Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Une ferme gauloise et gallo-romaine à Isneauville – Saint-Martin-du-Vivier (Seine-Maritime). Premiers résultats de la fouille de la zone A

Gallic and Gallo-Roman farm at Isneauville-Saint-Martin-du-Vivier (Seine-Maritime). First results of Zone A excavations

Yves-Marie Adrian

Résumé

Une fouille préventive menée récemment au nord de Rouen apporte des informations intéressantes sur l’occupation des sols aux abords de la cité antique de Rotomagus, et sur son évolution. À travers trois zones de fouilles inégales couvrant au total 5,5 ha, deux établissements ruraux antiques ont été étudiés. L’un deux révèle une occupation assez longue qui permet de suivre son évolution entre la période gauloise et le haut Moyen Âge.

Texte intégral

1L’aménagement d’une ZAC par la communauté d’agglomération de Rouen (76) sur les communes d’Isneauville et de Saint-Martin-duVivier, au nord de la ville de Rouen, est à l’origine d’une opération préventive effectuée entre 2008 et 2009, faisant suite au diagnostic mené par D. Breton (INRAP). Répartie sur trois secteurs distincts (A, B et C), la fouille a révélé les principales composantes de deux établissements ruraux antiques dont les développements respectifs et les évolutions diffèrent sensiblement, tant en forme qu’en chronologie. En effet, seul le site de la zone A trouve assurément son origine à l’époque gauloise tandis que son occupation se poursuit jusqu’au Bas-Empire pour reprendre brièvement durant le haut Moyen Âge. Plus partiellement appréhendé, le site de la zone C s’avère comme une probable création gallo-romaine abandonnée au IIIe siècle et qui fixe ensuite une petite nécropole à inhumations du haut Moyen Âge.

2Couvrant à peu près 4 ha, le plus grand des secteurs de fouille (zone A) révèle l’intégralité d’une petite exploitation agricole gauloise puis galloromaine, cette dernière étant accompagnée de sa nécropole. Créée entre les IIIe et IIe siècles avant notre ère, la première ferme s’articule autour d’un enclos curviligne de taille modeste (4 582 m2) pourvu de deux entrées opposées, à l’intérieur duquel se trouvent un ou deux bâtiments à ossature de bois au plan incertain, localisés dans la partie sud-est de l’enclos, probablement accompagnés de greniers sur poteaux (fig. 1). Plusieurs fosses et fours complètent cette phase d’occupation évoquant des activités domestiques et agricoles classiques. Parmi ces dernières, la culture céréalière y est documentée par la découverte de deux fosses remplies de graines de blé carbonisées. Si le mobilier attribuable à cette phase n’est pas particulièrement abondant, il se distingue néanmoins par un ensemble de céramique conséquent issu du fossé principal, attribuable à La Tène C2 (étude de L. Féret, INRAP).

  • 1 Identification de R. Delage (INRAP).

3Entre les IIe et Ier siècles avant notre ère, l’exploitation agricole est profondément modifiée et agrandie, adoptant désormais une forme grossièrement quadrangulaire pourvue de plusieurs subdivisions internes dont la surface totale atteint désormais 28 853 m2 (fig. 2). Outre cette réorganisation, l’habitat se caractérise par la construction de quelques nouveaux bâtiments dont la plupart se situent cette fois dans la partie nord et est du site. Parmi ces derniers se distingue un bâtiment rectangulaire de presque 80 m2 disposé à l’intérieur d’une petite parcelle greffée sur le côté est de l’enclos principal. Curieusement, cette phase d’occupation (La Tène D1-D2), pourtant relativement prolifique en aménagements, en particulier fossoyés, se caractérise par des rejets limités, suggérant une consommation très modeste où le matériel d’importation se limite à trois ou quatre amphores (Dr. 1 et 2-4). À l’orée de notre ère, l’occupation ne semble guère plus conséquente, ce que tend pourtant à nuancer la découverte de quatre céramiques d’origine italique dans un dépotoir d’époque augustéenne malheureusement remanié au Ier siècle, et dans lequel une marque inédite de P. Attivs, potier à Arrezzo vers – 20 avant notre ère, se distingue particulièrement1.

Fig. 1. Plan des vestiges protohistoriques de la phase 1 (La Tène C2/D1) (DAO : S. Le Maho).

Fig. 2. Plan des vestiges protohistoriques de la phase 2 (La Tène D1/D2) (DAO : S. Le Maho).

4À une époque incertaine (Ier siècle ?), la construction d’un petit bâtiment d’habitation et de trois bâtiments agricoles va constituer la principale expression de la romanisation de l’exploitation qui apparaît d’une remarquable continuité (fig. 3). Dans son état originel, l’habitation antique est une petite construction de 114 m2 sur soubassements de silex, possédant trois pièces principales dont une en angle, auxquelles est associée une quatrième de taille réduite qui pourrait participer à un balnéaire. Un petit portique se matérialise par deux fondations en silex, sur la façade ouest (fig. 4). Dans un deuxième temps (fin du Ier – début du IIe siècle ?), l’ensemble est agrandi par l’adjonction sur la façade arrière d’une pièce longue et étroite ou galerie de 53 m2 dotée d’une cave de 14 m2. Seule partie de l’édifice entièrement maçonnée au mortier, cette cave (fig. 5) pourvue d’un sol en chaux et craie damée ainsi que d’un escalier en bois apparaît comme une construction soignée mais fragile, comme en témoignent plusieurs réparations du parement en craie du mur est, sans doute liées à des problèmes d’humidité. Par ailleurs, un doublement complet de son mur ouest, curieusement incomplet à l’origine, suggère des menaces d’affaissement de l’habitation après le creusement de la cave. Celle-ci a connu plusieurs phases d’aménagements constituées de cloisons ancrées dans le sol et de « rayonnages », ces derniers étant révélés par l’emplacement de quatre pièces de bois engagées dans le mur ouest lors de sa construction a posteriori.

Fig. 3. Plan général des vestiges gallo-romains du Haut-Empire (DAO : S. Le Maho).

Fig. 4. Plan des deux états principaux de construction du bâtiment résidentiel gallo-romain. Les parties en couleur correspondent à differents états et types de mortiers (DAO : S. Le Maho).

5Les abondants matériaux de démolition dispersés dans les remblais de comblement de la cave donnent une idée de la nature rustique des élévations, associant soubassements de pierres (silex et craie) et superstructures en bois et torchis enduit à la chaux d’un millimètre d’épaisseur, ainsi que des aménagements intérieurs (sols en dalles calcaires ; enduits peints très simples, rouges et blancs). Ils révèlent également la présence d’au moins une pièce chauffée (débris de tubuli et de briques murales striées). Juste à côté du bâtiment résidentiel, une construction plus modeste (67 m2) mais originale se distingue par des aménagements internes empierrés (supports de plancher ou bien de charpente élaborée ? (fig. 6), suggérant d’y voir un lieu de stockage auquel un puits parementé de silex est accolé sur l’arrière. Fait notoire, ces deux constructions formant le noyau d’habitation se situent à l’intérieur de l’une des parcelles de l’ancien enclos gaulois qui n’est pratiquement pas remanié, une bonne partie des fossés étant simplement recreusés au Ier siècle tandis que quelques nouvelles limites fossoyées sont installées en complément des précédentes. Composé de trois espaces distincts créés auparavant, le cœur de l’exploitation antique apparaît pratiquement vide, hormis la présence d’une mare aménagée au milieu de la cour principale et dotée d’un accès pour le bétail sur au moins un côté, ainsi que de deux bâtiments agricoles répartis sur le pourtour de l’enclos. La forme et la disposition différentes de ces derniers permettent d’envisager des fonctions spécifiques : sans doute une étable allongée pourvue de deux portes massives et une large grange-grenier, capable d’accueillir des charrois. Ceci est conforté par leur emplacement respectif : zone basse et humide pour la probable étable, mi-pente pour la grange rectangulaire dont la position en face du bâtiment d’habitation mais extérieure à l’enclos fossoyé se remarque par ailleurs. Dans la partie sud-ouest du site, diverses fosses plus ou moins élaborées (dont deux silos classiques et une « fosse aménagée ») concentrent l’essentiel des déchets domestiques les plus anciens (Ier – IIe siècle).

Fig. 5. Cave gallo-romaine (photo : Y-M. Adrian).

Fig. 6. Bâtiment agricole gallo-romain accolé au bâtiment résidentiel, pourvu de supports intérieurs (pour plancher ?), correspondant sans doute à un grenier (photo : Y-M. Adrian).

6La superficie assez restreinte de la surface enclose (24 600 m2) et la taille réduite du bâti révèlent une exploitation agricole modeste, sans commune mesure avec certains grands domaines de la même période, au caractère parfois spectaculaire. C’est sans doute l’un des principaux intérêts de cette opération car ce type de site, à mi-chemin entre « ferme indigène » et villa, reste très mal connu par l’archéologie de terrain, en particulier dans la région concernée. Les parallèles les plus proches sont ceux de Bois-Guillaume (Millard, 1998) et d’Isneauville (zone C de cette intervention), dont les plans et caractéristiques architecturales sont tout à fait comparables. Le site apparaît par contre se situer à un niveau un peu plus élevé que les tous petits établissements comme ceux de Mauquenchy, près de Forges-Les-Eaux (Seine-Maritime : Guillier, 2006), caractérisés par un enclos particulièrement réduit et un bâti très simple.

7Fait remarquable, l’occupation antique se complète ici d’une petite nécropole. En effet, 33 sépultures à incinérations ont été découvertes à 350 m, pratiquement dans l’axe du bâtiment résidentiel, dans une tête de thalweg (fig. 3). Les premières incinérations attribuables à la première moitié du Ier siècle se situent à l’angle d’une parcelle d’origine gauloise (fig. 7), le long des fossés, tandis que celles des IIe et IIIe siècles sont un peu plus disséminées, y compris dans le remplissage d’un fossé comblé à cette époque. Le détail des dépôts fait apparaître une grande diversité de gestes (mise en scène) et de vases pour certains probablement en rapport avec le niveau social des défunts : des urnes simples en céramique cohabitent avec des dépôts multiples de céramiques et de verreries ainsi qu’avec des dépôts en amphores plus au moins importants qui constituent une part non négligeable de l’ensemble (10 cas ; fig. 8 et 9). Ces amphores associent trois produits importés (Dressel 20) à une majorité de productions régionales parmi lesquelles se remarquent deux Gauloise 12, dont une est intacte (fig. 10). Les objets déposés, essentiellement des poteries auxquelles s’ajoutent une quinzaine de verreries, restent toutefois ordinaires, confortant l’appréciation faite sur la nature modeste de l’occupation. Seule exception peut-être, un petit canif à lame repliable et manche en ivoire assez richement décoré, figurant une main tenant un fruit (fig. 11). Parallèlement à ce groupe funéraire, trois incinérations ont été découvertes dans deux autres secteurs du site, le long de certains fossés ou bien au milieu de l’une des parcelles agricoles attenantes à la cour principale.

Fig. 7. Plan de la nécropole à incinération gallo-romaine (Ier —IIIe siècles ; DAO : D. Breton).

Fig. 8. Diverses sépultures à incinération dont deux en amphore (photo : D. Breton).

Fig 9 Exemples de sépultures à incinération (dessin : Y-M Adrian, DAO : S. Le Maho).

Fig. 10. Sépulture en amphore de type gauloise 12 (photo : Y-M Adrian).

8Contemporaines de la nécropole, ces sépultures isolées posent la question sur le statut social des défunts et sur leur relation avec le groupe susceptible de représenter la famillia.

  • 2 Identification de M. Bonifay (CNRS, Aix-en-Provence).

9La chronologie et la nature du comblement de la cave, riche en matériaux de démolition et en accessoires divers (dont plusieurs outils en fer intacts et une importante serrurerie), indiquent que le bâtiment résidentiel est en grande partie démantelé durant la deuxième moitié du IIIe siècle. Après une interruption de quelques décennies, une nouvelle occupation se développe à partir de la période constantinienne et jusqu’au tout début du Ve siècle dans la partie nord-est de l’exploitation. Outre sa localisation décalée par rapport aux limites fossoyées antérieures (fig. 12), ce nouvel habitat se caractérise par sa grande simplicité : il est essentiellement composé de trois bâtiments sur poteaux rectangulaires (dont un de 85 m2 et un autre de 120 m2), en partie successifs, comme en témoignent quelques relations stratigraphiques ainsi que le mobilier associé. Il est complété d’une petite installation artisanale avec un four (forge ? : fig. 13) et de quelques structures fossoyées ordinaires, sans toutefois aucun fond de cabane. Comme souvent, cette phase d’occupation participe largement au démantèlement du bâti antérieur, par le biais d’une récupération de matériaux (pierres et terres cuites architecturales en particulier). Sans être très abondant, le mobilier céramique du Bas-Empire fournit des éléments intéressants pour la connaissance des approvisionnements du plateau, très mal documenté, notamment dans le cadre d’une comparaison avec Rouen toute proche. Il révèle la bonne représentation de « dérivées de sigillée » imitant les productions d’Argonne, ainsi que de la Black Burnished romano britannique. À noter aussi la présence inédite de deux amphores vinaires d’origine sicilienne, attribuables au IVe siècle2.

Fig. 11. Manche de canif en ivoire déposé dans une sépulture (photo : S. Le Maho).

Fig. 12. Plan des vestiges du Bas-Empire (en noir) et du haut Moyen Âge (en jaune) sur fond des éléments antérieurs (en gris) (DAO : S. Le Maho).

Fig. 13. Plan, coupe et photo de la fosse A 117 (forge ? DAO : S. Le Maho ; photo : D. Delafoy).

10La genèse du site connaît un ultime épisode par le biais d’une réoccupation mérovingienne tout à fait originale. Celle-ci se matérialise en effet par un enclos circulaire enserrant l’ancien bâtiment résidentiel gallo-romain et son annexe principale, pourtant largement démantelés entre les IIIe et IVe siècles. Outre son emplacement qui ne doit rien au hasard, l’enclos possède une entrée parfaitement axée sur l’habitation antique, ce qui démontre au moins une certaine pérennité, voire pourquoi pas, une remise en état partielle sous forme légère (maison en bois et torchis). Un faible mobilier céramique, mêlé à quelques scories de forge, recueilli dans le fond du fossé fixe cette brève occupation entre la deuxième moitié du VIIe et les premières décennies du VIIIe siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Millard N., Gaston C. (1998) – Bois-Guillaume, « Les Bouillons ». Bilan scientifique de Haute-Normandie, p. 70-71.

Guillier G., Adrian Y-M., Doyen D. (2006) — Entre calètes et bellovaques, les établissements ruraux gallo-romains de Mauquenchy « Le Fond de Randillon » (76) : un modèle de la ferme antique ? Revue archéologique de Picardie, 1-2, p. 7-48.

Notes

1 Identification de R. Delage (INRAP).

2 Identification de M. Bonifay (CNRS, Aix-en-Provence).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan des vestiges protohistoriques de la phase 1 (La Tène C2/D1) (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 2. Plan des vestiges protohistoriques de la phase 2 (La Tène D1/D2) (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 3. Plan général des vestiges gallo-romains du Haut-Empire (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 4. Plan des deux états principaux de construction du bâtiment résidentiel gallo-romain. Les parties en couleur correspondent à differents états et types de mortiers (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5. Cave gallo-romaine (photo : Y-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6. Bâtiment agricole gallo-romain accolé au bâtiment résidentiel, pourvu de supports intérieurs (pour plancher ?), correspondant sans doute à un grenier (photo : Y-M. Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 7. Plan de la nécropole à incinération gallo-romaine (Ier —IIIe siècles ; DAO : D. Breton).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 8. Diverses sépultures à incinération dont deux en amphore (photo : D. Breton).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig 9 Exemples de sépultures à incinération (dessin : Y-M Adrian, DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 10. Sépulture en amphore de type gauloise 12 (photo : Y-M Adrian).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 11. Manche de canif en ivoire déposé dans une sépulture (photo : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 12. Plan des vestiges du Bas-Empire (en noir) et du haut Moyen Âge (en jaune) sur fond des éléments antérieurs (en gris) (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 13. Plan, coupe et photo de la fosse A 117 (forge ? DAO : S. Le Maho ; photo : D. Delafoy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6927/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search