Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

La nécropole de l’âge du bronze final II-III d’Acquigny au lieu-dit Les Diguets (Eure)

Acquigny Late Bronze Age II-III necropolis at Les Diguets (Eure)

Frédéric Kliesch

Résumé

La nécropole du bronze final II-III des Diguets à Acquigny (Eure) est au cœur d’un complexe hydrographique dans la plaine alluviale de l’Eure. Toute la population accède à cette nécropole, à laquelle sont intégrés six enclos. La structuration des tombes est simple. Nous pensons qu’elles sont disposées en îlot. Ces groupes sont peut être le témoignage de regroupements familiaux.

Texte intégral

1La découverte de cette importante nécropole à incinération et enclos circulaires résulte du diagnostic réalisé en 2002 par M. Biard et C. Beurion (Biard, 2002). Ce diagnostic était motivé par la présence de gisements du paléolithique sur le site d’une gravière.

2Quatre sépultures à crémation avaient été localisées (fig. 1). Pendant la fouille de 2007 qui était initialement dévolue à la préhistoire, il a été demandé de vérifier la présence éventuelle d’autres structures funéraires (cahier des charges scientifiques).

  • 1 Auxquelles nous additionnons 2 des 4 sépultures du diagnostic de 2002.

3Nos investigations ont rapidement amené à mettre au jour la plus grande nécropole de l’âge du bronze final de Haute-Normandie, par le nombre de sépultures, connue à ce jour. Outre les 55 tombes1 avérées, six enclos circulaires dont une moitié était très mal conservée, ont été observés.

Stratégie et déroulement de la fouille

4Cette découverte n’était pas attendue. Nous avons donc fait le choix de fouiller intégralement les structures les mieux préservées et de tester toutes les autres.

5Après avoir mis au jour toutes les anomalies sédimentaires et réussi à déterminer l’étendue de l’aire funéraire, les structures les mieux préservées ont été fouillées selon la méthode habituelle, par passée, par quart, puis par moitié de structure jusqu’au fond du creusement. Nous avons ainsi recherché la structuration des creusements et appréhendé la nature des dépôts. Un seul amas osseux a été repéré lors de ce protocole de fouille fine (st. 50). À ce dépôt structuré, il faut ajouter deux tombes avec des vases ossuaires. Ainsi, si l’on isole ces 3 dépôts spécifiques, nous avons pu établir que nous étions en présence de sépultures dont les ossements ne sont pas agencés.

6Il importait d’établir le geste funéraire et la chaîne opératoire, si nécessaire à la compréhension des nécropoles à incinération dont les témoins sont ténus. Pour cela, la totalité des sédiments de remplissage des fosses sépulcrales a été prélevée et tamisée au maillage de 10,5 et 2 mm (environ 2,2 tonnes de sédiment, soit environ 40 kg par tombe) (fig. 2).

  • 2 « La pesée fournit un paramètre beaucoup plus fiable que le décompte des morceau » (Duday, 1987).

7Cette méthode a permis de collecter la totalité des restes osseux pour la pesée2. La perte d’information créée par l’absence de tamisage à la maille de 1 mm est minime, un infime déficit du poids total des dépôts osseux. Ce manque n’est pas préjudiciable à l’interprétation des données anatomiques puisque la majorité des pièces osseuses inférieures à 2 mm ne sont pas définissables. Par ailleurs, la méthode a porté ses fruits puisque nous avons collecté plusieurs dizaines de germes dentaires, qui sont un indice fiable pour l’estimation de l’âge au décès, ainsi que des osselets de l’oreille, des fragments de calvarium d’immature, etc.

Fig. 1. Acquigny, Les Diguets : superposition des tranchées des campagnes de diagnostic de 1993 et 2002 et de La fouille de La nécropole (2007).

Contexte

Présentation du site

8À la lecture des données des précédentes investigations (Roudié, 2001 ; Biard, 2002) réalisées sur la commune et plus précisément sur les parcelles de La Noé et des Diguets, nous pouvons établir que le site s’inscrit dans un cadre archéologique assez bien documenté qui procure l’image d’une vallée occupée du paléolithique aux prémices du premier moyen âge.

9La nécropole se situe au cœur d’un complexe hydrographique, dans la plaine alluviale inondable de l’Eure. Elle est assise sur un lit de grave, assez nettement à l’ouest du lit majeur de l’Eure, au sud de l’Iton et à l’est de la colline boisée du Bois du hom (fig. 3 et 4).

10L’espace funéraire forme un losange dont la hauteur occupe une bande nord-sud de terrain d’environ 95 m de long et dont la largeur n’excède pas 60 m. Son emprise au sol avoisine les 2650 m2. Elle est bordée à l’est par un paléochenal et à l’ouest par un affleurement de grave dominant l’apparition des structures d’à peine 20 cm (fig. 1). 2e renvoi à la fig. 1, si gênant, supprimer Nous pensons avoir circonscrit la nécropole dans sa presque totalité. En outre, nous avons la certitude que le paléochenal numéro 7 a connu des phases de débordement qui ont contribuées à inonder (et éroder) l’enclos 4 (st. 38). Ce paléochenal semble jouer par ailleurs un rôle de limite naturelle de la nécropole. Les tombes et enclos les plus à l’est semblent venir se placer contre lui.

Le contexte régional

11Les découvertes d’enclos circulaires se sont multipliées en Normandie ces dernières années, en particulier avec les sites de Louviers (Eure), Rue du chant des oiseaux (Jego, 2009), Nonancourt (Eure), Rue de la Paquetterie, (Kliesch, 2009), Ferrières-Haut-Clocher (Eure), Rue Sainte-Christine, rue des Moutiers (Leconte, 2009), Malle-ville-sur-le-Bec (Eure), Le buisson du Rui (Mare, 2009), Guichainville et Évreux (Eure), Le long Buisson, zones 1 et 2 (Marcigny, 2006).

12Mentionnons ici l’existence d’un probable enclos circulaire (non daté) dans la parcelle cadastrale OH 204 (Biard, 2002 : fig. 2) au nord ouest de notre site. Cet enclos d’un diamètre de 5 m environ évoque une forte vocation funéraire de cette zone toute proche du cours de Piton (45 m de la berge). La vallée et sa confluence semblent donc densément occupées par des structures de nature sépulcrale.

Fig. 2. Vue d’ensemble de la nécropole en cours de fouille, les comblements des fosses sont prélevés en intégralité.

Fig. 3. La nécropole dans son environnement en octobre 2007.

13En dépit de ces découvertes récentes, le nombre des enclos circulaires de l’âge du bronze demeure assez faible en Haute-Normandie. La notice sur les prospections aériennes faites en 2005 par l’association « Archéo 27 » (Le Borgne, 2005) fait état de 225 sites photographiés (27 cantons, soit 115 communes) et de 52 fiches de déclaration de découvertes, dont seulement 4 enclos circulaires nouveaux, dont rien ne permet d’affirmer qu’ils sont de l’âge du bronze.

14Régionalement, les points d’ancrage chronologiques font encore malheureusement très souvent défaut. Pour ce type de site, « leur situation géographique est diverse, mais les fonds de vallées et les confluences restent un lieu d’accueil privilégié pour ces monuments dont la vocation funéraire est presque toujours établie lorsqu’ils sont fouillés et bien conservés » (Kliesch, 2009).

Fig. 4. Localisation de la nécropole dans son environnement géographique et topographique, d’après IGN (DAO : S. Le Maho, INRAP).

15Dans les deux exemples qui suivent, le propos n’est pas la comparaison de sites archéologiques d’un point de vue des attributions culturelles et/ou chronologiques. Nous mettons juste en exergue l’aspect lié à la conservation de ces vestiges.

16Nous donnons en illustration les photographies en plan et en coupe (fig. 5 et 6) du grand cercle funéraire de Louviers repéré en diagnostic (Jego, 2009). Ce monument possède en son sein une sépulture à incinération, légèrement décentrée. Cet enclos, dont la datation n’est pas encore attribuée, prouve combien ces structures peuvent être très aléatoirement préservées. Ici, le fond du fossé est très vite atteint (profondeur maximale conservée 0,22 m).

  • 3 Des enclos en position dominante sont donnés à titre indicatif : Guînes (62) diagnostic (Blondiau, (...)

17À Nonancourt, un groupe d’au moins 15 enclos circulaires occupe le lit mineur de la vallée de l’Avre. Là encore le schéma d’implantation « classique » en vallée est opérant, d’autres groupes d’enclos sont toutefois connus sur les plateaux en position dominante3. L’état de conservation du groupe d’enclos de Nonancourt (fig. 7) est très voisin des enclos d’Acquigny avec une apparition sous un très faible couvert végétal (0,30 m), dans la grave, et avec une faible profondeur préservée (0,28 m).

18Les grands espaces funéraires de l’âge du bronze mais aussi les habitats qui leurs sont associés sont bien connus dans les plaines alluviales. On retrouve fréquemment cette disposition extra régionalement notamment dans la vallée de l’Aube, sites de Veuxhaulles-sur-Aube (Côte d’Or), Vinets – Les Grèves – (Aube), dans la haute vallée de la Seine à Barbuise-Courtavant – Les Grèves de la Villeneuve –, Marolles-sur-Seine, Les Gours-aux-Lions (Seine-et-Marne), mais aussi dans la vallée de l’Yonne à Barbey – La Haye Guyonne et Le Fief du Bac – (Seine-et-Marne).

Les enclos d’Acquigny

19Les enclos funéraires d’Acquigny sont sensiblement tous de la même proportion. Aucun d’eux n’est parfaitement circulaire. Les 6 enclos (st. 38, 39, 41, 44, 59 et 62) ont tous livré au moins une sépulture à crémation secondaire en fosse plus ou moins bien conservée. Aucun n’a livré de mobilier archéologique, hormis des restes osseux humains dans les tombes centrales et/ou périphériques. Leur diamètre extérieur varie de 5,10 m à 8 m pour le plus grand. Le module le plus fréquent avoisine les 6 m. La largeur d’ouverture des fossés observée est de 0,40 m à 1,20 m. Les profondeurs préservées vont de 16 à 30 cm. La couverture de limon gris brun, granuleux, mêlé à de la terre végétale est extrêmement faible (de l’ordre de 20 à 30 cm).

20Le sol, en apparence peu propice à la culture et inondable, a pourtant été très exploité. Il a été boisé à une période postérieure à l’âge du bronze. La découverte inattendue de cette importante nécropole nous a amené à faire des choix de terrain concernant notamment la fouille des cercles funéraires. Nous avons délibérément choisi de ne pas appliquer la méthode de fouille en quadrant et la purge exhaustive des enclos. En effet, les enclos étant avares en information de part leur faible puissance stratigraphique, nous avons décidé de les tester tous pour obtenir leur profil et la dynamique de remplissage des fossés. Il ne nous a pas été possible d’aller plus avant dans nos investigations. Cela nous a en outre permis de libérer du temps, qui a été attribué à la fouille et au prélèvement des sépultures secondaires à crémation.

Fig. 5. L’enclos 1 de la rue des oiseaux, à Louviers (27), vue d’ensemble.

Fig 6. L’enclos 1 de la rue des oiseaux, à Louviers (27), vue en coupe.

Fig 7. Vue de l’enclos 2 de Nonancourt (27).

Fig. 8. Proposition d’organisation de la nécropole en « îlot » et matérialisation d’axes de circulation (traits noirs) (DA O : F. Kliesch).

  • 4 NGF pour : nivellement général de France.

21Ces structures présentent un état de conservation assez mauvais, qui ne permet pas une bonne lecture de leur état originel. Lors du décapage mécanique, aucun élément topographique n’a été observé. Le terrain semble en effet avoir été nivelé et rien n’a laissé présager la présence éventuelle d’un tumulus. En effet, l’écart de planimétrie du nord au sud du terrain est quasi nul (il est compris entre 20,04 m et 20,18 m NGF4). Il en est de même pour la partie est-ouest (entre 19,58 m et 19,80 m). Bien qu’aucun pendage ne soit réellement perceptible, l’espace funéraire est cependant installé dans une très légère dépression ovalaire qui s’inscrit entre un petit dôme de grave à l’ouest, qui forme une « plage » vierge de toute anthropisation et le paléochenal 7 (voir présentation du site, fig. 1).

22Tous les monuments accueillent une tombe centrale. Aucun d’entre eux ne présente un recreusement des fossés ou des traces de curages, mais cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas entretenus.

Les sépultures secondaires à crémations : architecture des fosses et modes de dépôt

  • 5 « Le renouvellement de la documentation tend cependant à confirmer la prédominance des sépultures i (...)

23La crémation est le seul mode de traitement du corps présent dans faire funéraire des Diguets. Néanmoins, une structure vide (st. 28), subrectangulaire, pose la question de l’inhumation au sein de la nécropole. Nous rappelons au lecteur que l’abandon de l’inhumation au profit exclusif de l’incinération est presque une constante à l’âge du bronze final5. De même, la sépulture individuelle devient le modèle le plus souvent observé. La nécropole des Diguets réaffirme ces constantes déjà admises dans d’autres régions.

Les sépultures en « terre libre »

24Ces sépultures représentent 53 structures sur 55 tombes soit 96,36 % des dépôts. Nous précisons que ce terme est utilisé ici pour traiter de dépôts osseux brûlés qui ne sont ni dans un contenant dur (vase, pot à cuire, jatte en céramique, etc.), ni dans un contenant périssable (sac en peau, boite en bois, panier en osier, lit d’écorce, etc.). Ces structures sont également appelées dans la littérature sépultures en « pleine terre ». Ce terme de « terre libre » (utilisé aussi pour l’inhumation) prend tout son sens ici, puisque les ossements recueillis, issus du bûcher, sont déversés dans la fosse avec l’ensemble des restes provenant du bûcher (charbon de bois, silex brûlés, fragment de céramique, etc.).

25Les sépultures en terre libre sont difficiles à appréhender puisque aucun contenant ne vient préserver le dépôt des restes du défunt. À Acquigny, seule une de ces tombes possède un élément de fermeture. Il s’agit d’une grosse dalle de silex local, qui garantit à nos yeux que la profondeur du dépôt initial est conservée.

26Un débat scientifique existe quant à l’interprétation de ce type de sépulture. La littérature grise et les nombreux rapports de fouille traitent de « fosses à cendres » ou « fosses charbonneuses », ne comportant pas d’ossements ou de très rares esquilles. Nombre d’auteurs parlent de fosses de rejets de bûcher au regard du très faible taux d’ossements recueillis ou bien de leur absence. Pour nous, chaque structure est une sépulture. Nous ne sommes pas dans le cadre de fosses cendreuses ou de rejet de bûcher. En effet, le terme « rejet » implique une connotation négative ou le traitement de déchet. En outre pour une période où seuls quelques grammes d’os matérialisent la tombe, il est évident que les dépôts d’Acquigny dont la moyenne pondérale pour les sujets adulte et de taille adulte est de 270,6 g représentent bien des sépultures.

27Même si la problématique peut parfois être posée, l’intentionnalité de dépôt osseux dans des creusements, individuels pour la plupart, indique que nous sommes dans le cadre de tombes avérées.

Fig. 9. Localisation des espaces vides de la nécropole (rectangles rouges et verts) (DAO : F. Kliesch).

28Les sépultures en terre libre dont nous n’avons pas (plus) la signalétique verticale sont des tombes à part entière, et ce même s’il n’y a pas d’amas osseux constitué ou regroupé.

Architecture des fosses

29Les fosses sont toutes établies sur le même module avec un diamètre moyen de 0,40 m (de 0,16 m pour la plus petite à 0,66 m pour la plus large). Le creusement dans la grave, encore observable, est peu profond : il est compris entre 4 cm (st. 36) et 32 cm (st. 56). Les fosses contiennent un remplissage très hétérogène qui semble peu soigné ou plutôt « inorganisé ». Seules trois d’entre elles paraissent réellement complètes (st. 15, 49 et 51). En effet, le dépôt de la sépulture st. 1 5 est protégé par une dalle de silex et les six premiers centimètres (sur 32) de son comblement sont vierges d’ossements.

30Quant aux sépultures st. 49 et 51, elles sont enfouies plus profondément que les autres de la nécropole. Elles ont été trouvées lors d’un « second décapage » sur la zone nord est.

31Les creusements des 55 fosses observés ont des profondeurs conservées qui varient de 4 cm à 32 cm. Aucun d’entre eux ne possède de forme géométrique à angles saillants qui indiquerait la présence de coffre ou coffrage. Toutes les tombes sont comblées avec une partie du produit du substrat initial mêlé à un limon gris, brun ou noir, qui correspond au mélange prélevé sur le bûcher mais aussi au couvert limoneux de surface initial.

Les sépultures en vase ossuaire

32Les vases décrits ci-dessous le sont sous le vocable « urne ». En effet, il n’est pas question ici de typologie, mais d’intention funéraire. Nous retenons le geste du dépôt osseux et non pas la fonction initiale du contenant. Les termes « vases », « urnes », « pot », etc., que nous utilisons sont synonymes de contenant.

33Sur 56 tombes, seules deux structures, 1 et 33, ont livré des vases ossuaires, arasés, dont les bords et l’essentiel des panses a disparu. Le mode de dépôt en vase ossuaire est donc largement minoritaire dans la nécropole d’Acquigny. Il ne représente que 3,58 % des 56 tombes retrouvées. De très rares fragments de poteries (moins de 10) ont été rencontrés dans la terre végétale pendant le décapage de faire funéraire. Très « roulés » et délités, ils n’offrent aucun profil datant. Tous sont hors contexte stratigraphique : ce déficit de dépôt en urne ne peut être imputé à un phénomène d’arasement ou de perturbation du site. Le mode majoritaire d’ensevelissement des ossements après l’ustion est en fosse, sans vase ossuaire et sans vase d’accompagnement.

34D’autres sépultures (st. 13, 32, 34, 48, 49, 50) ont produit de rares tessons, attribuables à la période protohistorique au sens large (du néolithique à l’âge du fer).

L’urne de la sépulture st. 1

Fig. 10. Dessin de l’urne funéraire de la sépulture st. 1 (DAO : S. LeMaho).

35Cette céramique est extrêmement altérée et seul son fond et les deux premiers centimètres de la paroi ont été conservés (fig. 10). Nous avons néanmoins un indice de chronologie relative à mettre en avant sur ce lot puisque l’un des ossements donne une datation radiocarbone 14 de 2895 bp ± 35, soit une date calibrée de – 1249 à – 949 avant J.-C.

  • 6 L’étude céramique a été réalisée par X. Henaff (INRAP)

36Cette urne est réalisée selon un procédé standard. Une galette de fond plat accueille une paroi modelée. La pâte, d’apparence feuilletée, est fragile et se délite. Sa couleur brun noir est homogène, seules les faces visibles semblent plus orangées, la cuisson est oxydo-réductrice. Elle comporte de nombreuses inclusions de cailloutis et de quartz mêlés. Son fond plat est à peine débordant et sa paroi extérieure est lissée avec soin6

L’urne de la sépulture st. 33

37L’urne, à pâte modelée, a été faite sur un modèle de montage classique. Le diamètre du fond est de 14 cm. Son plus grand diamètre observé est de 18,6 cm. Sa hauteur n’est conservée que sur 5 cm.

Fig. 11. Dessin de l’urne funéraire de la sépulture st. 33 (DAO : S. Le Maho).

38Il s’agit d’une galette de fond (plat) sur laquelle le potier a greffé les parois. Le fond est légèrement débordant, il est marqué par des traces de digitation extérieure, témoin du montage de jonction entre le fond et la panse. La pâte des parois est relativement fine, elle présente un aspect feuilleté et contient de petits cailloux et des inclusions de quartz de l’ordre de 1 à 3 mm. Elle apparaît orangée sur les faces externes et internes, et noire en son centre (cuisson oxydo-réductrice). La surface externe du vase est peu ou mal lissée, de nombreuses inclusions de quartz millimétriques sont visibles sur les parois internes et externes. Aucun décor n’est présent sur cette urne très lacunaire (fig. 11).

Les 55 sépultures7

  • 7 Il existait en incluant la phase de diagnostic 2002, 57 tombes au total.

39Toutes les fosses, sauf une (st. 37), contiennent des esquilles brûlées, du charbon de bois, du silex brûlé et/ou chauffé, des nodules d’argile cuite ; certaines contiennent également de la faune brûlée et des tessons. Les ossements humains sont présents dans des proportions très aléatoires puisque le poids des restes humains est compris entre 0,1g (st. 37 et 40 et 64) et 982,3 g (st. 12). Cet aspect différent des dépôts est dû à plusieurs facteurs. Lorsque les acteurs de la crémation ont déposé les ossements, ils n’ont pas toujours pris la même proportion de restes ce qui se confirme par l’observation des dépôts (tableau 1). Par ailleurs le nombre d’individus n’accroît généralement pas artificiellement la masse pondérale osseuse. A contrario, plusieurs dépôts incomplets, st. 12, st. 32 et st. 11 par exemple, offrent des poids nettement supérieurs aux tombes complètes avec respectivement 982,3 g, 890,2 g et 709,9 g.

Structure

Poids (en g.)

Individu(s)

15

64,5

taille adulte

49

220,2

adulte

51

148,4

adulte+périnatal

Tableau 1. Comparaison des poids des restes osseux des sépultures complètes.

40Il semble donc à la lecture de ces informations que ce qui importe le plus aux officiants des funérailles (et aux proches du défunt ?) soit, non pas la recherche d’un regroupement complet du corps, mais avant tout un dépôt que nous qualifierons de symbolique.

41Enfin, l’on peut s’interroger sur la partie importante des restes osseux brûlés qui font défaut dans chaque tombe. Le poids moyen des restes produits par la combustion d’un corps humain est d’environ 2 882 g (Latimer, 1960), avec des variations selon les auteurs : on trouve par exemple 2 302,5 g pour les femmes et 3 418,7 g pour les hommes (poids moyens pour 3 100,5 g pour 100 individus, 50 hommes et 50 femmes) dans Seale, 1959. Cela signifie qu’avec 982,3 g (st. 12), dépôt le plus lourd, nous ne rencontrons même pas la moitié des restes attendus. Bien sûr, il est possible d’alléguer que ce dépôt est incomplet, mais alors que penser des restes présents dans les tombes complètes qui offrent seulement 64,5 g (st. 15) à 220,2 g (st. 49) ?

42Il est difficile de préjuger de ce qu’il advient de ces restes, néanmoins on ne peut s’empêcher de penser qu’ils sont répandus ou emmenés ailleurs que dans la nécropole. Ce déficit pondéral ne saurait s’expliquer simplement par des états de conservations différentiels. Nous pensons qu’une partie de la cérémonie des funérailles se traduit par une partition des restes humains du défunt. Il semble possible que le bûcher soit nettoyé et que les cendres et résidus recueillis soient jetés, dans la proche rivière par exemple. Ce geste pourrait être intentionnel.

43L’interprétation entre un nettoyage pragmatique du bûcher, ou une cérémonie livrant intentionnellement des restes du défunt à la rivière (ou ailleurs), n’est pas incompatible avec le constat fréquent de dépôts lacunaires dans de très nombreuses nécropoles. Ces hypothèses resteront bien sûr sans réponse. L’ethnologie et les pratiques funéraires actuelles en Inde et au Népal bien que diachroniques et géographiquement éloignées montrent que tout est envisageable dans le domaine funéraire.

44Les dépôts privilégient les sépultures individuelles. L’ustion est homogène, les os très bien brûlés (blancs mais non crayeux) et l’on peut dire que le (les) préposé(s) à la crémation en possède(nt) une bonne maîtrise. La masse pondérale totale recueillie est toujours (pour les adultes) inférieure au minimum attendu. Nous avons recueilli 1 1146,8 g d’ossements humains, pour 55 tombes représentant a minima 58 individus. Le poids moyen de l’ensemble des dépôts représente 202,67 g, mais l’écart type est élevé : 262,69 g. Les poids moyens observés pour les sépultures individuelles des adultes, pour les défunts de taille adulte et enfin pour le regroupement de ces deux ensembles, sont donnés dans le tableau 2.

Adulte

Taille adulte

Cumul

Poids moyen

349,27

91,88

270,62

Écart-type

276,03

99,10

263,65

Tableau 2. Classe d’âge et poids des ossements adulte et taille adulte, exprimé en grammes.

45Nous constatons que la sépulture d’adulte qui possède le moins d’ossements (st. 25)en a livré 15,7 g. La plus fortement dotée (st. 12) a procuré 982,3 g. Les restes osseux qui proviennent d’individus de taille adulte pèsent de 10,6 g (st. 21) à 285,4 g (st. 34).

  • 8 À Vignely (77), au lieu dit « La grande Pièce des Hayettes », la moyenne des dépôts est de 158,2 g (...)

46À Malleville-sur-le-Bec (Mare, 2009), le poids maximal d’ossements recueillis est de 84 g pour une tombe, avec une moyenne de 31 g. Si le site de Malleville-sur-le-Bec confirme donc l’existence de dépôts osseux de petite quantité, il faut préciser que les structures sont souvent arasées. En outre une conservation différentielle des ossements selon le sédiment d’accueil est possible. Ailleurs, en Seine-et-Marne par exemple8, les dépôts de la même période chronologique peuvent être plus conséquents.

47Le poids moyen des sépultures de sujets immatures âgés de 0 à 5 ans est de 14,57 g, avec un écart-type de 9,99 g. Le plus petit dépôt pèse 1,8 g (st. 6), le plus lourd révèle 23,8 g (st. 54). Pour les immatures, les chiffres exprimés sont sans comparaison, et par ailleurs il n’existe pas de données de référence. Néanmoins, nous tenons à les exprimer. En effet, ils démontrent que parfois un faible dépôt suffit à caractériser une classe d’âge ou l’âge approché d’un individu. Ainsi, si « avoir un bon score de détermination ne sous entend pas seulement un pourcentage important de pièces anatomiquement classées, mais plutôt la possibilité de disposer d’une argumentation ostéologique justifiant avec fiabilité l’attribution d’un fragment osseux à telle ou telle partie du squelette » (Depierre, 1995 : 59), avoir une bonne détermination pour les immatures est sans doute liée à la présence de pièces osseuses significatives (crâne et germes dentaires). Pour la classe des 10-15 ans, le poids moyen des dépôts est de 65,67 g, avec un écart-type de 87,4 g. Les dépôts varient de 1,8 g (st. 20) à 192,1 g (st. 7).

48Les sépultures multiples (doubles) qui ont été découvertes ont laissé quant à elles un poids moyen de 144,36 g, avec un écart type de 77,92 g. Ces trois sépultures (st. 8, 51, et 61) ne permettent aucune conclusion, si ce n’est que le poids qu’elles offrent devrait laisser, dans le cas d’un ramassage complet de deux individus, plus de 3 000 g. Les sépultures multiples ont été distinguées par une incompatibilité de taille des restes osseux (épaisseur des diploés et des diaphyses, stade de maturation dentaire, etc.).

49Nous le voyons, les écarts et les écarts types pour chaque groupe et pour le cumul des deux premiers groupes, montrent combien les variations sont importantes. Nous pourrions sans doute affiner ces moyennes, il n’en demeure pas moins qu’elles reflètent deux facteurs importants au sein de la nécropole. Le premier est le constat d’érosion différentiel d’une sépulture à l’autre (conservée de 0,4 m à 0,32 m), cette érosion (ou nivellement), lorsqu’elle n’a pas affecté le dépôt, n’accroît pas pour autant le poids total (dépôts de 0,1 g à 982,3 g). Le second facteur est d’ordre anthropique. Les opérateurs des dépôts osseux n’ont probablement pas harmonisé leur prélèvement par rapport à une idée préconçue, cela signifie que les restes osseux recueillis sont variables d’un individu à l’autre.

50Une fois pesés, les os identifiés sont répartis selon leur appartenance anatomique en 4 grandes catégories : crâne, tronc, membres supérieurs, membres inférieurs. Certains fragments sont trop petits pour pouvoir être déterminés. Ce problème se pose pour les fragments de diaphyses pouvant appartenir aux membres supérieurs ou inférieurs. Plus la taille des os est faible, plus le pourcentage d’os « indéterminés » est élevé. Le pourcentage de représentation des différentes régions anatomiques d’un squelette est calculé par rapport au poids total des os retrouvés, et non par rapport au poids total des os déterminés. Les résultats sont comparés aux données de référence établies dans Latimer (1960) sur 105 squelettes d’« asiatiques », non brûlés.

51L’intérêt de ces calculs est d’avoir une représentativité des différentes parties du squelette et de mettre en évidence une sur ou sous-représentation de certains segments témoignant des différentes manipulations post-crématoires. Nous rappelons qu’il n’existe par ailleurs pas de pourcentage de référence établi pour les populations immatures, et par définition pour le groupe « indéterminé ». En ce qui concerne la population « adulte », les régions sont inégalement représentées (tableau 3).

Moyenne des % de determination

Écart-type

 % de référence

Crâne

12,3

8

20,4

Tronc

1,9

2

17

Membres supérieurs

7,6

6,8

17,6

Membres inférieurs

12,6

7,8

45

Os indéterminés

65,6

14,2

*

Tableau 3. Moyenne des pourcentages de représentation par région anatomique de référence pour les défunts adultes et de taille adulte.

52Le crâne est sous-représenté mais, si l’on se réfère à l’écart type (ajout de ce dernier), cette région correspond parfaitement à 0,1 g près à la référence habituelle. Le tronc est largement sous représenté ce qui est également le cas des membres inférieurs. Les membres supérieurs sont eux aussi sous représentés, néanmoins, comme pour le crâne, si l’on accepte l’écart type supérieur ajouté à la moyenne, alors il devient très proche de la référence (déficit de 3,2 %).

53En conséquence, nous avons observé qu’il n’y a pas de choix de région anatomique effectué lors du prélèvement. Nous pourrions être enclins à penser à l’aide des écarts types (supérieurs) que le crâne et les membres supérieurs sont les plus proches des pourcentages de référence, mais nous refusons de surinterpréter ces chiffres et maintenons qu’il n’y a aucun secteur osseux privilégié dans les dépôts des Diguets. Cela confirme par ailleurs la méthode de collecte.

Les défunts

54La bonne conservation des ossements et esquilles brûlés du site des Diguets, exceptionnelle en Haute-Normandie pour cette période, est un facteur très intéressant pour l’approche démographique des individus accédant à la nécropole.

  • 9 60 individus si l’on prend en compte la phase de diagnostic.

55En effet, outre la très faible représentation de grands groupes funéraires dans la région haut-normande, cette période chronologique n’est pas propice à la conservation de dépôts osseux importants. Les restes osseux nous renseignent sur le nombre et la classe d’âge de la plupart des individus. Certains groupes de population, notamment la tranche périnatale, les infans et les jeunes adolescents sont souvent absents dans les nécropoles à incinération. Les explications sont nombreuses (fragilité et conservation différentielle des restes des plus jeunes, hypothèse souvent posée de l’exclusion de ces derniers de la crémation). Inévitablement, même avec 58 défunts9, l’échantillon ne permet d’avoir une vision que partielle de la population.

Le recrutement de la nécropole

56La nécropole des « Diguets » a livré, en 2007, 55 tombes qui représentent 58 individus. De plus, deux des quatre tombes trouvées en diagnostic en 2002 sont étudiées ici (st. 13 et st. 14). Les deux autres ont livré quelques grammes d’ossements brûlés qui sont d’aspect et de taille adulte (calvarium). Leur localisation exacte ne nous est pas parvenue, aucune indication sur les fosses n’a été consignée. Cela porte le nombre de tombes à 57, soit 60 individus (NMI). La répartition par classe d’âge n’a pas toujours été possible (11 sujets indéterminés), nous avons néanmoins les données suivantes à notre disposition.

57Les adultes représentent 28 individus, les défunts de taille adulte sont au nombre de 9, ce qui fait un total de 37 individus adultes sur 60. Dans ce groupe, seul un défunt sur 25 a été identifié comme « adulte mature ». Les immatures sont plutôt bien représentés puisqu’ils sont 11 au total. Le nombre de défunt pour lequel il n’a pas été possible de proposer d’âge est relativement bas, 9 cas, auxquels il faut ajouter les 2 individus de la phase de diagnostic.

58Ces chiffres allèguent donc que les restes d’adultes et d’individus de taille adulte sont les plus nombreux. Ce fait prévaut très souvent pour les nécropoles à crémation. Ce pourcentage est un minimum observé. D’autres adultes et individus de taille adulte sont sans doute présents dans le corpus de sujets « indéterminés ». Des conservations sans doute meilleures des ossements et une meilleure reconnaissance des restes (pièces synostosées par exemple), ainsi qu’un poids référent plus important permettent une meilleure identification de cette classe d’âge.

59Les adultes matures, dont nous n’avons qu’un seul cas identifié, affichent un déficit qui implique deux conclusions. Soit ils ne sont pas reconnus (absence de pathologies dégénératives liées à l’âge, absence de sutures crâniennes complètes, etc.), soit l’espérance de vie est courte pour la population locale de cette période.

60Les adultes jeunes sont plus nombreux avec 4 cas. Peut être sont-ils mieux identifiés, leur représentation n’est pas vraiment significative.

61Enfin, il reste 20 individus adultes pour lesquels nous ne sommes pas en mesure d’affiner l’appartenance à un groupe de défunts plus jeunes ou plus âgés. À ces derniers, viennent s’additionner 9 individus « de taille adulte » pour lesquels l’étude ne peut pas être épurée.

62En conséquence nous dirons que les adultes et les individus de taille adulte sont majoritaires dans l’échantillon statistique que nous offre la nécropole, cependant toutes les classes d’âge sont représentées et ont accès à la crémation et à la nécropole, que ce soit en fosse, en vase, ou sous un tumulus enclos.

La question des enfants

63Sur le site des « Diguets », 11 individus immatures ont été mis en évidence. Ce résultat a été possible grâce à l’étude de l’épaisseur de la voûte crânienne, la présence de germes dentaires et la confrontation de l’épaisseur des diaphyses. Les 11 cas représentent 18,33 % des 60 défunts et 22,44 % des 49 défunts déterminés. Ils s’articulent ainsi : deux « périnatals » (st. 8 et 51), un bébé de 9 mois (± 3 mois) (st. 56), deux immatures de « moins de 1 an » (st. 57 et 61), un immature de « moins de 2 ans » (st. 6), un enfant de « moins de 5 ans » (st. 54) et quatre enfants « âgés de 10 à 15 ans » (st. 7, 14, 20 et 58). Ce groupe d’immatures est sans aucun doute sous-représenté. Il demeure cependant très rare pour l’âge du bronze de pouvoir mettre en évidence autant d’individus immatures. En Haute-Normandie, nous ne connaissons aucun site qui en ait livré autant.

  • 10 Ce constat est valable pour toute la protohistoire.

64La situation de la population immature d’Acquigny et son traitement funéraire est parfaitement illustrée par l’étude de T. Janin (1993 : 205-206) dans laquelle il écrit10 : « Les cimetières protohistoriques à incinération livrent très peu de restes de très jeunes enfants. Ce déficit n’est pas lié à une conservation différentielle ou à un problème de détermination puisque de jeunes individus ont pu être facilement identifiés. Le recrutement de ces nécropoles est donc relativement spécialisé, les sujets les plus jeunes ne bénéficiant apparemment pas des mêmes sépultures que leurs aînés. Cependant, certains enfants ont été incinérés et déposés dans les nécropoles aux côtés des autres membres de la communauté. Parfois même, ils ont bénéficié d’une architecture funéraire similaire, quelque fois très élaborée. »

65En effet, nous retrouvons les mêmes constantes, tout d’abord le problème de « conservation différentielle » qui ne se pose pas, puisque lorsque les ossements sont présents, nous pouvons les identifier. Le déficit est sans doute essentiellement posé par l’arasement des fosses sépulcrales. Au demeurant, les immatures d’Acquigny, lorsqu’ils sont reconnus, bénéficient du même traitement funéraire que leurs aînés. Les fosses sont présentes, aux cotés d’autres individus (matures) qui sont déposés dans le même type de fosse, mais aussi au centre d’au moins deux enclos monumentaux (enclos 3, st. 44 ; et 4, st. 38). La seule différence concerne les sépultures doubles (trois cas) qui associent toujours un adulte et un immature. Avec une réserve tout de même, à savoir qu’il existe peut être des dépôts doubles au sein des individus adultes, mais qu’ils n’ont pas pu être observés (absence de doublons ostéologiques, homogénéité des épaisseurs de corticale etc.)

  • 11 « Pré-jennerienne », de Jenner, inventeur du vaccin antivariolique. Le terme de population « pré-je (...)

66À l’époque romaine, le taux de mortalité infantile (enfant de moins de 1 an) est élevé. On estime qu’il est de 200 à 400 pour 1 000. Les maladies infantiles les plus fréquentes dans les populations « pré-jenneriennes11 » sont liées à l’éruption dentaire, l’inflammation des amygdales, les aphtes buccaux, les éruptions et démangeaisons, la toux, la fièvre de chaleur, la diarrhée et les maladies infantiles d’origine virale ou bactérienne (Charlier, 2003). Ces données sont également valables pour les populations protohistoriques.

67Il est évident que l’échantillon statistique concernant les défunts immatures d’Acquigny est tronqué. Que ce soit le pourcentage total des individus retrouvés dans la nécropole (18,33 %) ou bien celui des immatures parmi les individus déterminés (22,44 %), la population infantile et enfantine est largement sous proportionnée.

Approche biologique

68Les pathologies observées sur les défunts crématisés sont rares. Le traitement destructeur du feu sur l’os (fragmentation thermique), le ringardage du bûcher, la collecte des os, l’apport éventuelle de liquide froid avant le prélèvement des os encore chaud (contraste thermique), sont autant de facteurs négatifs pour l’observation de l’état sanitaire du sujet. À Acquigny, quelques pathologies ont cependant été observées.

Fig. 12. Sur cette photographie, l’altération osseuse est très marquée (diaphyses de st. 45).

69Ainsi, l’individu de la structure st. 13 présente une anomalie au niveau du calvarium. Le diploé est fortement épaissi, alors que les tables endocriniennes et exocrâniennes sont particulièrement fines. La nature de cette pathologie peut être multiple.

70Les structures st. 8, 45 et 46 nous donnent l’opportunité d’observer une périostite localisée sur les membres inférieurs (tibia, fibula). Cette inflammation sous périostite se manifeste par un piqueté de l’os (en profondeur), associé pour la st. 46 à un délitage superficiel de la surface externe de l’os dont l’aspect exclut une action post mortem extérieure (radicelle, bioturbation, insecte, etc.) Et ce, même si « l’os et ce qu’il recèle, peut être intéressant pour les plantes. Phrase à supprimer D’ailleurs on trouve beaucoup de traces de radicelles sur les ossements animaux dans les dépotoirs archéologiques, et même dans les fonds des urnes funéraires où pourtant les os sont brûlés (Yvinec, 2009 : 286). L’altération est trop prononcée pour résulter d’une agression végétale et la crémation poussée des ossements écarte l’action d’insectes nécrophages. Nous illustrons cette agression subie par l’os (fig. 12).

71Un fait mérite d’être souligné, les défunts des tombes st. 45 et 46 appartiennent à l’un des groupes que nous proposons (au sud de l’enclos 2). Le fait que ces deux individus présentent la même pathologie tend à confirmer que le regroupement de ces deux individus n’est pas le fruit du hasard. Un lien (familial ?) est possible pour ces deux adultes. La question d’une pathologie contagieuse ou d’origine génétique mérite d’être posée.

Les pratiques funéraires

72Nous arrivons maintenant au cœur des actions qui ont généré la présence et la structuration de la nécropole. Les pratiques funéraires ne peuvent bien sur pas être appréhendées dans leur totalité. Nous rendons compte des observations que nous livre l’ensemble des indices recueillis lors de la fouille. L’analyse de l’espace funéraire, des fosses, des dépôts qu’elles contiennent donnent ainsi un aperçu de ce que devait être une partie de ces pratiques.

73À l’évidence, le traitement du cadavre avant sa crémation restera totalement ou presque non appréhendé. Sur un échantillon de 57 tombes, soit a minima 60 défunts, des pratiques récurrentes semblent se dégager.

  • 12 Nous sommes en train d’étudier le site de « la route de la forêt » au Mesnil-Esnard (76), où ce cas (...)

74Les cadavres étaient brûlés sans aucun mobilier en métal ou alliage métallique, que ce soit dans le domaine de l’habillement, de la parure, de l’armement ou celui des objets du quotidien. Cette absence est une constante au sein de cette population. Nous n’avons pas même retrouvé de gouttelettes de métal fondu dans les dépôts, sur les silex brûlés, sur les ossements12, etc. De même aucun outil taillé (flèches ou poignard en particulier), ni aucun objet de parure (collier, perles, etc., en pierre) n’a été retrouvé.

  • 13 Les offrandes secondaires sont des offrandes déposées dans la sépulture, aux côtés des os brûlés du (...)

75Notre sentiment est que les offrandes primaires et secondaires13 sont exclues des pratiques funéraires dans cette nécropole. Toutefois, l’offrande primaire peut être sous entendue par la présence d’ossements de faune brûlée dans plusieurs dépôts. Cependant, rien ne permet d’affirmer que ces restes fauniques soient des offrandes. Ils peuvent provenir d’un hypothétique repas funéraire, ils peuvent aussi participer à la symbolique d’un éventuel viatique.

76La pauvreté mobilière et l’absence de dépôt matériel sont donc consécutives à une volonté des acteurs des funérailles (cette volonté est suivie dans toutes les sépultures étudiées). À Acquigny, le défunt n’emmène rien avec lui qui appartenait à sa vie terrestre. Seul, peut-être, et avec des réserves, l’emplacement de la tombe et celle des défunts qui sont placées à ses cotés sont le reflet de son positionnement social et/ou familial. Ainsi, des couples (?), des membres d’un même groupe (?), d’une même famille (?), etc., retrouvent peut-être la place qu’ils ont occupée de leur vivant. L’aménagement en « îlot » ou « quartier » de la nécropole est le seul argument (ténu) ou lien palpable susceptible d’infirmer cette hypothèse.

La chaîne opératoire, des funérailles à la tombe

77Ce qui relève de la pratique funéraire est indissociable du modus operandi qui conduit le cadavre à sa destination finale.

78Aux Diguets, tous les défunts sont brûlés, et aucune classe d’âge ne semble exclue. Les ossements brûlés ont deux destinations : soit un contenant céramique (seulement 2 cas sur 57), soit une petite fosse accueille les restes. Les ossements ne sont pas recueillis intégralement. Le dépôt est toujours symbolique mais les quantités recueillies sont très variables. Nous ignorons ce que deviennent les fractions manquantes d’ossements brûlés.

79La collecte des ossements, qui sont mêlés aux charbons de bois, à la cendre, etc. témoigne qu’aucun traitement de type « lavage » de ces derniers n’est opéré. Même pour les deux vases ossuaires, le prélèvement s’est fait par unité (petite pelle ? panier ? poignées ?). Aucun choix n’est fait et tout ce qui est sur le bûcher finit en partie dans la tombe.

80En définitive, la tombe semble être un lieu où le défunt doit se trouver symboliquement, il n’est pas question de lui adjoindre quoi que ce soit qui lui remémore sa vie. La transition n’a pas à s’opérer par le biais d’artifices ou d’objets non périssables.

Le silex brûlé dans les tombes

81Lors de la phase de tri des refus de tamis de l’ensemble des sépultures, nous avons décidé à des fins statistiques de conserver la totalité du silex brûlé dans les tombes. Ce silex est présent dans toutes les tombes. Aucun élément taillé ou ébauché n’a été décelé sur la quantité recueillie. Leur présence renforce la lecture du geste de ramassage à l’aide d’un objet de type pelle ou panier.

Le charbon de bois

82Lors du tamisage, le charbon de bois issu des tombes a été recueilli et pesé. Il est présent à hauteur de 11,15 % dans le comblement des sépultures. L’écart type est cependant très important avec un chiffre de 36,48 %.

Les tessons erratiques

83Les structures st. 13, 32, 34, 48, 49, 50, toutes des sépultures secondaires à crémation, ont occasionné la mise au jour de tessons isolés. Ces tessons sont pour la plupart d’entre eux brûlés et surcuits. Ils mesurent moins d’un centimètre carré. Ils semblent issus du bûcher, sans que l’on puisse conjecturer de leur rôle initial lorsqu’ils constituaient un récipient intègre. Ces fragments de contenant ont été prélevés a priori accidentellement sur le bûcher, comme l’ont été les silex brûlés et le charbon de bois. Les poteries peuvent appartenir au vaisselier d’un hypothétique repas funéraire ou à un officiant, ou conducteur de bûcher, qui l’aurait jeté ou laissé tomber accidentellement sur son lieu de crémation.

84Ces tessons, sporadiquement ramassés et enfouis après la crémation proprement dite, ne possèdent aucun décor ni aucune forme culturellement attribuable. Nous donnons néanmoins à titre statistique leur poids et leur nombre dans le tableau 4 ci-dessous.

Structure

Nombre

Poids

13

1

4,1

32

1

5,5

34

1

1,9

48

2

8,5

49

5

2,7

50

7

12,5

Tableau 4. Nombre et poids en grammes des tessons erratiques par structure.

Structuration de l’espace funéraire

85Les résultats des cinq datations radiocarbone 14C montrent qu’il n’y a pas de véritable hiatus chronologique au sein de la nécropole. Les écarts de datation s’échelonnent entre 2930 ± 30 bp soit une fourchette chronologique allant de 1259 à 1024 avant notre ère (st. 31), et 2820 ± 30 bp soit une fourchette chronologique allant de 1070 à 898 avant notre ère (st. 60). Nous corroborons ce constat par le mode de traitement des sépultures et l’architecture des tombes encloses ou simples. Toutes sont élaborées sur le même modus operandi : un creusement irrégulier, avec un dépôt constitué de tous les éléments présents sur le bûcher, le tout surmonté a minima d’un monticule de terre ou de pierre. Rien n’évoque une mutation ou un changement dans faire investiguée. Les cas particuliers st. 1 et st. 33 avec des contenants céramiques obéissent au même traitement.

Distribution des tombes, organisation en îlot

86La nécropole s’inscrit dans un cadre géométrique qui forme un losange. Les enclos 1, 2, 3 et 5 sont presque totalement axés sur la bissectrice du losange. Les enclos 4 et 6 sont situés de part et d’autre de cet axe. Les tombes semblent constituées en ilots (fig. 8), auxquels se rattachent parfois un enclos, sans que cela soit une norme.

  • 14 NMI : L’estimation du nombre minimum d’individus repose sur la présence de doublons ou de pièces os (...)

87Les espaces ou carrés que nous avons reportés sur le plan sont délimités par des traits noirs. Certains choix de groupe seront peut être soumis à la critique, néanmoins le schéma organisationnel directeur nous apparaît des plus cohérents. Ainsi, les groupes constitués sont dans l’ensemble petits (maximum de 6 individus). Les groupes de 2 à 3 individus sont très fréquents (11 cas). Les dépôts doubles (NMI14 = 2) st. 8, 51 et 61, s’intègrent dans deux cas (st. 8 et 61) à d’autres sépultures, le troisième (st. 51) est isolé des trois autres groupes. Nous n’affirmons pas que les îlots constitués soient le reflet exact de la disposition initiale de la nécropole, notre démonstration concerne la distribution des tombes par groupes ou au contraire en tombes isolées. Une organisation par unité(s) de lieu(x) et cheminement(s) est flagrante. Pour exemple, les défunts des sépultures st. 45 et 46 présentent la même pathologie osseuse.

88Nous n’avons observé aucun recoupement de tombe, même lorsqu’elles sont très proches les unes des autres. Un marqueur dont nous n’avons jamais perçu de trace existait probablement. Toutes les classes d’âge ont accès aux tombes en terre libre ; en enclos lorsqu’il est possible de définir l’âge des défunts il en est de même. Les tombes en terre libre sont pratiquées sans distinction d’âge, comme celle des enclos.

89Les immatures (que nous avons regroupés dans la tranche 0-15 ans, fig. 32) sont tous, sauf un (dans la tombe centrale de l’enclos 3), dans le quart est de la nécropole, l’un d’entre eux est localisé au centre de l’enclos 4. Les tombes individuelles occupent plutôt le quart sud-ouest du cimetière.

90Partout les hypothèses de cheminement proposées (figurés par les traits noirs, fig. 8) permettent d’accéder aux tombes mais aussi de séparer les espaces « réservés ». Sans aller comparer à l’extrême la nécropole des Diguets avec un cimetière contemporain, il est évident que des espaces sont dédiés à des groupes. On observe des « paires » de sépultures séparées par un bref espace et des tombes individuelles (qui font penser à des concessions modernes). On constate aussi que chaque monument fossoyé possède une tombe centrale. Certains enclos voient aussi s’accoler des défunts. Plusieurs défunts sont parfois accolés dans un même enclos.

  • 15 Nous sommes conscients de l’anachronisme du terme usité ici.

91Il existe des espaces vides (fig. 9) représentés par des rectangles verts ou rouges. Les verts sont des propositions d’espaces, d’esplanade ou de « parvis15 » qui mènent aux enclos. Il semble qu’ils participent à l’orientation nord-sud de l’étirement de la nécropole dans la bissectrice du losange qu’elle occupe. Cette observation n’est qu’une « impression ». Contrairement aux « quartiers » de sépultures, ces espaces vides sont beaucoup plus nombreux et à notre sens sujets à caution. Il nous importe ici, non pas d’établir leur existence certaine, mais de poser la question de leur possible existence. Les espaces vides en rouge ne desservent pas de monument. Ils pourraient être des lieux dédiés aux funérailles, exposition du corps ? Ils pourraient également être le lieu d’accueil du bûcher dont nous n’avons retrouvé aucun indice ou trace. Il se peut aussi que ces vides soient le fruit de destructions de sépulture, perturbations postérieures à l’utilisation de la nécropole. Ces espaces (les verts comme les rouges, ou tout au moins une partie d’entre eux) ont peut être un rôle inhérent à l’utilisation du site lors de l’ensemble des cérémonies consécutives au décès et aux funérailles d’un individu.

92Le dernier paragraphe présente, nous en sommes conscients, des assertions qui peuvent paraître hasardeuses. Il n’est pas question ici de prétendre qu’il existe une organisation très définie de chaque espace ou îlot de la nécropole. Mais nous tenons à montrer que le positionnement des tombes entre elles, les regroupements ou écartements observés, semblent être le fruit d’une gestion de l’espace funéraire (concertée ?).

93Tous ces regroupements que nous proposons de voir comme des rapprochements familiaux, lignagers ou sociaux sont conçus sur le même modèle. Les espaces qui subsistent entre ces lots permettent de circuler d’un groupe à l’autre sans « contrainte ». Nous supposons l’existence de cheminements pérennes entre ce qui serait, transposé aux cimetières modernes et contemporains, des « carrés » ou « quartiers » de sépultures.

94Un seul élément postérieur à la nécropole, pour lequel nous ne sommes pas en mesure de proposer d’attribution chronologique, a été mis au jour. Il s’agit d’un fossé (st. 24) qui traverse le site d’ouest en est (fig. 1 et 8) et scinde le tiers inférieur sud de l’aire funéraire. Il est creusé profondément dans la grave (hauteur conservée : 1,20 m) et est entièrement comblé par des galets de grave roulée, mêlée à des limons gris et/ou bruns. L’eau (nappe perchée ?) est systématiquement apparue dès 0,40 à 0,50 m de profondeur.

95Ce fossé comblé ne figure pas sur le cadastre napoléonien. Nous ne l’avons pas perçu immédiatement lors du décapage, il est apparu au bout de quelque jours (après une forte pluie). Dans le sondage 2, quelques fragments de terre cuite architecturale (tegulae ?) étaient « piégés » dans les 20 premiers centimètres de son comblement terminal. Nous ne tenons pas pour autant ces éléments comme datant. Le seul indice fiable de chronologie est le tracé suivi par ce fossé qui contourne l’enclos 6, st. 59, alors qu’il est très rectiligne (fig. 9) sur les 92,40 mètres où nous avons pu le suivre. Même si sa présence ne semble aucunement liée à l’activité de la nécropole au cours de son utilisation, il est vraisemblablement creusé peu de temps après l’abandon du cimetière, tout du moins, il semble « éviter » l’enclos 6 qui devait encore être visible dans le paysage. La question de l’évitement peut selon nous être double : les acteurs du creusement ont-ils voulu esquiver un travail supplémentaire de manutention, ont-ils eu à l’esprit la perception d’un lieu « sacré » ou « tabou », ou bien ont-ils su pertinemment qu’ils étaient face à un tumulus ? La question reste ouverte.

96Notons que l’existence d’un enclos circulaire contourné par un fossé de parcellaire existe à Malleville-sur-le-Bec (Mare, 2009 : 62-63). Le même évitement a également été observé à Ferrière-Haut-Clocher (Leconte, 2009 : 51, fig. 40). Ce phénomène indique que les enclos peuvent parfois contribuer à modifier une partie de l’espace qui les jouxte. Nous n’irons pas, loin de là, jusqu’à dire qu’ils contribuent à l’évolution d’un parcellaire. Néanmoins, avec ces trois exemples avérés, nous savons qu’ils influent sur l’évolution du paysage.

Discussion : les enclos circulaires, entités monumentales de la nécropole ?

97Si les enclos circulaires commencent à être de mieux en mieux repérés, observés et étudiés, notamment grâce à l’apport de l’archéologie préventive, leur rôle et surtout leur sens au sein des nécropoles échappe toujours à notre perception. Les monuments funéraires sont-ils le reflet d’un statut privilégié du défunt ? Le rang social de tel ou tel membre est-il en lien avec le mode de recueillement et de protection de ses restes ? Nous serions tentés, au vu du travail important à fournir, de penser qu’effectivement seuls certains membres favorisés d’un groupe peuvent prétendre à un tel dispositif, sans doute le fruit d’un effort de travail collectif. Pourtant, à Acquigny, aucune tombe ne suscite l’impression d’une quelconque ostentation. Les dépôts ne sont pas plus structurés ou plus riches en dehors ou au centre des enclos. Le prélèvement osseux, le geste du collecteur d’esquilles, est partout le même. Les ossements ne sont jamais « lavés », les restes du (des) défunt(s) sont intimement mêlés à ceux du bûcher (charbon de bois, silex brûlé, nodules d’argile cuite, cendres, etc.). Aucune tombe n’indique non plus de choix d’ordre anatomique d’enfouissement des restes de l’ustion.

98Au-delà même du traitement des restes osseux, aucune classe d’âge ne prévaut non plus au centre des tombes encloses. Cette observation doit être cependant pondérée par le fait que seules 2 des 6 tombes au centre des enclos permettent de donner un âge aux défunts. En effet, on retrouve au centre des enclos deux immatures et quatre défunts dans la « catégorie indéterminée ». Il semble que ce que nous présupposons parfois pour des tombes « plus riches » ou plus somptueuses ne sont peut être que le reflet de pratiques sociales, cultuelles ou religieuses que nous ne connaissons pas.

99Les enclos d’Acquigny n’infirment en rien que ces tombes sont privilégiées. L’absence de mobilier est la même que pour toutes les tombes de la nécropole. La nature humaine conduit parfois à faire des choix qui excluent toute logique. Il est, à notre sens, indispensable de ne pas prêter des valeurs primordiales à ces structures de manière hâtive, même si a contrario, à Acquigny, elles semblent partager et structurer l’espace par rapport à leur axe médian.

Où est le village ?

100Avant de conclure sur les enseignements livrés par le site et les questions que pose la nécropole, nous tenons à aborder un dernier point capital. Si les bûchers funéraires font défaut, un autre élément, majeur celui là, n’a malheureusement pas été retrouvé.

101Où se trouve le village dont dépend l’aire funéraire ? Évidemment, nous n’avons pas la réponse à cette question et nous le regrettons. Les parcelles adjacentes à la nécropole (les Diguets, parcelles OH 204 et lieu-dit La Noé, OH 208 et OH 209) ont été étudiées (fig. 2) dans le cadre d’un diagnostic lié à l’implantation d’une carrière (Roudié, 1993), puis dans le cadre d’une fouille (Aubry, 2001) et lors d’un nouveau diagnostic en 2002 (Biard, 2002). Il n’y a donc a priori plus qu’à l’ouest de la nécropole que le village, s’il a laissé des vestiges, perceptibles peut se situer. Cet emplacement serait par ailleurs le point le plus haut du secteur puisqu’à l’ouest s’amorce la pente qui monte en direction du « bois du hom » (fig. 4).

Conclusion

102Le cahier des charges scientifique de l’opération privilégiait le traitement de locus préhistorique. Si nous nous attendions à trouver d’éventuelles incinérations en pleine terre, nous n’avions pas anticipé la découverte d’une importante nécropole organisée. Les résultats existent au-delà de nos attentes pour plusieurs motifs.

103La nécropole d’Acquigny est un nouveau jalon posé dans la compréhension de la gestion et du traitement des défunts au bronze final en Haute-Normandie. La chaîne opératoire, la population, la structuration des tombes simples et des monuments plus complexes, l’environnement topographique, ont pu être attentivement observés. Tous ces éléments nous permettent d’obtenir une représentation concrète de l’activité qui eut lieu autour des défunts à cette période.

104Aux Diguets, nous n’avons que des témoignages du geste récurrent de ramassage des ossements brûlés des défunts. Ce geste témoigne néanmoins de plusieurs intentions qui participent sans doute au rituel. Ainsi, aucun choix anatomique n’est fait. Lors de la collecte, le poids des reliques ou la taille des os n’a pas d’importance aux yeux du ou des acteurs de ce ramassage. Les restes osseux ne sont pas séparés des autres éléments présents sur le bûcher (silex brulé, charbon de bois, tessons, cendres, argile cuite, etc.). Enfin, le prélèvement se fait sans doute avec un outil (petite pelle ?) ou un contenant (vase ? vannerie ?), puisqu’il permet de recueillir des pièces millimétriques (os de l’oreille, germes dentaires, etc.) dans la tombe. L’ensemble de la population, sans distinction de classe d’âge, a accès à la nécropole. Nous relativiserons cette dernière donnée en ce qui concerne la répartition par sexe. En effet, aucune diagnose sexuelle n’a pu être établie.

105La structuration des tombes simples est réduite à sa plus primitive expression. Aucune d’entre elles n’ayant fait l’objet de recoupement, nous pensons qu’elles étaient signalées ou émergeaient en partie du sol. Il ne nous reste qu’un creusement, souvent peu profond, sans aménagement (absence de dalle de calage et ou de couverture, sauf pour une sépulture). Le fond de fosse peut être indifféremment plat, en cuvette ou irrégulier. Le traitement des bords de fosse (moins appréhendable de part la nature du substrat sujet à l’effondrement ou au tassement) est lui aussi inégal, droit ou incurvé. Quant à la partie sommitale de la fosse, nous ignorons si elle était constituée d’un tertre de terre, d’un petit monticule de cailloux, ou si elle était pourvue d’un dispositif périssable (poteau, abri, trophée, etc.). Enfin, nous pensons qu’elles étaient disposées et regroupées en îlot. Ces groupes sont peut être le témoignage de regroupements familiaux au sens large – la famille et ses proches (fig. 8 et 9).

106Les monuments plus complexes (enclos fossoyés) semblent accessibles à toutes les classes d’âge. Ils ne diffèrent pas d’un point de vue fonctionnel des simples fosses voisines. Cependant, l’architecture complexe de ces monuments les distingue des simples creusements sépulcraux. Le fossé circulaire ou tout du moins curviligne ainsi que les fosses accueillant les défunts sont les seuls vestiges qui restent à notre disposition.

107Néanmoins nous constatons qu’ils sont presque toujours présents dans les nécropoles de l’âge du bronze, et des périodes antérieures et postérieures. Ne sont-ils pas simplement des marqueurs dans le paysage ? Ne montrent-ils pas l’attachement d’un groupe à un ou plusieurs défunt(s) par le biais d’une réalisation monumentale ? Sont-ils vraiment des monuments ostentatoires ? Prouvent-ils l’existence d’un rang social ?

108L’environnement topographique est très vraisemblablement un choix qui dicte l’implantation d’une nécropole. Trois facteurs récurrents semblent défendre ce constat. La nécropole est située sur un lieu de passage facilité (fond de vallée). Elle est entourée par des points hauts qui permettent (peut-être) de la voir de loin et de marquer le paysage. Elle est à proximité immédiate d’un cours d’eau, ce qui pose la question d’un rituel lié à cet élément. Tous ces facteurs se perçoivent seuls ou bien combinés dans les nécropoles régionales et extra régionales déjà citées.

109Notre région se situe à l’âge du bronze final, dans l’entité culturelle du complexe Bronze Atlantique. Il apparaît que les populations du département actuel de l’Eure ne sont pas totalement inclues dans ce courant. La question des affinités culturelles de ce type de nécropole avec le domaine Atlantique mais aussi les cultures voisines, en particulier, connaîtra probablement de prochains développements à l’occasion de comparaisons issues des données de fouilles présentes et futures. La nécropole des Diguets apporte un début de réponse à l’observation de la population au sein d’une nécropole de l’âge du bronze en Haute-Normandie. Elle permet d’appréhender la surface dédiée à une aire funéraire, l’organisation interne de cette nécropole et le type de population par classe d’âge. Les pratiques et gestes récurrents mis en évidence livrent à l’échelle régionale des données nouvelles, qui permettront des comparaisons extra territoriales plus vastes. En ce sens, la nécropole d’Acquigny est à la frontière de plusieurs courants culturels. Pour la Haute-Normandie, elle en est sans doute le meilleur témoin archéologique qui nous soit parvenu à ce jour.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B., Biard M., Roudié N. (2001) – Acquigny (27) « les Diguets » (27 003 005 et 27 003 041). DFS de fouille préventive, AFAN Grand-Ouest, novembre.

Biard M., Beurion C. (2002a) – Acquigny (27) « les Diguets, La Noé ». Compagnie des sablières de la Seine, rapport de diagnostic archéologique INRAP, octobre-décembre.

Biard M., Beurion C. (2002b) – Acquigny (27) « les Diguets ». Compagnie des sablières de la Seine, rapport intermédiaire de diagnostic archéologique, INRAP, Ministère de la Culture, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, octobre.

Blondiau L. (2001) – Notice. Bilan scientifique 2001. Direction des affaires culturelles du Nord – Pas-de-Calais, Service régional de l’archéologie, p 120.

Blondiau L. (2004) – Rapport de diagnostic archéologique « Nouvel hôpital » de Pont-de-Metz et Salouël, Somme, 2004. <http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Sites-archeologiques/p-917-Nouvel-Hopital.htm>

Buchet L., Séguy I. (2002) – La paléodémographie : bilan et perspectives. Annales de démographie historique 2002, 1, p. 212.

Carozza L., Marcigny C. (2007) – L’âge du bronze en France. Paris, La Découverte, p. 107 et 109.

Charlier P. (2004) – La mortalité infantile : données paléopathologiques. Maternité et petite enfance dans l’antiquité romaine, Gourevitch D., Moirin A., Rouquet N. dir. Catalogue d’exposition du Muséum d’histoire naturelle, 6 novembre 2003 — 28 mars 2004, Bourges, p. 98-101.

Delattre V., Lanchon Y. (1995) – La nécropole à incinération de Vignely « La grande Pièce des Hayettes. Rapport de sauvetage archéologique AFAN, p. 23-70 et fig. 54.

Depierre G. (1995) – Les pratiques funéraires gallo-romaines liées à l’incinération. Apports spécifiques de l’ostéologie, de l’archéologie et de l’ethnologie. Mémoire de DEA, Dijon, p. 59.

Duchaufour P. (1977) – Pédologie et classification. Paris, Masson, 477 p., 92 fig.

Duday H. (1987) – La quantification des restes humains. Application à l’étude des sépultures à incinération ou des différentiels autres que la conservation. Actes de la table ronde RCP 742 du CNRS, Saint-Germain-en-Laye.

Gaudefroy S., Le Goff I. (2004) – La nécropole du début du bronze final de Verneuil-en-Halatte (Oise). Revue archéologique de Picardie, 1-1, p. 19-32.

Grévin G. (2004) – L’étude des crémations sur bûchers. Archéologia, février, p. 44-51.

Janin T. (1993) – Âge au décès et « statut social » dans les sépultures à incinération du premier âge du fer languedocien : première approche. Bulletins et mémoires de la société d’anthropologie de Paris, vol. 5, 5-1-2, p. 205-206.

Jego L. (2009) – Louviers, rue des oiseaux. Rapport final d’opération INRAP, septembre, p. 9, 20 et fig. 11.

Kliesch F. (2009) – Nonancourt (27), future station d’épuration. Rapport de diagnostic INRAP, octobre, p. 36.

Latimer H. B., Lowrance E. W. (I960) – Relative weights and lengths of the bones from 105 human skeletons from Asia. The Anatomical Record, vol. 137, 2, juin, p. 119-125.

Le Borgne J.-N., V., Dumondelle G. (2005) — Notice. Bilan scientifique 2005. Direction des affaires culturelles de Haute-Normandie, service régional de l’archéologie, p. 45.

Leconte E. (2009) – Ferrières-Haut-Clocher, rue sainte Catherine – rue des Moutiers, Lieu dit : Le Gériot. Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique no 2008.004. Mission archéologique du département de l’Eure, avril, p. 45, fig. 2, 3 et 40.

Marcigny C. (2006) – Guichainville et le vieil Evreux (Eure) « le long Buisson ». Rapport final d’opération INRAP, section 2, vol. 3, p. 201-210.

Mare E. (2009) – Le village de l’âge du bronze final du buisson du Rui à Malleville-sur-le-Bec (Eure). Rapport final d’opération INRAP, décembre, p. 75.

Masset C. (1982) – Estimation de l’âge au décès par les sutures crâniennes. Thèse de sciences, Paris, 301 p.

Mordant C. (1999a) – L’émergence de la société du Bronze. L’âge d’or de l’âge du bronze, les vallées de la Seine et de l’Yonne aux XIIIe et XIIe siècles avant J.-C. Catalogue de l’exposition du Musée municipal Paul-Dubois de Nogent-sur-Seine et du Musée de préhistoire d’île-de-France, Nemours, p. 18-25.

Mordant D. (1999b)-Des vallées fertiles et accueillantes. L’âge d’or de l’âge du bronze, les vallées de la Seine et de l’Yonne aux XIIIe et XIIe siècles avant J.-C. Catalogue de l’exposition du Musée municipal Paul-Dubois de Nogent-sur-Seine et du Musée de préhistoire d’Ile-de-France, Nemours.

Prost D., Biard M. (2001) – Muids « Le Gorgeon des Rues » (Eure). Document final de synthèse d’évaluation. AFAN, 26 p., 33 fig.

Riquier C., Giligny F., Lepert T. (2005) – La Seine de Rouen à l’ouest parisien, peuplement de la vallée et des plateaux du néolithique à l’âge du fer. Premiers résultats. Direction des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, Petit-Quevilly.

Roger J. (1996) – La gestion d’une nécropole à incinération : choix de fouille et de prélèvement dans l’opération préventive de la nécropole du Causse à Labruguière (Tarn). Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 8, 8-3-4, p. 237-244.

Roudié N. (1993) – Acquigny, sondages « la Noë-Les Diguets », Projet d’ouverture de carrière. Document final de synthèse INRAP, opération 888.

Seale R. U. (1959) – The weight of the dry fat-free skeleton of American Whites and Negroes. Raymond Ulric Seale American Journal of Physical Anthropology, vol. 17, 1, p. 37-48, mars 1959.

Yvinec J.-H (2009) – Étude archéo-entomologique de quelques restes d’insectes issus d’un sarcophage en plomb gallo romain d’Évreux (Eure). Pluton-Kliesch et al., La nécropole antique du Clos au Duc, d’Évreux. Document final de synthèse de fouille archéologique préventive, juin, vol. 1.

Notes

1 Auxquelles nous additionnons 2 des 4 sépultures du diagnostic de 2002.

2 « La pesée fournit un paramètre beaucoup plus fiable que le décompte des morceau » (Duday, 1987).

3 Des enclos en position dominante sont donnés à titre indicatif : Guînes (62) diagnostic (Blondiau, 2001). Pont-de-Metz et Salouël (80) diagnostic (Blondiau, 2004).

4 NGF pour : nivellement général de France.

5 « Le renouvellement de la documentation tend cependant à confirmer la prédominance des sépultures individuelles, le développement de vastes nécropoles ou la part croissante de l’incinération à la fin de l’âge du bronze » (Carozza, 2007 : 107).

6 L’étude céramique a été réalisée par X. Henaff (INRAP)

7 Il existait en incluant la phase de diagnostic 2002, 57 tombes au total.

8 À Vignely (77), au lieu dit « La grande Pièce des Hayettes », la moyenne des dépôts est de 158,2 g (Delattre, 1995).

9 60 individus si l’on prend en compte la phase de diagnostic.

10 Ce constat est valable pour toute la protohistoire.

11 « Pré-jennerienne », de Jenner, inventeur du vaccin antivariolique. Le terme de population « pré-jennerienne » est appliqué à l’ensemble des populations qui présentent des conditions d’hygiène identiques à celles des populations antérieures à l’introduction de la vaccination et supposées proches de celles des populations archéologiques.

12 Nous sommes en train d’étudier le site de « la route de la forêt » au Mesnil-Esnard (76), où ce cas de métal fondu sur les ossements a été observé.

13 Les offrandes secondaires sont des offrandes déposées dans la sépulture, aux côtés des os brûlés du défunt : offrandes alimentaires (pain, galette, restes de faune, de fruits, etc.), dépôts de vases, d’éléments de parure, d’éléments de costume ou d’armement, de boîtes ou de coffrets contenant des vêtements ou tous les éléments précités. Cette courte énumération est loin d’être exhaustive.

14 NMI : L’estimation du nombre minimum d’individus repose sur la présence de doublons ou de pièces osseuses incompatibles, soit par la maturité des os, soit par leur robustesse. Cette donnée consiste à déterminer le nombre d’individus déposés dans une sépulture à incinération.

15 Nous sommes conscients de l’anachronisme du terme usité ici.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Acquigny, Les Diguets : superposition des tranchées des campagnes de diagnostic de 1993 et 2002 et de La fouille de La nécropole (2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 2. Vue d’ensemble de la nécropole en cours de fouille, les comblements des fosses sont prélevés en intégralité.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3. La nécropole dans son environnement en octobre 2007.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4. Localisation de la nécropole dans son environnement géographique et topographique, d’après IGN (DAO : S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 5. L’enclos 1 de la rue des oiseaux, à Louviers (27), vue d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig 6. L’enclos 1 de la rue des oiseaux, à Louviers (27), vue en coupe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig 7. Vue de l’enclos 2 de Nonancourt (27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 8. Proposition d’organisation de la nécropole en « îlot » et matérialisation d’axes de circulation (traits noirs) (DA O : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 9. Localisation des espaces vides de la nécropole (rectangles rouges et verts) (DAO : F. Kliesch).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Fig. 10. Dessin de l’urne funéraire de la sépulture st. 1 (DAO : S. LeMaho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 11. Dessin de l’urne funéraire de la sépulture st. 33 (DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 12. Sur cette photographie, l’altération osseuse est très marquée (diaphyses de st. 45).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6911/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search