Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Une occupation du Tardiglaciaire Alizay-Igoville (Eure)

A settlement from the Late Glacial period, Alizay-Igoville

Bruno Aubry, Aminthe Tomann, Miguel Biard, Céline Bémilli, Valérie Santiago-Lara, Vincent Tessier, Pauline Petit et David Honoré

Résumé

Des sondages réalisés sur 37 ha à Alizay-Igoville ont permis d’identifier des vestiges d’une occupation du Tardiglaciaire, couvrant plusieurs phases du Mésolithique, ainsi qu’une grande partie des cultures du Néolithique ancien, moyen et final, avec plus particulièrement la découverte inédite de céramiques de La Hoguette et d’un ensemble architectural du chasséen. À signaler également, quelques lambeaux de sols attribués au bronze final/premier âge du fer et deux sépultures au Moyen Âge.

Entrées d'index

Texte intégral

1L’opération archéologique, prescrite par le service régional de l’archéologie, a été motivée par l’agrandissement de la carrière Lafarge Seine-nord sur ce secteur de la basse vallée de la Seine à la confluence Seine-Eure (fig. 1). Une première campagne de sondages a permis d’identifier des vestiges d’une occupation du Tardiglaciaire, couvrant plusieurs phases du Mésolithique, ainsi qu’une grande partie des cultures du Néolithique ancien, moyen et final, avec en particulier la découverte inédite de céramiques de La Hoguette. Un ensemble architectural, remarquablement bien préservé, est par ailleurs attribué au Chasséen. Il est implanté sur la berge d’un paléo-chenal tourbeux (fig. 4). De vastes locus domestiques, au sein desquels se trouvent bâtiments, foyers, niveaux d’occupation et amas de débitage sur le toit de du paléosol sont attribués au néolithique récent/final.

2Le Bronze final/premier âge du fer est présent sous la forme de lambeaux de sols. Deux sépultures à inhumation et quelques éléments architecturaux témoignent enfin d’une fréquentation à l’époque médiévale.

3Ainsi, sur près de 37 hectares de carrière, plus de 20 hectares sont directement impactés par la présence de vestiges archéologique. La profondeur moyenne d’enfouissement de ces vestiges est de 2,50 m.

Fig. 1. Localisation du site.

Fig. 2. Implantation des tranchées de sondages.

Fig. 3. Profil géomorphologique schématique.

Méthode mise en œuvre

  • 1 Les paléosols ainsi que la stratigraphie générale du site sont décrites ci-dessous.

4L’intégralité des tranchées de sondages (fig. 2) ont été ouvertes à l’aide de pelles mécaniques de 24 tonnes munies de godet à lame lisse de 3 m de large. Les ouvertures ont été poursuivies jusqu’à l’apparition des vestiges archéologiques issus des différents paléosols1, situés entre 1,50 m et 2,40 m de profondeur. L’arrêt des sondages est interrompu dès l’apparition de la grave saine ou du moins de niveaux géomorphologiques mais également dès la rencontre d’une grande quantité de mobilier.

  • 2 Volumétrique : veut dire que bon nombre de structures, qu’elles soient creusées ou bien aménagées (...)

5L’enregistrement a été effectué de façon classique, mais renforcé par un carroyage placé dans l’axe de la tranchée ou du sondage (numéroté C-D-E sur les 3 m de largeur de la tranchée et de 1 à N sur la longueur). Il a été complété par l’indication de la profondeur d’apparition et le numéro de l’unité stratigraphique. Ponctuellement, un numéro de structure en creux ou volumétrique2 singularise la découverte.

6Nous avons conservé la même organisation et numérotation stratigraphique pour les deux phases de diagnostic de façon à faciliter les comparaisons. Dans chaque tranchée, les logs stratigraphiques ont été relevés de façon à obtenir un profil géomorphologique complet de cette partie de la vallée (fig. 3). Le décapage des tranchées et des sols a été effectué par passes fines en prenant le temps de fouiller et de coter le mobilier archéologique. Le temps de terrassement en a été naturellement allongé, mais cela a permis de récolter des éléments discrets comme des armatures microlithiques. Nous avons pris le parti de fouiller quelques mètres carrés dans chaque tranchée où le mobilier archéologique est apparu, dans le but de déterminer son état de conservation, sa concentration par mètre carré et sa position stratigraphique précise.

7Au regard de l’importance des découvertes archéologiques effectuées sur cette partie de la vallée de la Seine, les ouvertures, tranchées et sondages, ont été minimisés de façon à préserver au maximum l’intégrité des vestiges mis au jour. Ce sont ainsi près de 10 000 objets en silex taillés, plus de 5 000 tessons de céramique néolithique et plus de 4 000 restes de faune qui ont été répertoriés sur les deux opérations de diagnostic, en 2007 et 2008.

Fig. 4. Trous de poteaux marquant l’emplacement d’un habitat en limite de berge. Le sédiment tourbeux a permis la conversation de nombreux éléments organiques dont des insectes (pupes de mouches et élytre sur les photos).

Contexte sédimentaire

8L’agrandissement de la carrière est destiné à exploiter une épaisse nappe de grave, de 6 m en moyenne.

Tableau 1. Dénombrement et pourcentage des taxons identifiés par niveau.

9Les sondages archéologiques nous montrent, du nord au sud, l’évolution notoire du profil de cette partie de la vallée. Actuellement lissée, la topographie d’origine de ce secteur, antérieurement aux implantations humaines, est loin d’être uniforme. En effet, la lecture faite des différents profils relevés témoigne d’une évolution de la puissance stratigraphique selon un axe nord-sud. Un bourrelet alluvial, renforcé par la présence de blocs calcaires ou de grès correspondant à d’anciens radeaux de glace, marque le paysage par un léger bombement qui a bloqué ou piégé les alluvions. Vers le nord, une plage de grave recouverte de limon argileux beige à poupées calcaires, descend légèrement vers le fleuve. Le paléosol (fig. 3, U.S. 8) chargé en matière organique et de couleur très sombre est le fruit de plusieurs facteurs : pédogénèse, forte anthropisation humaine, activité biologique et enfin charge régulière des débordements de la Seine sous la forme de particules fines. La sédimentation s’épaissit progressivement vers le nord et le paléosol s’enfonce à près de 2,60 m de profondeur. Les sédiments sous-jacents, très argileux et fortement oxydés (pseudo-Gley) sur plus de 0,80 m de hauteur traduisent par leur aspect, l’amorce du fond d’un petit paléochenal intermédiaire, ou bien d’un marigot du aux variations successives de la nappe. Ces variations fluviatiles semblent avoir altéré le paléosol, qui se présente sous la forme d’un horizon lessivé limono-argileux, d’environ 10 cm d’épaisseur Une seconde plage, formée par des affleurements graveleux, est scellée par un limon argileux brun sur lequel des éléments archéologiques osseux, lithique et céramique sont découverts de façon récurrente.

10Le toit du niveau tourbeux est situé à 3,10 m de profondeur sous la terre végétale. Cette couche repose sur des argiles organiques et des argiles plastiques grises. À partir de 3,50 m de profondeur, un niveau de cailloutis fait suite aux argiles.

Des études complémentaires

  • 3 Les prélèvements ont été effectués par Christine Chaussé (INRAP CIF) et l’analyse des données par (...)

11Des prélèvements sédimentaires à des fins d’analyses palynologiques3, effectués sur des sédiments argilo-tourbeux provenant de paléo chenaux, nous donnent de précieuses informations sur le couvert végétal présent sur le site.

Tableau 2. Diagramme pollinique. Indéterminés exclus de la somme de base.

12L’analyse pollinique a pour objectif d’obtenir un premier spectre visant à estimer la richesse et la qualité du contenu en pollens et en spores, ainsi qu’un âge du dépôt des sédiments en se référant aux données palynologiques existantes sur l’histoire de la végétation du Bassin parisien (Leroyer, 1997).

13Les résultats sont présentés dans les tableaux 1 et 2. Un tableau reprenant la liste des taxons identifiés est par ailleurs présenté en annexe 2.

14Le spectre est caractérisé par une nette prédominance des ligneux. L’aulne est largement majoritaire, avec une fréquence relative de 57,5 % du nombre total de pollens et spores identifiés. Il est suivi par le tilleul (6,2 %), le chêne (4,5 %) et le noisetier (3,9 %). Les autres essences, dont les fréquences sont inférieures ou égale à 2 % sont le pin, forme, le saule, le lierre et la vigne. Les herbacées sont représentées par 7 taxons et un taux de 15,6 %. Elles sont composées majoritairement de Cypéracées (12,3 %). Les autres taxons herbacés ont des fréquences inférieures ou égales à 1 % : Poacées, Cichorioidées, Fabacées, Rubiacées, Apiacées et Alismacées. Les fougères (polypode, spore monolète et trilète lisse) et les mousses (sphaigne) ont des taux inférieurs à 5 %.

Le paysage végétal

15La composition du spectre témoigne d’un environnement boisé avec présence, en fond de vallée, d’une couverture hydrophile composé d’aulne, de saule et de vigne sauvage, accompagné d’une strate herbacée caractérisée par des Alismacées, des Cypéracées, des tapis de sphaignes, ainsi que des Apiacées, Rubiacées et Fabacées. Une chênaie composée de chêne, d’orme, de tilleul et de noisetier, est présente sur les sols mieux drainés des versants. Aucun taxon significatif d’activités humaines n’est présent.

Attribution bio-chronologique

16En comparant la composition des deux spectres polliniques aux données régionales sur l’histoire de la végétation du Bassin parisien (Leroyer, 1997 ; Leroyer, 2006 ; Leroyer et Allenet, 2006), une attribution bio-chronologique peut être proposée. Les spectres polliniques se rapporteraient aux palynozones régionales VII et/ou VIII. En effet, la prédominance du tilleul sur forme est significative de l’Atlantique récent. En revanche, la large représentation de l’aulne caractérise le Subboréal. Mais l’aulne peut déjà être très abondant dès la fin de l’Atlantique récent. L’absence du hêtre et de l’if, ainsi que la faiblesse des marqueurs d’activités humaines, permettent d’exclure la fin du Subboréal. Par conséquent, le dépôt des sédiments argileux organiques et tourbeux pourrait dater de la fin de l’Atlantique récent et/ou du début du Subboréal (Néolithique moyen II ou Néolithique récent/final). Cependant, compte tenu du mauvais état de conservation du matériel sporo-pollinique, de la faible diversité taxonomique des spectres et des interprétations basées sur deux niveaux, cette attribution chronologique est à considérer avec réserve.

Fig. 5. Décapage du locus 1 (tranchée 1) faisant apparaître la densité des vestiges.

L’industrie lithique

17Le diagnostic archéologique réalisé à Igoville a permis de reconnaître plusieurs occupations préhistoriques. L’étude de ces séries montre une appartenance qui s’étale chronologiquement du Mésolithique au Néolithique.

18C’est dans la première tranchée du diagnostic que sont apparues les traces de l’occupation préhistorique. Les pièces lithiques ont été mises au jour sur environ 20 m2. Lors du décapage mécanique, la qualité des produits laminaires ainsi que l’imposant format des nucléus ont permis d’établir rapidement des rapprochements avec les industries du Paléolithique supérieur. Le décapage soigné a laissé apparaître des espaces plus riches en vestiges qui ont été fouillés avec minutie et relevés en trois dimensions (fig. 5). Dans un souci de conservation du locus, la fouille a été limitée à 2 m2, ce qui a permis, avec le ramassage des pièces découvertes au décapage, d’avoir suffisamment d’informations pour corroborer l’attribution chronologique.

19L’étude porte sur 64 pièces lithiques provenant de la même couche. Il existe peu de risque pour que la série renferme des pièces intrusives. En effet, l’état physique des pièces ne semble pas altéré (absence d’ébréchures des tranchants ou d’émoussé des arêtes) et les patines sont homogènes. Il faudra attendre la fouille du locus pour s’interroger sur l’état de conservation de l’amas et détecter un éventuel mélange avec du matériel lithique non synchrone. Une rapide détermination permet de reconnaître deux types de matière première provenant toutes les deux des environs proches. On peut proposer deux types d’acquisition :
les éboulis de bas de pente du versant nord, qui fournissent un silex au cortex légèrement délavé, les alluvions de la Seine, accessibles sur le rivage, qui contiennent des blocs avec un néo cortex envahissant à la limite du galet.

20Quoiqu’il en soit, le cœur du silex est homogène, à grain fin, et présente des plages d’induration importantes qui sont souvent la cause d’accidents répétés lors du débitage.

Les intentions et objectifs du débitage

L’outillage

21Parmi les 64 pièces prélevées, on note la présence de 3 pièces esquillées et d’un grattoir. Celui-ci est réalisé à partir d’un fragment mésio-distal de lame de plein débitage régulière, fine et rectiligne. La retouche est située sur l’extrémité distale, elle est directe et soignée (fig. 6).

22Les trois pièces esquillées ont comme support des lames. Après comparaison avec les industries à pièces mâchurées de la Somme (Fagnard et Plisson, 1997) et celles du site de Calleville dans l’Eure (Biard et Hinguant, 2004), il s’agirait de lames mâchurées. Les mâchures sont lisibles sur trois lames assez trapues de belle longueur (154 mm, 145 mm et 143 mm) (fig. 7). Ces supports ont en commun un aspect robuste. Ils s’apparentent à des séquences de mise en forme ou d’entretien pour deux d’entre eux (les pièces de droite et du centre sur la fig. 7) et de plein débitage pour la dernière.

Photo 1. Grattoir sur lame.

23Les retouches sont écailleuses, profondes et souvent inverses et l’on peut parfois percevoir des traces d’abrasion.

Fig. 7. Lames mâchurées.

Fig. 8 et 9. Détail des mâchures.

La production laminaire

Fig. 10. Lame de première intention.

Fig. 11. Lame à crête.

24Les produits allongés (lames et lamelle) représentent 31 pièces de la série. Les lames apparaissent être l’objectif prioritaire du débitage. Pour les lamelles, la découverte de ce type de pièces est difficile au décapage et la fouille n’en n’a livré qu’une seule. Néanmoins, la présence de nucléus lamellaire vient étayer la présence de cette production. Certaines lames se distinguent par une grande longueur, une bonne régularité et un profil rectiligne (fig. 10). Il faut noter la présence de 2 lames à crête (fig. 11). Treize talons sont observables et montrent une préparation soignée. Ils sont principalement lisses abrasés avec parfois une abrasion soutenue qui frise le doucissage. La présence de légères lèvres sur des talons linéaires et punctiformes, des bulbes peu marqués, et une forte abrasion vers la surface laminaire, permettent de reconnaître l’utilisation d’un percuteur en pierre tendre. De plus, le profil des produits laminaires est rectiligne et on observe, lorsque la patine le permet, des ondes fines et serrées surtout en partie proximale. Parmi les 13 talons conservés, 3 sont éclatés.

Fig. 12. Nucléuslaminaire.

Fig. 13. Nucléuslamellaire.

Fig. 14. Nucléus lamellaire raccordé.

Les nucléus

25Nous avons récolté 4 nucléus, 2 lamellaires et 1 laminaire (fig. 12). Ils ont été débités sur masse centrale à partir de silex des alluvions (présence de néocortex). Ils sont bipolaires. L’angle de bord des plans de frappe est devenu très oblique en fin de débitage. Les dos ne montrent pas d’aménagement particulier excepté la présence de négatifs d’enlèvements latéraux qui correspondent aux éclats de mise en forme (crête). Le centre des dos reste cortical. L’abandon semble être lié à la perte des convexités générales ou à une trop grande réduction des supports obtenus (fig. 13). Un raccord a permis de reconstituer un des nucleus lamellaire, il présente une fracture en languette causée par un écrasement et non par le dernier enlèvement (fig. 14).

Conclusion

26Les 64 pièces du locus 1 sont assez « typées » pour autoriser une tentative d’attribution culturelle, en attendant la fouille. Elles se caractérisent par une recherche de bonne matière première,

  • une mise en forme soignée de grands volumes,
  • une production de grandes lames au profil rectiligne à partir de nucléus à deux plans de frappe opposés dès l’initialisation du débitage,
  • un débitage de petites lames et de lamelles
  • une percussion à la pierre tendre,
  • une forte abrasion des bords de plans de frappe emmenée jusqu’au doucissage,
  • un entretien soigné des convexités,
  • la présence de pièces mâchurées sur des lames robustes.

27Ces caractères permettent de dégager de nombreuses convergences avec le site de Calleville et celui d’Aquigny, qui ancrent le locus 1 dans la tradition technique belloisienne.

Le locus 2

28Le locus 2 a été appréhendé au milieu de la tranchée 3. Dans cette tranchée plusieurs vestiges de différentes périodes ont été découverts. On soupçonne quelques mélanges entre les occupations du mésolithique et celle du paléolithique. Pour éviter un amalgame entre le matériel lithique de ces deux périodes, nous avons sélectionné des pièces rassemblant des caractères techniques propres aux cultures du Tardiglaciaire. Parmi ces pièces, les nucléus, les lames ainsi que quelques pièces techniques sont aptes à livrer des informations d’ordre « techno-culturel ».

29Nous avons sélectionné 5 nucléus, 14 produits laminaires et 2 éclats. Les nucléus ont en commun d’avoir deux plans de frappe opposés avec une surface laminaire peu carénée. Un des nucléus montre un débitage alternatif frontal (fig. 1 5) avec une gestion des flancs par la confection de crêtes latérales (fig. 16).

30Les plans de frappe sont entretenus soit par des éclats qui ont pour but d’accentuer l’angle de frappe de manière ponctuelle soit par l’extraction de tablettes. L’entretien des convexités à la fois longitudinales et latérales est géré par le débitage de lames ou petites lames. Un nucléus en particulier présente, en stade de plein débitage, une « remise en forme » grâce à l’intervention d’une crête (fig. 14). L’abandon est souvent hé à une répétition de réfléchissements causés par des indurations. Deux autres pièces dévoilent une production de petites lames et lamelles. La gestion du débitage est identique à la production laminaire (fig. 17 et 18). L’objectif de cette production est le débitage de lames régulières aux profils rectilignes. Ces lames présentent souvent en partie distale un négatif d’enlèvement opposé, preuve de la gestion alternative du débitage et aussi du soin apporté à l’entretien des convexités. À l’opposé, on note aussi une préparation par l’enlèvement de micro-lamelles ou d’éclats du galbe proximal facilitant le détachement de la future lame. Les talons sont en grande majorité lisses, avec une forte abrasion ; les lames de flancs présentent au contraire des talons dièdres ou facettés. Les lames de plein débitage mesurent en moyenne 113 mm en longueur et 25 mm en largeur pour une épaisseur de 5 mm (fig. 19). Des produits laminaires plus légers semblent avoir été désirés. Il s’agit de petites lames fines aux bords parallèles dont, à ce stade de la fouille, aucune ne nous est parvenu entière.

Fig. 15. Nucléus laminaire.

Fig. 16. Dos du nucléuslaminaire.

Fig 17. Nucléus à petiteslames.

Fig. 18. Nucléus Lamellaire.

Fig. 19. Lames de plein débitage.

31Le locus 2 est un des rares locus à avoir livré des informations concernant l’objectif final du débitage. En effet, cette première sélection de pièces (locus 1) a fourni des outils, deux grattoirs, une pièce mâchurée et une armature. Il n’y a pas de doute concernant le rapprochement de ces outils avec le locus 2. Le premier élément est la patine, le second est d’ordre technologique. Un des grattoirs est réalisé à partir d’une lame de plein débitage de bonne dimension (L : 93 mm sans la partie proximale). On peut lire sur la face supérieure plusieurs négatifs d’enlèvements opposés. Les retouches sont directes et situées à l’extrémité distale du support sans aucun envahissement des bords (fig. 20). Si les nucléus lamellaires peuvent nous renseigner sur les modalités de production, on note l’absence de lamelle pour le moment. La fouille fine de quelques mètres carrés du locus 2 a occasionné la découverte d’une armature. C’est une armature microlithique d’un type assez rare, découverte pour la première fois sur le site tardiglaciare de Calleville (Eure). Cette armature est réalisée sur une lamelle de plein débitage régulière au profil rectiligne. Elle a été affectée d’une retouche directe abrupte et concave en partie distale. À l’opposé, on peut voir la naissance d’une deuxième retouche, mais malheureusement altérée par le feu, ce qui ne permet pas de confirmer le caractère anthropique de celle-ci (longueur : 19 mm, largeur : 11 mm, épaisseur de 3 mm). Cependant la comparaison avec les armatures de Calleville indique une troncature oblique concave (fig. 21).

Fig. 20. Grattoir sur lames de plein débitage et gros plan sur le front.

Fig. 21. Troncature oblique concave et vue sur la retouche.

32Le mobilier du locus 2 nous offre une vision très partielle du potentiel qui est pourtant déjà très riche en informations. Il présente des caractéristiques semblables à celui du locus 1. On peut noter, en priorité, des modalités de taille identiques (débitage à partir de deux plans de frappe opposés à la pierre tendre et production de lames et petites lames régulières au profil rectiligne). Associée à la technologie, la découverte d’une armature comparable à celle du site de Calleville nous incite à proposer une attribution aux cultures de l’extrême fin du Paléolithique supérieur. Afin de consolider cette hypothèse, il est important d’effectuer des comparaisons avec les découvertes régionales.

33Plusieurs témoins de l’extrême fin du Paléolithique supérieur, et plus particulièrement de la culture du Belloisien, ont été reconnus ces dix dernières années dans le département de l’Eure. Le gisement d’Acquigny, « Les Diguets », « La Noé » représente à l’heure actuelle le site le mieux documenté et se distingue par une série de quatre locus disséminés le long d’un cours d’eau, à proximité de ressources de matières premières de bonne qualité (Roudié, 1993 ; Aubryet al., 2001 ; Biard et Beurion, 2003). Le débitage est orienté vers la production de grandes lames, de petites lames étroites et de lamelles au profil rectiligne, détachées à l’aide d’un percuteur en pierre tendre. On note cependant deux schémas opératoires différents. Le débitage laminaire et lamellaire est en majorité réalisé à partir de nucléus sur masse centrale à deux plans de frappe opposés, installés dès l’initialisation du débitage. La mise en forme de ces volumes peut être très élaborée (création de crêtes postérieures et antérieures) comme très limitée (utilisation des courbures naturelles). Il existe une grande variabilité dans l’angulation des plans de frappe. Le deuxième schéma opératoire, dédié à la production lamellaire, s’individualise par l’utilisation de volumes au potentiel parfois très limité. Les supports de nucléus sont de gros éclats de mise en forme ou des cassons gélifs. L’installation des convexités est simplifiée et consiste à rallonger une nervure guide parfois naturelle par l’usage d’une crête partielle qui peut, dans certains cas, n’être qu’une légère abrasion du dièdre. Les plans de frappe sont le plus souvent perpendiculaires. L’outillage est quasi inexistant, hormis deux éléments mâchurés, et aucune armature n’a été exhumée.

Une sépulture du mésolithique ? (structure 9)

34Découverte à la base du paléosol U.S. 8 (fig. 22), la fosse est entièrement creusée dans l’encaissant, il s’agit d’un limon beige grumeleux (marqué par des poupées calcaires, U.S. 9) Le creusement de la fosse sépulcrale se distingue très légèrement par une coloration plus grise d’un limon légèrement argileux. L’individu est déposé dans une fosse ovale, d’environ 0,50 m de large et 0,80 m de long, orientée sud-ouest – nord-est. La faible profondeur de la fosse conservée dans le substrat (0,20 m) a entraîné le bouleversement d’une partie du corps lors du décapage mécanique.

35Aucun mobilier n’a été retrouvé dans la fosse, mis à part un fragment d’ossement de faune, non identifié, à la place de la cheville gauche.

Traitement du corps

36L’individu est inhumé dans une position de forte contrainte. Destiné à être déposé dans un espace restreint (fosse de petites dimensions), le dos et le bassin sont à plat sur le fond de la fosse, occupant la majeure partie de l’espace au sol. Les membres inférieurs, eux, sont extrêmement ramassés sur eux-mêmes avec une hyper flexion des genoux dans un espace qui n’excède pas 0,20 m en longueur. Les fémurs sont en position verticale, le fémur droit probablement posé sur la paroi sud-est et le membre inférieur gauche peut être posé sur le membre inférieur droit. Les pieds sont placés vers la gauche, près du bord nord de la fosse.

37Le crâne se trouve posé face contre la cage thoracique, sa face d’apparition étant postéro-latérale droite. Il était peut-être en élévation contre le bord sud-ouest de la fosse.

38La plupart des connexions anatomiques sont maintenues. L’articulation temporo-mandibulaire est en connexion stricte. Le rachis thoracique et lombaire est connecté. Les métatarsiens gauches semblent en connexion anatomique. En revanche, la partie distale de l’avant-bras gauche est déconnectée.

39L’ensemble de ces informations plaide, en contexte vide de décomposition, en faveur d’un espace très réduit fermé par des parois en matériaux périssables au sud-ouest et au nord-ouest du cadavre. L’apposition des régions anatomiques droites (coude, fémur) sur le bord est de la fosse et l’emplacement du pied gauche à plat et près du bord nord-ouest laissent penser à la présence d’un dépôt d’objets ou de denrées volumineuses.

Détermination du sexe et de l'âge

40Cet individu ne présente pas une assez bonne conservation osseuse après lavage pour permettre une diagnose sexuelle à partir de la mesure ou de l’observation des os coxaux. Toutefois on peut estimer un sexe féminin à partir de l’observation du bassin. Cet individu présente une très grande gracilité et des os longs de petite taille. L’observation des caractères crâniens présents (glabelle, menton et mastoïde) témoigne également d’une très importante gracilité qui confirme l’hypothèse d’un individu de sexe féminin. L’âge estimé du sujet peut être situé entre 18 et 22 ans.

Fig. 22. Sépulture (Mésolithique ?) et dessin restituant la position du défunt (dessin S. Le Maho, INRAP).

Le Néolithique moyen

41La surface concernée par l’occupation est d’environ 24 000m2 et les vestiges archéologiques se présentent sous deux formes. La première, au sein de l’U.S. 8, renferme un grand nombre de témoins lithiques et fauniques. La seconde est marquée par la présence de structures en creux ou directement aménagées sur le sol d’occupation.

Fig. 23. Restes de petits animaux et d’ischyofaune associés à des tessons chasséens.

Fig. 24. Foyer circulaire du Néolithique final. Ce foyer, d’1,20 m de diamètre, est en partie scellé par un amas de délitage. Sur la photo du bas, couronne de blocs de craie qui semble marquer un calage de poteau.

42L’une de ces structures a livré, fait extrêmement rare, des restes d’icthtyofaune associés à des tessons chasséens (fig. 23). Elle est installée tant le long de la paléoberge de la Seine que sur le dôme graveleux, ce qui n’est pas sans rappeler les occupations de berges comme ceux de Bercy, à Paris, ou plus près de nous, « La Villette » à Louviers (Eure). Il semblerait que nous ayons une occupation intense, au regard de la quantité de mobilier issu de ces deux phases et des quelques structures domestiques identifiées.

Le Néolithique final/Campaniforme

43Il apparaît sous la forme d’ensembles archéologiques limités dans l’espace et peu structurés. Le mobilier archéologique est découvert à 1,50 m de profondeur, sur le toit de l’U.S. 8, limon alluvial brun-noir, dont la matrice est légèrement argileuse. Cet horizon, dans lequel on rencontre un grand nombre d’escargots, est constitué par un comblement d’alluvions très chargé en charbons de bois. Sa limite supérieure est marquée par un fin liseré de charbon qui suggère qu’un « écobuage » a pu survenir lors de cette période. Plus au nord, l’U.S. 8 est moins épaisse mais présente toujours les mêmes caractéristiques sédimentaires avec cependant, une teneur en argile plus importante liée à la proximité de paléochenaux.

44Le néolithique final se distingue par des aires de débitage et de façonnage, d’importants foyers (fig. 24) et des niveaux d’occupations très riches en mobilier archéologique, notamment céramique, dans lequel on identifie en particulier de la céramique appartenant à la culture campaniforme. Celle-ci s’illustre par des décors de cordelette ainsi que par des vases à cordons horizontaux et des languettes de préhension. Un gobelet présente, sur sa partie haute, des lignes à motifs au peigne. Ce type de vase est connu sur les sites de Poses, le « clos Saint-Quentin » (27) et aussi au lieu dit « Les Florentins » (Noël, 2008). Il faut signaler également la présence de formes hautes en pâte orangée, qui s’apparentent bien souvent à des bouteilles. Elles sont soulignées au niveau de la lèvre et du col par un cordon lisse.

45Cette période livre une industrie lithique d’éclats, obtenus à partir de galet alluviaux. Les supports servent à l’élaboration d’outils de type grattoir denticulé mais aussi de grandes pointes. Un micro denticulé est à signaler, associé à des fragments de hache polie en silex.

Le premier âge du fer

46Il est marqué par la découverte d’un important niveau de mobilier archéologique constitué essentiellement de céramique, de quelques restes de faune et d’une fibule en fer. Le mobilier est issu de l’U.S. 4. Nous avons décidé de ne pas fouiller ce secteur car les informations recueillies lors de l’ouverture des sondages étaient conformes avec les connaissances acquises lors de l’opération réalisée en 2007. Seuls quelques tessons de céramique on été prélevés. Nous pouvons, grâce aux différents sondages proposer une limite ouest à cette occupation, basée sur la concentration des vestiges mobiliers.

Les périodes historiques

47Elles sont représentées par quelques éléments du Moyen Âge dans la partie nord de l’emprise. Il s’agit d’un chemin (tranchée 18) revêtu de cailloutis de calcaire, orienté nord-sud et de deux sépultures d’adultes masculins orientées est-ouest du XIVe siècle. La tranchée 49 nous a permis d’observer une stratigraphie de près de 4 m de haut qui présente des similitudes avec celle découverte par Brian Dearden (1994) dans les années 1980 lors de la fouille d’un « fort anglo-saxon », situé à la confluence de la Seine et de l’Eure (Le Maho, 2008), et qui pourrait sans doute lui être rattachée.

48Les deux sépultures d’adulte sont orientées, les pieds à l’ouest. Le fond de fosse est à 1,50 m à partir de la surface du sol. Le creusement n’est perceptible qu’à partir de l’U.S. 4. A cet endroit, le comblement mesure 0,60 m d’épaisseur.

49Les deux individus sont en décubitus, les membres inférieurs en extension et les membres supérieurs en légère flexion.

50L’individu de la structure 15 présente de nombreuses perturbations. Les os des mains et de l’avant-bras droit sont déconnectés ; néanmoins, il semble que les deux mains se trouvaient au niveau du pubis. La position des ulnas et radius, malgré les déplacements, semble indiquer des mains en pronation. La face regarde vers le nord mais le crâne a été perturbé et est en position basilaire d’apparition. Ainsi, il est difficile de savoir si l’orientation vers le nord est liée à la perturbation. Chez l’individu de la structure 16, les connexions anatomiques se sont bien maintenues. Les pieds sont connectés et semblent posés contre le rebord sud-ouest de la fosse. Les membres supérieurs sont en flexion et en abduction, les coudes et les épaules légèrement en élévation car ils reposent sur les bords de fosse ; la main gauche, placée sur le sacrum, est recouverte par la main droite. La tête est maintenue droite, la face vers le ciel, sans doute calée dans une logette céphalique.

51Une plaque-boucle (fig. 25) a été retrouvée dans la sépulture ST 16 au niveau de la partie gauche de la hanche du défunt sur le sol. Sa position retournée montre qu’elle devait être placée sur le ventre de l’individu lors de l’inhumation et qu’au cours de sa décomposition, elle a du glissé et basculé à terre. Cet objet est un élément d’une ceinture qui devait ceindre un vêtement non conservé. Seule la chape semble avoir gardée quelques traces de tissus.

Fig. 25. La plaque boucle (cliché : INRAP)

La plaque boucle

52Longueur totale : 3,9 cm ; L. boucle : 2,1 cm ; H. boucle : 2,5 cm. Deux parties la composent : la chape et la boucle, en alliage de cuivre, avec son ardillon en fer. La boucle est de tracé rectangulaire, de section triangulaire, aplatie sur la partie interne. La traverse supérieure possède des angles saillants et un ergot central servant d’appui à l’ardillon tout en protégeant sa pointe. Quant à la chape, articulée à la boucle, elle est formée d’une fine tôle de métal repliée sur elle-même au niveau de la traverse inférieure de la boucle, encadrant l’ardillon. Deux petits trous sont conservés aux extrémités de la partie proximale de cette plaque qui devaient accueillir des rivets permettant la fixation sur la ceinture. La largeur de la chape montre que ce lien ne devait pas excéder 1,9 cm. Cette taille modeste du lien en cuir ou en tissu est caractéristique du XIVe siècle, moment où la mode change et où les ceintures tendent à être moins larges.

53L’étude de ces deux structures a permis de mettre en évidence des pratiques funéraires similaires en ce qui concerne l’orientation des tombes et la position d’inhumation des deux corps. Les deux individus sont en effet inhumés dans un même axe (sud-ouest – nord-est), allongés sur le dos, les mains sur le pubis et leurs tombes sont à proximité l’une de l’autre. En outre, il s’agit de deux hommes adultes d’âge jeune.

54En revanche, ces deux sépultures présentent des différences de contenant. L’individu de la structure 15 semble avoir été inhumé en espace libre, dans un contenant en bois de type cercueil au sein d’une fosse quadrangulaire. L’individu de la structure 16 a, quant à lui, été déposé, peut-être habillé, dans une fosse anthropomorphe, la tête bien calée dans la logette céphalique.

55Malgré un âge jeune au décès, ces deux adultes présentent des traces de sollicitation mécanique (arthrose, tassement vertébral et enthésopathies), particulièrement celui de la structure 15, indiquant sans doute une activité physique importante, mais d’origine inconnue.

56De par leur proximité topographique, du mode d’inhumation proche et de leurs caractéristiques anthropologiques, on peut émettre l’hypothèse que les individus de ces deux tombes ont été inhumés dans un temps proche. L’ouverture de la zone permettrait de déterminer s’il s’agit de sépultures isolées, et donc d’une action ponctuelle, ou si ces deux sépultures appartiennent à un ensemble funéraire plus vaste.

Conclusion

57Les investigations engagées lors de ces deux phases de diagnostic sur la carrière d’Igoville-Alizay ont permis de mettre en évidence un certain nombre de vestiges archéologiques totalement inédits pour cette partie de l’ouest de la France. En effet, la présence de locus de la toute fin du paléolithique supérieur, mais également du mésolithique, qui associent de l’industrie Ethique et de la faune, offre un exemple exceptionnel de bivouac appréhendé sur une surface de plusieurs milliers de mètres carrés.

58Les similitudes que partagent la sépulture isolée, découverte à la base du paléosol, avec celle du site d’Auneau (Loiret) amènent à la relier à l’occupation du mésolithique, en l’attente des résultats d’une datation par le carbone 14.

59Le néolithique moyen couvre un peu plus de 5000m2 et se développe le long de la paléo-berge de La Seine. La présence de niveaux de sol préservés et de structures en creux contemporaines suggère un rapport étroit entre les Néolithiques et le fleuve. Les structures s’apparentent à des aménagements domestiques autour desquels, s’organisent des activités quotidiennes. La pêche est présente avec les restes de poissons. La consommation ou la chasse d’espèces animales particulières, comme des petits carnivores (renards ?) et d’oiseaux offre un nouveau regard sur la relation des hommes du néolithique avec la faune environnante. Les analyses polliniques effectuées dans les argiles tourbeuses proposent aussi une image d’un paysage du néolithique moyen. Ainsi, le relief de cette partie de la vallée peut-être en partie restitué. L’étude de l’évolution des chenaux et du colmatage relativement rapide de la vallée permet de comprendre la formation de la plaine alluviale que nous connaissons actuellement.

60Le néolithique final apparaît plus lacunaire, mais la présence d’un gobelet et de restes humains laisse supposer une fonction funéraire des lieux.

61Le premier âge du fer est plus difficile à appréhender car les structures archéologiques et la fonction de cette occupation sont peu perceptibles. Le paléosol, très fortement lessivé, semble indiquer un environnement instable et régulièrement en eau.

62Enfin, les occupations historiques restent localisées sur la marge nord ouest de l’emprise. La présence hypothétique du fort de Limaye dans ce secteur est certainement à mettre en relation avec nos découvertes, sachant que des gravures du XVIIIe siècle le figurent encore en élévation.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B. et Ghesquière E. (à paraître) – Mésolithique final et néolithisation en Normandie, carrefour des groupes orientaux et méridionaux, Congrès préhistorique de France, XXVII.

Aubry B., Biard M., Roudie N. (2001) – Acquigny (27) « Les Diguets ». Document final de synthèse de fouille préventive, AF AN antenne Grand-Ouest, 37 p., 42 fig.

Aubry B. (1994) – Manneville-sur-Risle, La Ferme de la Rivière. Document final de synthèse de diagnostic archéologique, INRAP antenne Grand-Ouest, 10 p., 5 fig.

Barois-Basquin B. (1991) – Le Paléolithique supérieur final de Haute-Normandie. L'étude de 3 sites à Federmesser : Mestreville, Gouy, Mirville (étude technologique). Mémoire de DEA en Préhistoire-Anthropologie-Ethnologie, Université de Paris I, 95 p., 10 tab., 7 pl.

Biard M., Prost D. (2001) – Débitage type « épipaléolithique » en Haute-Normandie : exemple de deux postes de taille. « Au Tours du Méso ». Table-ronde épipaléolithique et mésolithique, Tours, octobre 2001, p. 15.

Biard M. (2003) – Quatre nouvelles concentrations lithiques découvertes à Acquigny « Les Diguets, La Noé » (Eure). Habitats et peuplements tardiglaciaires du Bassin parisien, rapport de projet collectif de recherche, Valentin B., Bodu P., Julien M. (dir), Nanterre – Saint-Denis, UMR 7041 – SRA d’Île de France, p. 48-50.

Biard M., Beurion C. (2003) – Acquigny (27) « Les Diguets, La Noé ». Document final de synthèse de diagnostic archéologique, octobre-décembre 2002, INRAP Grand-Ouest, 37 p., 36 fig.

Biard M., Beurion M. (2004) – Le Tardiglacaire en Haute-Normandie : découvertes récentes. Habitats et peuplements tardiglaciaires du Bassin parisien, rapport de projet collectif de recherche, Valentin B., Bodu P., Julien M. (dir), Nanterre – Saint-Denis, UMR 7041 – SRA d’île de France, p. 37-41.

Biard M., Hinguant S. (2004) – Paléolithique supérieur final ou Mésolithique ancien ? Le site du Buhot à Calleville (Eure). Bulletin de la Société préhistorique française, 101, no 3. Paris, 2004, p. 597-600.

Biard M., Hinguant S. dir. (2005) – Le bivouac préhistorique du Buhot à Calleville (Eure) : caractèrisation techno-typologique d'un assemblage lithique lamino-lamellaire de la fin du Paléolithique supérieur. Document final de synthèse de fouille préventive, INRAP – A28 Nord, 272 p.

Billard C., Maltier H., Maltier Y.-M. (1993) – Le gisement préhistorique de Hénouville (Seine-Maritime). Étude de matériaux de dragage. Document final de synthèse, Service régional d’Archéologie de Haute-Normandie, 14 p., 7 fig.

Bordes F., Graindor M.-J., Martin Y. et P. (1974) – L’industrie de la grotte ornée de Gouy (Seine-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, tome 71, CRSM, no 4, p. 115-118, 2 fig.

Cliquet D., Lautridou J.-P. (1997) – Le gisement Paléolithique supérieur des Bas-Fayaux à Évreux (Eure). Le Tardiglaciaire en Europe du nord-ouest. Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pré-et protohistoire, Amiens 1994, Fagnart J.P. et Thévenin A. (dir.), Paris, Éd. du CTHS, p. 257-263, 4 fig.

Dumont S. (1993) — Contribution à l'étude de la Long Blade Technology : analyse technologique comparative des industries des sites de Mauny (Seine-Maritime), Acquigny « La Carbonnière » (Eure) et Belloy-sur-Somme, section 14 (Somme). Mémoire de DEA en Préhistoire-Anthropologie-Ethnologie, Université de Paris I, 82 p., 34 fig.

Dearden B. (1994) — Igoville, le Fort. Bilan scientifique Haute-normandie, p. 34-45.

Fagnart J.-P., Plisson H. (1997) – Fonction des pièces mâchurées du Paléolithique final de la vallée de la Somme : caractères tracéologiques et données contextuelles. Le Tardiglaciaire en Europe du nord-ouest. Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pré-et protohistoire, Amiens 1994, Fagnart J.P. et Thévenin A. (dir.), Paris, Éd. du CTHS, p. 257-263, p. 95-106.

Fosse G. (1978) – Le Paléolithique supérieur de Haute-Normandie. Bulletin de la Société normande d'études préhistoriques et historiques, t. 44-4, p. 23-33.

Fosse G., Paulet-Locard M.-A., Masson B. (1983) – Le gisement mésolithique d’Acquigny. Bulletin de la société normande d'études préhistoriques, t. 48, p. 48-51.

Fosse G., Locard M.-A. (1986-1987) – Deux petites occupations du Paléolithique supérieur final dans le pays de Caux (Haute-Normandie) : Vattetot-sous-Beaumont et Mirville. Antiquités nationales, no 18-19, p. 133-142, 6 fig.

Fosse G., Lebret P., Billard C. et al. (1991) – L’utilisation des abris sous roche de Mestreville à Saint-Pierre-d’Autils (Eure) du Paléolithique final à l’époque moderne. Réexamen des travaux anciens et recherches récentes. I – Le site et les travaux effectués. Actes du Muséum de Rouen, fasc. 4, p. 74-127.

Fosse G. (1993) – Le gisement du Paléolithique supérieur final de Blaru (Yvelines). Paléo, no 5, p. 249-262, 5 fig., 2 tab.

Fosse G. (1997) – Le Paléolithique récent et final du bassin de la Basse-Seine (Yvelines – Eure – Seine-Maritime). Le Tardiglaciaire en Europe du nord-ouest. Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pré-et protohistoire, Amiens 1994, Fagnart J.P. et Thévenin A. (dir.), Paris, Éd. du CTHS, p. 233-244.

Fosse G., Valentin B., Billard C. (1997) – Une occupation des groupes à Federmesser en Haute-Normandie : le gisement du Cornet à Ambenay (Eure). Le Tardiglaciaire en Europe du nord-ouest. Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pré-et protohistoire, Amiens 1994, Fagnart J.P. et Thévenin A. (dir.), Paris, Éd. du CTHS, p. 245-255, 3 fig.

Honoré D. (2002) – Calleville (27) : Site épipaléolithique. Document final de synthèse de diagnostic, Autoroute A28, « BourgAchard (27) – Alençon (61) ». INRAP, 28 p.

LeMaho J. (2008) – Un grand ouvrage royal du IXe siècle : le pont fortifié dit « de Pitres » à Pont-de-l’Arche (Eure). Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale, Lalou E. et al. (dir.), Rouen, PURH, p. 143-158.

Martinez R., Prost D. (1999) – Guerny (Eure), le Bois Madame, déviation RN14. Document final de synthèse de fouille préventive, AF AN antenne Grand-Ouest, 136 p., 56 fig.

Noël J.-Y. (2008) – In terra incognita : le Campaniforme normand, synthèse préliminaire du mobilier céramique. Les ensembles problématiques de la transition Néolithique-Bronze en France. Bulletin de la Société préhistorique française, t. 105, no 3, Salanova L., Vital J. et Tchérémissinoff Y. (dir.), p. 577-594.

Pelegrin J. (2000) – Les techniques de débitage laminaire au Tardiglaciaire : critères de diagnose et quelques réflexions. L’Europe centrale et septentrionale au Tardiglaciaire. Actes de la Table-ronde de Nemours, mai 1997, Valentin B., Bodu P., Christensen M. (dir.), Nemours, APRAIF, p. 73-86.

Prost D. (1998) – Notre-Dame de l’Isle au lieu-dit « La Plaine du Moulin à Vent » (Eure). Document final de synthèse dévaluation archéologique, AFAN antenne Grand-Ouest, 33 p., 11 fig.

Prost D. (2001) – Muids « Le Gorgeon des Rues » (Eure). Document final de synthèse dévaluation archéologique, AFAN antenne Grand-Ouest, 26 p., 33 fig.

Roudie N. (1993) – Acquigny (27) « Les Diguets, La Noé ». Rapport de sondage, AFAN antenne Grand-Ouest.

Roudie N., Adrian Y.-M. (2002) – Gonfreville-l’Orcher, lotissement Théodore Monod (76). Document final de synthèse de diagnostic archéologique, INRAP antenne Grand-Ouest, 5 p., 2 fig.

Notes

1 Les paléosols ainsi que la stratigraphie générale du site sont décrites ci-dessous.

2 Volumétrique : veut dire que bon nombre de structures, qu’elles soient creusées ou bien aménagées à la surface du paléosol, s’inscrivent en volume et offrent ainsi des notions singulières sur l’aspect même de ces entités archéologiques.

3 Les prélèvements ont été effectués par Christine Chaussé (INRAP CIF) et l’analyse des données par David Aoustin (université de Rennes I).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Fig. 2. Implantation des tranchées de sondages.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Fig. 3. Profil géomorphologique schématique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 4. Trous de poteaux marquant l’emplacement d’un habitat en limite de berge. Le sédiment tourbeux a permis la conversation de nombreux éléments organiques dont des insectes (pupes de mouches et élytre sur les photos).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Tableau 1. Dénombrement et pourcentage des taxons identifiés par niveau.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Tableau 2. Diagramme pollinique. Indéterminés exclus de la somme de base.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 5. Décapage du locus 1 (tranchée 1) faisant apparaître la densité des vestiges.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Photo 1. Grattoir sur lame.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 7. Lames mâchurées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Fig. 8 et 9. Détail des mâchures.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 10. Lame de première intention.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 11. Lame à crête.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 12. Nucléuslaminaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 13. Nucléuslamellaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 14. Nucléus lamellaire raccordé.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 15. Nucléus laminaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 16. Dos du nucléuslaminaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig 17. Nucléus à petiteslames.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 18. Nucléus Lamellaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 19. Lames de plein débitage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Fig. 20. Grattoir sur lames de plein débitage et gros plan sur le front.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 21. Troncature oblique concave et vue sur la retouche.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Fig. 22. Sépulture (Mésolithique ?) et dessin restituant la position du défunt (dessin S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 23. Restes de petits animaux et d’ischyofaune associés à des tessons chasséens.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 24. Foyer circulaire du Néolithique final. Ce foyer, d’1,20 m de diamètre, est en partie scellé par un amas de délitage. Sur la photo du bas, couronne de blocs de craie qui semble marquer un calage de poteau.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Légende Fig. 25. La plaque boucle (cliché : INRAP)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6903/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteurs

INRAP Grand-Ouest, UMR 6273

INRAP Grand-Ouest

INRAP Grand-Ouest

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search