Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Les occupations laténienne et antique de Heudebouville (Eure) – Premiers résultats de la fouille préventive menée en 2009 à l’Écoparc 2 (tranche 1)

La Tène and Roman period settlements at Heudebouville (Eure). First results of the preventive excavations undertaken in 2009 on the Ecoparc 2 development site (Trench 1)

Dagmar Lukas, Elisabeth Lecler-Huby, Nolwenn Zaour, Valérie Deloze, Philippe Fluzin, Serge Le Maho et Alexandre Monnier

Résumé

Le projet d’extension d’une vaste zone industrielle à Heudebouville a donné lieu en 2009 à une première fouille préventive dans un secteur du plateau de Madrie peu exploré jusqu’alors par les archéologues. Elle a permis de mettre en évidence, sur un point culminant, un établissement gaulois clos et un vaste habitat gallo-romain daté des Ier-IIe siècles. De nombreux résidus métallurgiques trouvés à 500 m du secteur domestique témoignent de l’importance accordée au travail du fer au sein du site antique.

A project to expand a vast industrial estate in Heudebouville led to a first preventive excavation in 2009, on a section of the Madrie Plateau which had previously been the subject of little archaeological exploration. The excavations uncovered a hilltop enclosed Gallic settlement and a vast Gallo-Roman dwelling dating from the 1st or 2nd century CE. Metalwork residues found 500m from the domestic zone show the importance of ironmongery at the Roman site.

Texte intégral

1Le site de l’« Écoparc 2 », une vaste zone industrielle en extension, se trouve sur la commune de Heudebouville, dans le département de l’Eure (27), à proximité de la confluence de l’Iton et de l’Eure au sud, de l’Eure et de la Seine au nord (fig. 1). Aménagé par la Communauté d’agglomération Seine-Eure (CASE) en bordure de l’autoroute Al3, ce parc industriel s’étend sur près de 80 ha à l’ouest du village. Il se situe sur le plateau de Madrie entre les vallées de la Seine, au nord, et de l’Eure, à l’ouest. Cette dernière développe son cours à près de 4 km dans une vallée étroite, tandis qu’un vaste méandre de la Seine s’écoule au pied du plateau à 2,5 km à l’est du site. Le gisement archéologique, proche du sommet de l’interfluve, qui culmine à +142 m NGF, se développe sur un versant orienté nord-ouest à une altitude comprise entre +125 m et +135 m NGF.

Fig. 1. Localisation régionale du site

2Cette situation topographique, de même que la présence de matériaux naturels, notamment du minerai de fer, ont peut-être joué un rôle déterminant pour attirer et fixer les hommes à plusieurs reprises à cet endroit. Cette zone de plateau est composée d’un substrat du Crétacé supérieur recouvert de dépôts tertiaires (sables grossiers de Lozère et de Sologne datés du Burdigalien ou sables fins cuisiens), localement coiffés de formations superficielles quaternaires (argiles à silex et limons de plateau). Des fentes polygonales de gel perturbent ponctuellement le toit des argiles à silex qui renferment par endroits du minerai de fer. Cette hétérogénéité du sous-sol rend difficile l’identification et la lecture des vestiges, notamment de ceux comblés avec le substrat local.

Cinq ans d’archéologie à l’Écoparc 2 – Rappel des interventions archéologiques récentes

3Suite à une acquisition échelonnée des terrains, l’exploration archéologique de cette vaste surface s’est déroulée en plusieurs tranches entre 2006 et 2010 (fig. 2). Trois diagnostics successifs ont ainsi révélé de multiples occupations humaines attestant une fréquentation du lieu, d’une manière ponctuelle, probablement dès le Néolithique, puis par la suite vers la fin de l’âge du bronze et pendant l’âge du fer. Une implantation durable a été mise en évidence notamment pour la fin de l’âge du fer et le Haut-Empire avant que ces terrains ne soient visiblement délaissés jusqu’à une époque récente.

Fig. 2. L’emprise du projet avec les principaux vestiges archéologiques à l’issue des trois campagnes de diagnostic (DAO : S. Calduch, D. Lukas).

Fig. 3. Vue aérienne du secteur d’étude avec localisation des quatre zones de fouille (cliché : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

4Le premier diagnostic, mené par l’INRAP en 2006 sous la direction de Claire Beurion (Beurion, 2006), a porté sur la zone nord et nord-est de la future ZAC, sur une surface de 36 ha. Il a notamment révélé des vestiges d’une occupation protohistorique et augustéenne sous forme d’un enclos doté d’une entrée à ailes rentrantes. Une seconde intervention archéologique a permis d’explorer, en 2007 et 2008, une superficie similaire (près de 38 ha) au sud et à l’ouest de la précédente. Conduite par l’INRAP sous la direction de Charles Lourdeau (Lourdeau, 2007-2008), cette opération a révélé sur un point culminant du secteur les vestiges d’un établissement clos de La Tène finale et d’un domaine du Haut-Empire ; ce dernier étant associé à une zone d’activité métallurgique située à environ 500 m au sud-ouest. Ces découvertes majeures ont motivé une prescription de fouille portant sur 3,4 ha répartis dans quatre secteurs (fig. 3, 4).

Fig. 4. Topographie générale du site avec localisation des quatre zones de fouille (en couleur) et vestiges archéologiques (en noir) (DAO : S. Calduch, D. Lukas).

5À l’issue de ces deux diagnostics, riches en découvertes et explorant la quasi-totalité de l’assiette du projet, il ne restait plus que 5 ha à sonder. Acquises plus récemment par la CASE, les deux parcelles concernées sont attenantes à l’emprise de fouille 2009. Un troisième et dernier diagnostic, réalisé par la MADE sous la direction de Marion Berranger (Berranger, 2009) a révélé, sans surprise, la suite du gisement archéologique en cours de fouille à ce moment par l’INRAP. Une seconde prescription portant sur l’emprise de ce diagnostic permettra d’élargir la surface de fouille et de procéder ainsi à l’étude plus exhaustive du site.

Une occupation continue de la fin de l’époque gauloise jusqu’au IIe siècle de notre ère

L’habitat de La Tène finale

6La mise en place d’un système d’enclos délimitant un pôle domestique intervient au plus tard vers le début du Ier siècle avant notre ère (fig. 5). Si quelques vestiges isolés, datés de la transition La Tène moyenne – La Tène finale, témoignent d’une installation antérieure, de courte durée et sans ampleur, l’établissement clos atteste pour sa part d’une occupation continue du début du Ier siècle avant notre ère jusqu’à l’époque augustéenne, malgré d’importants remaniements qui viennent modifier sa configuration initiale au cours de son existence. Le noyau central de cet établissement gaulois se trouve sur un replat en position dominante. Ses façades sud-ouest et nord-ouest occupent l’amorce d’un versant culminant à +139 m NGF à la « Butte de Colas ». Surplombant ainsi sur ces deux côtés des terrains en pente, cet établissement possédait sans doute une allure imposante. Sa localisation garantit en outre un accès facile à la vallée de l’Eure, à travers deux thalwegs débouchant sur le plateau à environ 700 m à l’ouest et au sud-ouest du site.

Fig. 5. Plan de la zone 1 avec vestiges de l’occupation laténienne (DAO : S. Calduch, D. Lukas).

Fig. 6a. 6b. Ces deux coupes donnent un aperçu des différences morphologiques du fossé d’enclos (clichés : D. Lukas).

  • 1 Cette estimation s’appuie sur les données de la fouille et les résultats du diagnostic réalisé par (...)

7L’établissement se développe à partir d’un premier enclos de plan probablement curviligne dont la superficie totale peut être estimée1 à près de 3 000 m2. L’aire domestique est ainsi délimitée par un système fossoyé qui a révélé d’importantes différences morphologiques d’un tronçon à l’autre (fig. 6). Le fossé situé sur la façade sud-est possède ainsi un profil à fond plat ou en cuvette et des bords très évasés, avec une largeur d’ouverture de près de 2,40 m et une profondeur maximale de 1,20 m. En revanche, côté sud-ouest et nord-est, on rencontre un profil proche d’un « U » avec un fond plat et large et des bords quasi droits. Ce changement de forme va de pair avec une réduction des dimensions du fossé : sa profondeur n’atteint plus qu’une soixantaine de centimètres sur la façade septentrionale. Il en va de même en ce qui concerne sa largeur, mais dans des proportions moindres. Ces fossés qui ont fonctionné en mode ouvert, possèdent des comblements stratifiés, composés de niveaux naturels et anthropiques, qui correspondent à des séquences de comblement distinctes et étalées dans le temps.

8Quels peuvent être les raisons entraînant de telles différences morphologiques au sein d’un même système fossoyé ? L’environnement géologique n’apporte pas de réponse satisfaisante à cette interrogation, dans la mesure où des terrains sableux et argileux se côtoient indépendamment du profil des fossés. En revanche, l’analyse micro-topographique du secteur apporte une explication plus convaincante : tandis que l’enclos est installé sur un replat côté est et sud, sa façade occidentale occupe l’amorce d’une pente. Ces différences topographiques semblent aller de pair avec les variations morphologiques des structures fossoyées. L’étude intégrale de l’enclos devrait nous permettre d’apporter prochainement une réponse satisfaisante à cette configuration particulière.

9Un aménagement spécifique sur la façade sud-ouest de l’enclos est à mettre en relation avec la présence d’une entrée dotée probablement d’un porche en matériaux légers. On observe en effet à cet endroit une interruption du fossé sur près de 3 m, offrant un large accès, légèrement excentré, sur cette façade implantée en rupture de pente. Cette entrée est dotée d’un aménagement spécifique dont témoignent encore plusieurs points d’ancrage, huit trous de poteaux et deux fosses oblongues, de part et d’autre de l’interruption du fossé. Ces creusements alignés suggèrent la présence d’un porche en bois dessinant au sol un rectangle et couvrant ce passage.

10C’est probablement dans le courant de la seconde moitié du Ier siècle avant notre ère que l’habitat prend un nouvel aspect avec une importante réorganisation du système d’enclos. Une deuxième enceinte vient ainsi doubler – peut-être remplacer – la première pour délimiter une surface de près de 6 500 m2. La céramique issue du comblement des fossés n’a pas permis d’établir avec certitude l’évolution de ces deux enceintes et il n’est par conséquent pas possible d’affirmer que les deux systèmes fossoyés ont fonctionné ensemble, avant que le plus petit ne soit comblé. En tout cas, il semble avoir guidé l’implantation de la grande enceinte. Il est probable que, même colmaté, il soit resté encore visible dans le paysage lors du fonctionnement du grand enclos. Celui-ci a également révélé des différences morphologiques dans le profil des fossés : tandis que leur creusement possède une forme proche d’un « V » à fond arrondi et des dimensions importantes sur le côté sud-est, leurs profils s’approchent de la forme d’un « U » et leurs dimensions générales diminuent sensiblement. Le caractère imposant de la façade sud-est semble une fois de plus renforcé par l’aménagement, peut-être vers la fin du Ier siècle avant notre ère, d’un petit fossé qui délimite une avant-cour. De taille plus modeste que les précédents, il se greffe à l’angle sud, sur l’enclos principal.

11La présence d’un talus (peut-être interne) longeant les fossés d’enclos est probable, d’autant plus qu’on note une absence de vestiges aux abords immédiats des fossés. L’analyse de la séquence de leur comblement plaide également dans ce sens.

12Au sein de l’enclos on compte trois zones bâties dont ne subsistent plus que les creusements au sol. Ceux-ci ont fourni dans l’ensemble très peu de mobilier archéologique, ce qui rend difficile leur datation exacte. Quelques faibles indices suggèrent une appartenance à l’occupation gauloise, sans qu’on puisse toutefois exclure qu’ils aient perduré au-delà. Ces constructions quadrangulaires se trouvent groupées dans la partie sommitale du terrain et au cœur de l’enclos. Axées NO-SE, elles sont composées de quatre poteaux-corniers et par endroits de poteaux intermédiaires. Leur surface est comprise entre 25 m2 et 36 m2. Leur fonction ne peut faire l’objet que d’hypothèses, dans la mesure où les niveaux d’occupation ont disparu et où aucun mobilier pertinent n’a été trouvé dans les creusements restants. Leur emplacement et leur plan plaident pour une vocation domestique et/ou peut-être agricole. La céramique issue des comblements de fossés, et en particulier du tronçon sud-ouest de l’enclos interne, renforce l’hypothèse d’une activité domestique pour les bâtiments voisins.

Fig. 7. Vestiges d’un grenier en cours de fouille (cliché : A. Chéry).

13Une petite construction carrée sur quatre poteaux (4 m2), localisée dans l’extension sud-est du grand enclos, peut quant à elle être interprétée comme un grenier surélevé (fig. 7). Il est probable que son utilisation soit consécutive à l’aménagement de l’avant-cour. L’absence de silos enterrés permettant de stocker des denrées sur une durée longue peut paraître étonnante. Ceci s’explique peut-être par notre vision limitée du site.

  • 2 L’une étant découverte lors du diagnostic mené en 2009 (Berranger, 2009) et l’autre dans le cadre d (...)

14L’aménagement au sein de l’enclos comprend également un petit ensemble de structures en creux de tailles et formes diverses dont la fonction primaire est difficile à établir. Certaines d’entre elles ont été converties par la suite en petits dépotoirs pour des besoins ponctuels. Quelques espaces dépourvus de vestiges semblent, quant à eux, marquer l’emplacement de petites cours offrant place, par exemple, aux travaux domestiques et agricoles. Il y a manifestement une articulation étroite entre l’habitat et les espaces réservés aux morts. Deux sépultures à incinération éloignées de plusieurs centaines de mètres l’une de l’autre témoignent de la présence de lieux funéraires en périphérie de l’enclos domestique : l’une des tombes est localisée à une trentaine de mètres au sud de la façade sud-est de l’enclos, la seconde à près de deux cents mètres au nord-ouest de ce dernier (Berranger, 2009). Ces deux incinérations, apparues sous la terre végétale, présentent de ce fait un caractère très arasé2. Elles ont livré des fragments de vases (dont une jatte carénée) et une faible quantité d’esquilles d’os brûlés. Un ressort de fibule constitue le seul élément de parure issu de ce contexte. On ignore en l’état actuel des recherches si ces sépultures sont isolées ou s’il existe d’autres espaces funéraires en périphérie de l’enclos.

Un établissement antique du Haut-Empire

15C’est probablement dès l’époque augustéenne qu’un nouvel établissement se met en place et que le système d’enclos de tradition laténienne est abandonné (fig. 8). Le corpus céramique du site n’attestant pas de hiatus, il semble que l’établissement gallo-romain ait succédé de manière directe à son prédécesseur gaulois. C’est peut-être à ce moment qu’un découpage parcellaire est créé, entraînant la formation de grandes parcelles axées NO-SE et NE-SO, dont quelques vestiges sont conservés à l’ouest de l’enclos. Cette première occupation gallo-romaine, datée de la première moitié du Ier siècle, est difficile à mettre en évidence d’un point de vue spatial dans la mesure où aucune structure en creux ne peut être attribuée d’une manière certaine à cette époque. On constate en effet, à l’issue de cette première fouille, une absence étonnante de vestiges de cette époque. Seule la présence d’un petit lot de céramique plaide pour une occupation continue des lieux de la fin de l’époque gauloise jusqu’aux Flaviens. C’est à partir du règne de ces derniers que l’établissement se transforme et prend de l’envergure. Doté d’une voire plusieurs bâtisses en pierre repérées lors du troisième diagnostic hors emprise de fouille, il se superpose aux habitats précédents. Mais au sein du secteur fouillé en 2009, les vestiges datés de la période flavio-antonine restent peu nombreux : une fosse artisanale, un grand puits, quelques petites fosses à détritus et des vestiges parcellaires. En attendant les résultats de la seconde fouille, qui permettra l’étude du cœur du site antique, on peut mettre l’accent sur deux aspects : l’important vaisselier en terre cuite issu majoritairement des niveaux de comblement d’un puits et l’activité métallurgique attestée en périphérie du domaine.

Fig. 8. Vestiges de l’occupation des Ier/IIe siècles au sein de la zone 1 (DA O : S. Calduch, D. Lukas).

Un important dépotoir de la seconde moitié du Ier siècle et du début du IIe siècle

16La fouille d’un puits, aménagé dans des niveaux sableux au niveau de l’angle ouest de l’enclos protohistorique, a permis de mettre au jour un dépotoir antique remarquable. Sa profondeur, évaluée à une quarantaine de mètres dans l’hypothèse d’un puits à eau, a rendu impossible une fouille intégrale pour des raisons de sécurité. Mais son exploration sur une dizaine de mètres a entraîné la découverte, notamment dans les niveaux supérieurs, d’un imposant lot de mobilier antique, notable tant par sa quantité que par sa qualité. Composé de nombreux objets métalliques (éléments de quincaillerie et de construction), d’éléments de parure et de monnaies, il a en particulier livré un important nombre de céramiques en très bon état de conservation : 6 569 tessons correspondant à au moins 966 poteries, soit 73 % de l’ensemble des vases antique recensés à ce jour sur le site. Daté pour l’essentiel de l’époque flavienne et trajane (dernier tiers du Ier siècle – début du IIe siècle), ce vaisselier constitue un dépôt en position de rejet secondaire lié à un comblement rapide du puits. Le lot de céramique prélevé montre un répertoire de formes riches et variées qui révèle une grande diversité d’approvisionnement, caractéristique de cet horizon charnière (fig. 9). Il associe ainsi des productions issues des ateliers locaux (Lyons-la-Forêt et Montfort-sur-Risle) et des vases d’importation originaires notamment du Sud de la Gaule ainsi que quelques formes de Gaule centrale. L’ensemble constitue à ce jour un lot de référence régional exceptionnel complétant ainsi ceux des sites d’Arnières-sur-Iton (Féret, 2008) et de Guichainville (Adrian, 1996).

Fig 9. Céramique gallo-romaine de la seconde moitié du Ier/début du IIe siècle (dessin : S. Le Maho).

17La céramique fine d’importation est très largement illustrée par une vaisselle destinée à la table. Elle se compose de nombreux vases à boire, coupes et coupelles – Drag 22, 24-25 (fig. 9, no 151), 27 et 35 (fig. 9, no 130) – ainsi qu’une unique coupe Drag 30b à décor de rinceaux. Le répertoire classique des assiettes (Drag 15, 15-17, 18 et Drag 36) complète ces services flaviens. Deux vases, en position résiduelle, affectés au service et à la préparation, sont associés à ces importations méridionales (Drag 29a, Ritterling 12). Les productions de Gaule centrale sont illustrées par des assiettes Drag 31, 36, Curie 15 et Walter 79-80, plus caractéristiques de la première moitié du IIe siècle. Les coupes et coupelles lédosiennes sont quasi absentes. Quelques assiettes Drag 18 associées à des coupelles Drag 27 attribuables à la production tibéro-claudienne de Lezoux apparaissent en position résiduelle au sein du lot. Les vases à décor moulé sont relativement rares, seules quelques coupes Drag 37 sont dénombrées.

  • 3 Ce type de pot semble plus caractéristique du territoire Ambien où de nombreux exemplaires ont été (...)

18Les productions de Gaule Belgique regroupent quelques coupes à collerette (Deru C13.1 : fig. 9, no176) et pots terra rubra (Deru P21 ou 223). Ces derniers sont quasi absents des contextes eurois et seinomarins à l’exception du site de Eu « Bois-l’Abbé », limitrophe avec la Picardie.

19Le catalogue des formes terra nigra comprend majoritairement des productions issues de Gaule centrale. Il est largement dominé par les assiettes à lèvre pendante – Menez 11 (fig. 9, no 160) et 7b (fig. 9, no 161) – et les formes à paroi oblique et lèvre débordante (Menez 6). Ce corpus est complété par quelques assiettes à paroi concave (Deru A42/43 : fig. 9, no 180), ainsi que par de rares exemplaires à paroi moulurée et lèvre verticale de section plus ou moins triangulaire (Deru A18), attribuables au groupe de pâtes septentrional. Différents types de coupes, coupes à pied ou calice, sont issues principalement des ateliers du centre (Menez 59, 60, 80, 89c, 108, 110a : fig. 9, no 170) et Deru 03.1 (fig. 9, no 176). Certaines appartiennent à un horizon pré-flavien (première moitié du Ier siècle).

20Les vases à paroi fine sont marginaux au sein du puits (seulement 5 % des céramiques fines d’importation). Les traditionnels gobelets à décor d’épingles de la Gaule centrale (groupe 2 de Symonds : fig. 9, no 159) sont complétés par des tessons de panse à surface guillochée, plus ou moins métallescente, ainsi que des gobelets-sacs à décor sablé (fig. 9, no 158). Nous n’avons recensé qu’un unique fragment de lèvre en corniche de gobelet brun d’Argonne, significatif des ensembles régionaux de la fin du Ier siècle et plus particulièrement du IIe siècle.

21La céramique à couverte micacée, généralement localisée sur la lèvre et au niveau de l’épaule, est illustrée par plusieurs pots ou gobelets reproduisant les urnes dites de Besançon. Ils constituent un élément caractéristique de la seconde moitié du Ier siècle, également présent sur les sites de Guichainville (Flotté P. et alii 1995-1996, ch 3.5 ; Adrian Y.-M. 2001) et Arnières-sur-Iton (Féret, 2008). Le même traitement de surface est observé sur des gobelets-sacs à surface crépie. Les exemplaires attestés sur ces sites témoignent d’une origine manifestement locale voire régionale. Cette technique de décor a été également appliquée sur un gobelet ovoïde à décor bosselé, obtenu en repoussant la pâte de l’intérieur avec le doigt, sur un pot à lèvre épaisse « en cobra » (variante de la forme 5 de Barat) ainsi que sur une jatte à lèvre en marli mouluré.

Fig. 10. Coupe carénée à glaçure plombifère avec décor de médaillons (cliché : D. Lukas).

22Une forme tout à fait exceptionnelle et inédite a été mise au jour dans le comblement du puits. Il s’agit d’une coupe carénée probablement dotée d’anses (fig. 9, no 224 et fig. 10) qui est ornée d’un décor de médaillons appliqués, représentant alternativement un visage ou une rosette. La surface est entièrement recouverte à l’intérieur comme à l’extérieur, d’une glaçure plombifère jaune-vert assez épaisse. Des formes semblables montrant les mêmes compositions de décor et attribuables à un horizon pré-flavien, ont été découvertes en Grande-Bretagne à Usk ainsi qu’à Winchester (Greene, 1979). Ce type de vaisselle fine a également été identifié sur le site de Guichainville associé à du mobilier datable de la seconde moitié du Ier siècle.

23La présence de fragments d’une assiette à enduit rouge pompéien, probablement lédosienne, est anecdotique dans cet ensemble. Cette production s’avère également marginale à Guichainville ou encore à Arnières-sur-Iton.

24La présence de nombreux fragments d’amphores confirme la diversité des approvisionnements et montrent que les habitants ont été visiblement alimentés aussi bien par un commerce régional que lointain, illustré par la présence d’amphores à vin de Gaule narbonnaise, de Bétique ou encore de Tarraconaise et d’Italie pour l’huile et la saumure. La vaisselle commune en pâte sombre, à usage domestique et culinaire se caractérise également par la présence de différents groupes technologiques témoignant d’approvisionnements multiples où se mêlent productions locales et importations. Quelques éléments de formes plus spécifiques de la première moitié du Ie siècle se démarquent par leur pâte plus ou moins grossière et sandwichée. Il s’agit de pots à profil en « S » inversé qui résultent de l’évolution d’un répertoire de tradition laténienne. Il semble même que l’atelier de potier de Lyonsla-Forêt ait reproduit ce type de vase caréné dans une version « romanisée » (fig. 9, no 227 et 261). Le traitement de surface est également reproduit à l’identique. Si leur présence est attestée sur toute la stratigraphie, il n’en demeure pas moins qu’elle s’avère résiduelle. Les vases hauts, fermés, sont des pots à épaulement avec un col tronconique ou à peine marqué surmonté d’une lèvre fine et évasée. Ils se caractérisent également par un extremum de panse haut. Des formes semblables ont été identifiées à Guichainville dans des contextes datés de la seconde moitié du Ier siècle. D’autres formes (pots et cruches à bec pincé) peuvent être rattachées aux productions de l’atelier de Montfort-sur-Risle. Quelques récipients (pots et jattes carénées à lèvre en marli) se démarquent par la qualité de leur pâte, chargée d’inclusions de quartz bien apparentes donnant l’aspect des productions picardes dites « pâtes blanches à quartz » (PBQ). En revanche, les pots en pâte « noires à pâtes rouges » (NPR), d’origine locale ou importés d’Ile-de-France ou de la région de Chartres, apparaissent bien présents. Les formes identifiées correspondent aux pots 150 de Jobelot et Vermeesch (1993) ainsi qu’aux assiettes (fig. 9, no 196) et coupes (fig. 9, no 197) reproduisant les types terra nigra de Gaule centrale (Menez, 1985 ; type 103).

25La céramique commune à pâte claire est quant à elle très largement illustrée par des cruches et des mortiers (fig. 9, no 337), en partie importés du bassin méditerranéen, complétés par quelques pots et de rares couvercles (fig. 9, no 225).

26Ce vaisselier antique, constituant un répertoire de formes riches et variées, témoigne d’un commerce prospère où se mêlent productions locales et produits importés du bassin méditerranéen, d’origine plus ou moins lointaine. Il nous renvoie l’image d’un établissement flavio-antonin incontestablement aisé, visiblement tourné vers l’extérieur.

Les témoins d’une activité métallurgique en périphérie de l’habitat gallo-romain

27Parmi les activités exercées au sein de cet établissement antique, on recense notamment le travail du fer pratiqué dans un secteur distant de 500 m de l’habitat (fig. 11). À cet endroit une quinzaine de structures ont livré un important lot de mobilier métallurgique : des scories de forge, des scories informes, quelques éléments de parois de foyer et de ventilation, des déchets métalliques de forge mais aussi des gromps ou fragments de loupe. Dans cette zone, sur le côté est de l’emprise de fouille, on rencontre également des affleurements de minerai de fer, essentiellement de type gréso-ferrugineux. Pour l’instant aucune organisation spatiale ne semble émerger dans ce secteur. Parmi les structures, seule la fosse 690 située au sud de l’emprise a pu être identifiée comme une probable forge. L’empreinte d’une enclume sous la forme d’un radier de graviers de silex était encore visible en surface ainsi que les restes d’un foyer toujours en place (fig. 12, 13).

Fig. 11. Secteur artisanal antique (zone 2a) avec les principaux vestiges archéologiques (DAO : S. Calduch, D. Lukas).

28Des analyses métallographiques ont été réalisées sur une dizaine d’échantillons de mobilier métallurgique. Parmi ceux-ci, il faut noter la présence de quatre fragments de masses de fer plus ou moins brutes de réduction. À l’heure actuelle, les indices que nous avons sur les activités métallurgiques pratiquées sur ce site tendent donc à montrer un travail essentiellement tourné vers l’épuration des loupes. Ce travail consiste à densifier et homogénéiser la masse brute de fer issue du bas fourneau pour la transformer en un matériau forgeable. Pour exemple, un échantillon, HV17, possède une texture riche en porosités légèrement écrasées dont 80 % sont vides et 20 % encore pleines de scories de réduction indiquant un relatif assèchement du métal. Cet échantillon présente également en périphérie des concentrations de battitures, sous la forme de globules de wustites, en liaison avec le métal, montrant que le séjour dans le foyer de forge a été assez prononcé. L’ensemble de ces facteurs indique la pratique de l’épuration à chaud du métal. Quant à sa qualité, il s’agit essentiellement d’un acier relativement homogène autour de 0,3 %, aisément forgeable (fig. 14).

29La faible perte en oxyde dans les culots métallurgiques de Heudebouville montre que les forgerons avaient une bonne maîtrise technique. On note également une très grande cohérence dans le travail effectué ainsi qu’une répétition de gestes précis tendant à indiquer une spécialisation des tâches autour de l’épuration des loupes et/ou des fragments de loupe.

Fig. 12. Vestiges d’une probable forge antique (cliché : N. Zaour).

Fig. 13. La forge antique en plan et en coupe (DAO : D. Lépinay).

Fig. 14. Masse brute de fer (échantillon HIV 17) (cliché : N. Zaour).

30Des questions restent cependant en suspens : qu’en est-il de l’origine de la matière première ? Les loupes de fer sont-elles produites sur place ou importées sur le site où elles sont préparées pour la forge ? Pour l’instant, en dehors de quelques rares scories de réduction découvertes lors du diagnostic, nous n’avons pas véritablement de trace de réduction du minerai de fer dans ce secteur. La géologie locale a toutefois révélé la présence de minerai dans les formations superficielles, les ferruginisations résultant de l’altération secondaire de la glauconie contenue dans les dépôts tertiaires.

La fouille préventive à venir

31Même si notre vision des occupations protohistorique et gallo-romaine de Heudebouville reste à l’issue de cette première fouille incomplète, celle-ci a livré de nombreux témoins attestant de la forte attirance de ce secteur de la fin de l’âge du fer jusqu’au IIe siècle de notre ère. Il est probable que la proximité des vallées de la Seine et de l’Eure a joué un rôle non négligeable dans ce choix topographique, de même que la présence de minerais de fer.

32Faute d’avoir pu étendre les investigations archéologiques sur les parcelles voisines, de nombreuses questions restent sans réponse. On s’interroge ainsi sur l’extension maximale et l’organisation spatiale des deux établissements principaux. Cette question sera bien évidemment au cœur de l’opération prévue en 2010 qui permettra aussi une étude plus poussée de l’habitat antique, encore méconnu aujourd’hui. Si le travail du fer est à présent bien avéré au sein de cet établissement antique, on s’interroge toujours sur la présence d’autres artisanats et donc la fonction précise de cette occupation.

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2001) – La céramique du Haut-Empire dans la région d’Êvreux (Eure). Première approche du répertoire et de ses approvisionnements. Revue archéologique de l’ouest, 18 p. 95-143.

Bassompierre P., De Mautort J. (1967) – Carte géologique de la France (1/50 000), feuille des Andelys (124). BRGM, Orléans, 1 carte et 1 notice, 16 p.

Berranger M. (2009) – Heudebouville « Écoparc ». Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique, 2009.10, MADE, 98 p.

Beurion C. (2006) – Heudebouville « ZAC Écoparc 2 » (Eure – Haute-Normandie). Rapport de diagnostic, INRAP, 60 p.

Bonniol-Jarrier C. (1997) — Premiers résultats archéométriques des sites paléométallurgiques. Rapport série Coordination no 4, A 28, section Alençon – Le Mans – Tours. Ministère de la Culture, AFAN, SCAO-SOCASO-COFIROUTE, 27 p., 18 fig., 1 annexe, 2 tableaux et 3 planches photos.

Campy M., Macaire J.-J. (2003) – Géologie de la surface : érosion, transfert et stockage dans les environnements continentaux. Paris, Dunod, 2e éd., 440 p.

Cliquet D. (1993) – Carte archéologique de la Gaule, L’Eure (27). Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de M. Provost, Académie des inscriptions et belles-lettres, Ministère de la Culture, Paris, 288 p.

Cliquet D., Lautridou J.-P. (2005) – Chronostratigraphie des formations du Pléistocène moyen et supérieur et sites associés en Normandie. Molines N., Moncel M.-H., Monnier J.-L., Les premiers peuplements en Europe. Colloque international « Données récentes sur les modalités de peuplement et sur le cadre chronostratigraphique, géologique et paléogéographique des industries du Paléolithique ancien et moyen en Europe », Rennes, 22-25 septembre 2003, BAR, International Series 1364, p. 53-62.

Duchaufour P. (1991) – Abrégé de pédologie : sol, végétation, environnement. Paris, Masson, 3e édition, Paris, 289 p.

Féret L. (2008) – Arnières-sur-Iton « rue des Chantiers des Flotteurs » (Eure – Haute-Normandie), à la périphérie de l’agglomération antique. Adrian Y-M. dir. Rapport final d’opération, INRAP GO, 182 p., 128 fig.

Flotte P., Leon G., Richard J.-M., Adrian Y.-M. (1995-1996) – Le sanctuaire gallo-romain du Devant de la Garenne et son environnement, Guichainville. DFS de sauvetage programmé, vol. 1, présentation, analyse, synthèse, AFAN, Ministère de la Culture, DRAC de Haute Normandie, Direction départementale de l’Équipement, 105 p.

Foucault A., Raoult J.-F. (1992) – Dictionnaire de géologie. Paris, Masson, 3e éd., 352 p.

Greene K. (1979) – Report on the Excavations at Usk, 1965-1976, Vol. 1, The pre-Flavian fine wares. W. H. Manning dir. Cardiff, University of Wales press (BSA).

Jobelot N., Vermeersch D. (1993) – La céramique « noire à pâte rougeâtre » esquisse d’une chronologie. Trésors de terre, céramiques et potiers dans l’Ile-de-France gallo-romaine. Catalogue d’exposition, p. 158-166.

Langlois, Gaume E., Menier D., Nauleau J.-F., Verdelet F., Bonniol-Jarrier C., Deloze V. (1998) – Communes de La Bazoge et de St-Saturnin (72) « Les Petites Rouilles », « Le Grand Hameau » 72 024 006 AH et 72 320 003 AH. Rapport de fouilles, A 28, section Alençon – Le Mans – Tours. Ministère de la Culture, AFAN, SCAO-SOCASO-COFIROUTE, série Fouille 10-11, 2 t., 161 p., 42 fig., 7 annexes, 51 photos et 28 plans.

Lautridou J.-P. (1985) – Le cycle pléistocène en Europe du nord-ouest et plus particulièrement en Normandie. Thèse, doctorat d’État., Caen, 2 t., 908 p.

Lourdeau C. (2008) – Heudebouville Écoparc 2, « tranche 2 » (Eure). Rapport de diagnostic, INRAP, 20 p.

Lozet J., Mathieu C. (1990) – Dictionnaire de science du sol. Paris, Technique et Documentation – Lavoisier, 2e éd., 384 p.

Marcigny C., Aubry B., Carpentier V., Clement-Sauleau S., Deloze V., Gallouin E., Hugot C., Rapine C., Theron V. (2006) – Guichainville et Le Vieil-Évreux (27) « Le Long Buisson ». RFO, INRAP Grand-Ouest, SRA Haute-Normandie, section 2, vol. 1 : Présentation de l’opération : du diagnostic à la fouille. 2002 p., 33 fig., annexes et glossaire.

Menez Y. (1989) – Les céramique fumigées (« Terra Nigra ») du Bourbonnais. Revue archéologique du Centre de la France, 28-2, p. 117-178.

Pomerol B., Pomerol C., Renard M., Wyns R., Dewolf Y (1977) – Carte géologique de la France à 1/50 000, feuille d’Évreux (150). BRGM, Orléans, 1977, 1 carte, 1 notice, 17 p.

Notes

1 Cette estimation s’appuie sur les données de la fouille et les résultats du diagnostic réalisé par la MADE en 2009 (Berranger, 2009).

2 L’une étant découverte lors du diagnostic mené en 2009 (Berranger, 2009) et l’autre dans le cadre de la fouille INRAP 2009.

3 Ce type de pot semble plus caractéristique du territoire Ambien où de nombreux exemplaires ont été recueillis notamment à Samarobriva. Une production de formes identiques est également attestée en Angleterre à Colchester à la période tibéro-claudienne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation régionale du site
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 2. L’emprise du projet avec les principaux vestiges archéologiques à l’issue des trois campagnes de diagnostic (DAO : S. Calduch, D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 3. Vue aérienne du secteur d’étude avec localisation des quatre zones de fouille (cliché : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Topographie générale du site avec localisation des quatre zones de fouille (en couleur) et vestiges archéologiques (en noir) (DAO : S. Calduch, D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 5. Plan de la zone 1 avec vestiges de l’occupation laténienne (DAO : S. Calduch, D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6a. 6b. Ces deux coupes donnent un aperçu des différences morphologiques du fossé d’enclos (clichés : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 7. Vestiges d’un grenier en cours de fouille (cliché : A. Chéry).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8. Vestiges de l’occupation des Ier/IIe siècles au sein de la zone 1 (DA O : S. Calduch, D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig 9. Céramique gallo-romaine de la seconde moitié du Ier/début du IIe siècle (dessin : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 10. Coupe carénée à glaçure plombifère avec décor de médaillons (cliché : D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 11. Secteur artisanal antique (zone 2a) avec les principaux vestiges archéologiques (DAO : S. Calduch, D. Lukas).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 12. Vestiges d’une probable forge antique (cliché : N. Zaour).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 13. La forge antique en plan et en coupe (DAO : D. Lépinay).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 14. Masse brute de fer (échantillon HIV 17) (cliché : N. Zaour).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6920/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

Auteurs

Géologue, UMR 6566 – CReAAH

Directeur de recherche CNRS, directeur de l’UMR 5060, Laboratoire « Métallurgie et Cultures », UTBM

INRAP Grand-Ouest

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540