Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Pour une relecture du château d’Ivry-la-Bataille (Eure)

Revisiting Ivry-la-Bataille castle (Eure Department)

Dominique Pitte

Résumé

Des fouilles archéologiques ont été entreprises sur le site du château médiéval d’Ivry-la-Bataille, quarante ans après le démarrage des travaux qui ont conduit à sa redécouverte. Protégée en tant que Monument historique depuis 1990, la plus vieille forteresse de pierre conservée en Haute-Normandie est aujourd’hui considérée par les chercheurs comme une référence dans le domaine de l’architecture castrale. De nombreuses questions demeurent cependant attachées au monument : elles concernent autant ses origines que son évolution au cours des siècles.

Archaeological excavations were undertaken on the mediaeval site of Ivry-la-Bataille, 40 years after the first exploratory work was initiated and led to its discovery. Protected as a historical monument since 1990, the oldest-preserved stone fortress of Upper Normandy is considered by researchers as a reference in the field of castle architecture. Many castle-related questions are still pending however, and pertain both to its origin and to its evolution down the centuries.

Texte intégral

Un rappel historique

  • 1 « Haec nimirum est turris famosa, ingens et munitissima, quam Albereda uxor Radulfi Baiocensis com (...)

1Implanté à un point stratégique de la frontière orientale de la Normandie, le château d’Ivryla-Bataille est réputé avoir été érigé à la fin du Xe siècle à l’initiative d’Aubrée, seconde femme de Raoul, frère du duc Richard Ier. Selon le chroniqueur Orderic Vital, cette dernière aurait fait élever par Lanfred une « tour célèbre, énorme et très fortifiée » (« turris famosa, ingens et munitissima »). L’architecte s’est illustré pour avoir construit le château de Pithiviers ; il aurait été mis à mort après l’achèvement de la tour, afin d’éviter qu’il n’en fasse de semblable ailleurs1

  • 2 Les lignes qui suivent empruntent beaucoup à cet ouvrage, dans lequel le lecteur trouvera les réfé (...)

2Au-delà de ce récit, que Lucien Musset n’hésite pas à qualifier de « romanesque » (1992 : 89), le chroniqueur Robert de Torigni nous apprend que le duc confia à Raoul le château d’Ivry, « ce pour quoi il fut appelé comte ». Pour Pierre Bauduin, l’attribution du titre de comte est clairement associée à cette forteresse ; l’installation du frère de Richard Ier à Ivry s’inscrirait dans une « stratégie de consolidation de l’autorité ducale sur les marges méridionales de l’Evrecin » (2004 :2092). Du point de vue militaire, le château, qui sera bientôt épaulé par celui de Pacy, s’oppose à toute attaque du duché par la vallée de l’Eure. Au pied de la forteresse, se développe une agglomération entourée d’une muraille : elle contrôle la navigation sur l’Eure et un point de passage de la rivière.

  • 3 Cette même année, si l’on en croit Suger de Saint Denis qui est le seul à rapporter cet épisode, L (...)

3Raoul meurt vers 1015 et son héritage est transmis à son fils aîné Hugues, évêque de Bayeux. Les relations de ce dernier avec le pouvoir ducal se dégradent à la mort de Richard IL Guillaume de Jumièges rapporte la révolte de l’évêque contre Robert le Magnifique, qui s’empresse d’assiéger la forteresse ; l’ouvrage restera, tout au long du règne de Guillaume le Conquérant, dans le domaine ducal. La situation à la fin du XIe siècle se complique du fait de l’existence de trois lignages gravitant autour d’Ivry : les seigneurs de Beaumont Hugues et Roger, et les châtelains de Bréval. Selon Orderic Vital, Guillaume le Conquérant confia la garde du château à Roger de Beaumont. Vers 1089, le duc Robert Courteheuse cède la forteresse à l’arrière-petit-fils de Raoul, Guillaume de Breteuil. Or, ce dernier est en conflit avec un vassal, Ascelin Goel, auquel la forteresse échoit en 11193. C’est un descendant d’Ascelin Goel qui remet, en 1177, le château à Henri II.

Photo 1. La partie centrale du château d’Ivry, dans laquelle historiens et archéologues ont cherché la Tour du Xe siècle (photo D. Pitte).

  • 4 Archives nationales (AN), Q/1/194/1.

4Lors d’une incursion en Normandie en 1193, Philippe Auguste s’empare du château de Gisors, se heurte à la résistance des Rouennais mais, poursuivant son avancée, soumet Pacy et Ivry. Ces deux forteresses figurent parmi les places cédées à Philippe Auguste par le traité de Gaillon, signé en 1196 ; la seconde est à cette époque tenue par un lointain descendant du comte Raoul : Robert d’Ivry. Le château a perdu, du fait du rattachement de la Normandie à la France, une part importante de son intérêt stratégique et ne joue, durant les XIIIe et XIVe siècles, qu’un rôle de second plan. La forteresse s’illustre, en 1419, par sa résistance aux Anglais et tombe entre leurs mains au mois de mai. En août 1423, la place est enlevée par Gérard de la Pallière, gentilhomme gascon au service de Charles VII. La situation dure peu de temps, et les Français sont de nouveau assiégés en juin 1424 par le comte de Suffolk, auquel ils se rendent le 15 août. La fin de la guerre de Cent Ans coïncide avec le démantèlement de la forteresse : un aveu de 1458 signale que « par l’occasion de la guerre (le château) a esté abatu et démoulu et mis a totalle destruction4 ».

  • 5 AN, P//2043. Le document précise que la forteresse consiste « seulement en quelques restes de debr (...)

5L’ouvrage passe ensuite entre différentes mains. Il figure, dans les années 1540, parmi les possessions de Diane de Poitiers. À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, la forteresse n’apparaît plus que dans la documentation générée pour l’évaluation du domaine d’Ivry. En 1567, l’ouvrage « que l’on dit avoir été démoly par les anglais au règne du roi Charles VII », est estimé en même temps que la garenne qui l’entoure. En 1740, le château est « tiré à néant » dans l’évaluation de Mouchet, expert5. En grande partie masquées par des remblais et la végétation, les ruines vont peu à peu s’effacer du paysage et de la mémoire collective.

La redécouverte du château

6Lorsqu’en 1968 Robert Baudet décide, à la tête du Club archéologique d’Ivry-la-Bataille, de retrouver les vestiges de la forteresse qui domine la commune, il ne se doute pas qu’il va mettre au jour l’un des plus passionnants monuments médiévaux de la région. Les travaux de déblaiement s’étalent sur une douzaine d’années ; les membres de l’association reçoivent très tôt la visite de Michel de Boüard, qui leur prodigue avertissements et conseils. Certains des fouilleurs découvriront auprès du Centre de recherches archéologiques médiévales les méthodes de fouilles mises en pratique au château de Caen et utilisées alors pour l’exploration de la Motte de la Chapelle, à Doué-la-Fontaine dans le Maine-et-Loire (Boüard, 1974).

7Le caractère spectaculaire des structures qui émergent du sol attire rapidement l’attention. Les subsides commencent à arriver : à partir de 1973, ils permettent aux fouilleurs, jusque-là voués aux terrassements manuels, de louer un engin mécanique et d’effectuer quelques consolidations. L’opération se déroule essentiellement autour du noyau central de la forteresse et permet de retrouver, en contrebas au sud, des vestiges de constructions appartenant à la basse-cour. R. Baudet estime à 25 000 le nombre de mètres cubes de remblais ôtés durant cette période. Un article publié en 1977 dresse un bilan des découvertes effectuées à cette date (Baudet, 1977) ; les activités du Club archéologique d’Ivry-la-Bataille prennent fin au début des années 1980.

  • 6 E. Impey et E. Lorans signalent que le site « fut soigneusement étudié pour la première fois par J (...)
  • 7 Les recherches menées vingt ans plus tard dans le même secteur montrent que les fouilleurs ont pou (...)

8Malgré l’architecture inhabituelle des vestiges mis au jour, le château n’éveille que tardivement l’intérêt des médiévistes. C’est ainsi que la « Tour d’Ivry » n’est citée qu’en tant que « témoignage littéraire » dans Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil publié par Xavier Barrai I Altet, plus de vingt ans après le début des fouilles (1987 : 75) ; on apprend, dans le même ouvrage, qu’il n’en reste « plus aucun vestige identifiable » (Le Maho, 1987 : 558). En 1987, alors que le site est abandonné depuis plusieurs années, la Direction des antiquités historiques de Haute-Normandie diligente une campagne de sondages destinés à évaluer le potentiel archéologique du site6. Les résultats de cette opération sont négatifs et l’on tient désormais pour acquis que les couches archéologiques ont pratiquement disparu sur le site7. Difficile, dans ce contexte, d’envisager une reprise des recherches sur l’édifice, qui fait l’objet, en 1990, d’un classement au titre des monuments historiques.

  • 8 Impey, 2002 :189-210. Cette étude est basée sur des relevés de terrain réalisés en 1995.

9L’année 1991 constitue un tournant dans la perception du monument par les chercheurs. La revue Connaissance de l’Eure publie tout d’abord une histoire succincte et un guide du château, rédigés par Denis Joulain et Robert Baudet (1991). Lors du congrès d’Évreux de l’Association normande, Lucien Musset aborde la question des origines de la forteresse (1992). Cette dernière, enfin, apparaît comme un prototype de « tour-résidence », aux côtés de Langeais ou de Doué-La-Fontaine, dans un ouvrage consacré par Jean Mesqui aux châteaux et enceintes de la France médiévale (1991 : 106-107). L’auteur établit par ailleurs une comparaison entre le plan du château d’Ivry et ceux de la Tour de Londres ou de Colchester, en Angleterre (ibid. : 118). Ce parallèle est développé quelques années plus tard par Edward Impey qui souligne, à l’issue d’une étude architecturale poussée, les ressemblances frappantes entre le château d’Ivry et la Tour Blanche à Londres ; l’historien anglais conclut que le premier a pu servir de modèle à la seconde8. En 2000, l’ouvrage paraît enfin avoir pris sa place dans l’histoire de l’architecture castrale anglo-normande : ne figure-t-il pas, aux côtés de la Tour de Rouen, dans le volume consacré par la Société de l’histoire de Normandie à La Normandie vers l’an Mil ? (Pitte, 2000 : 77-83). Ce serait oublier que les investigations ont été bien superficielles et que le monument pose encore de nombreuses questions, tant du point de vue de ses origines que de son évolution.

  • 9 Plusieurs tours viendront se greffer sur cette muraille.
  • 10 II s’agit de la Butte Talbot, située à environ 500 m au nord, qui correspond vraisemblablement à u (...)
  • 11 Impey, 2000. Il s’agit de la phase de construction la.

10On pointera en premier lieu quelques-unes des faiblesses des recherches évoquées plus haut. Les historiens et les archéologues se sont tout d’abord cantonnés à la partie centrale du château, dans laquelle ils ont cherché la « Tour » du Xe siècle (photo 1). Ils ont exclu, de façon arbitraire, les ouvrages périphériques qui contribuaient à sa défense, et en particulier l’enceinte la bordant au nord et à l’ouest9 ; négliger, dans l’analyse du monument, le système de fossés qui le protégeaient au nord et l’existence, à l’opposé, d’une vaste basse-cour, nous paraît constituer autant d’entraves à la bonne compréhension de cette fortification, à laquelle il convient de rattacher au moins un ouvrage périphérique10. Plusieurs évidences architecturales ont enfin été négligées, voire ignorées, dans la plupart des analyses du monument : il s’agit de la reconstruction presque totale du mur oriental de la « grande salle », et de l’existence, en divers points du monument, de trous de boulins au niveau des actuels sols de circulation, qui révèlent que le monument se trouve par endroits encore enterré de façon significative. Un élément déterminant est enfin apparu, au début des années 2000, lors de l’effondrement, sous l’effet des éléments naturels, d’une importante masse de remblais : il s’agit de deux contreforts d’angle permettant de supposer l’existence d’une construction primitive, dont l’existence avait jusque-là échappé aux observateurs. E. Impey est le seul à avoir tenté une analyse fine de la tour, à partir d’une étude approfondie de ses maçonneries visibles. Sa définition du noyau primitif mérite, à la lueur des éléments qui viennent d’être exposés, d’être reprise11 : la construction d’origine n’est peut-être pas cette grande salle comportant une extension à l’est englobant la chapelle, dont l’angle sud-est aurait été fermé dans un second temps, pour donner un plan rappelant celui de la Tour de Londres.

Photo 2. L’angle nord-est de la construction primitive (état 1), encadré par deux contreforts d’angle, à gauche sur la photo (photo D. Pitte).

L’édifice primitif (fig. 1, état 1)

  • 12 Disposition confirmée par plusieurs sondages réalisés en 2009.

11La construction la plus ancienne sur le site pourrait avoir été un grand bâtiment rectangulaire orienté nord-sud, dont un niveau nous est parvenu. Trois côtés de l’édifice sont connus avec certitude ; la localisation du mur sud demeure, en l’état actuel des connaissances, hypothétique. Les données en notre possession indiquent que nous sommes en présence d’un rez-de-chaussée12. Ce dernier était abondamment éclairé par quatre fenêtres percées dans son mur ouest ; une porte très basse et étroite, traversant le mur nord, la reliait à l’extérieur. L’existence d’une baie ouvrant vers l’est n’est, en l’état actuel des recherches, en aucun cas attestée. Nous n’avons pas d’information sur le ou les niveaux supérieurs de cette construction, dont le caractère résidentiel est suggéré par l’existence de nombreuses baies. Jean Mesqui voit, dans ce rez-de-chaussée, « une salle publique » et pressent dans cette disposition « l’influence de modèles palatiaux plus anciens » (Mesqui, 1991 : 106) ; en l’absence totale de données concernant les niveaux supérieurs, peut-on totalement écarter l’hypothèse d’une salle basse bien éclairée, proche de celles que les XIe et XIIe siècles édifieront en grand nombre dans la région ?

Une extension vers l’est (fig. 1, état 2)

  • 13 La base de cette ouverture a été retrouvée lors d’un sondage exécuté en 2009 : sa largeur était pr (...)

12Deux salles voûtées viennent s’appuyer sur une reconstruction partielle du mur oriental de la construction initiale. Cette extension pourrait avoir été effectuée en deux phases, si l’on en croit l’articulation de S2 et S3, et les différences dans leur mode de voûtement. La salle 2 est située sous une construction identifiée comme chapelle, à cause de l’abside à contreforts encore partiellement visible à l’étage ; le mur sud de la salle 3 est percé par une porte et une fenêtre très ébrasée vers l’intérieur, qui lui fournit un éclairage abondant. Une porte (p) est vraisemblablement percée à cette époque dans le mur est de la salle 1, pour permettre une liaison avec l’extension13 La salle en rez-de-chaussée conserve ses dispositions ; elle était recouverte par un plancher qui s’appuyait sur un retrait de la maçonnerie encore visible dans son mur occidental ; au sommet de la partie conservée du mur nord, et approximativement en son centre, on lit les traces possibles d’une porte qui aurait donné accès au premier étage. Le maintien en service des baies du rez-de-chaussée indique que nous nous trouvons toujours dans un contexte, au moins pour partie, résidentiel ; au niveau de la chapelle, l’étage au-dessus de la salle 1 pourrait alors avoir fait office de « grande salle » ou aula.

L’enfouissement de la construction et le renforcement de son caractère militaire (fig. 1, état 3)

  • 14 La présence d’un plancher s’explique par l’existence d’une salle située sous S4.

13L’angle sud-ouest et le mur sud de la salle 1 sont détruits, puis reconstruits. Le mur sud est prolongé vers l’est et fait un angle avec une seconde muraille rejoignant au nord l’extension : ils encadrent une troisième salle voûtée (S4), établie sur un plancher, de plein pied avec la salle14.

  • 15 Cette phase de remblaiement ne concerne pas la partie orientale du château, située en bordure d’un (...)

14Cette phase de travaux s’accompagne d’un remblaiement massif (sur plusieurs mètres) des côtés nord, sud et ouest de l’édifice15. Les salles 1, 2 et 3, situées en rez-de-chaussée, se trouvent désormais enterrées. Trois fenêtres de la salle 1 sont obturées par de la maçonnerie et la quatrième détruite, alors qu’un escalier en pierre, accolé au mur oriental, permet de rejoindre le nouveau sol extérieur. On peut penser que la porte nord a été également condamnée au cours de ce remaniement.

15La chapelle, à l’étage, est rasée au cours de cette opération ; une tour (T3), desservie par une galerie encore en partie conservée, vient occuper à l’étage l’angle nord-est de la construction. La tour repose partiellement sur le remblai rapporté et les fortifications qui lui sont attenantes fondées sur les maçonneries préexistantes et un massif en blocage venant combler la partie orientale de la salle 2. Ces fortifications sont accessibles à partir d’une porte dont la trace est encore lisible au sommet de la partie conservée du mur sud et d’un escalier percé dans l’épaisseur du mur sud de S3.

Fig. 1. Hypothèse d’évolution de la Tour d’Ivry (dessin : D. Pitte).

  • 16 Elles émanent, pour l’essentiel, des fouilles réalisées en 2009, dont les données sont en cours de (...)

16Des données convergentes, qu’il n’est pas possible de détailler ici16, permettent de penser que le bâtiment primitif a été transformé en cour (à une date qu’il conviendra de préciser), après effondrement de ses planchers, disparition de sa couverture et conservation partielle de ses murs nord, sud et ouest. La Tour d’Ivry n’aurait alors conservé que des espaces à vocation militaire, concentrés dans sa partie orientale, la moitié opposée abritant des installations techniques (puits...).

Vers une relecture de la Tour d’Ivry ?

17Cette lecture des vestiges permet d’élaborer de nouvelles hypothèses sur la génèse de la Tour d’Ivry. On peut légitimement penser que les termes « turns famosa, ingens et munitissima » ne s’appliquent pas à l’état 1. L’état 2 nous semble également devoir être écarté : l’ouvrage était en effet encore largement ouvert en partie basse, comme le confirme la structure de la salle 3, dont le mur sud est percé par deux larges baies. Avec le remblaiement du pourtour de l’ouvrage nous entrons, semble-t-il, dans une autre logique : une construction militaire (T3) se substitue à la chapelle ; l’enfouissement des parties anciennes du château entraîne la condamnation de la plupart des baies situées à ce niveau et vraisemblablement une redéfinition de son rôle. Peut-on, dès lors, évoquer une tour énorme et très fortifiée ?

  • 17 On pouvait s’en douter en observant les trous de boulins situés en plusieurs endroits juste au-des (...)
  • 18 Il n’est pas interdit de penser qu’une autre salle existait également sous S3 et que toutes ou par (...)

18Les hypothèses évoquées plus haut, qui découlent d’une observation des élévations visibles, devront bien entendu être confrontées aux résultats des fouilles à venir. La campagne de sondages réalisée en 2007 a montré que le potentiel archéologique du site était encore très important17. Elle nous invite également, par ses résultats, à la prudence : en révélant l’existence d’une salle comblée sous l’emprise de S4, les recherches ont rappelé que la partie inférieure de la Tour était encore en bien des endroits masquée par des remblais, et que nombre de ses dispositions nous échappent encore18. A l’opposé, la fouille entreprise l’année suivante le long du mur sud de l’ouvrage incite, par la précision de ses résultats, à l’optimisme et permet de penser que la plupart des questions posées par le monument trouveront une réponse.

  • 19 On accède en effet au château par le nord.
  • 20 Cette configuration est loin d’être totalement connue, mais il semble qu’une partie des ouvrages c (...)

19Il conviendra, avant toute conclusion, de réintégrer dans l’analyse du monument plusieurs éléments primordiaux à une bonne compréhension de ses origines et de son évolution. Il s’agit tout d’abord des portions d’enceintes précédant au nord et à l’ouest la tour : à quel état doivent-elles être associées ? On veillera également à prendre en considération les murailles et ouvrages bâtis postérieurement à l’apport du remblai en phase 3. Leur importance est loin d’être négligeable ; ils ont pour certains disparu lors des fouilles anciennes, mais leur trace subsiste dans la documentation issue de ces recherches. La position de la basse-cour, en retrait par rapport à la Tour qui est la première exposée au danger19, devra être expliquée. Enfin, les fouilles réalisées en 2009 ont montré l’importance déterminante de la configuration du site au moment des premières constructions20.

20Nous sommes, à Ivry, au cœur de la problématique concernant l’origine des tours romanes qui ont marqué le paysage de la France et de l’Angleterre aux XIe et XIIe siècles. Pierre Héliot a évoqué cette question dans un article concernant les « origines du donjon résidentiel et les donjons-palais romans de France et d’Angleterre », dans lequel il conclut que la forme et la structure du donjon résidentiel se fixent « au terme d’une série de mutations, probablement amorcées dans l’ensemble de la Francie carolingienne » (1976). Ivry pourrait, compte tenu de sa complexité et de sa richesse archéologique, constituer une référence pour cette question, aux côtés de Doué-la-Fontaine ou de sites étudiés plus récemment comme les châteaux de Langeais ou de Mayenne.

Bibliographie

Bibliographie

Barral I Altet X. dir. (1987) — Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil. Paris, Picard.

Baudet R. (1977) – Depuis neuf ans, le club archéologique d’Ivry sauve les restes du château d’Ivry-la-Bataille. La Vie et l’Art en Normandie, 5, p. 11-15.

Bauduin P. (2004) – La première Normandie (Xe-XIe siècles). Presses universitaires de Caen.

Boüard M. de (1974) – De l’aula au donjon. Les fouilles de la motte de la Chapelle à Doué-la-Fontaine (Xe-XIe siècle). Archéologie Médiévale, III-IV, 1973-1974. Caen, 1974, p. 5-110.

Héliot P. (1976) – Les origines du donjon résidentiel et les donjons-palais romans de France et d’Angleterre. Cahiers de civilisation médiévale Xe-XIIe siècles. Université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, 17e année, 32, juillet-septembre, p. 115-134.

Impey E. (2002) —The Turns Famosa at Ivry-la-Bataille, Normandy. The seigneurial Residence in Western Europe AD. C 800-1600, G. Meirion-Jones, E. Impey and M. Jones ed. BAR international series, p. 189-210.

Impey E., Lorans E. (1998) – Le donjon de Langeais (Indre-et-Loire) et son environnement. Étude historique et archéologique. Deux donjons construits autour de l’An Mil, Bulletin monumental, t. 156.

Joulain D., Baudet R. (1991) – Connaissance de l’Eure, 79, janvier, p. 4-23.

Le Maho J. (1987) – Le duché de Normandie. Le paysage monumental de la France autour de Tan Mil, Barral i Altet X. dir.

Mesqui J. (1991) – Châteaux et enceintes de la France médiévale. vol. 1.

Musset L. (1992) – Autour du château d’Ivry. Annuaire des cinq départements de la Normandie, Congrès d’Evreux, 1991. Caen, p. 89-93.

Pitte D., Impey E. (2000) – Le château d’Ivry (Eure). La Normandie vers Tan Mil. Société de l’histoire de Normandie, p. 77-83.

Suger (1929) – Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet éd. et trad. Paris.

Vital O. (1969) – The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, ed. and trans. Chibnall M. Oxford Medieval Texts, 1969-1980, 6 vol. , t. 8.

Notes

1 « Haec nimirum est turris famosa, ingens et munitissima, quam Albereda uxor Radulfi Baiocensis comitis construxit, et Hugo Baiocensis episcopus frater Johannis Rotomagensis archiepiscopi contra duces Normannorum multo tempore tenuit. Ferunt quodprefata matrona postquam multo labore et sumptu sepefatam arcem perfecerat. Lanfredum architectum cuius ingenii laus super omnes artifices qui tunc in Gallia erant transcenderat, qui post constructionem turris de Pedueriis magister huius extiterat, ne simile opus alicubi fabricaret decollari fecerat » (Vital, 1969 : 290).

2 Les lignes qui suivent empruntent beaucoup à cet ouvrage, dans lequel le lecteur trouvera les références détaillées des chroniques médiévales que nous évoquons.

3 Cette même année, si l’on en croit Suger de Saint Denis qui est le seul à rapporter cet épisode, Louis VI aurait fait incendier la forteresse : « Il se précipite sur la Normandie et, à la tête d’un ost merveilleux, il la ravage, prend d’assaut, à la suite d’un vif engagement, un château très bien fortifié, qu’on appelle Ivry, le fait livrer à incendie » (Suger, 1929 : 199).

4 Archives nationales (AN), Q/1/194/1.

5 AN, P//2043. Le document précise que la forteresse consiste « seulement en quelques restes de debris de batimens dont on ne peut faire usage à l’égard du terrain il fait partie de la Garene d’Ivry ».

6 E. Impey et E. Lorans signalent que le site « fut soigneusement étudié pour la première fois par Jacques et Serge Le Maho en 1989 » (1998 : 33, note 58). S’agit-il de la même opération ?

7 Les recherches menées vingt ans plus tard dans le même secteur montrent que les fouilleurs ont pour le moins joué de malchance dans l’implantation de leurs sondages.

8 Impey, 2002 :189-210. Cette étude est basée sur des relevés de terrain réalisés en 1995.

9 Plusieurs tours viendront se greffer sur cette muraille.

10 II s’agit de la Butte Talbot, située à environ 500 m au nord, qui correspond vraisemblablement à une petite motte ayant supporté un poste avancé. Une autre structure du même type, repérée par photographie aérienne, a peut-être également existé au sud.

11 Impey, 2000. Il s’agit de la phase de construction la.

12 Disposition confirmée par plusieurs sondages réalisés en 2009.

13 La base de cette ouverture a été retrouvée lors d’un sondage exécuté en 2009 : sa largeur était proche de 2,40 m !

14 La présence d’un plancher s’explique par l’existence d’une salle située sous S4.

15 Cette phase de remblaiement ne concerne pas la partie orientale du château, située en bordure d’un à-pic descendant vers la vallée de l’Eure et l’agglomération d’Ivry.

16 Elles émanent, pour l’essentiel, des fouilles réalisées en 2009, dont les données sont en cours de traitement.

17 On pouvait s’en douter en observant les trous de boulins situés en plusieurs endroits juste au-dessus des actuels niveaux de circulation.

18 Il n’est pas interdit de penser qu’une autre salle existait également sous S3 et que toutes ou partie des ouvrages venus

19 On accède en effet au château par le nord.

20 Cette configuration est loin d’être totalement connue, mais il semble qu’une partie des ouvrages constituant la partie orientale de la Tour aient été construits en avancée sur l’à-pic dominant l’agglomération d’Ivry.

Table des illustrations

Légende Photo 1. La partie centrale du château d’Ivry, dans laquelle historiens et archéologues ont cherché la Tour du Xe siècle (photo D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Photo 2. L’angle nord-est de la construction primitive (état 1), encadré par deux contreforts d’angle, à gauche sur la photo (photo D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 1. Hypothèse d’évolution de la Tour d’Ivry (dessin : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540