Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 3-5 avril 2009

 | 
François Erlenbach

Vivre au pied du château d’Évreux (Eure). Résultats de la fouille préventive du parking de l’hôtel de ville d’Évreux (2007)

Living at the foot of Evreux castle: Results of the 2007preventive excavations at Évreux’s city hall underground parking

Bénédicte Guillot

Résumé

La fouille du parking de l’hôtel de ville d’Évreux en 2007 a permis d’observer l’évolution d’un secteur hors des murs de la ville, le long du fossé oriental protégeant le castrum puis le château médiéval, entre la période gallo-romaine et le XIXe, voire le XXe siècle. Cet article reprend les résultats de la fouille archéologique enrichis par les différentes études environnementales qui ont pu être menées.

Thanks to the excavations conducted in Evreux’s city hall parking in 2007, it was possible to study the evolution of an extra-muros sector of the town along the eastern ditch protecting the original castrum and later the mediaeval castle between the Gallo-Roman period and the XIXth or even the XXth century. This article describes the results of the archaeological excavations, which have been enhanced by the various relevant environmental studies.

Texte intégral

1Le projet de création d’un parking souterrain derrière l’hôtel de ville d’Évreux a amené la réalisation d’une fouille préventive sur près de 4 000 m2 en 2007. Elle a permis d’étudier l’occupation d’un secteur bien particulier de la ville entre la période gallo-romaine et le XIXe siècle. On se situe en effet hors des murs de la ville, le long du fossé oriental protégeant le castrum puis le château médiéval. Évreux est la ville principale de l’Eure, qui s’est développée dans la vallée de Piton, laquelle est encadrée par des plateaux calcaires.

La période gallo-romaine et le haut Moyen Âge

2D’après nos connaissances sur l’agglomération du Haut-Empire, le terrain étudié se situe entre le possible forum à l’ouest et les thermes à l’est (fig. 1). Il est occupé depuis la période gallo-romaine, les vestiges se rattachant à une occupation structurée, avec des sols en argile jaune, plus rarement en calcaire, et des maçonneries non parementées composées d’un unique blocage en fragments calcaires (fig. 2). Au sud, le mobilier céramique appartient à un horizon précoce augusto-tibérien, soit le premier tiers du Ier siècle ap. J.-C. Les niveaux mis au jour au nord semblent un peu plus récents et datent de la fin du Ier-IIe siècle au IIe- début IIIe siècle. La fouille a permis de montrer qu’à l’exception d’une bande de 3 à 4 m de large globalement orientée nord-sud, les niveaux antiques ont tous été détruits par d’importants travaux d’excavation réalisés à la fin de la période gallo-romaine (fig. 2). Il s’agit de deux grands creusements présents sur toute la longueur du terrain (soit plus de 100 m), qui pourraient se rattacher à la phase de construction du castrum d’Evreux, édifié vers les années 270-280 et qui forme un quadrilatère irrégulier délimitant une superficie de 9 ha. Nous serions dans ce cas en présence d’un système de fossés parallèles protégeant la cité du Bas-Empire. Mais il faut noter que l’assimilation de ces creusements aux fossés de la cité reste une hypothèse puisque nous n’avons pu en observer ni le profil complet, ni le fond.

Fig. 1. Plan d’Évreux à l’époque antique d’après les découvertes récentes (B. Guillot).

3L’ensemble du secteur est ensuite remblayé par des niveaux de « terres noires » (niveaux qui séparent les stratifications complexes de la ville antique, entre le Ier et les IIIe-Ve siècles, de celles de la ville médiévale, à partir des XI-XIIe siècles) contenant du mobilier céramique allant du Haut Empire au XIIe siècle, mais avec un hiatus important concernant les périodes mérovingiennes et carolingiennes. Leur épaisseur varie entre quelques dizaines de centimètres au-dessus de niveaux antiques, à plus d’un mètre au sud-est, dans le « fossé » oriental.

Fig. 2. Plan de l’occupation gallo-romaine et localisation des possibles fossés du bas-Empire (B. Guillot).

Fig. 3. Plan d’Évreux l’époque médiévale (B. Guillot).

Fig. 4. Phasage de l’occupation des XIIe-XIIIe siècles (B. Guillot).

L’habitat des XIIe-XIIIe siècles

4C’est donc sur un terrain vierge que s’installent des bâtiments au nord du site à la fin du XIIe siècle. A cette époque, la ville se compose de deux éléments urbains : l’ancienne Cité antique et le Bourg médiéval, qui a reçu une enceinte au XIIe siècle. Le chantier de fouille se situe globalement entre la tour du Ravelin et celle du Châtel, qui sont les deux tours qui délimitent le château médiéval (fig. 3). Il s’agit donc d’une zone stratégique de la fortification en arrière du château. L’édifice médiéval est très mal connu et son étude reste à faire. Nous avons pu identifier trois phases dans ces habitats (fig. 4). Le premier ensemble construit (F) semble limité par une palissade, qui marque la séparation avec la zone sud. On peut restituer deux pièces d’au minimum 15 m2 (Fl et F3) encadrant une cour centrale (F2), avec un espace libre au sud (F4). Le mode de construction est différent dans les deux pièces. À l’ouest, la salle Fl est plus soignée, avec une fermeture au sud grâce à un solin en blocs de silex, alors que les côtés semblent constitués par deux sablières basses renforcées de petits silex. Au contraire, la pièce orientale F3 est limitée au sud par une sablière basse et à l’ouest par des plots en calcaire. La même différence existe entre les deux foyers, à l’ouest la construction associe argile et pavés de terre cuite, alors qu’à l’est, l’âtre est composé d’une simple plaque d’argile rubéfiée. De plus, si le premier est surélevé d’une trentaine de centimètres, le second se trouve au niveau du sol. Plus au sud, se trouvent des fosses éparses et un petit bâtiment (G). A proximité de ce dernier ont été mis au jour des bois d’architecture dont l’étude par V. Guitton (INRAP) a permis de mettre en évidence des bardeaux en chêne qui pourraient provenir de sa couverture.

5Dans un deuxième temps, l’habitat continue à se développer vers le sud avec la construction d’un bâtiment rectangulaire (C). Les solins semblent constitués de rangées de silex avec des plots calcaires aux angles. La limite orientale reste inconnue mais, à titre d’indication, la surface conservée mesurait un peu moins de 40 m2

6Enfin, la troisième et dernière phase est marquée par l’abandon des précédents ensembles et par la construction de nouveaux bâtiments qui reprennent en partie leur emplacement. Au nord se trouvent deux bâtiments qui rejoignent la palissade. Le premier (D), à l’ouest, se compose d’une plate-forme rectangulaire en calcaire et de trous de poteaux soigneusement aménagés. Le sol est en argile et, contre le mur pignon sud, un foyer de diamètre est aménagé à même le sol. Ce bâtiment possède une superficie d’au moins 35 m2. A l’est, une tranchée orientée sud-nord permet de recevoir la sablière basse formant le mur gouttereau ouest du nouveau bâtiment E, qui possède deux pièces séparées par une cloison. Le sol est en mortier désagrégé jaune et fragments de calcaire.

Fig. 5. Objet en bois recueilli au fond du silo de la maison B (S. Le Maho, INRAP).

Fig. 6. Restitution de la maison B du XIIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).

Fig. 7. Restitution de l’occupation au XIIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).

7Au sud de la palissade est édifié un habitat plus imposant (B), qui se distingue d’abord par son ampleur (il couvre une surface minimale de 80 m2), puis par son plan en abside avec au moins trois pièces, dont une avec un foyer et une autre, qui devait servir de réserve, avec un silo. Au fond de cette structure se trouvait un objet en bois de hêtre qui se compose d’un cuilleron de plan circulaire et d’un manche (fig. 5). De petits trous groupés par deux perforent le cuilleron sur le pourtour (à 2 cm de distance de la rive) et selon une ligne transversale. Le fonctionnement en couple des trous sur la périphérie laisse penser à un système d’accroche au moyen de lanière. Pour l’instant il n’a pas été possible de trouver des objets comparables et d’identifier son utilisation domestique.

8Enfin la technique de construction est très particulière (fig. 6). Les parois se composent toutes de sablières basses en bois. Des trous de poteaux sont régulièrement espacés le long du côté interne des sablières basses. Cette disposition se rapproche d’un mode de charpente anglo-saxon appelé cruck qui utilise des paires de supports qui constituent à la fois la charpente du toit et celle des murs et qui forme une construction en « travées ». Ce mode de charpente est connu dès le Ier siècle ap. J.-C. et jusqu’au Ve siècle puis connait ensuite un hiatus, avant une reprise au XIIe siècle, notamment en Grande-Bretagne. En effet, plus de deux mille exemples ont été recensés en Angleterre et dans le pays de Galles. L’emploi d’une telle technique au XIIIe siècle à Evreux reste donc une singularité, mais faut-il y voir le signe d’une utilisation particulière de cette maison, ou bien d’un statut particulier de son constructeur ou propriétaire ? Il faut signaler qu’il est très rare de trouver des maisons en matériaux légers dans des fouilles en milieu urbain, le corpus est très réduit et on ne peut donc tirer des conclusions sur la présence d’une telle construction à cet endroit dans la ville d’Evreux. La restitution de la troisième phase de cet habitat au XIIIe siècle (fig. 7) montre que les bâtiments sont très proches des murailles et surtout du fossé de la ville, avec une distance minimale de 3 m seulement au nord-ouest. Cet endroit sert même de dépotoir pour les habitats voisins. Une étude des os de poissons et animaux issus de ce dépotoir par B. Clavel (INRAP) a fait ressortir une alimentation que l’on peut qualifier de monotone, centrée autour de la triade bœuf-porc-caprinés, des harengs et des anguilles. Enfin, il s’agit ici d’un dépôt particulier avec une forte sélection des os puisqu’il n’y a dans le dépotoir que des os de petite taille. Cette sélection des os par la taille laisse penser au résultat d’un balayage plutôt que d’un dépotoir classique où on jetterait tous les détritus. Le dépotoir étudié à Évreux est donc le résultat du balayage des maisons voisines. On y trouve aussi les rejets domestiques de cuisine avec des céréales, des légumineuses et des fruitiers.

9C’est un autre type de rejets qui a été mis en évidence au sud du terrain puisque plus de 55 kg de déchets métallurgiques et notamment des culots de forge ont été récoltés. Leur étude par N. Zaour (INRAP) a permis d’interpréter ce secteur, qui reste non bâti pendant tout le Moyen Âge, comme une zone de rejet préférentiel d’un atelier métallurgique proche qui, de l’épuration de loupe à la forge de petits objets, avait des activités très diversifiées.

10On peut essayer de restituer le paysage du secteur aux XIIe et XIIIe siècles grâce aux taxons reconnus par l’étude carpologique de M. Derreumaux (CRAVO) qui a révélé la proximité de jardins potagers et de cultures maraîchères. Les plantes sauvages montrent que l’on est en présence de friches nitrophiles, communes aux abords de villes et villages. Un entretien régulier de la végétation bloque le développement des arbres. Cette intervention n’a pas lieu tous les ans puisque les graines de ces plantes arbustives ont eu le temps de s’installer. Enfin, on peut signaler le très faible nombre de matériel minéralisé, ce qui dénote une absence ou une quasi absence de rejet de fumier ou de curage de latrines à cet endroit. Notons au passage qu’aucun taxon d’épineux de type prunellier ou aubépine ne semble avoir été planté en vue de défendre l’entrée de la ville.

11À la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle, un incendie, dont le départ semble être localisé dans la grande maison B, marque la fin de l’habitat dans le secteur pour deux siècles au moins. On pourrait presque dire jusqu’à présent puisque, si on excepte une maison-forge du XVIe siècle et deux maisons du XIXe siècle le long de la rue, ce secteur n’a plus jamais servi comme zone d’habitation.

Des travaux d’excavation liés à la guerre de Cent Ans ?

12À la fin du Moyen Âge, de grands travaux d’excavation sont effectués en lien avec le fossé. On perce deux dérivations à l’extrême sud et au centre du terrain (fig. 8). Elles partent du fossé et se dirigent d’abord vers l’est avant de bifurquer, au moins pour la dérivation centrale, vers le nord. La largeur de ce canal, dans sa partie la plus étroite, est d’environ 10 m. Les canaux fonctionnent entre le XIVe siècle et le XVe siècle, période d’insécurité liée à la guerre de Cent Ans. L’hypothèse la plus probable pour justifier ces aménagements est la mise en défense de la ville et du château durant cette période. Il est donc fort possible que la décision ait été prise de creuser des chenaux en arrière du fossé longeant le château, afin de créer une zone marécageuse pour gêner la progression des armées adverses.

13Ceci est conforté par l’étude carpologique menée dans les comblements de ces dérivations, qui a livré des graines de fruitiers et de plantes sauvages.

14Parmi ces dernières, la présence de plantain d’eau et d’ache faux-cresson donne des indices archéobotaniques sur le mode d’écoulement de l’eau. En effet, ce sont des espèces qui vivent aux bords des fossés et ruisseaux aux eaux peu courantes. On peut donc en déduire qu’un faible courant d’eau semble parcourir ces dérivations.

La restructuration du secteur au XVIe siècle

15Durant la première moitié du XVIe siècle a lieu une grande campagne de restructuration du secteur avec tout d’abord la construction du pont dit « du château ». Ce pont permettait d’accéder directement depuis les faubourgs orientaux de la ville dans l’enceinte du château sans passer par la cité ou le bourg. La culée orientale du pont, liée à un aménagement en bois, et une des piles ont été dégagées. Les maçonneries, construites en pierres de taille calcaire liées au mortier de couleur jaune, possèdent un plan rectangulaire avec des angles coupés ou arrondis du côté du fossé. Une campagne de rejointoiement avec du mortier de couleur orange est visible sur tous les parements des maçonneries. La distance entre la culée et la pile dégagée permet de restituer un entraxe de 9 m pour le pont. Une autre pile est donc nécessaire avant d’atteindre la muraille et l’entrée de « l’ostel du roy ». Il s’agit donc d’un pont à trois travées. On ne note aucun départ d’arc sur les maçonneries, d’où l’hypothèse qu’il s’agisse de piles sans arches portant des solives et donc d’un pont de bois sur piles de pierre. Le mobilier céramique permet de dater la construction du pont de la première moitié du XVIe siècle (fig. 9).

Fig. 8. Plan de l’occupation des XIVe et XVe siècles avec le fossé et ses dérivations (B. Guillot).

16Un fragment d’objet singulier a été mis au jour dans le premier remblai au-dessus du comblement de la tranchée de construction de la culée de pont. Il s’agit d’une pièce tournée sans base, avec les bords rapprochées et soudées en forme de poche (fig. 10). Une seule face a été glaçurée et décorée d’incisions croisées, l’autre face est restée brute avec quelques tâches de glaçures mais une silhouette de poisson y a été incisée. Cette constatation permet de présumer que l’objet a été fabriqué et décoré pour une valorisation uniface. Il n’a pas été possible de trouver une comparaison pour cet objet dont la destination reste inconnue. Le décor de lignes incisées fait penser à une reproduction de vannage. Peut-être la présence d’un poisson sur la face opposée donne-t-elle un indice sur son utilisation ?

17Au nord un ouvrage barre le fossé à la hauteur de la tour du châtel. Cette digue ou batardeau était destiné à garder en eau le bassin alimentant le moulin du château, situé au nord de la digue.

18Des analyses dendrochronologiques ont été effectuées par Y. Le Digol (Dendrotech) sur deux pièces de bois en réemploi, l’une contemporaine de la construction du pont et l’autre recueillie à la base du batardeau. La datation obtenue a permis d’estimer l’abattage des arbres entre 1454 et 1484 pour la première et après 1423 pour la seconde. La comparaison des séquences dendrochronologiques entre ces deux pièces permet de supposer qu’elles proviennent d’une même phase d’abattage et étaient donc destinées, à l’origine, à la construction d’un même édifice. Après la destruction de ce dernier, les bois auraient été récupérés pour une campagne de travaux comprenant l’édification du pont du château et du batardeau. Il s’agirait donc d’une grande phase de restructuration du secteur durant la première moitié du XVIe siècle.

Fig. 9. Plans de l’occupation aux XVIe et XVIIe siècles (B. Guillot).

19En arrière du fossé, des remblais sont accumulés afin de rehausser l’ensemble du terrain sur environ 2 m de haut, y compris au-dessus des dérivations du fossé qui cessent alors d’exister. Ces remblais contiennent une part importante de matériaux de construction (blocs de silex, fragments calcaires, mortier de couleur jaune ou orange...) intercalés avec des niveaux de terre. Le centre des deux anciennes dérivations du fossé ont fait l’objet d’un comblement spécifique composé presque exclusivement de rognons de silex. Le volume de terre apportée afin de rehausser le terrain est très important, puisqu’il s’agit au minimum de 3 500 m3 (correspondant seulement à l’emprise du chantier archéologique, les limites exactes de ces travaux ne sont pas connues). Le mobilier recueilli dans ces remblais comprend entre autres des coupelles et une gourde en grès du Beauvaisis de la première moitié du XVIe siècle. Il faut signaler que l’étude céramique réalisée par E. Lecler (INRAP) a mis en évidence un fort pourcentage de céramique antique (plus de la moitié), avec au moins un lot homogène remontant à la période tibéro-claudienne. Il semble donc que ces remblais proviennent en partie du terrassement d’un site gallo-romain du début du Ier s. ap. J.-C.

20Le terrain est toujours faiblement occupé durant la période moderne avec au nord la construction d’un habitat servant également de forge. Cette maison-forge montre d’une part que les bâtiments semblent être installés de préférence au nord du site, alors que le sud reste vide. D’autre part, la réapparition de l’activité métallurgique dans le secteur pourrait signifier que le quartier est voué à l’artisanat du fer depuis le Moyen Âge. Ceci est confirmé par les archives dépouillées par Y. Bencivengo dans le cadre de sa maîtrise (1985) qui nous apprennent que le quartier abritait plusieurs artisans du fer et leurs ateliers à proximité de notre zone de fouille.

21On se situe en arrière de parcelle et la présence de latrines et de puits témoignent de la proximité d’habitats, vraisemblablement le long de la rue Saint-Louis à l’est. On trouve également des fosses d’équarrissage de chevaux.

La fin de la période moderne et le remblaiement du fossé

22Durant les XVIe et XVIIe siècles, le pont est flanqué de deux maçonneries, puis une contrescarpe maçonnée consolide le segment de fossé qui fait face au château, soit sur une longueur de 71,20 m.

Fig. 10. Céramique singulière du début du XVIe siècle avec un graffiti de poisson au revers (S. Le Maho, INRAP).

23On peut se poser la question de la relation entre la mise en place de cette contrescarpe et les travaux demandés par la duchesse de Bouillon en 1652 afin de mettre le château en conformité avec le mode de vie « moderne ».

24Le fossé à l’est de la ville commence à être comblé vers 1760. La partie remblayée qui longe la fortification est alors transformée en promenade plantée d’arbres qui prend le nom d’allée des Soupirs et un ruisseau dit de l’Espringalle est canalisé en arrière de cette allée. Dans un premier temps, la contrescarpe maçonnée est utilisée comme mur de rive oriental. Le ruisseau possède alors une largeur moyenne de 6,90 m au niveau du pont du château et se réduit à 2,50 m au-delà du batardeau alors désaffecté (fig. 9).

25Parmi le mobilier recueilli dans le fossé utilisé comme dépotoir par les habitants de la ville se trouvait un ensemble composé de céramique commune, de grès, de faïence et de verre très bien conservé, ensemble provenant vraisemblablement d’une apothicairerie (photos 1 et 2). En effet, les formes composant ce lot couvrent toute la gamme des ustensiles utilisés en pharmacie : ampoule en verre, albarello, pot canon ou pot à onguent, pilulier, bouteille, vase couvert, jarre, cruche et chevrette. Cette dernière, utilisée pour les sirops, est le pot à pharmacie par excellence. Seuls les apothicaires ont eu le droit de s’en servir et de l’exposer à la fenêtre de leur boutique. On peut noter la présence d’albarelli en faïence du XVIe siècle provenant soit des ateliers lyonnais, soit des rouennais (photo 5). De même, au moins une chevrette en faïence peut être rattachée à l’atelier de Masséot-Abaquesne car elle porte sous l’anse sa signature (photo 3). Enfin, un autre pot en faïence possède l’inscription « MEL ALBUM », soit « miel blanc » et une date dont il manque le dernier chiffre « 154- » (photo 4). L’identification de l’apothicairerie concernée reste difficile à préciser. On peut juste signaler que l’on se trouve près de l’hôpital Saint-Louis, aujourd’hui hôpital général d’Évreux. En 1812, une nouvelle salle des spectacles est construite à l’angle de l’allée des Soupirs et de la rue du château. À cette occasion, on enterre le cours de l’Espringalle sur toute la longueur de la façade de cette salle de spectacle, en incluant le pont du château. La partie découverte du ruisseau est réduite à une largeur comprise entre 2,50 m et 2,90 m avec la construction d’un nouveau mur de rive est. Le long de ce dernier, des escaliers permettent d’accéder à des pontons ouvrant sur le ruisseau. Ces aménagements ont été utilisés jusqu’à la mise en place d’une canalisation en béton de l’Iton et, parmi les remblais comblant les escaliers, se trouvait un exemplaire du journal « Air Force Times – European Edition » daté du 7 décembre 1954 qui marque la fin de l’occupation de la parcelle.

Photos : divers éléments provenant du dépotoir d’une apothicairerie : flacons en verre (photo 1), partie supérieure d’un alambic en verre (photo 2), chevrette en faïence de Masséot-Abaquesne (photo 3), chevrette en faïence avec l’inscription « MEL ALBUM » soit « miel blanc » (photo 4), albarello en faïence rouennaise (photo 5) (S. Le Maho, INRAP).

Conclusion

26La fouille a permis d’observer l’évolution d’une parcelle située aux abords du lieu de pouvoir médiéval et d’une des portes de la ville, la Porte Peinte, à l’arrivée de la voie d’accès à Rouen. Le long de cette route se développe un pôle commercial important à l’origine du faubourg Saintléger. On pourrait rattacher l’occupation des XIIe-XIIIe siècles à une extension du faubourg vers le sud, peut-être lié à l’installation du couvent des Jacobins à l’est de la parcelle à la même période. L’essor du quartier s’interrompt brutalement semble-t-il, probablement suite à un incendie. Le terrain est ensuite soigneusement assaini par l’apport d’un épais niveau de calcaire au début du XIVe siècle, et devient une zone vouée à la circulation. Un tel dispositif, qui couvre au moins 450 m2, doit probablement être mis en relation avec la proximité du fossé de la ville, du château et de la tour du Châtel. Il pourrait être le témoin de travaux effectués aux fortifications avant le début de la guerre de Cent Ans. Si cette dernière ne stoppe pas directement l’expansion de l’habitat, puisque l’abandon des bâtiments a lieu au début du XIVe siècle, elle doit être une des causes principales de la non-réoccupation de l’espace à la fin de Moyen Âge, le percement de dérivations de l’Iton ayant de plus rendu le terrain marécageux.

27Le faubourg Saint-Léger a continué de s’étendre vers le nord-est, mais le secteur compris entre le château et le couvent des Jacobins, devenu hôpital Saint-Louis, est demeuré hors construction et est devenu une « vuyde place » de 4000 m2 jusqu’au XIXe siècle. Peut-être faut-il voir un statut particulier de la parcelle, qui l’a fait rester hors de l’expansion de la ville moderne.

Bibliographie

Bibliographie

Bencivengo Y. (1985) – La métallurgie urbaine à Évreux à la fin du moyen-âge. Mémoire de maîtrise, sous la direction de R. Fossier et P. Benoit, UER d’histoire, université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 236 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan d’Évreux à l’époque antique d’après les découvertes récentes (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 2. Plan de l’occupation gallo-romaine et localisation des possibles fossés du bas-Empire (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3. Plan d’Évreux l’époque médiévale (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 4. Phasage de l’occupation des XIIe-XIIIe siècles (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 5. Objet en bois recueilli au fond du silo de la maison B (S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6. Restitution de la maison B du XIIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 7. Restitution de l’occupation au XIIIe siècle (S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 8. Plan de l’occupation des XIVe et XVe siècles avec le fossé et ses dérivations (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 9. Plans de l’occupation aux XVIe et XVIIe siècles (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 10. Céramique singulière du début du XVIe siècle avec un graffiti de poisson au revers (S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Photos : divers éléments provenant du dépotoir d’une apothicairerie : flacons en verre (photo 1), partie supérieure d’un alambic en verre (photo 2), chevrette en faïence de Masséot-Abaquesne (photo 3), chevrette en faïence avec l’inscription « MEL ALBUM » soit « miel blanc » (photo 4), albarello en faïence rouennaise (photo 5) (S. Le Maho, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/6880/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540