Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Les fortifications de terre médiévales de Haute-Normandie. Méthodes et premier bilan du PCR 2004-2008

Mediaeval earth fortifications in Upper Normandy: Methods and first report of PCR 2004-2008

Anne-Marie Flambard Héricher, Gilles Deshayes, Daniel Étienne, Thomas Guérin, Bruno Lepeuple, Jimmy Mouchard et Aude Painchault

Résumé

Depuis quatre ans, des étudiants de l’université de Rouen dressent des plans de fortifications de terre médiévales de HauteNormandie. Ces sites mal documentés peuvent ainsi être comparés dans le cadre de l’établissement d’une typochronologie. L’intérêt porté aux terrassements permet souvent d’affiner la compréhension des maçonneries. D’autres données collectées sur le terrain peuvent aussi être figurées sur les plans pour offrir d’autres grilles de lecture.

Over the last four years 2004, students from the university of Rouen have been drawing plans of mediaeval earth fortifications in Upper Normandy in order for such ill-documented sites to be compared together in the framework of a formal typochronology. Focusing on earthworks often allows for a finer understanding of masonry. Other types of field data collected on the site may also appear on the plans and provide other reading grids.

Texte intégral

1Depuis l’année 2004, des jeunes chercheurs de l’université de Rouen, sous la direction d’Anne-Marie Flambard Héricher, dressent un inventaire et reconnaissent sur le terrain des fortifications médiévales de Haute-Normandie. Cette recherche se situe dans la voie initiée par le programme H40 en 1982 et dont le but était de mieux comprendre le phénomène des fortifications de terre médiévales. Ce programme qui avait conçu une fiche descriptive et commencé des relevés topographiques dans trois régions pilotes s’est rapidement essoufflé, essentiellement en raison des difficultés techniques rencontrées lors de l’élaboration des plans. L’évolution du matériel et une connaissance toujours incomplète de ces sites justifiait une reprise de ce programme. Au centre de cette activité, l’élaboration de relevés topographiques précis permet de préciser l’état et la morphologie du terrain, d’une lecture souvent ardue au premier coup d’œil.

2À ce jour, 35 fortifications ont fait l’objet d’une description détaillée, d’une recherche historique et d’un relevé de terrain (fig. 1). Leur répartition inégale sur le territoire haut-normand est due aux zones d’études privilégiées par les étudiants participant au projet. Cela permet, dans un premier temps, d’offrir une certaine cohérence à l’analyse et au rapprochement de sites pour lesquels la carence des sources écrites est souvent la règle. Les principales thématiques développées sont les zones de la frontière orientale, les vallées de la Seine et de la Risle, les châteaux urbains et les sites mentionnés dans la première moitié du XIIe siècle, essentiellement dans la chronique d’Orderic Vital.

Fig. 1. Bilan des relevés topographiques effectuées par le PCR de 2005 au terme de la campagne hivernale 2008-2009 (Bruno Lepeuple).

Fig. 2. Coupe et plans de 3 sites forestiers (Bruno Lepeuple).

Fig. 3. Guerville, relevé de la fortification. Cadastre de 1823 et hypothèses sur le cadastre médiéval (Bruno Lepeuple).

3Les sites relevés sont très divers. Néanmoins, un groupe se prête particulièrement bien à une lecture morphologique pour des raisons de conservation, ce sont les sites forestiers. À l’écart des labours et des zones habitées, les reliefs sont souvent très lisibles, uniformément érodés, et peu de remaniements sont décelables à la lecture des plans (fig. 2). À Amfreville-sous-les-Monts (27), une motte en tronc de cône a été isolée d’un éperon par un fossé en arc, la plateforme sommitale mesure 16 m de diamètre. Des sites comparables, au niveau de leur morphologie et de leur absence de lien avec l’habitat, ont été observés à Sainte-Geneviève-lès-Gasny (27), « Malassy » (daté de 1118), Le Thuit (27), « la Butte Castel », Vatteville-la-Rue (76), « la Butte de l’Écuyer ». À Corneville-sur-Risle (27), un tertre quadrangulaire et cratériforme ne trouve pas d’écho comparatif, les structures fossoyées adoptant la plupart du temps des plans courbes. À Dangu (27), trois enclos alignés et tangents dont la puissance des défenses va en décroissant, sont également sujets à ces difficultés de comparaison. Néanmoins, l’enceinte circulaire principale se rapproche d’exemples similaires, le « Château-Saussart » à Bazincourt-sur-Epte (27), « le Bois de Vieville » à Guiseniers (27). On notera une parenté morphologique avec les phases du XIe siècle de la motte de Mirville (76), fouillée par Jacques Le Maho, et qui présentait le profil d’une enceinte circulaire de dimensions comparables. La comparaison est d’autant plus intéressante que les trois sites relevés se situent en communication visuelle ou à proximité de châteaux plus importants ayant leurs origines dans le courant du XIe siècle.

4Les sites insérés ou en périphérie de l’habitat sont rarement aussi nets. Une dégradation accrue, un comblement souvent accéléré des fossés ainsi qu’un parcellaire plus dense rendent souvent des sites remodelés et partiellement effacés. La compilation d’informations diverses est souvent requise pour saisir les formes générales d’un site, notamment dans les zones où le relevé topographique serait fastidieux et souvent inutile. À Guerville (76), une plateforme circulaire de 80 m de diamètre, et surplombant de 2 à 4 m le relief environnant, est largement érodée vers le nord, au contact du village (fig. 3). Au nord-est, un fort talus témoigne d’une importante extension dont les formes sont perceptibles par la lecture du parcellaire : deux enclos alignés et tangents à l’enceinte principale donnent une extension de 450 m à l’ensemble. Ce que l’on peut interpréter comme une haute cour, une basse cour, puis un bourg castral.

5Parmi ces châteaux plus importants, il est souvent possible de déceler plusieurs phases par lecture des sources médiévales, collation des données existantes et lecture des plans. Le site du « Vieux Château » à Brionne (27) (fig. 4) a été interprété comme l’emplacement d’une des deux enceintes de siège érigées par Guillaume le Bâtard en 1047. Elle fut réemployée pour loger un donjon quadrangulaire dans le premier quart du XIIe siècle (entre 1107 et 1122, d’après les analyses dendrochronologiques).

6Cette vision classique en castellologie, l’évolution du château de « terre et de bois » vers une généralisation des maçonneries, ne peut nous écarter des sites comportant des vestiges de pierre. Les constructions en dur peuvent avoir considérablement remodelé les reliefs préexistants, ce qui implique de les intégrer à l’analyse pour approcher au mieux la compréhension des terrassements. D’autre part, il serait illogique de postuler systématiquement pour des structures de bois préexistantes, le fossé étant, même sur les édifices maçonnés dès l’origine, une caractéristique permanente. Le château de Longchamps (27) (fig. 5) offre un exemple singulier de gestion des déblais et remblais permettant d’argumenter en faveur d’une enceinte maçonnée conçue dès le départ. Les terres extraites du fossé circulaire principal ne se retrouvent pas au centre du creusement, comme le voudrait le schéma classique de confection d’une motte. Elles ont été placées à l’extérieur, modelant ainsi un fort rempart en arc, bien conservé dans le quart nord, et plus élevé que le centre du château. L’observation de la fondation de l’enceinte circulaire, sur certaines parties déchaussées, a montré qu’elle était ancrée dans le sol géologique. Ceci permet en l’occurrence de discuter le terme de motte et plaide en faveur de la recherche d’une assise stable pour la construction des maçonneries, problème récurrent de l’édifice en pierre placé au sommet d’une fortification terrassée.

7La méthodologie de terrain, l’enregistrement de points cotés sur l’ensemble d’un site qui s’apparente à une prospection dense, permet quelquefois de collecter des informations diverses qu’il est possible de cartographier et de surimposer au relevé topographique. Cette technique est applicable à plusieurs objets, au mobilier, au lapidaire, ou encore au couvert végétal. A Maulévrier-SainteGertrude (76), une observation des différents taxons présents sur le site, et plus particulièrement ceux qui lui sont spécifiques et absents alentour, a permis d’en définir une répartition. Les végétaux anthropogènes constituent souvent plus de la moitié des espèces présentes et, sein de ce groupe, on note un zonage particulier et cohérent avec les différentes parties du site. Les plantes médicinales, potagères ou ornementales (cultivées et/ou subspontanées) sont concentrées à l’intérieur de l’enceinte. Les épineux sont principalement concentrés dans les fossés, c’est là une règle généralisable à une majorité de sites, fragon et houx étant le plus souvent représentés. Enfin, les végétaux réagissant aux changements du cycle des phosphates et des nitrates (eutrophiques/nitrophiles), colonisateurs des dépotoirs et zones de passage, sont concentrés près d’un pont de terre, au nord-est du site. La circulation et de dépôts de déchets récents à cet emplacement invitent à rester prudent sur une interprétation liée à l’histoire ancienne du site. Le relevé topographique lui-même est une activité qui modifie la répartition de la flore. D’autre part, la saison hivernale étant souvent privilégiée, les observations doivent souvent être effectuées dans les mois qui suivent l’intervention topographique. Au terme de quatre années de pratique, l’intérêt de ce type d’intervention apparaît justifié. Les plans permettent de donner une image du terrain qui devient mesurable, interprétable et aisément comparable. Un catalogue plus étoffé contribuera à l’établissement d’une typologie et l’approche appliquée à de grands châteaux permettra de renouveler leur lecture, souvent effectuée à la lumière des maçonneries seules.

Fig. 4. Brionne (27), « Le Vieux-Château » : plan topographique (Bruno Lepeuple).

Fig. 5. Longchamp, plan et coupe du château

Fig. 6. Maulévrier-Sainte-Gertrude (76), « La Butte au diable ». Plan du château et zonage des végétaux (Bruno Lepeuple).

8Néanmoins, ce type d’approche ne peut remplacer la fouille qui résoudrait la plupart des questions chronologiques et fonctionnelles. Cette option, encore discutée au sein du groupe, voit trois variantes s’offrir à elle : des sondages fréquents (systématiques serait ambitieux), effectués dans le même temps que les relevés ; une fouille importante sur un site rassemblant des problématiques récurrentes ; ou encore une concentration sur les sites menacés ou en cours d’érosion rapide. En attendant, l’enrichissement du catalogue, ne peut que favoriser la compréhension du phénomène.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Bilan des relevés topographiques effectuées par le PCR de 2005 au terme de la campagne hivernale 2008-2009 (Bruno Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2. Coupe et plans de 3 sites forestiers (Bruno Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 3. Guerville, relevé de la fortification. Cadastre de 1823 et hypothèses sur le cadastre médiéval (Bruno Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4. Brionne (27), « Le Vieux-Château » : plan topographique (Bruno Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 5. Longchamp, plan et coupe du château
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 6. Maulévrier-Sainte-Gertrude (76), « La Butte au diable ». Plan du château et zonage des végétaux (Bruno Lepeuple).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

Auteurs

(Dir.)
Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

Université de Rouen, GRHIS, EA 3831

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540