Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Les habitations de l’agglomération antique du Vieil-Évreux (Eure). Données de la campagne de fouilles 2009

The dwellings of the ancient site of Vieil-Évreux (Eure). Data from the 2009 excavations

Cécile Hartz

Résumé

Une fouille programmée au sud-ouest du site du Vieil-Evreux (27) s’est tenue en été 2009. Elle a mis en évidence deux à trois habitations en terre et bois implantées dans la première moitié du IIe siècle. À la fin du IIe siècle, une habitation est reconstruite dans le cadre d’une opération d’urbanisme de grande ampleur. En partie maçonnée, cette demeure richement décorée est dotée d’un large portique de façade ouvrant sur la voirie. Les dernières occupations sont datées de la fin du IIIe siècle.

A planned excavation south-west of the Vieil-Evreux site was carried out in the summer of2009. It uncovered two or three dwellings built of wattle and daub from the first half of the 2nd century. At the end of the 2nd century, one dwelling was rebuilt as part of large-scale urban development programme. Constructed partly from stone, the richly decorated dwelling had a large portico façade facing the road. The last occupation of the site dates back to the late 3rd century.

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de F. Dumasy, professeur émérite à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

1Une campagne de fouille programmée sur les habitations du lieu-dit « l’Aubue », sur le site du VieilÉvreux (27), s’est déroulée du 3 août au 16 septembre 2009. Elle a été réalisée dans le cadre d’un doctorat en cours à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne1. Le Vieil-Évreux constitue en effet un cas d’étude pour une réflexion sur les origines et le développement de l’urbanisme sur les sites dits de « grands sanctuaires ».

2Ce doctorat succède à un Master 2 sur l’habitat et la trame urbaine de l’agglomération antique, dont les résultats ont été présentés lors des journées archéologiques régionales de 2009 (Hartz, 2010). Les problématiques de notre campagne de fouilles ont été en grande partie orientées par ce travail.

Le Vieil-Évreux, une agglomération à l’organisation urbaine atypique

3Le Vieil-Évreux est le sanctuaire principal de la cité des Aulerques Eburovices. Situé au nordouest de la Gaule Lyonnaise, ce territoire correspond aujourd’hui à un gros tiers sud-est du département de l’Eure. Le site se localise au sommet d’un plateau crayeux (130 m N.G.F. environ), à 6 km à l’est du chef-lieu, Mediolanum Aulercorum (Évreux).

  • 2 Donc contemporain ? Aucune donnée récente ne peut être apportée pour étayer cette hypothèse.

4Les premiers niveaux d’occupation, mis au jour sur une surface restreinte aux abords immédiats du temple principal, datent du milieu du Ier siècle avant notre ère). À l’ouest de l’édifice cultuel, un quartier d’habitations se développe à partir du Ier siècle de notre ère à l’intérieur d’une trame orthogonale de direction nord-ouest – sud-est, sud-ouest – nord-est. Un deuxième réseau orthogonal de voies, de même orientation2, a été révélé par prospections aérienne et géophysique au nord de l’agglomération, à proximité immédiate d’une grande place publique (un forum ?).

5Au cours de la première moitié du IIe siècle, le secteur d’habitations à l’ouest du temple est progressivement abandonné (Bertaudière, 2001). Un plan d’urbanisme original est alors mis en place. L’organisation du bâti se fait autour d’un « axe monumental » composé du temple principal, des thermes au sud, du théâtre et de la place publique au nord. L’agglomération couvre une superficie de près de 250 ha. Une voie de 5,6 km ceinture cet « axe monumental » et forme un hexagone aux sections irrégulières. Les habitations, dont les façades sont tournées vers les monuments, s’articulent sur le bord extérieur de la voie (fig. 1).

6Le site est progressivement abandonné à partir du milieu du IIIe siècle. Les matériaux de construction des thermes sont récupérés dès la fin du IIIe siècle. Le sanctuaire est ceint d’un fossé et une occupation s’y maintient au IVe siècle (Bertaudière et Guyard, 2006a : 105). Des traces d’occupation tardive ont également été observées à l’intérieur du théâtre.

7Le site est aujourd’hui en grande partie fossilisé sous les cultures. Cette situation exceptionnelle a permis la réalisation, depuis une trentaine d’années, de nombreuses prospections (aériennes, géophysiques et pédestres) et de campagnes de fouilles. Les habitations de l’agglomération ont été étudiées dans un premier travail de recherche par croisement de ces différentes sources (Hartz, 2008). Quatre conclusions majeures peuvent être retenues :

Fig. 1. Le Vieil-Évreux au IIIe siècle. La zone encadrée correspond au secteur de l'« Aubue » (carte CG 27— M.A.D.E.).

  1. Les maisons du Ie siècle de notre ère semblent être des structures modestes, de petites tailles, élevées en terre et bois. Ces bâtiments ont une courte durée d’existence. Edifiés dans la seconde moitié du Ier siècle, ils sont abandonnés dans la première moitié du IIe siècle.

  2. Les habitations du second état de l’agglomération présentent des formes – et donc des fonctions – différentes. Les plans varient de l’organisation la plus simple (quelques pièces en enfilade alignées et ouvertes sur la rue) à la plus complexe (répartition des pièces autour d’une cour centrale, parfois équipées d’éléments de confort : hypocaustes, pièces balnéaires).

    • 3 Notons cependant que des traces d’activités artisanales, notamment de la métallurgie et de l’os, on (...)

    Une répartition des habitations à l’intérieur de l’agglomération a été suggérée. Les maisons aux plans simples, peut-être consacrées aux activités artisanales et commerciales, se localisent au nord et autour des grands axes de communication. Les habitations les plus développées, interprétées comme des domus, se localisent au sud-ouest, à proximité immédiate de l’arrivée de l’aqueduc et de la voie venant du chef-lieu de cité3.

  3. Un système parcellaire a été mis en évidence. Les propriétés font en moyenne 25 à 30 m de large pour une longueur qui varie entre 30 et 50 m. La surface moyenne des parcelles a été estimée à 1 250 m2, moyenne très élevée en comparaison des autres agglomérations de la cité et des agglomérations secondaires de Gaule romaine (généralement autour de 500-600 m2, comme à Bliesbrück ou Mâlain par exemple – Petit, 1994).

8De nombreuses questions sont restées en suspens à l’issue de ce travail. Si des hypothèses ont pu être avancées quant aux formes et aux fonctions des habitations du second état de la ville, les données disponibles ne permettaient aucune datation précise de leur implantation, de leur durée d’occupation, et de leurs éventuels états successifs. Leur construction était datée de la première moitié du IIe siècle par chronologie relative (après l’abandon du premier quartier d’habitations au début du IIe siècle) et par le matériel de prospection pédestre. Le principal objectif de la réalisation de fouilles archéologiques visait ainsi à préciser, sur des secteurs précis de l’agglomération, la date de la mise en place et des différentes phases de développement des habitations et de la trame urbaine. Le secteur de « l’Aubue », situé au sud-ouest de l’agglomération, était propice à la programmation d’une première opération archéologique (fig. 1). Les maisons y étaient déjà connues par fouilles anciennes et prospections (aérienne, géophysique et pédestre) et présentaient l’avantage d’être situées sur des parcelles départementales, gérées par la Mission archéologique implantée sur le site.

Les données de fouilles anciennes et de prospections : habitations aisées et traces d’activités artisanales

  • 4 Du fait de la proximité immédiate des thermes, qui ont toujours fait l’objet d’explorations plus ou (...)

9« L’Aubue » est sans doute le secteur d’habitations qui a été le plus fouillé au Vieil-Évreux. Des constructions y ont été reconnues dès les premiers travaux archéologiques menés sur le site4. Au début duXIXe siècle, F. Rever y indique, sur son plan général de l’agglomération, des « vestiges à fleur de terre » ainsi que les « fondements d’une construction particulière » sur lesquels il ne fait, par ailleurs, que peu de commentaires (Rever, 1827).

10Les premiers plans de constructions sont établis grâce aux fouilles de Théodose Bonnin (1837-1839). Le plan d’un bâtiment (habitation ?) figure sur une planche de son Atlas des Antiquités du Vieil-Évreux (Bonnin, 1845 : planche XV).

Fig. 2. Plan d’une construction dégagée sur l’« Aubue » par T. Bonnin (Bonnin, 1845 : pl. XV).

Fig. 3. Photographie aérienne du secteur de l’« Aubue » par Roger Agache, 1976.

Fig. 4. Prospection géophysique sur le secteur de l’« Aubue » (dispositif 1 m : Aubry, 2000) et localisation des sondages 2009.

11Il semble s’agir d’une construction de grande ampleur, dont l’organisation reste néanmoins difficile à interpréter (ébauches de murs, absidioles, caves et citernes éparses...) (fig. 2). L’archéologue ne nous a laissé aucune description de sa fouille. Il mentionne cependant, au cours d’un de ses articles, une construction aux murs maçonnés et au sol de béton (bâtiment représenté sur la planche XV ?) (Bonnin, 1840 : 4-5).

12Enfin, les fouilles d’E. Espérandieu mettent au jour dans ce secteur, en 1912 et 1913, de nombreux murs appartenant, selon lui, à de « pauvres demeures » (en réalité des solins de pierre et mursbahuts destinés à supporter des élévations en terre et bois), ainsi que des caves, des citernes, et un sol sur hypocauste. Il y fait la découverte de « menus objets », dont des traces du travail de l’os (jetons de jeux, nombreuses épingles et aiguilles), et de la métallurgie du bronze (fragments de creusets – Espérandieu, 1913 ; 1921).

13L’organisation des habitations du secteur est révélée à partir des années 1970 grâce aux photographies aériennes de R. Agache. Celles-ci ont été complétées par les prospections de l’association Archéo 27 dans les années 1990. L’alignement des façades des constructions, ainsi que le portique de rue les précédant sont clairement perceptibles sur les clichés. À l’arrière, une structuration relativement dense est remarquable, révélant des habitations de grande ampleur, dont le plan ne peut toutefois être finement interprété (fig. 3).

14Une prospection électrique réalisée en 2000 sur les parcelles départementales a permis de compléter ces données (Aubry, 2000). Une maison a pu être individualisée au centre de la parcelle, dont les dimensions ont été estimées à 25 m de large et 70 m de long. Des murs maçonnés ainsi que plusieurs espaces y sont perceptibles, peut-être répartis autour d’une grande cour ouverte (?) (fig. 4). Enfin, une prospection pédestre a permis de recueillir sur les parcelles départementales séparateurs, tubuli et briques striées, qui sont à mettre en relation avec des pièces balnéaires. Des moellons et des fragments de placage et dallage calcaires, ainsi que des débris de marbre ont également été observés. Ces éléments permettent de supposer l’existence d’une ou plusieurs habitations aisées, employant des matériaux coûteux pour leur décoration, et comportant des éléments de confort. L’ensemble de ces données suggérait la présence d’une ou plusieurs riches demeures associées à différentes activités artisanales (métallurgie du bronze et de l’os). L’habitation individualisée par prospection géophysique avait été interprétée, dans notre précédent travail de recherche, comme une domus, à l’organisation complexe et possédant éventuellement une cour intérieure. Situées au sud de l’agglomération, ces demeures appartiennent à un secteur qui concentre les constructions les plus développées – peut-être les plus riches – de la ville, secteur interprété comme un hypothétique « quartier résidentiel ».

Résultats de la campagne de fouille 20095

  • 5 Hartz, 2010.

15Deux sondages ont été réalisés sur « l’Aubue ». Différentes problématiques ont orienté leur implantation. Il s’agissait de vérifier l’état de conservation des vestiges et de la stratigraphie sur le secteur ; de recueillir des éléments de datation pour appréhender l’implantation, la durée d’occupation et l’abandon des habitats ; d’observer les techniques de construction employées (élévation des murs, fondations, toitures...), et la nature des sols conservés ; enfin, si la conservation des niveaux d’occupation le permettait, de déterminer la fonction des espaces mis au jour à l’intérieur et à l’extérieur des habitats (espaces ouverts/fermés, équipements domestiques ou artisanaux, etc.).

  • 6 La numérotation des sondages utilisée dans cet article diverge, par commodité, de celle adoptée dan (...)

16Situé en tête d’un petit talweg, un premier sondage de 26 x 4 m (104 m2) a été ouvert perpendiculairement à la construction observée en prospection géophysique (sondage 1) (fig. 4). Ce sondage était destiné à appréhender la façade de l’habitat et le portique, visibles en prospection, ainsi que la voirie que nous supposions passer au nord des structures. Le second sondage de 6 x 4 m (26 m2) a été implanté quelques mètres en contrebas, à 50 m à l’ouest (sondage 26).

17De nombreuses traces d’occupations ont été mises au jour, datées entre la première moitié du IIe et la fin du IIIe siècle. Dans le sondage 1, deux états d’un habitat remarquablement conservé ont été mis en évidence. Au nord, le portique de façade ouvrant sur la voirie, dont l’existence avait été suggérée par les données de prospection géophysique, a été dégagé. La stratigraphie est conservée sur près d’un mètre.

18Dans le sondage 2 en revanche, les vestiges des constructions et les couches archéologiques sont extrêmement arasées du fait de l’érosion. Trois solins et quelques lambeaux de sols ont été dégagés. Cela n’a permis pratiquement aucune interprétation des installations.

  • 7 Nous remercions chaleureusement Y.-M. Adrian (INRAP), à qui nous devons ces observations, pour le t (...)

19Cinq phases d’occupation ont été distinguées lors de la fouille. Les datations ont toutes été effectuées grâce à l’observation des lots de céramique recueillis7. Aucune monnaie n’a été découverte.

Implantation et développement de l’habitat au Haut-Empire

20Un tronçon de fossé à profil en U, aux bords très évasés et à fond en cuvette, constitue la première trace d’occupation observée sur le site. Celui-ci, creusé dans le terrain naturel, a été partiellement mis au jour dans la partie ouest du sondage 2. De datation inconnue, la fonction de cette structure reste énigmatique. Correspond-il à un fossé parcellaire protohistorique ? Le remplissage uniforme, sans traces d’exposition prolongée à l’air libre ne favorise néanmoins pas cette hypothèse.

Fig. 5. Plan des vestiges du sondage 2 (relevé et DAO C. Hartz).

Fig. 6. Foyer vu du sud (cliché C. Hartz).

21Le comblement de la structure intervient à l’époque antique.

22Au début du IIe siècle, le terrain est aménagé et régularisé pour recevoir de nouvelles occupations. À l’ouest, la pente est aplanie grâce à l’apport d’un remblai argileux compact. En sommet de talweg, dans le sondage 1, le bief à silex surmontant le substrat est retiré et la surface du terrain naturel est aplanie avant l’implantation de la voirie. Au contraire, sous les espaces destinés à être bâtis, le bief à silex semble être remanié (inclusions de tessons de céramique, fragments de terres cuites architecturales...) et sa surface est sans doute régularisée. Les premiers niveaux de voirie, constitués de silex compactés, sont alors mis en place. De petites structures en creux, de fonction indéterminée et observées sous les habitations, attestent peut-être d’une première installation en bordure de la voie. Leur datation n’a pas pu être précisée. Dans le courant du IIe siècle (?), à mi-pente du talweg, une ou deux habitations sont construites (fig. 5). Trois solins de silex liés à l’argile (50 cm de large environ), surmontés d’une chape de mortier, ont été dégagés. Ils supportaient sans doute des élévations en terre et bois, dont aucune trace n’a cependant été observée. Ces murs délimitent deux à trois pièces de façade. Deux sols ont été fouillés (craie damée et terre battue). La céramique recueillie, en faible quantité et très abîmée, suggère une installation dans le courant du IIe siècle. Le faible état de conservation général des structures et de la stratigraphie n’a pas permis de reconnaître une occupation ultérieure, ni d'affiner les datations.

23Au sommet du talweg, une habitation est installée à partir du milieu du IIe siècle, plus probablement au cours de sa seconde moitié. Cette construction, vraisemblablement élevée en terre et bois, a été reconnue grâce à la fouille de plusieurs niveaux de sols (terre battue, sol de béton...). L’extrémité d’un foyer a été mise au jour, foyer qui avait probablement une vocation culinaire (fig. 6). Les couches de cendres à proximité contenaient en effet de nombreuses coquilles de mollusques (moules et huîtres) présentant des traces de combustion. Au terme de son utilisation, ce foyer est recouvert par un sol de craie damée. Les fragments de terre cuite architecturale recueillis dans les niveaux de remblais de l’habitation indiquent la présence d’une couverture de tuiles.

24Sur les niveaux de voirie contemporains ont été retrouvés, de manière très localisée, de nombreux rejets de tabletteries (déchets de taille de l’os, ébauches d’épingle, cuillère à parfum...), qui indiquent la présence d’un artisanat situé à proximité, peut-être à l’intérieur de l’habitation (?).

25À la fin du IIe siècle ou dans la première moitié du IIIe est entreprise une opération d’urbanisme de grande ampleur. Dans le sondage 1, l’habitation est reconstruite, sans conserver, a priori, son plan initial. Les sols antérieurs et le foyer sont recoupés par de puissantes maçonneries de 60 à 80 cm de large (fig. 7). Les fondations, observées sur une trentaine de centimètres de profondeur, sont en blocage de moellons (opus caementicium), tandis que les élévations, conservées sur 15 à 20 cm de hauteur, présentent un parement en moellons de silex avec joints tirés au fer. Il s’agit probablement de murs-bahuts destinés à supporter des élévations en terre et bois. De nombreux fragments de torchis brûlé ont en effet été recueillis dans les remblais de démolition scellant l’habitation. Ces fragments de torchis, ainsi que la largeur des fondations, permettent également de supposer la présence d’un étage.

Fig. 7. Plan des vestiges du sondage 1 (relevé et DAO C. Hartz).

Fig. 8. Sondage 1 vu du sud. Au premier plan, le mur ajouté dans le courant du IIIe siècle (cliché C. Hartz).

Fig. 9. Fragments de corbeau mouluré à décor de croisillon (cliché S. Cormier).

26L’intérieur de l’angle nord-est de la façade est orné de quatre assises de moellons de calcaire fin. Le piédroit d’une ouverture, observée au sud, est également réalisé en moellons de calcaire fin et couplés à des assises de briques.

  • 8 Identification par S. Cormier (docteur en histoire de l’université du Maine, spécialiste de l’archi (...)

27Deux sols appartenant à cet état de l’habitation ont été conservés (sol de béton et de mortier de chaux). Les très nombreux fragments de tegulae, imbrices et joints de tuile recueillis dans les remblais de démolition surmontant les derniers niveaux d’occupation indiquent l’existence d’une toiture à couverture de tuiles. Enfin, des fragments de plaquettes de fenêtre en calcaire fin, portant, pour certains, des traces de stuc, et deux petits fragments de colonnes indiquent que l’habitat était richement décoré8.

  • 9 Le mortier utilisé est identique à celui des murs de façade de l’habitat. Nous remercions chaleureu (...)

28Lors de ce réaménagement, l’habitation est dotée d’un portique d’environ 3,5 m de large9. Deux fondations maçonnées de 1,30 x 1,10 m, espacées de 1,8 m, ont été observées. Elles servaient probablement de support à des dés de colonnes, dont aucune trace n’a cependant été mise au jour. Le niveau de circulation est en terre battue, et la colonnade ouvre sans doute directement sur le bascôté de la voie. Des fragments de creusets ayant servi au travail du bronze ont été recueillis dans les remblais scellant ces occupations. Ils confortent l’hypothèse d’une activité artisanale effectuée dans les pièces de façade de l’habitation ou directement sous le portique.

29Pour permettre cet important réaménagement de façade, le tracé initial de la voirie est largement décalé vers le nord (environ 4 m). Celle-ci est séparée de l’habitation par un fossé bordier, puis par un large bas-côté en terre battue.

30Dans le courant du IIIe siècle, de nouveaux aménagements sont réalisés. À l’arrière de l’habitation est construit un mur, dont l’orientation diverge par rapport aux autres (nord-nord-est – sud-sud-ouest) (fig. 8). Celui-ci permet la division d’un espace intérieur ou extérieur. La stratigraphie a subit ici un affaissement très important (70 cm de profondeur sur une largeur d’environ 50 cm, observé sur toute la longueur du sondage), dont la cause n’a pu être déterminée (tranchée de récupération d’un mur sous-jacent ? cause géologique ?). Il n’a ainsi pas été possible de dater précisément cette nouvelle construction.

31Le portique subit une réfection au milieu ou dans la seconde moitié du IIIe siècle. L’orientation initiale est conservée mais les nouvelles bases maçonnées (dont l’une mesure 1,5 x 0,8 m) sont cette fois-ci établies sur une fondation continue. Il s’agit sans doute, comme pour l’état antérieur, d’un portique à colonnades ouvert sur la voie. De nombreux fragments de corbeaux moulurés en calcaire fin à décor de croisillons ont été recueillis dans les ultimes remblais de démolition (fig. 9). Ils servaient probablement de soutien à un étage, et attestent de la richesse du propriétaire qui a utilisé des matériaux coûteux, importés de la vallée de l’Oise, pour l’ornementation de sa demeure.

Abandon et récupération de l’habitation

32L’abandon de l’habitation et de la voirie de façade intervient sans doute dans la seconde moitié ou à la fin du IIIe siècle. Aucune trace d’une éventuelle occupation postérieure n’a été observée. Cependant, quelques tessons de céramique glaçurée du bas Moyen Âge, recueillis dans les ultimes niveaux de remblais, témoignent peut-être d’une réinstallation à cette époque.

33Les maçonneries ont été ponctuellement récupérées à une date difficile à préciser, le comblement des tranchées de récupération ayant été perturbé par les fouilles anciennes ou n’ayant livré que très peu de matériel. De même, la voirie est, à une époque indéterminée, remise en culture par l’apport de remblais de terre chargés en matériel antique (éléments de construction, faune, céramique...).

34Enfin, au moins deux tranchées de fouilles anciennes ont été mises en évidence à proximité de murs ou de leurs tranchées de récupération. Leurs limites exactes n’ont pu être déterminées. Elles sont venues perturber les couches en place jusqu’au sommet du bief à silex. Quelques tessons modernes permettent d’attribuer ces fouilles aux recherches du XIXe siècle, peut-être à celles de Théodose Bonnin. Le bâtiment figuré sur la planche XV de son Atlas (fig. 2) semble en effet correspondre, par ses dimensions et sa localisation dans l’agglomération, à l’habitation fouillée cette année.

Synthèse et perspectives de recherche

35Les résultats de cette première campagne de fouille sur l’« Aubue » sont donc positifs et permettent d’apporter des éléments de réponse aux problématiques qui ont motivé la programmation d’une opération sur ce secteur. L’installation des habitations semble intervenir, d’après les données de fouille, au début du IIe siècle et leur abandon vers la fin du IIIe. Notons toutefois que ces propositions de datation reposent uniquement sur les lots de céramique recueillis, qui ne comportent parfois que quelques tessons, et toujours en position secondaire. Celles-ci devront être nuancées par des opérations ultérieures.

36Dans le sondage 1, l’excellent état de conservation des structures et de la stratigraphie a permis de mettre en évidence au moins deux états d’une habitation précédemment repérée par prospection géophysique. Une maison en terre et bois précède la construction, dans la seconde moitié du IIe siècle ou au début du IIIe, d’une demeure imposante dotée d’un vaste portique, richement décorée, et à fonction résidentielle probable. Cette habitation jouit de plus d’une position privilégiée au sein de ce quartier, puisqu’elle est légèrement surélevée par rapport aux autres constructions.

37L’installation du portique a participé d’une opération urbaine de grande ampleur, qui a concerné à la fois l’espace public et privé. La voirie est largement décalée vers le nord, séparée du portique par un fossé bordier et un bas-côté de 4 m de large environ. Les grandes dimensions de ces réaménagements, ainsi que celles de l’habitation (la surface de la pièce orientale de la façade a pu être estimée, à elle seule, à 30 m2) ne doivent pas surprendre : elles correspondent en effet à la réorganisation monumentale de l’agglomération à l’époque sévérienne. Les aménagements urbains n’étaient alors limités par aucune contrainte spatiale, et les constructions pouvaient être établies sur de vastes espaces.

38Enfin, des traces d’activités artisanales (travail de tabletterie et de bronze) ont été mises en évidence sur le secteur. Elles confirment les observations effectuées par E. Espérandieu au début du XXe siècle. Cependant, la faible superficie de fouille n’a permis aucune observation concluante quant aux localisations précises des ateliers.

39Les recherches sur le secteur de « l’Aubue » se poursuivent dans le cadre d’une deuxième campagne de fouille programmée en août-septembre 2010. La voirie au nord du sondage 1, observée sur une très faible surface en 2009, sera appréhendée sur toute sa largeur. L’extension du sondage 1 vers le sud, permettra de caractériser les espaces à l’arrière des pièces de façade (présence d’une cour intérieure ?), et également de déterminer les raisons de l’affaissement de la stratigraphie observée au sud de la construction. Ces recherches permettront peut-être d’obtenir de nouvelles données pour affiner les datations proposées pour l’implantation et le développement de l’occupation sur le secteur.

40Nos recherches porteront également sur le secteur des « Terres Noires », à l’ouest des thermes. Il s’agira ici d’appréhender la mise en place et le développement du réseau viaire (voirie en façade des habitations, voirie secondaire et voie provenant du chef-lieu de cité, Mediolanum Aulercorum) en relation avec une habitation, afin de déterminer l’évolution de l’occupation sur ce secteur de l’agglomération.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry L. (2000) – Site gallo-romain du Vieil-Evreux, prospection électrique. Terra Nova, novembre, 17 p., 4 fig.

Bertaudière S., Guyard L. (2006) — Le Vieil-Evreux (Eure), Basilique, « Le grand sanctuaire ». Document final de synthèse, sondages 2005, t. 1.

— (2001) – Le Vieil-Evreux (Eure). Base archéologique, rapport de fouilles préventives, t. 1.

Bonnin T. (1845) – Atlas des Antiquités gallo-romaines du Vieil-Évreux. Evreux, Tavernier, 20 p., 50 pl.

— (1840) – Fers antiques trouvés au Vieil-Evreux (Eure). Lettre à MM. les membres de la Société des Antiquaires de Normandie, Evreux.

Espérandieu É. (1921) – Les fouilles du Vieil-Evreux, deuxième année (1914). Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques, 31 p.

— (1913) – Les fouilles du Vieil-Evreux, premier rapport. Bulletin de la Société française des fouilles archéologiques, 80 p.

Hartz C. (2010) – Habitat et trame urbaine dans les agglomérations de la cité des Aulerques Eburovices. fournées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, PURH, 2010, p. 171-180.

— (2010) – Le Vieil-Evreux (Eure), « L’Aubue », Habitats de l’agglomération antique. Rapport final d’opération, 111 p.

— (2008) – Habitat et trame urbaine dans les agglomérations secondaires de la cité des Aulerques Eburovices. Mémoire de Master 2 d’Archéologie de la Gaule romaine, université Paris I, juin, 2 vol., 450 p., dactyl.

Petit J.-P., Mangin M. (dir.) (1994) – Les agglomérations secondaires, la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain. Actes du colloque de Bliesbrück-Reinheim — Bitche, 21-24 octobre 1992, Paris, Errance, 294 p.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Evreux. Evreux, 308 p., 16 pl.

Notes

1 Sous la direction de F. Dumasy, professeur émérite à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne.

2 Donc contemporain ? Aucune donnée récente ne peut être apportée pour étayer cette hypothèse.

3 Notons cependant que des traces d’activités artisanales, notamment de la métallurgie et de l’os, ont également été observées dans ce secteur de l’agglomération. Ces activités prenaient peut-être place dans les pièces de façade des grandes demeures (ateliers ou boutiques).

4 Du fait de la proximité immédiate des thermes, qui ont toujours fait l’objet d’explorations plus ou moins approfondies au cours des XIXe et XXe siècle. Les constructions situées à quelques centaines de mètres alentour, encore en élévation ou apparentes, ont donc suscité l’intérêt des archéologues.

5 Hartz, 2010.

6 La numérotation des sondages utilisée dans cet article diverge, par commodité, de celle adoptée dans notre rapport de fouille. Le sondage 1 correspond aux sondages 01 et 02 de notre rapport, le sondage 2 correspond au sondage 03.

7 Nous remercions chaleureusement Y.-M. Adrian (INRAP), à qui nous devons ces observations, pour le temps qu’il nous a consacré.

8 Identification par S. Cormier (docteur en histoire de l’université du Maine, spécialiste de l’architecture antique et des décors en pierre), que nous remercions pour le temps qu’il nous a consacré.

9 Le mortier utilisé est identique à celui des murs de façade de l’habitat. Nous remercions chaleureusement A. Coutelas (Arkemine SARL, chercheur associé UMR ARTEHIS), à qui nous devons ces observations.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le Vieil-Évreux au IIIe siècle. La zone encadrée correspond au secteur de l'« Aubue » (carte CG 27— M.A.D.E.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 2. Plan d’une construction dégagée sur l’« Aubue » par T. Bonnin (Bonnin, 1845 : pl. XV).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3. Photographie aérienne du secteur de l’« Aubue » par Roger Agache, 1976.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 4. Prospection géophysique sur le secteur de l’« Aubue » (dispositif 1 m : Aubry, 2000) et localisation des sondages 2009.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 5. Plan des vestiges du sondage 2 (relevé et DAO C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 6. Foyer vu du sud (cliché C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 7. Plan des vestiges du sondage 1 (relevé et DAO C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 8. Sondage 1 vu du sud. Au premier plan, le mur ajouté dans le courant du IIIe siècle (cliché C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 9. Fragments de corbeau mouluré à décor de croisillon (cliché S. Cormier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6950/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540