Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

La grande villa d’Aubevoye « Le Chemin Vert » (Eure). Premières données de terrain

First field data from the great villa of Aubevoye, “Le Chemin vert”

Gérard Guillier

Résumé

La villa antique d’Aubevoye a fait l’objet d’une importante fouille de sauvetage. Plusieurs époques ont été identifiées, du Néolithique à l’âge du bronze et à la fin de l’indépendance gauloise ; vers le début du Ier siècle est construite une petite villa de plan allongé remplacée environ un siècle plus tard par une vaste villa dont le plan complexe est d’un type qui semble encore inédit dans le nord de la Gaule romaine. Un habitat et une nécropole du Bas-Empire puis du haut Moyen Âge sont ensuite installés sur le site ; ils sont très vraisemblablement liés à une phase de récupération des matériaux de la villa, qui sert alors de carrière.

Texte intégral

Le contexte de la fouille

1Aubevoye est une petite ville situé au nord de Gaillon, sur la rive gauche de la Seine dans le nord-est du département de l’Eure. Le site du « Chemin Vert » est localisé dans la basse vallée de la Seine, à faible distance de cette dernière et à une altitude de 15 à 16 m N.G.F., sur un placage de limons calcaires particulièrement propices à l’agriculture. Nous sommes situés en limite sud-ouest du territoire des Véliocasses, toutefois non loin de celui des Aulerques Eburovices (Hartz, 2010).

2La commune d’Aubevoye présente depuis le Paléolithique de nombreuses traces d’une occupation humaine. La période néolithique est particulièrement bien représentée avec un total de quatre sites ou indices de sites. Citons plus particulièrement celui de « La Chartreuse », non loin du « Chemin Vert », qui a livré, outre un abondant mobilier, dont le célèbre vase zoomorphe en forme de bovidé, plusieurs bâtiments de type « danubien » (Riche, 2010a). Ce site a livré également plusieurs enclos funéraires de l’âge du bronze au début de La Téne. La période antique est bien représentée, notamment avec le sanctuaire de Saint-Aubin-sur-Gaillon, au sud du « Chemin Vert » et certainement visible de ce dernier.

3Pour le haut Moyen Âge, mentionnons la mise au jour de structures mérovingiennes et carolingiennes toujours à « La Chartreuse » (habitat, nécropole).

4Le site même de la villa du « Chemin Vert » fait l’objet depuis la fin des années 1980 d’une urbanisation progressive, voire agressive, et de nombreux vestiges antiques se rapportant à une importante pars rustica d’une villa ont été découverts dès 1988 lors de travaux au nord-est du site. C’est en janvier 1989 que M. et Mme Leborgne (Archéo 27) ont détecté, grâce à la prospection aérienne, de très importants vestiges se rapportant à une villa de grande ampleur. Les terrains alentours, notamment ceux jouxtant la villa ont ensuite été fait l’objet d’aménagements successifs et plusieurs observations ont été effectuées menant à la découverte de bâtiments relevant de diverses phases de construction antiques. La fouille de 2009 a été précédée par plusieurs opérations de diagnostic archéologique (en 1998, 2003 et 2007), confirmant très largement le potentiel exceptionnel de ce site.

Les premières occupations du site

Une tombe isolée du Néolithique

5Outre quelques vestiges mobiliers épars, le Néolithique est surtout représenté sur le périmètre fouillé par une sépulture à inhumation (tombe 6701 : fig. 1 et 2). Cette inhumation est attribuable au Néolithique grâce à une analyse 14C :

Fig 1. Aubevoye « Le Chemin Vert », plan général simplifié des structures (DAO : G. Guillier).

6La présence de cette inhumation serait à mettre en relation, au moins chronologique, avec le site de « La Chartreuse » à Aubevoye, sensiblement de la même période (Riche, 2010b).

Une nécropole à enclos de la protohistoire ancienne

7La nécropole est constituée de cinq enclos circulaires de 5 à 7 m de diamètre, associés à 9 incinérations et 6 inhumations (fig. 1 : localisation de quatre d’entre eux, le cinquième étant largement hors champ). Nous avons peu de renseignements sur les incinérations, très perturbées. Les inhumations (fig. 3) ont fait l’objet, pour cinq d’entre elles, d’analyses 14C qui permettent de les attribuer au Bronze moyen et final :

8Ce sont des inhumations individuelles ; les corps sont déposés en position fléchie dans de petites fosses peu profondes, sans offrande apparente (fig. 4). Là encore, ces structures ont des parallèles sur le site de « La Chartreuse » (Riche, 2010a, 2010b).

La villa antique

Les prémices de la villa

9Les vestiges sont matérialisés dans un premier temps par un vaste enclos datable probablement de La Tène finale. Celui-ci, malheureusement incomplet, a été observé sur 120 m d’est en ouest et sur 55 m du nord au sud (fig. 1 ; traits en rouge). Sur l’emprise des travaux, seuls quelques trous de poteaux ont pu être rapportés à cette occupation dont le cœur se développe hors emprise, peut-être plus au nord.

10Dans un deuxième temps, sont installés parallèlement au fossé de La Tène finale un autre fossé puis un mur (fig. 1 ; traits en bleu). Ces éléments sont liés à une petite villa de plan allongé (35 m × 10 m environ), munie d’une vaste galerie de façade nettement séparée du corps même de la villa. Ces structures ont été découvertes lors de sondages de diagnostic archéologiques ou de fouilles ponctuelles effectués immédiatement au nord du site. Elles sont attribuables aux deux premiers siècles de notre ère comme en témoignent les rares vestiges datant à notre disposition.

11Dans un troisième et dernier état, la villa de plan allongé semble détruite alors qu’un autre corps de bâtiment, que nous nommons « villa intercalaire » est construit au nord-ouest de la zone fouillée (fig. 1). Cette petite villa est ceinte d’un fossé. Il s’agit d’un bâtiment au plan ramassé, à galerie de façade et tour d’angle au sud-est, d’un type tout à fait classique en Normandie et dans le nord de la Gaule, et d’une surface d’environ 200 m2 au sol.

La grande villa

12Établie en partie sur un important remblai de destruction provenant sans doute de la démolition des bâtiments précédents, une vaste villa occupe une surface d’environ un hectare (110 m × 100 m). Il s’agit d’une construction complexe dont le plan paraît avoir été conçu d’un seul jet et dont les reconstructions ou adjonctions, partielles, ne portent que sur des points de détail.

13Le corps même de la villa s’étend à l’ouest d’une vaste galerie de façade orientée plein est munie de puissants pavillons d’angles (10 m × 16 m), eux-mêmes précédés de petites tours limitant des systèmes d’entrées. Un segment de cette galerie de façade a été mis au jour dans la partie nord de nos investigations, et à cet endroit (non figuré ici) le tracé de cette galerie reprend approximativement celui de la galerie de façade de la petite villa de plan allongé. Contre le pavillon d’angle sud-est (E61) ont probablement été aménagés des logements serviles (espace E57, fig. 1 et 5). Le corps de la villa s’établit alors selon un double axe :

  • un axe central sensiblement est-ouest matérialisé par une vaste cour d’apparat en sigma et la cour ouest,

  • un second axe nord-sud matérialisé par deux vastes galeries en arc de cercle, au sud et au nord, mesurant de 40 à 45 m de diamètre et reliées en elles par une troisième galerie de 35 m de long et de 5 m de large (ce sont respectivement les espaces E55, E21 et E48).

14Cette division en deux axes perpendiculaires permet d’organiser la villa selon un schéma probablement inédit où plusieurs ailes distinctes, au nord-ouest, au sud-ouest, au nord-est et au sud-est, sont articulées autour d’un « bloc central » établi sur un vaste podium. Ce « bloc central » est constitué d’une vaste pièce de réception (fig. 1 : E44) et d’un vaste vestibule, l’ensemble de ces deux pièces représentant une surface de 135 m2. La pièce de réception E44 est flanquée au nord et au sud de deux nymphées à péristyle. Le nymphée nord possède un plan très comparable à celui de la villa de Montmaurin (Haute-Garonne). Des thermes, d’une ampleur réduite voire particulièrement petits par rapport à la taille éminente du projet architectural, occupent l’aile sud-est. Ils s’étendent sur une surface d’environ 120 m2, surface qui est à comparer avec celle des thermes d’autres villas d’importance d’Aquitaine (Montmaurin : 280 m2 ; Jurançon : 280 m2 ; Castelculier : 440 m2 ; Saint-Sever : 370 m2 ; Montréal : 420 m2 ; Balmelle, 2001 : 179).

15L’aile nord-ouest est occupée par de vastes pièces aux plans variés, parfois à absides ou en forme de « coquille Saint-Jacques ». Certaines enfilades de pièces présentant des « séquences » complexes, par exemple les quatre pièces bordant au nord la cour ouest, trouvent des parallèles incontestables dans certaines villas d’Aquitaine, à l’image, là encore, de celle de la partie résidentielle de Montmaurin.

Fig. 2. Aubevoye « Le Chemin Vert », sépulture 6701 attribuée au Néolithique (photo : A. Cottard).

Fig. 3. Aubevoye « Le Chemin Vert », l’enclos 7233 et les inhumations liées ; la présence d’un astérisque indique qu’une datation C14 a été effectuée sur cette tombe (DAO : G. Guillier).

Fig. 4. Aubevoye « Le Chemin Vert », sépulture 7219 d'une série attribuée au Bronze moyen ou final (photo : A. Cottard).

16L’aile nord-est, incomplète (elle se poursuit hors de l’emprise des travaux sous le réseau viaire actuel) est également caractérisée par la présence de pièces aux plans complexes (E69 : fig. 1 et 6). Cette salle E69 (8,50 m x 6,70 m) offre un plan semble-t-il apparenté aux salles triconques en T, basé sur un cercle incomplet au nord-ouest, agrémenté de trois absides, qui s’ouvre sur la galerie nord en faisant, au moins ponctuellement, office de vestibule (Balmelle, 2001).

17L’un des problèmes les plus préoccupants du site du « Chemin Vert » est la datation de cette grande villa. En effet une partie importante de la stratigraphie a été tronquée et la quasi totalité des couches d’occupation a disparu. Toutefois nous disposons d’une série de datations C14 effectuées sur du charbon de bois présent dans des niveaux de mortier en place de quelques murs et de la céramique recueillie dans certains secteurs, notamment autour des thermes. Les datations C14, surtout dans ce cas spécifique sont d’une utilisation délicate. Ce sont les suivantes :

18Il semble possible d’émettre l’hypothèse que la grande villa d’Aubevoye ait été élevée dans le cours du IIe siècle ou au début du siècle suivant. L’étude préliminaire de la céramique, ne vient pas le contredire et permet d’étendre son occupation au moins jusqu’au milieu du IIIe siècle.

19Le caractère limité, voire très ordinaire, de la céramique découverte lors des fouilles serait à mettre en relation avec une gestion particulièrement soigneuse des déchets produits quotidiennement par les habitants de la villa. Le petit mobilier reflète à peu près les mêmes dispositions : peu d’éléments tels que des fibules ont été mis au jour. Les monnaies pouvant se rapporter à l’occupation du Haut-Empire (et donc comprenant les différentes états de villas) sont au nombre de dix seulement, d’Hadrien à Sévère Alexandre alors que 125 monnaies représentent le Bas-Empire. En revanche, il a été mis au jour une grande quantité de matériaux de construction, des marbres essentiellement, mais aussi des fragments de colonnes en calcaire fin d’ordre toscan, ce qui permet d’entrevoir et d’imaginer une partie du luxe décoratif de la villa.

Les destructions et réoccupations de la villa

20Les premières traces de destruction semblent apparaitre dès la fin du IIIe siècle ou au début du siècle suivant, d’après les monnaies découvertes dans les tranchées de récupération et les quelques pièces céramique à notre disposition. C’est probablement vers le IVe siècle que vient s’installer, là encore d’après les quelques monnaies recueillies (de Constantin I à Valentinien II), une nécropole à l’ouest de la villa, dans les petites cours sud-ouest et nord-ouest (fig. 1). Quelques tombes ont aussi été mises au jour dans la cour d’apparat. Ces dernières, ainsi que trois autres situées dans les cours nord, appartiennent plutôt à la période carolingienne (VIIIe – IXe siècle), d’après les quelques analyses 14C effectuées (fig. 7 : inhumation 6206) :

(localisation des inhumations : cour sud-ouest : 6206, 6854 et 7191, cour nord-ouest : 136, 7145 et 7152)

21Des occupations ont également été mises en évidence pour ces périodes. Pour le Bas-Empire c’est surtout de la céramique qui en témoigne, tandis que pour le haut Moyen Àgege, la présence localisée dans la cour nord de fosses, silo, foyers et trous de poteau, en constitue l’élément le plus représentatif. Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’il s’agit là des quartiers, peut-être permanents (par l’existence d’une nécropole), de familles de récupérateurs attirés par le volume des matériaux existants.

Les premiers éléments de conclusion

22En premier lieu nous devons insister sur le fait qu’il ne s’agit là que de la présentation de quelques données de terrain. En effet, de nombreuses études sont en cours (travaux détaillés sur la céramique, études des marbres et autres matériaux de construction retrouvés en grand nombre sur le site, étude anthropologique, etc.).

23Dans un environnement naturel (sols particulièrement favorables à l’agriculture, proximité immédiate de la Seine) et humain (quelques voies antiques à proximité) éminemment favorable, le site du « Chemin Vert » à Aubevoye (Eure) montre une occupation ancienne qui prend ses racines dès le Néolithique. Dès la fin de La Tène un vaste enclos est établi, suivi de peu, au Ier siècle de notre ère, par l’érection d’une petite villa de plan allongé munie d’une galerie en façade. Dans le cours du IIe siècle ou au début du siècle suivant, cette première villa est démantelée au profit d’un vaste projet architectural relativement atypique dans le nord de la Gaule romaine. Il semble que nous soyons en présence d’une grande villa à galerie-façade qui offre cette recherche d’axialité que l’on retrouve sur de nombreuses villas à péristyle (Balmelle, 2001) et qui caractérise les résidences d’importance de la Gaule romaine. La présence de nombreux espaces de circulation, de plaisance et d’agrément que sont les portiques et les galeries permettent d’assurer très aisément la cohésion du plan d’ensemble et remplacent les cours à péristyle. Les galeries en arc de cercle nord et sud (E21 et E55) forment des façades secondaires qui offrent, de manière particulièrement recherchée, des espaces de convivialité (espaces de discussion et de réflexion) et une ouverture sur le paysage et les différentes cours qui entourent la villa avec une opposition entre nature « sauvage » et nature « domestiquée ». La galerie en arc de cercle sud s’ouvre sur une vaste plaine en direction des collines bien marquées où devait être particulièrement visibles les temples de Saint-Aubin sur-Gaillon. La galerie en arc de cercle nord donne directement sur la vallée de la Seine, caractérisée par un paysage ouvert et diversifié, parfois découpé avec ses falaises calcaire au loin.

24Si la petite villa de plan allongé et celle dite « intercalaire » offrent des plans relativement classiques tant en Normandie que dans les autres régions du nord de la Gaule, il n’en est pas de même pour le plan de cette grande villa. Celle-ci n’a aucun point de comparaison localement, même parmi les grandes villas connues (par exemple Sainte-Marguerite-sur-Mer ou Vieux-Rouen-sur-Bresle, en Seine-Maritime). Dans le nord de la Gaule ou en Germanie nous avons relevé des villas aussi vastes, sinon plus, mais qui ne présentent que peu d’éléments de comparaison en ce qui concerne les vastes galeries demi-circulaires. C’est plutôt en Aquitaine, en Espagne et en Italie que les points de comparaison les plus significatifs ont été relevés Nous songeons plus précisément aux vastes demeures ornées de cours en sigma d’Aquitaine (Montmaurin, Lescars, etc. : Balmelle, 2001 : 149-152) mais aussi de Cordoue et de Rielvès en Espagne ou de Piazza Armerina, de Villa Communale (dite de Pompée) sur les lacs Albins ou de Barcola en Italie. Mais la comparaison la plus pertinente peut être faite avec la villa de San Marco à Stabies, à quelques kilomètres au sud de Pompéi (Gros, 2001 : 296). Il s’agit d’un rajout d’époque claudienne (41-54 après J.-C.) constitué d’un vaste jardin absidé (27 m x 42 m), bordé sur trois côtés de portiques rectilignes et donnant sur une grande salle. L’ensemble est très comparable respectivement à l’ensemble cour ouest, portiques E51, E48, E21 et pièce de réception E44 d’Aubevoye. Cette cour, également absidée et de dimensions similaires (25 m x 43 m) présente une forme quasi identique, les absides de ces deux sites étant également interrompues en leur milieu, à Stabies par un nymphée et à Aubevoye par une pièce rectangulaire de 30m2 environ, dont nous ne connaissons pas la destination. Les portiques claudiens de Stabies, plutôt rectilignes, s’incurvent nettement à Aubevoye, libérant ainsi des espaces occupés par les quatre vastes ailes découvertes, qui n’étaient à Stabies qu’à l’état latent. Quant aux grandes salles de réception elles sont de même ampleur. Il s’agit d’après P. Gros d’une sorte de gymnase (Gros, 2001 : 296-297), qui tire son origine de la villa de plaisance de la fin de la République, et par ailleurs largement évoqué par Cicéron. Ces « gymnases » ne sont pas réservés, à l’image du modèle grec, aux exercices athlétiques, mais relèveraient plutôt de lieux de promenade clos, souvent luxueusement aménagés (Gros, 2001 : 297), où le maître des lieux et ses invités de marque pouvaient au sein d’une « nature domestiquée, recomposée » (les jardins, souvent agrémentés de fontaines et autres effets d’eau) déambuler et entretenir des discussions philosophiques ou d’affaires. Si la villa de San Marco a été détruite lors de l’éruption du Vésuve en 79 et n’était certainement pas connue des contemporains de celle d’Aubevoye, il est très plausible que des « cartons » aient subsisté et aient été réutilisés par la suite. De nombreuses questions, relatives au statut des propriétaires, à la maîtrise foncière des lieux, à la taille du domaine et à son devenir au Bas-Empire restent posées. Comment qualifier également cet établissement : villa, villa aristocratique, palais ?

Fig. 5. Aubevoye « Le Chemin Vert », l'espace servile E57 de la grande villa (cliché pris vers l’est, photo : P. Petit).

Fig. 6. Aubevoye « Le Chemin Vert », l’espace E69 de la grande villa (cliché pris vers le sud-est). Sa largeur est de 8,50 m à la base (photo : P. Petit).

25Les réoccupations au Bas-Empire et au haut Moyen Âge (habitat et nécropole) semblent nettement liées à la récupération des matériaux de la villa, qui sert alors de carrière. Cet effet d’aubaine devant tant de matériaux à disposition a pu durer particulièrement longtemps puisqu’il a été mis au jour dans une tranchée de récupération un double tournois de Louis XIII.

Fig. 7. Aubevoye « Le Chemin Vert », sépulture 6206, orientée sud nord, découverte dam la cour sud-ouest et attribuée au haut Moyen Âge (photo P. Petit).

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Balmelle C. (2001) – Les demeures aristocratiques d’Aquitaine. Aquitania, suppl. 10 ; Ausonius, Mémoires. Bordeaux-Paris, 497 p.

Cliquet D. (1993) – Carte Archéologique de la Gaule – L’Eure (27). Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 285 p.

Gros P. (2001) — L’architecture romaine. 2. Maisons, palais, villas et tombeaux. Paris, Picard, 527 p.

Hartz C. (2010) – Habitat et trame urbaine dans les agglomérations de la cité des Aulerques Eburovices. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, Rouen, PURH, p. 171-180.

Riche C., Ravon E. (2010a) – Le vase zoomorphe d’Aubevoye « la Chartreuse » (Eure). Une découverte inédite en contexte Villeneuve-Saint-Germain. Premiers néolithiques de l’Ouest. Cultures, réseaux, échanges des premières sociétés néolithiques à leur expansion. Colloque interrégional sur le néolithique, Le Havre, 2007, C. Billard et M. Legris (dir.), Presses universitaires de Rennes, p. 65-74.

Riche C., Bedault L. (2010b) – Le site Villeneuve-Saint-Germain d’Aubevoye « la Chartreuse » (Eure). Premiers résultats (campagnes de fouilles 2003-2007). Premiers néolithiques de l’Ouest. Cultures, réseaux, échanges des premières sociétés néolithiques à leur expansion. Colloque interrégional sur le néolithique, Le Havre, 2007, C. Billard et M. Legris (dir.), Presses universitaires de Rennes, p. 41-64.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig 1. Aubevoye « Le Chemin Vert », plan général simplifié des structures (DAO : G. Guillier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2. Aubevoye « Le Chemin Vert », sépulture 6701 attribuée au Néolithique (photo : A. Cottard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. Aubevoye « Le Chemin Vert », l’enclos 7233 et les inhumations liées ; la présence d’un astérisque indique qu’une datation C14 a été effectuée sur cette tombe (DAO : G. Guillier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4. Aubevoye « Le Chemin Vert », sépulture 7219 d'une série attribuée au Bronze moyen ou final (photo : A. Cottard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende (localisation des inhumations : cour sud-ouest : 6206, 6854 et 7191, cour nord-ouest : 136, 7145 et 7152)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Aubevoye « Le Chemin Vert », l'espace servile E57 de la grande villa (cliché pris vers l’est, photo : P. Petit).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 6. Aubevoye « Le Chemin Vert », l’espace E69 de la grande villa (cliché pris vers le sud-est). Sa largeur est de 8,50 m à la base (photo : P. Petit).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 7. Aubevoye « Le Chemin Vert », sépulture 6206, orientée sud nord, découverte dam la cour sud-ouest et attribuée au haut Moyen Âge (photo P. Petit).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6934/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

Auteur

INRAP Grand-Ouest, UMR 8546 CNRS-ENS

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search