Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Évolution d’une parcelle autour d’une cave médiévale à Brionne (Eure), rue Lemarrois

Evolution of a parcel around a mediaeval court on rue Lemarrois, in Brionne

Bénédicte Guillot et Gilles Deshayes

Résumé

Cet article présente les résultats de deux opérations archéologiques, un diagnostic en 2005 suivi d’une fouille concentrée autour d’une cave en 2008, ainsi que sur une étude d’archives réalisée à l’issue de la fouille. La cave, de la fin du XIIIe – début du XIVe siècle, a une surface interne de 5 m par 3,30 m. Une voûte en plein-cintre est soutenue par deux arcs doubleaux saillants avec une base décorée. Près de 40 % des pierres observées sont marqués d’un signe lapidaire.

This paper presents the results of two archaeological operations, consisting of a 2005 diagnosis followed by excavations focusing on a cellar in 2008, and a 2008 archive study prepared after the excavations. The cellar dates back from the late-XIIIth/early-XIVth centuries and includes an internal surface of 5 m in length by 3.5 m in width. A semicircular vault is supported by two salient cross-springers with an ornate base. Close to 40 % of the stones bear a lapidary sign.

Texte intégral

Fig. 1. Localisation de la grande maçonnerie sur le cadastre actuel (B. Guillot, G. Deshayes).

1Cet article va présenter l’évolution d’une parcelle sise à Brionne, dans Factuelle rue Lemarrois. Nous nous appuierons pour cela sur les résultats de deux opérations archéologiques, un diagnostic en 2005 suivi d’une fouille concentrée sur une centaine de mètres carrés en 2008, ainsi que sur une étude d’archives réalisée par G. Deshayes à l’issue de la fouille.

2La ville actuelle de Brionne occupe toute la largeur de la vallée de la Risle au sud-ouest de Rouen. Le terrain étudié est situé près de l’église NotreDame, dont l’existence est attestée dès le XIe siècle, entre le château primitif (Farcy, 2007), construit entre deux bras de la rivière à l’ouest, et le donjon des comtes de Meulan édifié dans le premier quart du XIIe siècle (Pitte, 1996 ; Mouchard, 2007).

L’étude historique

  • 1 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 1284 : « Procès-verbal de visite du prieuré de (...)
  • 2 ADSM, 75 HP 32 : « Procès-verbal de visite des lieux occupés par Jacques Marais, prêtre à Brionne »
  • 3 Ce plan n’a pas été conservé aux archives mais il a été publié dans Duchemin, 1890.

3Au XVIIIe siècle, les terres autour de l’église Notre-Dame font partie du prieuré Notre-Dame dont deux procès-verbaux de visite sont conservés. Le premier date de 17351 moment de sa réunion avec le prieuré Saint-Louis de Rouen, et le second de 17662 pendant un procès. Les deux documents décrivent précisément les lieux, le second étant de plus accompagné d’un plan3

4Ceci permet d’affirmer que la parcelle fouillée faisait partie de ce prieuré Notre-Dame au XVIIe siècle (fig. 2). Ce dernier avait repris en 1643 les possessions de l’hôpital de Brionne, mentionné avec sa chapelle Saint-Jean par Eudes Rigaud lors de sa visite en mai 1262 (Bonnin, 1852).

5Les documents font état de nombreux achats de parcelles par les soeurs du prieuré mais toujours en direction du sud, vers les anciennes halles de Brionne (à l’angle des actuelles rues Lemarrois et du Maréchal Foch). La parcelle étudiée se trouvant au nord du prieuré, il est possible qu’elle fasse partie des donations originelles du prieuré et se trouvait donc incluse dans les possessions de l’Hôpital de Brionne au XVIIe siècle.

Fig. 2. Localisation de la cave sur le cadastre actuel (en pointillé emprise du prieuré Notre-Dame au XVIIIe siècle) (B. Guillot).

Des traces d’occupation ténues de l’Antiquité et du haut Moyen Âge

6Les premières traces d’occupation dans la parcelle sont très ténues. Une fosse est datée de la première moitié du Ier siècle ap. J.-C. En partie supérieure se trouvaient de nombreuses scories. Etudiées par N. Zaour, elles se répartissent en culots de forge, scories coulées et parois scoriacées et témoignent de la réduction du minerai de fer et des travaux de forge dans les environs immédiats de la fouille. Le début du haut Moyen Âge n’a laissé aucun vestige et il faut attendre la période carolingienne pour voir le début de la réoccupation de l’espace, tout d’abord par trois fosses, dont l’une, très grande, a livré quelques fragments de céramique des IXe-XIe siècles. Il faut noter que ces fosses contenaient également un important mobilier céramique résiduel couvrant toute la période antique, de l’époque augustéenne au IIIe siècle mais avec une plus forte proportion du IIe siècle.

Un mur d’enceinte des XIIe-XIIIe siècles

7Mais c’est seulement à la période suivante que l’espace se structure autour d’une imposante maçonnerie, de 1,90 m de large, dont deux parties ont été dégagés. La restitution proposée comprend une première portion orientée est-ouest d’au moins 27 m de long, avant un tournant vers le sud-ouest selon un angle ouvert de 128°. Il faut signaler une importante rupture de pente sous la portion orientale du mur qui pourrait témoigner d’une première délimitation de l’espace, de type fossé, avant la construction de la maçonnerie (fig. 1).

8Cette dernière est difficilement attribuable à un habitat classique mais évoque plutôt soit un ouvrage défensif, soit une structure servant à enclore un terrain « sain » au sud-est par rapport à une zone tourbeuse située à l’ouest et au nord. Cette structure semble avoir fonctionnée durant les XIIe et XIIIe siècles d’après le mobilier céramique recueilli. Ce dernier provient soit des niveaux contemporains de son utilisation, soit des remblais de démolition immédiatement postérieurs à la maçonnerie.

Une cave de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle

  • 4 II est tentant de lier la construction de la cave à l’histoire de l’hôpital de Brionne à la fin du (...)

9Quoiqu’il en soit, ce mur d’enceinte est détruit avant l’édification d’un bâtiment avec cave à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle4. Cette cave, qui subsiste toujours, a fonctionné jusque dans les années 1980 où elle servait de soute à charbon et elle a subi de nombreux remaniements durant ses sept siècles d’activité. On peut signaler que la cave s’aligne sur l’ancienne grande maçonnerie et cette orientation est celle du bâti durant toute la période médiévale et moderne. Il faut en effet attendre la fin du XIXe siècle pour qu’une nouvelle demeure s’aligne sur la rue Lemarrois comme le reste des édifices du quartier (fig. 2).

10À l’origine, la cave a un plan rectangulaire couvrant une surface au sol d’un peu plus de 30m2 pour une surface interne de 5 par 3,30 m, soit 16,50 m2 (fig. 3). Elle utilise en partie la pente du terrain et est donc entièrement enterrée à l’est mais seulement à moitié à l’ouest. L’accès se faisait de ce côté grâce à un escalier en pierre de taille. Il existait au moins un éclairage par une baie au sud. Les murs reposent directement sur le terrain naturel. Ils sont en petits moellons de calcaire et en silex, sauf au niveau des angles où des pierres de taille sont utilisées. La couverture est réalisée au moyen d’une voûte en plein-cintre soutenue par deux arcs doubleaux saillants avec une base décorée (fig. 4 ; photos 1 et 2). Ces doubleaux ont certainement servi à soutenir les cintres de bois lors de la pose de la voûte. La hauteur sous voûte est d’environ 3 m. Près de 40 % de pierres observées (sur un total de 1 110 pierres) sont marqués d’un signe lapidaire, un chiffre romain I, II, III, IIII, V et VI, aussi écrit IV (photo 3). Les autres pierres ont souvent été retaillées après la pose pour lisser la voûte. Les marques correspondent pour la grande majorité des cas à la hauteur des pierres :

  • I : 2,5 pouces ; 67,5 mm

  • II : 3 pouces ; 81 mm

  • Ill : 3,5 pouces ; 94,5 mm

  • IIII : 4 pouces ; 108 mm

  • V : 4,5 pouces ; 121,5 mm

  • VI : 5 pouces ; 135 mm

Photo 1. Partie sud du mur gouttereau ouest avec le départ de la voûte et les deux arcs doubleaux (cliché G. Deshayes).

Photo 2. Détail de la base d’un arc doubleau (cliché B. Guillot).

Fig. 3. Plan général de la cave (B. Guillot).

Fig. 4. Face nord du doubleau nord de la cave et vue axonométrique de la base des arcs doubleaux (G. Deshayes).

Photo 3. Détail des marques sur les pierres de la voûte (cliché B. Guillot).

Fig. 5. Robinet d’aquamanile en bronze du XVIe siècle (S. Le Maho).

11Des exemples de gabarits de hauteur de pierre abondent dans d’autres caves de la région, comme Jumièges, Gisors, Conches etc.

12Il semble que la décision de rehausser le niveau de sol ait été prise lors des travaux de construction et le premier sol en calcaire cachait la base décorée des arcs doubleaux. La raison de ce changement reste indéterminée, même si une remontée de la nappe phréatique fournit une explication valable. En effet, une quinzaine de jours après le début de la fouille, c’est-à-dire au début du mois de mars de l’année dernière, la nappe est remontée d’une trentaine de centimètres dans la cave, noyant les sondages déjà réalisés.

Un rehaussement du sol au XVIe siècle

13Au xvIc siècle, de nouveaux remblais sont amenés afin de remonter le sol une nouvelle fois, recouvrant alors les deux premières marches de l’escalier. Parmi ces remblais a été découvert un robinet d’aquamanile en alliage cuivreux (fig. 5). Il comporte une clef en forme de coq avec un poinçon en forme d’oiseau et un tuyau de canalisation avec un pas de vis en son centre et une bouche à l’une de ses extrémités dont la forme zoomorphe évoque un chien ou un griffon.

Les travaux dans et aux abords de la cave aux XVIIe et XVIIIe siècles

14De plus profonds changements que de simples rehaussements de sol vont avoir lieu durant la période moderne avec une reprise de toute la partie nord, aboutissant à la construction d’un nouveau pignon réduisant ainsi la surface interne de la cave (on passe de 5 m à 4,55 m) (fig. 6). Une nouvelle fenêtre est percée du côté nord. L’entrée est également reprise, l’escalier est rehaussé et un nouveau mur vient doubler le mur ouest. Au sud, la fenêtre est transformée en soupirail d’abord avec une goulotte, puis en étroit conduit. Enfin, un nouvel édifice est accolé à la cave à l’ouest.

Fig. 6. Coupe sud-nord de la cave et de ses abords (en noir, niveaux de sol ; en blanc, remblai) (B. Guillot).

Fig. 7. Plan de l’occupation aux XVIIe-XVIIIe siècles avec l’emplacement des pièces d’après les procès-verbaux de visite (en noir, maçonneries médiévales ; en grisé, maçonneries modernes) (B. Guillot).

15Le milieu du XVIIe siècle est un moment important pour l’histoire de la parcelle puisque, nous l’avons vu, un prieuré bénédictin est créé à l’emplacement de l’hôpital, alors abandonné. Mais il ne semble pas que cela se soit traduit par de grands travaux dans la cave puisque ces modifications semblent plus récentes et remonter au courant du XVIIIe siècle d’après la datation céramique. Seules quatre monnaies témoignent de l’occupation de la parcelle durant le XVIIe siècle (Cardon, 2007) : deux doubles tournois d’Henri IV (frappé à Paris, 1603-1610 ; et à Lyon, 1608), un double tournois de Louis XIII (des environs de 1620-1630) et un liard de France de Louis XIV frappé à Rouen (1655-1658).

  • 5 ADSM, G 1284, fol. 3 r .

16Au XVIIIe siècle, les renseignements sur le quartier et le prieuré Notre-Dame de Brionne sont beaucoup plus importants, grâce aux deux procès-verbaux de visite cité ci-dessus. Ces deux documents, qui décrivent précisément les lieux, donnent les dimensions exactes des bâtiments visités (fig. 7). La cave, mesure 14,5 pieds de long (environ 4,70 m) par 10 pieds 3 pouces de large (environ 3,62 m), ce qui correspond à peu près aux données de la fouille (4,55 m par 3,30 m). En 1735, il est fait mention de « deux corps de logis qui tiennent ensemble l’un plus élevé que l’autre qui servoit aussy à loger des religieuses, le moins élevé sur une muraille de pierre de bizet [...], au-dessous de cette [sorte] de bâtiment est une cave voûtée [...] laquelle nous a paru en bon état ; l’autre bâtiment plus élevé nous a paru en moins bon état5 ». Le plan de l’ensemble est le suivant : on pénétrait par l’ouest dans une première pièce servant de cuisine, puis dans un salon, dans un « petit caveau » ou « cellier » et enfin dans la cave.

  • 6 ADSM, 75 HP 32, fol. 6 v .

17Les documents permettent également de connaître l’environnement immédiat de l’édifice : au nord un jardin « fermé d’un costé et d’un bout par des murs de beauge, de l’autre bout aussy par un bout de mur de beauge, et d’autre costé par la rivière de Risle, contre lesquels murs d’un costé et d’un bout il y a quelques arbres fruitiers en espalier comme peschers et poiriers, qu’il y en a aussy quelque uns en éventails », et au sud une cour « descendant à la rivière [où se trouvent] vingt huit jeunes arbres fruitiers en pommiers, poiriers, pruniers et ceriziers6 ».

La parcelle durant la période contemporaine

18Le cadastre dit napoléonien de 1827 donne les mêmes indications avec un bâtiment agrandi vers l’est, un jardin et un verger. En 1882, la maison est détruite et une grande demeure est construite, ainsi que des hangars, dont un sert de pigeonnier avec une façade en bois sculpté. Durant l’hiver 1983-1984 la demeure est à son tour démolie et la cave enfouie sous les broussailles jusqu’en 2005.

Bibliographie

Bibliographie

Bonnin T. (1852) – Journal des visites pastorales d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen, 1248-1269. Rouen, Lebrument, 860 p.

Cardon T. (2007) – Étude numismatique. Brionne (27) 2007. Rue Lemarrois, Guillot B. dir. Rapport final d’opération, Service régional de l’archéologie, 2008.

Duchemin P. (1890) – Les Bénédictines de Brionne. Brionne, E. Amelot, 48 p.

Farcy D. (2007) – Brionne au Moyen Âge. Recherches historiques et archéologiques. Bulletin des amis des monuments et sites de l’Eure, Cahiers Jacques Charles, 9, 60 p.

Guéry C. (1893) – Annales de la communauté des religieuses hospitalières d’Harcourt, diocèse d’Évreux. Revue catholique de Normandie, p. 281.

Mouchard J. (2007) – Le donjon de Brionne. Rapport 2007 du PCR sur les fortifications de terres de Normandie, p. 63-96.

Pitte D., Calderoni P., Brabant J.-P. (1996) – Le Donjon de Brionne. Document final de synthèse. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Notes

1 Archives départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 1284 : « Procès-verbal de visite du prieuré des bénédictines de Brionne ».

2 ADSM, 75 HP 32 : « Procès-verbal de visite des lieux occupés par Jacques Marais, prêtre à Brionne ».

3 Ce plan n’a pas été conservé aux archives mais il a été publié dans Duchemin, 1890.

4 II est tentant de lier la construction de la cave à l’histoire de l’hôpital de Brionne à la fin du XIIIe siècle. En 1295, il est fait mention en effet d’une reconstruction par Jean d’Harcourt de l’hôpital détruit par un incendie, peut-être un de ceux qui touche la ville dans les années 1286-1287 (Guéry, 1893 : 281, d’après un document conservé aux archives départementales de l’Eure, cote H 1695). Cette campagne de travaux pourrait inclure l’édification d’un bâtiment en pierre avec une cave voûtée d’architecture soignée et de qualité.

5 ADSM, G 1284, fol. 3 r .

6 ADSM, 75 HP 32, fol. 6 v .

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la grande maçonnerie sur le cadastre actuel (B. Guillot, G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2. Localisation de la cave sur le cadastre actuel (en pointillé emprise du prieuré Notre-Dame au XVIIIe siècle) (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Photo 1. Partie sud du mur gouttereau ouest avec le départ de la voûte et les deux arcs doubleaux (cliché G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Photo 2. Détail de la base d’un arc doubleau (cliché B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3. Plan général de la cave (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 4. Face nord du doubleau nord de la cave et vue axonométrique de la base des arcs doubleaux (G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Photo 3. Détail des marques sur les pierres de la voûte (cliché B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5. Robinet d’aquamanile en bronze du XVIe siècle (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 6. Coupe sud-nord de la cave et de ses abords (en noir, niveaux de sol ; en blanc, remblai) (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 7. Plan de l’occupation aux XVIIe-XVIIIe siècles avec l’emplacement des pièces d’après les procès-verbaux de visite (en noir, maçonneries médiévales ; en grisé, maçonneries modernes) (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6881/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540