD28).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 19. Photo de l’apparition du plancher au fond du puits-citerne 618 (fouille parcelle YD28, cliché N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 20. Photo d’un des piquets supportant le plancher au fond du puits-citerne 618 (fouille parcelle YD28, cliché N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 21. Céramiques du haut Moyen Âge — VIeIXe siècles (fouille parcelle YD28, dessins Y.-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 22. Plan des vestiges médiévaux-Xe-XIVe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 23. Céramiques des XIe -XIIe siècles (fouille parcelle YD28, dessin Y. -M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 24. Photo du bâtiment 10 en cours de dégagement (fouille parcelle YD28, cliché N. Roudié).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 25. Relevés et photos de détails du bâtiment 10 (fouille parcelle YD28, clichés N. Roudié et al.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 26. Hypothèse de restitution du bâtiment 10 (fouille parcelle YD28, dessin S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 27. Reports approximatifs des fouilles sur le cadastre de 1826 et un plan terrier du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 28. Plan des vestiges d’époque contemporaine (XIXe -XXe siècles).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6953/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search