Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Harfleur, 23-25 avril 2010

 | 
Alain Bourdon

Préface

Thierry Bonin

Texte intégral

1Les hommes ne sont ce qu’ils sont que parce que la nature n’est pas ce qu’elle est.

2Ce mot de Pierre Dac pourrait à lui seul résumer l’une des évolutions les plus récentes de notre discipline : celle des interactions entre l’homme et son milieu.

3Laisser une place dans les journées archéologiques de 2010 à la Géo-archéologie s’est donc imposé comme une évidence, non seulement parce que la question de l’environnement ancien est désormais au coeur des réflexions de l’archéologue, mais aussi parce que la région Haute-Normandie porte, en ce domaine, de forts enjeux pour les années qui viennent. Ainsi, à l’heure où sont écrites ces lignes s’est engagée la fouille de la première partie d’Alizay, dont Bruno Aubry nous montre dans ce volume l’extraordinaire potentiel de restitution du paysage humanisé de cette partie de la vallée de la Seine au cours de la préhistoire récente.

4C’était par ailleurs une manière de saluer le travail, depuis la fin des années 90, des chercheurs des universités de Rouen et de Caen – unités mixtes de recherche de morphodynamique continentale et côtière et de géographie physique et environnement, des deux services régionaux de l’archéologie normands, mais également de Philippe Fajon et Thierry Lepert, dont l’action a été déterminante pour la Haute-Normandie.

5Par la permanence des modes d’organisation du sol exploité entre l’âge du fer et le début du premier Moyen Âge, la remarquable fouille des habitats de la Plaine de la Ronce illustre à sa manière cette interaction. Mais elle nous rappelle aussi que la prospérité des provinces romaines s’est construite sur le tissu social local et par ses élites mêmes, lesquelles ont tenu, dès le début du premier siècle de notre ère, un rôle de premier plan dans l’économie, l’administration et la vie politique. C’est à cette image des pouvoirs de l’époque gauloise que nous renvoient également des sites comme celui de l’établissement laténien d’Heudebouville, fouillé par Dagmar Lukas, avec son puissant système fossoyé et son porche d’entrée ostentatoire, ou, avec plus de clarté, l’opération de Myriam Michel sur l’oppidum de Sandouville.

6D’élite il en est bien évidemment question au Chemin Vert à Aubevoye lorsque se construit, dans le courant du IP siècle de notre ère, cette résidence de type palatial, dont la conception architecturale nous vient probablement en droite ligne du monde italique et qui évoque les grandes villégiatures de la côte napolitaine. Le raffinement de son plan laisse entrevoir ce que fut celui de sa décoration, laquelle, soigneusement démontée à partir duIVe siècle, dut sans doute pour partie trouver place dans d’autres programmes architecturaux de prestige de la chrétienté naissante.

7C’est aussi de monuments dont parle Dominique Pitte lorsqu’il tire un bilan des interventions entreprises depuis trente ans à la rencontre entre patrimoine bâti et archéologie. Rencontre savoureuse enfin que celle qui rapproche un préhistorien spécialiste de technologie lithique des pavés de silex taillés de la chaussée d’accès à la porte de l’enceinte d’Harfleur au XVe siècle.

8La richesse et la qualité des contributions rassemblées dans ce volume montrent que la région Haute-Normandie est inscrite de manière dynamique dans la production des connaissances, ce qui est bien le seul but de l’archéologie et de l’archéologie préventive en particulier. Ainsi, le premier volume du bilan régional, consacré au haut Moyen Âge et placé sous la direction de Florence Carré, est désormais sous presse, tandis que celui de l’Antiquité a été mis en chantier. Passer de la connaissance individuelle à la production de repères partagés représente un véritable défi, que sans nul doute la communauté scientifique régionale saura relever.

Auteur

Conservateur régional de l’archéologie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search