Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Les maisons médiévales en pierre de Verneuil-sur-Avre (Eure)

Mediaeval stone houses in Verneuil-sur-Avre

Astrid Lemoine-Descourtieux

Résumé

Si les maisons médiévales en pierre de Verneuil ont la réputation d’avoir été très nombreuses, elles n’avaient pas bénéficié d’une recherche spécifique. Les investigations actuelles, qui s’appuient à la fois sur les sources d’archives et les vestiges, ont déjà livré quelques éléments remarquables. Parallèlement la découverte d’une grande variété de caves a suscité l’intérêt, d’autant que certaines ont été creusées dans la roche et s’étagent sur plusieurs niveaux.

Although rumour claims that there were numerous mediaeval stone houses in Verneuil (Eure Department), they always suffered from the lack of specific studies. Current investigations, based on archives and existing ruins, have already revealed a few outstanding elements. In parallel, the discovery of a large variety of cellars has attracted attention, especially since some of them have been excavated in the rock and extend over several levels.

Texte intégral

  • 1 Les recherches menées actuellement dans la région de l’Avre (Eure) sont le fruit d’un travail conjo (...)

1Verneuil-sur-Avre1 est une ville nouvelle du Moyen Âge, fondée entre 1120 et 1135 par Henri Ier Beauclerc pour assurer la triple fonction de centre défensif, administratif et économique. Le chantier paraît avoir été rapidement mené et il semblerait que la ville fortifiée ait eu, dès l’origine, l’étendue que nous lui connaissons actuellement.

Fig. 1. Ancienne chapelle de ta Trinité, chevet en maçonnerie de grisons (cliché A. L.-D., 2006).

  • 2 Les églises de Notre-Dame, la Madeleine, Saint-Jean et Saint-Nicolas peuvent remonter, pour leurs p (...)

2Nous savons qu’en 1173, sa vaste enceinte polygonale était divisée en quatre parties : le château associé à trois bourgs indépendants, séparés les uns des autres par une enceinte doublée de fossés en eau. Ces canaux intérieurs sont toujours alimentés par des dérivations de l’Iton et de l’Avre. Chacun des bourgs était pourvu de deux paroisses, Notre-Dame et Saint-Nicolas au sud, Sainte-Madeleine et Saint-Jean au nord, Saint-Pierre et Saint-Jacques à l’ouest2. Avec la conquête de Philippe Auguste et la réunion de Verneuil au domaine royal en 1204, la ville perdit une grande partie de son intérêt stratégique. À partir du XIVe siècle, elle se cantonna à un rôle économique et administratif très local au sein du duché d’Alençon. Elle s’illustra peu, hormis quelques fameux épisodes lors de la guerre de Cent Ans (bataille de Verneuil en 1424) ou de la Ligue. De ce fait, elle subit un appauvrissement général encore très sensible à la veille de la Révolution (Miguet, 1977) et connut peu de transformations majeures. Quelques évolutions architecturales sont néanmoins à noter, avec quelques remarquables reconstructions en pan de bois du XVe au XVIIIe siècle (rue des Marronniers et des Tanneries, rue de la Madeleine, etc.) et en briques aux XVIIIe et XIXe siècles. Durant la guerre de Cent Ans, quelques boulevards d’artillerie vinrent s’ajouter aux fortifications de la ville, mais sans en augmenter le périmètre : à l’angle sud-ouest du couvent Saint-Nicolas actuel, et ancienne « Demi-lune » au nord de la ville et au sud-est du château en 1425 (Stevenson, 1864 : 53). Des évolutions urbaines ont également eu lieu, avec la désertification de certaines paroisses (Saint-Nicolas en particulier, disparue au XVIIe siècle, Saint-Jacques et Saint Pierre restant très pauvres) au profit de la zone nord de la ville, autour de la Madeleine. Quelques modifications de voirie ont également facilité, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la traversée de la ville (percement de la rue Thiers, aménagements des actuelles place de Verdun et rue Gambetta, élargissement de la place de la Madeleine dans sa partie ouest).

3Les vestiges les plus visibles de la première période, c’est-à-dire des XIIe-XIIIe siècles, sont d’une part les édifices religieux avec en particulier la chapelle de l’ancien prieuré de la Trinité (ancien hospice) et certaines parties des églises de Notre-Dame, de la Madeleine, de Saint-Nicolas et, d’autre part, les fortifications avec une portion de remparts autour du couvent Saint-Nicolas et derrière le prieuré de la Trinité (fig. 1), la Tour du Goulet, la Porte d’Armentières et une porte intérieure rue du Pont-de-L’arche, ainsi que la tour Grise attribuée à Philippe Auguste (vers 1204). En l’absence de toute autre pierre propre à la construction, ils furent exclusivement construits en matériaux locaux : grisons et silex. Ces édifices, bien que non civils, constituent donc pour notre étude actuelle des références architecturales essentielles.

  • 3 Archives départementales de l’Orne (ADO), C 220.

4Le « grison », présent en abondance dans la région de Verneuil jusqu’à Dreux, est une formation tertiaire de concrétion de sables siliceux, limons et de petits silex. Ces sédiments se trouvent ici en dépôts lenticulaires, c’est-à-dire en poches résiduelles d’étendue et de profondeur variables, en bancs alternés avec des dépôts sableux. Le grison est encore mou et friable lorsqu’il est humide et ne termine son induration qu’après extraction et déshydratation complète. Autour de Verneuil, le grison prend un couleur rouille par oxydation du minerai de fer fortement présent qui cimente le tout et le rend particulièrement résistant (Lebret). Son extraction et son utilisation sont purement locales mais d’emploi ancien comme le montrent les édifices romans conservés et des descriptions d’ouvrages défensifs anciens (enceinte urbaine, portes de Tillières et de L’Aigle3, parties romanes des églises).

  • 4 Archives nationales, Q/l/196.
  • 5 BNF, n.a.f. 21591 ; Pitte, 2003.

5Les maisons médiévales en pierre sont connues à Verneuil depuis longtemps et furent d’ailleurs présentées comme une particularité locale, souvent sous le terme de « perrins ». Cette appellation est ancienne et n’est pas proprement spécifique à la région : nous trouvons des mentions à Bayeux au XIe siècle, Caen au XIIe siècle, Rouen et plus près à Nonancourt, Tillières-sur-Avre ou Breteuil-sur-Iton (Lemoine-Descourtieux, 2008). Ils avaient déjà, sous ce terme et compte tenu de leur architecture particulière, intéressé la Couronne lors d’une enquête menée à Verneuil en 17234. Dixhuit éléments avaient alors été recensés. D’autres perrins furent repérés et relevés par Raymond Bordeaux en 1854, à Breteuil5 et Tillières (Congrès, 1857). Les Actes du Congrès archéologique les mentionnaient alors comme étant, avec les caves, une véritable spécificité vernolienne. Si nos connaissances plus larges aujourd’hui montrent que les « perrins » ne sont pas seulement propres à Verneuil et ses proches environs, nous pouvons cependant établir qu’ils avaient la réputation d’y être particulièrement nombreux. Ces simples mentions comme éléments remarquables n’ont cependant pas permis la conservation des plus beaux vestiges puisque l’ancien hôtel de ville de Verneuil et la maison de Breteuil ont été détruits peu après. D’autres éléments moins visibles ont néanmoins été conservés, laissant présager un potentiel encore important. Nous menons ainsi, depuis le printemps 2007, une approche sur plusieurs fronts de manière simultanée et concomitante.

  • 6 Archives départementales de l’Eure (ADE), Q 1017.
  • 7 ADE, 4 E 2-304 (29 août 1793) ; 160 L 11, f. 161 (29 août 1793) ; f. 199-200 (17 septembre 1793).
  • 8 Par exemple la maison appartenant au citoyen Médal apparaît 9 fois dans les sources sous le nom de (...)

6Les sources écrites ont été largement exploitées en axant la recherche principalement mais non exclusivement sur la terminologie de « perrin ». Les archives montrent que le terme a toujours eu un sens précis. Même s’il a pu être assez variable selon les cas, il se rapporte nécessairement à une maison entièrement construite en pierres et d’allure ancienne, c’est-à-dire antérieure à la Renaissance. Généralement, plus les sources sont récentes, plus le bâtiment se trouve en état de vétusté, souvent réutilisé en communs (grange, bûcher, écurie, etc.) ou littéralement en ruines. La documentation écrite, encore en cours de traitement, est d’origines assez diverses. Une enquête de 1723 s’est avérée très précieuse même si tous les bâtiments cités n’ont pas encore pu être localisés. Les actes notariés, baux, ventes, successions, testaments etc. les inventaires des biens ecclésiastiques, en particulier ceux établis avant et pendant la Révolution forment un fonds intéressant, avec cet exemple de « maison appelée le Perrin située à Verneuil, paroisse Saint-Jean » et appartenant à la Chartreuse du Val-Dieu6. Les registres du district de Verneuil ont laissé une fois apparaître le terme pour celui du Citoyen Médal situé Grande Rue Saint-Jacques (actuelle rue Gambetta, côté ouest), loué en pleine Terreur par le District pour servir de prisons aux suspects et autres ennemis de la Nation : « celle du citoyen Medal scituée en cette ville, qui est un ancien Perrain7. » Cependant, au hasard de mentions successives pour les mêmes maisons, nous voyons que les « perrins » ne sont pas nécessairement notés comme tels à chaque occurrence8. Ce constat élargit donc le champ des recherches en ne limitant pas l’identification de ces maisons au seul terme de « perrin » mais, du même fait, restreint les possibilités d’identification à partir des seules sources écrites. Les archives municipales, tant les registres des délibérations anciennes que les travaux récents offrent de multiples possibilités de collecter des informations. C’est souvent au hasard d’autres recherches que nous rencontrons ce terme que nous relevons systématiquement.

  • 9 BNF, n.a. fr. 21591 : R. Bordeaux, Notes archéologiques, t. II, Eure, statistique ou inventaire his (...)
  • 10 ADE, III F 228, Notes de Louis Régnier, Verneuil, au ch. : « Archéologie/vieilles maisons ».
  • 11 Dimensions extérieures : 18,10 m de long sur 8,50 m de large.

7Les fonds d’érudits du XIXe siècle sont également fort précieux. Ces derniers étaient assez bien renseignés et nous permettent de compléter efficacement la documentation. En effet, différents mémoires historiques sur Verneuil les mentionnent9. C’est le cas du Congrès archéologique de France de 1854 et, plus tard, les travaux de Louis Régnier10. Ce dernier, lors de sa visite à Verneuil en avril 1910, remarqua quelques maisons que nous avons pu identifier comme l’ancien hôtel d’Artus Fillon, dont une élégante façade sur cour de la fin du XVe siècle, dissimule habilement une maison plus ancienne. La façade arrière sur jardin laisse ainsi bien apparaître une maçonnerie de grisons et silex (fig. 2). Très remaniée, elle ne semble présenter aucune baie d’origine mais le volume est intact et a pu être relevé grâce à la présence de ses quatre chaînages d’angle et de la corniche supérieure11. En revanche, la cave d’origine a été réduite dans sa largeur côté est et dans sa longueur côté nord. Une maison voisine, remaniée par l’architecte Maurice Storez qui en fit sa demeure, fut également signalée dans la rue du Canon. Les ouvertures géminées – à corbeaux et linteaux sur la façade sud et à arcatures brisées sur la façade nord – surmontées d’oculus sont croquées sur place et apparaissent aujourd’hui intactes (fig. 3). Une visite de l’intérieur a permis de remarquer que les coussièges en gros blocs de grison, dessinée par Louis Régnier sont également préservés. Enfin, nous savons que nous sommes en présence d’un volume complet (dimensions extérieures : 11,30 m de longueur sur 8,50 m de largeur) puisque trois chaînages d’angle et la corniche nord sont conservés.

Fig. 2. Ancien hôtel d’Artus Fillon : pignon méridional et mur oriental avec chaînage d’angle (cliché A. L-D., 2002).

Fig. 3. Ancienne maison de l’architecte M. Storez : mur nord avec baie géminée à arcature brisée, chaînage d’angle et corniche de grisons (clichéA. L-D., 2008).

Fig. 4. Ancienne chapelle de l’Assomption : façade méridionale avec porte cintrée et baies géminées de grisons, deuxième niveau (cliché A. L-D., 2007).

Fig. 5. Ancien Tribunal : mur occidental de la cave avec ancienne porte et niche à luminaire (cliché A. L-D., 2007).

Fig. 6. Ancienne maison rue de l’Hôpital : mur en assises régulières de grisons et étroite baie cintrée à double rangée de grisons (cliché A. L-D., 2007).

8Enfin, mais sans pour autant aller jusqu’au bout de sa pensée, Louis Régnier remarqua que la « chapelle de l’Assomption », située sur l’actuelle rue A. Briand, ne semblait pas avoir eu cette destination à l’origine. Ses croquis permettent l’identification de deux niveaux fort bien conservés sur la façade sud, chacun pourvu de trois larges baies géminées surmontées d’un oculus. Au second niveau, la porte donnant sur un escalier extérieur est parfaitement identifiable (fig. 4). Cette façade se rapproche en de nombreux points mais avec moins de recherche esthétique, d’une maison romane reconstituée à Rouen par Dominique Pitte et Éric Follain (2002). Si la longueur d’origine de cette façade est préservée (12,76 m), sa largeur a été tronquée par l’élargissement de la rue au XIXe siècle. Louis Régnier lui restitue cependant des dimensions d’environ 6 m sur 12.

9Tout récemment encore, Bernard Lizot a ravivé l’intérêt pour les perrins de la région, avec tout d’abord une maison disparue de Breteuil qu’il a parfaitement replacée dans la thématique des « perrins ». S’intéressant ensuite à Verneuil, et sur les pas de Louis Régnier, il a rappelé le logis initial de la maison Storez, ainsi qu’un pignon aligné au XIXe siècle dans la rue Gambetta (Lizot, 1978) et a suggéré l’existence d’autres perrins dans la rue de la Madeleine.

  • 12 ADE, III PL 1301, plan de 1837.
  • 13 Nous n’avons malheureusement pas été autorisés à la visiter.
  • 14 ADE, 160 L 11, déjà cité.

10Différentes sources iconographiques sont également exploitées, en particulier les plans et cadastres anciens12 et actuels où des anomalies du parcellaire attirent notre attention. En effet, si les édifices présentent pour la plupart leur mur gouttereau sur la rue, les maisons à pignon perpendiculaire à la voirie sont propres à éveiller les soupçons. Nous avons ainsi pu évoquer la possibilité de « perrins » pour deux maisons de la rue Gambetta. L’une a vu sa façade alignée lors des travaux du XIXe siècle et reprise d’une manière assez originale13, l’autre paraît être celle identifiée par Louis Régnier en 1910 contre l’ancien rempart intérieur de la ville. Étant donnée leur situation du côté de l’ancienne « Grande Rue Saint-Jacques », il est fort possible que ce fut précisément l’une d’elles qui fut louée au citoyen Médal14.

  • 15 Construit en 1863 par l’architecte départemental Étienne Bourguignon. Voir AMV, Registre des délibé (...)

11Une autre maison, située dans la rue des Tanneries, voie pourtant réputée pour ses façades en pan de bois Renaissance alignées sur la rue, présente une excroissance perpendiculaire dans sa partie méridionale. Il s’agit-là en réalité d’un vestige de maison médiévale, dont une baie moulurée a été retrouvée sur l’ancien pignon sud opposé à la rue, dans ce qui est aujourd’hui une cave semi enterrée. Enfin, l’ancien « Tribunal et prisons », aujourd’hui au centre d’un îlot, est une ancienne maison médiévale plusieurs fois remaniée (dimensions d’origine restituées : environ 13,10 m de longueur pour 9,75 m de largeur). Sa façade orientale présente encore les traces d’une fenêtre à meneaux du XVe siècle et une allège en pierre calcaire du XVIe siècle finement sculptée. Avec son changement de fonction au XVIIe siècle, des cachots furent installés en partie sud et elle fut augmentée à l’est d’une aile perpendiculaire agrandie au XVIIIe siècle. Le pignon sud est aujourd’hui entièrement ouvert sur un avant-corps néogothique15. La cave est conservée avec son ancienne entrée (aujourd’hui obstruée) dans le mur ouest (fig. 5). Au premier niveau ont été repérées deux baies de grisons : sur le mur ouest une large baie à arc surbaissé – ancien accès principal du bâtiment par une impasse donnant dans la rue du Nouveau Monde — et une étroite ouverture en plein cintre. Sur le mur oriental, dans un cachot du XVIIe siècle, une ancienne porte a été entièrement obstruée.

  • 16 Ce schéma de baies est d’ailleurs curieusement repris à différents endroits de la ville, sur des bâ (...)

12Le travail de prospection et d’observation fine des vestiges immédiatement visibles complètent naturellement les données. C’est ainsi qu’a pu être repérée une façade partielle sur la rue de l’hôpital où une petite baie romane – rappelant toutes les caractéristiques de celles de la maison détruite de Breteuil ou l’étroite baie ouest du tribunal – ouvre sur un mur réalisé en maçonnerie régulière de grisons (fig. 6). Sur un pignon, situé en arrière de l’actuelle place de la Madeleine, nous observons une étroite fenêtre à piédroits de grisons avec réparations en grès et, au niveau inférieur, des traces de deux baies jumelles à arcatures surbaissées16.

13En ce qui concerne plus précisément les caves, il n’est pas rare qu’elles soient antérieures aux bâtiments qui les surmontent. Nombre d’entre elles correspondent à des maisons médiévales sans qu’il soit possible, pour la majorité des cas, de les associer à des maisons de pierre. Les indications qu’elles fournissent sur l’urbanisme médiéval sont cependant importantes et il a paru intéressant de les mentionner ici. L’absence totale d’éléments visibles rend essentielles la recherche en archives et la prospection. La visite de différents échantillons a permis l’isolement de certains traits caractéristiques et récurrents.

14Nous trouvons d’abord le schéma traditionnel et attendu de la cave maçonnée correspondant à l’assise de la maison, même dans le cas où la maison a été remaniée ou entièrement reconstruite, comme cette cave en grisons, reprise en grès, située sous une maison à pan de bois de la fin du XVe siècle (rue des Marronniers et rue du Carrefour dangereux). Cette cave, en partie remaniée, est antérieure à la maison actuelle et se rapproche fortement de celle de l’ancien tribunal. Nous y notons néanmoins – et ce n’est pas la seule occurrence – que cette cave se situe à 3 m en retrait du pignon actuel. Est-ce à dire que la maison se serait agrandie aux dépens de la largeur de la rue d’origine ? Une autre cave de ce type, très bien conservée, entièrement maçonnée en assises régulières de grisons a été visitée entre l’ancien château normand et l’église Saint-Laurent, dans un secteur ayant sans doute accueilli des bâtiments annexes du complexe castral.

Fig. 7. Bibliothèque municipale Jérôme-Carcopino : cave à deux nefs (cliché A. L-D., 2007).

15Certaines de ces caves présentent des voûtes réalisées en maçonnerie de blocage. Elles présentent différents profils. Un ensemble exceptionnel de trois caves, situées sous l’ancien hôtel de la Pihalière et perpendiculaires à la rue de la Madeleine, présentent de vastes volumes et des larges voûtes coffrées en berceau brisé. Les autres caves de ce type sont cependant généralement plus petites à l’exemple de deux autres caves voisines de la place de la Madeleine.

16Malheureusement, la chronologie est souvent brouillée par le fait que ce mode de construction et de voûtement a été utilisé durant plusieurs siècles, avec ou sans changement de matériaux.

Fig. 8. Cave à niches de la rue des Moulettes (cliché Pierre Durand, 2008).

Fig. 9. Niche creusée directement dans le grison (cliché A. L.-D., 2007).

  • 17 Celle-ci est datée du début du XVIe siècle grâce à sa tourelle d’angle sculptée.

17L’actuelle Bibliothèque municipale (début du XVIe siècle) possède une cave à deux nefs dont les voûtes en berceau sont coffrées blocage de mortier, silex et quelques grisons épars, présentant ce même profil, tout comme les maçonneries de silex régulièrement assis (fig. 7). Cependant, par sa cohérence parfaite avec le reste de la maison dont elle apparaît comme strictement contemporaine17, cette cave est manifestement postérieure aux XIIe-XIIIe siècles. Néanmoins, l’usage de gros blocs de grès pour chaînages, arcatures et piliers (en remplacement du grison utilisé antérieurement), permettent peut-être d’apporter des critères de chronologie relative.

  • 18 Longue d’au moins 4,50 m (éboulement au fond) et large de 1,80 m.
  • 19 Les profondeurs s’échelonnent entre 2,35 m et 1 m minimum, les autres mesurant 1,65 m, 1,68 m et 1, (...)
  • 20 La galerie est longue de 7,32 m et large de 1,65 m ; elle est bordée de niches larges de 1,65 à 1,7 (...)

18Un autre type de caves à galerie centrale bordée de niches latérales, traditionnellement daté de la fin du XIIIe siècle et plus largement du XIVe siècle, est représenté à Verneuil (μI). Ce type d’espace servait à entreposer des tonneaux de vin ou cidre. Louis Régnier en mentionnait déjà une sous le « perrin » de la rue Gambetta. Nous avons trouvé d’autres exemples à Verneuil, dans différents secteurs. Une cave de la rue des Moulettes présente ainsi une longue galerie centrale18 bordée de six niches opposées, de tailles à peine variables19. Cette cave est pourvue d’une croisée d’ogives à arcatures de grisons façonnés à trois pans (ou à arêtes abattues, pour reprendre le terme de L. Régnier) avec clef centrale (fig. 8). Une autre cave, rue des Marronniers, présente le même schéma mais avec de simples voûtes en berceau20. Il est intéressant de noter que ces deux exemples se poursuivent largement au-delà de l’emprise de la maison, sans rapport apparent avec le parcellaire de surface si ce n’est qu’elles ne passent pas sous la rue. D’autre part, nous pouvons remarquer que, malgré quelques exceptions (comme l’accès à une aération de surface), un module d’environ 1,65-1,70 m de côté se répète assez régulièrement. Enfin, la découverte la plus singulière à Verneuil est sans conteste celle de galeries souterraines. Celles-ci peuvent cohabiter avec les caves précédemment exposées. Ces galeries sont creusées dans un banc naturel de grisons, généralement à 3 ou 4 m en dessous du sol actuel afin de réserver une masse de sol naturel pour stabiliser ces cavités. Elles peuvent être très longues, présenter des ramifications complexes et s’étager sur plusieurs niveaux. Enfin, elles ne semblent pas cohérentes avec le bâti de surface.

Fig. 10. Cave à galerie souterraines à l’angle de la rue des Moulettes et de la place de la Madeleine (plan D. Pitte, 2007).

  • 21 Des reprises en brique en cachent la majeure partie.

19Un des premiers groupes identifiés n’est pas sans rappeler les galeries à niches maçonnées. Une des caves maçonnées et voûtées de la place de la Madeleine surmonte un autre niveau, situé à 4 m de profondeur. Il est directement creusé dans la roche et nous avons pu observer par endroits le front de taille du grison21. Un espace central dessert l’entrée de trois niches au sud et à l’est ainsi qu’une galerie à l’ouest, desservant elle-même deux autres niches (fig. 9). Elle est ensuite obstruée (en limite de parcelle) par un ciment récent.

20À proximité immédiate, un ensemble plus complexe a pu être identifié à l’angle de la place de la Madeleine et de la rue des Moulettes. Trois longues galeries, réparties de chaque côté d’une galerie transversale orientée nord-sud, ont été creusées dans le grison à 4 m de profondeur (fig. 10). Les galeries mesurent à l’est 5,80 m et à l’ouest 5,20 m de longueur pour 1,88 m de largeur au nord et 1,90 m au sud, avec une réserve de 1 m entre chaque niche. Le front de taille en cul-de-four a pu être observé au fond des galeries orientales. Elles ne sont pas exactement situées face à face, mais en léger décalage. Cette cave communiquait autrefois avec sa voisine dans le prolongement méridional de la galerie centrale. Cette cave présente deux simples niches de plan carré (1,50 m de côté), également percées dans la roche. Celle-ci est ici nettement plus riche en matière sableuse, signifiant que nous sommes sans doute à la limite d’une poche de grison, d’où un moindre creusement et la présence d’un renfort maçonné dans la galerie.

Fig. 11. Hôtel des impôts, place de la Madeleine : « caveau » du 3’niveau souterrain (cliché Pierre Durand, 2007).

  • 22 ADE, 4 E 2-242, 4 mai 1733 ; 4 E 93, 24 janvier 1865.
  • 23 ADE, 4 E 2-304, 9 septembre 1793, maison non encore identifiée.

21Un deuxième groupe est représenté par des salles souterraines pouvant s’étager sur plusieurs niveaux mais sans se retrouver les unes au-dessus des autres afin de préserver la stabilité de l’ensemble. Il arrive que nous rencontrions dans les archives le terme particulier de « caveau » accompagnant une cave. L’ancienne auberge du Pot d’étain (détruite), voisine de l’ancienne maison commune (détruite également mais avérée être sur deux anciens perrins sans cave) possédait ainsi une « cave sous [l]e magasin » et un « caveau sous la cuisine22 ». Une autre maison de la paroisse de la Madeleine comprenait également une « cave » et un « caveau23 ».

  • 24 ADE, 679 Edt 127 (1 M 1) et 5 O 6 – 679, carton « Bâtiments divers, mairie ».
  • 25 Information communiquée par J. Demaire, ancien maire de Verneuil-sur-Avre.
  • 26 AMV.
  • 27 Lors de travaux dans l’hôtel d’Artus Fillon, est apparue sous l’aile nord (donc hors de l’emprise d (...)

22Pour celles que nous avons pu identifier, ce terme correspond à une véritable salle souterraine, nettement plus vaste qu’une simple niche et recreusée dans un niveau inférieur. L’exemple le plus complet est celui de l’actuel Hôtel des impôts. Le titre le plus ancien de cette maison signalait en 1680 « une cave ou caveau soubz sa première chambre » et un document de 1842 précisait encore « les caves et caveaux24 ». Ces « caveaux25 » s’étagent sur deux niveaux inférieurs à celui de la cave actuelle. Le plus profond, long de 4,20 m, se situe à environ 7 m sous terre (fig. 11), sans pour autant souffrir de sa grande proximité avec le fossé de la ville (encore en eau actuellement). À l’inverse, un plan d’architecte de l’ancien hôtel de Jansac (rue de la Madeleine) signale la présence de deux niveaux de sous-sols, dont le plus profond, une « cave voûtée » de plan irrégulier, paraît régulièrement « inondé26 » comme d’ailleurs de nombreuses autres caves du centre ville, même éloignées des canaux et des fossés de Piton27.

  • 28 ADE, 21 0 3-68 : « une cave qui se trouve sous celle qui vient d’être désignée ce qui rend commun l (...)
  • 29 Récemment, une maison s’est effondrée dans la rue de la Madeleine.
  • 30 Nous trouvons également régulièrement les mentions de « cave sous partie » : voir, ADE, 5 O 6 – 679 (...)
  • 31 ADE, ibid.
  • 32 Deux exemples ont été remarqués dans la rue des Marronniers et sur la place de la Madeleine.

23Nous pouvons évoquer par ailleurs le souci majeur de Verneuil qui est l’affaissement récurrent du sol actuel au-dessus de cavités non aérées, comblées, souvent méconnues ou oubliées. Il y a quelques années, un effondrement de voirie place de la Madeleine a eu pour origine l’existence d’anciennes caves à deux niveaux obstruées lors de la destruction des maisons qui les surmontaient28. Certains Vernoliens ont également vu s’effondrer le sol de leur cave dans une cavité voûtée, située juste au-dessous et dont ils ne soupçonnaient pas l’existence29 En effet, la mobilité des propriétés, les destructions et reconstructions30 ont donné lieu à des situations complexes où les niveaux pouvaient appartenir à des propriétaires différents comme cette « partie de la cave qui est dessous, étant observé que le surplus de la cave appartient à Chrétien, et que la chambre au-dessus de celle dont il s’agit dépend de la maison d’arrêt de Verneuil31 ». Ces situations étaient propices à effacer de la mémoire l’existence et la position précise de ces caves. Ce phénomène est aggravé par une humidité latente et par le fait que certains propriétaires ont, pour différentes raisons (désintérêt, limite de propriété, éboulements), condamné des entrées et ventilations de caves ou galeries32 En revanche, a très fortement persisté à Verneuil une légende de « souterrains », se fondant ici sur les réseaux de caves souterraines mais déviant sur toutes sortes d’interprétations fantasmagoriques.

24En conclusion, l’exploration systématique des archives et de la ville permettra, à terme, de collecter un abondant fonds documentaire. Assurément, celui-ci sera difficile à manier en raison de la grande diversité des sources, d’une chronologie équivoque et de l’apparente disparité des vestiges. D’ores et déjà, nous pouvons tout de même esquisser certains schémas récurrents sans pour autant que l’on puisse immédiatement établir de « règles générales ».

25En ce qui concerne les maisons médiévales proprement dites, sur aucun des monuments repérés nous n’avons pu encore établir de lien direct dans les archives, autres que des identifications récentes, avec le terme de « perrin » qui devrait pourtant leur être systématiquement associé. Les perrins notoirement connus à Verneuil en 1723 et ce qu’il en restait en 1854 ont été détruits (la Pomme d’or, par exemple, a été reconstruite à la fin du XIXe siècle ; la maison de la rue de Damville était en ruines avancées en 1854, l’ancienne Maison commune a été démolie en 1869, etc.) ou n’ont pas encore pu être fermement identifiées. Pour le « perrin du Sieur Médal », les soupçons se portent sur l’une des deux maisons repérées rue Gambetta. Pour le « perrin du Sieur de Brétignières », près de l’ancien hospice de Verneuil, les indications nous orientent vers l’une des deux maisons de la rue du Canon (maison Storez ou hôtel Artus Fillon). Celui qui est signalé en 1723 rue du NouveauMonde est peut-être celui qui a été transformé en chapelle Saint-Joseph au XVIIe siècle, au droit de l’entrée de l’ancien cimetière de la Madeleine. A l’inverse, le Tribunal n’avait jamais été mentionné comme perrin...

26Par ailleurs, il ne semble transparaître aujourd’hui aucune vraie logique dans la position de la maison ou de la cave au sein de sa parcelle. Si certaines maisons sont perpendiculaires à la voirie (maison Storez, maisons rue des Tanneries, rue Gambetta, caves place et de la rue de la Madeleine, etc.), d’autres lui sont parallèles (hôtel Artus Fillon, ancienne chapelle de l’Assomption autrefois accolée au rempart). Certaines sont en milieu de parcelle (maison Storez, hôtel d’Artus Fillon, Tribunal, maison au sud de la rue Gambetta, pignon place de la Madeleine), tandis que d’autres donnent directement sur la rue (ancienne maison Commune, façade partielle dans la rue de l’hôpital, autre maison supposée rue Gambetta). De même, les dimensions originelles recensées sont très variables de 10 à 18 m de longueur environ pour 6 à 9,75 m de largeur.

  • 33 Commune de Bémécourt, canton de Breteuil-sur-Iton.
  • 34 Maisons de la fin du XVe siècle et de la Renaissance dans la rue des Marronniers et la rue des Tann (...)
  • 35 Façade sur cour de l’hôtel d’Artus Fillon de la fin XVe siècle, bibliothèque et autre maison à tour (...)
  • 36 Hôtels de la Pihalière et de Bourneville dans la rue de la Madeleine.
  • 37 ADO, devis de 1748 : « Les piedsdroits de la baye au bas dudit escalier sont en mauvais état il fau (...)
  • 38 AMV, Registres des délibérations, no 7, f. 90 v° (3 mai 1826) : le propriétaire de l’ancien couvent (...)

27La datation des vestiges est parfois difficile à établir et s’effectue souvent par comparaisons. Certains critères néanmoins ne trompent pas et c’est sans hésiter que nous pouvons conférer une fourchette XIIe-XIIIe siècles à la plupart des maisons de pierre retrouvées. L’emploi du grison avec parfois du silex dans les maçonneries, les chaînages d’angle et les larmiers en grisons sont de bons indicateurs, surtout lorsque nous les trouvons associés à de larges baies comme pour la chapelle de l’Assomption ou celles, plus étroites, de la maison Storez, ou encore – même restaurées de grès – sur un pignon place de la Madeleine. Ces baies sont d’ailleurs en tout point comparables à celles du logis du prieuré de Sainte-Suzanne33 De même, l’ancien Tribunal, par la présence de baies cintrées, dont l’une est comparable à la petite baie de la rue de l’hôpital ou à celles représentées par R. Bordeaux sur le perrin de Breteuil attribué à cette période. Le perrin, repéré par Louis Régnier dans la rue Gambetta en 1910, possède quant à lui un contrefort de grison assez comparable à celui de l’angle sud-ouest de la maison Storez. Enfin l’épaisseur de la maçonnerie (aux environs de 140 cm pour les caves, 90 à 100 cm pour les rez-de-chaussée et 80 cm pour les étages) est également un indicateur récurrent. La difficulté apparaît réellement pour les éléments comme les maçonneries de silex et grisons totalement isolées ou dans des caves fortement remaniées. En effet, si nous avons pu établir quelques critères chronologiques suivant l’usage des matériaux puisque nous avons observé que le grès semblerait être apparu après les XIIe-XIIIe siècles – nous le voyons très nettement dans les réparations, par exemple dans les chaînages d’angles de l’hôtel d’Artus Fillon ou la fenêtre du pignon de la place de la Madeleine – du pan de bois34 et de la pierre calcaire importée dès la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance35, enfin de la brique à partir des XVIIe-XVIIIe siècles36. Le grison a néanmoins continué d’être utilisé, dans les parties non nobles notamment (c’est-à-dire cachées dans les fondations ou les caves) comme l’atteste un devis effectué pour le Tribunal en 1748, qui préconise son emploi37. Enfin des remplois de grisons provenant du démantèlement d’anciens édifices furent courants à Verneuil38.

28Nous comptons ainsi surtout sur l’analyse approfondie de certains bâtiments bien documentés et assez bien conservés. En effet, nous pouvons suivre leur évolution architecturale à la lecture des élévations comme de celle des archives (par exemple le Tribunal ou l’hôtel d’Artus Fillon), ce qui peut permettre, avec toutes les précautions nécessaires, d’établir certaines grilles de lectures et des critères chronologiques pour les bâtiments moins bien conservés ou disparus mais connus par des descriptions.

29Le calage, sur les cadastres anciens et actuels de tous les éléments recueillis permettra peut-être d’obtenir des réponses plus claires sur l’urbanisme médiéval de Verneuil et meilleure appréhension des caves et de leurs réseaux, ce qui reste un grand problème actuellement pour la ville. I

Bibliographie

Bibliographie

Congrès archéologique de France (1857) — Séances tenues à Verneuil 1854. Société française d’archéologie.

Lebret P. – Étude du Bureau des recherches géologiques et minières, antenne régionale de Normandie. Non publiée. Lemoine-Descourtieux A. (2007 — Une illustration des problèmes de Henri Ier Beauclerc en Normandie ? Les églises paroissiales de Breteuil-sur-Iton et Verneuil-sur-Avre (Eure). Archéologie médiévale, 37, novembre, p. 53-66.

— (2008) – Les maisons médiévales de Verneuil-sur-Avre : étude critique des sources. Bulletin des amis des monuments et sites de l’Eure, 128, p. 2-15.

— (à paraître) – La frontière normande de l’Avre de la fondation de la Normandie à sa réunion au domaine royal (911-1204) : évolution de la maîtrise militaro-économique d’un territoire frontalier. Publications des universités de Rouen et du Havre.

Lizot B. (1978a) – Les perrins de Breteuil, Verneuil et Tillières. La Vie et l’Art en Normandie, 9, p. 21-23.

— (1978b) – En marge de la juiverie de Breteuil... La Vie et l’Art en Normandie, 9.

— (1985) – Vieilles maisons, vieilles familles... Nouvelles de l’Eure, 94-95, p. 35-52. Évreux.

Miguet V. (1977) — La ville de Verneuil pendant la Révolution 1789-1792. Thèse de l’École des Chartes.

Pitte D., Follain E. (2002) – Une maison romane restituée. Archeologia, 388, avril, p. 30-39.

Pitte D., Lemoine-Descourtieux A. (2003) – Une maison romane à Breteuil ?. Vernoliana, Verneuil-sur-Avre, 6, décembre, p. 34-40.

Stevenson J. éd. (1864) – Letters and papers illustrative of the war of the English in France during the reign of Henry the Sixth, King of England. Longman Green, RBMAS, Londres.

Notes

1 Les recherches menées actuellement dans la région de l’Avre (Eure) sont le fruit d’un travail conjoint avec Dominique Pitte, ingénieur d’étude au Service régional de l’archéologie et l’Association des monuments et sites de l’Eure (AMSE) représentée par Denis Lepla et Pierre Durand.

2 Les églises de Notre-Dame, la Madeleine, Saint-Jean et Saint-Nicolas peuvent remonter, pour leurs parties les plus anciennes au XIIe siècle (Lemoine-Descourtieux, 2007). Saint-Pierre et Saint-Jacques ont été détruites au XIXe siècle, mais des descriptions laissent penser quelles avaient également conservé des parties du xIIc (Lemoine-Descourtieux, à paraître).

3 Archives départementales de l’Orne (ADO), C 220.

4 Archives nationales, Q/l/196.

5 BNF, n.a.f. 21591 ; Pitte, 2003.

6 Archives départementales de l’Eure (ADE), Q 1017.

7 ADE, 4 E 2-304 (29 août 1793) ; 160 L 11, f. 161 (29 août 1793) ; f. 199-200 (17 septembre 1793).

8 Par exemple la maison appartenant au citoyen Médal apparaît 9 fois dans les sources sous le nom de maison entre 1793 et l’an XIII mais une seule occurrence, la 1re, le mentionne incidemment en tant que « perrin » ; le bail de location lui-même n’y fait aucune allusion. Voir ADE ci-dessus et les Archives municipales de Verneuil (AMV), Registres des délibérations municipales, no 3, 4 et 6, passim.

9 BNF, n.a. fr. 21591 : R. Bordeaux, Notes archéologiques, t. II, Eure, statistique ou inventaire historique et monumental du canton d’Evreux, p. 607 et suiv. (« Notes sur la ville de Verneuil offertes à Monsieur Raymond Bordeaux par son très dévoué serviteur Delanoë chanoine d’Evreux, originaire de Verneuil ») ; ADE, IV F 174 : Étude historique sur Verneuil, sans date (1869 ou peu après), p. 19. On y trouve en note : « cet opuscule a été extrait du journal de Verneuil, qui l’avait emprunté à un manuscrit de Monsieur Besnard Villette, par Charles Oursel. »

10 ADE, III F 228, Notes de Louis Régnier, Verneuil, au ch. : « Archéologie/vieilles maisons ».

11 Dimensions extérieures : 18,10 m de long sur 8,50 m de large.

12 ADE, III PL 1301, plan de 1837.

13 Nous n’avons malheureusement pas été autorisés à la visiter.

14 ADE, 160 L 11, déjà cité.

15 Construit en 1863 par l’architecte départemental Étienne Bourguignon. Voir AMV, Registre des délibérations municipales, no 13, f. 30 et f. 53-54.

16 Ce schéma de baies est d’ailleurs curieusement repris à différents endroits de la ville, sur des bâtiments de briques de la fin du XIXe siècle, en remplacement de bâtiments détruits. Ainsi le pignon oriental de la Poste, sur la place de la Madeleine et le pignon arrière d’un entrepôt donnant dans la rue des Bouchers présentent des fausses baies cintrées en briques. Faut-il y voir une transposition au XIXe siècle et en matériau moderne d’éléments disparus au même endroit, ou de formes décoratives porteuses d’une valeur esthétique voire historique propre à Verneuil ?

17 Celle-ci est datée du début du XVIe siècle grâce à sa tourelle d’angle sculptée.

18 Longue d’au moins 4,50 m (éboulement au fond) et large de 1,80 m.

19 Les profondeurs s’échelonnent entre 2,35 m et 1 m minimum, les autres mesurant 1,65 m, 1,68 m et 1,74 m sur des largeurs comprises entre 1,65 m et exceptionnellement 0,87 m près de la croisée.

20 La galerie est longue de 7,32 m et large de 1,65 m ; elle est bordée de niches larges de 1,65 à 1,71 m et longues de 1,65 à 5,23 m.

21 Des reprises en brique en cachent la majeure partie.

22 ADE, 4 E 2-242, 4 mai 1733 ; 4 E 93, 24 janvier 1865.

23 ADE, 4 E 2-304, 9 septembre 1793, maison non encore identifiée.

24 ADE, 679 Edt 127 (1 M 1) et 5 O 6 – 679, carton « Bâtiments divers, mairie ».

25 Information communiquée par J. Demaire, ancien maire de Verneuil-sur-Avre.

26 AMV.

27 Lors de travaux dans l’hôtel d’Artus Fillon, est apparue sous l’aile nord (donc hors de l’emprise de la maison médiévale), une galerie souterraine orientée vers l’ouest, longue de 22 m et large de 3 m, largement inondée. L’entrée est aujourd’hui rebouchée mais le propriétaire avait effectué ces quelques mesures et pris des photographies.

28 ADE, 21 0 3-68 : « une cave qui se trouve sous celle qui vient d’être désignée ce qui rend commun l’escalier de cette dernière cave. »

29 Récemment, une maison s’est effondrée dans la rue de la Madeleine.

30 Nous trouvons également régulièrement les mentions de « cave sous partie » : voir, ADE, 5 O 6 – 679, carton « Bâtiments divers, mairie », baux par la ville de Verneuil.

31 ADE, ibid.

32 Deux exemples ont été remarqués dans la rue des Marronniers et sur la place de la Madeleine.

33 Commune de Bémécourt, canton de Breteuil-sur-Iton.

34 Maisons de la fin du XVe siècle et de la Renaissance dans la rue des Marronniers et la rue des Tanneries, du XVIe siècle et l’ancien hôtel de Jansac dans rue de la Madeleine, l’actuel Pot d’étain place de Verdun, etc.

35 Façade sur cour de l’hôtel d’Artus Fillon de la fin XVe siècle, bibliothèque et autre maison à tourelle dans la rue Notre-Dame, fenêtres des XVe et XVIe sur le mur oriental du Tribunal, etc.

36 Hôtels de la Pihalière et de Bourneville dans la rue de la Madeleine.

37 ADO, devis de 1748 : « Les piedsdroits de la baye au bas dudit escalier sont en mauvais état il faudra les refaire en grisons » et « sera mis par bas deux cours d’assises de pierre de grison et l’encoignure au pignon sera aussy en grison dans toute la hauteur ».

38 AMV, Registres des délibérations, no 7, f. 90 v° (3 mai 1826) : le propriétaire de l’ancien couvent des Cordeliers (dans le château de Verneuil) propose ainsi à la vente des grisons provenant d’anciens bâtiments conventuels.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Ancienne chapelle de ta Trinité, chevet en maçonnerie de grisons (cliché A. L.-D., 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2. Ancien hôtel d’Artus Fillon : pignon méridional et mur oriental avec chaînage d’angle (cliché A. L-D., 2002).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 3. Ancienne maison de l’architecte M. Storez : mur nord avec baie géminée à arcature brisée, chaînage d’angle et corniche de grisons (clichéA. L-D., 2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 4. Ancienne chapelle de l’Assomption : façade méridionale avec porte cintrée et baies géminées de grisons, deuxième niveau (cliché A. L-D., 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5. Ancien Tribunal : mur occidental de la cave avec ancienne porte et niche à luminaire (cliché A. L-D., 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 6. Ancienne maison rue de l’Hôpital : mur en assises régulières de grisons et étroite baie cintrée à double rangée de grisons (cliché A. L-D., 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7. Bibliothèque municipale Jérôme-Carcopino : cave à deux nefs (cliché A. L-D., 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 8. Cave à niches de la rue des Moulettes (cliché Pierre Durand, 2008).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 9. Niche creusée directement dans le grison (cliché A. L.-D., 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 10. Cave à galerie souterraines à l’angle de la rue des Moulettes et de la place de la Madeleine (plan D. Pitte, 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 11. Hôtel des impôts, place de la Madeleine : « caveau » du 3’niveau souterrain (cliché Pierre Durand, 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6891/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

Auteur

Chercheur associé « Villes, forme et pratiques des pouvoirs urbains », CRHQ, UMR 6583, université de Caen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540