Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2009

The great central sanctuary of Vieil-Évreux (Eure). Results of the 2009 excavations

Laurent Guyard, Sandrine Bertaudière et Sébastien Cormier

Résumé

La poursuite de la fouille sur le sanctuaire a permis de livrer des informations sur l’environnement du monument claudioantonin. La cour arrière de l’édifice est au moins divisée en deux zones délimitées par une haie dont deux états ont été observés. La fouille sur le monument sévérien a permis de mettre en évidence une aire de travail de la pierre et de proposer une restitution de l’ordre corinthien du monument grâce au lapidaire mis au jour.

Continued excavation of the sanctuary has provided information on the area around the Claudio-Antonine monument. The rear courtyard of the building is divided into at least two zones, with a hedge separating the different areas. Excavation of the Severan dynasty monument has uncovered a stonemasonry area, whose artefacts could lead to its reclassification as a Corinthian order construction.

Entrées d'index

Texte intégral

1Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux occupe le coeur d’une vaste ville sanctuaire, satellite de l’agglomération antique d’Évreux. Durant le Ier siècle de notre ère, deux pôles (îlots d’habitations) sont créés ; l’un se développe autour d’un premier sanctuaire et un second près d’une grande place publique (fig. 1). Sous Trajan, ces quartiers sont rasés et un urbanisme tout à fait original est mis en place (fig. 2). L’agglomération adopte alors une forme polygonale exceptionnelle et atteint une surface de 250 ha, dont près de 60 ha sont occupés par une bande bâtie de 100 m de large formant une couronne autour du coeur monumental. Dans ce dernier, des thermes, un vaste temple, un théâtre, un forum et divers temples occupent un vaste espace dégagé de 180 ha, recoupé par quelques rues et un réseau d’aqueducs. Au centre de cette ville originale, le sanctuaire occupe un espace de 6 ou 8 ha. Au IIIe siècle, la partie centrale se compose d’un groupe monumental de 111 m de long constitué de trois temples sur podium reliés par des galeries de liaison. Depuis 2005, la fouille porte sur le temple central et la galerie de liaison sud.

Fig. 1. Plan de l’agglomération au Ier siècle après J.-C. (MADE—30 septembre 2005).

Fig. 2. Plan de l’agglomération au IIIe siècle après J.-C. (MADE – mai 2010).

L’évolution du sanctuaire

2Les premières traces attestées sur le site ne sont pas antérieures à la fin du Ier siècle avant notre ère.

Fig. 3. Plan du monument claudio-antonin (CG27MADE — décembre 2010).

3Plusieurs phases ont ensuite pu être identifiées clairement (Guyard, 2010a) :

  • L’occupation augustéenne (entre – 10 et + 20 environ) se caractérise par un sol aménagé, des trous de poteaux et une succession de foyers associés à un niveau très charbonneux.

  • L’occupation tibéro-claudienne (vers 20-50) se caractérise par un sol aménagé (environ 1 500 m2) perforé par des trous de poteaux.

  • L’occupation claudio-antonine (vers 50-180) se caractérise par la construction, en pierre, d’un premier temple circulaire (période claudienne) auquel est ajouté un groupe de deux temples jumeaux (période flavienne). Ces deux derniers temples sont embellis à l’époque antonine. Le sol des galeries et la partie inférieure des murs sont habillés d’un revêtement en calcaire. La partie supérieure est quant à elle recouverte d’une peinture murale.

  • L’occupation durant la période sévérienne (vers 180-250) se caractérise par la construction de trois grands temples sur podium reliés entre eux par des galeries de liaison. Ils sont bâtis sur les temples antérieurs mais ils sont trois fois plus grands que les précédents. Le site est ensuite très partiellement démoli. Cette démolition est probablement à mettre en relation avec une cérémonie de clôture (Guyard, 2010a).

  • L’occupation tardo-antique (vers 250-300) : un castellum est érigé vers le troisième quart du IIIe siècle, un large talus et un fossé ceinturent les trois temples sévériens. À la fin du IIIe siècle ou au tout début du IVe siècle, le sanctuaire est totalement démoli. Les blocs calcaires sont débités sur place pour être transformés en moellons. Ce démontage méthodique et systématique, qui résulte vraisemblablement d’une commande publique, est probablement lié à la construction du rempart d’Évreux, à 6 km.

  • L’occupation médiévale et moderne : seuls quelques éléments, datés des XIe – XIIe siècle au plus tôt, témoignent d’une réoccupation de la fortification antique durant cette période. Le site est ensuite réoccupé à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle par une maison dont il ne reste que les vestiges d’une cave située sur l’angle nord-est du temple sévérien.

  • Pendant la période contemporaine, des fermes sont implantées dans la partie basse de la parcelle (partie ouest) et un verger est planté sur la butte (partie est de la parcelle). D’autres fermes sont construites après les premières fouilles sur le sanctuaire (1835-1841). Durant la première moitié du XXe siècle, d’autres fouilles sont entreprises avant que le site ne soit transformé en dépotoir sauvage.

Fig. 4. Plan du monument sévérien (CG27MADE 2010).

Apports de la campagne 2009 à l’histoire du site

L’ensemble monumental du Ier siècle

4Ce premier sanctuaire en pierre se compose d’un temple circulaire (claudien) associé par la suite à un groupe de deux temples jumeaux (flaviens) (fig. 3). La fouille s’est portée sur la cour arrière du monument. Le long de l’édifice, une sorte de galerie extérieure à ciel ouvert bordée par une haie a été mise en évidence. De l’autre côté de la haie, seule une succession de niveaux d’occupation a été observée. Deux états de haie ont été clairement identifiés, l’un associé à l’état flavien et le second à l’état antonin, correspondant à une phase d’embellissement du monument. Le matériel mis au jour dans ces niveaux se compose essentiellement de clous de chaussure retrouvés en grande quantité, de quelques tessons de céramique, d’ossements animaux fragmentés et de quelques offrandes. En ce qui concerne les offrandes, deux types de rituels ont été identifiés : soit l’objet a été déposé dans un petit creusement, soit l’objet a été plié une ou plusieurs fois avant d’être déposé sur le sol. Quasiment tous les objets ont été retrouvés sur le sol extérieur, le long de l’édifice (pour la période flavienne) ou de l’autre côté de la haie (pour la période antonine).

5La fouille a également permis de démontrer que l’accès dans l’édifice pouvait aussi s’effectuer par l’arrière du monument (à l’opposé de l’entrée orientale). Entre deux dés calcaires disparus, le sommet de la fondation, réalisé en pierres calcaires, est très usé du fait de la forte fréquentation.

Le monument sévérien

6Le monument, qui succède au temple flavioantonin, entre la fin du IIe siècle et la première moitié du IIIe siècle se compose de trois temples sur podium reliés par des galeries de liaison (fig. 4).

Fig. 5. Pian des trois secteurs d’activités liés au travail de la pierre devant la cella (DAO : S. Cormier).

Fig. 6. Planche des modules des bases de style attique et des chapiteaux corinthiens (S. Cormier, MADE 27).

7La fouille a été poursuivie dans la galerie sud du temple central. La succession de remblais qui comble les soubassements de cette galerie a été entièrement fouillée, nous permettant de prouver que ces remblais ont été apportés au fur et à mesure de l’édification.

8La fouille a également porté sur une aire de travail de la pierre située devant la cella (fig. 5). Cette aire se caractérise par une succession de niveaux de travail constitués de déchets et de poudre calcaire liés à la taille et à l’ajustement des blocs. Elle scelle à la fois les remblais de la galerie du temple central et ceux de la terrasse située devant la galerie de liaison sud. Trois secteurs d’activités ont été observés.

  • La zone, le long du mur stylobate devant la cella centrale, correspond à la zone d’arrivage des blocs (traces d’ornières).

  • La partie centrale correspond à l’aire de travail (présence de négatifs de blocs), les déchets de part et d’autre des blocs ont créé ces empreintes liées au débitage des blocs.

  • L’espace le long de la cella est dédié au levage des blocs pour la réalisation de la porte d’entrée (présence de trous de poteau pour des machines de levage ?).

9Le matériel lapidaire retrouvé en 2009 dans les deux tranchées de récupération de murs du IVe siècle complète abondamment la série de blocs sculptés recueillis sur le site depuis 2002. L’étude d’ensemble a permis de proposer une restitution des différentes colonnades corinthiennes présentes (fig. 6). Trois types de colonnades avec bases attiques et chapiteaux corinthiens ont ainsi pu être restituées, une de 13 m, la seconde de 11,30 m et la dernière de 5,80 m. Au vu de ces hauteurs et des dimensions des édifices, nous pouvons émettre l’hypothèse que la colonnade la plus haute devait être présente dans le temple central (le plus grand, d’une hauteur estimée à 25 m au faîtage), la taille intermédiaire pourrait être employée dans les temples latéraux et le plus petit module serait utilisé dans les galeries de liaison qui relient ces différents temples, l’ensemble étant installé sur un podium de hauteur équivalent (entre 5 et 6 m). Dans les remblais de démolition, l’abondance de fragments de placage a également permis de restituer des sols et décors muraux noirs et blancs, parfois, sculptés (chambranles et fûts de pilastres plaqués ornés) et moulurés (moulures d’applique de la plinthe et des baies..

10La fouille 2010 permettra de poursuivre les recherches dans les différents secteurs ouverts concernant les monuments flavio-antonins et sévérien.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Guyard L. (dir), Bertaudiere S. (2010a) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultat de la campagne 2008. Journées archéologiques de Haute-Normandie, avril 2009, Rouen, PURH, p. 153-158.

(2010b) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Document final de synthèse de fouille programmée triennale, campagne 2007-2009, Évreux.

Guyard L., Bertaudiere S., Fontaine C. (2009) — Le Vieil-Évreux. Recherche sur le grand sanctuaire central (Eure). L’Archéologue, no 102, juin-juillet 2009, p. 31-34.

Guyard L. (dir), Bertaudiere S. (2006) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : Résultat des fouilles 2005-2006 et perspectives 2007-2009. Haute-Normandie archéologique, no 11, fasc. 2, 2006, p. 83-94.

Guyard L., Fontaine C., Bertaudiere S. (à paraître) – Relecture du dépôt de bronze du grand sanctuaire central du VieilÉvreux (Eure) : un dépôt lié à la fermeture du temple ? Actes du colloque, d’Orléans, juin 2006.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de l’agglomération au Ier siècle après J.-C. (MADE—30 septembre 2005).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2. Plan de l’agglomération au IIIe siècle après J.-C. (MADE – mai 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3. Plan du monument claudio-antonin (CG27MADE — décembre 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 4. Plan du monument sévérien (CG27MADE 2010).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Fig. 5. Pian des trois secteurs d’activités liés au travail de la pierre devant la cella (DAO : S. Cormier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6944/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. Planche des modules des bases de style attique et des chapiteaux corinthiens (S. Cormier, MADE 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6944/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540