Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Le site de Sandouville « Route du Vachat » (Seine-Maritime)

Sandouville “Route du Vachat” site (Seine-Maritime)

Myriam Michel

Résumé

Une zone de l’oppidum de Sandouville a été fouillée en 2008. Les résultats montrent une première fréquentation à la fin du IIIe millénaire avant notre ère. Au Ier siècle avant notre ère, une nouvelle occupation se développe, caractérisée par un parcellaire, des bâtiments sur poteaux et des structures de combustion. Ces vestiges semblent témoigner de la périphérie d’un habitat, lieu d’activités agricoles et domestiques. Enfin quelques structures témoignent d’une présence sur le site au Ier siècle de notre ère.

A section of the Sandouville oppidum was excavated in 2008. The results show that the site was first occupied at the end of the 3rd millennium BCE. In the 1st century BCE, a new settlement developed, characterised by plots of land, hearths and buildings constructed around poles. These would seem to indicate the periphery of a settlement where agricultural and domestic activities took place. Lastly, several structures indicate a human presence on the site during the 1st century CE.

Texte intégral

1La commune de Sandouville (Seine-Maritime) abrite l’un des oppida les plus vastes de la basse vallée de la Seine. Couvrant une superficie de près de 150 hectares, ce site majeur (dénommé « Camp de César ») est attesté par la présence de deux levées de terre barrant un éperon naturel (Rogeret, 1997 : 532-533 ; Wheeler, 1957 : 121). Celui-ci est localisé sur un rebord du plateau du Pays de Caux et domine l’estuaire de la Seine à une altitude moyenne de 100 m (fig. 1).

Fig. 1. Localisation de la fouille (étoile rouge) dans l’oppidum — les lignes rouges indiquent le tracé des remparts (Archéopole, M. Michel).

2Ces vestiges, qui marquent fortement le paysage, apportent cependant peu d’informations sur la chronologie ou la fonction de ce site. Quelques trouvailles anciennes permettaient jusqu’ici d’en dater l’occupation entre la préhistoire récente et la fin de l’époque gauloise (Rogeret, 1997 : 533). La construction d’un lotissement au sein de l’aire enclose par cet oppidum offrait donc une occasion de récolter des données sur le site et son histoire. La parcelle concernée a d’abord fait l’objet d’un diagnostic en 2007 (Jimenez, 2007), qui a permis la découverte de vestiges datés de la charnière Néolithique final – âge du bronze (essentiellement des artefacts récoltés lors du décapage) et de la fin de la période de La Tène (présence de plusieurs fossés et fosses, ainsi que de mobilier attestant d’activités agricoles et peut-être artisanales). Par la suite, une fouille a été prescrite, concernant essentiellement cette occupation laténienne. Elle a été réalisée entre mai et juillet 2008 par la société Archéopole (Michel, 2009).

3La fouille a concerné une superficie de 9 700 m2, ce qui équivaut à environ 1/150e de la surface totale de l’oppidum. Elle a permis de mettre en évidence plusieurs occupations, d’importance variable et s’échelonnant entre la fin du IIIe millénaire avant notre ère et le Ier siècle de notre ère (fig. 2).

4Les structures mises au jour, dont le nombre avoisine les 400, sont essentiellement des fossés et fosses, accompagnés de quelques petits édifices sur poteaux et d’une vingtaine de structures de combustion. Une petite fosse à résidus de crémation a aussi été découverte, seul témoin d’activités funéraires sur le site.

Les traces d’une première fréquentation du site à la fin du IIIe millénaire

5Cette première occupation, datée de la charnière fin du Néolithique – âge du bronze, est attestée quasiment uniquement par des vestiges mobiliers issus de la phase de décapage. Ceux-ci ont été mis au jour dans les niveaux de terre végétale ou à l’interface avec le niveau de limon brun sous-jacent. Il s’agit essentiellement d’artefacts lithiques et céramiques (fig. 3).

Fig. 2. Plan général de la fouille (Archéopole, J. Boisson et M. Michel).

6Le mobilier céramique se rattachant à cette occupation est numériquement assez faible. Il s’agit le plus souvent de petits fragments sans forme particulière, dont la datation repose en grande partie sur la constitution de la pâte. Celle-ci est de couleur rouge-orangée à cœur sombre et contient une quantité importante de dégraissant, sous forme d’inclusions de silex de taille variable.

Fig. 3. Mobilier de l’occupation du IIIe millénaire (Archéopole, M. Michel).

7La céramique est grossière, et aucun profil archéologiquement complet n’a pu être restitué. Le répertoire des formes est assez réduit : il s’agit toujours de vases à fond plat et à profil droit ou ouvert, de forme tronconique. Ce genre de céramique grossière se retrouve sur la plupart des sites de la fin du IIIe millénaire dans le nord-ouest de la France, et notamment au sein de corpus attribués aux groupes culturels « Seine-Oise-Marne » et « groupe de Gord » (Cottiaux, 1995 : 103, fig. 12 ; Watté, 1995). Au sein du mobilier lithique associé à cette occupation, on peut signaler la présence d’une lame de hache polie en silex gris et de quatre grattoirs en silex noir, réalisés pour deux d’entre eux sur éclat et pour les deux autres sur lame.

8Une seule structure, la fosse 1089, peut être rattachée avec certitude à cette occupation. Elle présente un plan circulaire et un profil évasé à l’ouverture, puis des bords droits et un fond plat. D’une profondeur d’environ 1,20 m, elle a livré une grande part du mobilier céramique décrit ci-dessus.

9La faiblesse quantitative et qualitative du corpus mobilier de cette première occupation du site ne permet malheureusement pas une datation plus précise, et indique simplement une fréquentation de la zone entre la fin du Néolithique et le début de l’âge du bronze, à la fin du IIIe millénaire avant notre ère.

Une importante occupation de la fin de l’âge du fer

10Le site semble ensuite connaître un hiatus assez long puisque la deuxième occupation attestée se développe bien plus tard, dans le courant du Ier siècle avant notre ère. Bien que le site ait livré un corpus mobilier assez faible, ce qui rend les datations difficiles, la majorité des structures mises au jour semble se rattacher à cette occupation de la fin de La Tène.

Le réseau fossoyé

11Le site laténien s’organise autour d’un réseau fossoyé peu dense, dont la cohérence n’est perturbée par presque aucun recoupement. Celui-ci forme un espace quadrangulaire de 55 m de large sur plus de 60 m de long, qui pourrait constituer un enclos ou bien une parcelle intégrée dans un réseau plus vaste, dont on devine les premiers développements vers l’est et l’ouest. Les bordures méridionales et orientales sont constituées de fossés doubles, espacés de 4 à 5 m l’un de l’autre et que l’on peut interpréter comme délimitant des espaces de circulation. Ces différents fossés, qui présentent des profils en V comblés d’un limon sableux brun à brun-gris, ont livré très peu de mobilier. Les rares fragments de céramique peuvent cependant permettre de rattacher ce réseau à la période laténienne. Quelques fossés présentant une orientation différente de celle du réseau « principal » suggèrent plusieurs phases au sein de cette occupation laténienne. Enfin, deux structures se distinguent au sein de cet ensemble : il s’agit tout d’abord d’un petit enclos circulaire installé en bordure sud du système fossoyé. Deux petites fosses ont été repérées au sein de cette structure mais n’ont livré aucun vestige, et le comblement du fossé a fourni quant à lui très peu de mobilier. La fonction de cet enclos circulaire reste donc difficile à définir. Une autre structure fossoyée reste elle aussi plutôt énigmatique, Il s’agit cette fois d’un ensemble de fossés délimitant un petit espace quadrangulaire d’environ 20 m2 de superficie, qui ne renferme aucun vestige. Le plan de cet ensemble présente deux interruptions se faisant face, à l’est et à l’ouest, et peut être rapproché de celui d’un enclos découvert sur le site de Bennecourt dans les Yvelines (Bourgeois, 1994 : 73 et 77, fig. 4a). Cependant la structure décrite ici est d’une taille largement inférieure à celle de l’enclos de Bennecourt (qui couvre lui plus de 200 m2 de superficie), interprété comme le premier état (laténien) d’un sanctuaire évoluant ensuite en fanum. Rien n’indique ici une éventuelle fonction cultuelle ou funéraire, et cette structure pourrait correspondre aux fondations d’un petit bâtiment quadrangulaire (fig. 4).

Fig. 4. Enclos quadrangulaire —fondation de bâtiment ? (Archéopole, J. Boisson).

Quelques édifices sur poteaux

12La fouille a permis la mise en évidence de quatre plans de bâtiments sur poteaux. Deux d’entre eux (les bâtiments 3 et 4) présentent un plan quadrangulaire sur quatre ou cinq poteaux, de type « grenier surélevé », et couvrent une superficie de 7 et 8 m2. L’un d’eux est situé en bordure sud du réseau fossoyé, à l’intérieur de la « parcelle » centrale, l’autre est localisé plus au sud, à l’extérieur du réseau fossoyé. Les comblements des trous de poteaux qui les composent ont livré quelques tessons de céramique protohistorique, mais aucun vestige qui permette d’établir précisément la fonction de ces deux édifices. Leur plan et leur petite taille plaide plutôt en faveur de bâtiments liés au stockage.

13Les deux autres édifices sur poteaux présentent des plans plus conséquents (fig. 5). Le bâtiment 1, localisé en bordure interne est de la « parcelle » centrale, est composé de onze trous de poteaux et présente un plan quadrangulaire d’environ 18 m2 de superficie. Seuls trois côtés de l’édifice sont constitués de trous de poteaux, le quatrième s’appuie en plan sur l’un des fossés de la parcelle. Le peu de mobilier retrouvé ne permet pas de trancher la question de la contemporanéité de ces deux vestiges, aussi il reste difficile de savoir si cet édifice s’appuyait sur une éventuelle palissade installée dans le fossé (dont il n’existe aucune trace matérielle) ou s’il s’agissait d’un édifice ouvert à l’est. Le dernier bâtiment restitué (bâtiment 2) présente lui aussi un plan quadrangulaire, constitué cette fois de sept trous de poteaux, Il couvre une superficie avoisinant les 16 m2 et est localisé au sud-est de la fouille, à l’extérieur du réseau fossoyé. Tout comme le bâtiment 1, le comblement des structures qui le composent a livré très peu de mobilier, Il s’agit de quelques fragments de céramique protohistorique et antique, ainsi que d’une monnaie en argent, attribuée aux Calètes. Cette monnaie est d’un type resté inédit jusque très récemment. Elle est datée de 80/60 avant notre ère et présente un aigle à l’avers et un cheval sautant au revers (Doyen, 2009).

Fig. 5. Les bâtiments 1 et 2 (Archéopole, M. Michel et J. Boisson).

Fig. 6. Le four 1057, creusé en sape dans le limon naturel (Archéopole, J. Boisson).

14Ces deux bâtiments n’ont pas livré d’indices concernant leur fonction, mais là encore leur taille plutôt faible suggère une fonction de stockage ou d’abri et non d’habitat.

Un ensemble de structures de combustion

15L’occupation protohistorique du site a livré les vestiges de 18 structures de combustion, de type four ou foyer (aménagé ou non). Les fours sont au nombre de dix. Ils sont constitués d’une chambre de chauffe creusée en sape dans le substrat limoneux et d’une zone de travail semi-enterrée, dont une des parois sert de point de départ au creusement du four (fig. 6).

16Ceux-ci sont de deux types : la majorité (six d’entre eux) présente une chambre de plan circulaire, voûtée, avec une sole horizontale ou présentant un léger pendage, et parfois installée sur un radier de silex (fig. 7 et 8). Un des fours montre une voûte intacte, légèrement surbaissée et présentant un évent circulaire à son sommet (fig. 9).

Fig. 7. Vue en écorché du four circulaire 1057 (Archéopole, J. Boisson).

Fig. 8. Vue du four 1129 et de son radier de silex (Archéopole, M. Michel).

Fig. 9. Vue en écorché du four 2133 et de sa voûte intacte (Archéopole, M. Demarest).

Fig. 10. Le foyer aménagé 1126 (Archéopole, A. Monnier).

17Ce type de four de plan circulaire est assez répandu durant la période de La Tène D1-D2, et est en général qualifié de « four domestique », bien que cette interprétation ne permette pas de définir les activités effectuées au sein de ces structures (voir notamment Courbot, 2004 : 178-182 ; Lepert, 2002 ; San Juan, 1994 ; Le Goff, 2002 : 248-260 ; Besnard-Vauterin, 2009). Les quatre fours restants présentent un plan légèrement différent, avec une chambre ovalaire, et un gabarit plus petit. Cette distinction pourrait s’expliquer par une différence de fonction. Certains de ces fours de plan ovalaire ont en effet livré des traces d’induration, et donc de chauffe a priori plus forte que pour les fours de plan circulaire. De plus, la fosse de l’un des fours ovalaires a livré quelques scories et battitures. Mais ces indices ne sont pas suffisants pour affirmer une vocation artisanale de ces derniers.

18Une dizaine de foyers ont en outre été mis au jour sur la zone de fouille. La plupart sont des foyers « simples », constitués d’une plaque de limon rubéfié installée au sein d’une fosse peu profonde, de plan quadrangulaire ou ovalaire. Deux foyers présentent par contre des architectures plus élaborées. Le premier d’entre eux (structure 1126) est installé au sein d’une large fosse quadrangulaire de 60 cm de profondeur, Il se présente sous la forme d’une structure de limon rubéfié de plan circulaire et de 70 cm de diamètre. Ce foyer montre la succession de deux soles, installées sur deux radiers de silex successifs recouverts l’un comme l’autre d’une couronne de tessons de céramique et d’une couche de limon naturel remanié. L’ensemble du foyer est situé sous une couche charbonneuse qui recouvre l’intégralité du fond de la fosse (fig. 10). La fonction exacte de cette structure de combustion reste à déterminer, mais les fragments céramiques retrouvés au niveau du foyer permettent de le dater de la fin de la période de La Tène. Le second foyer aménagé est lui aussi installé dans une large fosse quadrangulaire, de 4 m sur 3 m, avec un fond plat et des bords droits. À l’extrémité sud de cette fosse se situe une paroi de limon rubéfié, qui forme un demi-cercle de 60 cm de diamètre. Aucune sole n’est associée à cette paroi, dont la base semble reliée à une couche charbonneuse relativement épaisse (ce qui pourrait expliquer l’absence de rubéfaction du limon sous-jacent). Cette structure porte clairement les traces d’activités liées au feu, et la paroi rubéfiée sur une hauteur assez importante suggère une circulation de l’air chaud vers le haut.

19Quelques-unes de ces structures de combustion ont livré du mobilier archéologique, mais celui-ci ne permet pas de les dater plus précisément que dans le courant de La Tène D1-D2. Certaines d’entre elles sont localisées dans ce qui apparaît comme des espaces de circulation au sein du réseau fossoyé (structures 2133 et 2164-2165 notamment), et ne peuvent donc pas être contemporaines de celui-ci. Une autre de ces structures de combustion est clairement postérieure à l’un des fossés (structure 2057, installée dans la fosse 2074 qui elle-même recoupe le fossé 2058). De plus, l’absence de tout rejet de combustion dans le comblement des fossés du réseau « principal » semble corroborer l’hypothèse d’une non-contemporanéité entre les structures de combustion et le réseau fossoyé.

20Probablement associées à ces fours et foyers, une quinzaine de fosses de rejets ont été découvertes sur le site. Leur comblement, bien que plus riche en rejets de combustion que le reste des structures du site, en livre tout de même une quantité assez faible. Il faut aussi noter le nombre restreint de ces structures de rejets au vu de la quantité de structures de combustion présentes sur le site. Ces fosses ne livrent en outre aucun vestige qui puisse nous renseigner sur la nature du travail qui y était effectué.

Les fosses 1165 et 1185 : deux fosses avec un ensemble céramique important

21Ces deux structures sont situées l’une à côté de l’autre, au sud-ouest de la zone de fouille. Elles ont livré une quantité notable de mobilier céramique (associées au foyer aménagé 1126, elles livrent plus de la moitié du corpus céramique total). La fosse 1165 présente un plan quadrangulaire, un fond plat et des parois droites. La fosse voisine, 1185, est de forme oblongue et peu profonde. Ces deux structures livrent les vestiges (parfois communs) de près de 50 formes céramiques (étude A. Monnier dans Michel, 2009 : 49-59) (fig. 11 et 12).

22La plupart de ces vases peuvent être datés de la fin de La Tène D1 ou du début de La Tène D2 (pots globulaires ou tronconiques, jattes), mais quelques-uns semblent plus anciens. Il s’agit d’un pot globulaire à bords rentrants et d’un grand vase tronconique à carène haute, qui pourraient tous deux être datés de la charnière La Tène moyenne – La Tène finale. Les deux fosses, qui ne contiennent aucun mobilier gallo-romain, ont probablement été comblées durant La Tène finale. La présence de céramiques a priori plus anciennes pose la question d’une perduration de formes ou bien d’un rejet secondaire. La fosse 1185 a aussi livré une monnaie, un potin gaulois dit « aux chevrons », appartenant vraisemblablement au peuple des Bellovaques et daté entre 60 et 30-25 avant notre ère (Doyen, 2009).

Fig. 11 et 12. Mobilier céramique issu de la fosse 1165 (Archéopole, A. Monnier).

Hypothèses concernant l’organisation et l’évolution de l’occupation laténienne sur la zone

23L’organisation globale des vestiges laténiens suggère qu’ils ne sont pas tous contemporains, et l’occupation gauloise sur cette zone pourrait s’être organisée en deux phases. Cependant, la faible quantité de mobilier mis au jour et le peu de relations stratigraphiques directes entre les structures ne permet pas d’aller au-delà de ces quelques pistes de réflexion. L’ensemble fossoyé principal, orienté nord-sud et est-ouest et centré sur une « parcelle » ou « enclos » central, pourrait constituer la première étape de cette occupation. Cet ensemble paraît en effet antérieur aux structures de combustion et ne livre aucune trace de mobilier antique. Au vu de leur orientation similaire à celle des fossés, les deux petits édifices sur quatre et cinq poteaux pourraient appartenir eux aussi à cette première phase. Celle-ci semble se rapprocher d’occupations de type « périphérie de ferme gauloise », et pourrait être interprétée comme une zone pastorale ou agricole. La zone ne livre en effet aucune trace d’habitation, de mares, de puits, de rejets mobiliers, tous caractéristiques des zones d’habitat de cette période.

24Par la suite, et après comblement du réseau fossoyé « principal », le site voit l’installation de structures de combustion et de fosses de rejets associées. La répartition de ces structures ne présente pas de plan organisé, et la question de leur contemporanéité se pose. Ont-elles fonctionné toutes ensembles ou par petits groupes, voire de manière totalement isolées les unes des autres ? L’absence de certitude concernant leur datation précise ou leur fonction ne permet pas de répondre à cette interrogation. Dans le cas de petits ensembles non contemporains, on peut envisager la succession dans le temps de quelques fours et foyers de type culinaire, le tout étant lié à un habitat proche, aux activités domestiques assez denses pour nécessiter le fonctionnement simultané de plusieurs fours ou foyers. Si par contre ces différentes structures sont toutes contemporaines, pourrait-on envisager l’existence d’une zone d’activités spécialisées ? Il pourrait s’agir alors d’activités culinaires (type « quartier de boulangers »).

Fig. 13. Céramique et pions de jeu issus de la fosse à résidus de crémation (cliché Y. Deslandes, musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime).

Une fréquentation antique du site

25Une fréquentation de la zone durant l’antiquité a été mise en évidence par la découverte d’une fosse à résidus de crémation, dont le mobilier peut être daté du courant du Ier siècle de notre ère. Cette structure se présente sous la forme d’une petite fosse ovalaire recoupant l’extrémité d’un fossé. Elle est comblée d’un limon brun très charbonneux et a livré des ossements humains brûlés ainsi qu’une cruche entière disposée à l’envers dans la fosse, une vingtaine de pions de jeu en pâte de verre et quelques clous de chaussures (fig. 13). La cruche présente une panse globulaire, une anse moulurée et un pied annulaire. Elle est constituée d’une pâte blanche, calcaire. Elle est datée entre le milieu du règne de Tibère et la fin de la période flavienne (étude A. Hanotte dans Michel, 2009 : 67-69).

26L’étude des ossements issus de cette fosse n’a pas apporté beaucoup d’éléments, car la quantité d’os recueillie est plutôt faible (environ 200 g) et ceux-ci sont très fragmentés (étude M.-J. Ancel dans Michel, 2009 : 70-71). Le dépôt a vraisemblablement été réalisé en pleine terre, rien ne permettant d’envisager la présence d’un contenant. La couleur des os permet de supposer une crémation intense (température élevée et/ou longue exposition au feu).

27En dehors de cette fosse à résidus de crémation, l’occupation du site durant le haut-Empire n’a laissé que peu de traces (quelques tessons au sein du comblement de certaines structures), et il reste difficile d’en évaluer l’importance et la nature exacte.

Une fouille qui soulève beaucoup de questions

28Les vestiges mis au jour au cours de cette fouille sur l’oppidum de Sandouville témoignent de diverses fréquentations du site entre la fin du IIIe millénaire avant notre ère et le Ier siècle de notre ère. Cependant, la petite taille de la zone explorée et l’absence de données précises sur le reste du site font que cette opération soulève de nombreuses questions. L’occupation principale de la zone, datée de la fin de La Tène, correspond chronologiquement au développement du phénomène des oppida dans la région (Beurion, 1998). Mais la datation précise des deux remparts du site de Sandouville n’est pas connue et la situation de la parcelle fouillée en 2008 ne permet pas d’avoir de certitude quant à la contemporanéité stricte des vestiges laténiens et du rempart le plus proche.

29En reprenant les pistes de réflexion évoquées plus haut et les incertitudes concernant le phasage de l’occupation gauloise, on peut suggérer plusieurs cas de figure : l’ensemble des vestiges pourrait être en lien avec le rempart, et l’oppidum aurait alors renfermé un établissement rural (ou plusieurs) avec, dans la zone fouillée, la succession d’un lieu d’activités agricoles ou d’élevage puis d’activités domestiques. Si au contraire une partie seulement des vestiges est liée au rempart, on pourrait alors envisager l’existence d’une ferme « ouverte » puis, après abandon et comblement de cet établissement, la fortification d’une occupation caractérisée dans l’emprise de la fouille par le développement d’une petite zone d’activités.

30Les opérations réalisées sur les sites fortifiés de hauteur de Haute-Normandie sont encore assez rares, et notamment en ce qui concerne les espaces internes de ces sites. La nature, la durée et la densité des occupations au sein de ces oppida haut-normands sont encore mal connues, mais certaines fouilles récentes montrent des traces d’occupations de plus en plus faibles à mesure que l’on s’éloigne des remparts (Dechezleprêtre, 1994 ; Beurion, 1998).

31Les recherches menées ailleurs en France montrent la diversité des schémas d’occupation de ce type de site, et l’existence probable de fonctions multiples pour ces oppida. On observe parfois une organisation hiérarchisée en quartiers spécialisés (exemple de Condé-sur-Suippe – Variscourt dans l’Aisne : Pion, 1997), ou encore l’existence au sein de l’enceinte d’habitats enclos proches des fermes (exemple de Villeneuve-Saint-Germain : Fichtl, 2000). La zone fouillée sur le site de l’oppidum de Sandouville semble en l’état des données correspondre à une périphérie d’habitat, établissement agricole ou lieu d’activités domestiques, Il convient cependant de rester prudent, puisque la zone fouillée ne représente qu’une petite part de l’occupation d’ensemble de l’oppidum.

Bibliographie

Bibliographie

Besnard-Vauterin C.-C. (2009) – En plaine de Caen, une campagne gauloise et antique, l’occupation du site de l’Etoile à Mondeville. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 312 p.

Beurion C., Dechezleprêtre T. (1998) – Les sites fortifiés de hauteur de l’âge du fer en Haute-Normandie. Proximus. Actes de la table ronde archéologique de Dieppe, septembre 1996, p. 37-56.

Bourgeois L. (1994) – Le sanctuaire de Bennecourt (Yvelines) : structures et rituels du IIe siècle av. J.-C. au IVe siècle de notre ère. Goudineau C., Fauduet L, Coulon G., Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine. Actes du colloque d’Argentomagus (Argenton-sur-Creuse-Saint-Marcel), Indre, octobre 1992. Paris, Errance, 204 p., p. 73-77.

Cottiaux R. (1995) – La céramique éponyme du « Gord » à Compiègne (Oise). Bulletin de la Société préhistorique française, 92-1, p. 97-106.

Courbot-Dewerdt C. (2004) – L’évolution des établissements ruraux entre la fin de l’âge du fer et la mise en place du système des villae dans le quart nord-ouest de la France, Ier siècle avant J.-C – IIe siècle après J.-C. Thèse de doctorat (nouveau régime), université de Paris I, 483 p., p. 178-182 (volume de synthèse).

Dechezleprêtre T. (1994) – Le site fortifié de Vernonnet « Le Camp de Montagne », Vernon. Document final de synthèse de fouille programmée. Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 39 p.

Doyen J.-M., Michel M. (2009) – L’oppidum de Sandouville (Seine-Maritime) : deux monnaies gauloises. Bulletin du Cercle d’études numismatiques, 46-3, septembre-décembre, p. 196-204.

Fichtl S. (2000) – La ville celtique, les oppida de 150 B.C. à 15 A.D., Paris, Errance, 238 p.

Jimenez F., Feret L. (2007) – Sandouville « Route du Vachat, parcelle ZB7 » (Seine-Maritime, Haute-Normandie). Rapport de diagnostic. Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 36 p.

Le Goff E. (2002) – Les occupations protohistoriques et antiques de la ZAC Objectifs sud. Ifs (Calvados). Document final de synthèse de sauvetage urgent. Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie, Caen, 2002, 2 vol., 1233 p, p. 248-260.

Lepert T., Paez-rezende L. (2002) – Reflet de l’occupation sur le plateau de Saint-André-de-l’Eure (Eure) du Ier siècle avant J. C. au IIIe siècle après J.-C. (RN 154 – Section nord). Revue archéologique de l’Ouest, 19, p. 87-116.

Michel M., Boisson J., Dalibert P., Demarest M., Gadebois G., Hanotte A., Monnier A. (2009) – Sandouville « Route du Vachat ». Rapport final d’opération d’archéologie préventive. Rouen, Service régional d’archéologie de Haute-Normandie, 2 vol., 88 et 170 p.

Pion P., Pommepuy C., Auxiette G., Hénon B., Gransar F. (1994) – L’oppidum de Condé-sur-Suippe – Variscourt (Aisne) (fin IIe – début Ier siècle av. J.-C.) : approche préliminaire de l’organisation fonctionnelle d’un quartier artisanal. Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’âge du fer, 119e congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 275-309.

Rogeret I. (1997) – Carte Archéologique de la Gaule. La Seine-Maritime, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 663 p.

San Juan G. (1994) – Un établissement rural du Ier siècle avant J.-C. à Fleury-sur-Orne (Calvados). Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 131-164.

Watté J.-P. (1995) – Le Néolithique en Seine-Maritime, d’après les découvertes de la Basse-Seine et de l’ouest du pays de Caux. Revue archéologique de l’Ouest, supplt 7, Rennes, p. 103-120.

Wheeler M. et Richardson K. (1957) – Hill-forts of northern France, reports of the Research Comitee of the Society of Antiquaries of London, 19, Oxford, 230 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la fouille (étoile rouge) dans l’oppidum — les lignes rouges indiquent le tracé des remparts (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 2. Plan général de la fouille (Archéopole, J. Boisson et M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 3. Mobilier de l’occupation du IIIe millénaire (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 4. Enclos quadrangulaire —fondation de bâtiment ? (Archéopole, J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5. Les bâtiments 1 et 2 (Archéopole, M. Michel et J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 6. Le four 1057, creusé en sape dans le limon naturel (Archéopole, J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7. Vue en écorché du four circulaire 1057 (Archéopole, J. Boisson).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 8. Vue du four 1129 et de son radier de silex (Archéopole, M. Michel).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 9. Vue en écorché du four 2133 et de sa voûte intacte (Archéopole, M. Demarest).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 10. Le foyer aménagé 1126 (Archéopole, A. Monnier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 11 et 12. Mobilier céramique issu de la fosse 1165 (Archéopole, A. Monnier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 13. Céramique et pions de jeu issus de la fosse à résidus de crémation (cliché Y. Deslandes, musée départemental des Antiquités de Seine-Maritime).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6917/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540